N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyJeu 27 Juin 2013 - 18:13


Rentrer à Kiri, c’était revivre comme un phénix quand il retourne dans ses flammes, tout ce qui se passait en dehors d’ici n’avait plus d’importance, la manieuse se taisait dans un coin tandis que la furie Aoienne poursuivait son cours de vie. Pour reprendre les bonnes habitudes après un retour de mission sombre comme celle que les deux cousins avaient partagés, rien ne valait alors un moment fait de légèreté. Cette fois, non, je ne frappais même plus à la porte, pourquoi faire ? J’avais piqué ses clefs la veille. Le matin donc forcément monsieur devait dormir encore, pour le coup comme la dernière fois premier arrêt le frigo, ah il y avait des progrès de quoi manger…

Allez hop, tout ce qu’il avait de bon dans les mains finissait sur le plan de travail le temps de manger et surtout : De faire du café ! Problème, je n’en avais jamais fait de ma vie… Un sourcil relevé j’attrapais le paquet avant de l’examiner, ah bah pas de notice, comme quoi tout le monde était censé savoir en faire… Soit. En fouillant dans les placards et mettant accessoirement un bordel monstre dans cette cuisine, je trouvais une sorte de théière en métal, ah il me semblait l’avoir déjà vu cette dernière, trente minutes plus tard j’arrivais à ouvrir cette chose et la remplir… Où quoi allait où… Aucune idée, j’avais fait ça comme j’avais pu ! Et encore trente minutes plus tard, un breuvage fumant et brun finissait dans une tasse. Son goût et sa qualité… Hum…

=| -OHAYO Cousinet ! Debout ! Aujourd’hui on part s’entrainer !

Alors, qu’il ne dise pas que je n’avais pas frappé à la porte de sa chambre ! C’était faux ! J’avais même mis un grand coup de pied dedans avant de l’ouvrir ! Chose que je faisais remarquer avant de prendre encore un chausson dans la tronche.

=| -Oyé ! J’ai frappé ! Pas ma faute si tu es lent comme une limace mon grand ! Debout, debout ! On part s’entrainer, façon Kaguyé ! Eh eh ! Mais avant, café.

Là, il ne pouvait plus que la fermer, il l’avait son café, j’avais frappé et je tendais même la tasse fraichement préparée avant de repartir m’occuper de son frigo bien aimé ! Bah oui, j’avais retenu la leçon, il fallait que monsieur se prépare en vraie gonzesse… Ça, ça me faisait soupirer tandis que je mangeais pour patienter sous le regard perplexe de mon canidé. Oui, on aurait cru que rien ne c’était passé la veille, pour moi c’était un peu le cas après tout, à un détail près quand la tête de mon homologue apparaissait.

=|- Tu vois, tu peux plus dire que tu n’as plus de famille maintenant et même, tu vas vite en découvrir les inconvénients ! On y va !

Moi préssée ? A peine ! Quand il était question de taper, je n’étais jamais dernière, mais en général il fallait le faire avec retenu, hors avec un Kaguya… Ça allait cogner dur et sévèrement chez les Kaguya aujourd’hui ! Enfin, s’il arrivait à se réveiller…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyJeu 27 Juin 2013 - 18:48


    Malheur… Nous étions à peine rentrer de mission. J’étais épuisé. J’avais besoin de dormir. Mais devinez quoi cher lecteur ? Aoji la furie. Oui toujours elle ! En même temps je connais qu’elle alors faites pas chier. Cette fois là je ne l’avais pas entendu. Je dormais comme un bébé. Faisant des rêves… Mmmmh, on va laisser les rêves de côté en fait. Bref. J’entendis des pas. J’ouvrais un œil, qu’Est-ce que c’était encore. Voilà qu’Aoji la furie tabasse ma porte à coup de pied ! Je suis surpris, je sursaute (bah oui je dors à poil comme vous le savez), Je me couvre rapidement comme je peux. Et comme d’habitude, pas le temps de parler ou de réfléchir. Aujoud’hui on va s'entrainer ! Ha oui, je lui avais dit qu’on le ferait. Putain elle a de la mémoire la donzelle… N’avais-je pas fait une erreur en choisissant cette femme pour compagne ? Un Kaguya ça ne vit déjà pas longtemps, mais alors là avec elle… C’était carrément la mort prématurée qui m’attendait.  Alors je tente de me réveiller. Énervé évidement. Elle était encore entrer dans ma chambre sans crier gare. Sans déconner le prochain coup, c’est moi qui lui fait le coup, on verra si elle appréciera que je la vois en nuisette ou je ne sais quoi ! (non non je ne fantasme pas c’est réellement pour lui casser les ovaires !).  Mon chausson elle l’avait mangé ! Je l’avais prévenu ! Et voilà qu’elle se justifie. Soi-disant elle a frappé… Mes chers lecteurs. C’est un cas désespérant, j’ai même pensé une seconde à faire sauter la porte. Au moins plus problème mais finalement non…
    Ce coup-ci, j’enfile un caleçon, juste un caleçon oui, et je rentre dans le salon. Immédiatement je vois le boxons dans la cuisine. Mon dieu… C’est pas une fée du logis cette nana. La seule pièce rangée elle trouve le moyen d’en faire un chantier… Je salue en passant Nectus… Le pauvre… Il devrait rien biter à ce qu’il se passait…


    -Sans déconner… Bon frappe deux fois avant d’entrer dans la chambre. Et attends que je te dise d’entrer avant d’entrer bordel !

    J’émerge petit à petit. Et là, elle m’apporte le café. J’en étais surpris. Émerveillé. Voilà qu’elle savait se montrer aimante. Je lui pardonnais aussi tôt tout ce que j’avais dis précédemment et m’asseyais pour le boire tout content que ma nana me l’apporte. Et… ET…Comment dire ça. Ma peau est passé au vert. Horrible, infecte. a-t-elle tentée de m’empoisonner. Non elle n’aurait pas osé. Je recrachais cette mixture aussi sec.

    -Bordel c’est quoi ce truc tu veux me tuer !

    Au moins pour le réveil c’était bon… Après ça j’étais d’attaque. J’aurais bien aimé prendre une douche. Tout ça tout ça vous voyez mais non. Elle insiste. On va s'entrainer !

    -Oui deux secondes bordel !

    C’est là qu’elle me dit un truc qui me coupa net. Genre, un semblant d’humanité orné d’une pointe d’humour et surtout d’affection. J’avais maintenant une famille. Sur le moment je souriais, mais je pensais aussi en moi-même « houla doucement bébé on est pas encore marié ». Mais cela m’attendrit, ce que je me gardais bien de lui montrer. N’oublions dans quel jeu nous étions. Et j’avais déjà préparé ma vengeance. Mouahahaha
    Je me préparais alors. M’habillant devant elle. Puisqu’elle était sans gêne bah moi aussi na ! Et puis, nous allions sans doute nous diriger vers le centre d’entrainement mais ce n’était pas là que je voulais aller.


    -Allons à la forêt plutôt tu veux. On pourra faire notre camping comme ça après l'entrainement.

    Et là cher lecteur accrochez-vous bien ! Dans mon illustre grandeur. Tel le beau gosse, complètement dominant dans son couple (on a le droit de rêver), je retournais cette situation en ma faveur, en gratifiant Aoji d’une époustouflante petite tape sur le cul. Oui ! Vous avez bien lu ! Je le fis fièrement. Tel un beau gosse arrogant. Et j’en rajoutais même une couche ! Vangeanccccccceee

    -Allez magne toi là ! On a pas toute la journée là !

