N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Empty
Message(#) Sujet: Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] EmptyMer 22 Mai 2013 - 21:51

Interrompu dans son travail par Mogura, Daiki releva sa tête et fixa la jeune fille qui se présenta à lui en débutant par une remarque sur sa forme. Elle commençait déjà ! Il s’apprêtait à faire une remarque mais elle enchaîna directement sur l’objet de sa venue. Et cela lui coupa l’envie de s’attarder sur les détails. Apparemment Aburame Miko avait un cadeau pour lui. C’était quoi encore ce délire ?! Puis ce qu’il pensait être une farce se précisa. La Kusajin qui s’était opposé à son équipe diplomatique était ici ?! Intéressant. D’après les rapports, elle s’était mise à attaquer Mogura lorsque cette dernière s’était interposée pour remplir la mission que Raki ne tenait pas à accomplir selon les ordres. Une affaire qu’il règlerait sous peu de toute façon. Mais la présence de cette kunoichi était assez étrange. Il remercia la jeune demoiselle pour ses renseignements et il la renvoya poliment pour se retrouver un instant tout seul.

L’Aburame avait fait mine qu’elle ne l’amenait pas à lui. Enfin pas à l’Hokage. Un petit jeu de rôle amusant en effet. Et qui pouvait se montrer instructif. Alors qu’il observait l’extérieur, figé sous une couche de givre, il réfléchissait. Qu’est-ce que cette femme espérait en venant ici ? D’abord elle s’opposait à eux et s’attaquait à un membre de la Feuille. Une chose qui énervait Daiki au plus haut point d’ailleurs. Lever la main sur un Konohajin était un geste impardonnable pour lui qui devait entraîner certaines conséquences. Pour que la Kusajin se présente au village, elle devait avoir quelque chose à dire, matière à parlementer en tout cas. De toute façon, il serait vite fixé. Il commença à se préparer pour recevoir son invitée.

Comme il n’était pas censé être reconnu, il se dit qu’un peu de déguisement ne lui ferait pas de mal. Il se dirigea vers la penderie où était rangé quelques affaires de rechange ainsi que ses vêtements de cérémonie. Il fouilla un peu avant de tomber sur ce qu’il cherchait. Il tira de l’armoire un ensemble noir qu’il enfila. Les vêtements étaient bardés de protection en métal. Il attacha une ceinture ou pendait mollement un sabre. Il le retira. Cela ne lui serait guères utile. Il comptait de toute façon demander à Miko de rester avec lui au cas où. Ses capacités pouvaient s’avérer utiles. Il doutait encore de cet entretien et de la tournure des évènements. De ce qu’il avait pu apprendre suite à la mission menée par l’équipe de Raki, la hargne avec laquelle cette femme s’était acharnée sur Mogura était féroce. Venir ainsi au village de cette dernière pour la croiser à l’entrée en plus, c’était bizarre et il se méfiait. Mais arriver armé était un manque de tact flagrant. Il laissa donc le sabre sur son bureau alors qu’il ajoutait la dernière touche à son costume. Son vieux masque d’ANBU. Même pas poussiéreux. Il le plaça sur son visage pour redevenir, l’espace d’un instant, le Renard.

Une fois apprêté, il se dirigea vers la salle de réunion. Miko ne ferait pas l’erreur de l’amener ici. la salle de réunion où s’était déroulé la mission diplomatique avec Kumo serait l’idéal pour la discussion. Il descendit donc un escalier et traversa de nombreux couloirs avant d’arriver à sa destination finale. La porte était légèrement entrouverte. Il poussa le battant et fit son entrée dans la pièce. Il reconnut Miko qui le regarda et resta neutre face à son déguisement. L’avait-elle reconnu au moins ? Oui quand même. En revanche il gardait l’anonymat pour son invitée. Un visage de porcelaine. C’est tout ce qu’il retenu d’elle. Il évita de s’attarder sur son apparence de toute façon. Il se contenta d’aller tirer une chaise pour s’installer et placer un bloc-notes et un crayon à la place qu’il avait choisi. Il avait pris le soin de prendre ce matériel avant de quitter son bureau. Un petit plus pour sa prestation d’acteur. Il se rendit ensuite auprès de Miko pour la remercier. A travers le masque, l’échange de regard fut suffisant. Elle comptait rester ici. Ce qu’il souhaitait. Il n’ajouta rien. Il allait rejoindre sa place devant la Nukenin lorsque l’Aburame l’arrêta en s'adressant à lui :

Elle est arrivée masquée. Elle demandait à parler à un responsable, Daiki

Ce à quoi Daiki répondit immédiatement par un :

Merci beaucoup pour ses rensignements. Le Godaime attend que vous lui fassiez votre rapport mais nous irons le voir tous les deux une fois cet entretien terminé.

