N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Asshu Kaderik
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Empty
Message(#) Sujet: Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) EmptySam 10 Déc 2011 - 23:05

Citation :
Kusa no Kuni est un pays peuplé de nomade. Le mal rouge ce serai abattu sur cette nation. Personne ne sait ce qui en est la cause, étrangement, les animaux ne sont pas touché. Il y a déjà quelques morts ainsi le pays supplie de trouver la cause.



Cette mission fut pour moi quelque chose de nouveau. Ma présence pour celle-ci demeurait un mystère cependant. N'ayant pas la moindre connaissance médical, pour moi, mon rôle devait se résumer à trouver l'origine de ce mal et à l'escorte du Médecin que je devais accompagner. Une certaine Emerald que je ne connaissais absolument pas jusqu'alors du moins. Je m'étais renseigné au préalable sur elle avant de partir. Photo et dossier à l'appuis, mon rang de Seika me donnant accès à certaines archives, je découvris en elle et dans ce que je lisais, une jeune femme discrete, aimable et prometteuse. Mais aucune véritable action qui soit encore louable. Ainsi, je me dis devant les documents que je dévorais chez moi que la personne qui allait faire ma paire pourrait être aussi attrayante que me laisser indifférent.
Je voyais en ce voyage le moyen d'en découvrir plus sur l'art des médecins d'abord, mais aussi un malaise profond. Le souvenirs de la guerre ou les clans se lançaient parfois des virus pour s'exterminer à petit feu me rappelait à quel point la force d'une maladie pouvait être destructrice. Je n'avais reçu aucune directive également sur les moyens de ne pas être contaminé. C'était plutôt contraignant. Pour moi le rang de cette mission était mal jugé en fait. Certes, il n'y avait pas de raison de tomber sur un affrontement conséquent, mais au niveau sanitaire c'était une autre histoire... J’espérais donc que Emerald puisse rapidement trouver un moyen de nous en protéger.
Le mal Rouge. J'ignorais complètement ce que cela pouvait être. Que ce soit ces effets ou quoi que ce soit d'autre. Même le nom m'était inconnu. Mais après tout, ce n'était pas ma fonction que de m'en soucier.


Le matin ou je du rejoindre cette femme fut hasardeux. Je me vêtis comme à mon habitude, portant simplement le masque de mon unité derrière la tête, car je me déplaçais en tant que Seika et comptais bien le porter sur le visage dans ce territoire neutre qui m'était aussi inconnu que la maladie qui le rongeait. Il était tôt quand j'atteins la route devant la porte de Konoha. environ sept heures du matin. Il faisait frais et un léger brouillard épaississait l'horizon, mais rien de bien méchant.
Moi qui n'aimait jamais attendre, pour le coup, cette jeune femme avait bien commencer, puisqu'elle ne me fit attendre que quelques minutes. Je ne portais pas encore mon masque sur le visage quand elle arriva. Je me tenais droit et nonchalant à sa venue, tout en jaugeant sans gêne chaque détails de sa personne. Je ne souris a aucun instant, et le seul faciès de moi qu'il pourrait retenir allait être celui-ci. Sévère, las et désabusé. Ma voix se fit plus douce, plus aimable, mais je ne sombrais d'aucune façon dans la fausse politesse et la niaiserie. Plutôt solennel a vrai dire.


  • Samidare Teichirô. Chef des Seika. En dehors du village du devras m’appeler Okami Yuuri. Désolé d'imposer cela, mais ce sont les règles. Je tiens à te prévenir de suite. Je suis là pour t'assister et te protéger. Hormis cela, en terme médical je te serais totalement inutile. Tu auras donc les mains totalement libre. Kusa no Kuni est rongé par une étrange maladie qui la décime et qui est très contagieuse semble t-il. Le mal rouge qu'il l'appelle. J'ignore pourquoi. Quand nous serons sur place. Je serais donc d'une certaine façon sous tes ordres. Mais pour ce qui est de la défense et du combat. Les reines m'appartienne. J'espère être assez claire la dessus.


