N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Clair de lune et bois brumeux [Partie 2][Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Inuzuka Reiichi
Inuzuka Reiichi
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Clair de lune et bois brumeux [Partie 2][Solo] Empty
Message(#) Sujet: Clair de lune et bois brumeux [Partie 2][Solo] Clair de lune et bois brumeux [Partie 2][Solo] EmptyMar 4 Oct 2016 - 4:12

Clair de lune et bois brumeux [Partie 1][Solo]




Cela faisait quelques jours que nous parcourions les terres du Yuukan, la frontière du pays du feu était maintenant loin derrière nous. Nous nous déplacions à dos de cheval, et même de cette façon le voyage me semblait d'une lenteur extrême, enfin, c'était toujours plus rapide que faire tout ce chemin à pied. Par chance, nous nous ne fumes interrompus par rien, si ce n'était les arrêts obligatoires pour nous restaurer et nous reposer. Chaque soir passé à la belle étoile, je ne pouvais m'empêcher de fixer la lune; vue sa progression il ne lui faudrait que quelques jours de plus pour être entière. En attendant, je préférais ne pas y penser et me concentrer sur mon objectif. Les premiers soirs nous pûmes profiter des quelques provisions qu'avaient emportées avec eux mes trois protégés, ceci dit les nuits suivantes... Nous ne pûmes compter que sur mes talents de traqueuse, ou tout au moins sur ceux de Raki. Cela ferait une belle anecdote à raconter à mon retour village ça...

Enfin, tout ceci pour dire que nous mourûmes ni de faim, ni de fatigue et que rien de particulier ne nous était arrivé, du moins, tant que nous étions à Yu no Kuni. Je doutais que notre périple jusque lors très paisible le demeure encore très longtemps à chaque pas que nous faisions en direction de Shimo. D'ailleurs, en parlant de ce pays qui semblait être notre destination finale, je me demandais jusqu'où je devais véritablement les conduire. La frontière m'aurait arrangée pour tout dire, mais je soupçonnais la dénommée Luka de ne pas m'avoir tout dévoilé de ce qu'elle savait exactement. Plus nous nous enfoncerions, plus les chances de tomber sur un obstacle augmentait, exponentiellement. Mais quoi qu'il arrive, ou qui plutôt; j'étais là, et je n'en ferai qu'une seule bouchée, enfin, façon de parler. Ainsi donc nous continuâmes toujours à la même allure, ni trop lentement pour ne pas perdre trop de temps, ni trop vite pour épargner nos montures, qui s'avéraient pour le coup très endurantes.

Ce fut donc sans mystères ni péripéties que nous parvînmes à la frontière de Shimo no Kuni. Et ce fut à cet instant que nous rencontrâmes notre premier écueil. Rien de bien méchant cependant, juste un poste frontière. Dans d'autres circonstances je l'aurais simplement évité pour gagner encore plus de temps, mais me déplacer accompagnée de civils, à cheval; ne facilitait rien. Fort heureusement cette partie de la frontière Yu-Shimo était sécurisée, des soldats du pays accompagnés de deux Konohajin. Des Chuunin sans doute. Il ne serait pas compliqué de surmonter ce léger contretemps. En effet, ils n'eurent qu'à voir que je venais de Konoha, lire la missive marquée du sceau du village que je gardais précieusement dans une des nombreuses poches de ma veste militaire, et nous laissèrent passer simplement, sans oublier de nous mettre en garde quant à la situation du pays. Nous risquions de faire quelques mauvaises rencontres, c'était plutôt prévisible dans le fond.

Une poignée de mètres plus loin et après un bref remerciement, je m'arrêtai un instant pour donner quelques recommandations aux trois... personnes que j'escortais. Oui, le tout était d'être prudent, ce qui pouvait paraitre parfaitement logique à certains, peut-être même à eux d'ailleurs, mais pas à d'autres...
    "J'aurais préféré éviter de passer par la route, et couper par les marais; mais je suppose que ça va être compliqué avec... madame bandelette. Alors surtout, soyez très prudents, si vous voyez ou entendez quelque chose, n'hésitez pas à me prévenir, même si je l'aurais sans doute repéré avant..."
    "Elle s'appelle Laya, LAYA. Rétorqua aussi sec Luka."
    "Oué, oué... Laya.."
    "Tu sais, ce ne sont pas quelques marauds qui me font peur."
    "Des marauds... Le genre de personne susceptible de s'en prendre à nous n'a rien à voir avec des "marauds", croyez-en mon expérience. Mais vous n'avez pas grand chose à craindre à mes côtés."
    "J'ai l'impression que tu te surestimes un peu gamine, non ?"
    "Oh, non, je vous assure que non."