Puis il s’installa tranquillement à sa place. Son ton avait été léger et empreint d’une certaine amabilité. Il ouvrit son calepin et commença à écrire la date. Puis il releva la tête pour fixer la demoiselle. Il finit enfin par prendre la parole après un laps de temps à chercher son regard :

Bien le bonjour chère Kusajin. Avant tout je me présente. Daiki, chargé des affaires étrangères. Enfin si je puis dire puisque votre nation d’origine n’est pas si étrangère pour nous maintenant. Nous avons eu vent de votre souhait de vous entretenir d’une affaire urgente. Je suis le mieux placé pour y répondre alors je vous écoute.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Majora no Kamen
Majora no Kamen
Informations
Messages : 305
Rang : C

Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Empty
Message(#) Sujet: Re: Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] EmptyJeu 23 Mai 2013 - 0:20

    Combien de temps à attendre là, les coudes sur la table et les mains croisées à scruter le vide de la pièce ? Trop de temps qu'aurait attendu une femme pour pouvoir accoucher, mais très peu pour une Nukenin. Elle n'avais pas eu à attendre dans une geôle, au moins. Le problème avec le temps, c'est qu'il laisse le temps à l'esprit de prendre du temps. En prenant du temps, l'esprit travail, l'esprit analyse, l'esprit s'invente des choix. Le problème du choix, c'est le choix en lui-même. Chaque choix a une répercussion, basique notion du cause à effet. On peut également croire en un dieu, ou en Dieu. Mais pour la Nukenin, impossible de savoir si il y avait un Dieu et de quel côté il se placerait. Toujours pour la Nukenin, il était assez difficile de penser à un éventuel Destin. Pourquoi ? Parce qu'on est jamais sûr, et qu'elle, le dilemme, elle n'aimait pas. Sa couverture, son rôle, tout ça, elle connaissait. Sa prestation, elle serait digne d'une Nukenin ayant passé des années dans un monde où le mensonge est roi. Mais... si jamais ? C'est une question à laquelle le vide de la salle ne répondit pas. Puis, on entra.

    Toujours impassible, elle laissa les paroles sortir des bouches, elle laissa Daiki se présenter comme elle avait laissé la Jonin dans son coin. Qui qu'il soit, ça ne changerait rien. Le "Godaime" saurait, et ça, elle le savait. Le premier Acte avait été joué, venait de se terminer au moment où elle était entrée dans cette pièce. La situation était posée, et vous, mes chers lecteurs, vous savez de quoi il en retourne. Le second Acte allait être décisif. Il serait peut-être un peu plus court, mais aussi important, car il faut former un tout, et qu'un puzzle n'est jamais complété si il manque une pièce. Aussi, je vais vous demander de suivre les prochaines scènes avec la même patience dont vous êtes entrain de faire preuve à ce moment très incertain où Zassou tend la main à "Daiki" pour le saluer, histoire de rester dans les formes.

    -Bonjour, je suis Tôhatsu Hogosha, descendante du clan Tôhatsu et actuelle ressortissante Kusajin.

    Pour le moment, le rapport de la mission l'attesterait, si rapport il y avait.