Une fois qu'il se présenta à son tour, nous pûmes partir vers notre destination. Durant ce court voyage. Je ne me montrai pas cocasse. Aucun bavardage inutile, me contentant des banalités d'usage et des obligations dû aux situations. Elle ne me paraissait pourtant pas désagréable. Mais mon esprit était plus tourné vers la mission que par sa personne. Seulement trois jours pour atteindre le premier village de Kusa no Kuni. Ils me parurent pourtant interminable... Ce village, selon les dires, était celui d'ou était partis la maladie. Et donc l'endroit ou nous serions le plus susceptible de trouver des informations. Sur le papier cela devait être un village touristique. Perché sur une colline ou la populace accueillait les voyageurs à bras ouvert. Mais lorsque nous longeâmes la rivière pour trouver cette colline. Une étrange impression s'empara de moi. Quelque chose de malsain. Ici même l'air paraissait être empoisonner et une malédiction imprégnait l'ambiance avec horreur. La vue du village n'eut rien de touristique. Affreusement silencieux et triste. Grisâtre et pluvieux. Sale et oublié... L'entrée se trouvait être une ouverture encadré de bois dans une muraille de pieux. Comme si le village avait été mis en quarantaine. De La fumée s'échappait sans interruption du lieu et l'odeur de la mort prenait au nez dès l'entrée. Sans parler de l'air qui sentait la chaire brûlé... C'était atroce et plus grave que je ne l'avais imaginer. Deux gardes surveillaient cette entrée. Pas très bien armée et curieusement vêtu. Mais surtout, leurs visage était couvert par des masques pour filtrer l'air... Ils ne firent aucun problème quand je leur expliqua que nous étions de Konoha et venu pour tenter d'enrayer la maladie. Ils nous dirigèrent d'ailleurs vers le commanditaire de la mission. Le chef de ce village. Lui-même ronger par ce mal. Enfermer dans la maison centrale attendait notre visite. Je n'avais pourtant eu aucune information à ce sujet. Peut-être un oublie ou que cela paru logique à ceux qui m'envoyèrent ici avec Emerald.

Je demeurais silencieux et observateur durant toute la traverser du village jusqu'à la maison en question. Emerald comprit sans doute que ce n'était pas le moment de me parler. C'était tout le long la même chose. le village était habité, mais si délabré qu'il paraissait abandonné paradoxalement. Femme, enfant, homme, déambulant dans les rues avec difficulté. Certains peinaient à mettre simplement un pied devant l'autre. D'autres s'effondraient sous nos yeux et ne se relevaient pas toujours... Je m'arrêtais à un moment devant une scène encore plus éprouvante que les autres. Une garnison de soldat en loque marchait au milieu des civils. Au milieu d'eux, un enfant couru dans la direction du lavoir. Il était nu et ne devait pas être âgée de plus de quatre ans. Sa peau était d'un rouge vif sanguin, et tombaient par certains endroits... Il hurlait aux larmes. Mes les soldats ne firent rien. L'un d'eux se roulait même une clope... Cette scène semblait leur paraître tout à fait banale en fait. L'enfant sauta dans le lavoir et y mourut quelques secondes après... C'est à cet instant que je brisais enfin mon silence pour m'adresser à ma coéquipière. Elle ne pouvait voir mon visage derrière mon masque. Mais la tête incliné et le ton déboussolé transparaissait sans mal.


  • Quand l'horreur devient une image habituelle. C'est qu'elle a laissé des marques plus profondes. Trop profonde pour être effacé... Ici la mort est devenu plus naturel que la vie. Fais ton possible pour arrêter cette boucherie. J'ai presque honte d'être bien portant en les voyant...


Je pointais ensuite du doigt la maison centrale pour la lui désigner.

