N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Ce qui rapproche les Hommes. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyMer 1 Aoû 2012 - 0:43

Les cris d’enfants jouant au dehors extirpèrent abruptement l’Opalin de son sommeil troublé. Privé de manière si impromptue de l’étreinte de Morphée, Seigen tentait vainement de rassembler les bribes évanescentes des songes oniriques qui étaient encore, il y a quelques secondes de cela, la réalité tangible dans laquelle il se trouvait. Cependant, rassembler les réminiscences d’un rêve est aussi futile que d’essayer d’attraper de la fumée.
Les yeux toujours clos, il paressait sur sa couche, profitant de la délicieuse tiédeur de sa chambre, prêtant une oreille dissipée à la clameur extérieur. Les mélodies des oiseaux se mêlant aux beuglements des bambins et aux exclamations des marchands ambulants. D’un effort qui parut incommensurable, il se leva et promena une œillade lasse sur le chaos régnant dans cette misérable pièce. S’émanciper avait coûté son prix. Afin de pouvoir se poser en tant qu’individu affranchi, il avait dû faire fi du faste dans lequel il vivait au profit d’une existence plus triviale certes, mais sans aucun doute plus saine, psychologiquement parlant. Aussi loin que sa mémoire remontait, les relations que le Séraphin entretenait avec sa lignée étaient délétères et lourdes de ressentiments. Il est bien entendu inutile de préciser que Seigen avait empalé son oncle sur sa lame, les rapports s’étaient encore quelque peu roidis et détériorés. Ainsi donc, une prise d’indépendance légèrement contrainte. Cette raison subjacente mise en lumière, il était dés à présent plus aisé de comprendre pourquoi le bretteur se tenait là, au centre d’une chambrée insalubre, alors que sa famille vivait dans la profusion et dans le faste. Soit. Il avait beau eu scruté chaque recoin de son regard inquisiteur, il n’y avait plus de quoi se sustenter. Hé bien, il allait devoir aller se restaurer à la taverne du coin.

Une fois sur le seuil de sa porte, il dut positionner sa dextre en visière tant la nitescence de l’astre incandescent était aveuglante. À son zénith, l’étoile coruscante inondait le Village d’une chaleur agréable, parfaitement équilibrée. Un jour splendide. De sa sempiternelle démarche désinvolte, Seigen chemina vers sa destination.
Arrivé, il fut surpris de la foule qui s’y trouvait déjà. À l’accoutumée, c’était un coin fort peu prisé, où les gens s’attardaient rarement. Néanmoins, en ce jour, les choses étaient différentes, il n’y avait plus qu’une unique table qui n’avait point encore été conquise par la fange. Installé, il laissa son regard se promener sur ses voisins éphémères. Pour la plupart, il ne s’agissait que de simples civils, profitant des conditions météorologiques favorables afin de s’offrir un bon repas famille. Ils semblaient si insouciants et heureux. Devant cette vision si idyllique du mode de vie prosaïque de la populace, sa mâchoire se contracta presque imperceptiblement et son nez se plissa légèrement. Il n’entretenait pas réellement d’aversion envers les gens du peuple, mais les voir si frivoles et candides alors qu’à quelques lieux d’ici, la guerre faisait rage et des Shinobi versaient leur sang, véritables oblations effectuées en vue de préserver le confort et la quiétude de leurs vies monotones.
Seigen fut tiré de sa torpeur par une jeune serveuse, le priant de passer sa commande. Une fois n’est pas coutume, le Séraphin quémanda le très efficace tandem de ramen et de sake. Lorsqu’elle s’en fut, le Masayuki se permit de laisser glisser son regard sur le galbe de cette délicieuse demoiselle. Son faciès se fendit d’un léger sourire malicieux et dans ses yeux flottait une expression lascive. Tout cela l’avait mis en appétit. Attendant patiemment que ses mets arrivent, il s’alluma une cigarette. Une bien regrettable habitude qu’il avait là, mais bon, que serait la vie sans quelques vices ? D’un soupire las, il expira un nuagelet nocif, qu’il contempla distraitement s’évanouir dans l’éther.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kyōji
Informations
Messages : 382
Rang : A+

