AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMer 11 Mar 2015 - 2:47

Konohagakure était en quelque aspects similaire à alors que sous d’autres, un peu moins. Je préférais beaucoup plus la température du Pays du Feu, beaucoup plus ensoleiller et clémente que les tempête du Pays de l’Eau. Quand je n’entraînais pas ma corps sou ma forme humaine, je passais beaucoup de temps à simplement planer le plus haut qu’il m’est possible d’aller, sentant la chaleur de l’astre avec une intensité qui m’étais impossible sur la terre ferme. Je chassais aussi souvent dans les environs de Konoha, dans les régions plus sauvages du Pays du Feu. Le gibier y était abondant, quoique parfois un peu coriace à attraper étant donné l’étroitesse des lieux. J’arrivais tout de même souvent à tirer de bonnes prises, que je mangeais sois sur les lieux ou alors cuisiner dans le petit appartement qu’on m’avait attitré à mon arriver à Konoha. Nous ayant tous transféré dans les anciens quartiers Hyô, autrefois un Clan en puissance issue de Konoha, les maisons étaient vraiment très belles. Le petit appartement que j’occupais, quoi que petit en superficie, m’accommodais de tout ce dont j’avais besoin et était même de très bon goût.

Je me réveillai sur le lit, qui était fait un petit peu trop petit pour ma taille, le soleil aillant à peine commencé à se lever de l’horizon. C’était le meilleur moment pour aller chasser, puisque les animaux sortaient inévitablement à chaque matin de sa tanière, pour aller s’abreuver où pour se mettre directement au repas. Je pris tout de même le temps de me vêtir, ne sachant jamais où la journée pouvait me mener, puis escaladai la petite échelle qui montait jusqu’à une trappe qui elle menait bien évidemment au toit. J’ouvris la porte de la trappe puis me métamorphosai aussitôt après avoir mis le premier pied sur la toiture. Je sentais déjà la chaleur du soleil, ce qui m’aurait probablement tiré des frissons sous ma forme humaine. Sous ma forme d’aigle, il n’y avait pas de frissons. Je survolai paisiblement le village qui, lui aussi, commençait tranquillement à se réveiller. Je repérai un petit mulot quelques minutes après avoir passé par-dessus la Grande Porte. Je me servis donc un bon petit déjeuner : Tartare de mulot, en plein comme je l’aime. Toutefois, j’étais loin de me contenter de cela. Il ne s’agissait que de l’entrée. Je n’étais en aucun cas presser de rentrée au village, je pris donc encore mon temps et survolai la forêt à la recherche de quelque chose d’un peu plus subsistant. Je vis une famille de petit lapin qui se dirigeait vers un cours d’eau que je laissai tranquille, m’en prenant plutôt au lièvre solitaire qui fuyait vers l’ouest. La pense bien pleine, je fis lentement mon chemin du retour vers le village, ne sachant pas ce que je ferais de ma journée.

Si j’avais été d’un plus petit taille, comme le faucon pèlerin qu’était mon père, j’aurais probablement put rentrer directement sous ma forme d’oiseau par la trappe de mon appartement. Étant toutefois l’aigle royale que je suis, aucune chance que je passe dans une aussi petite fenêtre. Je me transformai en humain à deux bons mètres de la toiture, atterrissant avec un timing parfais. Je décidai toutefois de refermer la trappe de mon appartement, m’envolant jusqu’au niveau des rues, où je décidai de prendre une marche. Il était que je découvre mon nouveau village, dont je ne connaissais pratiquement que le Palais de l’Hokage, la Grande Porte et le quartier Gekei.


Dernière édition par Gekei Senwashi le Sam 23 Mai 2015 - 3:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMer 11 Mar 2015 - 16:33

Le printemps était enfin revenu et si quelqu’un était de bonne humeur, c’était bien moi. Finies ces températures à faire geler les os, fondue toute cette neige qui prenait tant e place! Les animaux commençaient à se réveiller de leur hibernation, je pouvais entendre des petits oiseaux chanter à l’extérieur. Cette musique familière, que j’avais entendu toute ma jeunesse, m’apaisa et m’aida à me lever même si c’était cette dernière qui m’avait réveillé. On ne pouvait pas rester en colère lorsque c’était le gazouillement des oiseaux qui nous avait ramené à la réalité! En fait, je restai quelques minutes couché dans mon lit, les yeux fermés et écoutant la mélodie des oiseaux, immobile, avant de finalement me lever et d’aller déjeuner. Une fois cela fait, je me changeai et je me mis à ce que pourquoi je m’étais levé de si bonne heure, moi qui était plus du genre à faire la grasse matinée : le ménage.

Lorsque l’hiver arrivait, je devenais une vraie feignasse, comme si j’entrais en hibernation. C’est pourquoi une fois le printemps arrivé, je réalisais à chaque année que mon appartement était en piètre état. Je passai donc une bonne partie de la matinée à passer le balai et épousseter les quatre coins de mon logement puis je troquai mes vêtements d’hiver pour des vêtements plus saisonniers, rangeant les gros chandails chauds et autres dans le fond puisque je n’en aurais pas besoin avant l’hiver prochain. Après que la maison ait été passée au peigne fin, toute trace de saleté ou de poussière disparut, ce fut au tour de ma cuisine. Plus précisément, mon frigo. Fouillant à travers les différents compartiments de mon réfrigérateur et de ma dépense, je mis de côté tout ce qui devais être jeté – je vais vous éviter la description – et l’envoyai dans la poubelle. Une fois terminé pour de bon, je soufflai un coup tout en sachant que c’était loin d’être terminé, parce qu’après avoir fait le ménage de ce qui était mangeable il fallait remplir de nouveau, remplacer ce qui avait été jeté.

Je glissai rapidement sous la douche, histoire de m’enlever la couche de sueur et de poussière qui me collait à la peau puis je m’habillai pour sortir. Le soleil était bel et bien de retour et la neige était belle et bien partie, mais cela ne voulait pas dire pour autant que le temps chaud était revenu, loin de là. Lorsque je quittai mon appartement ce matin-là je dus rentrer pour aller me chercher une couche de plus, surpris comme je l’avais été par la température. J’espérais que le soleil finirait par réchauffer la journée sinon ça ne serait pas long que je serais de retour dans mon appartement, me trouvant certainement une occupation où je n’aurais pas besoin de me pointer le bout du nez à l’extérieur. Et croyez-moi, j’ai beaucoup d’imagination pour ce genre de choses alors je n’aurais aucune difficulté à y rester. Toutefois, c’était une des premières belles journées de l’année, malgré le froid; je pouvais bien passer par-dessus pour une fois. C’est ce que je fis, gardant les mains dans les poches et marchant d’une cadence assez rapide, on ne fait pas exprès non plus.

À cause de la fraîcheur de la matinée, je me dépêchai à faire mes emplettes, mais le temps que j’ai terminé avec tous mes achats, qui malgré la façon dont j’en parle n’étaient vraiment si nombreuses que ça, le soleil s’était élevé dans le ciel et ses rayons se faisaient plus présents, plus accueillants. Je marchai donc le chemin du retour baigné dans le soleil, dont je pouvais maintenant sentir la chaleur. J’eu même l’envie de fermer les yeux et laisser mon visage se réchauffer par le soleil, mais je me rappelai que j’étais en pleine rue et que je n’étais pas seul. LA dernière chose que je voulais c’était de foncer dans quelqu’un avec tous ces sacs… Comme si le seul fait d’y penser accentuait les chances que cela arrive, je me dépêchai à rapporter mes courses, soucieux de ne rien perdre. Heureusement pour moi, aucun accident n’arriva avec mes sacs et je rentrai dans mon appartement sain et sauf.


- Je suis rentré! criai-je à Akamori, que je savais encore endormi dans notre chamber.

Quand je m’étais levé, ce dernier n’avait pas bougé d’un poil, encore plongé dans son sommeil. Même le ménage que j’avais effectué le matin-même n’avait pas été suffisant pour le réveiller, quoique je suspecte qu’il faisait exprès de rester endormi. Maintenant que j’étais rentré, il était temps qu’il se lève. Fini la grasse matinée! Il pouvait être chanceux d’en avoir eu une, lui. Enfin bref, alors que j’entendais les griffes de mon ninken cliqueter sur le plancher –signe qu’il était enfin debout – je rangeai rapidement mes achats aux bons endroits. Une fois le tout placé, je me permis de m’asseoir et prendre une légère collation, vous me connaissez. Puis, je me levai de nouveau, décidant sur le coup que nous retournerions dehors profiter des premiers rayons de soleil de l’année. Qui plus est, le temps s’était réchauffé depuis la première que j’étais sorti, j’étais persuadé que la température était parfaite pour se promener dans le village.

Errant dans les rues du village que je commençais maintenant à très bien connaître, cela faisait presque cinq ans que j’étais ici, j’entrepris un itinéraire familier, que j’avais développé durant mes nombreuses ballades. À force de me promener dans Konoha, certaines rues – ou pans de rues – étaient comme devenu des pièces d’un puzzle, dont j’alternais les pièces pour faire différents itinéraires. Un peu d’originalité, quand même! Prenant donc un de mes itinéraire, mes pas m’amenèrent jusqu’aux quartiers Hyô. Depuis que la plupart d’entre eux avaient désertés avec Sabakyô-san, je n’étais jamais repassé et ce n’est que maintenant que je réalisai à quel point l’endroit paraissait vide. Forcément, quand l’un des clans les plus populeux et plus importants de Konoha disparait presque au complet ainsi, cela laisse un grand vide. Cependant, j’avais entendu que les Gekei, un clan polymorphe, s’était installé dans leur quartier même si je n’en avais vu aucun pour l’instant.

Et il fallait justement que je dise ça pour que, devant, je remarque aussitôt une paire d’aile monumentale, plus grosse que sur n’importe quel oiseau que j’avais eu la chance de croiser. Avant même de penser à quel oiseau cela pourrait bien appartenir, j’eus la rapidité d’esprit de réaliser qu’il s’agissait en fait d’un des Gekei susmentionné. Avant même que j’ai pu dire ou faire quoi que ce soit, Aka partit à la course devant moi, sans aucun doute vers le Gekei. Peut-être était-il comme moi, mais j’étais très curieux de rencontrer un membre d’un tel clan, si on considérait le lien étroit que j’avais moi-même avec mon chien-ninja. Par contre, je penserais à ça plus tard, pour l’instant je devais empêcher mon ninken de sauter sur le Gekei.


- Akamori! Veux-tu bien attendre un instant!?

Je criais autant pour essayer de calmer mon ninken que pour avertir le Gekei qu’une énorme boule de poil était dans sa direction. Je doutais que cela soit suffisant pour le premier, mais peut-être le serait-ce pour le deuxième? J’étais définitivement chanceux aujourd’hui puisque mon ninken s’arrêta juste devant, ou derrière, le polymorphe, oiseau si on se fiait à ses ailes. Je mis quelques secondes pour arriver, n’allant pas aussi vite que mon ninken. La première chose que je fis, après avoir repris mon souffle, fut de m’expliquer à l’homme-oiseau.

- Bonjour, monsieur. Veuillez excuser mon partenaire, il est très excité de rencontrer quelqu’un comme vous. Je dois avouer que je le suis un peu également, c’est la première fois que je fais la rencontre d’un membre de votre clan. Vous êtes Gekei, n’est-ce pas? Je m’arrêtai un court instant avant d’aussitôt reprendre. Enfin, quelle question, évidemment que vous êtes du clan Gekei! Vous n’auriez pas d’ailes comme ça si vous n’étiez pas de ce clan. Parlant d’ailes, avec quel animal partagez-vous votre… lien, si je peux l’appeler ainsi? Je me tus, tout de suite pour réaliser que j’en oubliais les bonnes manières. En passant, moi c’est Takeo, du clan Inuzuka. Et mon partenaire ici présent se nomme Akamori.

Je tendis la main tandis que mon ninken répondait d’un aboiement qui serait l’équivalent d’un Enchanté. J’avais hâte à cet échange étant donné que j’avais toujours voulu les rencontrer depuis que j’avais appris qu’ils s’étaient installés dans les quartiers Hyô, mais la saison m’avait enlevé toute envie de sortir et d’aller les rencontrer. Sauf que maintenant le printemps était arrivé et l’envie n’était pas juste revenu, l’opportunité se trouvait tout juste devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMar 17 Mar 2015 - 2:13

Je marchai quelques minutes dans nos nouveaux quartiers, l’un des seuls endroits que je connaissais de tout Konoha. Je connaissais pratiquement mieux la forêt tout autour que le village lui-même. Bon, j’exagère un peu, mais ça n’en reste pas moins faut. Je ne connaissais pratiquement pas le village dans lequel je vivais et que je servais maintenant. Si une attaque survenait et qu’on m’en voyait quelque part en ville, j’aurais de la difficulté à me retrouver. Je me devais, en tant que shinobi e la Feuille, de connaître la topographie du village par cœur. Je lui devais au moins ça. Ragaillardis par ce nouvel objectif, je marchai avec une nouvelle énergie vers les portes du quartier. Je ne fis pas trois pas que je senti un courant d’air passer à coter de moi, un courant d’air rouge? Je battis des paupières à quelques reprises puis regardai directement devant moi, mais n’y vis rien. Je sentis alors la présence animale inconnue à proximité. Pas simplement à proximité, elle était vraiment très près. Je baissai instinctivement les yeux puis aperçu l’espèce de chien-loup rouge, avec la pointe de la queue en feu!? Non seulement, il était parsemé de tatouages tribales Et deux plumes tenait derrière chacune de ses oreilles. Il semblait avoir ce qui ressemble à la crinière d’un cheval, aussi étrange que la comparaison puisse paraître avec ce prédateur qui se tenait devait moi. Sa musculature et sa taille étaient toutes deux imposantes et l’un de ses yeux portait une cicatrice. Nos regards se croisèrent et un combat de regards débuta, puis fini aussitôt alors que le chien-loup me regardait maintenant avec curiosité.

