N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Mission #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
Narrateur
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Mission #1 Mission #1 EmptySam 8 Déc 2012 - 11:28

CONQUÊTE DE AME NO KUNI

DIPLOMATIE
    Description de la zone de combat :

      La première chose importante à faire était de libérer les Sabakyô de leur principale prison. Si l'équipe du Myakudou, qui était à l'origine du projet, avait réussi à se rendre jusqu'aux portes de cette dernière, ils furent interpellés par une personne inconnue. Un policier ? Non. Il dégageait un puissant chakra. Même si on ne pouvait en être sûr, il semblait que c'était un homme. Ce dernier portait un masque blanc sans motif, et un tissu à capuche noir au-dessus de ses vêtements aux tons bleus.
      Le combat était-il si inévitable ? Dans tous les cas, l'endroit était désert, il n'y avait qu'un seul bâtiment et ce dernier était la prison qui se trouvait derrière l'homme masqué. Pas un seul obstacle donc.


    Règles :

    • Respectez l'ordre de post.
    • Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le Maître du Jeu viendra poster pour vous laisser une seule et unique fois 24h supplémentaires. Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu de l'Épisode.
    • Chaque personnage a droit à un seul délai de 12h s'il le demande dans le Bureau de SNH.

    • Le pays dans lequel se déroule la conquête est Ame no Kuni, le Pays de la Pluie.
    • Il est environ 5h quand la conquête est lancée, le soleil se lève donc doucement.
    • Ce premier tour est un tour d'introduction, vous devez décrire tout ce qu'il s'est passé jusqu'à maintenant. Pas de technique donc.
    • Même si les réussites des deux missions favorisent la conquête, rien n'est décidé avant le RP de réunion.


    Ordre de post :

    • Myakudou On'
    • Sarutobi Kenzaku
    • Hyûga Kotori
    • Kyoshi Rei


    Bon RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptySam 8 Déc 2012 - 13:06

    Onpu retrouva Ame comme il l'avait souvent connu lors de ses nombreuses missions: sobre et maussade.

    En vertu de l'accord avec Shiro, Konoha s'était agité pour sortir les Sabakyôs de leur paralysie. Peu après la nomination de Suguato, tout s'était accéléré; avec son aide, On' avait monté une équipe, et Iji avait aussi la sienne. Le succès de l'opération allait être dépendant de leur synchronisation, mais la priorité était de faire en sorte qu'il n'arrive rien aux Sabakyôs. Le Yamanaka était chargé de la réussite du coup d'Etat au sens propre: s'il foirait son coup et que On' réussissait le sien, le renversement de pouvoir échouerait mais les Sabkyôs seraient saufs. Si l'inverse se produisait et que le coup d'Etat était réalisé avec brio, alors la libération des prisonniers de la Pluie pouvait éventuellement attendre. Toutefois, un double-échec, et Konoha sombrerait dans une période bien sombre, avec le gouvernement d'Ame à dos ainsi que les Sabakyôs qui leur reprocheraient de ne pas avoir tenus leurs engagements. L'enjeu était de taille.

    De nombreux Konohajins étaient sur le coup, mais le luthier était accompagné de deux personnes. La première était Kotori, son élève; il était d'ailleurs un peu inquiet que Reha ne soit pas là pour canaliser son appréhension, cette dernière ayant été embauchée du côté d'Iji. La deuxième, c'était l'ambassadeur de Konoha à Suna, Sarutobi Kenzaku, réquisitionné pour l'occasion. Il avait eu l'occasion de le rencontrer, et il savait qu'il avait tenu tête à Kenji. Il avait d'ailleurs vu Misory périr ce jour-là... Cette opération, c'était aussi un peu pour elle, car après tout c'était un prolongement d'un projet de la Racine, à l'époque où elle en était la patronne.

    L'aurore approchait, mais le ciel était d'un gris uniforme, ils en rateraient les belles couleurs. Le voyage de nuit n'avait pas été éprouvant, puisqu'ils avaient pu l'anticiper en dormant la journée précédente. Du reste, la batterie d'Onpu était gonflée à bloc, son chakra également. L'idée en agissant à cette heure si matinale était de prendre au dépourvu les gardes de jour qui commenceraient seulement leur travail; il y aurait également assez de lumière pour ne pas être dans le noir total, et s'ils manquaient de discrétion le suiton de Kotori pourrait toujours perturber la vision des ennemis. Ce n'était pas une opération sans risque, car d'après les dires de Shiro le geôlier en charge de la prison était à la botte du Daimyô, et c'était quelqu'un d'impitoyable et de plutôt dangereux.

    Il ne fut pourtant pas le premier à leur barrer la route.

    On' avait pu sentir son empreinte à des kilomètres. Il n'était pas certain, car il en avait rarement croisé, des comme ça. Le dernier en date était un Sennin du clan Samidare. Impossible... rien n'avait commencé, et des monstres de chakra s'opposaient déjà à eux?

    Kotori et Kenzaku étaient à ses côtés, courant avec lui vers la prison. Quand l'inconnu fut visible devant, avec son masque blanc et sobre à l'image du ciel de plâtre au dessus de leur têtes, il en eut finalement le cœur net: cette personne était là pour eux. Le luthier fit signe à ses équipiers de ralentir la cadence. Quelques vingtaines de mètres les séparaient de l'inconnu, et le territoire était trop plat pour qu'ils puissent espérer ne pas être vus.


      - "Restez sur vos gardes, les cocos, fit-il à ses équipiers. C'est un gros morceau qu'on a là-bas. Kotori, tu as dû t'en rendre compte."

    De quel côté était-il? Un défenseur engagé par le Daimyô? En tout cas, il y avait peu de chances pour que ce soit une aide envoyée par Shiro, il ne les aurait pas attendu devant un endroit aussi visible par les gardes que la porte de la prison si cela avait été le cas.

    Quelque soit la situation, le plan était de libérer les prisonniers, et pour ça ils n'allaient bien évidemment pas emprunter la grande porte. En bons shinobis, ils avaient prévu d'escalader les remparts, voire de passer sous terre. Le seul problème, c'était que cet homme était potentiellement un mur à lui tout seul. Il fallait savoir ce qu'il représentait. Cela aurait été totalement stupide de crier "Bonjour, nous venons sauver les Sabakyôs" devant la prison, juste pour voir sa réaction. Après tout, peut-être avait-il simplement un message pour eux.

    On' finit par tourner le regard vers Kenzaku. Cela lui évoqua d'ailleurs une éventualité qu'il n'avait pas envisagée. L'inconnu était encore loin, à moins d'avoir les mêmes oreilles que le luthier il ne pourrait pas entendre ce qu'il allait dire au Sarutobi.


      - "Dis, c'est le genre d'uniforme qu'on croise à Suna?"

    Quelle que soit la provenance de cet homme, s'il avait réussi à savoir que Konoha allait avancer ses pions ce jour-là à cet endroit-là, alors il avait un sacré réseau. On' en tremblait presque. Il était pourtant quasiment certain de n'avoir gaffé nul part dans l'élaboration du plan cette fois-ci.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyLun 10 Déc 2012 - 11:53

Je n'avais pas l'habitude de la chaleur, mais vraiment pas. Depuis quelques temps maintenant, je me trouvais être Ambassadeur de Konoha au village caché de Suna. Mes fonctions étaient assez simple et mon but également : J'étais un otage sur pâtes qui pouvait se balader, libre de faire ce qu'il voulait du moment que je n'entravais pas la trêve entre le sable et la feuille. Du moins, c'était ce que m'avait dit Shiajin Suguato, le nouvel Hokage avant que je ne parte pour ma nouvelle destination accompagné des Sunajins mais surtout de Kenji, shinobis auquel je me méfiais grandement et dont j'éprouvais une forte rancoeur, de part la mort de Misory mais aussi par l'annexion, la soumission de notre village. La guerre avait été un fiasco pour nous mais voilà qu'à présent, Konoha se réveillait. C'était ce que voulait le Sandaime Kazekage et c'était chose faite. J'avais été convoqué dans la plus grande des discrétion dans mon village pour devoir ensuite repartir à Ame no Kuni, lieu de passage entre les deux villages dont je faisais les allés-retours. C'était Aku qui m'en avait informé, c'était lui qui s'occupait de la communiction entre Konoha et Suna. Il m'avait seulement expliqué que j'étais convoqué la bas, rien d'autre. Je n'avais pas été briefé au moment où l'on m'avait convoqué mais je pensais qu'une importante chose allait se passer pour qu'on demande mes services alors que je me trouvais assez éloigné. Ayant obtenu une permission, ce qui se faisait rare, j'avais demandé à Aku de rester au sable. C'était une sécurité pour Suna Gakure no Satô, histoire qu'il sache qu'ils ont toujours quelqu'un en otage. D'un autre côté, ils savaient que le petit Genin comptait beaucoup pour moi et que si je voulais les trahir, je viendrais quand même le chercher. C'était une petite faiblesse pour moi, mais la paix était plus importante. Encore une chose que le Kazekage m'avait expliqué lors de notre première rencontre d'ailleurs, il fallait des sacrifices pour obtenir ce que l'on voulait. Bientôt, des têtes allaient tomber pour la paix, pour nuire et tuer Makka et ce jour viendrait bientôt...

Quoi qu'il en soit, je me trouvais à présent dans le village quel j'avais apprit tout ce que je savais. J'avais vieilli, grandi, mûri. Ma puissance avait également augmenté, mes connaissances du monde s'étaient élargies. J'étais empli de joie de revoir les miens, mes semblables, mes frères d'armes. J'étais enfin de retour à la maison, mais cela allait être de courte période. Un pied mit au sein de l'imposant mur de Konoha Gakure no Satô qu'un shinobi masqué, sûrement de l'Anbu m'accueilli et me dit que je devais me rendre immédiatement en route pour le palais du Yondaime Hokage. J'allais de nouveau le voir cet homme assez étrange. Décidément, à force de me convoquer, j'allais lui demander sa main et là, il aurait une bonne raison pour me voir aussi souvent. Enfin, on ne se voyait pas souvent mais dès qu'il demandait à me parler, c'était dans un but bien précis. Arrivé devant la porte, le Anbu me laissa seul pénétrer dans la pièce. A ma grande non-surprise, rien n'avait changé. Les fenêtres du bureau du Hokage était entre-ouverte mais les volets presque fermé. Tout cela avait été fait en sorte que l'air puisse se renouveler plus ou moins correctement dû à la merde que fumait le chef Konohajin. Par contre, ce qui me surpris, c'était que derrière le bureau, il n'y avait pas un homme assez âgé, les cheveux crasseux et l'air dégueulasse de tout son corps mais un jeune homme qui devait avoir la vingtaine, bien habillé, propre qui me regardait. Entre-temps, le Hokage avait-il changé et je n'en avais pas été mis au courant ? Je n'en savais rien et d'un coup, j'avais perdu tout mes repères. Voyant cela, la personne se tenant derrière le bureau prit la parole en m'expliquant que Suguato était occupé ailleurs et qu'il lui avait demandé de me dire ce qu'il fallait que je sache. Tant pis, ma demande au mariage se ferait plus tard...