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyMer 1 Aoû 2012 - 21:48

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] 198240_136513

Le soleil se levait sur KiriGakure ne Satô. Le ciel était dégagé, aucun nuage ni même de brume. Ce fut un rayon, qui s'était faufilé au travers le rideau de ma chambre, qui me réveilla. Avec un tel temps, il valait mieux sortir. Et puis je n'avais rien à faire dedans. M'entraîner était une des seules choses que j'avais à faire. Personne ne se préoccupait de moi, j'étais seul. Je n'avais de compte à rendre à personne, et je vivais ma vie comme je l'entendais. On ne me dictait pas ce que je devais faire. Bien qu'il y ai des avantages à ne pas avoir une personne faisant l'autorité chez vous, on ressent un manque. Ce vide, je le comble en me battant. Du moins je tente de le combler. Je n'ai pas trouvé le moyen d'oublier, et de surmonter cette haine. La rage m'envahit chaque jour, chaque seconde elle est en moi. C'est comme ça, je n'y peux rien. J'aurais aimé vivre autrement, mais je n'ai pas choisis mon destin. On me l'a imposé, sans que je ne puisse intervenir. Les ainés nous disent qu'on est maître de notre destin, c'est du baratin. Sinon je ne serais pas sur mon lit à m'apitoyer sur mon sort.
Calmant ma haine en éclatant le réveil qui venait de se mettre à sonner, je me dirigeais à la salle de bain pour me rafraîchir et me changer les idées. Je fis ainsi couler un bain, pour décompresser. J'en profitais pour prendre deux trois trucs à grignoter, car mon ventre était déjà entrain de demander à manger. M'allongeant dans la baignoire, j'étais entrain de manger tout en tentant de me détendre. Je tentais de penser à d'autres choses, mais les seules pensées que j'avais été pour la plupart pervertie par le sang et les combats. Maintenant que j'y repense, les seuls moments d'amour et de paix je les avais vécu dans mon enfance. Depuis la mort de mes parents, je ne me rappelle pas avoir sourit une seule fois si ce n'est en faisant couler le sang.

Les heures passèrent. J'étais sortis prendre l'air, marcher dans le village. J'errais sans un quelconque but, ne sachant ni où aller ni quoi faire. J'étais lassé de tout cela. Les mains dans les poches, je lançais des regards noirs à tout les gens portant leurs yeux sur moi. Je ne sais pas quel mouche m'avait piqué, mais j'avais envie de taper tout le monde. Tout ces gens si heureux, ces enfants si gâtés. Qu'ils connaissent la souffrance que j'ai enduré, et que j'endure. Passant devant un restaurant, je vis des hommes entrain de se chercher. Se lançant des phrases toutes aussi éloquente les unes que les autres je ne pus m'empêcher de me joindre à cette magnifique discussion. Ils n'avaient même pas le bandeau du village, surement des civils. N'utilisant pas les mots, mais plutôt les gestes j'en pris un pour cogner sur l'autre. Ils n'avaient pas la tête si solide, les deux tombèrent dans les pommes. De beaux parleurs, qui n'en disent plus qu'ils n'en font. Entrant à l'intérieur de la bâtisse, je vis l'énorme foule qui était présente. Tentant tout de même de me frayer un chemin, je remarquais un homme qui avait du mal à tenir sur sa chaise. Verre à la main, il devait être totalement ivre. Et vu comment il puait, il ne manquait plus qu'un bouchon pour qu'il se transforme en une bouteille de sake. Prenant l'homme par dessous les épaules je l'amenais dehors. C'était mieux pour lui qui s'arrête là, et puis je pourrais avoir une place. Retournant m'assoir, je m'empressais de commander quelques choses. J'avais tellement faim, que je dis au serveur de me surprendre. Tant qu'il y avait un minimum de trois plats. Observant les alentours, je vis un jeune homme. Au vu de son bandeau, surement un ninja. En le voyant je ne pus m'empêcher de lui faire une réflexion :

