N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Le Lutin et le Dindon [Aoji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptyJeu 20 Juin 2013 - 19:08

Vous vous souvenez de la mission que j'ai faite avec Aoji il y a quelque temps ? Je ne parle pas de celle où nous avions récolté une plante sous marine ni même de celle là où nous sommes allés chercher un tueur en série mais bien de notre première mission ensemble. Oui, je vois que cela vous revient ! Je veux bien sûr parler de cette fameuse chasse au trésor où nous avions dû affronter une lapine enragée. Bref. Ce jour là, la Kaguya m'avait demandé de gérer ses comptes, ce qui est normal après tout. Je suis son sensei, je suis un adulte, je suis un mec bien et, par dessus tout, je sais gérer l'argent ! En effet je ne suis pas quelqu'un de dépensier et, mieux, je connais tout les bons placements à faire. L'art ? C'est nul. La musique ? Pareil, investissement trop hasardeux qui ne rapporte jamais assez. Non, personnellement, je fais dans l'architecture ! Voyez vous, il y a peu j'ai fait créer un magnifique temple, pas loin de la montagne bleue. Ce temple que j'ai modestement appelé temple des Lutins – non, ne me regardez pas comme ça, mes chevilles vont très bien – est une grande affaire ! Des gens s’affairent pour aller le visiter et je gagne beaucoup d'argent. De plus, il faut noter que ce bâtiment est à mon gloire, ce qui flatte mon ego surdimensionné. En fait, vous vous demandez certainement pourquoi je vous parle de ça ? Et bien tout simplement car j'ambitionne de créer un second temple plus en ville. La montagne bleue était un endroit secret et caché des civils, seuls les shinobis peuvent s'y rendre – ce qui diminue considérablement mon profit. Et pour engager de tels travaux, je vais avoir besoin d'Aoji, ou plutôt de ses comptes qu'elle va gentiment me prêter ! Bien sûr, je lui rendrai son argent … Si j'y pense.

Ainsi, j'ai donné à Aojikawamanashi un petit rendez-vous dans une brasserie sympathique du centre-ville de Kiri. C'est là-bas que je l'attends, à une table. Nous déjeunerons ensemble et parlerons affaire toute la matinée. Je me vois déjà à l'embobiner en lui présentant des placements intéressants. Qu'on se le dise, je ne compte pas lui dire que je vais créer un second temple des lutins, elle risquerait de me prendre pour un fou ou bien même de prendre peur. Qu'elle perde foi en moi serait d'ailleurs la pire des choses qu'il pourrait m'arriver car, en plus de perdre un pigeon, je risquerai de perdre ma réputation ! Du moins ce qu'il en reste …

J'attends quelques minutes sur la table et regarde l'heure. Comme toujours, je suis en avance. C'est une de mes sales manies que certains qualifient de défaut et d'autres de qualité. En ce moment, je suis plutôt d'avis d'appeler ça un défaut. Je patiente un peu et la voilà qui arrive. Je fais signe au serveur de venir. Ne perdons pas de temps. Il faut que ce gonz' nous serve dès qu'Aoji soit là. Car c'est bien connu, quand on mange, on baisse sa garde, on fait moins attention. Vous croyez que c'est pour quoi que je l'ai invitée ici hein ? En plus, figurez vous que c'est même moi qui vais payer ! Ce n'est pas pour rien, j'ai bien sûr un plan derrière la tête. Mais restons calme et ne disons rien : La Kaguya est juste devant moi. Je la salue comme il se doit et le serveur arrive. D'un air parfaitement naturel je dis :
    « Je vais prendre un croissant, des œufs et du lait. Et toi, tu prends quoi Ao ? »

Je vais engraisser cette fille et la déplumer juste après ; un peu comme un berger ferait avec un poulet. D'ailleurs pour filer la métaphore, je dois avouer espérer faire d'Ao le dindon de la farce. Ah ah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptyVen 21 Juin 2013 - 22:19


Affaire louche, très louche même,  Shinichi qui me disait de le retrouver pour parler autour d’un petit déjeuner, je sais pas pourquoi, mais j’avais envie de m’enfuir en courant… Il me voulait quoi lui au juste… Non mais, ce n’ était pas tout ça, mais c’était que j’étais devenu quelqu’un de très occupée, forcément, avec une maison à payer entre autre… Et cette histoire d’épicerie dans les pattes, je n’avais plus une minute à moi… Bah oui ! Vous croyez quoi ?!! L’argent ça ne pousse pas sur les arbres et là, moi qui m’en était toujours foutu royalement, voilà que je le traquais à droite et gauche pour l’amasser tant bien que mal… Bordel, dans quel guêpier je m’étais mise…

C’était donc, sans grâce, bon ça pour ne pas changer… Et avec de grosses cernes que j’arrivais face à mon Senseï chéri, pour cause, j’avais passé la nuit à faire la plonge dans un resto de Kiri, bon sang, pourquoi la vie était si dure, on se le demande… Me posant tant bien que mal sur la chaise je saluais Shinichi d’un geste las tandis qu’il me proposait de prendre ce que je voulais… Bon ça c’était suspect, mais j’étais trop fatiguée pour m’en préoccuper, je n’avais aucunement faim, alors la seule idée qui me venait à l’esprit…

=| -Quelque chose qui réveille ou remet d’aplomb s’il vous plait…

Euhh… « S’il vous plait », oui vous ne rêviez pas, j’avais fait preuve de politesse, forcément, mon employeur, par là j’entends celui de mon boulot autre que Shinobi, se plaisait à m’enlever une heure de salaire pour « chaque mauvaise conduite ». Un moyen selon lui de m’éduquer à l’art des bonnes manières. Croyez-moi, travailler pour pas un radis, ça ne donnait pas envie et sa méthode commençait à porter ses fruits…   J’étais entourée de sale rat, que voulez-vous que je fasse à ça et toujours en tenu de travaille, probablement ce qui me faisait garder ses bons réflexes, je remerciais même le serveur qui venait m’apporter un brumage fumant avec une certaine rapidité. Bon, puisque Shinichi ne semblait pas vouloir se lancer, je lui tendais la perche…