    -Avant de rentrer dans le vif du sujet, il me faut vous conter une partie de mon histoire, car cette affaire dont nous avons à parler ne peut pas en être dissociée. Bien. Elle marqua un petit temps. Pendant la Grande Guerre, à l'époque où les villages n'existaient pas, je me suis enrôlée dans les troupes pro-Kusajin où l'on m'a gradé lieutenant. J'avais une escouade sous mes ordres, et nous effectuions les missions qui nous étaient demandées. A l'époque tout comme aujourd'hui, j'aimais mon pays, et c'est la raison pour laquelle j'ai accepté de lutter au péril de ma vie face aux deux armées que vous devez bien connaitre... Puis, une fois la guerre terminée, notre armée s'est dissoute et nous avons commencé à errer, à décrocher les contrats qui nous permettaient de vivre, mais qui empoisonnaient nos terres. Je parle pour Kusa, mais ce fut le cas partout. Nous étions ce que vous appelez des Nukenin. Plus les années passaient, plus nos nations s'empoisonnaient. En fait, il n'y avait que les grands pays qui s'en sortaient. Ensuite, il n'y a pas si longtemps, on m'a contacté. Un autre contrat. Celui-ci me demandait de trahir ce pour quoi je m'étais battue, ce pour quoi je vivais. On m'a dit qu'un homme avait dérobé un sabre dont vous ne pouvez pas imaginer la valeur sentimentale. Chaque Kusajin un minimum patriotique sait ce que ce sabre représente. Et on m'a demandé de protéger l'homme qui l'avait volé. Très bien, après tout, l'ordre indiquait l'emplacement, et je m'y suis rendu. Arrivée là, je trouve trois shinobis, des Konohajin. Je ne vais pas vous mentir, tout s'est très bien passé jusqu'au moment où l'un d'eux, a... comment dire... montré tant de mépris pour ma nation, a craché tant de venin que le seul nom de Konoha m'a donné envie de vomir. Cependant, parmi vos hommes, il y en avait un, le supérieur, qui me comprenait, qui essayait de calmer les ardeurs. Visiblement, je m'étais trompée sur le compte de votre village. Mais la même personne qui venait d'insulter ma patrie m'a, à l'aide de sa comparse, subtilisé mon héritage culturel, et je n'ai pas supporté.

    Elle marqua un autre temps d'arrêt.

    -Je ne viens pas ici pour me justifier ou pour déterrer cette affaire, ne vous inquiétez pas. Ensuite, les deux prennent la fuite, le sabre dans les mains et il ne reste plus que leur supérieur. Son discours, sa façon d'être et le recul pris sur la situation m'ont fait me rendre compte que mon rôle n'était pas celui d'une Nukenin qui, par le biais de contrat, sauve un de ses compatriotes mais en supprime dix au final, merci les répercussions, les trafics, et toutes sortes de choses dont vous devez bien imaginer la nature. Aussi, en apprenant par le biais de vos shinobis que votre village se présentait non pas en tant qu'envahisseur mais bien en tant qu'allié, j'ai réfléchi. En restant Nukenin, je ne peux pas aider mon pays, mais, en venant vers vous, ses alliés, alors j'ai une chance. Et je ne parle pas que de Kusa, mais de l'ensemble des pays neutres, car, je pense que l'état d'esprit de cet officier qui m'a parlé reflète celui de votre village. J'ose espérer que les affronts de sa subalterne sont le fruit de son manque d'expérience, nous sommes tous passé par là. Mais j'ose espérer que je ne me trompe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Empty
Message(#) Sujet: Re: Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] EmptyDim 9 Juin 2013 - 13:39

La Kusajin commença son récit et Daiki se contenta d’écouter attentivement ce qui se disait. Il prenait parfois la peine de prendre quelques mots en note même s’il gardait une oreille attentive pour les dires de la demoiselle. Elle lui raconta son histoire car l’affaire qui la menait à venir ici aujourd’hui était en lien avec son passé. Daiki ne s’opposa pas à écouter un peu de son histoire et à en retenir les détails. Même s’il était concentré là-dessus, son esprit d’analyse ne manquait pas de se mettre en marche. Il décortiquait chaque phrase pour voir s’il n’avait pas quelque chose de plus à en tirer que le récit de l’histoire d’une Nukenin. Et il releva quelques détails au final.

De ce qu’il entendit et de ce qu’il put tirer des mots, la Nukenin avait une rancœur tenace envers les puissances de ce monde pour avoir bataillé sur les terres de ceux que l’on qualifiait de Nukenins et qui par la suite auraient souffert de milles maux. Il retint un rire et se contenta donc de dévoiler ses dents. Encore heureux que le masque était là sinon ça aurait été très impoli. Ces propos le faisaient doucement rire. Il y avait une part de vrai dans ce qu’elle disait. Les nations telles que Kuza ou bien d’autres coincées entre les grandes nations avaient beaucoup soufferts. Mais il ne fallait pas non plus prôner la légitimité de certains actes commis par des Nukenins. Il ne se lancerait pas dans un tel débat dans une période pareille mais il n’en pensait pas moins.