    « Alcool et cigarette, autant aller à l’hôpital et demander un cancer. Je suis Kyōji, ninja de Kiri. Vous aussi non ? »


Me changer les esprits en parlant à une personne que je ne connaissais pas, cela pouvait marcher. Je n'avais plus qu'à prier pour qu'il ne soit pas aussi agressif que moi dans mes pires jours, quoique cela m'arrangerait si je devrais me battre. D'un côté j'avais envie de frapper tout le monde, mais d'un autre je voulais oublier et vivre une vie normale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyVen 3 Aoû 2012 - 12:00

Les yeux clos, Seigen était tout à fait allègre, se délectant de ces émanations pernicieuses qui gorgeaient ses cavités pulmonaires. Il expira lentement un nuagelet fumeux, qui se dispersa languissamment quelques fugaces instants dans l’éther avant de s’étioler. S’adonner à cette addiction dans un espace confiné, où de surcroit des gens se restauraient, n’était sans nul doute pas respectueux de ses pairs. Néanmoins, ce genre de remords n’avait pas coutume d’accabler le Shinobi de remords, loin s’en faut. Avec toute la désinvolture qui le caractérise, il trempa ses lippes fines dans le liquide alcoolisé. Il put sentir la liqueur couler le long de ses entrailles, l’enivrant d’une chaleur douce et tendre. Nonobstant son jeune âge, l’Opalin était d’ores et déjà mithridatisé à la morsure âcre de l’eau-de-vie, pouvant aller jusqu’à arracher un grimace au plus gaillard des hommes. Force est de reconnaître que la consommation conjuguée de tabac et d’alcool, en outre d’être néfaste à sa santé, lui valait des œillades interloquées et défiantes. D’ailleurs, l’on ne tarda pas à lui faire le reproche. Sans accorder un coup d’œil au quidam qui avait proféré l’harangue, lui répondit ceci d’un ton condescendant, faisant comme il lui en était coutume, preuve de laconisme.

« Dans le métier, il est assez rare que l’on fasse de vieux os. »

Certes, il ébranlait à petit feu sa santé, naguère plus que fébrile, néanmoins, il n’accordait aucun égard aux jugements de ses pairs. Que cela foule aux pieds les conventions et dogmes sociaux, il s’en fichait. Le Séraphin menait son existence comme bon lui semblait, et personne en ce bas monde n’avait suffisamment d’influence sur lui pour le faire changer de voie. Il était ‘’ Maître de son destin, Capitaine de son âme ‘’, comme le disait fort bien l’adage, dont la notoriété n’était plus à faire. Lentement, il détourna la tête vers son interlocuteur. Il découvrit un éphèbe à la crinière grisâtre et aux pupilles écarlates, dont l’allure pourrait presque être qualifiée d’androgyne, tant son faciès était délicatement ciselé. Un doux minois dont la candeur de l’enfance n’avait pas encore périclité. Le bretteur n’aimait guère qu’on lui tienne un discours incisif de la sorte. Néanmoins, l’affront n’était pas suffisamment cuisant que pour déclencher une rixe au sein de cet établissement modeste. Peut-être que s’échanger quelques brandons acerbes serait divertissant ?

« En effet, je suis Genin de Kiri. Mon nom est Masayuki Seigen. Peut-être souhaiterais-tu goûter à mon tabac et à mon sake ? À moins, bien entendu, que cela soit trop fort pour toi. »

Un feu-follet dansait au sein de ses joyaux d’opale, dénotant son amusement. Emprunt d’une certaine malice, son faciès d’albâtre fendu d’un sourire narquois, il continuait à fixer son vis-à-vis. D’une prompte pression du pouce, le Démiurge fit choir de sa cigarette le tabac consumé et reprit une bouffée de son vice. L’on vînt lui servir sa pitance. Néanmoins, en cette occasion, le Genin n’eut aucun regard lascif envers la serveuse, ne décrochant pas son intérêt du jeune garçon. Comment ce dernier allait-il réagir ? Resterait-il maître de lui ou céderait-il aux provocations ?
Seigen s’assit dans le fonde son siège, toujours ce masque amusé sur son visage. D’un souffle bas et lent, il expira la fumée de ses poumons, attendant une réponse du dénommé Kyōji.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kyōji
Informations
Messages : 382
Rang : A+

