N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Attente loin du front [Hayato]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Akimichi Chikin
Informations
Grade : Membre de l'ANBU et Chef Akimichi
Messages : 556
Rang : A+

Attente loin du front [Hayato] Empty
Message(#) Sujet: Attente loin du front [Hayato] Attente loin du front [Hayato] EmptyJeu 22 Nov 2012 - 17:46

Le front était bien loin devant Udo, lui n’était pas allé au combat il restait en arrière garde au cas où un nouvel ennemi surgirait ou en cas de renfort, les possibilités qu’il soit utilisé lors de cette guerre contre Konoha était néanmoins assez faible ce qui l’arrangeait il faut bien l’avouer. Il ne comprenait pas l’intérêt d’une guerre pareil après tout Konoha n’avait absolument rien de menaçant pour Suna. L’ennemi principal du village du sable était l’organisation des nuke nin. Allez se battre contre le village de la feuille était selon lui une hérésie. La raison principal qui avait motivé le genin à venir était la sauvegarde de sa patrie, une chose dont il ne s’était rendu que récemment auparavant Udo ne se souciait point de Suna, il se demandait si le village allait perdurer avec sa politique instable comme pas possible. Pour lui le village du caché du sable avait autant de chance de perdurer que de s’écrabouiller de l’intérieur. Mais les mois étaient passés et au fur et à mesure du temps le rouquain s’était habitué à vivre dans son village avec ses laboratoires. Maintenant le village avait une certaine importance à ses yeux, il ne pouvait plus se permettre de ne rien faire alors que sa nouvelle patrie pouvait sombrer. Agé de 22 ans, cette prise de conscience arrivait un peu tard dans l’esprit du Saigobu mais comme on dit mieux vaut tard que jamais.

Il y avait une chose que le genin n’avait cependant pas prévue. C’est qu’au sein de l’armée lorsque tu ne combats pas, bah tu te fais royalement chier. Ici en réserve, on se faisait royalement chier les noisettes. Udo avait demandé à ce que l’on lui ouvre un laboratoire, afin de s’occuper en faisait de nouvelles expériences et en établissant de nouvelle création. Elle pouvait très bien être utile au champ de bataille. Mais voilà on lui avait répondu que les Saibogu avait tendance à parfois avoir des résultats indésirable tel que des explosions ou des robots incontrôlables et que donc il n’était pas possible de faire une telle expérience dans un tel lieu. C’était plutôt injuste, le clan souffrait d’une réputation complètement tronqué même si un des membres avait mis au point des tomates explosives ce qui avait contraint à la fermeture d’un des laboratoires. Lorsque plus aucun bruit ne s’était fait entendre une odeur de tomate pourrit se dégageait de la pièce avec des impacts d’explosion un peu partout sur les murs et le sol. Mais ce n’était pas une raison pour en faire une généralité, Udo n’aimait vraiment pas être aussi inactif. C’est pourquoi il avait décidé de trouver l’un de ses supérieurs qui s’avérait être un jônin. Il s’agissait d’un gars qui semblait aimer le bleu, le genin lui préférait largement le rouge comme en attestait son accoutrement. La seule bonne chose pour Udo était que cet homme était, semble-t-il, marionnettiste, cela pouvait l’aider dans son argumentation après tout, il était tout deux des créateurs bien que celles-ci soient dans des domaines assez éloignés.

-Hoy Hayato-san, je suis Saibogu Udo, genin de Suna j’aimerais que l’on me permettre de bidouiller des trucs et faire des constructions parce que là je me fais autant chier qu’un caleçon pendu à un cactus.

Déjà qu’il n’aimait pas spécialement cette guerre si en plus on devait mourir d’ennui, si il avait su, il serait partit au front beaucoup plus rapidement. Après tout l’idée de s’établir près des oasis, qui était proche du premier lieu de combat, n’était pas une mauvaise idée on pouvait rapidement se diriger vers Konoha et on pouvait également protéger Suna de manière assez rapide. L’eau était présente et c’était bien plus facile du coup d’entretenir les troupes mais les loisirs manquaient quelque peu et attendre à rien faire, cela devait être pénible pour n’importe qui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hayato
Informations
Messages : 308
Rang : A+

