N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyMar 9 Déc 2014 - 20:59

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Bcccxefzrkhtelop
~ Le cercle du Désespoir ~
Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Etrdfy10Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Zzzzzz10Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Aytuio10
Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Tyguhi11Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Multi711Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] 76694410


Ils étaient là.

À son retour, Seitô avait fait passer le message à tous les Aizuyake par l'intermédiaire des Bagues. Ils avaient tous répondu à l'appel, sauf un... Matawa. Où était-il ? Que faisait-il ? Même le Tsugurike l'ignorait. Il avait eu vent de cette altercation avec Azumi, mais ce n'était que des enfantillages. Son élève était devenu un peu trop impétueux par rapports aux ordres donnés, mais le Brouillard Solitaire n'en avait cure. L'important était qu'actuellement, la Hyûga était là, et pas le Hyô.

Descendant les marches, le Tsugurike était arrivé pile à l'heure. Ni en avance, ni en retard. À la minute près. Devant lui, ses Aizuyake. Ceux en qui il avait toute confiance. Ceux qui étaient à la tête d'une organisation comptant toujours de plus en plus de vie. En soit, une évolution rapide... Et il c'était passé tant de choses entre la création et aujourd'hui...

Seitô posa son regard sur le fauteuil vide de Matawa. Puis, toujours en silence, il s'assit sur son siège. C'était le Serpent qui dominait actuellement les autres Signes. C'était lui le Tsugurike, l'Annonciateur du Désespoir.

    « Bien. La réunion commence. Nous ne pouvons plus nous permettre d'attendre. »


Il affichait, à son habitude, un ton neutre.

    « J'ai lu vos rapports et pris conscience de notre situation lors de mon absence. Mais ce n'est pas valable pour tous ici. Chacun va donc faire un rapport oral de la situation, mais sur des points précis. »


Son regard se posa sur chacuns des protagonistes dès qu'il s'adressait à eux.

    « Nozomi, détentrice de l'Uma, il nous faut toutes les informations utiles que tu as pu récolter sur l'île. Aussi, la situation actuelle avec Katano Yusuke et Kyu Goren, et avec toutes les autres personnes que tu as rencontrées pendant ton voyage lorsque tu étais errante, surtout si cela concerne des personnes dans les hautes sphères actuelles. Aussi, les mesures que tu comptes prendre au niveau de l'hôpital et des services de soins.

    Tsubaki, détentrice du Buta, la situation économique et technologique concernant la base, les mesures financières, militaires, et humaines prises, ainsi que l'avancement actuel concernant notre QG. Répondre aussi au niveau des questions de notre armement militaire, et soutient tactique, du potentiel défensif de la base, et de tout ce qui concerne la préparation à une guerre. Sommes-nous prêts, oui ou non, et à quelle condition. Pouvons-nous commencer l'installation des repères annexes, et pouvons-nous faire pression sur un pays par une force militaire dissuasive. Pouvons-nous, oui ou non, rivalisé avec un des villages Shinobi.

    Kôhei, détenteur du Nezumi, ton réseau d'information avance-t-il ? As-tu eu vent de rumeurs où d'autres choses permettant une infiltration à Kaze no Kuni, au sein du village du sable ? Des contacts, ou tout autre taupe possible ? Si non, comment comptes-tu développer cette chose ? Un rapport de la situation sur les évènements récents ?

    Azumi, détentrice du Hitsuji, as-tu établis des contacts avec les différents villages ? Comment se porte actuellement la vision de notre organisation par rapport aux mondes ? Comment les Ninja receptionne-t-il la nouvelle ? Quelles sont les caractéristiques de notre croissance à propos des déserteurs ? Comment peut-on augmenter le phénomène ?.

    Hiriko, détenteur du Nousagi, as-tu des nouvelles pour nous ? Des messages ? Quelle est la situation à Ame no Kuni ? Et à Kawa ? Les membres se portent-ils tous bien ?

    Quant à moi, je ferai le nécessaire afin d'éclairer notre position, et la suite de nos objectifs. Si vous avez quelque chose à ajouter par rapport à ce que j'ai demandé, faites-le sans hésiter. »


Rien de plus simple...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyMer 10 Déc 2014 - 0:14

Spoiler:
 

La réunion retardée allait enfin avoir lieu. Tous les Aizuyake réunis pour la première fois. Tous sauf un, il en manquait visiblement un, que la jeune femme ne connaissait pas. Pourtant, ils avaient reçu l'appel via leur bague et avait donc dû avoir le message. Les trois rescapés de l'île s'étaient reposés durant quelques jours, Kôhei était revenu quelque temps après les deux premiers. Et il était maintenant temps de passer aux choses sérieuses après tout ces retards. De mettre le Shôraizen en route.

Assise dans son siège de l'Uma, Nozomi regardait son Tsugurike arriver à son tour à la réunion. Il avait remarqué l'absence de l'Inu mais n'en fit pas part. Ne dit-on pas que les absents avaient toujours tord ? Il avait largement eu le temps de revenir, où qu'il soit, suite aux derniers événements qui s'étaient déroulés. Seitô prit la parole et entra directement dans le vif du sujet. Il voulait le compte rendu de chaque personne ici présente, et ce sur des points précis. Qu'il énuméra à chacun. Pour sa part, il voulait connaître tout ce qu'elle avait apprit sur l’île. Ainsi que ses relations avec Katano Yusuke et Kyu Goren. Il désirait aussi connaître toutes les autres personnes rencontrées lorsqu'elle était errante.

Elle lui lança un regard interrogateur. Ça risquait d'en faire un sacré paquet... Mais il désirait surtout savoir celles qui étaient actuellement dans les hautes sphères. Même si elle ne pouvait pas vraiment savoir si les personnes qu'elle rencontrait était connues ou non. Il voulait aussi savoir les mesures qu'elle comptait prendre en tant qu'Uma, pour l'hôpital. Quand il eut finit, elle hocha la tête pour lui dire qu'elle allait prendre la parole, puisque c'était elle qu'il avait citée en premier. Il connaissait bon nombre de choses qu'elle allait dire, avec même d'avantage de détails. Mais ici il fallait en informer le reste des Aizuyake. Elle prit donc une profonde inspiration et se tourna vers les membres présents.


- « Concernant le premier point, l'île. J'y ai rencontré trois Furyou, peut-être même quatre. »

Elle laissa aux personnes présentes le temps de digérer la nouvelle. Pour également mettre ses idées en place et réfléchir à ce qu'elle allait dire.

- « Celle ci a en fait été créée par une Furyou, Shoka, Celle-qui-a-faim. Elle avait créé cette île ainsi que tous les pièges présents dessus afin de se protéger de Monwa. Il semblerait qu'il existe deux sortes de Furyous : les primaires ainsi que... Les « faux ». Les premiers sont au nombre de cinq, et sont le bras armé des Uchiwas. Ils sont recherchés, traqués et tués par Monwa. J'ai pu discuter avec Shoka, en haut de la tour présente au centre de l'île. Elle m'a demandé de lui poser des questions et je lui ai donc demandé d'où elle tirait son pouvoir. Elle m'a répondu que les cinq bras armés des Uchiwas possédaient du chakra, et qu'il n'y en avait qu'un à n'en avoir jamais eu . Et que celui-ci ne faisait pas partie des cinq primaires. Elle n'a pas pu terminer sa phrase et me dire de qui il s'agissait, puisque Monwa est arrivé au même moment. Mais au vu de ce qu'il s'est passé après, je suppose qu'il s'agissait de lui. Même si je ne peux rien affirmer. »

La jeune femme se concentra pour se rappeler de ce qu'il s'était déroulé ensuite, essayant de n'omettre aucun détail.

- « Il est arrivé en l’appelant par son prénom. Puis il a parlé de Tsura, lui disant de se rassurer car il ne l'avait pas tué. Tsura et Shoka semblent avoir des liens très étroits, Monwa a dit qu'ils étaient amants. Par contre il a ensuite jeté un sceau au sol, en disant que le raïkage avait vainement tenté de cacher Shizu. Je suppose que ce sceau la contenait, d'une quelconque manière.  Puisqu'il a détruit ce sceau avec une sorte d'énergie noire. Un fluide est sortit de celui-ci, et s'est entouré autour de Monwa, avant de disparaître petit à petit. »

Certaines choses lui échappaient toujours. Peut-être que ses interlocuteurs comprendraient mieux qu'elle ce qu'il s'était déroulé sous ses yeux. Si le Yamanaka pouvait ensuite lire dans son esprit pour voir si elle n'avait rien oublié ce serait encore mieux. Quoique, il y avait des choses qu'elle préférait qu'il ne voit pas. Surtout la première partie dont elle n'avait pas parlé et où elle s'était effondrée en larmes comme une enfant. Elle reprit donc.

- « Il a ensuite dit que ses pièges avaient été vains puisqu'il lui avait simplement fallu suivre le chemin crée par les shinobis... Et aussi qu'elle était née pour les tuer et qu'elle y était parvenue avec cette île. Il s'est approchée d'elle. Et puis... »

Elle prit une profonde inspiration.

- « Monwa s'est tourné vers moi et m'a parlé. Il m'a dit que je devais certainement me demander pourquoi son soldat nommé Atifiziel m'avait laissée passée. Et il m'a ensuite dit que je portais peut-être en moi un des leurs : Daken. Le dernier qu'il cherche... »

Elle se rendit compte qu'elle n'avait pas abordé le début de combat qu'elle avait eu avec le premier rencontré. Elle y reviendrait par la suite.

- « Tuer Shoka sous les yeux de Daken l'aurait fait se réveiller, d'après lui. Il a dit que Shoka était la sœur de ce Furyou. Celle-ci s'est alors tournée vers moi à son tour, et m'a observée longuement. Puis elle a annoncé que je n'étais pas Daken. Scellant ainsi mon sort, puisque je n'avais plus aucun intérêt aux yeux de Sa majesté. »

La jeune femme déglutit, avant de continuer.

- « Il s'est donc apprêtée à la tuer. Elle était bien trop épuisée pour faire quoi que ce soit. Mais juste avant cela, Shoka a semblé le reconnaître. Ou voir quelque chose en lui. Je suis désolée, je ne sais pas de quoi elle voulait parler. Suite à quoi, Monwa l'a tuée en plongeant sa main dans son corps. Il s'est transformé en fluide noir, et comme pour le sceau détruit, ça s'est enroulé autour de lui. Avant de disparaître. Je crois qu'il les a tout simplement « absorbées », et que c'est pour ça qu'il recherche les furyous primaires. »

Elle but un grand verre d'eau, avant de passer à la suite. Elle en avait presque fini en ce qui concernait le premier point.

- « Ne possédant finalement pas Daken en moi, j'étais destinée à mourir. Quoique, si je l'avais porté, ça aurait été mon destin aussi... Il m'a dit que si je l'avais possédé en moi, j'aurai eu une chance de sauver les miens. Puis il m'a annoncé que j'allais mourir. Il a alors accumulé de l'énergie noire dans sa main, comme celle avec laquelle il a détruit le sceau. Similaire également à celle de Shoka. Je suppose que ce n'est pas une coïncidence. Puis une voix a arrêté son geste, celle du raïkage. Je ne sais pas comment, mais il est arrivé dans la pièce, avec Seitô. Alors qu'auparavant nous n'étions que tous les trois. Je ne les ai même pas sentis arriver. »

Elle posa son regard sur le jeune homme. Elle ne pourrait jamais expliquer le réconfort qu'il lui avait procurée par sa simple présence dans ce moment où elle s'était vue mourir. De toutes façons, elle allait garder ça pour elle.

- « Le raïkage nous a ensuite fait promettre de partager toutes ces informations avec le maximum de personnes possible. Nous disant que c'était notre devoir. Puis il a poussé le Tsugurike vers moi, et la dernière chose que j'aie entendue a été « fuyez ». J'ai à peine eut le temps de le remercier. »

Elle s'arrêta et resta silencieuse quelques temps. Le regard dans le vague. Il s'était sacrifié pour eux, alors qu'elle ne l'avait jamais vu auparavant. Pourquoi ? Elle poursuivit.

- « Shoka était un furyou qui n'avait pas de visage. Ou plutôt dont le visage était formé d'os. Elle possédait également un boomerang en os. Peut-être qu'elle possédait le même pouvoir que Milly. La seule chose que je l'ai vue faire c'est un étranglement à distance sur moi-même... »

Elle frissonna à ce souvenir. Mais elle était bien vivante et devait partager son savoir.

- « Avant d'arriver à la tour, j'ai eu à combattre un Furyou qui ressemble fortement à une machine. Ses gestes étaient mécaniques. Il créé des puissants rayons lumineux à l'aide du losange présent sur lui. Lorsqu'il s'allume, ça signifie qu'il va attaquer. Je l'ai rencontré avec deux Shukaijin : un capitaine venant du clan Samui, ainsi qu'une jeune femme dont je ne sais pas vraiment le nom. Il l'a nommée Setsuna mais je l'avais déjà rencontrée auparavant et elle m'avait dit s’appeler Azumi. Nous avons combiné nos attaques, le Samui a formé de la glace, la jeune fille l'a fait fondre pour créer de l'eau grâce à son katon et j'ai pu envoyer des éclairs afin de tenter de griller la machine via l'eau. Il a simplement trébuché, mais comme nous n'étions que trois et que les deux autres semblaient avoir déjà combattu auparavant et étaient fatigués, je suppose que c'était beaucoup. Surtout que je ne suis pas vraiment une combattante. »

Une chose qu'elle répétait souvent. Et pourtant, elle réussissait toujours à s'en sortir.

- « Puis la machine m'a demandé d'avancer. Si je ne le faisais pas, il tuerait les deux autres. J'ai donc prit rapidement ma décision, même si je ne les connaissait pas vraiment. Avant que je ne parte, le capitaine m'a demandé de le soigner. Il m'a aussi demandé d'avoir une discussion concernant ce qu'il se passerait ensuite. Ce que je n'ai pas refusé, même si je ne lui ai pas répondu. »

Elle s'arrêta pour saisir un objet dans un de ses sacs à sa ceinture, et le posa sur la table devant elle. C'était brillant.

- « Surtout que concernant le Shukai, je possède ceci. C'est un laisser-passer qui m'a été donné par Yuki Samui lorsque je l'ai rencontrée à Suna. Elle m'a invitée à aller la voir.»

Une autre Samui. Elle avait donc abordé le second point : celui de ses connaissances.

- « Lors de mon bref passage à Suna, j'y ai également rencontré un jeune homme qui disait être l'élève de la Kazekage. Il avait une impressionnante blessure sur le torse, qui lui avait été faite par Monwa lui-même. Il m'a dit qu'il possédait du sang de Furyou en lui, et que sa majesté l'a « purifié », à sa manière... »

Concernant les rencontres à Suna, elle n'avait pas d'autre éléments qui lui venaient à l'esprit et qui pouvaient servir au Shoraizen.

