N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 On a chopé sa fille!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptySam 17 Déc 2011 - 19:46

Le Sentier Perdu. Le seul moyen d'accéder à Kumo. Il était enfin en vue. Un flot d'adrénaline régulier se déversait dans tout l'organisme Fro'. Il revenait dans ce village qu'il n'avait plus revu depuis sa désertion. Les ninjas de Kumo ne l'accueilleraient sans doute pas avec ferveur. Il n'était pas là pour ça de toute manière. Il venait avec Nishimura Kusanagi et Hariyama Leara, ses deux camarades de mission, ramener Usagi, fille adoptive de Sire Kadoria Uriô, Raikage et père indigne à ses heures perdues. La petite avait un air serein mais elle craignait de se faire gronder par son père. Heureusement que Leara la réconfortait sinon elle aurait surement chialé sur tout le trajet retour. L'Otoka ouvrait la marche, la tête haute. C'était la première fois qu'il était à visage découvert depuis la fin de la mission. Il n'avait pas peur des représailles d'Urio. En fait, il s'en foutait totalement. Il savait très bien qu'il prenait un des plus gros risques de sa vie si ce n'était le plus gros. Mais il ramenait une fille à son père. Indigne ou pas, il était son père et Fro' n'aurait pas pu la laisser seule en foret ou aller avec Leara même si celle-ci s'en serait sans doute bien occupée. Si la gosse n'était pas ramenée, Uriô ferait surement tuer tous ceux qui auraient eu un rôle négatif dans cette sombre affaire.

L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien.
Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.
Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom.
Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: ta houlette et ton bâton me rassurent.
Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires; tu oins d'huile ma tête, et ma coupe déborde.
Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront tous les jours de ma vie, et j'habiterai dans la maison de l'Éternel jusqu'à la fin de mes jours.


Psaume 23

Il vivait pour la Liberté. Il mourrait pour elle s'il le fallait mais il ne perdrait pas sa dignité, celle qui faisait de lui ce qu'il était. Ses membres frémirent et un frisson d'excitation lui parcourut l'échine. Si cela dégénérait et si Urio décidait de les tuer en public, il ferait tout pour sauver ses deux partenaires. Elles méritaient de vivre. Lui aussi certes mais il avait assez réfléchi sur son cas et, de toute manière, la Mort est un passage obligatoire dans l'errance d'un individu sur Terre. Poings serrés, il avançait, ses pas faisant crisser le gravier sous son être. Ses yeux étaient rivés sur le bout du chemin. Ils avançaient de manière calme. Ironiquement, il n'y avait personne près de Kumo à ce moment là, du moins pas de shinobis. Ils devaient tous être concentrés plus loin, histoire de se masser en bloc face aux Nukenins. Il savait déjà qu'ils avaient été repérés depuis quelques kilomètres mais aucun des ninjas de Kumo en présence ne s'était approché d'eux, de peur qu'ils fassent du mal à Usagi. Hmm. Ils allaient avoir le droit à la crème de la crème. En effet...

Au milieu du chemin...

Ils étaient environ une quinzaine. A la masse de chakra qui se dégageait d'eux, c'était les meilleurs ninjas de Kumo. Fro' n'avait jamais vu une quantité de chakra si énorme au même endroit. C'en était monstrueux. Le petit groupe avança avec Usagi sur encore une dizaine de mètres, se postant à environ dix mètres des ninjas. Personne ne bougeait mais tous se dévisageaient. Des regards de haine se lisaient sur ceux des ninjas de Kumo. D'autres sentiments s'y mêlaient. De l'incompréhension, de la pitié pour certains, rien pour d'autres. Ce rien était le plus intriguant. Le temps semblait s'être figé. Tous savaient exactement ce qu'ils attendaient. Fro' le sentait de tous ses membres.

Il arrivait.