Selon ses dires, on m'avait réquisitionné avec tant de prudence car Myakudou On' qui était un Jûnin que j'avais déjà rencontré m'avait demandé de faire partie de son équipe pour une mission assez spécial. Deux équipes avaient en fait été formé, une par Yamanaka Iji, un jeune garçon arrogeant mais très puissant que je connais aussi, et l'autre par mon nouveau chef d'équipe. Ces équipes avaient pour but de répondre à deux ordres de missions différentes mais étroitement liés. Si nous réussissions à remplir ces objectifs, nous allions avoir de puissants alliés à nos côtés : les Sabakyô. Ces derniers étaient réputés dans le monde shinobi en son intégralité pour leur puissant lié à leurs « sceaux maudits » Quoi qu'il en soit, notre but était de libérer ce peuple car ils se trouvaient fermés dans une des plus importantes prisons de tout les temps, la prison de la pluie. Pour se faire, j'allais accompagné On' en ces terres avec une dénommé Hyûga Kotori. Elle m'était inconnu au bataillon, je n'avais jamais entendu parler d'elle mais plus on est de fou, plus on rit ! Et puis, cela allait me permettre de me faire de nouvelles rencontres, ce qui n'était pas trop mal. C'était sur ces pensées que j'étais partis avec le petit groupe là-vas, accomplir le sauvetage.

Arrivé non loin de la prison, le Jûnin soit-disant artiste musical nous firent arrêté le chemin et nous indiquant qu'il y avait un « gros morceaux » Ah, il y avait le comité de bienvenu plus loin selon lui, mais je ne sentais réellement rien, pas la moindre parcelle de chakra mais je savais que le guitariste était un senseur très doué et la jeune fille qui était avec nous, étant une Hyûga, avait une excellente vue ainsi que le pouvoir de capter les flux de chakra. L'équipe avait l'air d'être performante, chacun spécialiste dans son domaine. J'étais plutôt adepte du combat à distance et mi-distance, la Hyûga, sûrement au corps à corps comme tout ceux de sa ligné et On' était assez polyvalent. On avait parlé sur tout le long de la route de nos facultés, de ce qu'on pourrait faire en cas de danger, nous étions prévoyant. Enfin, c'était On' le chef de l'équipe, et il ne pouvait pas se permettre de prendre les mauvaises décisions; c'est probablement pour ça qu'il me demandait implicitement si l'homme qui nous faisait face pouvait éventuellement être originaire de Suna. Je croyais savoir ce qu'il avait en tête: peut-être que cet inconnu était un envoyé du pays du vent qui avait eu vent du projet de conquête de Konoha et s'y opposait fermement. Mais non, ce n'était pas le cas; je n'avais jamais vu un tel uniforme, y compris à Suna; ce masque blanc non plus ne me disait rien.

Le regardant, je fis comprendre au chef que j'avais saisi ce qu'il avait pensé en faisant un non de la tête. Je ne savais pas vraiment ce qu'on pouvait faire, il se trouvait à une vingtaine de mètre de nous et en me concentrant, je sentais légèrement sa course de chakra. Pour le peu que je pouvais percevoir, ce dernier avait l'air d'un tout autre niveau que nous. Il devait avoir une force égale à celle de notre équipe réuni. Dans tout les cas, on ne savait pas si cet homme était un ennemi ou non. Il fallait néanmoins garder l'objectif de la mission en tête qui était de libérer les membres du clan Sabakyô. Une autre difficulté était, c'était qu'il fallait les délivrer, mais ça aurait été mieux si nous pouvions réussir à les faire évader eux, seulement ces derniers et non les autres prisonniers. Quoi qu'il en soit, le colosse se trouvant plus loin était non identifiable, on ne savait réellement rien de lui et il était peut-être un rempart à la réussite de la mission. Les libérer sans le combattre serait une bonne chose car nous ne pourrons pas sortir indemne d'un combat contre un pareil monstre mais s'il le fallait, je marcherais sur on corps inerte pour le bien du village et la réussite de la mission...


Dernière édition par Sarutobi Kenzaku le Ven 14 Déc 2012 - 8:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hyūga Kotori
Informations
Messages : 43
Rang : C+

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyMar 11 Déc 2012 - 22:22

    C'est la première fois que je pénètre le Pays de la Pluie.
    Il y avait pas mal de choses concernant les pays neutres dans la bibliothèque du village, mais rien ne vaut une véritable expérience sur le terrain pour en connaître les spécificités propres. J'avais lu dans un livre que ce pays était relativement dangereux, surtout pour des enfants ou de simples passants normaux. Il y avait des brigands, des voleurs, des pilleurs, des créatures de la pire espèce. Savoir tout ça en plus du fait que Reha se trouvait dans une autre équipe que la mienne, ça me mettait vraiment mal à l'aise. J'espère que tout va bien se passer, je l'espère de tout mon cœur. Quoi qu'il en soit, la mission qui nous était confiée relevait d'une importance capitale. Il fallait trouver et libérer les membres du clan Sabakyo enfermés dans une des prisons d'Ame no Kuni. Cela nous permettrait de renverser le gouvernement corrompu du pays et de sauver des centaines de villageois. Mon capitaine avait été choisi pour cette mission, et du coup on se devait de le suivre. Jyuubei avait quitté l'équipe, je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Il fallait donc que l'on trouve quelqu'un d'autre pour le remplacer, même si malgré tout je n'aimais pas ce genre de choses. Bon, je n'ai pas le temps de penser à tout ça.

    Le ciel prenait des couleurs chatoyantes, signe que le soleil n'allait pas tarder à se lever. Je n'étais pas fatiguée, malgré la course que l'on avait effectuée pour se retrouver ici dans la nuit, je m'étais habituée à me lever très tôt, afin de purifier mon corps et mon esprit. Un rituel matinal que je maintiens depuis l'âge de cinq ans. En mission, cela devenait compliqué de m'adonner à cette pratique, surtout étant la seule fille du groupe actuel. C'était la première fois que je devais me rendre en mission de nuit, et le fait de dormir la journée plutôt que la nuit m'avait fait perdre l'occasion de suivre mes habitudes. Tant pis, je reprendrai une fois que je reviendrai au village. Le lever du soleil marquait aussi le début de notre mission, un raid en territoire inconnu sur un bâtiment apparemment bien gardé, moins de si bon matin. S'y pénétrer discrètement était la solution que l'on avait adopter, et pour le moment, tout se passait pour le mieux. On avait réussi à se rapprocher, mais un homme se trouvait pile devant la prison, à une vingtaine de mètres devant nous. Je ressentais quelque chose de vraiment malsain autour de lui, une quantité faramineuse de chakra flottait dans les environs. Cet homme était dangereux, c'était sûr et certain. Au même moment, notre capitaine d'équipe nous avait dit de nous arrêter, il avait du remarquer la même chose que moi. Il se retourna vers l'ambassadeur de Suna, pour lui demander s'il avait déjà vu ce type de vêtements au Village Caché du Sable. Je n'y avais pas pensé, ce genre d'informations pouvait être utile dans ce genre de situation. Cependant, cela ne semblait pas être le cas. Tout ce qu'il nous restait à faire, c'était attendre les ordres d'On'.

    Je restais derrière lui, prête à effectuer le moindre mouvement que l'on m'ordonnera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suzurane Hakyô
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyMer 12 Déc 2012 - 19:10

PITIÉ
______________________________
Comme prévu, des shinobis venaient d’arriver près de la principale prison des Sabakyô. Le Kyoshi, derrière son masque blanc, esquissa un léger sourire, et se remémora quelques souvenirs…

***
Le Reidan avait enfin été formé. Tama no Aisu, Katô Kohana, Azuko et Jirōzaemon Seiha marchaient maintenant auprès d’Anami et de leur chef. Le premier Objectif avait été accompli : le recrutement était terminé. Il fallait à présent entamer le deuxième, ou plutôt le poursuivre. Car comme il l’avait annoncé aux membres de son groupe, Rei avait déjà fait ce qu’il avait à faire à Kiri. Mais ce n’était pas la seule précaution qu’il avait partagé. En effet, il avait réuni assez d’informations pour comprendre que Kumo semblait s’intéresser au territoire du Fer, et ce même durant la guerre. Une fois ces guerres terminées, nul doute que les villages se lanceraient dans une nouvelle course de puissance.

La logique était de mise, comme presque toujours. Si les villages s’étaient une nouvelle fois lancés dans deux guerres, c’était par pur impérialisme. Et on ne pouvait jamais stopper ça. Mais il était évident qu’entre Konoha et Suna, ainsi qu’entre Kiri et Kumo, il y aurait un vainqueur, et que ces deux conflits s’arrêteraient. Que se passerait-il alors si le village des Nuages se décidait à conquérir un pays jusqu’alors neutre ? Toujours par rivalité, d’autres suivraient. On pouvait même supposer que certaines puissances avaient déjà eu l’idée avant. La conclusion restait dans tous les cas la même : il fallait surveiller de près les pays neutres vers la fin des guerres entre les villages cachés.

Les résultats de cette dernière, à savoir la victoire de Kiri et la sorte d’armistice entre Konoha et Suna n’intéressait pas énormément le Monarque. Il s’était contenté d’enregistrer ces informations, mais comme susdit, la fin de ces guerres marquait le début d’une surveillance des pays voisins.

A ce qu’il avait vu avec l’aide des sceaux zéro, le couple formé d’Aisu et de Kohana étaient partis vers Yuki no Kuni. Azuko tournait en rond, un peu comme Seiha, mais ce dernier ne pouvait de toute façon pas faire grand-chose pour le moment. Anami était partie vers Ta no Kuni. Quant à Rei, il était resté à Ame no Kuni, naturellement. C’était la nation où il avait passé le plus de temps, et qui allait lui servir pendant encore de longs mois, il était donc impossible de ne pas surveiller ce pays.