- « Pour poursuivre ce qui concerne les relations faites durant mon errance, j'ai aussi rencontré beaucoup de personnes. Dont je ne citerais que le nom, dites-moi si je dois vous en dire d'avantage sur quelqu'un. Il y a donc cette Azumi, ou Setsuna, je ne sais pas. J'ai effectué une mission en sa compagnie, ainsi que celle d'Arekushi Jisetsu. Nous avions dû nous battre contre un certain Konjo... »

Elle passa le regard sur chacun des membres présents dans la pièce, afin de voir leurs réactions suite à l’évocation de ce nom.

- « J'ai rencontré aussi Jisetsu Demon, et Shôna Freya dans le désert. Ils ne semblaient pas appartenir à un quelconque village. Dans Suna, j'ai pu discuter avec Wada Eichi, celui avec le sang de Furyou. Ainsi que Yamamoto Takeshi, et Hideaki Akio. J'ai retrouvé Arekushi lors d'une mission faite avec la Sunajin Saibogu Oniri. J'ai également rencontré d'autres Sunajins, en compagie de Kôhei. Dont Akuzu shinji, avec qui j'ai effectué une mission. »

Elle réfléchit quelques instants, mais il lui semblait que c'était tout, en ce qui concernait Suna.

- « Au pays du feu, mis à part Seitô et Kôhei, j'ai rencontré Raizen ainsi que Jackal. Deux Konohajins. J'y ai retrouvé Konjo. »

Nouvelle pause. Quant à Kumo, elle n'y connaissait personne.

- « Mais les deux personnes qui nous intéressent sont Katano Yusuke ainsi que Kyu Goren. Je les ai rencontrés tous les deux séparément. Goren tout d'abord. C'est quelqu'un de très porté sur les instincts primaires. Son but est d'éradiquer les villages shinobis. Pour faire revenir le monde tel qu'il était avant cela. Mais il ne compte rien proposer à la place. Il veut juste revenir à l'époque de la grande guerre... Chose que je n'approuve pas vraiment. Mais pourtant nous nous sommes tous les deux bien entendus et il m'a dit qu'il serait heureux de faire partie de ma famille, un jour.»

Voici ce qu'elle avait retenu des ambitions du premier. Elle eut un petit sourire à cette pensée. La brute sanguinaire et la médecin pacifiste, s'entre-aider. Faire partie de la même famille. C'était assez... Irréel. Et pourtant.

- « Pour Yusuke, j'ai eu d'avantage de mal à le cerner. Je ne connais pas son but. Mais c'est quelqu'un de rongé par la haine. Bien qu'il ne semblait pas encore tout à fait perdu à ce moment là. Il se bat avec deux lames magnifiques et semble habile avec les mots. Lui aussi m'a fait une proposition. Il m'a demandé d'aller le trouver si jamais j'avais besoin de le voir pour quoi que ce soit. »

Elle se tourna vers Seitô. Tout cela, elle lui avait conté par lettre ou bien par oral. Mais pas les détails qui allaient suivre.

- « Il m'a dit d'aller à Hai no kuni et de trouver la grotte du traître. Mais je ne sais pas si cela est toujours d'actualité. Puis, je les ai ensuite revus tous les deux. Et ensemble, cette fois-ci. En fait, ils avaient besoin de moi, ou plutôt de mes soins. Ils m'ont fait chercher à Hi no Kuni par une fillette aveugle. Elle m'a menée jusqu'à eux, à Yu no kuni. Ils étaient tous les deux ensemble, allongés à même la terre. Quasiment morts... Je ne sais pas contre qui ils s'étaient battus, mais cette personne doit être impressionnante. J'ai réussi à les sauver malgré leurs blessures impressionnantes. Même si j'ai dû aller jusqu'au bout de mes forces pour cela. Je me suis retrouvée inconsciente et j'ai cru qu'ils allaient me laisser là et partir. Mais ils ont prit soin de moi à leur tour et je me suis réveillée sur un matelas, avec Yusuke veillant sur moi. Il avait également bon nombre d'hommes sous ses ordres. »

Elle repensa à la petite fiole que Goren lui avait offerte. Mais ça, elle n'avait pas besoin d'en parler.

- « Je ne sais pas comment définir les relations que j'ai avec eux. Disons qu'ils peuvent compter sur moi s'ils ont besoin. Et j'imagine que l'inverse est vrai également. »

Elle l’espérait, tout du moins.

- « Pour le dernier point, et mes mesures en tant qu'Uma, j'ai déjà réfléchit à quoi faire en priorité. J'aimerais recevoir chacun des membres du Shôraizen individuellement, en commençant par vous tous. Afin d'établir un profil complet de chacun, incluant diverses informations médicales ainsi que des détails physiques permettant de vous identifier. Toutes ces informations seront notées dans un dossier. Dont le but sera de pallier aux éventuelles infiltrations possibles, faites en prenant la forme de l'un de nos membres. De plus, je connais également la signature de chakra de chacun d'entre vous. Concernant les Aizuyake, je ferais cela seule. Pour toutes les autres personnes, je demanderais de l'aide aux autres médecins de l'organisation car le travail est plutôt conséquent, et risque de demander du temps. »

Ce qui lui permettrait aussi d'établir ainsi des liens avec ceux-ci, afin qu'ils lui fassent confiance. Elle les avait déjà rencontrés une première fois, et en avait fait un rapport donné au Tsugerike. Et aussi de définir combien de shinobis ou de civils étaient présents, leur santé générale et aussi leur mentalité.

- « En parallèle, j’aimerais aussi emprunter des livres de médecine au Buta. J'ai cru comprendre qu'elle possédait une grande bibliothèque. Ce qui me permettrait de m'améliorer, et aussi d'élaborer d'autres techniques. Ce sera tout pour le moment.»

Son regard s'était naturellement posé sur Tsubaki, alors qu'elle parlait d'elle. Elle lui laissait maintenant la parole. Pour sa part, elle n'avait jamais autant parlé, et elle allait maintenant se contenter de faire quelque chose qu'elle connaissait d'avantage : écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyMer 10 Déc 2014 - 15:48



Ainsi débutait donc la fameuse réunion, tant attendue par les signes présents à cette table. Enfin, le chef était de retour et prêt à passer à l’action, visant cette fois ses prochains objectifs que les nobles intérêts qui semblaient l’avoir occupé jusqu’alors. L’heure n’était plus à la réflexion, comme le demandait le Serpent, mais à l’énonciation. Bien qu’il eût pris connaissance des documents écrits, il avait besoin d’une source d’information plus claire et concise, prête à répondre à n’importe quelle question. Pour cela, elle n’était pas encore assurément prête, mais quelqu’un pouvait l’être à sa place.

« Ne t’inquiète pas. »

N’avait-elle pas eu le temps de penser à son angoisse que la Serei s’était manifestée, prête à sortir prendre le contrôle du corps encore peu expérimenté de la jeune fleur.

« Je prends les rênes, ne t’en fais pas. »

L’esprit de la jeune femme se retrouva dans un espace bien connu, son équilibre interne, le recoin de son cerveau où elle était capable de se projeter dans l’environnement qui l’entourait. Il ne fallut pas longtemps à la Tsuchi no Serei pour prendre introduction, plan et conclusion à son exposé. Mais il n’était pas encore de son heure, sinon de celle même de sa collègue médecin, l’Uma, Myouga Nozomi.

Pendant toute son écoute, elle sentit l’esprit de la Terre se concentrer d’avantage, la devinant plus impliquée dans les affaires des hommes que ce qu’elle ne pensait. Elle prêta attention à chaque point de son exposé, notant dans sa tête les informations sur les Furyou, le récit de l’île, la mort du Kage… Tsubaki ne s’attendait pas à une réaction de la part de son amie intime, mais elle-même, sachant que ce Kage était celui de son pays d’origine, ne put que ressentir une certaine tristesse. De plus, qu’y a-t-il de réjouissant dans l’assassinat d’un homme ?

La partie au sujet du Furyou mécanique l’intrigua quelque peu, et elle sentit son invitée changer quelques propos dans son propre énoncé. Elle nota avec attention, certes, peut-être, moindre, les autres détails au sujet des villages. Ne pouvant tout retenir, il lui faudrait se repencher sur les rapports écrits de ces affaires-ci. Mais voilà que la jeune femme terminait son récit par une remarque à sa personne. Il était temps de prendre la parole, et Tsubaki ne resterait, mentalement, que spectatrice, encore cette fois, pendant que parlerait par sa voix la Tsuchi No Serei.

« Tout d’abord, Nozomi-dono, sachez que ce sera avec grand plaisir que partager les ouvrages que je possède avec vous. Et sur cette remarque, je vais passer à mon propre rapport.

Tout d’abord, il faut savoir que la base a presque été remise à son potentiel maximum, et que des équipes travaillent à l’amélioration de tous types de processus et procédés au sein de la base, tant économiques que matériels.

Je commencerai par parler de l’installation de la base. Nous avons à disposition les anciennes runes de protections et de dissimulations des anciens colons, qui ont été remises à neuf par les soins de membres spécialistes en Genjutsu. L’entrée, par simple activation, peut devenir presque indétectable : seule une étude poussée ou un sort de libération illusoire peut permettre à un individu de connaître l’emplacement exact. Actuellement, une équipe particulière travaille sur un projet de canons à placer sur la façade d’accès. Les premiers prototypes seront disponibles sous peu.
La ville a été presque entièrement restaurée, à l’exception d’emplacement résidentiels vacant, mais je réfléchis à une mesure d’aménagement à ce sujet. La paroi d’accès à la cavité du palais, comme vous avez pu le voir, est contrôlée par sorts Suiton et Katon, et est suffisamment taillée pour permettre le passage d’un grand nombre d’individus ou de moyens de transport.
Les mines et les forges sont opérationnelles, ce qui nous permet de produire tous les matériaux à base de cuivre, fer, chrome, étain, et or. Nous essayons de trouver un maximum de filons possible. Le chauffage par voies géothermiques est également rétabli et s’allie au système cristallin.
Les cristaux utilisés dans la base sont particulier : ce sont des cristaux de constitution magmatique à fonction endothermiques et exothermiques. C’est-à-dire qu’ils peuvent absorber ou relâcher de l’énergie. Mais ils ont aussi plusieurs autres fonctions et utilisations. Je ne vais pas parler de cela ici, mais je vous donnerai sous peu à tous un manuel sur le sujet. Ces cristaux nous permettent d’avoir de la chaleur, de la lumière, et aident au traitement de l’eau marine qui nous provient de l’océan. Vous avez pu remarquer que cette cavité se trouve en-dessous de celui-ci. L’eau nous arrive par canaux distillés en partie par la chaleur des cristaux qui entoure cette caverne. Mais là encore, je ne m’étendrai pas.
Enfin, comme vous avez pu le voir, le palais est pleinement habitable et opérationnel, aussi ne reviendrai-je pas là-dessus. Nous avons une production optimale et plus que suffisante d’eau et de vivres.
»

Tsubaki elle-même, du fond de son cerveau, n’en revenait pas. Elle aurait sûrement oublié plusieurs points de l’exposé que venait de faire l’esprit. D’autant qu’il ne s’agissait que de la première partie. Cette dernière prit le temps de souffler et de laisser les autres membres assimiler les informations. Puis elle reprit :

« Pour ce qui est de notre situation économique, j’ai lancé il y a quelques temps une industrie alimentaire dirigée par des membres du clan Akimichi. Je pense que vous avez pu en croiser dans la base par le nom de Cocoball et Cocobar. Je le fais vendre dans le pays et le distribue en interne, et pour le moment, cela nous a rapporté une somme intéressante.
Pour le moment, nous sommes dans une situation financière stable.

Pour ce qui est de la défense, la base est régie par le système de codes et d’ordres de sécurité que je vous ai distribué. Les cavités sont isolées les unes des autres en fonction de ce code. Pour le moment, nous sommes en code jaune, donc une surveillance accrue.
De plus, la roche qui constitue les parois de cette base a été étudiée par mes soins, et il s’avère qu’elle contient une formation cristallisée de type carbonique à densité de 2.7. Cela veut dire que la résistance de la base est suffisamment bonne pour résister à bon nombre d’attaques extérieurs, car personne ne sait comment s’y prendre pour briser correctement ces murs. Ce système, couplé aux runes de dissimulation, rend la base efficace en matière de défense.

Pour ce qui est de notre armement, je suis personnellement allée acheter différents matériaux et matériels à Ame No Kuni. Nous disposons de différents types d’acier de première qualité pour s’additionner à nos propres productions, des nouvelles substances médicamenteuses étudiées par le personnel médical de l’hôpital, des réserves de charbons et de pétrole, au cas où. Globalement, prenant compte de notre population et de la part de shinobis, qui se rendent régulièrement en missions à l’extérieur, je peux affirmer que nous pouvons armer toutes nos troupes correctement.
»

Un point plus court, mais qui ne demandait pas de grandes précisions sans nécessiter un exposé en profondeur. Aussi restaient-ils deux points à aborder, et la Serei y venait.

« En ce qui concerne notre expansion, je pense qu’elle sera possible prochainement, mais je conseille néanmoins de prendre un peu de temps, car je ne pense pas que tous les membres ne se soient déjà suffisamment préparés. Bien entendu, nous pouvons faire des tests ou emmener des effectifs réduits pour le moment, mais à l’heure actuelle, il est fort probable qu’une partie de la population choisira de rester ici encore quelques temps.

Enfin, je parlerai de cette hypothèse de guerre. Une réponse sommaire sera « Oui, nous sommes prêts pour une guerre. ». Néanmoins, nous ne faisons pas encore le poids face aux puissances des cinq pays. Nous pouvons conquérir un territoire mineur, mais nos effectifs, malgré la condition de cette base, ne peuvent pas rivaliser en nombre et moyens face aux grandes nations. Nos moyens de défense avancés sont encore aux stades expérimentaux, même si nous survivrons à n’importe quel siège. Mais cela risque de nécessiter un éloignement des combats le plus possible.

En revanche, il est toute autre question que celle de l’arsenal de dissuasion…
»

Tsubaki savait ce que cela voulait dire. Elle savait de quoi elle allait parler, mais elle ne préférait pas imaginer la fin de cette option, pour le moins démentielle.

