N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 La rançon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Seiji2
Seiji2
Informations
Messages : 486
Rang : A+

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: La rançon. La rançon. EmptyDim 12 Fév 2012 - 22:48

Citation :
Un groupe de ninja de Kumo parti en mission à Kusa no Kuni vient de se faire enlever. Les malfaiteurs demandent une rançon pour les récupérer. Hors de question ! Vous devez les trouvez, les libérez, foutre une bonne raclée à ces brigands et revenir. Attention, le lieu de la mission est une forêt étrange abritant une faune et une flore surdimensionnée. Les ninjas sont habitués à ce terrain et auront donc l'avantage. La mission d'origine des kumojins envoyés là-bas consistait à assassiner le chef de cette petite organisation qui fait du trafic d'organe, si vous avez un peu de temps... On ne vous envoie qu'à trois car ils sont très vigilants et vous aurez moins de chance de vous faire prendre. Bonne chance.

Je me levais tout doucement aujourd'hui. J'avais été récemment promu membre du Satoru tout comme Mugen d'ailleurs. Une promotion que j'attendais depuis un moment et qui était enfin tombé. Cela montrait encore une fois que je progressais dans la hiérarchie du village, je n'étais plus le gamin fanfaron que les anciens réprimandaient il y a quelques années. Il n'y avait pas que mon physique qui avait changé durant ces dernières années, mon mental lui aussi s'était forgé, faisant de moi certes le plus jeune jônin et membre du satoru du village mais, j'étais aussi réputé pour être sans pitié dans chacune de mes missions, d'où le surnom d'empereur rouge ou la couleur rouge est plus associé à la couleur du sang qu'à autre chose. D'ailleurs j'en avais une nouvelle de mission. A peine la tête sortie hors de ma couverture que j'aperçus une lettre glissée sous la porte. Bah, un des sous-fifres du raïkage avait sûrement dût passer et comme je pionçais, je ne l'avais pas entendu toquer. J'ouvris la lettre tout en me posant sur ma chaise et regarda l'ordre de mission. Déjà c'était une mission de haut rang, au moindre faux pas je pouvais y risquer la vie.

L'ordre stipulait clairement de ramener les kumojins enlevés par le groupe de Nukenin et de nous occuper des malfrats puis ensuite de nous occuper de la mission des kumojins, une fuckin' double mission. Deux fois plus de travail et on allait être payés que pour une mission de rang A, y a pas à dire, les donneurs de missions étaient forts pour arnaquer d'honnêtes shinobis. Je regardais en bas de l'ordre, je devais faire cette mission avec deux personnes. Seki Ryûsai et Seki Raiken, deux membres du même clan quoi et j'me demandais ce que je foutais dans cette mission ? Y avait pas de troisième membre du clan Seki capable de s'occuper d'une mission de rang A ? Eh ben, il était pas très puissant ce clan. Je m'habillais en prenant mon temps, j'avais encore une demi-heure avant le début de la mission. Rendez-vous au sentier perdu comme d'habitude et direction Kusa no kuni. D'ailleurs, en y réfléchissant bien, c'était la première fois que j'allais à Kusa. Quoique, ce que j'allais visiter c'était plutôt la forêt où se cache en ce moment ces nukenins. Bon, il est temps d'y aller, let's go !

J'étais au sentier perdu. Les deux descendants du clan Seki ne mirent pas longtemps à arriver. Tout d'abord, il y a eu l'entrée de Raiken. Il avait bien grandit physiquement et sur son visage on pouvait lire une certaine sérénité, un certain calme qu'il n'avait pas quand il était genin. C'est vrai que durant sa promotion chûnin je ne l'avais même pas félicité et je n'avais su que très récemment qu'il était passé jônin. L'autre était Ryûsai, lui aussi avait changé physiquement. Déjà ses cheveux avaient poussé et il avait pris des couleurs. Bon en tout cas, pas le temps de taper la discussion pendant des heures avec eux, la vie des kumojins étaient probablement en danger à cette heure-ci. Je pris un air sérieux :

    - Allons-y !
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Kamen
Yamanaka Kamen
Informations
Grade : Genin
Messages : 523
Rang : A

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyLun 13 Fév 2012 - 0:38

Travailler au département de gestion des affaires intérieurs et étrangères était bien pratique pour se tenir au courant des actualités et des nouveautés.. D'ailleurs, c'est grâce à un des nombreux dossiers que contenait le bâtiment, que j'appris que deux membres avait été récemment recruté à l'Unité Spécial de Kumo. Lorsque que je vis les shinobi, je ne pus retenir un sourire de contentement. Je fus cependant étonné, lorsque je vis le nom de Yashira Mugen. Je pensais qu'il y était déjà depuis un moment. Celui de Shin-senpai y était aussi inscrit, et j'eus une arrière pensée que je ne pus retenir. Je m'étais donc presque hissé à son niveau, puisque moi aussi je rejoindrais bientôt le Satoru. L'élève surpassera-t-il le maître ? C'était une question à la réponse plus qu'incertaine pour le moment mais il devait encore être plus fort que moi. C'est vrai que j'avais ouïe depuis un moment, la mort du chef de l'Unité Spécial, une certaine Anko. Le Satoru était donc vide à ma connaissance, jusqu'à aujourd'hui. Mais puisque le département ne traitait pas que des affaires intérieurs, il y avait bien entendus les précieux parchemins de missions. Ceux-ci reflétaient les influences mondiales politiques, militaires ainsi que les différentes situations à travers le monde, avec un peu d'étude. Les ordres de missions y étaient bien entendus triées, classées, puis en fonction du type de missive, certains Kumojins étaient retenus. Je ne me faisais pas que me renseigner, je faisais mon travail en dehors de shinobi des nuages. Enfin en grande partie puisqu'il considérait à quelques autres tâches...

Soudainement une agitation se fit sentir et tout le monde commençaient à accroître leurs gestes et leurs vitesses, à parler plus vite qu'il ne pouvait. Je jetais un œil autour de moi et vis qu'un faucon venait d’arriver, avec un colis pour Kumo. Très vite, des shinobi dont le rôle était uniquement de classer et décrypter si besoin les parchemin se m'y au travail. Après cinq petites minutes, tout était en place. Des copies conformes avaient été réalisées dans le but de les envoyer aux ninjas chargés de la mission, l'original était envoyé au Raikage. C'était en quelques sorte un jour de fête ici, puisque que les missions importantes étaient souvent envoyé directement à Uriô. Enfin, c'est ainsi que je fus mis au courant par un de mes collègue, avec lequel je m'entendais à merveille, que je devais m'occuper de la mission en compagnie de mon senpai et de mon cousin. Intéressant tout cela.. Je décidais donc de prendre congé pour pouvoir préparer tout ce que j'avais besoin. Autrement dit : du calme. Une fois mon moment de solitude passé, je ne pouvais m’empêcher de rendre visite à Ryûsai pour l'accompagné au point de ralliement qu'était les portes du village, donnant sur le Sentier Perdus. Je marchais donc à travers les rues de Kumo avant de tomber sur sa demeure, digne de ce qu'un Chûnin pouvait se payer. Les volets étaient à moitié entrouvert alors je pris la décision de ramasser quelques cailloux pour les lancer. Après plusieurs saccades, j'eus enfin un signe de vie puis il mettait un temps fou à me rejoindre.

Avec la patience dont j'avais fais preuve, nous nous postions enfin aux portes du village, attendant Shin. Dernier, encore une fois. Il arrivait, nous jugeait rapidement avant de lancer un simple "let's go". Je lui emboîtais alors le pas en le saluant, tout en prenant très rapidement une disposition. On avait du chemin et selon la description de la mission, un repérage ne serait pas si mal. J’exécutais donc quelques mudras pour pouvoir concentrer une quantité de chakra non négligeable. A vrai dire, j'allais utiliser le potentiel optimal de ce jutsu que j'aimais particulièrement bien. Je tendais ma main devant moi et d’innombrables gouttes de chakra se matérialisaient en prenant une forme bien précise de moustique. Le choix de l'animal était pour garantir la discrétion, et c'était un animal volant pouvant se déplacer rapidement, et pouvant ramper et s'accrocher à différentes surface. Mes "Drones Bestial" étaient de parfait espions, se dirigeant déjà vers le pays de Kusa no Kuni pour emmagasiner le maximum d'informations. Sa petite taille dans les proportion qu'avait la faune et la flore dans la zone où on se dirigeait, allait être un avantage certains. Pour le trajet, il ne me restait plus qu'à mettre à jour l'équipe.


  • « Tout le monde est au courant de la mission et de ses enjeux ? J'ai envoyé des espions faire des repérages, le sale boulot quoi. Je vous ferais part de la vision de mes drones et des informations qu'ils auront pus amasser pour nous infiltrer, et éviter les rondes si jamais il y en a. »


Dernière édition par Seki Raiken le Ven 17 Fév 2012 - 0:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Oppa Gangnam
Oppa Gangnam
Informations
Messages : 221

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyLun 13 Fév 2012 - 21:46

    Le soleil était magnifique en cette journée de printemps. Enfin, c’est ce que je pouvais voir grâce à mes volets qui étaient entre-ouverts, laissant l’air flotter dans mon habitation pour que l’intérieur soit purifié de l’air frais de la saison. Cette matinée était plutôt difficile pour moi, je n’aurais pas dû boire autant hier soir. Je ne me souvenais presque plus de ce que j’avais fait, seulement quelques petits détails me revenais peu à peu. Allongé dans mon lit, j’étais complétement nu comme un verre, sous un drap plutôt fin, et étais profondément fatigué. Tournant ma tête sur le côté, je vis le visage d’une jeune demoiselle, entièrement dévêtus également me regarder droit dans les yeux. Elle était splendide : blonde aux yeux bleus avec de belles formes généreuses, digne d’une vraie femme. Je me souvenais que je l’avais rencontré dans un bar et nous avions fait la tournée des bars du village caché des nuages. Mes souvenirs purent remonter tout à coup et vu le peu d’habillement que nous avions, donc un simple drap nous recouvrant, je me souvenais de la nuit torride que nous avions passé ensemble. J’espérais juste que ce matin, je n’allais pas croiser la comer du coin, sinon j’étais bon pour un sermon comme toujours parce que j’aurais soit disant fait trop de bruits. Enfin bref, ne nous attardons pas sur cette attardée. Regardant la jeune fille, elle me regardant, elle se décala et posa sa tête contre mon torse, respirant à plein poumons, profitant de la vie. Nous restâmes alors comme cela, pendant quelques minutes avant que je n’entende un léger bruit venant d’une de mes fenêtres. Pensant que c’était un oiseau qui tapait sur le carreau avec son bec, je laissai faire mais le bruit continuait avec insistance. Je décidai alors de me lever voir ce qui était en train de perturber ce moment magique.