=| -Dis-moi Sensei, que puis-je faire pour toi au juste ? Parce que je suppose que tu ne t’es pas levé ce matin en étant soudainement moins radin et encore moins avec l’envie de déjeuner avec moi… Je suis toute  ouïe…

Enfin, autant que je pouvais l’être  après ma nuit !  Je me retenais de bailler et de râler, voire de le presser pour éviter de perdre encore des ryos, oui, il était temps que je me rends compte que ma journée de travail était finie, enfin j’aurais probablement dû, c’était un coup à perdre plus que quelque heures de travail en pénalité…. En le regardant soudainement et pensant que tous ses soucis d'argent devait être loin derrière lui, je commençais à imaginer une solution de faciliter... Ouais voilà, il faudrait que je trouve un vieux Kaguya pleins aux as et que je le tue pendant la nuit de noce... La solution était plaisante, elle me faisait même sourire, mais en revanche peu réaliste, quoi que... Restait à savoir combien de temps je devrais tenir... Dans la lune, je le coupais alors...

=|- Dis moi Senseï c'est quoi l'âge légal à Kiri pour se marier... ... Oh excuses moi, je t'ai coupé, tu disais?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptyVen 21 Juin 2013 - 22:50

Elle est fatiguée ? Génial ! C'est bon pour les affaires ça. Que dis-je ; c'est bon pour mes affaires ! À tous les coups, je vais m'en mettre plein les poches ! Pour cause, un lapin fatigué se laisse toujours avoir plus facilement qu'un animal en pleine forme, c'est bien connu. Décidément, Dame Fortune me sourit. Dans l'idéal, j'aurais aimé qu'Aoji ne prenne pas de café. Limite qu'elle prenne des viennoiseries ne m'aurait pas dérangé mais qu'elle ne boive de mixture aux propriétés stimulantes ne fait pas mes affaires. Dommage, je n'ai pas pensé à prendre des somnifères auprès de Xaldin. Ce vieux rat aurait pu servir à quelque chose pour une fois. Cela ne paraît pas comme ça mais il est très doué en ce qui concerne la création de médicament louche. En tout cas, la Kaguya a beau être fatiguée, elle ne perd pas le nord pour autant. En effet, elle a vite compris que je désirais lui demander quelque chose. Elle s'amuse d'ailleurs à ironiser sur le fait que je sois un vieux pingre. Telle une vierge effarouchée, je dis alors :
    « Moi, vouloir quelque chose de toi ? MOI ? MOI !? Je suis choqué ! Outré même ! N'ai-je point le droit de voir ma petite élève préférée ? Je trouve affligeant que tu aies une si mauvaise image de moi ! »

… Je fais si bien la victime. On croirait voir un homme politique. Ah ? Comment ça j'ai été Mizukage il fut un temps ? J'ai envie de dire que ceci explique en parti cela. Bref. Après avoir tenu ce discours victimaire, je prends un ton bien plus sérieux. Allons droit dans le mille. Tapons l'animal avant que ce dernier ne reprenne des forces via son café. Comme dirait l'autre : « Tuons la bête ! »
    « Bon. Sinon je voulais parler de tes comptes. J'ai bien réfléchis et je pense qu'il serait plus prudent que je garde ton argent. Bien sûr, on fera compte à part. Mais j'ai de très bonnes relations et de très gros avantages tu sais. Si on travaille ensemble, ou plutôt si tu veux que je travaille pour toi, je pourrais faire fructifier tes économies à des hauteurs incroyablement incroyables ! Sans vouloir me vanter, dis toi que je suis le roi du chiffre. Je prends un un, je te le transforme en dix. Je prends un dix, je te le transforme en cent, et ainsi de suite. À ton avis, comment j'ai fait pour devenir aussi richichichi... Richichissi... Bref, comment j'ai fait pour devenir aussi riche !  »

A noter que le bon mot – celui que je n'ai pas réussi à dire – était richissime. Mais ce n'est pas grave. L'important n'est pas de le dire ni même de savoir l'épeler mais bien de l'être et c'est mon cas ! Alors que je continue mon laïus et que je – pour ainsi dire – vends ma cam', Ao me coupe et me demande quel est l'âge légal pour se marier. Euh ? Le rapport ? Il n'y en a pas je crois bien. Mais ce qu'elle vient de dire est grave, très grave ! Si elle se marie, je ne pourrais pas gérer ses comptes. Ou en tout cas, j'aurais son mari sur le dos. Et pour peu que ce dernier ne soit pas idiot, je ne pourrais pas traficoter les chiffres. Règle de base à la chasse : S'assurer que le gibier est seul et n'a pas de famille.
    « Je ne sais pas. Je dirai … Vingt ans. Mais n'y pense pas ! Le mariage, ce n'est pas pour toi. »


Vu son physique je doute que quelqu'un veuille d'elle.
    « Regarde moi, j'ai vingt cinq ans et je ne suis pas marié. Et pourtant je le vis très bien. Bref, revenons-en au compte d'accord ? Il est important que tu me confies la totalité de tes économies. Indique moi aussi quels sont tes emprunts si tu en as et ajoute par la même occasion tes dépenses quotidiennes. De là, je pourrais faire un calcul savant pour savoir combien je pourrais te faire gagner par mois.  »


Ou plutôt : « Combien je pourrai te piquer par mois sans que tu ne t'en aperçoives ». Que je peux être diabolique en vérité. Un vrai petit Lutin.