    Sur ce je me dirigeais à la fenêtre, la porte c’est tellement moins classe. Fenêtre que j’ouvris donc. Car si elle croyait que je ne m’étais pas rendu compte qu’elle m’avait piquer les clefs hein peut-être était-ce sa façon d’officialiser note union. Vous savez y’a un délire là-dessus. Le premier baisé (pour nous c’était un os planté) le partage des clefs d’appart (qu’elle m’avait volé), et… Oui non, j’ai pas envie de penser à la suite…. Bref il était temps d’y aller !


Dernière édition par Kaguya Tenzö le Ven 28 Juin 2013 - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyJeu 27 Juin 2013 - 21:42


Toujours en train de râler celui-là, ça aussi c’était de famille, qu’importe, il n’avait pas compris le truc, plus il ralait plus je le faisais chier parce que ça m’amusait c’est simple non ? Bah pas pour tout le monde. Et lui qui me faisait la leçon sur son côté pudique se promenait en slibart l’air de rien, il avait bonne mine, autant dire que ça crédibilité tombait à néant en cet instant, c’était mort pour lui et ça sur plusieurs points que j’allais même lui donner !

=| -Alors déjà, soyons clair, à partir d’aujourd’hui t’ira te faire foutre à vie pour ton café de un.

Bah oui, cracher la merde que j’avais passé une heure à faire, c’est fort quand même… Surtout devant ma tronche, j’étais du genre très susceptible et il allait vite le voir !

=| -Puis ma petite vierge effarouchée, elles ont bonnes mines tes morales sur ta pudique attitude maintenant, en fait, t’es simplement un chieur, viens plus jamais râler que je rentre sans frapper ! De deux…

Le trois, il en avait rien à cirer il s’était habillé et barré par la fenêtre après un geste qui allait lui couter toutes ses dents… Enflure. Soit, je suivais partie remise ! D’autant que cet idiot m’amenait sur mon terrain… Je levais les yeux au ciel, mais bordel qu’il était con, tellement qu’il allait m’attendre en plus pourquoi me presser… Non, non, soit il voulait jouer, jouons. Je refermais la fenêtre derrière lui en lui précisant un détail…

=| -Deux secondes, j’ai oubliée de faire un truc, j’emprunte ta baraque pour préparer une douche !

« Trac », un tour dans la serrure de la porte d’entrée, il ne pouvait plus rentrer, direction le frigo, les placards tous les coins où un rat aurait pu cacher son alcool, j’attrapais un sceau à serpière pour tout vider dedans et la chose en main je rejoignais la fenêtre pour être à la vue du Cousinet le gratifiant d’un magnifique sourire… Le liquide jetait au sol d’un geste sec, je jetais le sol derrière moi de commencer à lui balancer les cadavres des bouteilles vides, relai quoi ! Travail d’équipe ! Je vide, il jette ! Avant de sauter à mon tour tout en sifflant Nectus qui en faisait autant.

=| -Plus besoin d’alcool tu avais dit ? Non.

Sourire carnassier narquois, ça devait faire plus mal qu’un coup ça, ouvrant la marche l’air de rien je le pressais, enfin à la base c’était lui qui l’était non ? Il aurait tôt fait de pleurer qu’il se rassure, pas forcément que pour son alcool perdu, mais bon… Cependant, il fallait que je lui rappelle un détail…

=| -Tu me retapes les fesses une seule fois, je fais des tiennes des hérissons que tu ne serais pas prêt d’oublier ! Ni de te rasseoir !  T’es crétin ou bien ? Tu veux que je t’empale encore. Patience, ça va vite venir, mais avant on va se taper un peu tu veux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyJeu 27 Juin 2013 - 22:21

    Salope ! Salope deux fois même ! Non mais vous allez croire ça ? Elle m’a foutu dehors ! Déjà ça c’est inadmissible ! Faudra d’ailleurs que je pense à récupérer mes clefs… Mais en plus, affront suprême. Elle a vider mon stock d’alcool. Si je vous refais la scène, ce fut moi, à genou, suppliant, et au moment où il vida le sot un déplorable hurlement. NOOOOOOOOOONNNNNNN !!!!!!!!!
    Quand elle ressortit. Sa pauvre petit menace ne me fit ni chaud ni froid. En moi-même, en mon âme et conscience. Je me disais qu’une seule chose. Ma cocotte. Ton arrière train risque de prendre bien plus lourd que tu ne l’imagines… Ça c’était le coup bas. L’affront suprême… Avec quoi j’allais compenser ma vie de merde maintenant… Je jetais un regard froid et terrible sur Aoji. La haine transpirait de ce regard. Je marmonnais, je conspuais.


    -Je te maudis sur 600 générations. Et si tu dois porter mes enfants un jour. Et bien ils payeront pour ton affront. Sale garce !

    Nous nous remettions en route vers la forêt brumeuse donc. Durant le trajet je ne lui décrocha pas un mot. Oui pas un seul. Je lui faisais clairement la gueule. Fallait un certain temps pour que je le digère ce coup-là. C’est quand nous arrivâmes vers la forêt, son entrée plus précisément, que je rompis le silence. Une voix grave, un peu autoritaire même. Oui clairement ce coup-là je le digérais décidément pas…

    -Tu me rendras mes clefs en passant. Où tu me donneras les tiennes pour compenser. Ca m’évitera d’avoir à te les voler. D’ailleurs je suis jamais allé chez toi. Tu as honte de ta tanière hein

    Je continuais de faire quelques pas sans attention sa réponse. L’heure était venue de trouver ma vengeance. Il n’y avait qu’une seule chose qui pouvait se mesurer à l’affront qu’elle avait osé me faire. Une seule chose serait aussi agréable pour moi que terrible pour elle. Non qu’elle n’apprécierait pas je pense, peut-être même le contraire. Mais parce qu’elle a beau dire. Elle est autant que moi une handicapé émotionnelle, et qu'elle a un putain d'esprit de contradiction (oui tout comme je sais). Croyez-moi ce coup fourré là, elle ne me le pardonnerait jamais. Elle voulait s’entrainer de toute façon. Et bien je ne voyais pas mieux pour la motiver à me cogner. Oui oui, clairement, elle allait péter les plombs à coup sûr et vous allez comprendre pourquoi.

    Nous nous enfoncions alors dans la forêt. J’avais parfaitement éludé les réponses qu’elle avait pu me donner. Quand d’un seul coup je me retournais pour lui bondir dessus et la plaquer au sol. Je me retrouvais donc à cheval sur elle retenant ses bras de mes mains. Je devais alors faire très vite où l’un de ses os allait assurément me transpercer le bide (voir pire mais épargnons les détails).  C’est en m’appuyant sur ses bras que je fis le poirier pour venir dans le même mouvement l’embrasser. Oui ! Vous avez bien lu ! Je l’ai embrassé ! Ne nous emballons pas. J’ai pas mis la langue non plus. Elle aurait été capable de me la couper avec les dents c’est mort. Mais je peux vous assurer que j’en ai bien profiter et que même si ce fut rapide (quelques secondes), j’utilisai tout le talent du monde dont je disposais pour que cela soit le meilleur baiser du monde ! L’acrobatie terminé je me retrouvais maintenant derrière à environ un mètre. Largement satisfait. Mais je ne riais pas. J’allais cependant savourer ma vengeance vous vous en doutez bien. Je me passais un doigt sur mes lèvres du coup.

    -Mmmmh. Tes lèvres ont exactement le gout que j’espérais. Délicieux. Alors maintenant c’est bon tu es assez chaude pour passer à l’action où ? Tu voudrais passer enfin ….