Je le comprenais un peu. Pour un animal aussi, je devais paraître pour une créature étrange. Un homme qui dégage pourtant une aura animale. Nos regards se soutinrent tout de même pendant quelques secondes avant qu’une tierce personne n’attire le regard de l’animal. Un jeune homme vint rejoindre ce qui devait probablement être son compagnon, ou son familier. Il excusa le comportement de son partenaire, mettant le blâme sur l’excitation, puisque apparemment, j’avais attiré la curiosité non pas de un mais de deux personnes. Il avait reconnu ma lignée, qui n’était effectivement pas difficile à deviner si on était un minimum renseigné. Je devinai alors aussitôt qu’il était shinobi. Avec un traditionnel comme celui qu’il portait, jamais je ne l’aurais deviné. Par contre, je l’avais deviné, c’était mes ailes qui m’avaient trahie. Il n’avait tout de fois pas deviné quel animal j’incarnais. J’allais lui répondre lorsqu’il me coupa la parole pour se présenter, lui et son partenaire. Akamori et Takeo respectivement. J’attendis quelques secondes quand même, m’assurant qu’il ne couperais pas à nouveau la parole, puis je lui répondis enfin.


- Je suis un aigle royale, roi des oiseaux, répondis-je de mon ton neutre habituel. Et enchanter de faire votre connaissance, shinobi Inuzuka Takeo, dis-je en plaçant ma main droite à ma clavicule puis en me courbant légèrement.

Nous restâmes plantés l’un devant l’autre pendant quelques minutes en silence pendant lesquels j’observai Inuzuka-san. J’ignore pourquoi, mais quelque chose me dit que lui et Akamori sont plus que de simple partenaire. Quoique plus faible, il semblait dégager la même aura animale qu’Akamori. Il partageait aussi la couleur de ses cheveux avec la crinière de son compagnon, soit un rouge foncé, alors que ses yeux partageaient la couleur du pelage, soit un rouge moins foncé. Je n’arrivais toutefois pas à deviner son âge, quelque chose qui, avec les années, devient de plus en plus difficile à évaluer. Je dirais tout de même qu’il débute la vingtaine, mais je ne pouvais pas être plus précis. Réalisant soudainement que je devais être en train de le fixer, je m’éclaircis la gorge puis la parole.


- Je porte le nom de Gekei Senwashi, dis-je avec la même salutation que précédemment. Cela vous dérange-t-il si nous marchons tout en discutant, puisque vous n’êtes probablement pas passé simplement pour dire bonjour, je me trompe?
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMar 17 Mar 2015 - 19:00

Arrivant finalement à rattraper Akamori, qui s’était rué vers l’inconnu, j’excusai son comportement et y allai avec les formalités d’usage, sans me rendre compte que je l’avais coupé alors que je venais juste de lui poser une question. Cette nouvelle rencontre me rendait des plus fébriles, d’autant plus que je rêvais de rencontrer quelqu’un de ce clan depuis que j’en avais entendu parler. C’était cette excitation qui faisait en sorte que mon esprit était partout à la fois, faisant parfois en sorte que je n’étais pas totalement conscient de ce qui se passait autour de moi. Dès que des rumeurs d’un clan de shinobis vivant en harmonie avec un animal en particulier, je n’avais pas pu m’empêcher d’aussitôt voir le lien entre nos deux clans. Si on poussait cela à l’extrême, nous étions presque comme un Gekei, mais dans deux corps différents. Notre lien et notre proximité était très semblable à la symbiose que les Gekei parvenaient à créer à l’intérieur d’eux-mêmes avec leur animal. Enfin, c’était ce que je pensais, j’ignorais comment vivait le Gekei avec son côté animal.

Sa voix me ramena soudainement à la réalité, répondant à ma question. Je lui avais effectivement posé une question, que dans le moment j’avais presque oubliée. Alors il était à moitié aigle royal; c’était un animal très noble. Je l’observai rapidement et je vis aussitôt une certaine ressemblance dans ses traits avec ledit animal. Ses yeux perçants, la façon dont il se tenait, droit et fier sans pourtant être arrogant, c’était là des caractéristiques qui le différenciaient de tous les autres oiseaux. Comme il l’avait si bien dit lui-même, il s’agissait bel et bien du roi des cieux. Il continua et se dit tout aussi enchanté de nous rencontrer, sans pour autant prendre la main que je lui avais tendue. Au lieu, ce dernier se courba légèrement, le bras collé au corps. C’était une façon des plus étranges de se saluer, mais comme il ne devait pas être familier avec la poignée de main je l’accompagnai et imitai son geste rapidement. Ce faisant, je continuai de l’observer, chaque secondes de plus à le faire me faisant trouver une autre ressemblance avec son animal.

Nous dûmes bien nous regarder ainsi l’un et l’autre, sans aucun doute tout aussi intrigué l’un par l’autre pendant quelques minutes avant qu’il ne coupe le silence en se présentant à son tour, tout en suggérant de continuer de marcher au lieu de rester planter en pleine rue. Comme il l’avait suggéré, c’était plus qu’un simple bonjour et bienvenue à Konoha que je voulais lui dire. Un peu pris par surprise qu’il aille si directement au point, je devais toutefois admettre qu’il ne se trompait pas. Mettant son sens de la déduction sur son instinct animal, j’acquiesçai immédiatement pour ensuite entamer la marche.


- Évidemment, commençai-je lors de mes premiers pas. Le plaisir est également le mien, Gekei Senwashi-san. Et, comme vous dites, je suis là plus que pour simplement souhaiter la bienvenue à un nouvel arrivant au village. S’il y a bien une chose qui m’a amené ici, c’est bien la curiosité, parce que je suis quelqu’un de curieux de nature. Pour être honnête avec vous, votre clan m’intrigue beaucoup. Vous n’êtes peut-être pas au courant, mais mon clan, le clan Inuzuka, est reconnu pour sa relation avec les chien-ninja, comme Akamori. Ce dernier est pratiquement un frère pour moi. Tout en continuant de marcher, j’arrêtai de parler l’instant de quelques secondes, question de mettre de l’ordre dans mes idées. Corrigez-moi si jamais je me trompe, ne connaissant pas beaucoup votre clan, mais j’étais dans l’impression que la relation que je partage avec mon partenaire est, sous certains points, semblable à la symbiose que vous partagez avec l’aigle royal.

Cette fois-ci, j’arrêtai de parler pour de bon et laissai le temps à Gekei-san de méditer sur ce que je venais de dire. Je ne m’attendais pas à une réponse immédiate, c’est pourquoi je portai mon regard sur les bâtisses qui longeaient les deux côtés de la rue dans laquelle nous étions entrés, les regardant sans vraiment les regarder. Nous marchions tranquillement, sans aucune presse. J’étais impatient d’entendre ce qu’il avait à dire sur le sujet, mais je ne voulais pas le presser à répondre et essayais de lui laisser tout le temps nécessaire pour répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMar 17 Mar 2015 - 20:06

Je fus un peu surpris de le voir imiter la salutation que je venais de lui adresser. C’était mes parents qui me l’avait enseigné, jamais je ne me serais douter que ça c’était rendu jusqu’à Konoha. Même à Kiri, les gens ne faisaient pas cet salutation. Peut-être était-ce parce que je n’avais pas souvent droit aux salutations de qui que ce soit? Ou alors, ce qui me semblait plus logique, il m’avait imité pour me témoigner le même respect que je semblais lui adresser. Nous nous regardâmes tous les deux quelques instants avant de finalement lui demander la raison de sa visite, l’invitant par le fait même à me suivre. Je n’oubliais pas le but de ma sortie, même si je faisais la connaissance de quelqu’un. Ce qu’il dit m’intrigua comme je semblais l’intriguer moi-même. Ce qui l’avait amené, c’était la curiosité. À voir la lueur dans ses yeux, je pouvais dire qu’il ne mentait pas, pas que j’étais méfiant ou quoi que ce soit. C’était tout simplement évident.

Il me parla alors de son propre clan, m’apprenant qu’Akamori n’était pas un simple compagnon comme je l’avais imaginé. De ce que je pouvais comprendre, tout le deux était lié intimement depuis très longtemps, se considérant maintenant l’un et l’autre comme des frères. Il arrêta quelques instants, se grattant le menton tout en réfléchissant. Je lui laissai quelques secondes puis il revint finalement à la charge, me demandant indirectement si la relation qu’il avait avec Akamori était similaire à celle que j’avais avec l’aigle royal. Si j’avais bien compris le concept du « chien-ninja », ça ressemblait en certains points à ce que j’avais vu de Dôbutsu-senpai, mais quelque chose me disais que dans leur cas à eux, un lien plus intime les unissait. Mais il s’agissait tout de même d’un compagnonnage, peu importe l’intimité du lien.


- Je ne crois pas, non. Dans votre cas à vous, il s’agit d’un compagnonnage, si je peux me permettre l’expression. Ce que je veux dire, c’est que vous êtes chacun une entité en soi. Moi, je suis les deux à la fois. Je n’ai pas de personnalité aigle et une personnalité humaine. Mon cerveau ne fonctionne évidemment pas de la même façon d’une forme à l’autre, mais je reste la même personne et suis un minimum conscient de ce que je fais sous ma forme animale.

Nous n’avions toujours pas arrêté de marcher, allant toutefois à un rythme assez lent. N’étant nullement pressé, je prenais le temps de répondre au jeune homme, dont j’admirais la curiosité. Il semblait vraiment passionné sur le sujet, écoutant attentivement ce que je venais de lui dire. Quelque chose l’intriguait vraiment, et il voulait des réponses. Mais pourquoi une telle insistance? Je dois admettre que s’il parvenait, dans une situation hypothétique, à mélanger es propres gênes à ceux d’Akamori, peut-être arriverait-il à former une espèce de « Gekei artificielle ». Cela jumelé à Akamori lui-même, nous aurions à faire à tout un duo. L’idée ne m’étais jamais venu avant maintenant que peut-être il leur était déjà possible de le faire.

- Et vous, chez les Inuzukas, vous est-il possible de prendre la forme d’une bête, semblable à celle de votre chien-ninja?

Sans nous en rendre compte nous arrivâmes finalement à l’entrée du quartier Gekei. Regardant à droite, puis à gauche, je m’adressai finalement à mon interlocuteur.

- Par où me suggérez-vous d’aller, Inuzuka-san?
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMer 18 Mar 2015 - 21:02

Je me tus quelques instants, laissant le temps à mon nouvel ami de penser à une réponse. Je ne m’attendais certainement pas à une réponse immédiate puisque même moi je n’arrivais pas avec une réponse satisfaisante, je ne pouvais pas m’attendre à ce que Gekei-san ait déjà la réponse à cette questions. Marchant donc en silence à côté de l’homme-oiseau, je patientai afin de connaître le point de vue de mon nouveau confrère. Si j’avais ma propre petite idée sur le sujet, sans quoi je n’aurais jamais abordé ce sujet, mais je n’irais jamais jusqu’à dire que c’était une réponse en soit puisqu’elle était simplement basé sur des suppositions, sur ce que je pensais être les faits alors que je pouvais complètement me tromper. Comme j’allais le voir par moi-même, c’était plutôt la deuxième option qui fut retenu.

Après peines les premiers mots sortis, je compris aussitôt qu’il ne partageait pas mon point de vue, à savoir que la relation entre moi et Aka était très différente de la relation qu’il entretenait lui-même avec l’aigle royal. En fait, il n’y avait aucune distinction entre l’aigle et lui, c’est-à-dire qu’il partageait un seul même corps et un seul esprit. C’était seulement sa façon de voir les choses qui changeait selon sa forme de ce que j’avais pu comprendre, et c’était bien quelque chose que je pouvais comprendre puisque moi-même parfois j’avais l’impression que l’esprit d’Aka venait jouer avec le mien. J’hochai la tête tandis qu’il parlait, signe que j’écoutais attentivement ce qu’il disait et comprenait ce qu’il me disait, ce qui n’aurait peut-être pas été le cas pour tout le monde. Il y en avait que je perdais juste en leur parlant de ma relation avec Aka, comme si c’était dur de comprendre qu’un humain pouvait avoir un frère ninken! Enfin, je commençais à m’éloigner dans mes pensées et décidai de revenir sur terre et écouter Gekei-san.

Toujours durant notre marche, aucun de nous deux regardant vraiment où nous allions préférant laisser nos pas nous guider, le sujet de la conversation changea et se porta sur moi, ou plutôt sur mon clan et jusqu’où allait notre relation avec nos compagnons à poil. Posant à voix haute une question que je m’étais souvent posé intérieurement, ce dernier demanda si nous pouvions prendre une forme plus animal, à l’instar de son propre clan. Toutefois, la question n’était pas si facilement répondue. Prenant une inspiration, je laissai sortir un léger soupir. Aussi intéressante était-elle, cette question amenait plusieurs autres questions avec elle.


- Je n’ai jamais entendu parler d’une telle chose, bien que je doive avouer que l’idée m’est déjà passée par la tête. Toutefois, il me semble déjà avoir entendu parler d’une technique qui ressemblerait à cela, où shinobi et ninken ne font qu’un…, je réfléchis quelques secondes voir si j’étais capable de soutirer d’autres informations de mes souvenirs, mais rien de vint, … mais c’est tout de ce dont je me souviens.

Je lui offris un maigre sourire. Maintenant que c’était revenu dans la discussion, je ne pouvais ôter cette idée de ma tête et pensai que je devrais définitivement en parler à mes aînés la prochaine fois je serai de passage au village Inuzuka. Non seulement je voulais en savoir plus sur ce qui était de la fameuse technique dont j’avais parlé au Gekei, mais je voulais également discuter de la possibilité de s’inspirer du nouveau clan de Konoha afin d’approfondir notre relation avec notre ninken. En pleine réflexion à propos de mon prochain passage au village familial, je ne regardais pas plus que Gekei-san où nous allions; nous nous arrêtâmes donc à un moment donné et regardâmes où nous étions. Dans les yeux de mon compagnon, je lisais le doute; pensait-il s’être perdu? Avec moi, aucuns risques! Même si je ne reconnaissais pas à première vue le quartier autour de nous, c’était pratiquement impossible depuis le temps que j’étais ici que je ne sois pas passé au moins une fois! Tout de même, j’ignorais quel côté prendre, alors ne parlez pas de suggérer. Je décidai finalement de laisser mon nez décider pour moi, il trouverait bien la meilleure odeur à suivre.

- Par là-bas, mon nez à repérer quelque chose d’intéressant.

