N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptySam 10 Nov 2012 - 17:16

Michiki venait de franchir l’entrée du terrain d’entraînement. Un simple portail fragile dont les portes étaient tout le temps ouvertes. Certains avaient le courage de venir ici de nuit. Pour le Jônin de la Brume, ce n’était pas tout à fait le cas. Il lui arrivait de traîner jusque tard le soir mais cela restait épisodique. Il était de bonne heure. Personne n’était encore en train de s’entraîner. Le nécromancien serait donc tranquille. Il n’allait pas se foutre au milieu. Il se plaça près de l’étendue d’eau que certains utilisaient pour des entraînements assez spéciaux. Un simple coup d’œil lui permit de vérifier que personne n’était tapi au fond du petit lac. Il put se mettre au travail. Il tourna le dos à l’étendue aqueuse pour dérouler un parchemin au sol. Le sceau dessiné dessus se déforma légèrement lorsque Michiki plaça deux doigts devant son visage. Puis, un nuage de fumée explosa depuis le rectangle de papier pour se disperser dans l’air. Lorsqu’il se dispersa, un grand gaillard se tenait face au nécromancien.

Le Jônin ricana au souvenir de la manière dont il s’était emparé de ce cadavre. Un vulgaire brigand qui avait tenté de l’abîmer dans un bar à Yuki. Après un bref affrontement où Michiki avait été aidé par des macchabées prélevés deux minutes avant, le chef avait été une proie facile. Le souvenir de son adversaire tétanisé par la peur arracha un sourire carnassier au nécromancien qui se tenait maintenant face à la même personne, à la différence que seule la mort habitait cette enveloppe charnelle. Et cette enveloppe était au service exclusif de Michiki. De toute sa collection de cadavres, ce fier à bras était l’un des plus doués au Taïjutsu et l’un des plus bourrins. Pile poil ce qu’il fallait pour cet entraînement.

Au vu des derniers combats qu’il avait mené, Michiki avait vite perçu une de ses faiblesses. Il s’’était rendu compte que ses capacités de combat au corps-à-corps laisser à désirer. Un shinobi qui avait une faiblesse et qui en prenait conscience, se devait d’y remédier par un entraînement acharné. Michiki devait donc travailler son Taïjutsu. Il avait dans son arsenal un cadavre spécialisé dans ce domaine mais la victoire serait aussi envisageable qu’une pluie à Kaze no kuni. Il préférait donc se rabattre sur son cadavre de plus bas-rang en matière de corps-à-corps. Mais même celui-là était d’un très bon niveau. Il devait être au moins de rang égal avec Michiki en raison des modifications que ce dernier lui avait apporté. Il avait dû le renforcer pour en faire un combattant à l’épreuve d’attaques assez puissantes.

L’assaut allait donc commencer. Le nécromancien se contenterait de donner un ordre au cadavre et ce dernier l’exécuterait sans que son maître ne soit obligé de lui détailler la moindre action à faire. Car si Michiki se battait avec quelqu’un dont il connaissait les actes à venir, il ne progresserait pas. Seul l’imprévu pouvait lui donner l’expérience nécessaire pour s’améliorer. Il resta donc un moment face à cette coquille vide qu’il regarda dans ses yeux vides. Puis il sourit et s’adressa au grand musclé sans que celui-ci ne le comprenne réellement :

-Allez frappes-moi gros balourd.

En plus de ces mots, il donna l’ordre spirituellement et le pantin s’exécuta. Un peu trop rapidement pour les réflexes du nécromancien. En moins de quelques secondes, le gros s’était retrouvé devant lui, le bras arqué, prêt à frapper. Le choc fut violent et l’impact propulsa le Jônin quelques mètres plus loin. Rien qu’avec ses poings, le gros avait assez de puissance pour faire voltiger un homme adulte. Michiki fit donc quelques roulées boulées sur quelques mètres avant de se retrouver face contre terre. Il avait eu un trouble de la vision en raison de sa cascade et il n’avait plus conscience de ce qui l’entourait. C’est en partie pour cela qu’il n’entendit pas la personne qui venait de faire son entrée sur le terrain d’entraînement. Personne qu’il ne vit pas en se relevant, le regard fixé sur son adversaire d’entraînement et à qui il cracha un :

-Espèce de petit enfoiré je te ferais amèrement regretter ce geste !

Une simple altercation qui avait pour but de regonfler la motivation et la hargne du Jônin. En espérant que la personne qui se tenait derrière lui n’était pas un enfant. Et ce fut à ce moment qu’il pressentit ce regard rivé sur sa nuque. Il se retourna vers cette personne qui se tenait dans son dos, les lunettes de travers. Qui était-ce ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyDim 11 Nov 2012 - 13:56

Un faible rayon lumineux caressa son visage. Ses yeux s’ouvrirent doucement, lui dévoilant les quatre murs tristes de son appartement. Elle soupira, puis se leva. Des prunelles, Yuka chercha le réveil l’horloge. Encore légèrement endormie, il lui fallut un certain temps pour se rendre compte qu’il était … tôt. Peut-être même trop. La brune soupira. Encore un cauchemar, encore une nuit de merde. Sa dernière bataille avec Kyurei lui revenait sans cesse, bien que, désormais, une certaine marge temporelle la séparait de ce dernier. Ce souvenir, tintant encore et encore, semblait la suivre sans jamais la lâcher. Le plus surprenant, dans toute cette petite histoire, restait certainement la clarté de ce souvenir. Il lui apparaissait avec tous les détails, surtout dans ses rêves, où elle se voyait confrontée à son ancienne réalité. Yuka poussa un long soupir et se dégagea de toutes les couvertures qui l’étouffaient.

Rapidement, elle se leva, se prépara, et sortit.
Une sorte de boule s’était formée dans son estomac, lui donnant de violentes crampes. Le stress, peut-être. Dans son esprit, la solution se dessinait au fil de sa marche. Le terrain d’entraînement lui vint à l’esprit très vite, semblant une évidence. Pour se libérer de sa nervosité, elle avait besoin de se défouler, d’extérioriser sa haine. Quoi de mieux qu’un terrain fait pour cela, dans ce cas ? Ses pas s’accélérèrent, et elle finit par arriver peu de temps après.

Une grimace naquit sur ses lèvres quand la présence de deux autres personnes lui apparut. Pas de moment de solitude, cette fois. Dommage, dommage, quel dommage. Tant pis, le choix ne lui était pas attribué. La demoiselle s’avança, regardant la scène avec une curiosité innocente. Au moins, cela restait éducatif, dans le sens où cet homme ne se battait pas du tout de la même façon qu’elle. Un sourire amusé égaya son visage quant à la vision du brun balayé d’un seul coup par son adversaire. Les mouvements de ce dernier, par ailleurs, semblaient mécaniques, comme guidé par une force qu’elle ne parvenait pas à saisir.

Yuka plissa les paupières, se concentrant sur le balourd. Il avait l’air totalement humain, à bien y regarder. Rien ne le différenciait d’un autre, pas même un trait particulier. Son corps ne se démarquait pas plus que cela, bien qu’il fût un véritable colosse, surtout comparé à la brunette. Oui, à le regarder ainsi, rien de plus banal. Quant à l’autre, il ne sortait pas non plus de l’ordinaire, bien que véritable crevette face au monstre. Il était plus fin, plus frêle ; la puissance du coup, par ailleurs, montrait à quel point l’armoire à glace dominait l’autre homme, au niveau de la force physique.

    « Espèce de petit enfoiré je te ferais amèrement regretter ce geste ! »


La kunoichi réprima un rire, extrêmement amusée par cette situation toute particulière. Puis, à force de fixer l’adversaire de la crevette, elle arqua un sourcil. Il ne répondait rien. Ne réagissait pas non plus. Un robot ? Non, trop humain pour être robotique. Et puis, à Kiri, aucune technologie ne permettait ce genre de choses … Alors quoi ? Qu’était-il ?

Yuka fit un pas en avant, terriblement intriguée. Ses yeux se portèrent sur les deux hommes, tour à tour, alors qu’elle tentait difficilement de leur attribuer une identité. Elle n’en eut pas le temps. La « crevette » se retourna, désormais face à elle, avec cet air curieux, arboré par tout un chacun lors d’une nouvelle rencontre. Ses yeux s’enfuirent, fixant le sol, pendant que, sur ses joues, de petites rougeurs apparurent. Prise en flagrant délit d’espionnage ? Mais non, elle n’espionnait rien. Quoique. Un peu quand même.

La jeune femme poussa un long soupir et finit par se gratter la tête, avant de la relever. Ses rubis rencontrèrent les prunelles céruléennes de son futur interlocuteur. Étrangement, cette couleur lui rappelait quelqu’un … Mais sa mémoire, légèrement brouillée sur le coup, n’eut pas le temps de mettre un nom et un visage sur cette couleur si particulière. Tant pis.

    « Pardon. »


Juste un mot, rien de plus. D’ailleurs, pourquoi pardon ? Pourquoi pas autre chose ? Un bonjour, ou une connerie du genre ? Non, elle ne dit que pardon, puis s’avança. En réalité, l’homme aux yeux bleus ne l’intéressait pour l’instant que très peu. À force d’avancer, Yuka finit par remarquer la particularité du colosse. Ses yeux exorbités, révulsés, et cette blessure, au niveau de son cou … La couleur de sa peau, plutôt blanchâtre, aussi. Il était pâle, terriblement pâle. Et, malgré l’avancée que la brunette avait faite, se retrouvant relativement près de lui, il ne réagit pas d’un seul centimètre. Rien, aucune réaction. Un gros vide.

Ses yeux incarnats restèrent bloqués dessus un court instant, jusqu’à ce qu’elle se retournât d’un coup vers l’autre homme, ayant compris. Ce type sortait totalement de la triste trivialité qui entourait tous les habitants de Kiri qu’elle avait déjà croisés.

    « Il est mort ?! »


Une mimique de surprise remplaçait son sourire simple. Ce mystérieux personnage dépassait ses attentes. Mais … Comment pouvait-il se battre contre un balourd mort ? Après tout, une fois mort, les facultés motrices d’un homme s’éteignaient, non ? Tout du moins … Dans la logique. Mais cet être dépassait toute logique, ainsi. Yuka pencha la tête, et ne cessa pas de le fixer. Elle s’écarta quand bien même du macchabée, peu confiante. S’il se mettait à faire un mouvement brusque, il valait mieux ne pas être trop près. Avec la violence dont il faisait preuve, la brunette finirait cassée d’un seul coup.