« Il se trouve que je peux essayer de reproduire un phénomène observable et utilisable ici même. Mais je n’en ferai pas la démonstration. Je vous rappelle que les cristaux magmatiques sont exothermes : ils peuvent relâcher de l’énergie. Eh bien il se trouve qu’il y a une hyperstructure cristalline sous les cavités, au centre de l’alimentation de la base. Cette structure est protégée par des protocoles et des mécanismes de sécurité très complexes mis au point par les bâtisseurs de ces lieux. Moi-même n’ai-je pas pu les déchiffrer. »

Tsubaki savait que c’était en partie faux, car si elle-même en était incapable, elle avait pu les remettre sur pied grâce à la compréhension de sa partenaire mentale.

« Ces lieux sont sacrés, je ne tolérerai pas que quiconque trouve ce secret et risque de mettre en péril la vie de populations entières ! Je t’interdis encore une fois, formellement, d’appeler ce point auquel tu viens de penser ! Tout comme j’interdirai à Seitô de l’utiliser. »

Tsubaki, dans son espace méditatif, ne put que rappeler qu’elle en avait fait la promesse, elle ne parlerait jamais à personne du fait qu’elle savait comment marchait le système de maintien. Elle laissa son invitée reprendre.

« Néanmoins, ils permettent de protéger cette structure contre les altérations, et concentre l’énergie géothermique vers son cœur. Je pense qu’il est inutile de vous préciser que le dégagement de cette énergie accumulée est surpuissant. Aussi, si le cristal géant venait à se briser, il y aurait lieu une explosion qui anéantirait instantanément la caverne, et provoquerai un séisme inégalé jusqu’alors. C’est notre ultime ordre de défense. »

Elle reprit son souffle et termina :

« Je pense être en mesure de trouver une structure similaire dans les couloirs miniers et de synthétiser une arme, à échelle moins importante, bien entendu. Néanmoins, il me faudra des équipes précises et spécialistes au plus haut niveau de leur domaine.

Pour conclure, Tsugurike-sama : oui, vous pouvez faire pression sur un pays ninja.
»

Elle laissa le contrôle du corps à son hôtesse, qui dut faire des efforts pour ne pas pousser un soupir de soulagement. A présent, elle allait pouvoir écouter ce que les autres avaient à dire sans craindre d’un manque d’assurance de sa part, qui n’avait pas lieu d’être, dans ces circonstances.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyJeu 11 Déc 2014 - 15:10

L'île était donc créée par un Furyou : Shoka. Et il y avait les Furyou primaires et les... Faux ? Mon sourcil oscilla. C'était une hypothèse que j'avais émise il y a quelque temps, mais sans franc succès. En vérité, c'était le fait que des Shinobi avaient pu vaincre Apeti sans détruire son inhibiteur qui m'avait mis sur la voie, mais jamais je n'aurai cru que cette dernière soit confirmée.

La suite était encore plus choquante. Cinq bras armés de combattant ayant du chakra plus un qui n'en a pas ? Tsura, Shizu, Shoka, Daken, Nosho formant les 5 bras armés des Uchiwa, et Monwa qui était... Autre chose. Le sceau contenant Makka fut donc sacrifié, et l'énergie noire qui en sortit se dirigea dans le corps de Monwa. Il se nourrissait donc des Furyou Primaire ? Mais dans quel but ? Augmenter son propre pouvoir ? Il y a trop de zones d'ombre dans cette affaire. Même la stèle des Uchiwa ne parle pas d'un dernier Furyou sans chakra. Et qui était le Furyou sous la montagne de Kusa ? Nous n'en avions aucune idée...

Ou pas. Daken était le dernier qu'il cherche. C'était donc Nosho qui n'était plus de ce monde... Tsura était-il encore vivant ? Aucune idée. Mais d'après les dires de Nozomi, c'est ce Daken qu'il cherche. Je notais aussi la présence d'Atifiziel, mais ceci n'était qu'un détail mineur. En tous les cas, l'hypothèse qu'il recherche les Furyou afin de les absorber pour une raison mystérieuse était confirmée.

Les informations sur les Furyou étaient terminée. Pour la suite, je prenais en compte toutes les informations, mais certaines était plus intéressantes que d'autre. Premièrement, nous avions un laisser-passer pour le Shukai. Secondement, Samui Kakeshuou, Capitaine mondialement connu de l'Ôda, avait fait la rencontre avec Nozomi, laissant émettre une prédisposition à la conversation. Aussi, il était possible de retrouver Katano Yusuke et Kyu Goren à une certaine "grotte du traître". Et nous avions de quoi les rolliers à nous, avec ce mystérieux adversaire qui les avaient mis K.O tous les deux. Les projets de Nozomi pour l'hôpital étaient aussi très intéressants, et nous apporteraient un avantage tactique et défensif indéniable.

Ce fut Tsubaki, le Buta, qui prit la suite avec toute l'explication de la base et de son fonctionnement. J'avais déjà pris connaissance de la plupart des informations, mais ce n'était pas le cas de tout le monde à cette table. La seule chose importante, c'était que notre base avait des ressources en eau et en vivres suffisantes pour nourrir tout le monde, et que la situation financière était stable.

La base disposait d'un système relativement efficace, permettant une protection optimale pour plusieurs assauts et d'un armement venant tout droit d'Ame No Kuni, nous permettant d'armer nos troupes de façon correcte, et d'obtenir un soutien médical tout aussi performant grâce à des substances spécialement achetée pour l'hôpital.

L'extension devait attendre, tandis que la guerre contre les grandes Nations était encore prématurée. Rester dans l'ombre était donc la meilleure solution... Jusqu'à l'apparition de cette fameuse super-arme. C'était un atout le plus intéressant... Il manquait les explications de Kohei, d'Hiriko et d'Azumi...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyVen 12 Déc 2014 - 7:14

Une réunion, donc. Ce regroupement entre nous, les Aizuyake et notre Tsugurike allait enfin pouvoir commencer. La réunion avait déjà été retardée, à cause de l’absence de l’un d’entre nous : l’Inu, qui est Matawa. Pourquoi manquait-il à l’appel ? Je n’en n’avais absolument aucune idée. Il n’avait plus donné signe de vie. Est-ce que quelqu’un parmi nous en savait plus ? Nous l’apprendrons sûrement lors de cette réunion, après tout. Cela restait à voir.

Chaque signe s’installa. Au total, nous étions donc six. Chacun d’entre nous avait quelque chose à raconter, quant aux derniers évènements. Que ce soit durant leur mission, ou bien des évènements supplémentaires à relater. Seitô nous demanda donc à tous un rapport oral, sur tout ce qui avait déjà été expliqué à l’écrit, dans nos rapports. Sûrement pour que nous en prenons tous connaissance, pour qu’on puisse réagir en conséquence. Et éventuellement pour rajouter quelques informations supplémentaires. Je pense par exemple à ma toute dernière rencontre, sur cette île.

Mais mon tour de parole n’était pas venu, puisque ce fut Nozomi qui prit la parole en première. Elle relata donc principalement ce qu’il s’est passé sur l’île, lors de son escapade. Au final, je n’ai pu mettre la main sur elle une fois là-bas, mais elle avait su rentrer par ses propres moyens. Il restait alors à voir comment elle avait fait, et ce qu’il s’était passé exactement. Et ce fut un récit assez passionnant. Notre compère avait eu la chance de voir plusieurs Furyous, et même de discuter avec eux. Et elle était toujours là, et nous revenait avec son lot intéressant d’informations. Des noms connus revenaient dans son histoire. Le nom de tous ces Furyous... le peu d’informations dont je disposais me permettait toujours de suivre, en sachant mettre au moins une tête, voire une idée sur chacun de ses noms. Et avec ses explications, j’en savais bien plus.

Elle avait rencontré Atifiziel, le robot de l’armée des Furyous. Puis elle rencontra Shoka, surnommée “Celle-qui-a-faim”. Incoryable découverte : ce serait elle qui serait la créatrice de l’île. Encore une fois, ce fut la preuve de la puissance phénoménale de ces créatures. Et enfin, elle rencontra Monwa, qui apporta son lot de vérités.

Le plus important dans l’affaire était mémorisé. J’étais surpris d’apprendre que Nozomi était une potentielle réceptacle à un Furyou, Daken. Si je me souviens bien... celui-là, c’est “Celui-qui-domine”. Ainsi, elle était soupçonné de l’abriter ? J’ignore sur quels critères ils se sont basés pour la suspecter elle. À vrai dire, je n’en voyais aucun. Peut-être que le savoir aurait pu nous aider à retrouver ce Daken avant eux ? Possible. En tout cas, il était intéressant de savoir que ce dernier était recherché. Et ce Monwa devenait de plus en plus mystérieux. Il semblait avoir le pouvoir d’absorber les Furyous, dits primaires. Shoka, et Shizu y sont passés. Daken était toujours recherché. Quand était-il de Nosho et Tsura ? Inutile d’imaginer la puissance phénoménale que contiendrait Monwa, une fois que ses créatures seront siennes. Il se renforce. De plus en plus.

La médecin continua donc sur sa lancée, relatant sa fuite. Le sacrifice du Raïkage, la libération de Seitô... c’était assez surprenant, et pourtant si réel. On ne pouvait qu’en être heureux pour notre chef. Mais pour cet homme, ayant donné sa vie pour lui, je ne savais pas vraiment quoi en penser. Je le pensais notre ennemi. Et pourtant. Il nous est venu en aide, en libérant Seitô. En sauvant Nozomi. Et en nous offrant sur un plateau d’argent des informations plus que importantes. Au final, son aide nous a été extrêmement précieuse, et on ne pouvait que l’en remercier. Était-ce un signe, pour nous ? À voir, pour la suite des évènements.

Son rapport continua donc avec les personnes qu’elle avait rencontré, durant ses précédents voyages. Dont le cas de Katano Yusuke, et Kyu Goren.

Ce fut le tour du Buta de faire son rapport, qui était bien plus technique que celui de sa compère médecin. Ses travaux étaient colossaux. Après tout, c’est à elle que l’on devait la base dans laquelle nous logeons actuellement. Elle avait tout planifié, et tout orchestré pour nous construire un véritable palais, bien à l’abri des regards indiscrets. Et surtout, très protégé. Je ne pouvais en être que impressionné.

Des ventes, des achats. Des constructions, des améliorations. Un véritable travail qui était fourni. Comme une impression de forteresse inébranlable, à laquelle rien ni personne ne pouvait rien y faire. Un système tout simplement impressionnant, nous assurant une sécurité sans pareille. De quoi nous assurer un avenir de plus en plus certain. Ce qui est rassurant.

C’était maintenant à mon tour de faire part de mon rapport. Sur Suna... et sur cette île, de cette rencontre pour le moins surprenante. Un bref instant, je pris une légère inspiration, m’apprêtant à prendre la parole à mon tour.

    Pour ce qui est de mon rapport... D’abord, Kaze no Kuni. Eh bien, à vrai dire, il serait encore trop tôt pour tenter une infiltration au sein de Suna. J’ai pu rencontrer quelques personnes à Kaze no Kuni, dont certaines qui pourraient éventuellement servir. Des Sunajins. Mais rien de sûr encore, le tout est à encore travailler. Il est encore trop tôt pour accorder une réelle confiance, et d’être certain de ne pas se faire poignarder dans le dos. Le contact ne va sans doute pas être rompu, ce qui permettra de développer ce tout.


Des noms. Il y en avait, bien entendu.

    Je pense à quelques personnes en particulier. Tout d’abord, avec Nozomi, nous avons rencontré deux Sunajins en pleine mission. L’un d’eux a déjà été cité, il s’agit d’Akuzu Shinji. Le second, son compère, est un dénommé Notsuu. Pour l’instant, il est encore trop tôt pour tenter une quelconque approche à leur égard. Mais je compte bien ne pas lâcher l’affaire, en ce qui les concerne. Le contact sera probablement gardé, et il y aura des chances de parvenir à quelque chose. Malheureusement, rien de sûr. Et puis, ils ne me semblent pas assez dignes de confiance pour l'instant. Pas assez pour leur mettre sur le dos des responsabilités de ce genre.


Oui. Honnêtement, si une aide interne à Suna pourrait nous venir, je ne pense pas que ces deux-là soient les plus aptes à remplir ce rôle. Ce n’était pas le plus judicieux. Ils ne semblaient pas prêts à coopérer, dans notre intérêt. Et surtout, dans le désintérêt de leur nation, le village du sable. Néanmoins, un autre cas complexe était à citer. Il était même encore plus compliqué, mais peut-être plus fructueux. Et malgré les risques, c’est sur cette personne sur laquelle je comptais le plus m’appuyer.

    Autre rencontre, assez surprenante. J’ai retrouvé quelqu’un, à Kaze. Ma cousine. Cela fait des années que je ne l’avais plus vue, suite à une mystérieuse disparition, dont je n’ai jamais eu les explications avant de la retrouver. On a grandi ensemble, se voyant de temps à autre, et entreprenant un lien assez puissant. Sauf qu’elle est partie à Suna. Il y a environ cinq ans, pour retrouver son père, elle a quitté le Pays du Feu. Son nom est Kawaguchi Tsukiko, et a donc été enrolée dans l’armée ninja de Suna. Rien ne m’assure encore la certitude d’une coopération avec elle, malgré notre lien...


Non, pas grand-chose. Reprenant mon souffle, j’y pensais brièvement. Il y avait un risque : celui qu’elle prenne le concept dans le mauvais sens. Celui de vouloir me rallier à elle. Et ça, malheureusement pour elle, c’était juste impensable.

    Oui, malgré notre lien de sang, elle reste engagée envers son village. Un peu comme moi, à l’époque avec la Feuille. Le contact a été établi, et je lui laisse le temps de laisser l’information se digérer, peu à peu. Je reste confiant sur ce point-là, elle y réfléchira. Et je ne pense pas qu’elle me trahira. Lorsqu’elle prendra conscience du fond du problème des villages, ainsi que nos idéaux, elle pourra sans doute être une bonne alliée. Mais encore une fois, il va me falloir encore un peu de temps pour cela. Maintenant que l’on s’est retrouvé, le contact a été préservé, et je me ferai bien assez vite une idée sur mes chances de réussite. En tout cas, elle ne me laissera pas courir un quelconque danger... si elle ne s’enfonce pas davantage dans l’horreur du système shinobi, ce que je ne laisserais pas faire.


Dans quel but ? Vous me direz dans le but du Shôraizen, certes, mais aussi pour elle. Surtout pour elle. C’était ma cousine, avec qui j’entreprenais un lien fort. Je l’aimais comme ma soeur, comme quand elle était là. La voir vivre dans cette prison qu’est son village me révulse. Mais à trop l’y forcer, je risquerais d’attirer ses foudres. Et je pouvais la comprendre. Comme moi, à Konoha. J’ai du attendre une trahison envers nous, pour réaliser la réalité de la chose. Il m’en a fallut beaucoup. Et pourtant, j’ai obéis, durant des années et des années. Je ne la laisserais pas faire cette même erreur que moi.