Dernière édition par Kitase Shinichi le Sam 22 Juin 2013 - 13:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptySam 22 Juin 2013 - 13:05


Bref, je n’écoutais qu’un mot sur deux de ce qu’il disait et là encore, même les informations que je lui avais demandé, j’avais du mal à les assimiler, en résumé, si j’avais compris, mon comptable comptait s’y mettre sérieusement pour me rendre riche… Et le mariage n‘était pas avant vingt ans… Ouais, ce qui me laissait encore environ cinq à attendre… Autant trouver une solution plus correcte et surtout qui n’inclurait pas un tiers venant pourrir ma vie… C’était surement la fatigue qui ne rendait plus mes idées claires, mais pour le coup j’étais une vraie girouette dans mes envies et faute d’être capable de peser le pour et le contre, je me contentais d’accorder une confiance aveugle à mon Senseï…

=|- Euh… mes comptes… Economie… Déjà ça y en a plus…

Amère, grâce au coup de barre à l’annonce de ces mots, le soudain petit effet qu’avait eu la caféine disparaissait, ma main qui tenait ma tête accoudée sur la table ne le faisait plus et je me mangeais cette dernière…

=|-Figure toi que j’ai recontré quelqu’un que tu connais bien… Une Kaguya, une certaine Rin… En même pas une matinée avec elle, je me suis retrouvée avec une maison dans les pattes, une voisine à la sienne… Donc, tout mon pactole et là je parle aussi de celui que j’avais constitué avec toi pendant nos missions, c’est fait engloutir dans une baraque dans le quartier Kaguya…

Ce qui était un comble pour quelqu’un comme moi qui voulait être détaché de son clan, pire qui aimait vivre dehors en vagabondant et dormant à la belle étoile, jusqu’à ma rencontre avec miss parfaite, le concept de l’argent et son utilisation ne m’avait jamais intéressé. Forcément, je n’en avais jamais eu besoin, mais voilà qu’aujourd’hui, je courrais derrière avant de n’en devoir de plus en plus chaque jour. J’avais l’impression d’étouffer sous le poids de chaines que je m’étais moi-même mise gentiment…

=| -Ce qui totalement illogique, quand tu sais que je me suis battue bec et ongle avec mes parents pour me faire émancipée et vivre dehors aux grès de mes envies, à quoi me sert une maison quand je passe mes nuits à la belle étoiles ? Pour l’hivers tu me diras ? Même pas ! J’adore camper sous la neige !

Mais bref, là n’était pas le sujet et je déballais ma vie, alors qu’au fond, je savais pertinemment qu’il s’en foutait…  D’ailleurs, je ne voyais pas en quoi ces détails le concerner, la fatigue qui me faisait divaguer, reprenant du poil de la bête je retrouvais dans mon esprit le sujet originel qui l’intéressait, dépense, emprunt, revenu… Lui répondre m’était très simple, je n’avais qu’à sortir mon petit calepin/livre de comptes de ma poche et le lui tendre…Dessus se trouvait le prix de la maison, ainsi que l’acompte déjà verser, ainsi que les termes de l’arrangement du clan Kaguya, entre autre, que la doyenne me laissait lui régler la totalité de mon prêt contracté auprès d’elle, selon mes disponibilités, tant que je versais un minimum chaque mois, calculer sur un salaire moyen de genin… Et  malgré des débuts de remboursement difficile, avec les accumulations de petits boulots listés là-dedans aussi, j’arrivais à lui rembourser ce mois-ci l’équivalent de trois mois. Forcément, mes dépenses étaient très minces, la nourriture, je la chassais ou pêcher, je ne dépensais pas un radis en élec puisque je n’étais jamais chez moi et l’eau de mes bains appartenait à Dame forêt, par chance je n’étais pas frileuse… Autant de petits détails accumulés là-dedans aussi lors de notre débriefing avec ma doyenne qui s’était amusée de ma vie qu’elle avait appelée « spartiate »…  En clair, des revenus totalement engloutis dans mon emprunt et des dépenses annexes quasi inexistante…

=| -Tu as tout là-dedans, je ne suis pas contre si tu veux t’en occuper à ma place, j’en peux déjà plus… Alors, finalement tu as accepté d'être mon comptable? Il était temps  !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptySam 22 Juin 2013 - 13:46

Elle n'a plus d'argent sur son compte ? Comment cela peut-il être possible ? Ne me dites pas qu'elle à tout lapider en glaces ou en sucreries ! Et bien non, c'est Rin qui lui a vraisemblablement tout fait perdre. La gamine a eu la bonne idée de lui conseiller un achat à long terme : une maison. Avec un tel crédit, mes marches de manœuvres pour arnaquer la Kaguya sont minces, très minces. Je me gratte mon menton imberbe et réfléchis à la situation. Bon. L'arnaquer ? C'est mort vraisemblablement. Financièrement elle m'a l'air d'être dans le gouffre et ce serait mal d'en profiter. Oui, j'ai beau être un radin, je ne suis pas un être totalement amoral. Bien au contraire, je suis un noble lutin moi ! À ce titre, je ne vais pas profiter du peu d'argent dont dispose mon disciple. Si ça se trouve je vais peut-être même essayer de l'aider. Non, ne me regardez pas comme ça, je n'ai pas de fièvre et suis en pleine forme.
    « Je vois. D'un côté ce n'est pas une mauvaise chose d'acheter une maison. »

J'essaie avec ces mots de lui faire comprendre que ce n'est pas un drame, qu'elle réussira à rembourser l'emprunt et que dans tous les cas, à un moment ou à un autre, elle aurait été contrainte d'acheter une demeure. Cela-dit, Aoji ne semble pas l'entendre de cette oreille. Pour elle son achat était inutile. En effet, elle préfère dormir à la belle étoile et rester dehors … Attendez là. Rester dehors ? Cette fille vit dehors ? Oh mon dieu. C'est une blague là ? Attendez, je rêve. Elle campe dehors en hiver ? Mais diantre quelle honte. Même les gueux du village ne font pas ça. Noble comme je suis, je ne peux pas accepter ça. Que mon élève dorme dehors comme un chat est inacceptable. La pauvre en agissant de la sorte se couvre de honte et redistribue celle-ci sur moi-même qui censé être son professeur.
    « Attends … Tu veux dire que tu dors dehors ? »