Attente loin du front [Hayato] Empty
Message(#) Sujet: Re: Attente loin du front [Hayato] Attente loin du front [Hayato] EmptyDim 25 Nov 2012 - 1:15


Décu, ce seul qualificatif suffisait à décrire le ressentit du sunajin par rapport à cette guerre. La politique ne l’avait jamais intéressé, peut-être parce qu’il n’y comprenait pas grand-chose. En tout cas, loin d’arranger les choses dans ce domaine, son rang de Juunin n’avait que renforcé son désintérêt. S’il était parti en guerre sans broncher, c’était surtout pour montrer au monde que Suna ne faisait jamais les choses à moitié. Bon, d’accord, il y avait aussi une autre raison, plus égoïste, plus personnelle. Une guerre était le meilleur endroit pour confronter son art à des adversaires puissants, en situation réelle. De ce côté-là, il avait été gâté, des ennemis et de combat, il en avait eu à la pelle avec, cerise sur le gâteau, une confrontation directe avec monsieur le Hokage ! Bref, il avait eu droit à l’élite, alors pourquoi était-il déçu ?

La réponse se tenait à ses pieds. Depuis qu’il avait ouvert les yeux, il se tenait devant Kuroru, sa marionnette à l’allure reptilienne, ou plutôt, ce qu’il en restait. Effectivement, le pantin avait littéralement volé en éclat sous les Jutsu de Masao Nikkou. Tout cela à cause d’un élément qu’Hayato avait complètement oublié lors de son équation : les affinités et leur manière d’interagir les unes avec les autres. Soit, quelque chose de simple, que tout ninja se devait de connaître, mais que le marionnettiste avait négligé dans le feu de l’action. Ce qui nous mène à l’introduction, il était déçu d’avoir été si négligeant. Son erreur lui avait valu la perte de l’une de ses créations. Il ne pouvait pas se permettre de progresser vers le pays du feu sans pouvoir se battre à pleine puissance. Du coup, un peu à contre cœur, il avait décidé de rester à l’arrière pour mieux s’atteler à sa réparation.

Le constat était terrifiant... Il n’y avait plus grand chose d’utilisable, les pièces composants la carapace externe étaient trop brûlées. Espérer revoir ce pantin s’animer à nouveau relevait de l’exploit et avec la matériel à sa disposition dans ces conditions précaires, tout ce qu’il pouvait espérer était de stabiliser la création au maximum, afin d’avoir moins de travail une fois de retour au village. Perplexe face à cette carcasse en bois, il ne savait pas trop par où commencer. Le défi était de taille, mais la réparation et l’entretien d’une création étaient tout aussi importants pour un marionnettiste que la manipulation proprement dite.
Mais après avoir passé une importante partie de la journée penché sur le problème, Hayato poussa un cri de rage et laissa tomber pour faire un tour dans le coin, histoire de se changer les idées. C’est là qu’il se fit aborder par un autre Sunajin.


- Un caleçon pendu à un cactus…
Blocage total, trop occupé à ruminer sur les évènements récents, Hayato n’avait pas vraiment prêté oreille a la plainte dont on lui fit part. Seule cette dernière phrase retint son attention. En un sens, cet homme n’avait pas tord, un caleçon sur un cactus ne devait clairement pas s’amuser. Non, ça devait être le calme plat, l’ennui total. Quoique…

- Ah ! J’aime beaucoup ton expression ! Hum... mais revenons aux choses sérieuses. Je peux comprendre ta frustration, mais il faut reconnaître qu’avec votre technologie et vos armes, il y a un certain risque que l’on ne peut pas prendre en ces temps de guerre.
Il y avait des blessés dans le coin et puis, rien ne l’empêchait d’aller faire ça ailleurs, pas trop loin. Toutefois, bien qu’à titre personnel, Hayato avait toujours considéré les Saibogu comme des rivaux, il comprenait parfaitement ce besoin de fabriquer, de « bidouiller », cette envie de création. Après tout, c’était le meilleur moyen trouvé par l’homme pour sublimer son imagination. Il venait de trouver une occupation divertissante et s’approcha de ce Genin, pourtant de plus de deux ans son aîné… Non, en fait, il y voyait même un certain bénéfice.

