N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Les Joies du Pugilat ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptySam 14 Déc 2013 - 11:03

La monotonie était une plaie qui pouvait frapper n'importe qui. Du forgeron au dessus de son brasier au marchand itinérant en passant par la jeune mère tentant de faire au mieux pour ses marmots, tous pouvaient être assujettis, tôt ou tard au cours de leur vie, à une crise aiguë et subite, qui allait parfois jusqu'à la dépression tant cette monotonie les frappait fort. Dans le milieu relativement fermé et particulier de la guerre inter-villages qui opposait souvent les shinobis de différents bords entre eux, il était toutefois plus rare de tomber dans un tel gouffre, le simple fait de survivre dans cet environnement suffisant à la plupart des ninjas pour maintenir leur attention et leur motivation au plus haut. Mais qu'arrivait-il lorsque vous ne faisiez pas parti du système et que vous étiez seul maître à bord pour manœuvrer votre barque d'un point d'intérêt à un autre ? En tant que guerrier ou qu'homme d'arme quelconque, il relevait en effet de la pure folie de se lancer dans des batailles et des entreprises perdues d'avance par simple peur de tomber dans l'ennui un beau matin, et pour ce genre d'individus, dont Yanosa était un parfait spécimen, il fallait donc redoubler d'inventivité pour s'occuper convenablement entre deux temps forts où, là, il risquait allègrement sa vie en poursuivant ses objectifs de fond.

Mais alors qu'il croisait nonchalamment au cœur du pays de Yu en se dirigeant vers le sud-est pour prendre la route de son repaire, loin au delà des côtes sur l'île de Yuki, le Nukenin éprouva quelques difficultés à trouver une activité qui le contenterait pleinement cette fois-ci. Voyager en solitaire avait en effet cela de commode que lorsque vous cherchiez à vous occuper, vous n'aviez que vos propres désires et envies à prendre en compte : de quoi se tailler un programme sur mesure. Ce jour-là, en plein après-midi, c'était le combat que réclamait son corps tout entier et, comme à son habitude, Yanosa n'éprouva aucune sorte de remords à vouloir contenter ces pulsions. Dans le but clair et évident de mettre une petite ville à sac, le guerrier rouge prit donc la direction de la métropole la plus proche, ses bras musculeux cachés sous un épais drapés gris sali par les intempéries et ses cheveux écarlate se laissant emporter par les brefs coups de vent qui passaient au dessus de lui.

Mais alors qu'il s'apprêtait, à l'orée de la ville, à faire apparaître son épée lourde pour commencer le carnage, tout en espérant que la garnison de la ville serait suffisante pour le distraire assez, le jashiniste ne put s'empêcher de remarquer une affichette, clouée sur un poteau à l'entrée de cette cité sans relief, dont aucun bâtiment ne semblait dépasser les 3 mètres de hauteur. Interloqué par l'illustration, Yanosa jeta un œil, intrigué.

Citation :
Ce soir ! Grand contest 100% freefight à la Salamandre Dorée ! Frisson garanti avec arène modulable et plusieurs dizaines de participants déjà inscrits ! Venez nombreux pour admirer le spectacle, ou inscrivez-vous pour tenter de remporter de fabuleuses récompenses!

Un grand concours de combat libre ? Voilà qui pouvait tout à fait convenir à Yanosa... Pour peu que les organisateurs ne s'offusquent pas en cas de mort prématurée de leurs participants, bien sûr. Mais à vrai dire, cela offrait une opportunité de tenter une petite expérience... Il ignorait quel serait le niveau général de la compétition, ni si ses adversaires seraient armés ou non, mais il se promit à cet instant de s'imposer un handicap : à aucun moment il ne devrait faire usage des Portes Célestes et ce, sous aucun prétexte. Ainsi, le tournoi pourrait rester aussi équitable que cela était possible avec un guerrier de la trempe de Yanosa dans les rangs des participants, et ce dernier pourrait prendre bien plus de plaisir pendant les affrontements. Souriant et remerciant intérieurement Jashin d'avoir placé cette ville et ce tracte sur sa route, le Nukenin suivit alors les indications inscrites sur le prospectus pour rejoindre l'endroit où prendraient place les festivités...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptySam 14 Déc 2013 - 11:05

La nuit tombant peu à peu et le soleil disparaissant sur l'horizon lointain, Yanosa déambulait dans les rues de la ville à la recherche de la Salamandre Dorée. Il fut relativement marqué par la propreté des rues, la « courtoisie » qui se lisait dans le regard des passants et qui, si la cité avait un épiderme, transpirait de tous les pores de sa peau. Une atmosphère particulière, peut-être même un peu dérangeante, qui donna au Nukenin la raison de l'existence du tournoi auquel il allait participer de façon tout à fait implicite. Cette ville, ça se sentait, était tenue à carreau par un règlement très stricte et des autorités locales qui devaient l'être tout autant. Les dirigeants de la cité n'étaient cependant pas idiots, vraisemblablement, et laissait sûrement de tels tournois se dérouler dans leurs murs pour que la population exulte et se décharge de toute la frustration qu'elle pouvait accumuler au quotidien. Un procédé classique mais efficace pour peu que la population en question soit un minimum docile, ce qui semblait être le cas ici. Ne s'en laissant pas conter pour si peu, Yanosa continua sa route jusqu'à arriver devant le temple du freefight.

C'était en tout cas cela qu'évoquait, volontairement ou non, la devanture de ce... quoi au fait ? Y avait-il un restaurant ou une boutique quelconque associée au nom ou cette appellation ne recouvrait-elle qu'un vulgaire terrain à vocation de défouloir ? La question était loin, très loin de hanter l'esprit du Nukenin alors qu'il s'avançait vers l'entrée surplombée de motifs équivoques et de luminaires flashys, ce qui ne l'empêcha pas de se demander jusqu'à quel point cet endroit était voué uniquement au contrôle des masses pour leur faire oublier leur quotidien.

D'un coup d’œil, Yanosa repéra plusieurs hommes chargés de la sécurité, auprès desquels il demanda de plus amples informations sur la démarche à suivre pour l'inscription. Sans qu'aucun papier ni attestation d'aucune sorte ne lui soit réclamé, l'un d'eux indiqua alors au jashiniste en quête de pugilat qu'il pouvait simplement se rendre dans les box à l'arrière de l'établissement sans autre formalité que celles-ci. Si Yanosa avait eu un doute sur le sort que l'on réservait aux perdants dans cette compétition, il venait d'être levé... De la chair à canon, voilà ce qui devait représenter plus de la moitié des combattants « inscrits », ce qui ne manqua pas de contrarier le guerrier rouge qui lui, venait explicitement pour se frotter à un peu de challenge. Ne se décourageant pas pour autant, Yanosa se rendit dans les salles arrières, descendant une série d'escaliers qui ne semblaient pas vouloir finir. Arrivé au fin fond d'un sous-sol lugubre, il croisa et toisa du regard une flopée d'individus dont aucun ne semblait partager le moindre point commun avec un autre : certains tremblotaient, des fers au poignet, d'autres huilaient leur corps presque nu en s'échauffant la nuque, certains affûtaient et gardaient autant que possible à l'abri des regard une lame ou une fourberie quelconque à dégainer au cœur d'un combat, tandis que d'autres, sans doute les plus dangereux, restaient là, debout ou assis, ne cillant pas des yeux et bien équipés tant sur le plan physique que matériel.

Cela rassura le Nukenin, qui voyait là pas mal de possibilités de s'amuser. Il ignorait encore en quels termes se dérouleraient les affrontements, si un modèle pyramidale avait été pensé ou si des déclassements étaient au programme, mais ce qui était sûr c'est que peu d'entre eux allaient survivre à cette soirée. Le guerrier rouge n'avait jamais visité cette ville et ignorait donc ses coutumes, mais l'atmosphère qui régnait dans ces coulisses de la mort trahissait immédiatement le sort qui pouvait attendre chacun de ces combattants, que ce soit sur ordre du public ou par cruauté de leur adversaire. Soudain, ce qui semblait être l'un des organisateurs de cette petite sauterie héla Yanosa en accompagnant la parole avec un geste dédaigneux de la main.

« Hey, toi ! On va te lancer en premier pour chauffer la salle, ça t'apprendra à arriver à la dernière minute.

- Comme il vous plaira... J'aime réchauffer l'atmosphère.

- Oué, oué, c'est ça, allez approche. Djanide, tu te charge de lui pour le premier tour. Allez en piste ! »

Le fait que l'adversaire désigné de Yanosa ait le droit à un nom était révélateur, bien plus que tout ce que le Nukenin aurait pu remarquer en observant l'individu en question. Svelte et élancé, paré d'un kimono bleu foncé, l'homme qui se faisait appeler Djanide avait les cheveux blonds platines coupés court et dégageait une aura presque aristocratique. Un petit malin fils à papa qui gagnait ses combats avec de l'argent en coulisse... ? Peut-être, ou peut-être pas. Tout ce qu'espérait Yanosa, c'était qu'il lui offrirait le répondant dont il avait furieusement besoin...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptySam 14 Déc 2013 - 11:06

Les deux combattants, placés presque côte à côte face à un long couloir sombre que la lumière de quelques torches empêchait d'être totalement impraticable, étaient accompagnés du « maître de cérémonie ». Ce dernier était vraisemblablement équipé d'un système d'amplification audio, de ceux qui pouvaient fonctionner sans câble électrique et rediriger un son pour que le matériel adéquat puisse l'amplifier. De quoi s'assurer que la foule serait maintenue en liesse en distillant sans doute de bien pertinents commentaires, se dit Yanosa, tandis que lui et son futur adversaire avançaient dans l'ombre. Au détours d'un virage à 45 degrés dans la coursive, le Nukenin put apercevoir au loin une sortie lumineuse, un écho assourdissant retentissant dès lors jusque dans sa poitrine et s'intensifiant à mesure qu'ils s'approchaient. Djanide, à sa gauche, avait l'air coutumier du fait et sans toutefois adopter l'air suffisant de celui qui savait, il était évident dans son regard qu'il connaissait bien mieux le déroulement des choses à venir que Yanosa. Cela lui allait très bien... Plus il serait surpris, plus il y prendrait de plaisir.