Et pas n’importe laquelle! Avoir su que nous étions dans ce coin, j’y serais tout de suite allé. L’odeur que je venais tout juste de renifler était nul autre que le meilleur sukiyaki de Konoha. Marchant résolument vers la destination nouvellement décidée, mon nez nous guida jusqu’à l’endroit que je cherchais, soit le restaurant. Un toit en tuile verte et des mures en belles planches d’un brun foncé, voilà à quoi ressemblait la bâtisse. On ajoutait aussi plusieurs affiches publicitaires, dont le spécial du jour qui était sans grande surprise… le sukiyaki, ainsi que quelques lumières et vous aviez une bonne image du restaurant. Arrivé devant la porte, j’invitai le Gekei à entrer.

- Ici, Gekei-san, est un endroit dont vous voudrez vous rappeler; ils font le meilleur sukiyaki que j’ai mangé, à part celui de ma mère, évidemment. J’ajoutai un clin d’œil complice à cette remarque avant d’ouvrir la porte. Ça vous dit de l’essayer? C’est moi qui offre!

Je me fis insistant, voulant à tout prix que le Gekei goût au sukiyaki de la place. Qui plus est, c’était toujours autour d’un bon repas qu’on apprenait à connaître quelqu’un, surtout que depuis ma promotion mes dépenses n’étaient plus vraiment un problème. J’avais appris à vivre avec le strict nécessaire, c’était donc normal que le surplus commence à s’amasser dans mon compte. Lorsque j’avais réalisé cela, j’avais décidé que je pouvais maintenant me faire plaisir plus souvent, ce qui incluait payer le repas à mon nouvel ami.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyJeu 19 Mar 2015 - 22:37

Inuzuka-san n’avait malheureusement jamais entendu d’une technique qui lui conférerait le corps d’une bête. Pour me consoler, il me révéla qu’il y avait peut-être une technique ou le « ninken », probablement le chien-ninja, et le shinobi ne faisait qu’un. Ayant définitivement piqué ma curiosité, j’allais demander de plus amples informations mais apparemment, il n’avait pas fini. Il me laissa sur mon suspens en m’avouant que c’était tout ce dont il se souvenait. J’étais persuadé que j’avais créé en lui encore plus de questions sur son lignage qu’il n’en avait déjà avant notre rencontre. Il allait avoir de quoi pondérer pendant son sommeil ce soir, c’était garanti. Nous bavardâmes jusqu’à finalement atteindre le portail du quartier Gekei. Je jetai un regard autour de moi, cherchant une destination quelconque, mais en vain. Je me fiai donc à l’Inuzuka, qui devait être plus familier avec le village que moi. Lui demandant donc où était notre prochaine destination, celui-ci porta le nez à l’avant puis se mit aussitôt à renifler en l’air comme un chien flaireur. Je ne remarquai que maintenant les griffes qu’il avait doigts. Si je me souvenais bien, il avait aussi deux canines assez prononcés. À bien y penser, il avait peut-être plus l’apparence d’un bête que je ne l’avais initialement crus. Le ton de sa voix me ramena à la réalité, ayant finalement choisi notre destination. Je suivai tranquillement l’Inuzuka qui semblait subitement presser d’arriver.

Nous suivîmes le nez d’Inuzuka-san pendant quelques minutes, me menant dans un coin où je n’avais définitivement jamais mit les pieds. Ne changeant pas mon rythme de marche, Inuzuka-san se contenta de suivre ma cadence jusqu’à finalement arriver devant un immeuble assez imposant, à la toiture verte avec des murs en bois marrons. Les dizaines d’affiche placarder les unes sur les autres, affichant tel ou tel spécial, m’aida à deviner que nous entrions dans un restaurant. Je n’avais pas particulièrement faim, mais à entendre Inuzuka-san insister, je décidai quand même d’y entrée. Il insista tout de fois pour payer, chose qu’il regretterait mais à laquelle j’acquiesçai tout de même.


- Je paie à boire, ajouta-je en lui emboitant le pas dans le restaurant.

La place était assez grande en superficie et possédait en plus d’un escalier tout au fond qui montait à un deuxième étage. À droite, une panoplie de table à deux, quatre et en montant où plusieurs groupes de personnes mangeait déjà le fameux
sukiyaki dont Inuzuka-san avait fait mention. À ma gauche, immédiatement à l’entrée, une serveuse attend, prêt à attabler les clients. Derrière elle, un long comptoir qui sépare les cuisines de la salle à manger. Je suivi l’Inuzuka et son ninken, saluant la serveuse au passage et continuant son chemin. J’hochai la tête lorsque nos regards se croisèrent, malgré son regard quelque peu effrayé. Ne voulant pas perdre l’Inuzuka qui semblait savoir où il allait, je laissai la jeune dame derrière puis allai finalement m’asseoir avec Inuzuka-san à une table situé dans une petite alcôve faite à même le mur, nous conférant ainsi un minimum d’intimité. Le shinobi pris place sur la banquette, son chien-loup venant se coucher à ses côtés. Je tirai la chaise qui leur faisait face, révélant mon dos ailé au grand public du restaurant. Je sentais déjà les regards se poser sur moi. Ayant l’intention de me faire oublier ces regards incessants, je hélai le serveur à notre table.

- Une bouteille de saké bien chaude et deux sakazuki s’il-vous-plaît. Je portai mon regard à celui de l’Inuzuka en face de moi. Finalement, je m’étais peut-être tromper sur votre cas, Inuzuka-san. Je vous regardais à l’œuvre tout à l’heure. Vous partagez bien plus avec la bête que vous ne le laisser croire. Les griffes, les canines et l’odorat même. Il y a aussi un côté animal à votre regard, quelque chose dans vos yeux.

Je fus toutefois interrompu par le serveur qui vint s’interposer entre l’Inuzuka et moi, nous donnant à chacun nos tasses à saké. Posant ensuite un récipient d’eau chaude sur la table, il y déposa ensuite la bouteille qu’il couvrit finalement d’une petite serviette. Encore quelques minutes et le saké serais servi.
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyVen 20 Mar 2015 - 17:06

L’espace de quelques secondes, je crus que Gekei-san allait refuser mon offre. Il me regarda avec un regard détaché, comme s’il s’en fichait. Enfin c’était l’impression que j’avais eu en le regardant. Heureusement pour, c’était tout ce que cela avait été, une impression, puisque je le vis alors acquiescer de la tête tandis qu’il me rejoignait vers le restaurant et ajoutait en même temps que ça serait toutefois lui qui s’occuperait de la boisson. Jaugeant Gekei-san alors du regard rapidement, je me demandais brièvement quel âge il avait. S’il y avait quelque chose de sûr, c’était qu’il était mon aîné. Ses traits étaient trop durs, en fait je crois que je dirais même trop mûrs, pour être ceux d’un jeune adulte de ma trempe, sans pour autant dire que je suis inexpérimenté. Ce fut à mon tour d’acquiescer à la proposition de mon compagnon et nous entrâmes dans le restaurant.

D’un coup d’œil circulaire à la place, je pus voir que c’était toujours aussi occupé qu’à l’habitude. Comme son extérieur, l’intérieur était sombre, l’éclairage venait de petites lampes à l’éclairage tamisé accrochés au mur, ainsi que de plus fortes aux tables, pour convenir au besoin de chaque client. À peine quelques pas faits dans la place que je me retrouvai devant Kamiki-chan, l’hôtesse de la place. Elle hocha rapidement la tête et sortit un menu lorsque silencieusement je lui fis un deux avec les doigts. Elle agrandit les yeux, surprise, mais ajouta un menu et attendit que nous passions pour nous suivre. Sachant déjà où nous allions nous installer, je me dirigeai vers l’extrémité de la salle et entrai dans l’une des alcôves qui longeait le mur. Cette alcôve aurait bien pu accueillir quatre personnes, mais comme j’étais un client… régulier, disons que cela amenait quelques avantages, comme cette alcôve que je pouvais prendre peu importe quand je le voulais.

Prenant place chacun l’un devant l’autre, moi côté banquette et mon ami côté chaise – après tout il ne serait probablement pas confortable dans cette banquette avec ses ailes – Kamiki-chan nous donna un menu chacun et s’éclipsa rapidement pour retourner à l’avant. Le restant serait fait par le serveur qui ne tarderait pas à venir. Cependant, Gekei-san n’attendit pas ce dernier et le héla pour la première commande de saké, qui j’avais l’impression ne serait pas la dernière de la soirée. Ceci fait, il reporta aussitôt son attention sur moi et me sentit observer sous toutes les coutures. Il y avait quelque chose dans son regard d’aigle qui me donnait l’impression qu’il arrivait à tout voir. Puis, tout d’un coup, il commença à me dire qu’il semblait s’être mépris à mon sujet et que je partageais plus avec la bête qu’il ne l’avait initialement crus. Si je me rappelais bien de ses mots, il avait parlé de compagnonnage, mais je crois qu’il venait de comprendre qu’Aka et moi c’était plus que ça, nous étions chacun un peu de l’autre à force d’avoir vécu ensemble aussi longtemps. Lorsqu’il mentionna mes yeux, je ricanai. J’allais continuer lorsque le serveur arriva avec la bouteille de saké, dont le goulot laissait échapper quelques volutes de fumées. Il la déposa dans le récipient d’eau bouillante qu’il avait apporté puis allait s’éclipser.


- Attendez. Nous allons également prendre deux sukiyakis traditionnels

Le serveur hocha la tête et disparut vers les cuisines, où il donnerait notre commande. Je n’avais même pas eu besoin de regarder le menu que Kamiki-chan nous avait apporté, je savais déjà ce que je voulais, et je savais également ce que je voulais faire gouter à mon compagnon. La recette traditionnel de cette place était ce pourquoi elle était reconnu dans tout le village. Je crois que c’était dans la proportion de saké et de mirin dans son bouillon. Eh oui, étant un grand amateur de nourriture – mais plus parce que je dois toujours cuisiner à l’appartement – je m’y connaissais assez dans le domaine. Même que j’avais déjà fait mon propre sukiyaki un jour, mais je n’avais jamais encore été capable de reproduire leur recette secrète. Je me rappelai alors ce que Gekei-san m’avait dit avant que le serveur ne vienne nous interrompre dans notre conversation.

- Pour en revenir à ce que vous disiez, ça veut simplement dire qu’il ne faut pas me mettre en rogne, dis-je en ricanant. Non plus sérieusement, vous avez raison; si je peux dire cela ainsi c’est comme s’il avait un peu déteint sur moi. Ce que je veux dire par là c’est que ça été graduel. Les griffes, par exemple, cela m’a pris quelques années avant que je ne réalise comment ils avaient changés, comment ils étaient devenus acérés. Mon odorat, il n’était pas aussi fin auparavant. Je crois que c’est être en présence d’Aka qui fait en sorte que mes capacités se développent. Peut-être est-ce une question de chakra, une sorte d’échange qui se fait depuis plusieurs années, mais ce n’est pas vraiment mon domaine…

Je laissai ma dernière phrase en suspens, laissant la porte ouverte si jamais mon interlocuteur se trouvait à être mieux informé sur sujet. Après tout, étant lui-même moitié animal, peut-être aurait-il des réponses à certaines questions que je me posais. Nous restâmes en silence quelques instants, tous les deux perdus dans nos pensées. Je savais néanmoins que nos repas n’arriveraient pas avant plusieurs minutes encore, je pris donc l’initiative de servir le saké que Gekei-san avait commandé. Déversant un peu de liquide dans chacune des coupes, je redéposai la bouteille dans l’eau chaude, puis la couvrit de nouveau. Ceci fait, je pris ma coupe dans mes mains et la levai dans les airs, en direction de Gekei-san.

- À une nouvelle amitié! Qui aurait cru que c’était ce que la journée avait de prévu pour moi.

J’avançai ma coupe, trinquai avec le Gekei et pris une grande gorgée de saké. Aussitôt je senti ma gorge me brûler, de cette chaleur apportée par l’alcool, et redéposai ma coupe sur la table. À bien y penser, je n’aurais jamais pensé que ma journée tournerait ainsi. Elle qui avait commencée avec un grand ménage, me voilà dans un de mes restaurants préférés à manger un sukiyaki avec un Gekei. Qui plus est, la journée ne faisait que commencer; nous avions pratiquement l’après-midi au complet devant nous.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptySam 21 Mar 2015 - 22:45

Le serveur se fit des plus discret, apportant alors le saké. Il allait s’éclipser avec la même discrétion lorsque Inuzuka-san le héla à son tour, lui commandant deux sukiyakis traditionnels, ceux-là même qu’il m’avait tant vanté. J’avais effectivement remarqué que la plupart des clients mangeaient lesdits sukiyakis, c’était là un signe de leur appréciation j’imagine. Regardant le serveur s’éloigner. Lorsque je rapportai mon attention à mon interlocuteur, celui-ci se retournais justement vers moi. Poursuivant alors la discussion que nous avions avant l’apparition du saké, Inuzukka-san ajouta en riant qu’il ne valait mieux pas le chercher si on ne voulait pas avoir à faire audit coté animal. Reprenant un minimum de sérieux, il poursuivi avec une réponse un peu plus détaillé par rapport à la relation qu’l partageait avec son compagnon. Non, je devrais plus dire « frère ». Je n’arrivais pas plus à m’expliquer ce phénomène, je devais toutefois dire que c’était vraiment intriguant. Intriguant et épatant!

- Fascinant, répondis-je simplement.

De la façon dont il en parlait, ça avait définitivement l’air d’une transformation animale qu’il qualifiait de graduelle mais qui pour moi semblait au ralenti, énormément au ralenti. Contrairement à nous, les Gekeis, l’Inuzuka avait plutôt l’air parti pour une transformation complète permanente. Tous les « symptômes » semblaient être permanent, ça devait forcément être plus qu’une coïncidence.


- N’étant pas expert non plus, je ne pourrais confirmer ce que j’avance, mais de mon expérience de métamorphe, ce que tu sembles parcourir est en fait une seule et même transformation. Et au final, ça me semble aboutir à une transformation complète en bête.

Je m’arrêtai quelques instants, lui laissant le temps d’assimiler le tout. Il devait se poser toutes sortes de nouvelles questions, jugeant du peu que je connaissais du jeune homme. Il n’eut toutefois pas la chance de verbaliser toutes ses question que j’avais déjà repris la parole.

- Je ne connais toutefois pas le clan Inuzuka. Il y a peut-être une certaine limite jusqu’où Akamori peut déteindre sur vous.