    Alors que je mis un pied au sol, je constate les dégâts. Il y avait des vêtements à par ci par là, des bouteilles d’alcools n’importe où, même dans une des bottes de la jeune fille mais mon regard s’arrêta surtout sur une lettre dont je venais de poser mon pied partiellement dessus. La prenant alors dans ma main, je vis alors le cachet de cire du village fermant l’enveloppe qui était déchiré. Cette nouvelle, je m’en souvenais parfaitement. Etant à présent promus au rang de Chûnin, le village avait décidé de m’envoyer en mission de rang A. C’était sûr que je m’en souvenais, j’étais très excité en fait de partir accomplir une mission aussi dangereuse, mais moins excité que le veille avec ma partenaire sexuelle. La mission consistait à retrouver à partir pour le village caché de l’herbe pour retrouver un groupe de shinobis de notre propre village qui a disparu alors qu’ils étaient en mission de tuer le chef d’une organisation de Nukenins. Il fallait retrouver nos frères d’armes, les sauver et finir leur mission qu’ils n’avaient pas pu accomplir. J’étais totalement fou à l’idée de partir en mission, surtout que j’allais la faire avec Gecko Shin, un shinobi que je n’avais pas vus depuis un moment, avec qui j’avais déjà accomplis une mission qui était plutôt du genre comique, mais également avec Seki Raiken, qui n’était autre que mon cousin adoré qui avait toujours été là pour moi et vice versa. Cela promettait d’être une belle aventure, surtout que j’avais appris qu’au même moment où je m’étais hissé au rang de Chûnin, shin était devenus un membre imminent de l’unité spécial du village qu’est le Satoru et le membre de ma famille, que je considérais comme un frère, était à présent Jûnin. J’allais être certes le moins gradé, mais à ce niveau-là, ça ne comptait pas et puis, nous n’étions plus des enfants.

    Me levant donc de mon lit, j’ouvris la fenêtre et d’un coup, je reçus de pleine fasse un projectile. Regardant au sol, je vis un petit caillou. Regardant à présent dans la rue, Raiken était là, des cailloux similaires à celui que je venais de prendre de pleine face dans la main, la tête levé dans ma direction. Il venait sûrement me chercher pour partir accomplir notre mission en trio. La journée qui commençait si bien avec la vue des belles montagnes de la charmante demoiselle se trouvant toujours dans mon lit commençait à me déplaire à cause de ce simple incident ainsi qu’à mon mal de tête de lendemain de soirée. Je me dirigeai alors en direction de la salle de bain, me débarbouilla rapidement, pris un médicament pour apaiser ma douleur mais je ne puis voir qu’il restait une marque de rouge à lèvres dans mon cou, ayant la forme des lèvres de la jeune fille. Elle, qui d’ailleurs était en train de s’habiller puisqu’elle avait compris qu’il fallait qu’elle parte, sortis de mon logement. Je la suivais du regard par la fenêtre et je ne pus m’empêcher de rire à la vue de Raiken en train de mater la demoiselle. Halala, on ne le changera pas celui-là. M’habillant et sortant avec mon matériel habituel pour aller en mission, je regardai Raiken en train de se retenir de rire. Le regardant alors froidement, je lui compris de se taire et c’est ainsi que nous nous dirigions pour le sentier perdu. Nous marchâmes tranquillement, sans se presser et une fois arrivé sur les lieux, Raiken et moi-même étions seul. Ce n’est que quelques instants plus tard que Shin arriva, nous regardons brièvement et nous dit d’y aller. Sur ces mots, nous étions sortis du village de prirent la route de Kusa No Kuni.

    Le voyage mit quatre jours avant d’atteindre enfin les frontières de notre lieu de mission. Le paysage était magnifique, remplis de verdures et de bois, l’air frais mais légèrement humide à cause de la faune ainsi que de la flore. La forêt ressemblait plus à une jungle qu’autre chose. Sur le chemin, nous nous étions arrêtés dans différentes villes pour pouvoir nous restaurer, nous abreuver ainsi que nous reposer. J’avais essayé de récolter quelques informations sur la mission mais de façon indirecte mais personnes n’avaient pu répondre à mes diverses questions. A croire que cette organisation ne sévissait que dans le village caché de l’herbe. Reprenons donc. Nous étions alors devant la frontière du pays. La forêt se trouvant devant nous était très imposante. Les arbres mesuraient des mètres et des mètres. Ils étaient aussi grand qu’un énorme bâtiment pour certains. Me retournant vers mes coéquipiers pour savoir comment nous allions procéder, je vis mon cousin composer quelques mudras avant de créer des moustiques fait de chakra. Je connaissais bien cette technique, moi-même je la possédais. C’était une technique de base servant à créer des animaux à l’aide de notre chakra qui sont très utiles pour l’espionnage. C’était à quelque chose près le même principe qu’un clone : lorsqu’il voit quelque chose, l’original voit ce que son clone voit.

    Alors que les insectes de chakra s’envolèrent, le créateur prit alors la parole demandant si nous étions au courant de la mission. J’avais envie de lui répondre quelque chose du genre « Sérieux, on est en mission, je pensais que nous étions ici en vacances » mais je n’en fis de rien, sachant que j’étais de mauvais poil, pour éviter de créer tout conflit. Il expliqua également ce que je savais déjà sur sa technique, mais Shin l’ignorait peut-être. Le regardant, je ne pris pas la peine de lui répondre, préférant prendre la parole à mon tour, tout en effectuant moi aussi une série de mudras, malaxant alors mon chakra et créant des ailes dans mon dos, comme-ci j’étais un véritable ange :

      ~ Je vais faire un tour des lieux pour le dessus, je vous rejoindrais très bientôt, dès que j’aurais quelques choses. ~


    N’étant pas vraiment d’humeur, aller faire un tour allait ainsi me détendre et cela allait servir à faire avancer la mission. D’un battement d’aile, je pris envole tel un ange retournant au paradis, avec une vitesse déconcertante, prenant également les courant aériens pour voler encore plus vite. Me retournant, je ne voyais plus mes compagnons.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seiji2
Seiji2
Informations
Messages : 486
Rang : A+

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyMar 14 Fév 2012 - 21:41

Quatre jours, c'est le temps qu'il nous a fallu pour arriver. Eh ben, il était pas à côté le pays de l'herbe. Surtout que cette mission manquait cruellement de fille, pas que ça me manquait cruellement mais, passer quatre jours accompagnés de deux gars qui en plus étaient de la même famille, ben c'était pas le meilleur moyen de passer incognito. C'est pour ça que je préférais faire des missions tout seul ou près du village. Raiken sortit des animaux de chakra, les mêmes que lors de notre dernière mission si je ne m'abuse. Eh bien, il avait appris à le faire sans que j'ai à lui demander, c'est bien. Pour l'instant c'était celui qui avait était le plus utile dans notre trio. Malheureusement pour moi, mon shôton ne me permettait pas de faire ce genre de choses donc j'attendais de trouver nos adversaires pour montrer l'étendue de mes pouvoirs aux deux descendants du clan Seki. Je regardais autour de moi. La faune et la flore hein ? Je n'aimais guère cet endroit. Déjà parce que tout ce qui est animaux vénéneux ou plantes vénéneuses, je détestais. Et puis, j'avais l'impression d'être épié. Par un humain ou un animal ? Où se trouvait ce voyeur ? Je n'en savais foutrement rien pour l'instant.

Ryûsai se mit à créer des ailes de chakra et à s'envoler tel un ange ... ou un pigeon. En tout cas, tout cela ne m'emballait pas tant que ça. Se diviser et laisser le moins gradé partir tout seul, j'étais clairement contre. Seulement, je n'avais pas pu en placer une qu'il avait déjà disparu de notre champ de vision. J'espérais au moins ce qu'il faisait, c'était une mission de rang A, l'échec était parfois mortel dans ce genre de mission. Et puis, je ne voulais pas encore qu'un de mes camarades meurent lors d'une mission, la mort de Raiji avait était suffisante, je ne voulais plus pleurer la mort d'un camarade, je voulais me réjouir de sa vie. Mais bon, il y avait pas besoin de trop s'inquiéter, Ryûsai était un grand garçon maintenant. Il me l'avait prouvé auparavant en détruisant la barrière magique qui empêchait notre petit groupe d'arrêter l'incendie le jour de la destruction d'une partie des montagnes de Kumo.
    - Ryûsai, à toi de montrer que tu es digne d'être chûnin.

Bon, il ne m'entendait pas mais, ça faisait toujours classe de prononcer ce genre de phrase quand la personne n'était pas là pour l'entendre. Quant à Raiken et moi, nous continuons notre avancée dans la forêt. Je regardais un peu partout, un peu perplexe et peureux surtout. J'avais pas envie que ma peau touche une sorte de plante vénéneuse et que je meurs bêtement. Je me retournais vers le descendant du clan Seki tout en posant ma main sur le fourreau de mon sabre.
    - Dis-moi Raiken, c'est ta première mission de rang A ? Flippes pas, ça va bien s'passer.

Quelques secondes plus tard je me mis à réfléchir et je me rendis compte que je lui avais dit la même chose lors de notre première mission de rang B. Quel con !
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Kamen
Yamanaka Kamen
Informations
Grade : Genin
Messages : 523
Rang : A

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyMer 15 Fév 2012 - 12:12

La fenêtre s'ouvrit alors que le projectile était en plein course, assurant ainsi l'impact de la pierre dans la gueule de ce flemmard et cauche-tard de Ryusai. Strike ! C'était obligé d'arriver de toutes façon avec ce pas doué. Enfin j'étais aussi pris en flagrant délits puisque je tenais dans mon autre main des cailloux. Ouais, j'avais fais ma petite réserve puisqu'il mettais du temps à répondre. Je le regardais avec un air navré mais incitant à se bouger le cul ! Après plusieurs minutes d'attentes, lorsque j'entendis enfin un bruit de serrure devant la porte de mon chère cousin, je me levais du rocher sur lequel mon postérieure était reposé, pour viser du regard ce qui allait sortir. Un moment de suspense insoutenable se faisait sentir et l'air était pesant. J'avais misé que si c'était une fille qui sortait en premier, je me foutrais de la gueule de Ryusai autant que je voulais aujourd'hui. Le moment était donc à son comble et c'est avec méfiance que je vis la jolie blonde sortir. Je regardais à deux fois pour voir s'il ne s'agissait pas d'un henge. Soit il avait fait preuve de réaliste puisque que c'est toujours les blondes qui arrivaient dans son lit, soit il faisait l'andouille. Je n'y descellais aucune technique et à peine quelques instants après, Ryu sortit avec une trace de rouge à lèvre qu'il avait sûrement dus oublier d'enlever. Ça additionné au K.O par cailloux, comment voulez-vous que je ne me marre pas ?