Le Ciel chantait son nom. Ou pas... Ce type était selon Fro' l'archétype du ninja trop investi dans son métier. Il en négligeait même sa fille, la preuve. Bref... La masse de ninjas se fendit en deux, le laissant passer. Il passa, vêtu de son costume de Raikage, et vint se planter à mi-distance entre les deux groupes.
Fro' attendit ses paroles et peut-être ses actes, prêt à réagir à tout moment.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ōkami
Informations
Messages : 355
Rang : C

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptySam 17 Déc 2011 - 21:40

    La gamine. Il fallait s’en débarrasser. Cela faisait déjà trop longtemps que nous avions pris possession de la jeune fille, apparemment Fille adoptive du renommé Raïkage, Kadoria Uriô. Cela expliquerait pourquoi des hommes du Pays de la Foudre avaient été envoyés pour récupérer la fillette dans les Bois Nuageux… Avions-nous bien réagit en nous emparant de la dénommée Usagi, empêchant donc les Shinobis du village caché des nuages de la ramener à bon port ? Probablement pas, néanmoins nous avions préféré nous fier à nos instincts respectifs en récupérant la gamine. L’Hariyama ne désirait absolument pas la remettre à nos précédents adversaires et je la comprenais totalement. Dans un premier temps, ces deux tarlouzes m’avaient apparu comme étant des sales voyous, en particulier pour le mec à la crête de poulet. D’ailleurs, je ne saisissais toujours pas pourquoi le Kage l’avait accepté dans les rangs de son armée. Bref.

    Nous avions donc conclus, suite à une bonne discussion ayant suivi le bottage de fesses de ces Kumojins, qu’Usagi devait rejoindre le Pays de la Foudre entre bonnes mains. La jeune femme à la chevelure rose avait été assez convaincante et apparemment le second Nukenin avait quelque chose à régler au sein du village caché. Puisque les autres paraissaient y tenir, j’ai trouvé cela normal de me joindre à eux. De toute façon, cela me permettrait de rencontrer ce Kadoria apparemment célèbre. Certes, nous courrions le risque de nous faire massacrer une fois entrés au cœur de la petite agglomération. Bwah, on est des ninjas, ce n’est pas pour rien. D’accord, j’avoue, on se ferait casser la gueule et on nous fouterait directement en taule. N’y a-t-il dont aucune indulgence dans ce monde de merde ?

    Une fois le sentier perdu passé, j’eus cette forte impression d’être épiée. Sans même les avoir vu, je savais que les Shinobis du village nous observaient. C’EST MES LOLOS QUE VOUS VOULEZ VOIR OU QUOI ? Je m’abstins de prononcer cette phrase, on se demande pourquoi…

    « Bon alors on laisse la petite au Nigaud et on se casse, RAPIDOS, d’accord ? »

    C’est à cet instant précis que l’atmosphère nous entourant changea légèrement. Le silence s’imposa, nous laissant à la merci de l’homme qui s’approchait de nous. C’était lui, aucun doute là-dessus. Mon regard marron se posa pendant quelques instants sur la petite fille, placée bien en évidence aux côtés de Leara. La suite des évènements risquait d’être très intéressante…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hariyama Leara
Informations
Messages : 98

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptyLun 19 Déc 2011 - 17:21

une mission suicide, rien d'autre ... Notre acte allait sans doute nous faire payer le prix fort et ramener la gamine en personne au Raïkage lui même ... Je ne savais plus d'où nous était venu cette idée mais elle était complètement dingue et puis sincèrement je m'y étais attachée à cette petite moi, le fait de la faire rentrer chez elle ne me plaisait pas du tout néanmoins il le fallait, nous n'étions pas encore assez fort pour oser nous lever contre son père. Nous avancions en suivant Froturak, le seul connaissant la région, je n'y avais jamais mis les pieds. La fillette était sur mon dos, lui épargnant la fatigue de la marche en plus de pouvoir aller à grande vitesse. Je savais bien ce que pensait les deux autres de cet acte, d'avoir garder la gamine avec nous : Du n'importe quoi.

À mesure de notre marche le doute s'installait, qu'allaient-ils nous faire ? Oseraient-ils s'attaquer aux voyous gardant la fille de leur chef ? Autant de questions balayées par un simple regard d'Usagi, elle avait confiance et sa sécurité importait bien plus que la mienne, elle avait été embarqué de force, contre son gré donc à nous d'assumer. Nous avancions encore et Kusanagi nous offrit une pensée et une façon de faire à laquelle je ne pu même pas penser, faire tout ce chemin pour laisser la gamine et se barrer ? Non très peu pour moi.