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyVen 3 Aoû 2012 - 15:07

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Pbucket


Il relâchait la fumée tel un incendie. Les autres ? Il s'en foutait un peu à vrai dire. On se prenait le nuage de gaz, de vapeur et de particules, en plein dans la gueule. Et vu le monde qu'il y avait on suffoquait facilement. Enfin, ça ne me dérangeait pas personnellement. J'avais fais la remarque histoire de lancer une discussion, car je me faisais royalement chier. Il y avait un tel boucan, il fallait bien que je trouve autre chose que de taper sur la tête d'ivrogne. Le jeune homme ne prêta même pas attention à son interlocuteur, en l’occurrence moi. Cela eu l'effet de déclencher un tic chez moi, un grinçage des dent. Je stoppais lorsque je remarquai que ma lèvre était au bord du saignement. Lorsqu'il parla, il ne me regarde même pas. Un manque de respect que je n'appréciais pas. Lâchant un sourire fallacieux, je lui retorquais :

    « Cela dépend si vous êtes doué ou non l'ami. C'est peut-être le cas d'une majorité, mais d'un autre côté il y a la minorité forte. »


Attrapant la bouteille se trouvant sur la table de l'ivrogne que j'avais viré, je remplis mon verre avant de le porter à ma bouche. Surement un alcool, mais pas très fort. À mon âge, boire ce genre de breuvage est peu commun. Mais personne ne s'y oppose, puisque je suis seul. Rien ni personne ne me dicte ma conduite. Un avantage parmi une infinité d'inconvénients. Une serveuse, dans la fleur de l'âge, m'apporta quelques plats. Un bol de ramen, des brochettes de viandes et des an-dangos. Cela m'avait l'air appétissant, et je n'attendis pas une seconde avant d'engloutir les quelques mets présent sur la table.
Alors que je dégustais, tranquillement, l'homme à la crinière immaculée daigna détourner son regard vers moi. M'adressant une nouvelle fois la parole, il m'invita à tester ce que je lui avais auparavant reprocher. L'alcool ne me gênant pas, je me levais pour aller vers lui.

    « Et bien puisque vous insistez, je veux bien prendre de votre nectar. Pour ce qui est du reste, je ne préfères pas flinguer mes poumons.


Malgré ma réaction, je savais éperdument qu'il venait de me provoquer. Je ne préfèrais pas céder à la tentation, aujourd'hui je n'en avais pas l'envie. C'était bien mieux comme ça, et puis qui sait cet homme pourrait très bien devenir un coéquipier lors d'une future mission il valait donc mieux que l'on s'entende bien. Je lui tendis alors ma main pour une poigne digne d'un homme tout en affichant un malicieux sourire.

    « Ravi de te connaître. Mon nom est Samui, Samui Kyōji. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyVen 3 Aoû 2012 - 21:12




Kyoji avait soulevé un point intéressant. Il était en effet incontestable que si l’on s’était vu nanti de certains talents et aptitudes, nos chances de survivre aux tribulations de la profession de Ninja augmentaient. Néanmoins, même si cette réflexion était légitime, le sang appelant le sang, nous finirions toujours bien un jour par buter sur un adversaire dont la puissance surpasse la nôtre. Être à l’apogée de la chaîne alimentaire, et y demeurer, était une utopie inachevable dont seuls les sots se lançaient à la poursuite. Un quidam finissait toujours bien par vous supplanter, ce qui sonnait votre déchéance, la fin de votre règne et de votre suprématie. Le vis-à-vis avait-il prononcé ces dires car il possédait lui-même un certain don, une certaine habileté au combat ? En vérité, la réponse à cette interrogation intéressait peu notre protagoniste, malgré qu’un certain doute s’était immiscé en lui.