    Je ne terminais pas ma phrase. Cette fois j’étais en garde. Clairement je venais de risquer ma peau. Mais que voulez-vous… Avouez qu'elle le valait bien.

    -Maintenant on est quitte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyJeu 27 Juin 2013 - 23:17


Mais il ne s’arrêtait jamais celui-là… ? Je levais les yeux au ciel, maudis-moi si ça te fait plaisir, si tu savais ce que j’en avais ciré d’autant que sa prochaine remarque ne m’inspirait qu’un :

=| -Mais va crever ! C’est toi qui voulait jouer amuse maintenant !

Bah oui, c’était bien beau de pleurer, mais qui était venu entamer la chicane hein ? Pas moi. Du moins, pas cette fois et pas directement. Puis...

=| -C'est toi hier qui a dit que tu n'avais plus besoin de cette merde ! Assume tes dires !

Bref, la journée commençait bien le voilà qui faisait la gueule pour pas changer, rien à cirer, je n’avais pas besoin qu’il sourit pour le frapper, avec un peu de chance, l’affaire le gonflerait assez pour qu’il cogne dur ! Nous voilà en forêt et Dame Nature emblait lui faire du bien, le voilà qui reparlait… Alors, de une chose, je lui balançais ses clefs, suffisait de demander, au pire, j’allais les reprendre et pour poursuivre, t’étais dans ma tanière là crétin. Encore une fois je levais les yeux au ciel et ça peut-être que je n’aurais pas dû, car me voilà plaqué au sol par cette énergumène. Ah bah le traitre, il attaquait sans prévenir, soit, mes mains immobilisées c’était je dois dire bien jouer le coup en traître, ça aurait été presque rentable  si il n’avait  pas poursuivi dans une action de pure folie…

Dire qu’à la base je souriais face à ce côte sournois, très vite je déchantais en sentant un contact humide sur mes lèvres…  J’esquivais du mieux que je pouvais en tournant la tête, trop tard.  Il avait osé, soit maintenant il pouvait mourir refroidi alors, sur le coup la colère ne faisait bouger, trop furieuse pour  ne pas ruminer ça, en lâche il s’esquivait bien vite pour se mettre en garde et il faisait bien. Impossible de décrire cette hargne soudaine, soit, cette fois ça serait du corps à corps, mais il n’était pas question de l’empaler, mais plutôt le réduire en charpie, d’où mon choix pour des ongles longs et assurés qui poussaient subitement de mes doigts.

=| -Quitte ? Tu te fou de moi ! Pour qui tu te prends. Ce qui va être délicieux c’est ta vision à l’état cadavérique.

Tandis que je chauffe tu refroidis ? En gros c’était ça, face à la scène le loup se montrait patient, voire même prudent en disparaissant de la zone, pour cause, il savait le côté « destructeur » de mes colères sur mon environnement. Puisque le « la » était donné on pouvait entrer dans la danse et à ce jeu-là, j’étais plutôt douée, agile et rapide… Quand était-il de lui face à l’assaut insistant et endurant des griffes aussi assurées que des lames de rasoirs. Pour le coup, c’était sa tête que je voulais, pas simplement le blesser, je lui souhaitais donc d’avoir de quoi se défendre, voire parer au moins le temps que ma colère redescende, ça ça pouvait être long ! Très long ! D’autant que je m’imaginais avec un certain avantage, je ne pensais pas qu’il frapperait vraiment cet abrutit, tant pis pour lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyVen 28 Juin 2013 - 11:42


    Effet prévu au poil. Elle était gonflé à bloc la mignonne.  Et le coup des griffes au bout des ongles. Cela lui correspondait parfaitement. Avouez-le les gars qui me lise. Vous pensez à la tigresse en fantasmant comme des crevards hein ? Moi je pensais plutôt à la louve. M’enfin. Je devais faire vite. Elle n’allait sans doute pas me laisser le temps de prévoir quoi faire. Mon but n’était pas de toute façon de la vaincre ou de la blesser. Quand même, je n’étais pas si mauvais. Plutôt de faire durer le combat. Le temps de lui laisser réfléchir un peu si vous voyez ce que je veux dire. Vous voyez pas ? Alors vous êtes des noobs. Bref.

    Je me craquais la nuque en souriant. Cette fois, cela être amusant. Je fis pousser seulement deux os par mes paumes. Et j’attendis enfin qu’elle me bondisse dessus. Tout sourie que j’étais, je me permettais même une remarque en passant.

    -Allons allons. Ton premier baiser. Tu devrais être fier.

    Pas le temps d’espérer quoi que ce soit. Je réceptionne son attaque en croisant mes os. Le choc est brutal. Elle était rapide ma nana, plus que moi assurément. Je forçais un peu sur le tout pour m’en dépêtrer et la faire reculer. He he. A moi maintenant. J’invoquais alors sans interruption des shaken de mes sceaux aux poignets. Les lançant sans discontinu. Façon de la tenir à distance tout en la menaçant sérieusement. Dans l’idée, je savais que cela ne pouvait pas la toucher. Mais je vous le rappelle. Le but n’était pas de la blesser. J’attendais simplement de tomber sur les bons shaken. C’est pourquoi je les comptais au fur et à mesure que je les lui lançais. Pendant ce temps je me permettais de converser comme si de rien n’était. Tranquillement.

    -Tu sais que j’adore quand tu te mets en mode furie comme ça. Ca me rend juste plus accro !

    Je provoque vous croyez ? Oui totalement ! Et alors ? Ce n’était pas tout à fait faux ce que je disais en plus. Avec de la chance elle commencerait à cogiter. Vous comprenez toujours pas sur quoi ? Encore une fois vous êtes des noobs. Bref. Le compte des shaken arrivait à son bout. Je pouvais utiliser ma dernière surprise. Après nous pourrions en découdre au corps à corps si elle le voulait. Je tirais subitement sur deux câbles accrochés aux shaken. Ceux-ci se morcelèrent alors, laissant s’échapper chacun, deux parchemins explosifs. Qui allaient bien entendu exploser sur elle. Moi fourbe ? Oui d’accord j’avoue, je le suis totalement. Mais on est des shinobis. Si vous voulez voir un combat de chevalier allez voir des samuraïs se battre et faites pas chier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyVen 28 Juin 2013 - 20:03


Soit ce mec était carrément très con, appelons un chat un chat, soit il devait être suicidaire, voire pire, quoi qu’il en soit, pour le coup, enfin le moment, mon envie se résumait à le tuer et comme il devait croire que son acte ne devait pas suffire à me pousser vers cette sentence, le voilà qui en rajoutait.  Pour le coup, non seulement il disait vrai, mais qui plus est un montée d’un cran les hostilités, là encore il avait su pallier à une de mes forces, la vitesse. Comment ? Simplement en utilisant ma façon d’être, impulsive à l’accès, ce n’était pas la première fois que la colère me menait au défaut en combat, mais comme je dis souvent, on ne refait pas hein !

Il fallait dire aussi pour ma défense, que j’ai franchement ce dernier collectionnait les bourdes… Et tandis que j’avais foncée tête baissée vers lui que dans le seul but de faire des dégâts à tout va, lui avait joué la carte stratégique, enfin fourbe surtout. Trop tard, je voyais le pot aux roses trop tard sous l’effet d’un câble j’allais littéralement explosée sauf réaction de ma part, une qui se voyait hâter, concentrant à peine un chakra futon sous mes pieds, je sautais, mais pas aussi bien que je l’aurais pu…

Du bout des doigts, je m’étais attrapé à une branche pour finir de prendre de la hauteur en pivotant sur cette dernière, depuis là je le voyais même toujours endroit n’ayant pas bougé… Encore de la provocation ? Évidemment, quoi que maintenant mon petit doigt me disait de me méfier, enfin, ça bien sûr  ce fut bien, bien après ma crise du haut du branchage… Ma logique ? N’en cherchait pas, je n’en ai pas je crois bien…

=|-Mais t’es pas malade ?!!! T’as manqué de me tuer là  crétin !

