N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 [Rang C-Solo] Éradiquer un fléau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Hayato Shin
Hayato Shin
Informations
Messages : 31

[Rang C-Solo] Éradiquer un fléau Empty
Message(#) Sujet: [Rang C-Solo] Éradiquer un fléau [Rang C-Solo] Éradiquer un fléau EmptyMar 12 Juin 2012 - 20:57

    Rituel matinal.
    Réveil, étirement, bâillement. Ensuite, je file sous la douche, tout juste tiède, pour sortir complètement de cet état second qui conditionne nos matinées. Je me sèche, je coiffe mes cheveux, je m'habille.
    Dehors, je n'entends aucun bruit, ce quartier est très calme la journée, je n'y entends jamais rien. C'est presque ennuyant, moi qui aime l'agitation.
    Cela faisait plusieurs jours que je ne faisais plus rien pour mon village, je me rendais pourtant tous les jours au palais à la quête de mission à accomplir, mais rien ne se présentait à moi. Même les méchants cessaient d'agir!
    Cette semaine avait été la plus barbante de toute ma jeunesse! Je l'avais donc passé à entraîner un peu plus mon corps, à coup de pompes, d'abdominaux et d'autres exercices censés faire de moi une brute épaisse. Ou pas.

    Aujourd'hui, alors que les arbres commençaient à retrouver leur plumage, je me rendais une fois de plus à la salle des missions, sans réel espoir.
    Poussant la porte, je voyais les quelques personnes qui organisaient le service des missions vaquer à leurs occupations, comme d'ordinaire. Je m'approchais du bureau qui concernaient les missions de rang C et demandait si, aujourd'hui, ils avaient quelque chose à me confier.
    Le sourire qui domina mon faciès lorsqu'elle acquiesça ne dura pas. Si elle avait une mission à me confier, celle-ci n'allait pourtant pas être amusante.
    Il s'agissait d'une catastrophe qui envahissait la ville. Une puissante drogue avait séduit une grande partie des habitants de Kumo. Les affaires de drogues sont quotidiennes dans tous les villages de notre monde, mais celle-ci inquiétait particulièrement les autorités du village. En plus de leur procurer des sensations inhabituelles et de leur détruire le cerveau, elle les rendait agressif et plusieurs cas de coups et blessures ont été constatés suite à l'ingestion de cette drogue.
    La mission qui m'était confié ne concernait en rien les consommateurs de cette drogue, mais plutôt les créateurs.

    Je décidais d'attendre la nuit pour agir, nul doute que je n'allais rien pouvoir faire en plein jour.
    Lorsque le soleil se couche, les visages qui peuplent le village ne sont plus les même. Étrangement, il parait beaucoup moins sur de se balader en pleine nuit.
    Enfilant ma capuche et détachant mon bandeau de ninja pour le ranger dans mon sac à dos, je commençais mon enquête.

    Questionnant ça et là diverses personnes apparemment louches, je ne parvenais cependant pas à acquérir d'informations sur un éventuel revendeur de cette drogue.
    Ce fut sans compter sur ma chance éternelle. Dans l'une des petites ruelles du quartier résidentiel de Kumo, je croisais un homme, allongé sur le sol et qui paraissait dans un autre monde, à crier qu'un éléphant rose voulait le manger. Je compris immédiatement de quoi il s'agissait et entrepris une approche.

    Délicatement, j'installais une confiance entre nous, en lui demandant où est-ce que je pouvais trouver de quoi m'envoler comme lui. D'abord méfiant, puis violent, frappant dans les poubelles qui se trouvaient autour de lui, il balança finalement qu'il avait acheté de quoi planer dans la partie sud du quartier, à un homme qui possédait un long manteau blanc.
    Ni une, ni deux, je couru dans la direction indiquée et, me rapprochant du sud, je ralentis, tâchant d'être discret et de trouver ce vendeur avant qu'il ne me repère. Ce fut chose aisée, son manteau dénotait avec le noir de la nuit.
    Il était plutôt grand, mais pas très épais, on aurait dit une baguette de pain français.
    J'eu la chance d'assister à un échange. Un homme, tout caché dans ses vêtements, tendit la main vers le vendeur et lui donna de la monnaie, la baguette lui donna une petite bourse qui contenait certainement la dite drogue.
    Je m'approchais du but. Je sortais de ma poche l'argent que j'avais acquis lors de ma dernière mission et m'approchait lentement du vendeur. Lui tendant la main, j'évitais son regard.
    Il m'adressa la parole.