  • Quand j'aurais toqué à cette porte. Tu seras la seul maîtresse à bord...



Citation :
Poste d’introduction pour la mission. La suite sera moins expéditive.
Edité pour correspondre avec Emerald normalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Uchiki Emerald
Informations
Messages : 89
Rang : C

Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) EmptyMer 21 Déc 2011 - 23:08

Le soleil n'était pas encore levé. Une brume entourait le pays du feu. Une mission était donc donnée... Emerald reçu la convocation d'une mission de rang B. Vu son grade, elle savait qu'elle ne serait pas de tout repos. Elle était conviée à partir pour Kusa no kuni dans le but d'analyser une étrange maladie, le "mal rouge". Des morts...Quand ce n'est pas la guerre, c'est la maladie...Emerald froissa d'énervement sa convocation. Cette fois, ses connaissances en médecine seraient mise en avant. Elle devait donc rejoindre Samidare Teichiro, Seika de Konoha. La jeune fille sentait qu'elle devait être à son meilleur et préféra emmener son livre sur les différentes maladies. Elle avait pourtant parcouru à plusieurs reprises ce livre mais elle n'avait pas perçu une ressemblance avec cette maladie et celles de son livre. Comment allait-elle s'en sortir ?

Emerald arriva donc devant la porte de Konoha, là où avait lieu le rendez-vous. Elle aperçu alors un homme de bonne carrure portant un masque sur le visage. Il avait une attitude solennel. Emerald inclina doucement la tête de politesse. Il se présenta de son nom complet en lui annonçant l'objet de la mission et le rôle qu'elle aurait à jouer.

"-Uchiki Emerald, monsieur."

Emerald ne prit pas la peine de se présenter totalement sachant qu'il devait déjà savoir tout d'elle. La jeune fille pinça seulement ses lèvres, l'air maussade. Elle inclina de nouveau la tête signe d'affirmation, que le message était tout à fait clair. Emerald était tout à fait consciente qu'elle avait été choisi pour ses connaissances en médecine. Elle avait peur de ne pas être à la hauteur sachant que son grade n'était que Genin. La Kunoichi avait quand même la capacité d'apprendre très vite et d'être très sérieuse et concentrée dans son travail. La médecine était sa véritable passion dans sa vie ninja. Elle n'hésiterai pas à passer des nuits entières afin de travailler sur ce mal. Les challenge, les défi, les casse-tête étaient de son rayon. Elle n'avait pas peur...

Après les présentations, les deux Shinobis partirent pour le pays de Kusa no kuni. Ils ne dirent pas u n mot en chemin. Emerald marchait la tête basse. En marchant, elle continuait de feuilleter son livre, commençant déjà à travailler pour avoir un terrain déjà prêt, ne pas perdre son temps. Trois jours de marches. Trois jours dans une atmosphère lugubre. A vrai dire, la destination n'en serait que pire. Emerald ne connaissait pas Kusa no kuni. Elle avait seulement lu dans les livres que c'était une ville assez bon y vivre, accueillant chaleureusement... mais à peine franchi le territoire. Ce n'était plus du même ressort. L'air était irrespirable. Même vivre semblait difficile d'accès dans cette ville. Une sorte d'aura semblait repousser toute vie en dehors de leur corps. Une fois entrée dans ces murs, Emerald fut épris de violent haut de cœur et de nausées. Elle garda son professionnalisme en cachant son mal être. Ils allaient donc à la rencontre du chef du village qui était également atteint de ce mal. Soudain, une scène affreuse se déroula devant les yeux des Shinobis. Un garçonnet à peine âgé de 4 ans, courait nu, la peau marqué par la maladie puis tomba dans un lavoir qui le tua quelques secondes après. Une troupe de soldats ne prit même pas en compte ce qui venait de ce dérouler, aucun sentiment n'apparut sur leur visage. Le Seika se décida par la suite à parler et parla d'une voix mélancolique...