Oui, c’était assez culottée je sais alors que moi-même je voulais sa peau… Mais bon. Soudain, je me voyais tirailler entre le fait de vouloir le tuer et celui où visiblement il appréciait de me voir lui tomber dessus… La question s’était bien sûr lui pourrir la vie, pas lui faire plaisir, mais quel que soit mon choix, c’était l’impasse, ça l’arrangeait… Qu’importe, je voulais taper, j’allais taper ! Puis oui  comme, toujours les informations arrivaient de façon coordonnée dans mon cerveau, je tiltais le sens d’une de ses phrases juste avant mon assaut au corps à corps, un coup de pied dans le vide et avant que mon poing touche sa cible je le stoppais net, tout comme d’ailleurs…

=| -Et qu’est-ce qui te dit que c’est le premier ? Hum ? Parce que cela en était un ça ?

L’art de placer toujours les bonnes choses au bon moment, oui, oui, je sais ça me connait d’autant que j’avais sorti avec un air de gamine grognonne la totale, qu’importe... Je levais les yeux au ciel, en plein combat normal , avant de déclarer sèchement…

=| -Tu n’aurais plus de langue si ça avait été le cas…

Ce qui en soi m’aurait fait des vacances à ne plus l’entendre, mais là n’était pas la question, je levais un sourcil dans un tic nerveux et curieusement, ma hargne s’était effacé, certes j’étais fâchée, mais plus autant… Bref.  Un court instant de réflexion et voilà, je me rappelais où j’en étais !

=| -On est là pour s’entrainer non, Cousin adoré !

Et le mot cousin avait été des plus accentués, l’air de dire, cantonne toi à cette place et c’était bordel, pas gagner, c’était dans des moments comme ça que je me disais : Je suis maudite.  Non, car soyons franc, qui serait assez stupide pour… Non mais c'est vrai. Qui dit lien qui faiblesse et compliqué, ces deux mots là, moi je m'en passais aisément, déjà comme ça, j'avais assez de soucis à régler, mais bon passons.  Un mal de crâne venait prendre place dans mon crâne, j’étais déjà lasse de réfléchir, bah allez ! Je repartais taper, mais mes armes étaient cette fois moins agressives, de simples tonfas  le long des avant-bras à la place de griffes, bah oui ! Moi j’y allais franco pas en traître ! Enfin, surtout que je ne savais me battre que comme ça en fait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyVen 28 Juin 2013 - 20:38

    Elle s’en était sortit. Heureusement me direz-vous. Mais en même temps. Était-ce vraiment étonnant ? Je n’aurais jamais choisis un boulet comme elle sinon vous vous en doutez bien. Le coup de la stratégie fonctionnait donc. Le truc avec les bourrins finit, c’est de se montrer plus malin qu’eux. C’est comme dans la nature. On a beau dire. Mais qui règne ? L’homme. Qu’Est-ce que l’homme a de plus que les autres ? L’intelligence. Cela se limite à ça. Et elle pouvait rager hein, c’est elle qui voulait me buter en attendant. Alors remettons les choses en ordre je vous prie !
    En revanche, elle apprenait vite la donzelle. Puisqu’elle usa de ma propre stratégie sur moi. Quelle fourberie. Ses mots résonnèrent dans mon esprit comme un coup de massue. Je n’étais pas son premier ? Ma fierté en prenait un coup. Mais mon regard restait neutre sur le moment pour virer par la suite au narquois. Je n’allais pas me laisser avoir. Elle en rajouta une couche cependant. Comment ça pas un vrai baiser ? Elle confirmait elle-même ce que je vous avais dis précédemment. Elle m’aurait arracher la langue ! Comme quoi, je la connais déjà par cœur cette femme. Ha je vous dis elle est faite pour moi. Le dernier coup de massue par contre. Là cela me fit mal. L’instance sur le « cousin », je l’avais parfaitement comprise. Elle me repoussait. Je baissais les yeux déçu. Déjà vaincu. Prêt à abandonner. Alors qu’elle, se préparait déjà à la suite de l’affrontement. On croirait pas comme ça mais je suis sensible moi hein. Des choses comme ça, mon petit cœur en prend un coup ! Oui oui je vous assure. Devais-je abandonner tout espoir ? Devais-je laisser tomber. Était-elle complètement insensible à mon charme ? (Oui mon charme j’ai dis faites pas chier). Cependant, en relevant son regard je vis le sien. Hésitant. Je sentais qu’elle ne croyait pas vraiment à ce qu’elle disait. Bon, permettez-moi pour cette fois de me la jouer un peu romantique. Juste un peu !


    Je la fixais donc droit dans les yeux. Je savais qu’elle allait me rentrer dedans. Mon regard était lumineux. Je me sentais émerveillé par cette femme. Que voulez-vous, c’est pas vraiment que j’avais choisis au final, c’est seulement que mon cœur l’avait décidé ainsi. Cousin ? Oui et alors ? Au moyen âge on avait le droit ! Et même, avant le village de Kiri, vous croyez que ça marchait comment ? Réfléchissez un peu hein. Bref. Maintenant elle allait vraiment arrivé au corps à corps. Que devais-je faire ? Comment lui faire entendre à quel point… Oui a quel point c’est tout… Cette fois j’allais laisser aller mon instinct.

    Je croisais à nouveau mes os en face de moi pour parer son attaque, je lui fis alors le plus beau sourire que je pouvais. Puis, dans la foulée, je me décidais à y aller franco moi aussi. C’était durant un combat que ça allait sortir. C’était pas très romantique je l’admets… Mais franchement si vous voulez des belles histoires avec des fleurs allez à Konoha mater comment font les Hayashi et laissez nous faire notre duel. Là, je jouais gros. Donc, ses tonfa et mes os coniques étaient croisés, l’un et l’autre forcions avec violence. Puis je lâchais un murmure. Alors pour ma défense, oui cela consistait à la déstabiliser d’une part, mais bon ! C’est pas comme si je mentais totalement plus ! Alors j’ai le droit !

    -Dire ça à un homme tombé amoureux de toi quasiment au premier jour c’est pas cool…

    Paff ! J’avais osé ! Pour être honnête, l’adrénaline qui montait, je ne saurais vous dire si c’était parce qu’on se battait ou parce que j’avais réunis tout mon courage pour lui lâcher un truc pareil… Oui non, je fais genre mais je le sais très bien… J’usais alors d’une technique efficace. A chaque seconde je faisais exploser une étincelle de chakra raïton sur une partie de mon corps au choix. Je me retrouvais ainsi projeté d’un mètre dans un sens ou dans l’autre. Cela dans le but de la faire courir. Mais de pouvoir parler en même temps. Evidement il y’avait un coup de salop qui allait suivre mais nous allons voir ceci après.

    -Si tu me laissais un peu faire, juste un peu, tu verrais que c’est pas nul hein. Je veux dire, je sais que je suis ton cousin, mais voilà, sois certaine que je vais pas abandonner si facilement. De toute façon j’ai bien vu que je te laissais pas indifférente !