Mes yeux sortent de leur orbite, je crois halluciner. Comment de nos jours des gens peuvent vivre dans la rue ? Et par choix en plus. Je vais vraiment devoir faire quelque chose pour éduquer cette petite parce que là c'est grave. Puis en ce qui concerne l'argent, son problème m'a l'air majeur. Je vais donc sûrement essayer de l'aider. Le tout en cachette bien sûr, je n'ai pas envie que ça se sache. Qu'adviendrait-il de moi si on apprenait que j'aide le premier clampin ayant des difficultés financières ? À tous les coups, tout les rats de la ville viendrait me voir pour me supplier d’effacer leur dette. Bref, je prends ce qu'Aoji me donne et regarde le tout. Il n'y a pas grand chose dans son compte. D'ici demain ou après demain, je vais sûrement faire un tour du côté des établissements bancaire du village. De là, j'essaierai de renégocier certains taux d'intérêt et mettrai de l'argent sur le compte. Bien sûr, n'étant pas idiot, je ferai en sorte qu'on efface mes traces.
    « Hum. Tu devrais faire plus de mission de haut rang et délaisser les petits travaux. Tu aurais des chances de pouvoir tout rembourser à temps. J'ai peut-être une affaire de chasse au trésor qui plus est. En tout cas, ta situation pécuniaire m'a l'air critique. Ce n'est pas un coup dur ça ? »

… Merde alors ! Que m'arrive-t-il ? Serais-je en train de devenir gentil ? Vite, Shinichi. Après cet entretien, il faut vite que tu ailles voir un de tes souffres douleurs – comprenez par là : Voir Shord, Xaldin ou Kyoji – pour que tu rehausses ton niveau de connarditude. D'ailleurs en parlant de cela, c'est décidé. Dès demain, je pars en stage avec Natsu, le petit sabreur. Il va me réapprendre à devenir méchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptySam 22 Juin 2013 - 22:10


Ok, ok, ok, j’ai dû m’endormir à un moment, lequel, je ne savais pas trop, mais là c’était évident que je rêvais, d’un coup il était tout gentil le lutin radin, presque réconfortant, non il l’était vraiment et l’espace d’un instant j’avais l’impression qu’il allait tout arranger, de ne plus avoir à être inquiétée. Oui bon, je devais surement comater. Secouant la tête, je le regardais après un « Humhein.. ? » qui s’effaçait devant l’écarquillement soudain de mes yeux… Il venait de dire quoi là.. ? Un coup dur ? Il me tendait la perche pour une glace… … Bon, soit il se payait ma tronche, soit l’idée qu’il a en tête est pire que ce que j’avais pensée ou alors il est malade c’est ça…

=| -Tu es malade Senseï chéri ???!! Condamné peut-être… ?

Dans un élan, je me levais de ma chaise en renversant la table au passage, tout ça le poing en l’air, avec conviction et une flamme dans les yeux, un certain élan d’énergie m’était revenu alors…

=| -Ne t’inquiète pas ! Je  tuerais  l’Hokage s’il le faut, utiliserais toutes les ruses, mais je te ramènerais les meilleurs soins du monde ! Tu vas t’en sortir Sensei ! Courage !

Pourquoi l’hokage… ? Aucune idée… C’était le premier truc qui me venait à l’esprit et j’étais déterminée, quand soudain, je me sentais vaseuse, limite faible, titubante… Oh bordel et si c’était moi la condamnée ?!!! J’allais mourir c’est ça ? Vie de merde… Blanche comme un cachet je tombais droite comme un piquet en arrière sous le regard impuissant du serveur qui était arrivé en courant qui me tapotait les joues maintenant… Non mais attendez, certes, les Kaguya sont réputés pour mourir jeune ok, mais  moi je suis très jeune, puis on ne peut pas dire que ma maîtrise « exceptionnelle » aurait pu accélérer ça… On m’arnaquait là et attrapant le col du serveur apeuré, je cherchais une réponse dans ses yeux avant de me relever d’un geste souplesse… Bon là j’ai tout compris…

=| -A l’aide !! Kirijins ! Arrêtez cet homme ! Il usurpe l’identité de notre noble lutin bleu ! Cet homme n’est pas Kitase Shinichi ! Imposture ! Un espion ! ALERTE ! ALERTE ! T’es fait comme un rat mon gars ! Qu’as–tu fait de mon mentor ! Parle ou tu auras pire que la mort ! Tu gouteras au « tché-tché » en interrogatoire ou dans un trou de cellule !

C’est quoi « tché-tché »… ? bah j’en sais rien, j’ai entend ma sœur dire ça une fois en rentrant de mission, donc je suppose que c’est une grande torture… Bref, là n’était pas le sujet ! Par chance, mes frères Kirijins m’avaient rejoint prêt à lui péter la gueule à cet imposteur ! Ah bah ouais, j’avais tout saisi avant tout le monde, enfin peut-être pas, vu que les civils venaient à peine mon cri de guerre poussé quittaient les lieux dans un affolement général… Ne restait que nous Shinobi, nobles Kirijins, face au fake lutin qui nous avait volé MON Shinichi !  Cinq gardes sur le toit du bâtiment, autant de chaque côté, purée, ça rigole pas en cas d’alerte à Kiri, pour ma part, je le pointais du doigt en sautillant comme une puce…

=| -C’est LUI ! c’est LUI !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptySam 22 Juin 2013 - 22:39

Pourquoi je suis si peu crédible en gentil garçon ? Je sais que je ne suis pas le genre d'homme à donner de bon cœur son pain aux pauvres mais tout de même ; je suis noble et élégant. De fait, il m'arrive – à de très rares reprises – d'être sympathique avec les gens qui m'entourent. C'est vraiment bizarre comme cette image de grosse enflure et de pingre me colle à la peau. Bon, soit, j'admets que je ne suis pas blanc comme neige dans cette affaire. En un certain sens, j'ai mérité cette réputation : je l'ai même entretenu par plusieurs de mes actes mais cela ne veut rien dire ! Je suis quelqu'un de bien trop complexe pour n'être qualifié que par un ou deux adjectifs.
    « Je suis pas malade, abrutie. »