Au bout du couloir, le bruit et la cohue prirent toute leur ampleur, alors que le jashiniste découvrait une vaste zone de combat, bien trop grande pour qu'elle ne puisse servir qu'à de bêtes combats à mains nues, le sol recouvert d'une couche de sable artificiel sans doute placé là pour cacher de quelconques installations en dessous. Et surtout... Les gradins. Immenses, ceux-ci formaient un véritable Colisée souterrain, entourant l'arène et supportant ce qui paraissait être des milliers de personnes toutes hystériques à l'arrivée des deux premiers combattants sur le « ring ». Pour être honnête, Yanosa ne s'était pas attendu à une telle débauche de moyens ni à une telle assiduité de ce qui semblait être les population de trois cités additionnées, et il se demandait bien ce que pouvait cacher ce sable...

Les deux premiers participants, tout deux vraisemblablement initiés aux mêmes coutumes, se placèrent d'eux même au centre de l'arène, se faisant face et gardant une distance raisonnable entre eux. Le moment était alors venu pour les annonces...

« Meeesdames et Messieeeuurs, Bienvenue à la Salamandre Dorée !! lança-t-il dans son système d’amplification, faisant résonner sa voix dans tout le Colisée souterrain pour passer au dessus du vacarme ambiant. On vous a promis du spectacle ? Vous allez en avoir ! Et ce sont des mets de choix que nous avons ce soir ! Je vous prie donc d'accueillir et de faire une ovation à... Djaaaaniiiiide ! »

D'une modestie apparemment à toute épreuve, le bien nommé garda son regard froid et vitreux fixé sur Yanosa, acceptant les cris et hurlements de la cohue d'un bref hochement de tête, toute sa concentration déjà vouée à l'affrontement à venir. De son côté le Nukenin, qui n'avait pas eu l'honneur de se voir présenté et qui apparaissait donc comme un vulgaire faire-valoir, se prépara à la confrontation proprement dite. Dégrafant la broche qui tenait son drapé grisâtre en place sur ses épaules, le guerrier rouge dévoila son torse dénudé, seulement recouvert d'un mince gilet en cuir gardé ouvert. De loin, les spectateurs ne pouvaient sans doute pas les voir... Mais Djanide, lui, les aperçut clairement. Les cicatrices qui jalonnaient le corps de Yanosa, innombrables et de natures très variées, trahissaient en effet deux choses : qu'il pouvait se montrer assez lent ou téméraire pour encaisser de terribles attaques... et qu'il avait survécu à chacune d'entre elles. Djanide fronça donc légèrement les sourcils, revalorisant sans doute le danger qu'il encourait et laissant l'annonceur finir de chauffer la foule pour pouvoir commencer.

D'un geste vif et précis, l'adversaire du Nukenin sortit de son kimono un katana singulier, à la lame presque droite et qui était jusque là adroitement dissimulé contre le flanc et la cuisse de Djanide, le faisant tournoyez devant lui sans un mot avant de le pointer vers Yanosa. Ce dernier de son côté se contenta de fléchir les genoux et de préparer sa nuque, l'excitation du combat grimpant aussi lentement que sûrement en lui tel un geyser de plaisir.

« Commencez !! »

Le top départ avait été lancé. Seuls ces mots avaient du sens pour les deux combattants, à vrai dire. Chargeant chacun l'un vers l'autre d'une brève impulsion du pied, Yanosa et Djanide s'apprêtaient à faire connaissance...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptySam 14 Déc 2013 - 11:08

Yanosa s'était juré sur l'honneur qu'il n'utiliserait pas les Portes Célestes durant ce tournoi, ou quelle que fut la dénomination adéquate pour cette orgie de pugilat, et ce principalement pour deux raisons. La première, d'ordre purement pratique : en effet, s'il était tout à fait pertinent de pousser son corps dans ses derniers retranchements en l'espace de quelques secondes lorsqu'il affrontait un ou plusieurs shinobis adverses, la nature de la compétition à laquelle il prenait présentement part lui interdisait de se griller dès les premiers instants. L'autre raison, plus orgueilleuse, restait toutefois liée à la première : s'il ouvrait ne serait-ce qu'une porte, il annihilerait bien trop facilement ses adversaires et cela ruinerait tout le plaisir, en plus de constituer une débauche d'énergie pas forcément nécessaire.

Malgré tout, lors du premier échange de coups avec Djanide, le Nukenin sentit que l'affaire n'allait pas pouvoir se conclure en un battement de cil... Et tant mieux, d'ailleurs. S'étant élancés l'un vers l'autre sans autre forme de procès, les deux hommes avaient pu tâter de la rigueur de leur adversaire : mettant à l'épreuve le sang froid de Yanosa, Djanide avait chargé un coup d'estoc meurtrier avec son katana sans doute forgé sur mesure, obligeant le jashiniste à révéler sa gestuelle. Le guerrier rouge se baissa en pleine course pour éviter la lame, qui passa à quelques centimètres de son crâne, arma son poing droit pour porter lui aussi une estocade à son adversaire en plein estomac... et ne trouva que le vide. Adroit, très adroit, Djanide parvint à pivoter son buste alors qu'il lévitait presque au dessus du sol, son corps encore lancé par la charge initiale, et rabattit son épée dans un large balayage horizontal en direction du Nukenin. Ce dernier pivota également en gardant les yeux fixés sur les gestes de son opposant, emporté par la puissance dissipée de son coup de poing manqué, et alla jusqu'à exécuter les trois-quart d'un tour complet sur lui-même, se retrouvant face à la lame aiguisée de Djanide. A ce moment, sans doute ce dernier crut qu'il allait pouvoir pourfendre le jashiniste, mais c'était encore bien mal connaître ses capacités. D'une main nue seule, le guerrier rouge stoppa la lame de l'épée, l'empoignant entre son pouce, son index et son majeur. Une brève accalmie s'instaura alors d'elle-même, l'assistance se tut de façon tout aussi éphémère, et Yanosa porta le premier coup à un Djanide mystifié, qui sans toutefois sous-estimer son adversaire, n'avait pas pu envisager qu'il soit aussi doué.

Poussant de ses trois doigts la lame qu'il avait entre les mains, le jashiniste dont les cheveux écarlates dansaient dans l'air au rythme de ses mouvements la rejeta vivement en tournant le dos une fraction de seconde à Djanide, puis envoya un coup de pied retourné fouetter le visage cristallin de l'épéiste, l'envoyant séance tenante dans les airs à un bon mètre du sol, tournoyant sur lui-même et atterrissant durement sur le sol ensablé. Djanide reprit rapidement ses appuis, se remettant en garde, une ligne de sang sur la joue. Cet homme, se dit alors Yanosa, ne devait pas se faire toucher souvent... Son faciès trahissait en effet sa contrariété, contenue mais malgré tout apparente aux yeux de son adversaire, qui reprit lui aussi une posture de combat en fléchissant les genoux. Il n'était vraiment pas loin de commencer à prendre son pied... Ce qui n'augurait rien de bon pour l'épéiste blond platine. Ce dernier conservait toutefois un avantage de poids : il était en effet armée d'une arme blanche qu'il maîtrisait fort bien et Yanosa ne pourrait pas parer tous les coups comme il l'avait fait plus tôt. Le guerrier rouge devait donc accepter de prendre des coups pour pouvoir en placer. Ou bien.... Il pouvait aussi priver son adversaire de son avantage. Tournant autour de Djanide comme un prédateur, le bruit de ses pas totalement couvert pas la cohue qui avait repris de plus belle dans les tribunes du Colisée souterrain, le Nukenin étudia avec soin la posture de l'épéiste, prêt à contrer.... et à frapper.

Comme il l'espérait, Djanide reprit l'assaut le premier, tournant sur lui même et enchaînant les coups horizontaux et verticaux avec une adresse et une dextérité rare, des talents qui n'avait d'égale que ceux de Yanosa pour esquiver ces coups : projetant son buste d'avant en arrière pour esquiver et feinter, le jashiniste dansait presque autours de son adversaire, attendant le moment propice pour passer à l'action. Et ce moment vint : une bête estocade tentée par Djanide qui, peut-être un tantinet désarçonné par la virtuosité de son opposant, créa une brèche dans sa défense. Le guerrier rouge s'y précipita, pivotant son buste pour laisser passer l'épée et s'avançant d'une traite vers son propriétaire pour agripper le pommeau et la garde de l'arme de Djanide, les ramenant d'un coup sec vers le haut pour forcer les membres de l'épéiste à lâcher prise ou pour l'envoyer tout entier dans les airs s'il s'accrochait trop à son bien. Ce fut la première option que privilégia l'adversaire du Nukenin, qui reçut dans la foulée un coup de pied direct dans la poitrine, la jambe tendue de Yanosa s’étant dépliée à toute vitesse dans l'espace à présent dégagé entre lui et Djanide. L'épée de ce dernier à la main, le guerrier rouge n'y accorda pas plus d'importance et la lança en arrière, gardant son attention fixée sur sa future proie dépossédée.

« … ! Une épée ! Donnez-moi une épée !! cria-t-il à l'ensemble de l'assistance, qui ne semblait pas prête à l'écouter.

- Dommage, très dommage que tu t'appuies exclusivement sur ton arme pour combattre. Je suppose que pour le commun des mortels, le seul moyen d'atteindre la perfection est de la cantonner à un domaine... »

C'était terminé. De son propre aveu, Djanide ne pouvait plus combattre efficacement sans son arme. Ce qui n'empêcha pas les choses de tourner d'une façon très intéressante...

« Oooh, mais qu'entends-je ?? C'est l'heeuuuuure du dinneeer ! »

Perplexe et sentant à la fois d'où viendrait le problème, Yanosa se tourna vers le bruit mécanique qui se mit à grincer derrière lui et sur le côté. Sous le sable, qui commençait à s'écouler sur le côté, quatre larges box métalliques sortaient du sol, une unique et mince ouverture sombre venant laisser présager de ce qu'ils pouvaient contenir.