Je vis Inuzuka-san alors la bouteille, ne détournant le regard que l’instant de saisir la bouteille. Je ne m’aventurai pas plus loin sur le terrain des hypothèses du moment, préférant la lancé de mon compagnon shinobi. Il nous versa tous les deux une tasse de saké, replaçant la bouteille dans le seau d’eau où il était. Le voyant saisir sa coupe, de la façon traditionnelle, soit à deux mains, je saisi plutôt la mienne avec seulement mon pouce et mon index, faisant quasiment le tour complet de la tasse. Nous levâmes tous les deux nos tasse, agréant aux termes de mon ami d’un hochement de tête. Je n’avais moi non plus pas prévu ceci à mon horaire, ayant plutôt eu en tête une ronde de reconnaissance dans le village. Je portai alors la tasse à mes lèvres, avalant d’une seule traite le contenu de la tasse. Reposant la tasse sur la table, une drôle d’idée me vint en tête.

- Akamori se mérite-t-il une petite gorgée lui aussi?
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMar 24 Mar 2015 - 18:12

La première réaction de Gekei-san me prit un peu de court, sans nul doute que j’écarquillai un peu les yeux. Mais comme je ne pouvais pas voir ma propre expression, j’ignore ce que mon visage laissa transparaître pendant les premières secondes. C’était la première fois que quelqu’un parlait comme cela de ma relation avec Aka. Tous ont déjà dit que c’était impressionnant, intimidant ou encore que j’étais chanceux d’avoir un compagnon tel que lui, mais personne jusqu’à ce jour avait été fasciné par la connexion que je partageais avec mon ninken. En même temps, je n’avais jamais rencontré d’homme-bête avant, qui d’autre qu’eux pour comprendre cette relation? Il me partagea alors son hypothèse, qu’il avançait sous son expérience de polymorphe, soit son habileté à se transformer en animal. Selon lui, c’était justement ce que j’étais en train de vivre. Était-ce vraiment possible?

- Vous pensez que c’est ce qui m’arrive? Je n’ai jamais entendu d’histoires de transformation animale dans la meute… euh, le clan.

Je m’étais aussitôt repris, préférant utiliser ce terme seulement avec d’autres membres de la meute. La plupart du temps, les gens ne comprenaient pas… Enfin, je repensai à cette histoire de transformation. Même si je n’en avais jamais entendu parler, cela ne voulait pas dire que ce n’était jamais arrivé. Le seul fait d’y penser remettait en doute tout ce que je savais de la meute. Pourtant, si on regardait Motari-sama, le chef de la meute, ou encore mon père, ils étaient avec leur ninken depuis des années et pourtant ils n’étaient pas en bête. Du moins, c’étaient les apparences qu’ils laissaient voir… Prenant la nouvelle information en compte, et voyant sans doute le trouble que ses paroles m’avait causé, il rajouta rapidement qu’il y avait peut-être une limite jusqu’à laquelle la transformation se faisait.

- Oui, cela doit être ça. Après tout, la polymorphie n’est pas quelque chose à accomplir aussi facilement qu’on ne puisse pas s’en rendre compte, ni même en mettre d’efforts.

Je souris, à moitié convaincu, puis m’empressai d’aller chercher la bouteille pour changer le focus de la discussion. Même si mon explication était convaincante et parviendrait à me convaincre en temps normal, une germe de doute restait toutefois dans mon esprit, puisqu’avec le temps j’avais appris à ne jamais me fier aux apparences, de qui que ce soit. Je versai le liquide dans les deux coupes, cherchant à m’éclaircir les pensées grâce à l’alcool, et nous levâmes chacun notre verre à l’autre, ne cognant pas les coupes de risque de renverser le saké. Je fis un petit toast, pour célébrer notre rencontre, ce à quoi il répondit d’un léger hochement de tête. Un homme de peu de mots ce Senwashi, hein?

Je redéposai ma coupe sur la table, lorsque mon nouvel ami sortit les mots qu’il ne fallait pas dire. À peine les mots étaient-ils sortis de sa bouche qu’un aboiement puissant vint d’en-dessous de nous alors que la tête de mon ninken sortait de sous la table. Si j’avais appris une chose lorsque j’avais commencé à prendre de l’alcool – à un âge que je garderai secret pour votre sécurité – c’était que mon ninken aimait non seulement beaucoup ledit liquide, mais le tenait extrêmement mal. Ce dernier le savait, mais s’en fichait complètement. Ce n’était pas lui qui devait rester avec un ninken complètement bourré. Voyant mon hésitation, Akamori poussa et alla jusqu’à mettre les deux pattes d’avant sur la table. D’un geste impatient de la main, je le fis redescendre pour ne pas faire basculer la table.


- Bon d’accord, pas la peine de faire une scène, lui dis-je alors que je prenais une petite gorgée pour ne laisser qu’un peu de saké dans la coupe. Voyez-vous, c’est que mon ami ici présent n’a pas une très grande résistance à l’alcool, bien que ce dernier en raffole. J’essaie de lui en donner le moins souvent possible, terminai-je en chuchotant ma dernier phrase tandis que je glissais la coupe sous la table.

Aussitôt un bruit de langue se fit entendre, mais ce dernier ne dura que quelques secondes. Le connaissant il avait sûrement tout prit en quelques grosses lampées. Quand je fus certain qu’il n’y retournerait pas, je retournai la chercher et l’essuyai aussitôt avec une serviette de table. Le saké tuerait les bactéries qui pourraient rester, quoique franchement depuis le temps que je suis avec lui ce n’est clairement plus un problème pour moi. Je me versai alors une autre coupe et pris une gorgée.


- Heureusement pour moi, ce trait n’a pas encore déteint sur moi!

J’éclatai de rire alors que je prenais d’une autre gorgée le restant de ma coupe. Je ne me versai toutefois pas une autre coupe, ne voulant pas trop en prendre trop rapidement. S’il était vraiment que je n’étais aussi fragile face à l’alcool qu’Aka, je n’étais quand même pas immunisé à ces effets.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMer 25 Mar 2015 - 22:22

J’avais peut-être pensée un peu trop loin sur celle-là. Je parlais d’expérience de polymorphe, certes, mais les Inuzuka n’étaient pas un clan de polymorphe à ce que je sache. Inuzuka-san semblait pensée dans ce sens aussi, me confirmant qu’il n’avait jamais entendu rien de tel au sein de son clan, qu’il appela instinctivement à la meute. Je me repris aussitôt et Inzuka-san sembla confirmer cette dernière hypothèse plutôt que la précédente. Nous trinquâmes finalement du saké, celui-ci ayant atteint une température idéale. Nous levâmes nos coupe puis buvâmes chacun notre tasse. Je proposai alors si le ninken buvait lui aussi, ce à quoi j’eu un puissant aboiement venant de celui-ci. Pas besoin d’en dire plus, j’avais ma réponse. Il se montra le museau quelques instants plus tard, attendant probablement sa ration. Je remarquai l’agacement de l’Inuzuka, que j’avais involontairement causé. Il allait pratiquement monté sur la table lorsque son maître le ramena à l’ordre, acquiesçant à sa demande.


Je ne pus retenir un sourire en coin lorsque je vis l’Inuzuka parler à son ninken. Contrairement à moi, Inuzuka-san n’avait que siroter son saké. Il en but une autre gorgée, puis laissa le reste au ninken. J’appris alors que notre ami à poil avait un penchant alcoolique, un drôle de trait de caractère. Ils formaient vraiment un drôle de duo, mais ils étaient tout de même très agréables à côtoyer. Le maître passa finalement la coupe sous la table, qui revint à peine quelques secondes plus tard. Je ne pus m’empêcher de rire cette fois-ci.


- Vous ne rigoliez pas, il raffole vraiment du saké. Quelque chose d’autre que nous partageons, mon ami!, dis-je en m’adressant au ninken.

Je saisi aussitôt la bouteille à mon tour, me versant une lampée dans ma tasse pendant qu’il nettoyait la sienne. Il la reposa sur la table au moment où je relevais le goulot, lui versant alors une deuxième tasse aussitôt. Je reposai finalement la bouteille dans le seau d’eau. Tout comme Akamori, j’adorais le saké. La sensation de chaleur que procure l’alcool autant que le goût particulier de chacun d’entre eux. J’avais ainsi développé une certaine résistance à l’alcool avec les années. J’ignorais qu’elle âge avait mon ami Inuzuka, mais je me doutais qu’il buvait depuis un petit bout de temps déjà. Je pris une gorgée de ma tasse puis la reposai doucement sur la table, croisant les doigts pour finalement mettre mes mains sur la table.


- Alors…

Je n’eus pas le temps de finir ma phrase qu’un bras me passait devant le visage, me coupant d’Inuzuka-san pendant quelque secondes. Un deuxième passa un peu plus près que le précédent, comprenant qu’on venait finalement de nous apporter à manger. Je pouvais sentir la délicieuse arôme du bouillon. Je posai alors les yeux sur le bol pour voir toute sorte de viandes et de légumes, qui finissaient de cuire dans le bouillon. Je sentis la salive me monter à la bouche, accompagné une plainte sourde de mon estomac. Les serveurs revinrent ensuite avec quelques plats, remplis des même viandes et légumes qui trempaient dans notre bouillon. Les serveur partis pour de bon cette fois, je repris finalement la parole, cette fois avec une toute autre idée en tête.

- Je crois comprendre pourquoi il est si populaire maintenant. Itadakimasu, dis-je à mon ami, les paumes collés l’une à l’autre en signe de prière.
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyVen 27 Mar 2015 - 16:49

Redéposant ma coupe sur la table après l’avoir essuyé, je laissai Senwashi-san remplir ma coupe. Je pris aussitôt une gorgée tout en mentionnant en riant qu’au moins pour ma part j’avais une certaine résistance avec l’alcool. Il devait y avoir quelque chose dans le métabolisme de mon ninken qui devait décupler les effets de la boisson. Nous rîmes jusqu’à ce que le Gekei veuille poursuivre la conversation, sauf que les sukiyakis arrivèrent au moment où ce dernier ouvrait la bouche ce qui coupa net toute discussion. Je vis les yeux de mon ami s’agrandir lorsqu’il vit le gros bol de bouillon rempli de nouilles, viandes et légumes divers, et aussitôt j’entendis son estomac donner son opinion, opinion qui me semblait très favorable. Quelques secondes plus tard, les serveurs revenaient avec une assiette avec d’autres légumes et plus de viandes. Parfois, j’allais jusqu’à redemander une deuxième assiette, mais ça ne serait pas le cas aujourd’hui.

- Attendez d’y avoir goûté. Itadakimasu, dis-je à mon tour alors je faisais également le signe de prière de mon côté.

Ce n’est que là que nous plongeâmes tous deux dans notre sukiyaki. Il était comme d’habitude, ce qui voulait dire qu’il était absolument extraordinaire. Comme à toutes les fois que j’en avais pris, le bouillon était un parfait mélange entre le salé du soya et le sucré du mirin; c’était d’ailleurs ce qui faisait la renommée de cet établissement. Tous connaisseurs de sukiyakis – ce que je me considérais – savait qu’un sukiyaki se démarquait de par son bouillon. Quelques légumes avaient déjà cuits le temps qu’ils arrivent à notre table, j’en engloutis donc deux aussitôt. Aussitôt que j’enlevais quelque chose du bouillon, je remplissais aussitôt avec mon assiette en alternant entre les légumes et la viande. De temps à autres, j’entendais un léger gémissement en-dessous de la table et, afin de le faire taire, je tendais un morceau de viande cuit sous la table pour mon ninken. Parce que je le connaissais, il n’arrêterait pas tant et aussi longtemps que nous lui donnions pas ce qu’il voulait. Dans ce cas-ci, c’était du sukiyaki; plus précisément ce qu’il y avait dedans.

Faisant glisser une nouille dans ma bouche, je plongeai quelques aliments dans le bouillon et, le laissant faire son travail, je tendis la main vers ma coupe et pris une nouvelle gorgée. Ce faisant, je posai mon regard sur le Gekei et l’observai quelques instants. En plus de ses cicatrices, que se croisaient sous son œil gauche, il y avait une dureté dans ses traits qui trahissaient un parcours difficile, parsemés d’embûches. Même si je ne savais pas grand-chose sur ce clan, j’avais entendu dire que ces derniers avaient été persécutés longtemps dans leur pays d’origine. À la lumière de cela, on comprenait pourquoi ils étaient venus chercher refuge à Konoha, reconnue pour son ouverture et son hospitalité. Je me demandai ce qui avait amené l’homme-oiseau au village caché de la Feuille, s’il était arrivé en même temps que ceux ayant demandé asile l’automne passé ou s’il était arrivé plus tard sous d’autres circonstances.


- Cela fait longtemps que vous êtes à Konoha, Senwashi-san? J’ai cru comprendre que cela faisait déjà quelques mois que Pô-san, votre chef, a demandé asile à la Feuille. Qu’en est-il de vous?

Principalement pour faire la conversation autour de notre repas, j’étais aussi curieux de connaître le parcours de mon ami et d’en apprendre plus sur lui. Sûrement qu’avec ses ailes il s’était promené aux quatre coins du monde, faisant son tour un peu partout. En tout cas, c’est ce que je ferais si j’avais les ailes d’un oiseau comme mon nouvel ami. Libéré de toute contrainte terrestre, j’irai où je voudrais, laissant mes ailes se faire pousser par le vent et allant au gré de différents courants. Mais bon, je divaguais un peu trop, je ne devais pas partir dans une de mes rêveries et me perdre dans un fils d’idées, sans quoi je manquerais d’entendre la réponse à la question qui avait mené à ces pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyDim 29 Mar 2015 - 22:50

Inuzuka-san me mit encore plus l’eau à la bouche. Une fois la prière faite, je m’attaquai sans plus attendre au repas. C’était peut-être une des meilleures choses à laquelle j’ai goûté de toute ma vie. Le bouillon était plus que délicieux il était exquis. J’avalais plusieurs morceaux de viandes, touchant à peine à mes légumes. Je n’ai jamais raffolé des légumes, depuis aussi longtemps que je puisse me souvenir. Ma partie carnivore devait grandement contribuer à cela. Je devais tout de même admettre qu’avec du bouillon, ils n’étaient pas si mauvais que ça. Je pris une petite pause saké, remplissant mon bol de plusieurs morceaux de viandes et de quelques légumes. Je regardai Inuzuka-san passé un morceau de viande sous la table en réponse aux plaintes d’Akamori, me tirant un léger sourire. Prenant alors une deuxième gorgée de saké, je m’amusais à m’imaginer comment ma vie aurait été si, comme eux, j’avais partagé ma vie avec un aigle au lieu de lui partager mon corps. Sûrement l’alcool qui me faisait un peu divaguer. C’était difficile à imaginer, puisque littéralement tout aurait été différent. Je n’aurais pas appris à voler, ni à me transformer. Il faudrait que j’apprenne une toute nouvelle façon de me battre, incluant l’oiseau à mes techniques et combos.

