N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 Chapitre 1 : Explications

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Ayatseru
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1637
Rang : A

Chapitre 1 : Explications Empty
Message(#) Sujet: Chapitre 1 : Explications Chapitre 1 : Explications EmptyMar 24 Juin 2014 - 19:24

Qu'avait il fait ? Je l'accompagnais dans son entreprise pour des raisons que me regardaient mais jamais, ô grand jamais; je n'avais émis ni la volonté ni même l'idée d'être son second comme Gonza et les quatre autres peuvaient être "ses hommes". Je n'étais plus une Samouraï, mais rônin, sans maître. Je voulais préserver cette liberté, n'être sous les ordres de personne. Il me semblait dès lors qu'il avait mélangé les choses, les avait mal interprétées ou alors ne m'étais-je pas suffisamment exprimée. Dans le fond, qu'il me désigne était tout sauf un déshonneur mais je ne voulais simplement pas de ça, je ne voulais pas être sous une autorité, je ne voulais plus que l'on me dicte quoi faire, qu'on me demande d'agir d'une façon que je ne comprends pas, ou que je ne souhaite pas. Ainsi je m'étais rendue à la sa tente placée au cœur du campement. Je tirai le tissu couvrant l'entrée sans ménagement. Mugen était là, avec Gonza. Ce dernier fut surprit de ma présence à cet instant. Mes sourcils froncés annonçaient déjà la couleur. Je demandais assez poliment, mais pas moins sèchement à l'ancien instructeur de bien vouloir laisser Mugen seul. Son regard se durcit alors, il allait me reprendre, objecter mais je l'arrêtai aussitôt.

    "Tu n'es plus instructeur, Gonza, tu n'as aucune autorité sur moi. Alors je te demande une dernière fois de laisser Mugen seul un moment."


L'air renfrogné, mauvais, il se résigna et quitta péniblement la tente sans m'adresser ne serait-ce qu'un instant. Il ne demanda même pas à Mugen ce que lui préférait qu'il fasse. La persuasion féminine probablement, ou alors une autre manipulation plus habile, qui sait. Je posai un regard froid et à la fois énervé sur le chef des mercenaires. Sans attendre un mot de sa part, car il aimait rester silencieux, je m'installai lourdement face à lui. Je posai les mains sur la petite table basse, installée en seiza. Je me souvins alors de ce que m'avait appris ma mère, cette femme dure qui m'avait reniée : ne pas poser les mains sur la table quand... Je n'avais plus rien à faire de ces règles... Nous n'étions pas en bonne société, en présence de noble ou d'autres notables. Juste lui, Mugen, et moi, Yaeko. Après quelques secondes à le fixer, je me rappelai la raison de mon irruption ici. D'une voix étonnement posée, en total contraste avec l'image que je renvoyais, je lui adressai ce qui occupait mon esprit.

    "Toute à l'heure, tu m'as nommée seconde avec cette homme. Pourquoi m'avoir nommée ? Te renverrais-je l'impression de t'être soumise ? Comme les autres mercenaires ?"


J'empruntais un ton légèrement indigné partagé avec une certaine incompréhension, et déception. Mes yeux hétérochromes ne le lâchaient pas un instant. Je n'avais pas peur de son regard, ni même de sa réaction. En fait, il n'y avait plus grand chose qui parvenait à me faire peur après tout ce que j'avais préservé alors que nous étions sous les toits du château. Cet homme effrayait bon nombre de personnes, à juste cause d'ailleurs, mais moi je n'en avais jamais eu peur que ce soit lors de nos affrontements d'entrainement au dojo ou lorsqu'il se montrait d'une froideur inégalable à l'encontre de ceux l'entourant. Même la violence dont il faisait preuve ne me faisait pas vaciller, alors cette affaire. Non, en fait j'avais toujours trouvé quelque chose de rassurant dans sa personnalité, dans son caractère. Etais-je folle ? C'était probable, qui ne perdrait pas la raison après un long séjour dans ce château...

    "C'est parce que j'ai un profond respect pour toi que je n'ai pas contesté, pour préserver ton image et préserver cette illusion de cohésion. Alors, Mugen, je veux que tu me dises comment tu perçois ma présence ici."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Asshu Kaderik
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Chapitre 1 : Explications Empty
Message(#) Sujet: Re: Chapitre 1 : Explications Chapitre 1 : Explications EmptyJeu 26 Juin 2014 - 12:28

Bien belle surprise. Yaeko qui s'affirmant soumet Gonza le démon géant à son autorité. Entrer, sans demander, d'entrer... Puis surtout cette réalité effective. Savait-elle à quel point elle fut dans le vrai ? Gonza faisait partis de mon escorte. Mais depuis peu, Yaeko était même sa supérieur. Elle agissait d'ailleurs comme telle. Puisque, silencieusement, assis devant ma table basse, j'avais le loisir de la découvrir imposer ces premiers ordres sans qu'elle ne s'en rende compte elle-même. Gonza grogna bien, mais la hiérarchie étant sacré chez les samouraïs il se soumis finalement. Moi, appréciant cela, je la regardais s'installer enfin devant moi. Ferme, préparée. Je m'attendais à cette conversation. Je pensais seulement qu'elle attendrait un peu plus longtemps avant de se décider. Aussi découvrais-je un peu plus son côté féminin. Parler de ces choses, c'était bien là le cas des femmes.