Il garda son attitude de personne à l’écoute de ce qui se disait pour ne pas perdre une miette de ce qui se disait ici, complétant de temps à autre ses notes qui étaient plus là pour le côté jeu d’acteur. Il ne relirait pas cette feuille qui terminerait dans une corbeille dès qu’il serait de retour dans son bureau. Ce qu’il devait savoir et retenir était gravé dans sa tête. Nul besoin de notes tel un écolier qui s’apprête à bûcher sérieusement ce qu’il a pu recopier bêtement après une journée d’école. Le récit de la Kusajin était entrecoupé de pauses qu’il ne transgressait pas pour conforter le fait qu’il écoutait avec attention. Mais vint le moment où elle termina de parler pour en venir au vif du sujet.

De fervente opposante à la mission diplomatique menée par le trio Konohajins comme Daiki avait déjà pu le lire dans le rapport qui lui avait été rendu, elle devenait celle qui souhaitait se rallier à leur cause. La déclaration méritait réflexion. Réflexion qui l’empêcha de répondre immédiatement. Il prenait le temps de peser ce qu’il venait d’entendre pour prendre une décision. Non pas qu’il ait besoin de beaucoup se mouiller pour le moment mais de toute évidence, un avis définitif lui serait demandé sous peu alors il fallait qu’il ait une ligne de conduite et de penser pour le reste de la conversation. Sachant qu’il ne devrait pas non plus se braquer pour laisser libre cours à l’argumentaire de la Nukenin. Même s’il constatait quelques contradictions dans sa réflexion.

Il prenait son temps pour formuler ce qu’il désirait exprimer. Puis ceci fait, il se lança :

Une alliance avec Konoha donc ?! Assez surprenant de la part de quelqu’un qui hait profondément les villages des grandes nations. Du moins c’est ce qu’il transparaît dans vos dires. Vous qui avez dépeints notre nation comme les origines de « l’empoisonnement » de vos terres. Pardonnez mon scepticisme mais comment imaginer que vous serez aptes et disposée à servir la terre que vous critiquiez il y a un instant.

Daiki était resté posé dans ses propos et avait présenté les choses d’une voix aimable et courtoise pour ne pas brusquer son interlocutrice. Au vu du rapport qu’il avait eu l’occasion de voir, un simple mot de travers et vous finissiez couverts de vomi avec de multiples contusions. Mogura était la mieux placée pour en parler !
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Majora no Kamen
Majora no Kamen
Informations
Messages : 305
Rang : C

Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Empty
Message(#) Sujet: Re: Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] EmptyVen 28 Juin 2013 - 20:32


    Plusieurs facteurs qui venaient d'apparaître et s'intercaler entre la Nukenin et son but désiré. Finalement, la chose la plus redoutable était de se faire pincer, mais cela n'était que très peu plausible étant donné la situation, les pistes et le jeu que la Kusajin laissait transparaître. Pourtant, le très grand problème de l’interprétation venait déranger l'industrieuse Zassou dans son combat de mensonge. Du peu qu'elle se souvienne, jamais elle n'avait exprimé sa haine contre les villages cachés, bien que cette dernière soit existante. Mais le Konohajin qui se trouvait en face d'elle, lui, venait de la déceler, ou plutôt, croyait l'avoir décelé. Dans son esprit, rien ne pouvait être sûr, car jamais la haine que portait la Kusajin à Konoha n'avait été citée, aussi, rien n'était perdu. A cette remarque, la Kusajin agita le doigt d'une façon de dire "Non, non, mais laissez-moi chercher une façon de simplifier, de synthétiser.". Elle venait de déballer une bonne quantité d'informations qui, si non analysées avec méthode et attention, pouvaient effectivement porter à confusion.