    A peine avais-je finis le mot « indifférente » que j’usais des explosions d’étincelles pour tournoyer sur moi-même comme une toupie. Décuplant ainsi la puissance du coup que pouvait faire mes os sur elle. Je ne comptais pas la tuer c’est sûr. Seulement la désarmer. Pourquoi ? Pour réussir à lui donner son vrai premier baiser ! Je sais ce que vous allez dire. Je vais vraiment finir par m’en manger une. Je m’y attends, j’y suis préparé. Alors ne vous inquiétez pas. Et je sais ce que vous allez dire. "Mec, tu es fou, avec cette femme, tu vas te faire victimiser, ce sera engueulade sur engueulade, et pas genre avec des mots, elle va t'envoyer à l’hôpital tu te rend pas compte !" et à cela je vous réponds. Parce que vous croyez qu'une pucelle qui dit amen ça m’intéresse ! Vous savez pas ce que c'est une vrai femme vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptyVen 28 Juin 2013 - 23:38


Comment dire. Je n’étais pas non plus sans cœur, ni naïve à ce point, c’était avec une très grande cruauté que je m’en allais faire mal, bien plus qu’avec un os planté dans un corps, bien plus qu’avec des mots, mais en jouant à casser ces choses fragiles que sont les sentiments, le combat n’était pas des plus nobles. La vie était faite ainsi, je ne pouvais pas contenter tout le monde, surtout quand général , seule ma personne me préoccupait, il va s’en dire que je l’aimais bien, même beaucoup c’était certain, mais pas autant qu’il ne l’aurait voulu visiblement, ce genre de choses ne m’intéressaient pas, c’était la faute à pas de chance ou alors ça suffisait à soulager ma conscience. Puis on ne tombe pas amoureux, on s’en persuade selon moi, mais là était un débat que je préférais éviter avec lui, pareille il allait se mettre en tête de me bourrer le crane après ça !
Et le voilà encore reparti avec ses jolies phrases, certes, c’était bien dit et flatteur, en théorie, mais en théorie seulement.  Un sourcil relevé je me sentais un tantinet coincée, comment refroidir les ardeurs de monsieur, lui faire comprendre d’aller jouer ailleurs ? Visiblement, lui dire que je n’étais pas intéressée ? Il s’en foutait… Lui dire que je préférais les filles qui sait ou qu’en vrai je suis un mec, peut-être ? Écoute.  Je réfléchissais tel que quelqu’un de censé et toujours célibataire l’aurait fait, moi qui voulais l’imiter, j’allais le faire jusqu’au bout,  je pensais à qui? Shinichi bien sûr et sa naturelle connard-attitude ! Et là des milliers de répliques s’évadaient de mes pensées par ma langue…

=| - J't'aime bien mais je ne suis pas intéressé par ton petit biscuit.  T'es pas assez riche.  Tu manques indubitablement de noblitude, puis excuse mais t'es moche. Soit, tu aimes le lait au même titre que Shinichi mais je ne te laisserai pas tremper ton petit biscuit dans le mien. Accessoirement, je crois que… je préfère les hommes plus matures et l’alcool c’mal, comme de fumer ou de se droguer.

Mon autre sourcil se relevait, efficace difficile à dire… Cohérent encore moins, j’avais entassé tout ce qui me passait par la tête pour le rassembler là. Réaliste peut-être pas non plus, de circonstance ? Encore moins bien sûr, puis face à autant de venin je rajoutais même…

=| -Mais je t’aime quand même…

Mon sourcil se baissait, mais pas ma garde, car il revenait à la charge avec entrain, merde alors en plus d’être têtu, monsieur était tenace ! Et bien vite faute de pouvoir parer, je me faisais clairement reculer sous l’assaut, par chance, les coups se voyaient réduits dans leur impact grâce aux gènes Kaguya, enfin surtout  un jutsu visant à diminuer les dommages oui. Il fallait croire qu’on ne riait en même temps…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptySam 29 Juin 2013 - 10:46

    Je me stoppais net. Soudain et perdu. Une cassure. Un morcellement de l’âme. Tout s’écroulait. Immobile devant elle. Elle avait réceptionnée mon coup et reculer sous son poids. Mais elle n’avait pas eu besoin de répliquer. Mon facies changea du tout au tout. Mon regard perdit son air niait pour sombrer dans une totale corruption. Mes rétines se rétrécissaient, un semblant de brillant ornant ce nouvel œil assassin. Ces mots me frappèrent en plein cœur et rompirent ce que je cherchais à étouffer. C’était ainsi que cela devait être donc. Et bien soit. Je ne pleurerais pas sur mon sort. Je ne la supplierais pas. Était-ce totalement vrai ce qu’elle avait dit ? Je n’en suis pas du tout certain, mais vrai ou non, j’en fus profondément blessé. Je ne répéterais pas ce qu’elle dit ici tant ce fut pour moi une déchirure. Mon regard s’assombrit donc, tout mon être sembla se fermer sur l’instant. Ma voix elle-même changea de ton et de timbre. Comme ce l’était durant la guerre. Pas de sentiment. Voilà le danger que représentait les femmes. Elle la première. La frontière entre la haine et l’amour n’est pas plus épaisse qu’une feuille de papier.

    -Je vois.

    Je me tins droit et fier. J’activais cette fois mon jutsu raïton. Celui-ci faisant parcourir l’électricité dans mon corps pour augmenter par deux ma vitesse. Quelques éclairs de ci de là autour de moi venant annoncer la technique à mon adversaire. Je relevais le regards sur elle. Plus que mauvais. Je lui en voulais manifestement. Nous étions en entrainement cela tombait bien. J’aurais tout le loisir de trouver vengeance durant le combat. Si elle avait dit ça pour me foutre en rogne c’était clairement réussis. Avais-je abandonné cet espoir la concernant me demanderez-vous ? Ce serait laisser tomber bien vite c’est vrai. Mais vous l’avez entendu. Alors il n y avait plus à jouer de rôle.

    -Garde tes « je t’aime quand-même ». Ta pitié tu peux la donner à ton chien. Moi je suis un Kaguya.

    M’être ouvert pour prendre une telle baffe c’était de trop. Je lui bondissais dessus avec vitesse en tournoyant grâce à la technique utilisé précédemment de l’étincelle. Mon regard était maintenant celui d’un animal. Je fis pousser deux autres os au niveau des genoux. Et tandis que j’arrivais sur elle, c’était clairement dans l’intention de la blesser. Je n’allais pas lui faire part de la douleur qu’elle m’avait causé. Cette fille là n’en n’avait cure et comme je le lui avais dit, je ne voulais pas de sa pitié. On ne m’y reprendrait plus. A mort les femelles. Qu’elle se soit échapper du second assaut ou non je me permettait une dernière provocation.

    -Alors le petit chien chien Kaguya à son sensei il va régir ou se laisser cogner ? C’est bien de crier à la liberté quand on est en fait soumis comme n’importe quel Kirijin.