Rigolais-je. J'avais éliminé tellement de toute sorte d'ennemi, shinobi, simples guerriers et peut-être même quelques innocents, que pas grand monde pouvait encore me mettre vraiment en péril. Puis je n'étais pas seule à assurer leur protection. Il ne fallait pas oublier Raki qui était au moins aussi redoutable que moi, et certainement plus impitoyable. En fait, serait bien téméraire celui qui nous barrerait la route. Enfin, je ne pouvais prédire la folie des uns et des autres dans ce monde, j'étais déjà bien assez occupée par ma propre vésanie. De temps à autre je posai un regard furtif sur la femme bandée, dont Luka, la plus jeune des trois selon moi, tenait toujours fermement les reines. Je me demandais si elle aussi n'avait pas un petit pète au casque... Nous vivions vraiment dans un monde de fou... Et si c'était elle le véritable objectif de cette mission ? Non, pourquoi penser ça... Mais, en parlant de mission.
    "Dites Reiichi, vous avez l'air de bien connaître la région... Vous êtes déjà venue ici ?"
    "Oué, j'ai plus ou moins voyagé y a quelques temps... Enfin, quoi qu'il en soit, tant qu'on ne s'approche pas de la capitale de ce pays, il ne devrait pas y avoir de problèmes..."

Dis-je en restant évasive. Évidemment je n'allais pas dévoiler tout mon passé comme ça, au premier venu.
    "Au fait, où dois-je vous conduire exactement ? Nous sommes à Shimo, ce n'est pas là que tu m'as dit que..."
    "A vrai dire, nous ne sommes pas tout à fait arrivés..."
    "J'm'en doute... Mais, on ne doit plus être très loin.."
    "Et bien, on doit aller à Kaminari."

Je restai silencieuse un moment. Je n'allais pas lui jeter la pierre pour si peu, mais cela changeait complètement ma vision des choses. Il nous fallait donc traverser tout Shimo, et la chaîne de montagne qui formait la frontière naturelle avec Kaminari. Je soupirai longuement et repris pour lui répondre.
    "Pourquoi ne m'avoir rien dit ?"
    "J'ai pensé que... Vous auriez refusé... On sait très bien que votre village et les ninjas de Kaminari ne sont pas en très bons termes. Au moins... En nous amenant à Shimo, vous nous auriez rapproché."
    "Aaah... Ma mission est de vous escorter, quel que soit l'endroit où vous allez. Vous étiez à Hi no Kuni, vous dépendiez donc de Konoha, et indirectement de moi."

Ajoutais-je en soupirant de nouveau.
    "Nous avons encore plusieurs jours de marche devant nous avant d'arriver à destination. Désormais, j'aimerai que vous, tous autant que vous êtes, soyez un minimum honnête avec moi. Si je ne peux pas vous faire confiance, et vice versa; ça se terminera mal à un moment ou un autre."

Etrangement je n'eus aucunes réponses. Ce qui voulait dire qu'ils consentaient à mes paroles. Rien ne me garantissait qu'ils seraient vraiment honnêtes, mais j'avais bon espoir quand même. Leur vie en dépendait davantage que la mienne. Ainsi nous continuâmes notre chemin, sur de nouvelles bases et vers une nouvelle destination, encore plus lointaine.

Après deux, ou trois jours de plus, nous avions fait peut être les trois quarts de la distance nous séparant du terminus. Quelques jours sans rencontrer ne serait-ce qu'un paysan, ou un autre voyageur. Les habitants devaient éviter les routes, comme je l'aurais fait en temps normal; surtout dans la situation actuelle de leur pays. Et les voyageurs et autres personnes que l'on croisait d'ordinaire devaient être au courant, eux aussi, de l'instabilité de la zone. Cependant, d'autres, semblaient vouloir profiter de ce chaos pour, pourquoi pas, se faire quelques bénéfices. Et visiblement, nous allions être la cible d'une tentative de détroussement. J'avais ressenti la présence de plusieurs personnes, et ce depuis deux heures, ils restaient à distance, nous suivaient, nous évaluaient. Même si je savais qu'ils étaient là, que je pouvais déterminer avec exactitude leur nombre, je n'arrivais cependant à détecter aucune signature de chakra. Alors, soit ils n'étaient pas shinobi, soit ils se camouflaient, et avec talent pour parvenir à me duper... Je penchais évidemment pour la première solution.

Ce petit manège de cache-cache dura toute la journée, jusqu'au soir, et jamais ils ne se montrèrent. Mon odorat Inuzuka me confirmait qu'ils étaient exactement sept. Ils étaient trop nombreux pour n'être qu'une simple caravane, et le fait qu'ils s'arrêtent au moment ou nous nous arrêtions était dans mon esprit très clair.

