N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Le Lutin et la Déesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et la Déesse  Empty
Message(#) Sujet: Le Lutin et la Déesse Le Lutin et la Déesse  EmptyLun 4 Mar 2013 - 21:12

Il se passe bien des choses ces derniers temps. La réunion des Kages, l'attaque sur Kiri etc etc... Ceci étant, je suis plus ou moins contrains de mettre mon voyage entre parenthèses. Effectivement il ne se passe pas une semaine sans que l'on me ré-invoque au village. Je leurs ai bien dis de ne m'appeler qu'en cas d'extrême urgence ou bien si cela s'avère vraiment nécessaire mais que voulez-vous … A chaque fois que je réapparais à Kiri, c'est la même rengaine. On me sort un : « désolé de vous déranger mais c'est très important » et là on m'explique plus en détail le pourquoi du comment. Il y a une ou deux semaines, on m'a appelé pour assister à une réunion soit disant « secrète » entre dirigeants de village. Puis, il y a quelques jours seulement, on me fait venir pour apprendre un jutsu de rang C. Semble-t-il que ce dernier nous sera utile lors de la guerre qui opposera prochainement les villages cachés aux forces dirigées par Makka. Je ne sais pas en quoi sceller des objets ou des corps immobiles peut nous être utile en bataille mais soit. Grâce au Shinda, je connais la technique et c'est l'essentiel. Mais suis-je vraiment capable de l'utiliser en situation d'extrême urgence ? En somme suis-je prêt à exécuter à la perfection ce mouvement complexe ? J'en doute. Le fuinjutsu est un art que je ne maîtrise absolument pas. Je n'ai aucun prédisposition dans ce domaine et mon expérience est pour ainsi dire quasi nulle. Avant de m'être exercé avec le jonin de la brume, je ne connaissais qu'une technique nécessitant des sceaux et celle-ci se résumait à peu de choses près à : « Fous ton chakra dans un bout de papier pour faire apparaître du fin fond du tréfonds de la soixante quatorzième dimension un shuriken fûuma ». Autant vous dire que je ne suis pas un génie et que je pense qu'un peu d'entraînement ne me ferait pas de mal.

C'est donc dans l’optique de m'exercer pour le moment décisif que je m'isole en forêt, à quelques lieues du centre névralgique de Tetsu no Kuni. Là-bas je suis sûr de ne pas être dérangé... A moins que les Kirijins m'invoquent une énième fois mais ça c'est une autre histoire. Bref, plusieurs obstacles sont posés un peu partout et le but de mon entraînement sera de sceller chacun d'entre-eux avec les différents sceaux vierges que le nécromant m'a prêté avant mon départ. Pour corser le tout, je vais essayer d’user ce jutsu entre chaque déplacement. Trois … Deux et … C’est parti. Je me laisse prendre à mon propre jeu et fonce le plus rapidement possible. Un pantin est posé à quelques mètres de moi, je le touche, pose le sceau vierge sur lui et procède au scellement. Je réitère le procédé sur plusieurs autres obstacles que j’ai balisé au préalable – les obstacles pouvant être des animaux morts que j’ai posé là, des mannequins de bois ou bien de simple végétaux. Au final, je fais le compte et le résultat est plutôt positif. Sur une trentaine d’objet inanimé, j’en ai scellé vingt-six. Que m’est-il arrivé sur les quatre autres dites-vous ? Et bien je me suis craqué sur ceux-là, je l’avoue. Pour une raison que j’ignore – inattention, fatigue ou autre – je n’ai pas réussi à enfermer les objets dans les bouts de papier que j’ai pourtant bien collé. Dans tous les cas, ne nous focalisons pas sur ces quatre échecs. Car qu’on se le dise, vingt-six sur trente, ça donne un pourcentage de réussite honorable de quatre-vingt six pourcent. Malgré tout, ne nous reposons pas sur nos lauriers – oui, en somme nous ne devons ni nous abattre, ni trop nous réjouir –, je peux faire mieux et je le sais. Michiki quant-à lui certainement capable d’enchaîner une cinquantaine de scellement à la suite et ce, sans subir aucun échec. Mais alors que cette pensée me traverse l’esprit, j’entends des bruits parasites qui dérangent ma concentration : des craquements de feuille et de brindilles. Mes sens se mettent en alerte … Tout cela ne me dit rien bon.
    « Qui est là ? »