Finalement Azuko resta aussi au Pays de la Pluie. Ce qui était mieux, car des intrus y avaient effectivement fait intrusion…

***
Des Konohajins donc, un trio de shinobis sans doute confirmés. Le Monarque remarqua rapidement les yeux de la seule femme du groupe, dont les pupilles étaient presque aussi blanches que son masque. Une Hyûga donc, voilà qui allait être quelque-chose d’important à utiliser en combat. Car oui, le Kyoshi était persuadé qu’un combat allait avoir lieu.
    ─ Konohajins, vous avez enchaîné les conflits pour votre unique intérêt. Vous avez tué des tas d’innocents partout où vous avez envoyé vos troupes. Votre pathétique guerre contre Suna a détruit de nombreuses régions de Kawa no Kuni. Tous comme les autres villages cachés, vous détruisez un peu plus le monde chaque jour. Et maintenant, vous voilà tentant de conquérir un nouveau pays neutre. Vous voilà désireux de forcer ceux qui ne désirent que la paix et la vie à être mêlés à vos plans chaotiques. Rassurez-moi…
Rei fit quelques pas en avant, sans enlever l’habit noir qui couvrait ses vrais vêtements bleus. Sa voix, qui était jusqu’alors neutre, s’enveloppa d’une noirceur lorsqu’il reprit la parole.
    ─ Vous n’espéreriez tout de même pas ne jamais être punis ?
Et il dégagea un énorme souffle de chakra, afin de faire comprendre au trio qu’il était prêt à combattre. Et que sa pitié serait de…
Zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyJeu 13 Déc 2012 - 22:58

    C'était dans la boîte.

    Tous les mots prononcés par ce sombre inconnu avaient été enregistrés. Pas sur un support physique, certes, mais dans une mémoire de chakra tout de même. Il suffirait donc à Onpu de conserver cet extrait de signal sonore et, au besoin, de l'amplifier en temps voulu pour prouver aux Sabakyôs que l'échec de leur mission n'aurait pas été dûe à une trahison de Konoha, mais bel et bien à l'intervention d'un gêneur. Enfin... pour fournir cette preuve, encore fallait-il qu'il s'en sorte vivant.

    L'homme masqué était sérieux, son hostilité était palpable. Pourtant, ses propos ne tenaient pas la route, car sa vision des choses était ridiculement réductrice: vouloir faire assumer à trois malheureux Konohajins les conséquences d'un malentendu entre deux dirigeants bornés, l'inertie inhérente à la guerre, ainsi qu'une quantité vertigineuse de crimes qu'ils n'avaient pas commis... ce n'était pas tout à son honneur. Aux oreilles d'Onpu, il venait de perdre un pan de sa crédibilité.

    Sa présence ici restait encore inexpliquée. Il y avait plusieurs options: soit il avait appris par une source improbablement bien renseignée que des shinobis de Konoha se rendaient ici et sauté sur l'occasion pour les démonter, soit il avait un réseau scandaleusement développé dans tout le pays et il connaissait le fin mot de l'histoire, auquel cas il devait également savoir que le but de leur mission était de délivrer un peuple. Dans les deux cas, qu'il se dresse devant eux en connaissance de cause ou non, il venait de s'autoproclamer ennemi de Konoha, et ne méritait guère moins son portrait dans le bingo book que quelqu'un comme Makka, même s'il n'était probablement pas aussi dangereux qu'elle. Probablement.

    Ses mots, même s'ils témoignaient à la fois d'une profonde rancœur contre la Feuille, d'une certaine mégalomanie et d'une étroitesse d'esprit conséquente, restaient d'abord et avant tout de la provocation. Malheureusement pour lui, Onpu n'avait pas le sang chaud; cela ne l'empêcha pas de réagir au quart de tour.

      "Le passé est derrière Konoha. Si tu t'es bien renseigné, tu dois savoir que nous ne sommes pas là pour conquérir un pays, mais pour tendre la main à son peuple et l'aider à se relever. Alors qui que tu sois, pour le salut des shinobis de la Pluie, s'il te plaît... ne nous barre pas la route."

    Une certaine distance les séparaient toujours, mais On' n'avait pas été amené à lever la voix outre mesure, du reste pas assez pour attirer l'attention des geôliers les plus curieux de la prison.
    Sans plus attendre, il plongea la main dans sa sacoche, attrapa deux grenades fumigènes en s'adressant à Kotori et Kenzaku.


      "Ne vous laissez pas impressionner, ne perdez pas notre objectif de vue. Rester discret est une priorité: Kotori, tu sais ce qu'il te reste à faire."

    En guise de coup de semonce, le luthier activa les deux fumigènes, lança l'un devant eux et l'autre assez proche de lui pour envelopper ses deux camarades et lui dans l'épais nuage opaque qui se déploya. Les trois Konohajins n'étaient dés lors plus visibles.

      "Kenzaku, attire son attention sans le provoquer. Selon l'ampleur de sa réaction, j'essaierai ou non de l'éloigner de la prison, vous aurez alors la voie libre pour mener la mission à bien.
      En attendant, je vous couvre."

    Pour garder les bonnes habitudes, Onpu enchaîna trois paires de mudras avant de poser les paumes au sol; deux clones de boues se matérialisèrent alors sous la surface. Ces doubles étaient capable d'effectuer des déplacements sous-terrains, ils pourraient servir de Joker contre l'inconnu, ou à défaut, commencer discrètement les repérages à l'intérieur de la prison si la situation y était favorable.
    On', quant à lui, prendrait cette fois-ci la voie des airs pour veiller sur ses équipiers. Il concentra du chakra dans ses jambes et une dose de fûton dans son dos. Dés que Kotori aurait installé le décor, il bondirait pour atteindre une hauteur conséquente; il ne verrait rien, mais son ouïe serait plus que suffisante pour le guider dans la brume.


    HRP:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyVen 14 Déc 2012 - 9:53

Le soleil se levait peu à peu alors que la mission avait été ml enclenché. Moi qui pensais que la mission allait être tout bonnement de faire évader les Sabakyôs et donc, que la mission allait être assez facile, même si elle allait demander de l'action, s'annonça plus complexe qu'il n'y paraissait. Un homme à une vingtaine de mètres nous faisait fasse et n'avait pas vraiment l'air de vouloir nous laisser passer. Ce dernier avait l'air grand et possédait une musculature assez conséquente. Néanmoins, c'était tout ce que je pouvais voir de lui, étant caché par un masque blanc et un vêtement long, ample et noir sur presque l'entièreté de son corps. Il n'était pas identifiable par notre groupe, ce qui faisait de lui un adversaire mystérieux, si toute fois il allait l'être. On restait sur nos gardes en retrait, essayant de savoir quel serait le meilleur moyen pour passer à l'action. Le mieux serait de passer en douceur, de le convaincre à nous laisser tranquille et faire notre travail mais alors que j'étais en train d'y réfléchir, ce dernier déblatéra des propos au sujet du village caché de la feuille. Ses propos étaient grotesques car selon lui, Konoha était un peu comme le destructeur du monde shinobi car nous avions mené des guerres. Enfin, il n'y aurait jamais eut de guerres si tout les shinobis étaient gentils, je dirais même plus, si les shinobis n'existaient pas. Il parlait de notre guerre contre Suna qui avait détruit une bonne partie du pays de l'herbe et qu'on voulait tenter de conquérir un pays neutre. Sérieusement, il me faisait bien marrer cet homme. Il avait l'air bien informé de notre village mais en même temps, il ne l'était pas vraiment. Pourquoi parler si ce n'est dire n'importe quoi ? Non mais vraiment, pourquoi en vouloir à Konoha pour cette stupide guerre à Kawa no Kuni. De part nos frontières, nous n'étions pas vraiment en accord à cette guerre, tout avait commencé du côté du village caché du sable. S'il fallait un fautif, il n'avait qu'à aller les voir. Il jouait l'homme sachant tout alors qu'il était pitoyable dans ses propos, il ne cherchait pas du bon côté. Et puis, conquérir un pays neutre... Notre but n'est pas de « conquérir » mais de nous « allier » à eux, de sauver le clan Sabakyôs, d'où notre venu ici. Enfin, lui qui soit-disant voulait nous punir pour nos soit-disant crime, il était bien mal placé. Selon moi, les rôles étaient inversés puisqu'on voulait sauver ce clan et que lui voulait nous en empêcher. Qui est le méchant maintenant ? Après tout, c'est lui qui veut nous faire du mal... Pitoyable...

D'ailleurs, j'avais voulu lui dire tout ça, le remettre un peu en place. Et puis, j'avais eux idée de lui balancer que la guerre n'avait pas servi à rien puisqu'à présent, la feuille et le sable était allié pour vaincre la plus grande menace, la Gogyou du feu éternel. Alors que j'allais ouvrir ma bouche pour lui présenter les faits, On' me prit de court et dit grosso-modo ce que j'avais à dire. C'est sur ses paroles que je compris que je n'avais rien à dire, rien à faire car il restait le chef d'équipe, celui prenant les décisions mais également assument ses actes ainsi que ceux de son équipe. Et c'est pour cette raison que je n'allais rien faire, pour ne pas qu'il doive assumer mes actes alors qu'il n'y était pour rien. Quoi que, ce n'était que des mots et l'homme masqué n'avait pas l'air de se rendre compte dans quel ridicule il se mettait. En plus de tout cela, il se cachait... Pathétique... Mon but n'était pas de le provoquer mais bien de l'informer.

    « Comme l'a dit mon collègue, nous ne venons pas en ces terres en tant que conquérant mais en tant qu'aide. Pourquoi ce peuple est-il autant opprimé, pourquoi est-il enfermé dans cette énorme cage que l'on appelle prison ? Qu'ont-ils fait de mal hormis venir au monde. Si nous sommes ici, c'est pour rendre la liberté à ces innocents et non pour leur faire du mal... Et si tu veux trouver un coupable à toutes ces choses qui se sont passés, va donc voir Makka. Tu as l'air beaucoup informé sur la feuille, alors tu devrais connaître nos intentions non ? »


Voilà, ceci était dit. Par contre, une chose me semblais vraiment bizarre sur le coup... Il s'était adressé à nous en parlant de Konohajins mais... Comment s'avait-il que j'en étais un ? Je n'avais aucune marque sur moi montrant que j'en étais pas, pas même un bandeau frontal. Au contraire, vu la tenu que je portais, il devait sans douter penser que j'étais un shinobi de Suna Gakure no Satô. Il y avait plusieurs solutions possibles: soit il était vraiment très renseigné, au point d'avoir limite infiltré le bureau du Hokage lorsque la mission de sauvetage avait été donné car tout cela c'était passé en comité très restreint, c'est à dire le Yondaime et les membres participants à la mission, soit il y avait un traître parmi nous et il avait tout dit en un laps de temps assez court soit cet homme me connaissait. Les deux premiers points étaient impossible, je voyais mal comment il aurait pu se trouver dans le bureau à ce moment-là sans que personne ne le remarque, et je ne pensais vraiment pas qu'un de nous pourrait nous trahir. Nous servions tous la même cause sous les mêmes couleurs, c'était impossible. Je ne voyais que le dernier, et encore, je n'en étais pas vraiment sur. Je voulais vérifier ma thèse et qu'il me la confirme, mais il y avait peu de chance qu'il me réponse. Levant la voix à nouveau, je prix une voix plus sérieuse et plus importante que la première fois.