Là, en face de nous se dressait plusieurs ninjas don un seul retint me attention, c'était lui aucun doute et autour de lui la majeure partie des forces de Kumo, croyait-il qu'une armée c'était levée pour marcher sur son village ? Simplement risible. Je déposai Usagi au sol, ne quittant pas des yeux nos vis à vis, le silence régnant sur le lieu faisait froid dans le dos, aussi je n'eu d'autre choix que d'engager le dialogue face au mutisme de mes deux compères. Prenant la main de la petite kumojin j'avançai doucement vers le contingent.
    _ Raïkage, veuillez faire plus attention à votre fille à l'avenir et si vous voulez la récupérer, n'envoyer pas de sous-shinobi faisant peur à votre fille, c'est une chance qu'elle soit tombée sur nous je vous l'assure, certain Nukenins aurait pu par exemple vous réclamer une alléchante rançon, pas nous.

Je commençais à faire avancer la fillette vers le Kage avant de repartir avec elle malicieusement vers Kusa' et Fro'. Croyait-il que j'allais vraiment m'arrêter là ? Souriant simplement au nez des kumojins je fixai désormais le Raïkage comme pour le tuer par le regard.
    _ À dire vrai je ne vous fais pas confiance et c'est grâce à mes compagnons que l'idée de vous la rendre nous est venu. Si je vous rend Usagi je n'ai aucune certitude quand à l'éducation dont elle sera bénéfique, vous êtes un grand homme, occupé par vos fonctions, avoir une fille n'est semble-t-il pas la bonne solution. M'enfin c'est tout de même votre fille et l'inquiétude d'un père doit être grande en ce moment.

Je lâchai la main de la petite fille, lui souriant avant de faire quelques pas en arrière pour retourner auprès de mes collègues, petit pincement au coeur lorsque j'eu la pensée de mes prochaines paroles car je savais bien que sa place n'était pas à mes côtés.
    _ Voilà Usagi, retourne voir ton père, nous t'avons ramener chez toi et ... Désolée de ne pas avoir tenu parole pour les belles promesses que je t'avais donné ...

Je baissais la tête humblement, l'odeur de l'échec me brûlait l'esprit, je n'avais pas su rendre heureuse ce petit bout de monde malgré les bonnes intentions qui gravitaient dans ma tête, hélas elle sera bien mieux dans son palais, coupée du monde par les responsabilités qui seront plus tard les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Usagi
Informations
Messages : 54

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptyLun 19 Déc 2011 - 18:52

Y avait pas un mot qui était sorti de ma bouche, alors que Leara, elle me portait. J’étais pas contente, pas du tout mais la dame au pigeon et le drôle de monsieur, il y faisait pas attention. Leara était la seule pas méchante, alors pour pas l’embêter, je disais rien. Mes joues étaient toute gonflées quand même, tellement j’étais pas contente.

Leara, elle allait très vite ! Plus que moi, je pourrais. Je voulais pas rentrer. Urio il allait être méchant, il avait envoyé le drôle de monsieur et l’autre à mes trousses qui avait dit le monsieur au masque. Et c’était des méchants, donc Urio aussi il était méchant maintenant. Ma main serre fort la gorge de Leara parce que je sens une boule dans ma gorge à moi. Puis y a mon ventre aussi qui est tout dur, il fait mal. Je veux pas rentrer ! Mes yeux piquent alors je les ferme très fort, faut pas que de l’eau coule.

Ma main passe sur un de mes yeux, alors que j’ai fait dodo. Je voulais pas mais je l’ai fait quand même. Dans mon autre main, elle serre la petite main de Chibi qui continue à faire dodo. Leara attrape après ma main qui frotte plus mes yeux, elle la tient très fort puis la lâche. Moi, je laisse tomber Chibi sur le sol, il fait plus dodo puisqu’il râle, je tiens les mains de Leara.

Moi, je comprends pas ce qui se passe. Je sais juste que Leara, elle est triste et moi, je veux pas qu’elle soit triste. Une boule se met en plus dans ma gorge et je sens mon corps qui tremble. Moi, je veux pas rentrer. Je préfère rester avec Leara, comme ca je verrai ma maman !

-« C’est pas mon papa ! Moi, je veux pas rentrer ! » Hurla la gamine en tapant du pied sans pour autant lâcher la main de la demoiselle aux cheveux rose

-« Je veux aller chercher maman avec Leara. » Poursuivit la petite fille sans faire attention, au groupe qui était dans son dos. Elle tend les bras vers la jeune femme afin qu’elle retourne dans son giron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suzurane Hakyô
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptyJeu 22 Déc 2011 - 18:21