D'ailleurs le cousin avait déjà analysé que je m’apprêtais à esclaffer de rire et c'est avec un regard froid qu'il m'en empêchait. Nous nous dirigions vers les portes du Sentier Perdus et sur le chemin je me posais la question si ou ou non, j'enlevais la marque glamour qu'il avait en plein sur le cou. Après tout, Shin aussi avait le droit de rire. C'est donc avec malice que je la laissait à sa place. Enfin, moi qui m’apprêtais à rendre la mission un tant soit peu joyeuse, dès l'arrivé de Shin.. C'était comme dirait-on mort de chez mort ! C'était donc quatre heures d'ennuis entre Kiminari no Kuni et Kusa. L'explorateur qui était en moi était cependant en transe de quitter le pays et découvrir quelques nouveaux paysages. Surtout que d'après l'ordre de mission, la faune et la flore qui était présente n'était pas communes. D'ailleurs je pouvais dor et deja me délecter de ce qui nous entourait, grâce à la vision de mes drones, dont certains étaient déjà loin devant. Malgré cela, le seki numéro deux prit une décision pour le moins inutile et dangereuse. Il se dispersait du groupe en volant, ce qui voulait dire qu'il était à la vue de tout et n'importe quoi. De plus, mes espions étaient déjà en train de s'occuper du boulot. Je le vis matérialiser un jutsu que je n'avais pas encore vus de sa part, signe qu'il avait fait des progrès. Tel un ange, il prit un vol gracieux mais ô combien inutile.. La petite parole amicale et digne d'un film de héros que prononçait Shin me fit sourire sur le coup, et je répliquais en lui avouant ceci :


  • « Il est impulsif non, tu trouves pas ? Pour ma part rassures-toi ! Je garderais mon calme tout pendant que je ne connaîtrais pas la position exact des salopards à qui on doit donner une leçon ! »

Par contre après.. Je ne garantissais rien. Shin lui était plutôt occupé à épier un peu partout et c'est en posant sa man sur son katana qu'il me mis en alerte. Un danger que je n'avais pas pus détecter ? Bien sur ce n'était pas cela, c'était juste l'une de ses pauses de supérieur.. Sauf que maintenant j'étais moi aussi Jônin et il n'y avait plus de hiérarchie entre nous, bien qu'il avait été mon sensei. C'est d'ailleurs au nom de ce titre que je l'appelais désormais senpai.. Ça allait lui remettre les idées en place par la même occasion.

  • « Je n'ai pas déjà entendus ça ? Saches que l'oiseau dans son nid vole désormais haut, senpai. J'y pense.. C'était à Ryusai qu'il fallait le dire ! »

J'étais carrément fière de mon allusions à mon cousin à propos du vol, représentant mon ascension au seins du village. C'est aussi sur l'humour que je commençais et achevais mes paroles, avec une pointe d'ironie et de jalousie sur la dernière. J’emboîtais mes doigts de main pour n'en faire qu'une seule et unique, afin de m'en servir comme repose cou, puisque je plaçais mes deux mains entre mon cou et ma tignasse blanche aux reflet argenté. C'est donc coude écarté, bras à semi levé que je gambadais aux coté de Shin dans ce qui semblait être l'immense foret. On arrivait sur une sorte de falaise, qui nous offrait une belle et grande vue. Soudainement, je m’arrêtais tout en me frottant les cheveux en regardant mon compagnon d'un œil anormal.

  • « Dis Senpai.. T'aimes bien les bêtes ? Enfin les grosses bê- bêtes.. Parce que ici, soit c'est Jurrassic Park, soit je m'y connais pas. Ahhh, pour précision.. On est sur le museau d'une sorte de belette géante. On fait quoi ? »

La vue que j'avais depuis un autre point me le confirmait. La scène suivante fut digne d'un extrait de ce film puisque l'animal – ou le monstre – entamait un des bruits caractéristique de sa famille. Un cri aigus comme pour donner l’alerte, perçants pour intimider, s'élevait dans les airs, mais à puissance deux milles du son traditionnel. Je me bouchais les oreilles en tentant d'expliquer à mon Senpai qu'il fallait dégager de là. Deux grands yeux s'ouvraient derrière lui et je fis des gestes incompréhensible sur un moment de panique. C'était... Coool ! Jamais je n'avais vus quelque chose comme ça et je dois bien avouer que le voyageur en moi appréciait grandement. Même sous excitation, je retrouvais mon sang froid en créant deux petit oiseaux de chakra, que je scellais de mon Fuinjutsu explosif. Je sautais dans le vide en créant mes plaques de chakra, matérialisé à la façon d'un tapis roulant qui se déplaçait, une sorte de toboggan géant pour simplifier. En tout cas l'effet fut le même, j'arrivais rapidement au sol, en déguerpissant vite fait du lieu.

Pendant ma descente, mes deux créations avaient pus exploser dans les yeux du colosse. J’espérais que Shin ait put me suivre car les conséquences semblaient être plus importante que je ne le pensais. Si cet animal était un moyen d'alerte, nous nous étions fait repéré en beauté. Une fois assez en retrait, je me cachais de quelques micro-herbe à une hauteur presque humaine tout de même, pour me concentrer sur la vision de mes drones. Très vite, je pus voir une véritable petite armée sortir de différent lieux, voir ne pas sortir du tout, puisqu'il était incroyablement bien dissimuler avec sans doute des techniques de camouflage. On avait pas à faire à des débutants, ils savaient ce qu'ils faisaient. D'ailleurs, le fait d'avoir prévus plusieurs sorties allait nous compliquer la tâche. On pouvait toujours garder à l’espoir que les explosions dans les yeux n'avaient fait que pleurer la belette, et qu'il pouvait croire à une baston entre grosse bê-bêtes.. Si toutes fois il n'y en avait d'autre du même genre. Bref, il était prévenu, mais il ne savait pas de quoi. J’espèrais que c'était mon jour de chance..


Dernière édition par Seki Raiken le Mar 21 Fév 2012 - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Oppa Gangnam
Oppa Gangnam
Informations
Messages : 221

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyJeu 16 Fév 2012 - 20:58

    Le ciel… presque tous les animaux qui possédaient des ailes étaient capables de voler, à l’exception des dodos. Pour ma part, je ne suis pas un animal et encore moins un oiseau mais je pouvais quand même voler grâce à mes capacités héréditaire. Voler est le meilleur moyen de prouver que nous sommes libres de nos faits et gestes ainsi que nos décisions, directives, enfin être libre de vivre sa vie comme bon nous semble. J’adorais le ciel, l’air et volé. Pour moi, c’était comme une passion. Alors que je venais de prendre mon envole pour collecter le plus possible d’informations sur la zone ainsi que sur nos ennemis pour pouvoir faire avancer la mission, rapidement, je ne pouvais plus apercevoir mes compagnons, pas même un point tellement ma vitesse était importante. Je volais au-dessus des immenses arbres, accompagné d’un groupe d’oiseau que j’avais rattrapé pour me fondre dans la masse. Je volais, virevolter, faisant de petites galipettes dans les airs, m’amusant comme je le pouvais. Je regardais attentivement les lieux que je survolais également. Plusieurs minutes passèrent avant que je n’entende un gros boum. Ce son était strident et important, comme celle d’une explosion plutôt importante. Cela avait l’air de venir d’où je venais précédemment. J’espérais qu’il n’était rien arrivé à Shin ainsi qu’à Raiken, même si je savais qu’ils pouvaient de sortir de presque n’importe quelle situation. Je dis presque car j’avais entendus dire que Shin c’était fait latter par des Nukenins à Kumo alors qu’il était envoyé en mission. Halala, quel incapable celui-là.

    M’arrêtant alors de voler pour regarder derrière moi le lieu de l’explosion, les oiseaux continuèrent leur route, me laissant à présent à la vue de toutes personnes qui pouvaient être à terre. Penchant ma tête en avant ainsi que mes bras, dans une posture genre superman, je commençai alors ma chut en direction du sol. Me basculant alors vers l’arrière, mes pieds se réceptionnaires sur une épaisse et longue branche d’un arbre. Je n’étais pas bien loin du sol mais plutôt haut également, cela venant de l’immense taille des êtres de bois, à environ six ou sept mètres de la terre ferme. Je plaçai alors mon dos contre le tronc d’arbre, me laissant alors glisser et m’asseye sur la branche. Mettant ma tête en l’air, je regardai à nouveau le ciel. Tournant à présent mes yeux, je pus voir le soleil qui était très haut, lumineux et dégageant une chaleur considérable. C’est vrai qu’il faisait anormalement chaud pour un mois de printemps et avec l’humidité de cette forêt géante, il faisait très lourd. Je n’aimais pas vraiment les températures tropicales, cela avait tendance à m’étouffer. D’un coup, je penchai ma tête en direction du sol lorsque je vis quelque chose bouger. Nous étions en territoire… Du moins, j’étais en territoire neutre et j’étais seul. Il fallait que je fasse vraiment attention à tout ce que je faisais. Regardant alors d’où venait le mouvement, je pu constater que c’était un écureuil qui passait par là. Il était mignon, adorable et était inoffensif. Je posai alors ma tête sur un de mes genoux et lâcha alors ma garde.

    Ce fut tout à coup que mes sens se mirent en alerte. Je sentais une présence non loin de moi, même toute proche. J’entendis alors un craquement venant de derrière moi. Je savais qu’il y avait le tronc d’arbre mais par réflexe, je le regardai. Je lâchai alors un cri de surprise lorsque je pu constater que derrière moi se dressait un homme, sortant du tronc de l’arbre. Sur le coup, je ne me rendis pas compte qu’il utilisait une technique Mokuton, je faisais plutôt attention à éviter son coup qui visait directement me nuque. Ce fut d’un coup fatal que je me mis à basculer en avant et perdis connaissance. Que ce passait-il donc ?