    « Mais … »


Bouche-bée, totalement bouche-bée. La kunoichi cherchait dans son esprit, farfouillant chaque chose qu’elle connaissait. Pourtant, même avec cela, il lui semblait impossible de donner une explication rationnelle à ce qu’elle voyait. Non, c’était juste … Au delà de ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyLun 12 Nov 2012 - 20:21

La nouvelle arrivante était une jeune fille. Plus jeune que Michiki de quelques années à peine, elle ressemblait étrangement à une petite fille. Mais genre vraiment petite. Le nécromancien ne s’attarda pas sur ce détail. Il avait déjà pris une branlée phénoménale par un gamin de dix ans ! L’apparence ne faisait pas tout. Elle détourna le regard. Les yeux bleus perçants du nécromancien faisaient souvent cet effet. Il ne comprenait pas trop pourquoi. Il n’y avait rien de menaçant dans son regard. Du moins pas dans ces moments-là. En tout cas la jeune demoiselle commença à lui dire pardon. Euh…pour quoi exactement ? Cette question faillit franchir les lèvres du Jônin qui se retint. Ce n’était pas la première jeune demoiselle timide qu’il croisait. Elles avaient toutes cette réaction assez étrange de s’excuser pour un rien. Quel intérêt ? Est-ce qu’il s’excusait lui ?! En tout cas la nouvelle arrivante ne perdit pas de temps pour aller jeter un œil au cadavre de Michiki. Ce dernier baissa légèrement le menton et se mit à ricaner très doucement. Combien de temps mettrait-elle à réaliser ?

Elle s’avérait aussi vive d’esprit que la jeune Samui que Michiki avait rencontré ! En quelques instants elle affirmait que le type qui lui faisait face était mort. Du coup elle se demandait comment c’était possible. Une jeune Genin n’ayant jamais rencontré de nécromancien, ça il pouvait le comprendre et lui pardonner. Mais comme elle restait interrogative, il décida de ne pas la laisser plus longtemps dans l’ignorance. La pauvre enfance semblait souffrir de ne pas savoir. Une petite curieuse apparemment. Il s’avança un peu pour revenir à son niveau sans quitter son pantin des yeux. Il regarda le gros balourd un moment avant de se tourner vers son interlocutrice et de la regarder droit dans les yeux, même si elle semblait ne pas aimer ça.

-Shinda Michiki ! Des pompes funèbres de Kiri ! A ton service. Besoin d’un cercueil ? Un vase pour tes cendres ? Sur présentation d’un des doigts de mon associé ici présent, tu auras une réduction de 20%. Sur nos produits hein ! Pas sur toi !

Le ton qu’il avait employé témoignait évidemment de l’humour mais il n’était pas forcément sûr qu’elle l’ait compris comme tel. Il l’espérait. Il avait suivi une simple envie de faire le guignol. Pour une fois qu’il était ainsi. En tout cas il attendait de voir ce que pouvait lui répliquer son interlocutrice. S’il arrivait à répondre avec un trait d’humour, alors ce serait assez amusant de continuer à converser avec cette fille. Dans le cas contraire, il tâcherait de couper court à la discussion. Cela lui permettrait de pouvoir retourner à son entraînement avec son partenaire assez particulier. Mais qui sait ? Peut-être que ce sac de chair pourrie serait remplacer par une cible un peu plus…fraîche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyLun 12 Nov 2012 - 22:06

Incroyable. Absolument incroyable. Pour la première fois de sa vie, Yuka faisait face à un homme qui se battait contre un mort. Un mort-vivant, dans le cas présent. Quoique, vivant, finalement, il ne semblait pas l’être. Bien au contraire. Lorsque la brunette posait ses yeux avec attention sur le cadavre, elle remarquait aisément qu’il ne réfléchissait pas, ne ressentait pas. Mais surtout, il n’agissait pas naturellement, comme … manipulé. Un macchabée devenu pantin. Jusque-là, la jeune femme saisissait. Cependant, au niveau du reste … Son cerveau semblait bloquer. Pourquoi cette dépouille … bougeait-elle ? Ayant perdu ses facultés motrices, une seule chose justifiait sa possibilité d’agir. Cela devenait de plus en plus certain … Oui …

La demoiselle sortit de ses pensées suite au début de la phrase de l’inconnu. Ses prunelles bleutées paraissaient deux étoiles brillantes d’une folie malicieuse, comme s’il s’apprêtait à dire une connerie. Yuka soutint le regard, très intriguée par la suite, amusée par ce curieux énergumène.

La connerie ne loupa pas de s’enfuir très rapidement d’entre ses lèvres.
Un type des pompes funèbres, hein ? Difficile à croire. Là, il jouait plutôt au guignol, contournant le fait qu’il fût un shinobi s’entraînant contre son propre cadavre. Yuka se mit à rire gaiement, oubliant presque totalement l’étrangeté de la scène. Pourtant, cette présentation assez particulière permit à la kunoichi de comprendre, et de s’assurer de son hypothèse. Cette dernière, indirectement confirmée par Michiki, la déstressa légèrement, lui donnant l’occasion de s’enfuir d’une trop longue réflexion.

Puis, subitement, Yuka tilta sur une des phrases. Des réductions sur présentation d’un des doigts de l’associé ? Intéressant … Alors, en plus de se battre contre son macchabée, il en faisait une … pâture ? Ou plutôt, une bête de foire. Une sorte de mascotte. La brunette sourit, avant de hausser les épaules de son air totalement innocent. Avec son habituelle grâce, elle s’approcha du colosse et sembla lui serrer la main. Comme tout cadavre normalement constitué, le balourd lui parut gelé, d’une froideur marmoréenne. Plutôt désagréable. La mimine du cadavre sembla venir tout simplement, sans qu’elle n’eut à tirer ou autre. Puis, après une légère pression, la demoiselle remarqua qu’il ne s’agissait pas d’un mort complètement désarticulé, bien au contraire.

Rapidement, elle relâcha la patte de l’ours avant de se reculer. L’humoriste en herbe, non-loin, lui semblait tellement imprévisible qu’elle préférait couvrir ses arrières. Après tout, était-elle certaine qu’il ne déciderait pas de jeter son cher associé contre son petit corps, dans l’optique d’une petite blagounette bien drôle ? Méfiante, mais toujours aussi amusée, Yuka se tourna vers le Shinda en lui souriant.

    « Je vois … Ah, vous êtes une sacrée énigme ! Certainement l’une de celles que j’ai le plus aimé décortiquer. »


La kunoichi s’éloigna un peu plus du gros balourd, qui faisait certainement le double, voire le triple de son poids. Le jeu ne faisait que débuter et déjà, elle s’y sentait bien avancée, prenant plaisir à partager un morceau de connerie avec quelqu’un de nouveau. Quelqu’un d’intéressant, en soi. Puis, avec un sourire et une petite courbette totalement innocente, la demoiselle reprit ses bonnes manières.

    « Yuka. Mitsuharu Yuka. Ravie de vous rencontrer, Michiki. »


D’un signe de tête, l’adolescente désigna le macchabée. Ses prunelles incarnates ne quittèrent pas les saphirs de son interlocuteur, contre qui une sorte de petit combat de regard s’était lancé.

    « Je ne voudrais pas vous l’abîmer, s’il s’agit de votre assistant … Donc je ne lui arracherais pas le doigt. Et puis, tout de même … Déjà qu’un cadavre mobile n’est, de base, pas très normal, un cadavre mobile avec un doigt en moins … Ce serait encore moins joli, non ? »


La demoiselle lui sourit, haussant les épaules avec amusement. Puis, comme pour insérer sa conclusion avec subtilité, elle reprit simplement.

    « Mais je me doute que vous y êtes habitué, Monsieur le Manipulateur de Morts … »


Et voilà, tout en douceur et en subtilité !
Puis, Yuka s’intéressa un peu plus au jeune homme, lui adressant ce sourire manifestement plein d’intérêt, qu’elle n’affichait qu’à très peu de ces gens. Mais là, tout différait. Tout semblait tendre à ce qu’elle fût fascinée, terriblement intéressée par cette capacité qui demeurait un véritable mystère à ses yeux.

    « Je vous avoue … Que c’est bien la première fois que je rencontre quelqu’un capable de faire cela. Et je vous avoue aussi que cela m’intéresse, m’intrigue au plus haut point. »


Pourquoi lui mentir, après tout …
Oui, Yuka portait toute son attention sur cette capacité, et alors ? D’autres s’amusaient à la questionner vivement sur son sabre … Alors, au final … Pas de remords.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyLun 12 Nov 2012 - 23:52

La blague de Michiki avait fait rire la jeune fille. Au moins ce n’était pas une grosse coincée. Elle serait d’une agréable compagnie pour discuter. D’ailleurs elle fit une remarque au nécromancien qu’il prit pour un compliment. Puis elle se présenta poliment au Jônin. Il n’avait jamais entendu ce nom. Elle devait être toute nouvelle au village ou bien très récemment devenu Genin. En tout cas, pour réagir ainsi c’est qu’elle avait une mentalité pas trop chiante. Le genre de fille qui sait prendre les choses avec légèreté. Mais il ne fallait pas abuser de ça. Comment pouvait-elle se comporter en combat par exemple ? Ou dans le cadre d’une mission ? Tant de questions auxquelles il ne pourrait répondre maintenant. Il nota son nom et son prénom dans un coin de sa tête pour aller consulter son dossier au palais du Mizukage.

Pour le moment, il restait pleinement concentré pour analyser un peu la mentalité de cette personne qui lui faisait face. Cette fois elle le regardait droit dans les yeux et elle continua de discuter pour en arriver au sujet qui la tracassait au début. Elle avait compris. Elle avait réussi à réfléchir d’elle-même en partant de pas grand-chose. Des capacités de réflexion à peu près du niveau de Juri. Cela promettait. Tenait-il là un nouveau membre pour son équipe qu’il comptait fonder ? Seul le temps et un brin de causette lui dirait. Elle lui adressait maintenant un sourire qui semblait bienveillant et cachait quelque chose d’autre que le nécromancien ne saurait identifier. Il ne la connaissait pas assez pour ça mais il lui rendit un sourire rapide histoire de ne pas passer pour un cœur de Samui.

Et au lieu d’être effrayée et de s’enfuir en courant après une telle découverte, elle continua de garder son attitude de curieuse en avouant à haute voix être intriguée par ce genre de techniques. Elle n’était pas sans lui rappeler Sayoko. Une jeune femme qui avait su le comprendre malgré les apparences de dangereux psychopathe qu’il pouvait renvoyer. Il était ravi de voir qu’il existait quand même des personnes qui ne se basaient pas uniquement sur l’apparence et sur des choses aussi insignifiantes qu’un style de combat. Michiki ne prétendait pas être le genre de gars qu’on présente à ses parents mais il n’était pas entièrement un monstre. Il savait se montrer aimable en circonstances. Seulement quand il faisait face à quelqu’un qui se braquait sur le préjugé « nécromancien = fou dangereux », il se plaisait à agir en tant que tel. Histoire qu’il ait une véritable bonne raison de le penser.