    « Qui es-tu !? »


Phrase assez simple dont il pourrait me donner une réponse assez aisément sauf qu'il était autiste ou s'il ne voulait pas me répondre tout bonnement. Enfin, il ne pourrait pas me répondre de toute façon puisque le chef de notre équipe voulait passer à l'action. Parlant beaucoup moins fort pour que l'homme au masque blanc ne puisse nous entendre, il nous dit de rester prudent et annonça à Kotori qu'elle savait ce qu'elle avait à faire. Pour ma part, je l'ignorais vraiment, même si j'avais des doutes. S'il fallait agir en restant discret, le mieux était de nous cacher de sa vue. On' étant un shinobi senseur et Kotori étant une Hyûga, cela faisant de ces deux personnes de très bons atouts pour la traque, l'espionnage et tout ce qui touchait le domaine de la discrétion. Je connaissais bien le pouvoir des Hyûga, le Byakugan, mon ancien sensei, Kenzo, en étant un des membres. Leur style Jûken était tout aussi fascinant de leur Dôjutsu. Malgré que je ne connaissais pas vraiment la jeune fille, je lui faisais confiance et j'espérais qu'elle en fasse de même car nous allions sûrement agir ensemble. Lançant deux fumigènes, le guitariste me tînt qu'il fallait que j'attire son attention sans le provoquer. Suivant comment il allait réagir, une faille pourrait nous être propice et ainsi, nous pourrions accomplir la mission s'il l'éloignait. Bon plan, sauf que l'ennemi avait l'air puissant, bien plus puissant que nous trois réunis et ne pas agir ensemble serait sûrement une mauvaise chose. C'était risqué, très risqué, mais je lui faisais confiance, c'était lui le cerveau de l'équipe. Et puis, de l'extérieur, la prison n'avait pas l'air grande à ce point et les délivrer serait sûrement rapide. Ainsi, nous pourrions le rejoindre rapidement. Quoi qu'il en soit, le plan était en action, chacun de nous savait ce qu'il fallait faire.

Faire diversion était une chose assez simple, mais le faire sans le provoquer en était une autre. Mais bon, son but était de ne pas nous laisser passer et j'allais utiliser ce point pour faire au mieux. Faisant quelques signes incantatoires dans le fumigène à mon tour, trois clones firent leur apparition avec du chakra condensé dans leurs pieds. Si nous ne pouvions pénétrer dans la forteresse, eux le pourront si nous nous accaparions la concentration du colosse. Je n'étais pas seul à agir, On' le faisait à son tour également. Je ne savais pas ce qu'il mijotait, mais j'avais mon idée derrière la tête. Je me contentais simplement de lancer mes clones en direction de l'homme masqué, espérant qu'un des trois pourraient passer libérer les prisonniers.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hyūga Kotori
Informations
Messages : 43
Rang : C+

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyVen 14 Déc 2012 - 18:07

    On était les méchants. Hu... Je ne comprenais vraiment rien de tout ce qui se passait, je n'étais pas douée pour ce genre de choses. La politique était bien un domaine duquel je restais le plus possible éloigné, je me contentais d'interpréter les ordres que l'on me donnait en cherchant le pourquoi du comment, mais c'était tout. D'ailleurs, le discours de On' était très explicite. Je savais dors et déjà ce qu'il me restait à faire, cette stratégie, on l'avait déjà utilisée auparavant. Ces entrainements et ces missions passés nous avait fourni une bonne expérience de groupe, c'était vraiment dommage que Reha ne soit pas avec nous. Il n'y avait pas non plus notre nouveau camarade Nara, Nara Eido, qui venait d'intégrer l'équipe. Après tout, je pense que le village ne voulait que des personnes avec une expérience plus poussée du terrain, à juste titre, pour ce genre de situation. Il ne fallait pas avoir la moindre hésitation, et c'était dans cette optique que je n'allais rien lâcher. Ce qui m'inquiétait cela dit, c'était que si cet homme était au courant pour notre venue, cela voulait dire qu'il devait aussi y avoir quelqu'un du même calibre devant le groupe de ma meilleure amie. Ce n'était donc pas le moment de perdre du temps ici, et notre chef d'équipe l'avait compris.

    Il balança deux fumigènes devant nous, afin que l'on puisse se dissimuler dans la fumée, et aussitôt, je fronça légèrement les sourcils, laissant apparaitre ces veines qui gonflaient autour de mes yeux. J'avais activé le Byakugan. Dans le même temps, j'avais joint mes mains, en concentrant une petite quantité de chakra. La fumée dégagée par les fumigènes devint de plus en plus blanche, avant de s'étendre sur une grande zone, recouvrant l'entrée de la prison, notre groupe et l'inconnu. Malgré l'épaisseur de ce brouillard, je pouvais aisément voir à travers, je gardai un œil sur notre obstacle. Peu après, On' s'éleva dans les airs, il prenait sa position favorite pour diriger notre groupe. L'ambassadeur de Suna, quant à lui, forma un mudra avant de créer trois clones de lui-même. Ces trois clones foncèrent droit sur l'ennemi, je me suis dit qu'il fallait que je fasse de même. Je fis malgré tout un petit arc de cercle, afin d'éviter le plus possible cet homme qui tenait en otage la porte de la prison. Passer à côté de lui puis derrière lui allait s'annoncer dangereux, mais il fallait que je le fasse. Malgré tout, je maintenais mon regard vers lui pour observer le moindre de ses mouvements, de telles informations pourraient nous être utile pour ses actions futures. L'affrontement pour la libération du clan Sabakyō avait dors et déjà commencé.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suzurane Hakyô
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyVen 14 Déc 2012 - 18:56

IDIOTIE
______________________________
Le premier à avoir répondu au Monarque était bien singulier. Il semblait expérimenté, mais il y avait quelque-chose d’insouciant dans sa voix, une sorte de naïveté. Etait-il le chef de cette équipe ? Difficile à dire. En tout cas, ce n’était probablement pas la Hyûga, qui restait en retrait. Le second qui prit la parole était bien moins intéressant : le stéréotype du Konohajin et du ninja villageois. Quelqu’un qui doit avoir un certain potentiel, mais qui ne cherche pas plus loin. Comme si Makka était la cause de l’emprisonnement des Sabakyô, quelle idiotie de penser cela. Celui-là ne savait pas grand-chose sur Ame no Kuni, et sa question sur l’identité de Rei fit penser à ce dernier qu’il ne pouvait être le leader de ce trio. C’était donc bien le plus calme ? Qu’importe, ces trois shinobis allaient subir la même punition, et le Kyoshi n’avait pas envie de leur donner des leçons d’histoire.

Les ennemis du Monarque allaient passer à l’action, c’est pourquoi il fit quelques pas en arrière, avant de poser ses mains au sol et de ses concentrer quelques instants. Le but de cette équipe de la Feuille était clair : ils voulaient délivrer les Sabakyô de la prison. Le moyen le plus simple d’y arriver serait de faire diversion, mais il y avait aussi une autre option à envisager. En effet, l’avantage du nombre pouvait être exploité avec des clones. Les fumigènes employés validaient l’hypothèse. Ils voulaient pénétrer dans la prison, c’était leur principal objectif. C’est pourquoi Rei érigea derrière lui un grand mur de métal. Un léger sourire apparut derrière son masque. Même si ce qu’ils allaient préparer allaient leur permettre d’aller jusqu’à la prison, il faudrait détruire ce mur pour passer.

Mais les fumigènes vinrent rapidement laisser place à un brouillard. La fameuse technique du Kirigakure ? Le Kyoshi n’avait pas le temps d’y réfléchir. S’il ne pouvait plus voir, sachant qu’il n’était pas spécialiste de la sensorialité, contrairement à Anami, il y avait deux options : la force ou l’esquive. Et il choisit les deux. Insufflant du chakra Fûton dans ses pieds, il s’envola tout en composant d’autres mudras. Son envol fit s’enlever sa capuche, alors que Rei remarqua que le probable chef d’équipe était lui aussi dans les airs. Qu’importe, sa technique Raïton était déjà lancée : des tas de puissants éclairs vinrent fracasser le sol.

Bien entendu, il n’avait pas prévu que l’un des Konohajins avait soit volé soit bondi pour être plus ou moins à sa hauteur. Ce dernier allait donc sans doute pouvoir esquiver sans difficulté. Mais en bas, tout allait être touché. Qu’importe les diversions, les techniques, les clones éventuels, les projectiles : tout était balayé hormis la prison.

Le brouillard provoqué par le trio était maintenant remplacé par la fumée des impacts de la technique de Rei, le chef du Reidan.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyDim 16 Déc 2012 - 1:44

    Tant pis pour l'infiltration.

    Le luthier ne voyait absolument pas les choses de la sorte. Selon lui, la libération des frères de Shiro aurait dû se faire dans la furtivité la plus parfaite, et les gardes étaient supposés n'y voir que du feu; c'était d'ailleurs dans cette optique qu'il avait poussé son élève à lever le brouillard. En l'occurence, brouillard ou pas, c'était raté: une grande barrière métallique venait de pousser devant la porte comme un champignon. On' n'avait pas le Byakugan de Kotori, mais ses oreilles lui suffirent pour le comprendre: une surface acoustiquement réfléchissante de cette taille ne passe jamais inaperçue pour un ingénieur du son qui se respecte, pour peu qu'il y ait un peu de bruit ambiant. Et pour le coup, il y en avait.

    La pénétration dans la prison était donc compromise; On' devait à tout prix s'occuper de cet homme avant qu'il ne les gêne davantage. Il était donc abonné à se battre contre les utilisateurs du Kinton... pourtant, Ao Kuroi ne jouait pas dans la même cour que cet inconnu masqué. Ce dernier avait bondi peu après On', ils étaient tous les deux au dessus du Kirigakure et pouvaient donc se voir. En particulier, Onpu put apprécier toute la beauté de la déferlante d'éclairs qu'il délivra de ses paumes en direction du sol.

    Les foudres s'abattirent sur le terrain dans un vacarme épouvantable. La discrétion, c'était décidément pas pour aujourd'hui.