Force était de reconnaître que l’interlocuteur de Seigen savait faire preuve d’une remarquable maîtrise de lui-même. Suite à la provocation du Séraphin, l’Éphèbe n’avait même pas sourcillé, se montrant même avenant, s’approchant sans cautèle de la table du Genin. Bien que Kyoji accepta l’offre quant à la boisson, il déclina celle du tabac. L’on ne pouvait l’en blâmer. Courtois et bienséant, l’adolescent tendit sa dextre à son aîné, afin de saluer tels les hommes qu’ils étaient. Le Masayuki lui saisit, et le gratifia d’une poignée de main brève et vigoureuse. Il ne souhaitait pas s’adonner à ces jeux puérils auxquels se livraient certains individus de la gent masculine lorsqu’ils venaient à se saluer, tâchant du mieux qu’ils pouvaient de littéralement écraser la main de leur vis-à-vis.
De son autre main, le bretteur invita son collègue à s’attabler près de lui, après quoi il se saisit de la bouteille de liqueur et versa le sain nectar dans deux coupoles. Il trinqua et fit cul-blanc, tenant à observer l’expression faciale de son camarade lorsque celui aurait à subir la sensation fort peu délectable de la prime gorgée de sake.
Le jeune homme avait s’appelé Samui Kyoji. Ainsi donc, il appartenait à l’illustre lignage. L’on ne pouvait résider dans ce village sans s’être fait à au moins une reprise les fantastiques exploits de ce clan, dont la renommée retentissait même au-delà des frontières de ce pays. Véritable Panthéon de Kiri no kuni, le Shodaïme était issu de cette formidable lignée, c’était tout dire. Ce fait ayant été porté à la connaissance de Seigen, ce dernier était désormais avide d’en savoir plus à propos de son camarade, un étrange éclat rutilant dans ses yeux. Écrasant son mégot à même le bois de la table, le Spadassin pencha légèrement son buste vers son interlocuteur et lui demanda de sa voix doucereuse :

« Tu maîtrises donc le Hyôton, n’est-ce pas ? J’ai envie d’en savoir plus sur toi. Pourrais-tu m’en apprendre davantage ? »

Ce singulier individu avait réellement piqué à vif la curiosité du Genin. Ce dernier, en attendant que Kyoji lui apporte les réponses quémandées, commença à savourer son repas. Somme toute, celui s’avérait assez frugal, les mets n’étant pas de la qualité que Seigen avait escompté. Quelque peu dépité, l’Opalin reporta son regard et son attention vers l’adolescent, brûlant toujours de la même soif de savoir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kyōji
Informations
Messages : 382
Rang : A+

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptySam 4 Aoû 2012 - 11:59

Debout, à côté de sa table, je serrais sa main. Non pas fortement, tel un ahuri voulant montrer sa force, mais plutôt amicalement. Il semblait bien cordial. Il m'invita à sa table, pour partager son saké avec le jeune adolescent que j'étais. Il devait surement être plus âgé que moi. À peine assis, il me servit un verre de la liqueur. Il s'en prit un pour lui. Pourtant le récipient à sa bouche, il ne le retira pas avant de finir la totalité du liquide présent à l'intérieur. S'en suit un regard. Il voulait surement que je fasse de même. Peut-être pour se railler de moi ? Mais il ne savait pas que ce n'était pas la première fois que je buvais ce genre de breuvage. Faisant à mon tour un cul-sec j'esquissais un léger sourire. Certes c'était amer, mes papilles gustatives c'étaient déjà habituées à ce goût ce n'était donc pas un problème. Prenant les plats présents sur ma table pour les mettre sur celle-ci, j'avais une véritable faim de loup.
Lorsque je dévoilais mon nom de famille, Seigen sembla interloqué. Le clan Samui ne devait pas lui être inconnu. Il était très réputé au sein du village, pour ses actes mais aussi pour un de ses dirigeants : Mahan Samui qui fut aussi un des Kage de Kiri. J'avais la chance de faire parti de cette prestigieuse lignée qui m'offrait la maîtrise de l'Hyôton. Tandis que l'Opalin écrasait son mégot à même le bois de la table, il s'approcha de moi :