« Ça aurait pas du se passer comme ça.. Merde... Merde.... ! »

La panique de Djanide était palpable... Presque autant que le plaisir et la gaieté de Yanosa, qui observait les grandes cages métalliques pendant qu'elles finissaient de monter à la surface...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyMar 17 Déc 2013 - 16:57

Dans l'assistance, l'engouement avait laissé place à l'hystérie collective, de celles qui faisaient hurler à plein poumon toute une salle comme si tous s'accordaient ensemble pour produire le plus de bruit possible. L'intervention des animaux contenus dans les quatre cages semblaient, en toute logique, à l'origine de cette liesse commune, et Yanosa comprit bientôt pourquoi. Les volets s'abattant lourdement sur le sol ensablé, la relative pénombre ambiante ne laissa entrevoir aux deux combattants humains que les pupilles brillant dans le noir de dents de sabre. Ces bêtes félines, féroces prédateurs parfois plus grands que des chevaux, étaient à même de mettre en pièce même le plus costaud des hommes, que ce soit avec ses griffes acérées, qui terminaient de longues pattes musculeuses et aptes à mettre au sol n’importe quel individu normal, ou bien par l'usage jugé plus « classique » de leurs longues dents aussi tranchantes que des rasoirs et qui leur avaient donné leur nom. Les créatures sortirent lentement de leur box, dont l'intérieur était invariablement couvert d'une multitude de traces profondes qui avaient même réussi à entamer l'acier, et humèrent l'atmosphère en jaugeant de leurs yeux en fente Djanide et Yanosa.

L'épéiste sans épée était tout bonnement terrorisé, comme si le fait même que la situation ait tourné à ce point mal signifiait pour lui une mort absolument certaine. Dans ses yeux, le Nukenin put lire la résignation fébrile d'un homme qui savait que son heure était arrivée. Pauvre petit... Et c'était à la fois dommage, qu'un si bon bretteur se voit enlevé la vie parce qu'il s'était adonné au mauvais loisir, la mauvaise soirée. A sa décharge, tout avait jusque là indiqué qu'il était un habitué de ces soirées, ce qui était aussi une marque de sa valeur, mais lorsque l'on mettait sa vie en jeu.... Il fallait tôt ou tard s'attendre à la perdre, chose que n'était pas encore prêt à accepter le jashiniste, qui toisait les quatre bêtes du regard en ne les laissant pas l'encercler. Ses genoux légèrement fléchis, Yanosa exécutait des petits pas, l'un après l'autre, pour se placer au mieux afin de ne pas finir en pâté pour chat géant. Puis les bêtes se séparèrent, du moins temporairement. L'un d'elle resta en retrait, le poil hérissé mais la gueule fermée, manifestation d'une forme d'autorité chez cette espèce. Il devait certainement s'agir du leader... Deux autres dents de sabre se dirigèrent vers Djanide qui, agenouillé et sanglotant sur son triste sort, n'allait même pas tenter le moindre geste pour se battre pour sa vie. Triste et minable à la fois...

La dernière créature, elle, alla naturellement tâter le terrain du côté de Yanosa, reniflant et marchant de côté pour le jauger. Un silence très éphémère se fit alors. Risquant son regard à s'éloigner fugitivement de son vis-à-vis, le guerrier rouge vit le carnage perpétré par les dents de sabre. Djanide était... un peu partout à la fois. Il n'y avait pas d'autres mots pour traduire à quel point les bêtes s'étaient hâtées de le démembrer, lui arrachant à l'occasion un cri étouffé rendu complètement muet lorsque c'est la tête du pauvre homme qui quitta son corps. La cohue, elle, reprit de plus belle puisque le destin de l'épéiste ne faisait plus aucun doute et, malheureusement, n'intéressait plus personne. Si Yanosa avait une occasion de se tirer de ce pétrin sans y laisser un bras, c'était maintenant : profitant du fait que les deux prédateurs s'affairaient sur la carcasse de Djanide, le Nukenin fondit d'une traite sur le dent de sabre qui lui faisait face, prenant le félin par surprise. Il agrippa son cou musculeux en le plaquant au sol avec de tout son poids à l'aide de sa hanche gauche, puis serra les dents lorsqu'il dut tirer d'un coup sec sur l'ossature pour la briser, ignorant les quelques coups de griffe que la bête avait pu lui asséner sur les avant-bras. La créature mourut sur le coup, son corps massif se laissant mollement entraîner par la gravité. Mais c'était loin d'être fini pour Yanosa qui, de retour sur ses deux pieds après une cabriole peu élégante mais qui lui permit de retrouver les trois félins restants dans son champ de vision, devait à présent composer avec les bêtes survivantes.

Les trois dents de sabre en question, alertés par la mort de leur compère, raquèrent alors tous les yeux et tous leurs appendices tranchants dans sa direction... sous les tonnerres d’applaudissement du public, conquis.


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyJeu 19 Déc 2013 - 10:15

Soudain, un son de carillon strident retentit dans l'arène, faisant s'arrêter net les dents de sabre, tandis qu'une dizaine d'hommes armés de pics et de lances contraignaient les animaux à rentrer dans leur cage. Surpris, Yanosa n'en resta pas moins en position de garde, observant alentours cette soudaine agitation sur le sol souillé de sang de l'aire de combat couverte de sable. L'annonceur refit alors son apparition, lui qui détenait le beau rôle, lui qui allait et venait pour faire état des morts et canaliser l'énergie de la foule pour mieux la contrôler. L'homme s'approcha du Nukenin, trahissant pendant un bref instant une certaine réticence craintive en reculant le buste tandis qu'il s'apprêtait à poser la main sur l'épaule du guerrier couvert de son propre sang, puis brailla de nouveau dans son amplificateur sonore, cassant les oreilles de Yanosa qui se dégagea aussi sec de ce simulacre de geste amical pour aller examiner l'épée laissée par feu Djanide.

« Messsdames et Messieuuurs ! Quel surprise, ce soir ! Face aux dents de sabre... Djanide a rendu... son dernier soupiiir !! La victoire revient donc àààààà... !!, puis, se détournant du micro pour s'adresser au jashiniste qui examinait l'arme de son adversaire déchu :

Hey, psssht, tu t'appelles comment toi ?


- Seth, répondit-il, désintéressé.

- Seeeth, Mesdames et Messieurs ! Un triomphe pour cet illustre combattant que vous ne tarderez pas à revoir !! »

Le Nukenin, qui voyait s'approcher une nouvelle troupe sans doute chargée de le reconduire dans les « loges », ne se fit pas prier et prit directement la direction de l'étroit tunnel par lequel il était arrivé plus tôt, emportant avec lui cette épée sans prétention mais forgée dans un acier de qualité et dont la simplicité n'avait d'égale que sa dangerosité, une fois placé entre des mains entraînées. Le pommeau était serti de bandelettes de cuir finement travaillées, qui garantissaient en plus à son utilisateur une prise optimale, et le poids était réparti de telle façon que bien des fantaisies étaient permises dans son maniement, des fantaisies dont Djanide avait vraisemblablement sous-estimé l'importance. Pendant qu'il examinait tant bien que mal l'arme du défunt à la lumière ténue des torches qui illuminaient le passage souterrain, Yanosa écoutait également l'annonceur qui l'accompagnait lui déblatérer ce qui était sans doute son blabla habituel, lui accordant le minimum syndical d'attention requis.

« Vraiment mec, fantastique ce que t'as fait avec le bestiau ! Avant personne avait jamais réussi à s'en farcir un, pas sans arme en tout cas !... Djanide avait fait son temps, de toute façon, le public allait se lasser de lui tôt ou tard, c'était inévitable. Tu feras une belle relève, tu sais ! Mais pour ça il faut encore que tu passes la soirée, les combats ne font que commencer tu le sais ça hein ?

- J'espère bien que vous avez autre chose à me proposer, je serais très déçu autrement.

- Haaaaahaha, c'est l'bon esprit ça ! Bon pour la prochaine rencontre on va te trouver un petit grouillot, histoire de pas prendre trop de risques inutiles et-

- Non, répondit alors sèchement Yanosa en stoppant net et en plaquant fermement son index sur la poitrine de l'annonceur bedonnant. Je vous préviens à l'avance : si je viens à bout de mes adversaire en moins de 10 secondes, c'est parmi les organisateurs de ce tournoi et le public que je commencerai à choisir mes cibles, c'est bien compris ?

- Euu... Ok, ok, t'énerve pas... C'est pas trop le genre de la maison de griller ses meilleurs poulains en les faisant s'affronter mais... On fera le nécessaire, ok, pas de problème... »

Le Nukenin termina ensuite paisiblement son retour dans l'arrière salle qui servait de « vestiaire » à toute la tripotée de combattants qu'il avait aperçu plus tôt, lesquels furent tous plus ou moins étonnés du retour du guerrier à la rouge toison, s'attendant sans doute à revoir Djanide.

« Bon ! Ton prochain combat a lieux dans 15 minutes ! Tiens-toi prêt. »

Ignorant cette consigne on ne peut plus superflue, Yanosa s'installa en tailleur sur un banc en bois, toisant au passage les quelques téméraires souvent très bien bâtis qui le dévisageaient comme pour lui faire cracher le morceau. Quelle fourberie avait-il déployé pour venir à bout de l'épéiste émérite ? De quelle félonie avait-il fait preuve pour prendre le dessus, lui l'étranger que personne ne connaissait et qui devait nécessairement avoir triché pour remporter la victoire ? Autant de questions qui transpiraient de leur regard... Mais alors que le jashiniste s'apprêtait à entrer dans un état méditatif léger pour reprendre des forces, un hommes au crâne rasé, qui faisait facilement plus de deux mètres et dont la carrure était apparentée à celle d'un colosse, se rapprocha du Nukenin.

« Toi, tu es mon adversaire. Je vais te briser tous les os du corps, compris ? Alors fait bien tes prières !

- Je n'ai pas besoin de toi pour m'acquitter de mes devoirs. A tout à l'heure dans l'arène, gros dur. »

Plus loquace que Djanide, le grand colosse n'en demeurait pas moins une brute épaisse dénuée de vocabulaire qu'il serait sans doute compliqué de mettre au tapis. L'organisateur prenait donc les consignes de Yanosa au sérieux... Ce qui le ravit au plus au point.