    ─ Maître Raïkage ?
Cette voix, c’était celle du nouveau conseiller du palais. Il avait été recruté depuis à peine quelques jours, ce n’était pas difficile à retenir même si ce n’était pas moi qui m’occupais de cela. La question était de savoir ce qu’il me voulait. Je n’aimais pas tellement être dérangé lorsque j’avais de la paperasse, surtout aujourd’hui. Et oui, deux grosses piles où je devais mettre plus qu’une simple signature. Enfin bon…
    ─ Entre Onoko.
L’homme entra mais ne ferma pas la porte derrière lui. Alors qu’il se courbait pour me saluer, je le trouvai étrange, il semblait… essoufflé. Mais je ne me tiraillai pas l’esprit plus que ça, je ne le connaissais que très peu. Nullement besoin de lui demander de parler, il entra dans le sujet plutôt rapidement. Etrange, je m’étais levé pour l’écouter.
    ─ Shodaime, quatre personnes ont été repérées Sentier Perdu. Parmi eux Otoka Froturak et… Usagi.
Mon sang ne fit qu’un tour, me faisant retomber sur mon fauteuil avec le regard vide. Des secondes de silence où je ne fis plus attention à rien d’autre qu’à mes souvenirs rattachés à ma fille. Et moi qui pensait ne plus jamais la revoir, qui pensait qu’elle avait été blessée ou même tuée. J’avais lentement commencé à me préparer au pire.
    ─ Ils veulent peut-être vous parler. En tout cas des shinobis sont déjà prêts à les arrêter aux portes du vi-
    ─ C’est bon. J’a... J’arrive.
Mon regard était toujours aussi évasif. Sans trop réagir, je vis Onoko se retirer en fermant la porte derrière lui. Il m’avait probablement jeté des regards pitoyables en essayant de se mettre à ma place. Etait-ce une bonne nouvelle ? Je n’arrivais même pas à y réfléchir. Mais je me levai et ouvris ma porte. En traversant le couloir les yeux au sol, on m’appela mais je ne répondis pas. Ce n’est seulement qu’une fois sorti de mon palais que je repris plus ou moins mes esprits. D’un bond, je me mis à courir d’une vitesse que je ne pouvais contrôler. Un mélange de sentiments, de questions, de haine et de bonheur. Le tout me faisait actuellement combattre la folie. J’arrivai donc très rapidement au dos d’une foule déjà là. La plupart étaient shinobis et s’écartèrent en me voyant. Je ne tardai pas à voir devant moi les trois Nukenins ainsi qu’Usagi, qui n’avait rien. Rien, elle n'avait rien. Quel soulagement...
    ─ Usagi...
Mais le bonheur ne prit que très furtivement le dessus sur la rage. Ces trois shinobis, dont le déserteur Otoka Froturak avaient combattu deux de mes hommes et avaient enlevé ma fille. Mais l'une des deux kunoïchis prit la parole et je compris vite qu'elle s'appelait Leara. Ils étaient donc venus pour me la rendre ? Sans rien demander ? Je me tournai des deux côtés pour m'adresser aux Kumojins présents.
    ─ Je vous interdis de faire quoi que ce soit sans raison.
Mon regard se porta ensuite sur chacun des trois Nukenins. La prétendue Leara avait parlé de promesses après avoir critiqué ma relation avec Usagi. Cette dernière ne voulait apparemment pas rentrer avec moi. Sûrement à cause de la punition que je lui avais donné avant qu'elle ne s'enfuit. Je serrai le poing et retirai au même moment ma coiffe de Raïkage. Ma haine était grande, et réelle. Mon poing ne se calmait pas et j'avais du mal à rester calme. Quelques instants de silence me permirent de mettre un terme à ma tension.
    ─ Nukenins, ne tentez rien. Rendez-moi ma fille et...
Mes yeux balayèrent le sol avant de se poser de nouveau sur les trois ninjas qui me faisaient face. Un regard noir, rempli d'une colère canalisée.
    ─ Préparez-vous à mourir.
Inévitable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptyVen 23 Déc 2011 - 11:43

Le calme. Un calme parfait. Leara parla calmement au Raikage pendant que Kusanagi nous intimait de partir. Hmm. A part cela, il y avait un silence de mort. Quand la jeune femme aux cheveux roses termina son discours, elle dit à Usagi de retourner voir son père, s'excusant auprès de la gamine de ne pas pouvoir pu tenir les promesses qu'elle lui avait faites. Cela touchait aussi l'Otoka. Il avait dit trop tard à la jeune femme que la mère d'Usagi était morte. Il avait tardé à leur faire des révélations qui étaient primordiales. Tout cela pourquoi? Parce qu'il avait eu peur qu'on le reconnaisse en tant qu'ancien ninja de Kumo. Aujourd'hui, il pouvait seulement essayer de se rattraper et c'est ce qu'il comptait faire. La petite Usagi commença à geindre, voulant rester avec Leara. Cela devait surement irriter au plus haut point la grosse boule de chakra sans coeur en face d'eux. Qu'importait.