Mais la jeune fille était curieuse et s’intéressait à ce domaine. Il fallait répondre quelque chose pour étancher cette soif de curiosité. La dénommée Yuka ne quittait pas Michiki des yeux, attendant sa réponse. Il finit donc par lui en offrir une :

-C’est un style très peu populaire et j’ai rarement l’occasion de rencontrer des gens qui s’intéressent à ça. Tu me pardonneras donc mon léger trouble pour t’apporter une réponse.

Le nécromancien se coupa dans sa phrase un moment. Il revint vers son fidèle pantin de chair qu’il renvoya dans sa « demeure ». Une fois scellé dans son parchemin, le Jônin rangea le rouleau de papier avec les autres accrochées à sa ceinture. Il joignit ensuite ses mains. C’était le mudra pour utiliser le Dôton. Une technique des plus basiques qui firent converger la terre en deux points pour former deux petits monticules. Le nécromancien se servit de l’un d’entre eux comme un tabouret et il fit un signe de la main pour inviter Yuka à s’assoir. Lorsque ce fut fait, il croisa les bras sur sa poitrine après avoir remonté ses verres sur l’arrête de son nez. Il reprit ensuite la parole :

-Je te propose un marché. Éclaire-moi sur tes compétences personnelles, dont j’ignore tout, histoire de rétablir la balance, et je répondrais à tes questions sur la nécromancie. Marché conclu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyMer 14 Nov 2012 - 18:28

La curiosité enfantine de Yuka semblait être un léger problème. Fascinée, la demoiselle en demandait peut-être trop d’un seul coup ? Ses joues se teignirent de petites rougeurs, alors qu’elle baissait les yeux. Depuis l’enfance, la brunette savait à quel point la curiosité ne constituait pas une qualité. Vouloir trop en savoir n’amenait jamais rien de bon ; des souffrances comme des problèmes. Et pourtant, la voilà à questionner encore et encore, en perdant ses bonnes manières. En agissant ainsi, elle désobéissait à sa chère mère, bien que désormais sous terre. Mais finalement, tant pis. Quelques fois, donner une certaine importance aux gens restait une bonne chose, et Yuka s’en apercevait d’autant plus dans cette situation.

Le jeune homme rangea ? Oui, il rangea son cadavre dans un rouleau. Comme une invocation, quoique cette fois, le macchabée ne valait rien de plus qu’un objet manipulable à volonté, un objet à forme humaine. D’une certaine manière, cela pouvait paraître mauvais. La brunette le voyait comme un art à part entière. Rendre une utilité à ce qui devint inutile. Quoi de mieux ? Finalement, tous les moyens restaient bons pour se battre et devenir plus fort, non ? Et puis, si cela s’avérait possible, pourquoi s’en priver ? Cela lui parut bien mieux que tout ce que ses prunelles avaient enregistré depuis son passage au rang de Genin. Peu de capacités bien mémorables lui revenaient en tête, à vrai dire. Même la maîtrise de la glace lui semblait banale, à côté d’un tel pouvoir.

La demoiselle reporta son attention sur Michiki, qui venait de créer deux petits monticules de terre en guise de tabourets. En le gratifiant d’un sourire, elle s’assit à son tour, réarrangeant les plis de sa robe une fois installée. Rapidement, ses rubis repartirent à la chasse des yeux céruléens de son interlocuteur. Ils lui rappelaient vraiment ceux de quelqu’un … Cependant, Yuka ne parvenait toujours pas à mettre un nom sur ses souvenirs. Peut-être que ceux-ci ne restaient pas gravés dans sa mémoire par manque d’importance ? Ou alors, au contraire ? Étrange, étrange … De toute façon, tant pis. Elle s’en fichait, le passé restait inscrit dans une boucle temporelle fermée, qui ne se modifiait jamais. Tant mieux, d’ailleurs.

La situation prit une tournure différente, après cela. Une tournure de confidence, un marché entre deux êtres. Certes, un marché simple, et bien loin de ceux nécessitant une grande confiance, mais tout de même. Yuka hocha la tête. Faire part de ses capacités, dans l’optique d’en apprendre un peu plus sur celles de Michiki ? Eh bien, après tout … Quel problème ?

D’un geste délicat, la brunette dégaina Suishô. Les quelques rayons de soleil filtrant au travers de la brume se reflétèrent dessus, le faisant briller d’une lueur rosâtre. Ah, son cher sabre … Elle lui devait tant.
Avec un sourire, Yuka quitta l’arme des yeux et regarda Michiki.

    « Finalement, je n’ai rien de bien particulier, moi. Je suis juste de ces gens qui ont une arme bien à eux. »


Elle haussa simplement les épaules, se considérant comme banale. Cependant, maintenant lancée, si sa description s’arrêtait là, autant ne pas montrer ce sabre, non ? Alors, en exhalant un léger soupir, Yuka reprit.

    « Certains en ont faites d’eau, d’autres en ont des plus particulières encore. La mienne ? C’est simple : Elle est faite de cristal. D’où son appellation très originale : Suishô. »


La brunette réprima un petit rire moqueur envers ses ancêtres. Pas très sympa de niaiser les anciens, surtout lorsqu’ils reposaient tranquillement, dans un autre monde.

    « Des questions te tracassent, ou cette bribe d’information te suffit ? »


Un petit sourire égaya son visage. Un sourire sincère, accompagné de deux prunelles incarnates brillantes d’impatience. Oui, après cela … Ce serait à son tour de poser des questions. À moins que Michiki ne soit assez précis pour lui donner assez de renseignements ? Elle en trépignait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyMer 14 Nov 2012 - 19:22

Alors comme ça la jeune Yuka était une sabreuse. Intéressant. Ces shinobis maniant des sabres à pouvoir avaient des capacités assez étonnantes et leurs armes pouvaient aisément être répertoriées comme des objets de légende selon Michiki. Tout le mystère qui se dégageait de la confection de ces armes émerveillait le Jônin. Il aurait aimé assisté à ce spectacle un de ses jours. Prenons comme exemple le sabre que possédait la jeune fille. Un sabre de cristal. Comment en arrivait-il à un tel exploit ?! Etait-il le seul à se poser des questions pareilles ? Peu probable. On ne pouvait rester indifférent et totalement hermétique à la curiosité que pouvait engendrer ces sabres. Michiki ne se fit donc pas prier pour observer attentivement l’arme que lui montrait Yuka.

Elle ne semblait pas se rendre compte de la chance qu’elle avait. C’était bien dommage. Pour elle il s’agissait juste d’une arme spécifique. Alors qu’il y avait beaucoup plus derrière. Le nécromancien le savait et il ne dit rien face à ça. Elle n’avait pas la même vision que lui et peut-être avait-elle besoin de temps pour se rendre compte du privilège qui lui était fait. Mais elle semblait avoir d’autre qualité qui lui permettait de rester une jeune fille très bien sous toutes les coutures. En tout cas le nécromancien ne s’ennuyait pas. Il y prenait beaucoup d’intérêt à lui parler et à échanger ainsi avec elle. Elle ne s’était pas montrée répugnée par le pouvoir très particulier de Michiki. Une réaction à laquelle il n’était que trop habitué et qu’il avait appris à ne pas prendre personnellement. L'avis des autres lui importait peu tant qu’il parvenait à devenir plus fort.

Il décida de prononcer quelques mots histoire que la jeune fille ne pense pas à un simple type avide d’information pour lui-même :

-C’est une très belle lame. Ton style de combat doit dégager beaucoup de grâce et doit être très intéressant. J’espère avoir l’occasion de le juger moi-même un de ces jours.

Il avait précédé ces mots d’un léger sourire lourd de sous-entendus. Mais pour avoir bavardé avec cette jeune fille il se doutait qu’elle ne le prendrait pas mal et accepterait. Enfin ce n’était pas le sujet pour l’instant. Elle avait rempli sa part de l’accord que le Jônin avait proposé. Elle s’était montrée des plus claires et il n’avait aucune question en tête suite à ça. Du moins il en avait mais elles étaient trop techniques pour que Yuka sache lui répondre. Il les garda donc pour lui. il la regarda droit dans les yeux. Elle affichait un immense sourire. Un sourire qui débordait d’impatience et de soif d’apprendre. Il ricana légèrement et remonta ses lunettes sur son nez. Après quoi il fouilla ses poches pour sortir un paquet de cigarettes. Il en prit une qu’il mit dans son bec avant de l’allumer en claquant des doigts. Un des avantages quand on maîtrise le Katon.

Il tira une bouffée de tabac. Cela faisait longtemps qu’il n’en avait pas prise et maintenant qu’il était là, il se disait qu’elle serait nécessaire. Beaucoup fument pour oublier leurs problèmes, d’autres pour se donner un style. Michiki le faisait pour concentrer ses rêveries sur les volutes de fumée que dégageait le petit objet. Comme il s’apprêtait à être bombardé de questions, il tenait à être le plus concentré possible pour répondre aux attentes de la jeune Yuka. Autant qu’il fume maintenant donc afin d’être pleinement concentré sur les propos de son interlocutrice. Il ne termina pas la cigarette qu’il jeta un peu plus loin. Il avait assez rêvé. Il était maintenant prêt à lui répondre. Il croisa les bras sur sa poitrine et lui demanda :

-Alors ! Quelles sont tes questions vis-à-vis de la nécromancie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyVen 16 Nov 2012 - 22:44

Les compliments quant à son sabre générèrent en elle une sensation agréable et poignante. De nombreux souvenirs lui revinrent, sa famille, toutes ces personnes disparues à cause de cette stupide arme. Pourtant, le fait qu’elle fusse désormais entre ses mains lui réchauffait le cœur, comme si la logique suivait son cours, malgré les nombreux obstacles qu’il lui fallait traverser.

    « Merci beaucoup … »


Le reste de sa phrase, ambigu, plein d’une sorte d’intérêt, fit sourire Yuka. Il lui lançait comme un appel, pour un combat ou autre chose. À en voir son statut et la certaine puissance qui émanait de son être, la kunoichi se doutait que se jeter dans la gueule du loup ne lui servirait strictement à rien. Pourtant, à reconsidérer la situation d’une autre manière, la demoiselle tilta : Plus puissant qu’elle … Et lui proposant un « combat » ? Cela revenait à s’entraîner ensemble et, au final, établir un lien de sensei-élève, non ? Son sourire se fit plus large, tel celui d’une enfant face à un nouveau jeu. Être subordonnée et apprendre de quelqu’un de plus puissant, ou comment devenir bien plus forte en très peu de temps. Que demander de mieux ?

La brunette hocha la tête, pensive. Après tout, ce type restait intéressant, et plutôt gentil, non ? De plus … Sa capacité la fascinait au plus haut point. D’ailleurs … À son tour de poser des questions. D’un seul coup, ses prunelles incarnates se relevèrent, se mêlant aux saphirs de son interlocuteur. De petites étoiles semblaient illuminer les rubis de l’adolescente. Son esprit fasciné revint au galop, comme prêt à partir dès le moment où ils se furent lancés dans cette conversation. Elle se contint un instant, afin de remettre un peu d’ordre dans son esprit. L’excitation rendait ses pensées confuses, mêlées comme un tas de fils noués. Après une longue inspiration, la demoiselle était parée.