Peu après ses mots, Emerald ne put contenir ses nausées et vomit, les larmes aux yeux, le cœur trop malade par tant de souffrance. La Kunoichi avala un peu d'eau se trouvant dans sa gourde et se lava rapidement. Après tout, elle n'était qu'une Genin... Par la suite, les deux Shinobis s'arrêtèrent. Samidare pointa du doigt la maison la plus imposante du village. C'était notre point d'arrivée. Là, où tout allait réellement commencer. Emerald avala sa salive d'angoisse. Elle regarda, les yeux plein de tristesse le visage caché du Seika. Elle acquiesça de la tête en signe d'affirmation...


Dernière édition par Uchiki Emerald le Sam 24 Déc 2011 - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vankris-chan.skyrock.com/
Nukenin
Asshu Kaderik
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) EmptyJeu 22 Déc 2011 - 15:30

Nous nous avançâmes donc vers la grande maison ou devait habiter le potentin de ce village. Arrivé devant cette grande porte de bois poussiéreuse, je m'apprêtais à toquer, mais elle s'ouvrit avant que je ne le fasse. C'est une très jolie jeune fille, vêtu comme une soubrette qui nous ouvrit. Celle-ci s'inclina respectueusement tout en ouvrant plus grand cette porte pour nous laisser le passage.
Tandis que nous pénétrâmes dans le vestibule elle parla enfin. Cette intonation à la limite soumise me rendit mal à l'aise, mais en tant que servante cela devait être ainsi que l'on lui avais appris à agir.


  • Je vous ai vu arriver de la fenêtre de l'étage. Nous vous attendions. Si vous voulez vous donner la peine de me suivre.
    Nous sommes là pour ça.


Elle nous dirigea d'abord vers un grand escalier centrale, la maison en elle était bien tenu et soigneusement décoré, me faisant douté d'ailleurs sur le soit-disant mode de vie nomade des gens de ce pays. La maison paraissait tout de même âgée, les marches de cet escalier grinçant sous nos pas et le silence affligeant qui y régnait rimait parfaitement avec l'ambiance que ce maudit village nous avait inspiré à notre entrée. Le haut de l'escalier débouchait sur deux couloirs. Ceux-ci raccordés à un espace de détente ou plutôt d'attente. Car tous les fauteuils et canapés étaient occupés par des gens, la plus part âgée et somptueusement vêtu. Ils nous dévisagèrent littéralement à notre passage, mais aucun d'eux ne adressa la parole. J'en déduis qu'il s'agissait surement de la famille du maître de maison qui veillait sa résurrection ou sa fin. Car d'expérience je savais bien qu'une mort n'était pas forcément un drame dans une famille. Le couloir que nous traversâmes fut terriblement long. Interminable. Et ce n'était pas les lugubres tableaux qui le parsemaient qui allait changé cette angoisse. Quand enfin la gouvernante se stoppa devant une porte, elle nous donna certaines directive et certaines explications sur notre hôte.

  • C'est le chef de ce village. Il l'a battit pour tous les nomades qui sont obligé de traverser le pays pour marchander. C'est un vieil homme, mais d'ne bontés sans égal. Il est très affaiblit et il y'a actuellement un médecin avec lui. Mais il n'a été capable de rien.
    Peut-il parler ?
    Oui, mais faiblement, son visage est... Je veux que la maladie la déjà ronger une bonne partie de son corps.
    Nous sommes venu le sauver lui ? Ou sauver votre pays ?
    Monsieur,... Le sauver lui, c'est sauver mon pays....