    « Exact. Il n'y a pas grand chose à savoir. J'ai hérité ce pouvoir de mon clan, je m'y suis habitué et je le maîtrise de plus en plus au fil du temps. C'est un honneur d'être à Samui, mais je ne peux malheureusement pas te faire de démonstration. Et toi, as-tu une capacité ou un pouvoir spécial ? Dis-moi si je me trompe mais il n'y a pas de clan du nom de Masayuki ? »


Ce ninja semblait bien curieux sur mes origines. Je ne préférais pas dévoiler mes pouvoirs, ou mes techniques. Je ne les utilise qu'en combat, ou dans des situations similaires. À quoi bon avoir un don héréditaire si on s'en sert à tout va et que tout le monde connait nos capacités ? Il n'y a plus « d'effet de surprise ». Attrapant une des brochettes d'an-dangos, j'observais mon interlocuteur faire de même avec les aliments qu'il avait commandé. Son regard scintillait, tel un scientifique devant une découverte monumentale. Qu'y avait-il à apprendre, si ce n'est que nous pouvons maîtriser la glace ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyDim 5 Aoû 2012 - 16:16



Kyoji n’avait fait preuve de dégoût face au goût âpre du saké. Sans doute n’était-il pas à son coup d’essai. Assez précoce. Néanmoins, s’il était assez âgé pour guerroyer, pourquoi ne le serait-il pas pour boire ? Ce paradoxe avait toujours amusé Seigen, tant il était vide de sens et grotesque. Devoir de sacrifier son existence pour une cause supérieure et pas le droit de jouir des simples plaisirs de la vie. Quelle absurdité.
L’Opalin reversa une petite quantité de l’envoutante liqueur dans les conteneurs vides, plus par courtoisie que inciter son cadet à la consommation. Son camarade s’était montré fort peu loquace sur ses origines et ses pouvoirs. Quelle en était la raison ? Le Séraphin devait-il y voir une certaine forme de cautèle à son égare ? Ne lui faisait-il pas encore suffisamment confiance que pour s’épandre sur ses aptitudes ? Ne lui en tenant pas rigueur, Seigen lui répondit d’une voix mesurée :

« Il n’y en effet pas de clan Masayuki à proprement parler. Cependant, ma famille transmet de génération en génération une épée assez spéciale. J’en suis l’actuel possesseur. Je peux disposer de l’acier de la lame à ma guise. »

Tout en provulguant ces quelques nébuleuses et énigmatiques explications quant à sa spécialité, il avait délicatement effleuré le pommeau de son flamberge ébène de ses doigts grêles et noueux. L’Opalin s’était bien gardé de dire qu’il avait été tacitement congédié de sa mesnie à cause du meurtre de son oncle. Une bien tragique histoire qui avait une nouvelle fois à quel point l’avidité et la folie des hommes pouvaient anéantir les liens familiaux. Néanmoins, Seigen n’était point rongé par les scrupules et les remords, loin s’en faut. Ce félon avait mérité son sort funeste. Ainsi donc, point de résipiscence en l’essence de l’Auguste. Si c’était à refaire, il le referait, sans l’once d’une vacillation.
Afin de s’extraire de ce ressac de songes venimeux, le Masayuki posa une nouvelle question à son vis-à-vis :

« Fais-tu partie d’une équipe ? »

La raison subjacente qui avait poussé l’Immaculé à formuler cette interrogation était loin d’être innocente. En effet, ayant fraîchement rejoint la prestigieuse escouade du Régent lui-même, il brûlait de le porter à la connaissance du descendent la formidable lignée Samui, afin de lui prouver sa valeur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kyōji
Informations
Messages : 382
Rang : A+