- Allons voir le responsable des lieux, j’imagine qu’on doit pouvoir trouver un compromis… Sinon, en tant que Saibogu, tu dois t’y connaître en champs de force, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Akimichi Chikin
Informations
Grade : Membre de l'ANBU et Chef Akimichi
Messages : 556
Rang : A+

Attente loin du front [Hayato] Empty
Message(#) Sujet: Re: Attente loin du front [Hayato] Attente loin du front [Hayato] EmptyLun 26 Nov 2012 - 15:23

Udo regarda son supérieur hiérarchique, tout en espérant que sa demande serait considéré avec sérieux, il observa plus attentivement son homologue et vit alors une marionnette à l’aspect calciné. Le jonin semblait avoir prit par au premier combat et en avait souffert. Sa marionnette semblait avoir partiellement brulé sans doute à cause d’un katon, Udo se demandait si les marionnettistes ne pouvait pas créer des marionnettes en métal afin de les rendre plus résistante. Il faudrait en discuter entre membres des deux clans et aussi avec le Kage mais cela pourrait augmenté la force de frappe du village de manière plus conséquente et de rendre les marionnettistes bien plus fort. Néanmoins Udo n’était pas sûr de ce fait. En tout cas vu la forme de la marionnette Udo était plutôt intrigué d’en connaitre ses capacités, curiosité scientifique sans doute, cela lui donnait envie de se créer pour lui aussi une aide, un support de combat. Il restait à voir si cela était possible ou non.

En tout cas le shinobi aux cheveux semblaient avoir été interloqué par l’expression d’Udo qui était se faire chier comme un caleçon pendu à un cactus. Il se rendait lui aussi à l’évidence que les mesures de sécurité passaient avant tout, le rouquain enrageait. Au final, pas besoin d’être attaqué, suffisait juste de resté planté là et tous n’allait pas tarder à mourir d’ennui. Le genin commençait déjà à imaginer le fonctionnement d’une marionnette en métal qui pouvait avoir un impact révolutionnaire dans l’art de faire la guerre, c’était véritablement très intéressant. Il se demandait d’ailleurs si il n’y avait pas d’autre moyen de rendre la marionnette plus offensive par exemple en lui mettant un lance flamme dans la bouche.

Soudain le jonin donna de l’espoir au genin, en lui déclarant qu’il était certainement possible de trouver un compromis et qu’ils allaient voir le chef de la section pour s’occuper de tout ça. Bénit, sois cet homme, il était le sauveur du Saibogu. Par ailleurs ce dernier demanda également au rouquain si il s’y connaissait en champ de force. Tout en faisant le chemin vers le responsable de section, le shinobi lui répondit.

-Oui, j’ai personnellement mit au point un champ de force me permettant d’éviter des attaques cependant celle-ci ne doivent pas être de trop grosse intensité sinon mon bouclier n’y survivrait pas. C’est surtout une question d’usage des pièces. Vous comptez l’utilisé pour votre marionnette parce que l’on pourrait la faire faire en métal et créer un circuit de dérivation du chakra pour faire un champ de force. Si par contre vous comptez l’utilisé comme barrière pour protégé le camp il faudra plusieurs machines générant chacune un champ de force afin de créer une barrière totale.

Le genin était assez curieux de voir ce que voulait faire le jonin, il avait évoqué différentes hypothèses mais était certains que son camarde Sunajin avait bien d’autres idées en tête. La langue du Saibogu se déliait facilement c’était uniquement car il espérait vivement que l’autre en ferait de même. La journée si ennuyeuse commençait enfin à devenir intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hayato
Informations
Messages : 308
Rang : A+

Attente loin du front [Hayato] Empty
Message(#) Sujet: Re: Attente loin du front [Hayato] Attente loin du front [Hayato] EmptyVen 7 Déc 2012 - 1:46


Saibogu Udo. Quel... débit de parole. Hayato n’avait fait que lui poser une simple question et en guise de réponse, il eut droit à un flot d’affirmation, de supposition et de réflexion sur le champ de force. Mais ça ne le dérangea pas du tout. Au contraire, il aimait croiser ce genre de passionné et il retint même certaines idées intéressantes, comme cette idée de barrière de chakra, maintenue par plusieurs « points ». Bien qu’il trouvait par moment les Saibogu excentriques dans leur manière de concevoir le Ninjutsu ou encore l’Art, Hayato devait reconnaître qu’ils avaient de bons aspects également. En tout cas, il n’était clairement pas question de construire une marionnette totalement en acier. Pour des raisons à la fois culturelles, économiques, pratiques et esthétiques évidentes. La cohabitation de ces deux clans, progressiste d’un côté et traditionaliste de l’autre, relevait vraiment de l’exploit.