    -Je ne dis pas cela, au contraire. Je parle d'empoisonnement, ou plutôt d'auto-empoisonnement, les nations mineures formant un tout, le tout étant la racine de cet empoisonnement. C'est un premier point que je me dois d'éclaircir car il est à prendre en compte dans mon développement. Votre vision des nations mineures est peut-être abstraite, je ne le sais pas, mais je sais en revanche qu'elle n'est pas forcément vraie, voire infondée, je le sais. Mais je ne jette pas le blâme, croyez-moi, nous avons à peu près la même vision de vous. Seulement, ma réflexion, m'a fait gagner en lucidité, et j'ai compris deux trois choses. La première, qu'il n'y a pas deux camps, vous et nous. Deuxièmement que, finalement, vous n'êtes pas à l'image de l'idée que vous vous faites de nous, c'est à dire je ne sais quelle sorte de barbares ou peuplade belliqueuse. Non, il y a vous, qui avez vos guerres, les gens normaux, si je puis dire qui sont en quelque sorte les victimes de la troisième catégorie de personne que je qualifierais de "Première catégorie Nukenin", à savoir les parias, et ce allant du simple bandit au plus grand parrain de la mafia qui tient des pays entiers et qui, par le biais de missions, ou autre, fait la guerre pour garder sa place, envahit de nouveaux territoires, etc... mais tout cela, ce n'est pas visible, et c'est ça qui est sans doute dur à admettre.

    Après tant de réalités, et surtout cette première partie qui ne faisait que confirmer les dires du Konohajin -qu'elle haïssait les grandes nations-, elle se devait de faire une pause. Puis, sur un ton très calme, lent presque, elle continua.

    -Mais ces parrains, ces bandits, ce ne sont pas les nations mineures, ce ne sont pas Kusa, Taki, Tori, et cetera en intégralité. Je pense appartenir à ce qu'on peut appeler, et pardonnez-moi du nom peu recherché, "Deuxième catégorie Nukenin", celle qui englobe ceux que la vie oblige à rentrer dans l'engrenage des puissantes ombres du pouvoir. Croyez-moi, le fait que je voue tant d'amour à mon pays n'est pas une menace, car nous autres, réels patriotes, ne voulons que le bien de notre patrie, et vous savez comme moi que le trafic de quelque nature que ce soit, n'est pas bon. Il corrompt, donc il divise, et il fait des shinobis de tous niveaux de vrais dangers pour la paix, l'équilibre et la prospérité. Rares sont les shinobis lucides, conscients de cela car trop attirés par la puissance, et la gloire. Je ne suis pas toute rose, certes, mais si je viens ici, c'est bien par amour pour mon pays, Kusa. Si je viens ici me mettre en danger, car pour le moment je ne suis qu'une curieuse ennemie, ce n'est pas pour faire connaître au monde le nom de Tôhatsu Hogosha, vaillante guerrière qui, un jour, vint affronter le village de la feuille pour une raison qui n'appartenait qu'à elle et qui mourut car c'est le sort réservé aux imprudents.

    Elle avait terminé sur un ton théâtral, et avait fourni à ses dires l'appui de gestes du même registre, afin de rendre cette fin de phrase quelque peu grotesque. Après une courte pause, elle attendit encore un tantinet, après tout peut-être Daiki avait-il de l'humour et applaudirait, afin de reposer les mains sur la table et dire sur le ton qu'appuyait une mine convaincue.

    -Dites-moi si mes dires sont flous, je ne m'invente pas maître dans l'art du discours, et aussi, je peux comprendre que je fasse des fautes de structure, de technique, ou autre. Cependant, la vérité est là, il n'y a que vous pour la saisir.
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Empty
Message(#) Sujet: Re: Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] EmptyMar 9 Juil 2013 - 1:41

Daiki laissa la Nukenin venir apporter des modifications aux présomptions de l’Hokage. Elle revint sur les conclusions qu’il avait tirées pour y apporter un éclairage nouveau. Et plus elle se répandait en explications et plus il se réjouissait. Ce flot de paroles lui apportait un indescriptible plaisir. Il ne se l’expliquait pas tout à fait mais se délectait de cette sensation alors qu’elle partait dans des théories. Son discours était minutieusement pensé malgré ce qu’elle en disait. Il écouta avec attention chaque mot, chaque phrase, chaque parole. Tout cela d’une traite sans apporter d’interruption. Cela aurait été trop bête. Se priver d’une telle réjouissance ! Puis elle en vint enfin à terminer son discours et à se prétendre mauvaise oratrice. Ce sur quoi Daiki réagit d’une façon qui le surprit lui-même mais qui vint naturellement.