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seiji2
Seiji2
Informations
Messages : 486
Rang : A+

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptySam 18 Fév 2012 - 18:14

Je me répétais, à croire que plus le temps passé, plus je devenais alzeihmer. En tout cas, je ne lâchais pas des yeux le sol. Il y avait plusieurs animaux qui ne m'inspiraient vraiment pas. Le scorpion, le serpent et même l'araignée, mieux vaut éviter de marcher à côté de ce genre d'animaux vénéneux. Je méditais aussi sur les paroles du shinobi du village des nuages. Il disait qu'il garderait son calme tout le long de cette mission, j'espère qu'il ne mentait pas. Déjà que Ryûsai avait fait le con en y allant solo, si lui aussi me lâchait ben je devrais assurer tout seul et les sauver eux aussi en plus du groupe de kumojins, ce qui n'était pas une mince affaire. Après quelques secondes, Raiken répondit à ma question en faisant une sorte de référence à Ryûsai. Il m'avait aussi appelé Senpai, ce qui me fit sourire pendant quelques secondes. Le temps passé bien vite, je le voyais encore comme le jeune genin fougueux qu'il était. Mais, je devais me faire une raison, il avait grandi et n'était plus le même qu'avant. Plus on avançait dans cette forêt, plus j'avais l'impression d'être épié et je n'aimais pas vraiment cette sensation désagréable.

Les paroles de Raiken à propos de Jurassic Park et d'une belette géante m'inquiétèrent. Etait-il devenu fou depuis notre dernière rencontre ? Je posais ma main sur son front pour voir s'il n'avait pas de la fièvre mais non, il était en pleine forme. Quand l'animal poussa un cri géant qui me brisa les tympans, là je commençais sérieusement à m'inquiéter. Merde, Raiken disait vrai, on était bien sûr le dos d'un animal géant. Je regardais mon camarade de mission créer une technique pour descendre mais moi, je n'avais rien pour ne pas me péter la gueule. J'allais donc devoir employer l'ancienne méthode : le saut. Je fis un bond ainsi qu'un salto pour faire plus classe mais, ma tentative fut raté puisque je tombais sur le dos. Je tenais le bas de mon dos tout en quittant la zone et les explosions du Seki. D'ailleurs, où était le jônin ? Et merde, on était tous dispersés maintenant. Bon, il fallait que je garde mon sang froid et que je le retrouve.

Après quelques minutes à marcher en direction du nord, je pouvais apercevoir des hautes herbes. Intéressant pour se dissimuler, à moins qu'ils aient poser des pièges. Mouais, trop risquer pour tenter le coup. Et tout à coup, sorti de ces mêmes herbes, deux hommes armés d'un sabre chacun. Ils faisaient probablement partie de l'organisation de trafic d'organe. C'était impeccable, ils allaient pouvoir me montrer où se cachent les autres. Je m'approchai d'eux tout en restant derrière un arbre pour ne pas me faire repérer. Et là, qu'est-ce que je voyais ? Raiken en train de s'approcher dangereusement des deux personnes. Ah, mais qu'est-ce qu'il foutait ce con ? Il fallait que je l'interpelle pour que nous attaquions ensemble les deux hommes et en même temps surtout. Je chuchotai alors :

    - Raiken ... Raiken ... OH RAIKEN !


Et là, les deux hommes se tournèrent dans ma direction. Mes yeux se posèrent sur eux et non sur le shinobi de Kumo no kuni, pour ne pas trahir sa position. C'était décidé, j'allais servir d'appât ! Je courais donc en arrière, poursuivi par les deux hommes en espérant que mon ancien élève s'occupe de leurs cas. Et après seulement quelques secondes ce fut le cas, les deux grands gaillards étaient K.O. L'un d'eux ne l'était pas totalement, nous allons donc attendre qu'il se réveille complètement pour nous dire où se planque ces petits copains. Seul problème : je n'étais pas très doué pour le dialogue et je risquais de m'emporter et de le frapper s'ils ne répondaient pas à mes questions. Mais, c'était une bonne occasion de tester les progrès de Raiken. Mon regard se posa sur le descendant du clan Seki :

    - Je te laisse les interroger. Fais en sorte qu'ils nous disent tout à propos de l'endroit où ils détiennent les kumojins.


En parlant de shinobi de Kumo, ça faisait un sacré temps que Ryûsai s'en était allé et qu'il n'était toujours pas revenu. Mh, peut-être allais-je devoir enquêter sur sa disparition. Si seulement il s'était tenu tranquille, il serait encore là avec nous ...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Kamen
Yamanaka Kamen
Informations
Grade : Genin
Messages : 523
Rang : A

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyMer 22 Fév 2012 - 20:26

Forcément, à force de faire des allusions, qu'on pourrait qualifier de tout mais pas sérieuse en parlant à Shin-Senpai, à la fin il ne me crut plus. Je perdis donc ma crédibilité lorsque je lui parlais d'animal géant, chose que je comprenais tout même. Naturellement, il fallait qu'il me traite comme un fou et il posait sa main comme pour vérifier si j'étais fiévreux. Puisqu'il ne fut mit qu'au courant de la situation que lorsque l'alarme bestiale se mit à sonner, il ne réagit pas aussi efficacement que moi. Il loupait même le tapis roulant alors qu'il avait été prévu pour deux personnes. Finalement, j'avais touché le sol alors que lui était toujours en haut de la belette. Et c'est sûrement en me retirant dans un coin à l'abri des regards que l'on se perdit de vue. En tout cas, j'étais assez dissimulé pour jeter un œil un peu partout à l'aide de mes drones de chakra. En me concentrant, je vis certes beaucoup de ninjas, de mercenaires et d'homme, mais rien sur la trace de Ryusai. Le système d’intrusion que devait représenter la belette ajouté à un être humain volant au dessus de cette zone aux dimensions anormal n'était pas très bon signe pour nous. Il ne restait plus qu'à espérer qu'il ne s'était pas fait repéré. Enfin, en étant exposé ainsi dans les airs, cela m'étonnerait. Une légère voix humaine prononçant mon prénom m’extirpais de mes songes. En interrompant la communication avec mes espions, je vis Shin courir en direction opposée à laquelle je me trouvais. Prêt de moi, deux hommes passaient chacun leurs tours à mes cotés, respectivement celui de droite suivit de celui de gauche.

Quelle chance de ne pas mettre fait remarquer ! C'est lorsque je les vis suivre mon Senpai que je compris que c'était lui qui m'avait appelé et qu'il les attiraient pour me donner le champ libre. Puisque tel était le cas, autant ne pas me faire prier. Je concentrais donc mon chakra dans mes bras, avant de le refouler dans mes mains puis jusqu'aux extrémités de mes doigts. Là, mon chakra s’extériorisait afin de donner naissance à une enveloppe qui enrobait mon bras entier et le prolongeait jusqu'au ras du sol. Je tendis mon bras en avant comme si je le lançais et en un instant mes bras de chakra arrivèrent au niveau des deux poursuivants. Mes mains de chakra vinrent taper l'une dans l'autre en prenant en sandwich les deux inconnus. L'un fut directement hors combat puisqu'il s'était évanouit, l'autre tentait de prendre un kunai dans sa sacoche. Chose que je ne lui laissais pas faire puisque je le coinçais à l'aide de ma main de chakra contre le sol, en le traînant jusqu'à le cogner à un arbre. Ils étaient calmés mais j’espère que cela n'avait pas fait trop de bruit. J'emportais alors avec moi les deux corps en prenant soins de les immobiliser avec des chaînes de chakra, jusqu'à Shin qui me confia l'interrogatoire. Je tournais la tête de gauche à droite pour prendre connaissance des lieux, et je repérais un endroit propice pour ne pas nous exposer à la vue de tous. En me rendant là-bas, je fis un petit signe à Shin de me suivre. Je déposais les deux types contres un arbre tout en m'assurant que mes espions de chakra entoure notre position afin de la sécuriser. J'expliquais rapidement à mes prisonnier, qui venait de se réveiller, qu'il avait trois choix puisqu'ils avaient porter atteinte à la vie de Kumojins.

C'est à dire ; tout me dire sur-le-champ sans qu'il y est de représailles, lâcher sous le poids de la torture ou mourir. Mon regard emplit de haine et ma voix enroué aurait dus déjà les faire passer au aveux mais ceux-la voulaient me résister. Je leurs posais alors la première question de mon interrogatoire. S'il voulait périr de blessures interne ou externe. L'un me regardait sans broncher tandis que l'autre frissonnait. Le premier n'allait rien m'avouer tandis que l'autre était à ma merci. Je décidais donc de renforcer ma supériorité en le tuant d'une façon atroce. J’exécutais plusieurs séries de sceau pour matérialiser une épée de chakra et des minuscules bête. L'un de mes bras de chakra se saisit des chaînes alors que les micros-organismes se glissèrent dans le système digestif de ma victime. De mon autre bras de chakra, j’exerçais une pression sur sa gorge, donnant l'impossibilité à ma cible de les recracher alors que l'autre, tirait en le serrant de part et autre à l'aide de la chaîne. Mes créatures de chakra devait s'en donner à cœur joie la dedans, surtout qu'il ne pouvait pas mourir. Le chakra n'était pas réellement vivant.. Sous la pression de la chaîne de chakra, ses membres commençaient à subir les effets secondaires comme les déformations, les déchirures et parfois même des amputations. La, je plongeais mon katana dans sa poitrine avant de prononcer quelques mots, juste avant de ramifier mon épée vers toutes les directions possible, faisant ressembler ma cible à un porc-épic. Le sang ne pouvait même plus s'échapper, tellement il était meurtrit comme si son cœur s'était arrêté de battre dès que ses souffrances ont débutées.


  • « Tu t'en prends aux Kumojins qui sont ma patrie et tu n'as rien à me dire pour que je puisse les secourir.. Alors meurs ! A toi maintenant. »

Le second laissait échapper un sifflement de peur et je pus lire l'espace d'une seconde dans ses yeux. Il pensait avoir devant lui un monstre. Je lui demandais de tout me dire et que c'était la dernière fois que je lui réclamais cela. C'est alors qu'il baisait la tête en commençant son récit que voici. Selon les dires de l'homme, tout avait commencé à Tsuchi no Kuni, dont il était d'origine. A cause de la situation du pays et des batailles incessantes pour posséder la seule richesse du territoire, à savoir une passerelle même minuscules prêt du volcan sacrée, il fallait posséder des fonds colossaux pour financer, embaucher des mercenaires, créer des alliances ; exercer l'art de la guerre ! Ce pays de guerrier ne faisait pas dans la dentelle, je le savais puisque je m'étais rendus là-bas par deux occasions. La moindre source d'argent représentait donc un avantage sur ses opposants. Il nous expliquait que la meilleur façon de rapporter de grandes sommes était de faire des bénéfices aux pays étranger et que Kusa était un lieux idéal. Seulement, au bout d'un certains temps, cela ne suffisait plus. Celui à qui il devait obéissance puisqu'il les avaient protégé jusqu'ici, demandait toujours plus de fonds, soit pour reconquérir un espace qu'il avait perdus, soit pour améliorer le mode de vie de ses terres ou encore protéger leurs familles à tous. Il était donc résigné à appliquer les souhaits de leur maître, pour le bien de leurs familles qui étaient resté à Tsuchi no Kuni. Il nous partageait son sentiment que ceux qu'il aimait servaient de prisonnier et le forçait à faire ce qu'il nous avouait. Au bout d'un temps, l'argent seul ne suffisait plus et le marché des organes étaient fleurissant. Il n'eut pas besoin de narrer la suite, elle se devinait. Il nous précisait tout de même que les victimes étaient prit au hasard dans les différent pays, à la moins opportunité qui se présentait. Les civils étaient donc charcutés comme des bêtes pour récupérer leurs organes. Cependant, il préférait demander des rançons pour les shinobis capturés pour différentes raisons. Cela permettait de cacher l'activité principale, amasser une sommes non négligente d'argent puisque leurs valeurs pour les nouveaux villages étaient immense, et ne pas être en tension avec les nouvelles puissances. Il rectifiait en précisant que c'était pour éviter la guerre.