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyJeu 19 Déc 2013 - 18:40

Les quinze minutes sur lesquelles comptait le jashiniste pour se remettre d'aplomb pour le prochain combat fondirent comme neige au soleil. Ou, plus exactement, elles s'étiolèrent et se transformèrent en à peine plus de cinq minutes, la fautes, selon les bruits de couloir qui allaient et venaient dans le secteur réservé aux combattants, à un hurluberlue qui avait chargé sans réfléchir contre un adversaire armé d'une hache d'arme ainsi qu'à un autre compétiteur, plus professionnel mais qui avait joué de malchance en trébuchant sur un morceau de cadavre que les « services sanitaires » du tournoi avaient malencontreusement laissé sur le sol couvert de sang de l'arène. Cela avait apparemment résulté en une mort rapide et sans douleur, son adversaire lui ayant tranché la tête aussi sec. A croire qu'aucun combattant ce soir n'avait suffisamment confiance en lui pour ne s'armer que de ses poings... A l'exception du futur adversaire de Yanosa, qui regardait ce dernier avec insistance en attendant que leur tour soit annoncé et officialisé. Rouvrant subitement les yeux, le Nukenin sentit que l'attention s'était à nouveau braquée sur lui dans l'assistance, preuve s'il en était besoin que son tour était -déjà- revenu.

Sans se faire prier, le guerrier rouge prit alors cette route qu'il connaissait déjà par cœur, ce chemin sombre et à peine éclairé qu'il partageait l'espace d'une petite minute avec ce colosse au crâne rasé. Et alors qu'il était en plein milieu de ce tournoi, qui venait vraisemblablement de débuter si l'on considérait le nombre de combattants en réserve, Yanosa se prit à ressentir une forme de lassitude. Trop fort, l'était-il vraiment pour pouvoir encore apprécier de se mesurer à de « vulgaires » pugilistes amateurs ? Après tout, il n'avait encore livré qu'un combat et il était sans doute un peu tôt pour se faire une idée de ce que lui réservait ses prochains adversaires, à commencer par...

« Mesdames et Messieurs ! De retour pour vous sous les projecteurs, Seeeeth !! Et, face à lui pour lui donner la réplique, un tonnerre de bruit et d’applaudissement pour.... ! Wakaruiii ! »

Le Nukenin, à son tour, toisa du regard cet homme à la constitution imposante qui en plus d'une forte musculature, avait de la graisse pour encaisser les coups. Une combinaison qui nuirait certainement à sa mobilité et qui le rendrait aussi vulnérable qu'un nouveau-né, quand le Nukenin serait passé sous sa garde, voire dans son dos. Sans plus de cérémonie, l'annonceur jeta un dernier regard vers les deux combattants qui s'étaient postés face à face avant de quitter les lieux, presque inquiet.

« Commencez !! »

Yanosa banda tous ses muscles d'un seul coup, prêt à recevoir le colosse nommé Wakarui. Cette fois, c'était une lutte uniquement à mains nues qui était sur le point de se livrer, et ce n'était apparemment pas pour déplaire au public, qui -si cela était possible- était encore plus hystérique que lors des précédents affrontements. De chaque côté, chacun fit craquer ses phalanges à l'unisson et le combat commença... Bien campé sur ses appuis, prêt à réagir, Yanosa vit alors arriver pleine bourre Wakarui, poing droit chargé et dirigé vraisemblablement vers le fin minois du jashiniste. Ce dernier, peu enclin à se laisser taper simplement pour relever le challenge, se déporta sur la gauche d'une brève impulsion du pied, envoyant dans le même temps son poing gauche fouetter violemment la tempe de son adversaire, qui accusa le coup mais resta debout en titubant légèrement avant de se replacer face à Yanosa. Il n'avait pas seulement l'air robuste, il l'était bel et bien, pensa le guerrier rouge, enthousiaste.

Prenant à présent encore plus au sérieux son imposant adversaire, le Nukenin se mit presque à danser sur place, alternant appuis gauches et droits en se décalant de profil pour jauger la gestuelle de Wakarui. Ce dernier, pas impressionné pour un sou, se rapprocha alors plus lentement de son opposant, prenant le temps de peu à peu rogner la distance qui les séparait. Un angle d'attaque intéressant... Mais le jashiniste ne comptait pas laisser ce grand costaud taillé dans une armoire dicter le rythme de la rencontre : se rapprochant à son tour subitement de Wakarui, il feinta un uppercut du droit pour finalement se décaler à toute vitesse sur la gauche, envoyant un crochet se loger dans les côtes du géant... Ce qui n'eut, malheureusement, pas vraiment le résultat escompté. Encaissant divinement l'attaque de Yanosa, Wakarui avait déjà armé son poing gauche, l'envoyant violemment frapper la pommette droite du jashiniste. Ce dernier recula suite à l'impact, faisant même un tour complet sur lui-même pour ne pas se retrouver sur un pied faible après s'être fait déstabilise de la sorte.

Son sang gicla alors énergiquement de sa bouche lorsqu'il recracha son propre fluide corporel, un sourire en coin bien marqué sur le visage. S'essuyant en prenant légèrement ses distances, il revalorisa encore la valeur de son adversaire.

« C'est que t'es un grand gaillard, toi ! On va se la donner tout les deux tu vas voir, ça va être génial...

- Arrête de parler !! »

Très peu porté sur le verbiage de quelque façon que ce soit, Wakarui était lui aussi rentré dans son match. Une confrontation au sommet entre deux amateurs de castagne et de gnons en tout genre...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyVen 20 Déc 2013 - 9:56

Face à cette force de la nature, qui rivalisait aisément en terme de puissance brute et de constitution avec lui, Yanosa se devait d'adopter une nouvelle approche. Il s'était en effet juré qu'il n'utiliserait pas ses pouvoirs pendant ce tournoi et il s'y tiendrait, quoi qu'il arrive. C'était, en quelque sorte, une contrainte créative de tous les instants : au lieu de submerger son adversaire sous un flot de coups ultra rapides et à la puissance décuplée, le Nukenin devait trouver de nouveaux moyens de combattre le feu par le feu, un vieux dicton qui s'appliquait à bien des situations lors de ses diverses entreprises. Ce qui était sûr, c'est que les occasions ne manqueraient pas : Wakarui semblait tellement en confiance et sûr de sa force qu'il laissait des trous béants dans sa garde, des failles qu'il allait tout de même falloir transformer en craquelures, puis en plaies béantes qui laisseraient s'échapper toute son énergie. Une bien mince affaire... Mais c'était tout à fait dans ses cordes.

Yanosa reprit alors cette partie de danse avec son adversaire, lui tournant énergiquement autour en économisant son énergie, veillant à éviter les poings et pieds de Wakarui en premier lieu avant de lui adresser à la volée un ou deux coups qui semblaient chaque fois presque inefficaces. Le but n'était toutefois pas d'épuiser le corps de son adversaire, mais plutôt... de l'habituer. Feignant d'être à son maximum, le guerrier rouge se concentrait en effet sur l'esquive et la parade, le cas échéant, ne ripostant qu'avec de faibles crochets dans les côtes ou au visage. Wakarui n'en accusait pas moins le coup, saignant abondamment du nez et de la bouche, mais ne semblait en aucun cas ralenti ni épuisé d'une quelconque façon par ce traitement que lui infligeait Yanosa. Et tandis que ce dernier continuait son petit manège, son attitude suscita la perplexité chez certains spectateurs un tant soit peu initiés au combat, qui voyaient très bien à quel jeu il jouait. Patiemment, avec autant de concentration qu'un orfèvre qui façonne son œuvre, le jashiniste conditionna Wakarui à réagir de certaines façons, acceptant par moment d'encaisser un coup à l'abdomen pour ne pas le plonger dans la frustration la plus totale et provoquer une furie qui était tout sauf le but visé.

Puis vint le moment de frapper. Yanosa banda tous ses muscles à leur maximum, encaissa un nouveau direct dans le ventre qu'il avait clairement vu venir, puis passa à l'action : se glissant sous la garde de son adversaire en s'accroupissant presque, profitant du déséquilibre de son opposant, le guerrier rouge administra d'abord à ce dernier un puissant coup de poing sur le côté de la rotule droite, lui faisant mettre l'autre genou à terre pour se stabiliser. Puis il enchaîna. En se redressant, un uppercut au menton d'une violence inouïe, qui claqua comme le bruit d'un fruit sec que l'on cassait en deux et qui remit le colosse sur pieds de force grâce à l'impact. Puis encore un autre coup de poing, dirigé directement contre la hanche de Wakarui, qui le fit se plier en deux sans qu'il ne puisse ordonner à son corps de se reprendre. Yanosa choisissait en effet avec soin chaque partie visée pour que toute la musculature de son adversaire lui soit totalement inutile et maintenant qu'il utilisait à nouveau toute sa force, le géant au crâne rasé ne pouvait qu'encaisser en silence. Passant sur le flanc gauche de Wakarui en profitant de son mouvement de recul très marqué, le Nukenin frappa cette fois à l'arrière de la cuisse d'un coup sec, provoquant un crampe « manuelle » de forte intensité qui obligea ce grand gaillard à se tenir la jambe pour ne pas tituber davantage.

Cette fois, le combat était plié. Pas de fauve à l'horizon ni trace d'un quelconque événement secondaire qui relancerait l'intérêt de l'affrontement. Enchaînant une nouvelle série de coups de poings secs et rapides, Yanosa visa la tête pour finir de sonner Wakarui, qui termina à genoux les yeux presque refermés, tuméfiés à l'extrême. L'heure était à présent venue de faire un choix, qui d'ordinaire appartenait au publique mais qui, ce soir, allait être repris par le guerrier rouge. Tous, dans l'assistance, voulaient un mort. La soirée avait en effet été particulièrement sanglante jusque là et le publique s'était habitué à la couleur du sang et à la vue des corps sans vie qui défilaient. L'annonceur, qui reparut dans un coin sombre de l'arène, intima même à Yanosa d'en finir, rapidement, pour contenter l'assistance... Mais il n'en fit rien. Non pas par caprice, ni parce qu'il le voulait, lui, ni même pour contrarier les organisateurs. Non. D'autres plans attendaient cet homme. Des plans qui le placeraient sur un échiquier que seul Yanosa aurait sous les yeux.

D'un coup de pied retourné modéré mais précis, le jashiniste mit alors KO Wakarui, entraînant sifflements en pagaille et jets de projectiles divers sur l'arène. Se fichant éperdument de la réaction de l'assemblée face à son geste, Yanosa reprit la route du « vestiaire », un tantinet essoufflé. Le tournoi commençait à décoller...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyVen 20 Déc 2013 - 23:31

Heureusement, cette fois, le jashiniste pugiliste eut le temps de récupérer. Et il se félicita d'ailleurs intérieurement d'en arriver à être relativement épuisé sans avoir ouvert la moindre Porte Céleste, preuve s'il en était besoin qu'il avait toujours en lui cette hargne et cette ténacité au combat qui l'avait jadis élevé au rang de combattant. Avant d'intégrer Kumo, il n'avait en effet jamais eu que ses poings pour se faire une place dans le vaste monde, cognant, traînant dans la boue ses adversaires et bien sûr, encaissant pas mal de coups dans le processus. Cela avait eu l'avantage de l'endurcir et quelque part, c'était à cette enfance étrange qu'il devait ce qu'il était aujourd'hui physiquement. Son corps taillé à la serpe et musculeux ne trahissait en effet que trop bien le passé de son occupant, et le fait que le Nukenin soit encore en vie avec toutes ses dents après deux combats était apparemment un argument ayant suffisamment de poids à lui seul pour détourner la plupart des regard. De petit malin prétentieux et potentiellement tricheur, l'image qui se reflétait à présent dans les yeux des guerriers qui posaient encore le regard sur lui était passée à celle d'un redoutable combattant, qui savait vraisemblablement esquiver et se déplacer avec aisance sur un champ de bataille étant donné le peu de blessures qu'il avait à son actif.

Mais le tournoi était encore loin d'être terminé... En coulisse, les allez et venues s'enchaînaient, la cohue montant et descendant au rythme des morts et des KO brutaux qui se succédaient de façon ininterrompue. La curiosité de Yanosa quant à l'identité de son prochain adversaire, elle, ne fit que grimper tout au long des trois-quart d'heure qui séparèrent son combat contre Wakarui et le suivant. Un peu avant que trois-quart d'heure se soient écoulés, donc, l'on fit savoir au Nukenin, de façon plus courtoise qu'à l'accoutumée, que son tour était venu à nouveau. De ci de là, il se murmurait que les phases finales approchaient : inquiet que son petit plaisir ne se trouve écourté et qu'il ne puisse pas apprécier beaucoup plus longtemps le climat de joute infinie qui régnait dans ce Colisée souterrain, le guerrier rouge interpella l'organisateur lorsque ce dernier fit mine de l'emmener en direction du couloir.

« Hey. Combien de combats me reste-t-il ?

- Ha ! Ça, ça dépend surtout de ta survie bonhomme !

- Je ne m'en fais pas trop pour elle... Je veux savoir combien de combat il me reste à livrer au maximum. Vous savez, au cas où je resterais invaincu...

- Deux combats. Celui-ci et un autre, la grande finale de ce soir. Mais... Te fait pas trop d'illusions, mon gars... Ce qui t'attend, là, c'est- »

D'un coup, l'annonceur se tut lorsqu'une silhouette très singulière approcha. Nul besoin d'être clairvoyant ou un mystique quelconque pour deviner l'identité de la personne qui avait, par sa simple présence, cloué le bec à ce cher brailleur d'ordinaire si peu avare en paroles. Preuve, si cela était nécessaire, que l'homme en question était à craindre dans le milieu. Si tant est qu'il soit véritablement un homme. En effet, difficile d'affirmer quoi que ce soit quant à la nature précise de celui qui serait dans quelques minutes face à Yanosa dans l'arène, l'individu étant paré d'une armure de plate complète qui incluait un casque rabattu, une masse d'arme cloutée et finement gravée fermement tenue dans la main gauche ainsi qu'une épée rangée dans son fourreau. Le jashiniste, perplexe une fois encore, observa son futur opposant des pieds à la tête, ne suscitant pas chez lui le moindre mouvement en guise de réaction, puis prit le chemin du long couloir sombre une fois de plus, emportant cette fois avec lui l'épée qu'il avait « hérité » de Djanide.

Quelque chose lui disait en effet que contre toutes les probabilités, malgré l'entrave que constituait cette armure à la mobilité et à l'ergonomie de son porteur, il aurait bien besoin d'un objet tranchant s'il ne voulait pas avoir à rompre son serment pour rester en vie...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptySam 21 Déc 2013 - 12:08

Le trajet dans ce que certains aimaient à appeler assez justement le « couloir de la mort » se déroula comme à l'accoutumée, à un léger détail prêt. Tandis que Yanosa faisait danser dans ses mains l'épée de Djanide pour s'habituer à son poids et à ses aspérités, la cohue provenant du Colisée s'atténua peu à peu... D'abord de façon très subtile, voire imperceptible, mais ensuite de manière très marquée, dès lors que les combattants entrèrent tous les deux sur la piste circulaire dont le sable commençait à laisser entrevoir par endroit la dalle d'acier qui résidait en dessous. Se mettant en position face à son adversaire tout en armure, le Nukenin examina soigneusement les jointures de cette carapace d'acier... C'était sans l'ombre d'un doute un travail d'orfèvre, l’œuvre d'un forgeron expert qui maniait le marteau et le puits de braises comme s'il était né avec en lieu et place de ses mains. Même armé d'une épée, aussi tranchante était-elle, il n'allait pas être facile de trouver la faille... Un affrontement qui s'annonçait donc sous le signe de la joute chevaleresque, mais au cours duquel un seul des deux combattants aurait le luxe de recevoir un coup. La masse d'arme que tenait pour le moment en main cet individu tout entouré de plate ne laisserait en effet aucune place pour l'erreur au guerrier rouge, qui perdrait à coup sûr le combat, voire la vie, s'il encaissait un seul coup de cette arme.

Ce ne fut que lorsque son analyse des risques et des possibilités fut terminée que le jashiniste réalisa qu'un silence de mort régnait dans le Colisée, d'ordinaire habité par l'agitation la plus totale et débridée. Un était de fait qui était loin d'être anodin et qui, il le sentait, était lié à son adversaire, anonyme et planté devant lui tel un golem d'acier. L'annonceur s'approcha alors brièvement de Yanosa pour lui murmurer à l'oreille.

« Le silence, il l'exige à chaque fois... Il n'y a que quand il quitte l'arène que les gens sont autorisés à reparler... Adieu, étranger... »

Le Nukenin ne s'en laissa pas conter et fronça les yeux en observant l'homme en armure. Et sans un mot, l'affrontement fut lancé. Yanosa fit tournoyer l'épée de Djanide entre ses doigts, adoptant une position de garde très mobile tout en entamant sa « parade mortuaire ». L'homme sans nom, quant à lui, se contenta de dresser devant lui sa masse d'arme imposante et aux multiples aspérités et pointes tranchantes, marchant droit vers le guerrier rouge torse nu sans l'ombre d'un soupçon tactique. Leurs pas à tous les deux, au cœur de ce silence absolu, résonnaient jusqu'au dôme du Colisée, faisant valser des gerbes de sable sur leur passage. Puis vint le premier contact.

La masse fut levée, puis s'écrasa lourdement sur le sol, faisant crier le métal qui composait le sol de l'arène. Yanosa, qui un instant plus tôt se trouvait à cet endroit, s'était rapidement déporté sur la gauche, levant à son tour son arme pour l'abattre aussi promptement que possible sur le poignet de son adversaire. L'armure était certes bien conçue, mais la force de l'impact suffirait peut-être pour... Non. Un son strident, résonnant à tout va. C'est tout ce que provoqua son attaque. Et sans demander son reste pour le moment, le Nukenin exécuta un mouvement de retraite pour se mettre hors de portée de l'imposante masse qui balaya l'espace où il se trouvait une demi seconde plus tard. Le bras de l'anonyme en armure n'avait même pas vacillé... Pour un peu, ç'aurait été l'épée de Djanide qu'utilisait Yanosa qui aurait cédé s'il avait mis ne serait-ce qu'un iota de puissance en plus dans sa frappe. Il y avait quelque chose d'étrange avec cette armure à n'en pas douter... Se redonnant une contenance en attendant que la lente marche du golem d'acier le mène inexorablement à lui, le Nukenin examina encore davantage les jointures de l'armure : si son porteur était assez fort pour rester inébranlable face à n'importe quel coup et que son blindage était trop épais pour être entamé, alors il faudrait lui enlever... Mais la même problématique s'appliquait aussi à la masse d'arme, et Yanosa doutait de pouvoir faire lâcher prise à ces doigts recouverts de plates, qui entretenaient, au propre comme au figuré, une poigne de fer autours du manche.

Sa seule chance, donc, restaient les jointures. Bien mises en place, resserrées à l'extrême, elles ne laissaient guère la place à une attaque classique pour s'y faufiler. Le jashiniste devrait donc, quoi qu'il arrive, adopter un angle d'attaque très spécial pour parvenir à ses fins. Ou bien, il finirait tout simplement en chair à pâtée...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyDim 22 Déc 2013 - 15:01

Tandis que le silence perdurait dans les tribunes, le rythme du combat s'accéléra tout à coup. L'illustre anonyme en armure passa en effet à la vitesse supérieur, adoptant une posture plus près du sol apte à lui faire prendre de la vitesse, et le bougre n'en était pas dénuée malgré son fort encombrement. Sans donner de répit au jashiniste, qui était toujours armé de l'épée qu'il avait récupéré sur le cadavre de Djanide, le guerrier de plate se mit à le traquer en tout sens, faisant danser sa masse comme s'il s'agissait d'un vulgaire plumet, risquant d'écraser littéralement chair et os de Yanosa à chaque coup. Ce dernier dut consécutivement se concentrer sur ses esquives s'il voulait éviter la moindre maladresse et qui sait, peut-être épuiser le porteur de l'armure petit à petit. Manier une arme aussi lourde avec autant de souplesse avait en effet forcément un prix, autrement... c'était de pure magie dont il aurait s'agit. Se déportant à droite, puis à gauche, reculant pour mieux s'élancer dans des cabrioles tantôt pleines de panache tantôt aux allures maladroite, Yanosa guettait la moindre occasion, la moindre ouverture, scrutant les jointures de l'armure durant les mouvements amples de son adversaire.

Des solutions, il le réalisait peu à peu, il n'en avait pas beaucoup. Compter sur l'épuisement de son adversaire était un pari à double tranchant, car c'était peut-être lui qui allait se fatiguer le premier pour ce qu'il en savait. Avec ce casque cloué à la tête, difficile en effet de lire la moindre réaction ou le moindre état physique sur le visage du guerrier de plate. Pris par le temps, qui pouvait donc se retourner contre lui, Yanosa décida de passer à des tentatives un peu plus farfelues. Se laissant volontairement acculer contre les parois en terre cuite qui cerclaient l'arène proprement dite, le Nukenin leurra son opposant apparemment pressé d'en finir vers ladite paroi, avant d'exécuter un saut périlleux aidé par un appui pris sur le mur. La tête en bas en plein milieu de cette figure acrobatique très exotique, juste au dessus de son adversaire, Yanosa tenta alors l'estocade en visant la liaison entre l'épaulette droite et le plastron... l’œil braqué sur la cible de son attaque, toute sa concentration réquisitionnée pour être le plus précis possible, le jashiniste parvint alors à faire passer la pointe de son épée dans la jointure, d'une traite, enfonçant dix bons centimètres de son arme sous l'armure jusque là restée imperméable.

De retour sur ses deux pieds, le champ derrière lui totalement dégagé, il observa alors son adversaire qui se retournait... Une lampée de sang rouge souillant son armure sur le flanc droit. Impénétrable, son armure ne l'était donc pas, finalement... Mais Yanosa doutait être capable de leurrer une fois de plus son opposant comme il l'avait fait, car si ce dernier avait un soupçon de bon sens, il retiendrait la leçon et ne s'y referait pas prendre. Toutefois... La donne avait changé, avec cette blessure. Son équilibre mit en péril par sa masse d'arme maintenant qu'il était blessé aux alentours de l'épaule -impossible pour le moment de dire exactement où pour le guerrier rouge-, il dut se rabattre immédiatement sur son autre arme, une épée de fort belle facture qu'il dégaina d'un trait en faisant chanter l'acier contre le fourreau. Et si l'on en crut les quelques soubresauts dans l'assistance, cela devait bien être la première fois que le guerrier de plate devait utiliser autre chsoe que sa masse, qui fut reléguée et jetée au sol comme une malpropre par son propriétaire.

Le danger de mort immédiat était donc écarté pour Yanosa, qui pouvait commencer à souffler. Epée contre épée, son adversaire piqué dans sa chair, ses chances remontaient significativement et le temps, désormais, jouait contre l'illustre anonyme qui se cachait sous son armure...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyLun 23 Déc 2013 - 13:59

Plutôt fier de son coup, le guerrier rouge n'en resta pas moins concentré. Si son adversaire avait choisi l'épée comme arme secondaire, ce n'était sans doute pas par hasard et même si lui-même de doutait pas de ses compétences arme à la main, il ne connaissait guère de bottes qui pourrait lui assurer une victoire rapide. Son attention braquée sur la gestuelle du guerrier de plate, Yanosa lui tourna donc autours en le laissant généreusement se replacer vers le centre de l'arène, laissant le temps au rythme du combat de s’accommoder de ce changement presque radical d'orientation. D'une victoire quasiment certaine, l'inconnu était en effet passé très près de la ligne de non retour, celle que vous passiez lorsque le vent tournait et que le moindre faux pas supplémentaire pouvait vous plonger dans les affres de la plus cuisante des défaites. Sa main droite fermement ancrée sur le manche de son épée, le Nukenin fit danser une fois de plus l'arme au creux de sa paume pour se préparer à la suite...

Passant pour le moment outre les conséquences de sa blessure, le golem d'acier attrapa à deux mains le pommeau de son épée et passa à l'attaque sans plus tarder, sans doute conscient que son saignement ne s'arrêterait pas tout seul. Enchaînant d'abord une série d'attaques horizontales et verticales entremêlées, il ne trouva dans un premier temps que le vide, laissant le poids de son armure l'entraîner avec l'énergie cinétique de ses coups et permettant au guerrier rouge de se replacer sans peine, analysant soigneusement les déplacements de son adversaire au passage. Puis le jashiniste se décida à rentrer à nouveau au contact : parant à une main un coup oblique porté à deux mains par son opposant en direction de ses jambes, son bras trembla sous l’impact mais permit à sa main libre de venir décocher un violent et audacieux crochet dans le heaume qui protégeait la tête de l'anonyme en armure. Une démarche de test, qui avait aussi pour vocation de gonfler son orgueil au cas où son adversaire eut accusé le coup. Ce qu'il fit. Véritable force de la nature même sans ouvrir la moindre Porte Céleste, Yanosa réussit en effet à repousser et faire tituber l'inébranlable guerrier de plate avec son coup de poing, l'acier de son heaume tordu à l'endroit du choc. Un mince filet de sang s'échappa ensuite des fentes qui servaient à la respiration du guerrier casqué... Il faisait en effet rarement du bien à la mâchoire de se prendre un coup enveloppé d'acier, même si l'acier en question avait à l'origine pour vocation de vous protéger.

Un rictus malicieux, presque joyeux s'afficha alors sur le visage du Nukenin, qui profita de l'occasion après un très bref moment d'auto-satisfaction pour cette fois prendre l'initiative. Balayant l'espace entre lui et son adversaire, alternant coups d'estoc et fentes latérales ascendantes pour le forcer à changer de pied pour parer efficacement, Yanosa profita d'une tentative de contre-attaque inespérée pour glisser son arme sous le bras gauche du guerrier de plate, s'esquivant dans le même mouvement sur la droite en déchirant la côte de maille qui se trouvait au niveau de l'aisselle de l'anonyme en armure. Une nouvelle gerbe de sang pointa alors le bout de son nez... Sur la lame du jashiniste, le liquide si précieux extrait du corps du guerrier d'acier luisait sous les projecteurs braqués sur l'aire de combat, arrachant une nouvelle fois quelques murmures à l'assistance qui commençait elle-même à voir vers quoi tout ceci allait mener. Le guerrier de plate tenta vainement de soulever à deux mains son épée, l'abattant mollement dans le vide à la verticale pendant que Yanosa se replaçait sur son flanc.

Maintenant l'épée adverse au sol avec sa propre lame, il envoya un coup de pied sur les poignets de son adversaire méritant mais près, très près d'une mort quasiment certaine. Il lâcha son arme, la laissant s'éloigner en draguant avec elle quelques grammes de sable , puis manqua de peu de tomber au sol, prenant appui sur un genou pour garder un semblant de contenance. Les plaies qu'avait réussi à pratiquer Yanosa dans sa chair devaient être profondes... Ce qui ne l'empêcha pas d'assurer sa victoire, faisant silencieusement passer la pointe de son épée à l'arrière de l'épaule qu'il avait réussi à toucher en premier, entre les deux pièces d'armure, avant de trancher d'un coup sec vers l'extérieur en faisant se cambrer l'anonyme en armure sous le coup de la douleur. Le sang coula de plus belle, tandis que le brave guerrier sans nom se redressait tant bien que mal. Yanosa, de son côté, envoya son épée sur le sol, toujours désireux d'en finir au plus près lorsque cela était possible : il fonça donc à toute vitesse vers son adversaire en proie à de violentes hémorragies, faisant porter un violent uppercut sous le heaume qui était fixé à la tête de son porteur et l'envoyant dans les roses. Le Nukenin s'approcha alors lentement, dans le silence maintenu du Colisée, et arracha le heaume distordu, affichant à ce petit monde pour la toute première fois le visage de celui qui se cachait sous l'armure...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyVen 27 Déc 2013 - 20:01

Des cheveux longs et blonds apparurent alors sous les yeux ébahis de toute l'assemblée. Des cheveux lisses, soyeux, légèrement ondulés, qui trouvaient leur racine sur un crâne... Un crâne de femme. Objectivement jolie, la jeune femme qui était jusque là restée anonyme avait peine à garder les yeux ouverts, son sang s'écoulant abondamment de ses plaies et recouvrant progressivement le sol de l'arène d'une marée rouge, trempant le genou droit que Yanosa avait mis à terre pour s'approcher au plus près du visage de son adversaire. Le silence dans le Colisée se maintint de lui-même, chaque individu présent se remémorant, le cas échéant, les précédents combats auxquels la jeune femme avait participé qu'il avait pu observer et se demandant comment un tel exploit était possible. Une femme... Une faible femme... Bardée d'une armure qui devait peser son propre poids, maniant une masse qui n'avait que peu d'équivalent de par le monde avec maestria et déchiquetant, découpant tous les adversaires qu'elle avait eu jusqu'alors. Yanosa, lui-même, était très surpris. Bien loin des considérations sexistes qui voulaient qu'un sexe fut plus fort que l'autre, le jashiniste ne s'était malgré tout pas attendu à voir une femme sous ce heaume, les probabilités étant ce qu'elles étaient.

De par son genre, la future victime du Nukenin méritait un nom pour son panthéon personnel. Au cœur du silence, la fixant dans les yeux, le guerrier rouge lui demanda alors.

« Tu étais brave et forte. Tu mérites que je retiennes ton nom... Parle, inscris-toi dans ma destinée..

- … B-Burien... Burien Tarosu... Gh ! »

Sentant sa vie lui échapper sans recourt possible, Burien, c'était son nom, s'accrocha sèchement au pantalon ample du jashiniste, maculant le tissu de son sang dans un dernier rictus de douleur. Se redressant tout aussi sèchement, Yanosa garda son regard braqué dans celui de la mourante. L'épée gagnée contre Djanide fermement armée dans la main droite, il lui adressa alors ces derniers mots.

« Burien Tarosu, on se retrouvera. »

Puis le coup de grâce vint achever pour de bon l'affrontement. La lame s'enfonça dans le crâne, supprimant tout échange de donnée entre les ultimes synapses encore en activité en une fraction de seconde, puis fut retirée par son porteur, laissant le corps en armure couvert de sang là, sur le sable importé des côtes de cette triste arène aux maigres aspirations. Les chuchotement prirent alors la place du silence, personne n'osant tout de suite se remettre à scander quoi que ce soit suite à cet enchaînement d'événements improbables et imprévisibles. La victoire assurée du guerrier de plate ? Envolée. L'identité de ce combattant anonyme ? Révélée, et surprenante. Le nom du vainqueur ? Celui d'un illustre inconnu, venu là pour se distraire et faire danser ses poings au cœur d'un événement dont il n'avait cure. Une succession d'improbabilités, donc, qui mit quelque peu à mal l'ambiance qu'espéraient conserver les organisateurs du tournoi. Après tout, si l'analyse menée par Yanosa en arrivant ici était correcte, c'était pour canaliser les frustrations et les faire se déverser dans un puits de violence que ce championnat existait, et voir ses ouailles réfléchir, hésiter ou ne serait-ce qu'envisager que ce à quoi elles assistaient n'était rien d'autre que de la barbarie gratuite, cela ne devait pas plaire au dirigeant de cette cité.

Yanosa, lui, se fichait de tout cela. Retournant se poster dans ce qui servait de vestiaire, sale et lugubre, il constata que tout naturellement, étant donné que la finale n'allait pas tarder à se dérouler, les lieux étaient désormais déserts. Morts, sérieusement blessés, en fuite ou tout simplement partis après leur défaite, tous les combattants avaient disparu. Sauf un. Assis sur un banc juste en face de l'accès menant au couloir sombre donnant sur l'arène, le jeune homme qui regardait avec intéressement le Nukenin ne ressemblait à aucun autre concurrent que Yanosa avait pu croiser. De son âge, peut-être même un poil plus jeune, l'individu en question affichait un sourire en coin caractéristique de ceux dont la confiance en eux peut difficilement se trouver ébranlée.

« Alors c'est toi que j'vais renvoyer aux oubliettes ? Yeaah, super, allez on commence quand tu veux mec, moi j'suis prêt. »


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyDim 29 Déc 2013 - 19:18

Mais qui était ce branquignol ? Si l'on avait du traduire les pensées de Yanosa à ce moment précis, la transcription n'aurait pas été très éloignée de ces quelques mots, qui transmettaient bien l'idée. Le Nukenin avait beau être encore assez jeune, relativement à l'espérance de vie moyenne de quelqu'un dont le métier ne comportait pas une grande dose de risques, il se prit à se dire que ce jeunot était loin d'être assez vieux pour avoir emmagasiné une quelconque expérience du combat. Le jeune homme en question se leva d'ailleurs, se passant la main dans ses cheveux bruns en bataille et passa à côté du jashiniste en lui accordant un maigre regard presque concupiscent et supérieur.

« Bon, j'te laisse te préparer, moi j'vais faire monter un peu l'ambiance ! »

Sur quoi il sortit, se dirigeant seul vers le couloir de la mort qui menait à l'arène en elle-même. Yanosa, était, de son propre aveu, tout sauf porté sur le protocole et la rigueur lorsqu'il s'agissait d'organiser un tournoi ou un quelconque événement officiel. Pour autant, le fait que son futur adversaire se permette d'entrer seul dans le Colisée souterrain pour attiser la soif du public -et, qui sait, satisfaire ses fans?-, cela lui irrita légèrement les nerfs, lui qui venait de vaincre et de saigner une valeureuse guerrière, qui avait su faire sien les arts du maniement des armes et transcender ses limites physiques pour se protéger. Se tournant alors d'un air perplexe vers l'annonceur qui était resté là à attendre que le jeunot soit hors de portée, le guerrier rouge interrogea du regard l'homme bien en chair, pour qui il n'avait aucun empathie mais qui pouvait peut-être éclairer sa lanterne.

« Kirik. Ce sera ton adversaire. T'inquiètes pas, tu risques rien, le petit sait à peine se battre, par contre...

- Par contre... ?

- Ben... mec, vraiment ça m'embête de te l'annoncer comme ça, tu viens peut-être de loin et t'es pas habitué à tout ça, mais... Tu vas devoir te coucher.

- ... Me quoi ?

- Bon attends j'te fais le tableau : Kirik, c'est le gosse d'un des grands pontes de cette ville, tu piges ? Il lui passe tout, lui accorde tout, lui donne tout. Y compris la victoire automatique et assurée aux tournois de la Salamandre Dorée. Même le public est au courant, tu sais... J'veux dire, là, pour eux, le spectacle est fini, c'est l'épilogue, le terminus, la dernière chanson que tout le monde attend avant de remballer. Pour tout te dire, à partir des phases finales, des mesures sont même prises pour que personne ne puisse quitter le Colisée. Histoire que le gamin se donne pas en spectacle juste devant une poignée d'irréductibles, tu vois... Les autres combattants, les habitués, que t'as pour la plupart envoyé à la morgue ou à l'hôpital, ils ont déjà du le faire, et tu le feras aussi, crois-moi. Sinon... Bah...

- La mort ou la défaite. Tout un programme, dis-moi... Je suis curieux de savoir ce qui se cache sous l'arène en plus des dents de sabre...

- Ola, crois-moi, t'as pas envie de savoir mon gars. Non sans déconner, joue le jeu, fais semblant d'échanger quelques coups un peu sérieusement et couche-toi après deux ou trois minutes. C'est ce que t'as de mieux à faire. Et puis, la récompense te revient hein bien sûr ! En coulisse, évidemment, mais elle sera à toi. On aurait bien du mal à refaire venir les habitués sinon...

- Bien, bien... Nous verrons ce que tout ça va donner.

- Hey, tu... »

Ignorant la remarque à venir de l'annonceur du tournoi, Yanosa se tournait déjà vers le couloir sombre et imprégné de l'odeur du sang qui le mènerait à Kirik. Le championnat était malheureusement déjà terminé pour le Nukenin, qui ne pouvait donc espérer quoi que ce soit de sa rencontrer avec ce fils à papa complètement bouffi d'orgueil et d'argent. Une déception... qu'il pourrait bien finir par transformer en un jeu macabre et on ne peut plus intéressant pour les habitants de cette cité prospère et dictatoriale. L'idée faisant son chemin dans sa caboche, Yanosa accorda quelques mots de plus à l'annonceur, qui le suivrait de toute façon mais qu'il voyait sans doute dans le cadre privé pour la dernière fois.

« Si j'étais toi... Je ferais en sorte de m'éloigner de ce Colisée. Sauf, bien sûr, si prendre part à une révolution d'envergure pour ta cité ne te fait pas peur... »

Un sourire narquois au bout des lèvres, Yanosa laissa ses aspirations carnassières et destructrices remonter à la surface. Plus question de se tester lui-même ou de s'imposer des contraintes, désormais...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyMar 31 Déc 2013 - 3:00

A la fois confiant et ignorant totalement ce que sa manoeuvre allait donner, Yanosa emprunta le long couloir plongé dans la pénombre pour rejoindre Kirik dans l'arène. Ce petit fils à papa, qui s'était construit un orgueil et une pseudo réputation dans cette cité dirigée vraisemblablement en grande partie par son paternel, pensait accueillir un énième combattant aisément corruptible et manipulable qui accepterait les termes d'un marché qu'il ne se sentait même pas capable d'énoncer lui-même à ses opposants. Le Nukenin se demandait dans quelle mesure les habitants de la ville pouvait abhorrer ce jeune homme, qui baignait dans ses richesses et se permettait tous les caprices. En faisant son entrée dans le Colisée, le guerrier rouge put observer cette manifestation grotesque d'autosatisfaction, Kirik levant les bras vers la foule qui, cela se sentait, réagissait un minimum sans doute sous la contrainte de quelques gorilles en coulisse. Le jeunot invitait l'assistance à le scander, peut-être convaincu par ses propres mensonges et certain que ses ouailles l'appréciaient vraiment. Pitoyable.

S'approchant du fils à papa par derrière, suivi et surveillé de près par l'annonceur qui devait certainement se douter de quelque chose sans pouvoir en être sûr, le guerrier rouge n'attendit pas que le combat soit officiellement lancé. Posant sa main droite sur l'épaule de Kirik pour attirer immédiatement son attention, un grand sourire faussement amical sur les lèvre, le jashiniste décocha un direct du gauche directement dans sa petite mine de pucelle, l'envoyant dans les roses et arrachant de son visage ce faciès suffisant. Il suffit de ce simple geste pour provoquer dans tous le Colisée souterrain un tôlée qui remplit les lieux de bruits et d'agitation. En tout sens dans les gradins, la cohue s'était muée en pure excitation et dans l'arène une demie douzaine de gardes en armures légères s'étaient avancés, sortant des ombres et de cachettes savamment dissimulées dans les parois du puits dédié au combat. Au sol, crachant ses dents et se relevant en gesticulant comme un macaque, Kirik fulminait.

« Enfoiré ! Tu t'crois où, hein ? Tu vas crever enflure, c'est moi qui t'le dis ! Mon père va t'faire écarteler après t'avoir coupé les couilles, t'entends ! Tu vas morfler !!

- Cause toujours. Tiens-toi tranquille si tu veux pas que je t'en remette une.

- Tu piges pas ?? T'es mort ! Les hommes de mon père vont te massacrer ! Tu sortiras jamais d'ici vivant ! »

Sur quoi, ignorant complètement la menace représentée par les hommes de mains du grand manitou des lieux qui commençaient à l'encercler, Yanosa décrocha un nouveau taquet au jeune Kirik, l'envoyant une fois de plus au sol pour le faire taire et le placer sous sa domination une fois de plus, aux yeux de tous. Dans l'assistance, l'excitation était à son comble... Restait à voir pour le Nukenin s'il allait pouvoir la canaliser comme il l'entendait. Faisant porter sa voix autant qu'il le put en l'amplifiant avec du chakra, Yanosa s'adressa alors à tous les habitants cloisonnés dans le Colisée.

« Hommes et femmes, habitants de cette cité !! Écoutez-moi ! L'heure est venue pour vous... De prendre votre destin en main ! »

Un silence tout relatif figea la scène, Yanosa se plaçant comme l'épicentre d'un séisme à venir.

« Cet homme, que l'on force à aduler, dont on vous force à scander le nom... Ce symbole de votre asservissement au pouvoir qui vous oppresse et vous parque dans vos maisons comme des animaux... Je peux le tuer, pour vous, ce soir !! »

Comme pour joindre l'acte à la parole, Yanosa attrapa Kirik par le col pour le redresser, faisant bien comprendre du regard à tous les gardes autours de lui qu'il était prêt à le supprimer dans l'instant au moindre geste qui ne lui conviendrait pas. Il reprit ensuite tout de go.