Je ne crains rien

Seigneur,
Je ne crains rien aujourd’hui.
Aucun danger, car tu es mon bouclier.
Aucune perte, car tout t’appartient.
Aucune souffrance, car tu m’aides à la surmonter.
Aucune déception, car tu veux me donner mieux.
Aucun ennemi, car il est aussi aimé de toi.
Aucune difficulté, car tu m’aides à faire face.


En face, le Raikage commença à s'épandre en émoluments inutiles. Il intima à ses hommes de ne rien tenter sans raison. Etait-il un meneur d'hommes ou non? Il était avec la crème de son village, pas avec les deux abrutis qu'il avait envoyé pour récupérer Usagi. Ces types là n'agiraient que sur ses ordres et il le savait. Qu'espérait-il? Impressionner les Nukenins? Pitoyable s'il aspirait à cela. Il parla ensuite à ces derniers, leur demandant de lui rendre Usagi et, après un petit temps de latence, de se préparer à mourir.

Un sourire apparût sur les lèvres de Fro'. Il le savait. Il l'avait toujours su. Comment aurait-il pu en être autrement? Cet homme n'avait donc pas de sentiments. Du moins ne les exprimait-il que rarement en public. A ce moment-là, il dégageait une colère bestiale, effrayante. Fro' n'avait pas peur. Il n'avait jamais eu peur. Impressionné peut-être mais la peur n'existait plus chez lui depuis bien longtemps. Il se battrait donc si Uriô décidait de s'en prendre à eux. Néanmoins, il ne fallait pas que les deux kunoichis avec lui ne soient affectées par cet affrontement. Il fallait qu'elles vivent. Le chef du village des nuages éprouverait-il un peu de compassion ou de pitié? Qui sait? Mieux valait essayer. Les Nukenins n'étaient pas arrivés en criant: Ceux qui vont mourir te saluent!
Prenant ce qui lui restait de tolérance entre ses mains, il s'adressa alors au Raikage, personne à laquelle il n'avait jamais parlé en tant que Kumojin. Il espérait lui faire comprendre que ces actions étaient vaines. Pourquoi les tuer? Ils lui ramenaient sa fille. Il ne connaissait surement plus la pitié.

"Kadoria Uriô, Raikage. Pourquoi vouloir nous tuer? Nous te ramenons ton enfant et n'avons pas détruit les terres sous influence Kumojin ni attenté à la vie de tes compatriotes. Tu es certes Raikage mais tu es un père avant tout. Nous tueras tu devant cette enfant? Si tu veux nous tuer, je t'en conjure, ôtes ma vie au lieu des trois notres. Peut-être cela te permettra-t-il d'apaiser ta colère? Que sais-je. Néanmoins, si tu tiens vraiment à en finir avec nous trois, je ne te laisserai pas toucher à mes deux soeurs d'armes, ajouta-t-il d'un air déterminé."


Il n'attendait qu'une réponse de son opposant afin de savoir quelle attitude adopter. Ces femmes ne mourraient pas aujourd'hui, dusse-t-il en perdre la vie. Il soutint ensuite du regard tous les ninjas de Kumo dans l'assistance. Tous éprouvaient de la haine envers lui et les deux kunoichis. Pourquoi? En quoi les avaient-ils offensés? Ils ramenaient Usagi au pays plutôt que de l'avoir laissée avec un Junkie. Kumo était-il donc toujours aussi minable? Ce village avait-il perdu tout son honneur? Ils le sauraient bien assez tôt. Il se tourna pour laisser un sourire vers ses camarades.

"Désolé mais c'est ma faute. J'assume donc l'entière responsabilité de ce qui va se passer. Partez. Et toi, annonça-t-il vers Usagi, vas voir ton Papa. Il est content de te revoir même si il ne le montre pas. Je te promets qu'il ne te grondera pas, ajouta-t-il, hésitant."