Je me retournais vers Shin en l'emmenant un peu plus loin, afin que notre informateur ne nous entende pas. Tout d'abord j’exécutais un simple Kai. La scène qui venait de se dérouler n'était pas réel. Je n'avais tué personne et cela devait être une surprise pour notre seul prisonnier éveillé. C'est depuis nos rapides échange avec Shin, juste avant l'interrogatoire iréel, qu'il avait mit en place cette stratégie. Bref, je me tenais désormais devant lui, à l'écart de notre informateurs malgré lui. Je validais que les propos se relevaient juste, puisque je connaissais la situation du pays. Je lui fis aussi part de mes inquiétudes. Mes drones bestial étaient pourtant partit en repérage mais il n'avait pas pus suivre la trace de Ryusai, je n'avais donc aucune idée ou il se trouvait. D'ailleurs, ceux-ci avaient sécurisé la zone dans laquelle nous nous trouvions mais ce n'était pas partout pareil. Je lui dévoilais que lorsque j'étais dans les hautes herbes, avant qu'il ne me retrouve, je m'étais consacré à la vision de mes espions, me coupant avec mon environnement puisque j'avais besoin de concentration. C'était la cause pour laquelle je n'avais pas vus les deux types s'approcher de moi. Au passage, je le remerciais de sa diversion. J'avais donc découvert d’innombrable homme utilisant des technique d'assimilation à la terre ou autres techniques plus élaborées de camouflage. Et ceci, juste après le cri perçant de la belette géante. Je lui partageais mon hypothèse que cet animal géant pouvait servir d'alarme, et que nous étions donc repéré. J'ajoutais à cela la discrétion qu'avait fait preuve Ryusai en prenant son envol, visible de très haut dans les airs. Nous ne pouvions donc pas progresser sans être repéré tôt ou tard. Il fallait donc que nous trouvions un stratagème assez fin pour ne pas tomber sous les coups de nos futurs adversaires. J'avais peut-être envie de les frapper tous les uns après les autres, mais le surnombre nous était défavorable. Je proposais donc de jouer sur une tromperie avec un élément qu'il désirait : La rançon.

Spoiler:
 


Dernière édition par Seki Raiken le Sam 3 Mar 2012 - 12:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Oppa Gangnam
Oppa Gangnam
Informations
Messages : 221

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyDim 26 Fév 2012 - 17:38

    Ouvrant les yeux peu à peu, je ne savais pas où je me trouvais. Tout ce dont je me souvenais était de me faire frapper par quelqu’un. Regardant à gauche puis à droite, je me rendis compte que je n’étais plus dans la forêt mais dans une espèce de hangar. Reprenant mes esprits, je commençai à avoir mal à la tête à cause de l’attaque d’auparavant. Le mal de tête était bien pire que la gueule de bois que j’avais eu ce matin. Essayant de me frotter la tête avec ma main, celle-ci ne pût me répondre. Quelque chose la retenais. Scrutant mon corps, je vis que j’étais attaché à une chaise à l’aide de cordes plus au moins épaisses. La salle du hangar où je me trouvais était vide, du moins, il n’y avait personnes. Il n’y avait comme décoration que des caisses en bois ainsi que des meubles à tiroirs métalliques pour ranger divers documents. D’où j’étais, je pouvais voir une porte. C’était sûrement la sortie. Ce fut quelque secondes plus tard que je me débâtai pour me libérer de l’emprise des cordes qui m’attachaient les mains mais ce fut également à ce moment-là que j’entendis des bruits de pas venir dans ma direction.

    Tout à coup, j’arrêtai de me débattre, ferma les yeux pour faire semblant de dormir. Dans un grincement strident, la porte s’ouvrit lentement, laissant alors deux intrus entrer. J’eux réussis à deviner qu’ils étaient deux grâce à la concentration dont je faisais preuve en écoutant leur bruits de pas. Les yeux toujours fermé, je sentis la présence de quelqu’un se placer devant moi du fait que je sentais plus la lumière sur mon visage alors qu’elle se trouvait devant moi, légèrement en hauteur. Il ne fallait pas que je bouge, il ne fallait pas qu’ils comprennent ma comédie. Toujours les yeux fermés, je les écoutai alors parler, pensant que je devais être encore sonné :

      « Le village caché de la foudre a répondu à notre rançon en envoyant ce chien ici. Pourtant, il n’a pas le moindre centime de yens sur lui. Il faut donc faire attention, il ne doit pas être venu seul ici. Cela empêche nos mouvements. S’il s’avère exacte qu’il n’est pas seul, il faudra être prudent, ils ne doivent pas découvrir certaines choses.. »


    Celui qui venait de parler s’arrêta alors net avant de reprendre en expliquant que l'un des seigneurs qui allait venir dans le pays de l’herbe allait être tué par eux, les traîtres et ainsi prendre sa place. Je m’étais fait capturer mais grâce à cela, j’avais à présent des informations sur le pourquoi du comment. Tuer un seigneur est un crime très grave et cela n’allait pas se passer ainsi. Même s’il n’est pas le seigneur de mon pays, je me devais de le prévenir au minimum. Alors que celui qui venait de révéler ses plans s'arrêta de parler, son interlocuteur qui était placé devant moi me jeta quelque chose à la figure, comme un liquide. Je devais réagir à présent en jouant la comédie. Faisant semblant de me réveiller en sursaut puis de faire celui qui était paniqué lorsqu’il s’apercevait qu’il était attaché, j’ouvris les yeux et découvris la personne placée devant moi qui n’avait pour le moment pas dit un seul mot. Ayant un physique plutôt imposant, je ne pouvais pas voir l’homme qui venait de parler sortir de la pièce par la porte. Celui ce trouvant devant moi avait donc un physique impressionnant : des muscles très développés ainsi qu’une grande taille. Il était chauve, une cicatrice partant du bas de l’œil descendant jusqu’au menton et un kimono noir. Lorsque son regard se portait droit dans les yeux, je fus plutôt intimidé ; il avait un regard de psychopathe à vous glacer le sang, comme s’il allait vous manger tel un lion mangeant une gazelle.

    Sans me dire un mot, il recroquevillât son poing et me frappa directement au niveau de l’estomac. Le coup était puissant, tellement puissant que mon corps bascula en avant et me fis basculer avec la chaise. Une fois au sol, il me prit par les cheveux et me redressa en me soulevant et me remettant dans ma position initiale. Au passage, il m’avait carrément arraché quelques cheveux. D’un geste brusque, ce fit alors un coup de poing à la figure qu’il continua à me frapper puis un crochet à l’aide de son autre poing. Son premier coup porté au visage percuta mon nez qui éclata en sang. Cela fait, il sortit alors un petit carnet de sa poche avec un stylo et y écrivit quelques mots. Je ne savais pas ce qu’il faisait jusqu’à ce qu’il me montre ce qu’il venait d’écrire. Sur le calepin était écrit « Combien êtes-vous ? ». Soit il ne voulait pas que j’entende sa voix, soit il était tout simplement muet. Ne trouvant aucune raison qu’il me cache sa voix, je penchais plutôt sur le fait qu’il était muet. Je prix alors mon courage à deux mains avant de lui répondre :

      ~ On est deux, je suis venus avec ta mère. ~


    Bon, ma réplique n’était vraiment pas cool, c’était un coup bas. D’un coup, il me mit un coup de pied directement au visage qui me fit voler à quelques mètres sur le côté et ce fut grâce au mur que ma course s’arrêta. Mon front percuta donc le mur. Je ne voyais plus ce qu’il se passait étant attaché face contre le mur. Sans pouvoir y faire grand-chose, je me pris une série de quatre ou cinq coups un peu partout. Je ne pouvais les compter tellement je me faisais ruer d’attaque. Malgré cela, il fallait que je tienne bon. Fermant les yeux et essayant bien tant que mal à me concentrer, je malaxai mon chakra et le propagea sur tout mon corps. Lorsque ceci était terminé, je ne sentais plus la douleur des coups s’abattre sur moi mais seulement un léger impact me grattant. Cette façon de faire était une de mes techniques : Koutetsu. C’était une technique permettant de créer une armure de chakra invisible qui est capable de stopper les coups de poings, coups de pieds et les projectiles. Je ne sentais ainsi plus les coups me heurter mais je fis semblant de faire mal. Vraiment, je ne faisais que jouer la comédie depuis tout à l’heure. Feintant de fausses souffrances, je continuai alors à concentrer mon chakra et arriva à matérialiser une épée de chakra.

    Voyant ce que je venais de faire, mon agresseur fit deux pas en arrière pour être hors de porter de mon arme. Ce qu’il ne savait pas, c’est que j’étais en train d’imprégner mon arme de chakra Raïton et ceci fait, ma technique Tsurugi No Raïton pouvait être alors faite. Cette technique fait de mon épée une épée de foudre capable de s’étirer sur quelques mètres. Cela fait, je fis donc étirer mon épée jusqu’à mon ennemi qui se trouvait derrière moi. Bien entendus, tout cela n’aurait pas été possible si j’étais face à lui puisque mes mains étaient attachées dans mon dos. Je tenais difficilement mon épée qui, soudain, s’allongea et fit pénétrer la lame directement dans le cœur de mon assaillant. Ce dernier cracha alors du sang, s’effondra à genoux à terre puis l’ensemble de son corps tomba en sol. Lorsqu’il se prit ma lame, il n’avait fait aucun bruits de douleurs ni rien d’autres, il devait bien être muet comme je le pensais. Il était donc au sol à ce que je venais d’entendre. Me dépêchant alors de couper les cordes à l’aide de mon épée, je me levai alors sans faire de grabuges, ouvrit une très grosse caisse en bois se trouvant non loin de moi, prit le corps de celui que je venais de tuer et le mit à l’intérieur. Il y avait des traces de sang au sol. Pour éviter qu’on ne sache que je m’étais enfuis, je pris la chaise et la mit devant la tâche de sang. De plus, je ramassai le carnet qui était à celui qui venait de me frapper et y écrit « Je suis allé me débarrasser du corps ». S’ils étaient aussi bêtes que je le pensais, les autres traîtres allaient croire qu’il était vivant, quelque part dans la forêt en train de cacher le corps et que j’étais mort.