    Poussé par le vent, On' était au dessus de tout ça, mais ses clones étaient en plein dans le déluge: le fait qu'ils étaient en train de se déplacer légèrement sous la surface de la terre ne les sauva pas de la pluie d'éclairs: ils furent tous les deux touchés et se désagrégèrent avant d'avoir pu servir à quoi que ce soit.
    Kenzaku n'était pas non plus tiré d'affaire, et même si Kotori avait une botte secrète pour s'en tirer elle allait en baver. Quant au luthier, il ne pouvait pas risquer de plonger dans cet enfer pour les aider alors que la source de tout ces maux était là à lui tendre les bras, en face de lui, en apesanteur. Concentré son raiton de zone, l'assaillant masqué était en train de cracher une quantité de chakra conséquente; c'était une ouverture. Plus question de l'éloigner de la zone, l'urgence était de l'empêcher de frapper à nouveau, sinon Kenzaku et Kotori allaient y rester.

    Toujours en plein vol plané, On' utilisa le vent pour faire un écart de trajectoire de manière à être sûr d'éviter les éclairs qui pourraient passer trop près de lui, puis se mordit le pouce et enchaîna une demi-douzaine de mudras avant de tendre les paumes dans la direction du semeur d'orage. Des douzaines de mini portails spatio-temporels s'ouvrirent devant ses doigts, laissant jaillir une trentaine de chauve-souris surexcitées. La nuée de bestioles, par défaut, se rua en furie vers la cible la plus proche: l'inconnu masqué. Voilà qui allait l'occuper.

    Alors qu'il libérait ses derniers mammifères volants, On' était toujours en translation dans l'air. Il finit par dépasser l'homme, continuant sa trajectoire vers la prison. Il atteignit le mur de celle-ci et s'y accrocha avec du chakra adhésif sur une main, puis utilisa l'autre main pour se saisir d'un rouleau de sceaux dans sa veste. Le déroulant habilement jusqu'à laisser apparaître le fuîn voulu, il invoqua en un mouvement de pouce sur le parchemin son kusarigama, et en enfila la chaîne autour de son épaule.

    En préparant une autre vague de vent pour repartir à la charge dans un nouvel assaut aérien contre ce dangereux sorcier, il tendit les oreilles vers le bas; le brouillard avait disparu, mais l'orage artificiel avait fait jaillir de la poussière. Où était Kotori? Kenzaku était-il opérationnel? Leur aide allait s'avérer cruciale, mais pour cela encore fallait-ils qu'ils aient survécu au nano-cataclysme. S'il était incapable de détecter le son de leur souffle respectif, c'est qu'ils avaient été foudroyés.


    Spoiler:
     


Dernière édition par Myakudou On' le Lun 17 Déc 2012 - 9:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyLun 17 Déc 2012 - 7:58

Le plan de libération était en préparation mais l'homme masqué qui se tenait devant nous avait réagit. Il ne comptait pas nous laisser passer comme bon nous chantait et pour que l'on puisse atteindre notre objectif, la discrétion qui nous était prioritaire était impossible. Pour palier à cela et tenter d'accomplir l'ordre de mission, la force était de mise et c'est bien ce qu'on allait devoir utiliser si on voulait passer. Du moins, passer allait être plutôt difficile puisqu'avant de voler dans les airs, l'homme masqué avait dressé un mur de métal devant la prison. Comment je pouvais savoir tout cela alors que je me tenais assez éloigné de ces derniers et q'il y avait le Kiri Gakure de la Hyûga sur toute la zone. Grâce, ou plutôt à cause de mes clones qui ont été détruit par des éclairs qui s’abattait sur le terrain. En parlant de ces derniers, j'étais en train de courir à mon tour en direction du mur, me déplaçant pour avoir moins de risque d'être touché par la foudre. Le fait d'être en perpétuelle mouvement m'aida grandement, et je pu éviter en partie la puissante déferlante qui s'écrasait au sol, laissant derrière elle de la fumée, de la poussière mais également des impacts au sol. In-extremis, j'avais réussi à éviter des éclairs mais voulant me protéger au mieux, je composa une série de mudras et rapidement, une couche de chakra envahi mon corps. Cette technique n'était nulle autre qu'une technique de protection assez puissante faites de cendres. Je l'avais déjà utilisé quelques fois par le passé lorsque j'étais en danger, mais c'était très rare. Au moment où ma technique fut complète, de la foudre s’abattu sur la haut de mon épaule. Il était moins une, un peu plus et j'étais tout cramé ! Pfiou, Dieu était au-dessus de ma tête et me sauver les miches aujourd'hui. En tout cas, il fallait être prudent, notre adversaire avait de puissantes ressources en lui comme on le pensait et il fallait être très prudent.

Profitant du nuage de fumée et de poussière et toujours en continuant ma course vers le mur de métal, je fis de nouveau les premiers signes incantatoires et bientôt, un clone apparu au sol. Il était inerte, faisant comme s'il était mort. Bien sur, il savait qu'il ne fallait pas qu'il bouge pour faire semblant d'être le moi original et ainsi faire penser à l'adversaire que j'avais été touché. Néanmoins, il était sur ses gardes, prêt à bondir si je lui en donnais l'ordre. Le clone au sol et moi arrivé près du mur avec la fumé et la poussière qui s'était levé dû à la technique Raïton, je me mis à couvert dans un coin du mur. Le mur était fait de métal froid, il était assez imposant. Je me cachais dans l'angle de ce dernier, tapis dans l'ombre que le levé du jour pouvait encore nous offrir. J'avais remarqué qu'au sol, il y avait des traces de brûlures dû à l'offensive de notre adversaire mais autour du mur, il n'y en avait pas, comme si l'homme masqué avait fait en sorte d'éviter de le toucher. Une technique téléguidé ? Je ne savais pas vraiment mais si c'était le cas, heureusement que nous étions caché par le Kiri Gakure car sinon, nous aurions été rapidement mis hors jeu. Caché derrière le mur, je remarquais que ce dernier n'était pas bien épais et qu'une technique peu puissante aurait pu le détruire. Enfin, il ne fallait pas agir ainsi, si quelqu'un pénétrait dans l'enceinte de la prison délivrer les Sabakyôs, les autres seront encore plus en difficulté. Il fallait combattre en équipe, malgré que nous ne nous connaissions que très peu.

Le nuage de poussière et de fumée s'évacuait peu à peu et je voyais en l'air des ombres bouger grâce au soleil qui montrait le bout de son nez. Une ombre s'approchait dans ma direction. L'ennemi ? Mais comment avait-il fait pour connaître ma position, étant bien caché . Regardant plus précisément, l'ombre eut finit sa course accroché au mur et était parti peu de temps après alors que pleins d'autres petites ombres fonçait que une importante ombre. Regardant encore mieux, j'avais pu reconnaître On' qui se trouvait à seulement deux mètres de moi. Je voulais lui parler, mais la situation ne m'en prêta pas l'attention et je ne voulais trahir ma position. L'autre ombre conséquente devait être sans nulle doute notre adversaire se faisant attaquer par l'une des techniques de notre chef d'équipe. Je ne savais pas dans quelle position il était tourné, mais j'avais des soupçons qu'il me tourne le dos, voulant tenter de contrer la technique du guitariste. Profitant de cette occasion mais ne voulant toujours pas trahir ma position, je lançais un kunai qui se transforma en une dizaine lorsque je joigne mes mains. Je les avais lancé de sorte à ce que l'ennemi croit que c'était On' qui les avait lancée. Les kunais voulaient droit dans la direction où se trouvait l'imposante ombre. J'espérais que mon action puisse l'atteindre pour le blesser au maximum et ainsi qu'on puisse passer plus facilement.

Prenant du recul sur l'action, car étant caché, j'en avais le temps, je savais que le chef allait plutôt bien et avait pu éviter la technique Raïton puisqu'il se trouvait dans le ciel mais où était la Hyûga ? Je n'en savais strictement rien et je ne l'avais pas vu depuis un moment. Scrutant la zone des yeux, je ne la voyais pas, malgré que le nuage commençait à se dissiper. Allait-elle bien ? Je n'en savais rien et je ne pouvais vérifier cela pour le moment. Pourvu qu'elle soit saine et sauve... Pour ma part, ayant été dans le feu de l'action, je n'avais pas senti que mon corps était légèrement engourdi dû à la technique Raïton qui avait fait parcourir dans mon corps une décharge électrique assez conséquente, même avec mon armure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hyūga Kotori
Informations
Messages : 43
Rang : C+

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyMar 18 Déc 2012 - 8:16

    Notre plan avait été compromis par une seule et unique technique.Alors que nous foncions vers l'entrée de la prison, l'homme qui se dressait contre nous avait fait jaillir un grand mur de métal juste devant la porte, avant de s'envoler rejoindre notre capitaine d'équipe dans le ciel. Je me disais que les choses n'allaient pas se passer aussi simplement que prévu, ça aurait été trop beau. J'avais malgré tout un mauvais pressentiment concernant la situation dans laquelle l'inconnu nous avait plongé. Peut-être était-ce ma paranoïa due au fait que je ne sois qu'une adolescente de rang Genin, mais je sentais que quelque chose de grave allait m'arriver. Je n'avais vraiment pas de chance, tomber sur un tel individu dans ce genre de mission n'était jamais pour le mieux. Je m'arrêtai de courir, cela ne servait à rien à cause du mur érigé, je me contentais de rester dans le brouillard que j'avais moi-même levé. Les deux clones présents sous terre de On' continuaient d'avancer, de même que les clones de notre ami Konohajin. Mais il ne fallut pas longtemps pour que la situation n'empire davantage. En un seul geste, l'homme masqué concentra une quantité monstre de chakra dans l'air, cela n'annonçait rien de bon. Je posai mes yeux sur lui, les laissant grands ouverts, pour voir ce qu'il préparait. Je ne fus pas au bout de mes surprises. Du Raiton ! Par pur réflexe, j'exécutai une roulade pour esquiver le premier éclair, mais je savais que je ne pouvais réitérer cet exploit. Rapidement, je concentrai du chakra autour de moi et je me mis à tourner sur moi-même.

    -"KAITEN !"

    La défense ultime de mon clan allait me servir, mais ce fut beaucoup moins efficace que je ne l'aurai cru. Les éclairs frappèrent maintes et maintes fois contre mon chakra, et à chaque coup, je sentis de l'électricité me passer dans le corps. Ca faisait mal, très mal, comment une chose pareille était-elle possible ? Notre supposée défense ultime avait été transpercée par une simple rafale d'éclairs. Je découvris les limites de mon pouvoir, mais ce n'était pas vraiment l'endroit pour qu'elles soient atteintes. Effondrée au sol, quelques étincelles jaillissant de mon corps, j'étais complètement abasourdie. Je n'avais pas de traces de brûlures sur moi, mon tourbillon n'ayant du coup pas servi à rien. Je tentai de retrouver mes esprits, pour ensuite analyser la situation. On' se trouvait toujours au-dessus de nos têtes, l'inconnu aussi, et il semblerait que l'ambassadeur du Village Caché du Sable s'en soit mieux tiré que moi. Quelle ironie, je n'étais qu'un poids pour mon équipe. Pour ne pas ralentir davantage l'avancée de mon groupe, je me relevai tant bien que mal, en concentrant de nouveau du chakra. Avant que le brouillard et la poussière ne disparaisse complètement, je refis ma technique, épaississant à nouveau l'atmosphère autour de nous. Si l'obstacle qui se dressait de nous était capable d'une telle prouesse dans une large zone, je n'imaginais même pas ce qu'il pouvait faire en nous voyant clairement. Le risque était trop grand pour que je laisse une telle chose se produire. Je vins me ranger aux côtés de Kenzaku, lui attrapant la jambe juste pour lui signaler que j'étais toujours en vie. Je tapai trois fois au sol avec ma main pour le signaler également à mon "sensei", trois petites frappes bénignes que lui seul pouvait entendre. Un genou au sol, et le regard désormais posé vers le ciel, j'attendais sagement mes prochaines instructions.

    Attendez. En me plaçant près du mur de métal, je pus remarquer un détail qui m'avait échappé, un détail crucial qui pouvait nous permettre de réussir cette mission. Le chakra présent dans le mur n'était pas très dense, il s'agissait donc d'une technique assez fragile tout compte fait. C'était sans doute notre seule chance de pouvoir accéder à l'intérieur de la prison. Je concentrai mon chakra dans ma main droite, avant de finalement frapper le mur de métal, à distance, ce qui le détruisit inexorablement. Le Byakugan était une arme redoutable, même un mur censé être très résistant pouvait plier devant la découverte de ses faiblesses. Ni une, ni deux, j'engouffrai dans cette entrée désormais rouverte, la mission sauvetage pouvait commencer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suzurane Hakyô
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyMar 18 Déc 2012 - 18:48

TANT MIEUX
______________________________
Le Konohajin volant avait comme prévu esquivé les quelques éclairs qui menaçaient de le toucher. Les mudras qu’il s’apprêta à faire firent bien entendu comprendre au Monarque qu’une nouvelle attaque se profilait. En effet, des bêtes volantes sortirent des mains de son ennemi. Ces chauves-souris étaient nombreuses, et fonçaient dans la direction de l’homme masqué. Mais même s’il avait prévu une offensive, ce dernier n’avait pas perdu en tête que l’objectif du trio était toujours de pénétrer dans la prison. Tout en composant quelques mudras, Rei tourna la tête en direction de la porte protégée par son mur Kinton et y vit du mouvement. Comment avait-il pu détourner son regard alors que des tas d’invocations le prenaient pour cible ? Tout simplement parce qu’il allait se protéger de tous les côtés, avec un dôme de métal. Pour la création de ce dernier, quelques kunaïs disparurent de la poche du Kyoshi. Mais l’important était qu’il était protégé.

Les impacts se firent entendre de différents endroits, mais le Monarque était déjà en train de sortir par le dessous de sa protection. Cependant, il avait entendu du bruit venant de derrière, ce qui confirma les mouvements qu’il avait vus précédemment. Sa technique de vol n’avait plus besoin d’être effective, et il prit appui pour foncer en direction de la porte de la prison. Lors de son bond vers le bas, il composa un signe incantatoire. De nombreuses épines de métal apparurent sur toute la surface du corps du Monarque.

Un nouveau brouillard était apparu, mais ça lui était égal. Il savait où aller. Même s’il se doutait que quelqu’un avait dû pénétrer dans la prison, ça lui était égal. Il n’avait d’ailleurs jamais dis qu’il voulait empêcher les Konohajins d’accomplir leur objectif. La réalité était toute autre : que Konoha libère les Sabakyô, c’était tant mieux. Mais Rei n’avait pas le temps de repenser à tout ça. L’important était que même si les Konohajins n’arrivaient pas à pénétrer dans la prison, il se chargerait lui-même d’en libérer le contenu.

Arrivé quelques cours instants après l’invocation de son dôme, le chef du Reidan vit que son mur Kinton avait été détruit. Cela signifiait que l’un des trois shinobis était entré dans la prison ? Peut-être pas, car il repéra le shinobi inculte en premier. Tant mieux, c’était lui sa première cible. La fille paraissait trop faible, et le probable chef d’équipe était à garder pour le moment. Le Monarque s’élança donc sur le Konohajin pour lui asséner de nombreux coups. Et parmi ces derniers, il allait placer un sceau, qui allait bien lui servir pour la suite.

Où étaient les deux autres ? Est-ce que l’un d’eux était rentré dans la prison ? Des tas de questions étaient immédiatement chassées de l’esprit du Kyoshi. Il n’avait que faire du reste, il ne craignait de toute façon rien. S’ils libéraient les prisonniers, tant mieux. S’ils décidaient de l’attaquer, tant mieux. De toute façon, Rei ne pouvait sortir perdant.

Spoiler:
 
Précision-Edit:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyMer 19 Déc 2012 - 11:33

    Des souffles, des ondes, des vibrations. Se propageant dans l'air, remontant les murs... Kotori était en vie. Elle avait eu la présence d'esprit d'embrumer le terrain une nouvelle fois avant de se glisser à la porte, de signaler astucieusement sa présence à son Sensei et de flinguer la barrière d'acier pour se glisser dans la prison. On' jubilait intérieurement. "C'est mon élève! C'est elle!" pensait-il, fier d'elle. La Hyûga avait suivi ses seuls ordres: ne pas perdre de vue la mission; elle faisait preuve d'énormément de courage et de bonne volonté: si elle se débrouillait bien, elle arriverait à libérer quelques prisonniers et à les mettre dans sa poche pour organiser une libération généralisée. Et en cas de succès, tout Konoha lui devrait une fière chandelle. "A toi de jouer Tori-chan, j'ai confiance en toi."

    Kenzaku ne s'était pas laissé abattre non plus. Le luthier ne put voir la ruse qu'il avait utilisée que quand il fut en mesure de le voir en dessous de lui au pied du mur: une épaisse couche de cendre sur la peau. Il avait dû progresser depuis leur dernière rencontre, jouer avec le Haiton était sans doute devenu quelque chose d'assez naturel pour lui. De plus, il avait laissé un clone sur son chemin, au beau milieu du champ de bataille, après l'orage. Parfait.

    Le gêneur masqué, quant à lui, avait contré toutes les offensives comme s'ils elles n'avaient jamais existé. Déferlante de chauve-souris ou pas, pluie de kunai ou pas, son kinton couvrait ses arrières... et sa peau également. Car quand On' le vit rejoindre la terre ferme en direction de sa cible Kenzaku, il put admirer l'éclat de sa propre protection métallique. Le chevalier argenté allait affronter le chevalier cendré; entre ces deux combattants parés de leurs plus belles armures, un pugilat titanesque s'annonçait.
    Mais l'inconnu s'était montré bien trop dangereux pour qu'On' puisse se contenter de regarder. Même si Kenzaku avait prévu du back-up avec son clone à l'arrière, il ne fallait pas le laisser se démerder. C'était un fou dangereux qui allait s'attaquer à lui.

    Tenter de protéger Kenzaku directement en s'interposant aurait été tout à fait stupide: On' n'avait pas d'armure, lui si. Il n'aurait rien pu faire à part sacrifier son corps frêle. Un détour était plus judicieux; l'attention du Konohaphobe désormais arrivé à terre était dés lors toute concentrée sur l'adversaire qu'il s'était désigné, le musicien avait donc un peu de marge de manœuvre.
    Toujours avec son kusarigama en bandoulière et en s'aidant d'une impulsion fûton dans le dos, il bondit de la muraille, se plaçant plus loin sur la terre ferme, et fit quelques bonds en arrière pour se plonger dans les dernières vapeurs de brume que Kotori avait laissé derrière elle. Une vingtaine de mètres le séparaient alors du mur. Entre Kenzaku et son assaillant, les hostilités avaient commencé.

    Plus une seconde à perdre.
    Il lui restait un peu de sang sur le bout des doigts. Quatre mudras. Il tendit le bras, consommant une dose conséquente de chakra pour ouvrir un portail, d'où sortit Monad, à terre.

    Monad:
     

    On' l'avait prévenue, elle était préparée à une tâche périlleuse. Ses larges oreilles de chauve souris, puis ses yeux vides se tournèrent vers lui. Il chuchota des mots à peine audibles:

      -"Ennemi masqué. Reste haut et loin. Quand je sors de terre, tu agis.

    Monad ne prit pas le temps d'acquiescer; elle déploya ses deux ailes démoniaques et prit son envol en arrière dans le peu de brume qui restait, gardant ses distances avec la prison comme son invocateur lui avait demandé.
    Aussitôt, deux autres paire de taos: On' érigea un nouveau clone de boue à ses côtés, et lui enfila le kusarigama autour de l'épaule, avant de s'enfoncer sous terre. Retour aux bonnes vieilles méthodes de guerre: l'original allait continuer sous le sol, et son clone ferait le sale boulot à la surface. Le kusarigama était fait de métal, il était trop dangereux pour le luthier de s'en servir directement, son arme aurait facilement pu se retourner contre lui.

    Pendant que Kenzaku encaissait et se défendait à sa sauce, Onpu avait préparé sa prochaine attaque sur trois front: dans les airs, à terre, sous terre.

    A terre, le clone commençait à faire tourner le poids du kusarigama: dés qu'il aurait une ouverture, il le lancerait autour de l'inconnu masqué pour lui enchaîner les bras et le maintenir ainsi paralysé le plus longtemps possible. C'était très risqué, et c'est pour ça que c'était lui qui s'en chargeait. Le clone de Kenzaku viendrait peut être l'aider lui aussi.
    Sous terre, On' se fierait à ses oreilles et se déplacerait de manière à se positionner aux alentours de l'inconnu. Contrairement à son clone qui était presque là en tant qu'appât, l'original serait totalement incognito. En restant à une profondeur conséquente, les risques de blessures étaient limités.

    Quant à Monad... en théorie elle bénéficiait de tout l'espace, mais comme elle ne voulait pas être en reste, elle décida de s'approprier l'effet de surprise elle aussi. Elle fit donc un détour et se plaça sur le mur, loin du pugilat, s'y accrocha, en revêtant un camouflage. Après quoi elle se mit à parcourir la largeur du mur en l'escaladant horizontalement, et commença à se rapprocher discrètement de la zone de danger, plaçant ses mains squelettiques et ses pattes arrières de brique en brique.

    En faisant tourner le poids au bout de la chaîne, le clone dôton s'avança et haussa la voix.