Il se remit ensuite face aux Kumojins, faisant pivoter son cou d'une soixantaine de degrés. D'un regard posé, il attendit le jugement de son détracteur, espérant fortement que la jeune femme aux cheveux roses bonbon douce comme la soie et sa camarade brune pétillante au caractère bien trempé ne rebroussent chemin.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ōkami
Informations
Messages : 355
Rang : C

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptySam 31 Déc 2011 - 4:11

    L’Hariyama fut la première à engager la discussion, s’adressant au Raikage en personne. Devant nous s’élevait la silhouette d’un homme d’une trentaine d’année, au physique atomisant de par son allure sexy. Chevelure sombrasse, regard intense d’une couleur acajou, sans omettre une musculature parfaitement bien taillée. Sa tunique, caractérisée par sa blanche couleur rehaussée par de fines bandelettes dorées, se moulait d’ailleurs divinement bien à son corps alléchant. Rêvassant littéralement à la vue du Commandant en Chef du Pays de la Foudre, j’en oubliais même de suivre la conversation, hypnotisée par cet homme dont une puissance intéressante s’émanait. Ce n’est que lorsque sa voix, sensuelle et grave, résonna que je m’extirpai enfin de ce rêve pour rejoindre la réalité. Dommage que les paroles qui s’en suivirent ne ressemblait en aucun point à ce que j’aurais espéré. Tu ne m’invites pas dans ton Palais, non ?

    Aussitôt ses menaces de mort lancées, le jeune homme d’une taille s’assimilant à celle de la girafe avança des propos comme quoi nous ne méritions pas la sentence que ce dernier nous réservait. Je devais avouer être plutôt d’accord avec le dénommé Froturak, que je fréquentais désormais depuis quelques jours. Celui-ci s’avérait être brillant, plus que je ne l’aurais espéré. Il était vrai que nous ne voulions aucun mal à la fillette qui se prénommait Usagi et que son retour au village remontait du fait que nous désirions la protéger davantage. Pourquoi des Nukenins voudraient protéger une inconnue direz-vous ? Au premier abord je ne l’avais pas vu de la sorte. Soutirer des informations à l’enfant m’avait semblé alléchant et faire chanter le Raikage pour le retour de la Gamine m’avait effectivement effleuré l’esprit. Néanmoins, elle ne savait rien, ou du moins n’était pas en mesure de m’apporter les choses que je désirais ardument. À quoi bon s’acharner, alors ?

    Un sourire carnassier aux lèvres, je posai ma main blanchâtre sur l’épaule de la gamine, se trouvant à portée. Mes pupilles obscurs croisèrent celles de l’Otoka, puis celui du Dirigeant de la Foudre.

    « Je ne quitterai pas la Foudre sans toi, le Spectre. Et quant à vous…
    Mes iris toisèrent le Raikage. Votre désir de nous anéantir est-il si puissant ? Considérez le fait que la Petite est entre nos mains à l’heure actuelle. Vous ne voudriez pas que quelque chose lui arrive, n’est-ce pas ? J’ai accepté de la ramener à son village natal, ayant un minimum de compassion envers vous. Néanmoins si vous n’en disposez aucune à notre égard, je ne vois pas pourquoi nous devrions nous abstenir. La balle est dans votre camp. »

    Ma langue vint lécher mes lèvres, lentement.

    « En échange de votre Fille, je veux m’entretenir avec vous concernant un Projet que je possède, en privé. »

    Mes intentions n’étaient bien évidemment pas mauvaises. Je ne voulais aucun mal à cette enfant et j’espérais que mes camarades comprendraient que dans tous les cas je ne la toucherais sous aucun prétexte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hariyama Leara
Informations
Messages : 98

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptyLun 2 Jan 2012 - 15:09

La situation devenait assez délicate, alors que nous nous retrouvions en face du Raïkage en demandant à sa fille de le rejoindre cette dernière se colla à moi ne souhaitant plus partir mais seulement que je l'aide à retrouver sa maman, chose que je savais désormais totalement impossible étant donné que celle-ci n'était plus de ce monde. Le truc c'est que son père en face de nous ne l'entendait pas du tout de cette manière et après nous avoir demandé de lui rendre Usagi il nous dit simplement de nous préparer à mourir ... On lui ramène sa fille en bonne santé sans lui avoir fait le moindre mal et il veut nous tuer, sympathique, ils ne doivent pas s'ennuyer dans la famille.