Et si elle refusait ? Ce serait regrettable. Mais néanmoins, je ne pense pas qu’elle irait jusqu’à me trahir. Refuser, peut-être... trahir, non. Et peut-être de là, une éventuelle coopération future pourrait germer. Vu qu’en s’en prenant au Shôraizen, elle s’en prendra forcément à moi. Si son village décide de s’en prendre à nous, qu’elle serait sa réaction ? La situation risque de devenir très complexe pour elle, partagée entre moi ou son village. Quel choix fera-t-elle ? J’ose espérer le bon. Qu’elle ne fasse pas les mêmes erreurs que moi...

    Pour conclure avec Kaze no Kuni, rien de bien fructueux pour l’instant. Le tout est encore à développer, et les relations que j’entretiens avec ces personnes ne cesseront de se développer. Dans le bon sens ? Ou dans le mauvais ? Tout dépendra d’eux. En apprenant à mieux les connaître, je pense être en mesure d’arriver à me faire une réelle idée de leurs cas, et de m’adapter en circonstances. Autre point, sinon. Une autre rencontre à Kaze no Kuni, mais qui n’est aucunement lié à Suna.


Qui d’autre ? C’était pourtant évident. Un nouvel élément pour l’organisation. Une nouvelle recrue dans notre famille.

    Il s’agit de Kaguya Milly, une Nukenin que nous avons recrutée dans le désert, avec Nozomi. Elle est née à Kiri, et a ensuite été traquée par son village, dès son plus jeune âge. Elle a du fuir. Elle a du se cacher. Tout comme nous, elle a connu cette situation. Ce sentiment de se sentir pourchassé sans cesse. De vivre avec la crainte d’être retrouvée un jour, pour que la sentence soit exécutée. Ce n’est pas une situation simple à gérer, surtout qu’elle semble moins expérimentée que nous. Et pourtant. Elle tient tête à son destin. Sa liberté, elle l’a. Et elle compte la céder pour rien au monde. Un mental solide, une joie de vivre, et des idéaux concordant avec les nôtres. Malgré son passé, elle ne se laisse pas abattre pour autant, et est encore prête à se battre à nos côtés. Au risque de sortir de sa cachette. Elle veut nous aider. Nous, et tous ceux qui sont dans le besoin d’être délivrés.


Il est vrai qu’elle pourrait être un bon élément parmi nous.

    Je pense sincèrement qu’elle peut être un excellent pilier pour le Shôraizen. Un pilier moral sur lequel on pourrait compter, et sans doute une puissance intéressante à exploiter. Une volonté de fer, avec en plus un pouvoir assez intéressant, qu’elle tire de son clan. Je sens qu’elle a un avenir parmi nous. On peut compter sur elle, et je ne pense pas que l’Uma dira le contraire.


Oui. Parmi nous deux, c’est elle qui s’est le plus rapprochée de la Nukenin. Et je pense qu’elle est certainement du même avis que moi.

Et enfin, il y avait bien un dernier point à parler.

    Enfin, je finirais pas l’événement le plus récent. Je suis moi-même repassé sur cette île, où les péripéties relatées par Nozomi ont eu lieu. Inquiet de sa disparition, je m’y suis rendu lorsque j’ai compris où est-ce qu’elle s’était rendue. Une équipe m’a accompagné, seulement, je suis le seul à être parvenu à traverser le dôme de chakra. J’ai pu continuer mon chemin, dans une forêt avec cette tour qui surplombait chaque arbre. Et là, j’ai rencontré quelqu’un que je ne pensais pas trouver là-bas : il s’agit d’Aburame Miko, une Jônin de Konoha.


À ce nom, je repensais à cette rencontre. Une rencontre qui aurait pu très mal se terminer. Et pourtant, ce ne fut pas le cas. Au contraire même. C’était quelque chose d’assez... surprenant.

    Lorsque je l’ai vu, j'ai pensé que l’affrontement allait être inévitable. Mais, ce ne fut pas le cas. Nous avons eu une petite discussion, et il s’est avéré qu’elle ait, elle aussi, déserté Konoha. C’est les paroles qu’elle a tenu, à mon égard. Et autant dire que j’ai eu bien du mal à la croire, et à lui accorder le moindre crédit. Et pourtant...


Une légère inspiration.

    ... ce qu’elle m’a avoué semblait plus vrai qu’autre chose. Sa désertion s’est déroulée après la fin de sa mission avec Yamanaka Meia, et donc son retour à Konoha. Lorsqu’elle a apprit tout ce qu’il s’était passé. Elle a pris conscience de l’influence malsaine que Kumo avait sur notre ancien village, et n’a pas su l’accepter. Comme elle n’a pas su accepter le fait d’apprendre que le rôle des Seki au Temple ne se résumait qu’à une seule chose : une pure provocation. Provoquer une erreur de notre côté, pour nous faire tomber. Et ils ont réussi. Du moins, en partie. Notons qu’on a su se relever efficacement...


Là pour le coup, je ne pouvais que partager son point de vue.

    Après avoir pris conscience de tout ça, et d’avoir réalisé que la Feuille n’a pas rejeté l’influence de Kumo, elle est partie. Pour elle, les nuages ne sont en rien innocents dans ce qu'il s'est passé. Ils sont impliqués dans toutes ses morts. Donc, déçue par ce qu’elle a vu et vécu, elle a quitté Konoha. Elle me l’a dit clairement : elle ne souhaite plus être un outil, mais agir selon ses propres choix. C’est les mots qu’elle m’a tenu. Elle a même tenté de nous retrouver d’après ses dires, mais en vain. Jusqu’à qu'elle me rencontre.


Une question persistait donc. Pouvait-on la croire ? Oui.

    J’ai douté de ses propos, je ne le nie pas. Et pourtant, aujourd’hui, je la crois. Mes sens ne me trompent rarement : elle ne m’a pas menti. Son chakra est resté stable à chaque mot prononcé, à chaque dire énoncé. Aucun signe n’a laissé penser à une éventuelle entourloupe de sa part. Elle était sincère, je suis catégorique là-dessus... Et puis, un autre élément me l'a confirmé : nous nous sommes fait attaquer par des Konohajins. Trois femmes, le symbole de la Feuille sur leurs bandeaux. Elles ont cherché à me tuer. Tout comme elles ont cherché à tuer Miko. Nous avons été victimes de leur attaque, tous les deux. C’était bien trop gros pour que ce soit un coup monté, notre rencontre étant un pur hasard. Donc oui, il n’est certainement pas impossible que notre route croise celle d’Aburame Miko, dans les jours à venir.
    Même si je suis d'ordinaire très méfiant, surtout envers Konoha, elle a su me convaincre, et me prouver sa bonne foi. J'ignore quand elle se montrera cependant. Nous avons été séparé suite aux derniers événements sur cette île, mais je mets tout en oeuvre pour la retrouver. Qui sait ? C'est peut-être une occasion à ne pas manquer...


Cette fois, tout était dit, et je n’avais plus rien à rajouter. Il était temps d’entendre les rapports qui manquaient, à savoir ceux de Hyûga Azumi, le Mouton, et de Yamanaka Hiriko, le Lièvre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptySam 13 Déc 2014 - 19:27

Seitô écoutait, fixant chaque protagoniste prenant la parole droit dans les yeux. C'était au tour d'Azumi, qui posa sa main sur la table, avant de prendre la parole.

    « Au vu des ordres, je n'ai pas directement contacté les villages, mais j'ai beaucoup voyagé et envoyé certain de nos ninjas afin de récolter des informations pour nous, et sur notre popularité ainsi que notre placement d'un point de vu mondial

    Premièrement, la situation à Yu no Kuni est relativement de bon augure. Les forces militaires du Daimyô y sont restreintes, nous permettant donc un maximum de discrétion. N'oublions pas que Yu reste un pays très peu industrialisé et militairement armé, ainsi qu'un peuple relativement pacifiste.

    Notre base est donc littéralement invisible, et le moindre mouvement militaire ennemi pourra être facilement détecté, ainsi que les mouvements de nos propres troupes. Couplé aux défenses mises en place par notre Buta, le Shôraizen peut se vanter d'avoir probablement une des meilleures défenses possibles.

    Quant à nos ninjas, nous avons encore quelques déserteurs de Konoha, et nombre de Kumo. Suna reste relativement... Absent, quant au Shukai, je n'en parle même pas. En soit, nous recevons principalement des effectifs de la part des Villages que tu as toi-même libéré, Seitô.

    Au niveau international, les Daimyô sont inquiets des désertions de masse, et de ta désertion en particulier. Surtout celui du Pays du Feu. Il t'avait en haute-estime, j'ignore si nous pouvons encore compter dessus, mais en tout les cas, il est certain d'une chose : ils prennent notre menace au sérieux, mais l'ombre des Furyou limite cela. Lorsque cette menace sera finalement écartée, il y aura de fortes chances que nous soyons les prochains sur la liste.

    Le principal problème réside dans l'activité inhabituelle de Mizu. Je ne sais pas encore de quoi il s'agit, mais bientôt, ce pays sera probablement au-devant de la scène internationale. Je n'ai pas pu enquêter plus au vu de ta disparition. »


Elle fit une pause, avant de reprendre.

    « Pour notre popularité, l'action sera notre allié. Et en parlant d'action, Dentô Shiwoon est aussi un très bon élément. Avec une bonne formation, je suis sûr qu'il peut devenir un bon allié. Le seul problème réside dans son impulsivité, mais vu que vous avez nombre d'élève de ce type, je vous le recommande. »


Puis, il eut un silence... Hiriko prit la parole, ouvrant son regard d'émeraude intense.

    « Comme voulus, nous sommes relativement discrets dans le monde, hormis peut-être ton action menée contre Kumo. Pour Ame et Kawa, la situation économique et le contexte politico-géographique sont très favorables. Beaucoup de Sabakyô, qu'ils soient affiliés à Konoha ou non, nous ont rejoint, ce qui m'amène à un point important. »


Il s'arrêta, fixant Seitô...

    « La majorité du Clan Sabakyô exige ton accession en tant que Chef de Clan, et la récupération du Sceau du Destructeur. Que ce soit de gré ou de force, tes origines, ton sang, et ton passé en tant que Brouillard Solitaire. Tout concorde à ton accès légitime à ce titre. »


Silence. Le regard du Sabakyô resta neutre...

    « Ton absence fit beaucoup de bruit, mais ton retour eut l'effet que tu as espéré. Si tu étais mort, la haine aurait était notre allié, mais te revoilà, et plutôt en bon état. Cette joie est toute aussi puissante. En soit, c'est une bonne chose, et le moral des troupes est là. Oh, et beaucoup d'entre nous veulent te rencontrer. À toi de voir si tu acceptes ou non. »


Le tour se termina... C'était au Sabakyô de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyDim 14 Déc 2014 - 21:19

Il y avait beaucoup d'information à prendre en compte. Beaucoup d'informations en très peu de temps, ce qui montrait en soit une activité et un travail très important. Deux bonnes choses pour poser les bases d'une organisation ambitieuse. En tous les cas, c'était à mon tour...

    « Si la libération de Kumo fut effective, et que le moral de nos troupes furent renforcées, nous avons effectivement touché le plein pot. Mon emprisonnement n'était pas prévu, et la chose devait se faire de façon pacifique. Mais, malgré les menaces de la propagation d'une maladie mortelle, ils ont tout de même procédé à mon arrestation. Cela nous prouve deux choses.

    La première est la confirmation de l'hypothèse d'Azumi. Dès la menace Furyou éteinte, il est très probable que la menace Shôraizen soit la suivante. La seconde, est que cela nous donne une arme non-négligeable contre les villages Shinobi. L'impulsivité de Kumo mettant des civils en danger peut devenir un argument extrêmement efficace. »


Je croisais les bras, prenant une légère pause.

    « Pour les informations "Furyou". Nous pourrions effectivement suivre la direction prise par le sacrifice du Yondaime. Hors, n'oublions pas que ce dernier m'a piégé et m'a capturé. En soit, c'est un être aussi vicieux que pervers, et je me refuse à suivre son jeu minutieusement préparé. S'il pensait que le Shôraizen était un pion qu'il était capable de manipuler, il se trompait. Le sacrifice de sa vie ne pardonne pas tous ses crimes. »


Il fixa ses Aizuyake.

    « Nous jouerons selon nos propres règles, et nous nous positionnerons à propos de la menace Furyou selon notre bon vouloir. C'est pourquoi je compte user de ces informations afin de faire plier un peu plus le genou des villages Ninjas, et servir nos intérêts de manière a évité un maximum de victimes collatérales. Il y en aura, mais c'est un sacrifice que nous devons faire. »


Une pause...

    « Je vous pose toutes ces questions, car les actions de Kumo confirment mes soupçons. Les Puissances Shinobi sont devenues orgueilleuses. La guerre est inévitable pour atteindre nos objectifs, c'est pourquoi il nous faut nous préparer un maximum. Vous pouvez nous considérer en état de guerre. »


L'atmosphère se fit plus lourde. Je pouvais le ressentir...

    « La suite de notre mouvement se fera en considération de cela : la paix entre nous et les villages vient de disparaître. Nous ne coopérons pas avec eux contre les Furyou, à moins d'y avoir une contre-partie équivalente à nos efforts de guerre. La suite des évènements se déroulera comme cela, à moins que l'un d'entre vous y ai quelque chose à y redire. »


Je posais mon regard sur Nozomi.

    « Tout d'abords, il nous faut Katano Yusuk et Goren dans notre poche. Ce sont deux Nukenin influents, ou même puissant. D'après les rapports, Yusuke fut capturé par Konoha, et malgré un arrangement pour sa libération, il a encore trahi le village de la feuille pour ses propres intérêts. Néanmoins, si c'est contre les villages et non pas contre nous, nous pouvons peut-être établir une alliance très forte, et rassembler encore plus de Nukenin. Nozomi, tu te chargeras de cette lettre afin qu'elle est plus d'impact. Tu les rencontreras avec moi. »


Mon regard repassa sur Azumi et Tsubaki

    « Notre position vis-à-vis des villages correspond à une préparation à la guerre. J'ignore la position du Shukaï à notre sujet, c'est donc aussi une priorité dans nos objectifs de savoir s'ils sont avec nous, ou contre nous. Personnellement, je ne leur fais pas confiance. Je sais de source sûre qu'ils ont mené des alliances avec les autres villages, maintenant, à voir si elles ont abouti ou non. Ils ont essayé avec Konoha lorsque j'étais intendant. »


Mes yeux se déplacèrent sur Kôhei.