    Ouvrant alors la porte délicatement, elle ne put s’empêcher de grincer comme quand les deux déserteurs avaient pénétrer la pièce. Je me devais de sortir au plus vite. Traversant alors sans le moindre bruit un petit couloir, je vis de loin la sortie. Je sortis alors ainsi du hangar, devant alors me dépêcher à retrouver mes compagnons pour leur expliquer la situation mais surtout retrouver le seigneur qui était menacé de mort pour pouvoir le sauver.


Dernière édition par Seki Ryûsai le Dim 18 Mar 2012 - 0:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seiji2
Seiji2
Informations
Messages : 486
Rang : A+

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptySam 3 Mar 2012 - 2:34

Je suivais discrètement Raiken vers le lieu d'interrogatoire. Puisque j'avais dit que je n'allais pas agir, je laissais mon ancien élève faire comme bon lui semble. C'était une bonne technique pour voir sa progression mentale depuis notre dernière rencontre. Le descendant du clan Seki n'était pas un tendre avec les deux hommes mais, surtout l'un d'eux. Il utilisa une méthode plutôt sadique pour le tuer. Raiken perdait son sang froid rapidement, il était énervé contre l'enlèvement des Kumojins comme nous tous mais, là il était littéralement en train de perdre la raison. A vrai dire, je n'avais jamais vu une mort aussi atroce, l'homme était pratiquement en sanglots quand il se fit exécutait froidement. Je ne laissais cependant rien échapper, pas même un froncement de sourcils. Je me contentais de fixer le deuxième homme, les bras croisés pour exprimer mon sérieux. Le mercenaire était en panique et il décida finalement de tout avouer. La méthode de mon ancien disciple était peut-être sanguinaire mais, elle avait été efficace. Quand Raiken m'emmena un peu plus loin je le regardais faire le signe d'un Kai, tout cela n'était finalement qu'un Genjutsu que j'avais exécuté. ( Eh oui valideur de mission, on t'as bien eu du con ! )

J'écoutais attentivement les paroles du jeune homme. Des assimilateurs dôton, c'était peu commun. Mais je savais que mon Raïton pouvait briser les possesseurs du dôton donc aucune inquiétude à avoir concernant ces hommes. Quoique, je me demandais si mon shôton pouvait aussi les affectés ? C'était à voir. Ce qui m'embêtait le plus c'était le fait d'être déjà repéré. Ma stratégie se basait sur l'effet de surprise, maintenant je devais tout changer. Raiken me suggéra d'utiliser la rançon comme piège. Pas bête ... Pas bête du tout même ! J'affichais un grand sourire béa, j'avais trouvé un nouveau plan qui roxxait du chevreuil ! Je repris cependant vite mon sérieux en toussant légèrement et en pointant du doigt Raiken.

    - A ton tour de faire l'appât ! Bwéhéhéhéh


De ma bouche j'avais laissé échapper un rire machiavélique qui avait fait fuir plusieurs volatiles. J'expliquais ensuite mon plan au descendant du clan Seki et celui acquiesça. Beh oui, il était géant mon plan ! Quelques minutes plus tard je fis quelques pas tout seul, Raiken n'était plus à mes côtés. J'avais la mallette dans ma main droite et l'argent demandée se trouvait dans celle-ci. Je m'arrêtais en plein milieu de la forêt, j'en avais marre de marcher pour ne rien trouver. Je pris ma respiration pendant quelques secondes et poussais un énorme cri :

    - ALORS LES P'TITS PD ?! ON OUVRE SA GUEULE POUR DEMANDER DE L'ARGENT MAIS QUAND J'ARRIVE Y A PLUS PERSONNE ?


Je pensais avoir fait fort. Nan ... J'avais fait fort ! Il ne fallut que cinq minutes pour qu'une dizaine de nukenins apparurent. Certains étaient dissimulés dans des flaques d'eau, d'autres dans la terre. C'était donc des assimilateurs, ahah ça allait vraiment être intéressant niveau combat. Ils m'encerclèrent mais, je ne perdis pas mon calme pour autant. Je scrutai les nukenins puis leva le bras droit avec la mallette. Je prenais un air déterminé, car je ne comptais pas me faire entuber :

    - Hop hop hop, pas d'entour loupes ! Pas de kumojins, pas d'argent !


L'un d'eux fit signe à un autre d'aller chercher les shinobis de Kumo. J'étais tout seul contre dix et pourtant, je savais me faire respecter. Il ne restait plus qu'à espérer l'arrivée de Ryûsai, car s'ils se décidaient de me battre à mort, j'étais mal. Surtout que notre mission consistait aussi à leur péter la gueule donc je n'allais pas seulement me contenter de récupérer les Kumojins. Mais, ces hommes semblaient vraiment ne s'intéressaient que pour l'argent de la mallette. Ahah, quand ils l'auront dans les mains, ils auront une petite surprise. Mais voilà que le groupe de shinobis du village des nuages arrivait. L'homme les jeta sur moi tous les trois. Malheureusement, ils n'étaient plus en état de combattre, je ne pourrais donc pas compter sur eux lors de la baston. Tant pis, je ferais sans. J'affichais un grand sourire sur mon visage et lançait la mallette à pleine vitesse sur celui qui semblait être le chef de l'organisation :

    - Tiens, c'est cadeau !


Je me préparais ensuite à entamer le combat, car ils allaient être déçus du contenu de la mallette !
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Kamen
Yamanaka Kamen
Informations
Grade : Genin
Messages : 523
Rang : A

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyVen 9 Mar 2012 - 23:25

Shin avait l'air d'aimer ma suggestion. Il en alla même jusqu'à confectionner un plan en me déclarant que c'était chacun son tour de faire l’appât. Avec ses idées tordus, son visage souriant et son air de sadique, j'eus un peu peur sur le coup. Qu'est-ce qu'il allait me proposer.. J'étais donc là, quelque part non loin de Shin. J'avais accepté de suivre sa procédure et il fallait avouer que c'était la meilleure possible, maintenant que je l'avais dans le crâne. Avançant doucement mais sûrement, je prenais le temps d'analyser la situation, jusqu'à ce que Shin gueule tellement fort, que je l'entendais d’où j'étais. Très vite, les Nukenins surgissaient et l'encerclaient. Et dire que pour le moment, je ne pouvais rien faire. Après quelque négociation plutôt bien géré par mon ancien Sensei, je vis dans le ciel, une grosse tache noire. Pour être une grosse tache, s'en était une.. Et avec des ailes d'anges en plus. Qu'est-ce que mon cousin foutait là haut ! Je n’appréciais guère la manière dont les Nukenins jetaient les Kumojins sur Shin. Soudainement une sensation étrange parcourait tout mon corps, lorsque je vis que Shin balancer la valise. Il est con ou quoi ! Tout le plan reposait dessus, et lui, il la donnait sans broncher ! Mais je crois que pour l'instant, les insultes suffisent envers mes deux (géniaux) collègues. Et je pense qu'un petit retour en arrière s'impose.

Rappelez-vous que je devais faire l’appât, rappelez-vous que j'avais suggéré d'établir un plan qui reposait sur la valise. Rappelez-vous que je me trouvais non loin de Shin, et sachez que l'on avait pas de rançon en venant ! Alors désormais, posez-vous la question : quel est mon rôle ? Tout ce que voyait Shin, voyais. Tout ce qu'il disait, résonnait dans ma tête, tout ce qu'il pensait et ressentait.. Je le savais ! Vous avez enfin comprit ? JE SUIS SHIN ! Hé bha non, j'avais juste envie d'avoir mon lecteur à mon tour.

Bref c'est sous mes yeux étonnés qu'il jetait la valise. Et la sensation précédemment abordée, celle de frisson du à un phénomène physique, c'était la mienne. Le fait est que, suite à une annulation de henge, la rançon décrochait un magnifique coup de pied au niveau des cervicales prolongé par du chakra. Poursuivant mon mouvement alors que j'apparaissais dans un petit nuage, j'effectuais un véritable carnage puisqu'il était placé comme en ligne, attendant chacun leurs tour que je les frappe. Certains eus le temps d'esquiver, d'autres d'utiliser un jutsu défensif et d'autres de s'assimiler avec le sol. J'en avais eus un qui était en train de se mélanger au sol, révélant qu'on pouvait les avoir pendant leurs changement d'états. L'un de mes pieds touchèrent enfin la terre, mettant fin à mon vol plané. Je pris une position, levant une main vers le ciel en prononçant..

  • « Feux d'artifice !! On fait plus dans la discrétion, on est définitivement repérés de toutes manières ! »

Me justifiant pour je ne sais quelle raison puisqu'il était au courant de la situation, mon chakra prit une teinte argenté en montant dans le ciel, avant de se dissiper tel la détonation d'un spectacle pyrotechnique. Avec ça, Ryûsai là-haut présent, devrait être avertir de notre position pour nous rejoindre. Quant à moi, je rappelais ma jambe d'énergie pour la renvoyer dans l'autre sens, percutant l'homme qui était censé me réceptionner – car j'étais la valise – l'envoyant valser à quelques mètres, puisqu'il était encore en pleine voltige. Très vite, mon membre fut bloqué, puis un deuxième. Bordel, ces assimilateurs du Doton étaient chiant ! Pour les faire sortir d'en dessous, je me matérialisais de grandes jambes de chakra façon échasse, je pris de l'altitude tout en créant une épée que je leurs lançais. Sauf qu'ils s'attendaient sûrement pas à ce que je les touche tous, puisque celle-ci se ramifia de part et autres, pénétrant légèrement dans mon extension de membre. Rien de bien méchant, ça me donnait juste un style porc-épic. Revenant à la normal, je vis rapidement que trois autres avaient rejoint la partie. J'avais envie de tester le style de Taijutsu que je pouvais avoir avec mon fabuleux jutsu. Je courais vers eux, avec une vitesse accrue puisque mes pas étaient allongés et lorsque j'envoyais mon bras à environs six mètres, celui-ci partit comme une fusée. Je refermais le poing et l’abattit de haut en bas, écrasant le pauvre gars en dessous. Les deux autres voulaient me rejoindre en courant le long de mon bras. Je souriais devant eux, pour annoncer qu'il avait fait un mauvais choix. Je fis prendre une ondulation à mon bras qui les projetais, l'un contre un arbre l'assommant et l'autre que je saisis avec mon autre membre que je venais de matérialiser, pour le lancer sur un de ses compagnons dont aucune maîtrise d'assimilation n'avait été remarquée. M’arrêtant ainsi, j'avais fais ma part du boulot. Surtout que Ryusai était enfin avec nous désormais. Le voyant mettre la raclé au dernier encore debout, je m'approchais de lui en lui tapotant l'épaule.