      - "Une nouvelle fois je te le demande, ne nous barre pas la route! Si tu nous attaque, tu attaques les Sabakyôs.
      C'est moi le responsable des opérations, ne te trompe pas d'adversaire!"

    Et d'un mouvement sec et maîtrisé, il lança le poids du Kusarigama dans sa direction, de manière à le faire s'enrouler autour de ses bras.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyMer 19 Déc 2012 - 12:38

Mon lancé de kunais était parfait de sorte à ce que l'homme masqué puisse croire que c'était le chef de notre équipe qui les avaient lancés. Du moins, c'était l'objectif pour ne pas qu'il puisse détecter ma position mais tout ce passa autrement. Alors que les chauve-souris et mes kunais allaient entrer en contact avec le corps de l'ennemi, ce dernier eut le temps de créer un petit dôme de métal qui eut réussi à le protéger des offensives venant du nord, mais également du sud. Je trouvais cela assez étrange qu'il use d'une telle technique alors qu'il ne devait pas se douter des kunais qui lui arrivaient dans le dos. Après tout, il avait peut-être dans yeux dans le dos ou était-ce par pure hasard et chance. Qui sait, mais en tout cas, cet homme étant un adversaire coriace et agissait comme il le fallait, ce qui rendait le contexte encore plus dangereux. Nous aussi avions de la chance puisque la mission était enfin commencée grâce à la Hyûga. Cette dernière avait pulvérisé le mur qui se dressait devant la prison et avait pénétré au son sein pour délivrer les Sabakyôs. Tout était en route, mais nous étions moins nombreux à devoir faire face à l'ennemi et je ne savais pas combien de temps nous allions pouvoir tenir ainsi devant sa puissance.

Dès lors qu'il eut réussi à se défendre, je compris qu'il m'avait prit pour cible à présent qu'il pouvait me voir plus ou moins. En plus de m'attaquer de front rapidement, ce dernier s'était vêtu lui aussi d'une armure, mais cette dernière était en métal. Décidément, il n'utilisait que le Kinton pour se battre, ne savait-il pas faire autre chose ? Malgré le fait qu'il soit rapide, il se trouvait assez haut dans les airs et j'avais le temps de me préparer au pire. Faisant un signe incantatoire avec mes doigts, je réussis à combler les failles qu'il y avait dans mon armure qui avait été précédemment abîmé par sa précédente technique Raiton. De la cendre sortait de mon corps pour consolider l'armure et à présent, cette dernière était comme neuve. Cela m'avait coûté une part de mon chakra, mais bien moins que si je l'avais refaite entièrement. C'était la crise, je faisais comme je pouvais pour économiser mon chakra. Le point d'impact s'approchait de plus en plus et voyant la position avec laquelle se tenait l'homme masqué, j’appréhendais fortement qu'il veuille m'attaquer à l'aide de Taijutsu. Ce domaine n'était pas une faiblesse à proprement parlé mais je ne me sentais pas vraiment à l'aise lorsque je me devais d'y faire face. Ce n'est pas pour autant que je me laissai aller et après une courte série de signes, alors que l'impact allait être, une importante source de cendres fit son apparition, sortant de l'ensemble de mon corps. Cette cendre était très incandescente et les particules étaient tellement fines que ça en devînt de la fumée incandescente. Ce fut en une fraction de seconde qu'un puissant courant d'air chaud apparut tout autour. Le brasier était si intense que si l'ennemi entrait à l'intérieur, il subirait d'important dommage. Une sorte de vague de chaleur se profilait tout autour de moi, ce qui allait me permettre de repousser l'attaque au corps à corps de mon assaillant en le repoussant lui-même.

Alors que le combat était rude entre l'homme masqué et moi-même, le clone que j'avais au préalable réaliser pour faire le mort venait de se relever et savait ce qu'il avait à faire : me venir en aide. Cependant, j'aurais peut-être eut besoins de lui plus tard alors pour effectuer ce qu'il devait faire, il se contenta de lever la voix de sorte à ce que l'ennemi incroyablement puissant puisse entendre largement.

    « Je suis là ! »


En prononçant ces mots, il n'y avait aucun doutes qui pesait dessus, il avait entendu mon clone lui parler, à moins qu'il ne soit devenu sourd en un très bref instant et pour une raison inconnue. Ainsi, mon Genjutsu avait été lancé et j'avais plus de chance pour pouvoir m'en sortir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hyūga Kotori
Informations
Messages : 43
Rang : C+

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyVen 21 Déc 2012 - 11:33

    J'étais entrée dans la prison avec succès. Et maintenant ? Je venais de réaliser que pénétrer était une chose, mais libérer les prisonniers en était une autre. Mes pas tremblant sous le coup du stress, j'avais décidé de rester dans le hall d'entrée, le temps d'analyser la situation. Un bruit sourd vint attirer mon attention vers l'extérieur, aussi usais-je encore et toujours de mes yeux très spéciaux pour regarder ce qui se passait dehors, tout en me collant contre un mur, m'accroupissant au cas où. L'ennemi était redescendu, il donnait du fil à retordre à mes deux coéquipiers qui tentaient tant bien que mal de résister et de le pousser à ne plus se battre, une action que je pourrais moi-même considérer comme héroïque. Je n'avais donc pas de temps à perdre, tout dépendait de moi désormais. Lentement mais surement, je reprenais mon souffle, remettant ma tête sur mes épaules, me remémorant le pourquoi de cette mission. Maintenant que j'étais à l'intérieur, il me fallait me concentrer sur la cible de notre sauvetage, le clan Sabakyo.

    Bien, c'est parti ! En me concentrant légèrement plus, je pus pousser l'utilisation de mon Byakugan, pour me faire une idée de ce qui se passait à l'intérieur. A ma plus grande surprise, les couloirs de la prison étaient quasiment vides, il devait y avoir un garde pour deux couloirs. Cependant, cela restait un détail que je compris légèrement plus tard, car tout le reste des gardes se trouvait devant la cellule de ceux que l'on devait sauver. Alors oui, ils savaient que l'on était venus pour défaire ce clan de leurs liens qui les maintenaient ainsi enfermés entre ces murs, mais cela restait sans importance. Il fallait que je trouve un plan, et vite. En attendant, je pouvais avancer de manière stratégique. Les gardes du fond resserrèrent leurs rangs, c'était comme s'ils savaient également que quelqu'un avait réussi à entrer dans cette prison, une chose que je ne pouvais négliger. Des senseurs ? Il y avait des senseurs ici ? La tâche ne serait plus aussi simple que je ne pouvais l'imaginer. Je m'étais préparée au pire en acceptant cette mission, je ne savais malgré tout pas à quel point cela pouvait aller, mais je n'avais plus le choix, plus le temps d'hésiter, il fallait que j'y aille.

    J'attendais le moment propice où le meilleur des chemins se libèrent pour moi. Les gardes se trouvant continuaient leur ronde sans changer leur rythme, tandis que les gardes du fond ne bougeaient pas plus. Hm, cela voulait-il dire que les senseurs présents pouvaient simplement déterminer la distance à laquelle je me trouvais ? Ne prenaient-ils pas contact avec les autres gardes dans les couloirs ? Cela ne semblait pas être le cas. Une grande inspiration, deux petites tapes sur mes joues, et j'étais partie. Dans ma course effrénée, je tentais de prendre les angles le plus droit possible, longeant les murs très rapidement. Le premier garde ne me vit pas passer, mais tous les autres suivants finirent par me pourchasser. Des kunais, des shurikens, des senbons, ils me balancèrent tout ce qu'ils avaient dans leurs poches. La plupart n'avaient pas le temps de m'atteindre à cause de mes virages très secs, mais à cause de la grande vivacité de certains gardes, j'étais obligée d'activer au moins une fois ma technique m'entourant entièrement de chakra. Je ne pouvais pas flancher. Mes pas semblaient de plus en plus lourds, mais je ne perdais pas en rapidité. Quand je jetai un coup d'oeil vers le fond de la salle, mes hôtes s'étaient dispersés de manière à ce qu'ils puissant m'avoir de tous les côtés, la pièce était devenue un énorme piège vivant que je ne pouvais désormais plus éviter. Oui, c'était ma mission, c'était mon devoir d'aller jusqu'au bout, je m'y étais résolue. Désolée, Reha, si jamais on ne se revoit pas, j'aurai tout donné, jusqu'à mon dernier souffle.

    Encrée par ce sentiment de courage, les larmes coulant le long de mon visage, je fonçai en ligne droite pour entrer dans la pièce. La porte de la cellule se trouvait juste devant moi, je devais tenir jusqu'à y arriver. Une fois mon corps à vue de tous ces gardes, ils me lancèrent tout ce qu'ils avaient dans leurs mains. Lances, épées, kunais, chaines, shurikens, senbons, tout objet contondant que je ne pouvais imaginer. Mais ça, je le savais. J'avais enfilé ma fine armure de chakra, mais je ne tins pas assez longtemps pour tout contrer. Alors que je sentis la plupart de ces armes percer mon corps, je pus voir le regard des membres du clan Sabakyo. Leurs sourcils étaient froncés, leurs dents serrées, c'était comme s'ils attendaient impatiemment d'être libérés de cette cellule, afin qu'ils puissent déverser leur rage sur ceux qui les avaient enfermés. Ce court instant me permit de prendre ma dernière décision. Je ne pouvais pas atteindre moi-même leurs cellules, mais je pouvais encore exaucer leurs souhaits. Concentrant ce qui me restait de chakra jusque dans mes mains, je finis par les propulser en direction des deux énormes cadenas qui ne pouvaient être détruits par les soins de leurs prisonniers. Ils lâchèrent face à l'impact de mon chakra, j'avais réussi la première partie de ma mission. Tout ce qui me restait à faire c'était... Non, il ne me restait plus rien à faire. Chaque parcelle de mon corps m'envoyait une alerte, m'avertissant avec une douleur atroce que j'avais été touchée à plusieurs reprises. Les armes étaient toujours plantées sur moi, je ne pouvais plus bouger le moindre muscle.

    Etait-ce la fin ? Allais-je mourir ici avec le doute sur la libération de ceux qui nous avaient demander de l'aide ? Tout ce que je pouvais faire, c'était simplement de gésir là, sur le sol froid et glacé de ce bâtiment. Ah, il faisait froid, je n'aimais pas le froid. Les gardes, fiers de leur prise, se mirent à rire en regardant leurs prisonniers. Il n'y avait plus aucune chance qu'ils puissent s'échapper désormais. Sans armes, sans puissance d'attaque, ils ne pouvaient pas sortir d'ici. Je me devais de les aider. Corps ! Ecoute-moi ! Ce n'est pas encore terminé ! Mais rien à faire, seuls des tremblements me parcouraient de toute part, signe que la fin était proche. Mes yeux étaient rivés sur le clan Sabakyo.