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyMar 7 Aoû 2012 - 11:37

À peine j'eus fini mon verre qu'il me resservit du saké. Il incitait ses pairs à boire ? Je n'avais vraiment pas envie de finir mal ce repas, il fallait tout de même être raisonnable. Mais par respect pour lui, je pris tout de même le récipient. Je comptais le prendre une fois que j'aurais finis de manger, pour faciliter la digestion. Continuant de déguster les divers mets que les serveurs nous avaient apporté, le Masayuki répondit à ma précédente interrogation. Comme je le pensais, il n'existait pas de clan de ce nom mais pourtant il était bel et bien doté d'une capacité spéciale tout comme moi. À la différence que je la tiens de mon clan, de mes gênes, alors que lui c'est un secret qui se transmet dans sa famille. Ainsi, il avait la capacité de remanier sa lame. Cela doit-être bien intéressant en combat au corps à corps, mais qu'en est-il à distance ? Il devait surement pouvoir utiliser une affinité, ou quelque chose d'autres car un Samui comme moi n'a pas de mal à attaquer de loin et donc se tenir à l'écart. Lâchant l'outil qui me permettait de manger les ramens, j'aggripais le verre de saké :

    « Et bien ça peut-être une capacité intéressante, mais à double-tranchant j'imagine. Par exemple, il suffit de se tenir à distance comme je le ferais avec ma maîtrise du Hyôton ? Mon affinité me permet d'être aussi polyvalent au corps à corps qu'à distance, on peut faire une infinité de choses avec la glace. Des projectiles, des pièges, des protections...Tu dois bien être limité avec le seul acier de ta lame. »


Je remarquais qu'il effleurait de ses doigts un objet ressemblant à une arme. C'était sa lame, la fameuse lame. J'étais bien curieux de voir comment cela se passait. Maîtrisait-il l'acier en général, ou juste celui de sa lame ? Il n'avait pas donné beaucoup de précisions, sans doute pour ne pas que l'on connaisse ses techniques comme je l'ai fais lorsqu'il m'a interrogé sur mon clan. Portant une dernière fois le verre à ma bouche, je finis le saké qu'il y avait à l'intérieur avant de retourner le verre. Je n'y toucherais plus de la journée. J'en avais assez bu, et pour un adolescent comme moi il ne faut pas en abuser. Le garçon a la crinière blanche me posa une énième question. Je ne me fis pas prier pour y répondre :

    « C'est bien possible, à vrai dire même moi je ne sais pas. J'ai bien passé un test, mais je n'ai pas encore le résultat. En tout cas, mon potentiel sensei serait un Chûnin du nom de Hojo, un eisei-nin. Et toi, tu es dans un groupe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 11:16




Portant une énième fois le conteneur de liqueur à ses lèvres, Seigen prêtait une oreille amusée à son camarade. Son analyse était assez clairvoyante et bien pensée. Faisait-il partie de l’acabit que l’on qualifie communément de ‘’ stratège de génie ‘’ ? Somme toute, peut-être ne fallait-il pas s’emporter quant à l’acuité intellectuelle du Samui, peut-être ne s’agissait-il là que d’un éclair fugace de lucidité. Quoiqu’il en soit, son examen des aptitudes du Masayuki était quelque peu erroné. L’on ne pouvait l’en blâmer, il était mal aisé que de cerner au premier abord toutes les opportunités de tactiques que cette fameuse lame conférait à son manieur. Ne souhaitant guère laisser son interlocuteur dans le flou, il lui répondit ceci :

« C’est une belle analyse, cependant, j’ai plus d’un tour dans mon sac ; et de toute façon, mon style de combat est plutôt défensif qu’offensif. »

L’Opalin remarqua que son cadet avait retourné sa coupole, montrant ainsi qu’il s’ingurgiterait plus de nectar pour le moment. Sans nul doute était-ce une sage décision, il était futile de trop s’alcooliser de si bonne heure. Attentivement, il écouta la réponse de Kyoji quant à son affectation. Ainsi donc, à contrario du Spadassin, l’´éphèbe avait dû passer un test, afin de jauger ses compétences, avant d’être officiellement incorporé à une équipe. Bien que la dénomination du senseï soit inconnue à Seigen, il trouvait très intéressant le fait qu’il soit un eisei-nin. L’on ne savait jamais réellement à quoi s’attendre avec ce genre d’individus.
S’affectant à ne pas paraître pompeux, il répondit aux interrogations que lui avait retourné le maître des glaces d’une voix calme :