Ne m’en rendant pas compte, je vidai ma deuxième tasse de saké alors que mon esprit se trouvait ailleurs. C’était d’ailleurs ce qui m’avait ramené à la réalité. Battant des yeux à quelque reprise, j’examinai le fond de ma tasse pour la voir vide. J’empoignai alors la bouteille puis me versai une troisième tasse. Je tendis la bouteille vers mon partenaire, lui demandant s’il en voulait une autre. Il déclina poliment, me pointant sa tasse encore remplie des yeux. Je retirai alors la bouteille puis la reposai où elle était. Je reportai alors mon attention sur mon repas, qui m’attendait depuis trop longtemps. Je pris quelques bouchées lorsque Inuzuka-san m’interpella, me demandant depuis combien j’étais à Konoha et la raison de ma présence. Je déposai mes baguettes, finissant la bouchée que j’avais en bouche tout en réfléchissant à ses propos.


- Je ne suis ici que depuis quelques mois. Je suis arrivé vers la fin de l’hiver et j’ai officiellement rejoint les shinobis du village au début du printemps.

Je ne répondis toutefois pas à sa deuxième question, prenant encore un peu de temps pour y réfléchir. J’étais venue ici pour rejoindre les miens, et puis quoi? Nous avons toujours été un clan de nomades, s’éparpillant là où bon nous semblait. Pô-sama avait effectivement rallier le clan lors du Pacte des Marais, mais cela ne changeait pas notre nature. Avais-je été trop idéaliste de croire que je trouverais une raison à ma vie ici? Je chassai aussitôt ces mauvaise pensées, me demandant même ce qui me poussait à les avoir. Jamais je n’avais douté de moi et ça ne commencerait pas aujourd’hui. Mettant cela sur la faute de l’alcool, je pris une grande gorgée de saké avent de répondre à mon ami.

- Oui, c’est cela. Je suis justement venu ici à sa rencontre, étant après tout le chef de notre clan. S’il se trouve à Konoha, alors le clan devrait être à Konoha.

Finissant ma tasse de saké, je repris immédiatement la parole.

- Vous savez, le clan est tout ce que j’ai, tout ce qui me reste. J’ai rejoint Kiri pour donner un sens à ma vie, malgré la vie de misère que j’y vivais. Puis, quand le Pays de l’Eau a été détruit, non seulement ai-je perdu mon village mais aussi mon père, lors des terribles cataclysmes qui ont assailli le Pays. Le clan est la seule famille qu’il me reste.

Sans même y pensé, je remplie ma tasse avec une autre portions de saké puis la portai à mes lèvres, sirotant le liquide chaud. Reposant ma tasse sur la table, je posai sur Inuzuka-san mon regard le plus interrogateur que mon état me le permettait.

- Et vous, Inuzuka-san, depuis combien de temps êtes-vous à Konoha? lui demandai-je sans le lâcher du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyLun 30 Mar 2015 - 21:54

Tâtant les aliments dans mon bouillon du bout de ma baguette afin de m’assurer qu’ils cuisent tous comme il le fallait, j’écoutais la réponse de Senwashi-san, qui m’apprenait qu’il était arrivé quelques temps après son chef de clan. Alors que Pô-san était ici depuis l’automne dernier, Senwashi-san était avec nous que depuis l’hiver. Vous me direz que ce n’est pas une grande différence, mais ces quelques mois pouvaient être tout ce qui pouvait faire la différence. Quand on regardait que ce qui était arrivé à son village précédent on savait que tout pouvait arriver n’importe quand. Quand on savait cela, le temps prenait une notion différente. Le Gekei mentionna avoir rejoint nos rang peu de temps après et aussitôt l’image de l’immense homme-oiseau dans une classe de l’Académie apparut dans mon esprit. Un mince sourire apparut sur mon visage, mais je gardai cette pensée pour moi, incertain qu’il apprécierait autant que moi le comique de la situation.

Les minutes qui suivirent me firent comprendre que j’avais bien agis puisqu’il se mit aussitôt à parler de la raison de sa venue ici, qui était comme je l’avais soupçonné de venir rencontre son chef de clan. Après tout, ce n’était que logique que les autres membres de ce clan veuillent vivre là où le chef de clan s’était établi. Même s’il semblait être quelqu’un qui n’avait pas besoin de la compagnie des autres, son clan semblait être très important pour lui. Il termina sa tasse d’une longue rasade et m’expliqua pourquoi son clan était si important à ses yeux; il s’agissait de sa seule famille. Comme j’avais trouvé une nouvelle famille à Konoha - bien que ma vraie famille ne soit pas disparue comme la sienne – Senwashi-san avait trouvé une nouvelle famille dans son clan. Je comprenais ainsi mieux pourquoi il était réellement venu à la Feuille, pourquoi il tenait à rencontre son chef de clan. Donc je ne m’étais pas trompé, il cachait vraiment un passé douloureux. Glissant un morceau de viande dans ma bouche, je le regardai se verser une énième coupe de saké et en prendre une gorgée. Il n’avait pas tort, il partageait réellement ce trait avec mon ninken; à la différence qu’il semblait pouvoir la tolérer même si son regard commençait à se faire un peu vitreux. C’est alors qu’à ma grande surprise il me retourna la question.


- Moi? Cela doit faire… cinq ans. Ouais, je suis arrivé il y a cinq ans alors que je n’avais que quinze ans. J’étais ambitieux et déterminé à me faire un nom dans le monde shinobi, j’ai quitté ma famille et aménagé seul. Enfin, pas seul puisque j’avais Akamori. Tout en mentionnant son nom, je passai un morceau de viande sous la table. Et regardez-moi, cinq ans plus tard, Jônin de la Feuille et encore toute ma vie devant moi. Enfin, c’est ce qu’on espère tous…

J’avais beau être idéaliste et optimiste, je ne pouvais simplement pas outrepasser les dangers du métier qu’était celui de shinobi. Autant pouvait-on vivre jusqu’à voir trois générations de son clan qu’on pouvait s’éteindre alors que nous venions tout juste d’éclore. Il serait naïf de l’oublier, même si j’essaie d’y penser le moins souvent possible. Cela ne faisait que me faire plus réaliser comment j’avais changé en ces cinq années. Quand j’étais arrivé à Konoha, c’était bien que ce que j’étais, naïf. Puis, avec tout ce qui c’était passé, j’avais perdu cette naïveté pour voir le monde tel qu’il était. J’avais l’impression que c’était plutôt une décennie qui s’était écoulé. J’étais resté silencieux pendant quelques minutes, le regard plongé dans mon bouillon et l’esprit ailleurs. Quand je m’en rendis compte, je pigeai aussitôt quelques légumes et quelques tranches de viandes tout en terminant ma tasse de saké.

- Bon, je devrais manger avant que cela ne devienne trop cuit. Alors qu’est-ce que je vous avais dit, le meilleur que vous avez mangé n’est-ce pas?

Tout en lui demandant son avis sur le sukiyaki, bien que j’avais une bonne idée de ce qu’il en pensait, je me versai une nouvelle tasse de saké. S’il y avait bien quelque chose qui écartait mon esprit des mauvaises pensées – je dirais même toute pensée tout court – c’était bien la nourriture. Encore plus lorsqu’on parlait du meilleur sukiyaki de Konoha. Quelle chance nous avions eu d’être dans le coin, en plus que cela faisait longtemps que j’y étais allé. J’avais également la chance cette fois-ci d’être en compagnie d’un nouvel ami avec qui la conversation était un peu plus intéressante qu’avec Akamori. Sans rancunes, Aka.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMar 7 Avr 2015 - 22:11

Je bus mon saké lentement, me remémorant les évènements qui m’avaient menés ici. Je me souvins le chaos lors de la destruction de Kiri, la vue en vol d’oiseau d’où était censé se trouver ma maison. La sensation de chaleur qui descendit dans mon corps me ramena à la réalité, sentant aussi les reflux gazeux de l’alcool qui remontait. Reposant alors ma tasse à moitié vide sur la table, je posai mes yeux sur l’Inuzuka. Qu’est-ce qu’il l‘avait mené ici, lui? Je lui demandai donc depuis combien de temps il était ici. Je pus apercevoir la surprise dans son regard, mais prit tout de même ma question au sérieux. Prenant plusieurs bouchées de sukiyaki, je prêtai toutefois toute mon attention à mon interlocuteur. Cinq ans déjà qu’il habitait au Village de la Feuille, aménageant au jeune âge de quinze ans. Environ au même âge que moi, voire même un peu plus jeune je crois. Nous n’avions toutefois pas les mêmes objectifs en tête. Alors qu’Inuzuka-san était à la recherche de gloire, j’avais plutôt essayé de faire valoir l’utilité de mon clan en tant que shinobis, et non pas comme des bêtes sauvages. Il reprit la parole, me ramenant à notre conversation. Je devais admettre qu’il avait eu toute une carrière shinobi jusqu’à maintenant. Monté jusqu’au rang de Jônin en cinq ans, c’était assez remarquable. Je ne cachai pas mon étonnement.

- Jusqu’à maintenant, c’est assez bien parti. Et jusqu’où exactement espérez-vous rendre? Visez-vous le Trône de fer la coiffe de l’Hokage comme tous les jeunes shinobis du Pays?

Pour ma part, je ne voyais aucuns attraits particuliers à la gloire ou au prestige. Je pouvais comprendre pourquoi tant gens étaient à sa recherche, mais ce n’était pas ce qui me motivait. Je vivais pour mon clan, je ferais pratiquement tout pour mon chef, qu’il me le demanderait ou qu’il me l’ordonne. Je pris les derniers morceaux de viande de mon bouillon, me rendant compte au même moment que j’avais oublié d’ajouter d’autres viandes. Enfilant les deux derniers morceaux en vitesse, j’ajoutai quatre autres morceaux au bouillon. Alors que j’avais la bouche la plus pleine que jamais, Inuzuka-san choisi ce moment pour me demander mon avis sur le sukiyaki. J’hochai vivement la tête, prenant une gorgée de saké pour avaler ma bouchée.

- C’est effectivement le meilleur que je n’ai jamais mangé. C’est probablement le meilleur au Pays!, hurlai-je, levant ma coupe pour porter un toast.

Inuzuka-san me suivi puis nous cognâmes légèrement nos tasse, buvant au meilleur
sukiyaki en ville. J’eu alors un bulle qui me passai, un moment de clarté dans la brume qui commençait à voiler mon jugement. Je me souvins ce que j’avais prévue de ma journée, qui vedrait inévitablement être reporté à une autre fois. J’avais prévu découvrir le village, si une situation d’urgence survenait. Depuis les cinq années qu’Inuzuka-san vivait au village, il devait définitivement bien connaître le village et ses environs. J’eu alors une idée de génie.

- Inuzuka-san, que dirriez-vous, un de ces jours, de me faire visité le village? Vous devez sans doute bien le connaître, depuis le temps.

Je portai ma tasse de saké mes lèvres mais rien ne s’en déversa. Je ne me souvenais pas avoir fini ma tasse. C’était souvent un signe que j’avais déjà eu un bon nombre de verre, mais je ne pouvais pas laisser une bouteille tant qu’elle n’était pas vide. C’était du gaspillage. Je me resservis donc une énième tasse de saké, offrant ensuite la bouteille à mon compagnon.

- Une petite lampée pour vous aussi?J’attendis quelques instants pour sa réponse, mais repris aussitôt la parole, ayant une nouvelle idée de génie. Connaissez-vous un endroit reconnu pour son saké par hasard? J’aimerais bien visité en tel endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyVen 17 Avr 2015 - 19:06

Même si je n’y avais jamais vraiment porté attention – après tout venir vivre à Konoha m’avait semblé comme être ce qui était de plus naturel à l’époque – je me penchai sérieusement sur la question du Gekei et pensai à ce qui m’avait amené ici. À bien y repenser, c’était l’arrogance infantile qui avait porté mes premiers pas dans le village de la Feuille. À l’époque, je ne pensais qu’à devenir un grand shinobi et faire connaître le nom d’Inuzuka à travers tout le pays et même dans les autres contrées. Dans ce temps-là, je pensais qu’il ne suffisait qu’à faire beaucoup d’efforts pour réussir à avoir ce que l’on voulait. Pas que c’était nécessairement faux, il faut toujours travailler pour mériter ce qu’on veut, mais il fallait plus que ça si on voulait avancer. Il fallait qu’il y aille des opportunités, des rencontres, des exploits pour qu’on se fasse reconnaître. Mais tout cela, je le gardai pour moi-même, quoique l’alcool m’avait failli le faire sortir. Au lieu, je me contentai d’une réponse qui saurait sans doute satisfaire la curiosité de mon compagnon.

Si je pensais avoir été surpris par la première question du Gekei, j’allais me rendre compte que je n’étais pas au bout de mes surprises. Ce dernier, que la curiosité semblait avoir redoublé, alla jusqu’à me demander où je comptais m’arrêter. C’était vrai que se rendre jusqu’au grade de Jônin en cinq années seulement, c’était assez atypique comme parcours. Cependant, même si la coiffe était bel et bien intéressante, ce n’était pas à cela que j’aspirais. Après tout, qui n’avait pas rêvé un jour, lorsqu’il était gamin, d’être Hokage? Ou Raikage ou Mizukage ou peu importe, c’est toujours le rêve d’enfant de tout le monde. Sauf qu’en cinq ans qu’avais réalisé que le monde shinobi était loin d’être un monde d’enfant. Vidant le restant de ma tasse d’un seul coup, renversant ma tête vers l’arrière, je reposai la tasse sur la table avec un bruit sec.