    « Malheureusement, les Ninjas de Suna semblent encore trop couards pour se libérer. Néanmoins, je vois une faille avec Kawaguchi Tsukiko, t'a cousine. Continue d'entretenir ce lien, si cela ne donne rien, nous l'éliminerons. Comprenez que je ne peux laisser filtrer des informations sur nous, encore plus s'il s'agit d'une des proches de nos Aizuyake. Aussi Kôhei, j'ai réfléchi, et il me semble que ton rôle en tant que Nezumi n'est pas adapté. J'ai mes raisons de croire que tu ferais un meilleur Coq que rat, c'est pourquoi je te change d'affiliation dès aujourd'hui, mais tu restes encore responsable des contacts avec ta cousine. Tiens-moi au courant de la moindre évolution. »


Je regardais ensuite Tsubaki et Nozomi.

    « Tsubaki, augmente les fréquences de vérification d'identité et notre défense globale. En l'absence d'un Oushi, tu es chargé, seule, de la sécurité de la base. Couple-toi avec Nozomi afin d'utiliser les examens médicaux des membres et des Aizuyake. Cela implique aussi que j'approuve ton initiative de fiche médicale identitaire. Aussi Tsubaki, priorité absolue sur cette super-arme. Tu disposes de tous les ninjas nécessaires, ainsi que des moyens matériels et financiers pour la construire. Nous devons avoir un moyen de l'utiliser d'ici très peu de temps. Si jamais tu as besoin d'un Saibogu, nous en capturons un s'il refuse de coopérer. »


C'était une décision que j'avais prise. Cette arme, il nous la faut. Reposant mon regard sur Kôhei, je continuais.

    « Pour le cas de Kaguya Milly, elle a du potentiel, mais cela semble un peu léger pour en faire directement un pilier de notre organisation. Bien qu'elle possède une motivation particulière, il existe d'autre Kaguya, beaucoup ayant une bonne volonté. C'est donc chose commune, néanmoins, vu que tu me la recommandes, j'en prends note et la convoquerai sous peu pour la tester. Dentô Shiwoon subira le même traitement. Quant à Aburame Miko... »


Je réfléchissais. Cela était étrange de la voir ici, mais la version des faits étaient crédible... Que faire ? Je n'avais d'autre choix que de prendre une décision provisoire.

    « Quand bien même ses raisons sont incroyablement justifiées, et que beaucoup de choses vont en sa faveur, n'oublions pas que c'est Yamanaka Meia qui a elle-même prit la décision d'aller avec cette ninja précis en mission. Il y a donc forcément une raison qui nous est encore obscure. Et c'est de cette obscurité qui est inquiétante, car rien ne nous dit que l'Aburame ne fut pas envoyé par la Yamanaka afin de nous infiltrer et de nous détruire. Néanmoins... Accordons-lui le bénéfice du doute. »


Je tournais légèrement la tête, en m'adressant à Hiriko.

    « Aburame Miko possède l'autorisation de nous rejoindre. Procédure habituelle : elle n'échappera pas au sceau lui empêchant de divulguer des informations de l'organisation et de la localiser si besoin. Aussi, je dépêcherai moi-même une personne pour sa surveillance personnelle. Peut-être cette Kaguya Milly... Ou Akane. Je prendrai ma décision plus tard, et me chargerai personnellement de cette affaire.

    Aussi, je vais envoyer des lettres aux différents gérants des villages afin d'organiser une réunion pour leur offrir les informations des Furyou contre des contreparties. C'est ici que je négocierai pour prendre la tête du clan Sabakyô. »


Je finissais enfin...

    « Les questions et les remarques à faire sont à faire maintenant. Si non, organisez la suite de vos mouvements en fonction de ce qu'il vient de ce dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyMar 16 Déc 2014 - 23:45

Tsubaki prit à son tour la parole, d'une voix assurée. Elle semblait parfaitement à son aise à cette réunion. Elle était d'accord pour prêter ses livres, ce qui était déjà un bon point . Elle répondit ensuite à son tour à la question de Seitô, faisant son rapport. Elle parla alors de nombreuses choses concernant la base, sa sécurité et ses finances. Nozomi essayait de comprendre ce qu'il se disait mais certaines choses lui échappaient. Elle avait même créé sa propre petite industrie. Cette femme était très intelligente et paraissait être une vraie femme d'affaires. Une vraie reine... Mais la sauvageonne comprit l'essentiel : ils avaient assez de puissance dans cette base pour faire pression sur un village shinobi. Impressionnant.

Ce fut ensuite au tour de son nouvel ami : Kôhei. Pour sa part, il devait parler des rencontres qu'il avait faites à Kaze no kuni. Des personnes qu'elle-même avait déjà citées puisqu'ils étaient ensemble pour cette mission. Mais il n'étaient pas des alliés potentiels. Par contre il y avait quelqu'un qu'il avait vu seul, et il semblait compter sur cette personne : sa cousine. Pourrait-il compter sur les liens du sang ? Seuls l'avenir pourrait le leur dire. Il en vint ensuite à parler de la jeune femme qu'ils avaient recrutée : Milly. Le résumé qu'il en fit était des plus élogieux, et des plus vrais également. Elle leur avait fait une bonne impression.

Puis il narra son passage sur l'île, alors qu'il était parti à sa recherche. Nozomi baissa la tête, un peu honteuse d'avoir mit des personnes en danger malgré elle. Elle avait cru pouvoir s'en sortir sans aide... Il avait fait une rencontre intéressante là bas, une jonin de leur ancien village. Elle avait déserté à son tour suite à plusieurs événements dont elle apprenait l’existence. Il était question de Kumo, d'un temple et des Seki. Et tout ça lui parut bien flou. Au final, ils sembleraient qu'ils puissent faire confiance à cette femme. Et Nozomi savait pertinemment combien Kôhei était méfiant et suspicieux, pour avoir voyagé à ses côtés durant quelques temps. Si cette jounin avait su le convaincre, c'est qu'elle devait être de bonne foi.

La femme aux yeux blancs prit la parole à son tour. Et elle parla du pays de l'errante, le seul où elle avait eu une vie sédentaire durant plusieurs années. Et où elle était revenue. Nozomi l'écouta donc attentivement, curieuse de savoir si son pays avait pu changer durant ses trois ans d'absence. Mais le rapport fut plutôt rassurant : d'après elle, le peuple était toujours aussi pacifiste et peu industrialisé. Elle en vint ensuite à parler de « mouvements militaires ennemis » et l'errante pensa alors directement à une chose : si ces ennemis ne trouvaient pas la base, alors allaient il tout simplement raser tout le pays ? Ses parents adoptifs compris ? Ils ne penseraient certainement pas à chercher sous terre...

Devait elle demander à ses parents de la rejoindre ici, au Shôraizen ? Et en avait-elle tout simplement le droit ? L'endroit était tenu secret. Et qu'en était il de son père biologique, qu'elle avait perdu de vue sur l’île ? Était il au moins encore en vie ? La Hyuuga aborda ensuite le fait que tant que les furyous étaient présents, personne ne viendrait les attaquer. Mais quand cette menace serait écartée, ils seraient certainement les prochains sur la liste... Alors finalement, n'étaient-ils mieux pas où ils étaient actuellement, sans avoir aucune nouvelle d'elle ? Juste une simple lettre, en trois ans. Toute à ses pensées, elle n'avait que vaguement entendu la suite ; Mais il était question de quelqu’un d'impulsif et du fait que Seitô en avait l'habitude.

Le dernier à faire son rapport fut le Yamanaka. Et ce qu'il annonça lui fit tourner la tête vers le concerné, Seitô. Son clan présent à la base le voulait en tant que chef, ici. Décidément, beaucoup de monde comptait sur lui et l'appréciait. Alors pourquoi Konoha l'avait-il traité comme un paria ? Ce fut enfin à son tour. Et il parla d'une menace... De propagation d'une maladie mortelle ? De manière pacifiste ? Et surtout, il ne comptait pas vraiment tenir la promesse faite à celui qui s'était sacrifié pour eux. Il comptait au contraire se servir des informations acquises sur l'île pour « faire plier les villages shinobis ». Enfin, il donnerait tout de même les informations, au final... Même si ce n'était certainement pas de la façon dont le Yondaime l'aurait voulu. Et puis, c'était pour éviter au maximum les morts, donc c'était bon à prendre. Même s'ils ne pourraient jamais éviter le zéro perte collatérale.

En ce qui concernait la suite, elle fut heureuse d'être assise à ce moment là. Il leur annonça qu'ils étaient en état de guerre, et que c'était pour cela qu'il faudrait se préparer un maximum. Si elle comptait se voiler la face encore peu, voilà qui y mettait un terme. Devoir passer par la guerre pour obtenir une vraie paix, c'était tellement... Aberrant. Pour cela, il leur faudrait des alliés. Et le regard de son chef se posa alors sur elle, lui demandant d'écrire une lettre pour Yusuke et Goren. Afin de les avoir de leur côté. Ensuite, ils iraient les rencontrer tous les deux. Savoir qu'il viendrait avec elle était rassurant. Car elle ne pouvait pas du tout prévoir quelles seraient les réactions des deux nukenins. Elle apprit d'ailleurs quelque chose en ce qui concernait Yusuke : il avait été fait prisonnier par Konoha par le passé. Ce qui lui fit penser à quelque chose. La torture que Goren avait subie, qu'il lui avait montrée. Le nom gravé sur son torse. Il lui avait alors dit qu'il avait protégé un allié. Et quand elle l'avait revu, il avait confirmé le fait qu'ils étaient tous les deux compagnons de voyage. Se pourrait-il que Goren ait été enfermé à Konoha, lui aussi ?

Le Tsugurike annonça ensuite à Kôhei que si sa cousine refusait de les aider, il faudrait l'éliminer. Car il s'agissait d'une proche d'un des Aizuyake. Il ne devait pas être tellement ravit d'entendre ça. Ce qui lui refit penser à ses parents. Il quittait aussi le rôle du rat pour prendre celui du coq. Concernant Tsubaki, elle avait les pleins pouvoirs pour construire cette super arme. Et concernant son propre projet, il l'approuvait. Les fiches identitaires serviraient à accentuer la sécurité de la base. Ce qui était le but premier. Limiter au maximum l'infiltration, en ayant des détails que l'ennemi ne possédait pas.

Il en vint ensuite à parler des différentes personnes dont les noms avaient été soulevés durant la réunion. Milly allait être testée sur le terrain, certainement. Quant à la jounin, elle allait pouvoir les rejoindre. Mais elle allait sûrement rester sous surveillance. Il allait se charger des lettres concernant les chefs de village. Et il allait négocier des choses en échange des informations contre les furyous. Dont devenir le chef de son clan. Il ajouta ensuite que les questions et remarques seraient à faire maintenant. Ensuite, il serait certainement trop tard. Puisque chacun allait aller vaquer à ses occupations et ses projets. Un peu hésitante, Nozomi s'éclaircit la voix, avant de prendre de nouveau la parole.


- « Je ne sais pas trop si c'est le bon moment pour ça, ni le bon endroit... Mais vu qu'on est tous réunis, enfin presque tous... Serait-il possible de savoir exactement ce qu'il s'est passé à Konoha ? Plutôt que de l'apprendre dans la base par d'autres déserteurs. Enfin, sinon, ce n'est pas grave... »

Elle était gênée d'avoir osé poser la question. Elle n'en avait entendu que des bruits de couloirs et ce qu'il s'était raconté à la réunion. Mais après tout, si on ne lui en avait pas parlé c'était peut-être car elle ne devait pas être au courant et que ça ne la concernait pas. Même si elle était une Aizuyake. Du coup, elle changea de sujet. Un qui la concernait un peu plus.

- « J'aurais également une autre question... Concernant les furyous. J'avoue que je suis un peu perdue. Je ne savais rien du tout sur eux, et voilà que j'en rencontre plusieurs et que j'ai même l'occasion de leur poser des questions. Mais... Je n'y connaissais vraiment rien ! Je ne sais même pas si ce que j'en ai déduit par rapport à ce que j'ai vu est bon ou non. Alors... »

Elle se tourna vers Seitô, et hésita sur la façon de le nommer devant tous les Aizuyake réunis . De peur de faire une bourde, elle ne le nomma en fait pas.

- « Tu as été intendant, as tu des informations qui pourraient m'éclairer ? Et m'aider à comprendre ? »

Et elle aborda finalement un sujet qui lui tenait plus à cœur.

- « Et, je voulais savoir... Peut-on inviter des proches à venir nous rejoindre à la base ? »

Elle regardait toujours Seitô, en disant cela. L'ex-errante n'avait rien de plus à ajouter pour le moment, ni à demander. Enfin si, mais elle verrait cela en privé avec la personne en question. Car ça ne concernait pas les autres personnes présentes. Et elle s'était déjà bien trop mise en avant à son goût.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyVen 26 Déc 2014 - 4:24

Nozomi fut la première à prendre la parole. L'écoutant attentivement, je la fixais avec intensité. Elle demandait quelques explications, pour la plupart relativement assez longues. Mais si elle le demandait, c'est qu'il y avait nécessité. Après qu'elle eut finit de prendre la parole, je continuais.

    « Les évènements avec Katano Yusuke concernent principalement Aburame Ryosei, Ao Rin et Yamanaka Natsumi. En vérité, ce dernier avait menacé Konoha devant le Musicien Anonyme : Rin. Ce dernier en référant au village et à l'Hokage, une traque fut lancée à son encontre. Là, Yamanaka Natsumi, la fille de Yamanaka Meïa, grave son nom dans la chaire de nos ennemis. En soit, Katano Yusuke, Goren et Konjo. Voilà pour l'histoire... »


J'avais résumé l'histoire avec les informations les plus importantes à mes yeux. Je n'avais pas à m'attarder plus sur le sujet de Yusuke, car au final, la suite était beaucoup plus utile et intéressante.

    « Les Furyou sont la résultante d'expérience des Uchiwa, en plongeant des humains dans des Genjutsu de torture afin d'en faire des combattants parfaits pour détruire les Senju. Chaque Furyou possède donc une obsession, mais tout cela a rapidement dégénéré. De ce que l'on sait, il existe 5 Furyou primaires que Monwa lui-même chasse... Tsura allias Meteora, Shizu allias Gogyou Makka, Shoka ou la Furyou sur l'île, Nosho qui fut scellé à Kusa et Daken que Monwa cherche encore... »


Attendez. Et si nous faisons fausse route depuis le début ? Si effectivement Monwa chasse les Furyou mais n'est pas un Furyou, comme les autres ? Si tous n'étaient pas des Furyou mais... Autre chose ? Cela nécessite réflexion, mais il fallait que j'en face part.