J’ai comme un sentiment de déjà-vu… Pas vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Amaterasu
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Le Lutin et la Déesse  Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et la Déesse Le Lutin et la Déesse  EmptyJeu 14 Mar 2013 - 16:27

    Qui l'aurait cru.
    Cette entrevue avec cette créature inconnue avait été pour le moins déconcertante. Non pas pour la jeune fille aux cheveux d'or, mais pour ses compagnons qui cherchaient encore le pourquoi du comment. Ils avaient eu le choix de pouvoir la suivre ou de la laisser seule, mais leur décision, aussi hasardeuse qu'elle fut, les conduisirent sur les pas de leur bienfaitrice. Une chose restait malgré tout sûre, elle n'avait pas changé son attitude habituelle, ses choix et ses pensées gardaient le même mode opératoire qu'à l'accoutumée. Les pas de la Kudo la portait elle et son petit cortège au fin fond de la forêt, sur le chemin qu'ils avaient dors et déjà emprunté par le passé. Une petite visite de courtoisie ne pouvait faire de mal, surtout s'il s'agissait de quelqu'un qui n'avait plus son mot à dire. Cependant, des bruits se firent entendre. Ni ours, ni cerf ne trainaient dans les environs, que les claquements de ferraille et les piaillements d'oiseaux environnants. Qui cela pouvait-il bien être ? Sans hésitation, Amaterasu se dirigea vers la source de ce vacarme, la marche droite et déterminée. Tsurugi et Magatama se demandèrent si elle n'avait pas perdu l'esprit, mais en voyant Kagami se déplacer à ses côtés sans sourciller ils se mirent à emboiter le pas. Une silhouette se dessinait dans le bain de lumière que le soleil permettait dans cette clairière cachée dans ces bois, une silhouette qui non seulement ne leur paraissait pas étrangère, mais qui en plus les avait repéré. Cette voix, cela ne pouvait être nul autre que le Kiri Gakure no Sato no Nidaime Mizukage, Kitase Shinichi.


    -"Ce n'est que moi, Mizukage-dono. Vous avez le flair pour remarquer ma présence on dirait.

    Le pied posé hors de la forêt, les rayons du jour vinrent donner un éclat étincelant à la chevelure dorée de la jeune fille. Elle avait enlevé sa capuche pour s'incliner légèrement, assez pour montrer son plus grand respect à l'une des légendes de ce monde. Une fois chose faite, ses mains replacèrent correctement le tissu au-dessus de son crâne. Elle s'avança encore légèrement, scrutant à droite et à gauche pour identifier la nature de la présence d'un tel homme dans ce coin reculé du Pays du Fer. Quelques mannequins de bois étaient disséminés un peu partout dans la clairière, avec quelques papiers ornés de sceaux et d'autres vierges. Sans surprise, Amaterasu arrêta sa marche dès qu'elle approcha les trois mètres de distance entre elle et le "Lutin".

    -" Vous vous entrainez ? Le Fuuinjutsu ne doit pas être votre fort si vous devez vous entrainer. Une faiblesse venant du grand chef des assassins du Brouillard ?"

    Malgré sa phrase un peu provocatrice, semblant moqueuse, elle ne sourit pas. Son sarcasme n'avait pas pour but de l'irriter, mais de casser la glace et de montrer qu'elle était venue en paix, quoique venir ne convenait pas à la situation. En jetant un petit coup d’œil à ses protégés, elle se retourna de nouveau vers l'homme qui se trouvait devant elle pour lui adresser la parole, encore.

    -"Permettez-moi de vous demander un petit service. Pouvez-vous apprendre à mes élèves les bases de la technique que vous peaufinez en ce moment même ? Apprendre le Fuuinjutsu le sera très utile, et je n'ai pas le bon esprit pour enseigner d'autres ce que je sais. On vous dit bon professeur."