    "N'es-tu pas un peu jeune pour ce genre de chose?"

    Je lui répondis qu'il n'y avait pas d'age pour ce "genre de chose" et que je payais comme tout le monde. Satisfait de ma réponse, il procéda à l'échange. Je glissais le petit sac dans mon sac et sortit de celui-ci un Kunai que je serrais fort dans ma main droite.
    Le surprenant, je bondis sur lui, le faisant trébucher. Lui posant le métal froid du Kunai sur la gorge, je lui sommais de tout me dire. Qui était-il, pourquoi vendait-il cette drogue, était-ce lui qui l'avait créé?

    L'homme ne comprenait pas ce qu'il se passait, mais voyant la rage dans mes yeux, il répondit sans attendre. Il n'était apparemment qu'un simple revendeur, celui qui lui confiait la marchandise habitait à l'est d'ici, au numéro 222. Il était apparemment inoffensif car âgé.
    Je me relevais, laissant partir la baguette en lui promettant que si je le retrouvais dans de telles affaires, il aurait de plus graves ennuis. Il s’enfuit sans ajouter mot.

    Je me dirigeais alors vers la demeure indiquée. Je sentais que je n'étais pas au bout de mes surprises.
    La maison était grande, elle possédait une imposante façade en marbre blanc. Une double porte en permettait l'entrée. Je préferais cependant passer par les toits. J'escaladais alors le mur afin d'attendre la plus haute fenêtre, laissée ouverte.
    Alors que je me glissais dans la pièce, qui se trouvait être une salle d'eau, mes narines me gênerent. Une sale odeur avait envahit l'endroit, une odeur inconnue et nauséabonde. J'avançais dans cette demeure sombre à tâtons, tâchant de ne faire aucun bruit. J'aperçu de la lumière s'échappant d'une pièce. M'y approchant sans un bruit, je me préparais au pire.
    La porte, légèrement entrouverte, me laissait un aperçu de la pièce: grands carreaux blancs sur les murs, lavabos en inox, lumière à UV. De ce que j'en voyais, je venais de trouver un laboratoire. J'étais sur la bonne piste.
    Soudain, j'entendis une voix s'énerver dans le laboratoire. Un homme apparemment, bien qu'il possédait une voix fluette. Je voyais une ombre se projetter sur le mur, il était donc seul. J'avais alors une chance de prendre le dessus, mais je préferais m'assurer la victoire en y apportant un peu de surprise.

    Fouillant dans mon sac, j'en sorti un accessoire qui allait pouvoir m'aider. Je jetais les petites boules dans la pièce qui roulaient sur le sol. Elle explosèrent sans détonnation, laissant échapper un gaz inodore mais empêchant toute visibilité.
    M'assurant que la pièce était plongé dans le brouillard épais du gadget, je pénétrais dans le laboratoire en fermant la porte derrière moi.
    Il y faisait une chaleur étouffante et le gaz n'aidait en rien.
    Fermant les yeux, qui m'étaient désormais inutile, je me concentrais sur mon ouïe, elle me permettrait d'atteindre ma cible aisément. Je l'entendis se mettre à terre et ramper. Je m'approchais discrètement des bruits qu'il émettait, jusqu'à me retrouver au dessus de lui. Je sortis un kunai, attrapa l'homme par le vêtement, le souleva et le plaqua contre le mur. Lui posant l'arme sur le coup, je lui criais de se calmer et de m'écouter.
    Je lui demandais alors des aveux qui pourraient éventuellement alléger sa peine.
    L'homme, dans un élan de panique, s'exécuta.


    "Je, je vais tout te dire, ne me tue pas s'il te plaît! Je voulais juste faire de l'argent, c'est un commerce très fleurissant et... La drogue que je propose plait plus que les autres. Je ne voulais pas faire de mal, je ne savais pas, au début, qu'elle provoquait l'aggressivité des consommateurs.. Je n'en fabriquerais plus, c'est promis .."

    "Evidemment que tu n'en produiras plus, il n'y a pas de laboratoire dans la prison de Kumo."

    Le mettant face au mur, je lui attachais les mains dans le dos et fit appeler les autorités compétentes pour l'étude chimique de cette nouvelle drogue.
    Une fois tout le monde présent, je pris congé et rentra à mon domicile, heureux d'avoir éradiqué ce fléau, même s'il n'en était qu'un parmi beaucoup d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
 

[Rang C-Solo] Éradiquer un fléau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Quartiers Résidentiels-