    « En vérité, j'ai deux hypothèses qui méritent réflexion à propos de Monwa. La première est qu'il fut créé dans le but de détruire les expériences des Uchiwa, ce qui expliquerait le fait qu'il ne soit pas Furyou, et qu'il existe bien une sixième expérience. Malheureusement, la stèle sous le Temple de Kyûbi ne recelait rien de tel. La seconde... »


Je faisais silence. La chose était de plus en plus probable. Ce qui m'avait mis sur la voie était le fait qu'il existe d'autres... Furyou.

    « Est que Monwa soit un Uchiwa, mais qu'il ne possède pas les connaissances nécessaires afin de créer un Furyou complet, néanmoins, il possède le Sharingan permettant de faire ce genre de "réplique". De ce que j'ai compris, Shoka semblait avoir vu quelque chose en lui, peut-être était-ce tout simplement les légendaires iris rouges. Ou alors les deux, ou quelque chose mêlant les deux, tout est plausible avec les Furyou... »


Je réfléchissais, tandis que le Mystère Monwa lui, s'épaississait.

    « Tu peux. Mais tant que ceux-ci acceptent de leur plein gré. Aussi, s'ils connaissent l'existence de la base et de l'organisation dans ce pays, s'ils décident de ne pas la rejoindre, alors ils mourront pour une simple question de sécurité. En soit, s'ils viennent, ils respecteront nos idéaux et nos règles. Comme tout le monde. D'autres questions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyVen 26 Déc 2014 - 13:22



Tsubaki avait écouté tout du long, recevant chaque donnée en s’efforçant d’essayer de retenir l’essentiel même. Elle avait vu à quoi ressemblait un conseil instantiel, l’organisation était prête à agir pour se préparer pleinement en cas de conflit. Il allait falloir augmenter encore d’un cran les surveillances en plein code jaune. Bon, ce n’était pas bien difficile, mais il allait falloir payer des heures supplémentaires. Bon, ça non plus n’était pas trop dur. En revanche, il était question d’un dernier détail qui n’en restait pas moins compliqué, complexe, et qui demandait un avertissement. Même si elle connaissait les conséquences de cet acte qu’il pouvait, dans le futur, provoquer, elle n’en savait que la théorie, et ne pouvait pas vraiment se représenter ce qu’il en était.

« Si tu ne le vois pas, je peux te le montrer. »

S’en suivit dans son esprit le changement de lieu qui changea son interrogation en horreur. Sous la lune, rougie par le sang à la chute inaltérable des humains, la mort n’avait pas encore cessé d’abattre sa faux. La vie pleuvait, la vie pleurait, et soudain, le temps prit son chemin retour, relatant d’un sens si rapide le cours de la boucherie que la jeune fleur ne put en voler le fil. Lorsqu’il s’ancra à nouveau, elle regretta de s’être ainsi posé tel questionnement. Une lueur rouge perfora la terre de part en part, révéla un souffle spectaculaire, suivi d’un océan de flammes qui embrasèrent les cieux d’un mouvement si vif que les corps furent projetés dans la voûte agonisante, alors que les bases mêmes de ce monde tremblaient de terreur, pendant que les feux vengeurs dévoraient ses entrailles. Nul n’avait encore consistance pleine après que les souffles de la mort expédièrent toute vie à la poussière originelle, amenant même la poussière au vent.

Lorsque l’esprit de la jeune femme revint à son environnement méditatif, elle chancela. Fut-elle dans les propres contrôles de son corps qu’elle ne se serait plus que sûrement évanouie. Elle voyait ce que faisait telle chose, à présent, dans la déferlante d’horreur et de mort de sa propre future création. Elle se demanda si elle allait maintenant pouvoir mener à bien tel projet.

« Je m’en chargerai, ne t’en fais pas. Mais nous y ajouterons deux ou trois petites choses. »

Alors que la Serei essayait de lui remonter le moral, Tsubaki savait qu’il n’en serait que futile, aussi le réconfort s’arrêta par une remarque faite à la table des décisions. Le cheval avait terminé d'énoncer ses remarques et questions, et Seitô, lui, eut fini d'y répondre. Elle ne pouvait dire qu'une part seule des informations qui avaient été donnée, aussi devrait-elle s'en référer à quelque autre membre du conseil par la suite, n'ayant pas tout suivi pleinement. Cependant, fut ainsi assimilée la dernière phrase du fou alors qu'il demandait si quelqu'un avait autre interrogation. Il venait alors à la Serei de prendre cette occasion pour s'énoncer.

« Seitô-sama, concernant le projet… »

L’esprit attendit que l’interpelé se tourne vers le corps de son hôte pour continuer dans ses propos.

« Cette arme sera l’ultime moyen de défense. Elle est messagère de mort et de destruction. Si vous menez vraiment à la volonté d’une liberté, j’ose croire que vous ne l’utiliserez pas. Néanmoins, sachez que son activation ne pourra que passer par moi, vous aurez donc à soumettre à mon jugement la situation. Ce ne sera pas à prendre à la légère. »

Fixant sans hostilité son supérieur, elle ne cherchait qu’à lui montrer qu’il était hors de question de faire usage malsain de ce moyen. Aussi, espérant que le message soit bien passé, elle se rassit et attendit de voir si quelque remarque voulait encore être faite.

Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyVen 16 Jan 2015 - 14:08

Tranquillement, j’écoutais les paroles de chacun, et notamment les réponses de Seitô à mes paroles. Et j’eus un pincement au coeur, quand il mentionna le cas de Tsukiko. Si elle refuse de collaborer, où qu’elle ne nous est plus d’aucune utilité... il faudra la tuer ? Évidemment, je comprenais parfaitement ce qui le poussait à en venir là. Bien que j’espérais de tout coeur pouvoir éviter ce cas de figure là... elle était quand même ma cousine, avec qui j’ai passé une bonne partie de mon enfance. J’ai autrefois souffert de sa perte, et nos retrouvailles étaient un réel soulagement. Alors si maintenant il fallait mettre fin à ses jours, parce que je l’ai impliqué là-dedans... j’aurais du mal à l’accepter.

Voyons voir, ça devrait pouvoir s’éviter...

Il continua donc, en m’annonçant quelque chose de tout à fait inattendu. Un changement de bague ? Il tenait à ce que je devienne Coq, à la place de Rat ? Pourquoi pas, si telle était sa volonté. Il avait ses raisons, et ce nouveau rôle ne me déplaisait pas. La Justice... juger les actions de chacun. Un conseiller, et un juge impartial. Le rôle ne me dérangeait vraiment pas, après tout.

    La bague du Coq ? Très bien, j'accepte ce nouveau rôle.


Inutile de demander davantage d’explications, du moins, pour l’instant. Peut-être que par la suite, après cette réunion, je pourrais me renseigner sur les motivations du Tsugurike, concernant cette décision. Mais pour l’instant, ce n’était pas à l’ordre du jour. Nous avions d’autres chats à fouetter, après tout.

Pour ce qui est de la suite, il avait pris note de ce que je lui ai dit pour Kaguya Milly, et Aburame Miko. Il n’avait pas l’air d’avoir confiance en cette dernière, ce qui était tout à fait compréhensible. Moi-même j’ai eu du mal à lui accorder ma confiance. Et pourtant... il faut croire qu’elle était réellement sincère.

Il demanda de poser nos questions maintenant. J’écoutais donc, chacune des remarques. Nozomi posa des questions, qui résulta sur des explications concernant nos deux prochaines cibles : Katano Yusuke, et Goren. Deux personnes que je n’avais encore jamais rencontré, contrairement à l’errante, de ce que j’ai pu comprendre. De plus, des explications concernant les Furyous ont suivi, ainsi que des suppositions sur la réelle identité de Sa Majesté, Monwa.

Ce fut ensuite Natsuno Tsubaki qui prit la parole, pour parler de cette fameuse arme, notre défense ultime comme elle l’appelait. Je serais bien curieux de voir, de mes propres yeux, la puissance de cette arme. Néanmoins, je sais que ce ne sera pas sans répercussion... le danger était réel. Cette envie de la voir à l’oeuvre se doit de rester le plus enfoui au fond de mon être. On avait plus qu’à espérer que personne ne trouve le moyen de retourner cette arme contre nous. Apparemment, de ce que j’ai pu comprendre, c’était impossible. La clé de son activation résidait en une seule personne : le Bûta, qui était cette femme. Celle à qui l’on devait notre base, et nos défenses. Bien que je ne la connaisse pas personnellement, j’imagine qu’on peut se fier à elle.

    Je n’ai rien à rajouter pour ma part. Je vais continuer à entretenir la correspondance que j’ai avec ma cousine, Kawaguchi Tsukiko, et je vous tiens, tous, au courant de l’évolution de celle-ci.


Rien de plus à rajouter. Le rapport était fait, ce qui a du être dit a été dit. Je sais également le contenu des rapports des autres Aizuyake autour de cette table, ainsi que le nouveau rôle qui m’était assigné. Une réunion qui a été fructueuse, un peu pour tous.

Un pas vers l’avant a été fait...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyVen 16 Jan 2015 - 14:54

J'avais répondu à Nozomi de façon claire. En tous les cas, c'est ce que j'espérai. Je n'avais ni envie qu'elle ne ce face d'illusion, ni envie qu'elle pense que nous pouvions faire une exception parce qu'il s'agissait des parents d'un Aizuyake. Notre rôle était de guider les autres, pas de profiter des avantages que notre position nous offrait, sinon, notre but et nos convictions n'avaient plus aucun sens.

La suite fut étonnante lorsque Natsuno Tsubaki prit la parole. Me défiait-elle ? Me sous-estimait-elle ? Je dois l'avouer, c'était peut-être un peu des deux. Une puissante arme devait être mise sous bonne garde, et surtout, ne pas être user à mauvais escient. Mais si nous en avions besoin afin d'atteindre notre but plus rapidement et avec moins de victimes, alors la fin justifie les moyens. Je le ferai, et il fallait mettre cela au clair, ici et maintenant.

    « Tsubaki... Ton travail et la gérance de cette base. Tu n'es ni Singe, ni Bœuf, ni coq, ni Tsugurike, mais Buta. Ton signe n'est pas celui de la guerre, mais celui des ressources et de l'intendance de la base. Ce droit que tu demandes dépasse largement tes fonctions car tu ne possèdes ni les capacités psychologiques et ni les compétences intellectuelles pour assurer les conséquences de l'utilisation d'une super-arme, ou alors tu ne les as pas encore montrées. Dans les deux cas, tu agis hors de tes fonctions. J'espère mettre fait bien compris que dans ce conseil, il n'a pas de place à l'ingérence ni aux revendications aussi futile que celle-ci. »


Je la fixais avec intensité du regard, d'un air beaucoup plus ferme et déterminé qu'elle. Si j'avais acquis de nombreuses compétences lors de ma carrière, diriger des troupes en faisait partie.

    « Si tu ne me fais pas confiance, à moi, et à nous, sur l'utilisation de cette super-arme, alors tu ne mérites pas cette bague. Comme tous ceux ayant cette pensée. La base de ce conseil est une confiance aveugle et mutuelle entre nous. J'ai minutieusement choisi chacun d'entre vous pour les compétences qu'ils pouvaient apporter au Shôraizen, et le plus important, vous avez fait vos preuves. Vous avez ma confiance, et cela se doit d'être réciproque. Je ne peux être expert dans tous les domaines, et c'est chacun d'entre vous qui complète cette faiblesse. Mes décisions sont prises en fonction de votre appréciation, mais aucun d'entre vous ne dispose du pouvoir de prendre une décision nous concernant sans avoir mon aval. Après ces mots, j'espère que tout le monde comprend bien le fondement de notre mode opératoire. »


Après ces quelques mots bien fermes, je reprenais d'un ton tout aussi décidé.

    « Mais en tous les cas, il est clair que l'utilisation d'une arme comme celle-ci ne se fera pas sans une analyse précise de la situation, et sans l'exploration d'autres moyens plus adaptés. La Fin justifie les Moyens, et j'espère sincèrement à ne jamais avoir à utiliser d'un moyen aussi dangereux et meurtrier. Et si cela doit être le cas, pas sans l'avis de mes Aizuyake. »


Je regardais ensuite Kôhei, mon élève. Aucune objection, aucune question, c'était parfait.

    « Sur ce, chacun dispose de ses directives. La réunion est levée, je vous souhaite à tous une bonne journée. »


Et je partais, en direction de mon bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyDim 18 Jan 2015 - 15:08

Il entreprit de répondre à sa première question. Oui, elle voulait savoir ce qu'il s'était passé à Konoha. Ce qui avait fait d'eux des déserteurs. Mais il ne répondit pas vraiment à sa question. Enfin si... Peut-être ne s'était-elle pas assez bien exprimée. Ce n'était pas ce qu'elle voulait savoir. Il lui parla d'une traque envers Yusuke, Goren, et... Konjo?! Son propre père était-il un ennemi de Konoha? Ce n'était pas la réponse qu'elle attendait, mais elle avait tout de même obtenu des informations importantes. Ainsi son père était connu. Et en mal... Quand à savoir comment leur village avait poussés les membres du Shôraizen à déserter, elle n'aurait pas l'information de suite. Peut-être même qu'elle ne l'aurait jamais. Seitô avait-il mal compris ce qu'elle voulait savoir? Pourtant, c'était un homme intelligent. Il y avait-il plutôt quelque chose qu'elle ne devait pas savoir?

Il passa au second sujet. Celui des furyou. Il répondit de nouveau à sa question. il émit également plusieurs hypothèses. Il semblait y avoir beaucoup réfléchit. Après tout, il avait été intendant. Et il possédait beaucoup d'informations qui lui avaient permit de réfléchir de la sorte. D'après lui, Monwa serait un Uchiwa. Une hypothèse intéressante. Tout cela demandait à réflexion. Malgré les informations qu'elle avait ramenées au péril de sa vie, ils ne savaient encore que peu de choses sur les furyous. Rien qui ne permettait de les combattre complètement, tout du moins.

Puis Seitô répondit à sa dernière question. Et elle baissa alors les yeux, regardant distraitement la table. Les tuer, hein? Elle ne le permettrait pas! Alors, quoi? Devait-elle les laisser sans nouvelles? Elle était toujours dans le doute. Tsubaki prit de nouveau la parole. Elle ne voulait pas qu'il se serve de son arme destructrice. Elle semblait vouloir protéger les vies des membres présents à la base. Et c'était tout à son honneur. Elle avait apparemment le même respect de la vie qu'elle-même. Ce qui n'était pas étonnant. N'étaient-elles pas médecins toutes les deux?

