N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Ogawa Himawari
Informations
Messages : 29

Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Empty
Message(#) Sujet: Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] EmptyLun 7 Nov 2011 - 3:13

    Plume de terre.
    Celle-ci tournoyait dans la main de la demoiselle, voltigeant de haut en bas. Elle n’allait jamais plus loin que quelques centimètres de la main, cette plume, et la question se posait à savoir comment se faisait-il que la première bourrasque ne l’est pas encore délogé. La plume se posa. Sur le dos de la main de la dame, la terre s’encastra dans la main, alors qu’une légère superficie de ladite main devenait elle aussi de terre. La plume et la peau ne firent qu’un.

    Une petite ondulation presque sculptée ornait la peau. Une intuition, sans doute. Les plumes étaient sa marque de commerce, elle les utilisait à tort et à travers, pour toute sorte de raisons, qu’elles soient palpables ou ennuyeuses.

    Taki était une ville que la demoiselle affectionnait. Les chutes étaient merveilleuses, l’ambiance calme, les tavernes propres. Il va s’en dire que ce genre de destination, comportant une quelconque relaxation ou la vulgaire paix d’esprit, était parmi ses favorites. Elle entra dans une auberge standard et se loua une chambre pour la nuit. Tout en montant les escaliers, Himawari mémorisa les quelques visages qu’elle rencontra. Être déserteur recelait les deux côtés de la médaille ; la paranoïa était un revers assez fâcheux ; on s’y faisait, confiait-elle. Sa chambre était encore une fois dans les standards, elle y mit à peine les pieds. Non, elle n’en avait que peu à faire de la tournure de la décoration, de la douceur des draps ou même de la qualité du matelas ; la taverne l’appelait. Elle n’aimait pas être saoule ; contre toute attente, elle aimait être à la lisière entre être sobre et être complètement enivrée par l’alcool. Perdre le contrôle ne l’intéressait pas, surtout en connaissance de cause, elle, belle jeune femme si peu vêtue.

      « Une bouteille de saké, s’il-vous-plaît. »

    Si peu.
    Elle n’en but que le tiers. Elle n’avait pas tant la tête à cela. Non, elle sentait sa tête plutôt être mise à prix. Un homme l’observait, la contemplait ; inquisiteur, pervers, presque violemment. Elle prenait conscience qu’il empiétait sur son territoire, elle n’aimait pas ses yeux guère discrets. Les hommes et leur grâce inconditionnelle, lui direz-vous. Pétrir leurs bijoux de famille, vous répondrait-elle. Encore faut-il que l’homme en question tente un quelconque mal à sa vie. Auquel cas la plume jouerait son rôle, mais plus aussi. Ce qui freinait son avalanche d’ardeur : la belle assemblée qu’il y avait. Un tas d’homme éméché la déshabillant des yeux. Néanmoins, le blond au bonnet noir, lui, il pesait plus. Quelque chose d’animal, sans doute, ou juste une aura énergétique plus développé que les autres. Une intuition. Une plume.
    Elle sortit.

    Il la suivrait si son intuition était fondé. Si non, elle irait voir ailleurs, possiblement s’entraîner. Elle n’était pas en tenue adéquate par contre. La paresse la tenaillait intérieurement. La procrastination également, vile tentatrice du vide, de juste rôder en vain dans une ville fraîche et amusante. Pencherait-elle pour l’immaturité ? Les paris sont à faire. Quelque chose la convie à plus. Elle verra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] EmptyMar 8 Nov 2011 - 4:39

Log 11 : Kissing Shadows


Kenji s’appuya le coude, pensif, sur sa table. Il était seul, résolument tout seul ce soir. Même si son apparence aurait pu suggérer le contraire, il n’était charmeur que de voix. C’était un beau parleur… Dans la vraie vie, il n’était pas un tombeur. Sans doute aurait-il pu l’être, ça aurait été marrant un moment. Mais il y avait Tsura. Foutu Tsura. Qui lui soufflait des envies meurtrières lorsqu’il caressait la peau de soie des dames, qui transformait chaque joli visage de femme en une affreuse œuvre de collection sanguinolente. Les images que ce démon envoyait dans sa tête choquaient par leur créativité. Tsura était fou, mais brillant dans sa folie, il fallait le reconnaître. Personne ne pouvait créer un tel dégoût, une telle honte de l’humanité.