    « Déjà, celle qui me tracasse le plus : Tes cadavres ne sont pas des morts-vivants à part entière, puisque tu leur dictes leurs actes … Mais comment cela fonctionne ? Ils ont perdu l’usage de leurs sens, non ? Ainsi, ils ne t’entendent pas, et ne sont pas non plus capables de te comprendre … »


En plein milieu de ses questions, Yuka se lançait dans de longues réflexions, tentant d’élucider ces mystères. Pourtant, ils lui paraissaient impossibles à résoudre, sans aucune solution plausible. Cette remarque l’amusa, puisqu’elle-même, finalement, se trouvait dans l’incapacité de donner un « pourquoi » au « comment ». Dire que tout cela devenait possible grâce au chakra représentait une solution, certes, mais pas assez précise … Elle pencha alors la tête.

    « Si on en suit cette logique, tes cadavres deviennent des pantins … Non ? De véritables marionnettes faites de chair. Je suppose qu’elles ont des avantages que les autres n’ont pas, mh ? »


Une sorte de schéma s’articulait dans son esprit, suivant peu à peu une logique illogique. Les questions s’enchaînaient, ayant un rapport très mince entre elles, ne suivant pas même un ordre décroissant. Elles apparaissaient spontanément, devenant réelles interrogations au bout de quelques secondes, le temps qu’il fallait pour les mettre dans le bon état. Dès lors, Yuka tilta. Une question essentielle restait toujours cachée, coincée au fond de sa gorge. Pour très peu de temps.

    « Mais d’ailleurs … Comment obtiens-tu ces cadavres ? Tu transformes des êtres humains ? De quelle manière ?! »


L’enthousiasme se lisait dans son regard, et dans son sourire. Ses gestes, par moments, semblaient exprimer un intérêt plus que poussé. Yuka agitait quelques fois les mains, montrant son incompréhension face à cette fascinante compétence. Une incompréhension vite remplacée par un intérêt plus que marqué. La demoiselle réfléchit quelques secondes et, finalement, décida de se calmer.

    « Je pense que cela ira pour l’instant … J’en aurais peut-être d’autres après tes réponses … »


Un sourire presque gêné marquait ses lèvres. De petites rougeurs naquirent sur ses joues. Oui, s’effacer sous une myriade de questions, ainsi que sous une image d’enfant en extase la gênait quelque peu. En réalité, Yuka n’avait pas l’habitude de tant en demander … Mais là … Cela lui était autorisé, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptySam 17 Nov 2012 - 17:49

Décidemment, la jeune Yuka était une vraie curieuse. Elle avait en effet beaucoup de questions à poser ! Elle ne se priva pas de le faire d’ailleurs. C’était agréable de parler à quelqu’un qui s’intéressait à quelque chose qu’on fait. Michiki la laissait donc parler sans l’interrompre jusqu’à ce qu’il semble qu’elle en ait fini avec ses interrogations. Ce qui finit par arriver quand même. Dans le cas contraire il se serait permis de lui couper la parole quelques minutes. Comme ça elle aurait pû reprendre sa respiration déjà et ensuite il aurait eu le temps de répondre aux questions avant qu’il n’en oublie. Là encore c’était raisonnable il se souvenait de ses questions. Il réfléchissait maintenant à un moyen d’y répondre. La nécromancie était un sujet assez complexe à présenter comme ça au moindre profane. Et Michiki n’étant pas un fin pédagogue, ni pédophile il n’avait jamais fait l’école catholique étant petit, il cherchait une manière intéressante d’expliquer ce type de techniques. Il regardait par terre et c’est ce qui lui donna l’idée de son explication.

Il tendit une main vers l’étendue d’eau à quelques mètres. Une boule d’eau se forma et s’éleva au-dessus de la masse pour venir rejoindre la paume du Jônin. Qu’il renversa devant lui juste devant ses chaussures. La terre se trouvant entre eux s’imbiba donc du liquide pour former une marre de boue. Un peu trop fluide au goût du nécromancien mais ça suffirait bien. Il leva sa main droite toujours vers cette marre dont la boue se mit à s’élever doucement comme attirée par cette main impérieuse tendue au-dessus d’elle. Puis elle prit la forme d’un bonhomme, très grossièrement représenté. Et sur un claquement de doigt, la petite figurine de boue s’enflamma pour donner une figurine faite de terre séchée qui pouvait rappeler un peu de l’argile. Pile poil ce que cherchait Michiki.

Il regarda Yuka dans les yeux avec un sourire. Il était fier de ce moyen qu’il avait trouvé. Il répondrait à toutes ses questions de manière intéressante et simple. Il remonta ses lunettes sur son nez avant de s’exprimer. Il devait avoir l’air d’un vulgaire prof comme ça ! Mais ce n'était pas très important :

-Je vais te répondre dans un ordre différent de ce que tu m’as demandé. Je le précise maintenant afin que tu ne t’étonnes pas. Mes corps sont des êtres humains décédés. Je ne transforme rien du tout chez eux mis à part quelques détails minimes. Mais la seule vraie modification sur laquelle je peux influer à la limite c’est…leur durée de vie tout simplement. Un scalpel et je me retrouve avec une armée de corps à mon entière disposition. Donc pour ta question du où, je te dirais un peu partout. Comme cette terre qu’on trouve partout, je peux en tirer un corps ; dit-il en désignant la petite figurine du doigt.

Une de faite. Pour toute la suite il se baserait sur ce petit bonhomme qu’il avait sculpté grossièrement à la va-vite. Il avait le plan parfait pour s’expliquer sur les techniques de nécromancie. En y mêlant quelques éléments de culture. Il reprit donc la parole :

-Connais-tu la légende des golems ?

Il laissa un instant de silence pour permettre à la jeune fille de s’expliquer. Mais étant quand même celui interrogé, il avait prévu une réponse et il la formulerait même si elle n’avait pas besoin qu’on lui explique ! Sacré nom de nom !

-Les golems étaient des figurines d’argile, ressemblant un peu à celle-ci, que les magiciens utilisaient pour défendre leur domaine. Ils devaient pour cela pétrir de l’argile afin de leur donner forme « humaine ». Puis ils gravaient le mot « Ehmet » sur la langue de ce petit personnage. Ce qui signifie « Vérité ». Et ainsi, grâce à une formule, la figurine prenait vie pour être au service total de celui qui l’avait créé. Dans le cas de la nécromancie, c’est à peu près similaire. Nous partons d’un cadavre, comparable à la figurine, et nous lui insufflons un ordre unique via un sceau avant de le réanimer. Ce qui t’explique comment je communique avec eux. Je peux leur donner un ordre par la pensée. Pas forcément besoin de leur parler donc.

Il laissa un temps de pause après cette explication. Il était content d’avoir trouvé ça comme moyen d’explication. Alors qu’il allait enchaîner avec la dernière question, son regard retomba sur la figurine qu’il avait sculptée. Il leva de nouveau sa main au-dessus et le petit bonhomme de terre sèche se retrouva tout craquelé lorsqu’il commença à avancer maladroitement pour arriver au niveau de la cheville de Yuka. Une fois près de son pied, il déposa une patte de terre séchée sur sa cheville. Une très bonne illustration après des paroles qui pouvaient perdre de leur intérêt lorsqu’elles étaient trop nombreuses. Puis il reprit la parole une dernière fois pour la dernière question dont il se souvenait :

-Mes cadavres peuvent en effet être comparés à des pantins. Ils ont néanmoins l’inconvénient d’être limités en raison de leur qualité première d’être humain. Une marionnette a l’avantage d’abriter tous les mécanismes qu’on veut. Je ne pourrais faire n’importe quoi avec mes corps si je défie les lois qui ont fait que l’Homme est tel qu’il est. Mais il y a l’avantage de passer inaperçu dans une foule. De même si je dois faire croire que j’ai plusieurs alliés, je sors mes cadavres et l’ennemi non senseur n’y verra que du feu. L’ultime limite étant bien sûr leur fragilité humaine.

Et sur cette dernière phrase, Michiki serra le poing, faisant ainsi éclater le bonhomme de terre séchée. Quelques éclats vinrent éclabousser et salir les pieds de la kunoichi. De la même manière qu’il avait ramené une boule d’eau tout à l’heure pour former de la boue, il procéda de la même façon pour nettoyer les saletés causées par le golem improvisé. Il venait enfin de venir à bout de toutes les questions de la jeune fille ! Une telle curiosité était à rassasier. Mais il y avait pris du plaisir. La curisotié était un trait de caractère qui ne le dérangeait pas tant qu’on n’en abusait pas. Un curieux qui pose trop de questions lors d’une mission importante terminait en pantin pour le nécromancien. Il observa la jeune fille assise face à lui et lui sourit simplement. Un moment de silence précéda ces mots :

-Alors ? D’autres questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyDim 18 Nov 2012 - 14:57

Telle une vraie gamine, Yuka ouvrit grand les oreilles et resta muette. Une enfant à l’école, écoutant son professeur avec une véritable attention, fascinée par ses propos et son intelligence de savant. Certes, ici, Michiki ne faisait que lui expliquer sa capacité, mais la scène restait sensiblement similaire. Un sourire sur les lèvres, la demoiselle hochait la tête de temps à autres. De nombreuses hypothèses qui tournaient encore et encore dans sa tête furent confirmées, tandis que d’autres se voyaient rejetées. Le fait de se trouver face à la réalité simple lui plaisait au plus haut point ; au moins, elle ne plongeait pas bêtement dans une myriade de songes et de questions, ayant déjà toutes les réponses nécessaires.

Ses yeux suivirent le petit pantin avec une certaine attention. Une poupée fabriquée très rapidement, pour éclairer cette explication et la rendre plus simple. Il s’en servait avec une habileté remarquable, qui permit à Yuka d’assimiler d’autant plus vite. La brunette finit par secouer la tête horizontalement suite à sa question. Totalement fascinée, la gamine ne perdait pas une miette de ce que disait le jeune homme face à elle. Un type qui transformait les morts en armes, qui conférait au cadavre une certaine utilité, notamment dans ce monde, où la guerre grondait en permanence.

Pour la Mitsuharu, cette explication restait une preuve de plus que son sabre semblait d’une banalité incroyable. Tant de choses différentes existaient, peuplaient ce monde et le rendaient encore plus extraordinaire. Et elle, parmi cette foule, regardait les capacités de tout un chacun en s’extasiant dessus, finissant par regarder son sabre et se dire que finalement, avoir « mieux » révolutionnerait son univers. Pourtant, la particularité de cette arme rendait Yuka aussi intéressante que tout le monde … Bien que pour elle, ce fût totalement idiot.