Mais le Tsugurike n'était pas du même avis. Il la remit assez promptement à sa place. Lui indiquant qu'elle n'avait pas les compétences intellectuelles nécessaires pour cela. Nozomi en fut assez chagrinée pour sa consœur. Cette femme était intelligente, c'était certain. Elle avait rénové toute seule toute la base. Elle avait même fait en sorte qu'ils soient autosuffisants avec leurs ressources. Elle avait mis en place un système de lumière par les cristaux. Peu de monde aurait pu en arriver à ce résultat. Tout ce qu'elle avait fait était admirable. Mais dans son domaine... L'ex errante voyait où il voulait en venir. Cette femme n'avait pas la même vision que lui: ce n'était pas un manque d'intelligence, mais tout simplement des points de vues différents.

Car pour décider ou non d'activer cette arme, il fallait quelqu'un avec la tête froide. Comme lui. L'aspect de lui-même qu'il montrait à ce moment là était assez déroutant. Un aspect qu'elle lui avait déjà vu lors de leur mission, mais qu'elle avait presque oublié. Froid, déterminé et autoritaire. Tout ce qu'on demandait à un leadeur. En fait, le voir comme ça faisait froid dans le dos. Et il avait revêtu ce masque pour cette réunion, car c'est ce qu'il incarnait à cet instant: le chef du Shôraizen. Il n'était pas étonnant qu'il avait accédé à de si grandes responsabilités lorsqu'il vivait au village de Konoha. Il avait toutes les capacités et les qualités pour. Même si... Elle avait l’impression qu'il jouait alors un rôle. Un rôle qui lui allait comme un gant, certes. Mais ce n'était pas "lui". Car sous ce masque - invisible, celui-ci - se trouvait quelqu'un de chaleureux, à l'écoute et ouvert d'esprit. Quelqu'un avec qui l'on avait envie de passer du temps. Avait-on vu cela, à Konoha?

Seitô rappela alors le rôle des Aizuyake: ils étaient là pour le compléter. Le soutenir. Tout comme lui le ferait avec eux. Et elle émit un petit sourire quand il parla de "ses" Aizuyake. Qu'il avait tous choisit personnellement. Ils avaient besoin de lui tout comme il avait besoin d'eux. Puis il annonça alors que la réunion était terminée, et les laissa en leur souhaitant une bonne journée. Nozomi se leva alors de sa chaise. Et alors que tous commençaient à partir à leur tour également, elle se dirigea vers le Yamanaka. Et s'adressa timidement à lui.


- "Hiriko? Aurais-tu quelques instants? J'aurais quelque chose de... Particulier, à te demander."

Elle lui adressa un sourire, plus pour se mettre en confiance elle-même que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyVen 23 Jan 2015 - 11:20

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Etrdfy10

Hiriko observait l'attitude du Tsugurike avec un calme certain. D'ici, c'était probablement l'être le plus mystérieux et réservé des Aizuyake. Pour tous ? Non. Seitô et lui avait eu de nombreuses conversations dans l'ombre des oreilles indiscrètes. Après tout, c'était principalement grâce au Yamanaka que le Sabakyô, qui était aujourd'hui "L'Ombre du Monde Libre", avait pu sortir du village.

Oui, le Yamanaka était fait d'une franchise déconcertante, qui mêlait une manipulation entre vérité et obscurité clairvoyante. Impossible de savoir ce qu'il pensait, car comme l'eau, en l'observant, on ne voyait que notre reflet. N'y avait-il personne derrière ce miroir fluide ? Personne ne pouvait le savoir. Il était un Anbu, mais il avait choisi de suivre l'ex-Intendant qui avait mis un point d'honneur à rendre à l'unité spéciale du village sa prestance d'antan. Des idées conservatrices mais nécessaires pour maintenir un village à la surface des eaux troublent des temps que nous vivons.

Les yeux de nouveau fermé, le Yamanaka laissait ses autres sens percevoir le monde à la place de ses yeux émeraude. Personne ne savait pourquoi il fermait les yeux constamment, ne les ouvrants que pour prendre la parole dans les moments importants. Ses sens l'avertirent de l'arrivée de l'Uma a son encontre. Levant la tête en sa direction, assis sur son siège de Lièvre, il sentit le sourire douteux qui se dégageait de cette jeune femme aux responsabilités plus que vitale. Écoutant ce qu'elle avait à lui dire, il lui répondit par un sourire avant de dire :

    « Bien sûr. Allons dans un endroit plus discret... Je suis sûr que ce que tu as me demander doit être particulièrement... Intéressant. »


Il se leva de sa chaise puis se dirigea dans son bureau, faisant signe à Nozomi de le suivre. Arrivant dans la pièce, il lui offrit une tasse de thé, en prenant une pour lui aussi. Apparemment, c'était une tradition Konohajin que d'offrir une boisson chaude comme le thé à son interlocuteur pendant une conversation importante. S'asseyant sur son siège, il lui sourit avant de dire.

    « Alors ? Qu'as-tu à me demander ? Parle sans crainte, ici, nous sommes protégés des oreilles indiscrètes. »


Il fermait les yeux, sans lire dans les esprits de la jeune Uma. Cela avait quelque chose d'excitant pour lui, de ne pas savoir ce que pense son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyVen 23 Jan 2015 - 19:19

L'homme répondit par l'affirmative à sa question. Elle suivit silencieusement le lièvre qui l'invitait à venir dans son bureau. Elle ne le connaissait pas beaucoup. Encore moins que les autres. Elle n'avait eu que des contacts purement professionnels avec lui, en particulier avec la bague, et ne connaissait strictement rien de lui. Mis à part qu'il était un Yamanaka et avait déserté Konoha. En fait les deux seuls avec qui la jeune femme avait noué des liens étaient les deux avec qui elle avait effectué des missions par le passé: Kôhei ainsi que Seitô. Pour les autres, ils étaient des inconnus. Des connaissances, tout au plus. Ce qui n'empêchait pas l'Uma d'avoir confiance en eux et de faire son propre travail.

Arrivés dans la pièce, il lui offrit une tasse de thé. Une initiative appréciée. Il prit place et elle l'imita. Puis elle posa ses mains sur la tasse pour se donner une contenance. Il tenta de la mettre à l'aise, lui indiquant que personne ne les écoutait. Il valait mieux. Son attitude à lui était plutôt étrange. Il fermait les yeux. Peut-être se concentrait-il sur le chakra qu'elle dégageait, ou sur autre chose. Pour sa part, il semblait plutôt puissant. Mais serait-ce suffisant pour ce qu'elle allait lui demander? Elle l’espérait. Elle but une gorgée du breuvage.


- "Hé bien, je... En fait... Je viens de vivre beaucoup de choses sur cette île. Je vous ai tout raconté comme j'ai pu, mais c'est fort possible que j'ai oublié des détails. Et puis... Je ne suis franchement pas sûre de ce que j'ai pu voir, et de la façon dont j'ai compris les évènements. Je veux dire... Je n'y connais rien sur ces choses. Alors j'ai pu rater des détails qui pourraient sembler importants à quelqu'un qui s'y connait d'avantage."

Sans parler du fait qu'elle avait eu peur de mourir et que son sens de l'analyse n'était sûrement pas au top de sa forme.

- "Du coup, je me demandais si c'était possible... Avec ton pouvoir de clan... De prendre mes souvenirs et de les donner à quelqu'un d'autre? A Seitô? Il aura certainement une meilleure vision des choses que moi. Et il aura ainsi tous les détails possibles."

Elle but une nouvelle gorgée, avant de reprendre.

- "Et concernant la première partie, si tu peux y accéder. C'est plutôt gênant... Et très personnel... Alors j'aimerais que personne d'autre ne soit au courant de cela, s'il te plait."

Avait-elle le droit de poser des conditions alors que c'était elle qui demandait un service?

- "Oh et puis, j'ai déjà eu des informations sur les furyous, par le passé. J'ai rencontré un jeune homme lors de mon passage à Suna. Il sortait de l'hôpital. Et d'après lui, sa blessure était due à un furyou. Qui lui avait enlevé le sang, d'un autre furyou. Je n'avais pas trop compris... Mais est-il possible de voir de remonter à ce souvenir pour le lui donner en même temps? Si je te donne approximativement la date où ça s'est passé."

Elle en avait fini avec ses demandes. Pour l'instant. Car une autre idée lui était venue en tête. Mais elle allait déjà attendre de voir comment il allait réagir à celles ci. Et savoir s'il en était capable. Car s'il ne pouvait pas faire cela, il ne pourrait certainement pas faire la dernière chose qu'elle souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyDim 1 Fév 2015 - 22:50

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Etrdfy10

Que ça ? Hiriko fit un léger sourire. Tout ceci n'était qu'une simple question de manque de confiance en soit. Comment dire... Pourquoi ressentait-elle cela ? Seitô l'avait choisie, elle, au même titre que lui, qu'Azumi ou Tsubaki, que Kohei ou Matawa. Alors pourquoi doutait-elle ? Ses yeux étaient toujours fermés, mais il reprit juste après elle.

    « Pourquoi doutes-tu, Myouga Nozomi ? »


Sa voix était cristalline. Clair comme de l'eau de roche et s'infiltrant en vous en un clin d'œil. Son sourire amical, un peu mélancolique se fit voir sur ses lèvres, tandis qu'il continua.

    « Tous, nous avons reçu notre bague pour nos capacités et nos convictions. Tu es l'Uma, le Cheval. Celle-qui-soigne, Celle-qui-apporte-le-réconfort. Seitô a vu en toi le pouvoir d'être celle qui lui fallait à ce poste. Et je ne pense pas que ce soit ton style de remettre son jugement en cause, je me trompe ? »


Il souriait. Un sourire voulant tout dire... Hiriko était probablement, même avant Seitô, la personne la plus omnisciente du Shôraizen. De par son pouvoir de Yamanaka, la limite de l'esprit pour lui ne semblait pas exister. Après quoi, il reprit...

    « J'accepte ta demande, mais sache que je doute que cela soit vraiment utile. Les Furyou sont indéniablement un problème, mais il s'inquiète plus à ce qu'il y aura après... »


Ses paupières s'entrouvrirent, laissant voir des yeux Émeraude...

    « Il sait que les villages Shinobi trouveront un moyen de vaincre les Furyou. Mais après ? Ils se retourneront contre nous... Seitô a eu le courage de se mettre en travers de ce système pervertie, et c'est ceux à qui cela profite qui le pourchasse et le traque sans relâche. »


Une minute de silence s'écoula, tandis que les informations circulaient dans son esprit. Puis il reprit la parole.

    « Voilà. Seitô sait tout. Mais toi, que veux-tu savoir ? »


Il sourit, fermant les yeux. Pourquoi faisait-il cela ? Seul lui le savait...

    « A vrai dire, je pensais que tu serais venu jusqu'à moi pour savoir toutes les raisons qui ont poussé Seitô a déserté, je me trompe ? »


Une simple question qu'il avait réussi à déduire de son petit passage dans sa tête...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptySam 7 Fév 2015 - 17:28

La phrase prononcée par le Yamanaka lui fit baisser légèrement la tête. Pourquoi doutait-elle ? Parce qu'elle n'avait pas su protéger ses proches et qu'ils étaient tous morts. Parce que jusqu'à présent elle n'avait eu personne avec qui comparer ses capacités. Et qu'elle se jugeait donc encore faible, malgré le fait qu'elle soit consciente d'avoir fait des progrès. Parce qu'elle avait peur de faire la moindre erreur, de ne pas savoir comment se comporter avec des shinobis. Elle ne connaissait pas les codes de la vie en communauté et encore moins ceux des shinobis. Les raisons étaient nombreuses pour lui permettre de douter d'elle-même.

Mais savoir que Seitô la considérait assez pour lui faire confiance et lui donner une bague était réconfortant. Et effectivement, elle ne remettait pas son jugement en compte. Seulement elle-même et ses capacités. Elle avait tout simplement peur de ne pas être à la hauteur. Elle rendit son sourire à Hiriko, même s'il ne pouvait pas le voir étant donné qu'il avait les yeux fermés. Peu importe, il y avait d'autres moyens de voir un sourire sur un visage.

Puis il accepta sa demande, et elle se retint de pousser un soupir de soulagement. D'après lui, ce n'était pas le plus inquiétant aux yeux de Seitô. C'est vrai qu'il était certainement une cible à éliminer aux yeux des Konohajins puisqu'il avait déserté, en emmenant d'autres avec lui, dont le chef des Hyô. Chose qu'il confirma à voix haute. Pour l'instant, la menace Furyou les tenait occupés et donc éloignés d'eux. Mais pour combien de temps encore ? Le Yamanaka se tut. Et Nozomi devina à son air concentré qu'il était en train de faire à sa requête. Elle ne dit rien, essayant simplement de se rappeler de ce qu'il s'était passé sur l’île, afin de l'aider à trouve ce qu'il cherchait. Mais en avait-il besoin ?

Au bout d'un certain temps, il reprit la parole. Disant qu'il en avait terminé. Déjà ? Ce pouvoir était assez impressionnant ! Il était inutile de demander pourquoi il était Aizuyake, pour sa part. Elle s’apprêta à le remercier quand il poursuivit. Elle, que voulait-elle savoir ? Elle pensa alors à la demande qu'elle n'avait pas encore formulée. Pourtant il ne s'agissait pas de cela. Mais de la question qu'elle avait maladroitement posée à Seitô, et qui n'avait obtenu aucune réponse. Il avait certainement dû voir cela au passage. Que pouvait-il bien avoir vu d'autre ? Un peu surprise, elle entreprit de lui répondre.


- « Ho, je... Oui, j'aurais aimé savoir. Mais je ne me serais pas permise de venir te demander ça. Je veux dire, sans sa permission. »

Une pause, avant de reprendre.

- « Mais si je peux, alors oui. Après tout, je risque de l'apprendre un jour ou l'autre de la bouche de l'un de nos membres, par hasard ou non. »

Alors autant qu'elle l'apprenne directement par un Aizuyake. Les mains derrière le dos,un peu hésitante, elle laissa passer de nouveau quelques secondes avant de formuler son autre demande.

- « Hiriko, il y a autre chose que je voulais te demander. Sur l'île, j'étais avec mon père. Je l'ai... Perdu de vue avant de me retrouver devant les furyous. Puis ensuite je me suis enfuie avec Seitô. Mais lui, je ne sais pas ce qu'il est devenu. Je ne sais même pas s'il a survécu... »

Elle s'arrêta quelques instants pour l'observer. Il devait certainement avoir compris où elle voulait en venir. Mais elle termina out de même son autre demande.