Rien y fait. Elle poursuit. J'ai pas trop compris comment ni pourquoi mais elle part dans un délire bizarre avec l'Hokage qu'il faut tuer et un remède à aller chercher... Oh la bambina ! Calmos tout de suite ! Illico presto comme dirait l'autre. Je ne sais pas où elle est allée chercher toute ses conneries mais ça devient grave. Mais le pire c'est que je sens qu'elle n'a pas finit de raconter de la merde. L'adolescente se met dans la tête que je ne suis pas le vrai Shinichi, que je suis un imposteur. Et le pire c'est que les autres la croit. Mon dieu. Je savais que je n'aurais pas dû être gentil. Faire preuve de compassion et d'amabilité, c'est pas pour moi. Je regarde les hommes autour de moi, un sourire crispé sur les lèvres et me demande s'ils pensent sérieusement que je ne suis pas le seul, l'unique Lutin Bleu de Kiri.
    « J'essaie d'être gentil et c'est comme ça qu'on me traite ? Eh bah. J'ai retenu la leçon, tu peux aller te faire peindre pour la glace et pour toutes les autres que tu me réclameras ! »

Je vous jure. Pourquoi c'est à chaque fois que je veux montrer toute ma noblesse d'âme au peuple que ce dernier se paie ma tronche, hein ? Être noble, ça ne paie définitivement pas. Et regardez ces gonz' là qui me fixent et m'encerclent comme des chiens de gardes. À tous les coups, ils vont me sauter dessus dans quelques instants. Histoire que cela n'arrive pas, je dégaine mon sabre à pouvoir et le fait liquéfier sous leur yeux. Je viens d'utiliser là le pouvoir de mon sabre. Espérons que cela suffise à prouver mon identité. Pour information, la capacité de l'Eiba Eki Kara ne s'active que lorsqu'il reconnaît son possesseur, c'est-à-dire moi. Je ne sais pas si les gardes sont au courant de ce détail mais en tout cas, j'espère que cela suffise à les faire reprendre une activité normale.
    « C'est bon, ça suffit comme preuve ? Je suis Shinichi. Et toi là, de quoi tu parles ? C'est quoi le tché tché ? »

Là encore, je ne sais pas où elle est allée la chercher sa merde mais les références de la Kaguya sont plus que douteuse. Ses parents ont vraiment foiré son éducation. La virer de la maison – à sa demande, certes – pour qu'elle vive dehors, puis lui apprendre des expressions de péons comme celles-là … M'enfin bref. Voyant que les shinobis hésitent à baisser leur arme, je suis contrains d'utiliser les grands moyens. Je soupire et dis :
    « … Je voulais pas en arriver jusque là mais soit. »

Je m'arrête quelques instants afin de me donner un air plus solennel et reprends :
    « Lait de vache, écrémé à cinquante pour cent, stérilisé UHT, avec un label mentionnant : Facile à digérer. C'est ce que je bois tout le temps. »

Ils me regardent tous bizarrement, tournent la tête les uns vers les autres et baissent leur arme l'air de dire : « C'est bon c'est bien lui »... Wahou quoi. Pour prouver qui je suis, j'ai quand même dû parler de ma boisson préféré. Comme quoi, à part ça et quelques petits détails, les gens ne connaissent vraiment rien de moi. Les gens sont dingues de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptyLun 24 Juin 2013 - 3:20


C’était lui, vite dit, QUI ne savait pas sa boisson préférée ? C’était trop simple, s’il croyait m’arnaquer aussi simplement il pouvait rêver, pas question que je baisse ma garde pour si peu, même s’il avait son épée en activité là… Qui d’autre que lui pouvait le faire… Un nouveau possesseur… Battre Shinichi… La blague… Voilà qui pour le coup me faisait me tordre en deux de rire, d’ailleurs, en y réfléchissant bien, qui d’autre que lui aurait eu le réflexe de la glace, que je pouvais être stupide parfois.  Seulement voilà, maintenant j’avais fichu une sacrée pagaille… Bah une idée de génie me traversait alors l’esprit pour régler ça…

=| -Incapable ! Vous ne reconnaissez même pas votre lutin bleu… ? Noob va ! Vous serez tous signaler au Kage espèce de gardes incompétents ! Vous avez raté le test tous ! On était en mission là !  Même votre mère vous ne la reconnaitrez pas ! Honte sur vous! Vos descendants, les descendants de vos descendants et même vos chiens s'il faut !

J’avais été bien là ou bien ? Bien hein ! Mine de rien, Shinichi allait me mettre misère en privé, ça il ne fallait pas en douter, encore une fois, j’avais agis sans réfléchir, sans manquer l’occasion de foutre mon bordel…  On ne peut pas se refaire comme je dis souvent… Et peu à peu mon air teigneux pour ces pauvres gardes s’effaçait pour un sourire gêné envers mon senseï à qui cependant je faisais une remarque…

=|-Oui bon, le lait, ça n’importe qui aurait pu le savoir, c'est légendaire maintenant, c’est pas compliqué, en revanche qu’un gros radin comme toi ne soit pas marié pour ne pas casquer, ça il n’y a que toi… et moi aussi en fait !

Et presque j’allais rire, parce que mon cerveau ne venait de tilter que maintenant ça remarque sur sa vie non accompagnée, celui-là était un rat jusqu’au bout… Et c’était assez drôle, arrangeant même ! Pas de bonne femme, pas de gosses, pas de parasites en plus ! Quoi je ne pensais jamais qu’à moi ? Eh bien oui et alors ? N’empêche, ma bonne humeur était de retour, alors que là je devrais plutôt m’inquiéter, curieusement je m’en foutais qu’il me gronde, c’était à croire que j’aimais ça. C’était ça, car au final c’était là des preuves d’attentions bien visibles et avec un ce rat toujours –ou presque- calme, c’était une denrée rare. Finalement, j’avais été stupide, pour changer, j’aurais dû commencer par-là, aller le voir, son idée de mission était loin de me déplaire, d’ailleurs, il venait de dire chasse aux trésors… ? AHHH pas de bateau, pas de lapins, mais à tous les coups il allait y avoir les deux voire pire !  Aller, je n’allais pas faire la fine bouche d’autant qu’avec un peu –beaucoup- de chance, ce radin allait virer ça en duo par soucis de partage… Eh eh ! Doublement arrangeant pour moi ! Moi perdre le Nord? Non, jamais, c'était probablement la seule direction que je ne foirais pas...