    « Alors c’était ça. Une capacité permettant d’insuffler une seconde vie à un cadavre, le transformer en véritable marionnette, bien que sa condition d’humain n’en changeait pas. Une compétence que je n’avais jamais vue auparavant et qui, je l’avoue, me fascinait au plus haut point. Une arme faite de chair, capable de se battre grâce à son lien mental avec son créateur. Merveilleux … »


Ses yeux, illuminés d’étoiles étincelantes, montrant à quel point son esprit traversait un autre univers. Puis, une explosion vint la sortir de ses songes. L’eau froide nettoyant ses pieds la fit frissonner. Quelle sensation désagréable. La demoiselle garda cette réaction tue, fixant le nécromancien avec un sourire. Dans sa tête, de nouveaux chemins se faisaient : D’autres questions ? Elle réfléchit un long instant, reconsidérant tous les détails et toutes les informations reçues. Ses prunelles cherchèrent le sol, précisément l’endroit où se trouvait la figurine. Puis, Yuka releva la tête.

    « Je t’avoue que c’était relativement clair, et que j’ai réussi à tout comprendre, donc … Non, je ne pense pas. »


La brunette tournait et tournait encore son cerveau dans tous les sens, le torturant pour essayer d’extirper ne serait-ce qu’une question toute bête. Mais rien ne lui venait, tout paraissait d’une clarté telle que rien ne manquait. Après, l’histoire passée pouvait faire son entrée, mais … Yuka ne lui trouvait pas d’utilité. Un sourire gêné naquit sur ses lèvres.

    « Non, non, je n’ai pas de questions. »


Une idée traversa alors son esprit. Michiki venait de décrire sa capacité sous toutes ses coutures, alors pourquoi pas elle ? Après tout, le deal ne consistait-il pas à cela ? Donner des informations, certes, mais avec une certaine précision, non ? Bon, évidemment, ce ne serait pas aussi précis, la kunoichi ne connaissant que les ficelles du passé de Suishô, et peu de choses quant à ce qu’elle était vraiment. Mmmh … Yuka se jeta tout de même à l’eau.

    « Bien que je ne puisse pas te répondre de façon aussi nette que toi, je peux aussi t’en dire un peu plus sur mon épée … Quoique, ce ne sera pas très très détaillé, je n’ai jamais eu la chance d’avoir une étude claire de mon sabre … »


La demoiselle soupira et releva les yeux au ciel. Eux, là-haut, ne prirent pas la peine de lui expliquer les dessous de cet étrange sabre …

    « Ou alors, on peut faire autre chose ? »


Plus simple, plus facile. Comme une illumination.
Yuka ne fuyait pas, se confrontant simplement à sa triste réalité. Ne rien savoir de sa propre capacité, quelle tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyMer 21 Nov 2012 - 19:01

Il semblerait que Michiki se soit montré assez clair dans les réponses qu’il avait fourni. La jeune Yuka n’avait pas de questions apparemment. Son insatiable curiosité semblait avoir pris fin ! Cela ne dérangeait pas le nécromancien. Pas le moins du monde d’ailleurs. Il aurait volontiers répondu à d’autres questions. Mais sur ce coup il était victime de sa réussite. En toute modestie naturellement. Après quoi, silence vint alourdir l’atmosphère. Michiki regarda son interlocutrice et il put remarquer qu’elle avait l’air étrange. Comme si elle réfléchissait ou bien qu’elle était mal à l’aise. Un mélange d’émotions assez particulier. Il ne la pressa pas néanmoins. Il n’avait rien d’autre à faire alors il pouvait bien patienter quelques minutes le temps qu’elle se ressaisisse. Elle finit par s’exprimer pour lui dire qu’elle souhaitait lui en apprendre plus sur ses capacités personnelles. Mais elle avoua ne pas en connaître toutes les ficelles. Michiki se serait volontiers lécher les babines mais cela aurait effrayé cette pauvre jeune fille.

Son envie pourrait paraître étrange mais elle était pourtant justifiée. En gros, la jeune Genin venait d’expliquer qu’elle était en possession d’un sabre dont elle ne connaissait pas toutes les capacités. Ce qui laissait donc présager des zones de mystères, des combos inexploités et des capacités secrètes à découvrir. Le nécromancien trouvait cette idée particulièrement intéressante et alléchante. Ce qui l’intéressait encore plus que la puissance en elle-même, c’était la manière de l’obtenir, toute l’évolution personnelle qu’il y avait derrière. Comme lui par exemple qui se contentait de cadavres tout simples sans réelles capacités. Aujourd’hui il avait acquis une expérience non négligeable et ses techniques, ainsi que sa capacité si particulière, avait évoluée pour donner un style différent. Et il sentait au plus profond de lui qu’il n’en était pas encore à son apogée. Il pressentait qu’il y avait encore plus à développer chez lui. C’est ce qui le passionnait chez un shinobi. Qu’il soit doué soit une bonne chose, mais sa véritable valeur se reconnaissait dans sa faculté à évoluer et progresser. Certains en étaient incapables car ils étaient trop bornés en s’imaginant surpuissants ou parce qu’ils avaient des prédispositions. Mais avec une telle mentalité ils ne pouvaient rien développer.

Michiki regardait Yuka alors que toutes ces idées lui traversaient l’esprit. Oui. Il en était sûr et le voyait dans les yeux de la jeune fille. Elle avait un bel avenir et une évolution certaine qui l’attendait. Et ce qui le fascinait encore plus que l’existence de cette évolution, c’était d’y assister ou même, plus utopique encore, d’y participer. C’est comme ça qu’il s’était retrouvé senseï dans une équipe. Et cette fille ferait un membre idéal.

Entre temps elle avait émis l’idée d’éventuellement faire autre chose. L’esprit tordu et étriqué du Jônin venait de pondre une idée encore saugrenue mais si intéressante dont il en avait le secret. Et n’allez pas penser à des choses perverses. Bandes de malades j’ai très bien ressenti votre vision chargée de sous-entendus ! Enfin bref, comme Michiki n’était pas si confortable sur son siège, il se leva pour se dégourdir un peu les pattes. Il resta dans le coin tout en s’adressant à Yuka :

-Voici ce que je te propose. Parle-moi des capacités que tu connais de ton sabre et ensuite nous ferons un petit jeu. J’espère que tu aimes te perfectionner et t’entraîner ! Mais surtout…j’espère que tu as le goût du risque..

Des mots bien énigmatiques prononcés pourtant avec un large sourire. N’étaient pas fous ceux qui jugeaient que le nécromancien de Kiri était légèrement dérangé. Il remonta ses lunettes d’un geste théâtral avant de demander :

-Alors qu’en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyJeu 22 Nov 2012 - 0:02

Être gênée. Ressentir ce lourd poids écrasant sur son cœur. Ne pas savoir que dire, que faire. Rester là et attendre, en espérant que le temps ne fusse clément avec elle. Baisser la tête et chercher ses mots, afin de changer de sujet, pour ne pas s’embourber davantage. Yuka exhala un petit soupir. Tant de souvenirs lui revenaient, mais si peu de véritables informations se trouvaient en son esprit. Une épée en cristal, quel cadeau magique. Une épée en cristal aux propriétés inconnues ? Nettement moins intéressant. Néanmoins, la brune se rassurait d’une chose : En cet univers jonché d’erreurs, certains réussissaient à rendre son quotidien moins morne et inintéressant. Ces gens tels que Michiki, avec des capacités spéciales et un comportement plutôt sympathique. Depuis le début, la kunoichi s’était montrée naturelle, ne jouant aucunement un rôle, se sentant assez bien pour ne pas mentir, ou se cacher derrière un masque. Cela ne lui paraissait pas utile.

Une personne originale. Intéressante.
Un rayon de lumière de plus sur cette terre embrumée.
Michiki lui rappelait vraiment quelqu’un … Mais qui ?
Cette ombre ne semblait pas vouloir s’en aller, s’amusant avec sa mémoire depuis le début de la journée. Tant pis, il lui fallait passer outre, les réflexions ne restaient pas sa priorité.
Yuka suivit le brun du regard. Il se leva, dégourdissant ses jambes. Quant à elle, l’adolescente inversa ces dernières, passant la droite sur la gauche. Toujours très intéressée par le jeune homme, captivée, la demoiselle ne bougea pas. Comme ayant finalement compris l’appel de la brunette, il ne lui posa pas de vraies questions, se contentant du strict minimum, de ce qu’elle connaissait, en somme. Quelle clémence ! Les rubis de la Mitsuharu s’illuminèrent de petites étoiles.

D’un geste, elle dégaina de nouveau Suishô. La lame rosâtre s’illumina au contact des quelques rayons du soleil plus forts que la brume. Finalement, ce sabre ne représentait pas qu’une simple arme transmise de génération en génération … Plus qu’un héritage, il s’agissait aussi d’une partie d’elle-même. Yuka sans Suishô ne restait pas Yuka, mais devenait une autre personne. Sans passé, avec un caractère totalement différent. De nouveau, la demoiselle poussa un petit soupir, avant de relever les yeux vers Michiki.

    « Je peux manier le cristal de la lame à l’infini. Le rendre plus fin, plus tranchant, plus fragile … Ou alors, plus lourd, moins maniable mais plus puissant … Tout dépend de la manière dont j’utilise mon chakra. Et puis, Suishô reste un katana malgré tout, alors je peux me battre aisément au corps-à-corps avec. »


Doucement, au fur et à mesure de son explication, un sourire s’était installé sur ses lèvres. Oui, finalement, ce sabre représentait bien plus qu’une simple arme trouvée n’importe où. Bien à l’inverse. Elle posa ses yeux sur la lame avec une sorte de bienveillance. Tout se rattachait à Suishô, mine de rien. Son passé, sa vie actuelle … Tant de choses qu’elle ne pouvait désormais nier. Tant de réalités, étalées là, sous son nez, sous ses yeux de gamine.

Rapidement, l’adolescente sortit de ses songes, secouant doucement la tête.
« … ensuite nous ferons un petit jeu. » La phrase percuta de nouveau son esprit. Un jeu … Quelque chose de différent, pas la poursuite d’une longue et désagréable conversation sur un sujet aux ressources extrêmement faibles. « … ensuite nous ferons un petit jeu. » Il parlait bien d’un jeu. Une activité amusante, en somme. La phrase se reforma d’elle-même dans son esprit. Faire un jeu qui lui permettrait de s’entraîner et, en plus de cela … Un jeu risqué ? Yuka se leva d’un bond, comme emportée par cette nouvelle idée.

Cependant, le jeune homme laissait beaucoup de mystère quant à son idée. Il ne parla que d’un jeu, demandant à la brunette si cela l’intéressait. En réalité, elle trépignait d’en savoir plus, désireuse de tout savoir. Une enfant, devant un produit récent, tout neuf. Époussetant soigneusement ses vêtements, la demoiselle finit par relever la tête et, avec un sourire totalement confiant, décida de se laisser porter.