    Vous remarquerez que je la comparais subtilement à son loup que j’appelais maintenant chien. J’aimais toujours autant ces bêtes et les respectais. Mais elle, je ne la considérais plus de la même façon. Je la trouvais maintenant inférieur. De ce qu’elle avait dit. Je ne pouvais maintenant que la voir ainsi. Car elle avait beau dire. Moi j’étais seul depuis bien longtemps et faisait avec. En entrant dans ma vie et apportant ces histoires de famille. C’est bien elle qui m’avait rendu faible. Je lui en foutrais moi de la noblitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptySam 29 Juin 2013 - 12:40


Rien qu’au ton et aux mots, clairement, même pas besoin de passer au détail des coups pour comprendre que l’effet avait fait mouche, l’assaut celui-là même d’une seule réponse avait été meurtrier. Le pire fut quand même qu’il ne fit un commentaire que sur ce qu’il avait de bon et sincère à prendre, je soupirais face à l’énième provocation verbal de mon confrère Kaguya, ça sonnait vrai et faux à la fois. Vérité pour sûr sur le coup ses mots il les pensait, faux parce que non, c’était loin de m’irriter et en un sens il se leurrait, je ne faisais pas dans la pitié et il avait beau dire, je venais parfaitement de lui montrer.  Mais là encore aucune rancœur ne me venait tandis qu’il crachait un venin en retour, un qui même me semblait trop gentilé, c'était de bonne guerre. Chien-chien à son senseï ? Et alors. Shinichi était un exemple pour moi, il savait mieux que mon père lui-même jouait ce rôle, il prenait soin de moi avec patience –ou pas-, c'était la seule personne vers qui je me tournais les yeux fermaient. C'était mal de pouvoir se reposer sur quelqu'un?

De ma vie il ne savait rien, tout comme moi de la sienne, néanmoins je savais une chose que pour l’heure il voulait snober, les nôtres étaient maintenant liées, quoi que en tant que Kaguya, elles l’avaient toujours été. Malgré toute la compréhension dont je pouvais faire preuve à ce moment-là, il y avait un point sur lequel je n’allais pas laissé couler et ça qu’importe la douleur que j’avais causé, j’étais seule responsable et qu’importe l’assaut, il allait lui falloir faire mieux que cela. Certes j’étais une guiche en beaucoup de domaine, mais recevoir les coups et les donner ça me connaissait, s’entamer alors la guerre d’usure et là par quoi allait-elle se solder ? Le premier qui cède ou à toutes les colères refrénaient… Dans un moment de répit il était temps de mettre les points sur les « i ».

=|- Soit. Pitié tu dis ? Alors mes mots te sont encore parus trop doux, je ferai mieux la prochaine fois, puisque ce n’est pas toi qui disait aimer ça ?  Tu récoltes ce que tu as semé. Néanmoins que les choses soient claires, ne visent pas des tiers pour m’atteindre moi, ni Nectus, ni Shinichi, car si moi je suis soumise à Kiri comme tu dis si bien, tes mots à leur encontre sont l’acte d’un lâche, ne te trompe pas de cible dans tes attaques.

Sur quoi je me taisais tandis qu’il s’armait d’ossements plus offensifs, nous avions inversé les rôles du jeu de la colère et là, il pouvait voir à quel point ça pouvait déplaire et oui, c’était comme si un enfant n’avait pas eu ce qu’il voulait, la crise frappait. Sur ce point je n’étais pas en rade, pour cause, j’étais assez capricieuse et si ce grand moment de solitude je le connaissais si bien, c’était d’expérience pour l’avoir vécu, car rappelons le, à jouer avec le feu on finit par se brûler. C’était ainsi qu’il n’y avait pas si longtemps encore, mon sensei m’avait viré de l’équipe, car le noble lutin n’était pas un tendre, non pas sans ménager ses propos à mon égard tout ça pourquoi ? Parce que je ne le voulais que moi et sans partage et d’une belle baffe dans ma tronche, il m’avait fait comprendre que des exigences ça se gagnent et ça ne s’imposent pas.

Qu’importe la suite sombre qui s’en était suivi, il y avait que la finalité qui comptait, Shinichi était toujours mon senseï adoré et j’avais repris ma place dans l’équipe, parce qu’au final le lien entre nous était vrai et très vite on s’était manqué. Ce qu’il y a de bien avec les disputes, c’est qu’en général à la suite il y a les retrouvailles et généralement ces dernières s’en suivent avec des nouveaux départs moins conflictuels.  En garde, je pensais tout bêtement que tout comme moi face à mon renvoi, ça signer pour lui une rupture d‘un  lien que l’on croyait précieux, bon là encore j’aurais pu philosopher sur la question, mais je m’en abstenais. C’était une leçon de vie qu’il devait apprendre seul, c’est souvent le problème des sentiments voyez-vous, ils font de votre humeur un yoyo et parfois même de vos actes des choses insensés, la leçon était simple pourtant et personne ne la retenait. Un shinobi, ça ne fait pas dans les sentiments, un point c’est tout. Malgré ça, je n’avais plus aucune envie de me battre, j’étais lassée à la limite de vouloir laissez tomber, mais non, je n’étais pas Shinichi et donc moi bêtement je restais en garde pour parer et esquiver, voire encaisser tant bien que mal  jusqu’à ce qu’il soit calmé ou accessoirement que je puisse lui en placer une bonne pour le calmer…  C’était clair, le chien-chien à son Senseï elle n’allait pas le laisser ruminer seul dans un coin, c’était trop cruel et non ce n’était pas de la pitié, parce que moi contrairement au lutin bleu je n’étais pas une noble aigri et rancunière, pour cause…

=| -Ça y est là t’es calmé ? Parce que sinon on peut danser toutes la journée et la nuit tu sais, ça ne me dérange pas, en bon chien-chien Kaguya je sais suivre le rythme et toi ?

Moi en remettre une couche ? Jamais ! Allons, j’avais dit ça avec un sourire de carnassier juvénile et non je vous jure, je ne foutais pas de lui, je m’amusais juste qu’il soit aussi con que moi, après tout, on était de la même race Kaguyenne non ? A ce propos, j’allais tenter de l’immobiliser un peu le coco avec des os, sans pour autant l’os, mais c’était qu’il était rapide, enfin j’avais tenté la diversion avec ma langue fourchue, qui ne tente rien ! N’a jamais rien ! Quatre lances d’os sortaient du sol pour tenter de l’encercler et le coincé avant de progressivement le ramener vers le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptySam 29 Juin 2013 - 15:41

    Ses premières remontrances ne m’avaient absolument pas atteint. Trop occupé à lui renter dedans. Cela sombrait le dramatisme. Elle ne comprenait sans doute pas d’où me venait une telle hargne. Qu’’elle croyait sans doute que cela venait uniquement du fait qu’elle me repoussait. Cela jouait certes, mais cela n’était qu’un déclencheur. Et je sentis la mesure de l’affrontement s’amenuiser. Moins d’entrain dans ses mouvements, moins de convictions dans ses actions. Elle était déjà vaincu. Quelle déception. Puis quand elle remis une couche cette fois je me stoppais. L’écoutant attentivement sans perdre ce regard haineux. Soi-disant, nous pouvions continuer comme cela des heures. Qu’elle ne se fatiguerait pas, Est-ce que j’arriverais à suivre le rythme ? Sans aucun doute. Mais, si elle n’avait plus l’entrain. Le mien ne servirait à rien. Je me tenais à l’heure à moins d’un mètre d’elle et mon regard devint fuyant. De quoi avais-je peur ou honte ? De ce qu’elle avait éveillé tout bêtement. Saleté de femme. Elle tapait ou cela faisait mal sans le savoir. C’est une question d’orgueil diront certain. C’est naturel diront d’autres. Je me trouvais désarçonné malgré moi. Et ma voix grave et menaçante se fit entendre.

    -Si tu avoues mon instant de faiblesse à qui que ce soit je te jure que je te tuerais. Quitte à mourir avec toi.