    -"Dé...Désolée... Je n'ai pas... pas pu vous sauver... *crache du sang* Kono...ha... ne vous a pas... a-abandonné... D'autres... viendront... je vous *tousse* je vous... le promets..."

    Ils ne devaient pas haïr Konoha pour cet échec de ma part, car j'étais sûre et certaine que mon sensei allait trouver une solution. J'étais venue jusqu'ici pour échouer lamentablement, je ne méritais pas l'attention de mes pairs, ni de ceux que j'étais venus libérer. Je ne pouvais m'empêcher de pleurer, j'avais du décevoir beaucoup de monde, ils ne le savaient pas encore, j'étais un fardeau pour tout le monde. Reha, Reha, je suis vraiment désolée, depuis tout ce temps, je me demandais si un jour j'allais m'accepter pour ce que je suis, mais il semblerait que je quitte ce monde sans avoir réussi à changer. Je suis vraiment désolée de te laisser comme ça, te laisser derrière moi ainsi. Heureusement, elle n'était plus toute seule, On' allait veiller sur elle, je lui faisais entièrement confiance. Ah... Il faisait froid, tout devenait noir, je ne voyais plus rien, moi qui pouvait tout voir. Ce pouvoir qui m'avait causé tant de soucis par le passé, qui avait aidé pas mal de personnes malgré tout. Tout était noir. C'était la fin.

    -"Merci, gamine."

    Une voix s'élevait dans ma tête alors que le néant m'envahissait. Ce que je ne savais pas, c'était que les Sabakyo ne pouvaient pas sortir seuls de leur cellule, mais ils pouvaient largement s'occuper des gardes qui se trouvaient ici. Sans sortir de derrière leurs barreaux, ils se mirent à exhaler un nuage particulièrement épais qui se dispersa dans toute la pièce. Tous les gardes finirent par tomber dans les pommes, surement endormis. C'était aussi mon cas, qui ne pouvaient plus penser à rien. Tout ce qui se passait autour de moi, je ne pouvais pas le savoir. Je ne pouvais pas savoir qu'ils avaient réussi à sortir de la pièce en m'emportant avec eux, me prodiguant d'abord les premiers soins. Ils marchaient tranquillement dans la prison, en continuant de libérer ce gaz somnifère tout au long du chemin, afin qu'il n'y ait aucune personne qui se mette en travers de leur chemin. Cela semblait si facile, mais concrètement parlant, sans clé ni force, ils ne pouvaient pas sortir de là seuls, c'était pourquoi ils avaient demander de l'aide au Village Caché de la Feuille. Ils prenaient leur temps pour sortir, comme une marche révolutionnaire qui sortait du plus profond des entrailles de la terre. Direction la sortie.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suzurane Hakyô
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyDim 23 Déc 2012 - 12:22

CHOSE PROMISE
______________________________
Frapper son adversaire, voilà l’objectif que s’était fixé le chef du Reidan. Mais en arrivant, il avait bien vu que ce dernier avait fait une sorte d’armure incandescente. Cependant, ça n’allait pas l’arrêter. Alors qu’il s’apprêtait à donner le premier coup, le Konohajin expulsa un nuage de fumée, lui aussi brûlant. Rei réfléchit un instant, et sourit derrière son masque, avant de frapper rapidement sa cible. Il s’était fixé un objectif ainsi qu’un plan, alors il n’allait pas se détourner de ces derniers pour si peu. Mais comme pressenti, le nuage et l’armure du shinobi de la Feuille fit rapidement fondre la technique Kinton du Monarque, qui posa sa main au sol pour y prendre appui et sortir du nuage de feu.

Mais le Kyoshi entendit soudain un cri, et en se retournant, il vit le même Konohajin ainsi que le prétendu chef. Un clone ? Une chaîne arrivait, le Héros ne réfléchit pas plus pour composer très rapidement quelques signes incantatoires. D’énormes éclairs furent expulsés vers les deux shinobis, dévastant toute la zone. C’était la même technique que celle qu’il avait utilisé dans les airs précédemment. Sans attendre, il activa son sceau, et derrière lui le Konohajin qu’il avait frappé fut recouvert d’une prison en métal.

La zone était une nouvelle fois dévastée, mais il n’y avait aucun cadavre, ni ossement. Le Monarque en déduisit rapidement que le probable chef d’unité était ailleurs. Etait-il caché ? Il n’en avait que faire. Rei haussa la voix pour être certain que ce dernier l’entende, où qu’il soit.
    ─ Si tu tentes quelque-chose, sois certain que ton coéquipier mourra, et que toi aussi, par la suite. Alors écoute-moi bien. Si tu acceptes de me suivre, aucun mal ne te sera fait, ni à toi ni à tes coéquipiers. Tu seras emprisonné, mais que pour peu de temps, et tu retrouveras ta liberté ensuite. Pour me suivre, tu n’auras qu’à te faire légèrement saigner pour me prouver que tu n’es pas un clone. De toute façon, si tu mens, je m’en apercevrai bien assez tôt.
Le Monarque enchaîna rapidement, pour ne pas perdre de temps, mais s’adressa cette fois à celui qui était dans la prison.
    ─ Toi, dans la prison, ne tente rien non plus, si tu tiens à ta vie et à celle de tes coéquipiers…
Son regard masqué revint droit devant lui. Où se trouvait le Konohajin manquant ? La fille était sans doute dans la prison, mais était-ce aussi son cas ? Non, il n’aurait pas laissé son compagnon seul face au Kyoshi.
    ─ Si tu acceptes de me suivre, tu ne seras emprisonné que quelques temps, avant de retrouver ta liberté et tes coéquipiers en bonne santé. Mais si tu refuses, ou si ton compagnon tente de briser ma prison, vous mourrez tous les deux. Alors, que décides-tu ?
Malgré la position favorable dans laquelle il était, Rei continuait d’être prudent et attentif. Il repensa à celui qu’il avait enfermé dans la prison. Ses deux techniques incandescentes avaient consumé son armure Kinton, et il avait même quelques petites brûlures, mais rien de très important. Cependant, même s’il avait réussi à le toucher, ce n’était pas à ce moment qu’il avait apposé son sceau. Pourquoi ? Tout simplement parce que s’il avait placé son sceau sur la peau de son adversaire, ce dernier n’aurait eu qu’à annuler son armure et le sceau aurait probablement disparu. Voilà pourquoi il avait posé le sceau au sol, lorsqu’il avait pris appui pour faire un bond en arrière.
Donc au final, Rei ne bluffait pas. Tuer ces Konohajins en cas de refus du chef, c’était chose promise.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 EmptyDim 23 Déc 2012 - 14:42

    Le chakra n'était plus la seule ressource qui allait entrer en jeu dans la conclusion de cet épisode. Il y avait également l'honneur désormais. "L'honneur."

    Même six pieds sous terre, On' entendait tout. Heureusement d'ailleurs, car dans le cas contraire tout aurait pu se terminer par sur un tragique malentendu. L'inconnu marchandait. Le mélomane savait que s'il se faisait prisonnier, Konoha serait dans de sales draps, car il constituerait une monnaie d'échange contre autre chose, cela allait dépendre des profondes motivations de ce gâcheur. Plus ça allait, plus il avait l'air dangereux, il n'avait pas hésité à vomir ses foudres sur tout le terrain une fois encore. On' put également sentir son chakra au sol dans le sceau au dessus duquel se trouvait Kenzaku. Pas de mouvements brusques, réfléchir, analyser.
    Il ne fallait pas lui faire face ni le provoquer davantage, car il avait suffisamment prouvé en dégueulant ses techniques de zones et de corps à corps que c'était un homme avec le quel il ne fallait pas trop s'amuser à déconner. S'il disait vrai, se rendre était une occasion en or pour en apprendre plus sur lui pendant sa captivité. Mais Suguato allait peut-être devoir faire un sacrifice conséquent pour le rapatrier, cela ne valait probablement pas le coup. Déjà que l'avenir de la mission était tout à fait incertain! Il n'y avait aucune garantie que tout aie roulé du côté d'Iji, et les prisonniers n'étaient pas encore dehors.

    Ah. En fait si.
    Des sons remontaient dans les murs épais des geôles, se propageaient jusqu'à sous terre, dans ses tympans et ses canaux de chakra. De l'air brassé, du gaz qui se propageait à grande vitesse. Des chaînes qui traînaient. Des hommes qui gravissaient solennellement des escaliers de pierre. Des cadenas qui se brisaient les uns après les autres.
    L'histoire était en marche. Les Sabakyôs aussi. On' le sentait. Il l'entendait. Il le savait. Et c'était Kotori la héroïne, Kenzaku et lui n'avaient fait que lui ouvrir la route. C'était elle qui avait mis les mains dans le cambouis, eux s'étaient contenter de limiter la casse. Et maintenant que les shinobis de la pluie étaient sur le point de retrouver leur liberté, ils étaient tenus de continuer cette tâche jusqu'au dernier soupir.

    On' remonta lentement, et finit par émerger. Monad le vit, elle s'était préparée à s'envoler pour agresser l'ennemi lorsque ça arriverait, mais elle avait écouté ce qu'il avait dit, et elle était suffisamment lucide pour comprendre que ce n'était pas le bon moment pour intervenir.
    De nouveau sur ses deux jambes, le luthier regarda impassiblement l'homme, droit dans les trous du masque. Il déclipsa délicatement la poche à kunai de son pantalon, en sortit l'arme, et s'entailla très légèrement la main. Une goutte de sang tomba au sol.


      -"Tu m'as insulté en me mettant dans le même panier que les décideurs belliqueux du conseil de mon village. J'essayais justement de relever le niveau de Konoha avec cette opération... mais même quand on croit bien faire, il faut toujours qu'un excité de ton espèce vienne tout faire foirer, en brandissant des généralités en guise d'arguments.
      J'accepte le deal, mais s'il te plaît, aie au moins l'audace d'assumer tes absurdités en retirant ton masque."

    L'honneur était sur le point d'entrer en jeu. Encore une fois, On' décida de croire. Si Rei rompait sa promesse, alors la vie n'aurait plus aucun sens, et elle pourrait s'arrêter ici. Qu'il achève Kenzaku, et il serait prêt à se tuer lui-même avec ce même kunai, cela serait l'issue logique de la mission s'il voulait à tout prix la réussir. On est responsable d'un projet, ou on ne l'est pas.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Contenu sponsorisé
Informations

Mission #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission #1 Mission #1 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Conquêtes :: Conquête de Ame no Kuni-