Elle ouvrit ensuite la porte de cette chambre avec une lenteur que je qualifierais d'abusive. Là, à quelques mètres à peine, un immense lit surplomber d'une moustiquaire trônait dans la pièce. Dans celui-ci, un vieil nous fixa avec une intensité que j'avais rarement pu apprécier dans l'oeil d'un homme. Je n'avais nu besoin d'un genjutsu pour voir en ce vieillard une sagesse et une bonté surpassant de loin la mienne. Seulement dans l'ombre de la pièce je peinais a discerner son visage.
A ces côtés se tenait debout un homme d'une trentaine d'année, son visage à lui était désarçonner, résolu et vaincu. Il fixait son maître avec peine. Je m'inclinais alors tandis que la gouvernante nous présenta de la main à son "seigneur".


  • Okami Yuuri et Ukishi Emerald. Nous sommes là pour...
    Je sais pourquoi vous êtes là. Laissons de côté ces formules de politesses voulez-vous.


Le son de sa voix braillarde et apaisante me coupa le son de la gorge. Il eu sur une moi une sorte d'autorité naturel. J'éprouvais immédiatement un immense respect pour cet homme et en me redressant je désignais de la main Emerald.

  • Pendant que je vous poserais quelques questions, cette jeune fille va vous osculter si vous le permettez.
    Quelle belle jeune fille. Je suis navré devoir l'obliger à approcher un vieillard si peu présentable.
    C'est son travail n'ayez pas honte mon seigneur.
    Oui... Le travail... Je vois bien dans votre regard qu'il prend bien de la place dans votre jeune vie.


Alors que nous nous approchâmes je pu découvrir son visage atrophié. Lambeau de chaire manquant, peau rouge et brûlante, il avait l'air d'avoir été dévoré par un démon. Il sortir un peu de sa couverture pour découvrir son torse qui se trouvait dans le même et triste état. Je me sentis quelque peut honteux de faire un interrogatoire dans cette situation d'ailleurs, mais je n'avais pas vraiment le choix. Et tandis que Emerald commençait son travail j'entamais le mien. Mes questions ne seraient pas vraiment d'ordre médical, j'allais surtout laisser cela au médecin...

  • Quand est apparu cette maladie ?
    Il y'a environ trois mois, ici même...
    Y'a t-il eu un évènement marquant le jour ou vous l'avez découverte ?
    Non pas du tout. C'était un jour comme un autre.
    Qui fut le premier a en avoir les symptômes ?
    C'était une jeune femme... Ma fille. C'est mon médecin ici présent qui s'en est occupé jusque la maladie ne la prenne...
    Je suis désolé...
    La mort bous souris à tous. On ne peut rien faire si ce n'est de lui sourire aussi...
    Ces mots je les ai déjà entendu il y'a longtemps....
    Je sais... Moi aussi...
    Il serait question de malédiction.
    Baliverne. Les sorcières n'existent pas.
    Vous que pensez-vous ?
    Je ne pense pas... J'attends seulement...


Le pauvre homme ne m'aidait pas vraiment. Ce qu'il me dit ne me menait à rien, et tant que Emerald n'aurait pas donné son diagnostique, tut n'était qu'hypothèse. Je me fixais un moment sur le médecin. Il paraissait sincère, mais le fait que ce soit la fille de cet homme qui soit morte la première excluait que la maladie viennent de l'extérieur et puis... IL ne fallait exclure aucune piste...
Je me tournais alors vers Emerald, afin d'en apprendre un peu plus et de connaître son opinion sur la question.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Uchiki Emerald
Informations
Messages : 89
Rang : C

Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) EmptySam 24 Déc 2011 - 14:21

Un frisson parcouru tout l'échine de la jeune femme. Elle avait une certaine appréhension de cette mission. Une odeur malsaine se trafiquait derrière les murs. Le Seika frappa à la porte. Une jeune élégante soubrette ouvrit d'un geste vif cette dernière. Emerald ne savait pas pourquoi mais sa vue la rassura. Sa tenue soumise dérangea le jeune homme mais après tout c'était son travail. Emerald gardait ses mains près de son poitrail par peur de toucher quelque chose qu'elle ne devrait pas. A leur arrivée, plusieurs membres de la famille étaient présents. Leur regard se posa sur la jeune médecin. La plupart se demandaient pourquoi une enfant de son âge venait assister à ce monstrueux spectacle. Emerald essaya de montrer son professionnalisme mais son jeune âge la trahissait...