- Il fut un temps où oui, c’était bien ce que je visais. Mais pour être honnête avec vous, ce n’est pas ce à quoi j’aspire. Beaucoup trop de responsabilités, de paperasses et un horaire beaucoup trop chargé… Non, il me faut quelque chose avec un peu plus de liberté; je viens d’un clan nomade je vous le rappelle. En fait, je pense que je suis plus du genre à suivre le courant et à voir où celui-ci m’emporte. Peut-être rejoindrais-je les Unités Spéciales, ou encore finirais-je sensei à former la nouvelle génération? Personne ne sait à l’avance ce que l’avenir lui réserve et la seule personne connait le peut c’est le Destin.

Je me tus, ayant l’impression d’avoir lâché un gros morceau. Parlant de morceaux, j’en pigeai un ou deux dans mon bouillon et en jetai d’autres pour les remplacer. Ensuite, mon esprit s’éloigna, cette discussion sur mon parcours et mon avenir m’avait forcé à jeter un coup d’œil différent sur le chemin que j’avais fait, un regard plus objectif sur ce que j’avais fait; une sorte de rétrospection. C’était drôle à dire alors que, quand on y pensait, je n’avais pas encore fait beaucoup, mais c’était tout de même cinq ans, la moitié d’une décennie. Perdu dans mes pensées, je faillis passer tout droit pour les prochaines tranches de viandes. Lorsque je m’en aperçu, je me dépêchai à les sortir du bouillon et en pris une. Comme de fait, elle était un peu trop caoutchouteuse à mon goût, mais depuis quand est-ce que je chignais pour de la nourriture? Qui plus est, avec un peu de saké tout passe. Me resservant une tasse, je demandai ensuite à Senwashi-san ce qu’il pensait du sukiyaki, savoir si c’était bel et bien le meilleur qu’il avait mangé. Sa réponse me fit sourire : il s’écria aussitôt que c’était plus que le meilleur en ville, c’était le meilleur sukiyaki du pays entier. Puis, il leva sa tasse pour porter un toast et je l’imitai aussitôt, cognant nos tasses à la santé de l’établissement. Je pris une longue gorgée, puis, alors que je la reposais, le Gekei me demandait si je ne voulais pas faire les guides un de ces jours. C’était bien vrai que cela faisait cinq ans que je passais à me promener dans les rues, je pourrais sans doute pouvoir servir de guide pour Senwashi-san. Pendant que je réfléchissais à sa proposition, ce dernier me proposa de remplir ma tasse. Jetant un rapide coup à l’intérieur celle-ci, je réalisai que je l’avais terminé lors de notre toast.

- Avec plaisir, commençai-je en tendant ma tasse vers lui.

J’avais l’intention de poursuivre pour répondre à sa requête, mais ce dernier me coupa avant que je ne puisse continuer en demandant si je ne connaissais pas un restaurant qui était aussi réputé pour son saké que celui-ci l’était pour son
sukiyaki. Des cinq années que j’avais passées ici, je devais bien avoir trouvé un tel endroit. Malheureusement pour lui, mon goût pour le saké ne s’était développé que dans les dernières années; je n’avais pas eu l’occasion de trouver un tel établissement lors de mes promenades dans le village.

- Je n’ai pas connaissance d’un endroit comme cela, mais il me fera un plaisir d’en trouver un avec vous lorsque nous ferons le tour du village. Après tout, vous semblez plus vous y connaître que moi dans ce domaine, vous serez mieux à même de juger de la qualité des différents sakés.

Ainsi, je faisais d’une pierre deux coup; je lui disais que je voudrais bien lui faire visiter le village une bonne fois afin de lui montrer mes coins favoris et je lui disais pas le fait même que je connaissais aucun restaurant reconnu pour leur saké. En plus, si je pouvais faire cela en compagnie d’un grand amateur de saké – ce que Senwashi-san avait l’air – je ne pourrais pas me tromper. Jetant un coup d’œil à mon bouillon, je remarquai que ce dernier commençait à se vider. Je brassai ma fourchette jusque dans le fond du bol pour aller chercher ceux que j’avais manqués puis jetai un regard vers le Gekei.

- Voulez-vous qu’on commande une autre assiette? Personnellement, je suis assez plein.

Tout en disant cela, je me tapai l’estomac, signe qu’il était bien rempli. Ça ne tenait qu’à lui, mais moi j’étais plus pour demander l’addition et aller délier nos jambes. Une bonne marche était en plein ce qu’il nous fallait après le repas copieux que nous venions de manger. Sûrement était-ce l’un de ses effets, mais dans mon fil d’idées j’avais oublié de prendre en compte la quantité de saké que nous avions pris durant le repas.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMar 21 Avr 2015 - 19:34

Inuzuka-san accepta mon offre et lui je lui servis donc une tasse à lui aussi. Je remarquai alors qu’il ne devait en rester que quelques lampées. Je reposai tout de même la bouteille, venant tout juste de me servir un verre. Je ne lui laissai toutefois pas le temps de placé un mot, une idée me venant aussitôt en tête. Je ne reçus toutefois pas la réponse que j’espérais. Même s’il connaissait bien le village, il ne connaissait pas de tel endroit, malheureusement. Il en fit donc un objectif lors de nos visites du village, acquiesçant donc par le fait même à ma requête tout en comblant ma passion pour la boisson. Je levai ma tasse et bus à ces paroles, satisfait de cette réponse qui aux premiers abords ne semblait pas me plaire. Il avait bien rattrapé la situation. Il semblait vraiment futé, cet Inuzuka. Se rendre Jônin en cinq ans, c’était tout un exploit. Avec un tel potentiel, je ne serais pas surpris de le voir un jour avec la coiffe de l’Hokage sur la tête, même s’il N’aspire à rien d’aussi grandiose. Il préférait plutôt visé les Forces Spéciales, quelque chose d’un peu plus modeste. Quoique souvent les Kages sont souvent pigés parmi ces mêmes Forces Spéciales. Il me tira de mes pensées, me demandant si je voulais un deuxième service. J’avais pour ma part arrêter de manger il y avait déjà un petit moment déjà, ayant déjà atteint mon fond. Déclinai l’offre en agitant les mains devant moi en signe de négation.

-Non merci, j’ai terminé aussi.

Je m’attaquai plutôt à ma tasse de saké, encore à moitié pleine. Je bus quelques gorgées, appréciant le goût saisissant de l’alcool. Le saké était vraiment une passion pour moi, non pas pour être ivre, mais pour le goût. Il pouvait y avoir tellement de différentes saveurs dépendant du grain de riz et de l’eau utilisé entre autre. C’était toutefois le savoir-faire du maître brasseur qui faisait que chaque saké est unique en lui-même. L’arrivée du serveur me ramena à la réalité, me prenant un peu par surprise. Il rapatria toutes les assiettes, empila nos deux bols sur la tour d’assiette puis s’en retourna vers les cuisines. Je rapportai alors mon attention sur l’Inuzuka, qui ne semblait pas être déranger par le silence. Je terminai ma tasse de saké, versant la tête vers l’arrière, puis m’adressai à lui.

- Alors? Nous avons l’après-midi devant. Que faisons-nous, monsieur le guide?

L’alcool sembla brouiller mon sens de l’inhibition, effaçant petit peu par petit peu ma nature timide. Ça paraissait un peu au ton de ma voix un peu houleux parfois un peu trop fort que nécessaire pour couvrir le petit vacarme qu’il y avait dans l’établissement achalandé. Je me retournai quelques instants pour voir le restaurant toujours aussi occupés qu’à notre arrivé. Si je n’avais pas été en compagnie de Takeo-san, je ne crois pas avoir eu une place aussi facilement. Depuis combien de temps étions-nous ici, d’ailleurs. J’avais comme complètement perdu notion du temps. Si ma mémoire était bonne, nous étions entrés en début d’après-midi. Je pouvais voir la lumière du soleil au travers l’entrée, ce qui me rassura. Nous devions avoir passé quoi, deux heures ici, maximum? Nous avions donc encore beaucoup de temps à notre disposition, n’ayant pour ma part rien de particulier de prévue en soirée.


Dernière édition par Gekei Senwashi le Mer 29 Avr 2015 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyDim 26 Avr 2015 - 2:00

Je demandai à Senwashi-san si ce dernier voulait recommander une nouvelle assiette, mais ce dernier agita les mains tout en disant qu’il avait atteint lui aussi son fond. Content qu’il ait été satisfait de son repas – et plutôt fier de mon coup, je devais l’avouer – je souris au Gekei tandis qu’il reportait son attention à sa coupe, avec laquelle il n’avait décidemment pas terminé. Je fis alors un signe au serveur de venir ramasser nos bols à bouillon et d’amener l’addition en même temps. Tant qu’à le faire venir à la table, autant le faire venir le moins souvent possible, ce restaurant pouvait parfois être hyper bondé. Ce dernier acquiesça d’un léger signe de tête alors qu’il faisait un signe à un autre de ses collègues de venir l’aider. À eux deux, ils eurent tôt fait de ramasser toutes les assiettes, les gros bols de bouillon et même les allumoirs qui avaient gardés nos bouillon à la température idéale. Sirotant la fin de ma coupe, je jetai un coup d’œil à la facture, comprenant autant nos deux repas et la bouteille de saké. Après tout, je lui avais bien dit que c’était moi qui lui paierais cette fois-ci. Quel genre de personne ferais-je si je ne tenais pas ma parole? Ce fut le Gekei qui me sortit de ma contemplation de la facture. Relevant aussitôt le regard vers lui, je pensai quelques secondes à ses propos avant de répondre.

- Pourquoi ne pas commencer aujourd’hui? Pas le saké, ça je pense en avoir assez eu, mais bien la visite du village. L’après-midi est commencé, mais il reste encore plusieurs heures de soleil et la journée est si belle! Cela serait idiot de passer le restant de la journée cloitré à l’intérieur.

En même temps que je dis cela, je me levai… et fut momentanément déstabilisé. Je chancelai dangereusement d’un côté, avant e rapidement reprendre mon équilibre. Cela faisait beaucoup de temps que j’étais assis et j’avais pris un peu plus de saké que j’étais habitué; je ne l’avais pas vu venir celle-là. J’offris un sourire complice à Senwashi-san et entrepris ensuite de sortir la petite besace dans laquelle je tenais quelques ryos pour la vie courante. Je n’étais pas assez idiot pour tenir toute ma fortune sur moi, je ne prenais donc qu’une petite partie lorsque je quittais. Une chance que j’avais pris un peu plus que d’habitude, sur le coup je n’avais pas pensé que payer pour mon nouvel ami voudrait dire que ma facture serait deux fois plus haute. Enfin, au final ça ne me dérangeait pas; c’était un ami et j’avais passé un aussi bon moment que lui. Je laissai les pièces qui servirent à payer nos repas d’un côté, puis en formai un deuxième, plus petit cette fois, qui servirait de pourboire. C’était quand même le meilleur sukiyaki en ville, cela serait malpoli de ne pas les remercier.

Je guidai de nouveau l’homme-oiseau, cette fois-ci dans le sens inverse. Nous fûmes rapidement sortis du restaurant et pris une bonne bouffée d’air. Je jetai lentement un regard de chaque côté de la rue, me demandant par quelle côté nous pourrions commencer, avant de décider le côté par lequel nous n’étions pas encore passé. Invitant le Gekei d’un signe de la main, je me mis à marcher à la recherche de quelque chose qui vaudrait la peine de montrer à lui montrer. Après tout, si je voulais que cette visite soit utile, je devais bien lui montrer les endroits auxquels il devrait aller souvent. Et qui de mieux pour savoir ça qu’un collègue shinobi? Bon, il devait bien y avoir quelque chose bientôt, ça ne devait sûrement pas tarder…

Ah, voilà! Les Remparts! D’où nous étions, on pouvait bien les voir. Enfin, ils sont tellement immense qu’on les voit peu importe où on est vous me direz, eh bien vous avez raison. Tant qu’à y être, nous pouvions également voir le palais de l’Hokage d’ici, de même que la tour du courrier, là où toute les correspondances entraient dans le village. Ne manquait à l’appel que l’Académie, l’hôpital et la prison. Et le marché, bien sûr, il ne fallait pas oublier le marché. Parlant de marché, sentirais-je… Mais bien sûr, près des Quartiers Résidentiels se trouvait sans l’ombre d’un doute le marché! Ravivé par la pensée d’aller au marché, un endroit remplis de bonnes saveurs autant pour le palais que pour les narines, je guidai mon compagnon plus grâce à mon nez qu’à mon réel sens de l’orientation. Si on devait se fier sur lui dans l’état où il était, disons simplement que je préférais de loin me fier à mon nez. Quelques minutes plus tard, la rue s’ouvrait devant nous ce qu’on appelait le marché : un grand espace qui était occupé en grande majorité par diverses échoppes laissant un peu de place aux gens pour passer entre. Ne voulant pas entrer dans ce courant humain, je me contentai de lui présenter de loin.


- Ici, Senwashi-san, c’est un endroit très important, un de mes préférés. Encore plus de savoir où aller en situation d’urgence, encore plus que de savoir où aller pour les missions, il faut savoir où aller pour se nourrir. Si on ne se nourrit pas, on ne survit pas. Et survivre, c'est la base d'être shinobi. Je sais qu’en tant qu’homme-oiseau tu es plutôt habitué à aller chercher tes propres proies, mais cet endroit est un vrai incontournable.

Avec la description que je lui avais faite, j’espérai avoir vendu la place au Gekei afin qu’il revienne. C’était bien beau le régime de la chasse, mais on pouvait parfois trouver dans certaines de ces boutiques, surtout les bouchers, qui vaudraient le détour pour des amateurs de viande comme mon ami devait l’être. Avec les effets du saké j'étais passé du tutoiement au vouvoiement, et c'étaient également eux qui firent en sorte que je ne m'en rendis même pas compte. M’assurant ensuite qu’il se rappellerait comment se rendre de nouveau, je longeai le bord du marché avant de continuer ma visite vers l’imposant bâtiment que l’on voyait s’ériger plus si loin que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyJeu 30 Avr 2015 - 3:08

Je m’attendais un peu à la réponse de l’Inuzuka. Sans grande surprise, il me proposa de commencer la visite aujourd’hui, soulignant à son tour que nous avions plusieurs heures devant nous. Je fus un peu déçu d’entendre ses dire, mais il n’avait pas nécessairement tord non plus. N’ayant pas encore atteint ma limite, j’avais tout de même pris une grande quantité de saké. Cela s’annonçait pour être un bel après-midi. Takeo-san se leva debout, passant tout près de tomber à la renverse mais il se reprit contenance au bon moment. Il fouilola dans sa poche de pantalon quelques instants pour finalement en sortir une petite besace, laissant le montant dû sur la table puis me fit signe de la main de le suivre, lui-même se dirigeant vers la sortie. Je me dépêchai donc à me lever, laissant à mon tour quelques ryos pour le service, puis je ratrapai mes amis canidés vers l’extérieur.