Il se leva de son siège et leva ses mains qu’il associa en un mouvement pour applaudir le discours maintenant achevé. Il resta un instant debout à rompre le silence de la pièce du claquement de ses dextres alors qu’il ne quittait pas la Nukenin du regard. En tout cas c’est ce qui passait malgré le masque qu’il gardait depuis le début de l’entretien. Lorsqu’il eut terminé d’applaudir, il reprit place sur son siège. Puis il en vint lui aussi aux mots :

Pardonnez mon incompréhension de tout à l’heure. Vos mots ont sus me remettre les idées au clair et je comprends mieux votre raisonnement. Mais permettez une remarque un peu personnelle, vous ne devriez pas dénigrer vos talents oratoires. Vous avez un vrai talent. Sincèrement.

Daiki tourna la tête vers Miko. Sans le masque, elle aurait vu le visage immensément réjoui et le sourire faussement niais qu’il affichait. Il continua de parler en s’adressant cette fois-ci à l’Aburame garde du corps :

Il me semble que le Godaime serait ravi d’entendre pareilles palabres ! Gardez notre invitée et je me charge d’aller le déranger en personne !

Daiki se releva de nouveau. Mais au lieu de se diriger vers la porte comme ses dires l’indiquaient à la Tôhatsu, il passa derrière son siège pour juste en faire le tour et revenir s’asseoir. Sauf qu’entre temps, il avait porté la main à son visage et ôter son masque qui dissimulait jusque-là ses traits. son visage à présent à découvert, tous voyaient son large sourire aux allures bienveillantes. Mais sa signification était toute autre. Pourtant il se présenta tout de même pour accentuer ce très modeste coup de théâtre :

Hayashi Daiki, Godaime Hokage !

Son sourire resta resplendissant alors qu’il mit de côté le carnet de note présent uniquement pour renforcer le jeu d’acteur. Plus besoin de s’improviser comédien maintenant. Il reprit ainsi la parole :

Vous avez vraiment tort de penser que vous êtes une piètre oratrice. C’était touchant à souhait. Et vos intentions n’en sont que plus nobles c’est remarquable. Cet amour pour votre nation, je le comprends parfaitement. C’est certainement lui qui vous a poussé à vous acharner sur l’un des Konohajins envoyés pour aider votre peuple. L’amour vache dirons-nous.

Il laissa un temps avant de reprendre :

En tout cas votre très aimable proposition me va droit au cœur et je serais ravi de la reconsidérer une fois que vos semblables auront décidés de l’avenir entre nos nations. Comprenez bien que je ne tiens pas à commettre de bavure. De plus, accepter la présence d’une Nukenin ayant sauvagement agressé l’une de mes shinobis, vous comprendrez certainement que par « amour de ma nation », pour vous citer, c’est un peu compliqué. Mais je suis bon prince et je ne tiens pas à me montrer ingrat ou injuste envers vous. Par conséquent…

Daiki se leva de son siège et s’adressa à Miko une nouvelle fois. Et pour la dernière fois pour cet entretien semble-t-il :

Accompagnez notre chère invitée dans une chambre d’hôtel tout confort avec gardes aux fenêtres et aux portes je vous prie.
Ce après quoi il regarda une dernière fois la Tôhatsu à qui il adressa un :

Comprenez bien que Konoha a la réputation d’être une terre d’accueil hospitalière et que je tiens à faire perdurer cette image.
Le sourire qu’il ornait était parfaitement faux et mesquin. Il en avait conscience et le faisait exprès. De toute façon que pouvait-il y perdre ? Rien de toute évidence. Il laissa donc l’Aburame prendre en charge l’invitée Tôhatsu tandis qu’il resta un moment là où s’était tenue cette conversation. L’avenir de cette fille dépendrait de son entretien avec le chef du clan Tôhatsu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Empty
Message(#) Sujet: Re: Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Palais de l'Hokage-