Il était seul, mais pas complètement. Cette femme-là l’intriguait. C’était pour lui une intuition, et pour Tsura, une odeur de beauté. Ça le stimulait d’une façon ou d’une autre. C’était peut-être sexuel – n’était-il pas homme après tout – mais ce n’était alors que le moyen d’effleurer la situation. Non, cette femme recelait un secret, quelque chose qui faisait d’elle un être spécial. Un sixième sens lui disait ça. Le serveur passa alors et lui demanda s’il voulait quelque chose, et Kenji releva la tête et commanda un verre de saké tout à fait ordinaire, sans la réelle intention de le boire. Boire seul, quelle utilité ? Se rendre saoul était le meilleur moyen de se réveiller le lendemain avec un meurtre sur le dos. En tout cas, pour lui, c’était un trop grand risque à prendre.

Il regarda la fille une énième fois. Joli, mouais. Les rondeurs qui faut pour attirer tout les pedobears du coin. Et les fans de Yuri comme Kusa – ça c’était une supposition, mais… - devait se régaler. Mais elle ressemblait aussi au genre de fille qu’on ne voit totalement nu que dans les rêves. Inaccessible, provocante mais inaccessible. Sympa. Son genre de fille, quoi.

S’il avait eu Kusanagi, elle serait du gâteau.

Elle se leva, et il leva les yeux. Quand elle sortit, Kenji se rendit à sa place et souleva la bouteille qu’elle avait commandée. Encore pleine. Quelle gaspilleuse ! Il reposa le tout, et sortit de même, se mettant à la suivre d’assez loin. Au premier embranchement, le jeune homme coupa dans une ruelle qui lui permettrait de prendre un peu d’avance sur elle. Il ne connaissait pas la ville mais sa topographie était plutôt évidente. Toujours est-il qu’en marchant dans la rue adjacente, Kenji pouvait la suivre discrètement.

D’autres n’étaient pas aussi subtils. Un mec était sorti juste après lui et marchait depuis directement derrière elle, de plus en plus vite. Il sentait l’alcool à plein-nez. La situation l’amusait beaucoup, et il coupa dans la rue pour la rejoindre subitement, prenant place à ses côtés sans avertissements. Le jeune homme lui souria.


« Je m’excuse à l’avance pour ça, hein ! »

Il lui saisit l’arrière de la tête dans un mouvement vif et l’embrassa directement sur les lèvres, avant de la repousser, s’exclamant.

« Mais pour qui tu te prends, t’es saoûle ?!? »

« Hé c’est ta meuf, mec ? »


Kenji s’arrêta avec un sourire narquois, se retournant vers l’ivrogne qui approchait en titubant.

« C’était , cher monsieur ! Mais madame est en manque ce soir, et j’en ai plus qu’assez ! Tiens, je te la donne. Fais-en ce que tu veux. »

« Ah ouais … ? En manque ? Jvais m’occuper de ça…Viens ici ma jolie… »

Le blondinet recula et s’appuya contre un étalage fermé, souriant alors que l’ivrogne s’approchait de la fille…

Ses lèvres avaient un goût de terre…

* Tu me traites de monstre, mais t’es un salaud aussi Kenji… *

* Tu crois ? Je pense qu’elle a apprécié le tout. *

* De taper sur un pauvre ivrogne ? *

* Le baiser aussi.*

*Elle a fait la statue d’argile…*

*J’ignore pourquoi, mais j’ai l’impression qu’elle a tout de la statue, et surtout de l’argile…*

*Ferme et pétrissable ? Je suis d’accord. *

*…*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ogawa Himawari
Informations
Messages : 29

Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] EmptyMer 9 Nov 2011 - 17:15