- J’ai toujours trouvé les Saibogu un peu extravagant, mais je dois avouer que vos inventions sont spectaculaires.
Oui, cette technologie avait parfois du bon. Sans eux, des lieux comme le Heaven’s Night, et ses jeux de lumière de folie, ou encore les Ergastule et leur système d’annihilation du chakra.
Après quelques secondes passées à errer dans le campement, le duo finit par tomber sur le responsable. Jouissant d’une position centrale, ce Jonin, plus âgé et apparemment plus expérimenté que nos deux Sunajin les jugea du regard en les voyant s’approcher. Le plus naturellement possible, Hayato le salua en s’inclinant légèrement. Il ne savait pas trop comment introduire la demande, mais ne pouvait pas non plus se défiler après avoir accepté d’aider Udo. Seulement, à présent qu’il se trouvait en face de l’imposant responsable et qu’il repensait à la situation, il trouvait la raison de sa venue trop peu sérieuse.



- Tiens, Hayato ! Alors, on s’est remis de sa blessure imaginaire et on veut remonter au front ?

- Ca aurait été avec plaisir, mais avec une marionnette détruite, je ne peux pas prendre un tel risque.

- Foutaises ! De toute façon c’est bien connu, les marionnettistes et les Saibogu sont des bons à rien sans leurs armes à la noix.
Difficile d’ignorer les sarcasmes de cet homme, à mesure que la discussion avançait, Hayato avait du mal à se contenir. Ce type devait être un ancien Shinobi du Pays du vent, de l’époque ou Suna n’était encore que le projet utopique d’une bande d’illuminés. Ces ninja « Old School » avaient bien souvent une façon de penser très arrêtée sur certains sujet. Ce type ne prenait tout simplement pas le Kugutsu no Jutsu au sérieux et ça, notre jeune homme ne pouvait le supporter. D’autant plus que ce vieux Jonin semblait mettre marionnettistes et Saibogu dans le même sac. C’était le genre de personne qui donnait à Hayato la rage de vaincre et l’ardente motivation de faire valoir son art aux yeux du monde entier. Cette guerre aurait pu être sa Chance, mais le Destin en avait décidé autrement.

- Ces “armes à la noix” comme vous dites sont justement essentielles pour m’assurer la victoire au front, mais ces soi-disant « mesures de précautions » me bloquent dans leur confection et je ne suis pas le seul. Saibogu Udo, Genin ici présent, aimerait bien pouvoir travailler sur ses œuvres.

- De toute façon, vous perdez votre temps à en discuter avec moi, l’ordre vient d’en haut. Et puis, de vous à moi, j’ai été assigné ici pour superviser un campement de shinobi, pas un camp de bricolage !

Plutôt que de péter un câble, Hayato inspira un bon coup et s’éloigna, sans insister d’avantage. Cet homme avait raison, discuter avec lui était une perte de temps. Pour travailler à leur aise, ils pouvaient tout aussi bien s’éloigner de quelques centaines de mètre. Après tout, d’après les nouvelles qui venaient du front, ils n’étaient pas prêt de voir un Konohajin débarquer dans le coin.

- Il y a une autre possibilité, on pourrait tout aussi bien s’éloigner un peu. Il ne serait pas prudent de quitter le campement seul, mais avec un partenaire ça devrait être possible… Qu’en dis tu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Akimichi Chikin
Informations
Grade : Membre de l'ANBU et Chef Akimichi
Messages : 556
Rang : A+

Attente loin du front [Hayato] Empty
Message(#) Sujet: Re: Attente loin du front [Hayato] Attente loin du front [Hayato] EmptyVen 21 Déc 2012 - 2:31

Le jonin bleu écouta de manière assez patiente le genin à l’imposante musculature. Son supérieur hiérarchique finit par évoquer le fait que les Saibogu était des gens assez extravagant et Udo ne pouvait absolument pas infirmer ce que venait de dire son homologue sunajin, lui-même passait beaucoup de temps dans son laboratoire à expérimenter de nouvelles inventions. Il trouvait ça assez fascinant d’en venir à la création. Hayato semblait partager son avis ce qui n’était guère surprenant étant donné que les marionnettistes étaient également des créateurs. Le rouquain était assez satisfait de rencontrer un jonin qui ne donnait pas l’impression d’avoir un balai dans le cul. Le jonin semblait assez sympathique à vrai dire. Les deux ninjas déambulèrent dans le campement avant d’atteindre.