Les deux Shinobis traversèrent un long couloir menant jusqu'au malade. Il était long. Emerald avait passer les trois quart de son temps à regarder le dos du jeune homme qui l'accompagnait. Il avait un pas rapide et rythmé. Étant plus petite, Emerald courrait un peu pour être à sa hauteur. Elle se perdait dans la contemplation de ses mystérieux tableaux familiales disposés sur les murs. Ce qui était étrange c'est aucun ne souriait. C'était triste... Puis le regard de la jeune femme se posa sur son équipier. Elle ne pouvait s'empêcher de décrire son dos, ses épaules. Il semblait dur mais pour quelle raison. Le métier de Seika ne devait pas être facile après tout. La Kunoichi préféra continuer à se taire baissant les yeux de crainte...

La jeune servante expliqua l'état de son maître et un peu l'histoire de ce village. Les réponses du shinobi se montrèrent franches et sans aucune compassion. Il n'était pas venu pour régler un problème diplomatique. Emerald resta quand même perplexe. Le commerce semblait avoir une grande importance dans ce village. La jeune femme fronça légèrement des sourcils.

Enfin la servante finit par ouvrir vraiment doucement la porte donnant sur la chambre. Le chef du village se montra au plus mal. Emerald essaya de cacher son malaise mais un léger sursaut la trahi. Elle avança doucement vers la personne. Samidare s'occupait de poser les questions. Emerald resta silencieuse les yeux dirigés vers le malade. Elle se demandait comment une aussi horrible chose pouvait exister. Son regard était tellement fort. C'était un homme puissant. Malgré ce qu'il traversait, il restait un homme au sang royal que même l'adversité ne serait le surmonter. L'éclat dans ses yeux brillait tel un joyau de toute beauté. Emerald ne put s'empêcher d'avoir de la compassion pour cet homme. Samidare désigna par la suite la jeune fille. Celui-ci plaisanta de son état en faisant référence à la beauté de la demoiselle. Emerald fit un non de la tête par gêne.

La jeune fille commença son travail de médecin. Elle osculta le vieil homme, touchant sa peau qui partait en lambeau. Il semblait être rongé de l'intérieur. Une sorte de virus, peut-être nutritif. Emerald expliqua au chef de village ce qu'elle faisait. Pour commencer, elle utilisa sa technique d'analyse médicale. Cette technique fonctionnait surtout pour détecter le poison ou des fractures en tout genre. Tout ce qu'elle put dire était que quelque chose le rongeait. La jeune femme se montra têtue face à ce mystère. Elle sortit son livre médical de son sac de voyage. Elle le feuilletait selon les symptômes qu'elle recueillait. Elle hésitait sur une sorte de lèpre mais cette couleur rouge était bien trop présente pour n'être qu'une simple lèpre. Et pourtant, les trois quart des symptômes indiquaient cette maladie...

Soudain, la kunoichi comprit. C'était une maladie chimérienne. Elle avait été créée à partir d'une simple lèpre pour la renforcer par quelque chose d'autre...mais quoi...? Cette maladie n'était pas arrivée par hasard. L'antidote de la lèpre ne serait pas suffisant...Emerald ne pouvait pas faire un antidote sans connaître la nature complète de ce virus. Il y avait un détail qui lui échappait. Le cas était sévère. Emerald demanda une audience auprès du jeune Seika. Elle lui parla en privé du problème...