    Elle avait aimé. Elle avait vu juste, aussi.
    L’homme l’avait suivi, avec discrétion certes, mais il avait bien suivis sa trace. Quant à elle, elle ne l’avait pas remarqué, évidemment. Non, pas du tout même ; totale inconsciente enclin à voir du pays, ce qu’elle eut comme face à face ne fut pas tout à fait ce qu’elle avait désiré ou anticipé. Quoique, elle ne put en aucun cas augurer ce qui allait suivre. Baveux, mouillé, brusque : un baiser. Pas dans les règles de l’art, oh non, force est d’admettre toutefois, qu’elle avait apprécié ce contact rapide avec l’homme au bonnet noir. Apprécier, ça oui, mais à regret, s’en voulant d’apprécier quelque chose de sordide, d’âpre, d’aléatoire. Le soulon lui avait totalement échappé pour la cause ; qu’est-ce qu’elle s’en foutait de ce fifre, elle pourrait bien renouveler le baiser. Elle le voulait. Et non. *Désolée.*

    L’homme dans le vague s’approcha en titubant.

      « C’est pas sérieux, putain … »

    Himawari s’avança, le tint loin d’elle à distance de bras et admira le peu de ce qui lui restait de bon sens ; ses yeux étaient rayés de rouge, sa gueule ouverte, perverse, ses mains qui s’excitaient à l’avance : vous savez, le genre de bourgeois dépravé, insipide et si facilement lésiné. Admirez.

    Elle l’empoigna par le col, monta le genou qui se coinça dans l’entrejambe de l’homme « par inadvertance » et le laissa reculer. Minutieusement, elle tourna autour de lui pendant une bonne minute, alors que le soulon se recroquevillait sur lui-même envahis par la douleur. Elle distribua un coup de pied à sa tête, ce qui eut tôt fait de l’assommer, l’envoyant balader contre le mur d’une bâtisse quelconque, complètement dans les vapes cette fois-ci. Pas de demi-mesure, pas de seconde chance, elle eut un hochement entendu pour dire que la situation était maîtrisée et qu’elle pouvait retourner à ses moutons. À cela près que le bonnet noir la déshabillait toujours de ses yeux narquois. À cela près qu’elle irait bien lui lancer un brin de jasette ou lui lancer n’importe quoi, finalement. À cela près que le baiser volé ne se répercutait plus si amplement en elle ; la magie de la violence avat effacé cette volonté suintante.

      « T’aimes la vue ? Me fier aux apparences, je dirais tout bonnement que tu es un décérébré qui adore les sensations fortes, alias jouer avec sa mort. Ne pas me fier aux apparences, je dirais que tu as, soit une dent contre moi, ce qui est fort possible, soit je t’ai tapé dans l’œil et tu as des plans pour moi. Je ne sais pas laquelle de ces hypothèses est la plus crédible. Oserais-je croire que mon charme t’a plu ? Un baiser volé est un baiser dû, mon cher ! »

    La demoiselle s’approcha du bonnet noir. Tranquillement et par de longues enjambées, la distance entre les deux protagonistes approchait le zéro.

      « Alors ? C’est quoi ta raison, hein ? »

    Comme si elle prétendait à une réponse. Que nenni.
    Son poing heurta la mâchoire du bonnet noir avec force, puis, elle prit la mâchoire en question entre ses mains et plaqua ses lèvres contre les siennes, en mordant la lèvre inférieure du bonnet noir. Un baiser volé est un baiser dû. Punition arrachée, punition donnée. Ce second baiser était fort plus agréable que le premier, du moins, à son humble avis. Elle sourit au bonnet noir. Tendrement, la féroce diablesse lui souriait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] EmptySam 12 Nov 2011 - 2:24

Log 13 : Bad luck , or mad luck ?


Difficile de s’empêcher de la regarder pendant qu’elle met une râclée à ce pauvre homme. Peut-être avait-il été trop loin sur ce coup, songea t-il, alors que la femme semblait prendre un malin plaisir à torturer l’ivrogne, qui, tout compte fait, ne méritait pas vraiment une telle punition. Kenji était aussi stupéfaire de voir la rapidité avec laquelle la fille était entrée dans son jeu. Pas de rouspétage, pas de tentative de changer la donne. Elle avait sauté directement dans le ring, jouait avec les règles du blond comme si c’était les siennes. C’était pour le moins…Intrigant.