Devant tant d'agressivité Froturak tenta un petit discours de médiateur assez réussi mais je doutais que le chef du village caché des nuages ne l'entende de cette oreille. Quand il parla de sacrifice pour nous laisser sauve Kusanagi et moi, je fis un non désapprobateur de la tête, après tout je les avais embarqué à l'intérieur de cette galère en emportant la gamine, alors la moindre des choses s'étaient de rester avec lui. La parole passa jusqu'à ma compère du Kakumeigun qui envoya un peu le même style de blabla inutile devant un père inquiet avant de tenter d'utiliser la petite comme monnaie d'échange pour ... parler d'un projet à elle en privé avec le Kadoria ... Ok et nous ? Non parce que déjà utiliser la gamine même pour des intentions louables, moyen alors pour discuter tranquille en nous laissant comme deux boulets ... Elle oubliait peut être qu'on était trois, je sais pas. Si ça dégénérait de toute manière elle se débrouillait et je sauvais la gamine et l'Otoka.

Observant tant de belles paroles, je voyais déjà la Nishimura s'installer autour d'une table avec le dirigeant de Kumo dans ma tête et je ne pu qu'esquisser un sourire, nan mais faut arrêter là, il est stressé pour sa fille. Prenant la petite dans mes bras, j'approchais ensuite de son père et du contingent de soldats kumojins.
    _ Ecoute moi, ta maman je vais essayer de la chercher de mon côté, en attendant tu seras plus en sécurité ici, je reviendrais te voir si tu veux, le plus possible, te dire si j'ai retrouvé ta maman, mais regarde ton père, il est inquiet pour toi, il a peur, reste avec lui, il t'aime ça crève les yeux.

Approchant encore jusqu'à être à une portée de bras de l'homme, je lui déposais Usagi à ses pieds, sans la moindre agressivité, après tout je ne voyais pas l'intérêt de se frapper devant la petite fillette. Fixant le dirigeant avec un sourire amical sur les lèvres, je ne pu m'empêcher de lui glisser encore quelques mots et en plus, en faveur de ma collègue, c'est peu dire.
    _ Je ne souhaitais rien d'autre que la sécurité et le bonheur de votre fille. Nous vous la ramenons sans exiger de rançon ou une autre bêtise du style, soyez en ravi elle est tombée sur moi et les enfants je peux pas leur faire de mal. Quand à ma collègue, écoutez ce qu'elle a à vous dire, pas en échange de votre fille, mais au moins ... Pour finir la rencontre amicalement et nous remercier ? Ne vous inquiétez pas, nous ne sommes pas assez forts pour vous menacer. Cependant j'ai une dernière faveur : Pouvoir revenir prendre des nouvelles d'Usagi quand je suis de passage dans la région, c'est tout.

Petite révérence, clin d'oeil à la petite puce et je retournais près de notre héros Froturak, désolée mon gars mais c'est pas aujourd'hui que tu pourras mourir tête haute, mais ne t'inquiètes pas, un jour tu tomberas quand même.
    _ Bon et bien désolée l'ami, tu ne pourras pas te sacrifier pour ce que est juste aujourd'hui on dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Usagi
Informations
Messages : 54

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptyJeu 5 Jan 2012 - 13:10

Je comprends pas bien ce qui se passe, encore plein de chose des adultes. Moi, je voulais pas d’un Urio méchant et il a pas l’air pas méchant comme ca. Je m’accroche aux épaules de Leara pour pas retourner vers lui mais elle me dépose quand même par terre. Sa voix est toute douce, elle est vraiment pas méchante ! En plus, elle me dit qu’elle va trouver ma maman.

Sauf que moi, je veux pas rentrer ! Urio il est pas content ! Il va être méchant ! Je veux pas. Leara dit que Urio il m’aime bien et que ca se voit. Moi, je le vois pas. Il a pas un visage de pas méchant puis sa voix, elle est comme l’orage !

Même si je sens mon corps qui tremple, je lève la main vers le pull de Urio. Je veux pas qu’il soit méchant avec moi mais je veux pas non plus qu’il le soit avec Leara. C’est pas une méchante elle. Je me serre fort après contre sa jambe, mes doigts autour et ils arrêtent pas de bouger dans tous les sens. Chibi il me regarde bizarrement, je vois bien qu’il sait pas quoi faire.