- « J'avais pensé que peut-être,comme tu es responsable des informations... Peut-être pourrais-tu savoir ce qu'il est devenu ? Je veux juste savoir s'il est en vie ou non. Et lui faire savoir que moi, je le suis. Il est inutile de lui dire où je suis, il ne nous rejoindra pas. Je ne pense pas... Il n'a pas... Les mêmes objectifs. Et je ne veux plus vraiment suivre les siens. Oui, juste savoir que nous sommes en vie, l'un et l'autre, ce serait suffisant. »

L'inviter à venir n'était pas une bonne idée. Surtout après ce qu'avait dit Seitô : ceux qui étaient au courant de l'existence de la base et refusaient de venir seraient tués. Et elle était quasiment certaine qu'il refuserait de venir. A son grand regret... Elle devait alors prendre une décision difficile. Il était le seul lien de sang qu'il lui restait en ce monde. Et le savoir là, vivant, quelque part, serait réconfortant. Même s'ils n'avaient pas les mêmes ambitions et risquaient de ne pas beaucoup de revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptySam 14 Fév 2015 - 17:41

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Etrdfy10

Hiriko fit un simple sourire. C'était intéressant de voir comment une toile mêlant folle domination et admiration insensée, c'était mis en place au cœur même des Hommes. C'était ça qui le caractérisait : l'observation. Voir l'évolution et la réaction des Hommes, l'influence que les grandes figures pouvaient exercer sur les petites. Et si on foutait un coup de pied dans ce beau système hiérarchique appris depuis des générations par l'Homme, que se passerait-il ?

C'était pourquoi Seitô était intéressant, après tout. L'incapacité de devenir un rouage de ce monde, et la capacité à pouvoir le faire changer. Si nous étions dans un livre, Hiriko nommerait les personnes comme le Tsugurike les éléments perturbateurs du récit. Lui, il ne se considérait que comme un simple lecteur. Mais dans quelle catégorie se situerait Nozomi ? C'était une énigme.

Buvant une gorgée de Thé, il reprit.

    « Concernant ton père, je ne peux rien dire. Je n'ai pas eu vent de nouvelles le concernant depuis cet épisode de l'île. Mais dès que je possède une information à ce sujet, je te la ferai parvenir. »


Son sourire et son air mélancolique s'amplifièrent, les yeux toujours fermés.

    « Quant à l'autre partie, tout le monde possède le droit de savoir. Et je suis sûr que tu préférais avoir la vérité de la bouche du grand criminel que nous suivons tous... Sabakyô Seitô. Je vais t'offrir cette vérité, Myouga Nozomi... »


Il ouvrit les yeux. Brillant d'un vert émeraude, ils plongèrent la concerner dans un souvenir du passée...

****

C'était une salle sombre... Il n'y avait aucune fenêtre, simplement des murs en béton, continuant jusqu'aux profondeur de la terre, les bougies murales, faiblement allumées, illuminant la route. Au bout de quelques minutes : une porte de métal froid et glacial. Elle s'ouvrit, pour faire voir le Sabakyô dans une pièce, une faible bougie posée sur la table, des dossiers un peu partout. Il ne se retourna pas, se contentant de lancer d'une voix neutre.

    « Que veux-tu, Hiriko ? »
    « La vérité. Pas celle que retiendra l'Histoire, non... La vraie vérité. »


On entendit ensuite un long soupir métallique.

    « Tu es bien trop perspicace pour te laisser berner, même par des dossiers proprement falsifiés. Il est bon de rester dans la lumière de ce que les gens retiendront. Personne ne veut l'Ombre d'une Histoire, c'est pourquoi ils existent des personnages principaux et secondaires, alors que nous sommes, au fond, tous acteurs de cette même histoire. »


Il eut un silence.

    « Si tu veux tout savoir... Les meurtres des Civils du Temple étaient un dommage collatéral conséquent. Je devais protéger le Village, c'est pourquoi j'ai attaqué les Kumojin en connaissance de cause lorsqu'ils ont refusé de partir. De cette attaque massive au Gaz restait deux solutions : Soit ils étaient paralysés, soit ils réussissaient à s'enfuir. Dans le premier cas, j'aurai réussi à accuser Kumo d'ingérence en envoyant des militaires au sein même de notre pays, et à mettre fin à cette alliance contre-productive pour la Feuille sans guerre. Et pour l'autre solution... »


Il s'arrêta quelques secondes...

    « Pour l'autre solution, ce qui fut le cas, j'ai usé des vies que j'avais mises en jeu afin d'atteindre le même but. J'ai donc pris l'apparence d'un des Kumojin avec Kôhei, et nous avons mis fin aux souffrances des Civils présents dans le Temple, en choisissant scrupuleusement nos victimes. Ceux qui allaient mourir sont morts, et ceux qui avaient une chance de survie furent blessés de façon à ce qu'ils aient la vie sauve. »

    « Que cherches-tu à sauver ? Le village, ou ta conscience ? »


Un énième silence, son poing se serra.

    « Mes mains sont depuis longtemps rouges de sang. Je ne compte plus les vies que j'ai enlevées. Je suis une arme, et une arme n'a pas de conscience. Simplement... S'ils étaient condamnés à mourir, alors que leurs vies servent à en sauver d'autres. C'est un sacrifice nécessaire à une fin : Une quinzaine de vies pour toutes les vies d'un pays. »
    « Pourquoi avoir fait ce choix ? »
    « C'est un test... »
    « Un test ? »
    « L'Hokage doit choisir : Konoha ou son image. Soit il prend l'opportunité de stopper cette alliance avec Kumo que je lui offre, soit il explique que les civils divaguent. En raison de la présence des gaz hallucinogènes, et rends donc ce sacrifice inutile. »


****

Elle revint à la réalité...

    « Mais au final, l'Hokage préféra dévoiler la "vérité" et présenté Seitô comme un traître. On sait désormais que tout ceci fut fomenté par Kumo afin de mettre à l'écart la principale barrière entre eux et Konoha. Au fond, ils ont réussi... Seitô est un déserteur, traqué, et l'histoire reconnaît que c'est l'Assassin du Temple de Kyûbi qui a voulu faire porter le Chapeau à Kumo, aveuglé par sa haine. Loufoque conclusion, mais l'être Humain préfère a séparer le monde à deux catégories : le Bien et le Mal. »


Il posa sa tasse...

    « Il est très probable que l'Hokage soit au courant... C'est probablement cette pensée qui fait le plus de mal à Seitô. Malgré que ceux qui possèdent aujourd'hui le pouvoir connaissent la vérité, ils se la gardent afin de rester dans leurs positions. Désormais, tu sais tout... À mon tour d'avoir une question... »


Il sourit à la Myouga, la fixant de ses yeux vert intense.

    « Que penses-tu de cette histoire, Myouga Nozomi ? Toi qui prônes la défense des civils, acceptes-tu le fait qu'ils peuvent être sacrifié, comme nous tous, pour le bien commun ? Après tout, le Nindô de notre chef est "La Fin justifie les Moyens"...»
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] EmptyDim 22 Fév 2015 - 15:59

Il ne répondit pas de suite. Buvant d'abord un peu de son thé. Tandis que la jeune femme attendait, légèrement anxieuse. Et quand il prit la parole et entendit ses premiers mots, elle hocha tristement la tête. Il n'avait aucune nouvelle concernant son père. Mais au moins, il allait la renseigner dès qu'il en saurait d'avantage. C'était déjà cela, et ça la soulageait un peu. Même si il était certain qu'elle aurait préféré une information précise. Mais savoir que quelqu'un s'occupait de son cas était un bon début.

Concernant l'autre demande, il ajouta plusieurs choses qui intriguèrent Nozomi. L'entendre de sa bouche ? Et pourquoi... Le grand criminel ? Elle aurait bientôt les réponses à ses questions. Car c'est ce qu'il lui dit. Et l'émeraude plongea dans l'azur. Emmenant l'eisei nin dans un tout autre lieu, dans un tout autre contexte. Une discussion entre Seitô et Hiriko avait lieu dans un environnement sombre. Tout aussi sombre que ce qu'il s'y disait. Nozomi y assistait, de la même façon qu'un spectateur regardait un film. Les événements se déroulaient sans qu'elle ne puisse intervenir ou avoir un quelconque impact sur ce qu'il s'y passait. Alors elle observa et écouta la scène que lui montrait le Yamanaka.

Elle ne comprit pas vraiment les premières paroles du chef de son organisation. Mais elle sursauta malgré elle quand elle entendit le passage où il parlait de meurtres de civils. Il parlait de cela comme d'un « dommage collatéral ». Elle écouta la suite. Il s'agissait d'une alliance entre le village de Kumo et celui de Konoha. Une alliance peu utile, visiblement. Puisque les relations entre les deux avaient menées à tuer des civils. Seitô et Kôhei... Les deux personnes avec qui elle se sentait le plus proche en ce monde. Les deux avaient volontairement pris la vie de personnes qui avaient confiance en eux. De personnes qu'ils auraient dû protéger.

Les questions d'Hiriko étaient pertinentes. Et le Sabakyô lui répondit. Il ne se considérait pas comme un être humain, mais comme une arme. Était-ce parce qu'il avait été traité de cette façon toute sa vie ? Que personne ne lui avait permit de découvrir une facette plus humaine de sa personnalité ? Ou bien parce qu'il appréciait être considéré comme tel, au fond ? Ce qui lui permettait de ne pas s’embarrasser de choses comme la conscience, justement. Ces questions là ne furent pas posées. Mais une autre le fut : pourquoi ? Tout aussi intéressante. Nozomi continuait d'observer, attentive. Les meurtres des civils n'avaient pour objectif que d'être un test pour l'Hokage. Un test au goût bien amer.

La vision du passé s'arrêta, et elle retourna de nouveau dans le bureau avec le Yamanaka. Il lui expliqua comment tout cela s'était terminé. L'Hokage avait fait un choix : sacrifier le shinobi qui avait sacrifié les civils. Il avait ainsi gardé l'alliance avec les Kumojins, qui d'après les dires d'Hiriko, avaient fait en sorte de pousser Seitô dans ses derniers retranchements. Rendant les meurtres du temple inutiles. Une bien sombre histoire, oui. Que penser de tout cela ? C'est ce qu'il lui demanda, la questionnant à son tour. Un peu surprise, elle l'observa. Qu'attendait-il d'elle ? Qu'elle lui dise ce qu'elle pensait vraiment ? Ou bien ce qu'il aimerait entendre ? Ce qu'elle allait dire ici resterait-il confidentiel ? Elle poussa un léger soupir.


- « Je n'accepterais jamais le sacrifice de civils, que ce soit pour le bien commun ou non. Ils n'ont rien demandé. Les shinobis devraient les protéger, et non pas s'en servir comme chair à canon dès qu'ils en ont la possibilité. »

Le ton était donné. Que cela lui plaise ou non, elle s'en moquait. Elle lui adressa tout de même un faible sourire afin de modérer ses propos. Voilà ce qu'elle était, une pacifiste. Une idéaliste pacifiste. Elle l'avait apprit très tôt, et c'était ancré en elle : les plus fort devaient protéger les plus faibles. Les plus âgés devaient protéger les plus jeunes. C'était pour cela qu'elle était la dernière de son clan en vie : car elle avait été protégée par ses aînés.

- « Et je n'accepterais pas non plus le sacrifice de qui que ce soit inutilement. Rendant vains ses efforts. »

Seitô n'avait pas les mains toutes blanches dans cette affaire. Mais le Hokage non plus : il n'avait pas hésité à se débarrasser de l'élément qu'il considérait comme perturbateur. De la même façon qu'on enlevait une épine d'un pied, il s'était débarrassé du Sabakyô à la première occasion venue. Et que penser des Kumojins dont il parlait ? Ils l'avaient poussé à la faute, et s'en étaient sortis indemnes.

- « Oui, je prône la défense des civils avant tout. Et le dialogue également. Si j'avais reçu une éducation telle que la vôtre, je verrais certainement la chose d'une autre façon, c'est certain. Et je ne vois pas cette histoire avec les yeux d'une shinobi. J'imagine que vous, si. »

Par « vous » elle entendait les déserteurs de Konoha actuellement présents au Shoraizen.

- « C'est pour cela que Seitô a été suivit principalement par des ninjas : ils voient en lui un shinobi trahi par son propre kage. Un shinobi qui a tout donné pour son village. Et qui a reçu en échange une bien triste récompense. Ce shinobi trahi, ça aurait pu être n'importe lequel d'entre eux. »

C'est ce qui faisait de lui un leader si charismatique : il avait été trahi, et il s'en était sorti la tête haute.

- « Non je n'ai pas la même vision que vous. Et je n'ai pas toutes les cartes en main pour penser quoi que ce soit de cette histoire. Il y avait-il la moindre possibilité de dialogue entre Seitô et le Hokage ? Entre Seitô et les Kumojins ? Depuis combien de temps est-ce que cette histoire durait-elle ? Comment les Kumojins ont-ils poussé Seitô à sa chute de cette façon ? Beaucoup de questions restent encore en suspens. Ce qui ne me permet pas de pouvoir penser quoi que ce soit de cette histoire. Qui suis-je, pour me permettre de juger ce que je ne comprends pas ? »

Un nouveau sourire, plus franc cette fois-ci.

- « Et pourtant, nous avons les mêmes objectifs. Et c'est cela qu'il faut retenir. Malgré toutes nos différences, nous avons le même but : la paix et la liberté. Un jour, les civils et les shinobis pourront choisir où habiter sans craindre d'être poursuivis ou sacrifiés. Ce seront même les shinobis qui se sacrifieront pour les protéger. Et c'est à lui que nous le devrons. Peu importe les actes et le sang qu'il aura versé par le passé. Il est désormais un homme libre qui n'a de comptes à rendre qu'à lui-même. Qui n'a plus à se salir les mains pour les autres. Et tous ses actes suivent désormais un seul et unique but, un but qu'il s'est fixé lui-même et qu'il ne doit à personne. C'est cet homme que je suis, pas un grand criminel comme tu l'appelles. Nous avons chacun notre façon de voir les choses et les personnes. Pour moi, il est celui qui nous amènera un monde nouveau. »

Elle se leva.

- «  Merci de m'avoir parlé de cela, Hiriko. Si tu n'as rien d'autre à ajouter, je crois que j'ai assez abusé de ton temps. »

Elle se dirigea vers la sortie, puis lui adressa un regard. Lui laissant le temps de poursuivre s'il avait autre chose à lui dire. Dans le cas contraire, elle en avait terminé pour cette entrevue des plus enrichissantes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'ombre de la lumière, naît le cercle du Désespoir [Aizuyake / Shôraizen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yu no Kuni :: Base du Shôraizen-