* Quelque chose me plaît chez cette garce… Pourquoi ne pas tuer Kusanagi et la prendre en remplacement ?*

La femme avait fini son travail. Aussitôt, elle se rapprochait de lui, se déhanchant à la limite de l’exagération. Étais-ce une femme, ou un chat ? Le Raiu s’étonnait de nouveau de la voir contrer sa provocation par une provocation encore plus brutale. Cette femme abusait de ses atouts naturels et s’en vantait presque aux yeux du monde. Elle lui demanda si il aimait ce qu’il voyait, prétexta qu’il était tombé sous son charme.

« Te leurre pas…Je me suis excusé à lui, pas à toi ! »

Mais à peine les mots sortaient-ils de sa bouche qu’elle se collait quasiment à lui, lui demandant des explications pour ses actes. Mais c’était rhétorique, car Kenji n’eut pas le temps de faire le moindre geste qu’elle le frappait à la mâchoire, avant de tirer pour causer un second baiser. La jeune femme lui mordit alors la lèvre, le faisant grogner faiblement. Lorsqu’elle daigna enfin se reculer la tête, Kenji put voir la satisfaction sur son visage de mannequin. Cette femme était…Intrigante. Le Raiu se massa la mâchoire lentement.

« Des plans pour toi ? C’est la curiosité qui m’a mené jusqu’ici. Mais maintenant que t’en parle, peut-être plus tard…Enfin, ce n’est pas le but de ma présence ici. »

Le jeune homme rajusta son bandana, et croisa ses bras robustes, créant un peu d’espace entre lui et la fille, qui restait un peu trop près à son goût.

« Mon nom est Kenji. Je suis un simple civil qui cherche les ennuis. Mais toi… Tu es plus que ça, je me trompe ? N’as-tu pas un secret de plus que les autres ? »

Il entoura ses bras autour de la taille fine de la femme. Autant se battre feu contre le feu.

« J’ai une question pour toi. Une question qui fera toute la différence. Je sens la complicité entre nous, alors je crois que tu comprendras très vite… Nous sommes des gens d’action, vois-tu, femme. Des gens qui agissent sur l’instinct, et l’envie. Rien ne nous arrête. Et c’est très bien comme ça, parce que c’est ça, la vraie liberté. Je me trompe »

*Héhé….*

*C’est toi qui me fait dire toutes ces conneries…*

*Plus le temps avance, plus la balance s’équilibre, Kenji. Je prends de la force, et toi, tu en perds. Ce n’est que justice…*

*Ta justice n’est qu’horreur…*

*Maintenant, écoute bien..*


Le blond approcha son visage de l’oreille de la jeune fille qui semblait presque frémir du suspense.

« Toutes les femmes en possèdent une paire. Certaines les ont gros, d’autres petits. De forme ronde à la base, ils s’aplatissent lorsqu’on les presse. Qui sont-ils ? »

Un sourire brillant sur ses lèvres fit affront à la noirceur de la nuit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ogawa Himawari
Informations
Messages : 29

Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] EmptyDim 13 Nov 2011 - 3:37

    Monsieur grogne ?
    Monsieur use de sous-entendu grivois ?
    Monsieur n’est définitivement pas de ceux que l’on oublie aisément.
    Dès que ses lèvres se détachèrent de celles du bonnet noir, ses yeux eurent en point de mir les prunelles de l’homme. Elle fouillait donc son regard, à la recherche d’une quelconque défaillance : ce qu’elle ne trouva guère. Curieux.

    Les hommes étaient, pour la plupart du temps, de simples parleurs, magouilleurs et coureurs de jupons. Bref, ce qui les rendaient si remarquable, était la facilité avec laquelle ils laissaient l’action venir à eux, mais qu’ils devenaient coi à son arrivée . Pas lui. Il avait enclenché la situation et il n’en était pas le moins du monde consterné. Himawari fronça les sourcils, essayant de le cerner. Pas facile. Une langue rapide humecta ses lèvres toute fraîches de ce second baiser. Elle écouta ce qu’il avait à dire, bien qu’elle eut la réaction rapide de se dire à elle-même que finalement, malgré toutes les présomptions qu’il avait écarté de sa conduite franchement « professionnelle » en matière de femme, il n’était qu’un nigaud pas dégourdi. Après tout, il lui proposait carrément d’aller s’envoyer en l’air à l’auberge la plus près, tout en s’imprégnant de cette grande finesse de mots, sans contredit.