« Actuellement, je suis affecté à la formation nommée Kyōryoku, dont le leader est Ryūzoji Yoru. »

Il aurait été dénué de sens et impudent de préciser que le dirigeant de l’escouade était le Régent en fonction, c’était un fait que n’ignorait sans doute pas le jeune Samui, et le Masayuki ne souhaitait plus écraser son vis-à-vis de toute l’outrecuidance dont il était capable de faire preuve. Néanmoins, est-ce que le suzerain du Village de la Brume savait ce qu’il faisait en adjoignant une brèle telle que le bretteur ? Par toute logique, l’on aurait pu croire que la formation de l’administrateur de Kiri se serait vue composer des élites des forces armées, et non pas d’un regroupement de bras-cassés.
Arborant toujours son masque placide, afin de ne rien laisser transpirer, Seigen continuait à déguster ses mets, attendant patiemment la suite des événements.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kyōji
Informations
Messages : 382
Rang : A+

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] EmptyDim 12 Aoû 2012 - 18:16

Mon hypothèse semblait bonne, même que le jeune adolescent trouva que c'était une belle analyse. Mais il s’avéra que j'eus totalement raison lorsqu'il me répondit. Effectivement, il avait d'autres atouts. Bien sur il ne comptait pas me le dévoiler, comme je ne lui avais pas dévoilé les miens. Même entre collègues, on garde ses capacités secrètes pour pouvoir toujours surprendre. De plus son style était plus axé défensif qu'offensif, le contraire de moi. Je préférais faire pression sur l'ennemi et le retrancher dans ses dernières ressources. Après tout chacun à le droit d'avoir sa propre tactique, il n'y a pas un modèle global pour tout le monde. On combat comme on l'entend, si tout le monde avait le même style il n'y aurait plus ce frisson, cette curiosité qu'il y a lors des batailles.
Mais le sujet de conversation avait totalement changé. Je lui avais dis faire potentiellement parti d'une équipe, car je ne savais pas encore si Hojo-sama avait trouvé mon test convainquant. En tout cas je l'espérais énormément. Un ninja de cette trempe, on n'en voit pas tout le temps. L'occasion d'avoir un sensei pareil ne se représentera surement pas de si tôt. Engloutissant la dernière brochette d'an-dangos, j'écoutais attentivement mon interlocuteur. Ainsi faisait-il parti de l'équipe du Régent de Kiri, Ryūzoji Yoru. Il était l'élève du futur Mizukage. Je commençais à être fasciné par ce dernier. Je ne l'avais encore jamais vu en chair et en os, mais pour avoir ce grade il devait être puissant. Peut-être qu'en gardant le contact avec Seigen, je pourrais le rencontrer un jour.

    « Et bien élève du régent de Kiri, il y en a qui ne s'embête pas ! Le nom de l'équipe sonne bien. Celui qu'a donné Hojo-sama à la sienne est : Same no Yoru.


Interpellant un des serveurs, je lui demandais d'apporter un dessert. Mais pas n'importe quel dessert, je lui commandais de m'amener un panier de mochis. J'adorais cette petite confiserie, c'était mon pêché gourmand avec les dangos. Il les amena quelques minutes plus tard, alors que l'atmosphère était calme. Mangeant quelques uns des gâteaux, je laissais de l'argent sur la table avant de me lever. Je pris le panier avec moi, et avant de partir je dis :

    « Désolé, mais je vais devoir y aller. En tout cas c'est un plaisir de t'avoir rencontré. J'espère qu'on sera amené à se revoir en missions. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Ce qui rapproche les Hommes. [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Ce qui rapproche les Hommes. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-