Je croisais mes bras en enfonçant les mains dans mes manches, tandis qu'elle me fit part de ses doutes et de ses questions. Mon regard passible ne lui donna sur le moment pas la moindre indication de ce que je ressentis à ses mots. Calme et tempéré comme à mon habitude. Puis, enfin, elle le dit "je veux que". Qui avait osé me dire "je veux" jusque là ? Absolument personne dans cette armée. Je lui offris un léger sourire sur l'instant. Sourire qui ne tomba pas quand je pris parole. Léger certes oui, mais accompagné du regard, et donc preuve de franchise.

-Tu as toi-même donné la réponse Yaeko.

Comme beaucoup de gens, qui connaissaient les réponses à leur question avant de les poser. C'était son cas ici. Il n y avait que le doute en elle. Sur ce qu'elle pensait. Ce sourire sincère, alors qu'elle me tint tête, devait lui représenter dans la généralité l'état de fait, qui me fit prendre la décision de la nommer à ce poste à responsabilité. C'était une décision mûrement réfléchis, que je ne regrettais pas, même maintenant qu'elle osa passer sous cette tente pour alimenter les plus stupide rumeur.

-Un second doit être capable de penser de lui-même. Les pions servent à être lancés. Les conseillers à réfléchir et seconder. Peu sont ceux qui se permettent de me tenir tête. Encore moins ceux qui oseraient pénétrer dans cette tente sans même demander l'autorisation. Je t'ai nommé à ce poste car tu es de ceux-ci. Je ne te considère pas soumise. Tu es une samouraï. Tu connais nos codes et nos coutumes. Nous avons vécu dans le même château durant des années. Ta lame est assez aiguisée pour imposer ton autorité sur tous ces mâles dépravés et sanguinaires. Ton esprit assez fin pour prendre de bonne décision en mon absence. Pourquoi aurais-je choisis quelqu'un d'autre ? L'homme que j'ai nommé avec toi, est une masse brute de puissance, ensemble vous êtes la représentation de moi-même. Je suis plus que satisfait de cela. La perfection. C'est comme si j'avais scindé mon âme en deux par vous mes seconds.

Décroisant les bras, je ne perdis pas le sourire léger et étrange que j'affichais jusqu'à alors. Je me levais tranquillement, pour me rendre dans un coin de la tente ou siégeait l’étendard de notre troupe. Penchant la tête comme un daim aux aguets je me retrouvais fidèle à moi-même. Impassible et calme comme l'eau d'un ruisseau. Que de chemin déjà parcouru et pourtant nous n'en n'étions qu'au commencement. Yaeko, était sans doute plus important que je ne voulais bien me l'admettre. Mais en avoir conscience me permettait déjà contrôler ce fait, sans risquer de me laisser prendre à un jeu que je ne contrôlerais pas. Elle me respectait. Alors, que tous obéissaient aveuglément, aucun ne me le dit une seule fois. Aucun ne me fit par de son affection. Ils étaient comme des moutons suivant un berger. Mais pas elle. Mais pas lui. Et moi ? Ce qui faisait mes démons devait rester en retrait de cette conversation.

-Tu as dis toi-même ta réaction. Tu as fais attention à ce que pourraient penser les hommes de cette même réaction. Tu as préservé mon image. Ici, homme et femme sont égaux sous mon joue. Quelle plus belle preuve qu'une femme comme second ? Encore plus si elle est compétente. Mais il y'a cette dernière question. Comment je perçois ta présence ici ?

Je me retournais enfin sur elle. Perdant maintenant le sourire pour un regard profond et sondeur. Aussi lumineux qu'un félin en chasse. Percer l'âme des hommes, que j'aimais cela. Mais celle des femmes ? Les femmes étaient et sont la faiblesse des hommes. Mais pas elle. Pas pour moi. Jamais, ô grand jamais, je ne penserais qu'elle puisse me faire du mal ou me décevoir. Pourquoi ? Parce que l'appréciation que j'en avais ne dépassait pas celle du camarade de combat. Ce que je me sentais capable de préserver ainsi. Un risque de moins, quand on sait que trop d'affinité peu conduire aux plus graves extrémités. Cela, ne le comprendrait-elle sans doute pas. Ce qui n'empêchait pas de tenter de le lui faire comprendre. Tout homme, en son âme et conscience possède en lui une peur. La mienne était là. Lié à quelqu'un au delà de la nécessité de mes buts. Je m'y refusais. La limite de ma confiance trouvait ainsi sa frontière.