  • « Mais t'étais où ? Qu'est-ce t'as foutus tout ce temps ? »


Dernière édition par Seki Raiken le Dim 8 Avr 2012 - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Oppa Gangnam
Oppa Gangnam
Informations
Messages : 221

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyDim 18 Mar 2012 - 1:35

    Comme si tout cela n’était pas suffisant, en plus de devoir sauver l’équipe shinobi de Kumo, de mettre une raclée au ravisseurs et de tuer leur chef, il fallait à présent retrouver l’un des seigneurs qui allait être tué par nos ennemis. Un coup d’Etat était de plus en plus fréquent ces derniers temps, règlement de conflits sur règlement de conflits. J’étais à présent sorti du hangar et je venais d’effectuer à nouveau ma technique pour m’envoler dans les airs. Cette fois-ci, le temps était compté, je n’avais pas le temps de trainer en route. Volant à toute vitesse dans les airs, la tête penché dans le sol, je cherchais le seigneur en question pour tenter de le sauver comme je le pouvais lorsque tout un coup, des bruits d’explosions se firent retentirent. Faisant un salto arrière dans les airs pour changer de direction, j’allais à présent dans la direction de bruit qui venait de se faire attendre. Les bruits étaient de plus en plus forts, et je vis tout à coup une source de lumière argentée apparaître tel un feu d’artifice. Sans nul doute, mon cousin Raiken se trouvait là-bas et m’avait repéré, c’est pour cela qu’il avait employé cette technique que je connaissais également. Shin et Raiken étaient en train de se battre contre un groupe plus au moins important d’adversaires. Enfin, c’est ce qu’il venait de faire car lorsque je mis un pied au sol, ils étaient tous complétement hors service sauf un. Le pauvre se trouvait juste devant moi puisque je venais d’atterrir derrière lui. Je pouvais sentir son souffle s’accélérer tellement il était paniqué. Un kunaï en main, ce dernier tenta de se retourna et de m’assener d’un coup avec l’aide de sa lame métallique. Il n’en eux pas le temps que déjà il fut tombé au sol à cause du coup que je lui donnai derrière la nuque avec la tranche de ma main. Mon coup fut violent mais pas de quoi en faire tout en drame, il allait être assommé pour un très long moment. Ceci fait, le jeune garçon à la crinière blanche tout comme la mienne s’approcha de moi en me tapotant l’épaule comme si j’étais un gamin tout en me demandant où j’étais et ce que je faisais. Esquivant sa main heurter mon épaule, je marchai en direction des trois otages qui étaient à présents libres. Raiken était content du stratagème qu’ils avaient utilisé pour tromper nos ennemis et ne manqua pas un instant de me raconter le plan qu’ils venaient d’effectuer. J’étais à présent en face des trois hommes qui étaient à genoux devant moi, mains et pieds attachés. Créant un sabre de foudre dans mes mains, je tranchai alors directement leur torse, l’un après l’autre d’un seul mouvement. Je vis alors d’importantes coulées de sang gicler de leur corps. Je me retournai à présent en direction de mes coéquipiers qui avaient l’air choqué de ce que je venais de faire. Les prenant de haut, je leur dis :

      ~ Qui est pris qui croyait prendre. Vous n’êtes pas les seuls à savoir utiliser le henge. ~


    En même moment où je claquai les doigts, un important nuage de fumé apparu à la place de nos compagnons qui étaient pris en otage avant que l’on arrive pour donner places à trois autres hommes complétement différents.

    FLASH BACK


    Alors que je venais de quitter le hangar, je m’aperçus que j’avais oublié un petit quelque chose. Réfléchissant, je compris que j’avais pris l’objectif de sauver le seigneur du pays de la terre comme seul et unique objectif de la mission alors que le principal était de sauver nos frères d’armes. Retournant dans le hangar, je le fouillai de fond en comble. Entrant dans une pièce, puis dans une autre, elles étaient toutes remplies de caisses où se trouvaient à l’intérieurs diverses armes shinobis mais aucun être vivant ne s’y trouvait jusqu’au moment où dans une de ces pièces, je vis une trappe. L’ouvrant délicatement, je descendis les escaliers qui étaient très faiblement éclairés. Les escaliers me menèrent alors dans un sous terrain. Marchant dans le tunnel pendant quelques minutes, je vis d’autres marches. Je les montai cette fois-ci. Essayant d’ouvrir la nouvelle trappe, je constatai que cette dernière était bloquée. Dans un élan de force, j’enfonçai la trappe et réussis enfin à l’ouvrir. Entrant dans la pièce où je me trouvais, j’examinai les lieux et hum… comment dire… j’étais dans la merde. Cette pièce était remplie d’hommes. En fait, il n’y en avait que trois, la pièce était rikiki et il y avait une énorme armoire. Je ne laissai pas le temps aux hommes de se demander ce qu’il se passait que je composai une série de mudras très rapidement et qu’une boule de foudre se créa dans mes mains. Je lançai à toute vitesse cette dernière vers l’ennemi le plus proche et d’un geste du doigt, quand elle frappa l’ennemi, la boule suivit la direction que mon membre indiquait avant de heurter violemment un autre ennemi puis le dernier. Les trois au sol, je fis annuler ma technique et me dirigea vers la porte lorsqu’à un moment donné, j’entendis un bruit venant de l’immense armoire. M’y précipitent, je l’ouvris avec précaution et vis les trois shinobis de Kumo qui avaient été kidnappé. Ni une ni deux, je coupai alors les liens qui les empêcher de bouger et de parler. Je me demandais si c’était un piège mais ça ne pouvait en être un, pourquoi ils auraient été enfermé si c’était les complices de nos ennemis. L’un des objectifs avaient été accompli, je leur expliquai alors la situation et leur demandèrent s’ils allaient bien. Ils me répondirent que ça pourrait aller mieux mais qu’ils tenaient bon. C’est donc comme cela que j’avais trouvé les VRAIS shinobis de Kumo et qui m’avais suivis et qui venaient à présent de nous rejoindre au milieu du lieu qui avait été acteur d’un conflit.

    FIN DU FLACK BACK


    Nous étions à présent tous les six dans la forêt. Je venais en quelques sortes de donner une bonne leçon à mes supérieurs, comme quoi le grade ne voulait rien signifier. Je leur expliquai donc la situation, y compris l’histoire de l’un des seigneurs qui allaient être tué. Remarque, s’il se faisait tuer, ce pourrait être pas mal puisqu’il négociait avec nos ennemis. Bref, je leur dit alors, une fois tout cela expliqué :

      ~ Sachant que si on trouve le seigneur, on trouvera le chef qu’il faut tuer puisqu’il veut tuer le seigneur. Que fait-on ? On le retrouver et le sauve, on le retrouve pour retrouver le chef mais on les laisse s’entretuer puis on tue le vainqueur ? Enfin bon, faut qu’on se bouge le cul. ~
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seiji2
Seiji2
Informations
Messages : 486
Rang : A+

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyDim 8 Avr 2012 - 23:02

Grâce à un feu d'artifice Raiken réussit à prévenir Ryûsai qui devait normalement se trouvait dans les cieux à cet heure-ci. Normal, avec sa technique " I believe, I can fly " il pouvait se permettre de voler le descendant du clan Seki. Quant à l'autre membre de la famille Seki il combattait les assimilateurs à lui tout seul. Je le regardais sans vraiment bouger même si quelques-uns des hommes s'approchaient de moi, je me contentais d'attendre l'arrivée de Ryûsai. Quoique, avant qu'il n'arrive, je vais quand même m'en faire quelques-uns. Je concentrais mon chakra dans mes mains et j'envoyais une décharge raïton aux trois shinobis qui s'étaient dangereusement rapprochés. Juste ensuite, pendant l'effet de l'électrocution et d'une légère immobilisation, je me servis d'une autre technique pour les emprisonner dans trois différentes prisons de cristal, une pour chacun quoi. Ensuite Ryûsai fit son apparition, pile au bon moment pour s'occuper d'un des assimilateurs. Il libéra les trois otages mais, à ma grande surprise, il ne se chargea pas que d'enlever les liens. Il enleva aussi une bonne partie de sang aux trois shinobis. Etait-il devenu fou ? Est-ce que le fait de voler dans le ciel faisait perdre la tête ?

Le sourire du chûnin me rassura pourtant. Il avait l'air de savoir ce qu'il fait et sa phrase me le prouva. Un henge ? Tch, tout ça pour faire son intéressant finalement. J'avais bien envie de le kické mais, j'étais beaucoup trop loin de lui à ce moment donc je me contentais de frapper dans le corps d'un ennemi se trouvant à quelques pas de moi. Ca leur apprendra à berner l'empereur rouge. En tout cas, le plus important était fait puisque nous avions réussi à retrouver les trois ninjas du village des nuages. Je pensais que la mission était terminée, nous avions lattés ces hommes et les kumojins étaient maintenant avec nous. Pourtant, Ryûsai cassa l'espoir que j'avais de rentrer à la maison avec ses nouvelles paroles. Ces enflures avaient un chef ? Et celui-ci cherchait un seigneur ? Mh ... Et mais attendez une seconde ! Il m'avait semblé rencontrer dans la forêt un type habillé étrangement. C'était c'type là le seigneur ?

~ Flash Back ~


Nous étions dans la forêt, j'avais Raiken qui faisait la valise dans ma main et je ne pouvais m'empêcher de le bouger dans tous les sens pour essayer de le faire gerber le plus rapidement possible. Nous étions encore loin de la moitié de la forêt, l'endroit le plus probable où pourraient se situer les déserteurs et pourtant, je sentais la présence d'une personne depuis quelques minutes déjà. Cela m'agaçait réellement et je ne pus m'empêcher de sortir un kunai et de le jeter aux pieds de l'homme qui nous suivait. Je lâchais alors la valise et regardais le visage de l'homme. Il était petit, il était gros, il avait une petite moustache, il était laid mais, il était habillé comme un seigneur avec son chapeau ridicule. L'homme était en sueur, cela se voyait tant au physique et à ses affaires qui étaient quasiment mouillées et cela se voyait aussi à l'odorat, malheureusement pour mon nez. Il était inquiété, avec une tête pareille y avait de quoi avoir peur mais, cela semblait être pour une tout autre raison.