"-Voilà qui complique la chose...Je crois que nous n'avons pas seulement affaire à une épidémie. Sa venue a été prémédité. J'ai pu constater que la plupart des symptômes me ramenaient à la lèpre mais elle a été...comment dire...mélangée à quelque chose qui à accrut sa contagion et ses effets. Un simple antidote contre la lèpre ne ferait absolument rien. Au moment où la maladie est en possession d'un corps, le système immunitaire est immédiatement détruit...Je crois que le coupable doit s'y connaître en petites potions magiques... Tu peux faire quelque chose ? Je vais voir de mon côté pour faire d'avantage d'analyse pour savoir si le corps du chef du village va me parler davantage."

La jeune femme retourna auprès du patient. Elle constata par la suite qu'elle venait de tutoyer un Seika. Mais après tout, ce n'était pas vraiment le moment pour toutes ses politesses si nous voulions la réussite complète de cette mission...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vankris-chan.skyrock.com/
Nukenin
Asshu Kaderik
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) EmptyDim 25 Déc 2011 - 19:01

Les déductionS de Eemrald réaffirmèrent mes doutes. Tout cela n'était pas cause du hasard mais bien des délires ou méfaits d'une seule personne. Notre mission prenait désormais un nouveau sens dont le chemin devenait une évidence à mes yeux. Pendant que elle s’évertuerait à trouver le remède contre ce fléaux moi je devrais trouver le masque qui en est la cause. N'y connaissant strictement rien dans la médecine, les moyens qu'elle allait employer me paraissait dénué de logique. Cependant, savoir que c'était une sorte de lèpre muter me fit penser que le remède de base pouvait, sans pour autant vaincre la maladie, au moins la ralentir ou amenuiser les souffrances des malades. Je m'adressais a elle après cette réflexion sans me cacher des autres gens de la pièce.

  • Si le remède contre la lèpre peut ralentir cette maladie, utilise le pendant que tu en cherches le vaccin. Je vais m'occuper de trouver la base du fléaux. Je vais donc te laisser faire comme tu jugeras le mieux.


Je me retournais ensuite vers le vieil homme. La courbette que je lui fis fut sincère mais ce que j'allais lui dire le serait encore plus. Cet homme avait plutôt prononcé une phrase que je connaissais bien et qui m'avait donné une indication certes inutile pour notre mission, mais qui me prit d'étonnement en l'apprenant. Le vieux sourit à ma remarque et et cligna des yeux en signe d'approbation.

  • Les hommes du pays de l'eau sont robuste. Tenez bon jusqu'à ce que mon équipière trouve le moyen de vous sauver tous.


En me redressant mon regard se fixa directement sur médecin cette fois-ci. Sans me retenir et sans gêne, pouvant apparaître presque hautain et présomptueux je lui ordonnais de me suivre. La menace devait déjà peser sur lui et si ce n'était le cas, nul doute que notre conversation en tête à tête le mènerait vers ce sentiment. Je me demandais alors à la servante de nous conduire lui et moi vers une autre pièce ou nous serions tranquille. La servante s’exécuta et emmena une fois de plus de son couloir interminable. Le médecin ne fit aucun problème et m'avait suivit sans poser de question. Ce fut une curieuse ambiance qui nous imprégna durant ce court laps de temps ou la servante nous conduisait dans une bibliothèque. Aucun son, aucun mot, juste le bruit de nos pas et le sentiment que chacun de nous savait quelque chose qui ennuierait l'autre. La bibliothèque qui nous accueillit était caste et bien fournit. Je m'emparais de l'un des fauteuils et lui en désigna un autre pour que nous puissions converser tranquillement. Il s’exécuta une fois de plus sans sourciller. Le problème avec cet homme était que même si je le soupçonnais aucune mauvaise intention n'émanait de lui. Il y avait cependant un regret sans masque dans son regard et la mélancolie. Je comptais me montrer ferme et sans autre formule de politesse inutile. En fait je voulais qu'il sente qu'il avait a faire avec quelqu'un de résolument dévoué à son travail, et qui ne laisserait pas emporter par des compassions futiles.