    « Allez-y, je vous suis. De toute façon, ma venue ici se basait majoritairement sur un entraînement, alors cela ne me fera aucun mal, je pense ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyVen 23 Nov 2012 - 23:16

Avec cette proposition de jeu risqué, Michiki avait pressenti la réaction de Yuka. Il avait pressenti qu’elle sauterait à pieds joints dedans. Qu’elle rentrerait dans son petit manège et qu’elle jouerait le jeu. Exactement ce qu’il voulait. Un petit test pour voir un peu de quoi cette jeune fille prometteuse était capable actuellement. Le mieux pour juger d’une progression est de savoir ce qu’il y au départ et à l’arrivée. Sinon bah forcément ça va marcher beaucoup moins bien hein ! Il avait eu l’idée d’un test assez saugrenu mais elle n’avait pas l’air impressionnée. Peut-être parce qu’elle ignorait en quoi consisterait son épreuve. Un sourire carnassier se figea sur son visage lorsqu’il y pensa.

Il s’éloigna un peu de l’endroit où les Kirijins se tenaient jusque-là. Il était maintenant à quelques mètres et il fit un signe du doigt à Yuka pour qu’elle le rejoigne. Pendant ce temps il lui tourna le dos un bref instant le temps de préparer le test. Il venait de mettre la main sur l’un des rouleaux à sa ceinture. Il s’accroupit au sol et déroula le parchemin. Six cercles étaient dessinés sur le papier. Il concentra son chakra dans quatre d’entre eux. La seconde d’après, quatre nouveaux visages faisaient leur apparition sur le terrain d’entraînement. Quatre personnes à la tronche un peu terrifiante d’ailleurs. Du genre qu’on n’a pas envie de croiser dans une ruelle sombre. C’est dingue comment des cadavres pouvaient être moches ! Le pauvre Michiki n’avait jamais vu de beau cadavre qui faisait pas peur au premier regard. C’était bien dommage. Une compagnie agréable lui aurait été bénéfique.

Mais pour l’heure il ne fallait pas négliger sa compagne actuelle. Lui tournant le dos, il ignorait si elle s’était approchée ou si elle était restée dans son coin. De toute façon fallait qu’elle bouge à un moment ou un autre pour venir réaliser son test. Ce serait pour voir son agilité dans un premier temps. Un entraînement tout simple et tout bête qui servirait à Michiki de se faire une idée sur les qualités de combat de la Genin. Il effectua plusieurs mudras d’affilée. Quatre fois pour être plus précis. Cela lui servit à poser un sceau sur chaque cadavre. Une fois ses pantins marqués, il leur ordonna d’aller faire un tour sous le couvert des arbres qu’il y avait plus loin. Aucune objection et ils l’écoutèrent à la baguette comme de bons gentils cadavres bien élevés.

Une fois qu’il était sûr de ne plus les voir grâce à leur cachette sylvestre, Michiki se retourna. Yuka se tenait pas loin et elle devait se poser des questions. Un simple sourire et un remontage de lunettes de la part du nécromancien qui reprit la parole :

-Mes cadavres possèdent tous un sceau. Il y en a trois qui ont pour effet de faire exploser leur porteur et il y a un leurre. Je vais les faire revenir et ils vont t’encercler avec une certaine distance de sécurité pour t’éviter d’être trop blessée. Ton but sera d’essayer de deviner où est le non piégé. Quand tu penseras l’avoir trouvé, tu le frapperas d’un coup tout bête avec ton sabre. Et tu verras de suite si tu as pioché la bonne carte. Prête ?

Sa dernière question était plus de politesse car il venait déjà de claquer des doigts et de se reculer. Les quatre cadavres arrivèrent au pas de course et ils se positionnèrent comme leur avait ordonné leur maître spirituellement. Ce dernier resta debout à côté de l’endroit pour observer le déroulement de ce test. Ce n’était pas pour rien qu’il faisait ça. Aider un Genin à s’entraîner n’était pas dans son habitude. S’il faisait ça c’était pour savoir une chose : cette fille avait-elle assez de potentiel pour progresser au sein de Desu Reikoku, l’équipe que montait Michiki. Une équipe exclusivement féminine pour le moment et qui continuerait ainsi si Yuka réussisait ce petit examen. Il ne s’attendait pas à une réussite du premier coup. L’exercice était difficile. Pour ajouter un peu de piquant, il siffla et les cadavres changèrent de place de manière aléatoire sans durée fixe. Comment allait-elle se démerder cette chère petite ? Agréable pour bavarder mais ça ne suffisait pas pour être shinobi. L’agilité et le discernement étaient plus importants. Et il lui en faudrait pour réussir cette épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyMar 27 Nov 2012 - 23:54

Un nouveau jeu. Nouveau divertissement. Comment émerveiller une gamine et la plonger dans un univers habituel, mais tellement différent. Il avait toutes les armes, détenait les clés de l’amusement. Il l’intéressait, avec ses capacités, son originalité. Comme personne, il arrivait à l’intriguer, à la pousser à parler, ou même à suivre des règles. Quelqu’un d’inhabituel, d’extraordinaire. Un être comme elle n’en connaissait pas. Quoique. Il lui rappelait toujours ce « quelqu’un », cet ombre dans son esprit. Ce type blond qui restait toujours aussi étranger à ses souvenirs. Oui, finalement, quelqu’un lui ressemblait. Une personne aussi intéressante et géniale que lui. Mais tellement loin, désormais, qu’elle ne s’en souvenait plus. Un être merveilleux que le passé effaçait au fil du temps, comme ne voulant pas le laisser dans son esprit.

Yuka alla à la rencontre de Michiki, balayant ses songes d’un revers. Fascinée, elle le regarda faire, suivant ses moindres faits et gestes. Une pratique nouvelle, qui sortait totalement de l’ordinaire. L’appel de cadavres, la manière dont ils seraient utilisés … Tous ces détails, qui faisaient de lui un être maîtrisant une faculté qui lui semblait toujours aussi merveilleuse. L’inhabituel l’avait toujours captivée, après tout.

Ses prunelles incarnates se posèrent sur chacun des cadavres, se les détaillant rapidement. Les quatre macchabées lui inspiraient cette sensation de trouble. Cette gêne incompréhensible qui la traversait de part en part, cheminant dans son esprit comme un ver assoiffé de mémoires ou de connaissances. Elle les fixa longuement, remarquant cette pâleur, cette faiblesse qui émanait d’eux. Pourtant, leur état de cadavre ne faisait que les rendre faibles d’apparence. Yuka savait pertinemment qu’au fond, ces enveloppes charnelles regorgeaient de moyens, de capacités, bien qu’ils fussent aussi soumis que des pantins, incapables d’agir par eux-mêmes.

La brunette se les détailla un à un : Le premier, blond vénitien, paraissait plus chétif que les autres, le corps plus fin et élancé. Il avait un visage dur, fermé, bien que dévasté par ces yeux inexpressifs, presque exorbités, totalement blancs. Ses cernes et les creux de sa peau lui conférait cette apparence de faiblard, être voué à obéir tout au long de sa vie.
Le second, plus roux cette fois, était un grand baraqué. Véritable armoire à glace, il mesurait bien trente centimètres de plus que Yuka. Sa stature, autant ne pas en parler. Quoique. Faire le double de la kunoichi restait plutôt aisé, mais remarquable, non ? Peut-être même que le triple semblait plus cohérent, sur le coup. Certainement un vrai bagarreur, celui-là.
Le troisième, un grand brun, ressemblait davantage au petit blond, en légèrement plus grand. Ses mains, pleines de cicatrices marquées, démontraient une certaine habitude à les user pour frapper, ou alors l’habitude des pièges, voire même tortures.
Cependant, le dernier, totalement différent, la surprit bien plus que les autres : Ce macchabée, tout petit, mais tout rond, ressemblait à … un tueur. Un tueur en série ayant tout perdu au moment de la mort. Il ne lui restait qu’un corps, vidé de son âme, vidé de sa puissance. Une boule incomplète, une créature inachevée. Ou plutôt … Une peinture déchirée, abîmée, sur laquelle un certain « quelque chose » manquait cruellement.
Mais il s’agissait d’un point commun à tous ces corps, finalement. La mort emportait l’âme, Michiki récupérait le cadavre. Logique indiscutable du nécromancien.

Yuka hocha la tête après un instant. Une fois le portrait de toutes ces armes fait, elle pouvait se concentrer sur le fameux jeu. Un jeu, un jeu … Quel merveilleux divertissement. Un entraînement qui, certainement, n’aurait rien d’ordinaire. La gamine trépignait de plus en plus d’impatience quand, enfin, le brun décida de répondre à ses questions, mettant un terme à tous ces mystères. L’exercice consisterait donc à reconnaître, à séparer les bombes du leurre. Pourquoi pas. Il lui fallait donc réfléchir intensément, se questionner et faire un tri entre les quatre cadavres.

Ils se rapprochèrent tous, en une formation circulaire, encerclant la demoiselle. Puis, sans plus attendre, ils se dispersèrent, se déplaçant de manière totalement désordonnée, restant cependant tout près de Yuka. Tous, autant qu’ils furent, lui semblaient menaçants et d’une similarité presque oppressante. Aucun d’entre eux ne se démarquait des autres. Tous pareils. La joie de maîtriser des macchabées : Désormais morts, ils ne ressentaient plus aucun sentiment. De ce fait, pas besoin de stresser quant à une certaine fuite, un raté de la part de l’un d’entre eux. Tous d’une parfaite neutralité, ils poussaient la kunoichi à beaucoup réfléchir, à analyser chacun de leurs mouvements. L’un d’entre eux finirait bien par sortir du lot, non ?

Concentrée, la demoiselle posa une main délicate sur Suishô, étudiant chaque geste des morts. Les quatre bougeaient, sans pour autant attaquer ou quoi que ce fût du genre. Disciplinés et, apparemment soumis à une certaine passivité, ils ne faisaient que tourner en rond, autour d’elle. La manière dont ils articulaient leurs mouvements ne lui mis pas la puce à l’oreille. Pas d’histoire de respiration non plus. Cela lui parut, sur le coup, d’une impossibilité presque gênante. Comment trouver l’intrus, dans un groupe où tous s’unissaient, sans exception ?

Une question de chance ? Mais dans le cas d’une malchanceuse, comment agir, comment s’y prendre ?
Yuka se décida à bouger, se rapprochant de l’un, qui recula. Une certaine distance minimale semblait lui être imposée. Elle fit la même chose avec les trois autres, qui eurent la même réaction. Rien ne se modifiait de l’un à l’autre : la Mitsuharu se heurtait contre une dérangeante unicité. D’un seul coup, elle tenta de tous les rapprocher les uns des autres, sautant droit vers le centre. De là, ses prunelles incarnates suivirent chaque réaction avec attention. L’un d’entre eux s’approcha de trop près. Le blond vénitien.