-Je la perçois comme un gain. Un gain dont je peux jouir sans crainte. Tu casses un peu ma solitude. Tu me rassures peut-être aussi. La preuve est que je ne parle jamais de ce genre de chose. Du moins jusqu'à maintenant. Les derniers du château Kögan sont si bien dressés que je pourrais les envoyer à la mort même si cela fut inutile. Et toi ? Certainement pas, tu le refuserais, tu me modérerais dans ma folie. Ainsi, je ne peux te faire de mal non plus. C'est un équilibre que je conçois avec grand soin.

Ainsi, je m'avançais vers elle, sans que mon regard ne se déloge du sien. Lentement et surement je fis le tour de cette table basse. Enfin à portée, je déposais la main sur son épaule. Geste amical rare de moi. Je me contentais de rester ainsi quelques secondes. Puis, bassement et aimablement, je concluais.

-Buvant le sake ensemble. Comme le ferait deux amis. Comme le ferait un général et son second. As-tu d'autres exigences ou doute dont tu voudrais me faire part. Yaeko ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ayatseru
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1637
Rang : A

Chapitre 1 : Explications Empty
Message(#) Sujet: Re: Chapitre 1 : Explications Chapitre 1 : Explications EmptyVen 4 Juil 2014 - 16:32

La réponse que donna le samouraï me satisfaisait en partie. Je connaissais maintenant plutôt bien cet homme, enfin, connaître était un grand mot. Nous avions passé trois ans au service du même seigneur. Nous nous croisions tous les jours, au détour d’un couloir, lors d’un entrainement ou même d’une simple rencontre en bordure des jardins du dojo. J’avais toujours eu l’impression de le connaître, de le comprendre. Mais je me doutais que j’étais à son sujet bien loin du compte. Mais je savais quand même de quoi il était fait. Toujours de marbre, bâti dans la rudesse de la vie peut-être d’ailleurs aussi un peu meurtri. A cette époque j’aurais souhaité en apprendre davantage mais il était des choses qu’on ne pouvait librement exprimer que ce soit par un simple crainte naturelle du rejet ou par peur de transgresser une quelconque règle de bienséance.

Ainsi j’étais restée silencieuse face à cet homme, je me contentais du respect que je lui portais, et de la probable confiance qu’il m’accordait. Étonnement et contrairement à la plupart des autres personnes, qu’elles soient de ce camp ou de notre vie passée, je ne craignais pas les réactions de Mugen à mon égard. Inconsciemment peut être savais je qu’il ne me ferait aucun mal, peut-être d’ailleurs n’en avait il pas les moyens. Je ne cherchais pas à comprendre le pourquoi du comment, disons que j’étais simplement contente d’être à ses côtés. Ce fut certainement cette impression qui faisait que je préférais rester plutôt que partir de mon côté. Le cœur a parfois ses raisons que la raison elle-même ignore. Je l’observai un instant alors qu’il tint une dernière phrase qui me fit sourciller, des exigences ? C’était donc ainsi qu’il percevait ce que j’avais dit, une exigence ? Oui, peut-être.

    « Comme des amis ? Dis-je à voix basse. Tu sais que je peux compter le nombre de fois que tu as souri en trois ans sur les doigts d’une seule main ? C’est… enfin.. Je n’ai pas d’autres exigences. En revanche j’ai une question. Comment t’appelles-tu ? Je veux dire, vraiment ? J’ai toujours eu l’impression de t’avoir vu quelque part avant ton arrivée au château. »


En effet, son regard me rappelait sans cesse quelqu’un que j’avais croisé auparavant, mais il m’était impossible de me souvenir où et quand exactement. Ne pas savoir était une chose qui me dérangeait plus que le reste. Je pouvais facilement m’adapter à mon environnement, et même aux shinobi, mais l’ignorance. Enfin, une chose était sûre, son vrai nom, et peut être même son prénom n’étaient ni Kogan, ni Mugen. Pourtant j’essayais de me remémorer nos entraînements, et même ce combat un peu particulier que nous avions livré sous les ordres de Gonza. Étrangement j’avais l’impression que certains moments clés manquaient, de façon inexplicable. Il était aussi tout à fait probable que je me fourvoyais sur la vérité, que je m’imaginais des choses, cependant j’avais un don particulier pour ressentir ce genre de chose, que ce soit le mensonge ou la supercherie.

Je n’étais venue ici que pour obtenir des explications à une seule situation mais finalement bon nombre de questions me venaient à l’esprit, j’avais une soiffe jusque lors restée inétanchable, une soiffe ne pouvant être calmée que par les réponses que voudraient bien m’apporter ce Samouraï. Je savais tout aussi pertinemment que le chef de cette petite armée avait une vision particulière des êtres qui l’entouraient, des personnes qu’il instrumentalisait à sa guise, alors, par la suite, c’était aussi l’une des choses que je voulais savoir, étais-je un simple objet pouvant servir son dessein, ou étais-je un peu plus que cela ? Il était simple de nommer quelqu’un « ami » pour tenter de le contrôler…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Chapitre 1 : Explications Empty
Message(#) Sujet: Re: Chapitre 1 : Explications Chapitre 1 : Explications Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Chapitre 1 : Explications

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Taki no Kuni-