    Une façon de me voiler la face. Vous et moi savions que je serais incapable de la tuer. J’avais beau avoir la haine. Le cœur a ses raisons que la raison ignore comme on dit. C’était ainsi. J’allais donc pour cette fois me dévoile un peu. Lui donner quelque fragments de moi-même. Preuve de fragilité certes, mais n’était-il pas courageux de les avouer et de les combattre ? C’Est-ce que je pensais, bien que je me doutais qu’agir de cette façon ne jouerais absolument pas en ma faveur. Je ne vois pas bien ce qu’il restait à sauver. Il n’était plus question de séduction. Bien que je ne perdais secrètement pas espoir. Entre nous, aussi minable que cela puisse paraître, je n’avais qu’elle… L’alcool ne suffisait plus maintenant qu’elle m’avait donné un semblant de joie. C’est cela qui est si déroutant et qu’en réalité on appelle l’amour. Quand une personne devient à la fois source de problème et le soin qui les baume… Dérisoire. Pitoyable. Si j’avais eu le choix, je vous assure que je ne l’aurais pas accepter. Mais c’était trop tard. Mes os rentrèrent dans mon corps. Les éclairs m’entourant s’évanouissaient. Signe que j’abandonnais finalement le combat. Puis ma voix se fit toujours aussi grave, mais teinté d’une tristesse que je tentais de contenir au mieux. Elle n’était pas prête de revoir ça avant longtemps.

    -Si je bois, c’est pour parvenir à supporter d’être seul avec moi-même. Si je ne suis pas noble. C’est parce que je n’ai jamais trouvé de noblesse à guerroyer alors qu’on a que 7 ans. Si je ne suis pas riche, c’est parce que mes parents se sont fait éventrés avant de me léguer quoi que ce soit. Quand à la beauté.. C’est le monde qui dicte ce qui est beau. Moi je ne m’y attache pas. Sinon je me serais pas attaché à toi.

    Pas une seule fois mon regard ne croisa le sien durant ce court monologue. Puis je lui tournais le dos. La question était de savoir si je devais me barrer séance tenante tel un lâche. Où rester et continuer « le combat » si je puis dire. Après un instant de réflexion et ignorant parfaitement pour le moment ce qu’elle pouvait bien répondre. Car la moindre moquerie me serait passé par-dessus tant cela eut été dérisoire comparé aux souvenirs et l’état qu’elle avait soulevé. Puis, je me décidais finalement à revenir à la raison.

    -Je vais préparer le feu. Fais ce que tu veux. Et oublions tout cela. C'est mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptySam 29 Juin 2013 - 16:55


Calmé ? Probablement et de la même façon que le rire était contagieux, la mélancolie n’avait rien à lui envié, il avait baissé les armes enfin, moi quelque part ça faisait un petit moment déjà et pour le coup je l’écoutais calme et sans action derrière la tête. Me tuer ? Je ne croyais pas qui pourrait le faire, au même compte que moi finalement, sa remarque avait même l’effet de me faire sourire, allons, nous n’étions au petit secret près. Et comme je m‘en doutais son histoire était triste, autre chose, lui il ne lui fallait pas des semaines pour réfléchir contrairement à moi, sa nature pressée ne m’étonnait plus et quand il arrivait enfin à la conclusion de tout oublier, je n’étais pas d’accord en plusieurs points. Et encore une fois, j’avais l’impression que j’allais me répéter et on petit doigt me disait de ne rien dire, à quoi bon être si froide si c’était pour après lui tendre une main, cela réduisait mon acte au titre de gratuit et ce n’était pas le but. Néanmoins, je ne savais pas garder ma langue soumise à ma volonté.

=|-Je t’ai confié une facette de moi que tu es le seul à connaitre. Cette menace-là, je l’ai faite la première. Disons, que nous sommes quitte, affaire classée alors.

Je partais donc ramasser le bois avec lui, pour cause je n’avais pas fini et pour que l’affaire soit définitivement complète, il fallait je pense que tout soit dit. Tout d’abord j’étais dans un ton espliègle histoire de faire tomber toute cette tension…

=|-Tu as bien retenu mon petit monologue pour me le renvoyer dans les dents, à ce jeu-là tu sais on ne s’arrêtera jamais non plus.

Ceci fait, je passais à quelque chose de plus sérieux, ceci après lui avoir lâché mes branchages aux pieds pour qu’il fasse le feu…

=|-Seul je te l’ai déjà dit, tu ne l’es plus y a moi déjà Cousinet, si tu veux un rappel des parents je partage les miens, mais tu vas vite déchanter, mais désolée pour ta famille. La noblesse ça se gagne avec nos actes, tout comme la richesse d’ailleurs et pour finir…

Là clair il en prenait une en traître et elle n’était pas volée !

=| -Je t’emmerde, mais complétement, j’ai jamais cherché à plaire viens pas me faire chier !

Quant au dernier point, je m’accroupissais pour allumer le feu et tandis que la flamme prenait, d’un sourire de carnassier je relançais ce jeu stupide en lui tendant la main.

=| -Le reste, bah je le garde pour moi c’ça ? Non ? On fait la paix ? Parce que c’est pas tout ça, mais je suis crevée ! Tu ne veux pas faire à manger là ?

C’était taquin et bon enfant, mais un peu vrai, j’étais morte il avait vidé mon chakra avec ses conneries, n’empêche, c’était là un bon entrainement et une troisième tête réapparaissait, preuve que l’orage était passé. Nectus bien sûr !

=| -Ah bah toi dès qu’on parle de manger tu pointes ton nez…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptySam 29 Juin 2013 - 17:32

    On effaçait tout. Et elle tentait comme elle pouvait de détendre l’atmosphère avec des vannes pourrit. Entre-nous, c’est bien que quelque soit le moment, nos vannes sont pas fameuse. Mais en même temps on fait avec l’inspiration du moment. Quand elle disait que je n’étais plus seul. Elle n’avait pas tout à fait faux. Après ce qu’il venait de se passer, si il avait dû s’enfuir en courant elle l’aurait déjà fais je pense. J’étais donc partis pour me la coltiner jusqu’à je ne saurais jamais quand. C’est ironique quand même, je viens de prendre une ultra veste, et je suis malgré tout condamné à la garder prêt de moi ? Vous à ma place vous le prendriez comment ? Sachant ce qu’elle sait. Pourquoi s’implique t-elle malgré tout ? Si vous êtes a peu prêt normal, vous vous direz de la même façon que je me dis, qu’elle est plus attaché qu’elle veut bien le dire. D’ailleurs ce fameux reste dont elle ne voulait pas parler. A quoi cela correspondait hein ? Je suis sûr que je ne fantasmais pas. Il me fallait juste du temps. Mais que je vais encore devoir manger très chère avant qu’elle l’admette… Je soupirais rien que d’y penser. Il est là le vrai courage ! S’accrocher sachant qu’on va prendre tellement lourds dans la face, qu’on sait que nos nerfs seront mis à très rude épreuve. M’enfin. Pour le moment elle allait chercher le bois et le déposait à mes pieds pour que j’allume le feu. Ce que je fis sans le moindre mal. Maintenant… Elle me de lui faire la bouffe ! Quel culot ! Genre, j’ai de la nourriture dans mes poches là comme ça c’est certain ! Je me grattais la tête dépité. Et voilà Nectus qui arrive… Là on avait un problème.

    -Mmmmh. Si tu veux que je fasse la cuisine, va falloir qu’on chasse un peu. A moins que tu aies prévu quoi que ce soit pour manger. Sinon faut rentrer chez moi… Y’a un truc au quel j’ai pensé par contre.