    - Vous êtes un ninja ?


Je regardais mon bandeau frontal posté sur mon bras droit. Apparemment il ne l'avait pas encore vu, j'en profitais alors pour le retirer et le mettre dans ma sacoche.

    - Euh ... Non.
    - Tant pis, aidez-moi je vous en prie, je suis poursuivi par un homme qui veut me tuer. Rassurez-vous, j'ai de quoi vous payer une petite fortune si vous m'aidez à m'en sortir.
    - Okay, suis-moi bouboule, je m'occupe de ta survie.


Je repris la valise avec ma main droite et avançait dans la forêt accompagné de cet étrange bonhomme. Quelques miuntes avant que je crie " ALORS LES P'TITS PD ?! ON OUVRE SA GUEULE POUR DEMANDER DE L'ARGENT MAIS QUAND J'ARRIVE Y A PLUS PERSONNE ? " je lui avais bien sûr ordonner de se cacher derrière un arbre sans faire de bruit s'il ne voulait pas se faire tuer.

~ Fin Flash Back ~

Donc si je comprenais bien bien l'histoire de Ryûsai, bouboule serait un seigneur et le chef de ce petit groupe de nukenin voudrait lui faire la peau ? Si c'était le cas, on allait pas tarder à tomber dessus normalement. Tant mieux, comme ça la mission allait prendre encore moins de temps et cela allait nous éviter des recherches et de l'énergie gaspiller inutilement. Je fis signe au seigneur de venir et quand celui-ci essaya de nous rejoindre, il fut interrompu par un homme très costaud qui l'enleva grâce à sa force. Je voulais le poursuivre immédiatement mais, Raiken m'avait devancé et était déjà sur la piste de l'homme. Le nouveau jônin de Kumo no kuni semblait sérieux, il prenait sûrement très à coeur cette mission contrairement à moi. En tout cas, inutile de continuer, je laissais la relève faire. Je regardais Ryûsai et les trois shinobis de Kumo no kuni puis leur demandais de nous suivre :

    - Partons maintenant, nous n'avons plus rien à faire ici.
    - Mais ... et le seigneur ?
    - Raiken s'en charge. Il a peut-être l'air d'un idiot mais, il fait partie des plus puissants shinobis du village. Laissons-le s'occuper de ce brigand, il nous rejoindra juste ensuite.


Notre petite troupe pris alors ses affaires. Nous avançâmes dorénavant vers Kumo no kuni alors que je m'occupais de faire des flèches sur plusieurs arbres avec mon kunai pour ainsi indiquer la direction à suivre à Raiken pour nous rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Kamen
Yamanaka Kamen
Informations
Grade : Genin
Messages : 523
Rang : A

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. EmptyMar 10 Avr 2012 - 1:26

J'étais en train de raconter la petite ruse que nous avions fait avec Shin à mon cousin, mais ce dernier ne semblait pas vraiment s'en occuper. A la place, il créa une épée de foudre et s'en servit pour liquidé d'un seul geste les trois Kumojins libérés récemment. Soudainement, c'est trois hommes complètement différents qui apparaissaient dans un petit nuage. Ryûsai semblait ne pas avoir fini à parler et au passage, était présomptueux dans ses paroles. Les trois imposteurs étaient donc tués et les réels Kumojins que l'on cherchait étaient avec nous. Il nous dévoilait aussi le destin qui unissaient l'un des seigneurs du Pays de la Terre et le chef du trafic. Repensant à la petite scène qui s'était déroulé entre Shin et un grassouillet lorsque j'étais sous forme de valise, je me demandais si..

  • « Hey toi, tu ne serais pas ce fameux seigneur ? »
  • « C'est moi en effet, mais aidez-moi je vous en su.. »

L'homme qui venait juste de sortir des buisson sous les ordre de Shin, venait soudainement de se faire enlever sous nos yeux, alors qu'il n'avait pas eut le temps de finir son imploration. Instantanément, je poussais sur mes jambe de chakra qui eux aussi avaient poussée sur le sol. « Je garderais mon calme tout pendant que je ne connaîtrais pas la position exact des salopards à qui on doit donner une leçon ! » avais-je déclaré à mon senpai. Ceci me fit partir comme une vrai fusée et j'usais du même stratagème pour conserver cette vitesse. Attrapant alors la jambe du kidnappeur, je m'accrochais à lui et le ralentit soudainement en créant une épée de chakra qui sortit de ma paume pour venir se planter au sol. Ce qui eu l'effet de le stopper net, en le faisant tomber sur le dos. Je découvrais alors le physique de l'homme qui m'horrifiais. En fait, c'était l'ensemble qui avait de quoi dégoûter.

Une très désagréable odeur se dégageait du seigneur qui était ma foie enrobé comme dix, qui était lui-même porté par son inverse. Le gras laissait place à une musculature absolument incroyable, en fait, beaucoup trop incroyable. Des abdominaux reposaient sur des abdominaux, qui eux-mêmes reposaient sur une couche d'abdominaux. Les biceps et tout son corps n'y faisait pas d’exception, et on n'y distinguais plus tel ou tel muscle tellement il y avait de forme. C'était une véritable montagne de muscle, à cataloguer dans les monstres ! Cela expliquait comment il avait réussit à se déplacer rapidement avec le seigneur, mais pas comment il avait obtenus cette carrure. A l'aide de mes même bras de chakra, je dégageait le gros et lui demandant de se mettre à l'abri. Chose qu'il fit comme un véritable expert.. Je n'étais pas encore au bout de mes surprises, car quand mon adversaire se relevait, ses muscles avaient doublés !


  • « Bordel mais t'es qui toi ? »
  • « Un scientifique qui à repousser les limites de l'Homme ! Les faiblesses humaines ne s'appliquent plus à moi et tu vas le sentir passer ! L'accumulation et la manipulation des organes et des cellules ont fait de moi un sur-homme ! Regardes-moi, observes-moi, admires-moi, car dans peu de temps tu n'en sera plus capable ! »

La dernière syllabe prononcé et il était déjà là, à coté de moi en train d'essayer de m'asséner un coup de poing. D'instinct, je le bloquais avec un de mes bras de chakra. La vitesse d’exécution était trop grande et le mouvement continuait et c'est mon propre jutsu qui me porta un coup. Volant alors dans les airs, j’arrêtais ma course grâce à une plate-formes de chakra tout en changeant ma trajectoire. L'homme passait à coté de moi sans pouvoir changer de direction, en continuant tout droit et j'eus le temps de constater que mon bras de chakra avait été fissuré. Bordel, il était vraiment pas humain ! Essayant de résoudre ce problème, je fis grossir mes extensions de un mètre mais à peine que ce fut fait, il était revenus au corps à corps et donnait un véritable déluge de coup. Bloquant chacun des coups, nous nous séparions au bout de notre duel. Nous nous tenions à vingt mètre de l'un et de l'autre. Lui haletait, moi pas. J'avais beaucoup fait bouger mon chakra et uniquement mon chakra. J'avais peut-être une chance de l'avoir à l'usure. Là, je voyais désormais qu'il était en train de maigrir à vue d’œil.

Peut-être même trop, il faisait vraiment dans l’extrême lui ! Désormais, ce n'était que la peau sur les os et un très petit gabarit qui se tenait devant moi. Me demandant réellement si c'était la même personne, il me fit un signe de le suivre avant de partir avec une vitesse affolante. Prenant énormément d'avance sur moi, je vis qu'il fit attention afin d'éviter tout danger. Je l'avais perdus de vue et je le cherchais maintenant au plus grand des hasard. C'est lorsqu'une voix résonnait par l'intermédiaire d'une technique de télépathie qu'il me révélait qu'il allait bientôt repasser à l'attaque. J'étais sa cible et il jouait avec moi me disait-il. Il m'avoua aussi sa faiblesse, celle de l’épuisement comme je l'avais pensé, mais sous sa forme rapide il récupérait extraordinairement vite. Elle lui permettait aussi de s'enfuir et de se cacher pour reprendre des forces. Mais tout comme sa forme de brute, elle détenait une faiblesse, celle de la fragilité. Un coup et s'en était fini de lui. Sa stratégie était vraiment au point.. Soudainement, une masse se dirigeait vers moi et tombait drôlement en arrière, comme assommé. J'avais préalablement ériger une barrière de chakra invisible qui se déplaçait avec moi, et ça avait marché. Soulagé, je me parlais à moi-même.


  • « Ton plan d'attaque est vraiment bien foutus. Ta force d'attaque et ta vitesse d’exécution sont impressionnantes. La fuite est une certitude pour toi lorsque tu es sous ta forme frêle et le fait que tu déplaces pour récupérer empêche tout pièges. Pour te battre, seul une manière existe. Un piège invisible qui se déplace avec l'utilisateur et ce, tout autour de lui.. Dommage, t'es tombé sur la mauvaise personne. »

Il fallait être fou pour laisser vivre un type comme ça. Cependant je pensais à l'utilité qu'il pouvait servir aux scientifique de Kumo. Je ne lésinais donc pas sur la sécurité de la prison et de l'immobilisation. Après une grande série de mudra, je combinais trois techniques.. Une grande bulles de chakra se formait, emprisonnant notre futur cobay. Des chaînes de chakra le saucissonnait et été relié à la parois, qui avait été grandement renforcé avec du chakra extrêmement dense. Déplaçant la bulle par la simple pensé, je retrouvais une petite flèche gravé sur un arbre. Shin m'avait laissé quelques indications. Quelle déception il allait avoir lorsque j'allais lui annoncer que celui-ci n'allait pas aller en prison ! Commençant à partir, j'avais complètement oublié l'un des seigneurs de guerre du Pays de la Terre qui courrait en ma direction en me questionnant sur la destination. Répondant fièrement "Kumo", notre mission s'achevait. Mais les problèmes du Monsieur allaient commencer au village des Nuages puisque la vérité allait être établit. Tetsu no Kuni était certes un lieu difficile à vivre, mais ignorer les droits de l'homme, ça le village ne le supportait pas ! Les deux lascars allaient l'apprendre..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

La rançon. Empty
Message(#) Sujet: Re: La rançon. La rançon. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La rançon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Kusa no Kuni-