Lorsque je rejoignis l’Inuzuka dehors, il expirait d’un bon coup. Je pris à mon tour une grande bouffé d’air, puis l’expirai aussitôt. Ça faisait du bien, surtout après avoir passez quelques heures là-dedans. Je reportai mon attention sur mon compagnon, ayant oublié que j’étais supposé le suivre. Il n’était heureusement pas encore partie, mais semblait plutôt à la recherche d’une première destination. À peine l’avais-je rejoins qu’il s’élançait déjà dans la rue, me faisant signe de le suivre. Je le rejoignis puis nous marchâmes dans les rues pendant quelques minutes. Il ne semblait toujours pas avoir trouvé de destination. Ne voulant pas rompre son fil d’idée, je restai en silence puis suivai le duo, portant plutôt mon attention sur le ninken, Akamori. Il ressemblait vraiment à son maître, avec un pelage rougeâtre et un comportement assez… impulsif je dirais. Takeo-san allait de l’avant sans hésiter et s’ajustait en cours de route. Il se fiait énormément à leur odorat, se laissant probablement guider dans la vie par son flaire. Il en était probablement de même pour Akamori, quoique qu’il ne puisse pas l’extériorisé aussi bien que son frère. Je le vis soudainement accélérer le pas, remarquant que Takeo-san en avait fait de même. Probablement son flaire en pleine action. Je rattrapai le duo puis marchai avec eux puis m’adressai à mon guide.


- Mais où nous amènes-tu comme ça? Il n’y a pas feu au lac à ce que je sache.

L’alcool me faisait parfois dire des drôles des choses. Des vieilles expressions que mon père utilisait à l’époque. L’Inuzuka marchait drôlement vite, me demandant de plus en plus où il m’amenait ainsi. Nous débarquâmes finalement sur un grand espace, couvert de dizaines de toiles. Il y avait des kiosques partout avec tout juste assez de place pour laisser les gens circuler. Si jamais on avait à chercher le villageois de jours pour une situation de crise, il ne fallait pas chercher plus loin, ils étaient tous entassés ici. Ce n’était toutefois pas pour cette raison qu’il m’avait amené ici. Pour lui, le marché étaient un endroit hautement important qu’il qualifiait même d’incontournable. Ça ne m’étonnait pas vraiment d’apprendre qu’il appréciait un bon repas. Je n’avais toutefois pas le même attrait pour la cuisine. Comme il le disait lui-même, il s’agissait avant tout de survivre. Pour moi, un repas n’était que de la survie, rien de plus.

- Je tâcherai de m’en souvenir,dis-je simplement. Ensuite?

Je pouvais comprendre l’importance de cet endroit pour l’Inuzuka, mais je ne souhaitais pas m’éterniser ici non plus. Si j’avais à venir ici, ça serait probablement pour quelque d’autre, ou alors lors d’une mission. À voir le nombre de gens ici, l’attrait était indéniable et cette information pouvait se révéler utile. Je crois que Takeo-san remarqua mon manque d’entrain, si on peut dire, puisqu’il se remit en marche peu de temps plus tard. Il longea le marché puis continua dans un deuxième chemin. Nous pouvions voir loin devant le toit de ce qui semblait de toute évidence une immense bâtisse si son toit dépassait tous les autres autour de lui. Je résistai à l’envie de m’envolai et de découvrir par moi-même de quoi il s’agissait, marchant plutôt à côté de mon guide.

- Qu’est-ce que c’est ça, là-bas?, demandai-je en pintant le toit en question.

Je me doutais bien que nous nous nous dirigions vers celui-ci, mais je sentais que je voulais faire la conversation avec lui. Peut-être était-ce l’énergie qu’il dégageait, mais quelque chose me donnait envie de briser le silence qu’il avait précédemment régner lors de notre route vers le marché. J’espérais avoir ma réponse avant d’être arrivé, ignorant s’il avait l’esprit joueur.
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMar 12 Mai 2015 - 2:37

Malgré la superbe description que j’avais de la place, j’avais tout de même l’impression que ce dernier restait légèrement sceptique. Était-ce l’abondance de gens qui faisait chigner la timide personne qu’était Senwashi ou bien était-ce autre chose? En tant qu’homme-oiseau, sa définition de repas n’était peut-être pas le même que la mienne. Tout de même, après le festin que nous venions d’avoir, il ne pouvait pas dire qu’un bon repas n’était pas ce qu’il y avait de mieux! Enfin bref, je suis en train de m’égarer, mon estomac commençait à réfléchir à la place de ma tête, je devais rester concentrer sur la tâche que j’avais, soit de faire visiter le village à mon compagnon Gekei. Après tout, cela ne faisait pas très longtemps qu’il était parmi nous, à Konoha, je devais donc le familiariser avec les lieux le plus rapidement possible.

Le Gekei me demanda ensuite à quel autre endroit nous irions ensuite, ce qui me fit réaliser que je n’en avais aucune idée. Je mis quelques instants à y réfléchir avant que ce dernier se dressa devant nous dans toute sa hauteur. C’était vrai que nous étions tout juste à côté si nous étions au marché. Intimant à mon ami de me suivre, nous contournâmes tous les trois le marché sur le côté, question de ne pas se mêler à la foule et se faire emporte par le courant humain qu’il était lorsque c’était vraiment bondé, puis continuâmes notre chemin vers l’immense tour. Cela ne prit pas beaucoup de temps à Senwashi-san pour trouver où nous allions ensuite puisque quelques minutes après il me pointa la tour et me demanda à quoi elle servait. Tournant mon regard vers ce dernier, je commençai la leçon quelques instants avant d’être arrivé, de sorte que la fin de mon exposé coïncide avec notre arrivée devant le Palais.


- Ça, là-bas, c’est le Palais de l’Hokage, le Rokudaime Myakudou Onpu-dono. Non seulement est-ce là qu’il réside, mais c’est aussi d’ici qu’il s’occupe de la gérance du village, commençai-je en pointant en même temps un petit balcon qui menait directement au bureau de l’Hokage. Pas que j’y sois déjà allé, mais tout le monde le savait. C’est aussi ici que tu devras venir lorsque tu seras convoqué par le village pour une mission. Est-ce que c’était comme ça aussi à Kiri?

Je ne pus m’empêcher de lui poser la question, la curiosité l’emportant par-dessus tout. Tout de même, j’espérai que cela ne raviverait pas d’ancienne douleur de parler de son ancien village quand on savait le destin qu’il avait connu. Comme je l’avais estimé, nous étions arrivé au pied de la tour qu’était le Palais au moment où je m’étais arrêté, laissant ainsi à Senwashi-san le loisir de l’observer. Après quelques minutes où je répondis aux diverses questions qu’il pouvait avoir, je décidai de continuer mon tour du village. Je lui indiquai du doigt la prison du village, non loin du Palais, si jamais il avait à ramener des criminels dans les geôles de Konoha et après cela je guidai le Gekei dans une nouvelle avenue jusqu’à ce que nous arrivions au Centre-Ville du village. Ici aussi, comme au marché, il y avait beaucoup d’activité, mais à cette heure il y avait de l’activité partout. Surtout à cette période alors que le monde recommençait tout juste à profiter du bon temps. Plusieurs petites boutiques étaient encore ouvertes, essayant d’attirer le plus de clients possible après le rude hiver, mais les terrasses n’étaient pas encore installés. Il faudrait attendre encore quelques semaines pour cela, le temps que la température se réchauffe un peu. Il faisait peut-être beau, mais je ne pouvais pas dire qu’il faisait nécessairement chaud. Nous étions encore au printemps après tout! Je m’embarquai alors dans une présentation de la grande place.

- Cette grande place qui s’ouvre devant toi, Senwashi-san, c’est le Centre-Ville de Konoha. Si jamais tu te cherches quelque chose à faire, tu trouveras forcément quelque chose ici qui satisfera tes besoins, que ce soit le casino, les divers restaurants et cafés ou encore les boutiques, de linge comme d’équipement. Tu arrives à point avec le printemps, les commerces recommencent justement à reprendre vie. Comme tu dois te douter, l’hiver c’est plutôt la saison morte ici. Allez, continuons, c'est par ici.

Nous n’allions pas faire un tour de tous ce que nous pouvions faire dans le centre-ville, sinon nous n’en aurions pas fini avant minuit. Quand je disais qu’il y avait de tout, il y avait vraiment tout. Nous fîmes donc seulement qu’un passage, observant de loin les diverses activités et services que recelaient l’un des endroits les plus occupés du village. Passé le centre-ville, nous poursuivîmes vers la prochaine destination, que je trouverais une fois qu’elle serait devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyMer 13 Mai 2015 - 2:38

Comment ai-je pu douter de l’esprit joueur d’une personne aussi enjoué. Mais je n’eut pas la réponse à laquelle je m’attendais. Takeo-san me parla alors du Palais de l’Hokage, qui se trouvait effectivement dans la même direction de la tour que j’avais en vu. J’y étais déjà allé à quelques reprise, lorsque j’intégrai les rangs de Konoha ou encore pour des missions. J’ignorais toutefois qu’il y résidait, quoi que cela fasse beaucoup de sens. Sa question suivante provoqua en moi une sensation de malaise, comme si je ne me sentais pas bien. Je fis de mon mieux pour ignorer ces sentiments qui heureusement s’estompèrent facilement. Je regrettai alors d’avoir essayé de faire la discussion. Je ne lui en tins pas rigueur, cherchant simplement à en savoir un peu plus sur moi, mais préférai ne pas répondre à la question. Je ne voulais pas aborder ce sujet. Nous marchâmes alors en silence jusqu’à notre arrivé au Palais.

Ce n’est qu’une fois rendue sur place que je lui fis savoir qu’il s’agissait probablement d’un des seuls endroits que je connaissais déjà de Konoha. Il ne s’attarda donc pas plus longtemps et nous poursuivîmes notre chemin. Takeo-san me pointa la prison de Konoha, qui se trouvait non loin du Palais, puis il me mena dans une rue simple puis ensuite sur une immense avenue bordée d’échoppe, de boutique et de restaurants Il y avait là pratiquement lus de gens qu’au marché visité précédemment. Je déduis qu’il s’agissait du Centre-Ville au moment où l’Inuzuka prit la parole. Apparemment, je pouvais trouver tout ce dont je pouvais avoir besoin, que ce soit des vêtements, de l’équipement, de la nourriture ou du divertissement. Il semblait y avoir tellement de chose que je ne savais pas où poser les yeux. Ce fut Takeo-san qui me sortit de ma confusion, me signalant que nous continuions notre chemin. Nous marchâmes sur une rue moins grande que l’avenue principale mais qui comportait elle aussi des échoppes d’un bord et de l’autre de la rue. Akamori marchait aux côtés de son frère, reniflant à l’occasion le sol comme s’il tombait sur une piste. Une piste qu’il ne poursuivait pas bien longtemps, probablement le temps de l’analyser et juger de sa pertinence. Il s’agissait vraiment d’une bête fascinante.


- Dites-moi, Takeo-san, comment vous-êtes-vous rencontré, tous les deux? Comment ça s’est passé, je veux dire.

Leur relation m’intriguait vraiment. Je n’étais pas de nature curieuse, mais quelque chose chez eux avait piqué ma curiosité. Peut-être était-ce la façon dont il pouvait se comprendre l’un et l’autre sans avoir besoin de dire un seul mot. Peut-être était-ce leur apparence étrangement ressemblante. Je ne pouvais pas encore me l’expliquer, mais elle était bien là. Pendant ce temps, nous marchions toujours sur la même rue, en direction de je ne savais où. Je ne tarderais toutefois pas à la découvrir. Comme de fait, nous arrivâmes quelques minutes plus tard devant une immense bâtisse qui semblait être une arène. Takeo-san confirma en me présentant le Colisée, une des merveille architectural de Konoha. Nous nous y attardâmes pas plus longtemps, ne prenant pas la peine d'entré. Je verrai bien de quoi il à l'air lorsque j'aurai une raison d'y entrée. Nous marchâmes quelques autres minutes puis arrivâmes devant l'Hôpital. Il s'agissait évidemment d'un énorme établissement blanc, pouvant abriter probablement des centaines de personnes. Ne tenant pas à revoir cet endroit de si tôt, je pressai le pas.

- Qu'y a-t-il ensuite?, demandai-je en poursuivant notre chemin, espérant le voir me suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyLun 18 Mai 2015 - 19:13

On dit souvent que la curiosité peut parfois être un vilain défaut. Si la plupart du temps je riais devant cet adage, il arrivait parfois que je ressentais cruellement la vérité de cette phrase. Les traits qui changèrent l’espace d’une seconde ainsi que les effluves que le Gekei dégageait – effluves que seuls Aka et moi pouvons sentir, je ne dis qu’il sentait mauvais – me firent immédiatement comprendre que le sujet sur lequel je venais de tombé en était un qu’il valait mieux laisser intact, sans suite. C’est pourquoi lorsqu’il resta muet devant mon interrogation je ne poussai pas plus loin et me contentai de changer de discussion comme si je n’avais rien dit. Je lui devais au moins ça. Nous fîmes donc les derniers pas nous séparant du Palais en silence et ce n’est que devant l’immense bâtiment que Senwashi-san me révéla en réalité déjà connaître le Palais et que ce n’était pas cette tour qu’il dont il avait voulu parler. Jetant un rapide coup d’œil autour de nous et vit qu’à part le Palais, il n’y aurait que la prison qui aurait pu attirer l’attention du Gekei. Je la lui indiquai rapidement, peut-être cela répondrait-il à son interrogation, et le guidai ensuite dans de nouvelles rues et avenues jusqu’à finalement nous rendre dans le centre-ville du village.