    En finissant sa phrase, on pouvait observer la réitération de l'inclinaison de la kunoichi, tandis que sur le visage de ses "trésors", il y avait une incompréhension totale. Sans chercher ni comment ni pourquoi, Kagami s'inclina à la suite de sa maitresse, son sérieux démarquant toujours sa personnalité des deux autres. Ceux-ci suivirent, histoire de ne pas embarrasser leur supérieur, qui n'avait jusqu'à présent pas manqué de leur apporter tout le bonheur dont ils avaient besoin. Ils étaient tous sûr et certains que ceci allait être pour le plus grand bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et la Déesse  Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et la Déesse Le Lutin et la Déesse  EmptySam 16 Mar 2013 - 13:32

Comme il y a quelques semaines, une gamine sort d’on ne sait trop où. Et comme il y a bien longtemps, il s’agit d’Amaterasu, la kunoichi prodige à la tête de l’an’tei. C’est fou, vous ne trouvez pas ? Un tel hasard, on dirait presque que l’un de nous deux cherche à trouver l’autre. Pourtant, il n’en est rien. Cette seconde rencontre est bel et bien le fait des divinités du chaos. Celles-ci ont d’ailleurs eu la bonne idée de nous faire retrouver au même endroit que la dernière fois et dans des circonstances étrangement similaires. Comme quoi, il n’y a pas que moi qui puisse faire preuve de non-originalité.

Au passage, celle qui s’auto proclame « déesse de la foudre » me fait remarquer que j’ai vraisemblablement un don pour ce qui est de la repérer. A cela, je pourrai aisément rétorquer que quant-à elle, elle n’a pas de don particulier pour masquer sa présence mais passons. Je vais, pour des raisons qui me sont propres, éviter de lancer des petites piques à mon interlocutrice. Cela ne me ressemble pas, je sais, mais disons que je n’ai actuellement pas la foi pour ces enfantillages. En revanche, cela n’est pas le cas de la blondinette qui ne se fait pas prier et met le doigt sur mes défauts sans aucune retenue.. Je ne peux m’empêcher de sourire en l’écoutant. Elle a quand même une sacrée repartie pour une gosse de dix ans celle-là Oui, je suis mauvais dans tout ce qui touche de près ou de loin aux sceaux. Ah ah. J’assume. On ne peut pas être bon partout. Par ailleurs, être mauvais dans des domaines n’est pas un drame si dans les autres on excelle, ce qui est – sans vouloir me vanter – mon cas.
    « Une faiblesse, oui. Une parmi tant d’autres d’ailleurs. »

Un peu d’autodérision ne fait pas de mal. Comme on le dit souvent, un homme fort peut jouer au faible, l’inverse en revanche est impossible. De plus, je donne à voir de moi une image d’homme modeste – ce que je ne suis pas en vérité –, ce qui n’est pas plus mal. Puis, alors que rien ne prêtait à cela, Amaterasu me demande si je peux enseigner à ces trois disciples la technique de scellement que j’ai usé quelques temps auparavant. L’enfant ajoute pour flatter mon égo que ma réputation de bon sensei me précède. Ayant les chevilles enflées comme jamais, je ne peux m’empêcher d’accepter. D’autant que ceux qui me connaissent le savent, j’accepte très souvent d’enseigner mon savoir aux autres. Certains considèrent que leur répertoire, leur panel de technique leur est propre mais ce n’est pas mon cas. Attention cependant, qu’on ne se méprenne pas, je ne suis en rien quelqu’un de généreux ! Disons juste qu’en ce qui concerne les arts ninjas, je suis ouvert d’esprit et prêt à diffuser mes connaissances.
    « Soit. J’accepte. »

Et bien sûr, je compte bien demander remboursement dans un futur proche. La blondinette me doit un service. En effet, elle a comme qui dirait une dette envers moi et celle-ci se devra d’être épongée à l’avenir. Mais en attendant le jour du remboursement, tentons d’enseigner à ces trois gusses auxquelles je n’avais pas prêté attention précédemment le jutsu de scellement que Michiki m’avait appris. Hum. Voyons … Ah oui. Voilà. Je vais leur faire une démonstration et reformuler avec mes mots ce que m’avait dit l’actuel chef du Misutô.
    « Bien regardez. En soi, ce n’est pas très compliqué. Si votre cible est immobile, et notez que cette condition est indispensable sans quoi la technique ne fonctionne pas, vous pouvez via un sceau et en diffusant du chakra équivalent à ce qu’il faut pour utiliser une technique de rang C, sceller l’objet ou la personne. Pour cela, il vous faut imaginer ledit objet ou ladite personne et la bloquer. Dites-vous que vous avez le contrôle sur lui et hop. Le sceau fera le reste. C’est censé être la base de la maîtrise du fuinjutsu… »

Je dis : « c’est censé » car même moi, j’ai du mal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Amaterasu
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Le Lutin et la Déesse  Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et la Déesse Le Lutin et la Déesse  EmptyLun 18 Mar 2013 - 13:03

    Finalement, ces courbettes et révérences avaient servi, le maitre des Lutins acquiesça la demande que lui avait faite Amaterasu. Un petit sourire se dessina sur le visage de l'adolescente, qui alla prendre place sur un rocher non loin de l'endroit. Un peu perdus, les trois apprentis shinobis observèrent l'homme au regard de braise, prêts à recevoir l'enseignement qu'ils avaient l'honneur de pouvoir obtenir. La kunoichi aux cheveux blonds continua de les regarder, avant de tomber dans un profond sommeil, un de ceux qui la plongeaient dans son fort intérieur. Un espace blanc, le vide, elle. Elle ne portait que ses bandages au niveau de la poitrine, ainsi que son hakama noir avec ses sandales ninja. Pas d'armes, pas de manteau ni de capuche, rien qu'elle dans cet océan de lumière. Soudainement, un bruit, elle se retourna pour voir de quoi il s'agissait, et là, elle le vit. Son frère jumeau. Torse nu, portant pratiquement la même tenue qu'elle, la coiffure et les traits de la silhouette étant les seules véritables différences qui les distinguaient l'un de l'autre.

    Il n'y a pas d'autres solutions.

    -"D-De quoi tu parles ?"

    La silhouette restait là, immobile, alors que Kurohime courrait de toutes ses forces vers elle, sans pour autant s'approcher. Une course inutile vers un objectif inatteignable, c'était l'histoire de sa vie. Des mots ne suffiront face à la folie des hommes. Cette voix qu'elle entendait dans sa voix était belle et bien celle de Hakuito, celui qui se dérobait sous ses yeux désespérés. Plus elle courait, plus la lumière s'assombrissait, laissant place à un univers sombre où la seule étoile était sa propre présence. Un sourire glauque apparut tout autour d'elle, comme submergée par de la pure folie. Un Hakuito fit également son apparition, à la même distance et au même endroit que précédemment, des cicatrices parcourant le long de son corps cette fois-ci. Du sang coulait un peu partout sur lui, ses yeux arboraient une couleur blanche pure, sans pupille, le regard vide et contourné de désespoir.

    Il ne te reste qu'une chose à faire.

    -"S-Suis-je vraiment obligée ?"

    A cette question, un grand bruit suivit avant que les ténèbres de l'endroit ne l'enveloppe entièrement, la tirant tout au fond de ces sombres abysses de son fort intérieur. Ce choc lui permit de se réveiller, presque en sueur, un peu effrayée malgré tout. Ses yeux cherchaient un repère, quelque chose lui montrait qu'elle était revenue dans le monde réel. Trouvés. Quatre personnes, ses trois protégés ainsi que leur instructeur du jour. Un regard vers ses mains, tout ceci n'était qu'un affreux cauchemar. Une illusion horrible d'un destin funeste. Les trois shinobis semblaient essoufflés, la kunoichi ne savait pas combien de temps était passé depuis sa perte de connaissance, une durée indéterminée qui néanmoins trouvait ses marques dans l'effort fourni par les jeunes apprentis. Jeune était un bien grand mot, puisqu'elle-même était moins âgée qu'eux. Elle recouvra le sourire en les regardant, en les fixant se démener corps et âme pour exécuter cette technique qu'elle n'avait pas mis longtemps à apprendre, preuve de son acquisition rapide de connaissance, un talent que même le Village Caché des Nuages lui avait attribué.

    Mais tout ceci n'était que dérisoire. Elle savait désormais ce qu'il lui restait à faire, au plus profond d'elle-même.


    -"Alors, des progrès ?"

    Elle lâcha un petit rire qui en disait long, non seulement n'avaient-ils pas réussi à apprendre cette technique, mais en plus ils avaient l'air totalement épuisé. Une démonstration méritait d'être faite, même pour celui que l'on nommait le "Roi des Lutins", une leçon d maitrise des sceaux qu'ils ne risquaient pas d'oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Contenu sponsorisé
Informations

Le Lutin et la Déesse  Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et la Déesse Le Lutin et la Déesse  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Lutin et la Déesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Tetsu no Kuni-