=| -Sinon, on part quant à la chasse aux trésor Senseï… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptyLun 24 Juin 2013 - 4:13

Elle me prend pour un con là, non ? Ah bah ! Je crois bien que si : elle me prend pour un débile. Que la honte soit sur elle, oui. Car c'est bien elle qui aurait dû me reconnaître – de par le fait que je sois son prof – et qui m'a pris pour un imposteur. D'un côté me direz-vous, cela témoigne bien de la piètre vision qu'elle a de moi. Et qu'on s'entende, ce n'est pas sa petite pirouette qui va la sauver. Je vais me venger et pas qu'un peu ! Après avoir rangé mon arme, je reprends mes aises et nous poursuivons la conversation presque normalement. Notez le « presque » car au fond, la discussion a pris une tournure bien singulière. Je voulais l'aider ? Bizarrement, l'envie m'est passée. Je voulais lui offrir une glace ? Pareil. Je crois que je suis redevenu comme avant. Nul besoin de stage chez Natsu finalement, j'ai repris mes caractéristiques de connard par mes propres moyens. Aigri comme un vieux fromage coulant, j'écoute les remarques de la Kaguya et lui rétorque ceci :
    « C'est ça ouai... C'est ça. »

Je ne sais pas encore comment : mais je me venger. Aoji va prendre cher, parole de lutin. D'ailleurs la voilà qui revient à la charge. Elle souhaite savoir quand partons-nous à la chasse au trésor. La chasse ? Ah. Celle que je voulais lui proposer. Et bien non, finalement je crois avoir changé d'avis. Je vais sûrement y aller seul. C'est vrai après tout ; elle n'a même pas su me reconnaître alors pourquoi je l’emmènerai avec moi hein ? Okay, elle a besoin d'argent mais mérite-elle vraiment de m'accompagner et – de fait – de prendre une part de l’hypothétique butin ? Je me le demande.
    « Mhh.. Jamais ? Non. Plus sérieusement, j'hésite. Je ne sais pas si tu le mérites tu vois. J'ai un doute. Un gros doute même. Peut-être vais-je demander à Anabi de m'accompagner finalement. Ou à Shord. Eux, ils sont peut-être capable de m'identifier correctement et de ne pas me prendre pour quelqu'un que je ne suis pas. »

Et BAM dans tes dents. La revanche du mec aigri est arrivée ! Ça fait mal hein ? HEIN ? Au moins aussi mal que de se faire tabasser par cinq personnes dans les buissons alors qu'on ne s'y attendait pas, n'est-ce pas ? Je n'ai qu'une chose à dire : Souffre ! J'espère qu'Aoji rage – au passage, elle est très douée pour ça. Toutefois étant noble, je vais lui laisser une chance de pouvoir m'accompagner. Attention, c'est une fleur que je lui fais là, et je ne procéderai pas de la sorte avec tout le monde.
    « Donne moi ne serait-ce que trois raisons d'accepter que tu m'accompagnes hein ? Déjà moi là, j'en vois au moins vingt pour refuser. Et quand je dis « au moins », je ne blague pas. »

Vous les voulez les vingt raisons ? Il serait fastidieux de les énumérer toutes mais soyons fous et citons-en au moins quelques unes : Déjà elle va me piquer une part considérable du butin. De deux, elle va me retarder dans ma progression. De trois, il y a des chances pour qu'elle m'agace. De quatre, il y a des chances pour qu'elle me fasse honte auprès des passants – ce qui rejoint un peu la raison numéro trois. De cinq, j'aime bien être seul. De six … On arrête là ? Ça vaut mieux oui. Si je continue, nous y sommes encore jusqu'à l'année prochaine, voire l'année qui suit avec un peu de chance. Bref. Si Ao trouve trois raisons convaincantes, il y a des chances pour que j'accepte. M'enfin … Trouver trois bonnes raisons … La blague. Elle n'y arrivera pas c'est sûr. Je suis même persuadé qu'elle n'en trouvera pas une seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptyLun 24 Juin 2013 - 16:22


Alors là… Là, jamais il n’aurait dû, surtout sachant pertinemment mon côté jaloux et possessif… Oser évoquer ces deux rats-là…  Ça allait se payer et cher, très cher, limite je voulais divorcer là ! Non franchement, quelle idée de faire pareille remarque ! Quel idiot, mon faciès virait au rouge, rouge de colère et les comptes allaient se régler de façon sanglante… Trois raisons. C’était tout vu.

=| -Tu m'as prise en élève, donc tu es assez con pour recommencer l'erreur de m'emmener avec toi, car pour confirmer cette théorie tu as bien Anabi et Shord en disciple aussi. C’est pour dire.  Raison une..

Bon, c’était sévère, mais j’étais super mal lunée aussi ! Là il avait touché la corde sensible…. Oui la belle éducation que j'avais, que des beaux mots qui sortaient de mes lèvres...

=| -Par ailleurs un rat comme toi qui aime emmerder son monde se plaira à torturer une sous-fifre, une avec qui ses magouilles ne sont pas nouvelles.  Raison deux. Et qui plus est, vu que tu gères mes comptes, senseï-chéri, tu pourras m’enfler ma part à moindre effort quel que soit le partage… Raison trois…

Bon, là j’étais mauvaise langue, mais telle une vipère, je voulais cracher mon venin pour que nous soyons deux à ce jeu-là. Ca faisait trois non ? Cependant...

=|-Et pour finir. Tu n’as qu’à y allait avec tes disciples chéris si tu veux, d’ailleurs, je m’en vais de ce pas les prévenir, tu vois, je suis gentille, je t’épargne même l’effort ! BONNE JOURNÉE !

Moi vexée ? À peine. En revanche ce qui était certain c’était bien que j’allais tout faire pour lui refiler les deux autres gus dans les pattes. Vengeance ! Qu’importe qu’il les jette ensuite ou non, au moins il se verrait vite emmerder ou pas, de toute façon je n’avais rien à y perdre ! D’une rotation, je filais pour lui fausser compagnie, non pas sans rager avant…

=|-Tu me feras signe quand tu auras besoin de moi Shinichi-sama…

Qu’il aille au diable, lui et ses deux rats de malheurs ! Les mains dans les poches, je voulais partir, mes jambes refusaient de me conduire, même à l’inverse, elle me poussait à faire demi-tour…

=| -Puis pour ta gouverne, pas ma faute si tu es toujours si connard que ça devient suspect quand tu es gentil hein ! Tu peux t’en prendre qu’à toi de l’image que tu revois et autre chose, jouer avec les sentiments des autres c’est mal et pas très noble tu vois.  Mais qu’importe vois-tu, je t’aime quand même, même avec tes millions de défauts et encore, si ce nombre est assez grand pour les contenir.  Et tu le sais très bien ! ALORS ARRETE DE M’EMMERDER AVEC LES PARASITES que TU as collé dans notre duo pépère, ce qui diminue mon temps avec toi encore plus ! J’étais là la première et je ne compte bien pas partager ma place avec des tiers, aussi merveilleux auraient-ils puisse être. Bref. Tu me fais chier. Je me casse, autre chose ou ça suffit pour aujourd’hui là?...

Là c’était dit, cru, mais dit, là était ma pensée profonde et non je n’étais pas du genre à garder ces choses pour moi, encore une fois surement j’avais perdu l’occasion de me taire. Bon, vu le charme de mes propos, soit j’allais en prendre une, soit un bon savon, voire pire, qu’importe, ça m’avait fait un bien fou et l’air mauvaise, je fixais le lutin bleu, alors sa noble attitude allait lui dicter quoi… ? au passage, j'en avais donné peut-être même d'autres en bonus de raisons....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptyLun 24 Juin 2013 - 21:32

Aoji rage. Que dis-je, Aoji est mad ! En fait, elle est même plus que mad. Elle est maaaaaad ! Dans un premier temps, cela m'a fait sourire mais ça c'était avant qu'elle m'en balance plein la tronche. Sa première raison est bidon et j'ai presque envie de lui répondre : « Raison numéro une, refusée » mais je vais éviter en fin de compte. Enragée comme elle est, il ne vaut mieux pas en rajouter. Elle poursuit avec une seconde raison mettant en cause ma connarditude – ce mot n'existe pas, je le sais – puis une troisième concernant mon honnêteté. Mais qu'elle aille crever, elle ! Comment elle me parle ? Elle a cru j'étais son pote ou quoi ? Bon, okay, ce qu'elle dit n'est pas faux, je serais bien allé lui prendre un peu d'argent sur son compte mais elle n'a aucune preuve ! De plus, pendant un court instant – mais vraiment très court hein – j'ai songé à lui prêter du fric ! De fait, sa remarque concernant le fait que je sois un radin et un voleur est nulle et non avenue. Malgré le fait que mon sang commence à bouillir, je ne dis rien et attend qu'elle finisse. En tout cas, croyez-moi, ça ne va pas se passer comme ça. Après avoir ragé une énième fois, l'adolescente prend la route de la sortie puis se retourne. C'est reparti pour un tour ? Et bien oui. C'est reparti. La voilà qui gueule à nouveau, qui me traite de connard – bah oui soyons fous – qui remet en cause ma noblitude – ce mot là non plus n'existe pas je le sais – puis elle poursuit dans son délire psychopathe de petite fille jalouse. Faut qu'elle se calme là, la gamine. Jusqu'à preuve du contraire, je ne suis pas sa propriété, je ne lui appartiens donc pas. Ça, il faut bien qu'elle se le rentre dans le crâne.

M'enfin. Pour le coup, elle m'a bien gonflé. Je l'aime bien cette petite mais c'en est trop. Je ne vais pas supporter ses sauts d'humeur plus longtemps ni même la laisser m'insulter. Certes, je conçois l'avoir un peu provoqué mais sa réaction est excessive. Ao fait la maline une dernière fois et me demande si, je cite, « cela suffit pour aujourd'hui ». Que croit-elle en me posant ce genre de question ? Que je vais m'excuser ? Que je vais la supplier de rester ? Bah. Elle peut crever. Je dirai même plus : Elle peut aller se faire peindre. Je ne vais pas non plus lui gueuler dessus, ni lui mettre un pain – remarquez, elle le mériterait. Cela ne serait pas noble et ça ne siérait pas à un homme de ma classe. Mais ce n'est pas pour autant que je vais me taire. Je suis moi aussi quelqu'un d'assez têtu et fier et à ce titre, je ferai toujours tout ce qui est en mon pouvoir pour avoir le dernier mot :
    « Ça suffit pour aujourd'hui. Pour demain aussi. Et même pour tous les autres jours à venir à vrai dire : T'es virée de l'équipe. »

En d'autres mots : « YOU ARE FIRED ». Adieu l'équipe. Adieu la team. Bye bye Ao. Ça me fait chier de prendre ce genre de décision mais c'est comme ça. Même Hojo – qui était quand même un bon gros chacal – ne m'a jamais parlé sur ce ton. En vérité, personne ne m'a jamais parlé comme ça et ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer. Je pose ce qu'elle m'a donnée précédemment sur la table et lui dis :
    « Tu peux reprendre ça et disposer. »

Voilà qui est fait. De ma vie je crois que c'est la première fois que je vire un de mes élèves. Ça fait … Bizarre. Je suis presque triste. Non. En fait, je le suis. Je m'étais attaché à elle au fond. Mais bon. Je suppose que c'est comme ça. Pour ce qui est de la chasse au trésor … Finalement je ne pense pas la faire. Je ne sais pas si c'est toute cette histoire qui m'a dégoûtée à un point tel que je n'irai pas chercher ce magot mais bizarrement l'envie de partir à la recherche de biens précieux m'est passée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] EmptyMar 25 Juin 2013 - 0:13


Quoi… Sérieux. Il était sérieux… ? Les mots avaient atteint mon esprit, mais celui-ci ne voulait pas les entendre.  Il ne pouvait pas faire ça, non, bien sûr que non ! Bien sûr que si… Et les choses avaient été si vite que l’espace d’un moment, je ne me rappelais plus comment on en était arrivé là. Qu’importe, la situation était faite et bien faite, c’était la fin même et mon faciès s’était crispé en même temps que tout mon être. Qu’importe, dignité ou orgueil oblige, je serrais mâchoire et poings, j’encaissais, j’acquiesçais et simplement…

=| -Soit, merci. Bonne continuation alors Nidaime Mizukage-sama.

Non, je n’allais pas l’appeler Shinichi ou senseï, ni quoi que soi en fait, je n’allais plus l’appeler du tout, il me virait ? Soit. Soyons des étrangers alors. Ainsi je m’adressais à lui comme si c’était le cas… Non même pas, en général j’étais plus familière que ça. Mon cœur se serrait et mes pas m’éloignaient là dans un silence glacial, mon dernier geste était de ramasser je ne sais plus trop quoi sur la table, à vrai dire, tout se bousculait dans ma tête et le monde autour de moi était devenu inerte. Non, simplement je n’y prêtais plus aucune attention tandis que mon corps avançait machinalement. J’étais triste ? Oui, probablement, non c’était certain, mais j’étais aussi en colère et si les larmes montaient, c’était difficile de dire qu’elles étaient chagrin ou rage voulant s’exprimer. Pourtant le débat n’avait pas lieu, je n’avais permis à aucune gouttes de perler mon visage, j’étais lassée de tout ça à qui la faute ? Moi ? Lui ? Eux ? Là tout de suite au monde entier !

Pourtant face à un pseudo reflet dans l’eau, car je ne sais trop comment j’étais arrivée près d’un lac, mon faciès m’accusait, moi et ma façon d’être, comme si une Ao flou dans les mouvements du vent que je voulais effacer me disait : Il n’est pas trop tard. Trop tard pourquoi ? Me retourner ? Mais le faire pourquoi ? M’excuser ? Parce que j’étais la vraie fautive ici ? Et bien peut-être que non et que cela soit vrai ou non, il n’était pas question pour moi de l’accepter, je préférais y voir encore un coup du sort, mais peut-être que c’était moi qui le créait le mauvais sort finalement. Idiote ! Et qu’importe mon carnet jetait dans l’eau pour briser cette vipère jumelle accusatrice, après un long flou elle revenait, mais cette fois elle pleurait. Quelle chose inutile une larme ou des milliers dans l’infinité d’un lac serein. C’était vain et condamné à l’inaperçu, c’était peut-être ce qu’elle voulait. Et là, est-ce qu’elle allait me faire signe ? Que dirait-elle si elle pouvait me parler, qu’il suffirait simplement qu’il m’appelle. Rien d’utile encore, finalement tout comme moi. Si seulement c’était si simple, ce n’était pas comme si j’allais lui manquer, la question pourquoi est-ce qu’il me manquait à moi ? Même là fâchée...

Le cœur a des raisons que la raison ignore. Dire que j’avais toujours trouvé ça stupide et niais, mais on disait qu’on ne choisissait pas sa famille, mais qu’on pouvait choisir ses amis, ses amours, ses ennemis, certes, mais c’était du pareil au même dans mon cas, même si je ne connais pas grand-chose des deux derniers, alors que je découvrais qu’à peine les deux premiers. Une famille, c’est relatif, quoi au juste ? Des liens de sang ? Pas pour moi, car en toute franchise mon père aurait pu avoir les mêmes mots m’expulsant de sa vie, l’envie de me jeter dans ses bras pour lui dire ne fait pas ça ne me serait pas venu. Certes, j’aurais été triste, mais très franchement pas autant, très franchement pas assez pour revenir en arrière comme j’étais en train de le faire, mais là face à mon point de départ un constat évident. Plus personne. Au final je l’avais su, toujours su, c’était parce que je savais que cela arriverait, je n’étais pas aussi indispensable que d’autres pouvaient l’être pour moi, voilà pourquoi je ne voulais pas les partager, je ne voulais pas les voir disparaître aux profits d’autres, probablement mieux. Égoïste et puéril, certes, mais pouvait-on attendre de moi que je sois parfaite ? Non et on ne l’attendait pas, c’était bien là le problème et le noble lutin m’avait menti, sans le vouloir, mais il l’avait fait en me laissant imaginer qu’il me ferait changer pour ensuite me cracher au visage que j’étais finalement un cas désespéré. Et dans un souffle qui se voulait difficile à reprendre je me devais de retourner à ma vie, mon ancienne vie. Dommage, la nouvelle m’avait donnée le sourire, tandis que l’ancienne n’attisait que de la haine. Fatiguée, je ne voulais plus y penser, alors soit comme il dirait, les mains rentrées dans les poches je repartais, mais cette fois sans me retourner, à quoi bon, il n’y avait plus personne vers qui se tournait.

Alors je courrais, courrais encore sans m’arrêter, mais pourquoi derrière qui ? Pour lui dire quoi ? Je suis désolée, pardonne moi je vais changer… Mais n’était-ce pas là mentir ? Je doutais sincèrement que cela soit vrai, du moins, pour l’heure, les citées ne se bâtissent pas en un jour et moi non plus je ne pouvais pas changer en si peu de temps, alors que faire ? Là, c’était la tour du Mizukage face à là où je m’étais arrêté qui me donnait la réponse, comme Yoru me l’avait si bien dit, le temps est l’allié des faibles, la pauvre, il avait fait de lui ce qu’il était et probablement en était-il de même pour mon Senseï-adoré… et maîtresse patience décidait soudainement qu’il était temps d’entrer dans ma vie… Dommage, je n’avais pas de place pour elle, pourtant j’allais lui en trouver. Pas aujourd’hui, ni demain, ni les autres jours, certes, mais pas à jamais. Car oui j’allais revenir prendre ma place et je savais déjà que maintenant plus que jamais je me devais de la mériter, mon cadeau tombé du ciel je l’avais gâché, mais qui m’empêchait de le reconstruire petits  morceaux par morceaux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Dindon [Aoji] Le Lutin et le Dindon [Aoji] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Lutin et le Dindon [Aoji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-