    Je lui sourirais. Comme quoi, je l’avais une sacrée mémoire moi aussi. Je sortais ensuite plusieurs graines de mes poches. Fraichement acheté au fleuriste du coin. Je les secouais devant elle, genre pour lui montrer que j’avais bien pensé à elle. Non je n’avais pas ramener de fleur ! Mais vous avez le morceau ? Si je lui avais ramené une rose elle me l’aurait surement faite bouffé séance tenante. Je lui proposais alors de joindre l’utile à l’agréable. Marcher j’adorais ça. Chasser encore plus. Planter des arbres je m’en foutais c’était surtout pour elle. Mais l’idée de marcher avec elle (non pas main dans la main c’est évident ! Quoi que…) me séduisait. Cela nous calmerait surement aussi.

    -Je te propose d’aller les planter en allant chasser un coup. De quoi se nourrir au moins. Nectus pourra pister pour nous. Une petite balade nous fera du bien à tous les deux en plus qu’Est-ce que tu en dis ?

    Je me redressais pour mettre les graines dans ma poche et lui faire un sourire charmeur en lui tendant la main pour l’aider à se relever. Cette fois-ci, je n’allais pas faire de gaffe. Et il n’y’avait pas d’arrière pensée. Je dis bien cette fois-ci. Plus tard c’est pas dit hein !

    -Une balade entre cousin. Juste entre cousin. Pour aujourd’hui je vais mettre de côté tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptySam 29 Juin 2013 - 19:04



Prévoir à manger ? Ça me faisait rire, il était au courant que je vivais à la belle étoile moi ? Mon frigo c’était la forêt, mais ça me faisait penser, j’avais trois-quatre petite chose à lui montrer, lui qui voulait marcher, ça tombait bien ! Et puis ses arbres et sa petite histoire venait de m’inspirer une chose, moi qui me plaignais toujours j’étais une sacrée veinarde, je le réalisais maintenant et le chien chien Kaguya s’en allait lui montrer l’avantage à savoir s’adapter. Tapotant du pied j’étouffais le feu pour cause, j’avais changé d’avis en voyant les graines.

=| -Viens avec moi puisque tu y as pensé ! Il n’est pas question de les planter n’importe où ! Je m’en vais t’emmener chez moi, là-bas personne ne pourra venir les déranger. Tu as déjà été dans le quartier Kaguya ?

Quand je disais chez moi, il ne pouvait pas s’imaginer à quel point je disais vrai, non il n’était pas question de chez mes parents, en effet, figurez-vous que mon sensei m’enseignait aussi à miser sur l’avenir ne sait-on jamais et que par ce biais et une longue histoire, je me voyais propriétaire d’une maison traditionnelle dans le quartier de notre clan.  Bien sûr, ça va de soi que la moitié des traites étaient supportées par ce sale rat, mon salaire de genin ne suffisant pas, quand je vous disais qu’il était un père pour moi ! Par-là, je voulais laisser entendre  qu’importe de quoi était fait le passé, l’avenir proposait parfois de rattraper le coup, même en ayant toujours mes parents, ce n’étaient pas sur ces derniers que je devais compter, pour cause ils m’avaient gentiment poussé vers la sortie une fois grande. Bah oui, ma mère qui allait avoir un énième enfant avait besoin de place…  Enfin, ces petits détails de ma vie n’étaient pas à l’ordre du jour et ils n’étaient pas prêt de l’être un jour. De là il va de soi que comme toujours je menais mon monde et tracer le chemin, par chance, non ce n’était pas un hasard, devinez quoi ? Mon quartier de forêt était à une vingtaine de minutes de là…

Face à cette foutue bâtisse que je venais visiter tous les quinze du mois, je ne sortais même pas de clefs, tu penses, c’était ma voisine Rin, gamine Kaguya et accessoirement disciple de Shinichi, qui veillait au grain sur la maison pendant mon absence. Autant dire que mettre un pied ici sans être Kaguya, c’était être  mort. Je dis ça ! Je dis rien ! Ça avait ses avantages la vie ici. Enfin je disais ça et c’est pour ça que je n’y vivais pas… Bref !Ma logique n’était plus à prouver, quoi qu’il en soit, le jardin offrait un berceau  parfait pour ses graines de futures maisons secondaires –Ao appellent les arbres comme ça-, enfin pour le coup, ça serait plutôt même ceux mes enfants le temps que ça pousse… Un peu blazé, qu’importe je laissais le choix à mon invité de leur emplacement !

=| -Bon alors ? On les plante où ceux-là ? Puis c’est comme plante au juste hein ?

Bah oui, il ne comptait pas quand même que j’attende trois ans pour voir la tronche qu’avait l’arbre hein…

=| -Connaissant Rin, la cuisine doit déborder de friandises eh eh ! J’espère que tu es gourmand ! Ah ouais ! Rin c’est ma voisine, c’est elle qui s’occupe d’ici quand je ne suis pas là, accessoirement elle travaille pour Shinichi, bref tu t’en fou je suppose non ? Alors où ?

Ce coup-là on était définitivement quitte non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] EmptySam 29 Juin 2013 - 19:37

    Réponse toute bête. Non je n’avais jamais vu le quartier Kaguya. Elle ne semblait toujours pas comprendre que les Kaguya et moi, c’était pas une folle histoire d’amour. M’enfin. Cette fois, je ne râlais pas, honnêtement de toute façon, la plus part du temps je ne gueulais plus que pour la forme. Quand elle avait une idée en tête celle-là il était perdu d’avance d ‘essayer de l’empêcher. De la tempérer même. Elle me conduisait donc dans « son petit coin de paradis ». J’étais attendrit par cet entrain et cette joie qu’elle manifestait rien qu’en parlant de cette baraque. Elle voulait maintenant que je plante les graine dans ce jardin. Alors ce coup-là je m’y attendais pas. Et cela me faisait plaisir je l’avoue. Les petites choses comme ça, qui font qu’on est obligé de voir une personne, oui non je repars pas là-dessus. Donc ! Je disposais de cinq graines au total. Je me saisissais de sa main pour lui en laisser deux. Souriant un peu je lui fis un clin d’œil presque aguicheur.

    -C’est ton jardin. Plantons les ensemble. Ca sera un peu comme si on avait fait quelque chose de concret à deux. Ha au fait. Ce sont des chênes.

    Je n’en disais pas plus me dirigeant vers plusieurs coins du jardin pour y remuer la terre et y plante les graines. Je voyais que cela lui faisait plaisir. Et aussi stupide et niais que cela pouvait vous paraître, surtout compte tenue de la situation. Ce qui lui fait plaisir me fait aussi plaisir. C’est ainsi. Une fois terminé je me redressais pour la rejoindre. Puis, même si sa proposition était alléchante (d’autant que j’avais franchement la dalle), pour cette fois, je préférais ne pas trop m’incruster. Je sentais que c’était le moment de me barrer. Pour une fois que j’avais pas une gaffe ou la moindre connerie, j’allais pas risquer de tout gâcher. Arrivé à son niveau, je me saisissais à nouveau de sa main pour lui redonner mes clefs. A vous d’essayer de comprendre ce que cela pouvait bien vouloir dire. Mon visage orné d’un léger sourire je lui fis part de mon départ. Elle pas me retenir la connaissant de toute façon.

    -Je vais plutôt te laisser. Je pense que c’est mieux. Ca été une journée sympas on remettra ça t’en fait pas. Aller à plus.

    Je commençais donc à m’éloigner en lui faisant des signes de main. Juste au cas ou. Je vous précise que désormais ma porte de chambre sera piégé. Que j’ai changer le verrou de la fenêtre ! Si elle voulait me refaire les coups de la dernière elle devrait entrer par la porte d’entrée et manger mon piège si elle rentrait dans la chambre comme d’habitude !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Ça s'os chez les tas d'os [Tenzö]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô-