N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 [MD] Les bancs de l'académie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Tôhatsu Sakutarô
Tôhatsu Sakutarô
Informations
Grade : Nukenin de rang C
Messages : 92
Rang : C

[MD] Les bancs de l'académie Empty
Message(#) Sujet: [MD] Les bancs de l'académie [MD] Les bancs de l'académie EmptyVen 24 Mai 2013 - 21:04

    Ordre de Mission:
     

    La porte glissa sur le côté et immédiatement, les deux jeunes garçons cessèrent de se pincer les joues, furieux, et la jeune fille souleva son regard de son livre, faussement intéressée.
    Ils regardaient tous trois, fébriles, l'entrée. Ils regardaient, tous trois, passer Yamada Kanshi sa tête, les yeux mi-clos, le poing serré. Ils regardaient, tous trois, tomber l'efface pleine de craie, qui rebondit sur la tête de Kanshi et lui laissa un rigolo nuage blanc le saupoudrer de...

    Rires de la part des deux garçons, qui s'écroulaient au sol, se bidonnant drôlement trop,
    crampés1. Difficile de faire mieux, la fillette lâcha un pfff de désintéressement le plus total avant de replonger dans son bouquin.
    Kanshi était stupéfait et très gêné, planté devant la porte, sur le bord des larmes. Il ne savait pas quoi trop penser de cette mauvaise blague. Son ordre de mission chiffonné dans sa poigne crispée, Kanshi tourna des talons et posa une main sur la porte. Il ne voulait pas rester, alors que les rires montaient en Oh voyant le départ du nouvelle arrivé, alors qu'une veine se gonflait à la tempe de celle qui commençait à lire à voix haute, pour se concentrer. Mais, comme toujours, le genin hésitait, sa main tremblante faisant claquer la porte sur son rail.
    Les gamins, désagréables, finirent par réussir à se relever, les sourires toujours sur le bord des lèvres et avancèrent, bras dessus bras dessous, comme un couple de garnements soudés. En fait, ils étaient jumeaux...
    L'un portait un bandeau rouge à son front, l'autre un bandeau bleu. Mis à part, ils n'étaient pas reconnaissables. La fillette, elle, avait les cheveux mauves, ramenés en chignon serré, ne faisant pas son âge... Ils avaient quoi, dix, onze ans max ?

    Celui au bandeau rouge tira un peu sur la cape de Kanshi, l'air de dire : « c'est qu'il va pleurer ? » Ce fut celui au bandeau bleu qui parla.


      - Dîtes, il est où not' prof' à nous ? Hein monsieur j'mange-d'la-craie ?

    Son frère se mit à pouffer, une main mesquine devant les lèvres. Le bleu poursuivait, vilain.

      - Dîtes, vous voulez bien vous pousser de là, qu'on replace l'efface et qu'on nettoie un peu, avant que not' prof à nous arrive ? C'est qu'on voudrait rire encore.

    Le rouge bouscula Kanshi, de son petit coude, insolent, et récupéra l'objet. Au passage, il étampa une belle marque blanche sur la cape noir suie du genin. Les deux éclatèrent de rire, puis se mirent à courir, les bras écartés, comme des oiseaux. Cependant, il se lançait des shurikens avec le son de leurs bouches. La fillette secoua la tête de gauche à droite, désapprouvant le comportement de ses partenaires.

    Kanshi, la main toujours sur la porte, hésitait encore plus. Mais il n'avait pas vraiment le choix. De plus, sa soeur lui disait toujours que comme enfant, il n'y avait pas plus épouvantable qu'il avait été. Alors sûrement qu'il pourrait surpasser ce mauvais moment...
    Il fit glisser silencieusement la porte, de sorte à ne même pas déranger le vol d'une mouche. Les deux gamins tournaient encore en rond tandis que... Où était passé la fille ?
    Kanshi s'affola !

    Alors qu'il avait la dure tâche de les occuper, de les surveiller, peut-être même de leur enseigner, une des enfants venaient de quitter la classe, sans qu'il ne sache comment. Embarrassé et tout rouge, le genin ouvrit la porte avec fracas — au diable la mouche ! —, fit un pas dans le couloir sous le regard interrogé des jumeaux et commença se répéter sa phrase fétiche pour le retour du professeur.
    On tira sur sa cape.

    Il baissa le regard.

    Elle était là, avec son chignon mauve, son bouquin contre son coeur et ses lunettes remontées. Kanshi poussa un très long soupir.
    Elle lui fit mine de se pencher. Il s'agenouilla. Elle lui fit mine de se rapprocher. Il lui présenta son oreille. Elle déposa son livre au sol avant de pointer d'un doigt les jumeaux d'une main et de l'autre, s'en servant comme d'un écran, masquer ses lèvres qui se rapprochaient.
    Ce n'était pas si mal que ça, après tout. Sur trois, il n'avait que deux turbulents élèves. S'il s'efforçait de les ignorer — il s'en excusait d'avance — il pourrait de concentrer seulement sur cette gentille et petite fille...


      - D-désolé... peux-tu répéter ?

    Elle lui chuchota de nouv... Lui bava dans l'oreille !

    D'un saut, elle recula, un long rire haut perché sortant de sa gorge. D'une pirouette maîtrisée, elle se réceptionna sur un bureau, et d'une pose féminine poussée pour son âge, pointait du doigt Kanshi, complètement désorienté. D'un claquement de doigt, les deux jumeaux vinrent à ses pieds et les trois prirent une nouvelle pose, excentrique au possible. La fille enchaîna :


      - Nous sommes les Victorieux Intelligents du Lac des Enfers des Serpents... (V.I.L.E.S., Kanshi avait compris) ...et nul ne peut nous enseigner ! Transformation !

    Synchronisés, les trois étudiants joignirent leurs mains en sceau et des cercles de chakra de dessinèrent au sol, avant de s'évaporer dans un nuage de fumée que le Yamada chassa à grande peine en moulinant des bras.

    Trois silhouettes adultes se détachaient dans la brume grise. Sur son bureau, d'un déhanchement sensuel, la jeune fille avait laissé place à une femme en petite tenue. Les deux garçons portaient maintenant l'afro, des lunettes fumées et pointaient les attributs de la petite chef.
    Ils étaient complètement obscènes !
    Mais cela faisait son effet sur Kanshi, qui saigna du nez et recula, glissa et s'échoua sur son cul. Aussitôt, les trois gamins reprirent leurs apparences normales.


      - Dispersion !

    L'ordre donné par la bras de la fillette qui s'abaissait, les jumeaux ne se firent pas prier et gambadèrent un peu, firent les beaux, avant de foncer vers la porte, passer par dessus Kanshi qui était encore sonné et fuir, fuir, fuir très loin. Quant à la jeune fille, elle récupéra son livre, ouvrit la fenêtre et accroupis sur son bord, fit un clin d'oeil et tira la langue au Yamada, qui la regardait, impuissant.

      - Aujourd'hui, c'est journée libre ! Yipaa !

    Puis elle sauta, disparaissant telle le parfait petit ninja.

    _____________________

    1 : cramper de rire, expression québécoise que j'affectionne. Signifie avoir des crampes de douleur tellement on rit.
Revenir en haut Aller en bas
 

[MD] Les bancs de l'académie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Palais du Conseil Souverain :: Académie-