Le genin fût bien vite déçut en effet ils tombèrent sur un con quelques minutes auparavant quand Udo pensait à des jonin avec un balai coincé dans le cul et bien c’était lui. Enfin là vu le niveau de connerie dans le ciboulot du bonhomme ce n’était plus un balai qui était coincé dans son cul mais carrément une barre à mine. L’homme commença à parler en déclarant qu’Hayato avait eu une blessure imaginaire, qu’un homme qui n’était pas au front se moque d’un autre qui y avait été était véritablement insultant au plus haut point. Udo dût se contenir pour ne pas aller taper sur l’ancien qui semblait véritablement être un pourri. Son débit de connerie continua quand il mit dans le même panier les Saibogu et les marionnettistes les jugeant comme des incapables. Le jeune shinobi pensa alors que son ainé avait dû être humilié en combat pour penser de la sorte, il ne voyait pas vraiment d’autre raison de cette soudaine attaque. C’était désolé car les Sunajins auraient dût faire front commun afin de préserver leur village.

Si la position hiérarchique d’Udo ne lui permettait pas de contester la parole de cet homme en revanche ce n’était pas le cas de Hayato qui n’hésita pas à remettre en place le gradé en question expliquant l’utilité des marionnettistes et des Saibogus. L’avenir du village du sable pouvait dépendre de l’une de ses inventions ne pas y prêter attention était véritablement une hérésie. Un jour viendrait où tout le monde se rendrait compte de leur importance au sein du village de Konoha il en était certain, en attendant il faudrait travailler afin de gagner le respect de chacun.

L’adolescent fît alors une proposition audacieuse au genin à savoir changé de lieu afin de pouvoir mener à bien leurs expériences, les deux shinobis partirent donc vers l’extérieur du camp, Udo avait hâte de montré de quoi il était capable. Après tout Hayato était un jonin et avait participé à la guerre malgré son jeune âge il devait donc être plutôt fort comparé à Udo qui avait tendance à ne pas vraiment avancé dans la vie. Il commença à sortit des pièces de tout sorte et invoqua à l’aide d’un parchemin un gros en gin qui faisait la moitié de sa taille, il s’agissait justement d’un générateur de champ de force. Le genin s’efforça de mettre ça en place tout en reprenant sa conversation avec son homologue Sunajin.

-Penses-tu qu’un jour, Suna pourra former un village vraiment uni, j’aimerais qu’on en chicane pas tout le temps et qu’on avance tout le temps. Même la politique du village n’est pas spécialement claire pourtant, moi-même si je n’étais pas d’accord avec les opinions de mes supérieurs, je ferais quand même les choses par confiance envers eux. J’espère qu’un jour, il sera possible de faire chaque chose de manière franche et honnête, même si il est vrai que cela parait légèrement utopique.

Un léger cliquetis se fit entendre et un demi-dôme fît son apparition autour des deux ninjas, bien sûr cela ne serait jamais utilisé en combat mais cela montrait de quoi Udo pouvait être capable. Le Saibogu avait la chance d’avoir travaillé sur des travaux de ce genre assez récemment ce qui expliquait la vitesse à laquelle il avait pu mettre le champ de force en place. La version plus petit diminuait la force réductrice et pour le moment la protection que possédait Udo était assez mineur, il espérait véritablement arranger ça à postérieurie. Pour le moment, il espérait surtout que son travail avait aidé le jonin et que cela correspondait à ses attentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hayato
Informations
Messages : 308
Rang : A+

Attente loin du front [Hayato] Empty
Message(#) Sujet: Re: Attente loin du front [Hayato] Attente loin du front [Hayato] EmptyMer 26 Déc 2012 - 16:22