  • Avant que nous ne commencions. Sachez que je possède le moyen de décelé sans le moindre dote le mensonge dans vos paroles. J'aimerais autant ne pas avoir à m'en servir... Toutes chose à raison pour moi.
    Les Shinobis ont-ils toujours des manières si cavalière ?
    Je suis entraîner à manier les armes et pas les phrases hélas. Mais cette bibliothèque pourrait m'aidait à m'améliorer ?
    J'en doute, ce ne sont pas des livres d'érudit mais de compte... Le commerce est frère au chiffre.
    Je vois... Vais-je devoir tourner autour du pot ou dois-je vous amadouer ?
    Je sais très bien que vous me soupçonner, mais vous ne m'imaginez pas créant un tel désastre. Alors vous voulez savoir pourquoi n'est ce pas ?
    Vous insinuer que vous en êtes la cause ?
    Les choses ne sont pas si simple mon cher...
    Je ne demande qu'a apprendre...


Je trouvais qu'il se montrait étonnement docile. Cela en devenait déplaisant. Il ne ferait manifestement pas de mystère bien longtemps. Et pour preuve, alors que j'allais ouvrir la bouche derrière mon masque il me coupa la parole pour tout déballer d'une traite. Je l'écoutais donc attentivement. Car s'il se livrait ainsi, c'était surement pour une raison important et cela m'était en core plus important que de savoir que c'était lui qui en était la cause.

  • Je devance votre question sur mes rapports avec la fille de notre chef de village.. Car je fus le premier à l'osculter et elle fut la première à tomber malade..
    En effet c'est assez déroutant.
    Elle et moi étions amant. Oui c'est vrai. Elle et moi voulions nous marier.. C'est vrai aussi.
    Quelqu'un peut le confirmer ?
    La servante. Mais ça n'a rien de bien important...
    Son père désapprouvait ce mariage ?
    Non... Mais..
    Mais ?
    Une personne m'a fait une commande.. La commande d'un virus capable de détruire un peuple... Cette personne est déjà morte... Donc inutile de vous en charger...
    Ce sera à moi de vérifier cet information pas a vous de me la confirmer.
    Son cadavre jonche ma table d’autopsie monsieur... Il porte un bandeau rayé de Konoha...
    Voilà qui est très fâcheux. Mais quel lien avec la fille de votre seigneur ou ce village ?
    Elle a simplement fait tomber une éprouvette dans mon labo... Tout ce désastre ne vient que de cela... J'ai créé le virus, mais pas l’antidote...
    C'est bien une mutation par un champignon ?
    En effet mais comment le savez-vous ?
    Peut importe. Vous vous rendez comte que vous aller être jugé pour vos actes ?
    La femme que j'aime est morte sans dévoiler mon erreur. Je lui dois bien d'être punis pour mes fautes. Et si je ne fais aucun problème c'est bien parce que la punition que je demande. C'est la mort.
    Les hommes et leurs sens de l'honneur... J'aviserais Quand vous aurez fournis le champignon à mon équipière. Et que vous aurez trouver ensemble le vaccin.
    J'ai une requête...
    Laquelle ?
    Je dois mourir sans éveiller le soupçon, si on venait a apprendre que la fille de notre seigneur était éprise du responsable du fléaux, sa famille s'en retrouverait entaché et surement destitué...
    Accordé... Je verrais cela en temps voulu également...


Je pris alors un papier et commença a écrire un compte-rendu de cette conversation dessus. Me relevant je lui donnais et ordonna mes dernières directives.

  • Le corps du Nukenin est à nous. Je le ramènerais à Konoha. Donnez ce papier à Emerald. Elle sera quoi faire ensuite. Ensemble vous trouverez le remède j'en suis sur. Une fois fait. Revenez vers moi. Je vous attendrais ici le temps qu'il faudra. Et je m'occuperais de votre requête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un mal aussi rouge que le sang [Rang B] (PV Emerald)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Kusa no Kuni-