-« J’vais rentrer ! Fait pas de mal à Leara, Urio. C’est une pas méchante ! Elle va me retrouver ma maman ! Moi, je veux ma maman ! C’est Leara qui l’a dit ! Si tu lui fait tout mal, elle pourra pas ! Tu seras pas méchant avec elle, hein ? »

Mon corps il est moins tremblant, il se calme, alors que j’entends le boum boum boum, contre la jambe de Urio. C’est un cœur qui bat, elle m’a dit Nami. Ca fait toujours ce bruit là ! Moi, j’aime bien cette musique, ca me fait tout chaud à l’intérieur.

-« Si je rentre, tu feras rien à Leara hein ? Tu promets ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suzurane Hakyô
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! EmptySam 7 Jan 2012 - 18:24

Quelques secondes de silence vinrent précéder la réaction des trois Nukenins. Ce fut le déserteur du village qui parla en premier. Il ne fit que défendre celles qui l’avaient aidé à s’emparer de ma fille. De sa position, il n’hésitait pas à me tutoyer, et même s’il semblait faire preuve d’une certaine valeur, j’avais toujours une grande rage envers lui. Il avait dit pouvoir protéger ses deux compagnes, mais il ne se rendait visiblement pas compte que cela lui était impossible. L’une de ces dernières prit elle-aussi la parole. De ses cheveux pourpres, elle parlait comme si elle était la tête pensante du trio, ce qui était probablement le cas. Mais qu’importe, elle proposa un échange plutôt surprenant. Emettant la possibilité de s’en prendre à Usagi si je refusais, je sentis quelques hommes se préparer à attaquer. Même si je leur avais dit de ne rien tenter, je préférais rester immobile, au cas où. Echanger ma fille contre une entrevue ? Etait-ce pour tenter quelque chose à mon égard ? Non aucune chance, surtout si je décidais de garder des hommes à mes côtés. Un projet à proposer ? Une protection à demander, ou même un service ? Cela semblait raisonnable et j’en oubliais même à quel point j’étais énervé. Réfléchir brièvement m’avait légèrement calmé et cela allait continuer avec la prise de parole de la prénommée Leara. Cette dernière me rendit l’enfant qui courut vers moi aussitôt avant de me supplier de ne pas lui faire de mal. La kunoïchi demandait cependant une faveur : celle de pouvoir revenir prendre des nouvelles d’Usagi. C’était assez étrange pour un ninja de faire preuve de temps de sensibilité, mais j’avais du mal à croire qu’elle jouait la comédie. La rage étant visiblement plus que contenue, je m’abaissais tranquillement vers Usagi avant de lui caresser doucement les cheveux.
    ─ Ecoute, je ne peux pas te promettre ça Usagi, cette femme a fait de mauvaises choses, elle n’avait à t’emmener avec elle. Maintenant, tu vas suivre ces messieurs jusqu’à notre palais d’accord ? Pendant ce temps je vais discuter avec ces trois personnes et si tu restes sage peut-être que tu pourras les revoir.
Je m’imaginais difficilement laisser repartir ce trio comme il était venu mais il fallait avouer que je n’avais plus cette envie meurtrière. D’un signe de la main, je fis comprendre à deux de mes hommes de raccompagner Usagi au palais. Chose qu’ils firent avant de laisser quelques instants de silence pendant lesquelles je reposai mon regard lentement vers celui des trois Nukenins.
    ─ Entendu. Je vais accorder à ceux qui veulent une entrevue singulière. Vous resterez donc ici pendant ce temps, sous surveillance constante. Ensuite une décision sera prise pour chacun d’entre vous.
Je me retournai avant de commencer ma marche vers le palais. Une dizaine de shinobis vint entourer et séparer le trio avant de me suivre.
    ─ Suivez-moi jusqu’à mon palais. Et je pense que vous serez la première, dis-je en visant la kunoïchi à la chevelure de braise du coin de l’œil.

[HRP : Fin du RP, vous pouvez poster chacun une dernière fois si vous le souhaiter.
Vous resterez donc dans le palais sous étroite surveillance pendant que ceux qui le veulent pourront me voir en privé. Si vous voulez une entrevue, commencez le RP et envoyez-moi un MP quand ça sera fait. Il faut savoir que vous serez emmenés tout en haut du palais si vous voulez une entrevue, afin que vous ne fouillez pas les bureaux. :p
Le verdict sera rendu à la fin des entrevues.]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Contenu sponsorisé
Informations

On a chopé sa fille! Empty
Message(#) Sujet: Re: On a chopé sa fille! On a chopé sa fille! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

On a chopé sa fille!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Sentier Perdu-