D’un geste agile, mais très incertain, Yuka l’attaqua du plat de Suishô, s’écartant très rapidement, dans le cas où la réaction serait … explosive ? Maladroitement, elle heurta un autre macchabée, le petit gros. Avec un bond très malhabile, la brune s’extirpa du cercle de cadavres et se replia.

Alors, chance ou malchance ? Et cette erreur : que lui coûterait-elle ?
Ah, les jeux de hasard …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyJeu 29 Nov 2012 - 0:55

Le jeu était lancé et Yuka s’y prêta sans rechigner. Ce qui aurait été vraiment étonnant après qu’elle ait montré un tel enthousiasme à l’idée d’un petit exercice. Ce dernier relevait plus de la chance pour être réussi mais le nécromancien ne tenait pas à ce qu’elle réussisse. Ce qu’il comptait voir, c’est si elle avait l’agilité suffisante pour s’en sortir dans cette épreuve. Il était le seul à savoir que ses cadavres laissaient circuler un poison légèrement soporifique qui s’échappait en flaque quand ils explosaient. Par conséquent, cela ajoutait une difficulté supplémentaire. L’explosion ne serait pas violente, Michiki s’en assurerait. Mais c’est le poison qui se présentait comme un véritable danger. Alors si la jeune fille se trompait trois fois de suite en plus ce serait encore plus amusant.

Elle observait chaque cadavre pour essayer de deviner lequel pouvait être le bon. Michiki ricana dans sa barbe, qui n’existait pas réellement bien sûr, en voyant ce manège. L’avantage des cadavres, c’est qu’il n’y avait aucun indice visuel. Même un œil de lynx ne pourrait repérer la supercherie. Ou alors il faudrait un senseur ou un autre spécialiste en Fûinjutsu comme Michiki. Or la jeune fille n’était ni l’un ni l’autre. Ses capacités devaient essentiellement être axées sur le Taïjutsu et le Ninjutsu. Impossible de savoir lequel était le bon sans avoir de la chance. Et le nécromancien priait le ciel pour qu’il s’agisse d’une malchanceuse !

Elle continuait d’observer les mouvements des gens qui l’entouraient. Elle faisait quelques tentatives pour voir les réactions des pantins de chair à ses mouvements, une main sur la poignée de son épée. Puis elle se décida enfin à frapper. Le cœur de Michiki fit un petit bond dans sa poitrine. Qu’allait-il se passer ? Est-ce qu’elle avait trouvé ou elle s’était trompée ? Faites qu’elle ce soit trompé ! Il perdit tout espoir lorsqu’il vit la cible qu’elle avait choisie. Elle allait frapper le blond vénitien ! Et merde c’était lui ! La lame toucha le sceau mais Yuka eut le réflexe de se pousser pour s’éloigner du cercle de cadavres. Elle percuta le petit gros au passage. Cognant son coude dans le sceau. Cela ne serait pas drôle qu’elle s’en sorte aussi bien sur un coup de chance.

Le blond vénitien ne broncha pas au coup qu’il avait reçu. Il subit un recul par rapport à l’impact et le petit gros par contre explosa sur l’ordre du nécromancien qui activa le sceau. Il modéra l’explosion et donc Yuka s’en tirait avec juste une grosse quantité de poison sur les vêtements et la peau. Les effets se feraient bientôt ressentir mais elle avait rempli sa part du marché en trouvant le leurre. Michiki rangea donc ses cadavres et le temps de revenir à la jeune fille, il lui trouva un air fatigué. Ses lèvres s’écartèrent en un large sourire avant de finir en un petit ricanement. Il ne put empêcher quelques mots de franchir les limites de sa bouche :

-Fais dodo Yuka p’tite Sabreuuuse ! Fais dodo t’auras une promote !

Tandis que les paupières de la pauvre jeune fille s’affaissaient de plus en plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyJeu 29 Nov 2012 - 21:46

Avec un sourire, la gamine regarda le cadavre blond tituber, sans exploser. Pourtant, sa maladresse activa le sceau du second macchabée heurté et … Toute la situation se transforma. Le terrain devint plus vague, plus étrange. Autour d’elle, tout semblait tourner encore et encore. De petites taches noires vinrent gêner sa vue. Que se passait-il ? Ses prunelles incarnates parcoururent son corps, dégoulinant d’un poison particulier.

« Je sentais mon corps s’en aller, échapper à l’emprise de mon esprit. Je me sentais partir, planer. Je n’étais plus là, mais dans un ailleurs … familier. Un ailleurs qui ne me gênait pas, où tout me paraissait … connu, habituel. Aucune peur ne me secouait, bien au contraire. Je me laissais porter, comme transportée par une douce sensation. De nombreuses images défilèrent dans ma tête. Des images irréelles, toutes aussi différentes les unes des autres. Parmi ces dernières, je le vis. Je vis cet homme, celui qui gambadait dans mon esprit depuis le début de la journée. Il était là et me fixait. Son œil azur percuta mon esprit, faisant accélérer mon cœur. Ce type, le type de mes souvenirs … Je m’en souvenais, maintenant ! Oui, oui, je m’en souvenais … »


Ses paupières s’alourdirent un peu plus. D’un geste, elle tenta de chasser Michiki, qui prenait un malin plaisir à la taquiner. S’agissait-il d’un échec ? En quelque sorte, non ? En tous les cas, son supérieur hiérarchique avait l’air de plutôt s’amuser.
Son monde, désormais sombre et nébuleux, s’échappa un peu plus de son emprise. Elle cligna des yeux, tentant de revenir à la charge. Dans un élan de masochisme pur, Yuka força sur ses jambes, dans le but d’avancer un peu plus. Sa démarche, semblable à celle d’un homme ivre mort, la traîna juste un peu plus loin puis, ses genoux fléchirent … Et son corps s’écrasa contre le sol, véritable marshmallow.

« Et là, je ne compris plus. Le noir total. Pourtant, cette sensation me plaisait. Je ne me sentais pas menacée, pas le moins du monde. Au contraire. »


À force de sombrer, l’adolescente finit par comprendre : En plus de somnoler, sa fatigue revenait lui mettre un bon coup derrière la tête. Le tout combiné la rendait incapable de résister et, finalement … Elle sombrait, se blottissant dans les bras de Morphée, comme une enfant. Roulée en boule à même le sol, Yuka s’arrêta de bouger.

Les anges, tout là-haut, se disaient bonne nuit, s’embrassaient allègrement avant de rejoindre leurs lits. Yuka en faisait de même, apparemment. Quoique. Dans son cas, personne ne se cajolait. À moins que le sol ne fusse son partenaire pour dormir … ? Quelle étrange situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptySam 1 Déc 2012 - 14:07

La pauvre Yuka avait été victime du poison anesthésiant du nécromancien. Elle titubait maintenant comme un alcoolique. Michiki avait fait un peu son fourbe là-dessus. Mais il était tellement amusant de traumatiser une jeune Genin ! Cette dernière finit par tomber au sol, inconsciente. Ça par contre c’était pas normal. Elle devait seulement somnoler. Il s’approcha d’elle pour amortir sa chute. Tomber aussi brutalement au sol l’aurait blessée plus ou moins gravement. Or ce n’était pas le but de l’exercice. Michiki l’allongea délicatement au sol. Elle semblait revenir à l’état de nourrisson. Son sommeil était tellement lourd qu’il était persuadé que même en lui hurlant dessus, elle resterait endormie. Il plaça son manteau, qu’il avait posé de côté pour l’entraînement, sous la tête de la jeune fille afin qu’elle bénéficie d’un minimum de confort. Déjà qu’elle dormait à même le sol la pauvre.

Il alluma un feu près d’elle, afin qu’elle n’attrape pas froid non plus. Il ignorait totalement combien de temps elle allait dormir mais il pensait rester aux côtés de cette petite le temps qu’elle émerge des bras de Morphée. Il s’assit un instant à côté de l’âtre pour réfléchir. Yuka lui avait une bonne impression. Il aimait bien sa manière de penser, de réfléchir et sa curiosité si agréable. Le fait qu’elle se passionne pour le pouvoir du nécromancien était quelque chose auquel ce dernier n’était pas habitué. Il la regarda dormir. Oui, décidemment cette petite était pleine de surprises. Non seulement ça mais elle semblait remplie d’un potentiel assez important. Son sabre de cristal devait laisser place à des combos et des enchaînements incroyables.

Avec un peu d’entraînement et de temps, elle deviendrait une guerrière redoutable. Elle laissait présager un avenir prometteur au sein du village. Et Michiki se prit d’envie à vouloir participer à ce talent nouveau qu’il venait de dépister. Entre ses mains, il espérait lui apporter le petit plus qui la ferait passer de simple Genin à véritable soldat Kirijin . Il n’était pas encore très habitué à l’enseignement mais il fondait de grands espoirs dans l’équipe qu’il avait décidé de former. Et il osait espérer que cette jeune fille en ferait partie. Oui. Il lui proposerait ça lorsqu’elle serait enfin réveillée. Pour l’instant, il allait se remettre à son activité avant qu’elle n’arrive.

Il se releva, épousseta son pantalon et sortit un rouleau de sa ceinture pour faire venir un cadavre. Il abandonnait l’idée de son cadavre le plus imposant pour le moment. Sinon il ne tiendrait pas longtemps. Il enchaîna donc les coups et ordonnait à son pantin de répliquer avec autant de hargne et de puissance que possible. Cet entraînement de combat à mains nues dura jusqu’à la fin de journée jusqu’à ce que le soleil commence à disparaître à l’horizon. A midi, le nécromancien avait fait une pause pour aller chercher à manger. Il avait même laissé quelques victuailles à l’endormie. Elle allait avoir faim à son réveil. Ce fut d’ailleurs en fin de journée, lorsque le soleil s’apprêtait à se coucher, qu’elle finit par se réveiller.

Michiki arrêta là son combat. Sa chemise lui collait à la peau à cause de la sueur. Il revint vers Yuka quand il la vit se lever enfin. Puis il accueillit son réveil à sa façon :

-Alors la belle au bois dormant ? Bien dormi ? J’espère que tu es assez vivace j’ai à te parler. Pas de petit jeu à nouveau c’est promis.