Face à cette interdiction de pratiquer leur art, Hayato et Udo s’étaient vus contraints d’aller pratiquer à l’extérieur du camp. Ce vieux Jonin, qui n’aimait visiblement pas la manière des marionnettistes et des Saibogu de considérer le ninjutsu vivait probablement encore à l’ère des clans, dans le désert. Travailler en extérieur ne dérangeait pas spécialement notre jeune homme, au contraire, si cela pouvait mettre d’avantage de distance entre lui et ce genre de shinobi, il n’y avait pas à hésiter. Et aussi loin du front, ils ne couraient aucun risque.
Stocké dans de multiples parchemins, il avait emporté avec lui de quoi réparer Kuroru, sa marionnette endommagée par l’Hokage, ainsi que ses plans pour son dernier projet, symboliquement nommé Rêverie. Après quelques minutes de marche, le duo trouva une place qu’il jugea adéquate et s’y installa paisiblement. Fidèle à lui-même, Udo engagea la conversation. Il semblait tout aussi agacé qu’Hayato par rapport à l’unité de Suna, l’occasion pour le jeune Jonin de donner son point de vue sur la question.


Comme tu le sais, la création de Suna est passée par l’unification des quatre clans qui autrefois régnaient en maître sur le désert. Du jour au lendemain, les leaders de ces grandes puissances se sont retrouvés à devoir agir sous la tutelle d’un petit groupe hétéroclite. Je pense que quelque part, certains ont toujours eut du mal à reconnaître la légitimité du pouvoir du Kakumeigun originel.
Il ne s’incluait évidemment pas dans le groupe. Le Kakumeigun était un groupe qu’il avait toujours admiré de loin, depuis qu’il avait connaissance de leur existence. Il y a plus de deux ans, recevoir de leur part une lettre et prendre part à l’étape finale de la création de Suna avait été un rêve qui se réalisait. Non, sa description plutôt avec des personnes comme le Jonin de tout à l’heure, ou encore certains membre du Conseil. En effet, suite au décès des trois Triumvirs, ils avaient jugés bon d’abandonner le système, pourtant reconnu mondialement pour sa stabilité et son originalité, et avaient préférés mettre à la place un unique dirigeant. On pouvait d’ailleurs se demander comment ces Sunajins avaient pu élire un espion à la solde de Makka à la tête du village, sans rien remarquer. Menace ? Chantage ? Genjutsu ?
En tout cas, ce Conseil avait cumulé les mauvaises décisions depuis. Pleins pouvoirs pour Araakoa Aare ou encore vote positif pour l’offensive sur Konoha…


Mais je ne désespère pas, c’est cette différence d’horizon qui a su faire notre force. Je citerai par exemple Habashi Zanshi, Jonin de renom et grande Shinobi, qui nous vient de Kusa no koni. Ou encore notre Kazekage actuel, Raiu no Kenji et son « art » qui n’est pas sans rappeler les techniques d’un illustre clan situé par delà les montagnes de Kaminari no kuni.
Toute une mosaïque de styles parfois très différents et la liste était encore longue. Compte tenu des circonstances exceptionnelles dans lesquels le village avait vu le jour, Suna était particulièrement cosmopolite, surtout à ses débuts. En son temps, c’était cette idée de brassage avec pleins de styles et de jutsus différents qui avaient convaincu Hayato de participer à l’aventure. Il aimait beaucoup ce genre de situation, que l’on pouvait retrouver dans les Tournois, ou les Guerres (bien que le cadre changeait radicalement).
Il contempla avec attention le champ de force crée par l’étrange engin invoqué par Udo, via un parchemin. L’appareil était trop massif que pour être incorporé à une marionnette de manière efficace, mais la technique paraissait efficace. La manière dont le chakra était à la fois diffusé et concentré attira particulièrement l’attention du Jonin, qui demanda une série de précisions sur le mode de fonctionnement.
Ils restèrent ainsi à échanger leur points de vue, ou tout simplement à bosser chacun de leur côté, jusqu’à ce que la nuit tombe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Attente loin du front [Hayato] Empty
Message(#) Sujet: Re: Attente loin du front [Hayato] Attente loin du front [Hayato] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Attente loin du front [Hayato]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Oasis d'Eden-