    Kenji, alors. Kenji à la langue beaucoup trop pendue. Himawari fixait les lèvres de son interlocuteur alors qu’elles se mouvaient en un long discours. Discours décalé de ses précédentes avances. Elle n’était pas assez sotte pour rester sur le neutre. Elle analysait.

    Civil, huh ? Elle ne gobait pas réellement sa stature de paysan. Qu’il soit bourgeois, roi, pape, fanfreluche ; trop d’indices criaient à l’arnaque. Faire mine d’accepter cette présentation restait le plus indiqué. Il avait été professionnel, à son tour d’en faire de même.

      « N’est-ce pas trop de convenance ? Je veux dire, un civil qui cherche les ennuis, cela ne fait-il pas légèrement trop pléonasme ? Kenji-le-bonnet-noir ne me semble pas un nom approprié pour les sous-traitants tels les paysans. M’enfin, si tu me le dis, j’imagine que cela ne peut être que légitime. »

    Si aussi près qu’ils avaient été elle ne s’en était pas fait du tout, à présent que leurs deux corps étaient littéralement collés l’un à l’autre et que cette lueur scintillante de folie traversa les yeux de Kenji-le-bonnet-noir, elle sentit une frousse darder son estomac. Mais elle s’accrocha. Elle fit glisser ses mains derrière le dos du blond, comme il en faisait de même. Cette attitude nonchalante, détaché c’était changé en une confiance intarissable, troquant du tout au tout ce qui semblait à Himawari comme habituel. Cet homme n’était pas le nigaud voisin. Il ne l’était évidemment pas.

    L’image d’un portefeuille que l’on glisse dans sa poche lui vint en tête. C’était ce qu’il essayait de faire. De prendre ce beau porte-monnaie aux coutures splendides afin de le rendre sien. Des énigmes, des questions dont il savait pertinemment la réponse, qu’il lui susurrait comme si elle était une vache qui s’en allait se faire abattre ; à la différence près qu’elle ne mourrait pas, elle perdrait simplement sa belle liberté. Pas net, du tout.

      « Hum. Chacun sa définition de la liberté, Kenji-le-bonnet-noir. Personnellement, je préfère garder un anonymat des plus complets. La liberté s’affirme comme étant le pouvoir absolu que l’on peut escompter posséder envers une personne. Quand ladite personne ne cède pas, alors la liberté se doit être gagnée en elle-même. Tu vois ce que je veux dire, n’est-ce pas ? Les yeux d’Himawari qui s’étaient fait gourmands pour le corps de Kenji revinrent vers les yeux du concerné à la dernière question. Une paupière se clos alors que l’autre reste ouverte. Un clin d’œil. »

    Elle n’avait pas d’arme en sa possession. Par contre, lui, c’était fort possible. Le civil trimballerait peut-être des kunaïs. Vous savez, le « civil » par défaut.

      « Quelle question ! Je te croyais plus futé que cela, Kenji-le-bonnet-noir, tu m’en vois légèrement déçue. Je ne vois que deux réponses possibles. L’une est douloureuse et l’autre agréable. Comme tu es un vilain garçon, j’opte pour la douloureuse. On ne pose pas des questions qui penchent vers l’indécent à une femme de ma caste. »


    L’une de ses mains quitta la voute du dos de Kenji, attrapa l’entrejambe de l’homme et serra légèrement.

      « Ce que toute femme a, qui est rond et de grosseur différente selon chacune d’elle, est une paire de couilles à tâter et à annihiler pour que le salaud devant elle revienne sur Terre et qu’il cesse d’être un gros pervers fini. »

    Elle le lâcha et prit une distance de quelques mètres. Qu’il pleure un peu, qu’il se mette à genoux, qu’il l’insulte ; tout ce qu’il voulait, elle s’en foutait. Faut pas jouer à un jeu aussi dangereux, on finit par se brûler. Il se brûla. Vivement, avec vélocité, peut-être pour des générations à venir si les dégâts étaient assez sérieux. Elle lui tendit la main.

      « Tu viens ? On va aller dans une taverne et je t’offrirai un verre, histoire de corriger ce début de relation qui t’as franchement fait perdre la tête. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Empty
Message(#) Sujet: Re: Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Feather and Gravity ; it keeps falling [PV Kenji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Taki no Kuni-