Un simple clin d’œil et un petit rire pour ponctuer sa phrase. Il espérait qu’elle ne refuserait pas sa proposition de devenir son élève ! Après le mauvais traitement qu’elle venait de subir ce serait un peu normal en même temps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptySam 1 Déc 2012 - 16:36

Endormie. Petite poupée de cristal blottie dans les bras de Morphée. Son sommeil, lourd et pourtant agréable, ne semblait pas troublé de ces habituels cauchemars. Pour une fois, ils désertaient ce précieux moment, la laissant dormir avec tranquillité. Depuis longtemps, Yuka se battait contre ces nuits d’insomnie, ces sombres songes qui la hantaient et l’empêchaient de fermer paisiblement les yeux pour se laisser porter. Mais, cette fois-ci, un détail changeait la donne : Elle dormait mieux grâce à cet étrange poison. Ce simili de somnifère l’aidait à se reposer. Peut-être … Peut-être cette substance restait la plus importante pour son corps ? Celle dont il éprouvait une sorte de besoin ? En réalité, personne ne pouvait réellement le déterminer. Et d’autres chats venaient nuire à son esprit. Les chats de l’illusion, de l’hallucination. Ces fourbes bestioles qui la poussaient à bout à coups de chuchotements … Une petite voix, toujours la même, que Yuka associait à celle de Kyurei. Mais l’était-elle réellement ?

La gamine tressaillit, puis ouvrit les yeux. Son premier réflexe fut de se frotter les yeux pour enlever la brume qui les recouvrait. Encore perchée sur l’arbre des rêves, elle eut un peu de mal à redescendre. Confrontée à la lumière, la Mitsuharu prit un certain laps de temps avant de totalement recouvrer la vue. Une fois que ce fut fait, elle put remarquer le manteau non-loin d’elle, certainement un oreiller, et Michiki, non-loin. Un sourire naquit sur ses lèvres. De ses yeux incarnats encore perdus dans les méandres d’un sommeil trop profond, Yuka contempla la scène.

Le jeune brun revint jusqu’à elle, la sortant de ses songes. Il transpirait. Certainement un entraînement de plus, en attendant le réveil de la poupée. Oui, à moins qu’il n’ait développé une faculté à suer sans aucune raison réelle … Ce qui serait plutôt ignoble. Cette pensée arracha une grimace de dégoût à Yuka, qui retrouva son sourire très peu de temps après, lorsque Michiki reprit la parole.

« La belle au bois dormant » … Cette idée la fit légèrement rougir de gêne. Ce n’était pas totalement faux, finalement. Mais s’endormir sur … un champ de bataille … Surtout s’endormir de cette manière … Elle s’empourpra davantage, recouvrant son sérieux très rapidement. Le sujet qu’il voulait aborder paraissait bien trop important pour qu’elle se perdît dans d’autres réflexions, aussi intéressantes fussent-elles.

Avec un léger mouvement, la demoiselle posa ses mains sur son visage, le massant délicatement pour se réveiller un peu plus. Vivacité, vivacité. Vivacité … NON ! Pas dormir ! Vivacité. Capacité du cerveau mobilisées ? Encore un petit peu …
Elle hocha vivement la tête, prête à tout suivre, du début à la fin.

    « Ouaip, très bien dormi ! Merci. »


Son sourire s’agrandit. Elle étendit doucement les jambes et commença à se les masser avant de les replier sur le côté. Cette fois, son cerveau était au point.

    « Ayeh. Je suis toute ouïe. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptyMer 5 Déc 2012 - 19:12

Yuka semblait enfin prête à écouter ce qu’avait à lui dire le nécromancien. Ce dernier ricana de son manège pour être pleinement concentré sur ses paroles. Avant de commencer, il fouilla sa poche. Il en ressortit une pilule verte criarde. Un antidote pour tous les poisons de basse volée. Comme celui qui persistait dans l’organisme de la sabreuse. C’est pour cela qu’elle avait du mal à émerger du brouillard. Elle devait vraiment être fatiguée pour dormir autant et aussi profondément. Le poison présent dans les pantins de chair devait juste assoupir. Le plus gros effet était une simple somnolence qui persistait pendant plus ou moins de temps. Pour aller jusqu’à sombrer dans le monde des rêves, la jeune fille n’avait pas du dormir depuis plusieurs nuits. Des cauchemars ? De vieux souvenirs tenaces ? Michiki n’en savait pas plus et ne voulait pas que ça change. Chacun avait sa part de privé et de secret. Le nécromancien avait la sienne.

Il tendit la pilule à la jeune fille et lui plaça la bouteille d’eau qu’il avait acheté pour elle dans sa main libre afin qu’elle ingère le petit comprimé. Il donnait l’apparence d’un joli bonbon comme ça mais il était difficile à avaler en raison de son goût assez immonde. Il n’en dit rien à Yuka pour qu’elle le prenne quand même. Cela l’aiderait à se revigorer à être un peu mieux réveillée. Même si elle semblait assez consciente pour tenir une conversation et, plus important encore, écouter ce qu’avait à lui dire Michiki. Ce dernier y avait réfléchi le temps de son entraînement. Certains des coups qu’il avait pris étaient d’ailleurs dus à son étourderie pour avoir pensé à autre chose. Il avait réfléchi à cette éventualité et elle lui était apparue comme pas si bête après tout. Il ne pourrait que s’améliorer lui-même grâce à une nouvelle élève. Enfin pour cela, fallait-il encore qu’elle accepte ! Il ne devait pas perdre de vue qu’elle pouvait très bien dire non.

Voulant mettre toutes ses chances de son côté, il prit un moment pour réfléchir à ce qu’il allait dire. Il prenait donc un temps, fit les cents pas quelques minutes et finit par s’asseoir face à la jeune fille. Il la regarda droit dans les yeux. Elle s’était habituée à ce regard finalement. Elle qui en avait eu un peu peur au début. Il faut dire qu’ils en avaient appris pas mal l’un de l’autre depuis le début de la journée. Le saphir de ses yeux inonda le rouge des siens, tentant de sonder son esprit à la recherche d’un début de réponse. Si ça se trouve elle se doutait déjà de ce qui allait suivre et elle gardait sa réponse prête en elle. Mais il ne semblait pas. Enfin il n’avait pas vraiment le pouvoir de deviner ce genre de choses en un regard. Certains se vantaient d’en être capables mais Michiki n’en avait pas la prétention.

Il observa le ciel qui commençait à s’obscurcir pour laisser place aux étoiles. Certaines se dessinaient déjà sur la voûte céleste et la lune avait pris sa place depuis quelques temps. Il revint ensuite à son interlocutrice à qui il accorda un sourire. Puis il finit par se lancer après avoir repoussé l’inévitable. Il venait de se rendre compte qu’il avait quand même une petite frayer d’entamer les conversations au fond de lui. Une faiblesse auquel il faudrait remédier plus tard. Il tint ce langage :

-Voilà. Suite à cette journée, je ne peux m’empêcher de remarquer que tu as beaucoup de talent. Tu as un avenir prometteur. Crois-moi j’ai le nez pour repérer les futurs talents et tu en fais partie. Mais je ne tiens pas à laisser un tel talent s’évanouir dans la Nature. Je veux participer à ton développement et élever ta force au niveau de l’élite de ce village. Si tu acceptes bien sûr. Le statut d’élève te plairait-il donc ? Je te laisse néanmoins y réfléchir à tête reposée. Je te recontacterais pour officialiser ça. Certainement une rencontre avec mon autre élève. Et si ta réponse s’avère négative, alors sans rancœur on se retrouvera sur le champ de bataille ou face à face quand tu seras plus forte.

Il lui laissa un temps pour répondre. Quand ce fut fait il lui sourit avec un bref hochement de tête. Quelques mudras par la suite et il s’évapora grâce à la technique du Shushin. Un jutsu très pratique qui lui permit d’être chez lui directement. Il partit se coucher, fatigué de son bref entraînement et la tête pleins d’idées quant à l’avenir de la team Desu reikoku.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] EmptySam 8 Déc 2012 - 0:28

Toujours un peu dans les vapes, Yuka fixait son interlocuteur avec une certaine attention. Il lui tendit une pilule verte ainsi qu’une bouteille d’eau. Le médicament parut quelque peu étrange aux yeux de la kunoichi, mais elle ne broncha pas. Ingérant le comprimé, cette dernière finit par grimacer. Quel goût ignoble. Quelle sensation désagréable dans sa gorge. La Mitsuharu manqua de recracher, mais se força. S’il lui avait donné, c’était bien pour une raison, non ? Pas seulement le fait de lui refourguer un truc absolument dégueulasse. Au contraire. Yuka le savait, Michiki n’éprouvait certainement aucun intérêt quant au fait de l’empoisonner. Quoique … Avec le dernier simili d’entraînement, quelques doutes naquirent au creux de son esprit.

Pourtant, son état, en nette amélioration, lui confirma qu’il ne s’agissait pas d’un nouveau poison. Aucune substance étrange, juste un véritable médicament. Un antidote, vu d’une certaine manière. Son esprit sortit du gaz, désormais totalement apte à recevoir toutes les informations envoyées. Plus simple pour écouter ce que Michiki avait à dire, en somme. Plus simple pour comprendre et surtout, répondre. En clair, son cerveau était désormais redevenu plus ou moins normal.

Dès lors, concentrée sur son interlocuteur, la demoiselle ne fit même pas attention à ce regard qui les liait. Leurs yeux, mêlés, rendaient cet échange plus … Sérieux. Mais la demoiselle ne s’en rendit pas compte, se focalisant majoritairement sur cette conversation. Il lui demandait … d’être son élève ? Un grand sourire naquit sur les lèvres de Yuka. Rien que la manière dont ses lèvres s’arquèrent signifiait tout. Oui, ainsi, la Mitsuharu répondait, sans même parler. Sans même ajouter quoi que ce fût. Elle hocha la tête, écoutant jusqu’au bout. Refuser ? Non, non, certainement pas. Surtout pas après avoir eu une telle démonstration ! Surtout pas quand l’occasion d’évoluer dans un milieu totalement différent, mais surtout épanouissant s’offrait à elle ! Dire non lui paraissait totalement idiot, similaire à la plus grande bêtise de sa vie.

Alors Yuka le fixa, attendant qu’il eût fini de parler pour, finalement, se prononcer. Elle fit taire toute son excitation, son impatience enfantine. Difficilement, l’adolescente regagna un minimum de contrôle, parlant d’une voix fluide et claire.

    « Parti ainsi … Cela me semble un avis positif. Mais nous nous reverrons, c’est une certitude. »


Elle se releva, hochant la tête en souriant. Plus que de sembler, il l’était. Mais elle attendrait. Yuka attendrait de recroiser le nécromancien pour lui donner une réponse définitive. Un sourire plein de bons sentiments naquit sur ses lèvres. Sur le coup, la Mitsuharu se serait volontiers mise à sauter sur place, en agitant les bras, véritable gamine.

    « À bientôt, Michiki. »


Self-control, self-control …
Elle souffla un long coup et, lorsque son nouveau mentor disparut, repartit vers son logis, guillerette, intenable. Sa démarche sautillante démontrait une certaine euphorie.

Cette journée sortait de l’ordinaire. Totalement. Et resterait dans son esprit durant longtemps. Comme quoi, les terrains d’entraînement n’avaient pas qu’une seule utilité …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Il n'y a pas mort d'hommes ! [PV Yuka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Terrain d'Entraînement-