Le feu crépitait dans l'obscurité de la nuit, nous avions mangé, nous nous étions égarés dans quelques discussions sans grande profondeur pour que finalement chacun rejoigne ce qui lui servait de couchage. Tous sauf moi, et moi seule. Car cette nuit était particulière, plus claire que les autres. En effet, dans le ciel d'encre ne régnait en maître qu'un seul astre, qui éclipsait tous les autres de part sa resplendissance. Il n'était pas encore tout à fait minuit, mais cela le serait bientôt. Je m'écartai du groupe, allant m'égarer dans le bois à côté, m'asseyant et attendant patiemment que l'heure arrive. Tous mes sens étaient en alerte. Je pouvais sentir chaque odeur à des lieux à la ronde. Des animaux majoritairement, celles des trois, et celles des sept. Raki savait, dans ces circonstances, qu'il devait rester à l'écart, avec Luka, Laya et Gondo. Car lorsque cela arriverait, la sienne serait la seule que je reconnaitrais et la seule qui ne me tenterait pas. Son odeur imbibait notre petit campement maintenant éteint. Sans qu'ils ne le sachent, le grand chien-loup serait cette nuit leur protecteur contre une chose bien plus terrible que le shinobi ou le vulgaire bandit.

Le lendemain, aux aurores; je me réveillai recroquevillée, nichée au pied d'un de ces arbres qui perdait ses feuilles qu'importe les saisons. Comme les fois précédentes, j'étais nue, complètement, et rares étaient les parcelles de ma peau encore vierges de la violence de la nuit passée. Comme les fois précédentes, je ne me souvenais de rien, ma tête semblait prise dans un infini tourbillon; et peu à peu tout redevenait clair comme l'ivresse pouvait s'estomper. J'avais beau ne pas me souvenir, je savais pertinemment ce qui s'était produit, et d'où venait tout ce sang à moitié sec. Et comme les fois précédentes, Raki se tenait là, à proximité, tenant dans sa gueule mon sac qui contenait mes affaires de rechange... Dans la prévision où ça se reproduirait. J'y avais pensé depuis mon départ de Konoha. Comment ferai-je si jamais... Me redressant, sentant mes membres endoloris, j'observais autour. Le soleil rosée du petit matin se reflétait dans le Lac Mashû, une vision apaisante après ce que j'avais fait. Je pris le temps de me baigner dans le lac afin de défaire de ma peau cette teinte rougeâtre et à l'odeur acre qui la paraît, un peu à l'image d'une longue robe écarlate. Je quittai l'eau salie du grand Lac, passai ma tenue propre et...
    "Raki, il ne leur est rien arrivé ?"

Le chien-loup aboya, me faisant comprendre que non. Un sentiment rassurant m'imprégna alors l'espace d'une seconde, et aussitôt je retournai au campement. Je pensais les voir encore endormis, mais lorsque j'arrivai, je me rendis compte que le feu était de nouveau allumé, et se tenaient à ses abords Luka et Gondo. Ceux-ci me jetèrent un regard surprit, voire interrogateur. Mais aucune frayeur, ni peur ne semblait émaner d'eux. J'étais sur ce point rassurée, quelque part. Quant à Laya, elle dormait toujours, paisiblement. Je pris place face à eux, de l'autre côté du braséro et restai silencieuse jusqu'à ce Gondo m'adresse la parole. Je relevai les yeux pour le regarder pardessus le feu.
    "Il s'est passé quelque chose cette nuit."
    "..."
    "On a entendu des hurlements... Atroces."
    "Et tu n'étais pas là, gamine. Alors que ton chien, oui."
    "Je suis allée voir, et j'ai demandé à Raki de rester ici pour vous protéger, si jamais..."
    "Et que s'est il passé au juste ?"
    "De...quoi ?"
    "Les hurlements, on aurait dit que des personnes se faisaient..."
    "Massacrer. Ou dépecer. Quelque chose comme ça."
    "Ah... Non... Je ne sais pas."
    "Mais, tu as dit que tu étais allée voir, non ?"
    "Et les chevaux se sont enfuis, ils ont eu peur de quelque chose, je crois."
    "Hmm... Vous êtes sains et saufs, qu'est que vous voulez d'plus ?!"

Répondis-je sèchement, avec une nuance de colère dans la voix. Je me levai et allai réunir les quelques affaires.
    "Si y a plus de chevaux, bah on finira à pied. Réveillez Laya, on part dans pas longtemps."

Ajoutais-je en m'éloignant. Je regardai mes mains, et me rendis compte que du sang séché tâchait encore l'intérieur de mes ongles.


Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre]


Revenir en haut Aller en bas
 

Clair de lune et bois brumeux [Partie 2][Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Shimo no Kuni-