« Ce choix ne revient qu'à vous, je vous le laisse... Ce que je vous offre en plus, en revanche... C'est la mort de tous ces hommes en armure qui pensent pouvoir contenir une foule de plusieurs centaines, voir de milliers de personnes..! Aussitôt votre choix prononcé à l'unisson... Je les anéantirai quoi qu'il arrive... »

Bouche-bée. Incrédule. En un mot, sous le choc. Ainsi aurait-on pu qualifier l'état du public, qui se transformait en acteur potentiel d'une révolution locale en marche. Toisant toute l'assistance du regard malgré sa position précaire et géographiquement inférieure, Yanosa osait croire en la réussite de son putsch improvisé, qui allait il le sentait donner lieu à des péripéties inédites...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyJeu 2 Jan 2014 - 14:12

Les gardes en armure se regardaient d'un air perplexe, hésitant entre un début de panique et une irrépressible envie de rire au nez du jashiniste qui posait ainsi son ultimatum à toute l'assemblée, en condamnant certains à la mort et offrant une nouvelle forme de liberté aux autres. Yanosa, lui, restait confiant malgré le caractère très impulsif et aléatoire de sa demande, exigeant presque aux habitants parqués dans le Colisée, sous couvert de leur laisser le choix, de se révolter contre l'ordre établi. Kirik toujours fermement tenu entre ses doigts qui enserraient désormais son cou juste assez fort pour le faire taire, le Nukenin fit preuve de patience... Observant ci et là les réactions, s'attendant pourquoi pas à ce que les dirigeants de l'ombre de cette cité daignent se présenter pour désamorcer ce qui se présentait comme une crise. La foule, pour le moment, restait presque immobile dans les gradins... Se retournant tantôt pour regarder les gardes, largement inférieurs en nombre, qui s'étaient précipités dans leur dos pour leur couper toute retraite, tantôt pour vérifier qu'aucune sortie ne s'offrait à eux. Fuir un problème représentait en effet pour certain la façon la plus aisée d'en venir à bout, mais en l'occurrence, chaque personne dans ce huit clos devrait faire son choix, et vite, avant que Yanosa ne commence à tailler dans le gras.

Puis une étincelle de rébellion survint. Un homme seul, bientôt rejoint par la petite dizaine de camarades qu'il avait autours de lui, se précipitèrent sur les deux gardes les plus proches, piqués au vif par les propos du Nukenin et par l'oppression évidente dont ils étaient victimes, prisonniers de leur lieu de loisir de prédilection. Enorgueilli par l'ambiance de pugilat qui régnait en ces lieux voués au combat, les quelques hommes et femmes qui s'étaient jetés sur leur geôliers furent bientôt rejoint par quelques autres, puis encore quelques-uns. Et alors que cette marée humaine semblait s'étendre à partir de cet épicentre, d'autre foyers de rébellion se déclaraient un peu partout dans les gradins circulaires, les cercles de résistants se rejoignant peu à peu pour finalement ne former qu'un seul et même soulèvement populaire, induit par le guerrier rouge. Des dizaines périrent bien sûr sous les coups de lances et d'épée des gardes, qui vendirent chèrement leur peau pour ceux qui eurent le courage de garder leur position, mais le sacrifice de certains permettaient aux autres d'engloutir les soldats mercenaires sous le flot de leur nombre et de leur férocité. Une combativité nouvelle qui découlait de l'effet de groupe, rendant chacun d'entre eux invulnérable d'esprit et prêt à tout pour se libérer de ces chaînes invisibles. Au lieu d'être guidé et manipulé par les desseins d'un homme seul ou d'un petit groupe d'individus, les habitants de cette cité étaient à présent esclaves de leurs propres instincts et de leur besoin animal de liberté et d'indépendance, un état d'esprit passager qui était en général rapidement succédé par une forme de logique pragmatique et de conservation, des sentiments que le jashiniste avait pour objectif de faire disparaître à tout jamais de la surface de la Terre.

Mais pour l'heure, ce petit succès suffit amplement au guerrier rouge pour lui donner d'autant plus de cœur à l'ouvrage. Profitant de la cohue et de l'indescriptible chaos qui régnait dans les gradins, il ouvrit rapidement les deux premières Portes Célestes et se jeta à corps perdu dans la mêlée au niveau de l'arène proprement dite, envoyant au sol deux, puis trois et enfin quatre premiers gardes en un seul enchaînement meurtrier, faisant mouche à chaque fois en frappant la carotide ou l'arrière de la nuque. Puis le ballet prit de l'ampleur, tandis qu'il se mit à esquiver avec maestria les attaques grossières et désordonnées de la petite vingtaine de gardes qu'il accaparait à lui tout seul. Sa maîtrise du champ de bataille inspira même quelques individus encore frileux à l'idée de s'investir pleinement dans ce soulèvement d'envergure, galvanisant les troupes, pour ainsi dire, en inspirant en eux la rage du combat. Moins d'une minute, c'est ce qu'il fallut au Nukenin pour finir de redécorer l'arène en champ de cadavres, certains répandant abondamment leur sang sur le sol et d'autres convulsant une dernière fois après s'être fait briser tous les os. Il put alors contempler avec une joie redoublée l'ampleur qu'avait prise la révolte, qui devait probablement déjà s'étendre à l'extérieur de l'enceinte de la Salamandre Dorée. Profitant du flux de chakra offert par la Porte de la Guérison, Yanosa fila à travers les couloirs par lesquels il était entré, rejoignant rapidement le vestiaire des pugilistes et remontant la série d'escaliers miteux qu'il avait du emprunter pour atteindre les profondeurs de ce Colisée souterrain.

De lourds grondements se faisaient déjà entendre à la surface. Des cris aussi. Yanosa dut alors mûrir la question... Se devait-il d'accompagner tout ces gens encore plus avant sur le chemin de la révolution, ou devait-il s'éclipser pour laisser faire les choses ?


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Samui Ryûga
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ EmptyVen 3 Jan 2014 - 16:59

A mesure qu'il remontait à la surface, Yanosa pouvait capter de plus en plus de bruits et de sons divers, le crissement de l'acier résonnant à travers les coursives et trahissant la violence des affrontements qui avait commencé à gagner les rues. Lorsque la lumière des chandelles s'offrit à nouveau aux yeux du jashiniste, le spectacle qu'il avait mis en branle dans l'arène souterraine fit de même: le vestibule par lequel il était entré dans le bâtiment était désert, l'agitation et le feu s'étendant à l'extérieur. Quelques cadavres jonchaient le hall, autant de gardes que de civils. C'était un ratio raisonnable, quand on considérait le gros avantage numérique des habitants de la cité dont le Nukenin ne connaissait même pas le nom. Mais la rébellion était loin d'être terminée ou pliée pour autant. Au loin dans les grandes avenues, alors que quelques retardataires couraient en tout sens pour investir les petites ruelles ou se réfugier chez eux pour laisser passer la tempête, la garde civile s'était en effet organisée après que l'alerte fut donnée et barrait à présent les rues, toutes lances dehors et prêts à servir leurs maîtres.

Sautant rapidement sur les toits pour avoir une meilleure vue de la situation, Yanosa constata rapidement que l'élan initial de la révolte qu'il avait lancé en prenant Kirik en otage s'était déjà brisé sur les lignes organisées de ce qui semblait être toute la garnison de la cité, sortie pour l'occasion du grand palais et de ses annexes que l'on pouvait apercevoir au loin. Le palais en question était tout aussi plat que le reste des bâtiments qui composaient la ville, mais le guerrier rouge ne doutait pas qu'à l'image de la Salamandre Dorée, il disposait d'extensions souterraines assez impressionnantes. Rejoignant en quatrième vitesse la « ligne de front » qui s'était crée plus loin dans le quartier, Yanosa songea qu'il aurait bien fait d'emmener Kirik avec lui, quitte à le trainer inconscient sur son dos, pour disposer de sa sainte présence et pouvoir exercer un coup de pression sur son paternel, qui pouvait se sentir relativement à l'abri derrière ses rangées de soldats et sa forteresse en sous-sol. La question de son investissement dans cette affaire se posa donc à nouveau et, comme pour expliciter ce dilemme, quelques regards hagards se dirigèrent vers le Nukenin, attendant presque de lui qu'il dispense la bonne parole comme un prophète. Fonction qui ne seyait qu'à moitié au principal intéressé, malgré son côté prosélyte, qui ne voyait pas vraiment ce qu'il pouvait faire de plus pour les habitants de la ville.

Combattre à leur côté contre leurs oppresseurs en se faisant leur libérateur ? Ce n'était pas son rôle ni sa fonction. Aller assassiner le ou les grands pontes de cette cité qui vivait en autarcie sociale complète ? Cela le contenterait certainement sur l'instant, mais n'apporterait rien à ces milliers d'habitants qui défoulaient toutes leurs pulsions et leur frustration en ce jour d'émancipation populaire et qui devaient se confectionner leur propre voie. Il avait mis le feu, mais son entretient, il n'en était pas responsable, et il lui rendrait même service en le laissant se charger de sa propre flamme. Observant la situation, tous ces regards qui en contrebas commençaient à se tourner vers lui en quête de réponses, Yanosa se dit malgré tout qu'un petit coup de pouce ne serait pas de trop pour relancer la machine et permettre aux civils encore pleins de coeur à l'ouvrage d'avoir leur chance dans cette lutte sociale à grande échelle. S'élançant au dessus des lignes de gardes au devant de la masse de civils, composées de trois rangées de soldats en armures légères et armés de lances, le guerrier rouge atterrit aisément dans le dos de la ligne de défense des gardes, les prenant à revers et par surprise. Profitant de ces conditions favorables, le jashiniste envoyant son poing et ses pieds dans la figure des soldats nombreux mais mal entraînés pour pratiquer une brèche, envoyant certains corps valser dans les airs à coup d'uppercuts et dansant au milieu des lances pour éviter les attaques grossières et désespérées des soldats. Sans aucun mal, Yanosa permit donc à un flot d'habitants en colère d'investir les quartiers auparavant protégés, les civils se précipitant autours du guerrier rouge pour passer dans son dos et poursuivre leur route véhémente.

Regagnant les toits d'un bond, le Nukenin estima que c'en était assez pour lui. Lui qui avait simplement souhaité se dégourdir en participant à une série de joutes intéressantes, il avait à la fois été servi et frustré par les à-côtés de cette opportunité inattendue. Il lui fallait toutefois à présent se retirer, rentrer à Yuki no Kuni, et reprendre ses recherches, qu'il avait déjà laissé de côté depuis trop longtemps. S'exfiltrant de la cité à feu et à sang, Yanosa relâcha la tension dans ses muscles une fois arrivé à bonne distance la grande agglomération, qu'il aurait plaisir à revisiter quelques mois plus tard...


Les Joies du Pugilat ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

Les Joies du Pugilat ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Joies du Pugilat ~ Les Joies du Pugilat ~ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Joies du Pugilat ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Passé & Lettres :: Flashbacks-