Ici, je lui présentai le quartier de tous les plaisirs où tout ce que quelqu’un cherchait pouvait être trouvé, suffisait juste de bien chercher parfois. Ceux que l’on pouvait voir, en tout cas, grouillaient d’activité avec la saison forte qui recommençait; c’est pour cette raison que j’évitais soigneusement tout établissement. Ça et parce que nous revenions tout juste du meilleur sukiyaki et que mon portefeuille ne supporterait pas une virée de la sorte dans le village. Nous quittâmes rapidement le coin achalandé et continuâmes sur l’avenue jusqu’à une section moins mouvementé. On pouvait clairement voir que nous étions toujours dans le centre-ville, mais les foules étaient moins denses. C’est ici que Senwashi rouvrit la bouche pour la première fois depuis l’histoire de son village, me demandant plus de détails sur notre rencontre, à Aka et moi. Juste le fait d’y repenser me mettais un sourire au visage, tant cet épisode était cher à mes yeux. Jamais fatigué de raconter cette histoire, je me mis à mon récit.


- C’était il y a plusieurs années, j’avais quatre ou cinq ans. Dans notre clan, c’est environ à cet âge-là que nous prenons un ninken. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi, mais j’étais seul pour cette cérémonie, dans le sens où j’étais bel et bien accompagné par mon père et d’autres membres du clan, mais j’étais le seul de tous mes amis à être présent. Maintenant que j’y repense peut-être l’avons-nous tous fait séparément, mais ce sera pour une autre fois. Je disais donc que j’étais avec un petit groupe et nous nous enfoncions toujours plus loin dans l’immense forêt où habitaient les ninkens. Puis, nous arrivâmes à destination et ce que je vis me stupéfia : au moins une bonne vingtaine de ninkens, de toutes les tailles imaginables. Tu te rappelles de quoi ils avaient l’air, Aka?

Ce dernier releva la tête de la piste qu’il semblait avoir tout juste trouvé pour nous regarder et aboya plusieurs fois. De toute évidence, il se rappelait bel et bien de ces frères et sœurs même si je sentais plusieurs émotions différentes quand il pensait à eux.

- Comme tu peux le voir, il s’en rappelle lui aussi. Nous étions donc devant cette meute de ninken, moi petit gosse de cinq ans. Je peux te dire que c’était assez épatant à voir. Je me dirigeai ensuite vers la meute seul et les regardai les uns après les autres. Enfin, j’essayai de les regarder parce que monsieur ici présent était toujours dans mes pattes, dis-je en posant mon regard lourdement sur Aka et ce dernier émit un bruit qui pourrait presque être considéré comme un ricanement. Au final, il a fini par me séduire et c’est avec lui que je repartis cette journée-là. Et depuis nous ne sommes jamais restés bien loin de l’autre.

Je terminai ainsi mon histoire et réalisai encore qu’une fois que je ne me lassais jamais de raconter cette histoire, même si toutes les personnes que je rencontrais voulait que je leur raconte. Sûrement d’autres auraient été écœurés à la longue, mais pas moi. Tout le long de mon histoire, nous avions continué de marcher, mais pas sans but. Quand je terminai mon histoire je présentai alors à Senwashi le Colisée qui s’élevait devant nous. Cependant, nous n’y entrâmes pas pour voir de quoi il en retournait, le simple nom de la place l’exemptait de toute explication. Nous ne nous y attardâmes pas plus longtemps et continuâmes vers la suite logique. Parce que qui disait Colisée disait… hôpital, évidemment! Nous fîmes un petit détour pour voir la bâtisse blanche se dresser au loin, surplombant la plupart des autres édifices du coin. Tout comme avec le colisée, nous ne prîmes pas la peine d’entrer et à peine nous étions nous arrêtés que Senwashi était déjà reparti pour la prochaine destination. Je le rattrapai alors qu’il me demandait qu’elle était notre prochaine destination. Je refis mentalement le tour des endroits les plus importants, lui laissant quand même un peu de travail s’il voulait découvrir le village, et me rendis compte que nous avions pas mal fait le tour.

- Ensuite de ça… c’est pas mal fini, je crois; nous avons pas mal fait le tour des endroits les plus importants, ceux que tu te devais de savoir du moins. Après cela, c’est à toi de découvrir le restant du village et te trouver tes petits endroits favoris à toi aussi. Je m’arrêtai un instant, mon esprit venant de faire tilt à une pensée que je venais d’avoir. Tu es familier avec le terrain d’entraînement, n’est-ce pas Senwashi-san? Si oui, eh bien nous n’avons qu’à nous arrêter quelque part pour passer le restant de l’après-midi, qu’en dis-tu?

J’avais beau me repasser le village en mémoire, je ne voyais vraiment pas d’autres endroits que le Gekei devait reconnaître pour bien fonctionner dans le village. Il n’y avait que le terrain d’entraînements, mais il était loin donc s’il savait déjà c’était où nous n’aurions pas besoin de nous y rendre. Au lieu, je préférais me la couler douce le restant de l’après-midi dans un coin tranquille avec l’homme-oiseau et Aka.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Junpei
Konoha
Konoha
Aburame Junpei

Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptySam 23 Mai 2015 - 3:46

Le récit que me conta l’Inuzuka était assez cocasse. C’était une belle histoire à raconter, qu’il avait probablement conté de nombreuses fois sans doute. Ils étaient définitivement fait l’un pour l’autre, je n’avais maintenant plus aucun doute. Son récit terminé, Takeo-san me présenta brièvement le Colisée, que je tâcherai de revisité par moi-même un autre jour. Il nous fit continuer notre chemin pour me présenter l’hôpital, une immense bâtisse de briques blanches. Je n’aimais pas les hôpitaux, alors notre passage y fut plus que bref. Je ne m’étais même pas arrêté pour la regarder. Je n’y jetai qu’un coup d’œil, mémorisant une image mentale du bâtiment, puis continuai mon chemin, peu importe où celui-ci me menais. J’avais Takeo-san pour me guider.

Je l’entendis justement me rattraper et lui demandai aussitôt où nous nous dirigions maintenant. Il m’annonça alors qu’il n’avait nulle part autre à me montrer, me laissant le restant à découvrir par moi-même. Le Village était grand après tout. Il était impossible de la parcourir au grand complet à la marche en un seul après-midi. Il ne restait en fait plus que les terrains d’entraînements, mais je les connaissais effectivement déjà. Je répondis donc d’un hochement de tête à l’Inuzuka, qui ne semblait évidemment pas surpris. Il me proposa alors de nous arrêter à quelque part pour le restant de l’après-midi. Parlant d’après-midi, celui-ci tirait déjà sur sa fin, si on se fiait au soleil. Nous n’avions vu aujourd’hui que les endroits importants de Konoha, mais cela nous avait pris tout de même plusieurs heures.


- Il tire plutôt à sa fin, notre après-midi, me contentai-je de répondre. Je suis toutefois ouvert aux suggestions.

Mes soirées, je les passe la plupart du temps chez-moi. À quelques rares occasions je vais aller aux terrains d’entraînements, mais je n’y vais habituellement pas de soir. Je les passe chez-moi à méditer ou encore à lire, le tout depuis le toit-terrasse de la maison. Avant aujourd’hui, j’ignorais ce que cachait le village caché de la Feuille. Je ne passerai probablement pas toutes mes nuits à l’extérieur, mais si l’envie me prend je saurai où aller. Grâce à mon ami Inuzuka. Avant qu’il ne s’emporte dans des idées de grandeurs, je me repris sur mes dernières paroles.

- Avec un peu de réserve, tout de même. Je n’ai pas vraiment pour habitude de sortir de soir.

Si jamais l’idée de me plaisait pas, je pouvais bien refuser. J’avais toutefois l’impression que Takeo-kun trouverait une suggestion approprié. Un bar à saké peut-être?
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Takeo
Konoha
Konoha
Inuzuka Takeo

Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] EmptyVen 29 Mai 2015 - 17:53

Comme je m’y attendais, le Gekei était déjà passé par là; nous n’avions donc pas à faire le gros détour pour s’y rendre. Je le lui avais demandé juste pour être certain, mais j’avais déjà plus ou moins déduis qu’il s’y était rendu au moins une fois depuis qu’il était arrivé ici. Après tout, cela faisait déjà depuis l’hiver qu’il était parmi nous, sans nul doute s’était-il déjà entraîné. Ainsi c’était réglé, nous devions trouver quelque part pour passer l’après-midi. Alors que je lui faisais la suggestion puisque notre petite visite guidée était terminée, ce dernier se contenta de remarquer que l’après-midi était plutôt sur le bord de se terminer avant de rajouter que cela ne nous empêchait pas d’aller quelque part pour autant. Je levai les yeux au ciel et ne put qu’être d’accord avec Senwashi-san : le soleil commençait à disparaître derrières les immeubles qui nous entouraient. Dans pas long, les lampadaires s’allumeraient et la noirceur s’installerait. Nous devions décidemment trouvé quelque part, la question restait encore et toujours la même: où?

Je l’invitai donc à revenir sur nos pas et trouver un coin intéressant où nous pourrions passer quelques heures. Ce dernier accepta, mais m’avertit de ne pas aller dans l’extravagance comme il n’était pas habitué à sortir le soir. Nous pouvions donc tout de suite rayer le bar burlesque et le reste du quartier des plaisirs. Quoi, vous pensiez qu’il n’y avait pas ce genre de chose à Konoha? Que vous êtes naïfs… Enfin bref, si ce n’était pas là, ni un restaurant comme nous venions à peine de nous empiffrer comme des porcs, il nous fallait un endroit divertissant et où nous pourrions nous relaxer. Je dois dire que pour cela, je dus mettre à profit toute ma connaissance de la ville afin de trouver un tel endroit. Heureusement que cela faisait cinq ans et que j’avais eu le temps d’en voir beaucoup, parce que je mis quelques instants avant de trouver ce qu’il nous fallait. Mais j’eu finalement la place que je pensais pouvoir nous satisfaire tous les deux. Je m’empressai de la partager avec l’homme-oiseau.


- Que penses-tu du café-théâtre, Senwashi-san? En plus d’être un café où nous pourrons terminer de digérer en paix, mais cela sera également agrémenté d’une représentation des meilleurs acteurs de la Feuille. Je ne sais pas ce qu’ils jouent aujourd’hui, par contre… Serais-tu partant?

Plus j’en parlais, plus j’avais le goût d’y aller. Cela faisait longtemps que je n’étais pas passé prendre un café ou un chocolat chaud là-bas. Avant même que le Gekei ne réponde, j’avais presque décidé pour lui et commencé à marcher. Après tout, ce n’était pas comme s’il connaissait d’autres endroits où nous pourrions passer le restant de la journée et je n’étais pas prêt de démordre de cela, alors c’était ça ou rien. Qui plus est, de ce que j’avais appris sur le Gekei, j’avais l’impression que sa nature calme et solitaire appréciera le théâtre du café-théâtre; ça et parce que j’avais besoin de quelque chose à boire après cette marche.

Sans savoir si c’était de gré ou de force, le Gekei me suivit néanmoins jusqu’au café-théâtre, qui se trouvait sans grande surprise dans le centre-ville du village. Où d’autre pourrait-on trouvé ce genre d’établissement que dans l’endroit le plus mouvementé et animé de Konoha? Quand nous arrivâmes à l’entrée, quelques acteurs étaient là pour accueillir les invités. Ainsi nous étions à temps pour la représentation de fin d’après-midi. Il y en aurait une autre en soirée et finalement une dernière de nuit, mais ni Aka, ni Senwashi-san ni moi ne voulions rester jusqu’aux petites heures. Alors que nous nous approchions, je demandai à l’une des actrices quelle pièce était représentée ce soir et j’appris avec plaisir qu’il s’agissait de
L’Odyssée de Kurasagi, un grand classique du dramaturge Ji Qiao. Quoi, vous ne vous doutiez pas que je m’y connaissais en théâtre? Vous ne savez rien, Jon Snow chers lecteurs. Sans plus attendre, nous entrâmes et prîmes une table pour deux.

- Si tu veux, tu peux te commander un café ou un thé; je crois même qu’ils ont du saké, si tu n’en as pas trop eu, dis-je avec un clin d’œil alors je jetais un coup d’œil aux différents cafés qu’ils proposaient.

C’était impressionnant la variété qu’ils avaient. Non seulement dans les grains de café eux-mêmes, mais dans le genre de chose qu’ils pouvaient combiner pour donner des trucs complètement extraordinaires. Cela était certain, ils devaient mettre beaucoup de temps à mettre au point des recettes pareilles. Quand un serveur s’approcha de nous, ma dent sucrée fut celle qui l’emporta et j’y allai d’un moka au caramel salé avec un verre de lait. Je reçus un regard étrange de la part du serveur qui n’avait probablement pas remarqué Aka, mais son visage changea d’expression lorsque je lui demandai à quelle heure était la représentation. La pièce commençait dans à peine dans cinq minutes. Quelle chance nous avions eu! Non seulement nous étions arrivé presque tout juste avant la pièce, mais on avait eu une table assez rapidement; et quelles places! Le spectacle commencerait sous peu.

Et quel spectacle ce fut! Les acteurs avaient été en feu cette soirée-là, je m’en rappelle encore! Même s’il était de peu de mots, je sus que Senwashi-san avait aimé la pièce tout autant que moi. Je laissai pour ma part un généreux pourboire sur la table avant de partir et nous sortîmes sous les tous derniers moments de clarté, là où d’un côté le ciel était d’un noir d’encre et de l’autre enflammé des derniers orange, mauve et or du crépuscule. Nous marchâmes tous les trois en direction des quartiers résidentiels en prenant le chemin vers nos logements respectifs. Même si la journée n’était pas terminée et que la soirée s’ouvrait à nous, je devais avouer que j’étais vidé et que j’avais eu une journée assez bien rempli. Mon cerveau n’avait qu’un seul désir en ce moment et c’était de s’écraser à la maison.


- Penses-tu savoir comment te rendre chez toi d’ici? demandai-je au Gekei à la blague et ce dernier me confirma pouvoir retourner chez lui.

Je lui souhaitai une bonne soirée et pris la direction de mon appartement, Akamori sur les talons. J’arrivai quelques minutes plus tard dans mon chez moi et passai la soirée confortablement installé dans mon salon, une autre pièce de Ji Qiao dans les mains que j’avais trouvé par tout hasard dans une petite boutique du centre-ville. Cependant, je n’étais pas rendu à la fin du deuxième acte que je m’étais endormi le livre accoté sur le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty
MessageSujet: Re: À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]   À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
À la rencontre de Konohagakure [PV Takeo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô-
Sauter vers: