N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Une histoire de famille (kira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Nouveau
Suchiru Saori
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) - Page 2 EmptyMer 14 Sep 2016 - 16:18


Je crois que la demande d'Amano me flatte même si elle me semble logique. Forcément, je l'ai impressionné! D'ordinaire j'insuffle plutôt méfiance ou haine alors le fait qu'un Kawaguchi reconnaisse ma valeur en ne s'arrêtant pas aux considérations décalées habituelles ne peut que me réjouir. Je reste néanmoins stoïque et m'autorise quelques instants de silence. Ma décision est déjà prise, évidemment. Mais je tiens à ce que Platine croit que je ne suis guère emballé par cette idée. Histoire de lui rappeler que rien n'est acquis.
"Mmmh..."
Je m'allume une clope et m'allonge sur mon nuage de sable non sans rester attentif à l'environnement. Nos adversaires sont réputés pour leur faculté à se cacher sous le silicium et à bondir sur leurs proies au dernier moment, lorsque la surprise leur offre un avantage souvent décisif. C'est malin. Et dangereux pour ceux qui font l'erreur de baisser leur garde. Mais il faut bien que ces primitifs compensent l'absence de talents shinobis n'est-ce pas?
"Soit! Tu seras mon élève!" dis-je en tournant le regard vers lui. "Mais sous certaines conditions! Pour commencer je ne veux pas t'entendre te plaindre. Jamais! Et ce, quelles que soient les circonstances! J'exige également une obéissance aveugle et une loyauté sans failles!"
La base! Je sais que la plupart des senseïs tiennent à établir une relation de confiance et d'amitié avec leurs élèves. Grand bien leur fasse! Mais de mon côté je suis convaincu que ce n'est qu'en maintenant une distance stricte entre le maître et son apprenti qu'il est possible d'obtenir les meilleurs résultats. Je ne souhaite pas faire d'Amano un ami mais bien un guerrier qui fera honneur au clan. La gentillesse ou la compassion sont des obstacles à l'éclosion parfaite d'Amano. Et je ne permettrai pas que ce genre de sentiments s'immisce entre mon cousin et ma sublime personne!
"Si tu désobéi à l'une de ces règles ou que tu remets en doute mon autorité ne serait-ce qu'une seule fois alors tu n'auras plus qu'à te trouver un autre Senseï!" Ce qui me semble correct! "Mais si tu endures les épreuves que je t'impose et que tu sais rester à la place qui est tienne alors je ferai de toi l'un des plus grands guerriers de Kaze! Tu as ma parole!"
Et je respecte toujours une promesse faite. C'est l'une de mes nombreuses qualités! Toujours est-il que j'ai posé les termes du contrat et que c'est désormais à Amano d'y apposer sa signature en bas de page. Je suppose qu'il ne peut pas vraiment mesurer la portée de mes propos ou les souffrances qui l'attendent. À vrai dire je ne sais pas moi-même comment je serai amené à me comporter avec lui. Cette situation est relativement nouvelle pour moi. Et même si Tali est mon élève, dans les faits je n'ai pas grand chose à lui apprendre. Au contraire d'Amano. Je suppose que je découvrirai à ses côtés ce que signifie être un maître tout comme il découvrira de son côté ce que c'est d'être mon élève. De ce point de vue nous avons beaucoup à apprendre l'un de l'autre.
"Ha et une dernière chose: le salaire que tu percevras de Kaze sera intégralement versé au trésor Kawaguchi! Disons que c'est une manière de remercier le clan pour la protection qu'il est nécessaire de t'apporter pour le moment..." je m'autorise un sourire. "Mais ça n'a rien d'un sacrifice! Dis-toi simplement que c'est une manière de servir les tiens jusqu'à ce que tu sois apte à défendre le clan avec tes propres poings!"
Est-ce que ça lui semble correct? Veut-il poursuivre dans cette voie? Je forme une lame de sable et m'ouvre la paume droite. Mon sang coule avec élégance le long de cette dernière puis s'écoule en gouttelettes régulières sur le sable qui constitue mon nuage. Je tends ensuite l'arme improvisé à mon élève pour qu'il en fasse de même. Un pacte de sang! C'est bien ce que je suis en train d'exiger pour sceller définitivement notre accord...

<=====<>=====>

Il nous semble rapidement évident que la direction indiquée par notre ancien captif est fausse. C'est le problème de la torture: on est jamais certain que les informations délivrées par la victime sont correctes ou si cette dernière raconte tout ce qui lui passe par la tête pour faire cesser la douleur. Néanmoins nous avons la chance de tomber sur des traces de pas encore bien dessinées sur le sol mouvant de Kaze. Au premier abord on aurait pu dire qu'une seule personne en était à l'origine. Mais les Gōin'na ont pris l'habitude de marcher en file indienne, dans les traces de la personne qui les précède, pour masquer leur nombre exact. C'est malin mais dans les faits c'est une ruse compliquée à mettre en oeuvre. Il y a toujours un faux pas!

Nous remontons la piste pendant le reste de la journée puis des premières heures de la nuit. Et finalement une clarté dans le ciel nous annonce que nous sommes arrivés. Nous rampons jusqu'au sommet d'une grande dune pour découvrir plusieurs feux de camps dont les flammes lèchent le ciel. Divers tentes archaïques sont disposées en cercle autours de ces foyers et les silhouettes de nos ennemis apparaissent régulièrement dans notre champ de vision. Leur nombre? Difficile à dire. Peut-être une cinquantaine. Voir une centaine.
"Nous n'avons pas l'avantage numérique mais ça, nous nous y attendions! Fort heureusement nous pouvons compenser ce désagrément par l'effet de surprise! Nous devons donc jouer cette carte comme il se doit!" je lui désigne le décor alentours. "L'environnement est notre principal allié! Si nous maîtrisons le terrain alors nous prenons un avantage décisif sur l'adversaire!"
Le désert étant constitué de sable nous sommes évidemment à notre avantage. C'est l'océan doré qui fait la puissance du clan Kawaguchi. Mais nous ne pouvons pas nous baser sur cette seule réalité pour remporter un combat. La force sans l'intelligence ne représente rien. Absolument rien!
"Analyse la situation puis décide d'un plan d'action! Ceci fait nous passerons à l'attaque!"
Je me laisse choir d'un mètre ou deux derrière notre abris puis m'allume une autre cigarette. Qu'Amano prenne le temps d'évaluer correctement le futur champ de bataille. J'ai de quoi m'occuper de mon côté...
Revenir en haut Aller en bas
Suna
Kawaguchi Amano
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) - Page 2 EmptySam 17 Sep 2016 - 18:26

Le paysage des dunes sablonneuses défile sous les pas du cadet et sous les yeux de l'aîné des deux hommes. Alors qu'Amano avait formulé sa demande, Kira avait planté ses yeux sur lui et s'était allumé une cigarette. Quelques secondes passèrent avant qu'il n'approuve avec une panoplie bien complète d'exigences.
Levant un sourcil quant il lui parla d'obéissance aveugle, il pouvait bien lui dire oui et trouver un moyen subtile lorsque tout ce qu'il entreprenait ne lui convenait pas de lui faire savoir. Sans chercher à lui désobéir, il chercherait à lui faire comprendre ce qu'il pensait.
La suite le fit presque sourire. Et pour l'argent, il n'en avait cure. Même si c'était utile pour se loger, il avait un étrange panel de solution pour pallier à ce léger problème.

Son esprit après tous ces mots, ne pu s'empêcher de s'évader. Être le plus grand guerrier de Kaze serait, non seulement une satisfaction personnelle, mais aussi un moyen de prouver à son père que son fils n'était pas un bon à rien, à sa mère qu'elle avait eu raison de lui faire confiance, et à sa sœur que son action n'était pas veine. Lorsque son pied butta dans le sable il reprit ses esprits et observa le blond à ses côtés, sa main dont le sang coulait maintenant et la lame de sable qu'il lui tendait pour qu'il « signe en bas à droite ».
Sans hésiter une seule seconde il empoigna la lame et versa son sang à son tour. Que le sable leur en soit témoin, Amano jurait de suivre Kira quoi qu'il lui en coûte.
Fermant son poing, il en oubliait presque ses douleurs tant son cœur était empli de joie. L'idée d'apprendre à ses côtés, l'idée de devenir capable de protéger tout leur clan de ses propres mains devenait, par ce simple biais, enfin accessible. Tout seul, il n'y serait probablement jamais parvenu, mais à ses côtés, sous ses ordres, il se surpasserait, ne serait-ce que pour le rendre fier de lui et ne pas lui faire regretter de l'avoir prit sous son aile, si grande.

Continuant la route sous le soleil du désert, Amano guetta les traces devant eux. Une seule emprunte, mais malgré le vent qui s'abattait sur les dunes, trop profonde pour être faite par une seule personne. Enfin, c'était sa sensation, il n'était pas pisteur après tout.
Suivant cette maigre piste tout le jour, le platine ne chouina pas une seule fois, malgré sa fatigue physique et ses plaies encore douloureuses bien que pour la plupart cicatrisées. Sa cadence ne ralentit que lorsque la nuit commença à poindre et que de faibles lueurs se dressèrent devant eux.
En se coulant dans le sable des dunes, ils purent voir le campement du clan et une fois de plus le blond prit le premier la parole.
Etudier le terrain, travailler et réfléchir à sa place et si jamais ça n'allait pas, se faire recadrer. Pourquoi pas.

Les yeux d'Amano firent le tour assez rapidement. Leur campement était là depuis un certain temps, ils avaient aplani la surface sur laquelle ils avaient montés leur tentes, mais été cerné par les dunes du désert. Observant le nombre d'habitation de toile, et les quelques ombres qui se mouvaient entre les flammes des feus, le platine soupira. Organiser l’annihilation d'un clan à deux ce n'était pas donné à tout le monde. Et même si Kira était diablement fort, lui n'était encore qu'un apprenti.
Se reculant et se tenant assis sur les genoux, Amano ferma les yeux une seconde et tenta tant bien que mal d'échafauder un plein pas trop bancale. Rien de bien ne semblait vouloir naître dans sa petite tête en cette nuit, et les rires et les chants qui s'élevaient du campement ne l'aidait en rien à élaborer une stratégie offensive.
Serrant son poing, de cette main où son sang avait scellé son pacte avec Kira, le jeune Kawaguchi rouvrit vivement son regard et posa ses yeux bleus presque translucide sur son nouveau maître.

- Attendons que la majorité des femmes et des enfants dorment, pendant que la plupart des hommes monteront la garde, tuons les endormis puis ne laissons aucune trace derrière nous. En attaquant chacun de son côté, soit l'un au sud l'autre au nord, soit l'un a l'est et l'autre à l'ouest, nous aurons moins de chance de voir venir des fuyards. Et dans le noir, il sera aisé de se faufiler sans se faire repérer, alors que tant qu'ils chantent, ceux affectés aux tours de gardes seront plus vigilants.


Sans chercher à savoir si Kira l'écoutait ou non, il termina faiblement.

- Il faut juste prendre garde... je suis presque certain qu'il y a des pièges dans les allés entre les tentes sous le sable. Qui sait si les quelques mètres entre les dunes et leur campement n'est pas une vaste étendue minée.

Inspirant lentement, il donna les derniers mots de son plan.

- Bref, on se sépare ! Ca doublera nos chances.

Récoltant une poignée de sable dans sa main, Amano resta dans la même position mais retourna ses yeux en direction du campement.


Lorsque l'heure s'approcha, lorsque les rires s’amenuisèrent, Les yeux du platine s'ouvrir de nouveau, son corps se coula dans le sable et il s'avança pour voir. La moitié, si ce n'est plus, des membres du clan disparurent dans les tentes.
La destruction des Gōin'na aller pouvoir débuter.

Sans plus se soucier de son professeur, et puisqu’après tout il devait faire ses preuves, le genin s'avança sur la vague étendue de sable plane, prenant garde où il mettait ses pieds. A peine les premiers cinquante centimètre franchit, qu'une mâchoire de métal aux dents acérées trouva sa cheville, manquant de peu de la broyer. Il ne du qu'à son instinct d'avoir sa cheville droite en un seul morceau, même si son sang avait coulé et aussi un petit kunai. Forçant sur ses muscles pour ouvrir le piège et dégager sa jambe, son parcourt fut jalonné d'esquive souvent trop limite, si bien qu'il se trouva avec quelques cordes pendants autour de ses épaules, vestiges d'un piège déjoué, et quelques lames tenues entre chacun de ses doigts.
Enervé de s'être une nouvelle fois fait prendre de court, comme un bleu, par des artifices si simple, il parvint tout de même discrètement jusqu'au camp et se faufila entre deux tentes. Un cri rauque le tendit au premier abord, puis la voix qui suivit et l'homme qui sortit de la tente le sourire aux lèvres en remontant avec une classe sans nom son pantalon laissa Amano perplexe. La femme était donc éveillée, il ne pourrait pas avancer comme ça. Mais s'il la tuait maintenant, et si un autre type entrait pour avoir les mêmes soins que celui qui venait de sortir de là la découvrait morte, l'alarme serait donnée.
Pesant rapidement le pour et le contre, Amano entra dans la tente discrètement et trouva la femme assise sur une chaise en train de se brosser les cheveux, nue. Cette dernière semblait attendre son prochain invité et se tourna sans crier de surprise. Néanmoins, la dégaine du platine l'interpella, et avant qu'elle ne puisse dire quoi que se soit, sa nuque craqua et son corps reposa entre les bras du jeune ninja.
La déposant délicatement sur le lit un peu plus loin, il s'esquiva de la tente en prenant garde aux bruits de pas pour ne pas se faire voir.

Il les tuerait, les uns après les autres, mais cet enfant là, qui l'avait vue tuer ses parents, ce même enfant qui le regardait droit dans les yeux alors que le choix cornélien s'offrait à lui, lui donna l'envie de le laisser partir. La fillette n'arrivait pas à le quitter des yeux et sa main accrocha ce qu'il restait de pantalon au ninja qui se laissa surprendre alors qu'une massa aller s'abattre sur sa tête.
Son bras enserra la taille de l'enfant et il sauta sur le côté pour éviter la mort. La massa frôla les deux jeunes gens. Pourquoi l'avait-il protéger, peut-être parce que sans l'action de cette jeune fille, sa tête aurait déjà fini en bouillit pour cochon.
L'alarme avait été donné, trop de morts avait été trouvé, ou était-ce Kira qui avait fait dans la démesure ?
Cet homme ressemblait fort à celui qu'il avait achevé avec l'aide de son maître. Cette fois il s'y confrontait seul, et en plus disposait d'un sérieux handicap. Comment expliquerait-il qu'il faille laisser cette enfant en vie ? Devait-il lui dire qu'elle était une captive du clan Gōin'na, ou inventer quelque chose de ce genre là ? Ou simplement la vérité, qu'il était incapable de tuer un enfant en le regardant droit dans les yeux. Ceux dans leur lit, bien que le geste fut cruel, ne lui avait pas poser plus de problème de conscience que cela, mais celle-ci, et ses yeux si grands, si intenses qu'il vous perce à jour, l'avait ébranlé dans ses choix premiers.

Se relevant avec grand peine en gardant la demoiselle contre lui, Amano saisit la dernière cordes qu'il avait autour de ses épaules et en se baissant, fit monter l'enfant dans son dos et la fit tenir avec cette même corde qu'il se noua a la taille, ne restait plus qu'à l'enfant de lui tenir les épaules pour ne pas avoir la tête en bas, chose qu'elle fit de suite, et un peu fort.
Le platine esquiva le nouveau coup que lui porta la montagne de muscles et sans vérifier que la gamine contre lui tenait bien, effectua un enchaînement d'esquive tout en se rapprochant inexorablement de sa cible, centimètre par centimètre. A la hauteur de son menton, qui surpassait bien de cinq bon centimètres la tête du platine, ce dernier, dont la main avait été préalablement recouvert de sable, lui décocha un bel uppercut qui le fit reculer de quelques pas et sembla le sonner. Ce n'était pas suffisant, mais ça lui donnait un avantage considérable, bien que ses muscles souffraient encore du dur entraînement de la nuit.
Saisissant le dernier couteau entre ses doigts, le Kawaguchi couru vers l'homme et vint sectionner l'avant de l'une de ses chevilles, laissant son sang rougir le sable et son cri couvrir les autres alors qu'il pliait la jambes. Le platine continua, mais un autre individu arriva entre temps, venant bloquer une des attaques d'Amano qui aurait du ôter la vue à l'homme titanesque.

Couvert de sang, l'enfant du sable et la fillette observait ce nouvel arrivant. La jeune fille cracha aux pieds de ce dernier et parla.

- Sale crapule, mon nouveau gardien va te tuer !

Sans rien comprendre à la situation, mais voyant que les paroles de l'enfant avait pour le moins agacé l'inconnu, Amano se mis en garde et couvrit son bras d'un petit bouclier de terre.
Sentant sa propre fatigue arriver, et percevant des bruits de pas se rapprochant, il décida d'en finir vite, quitte à tomber à genou après et devoir se cacher pour survivre.
Recouvrant une de ses mains de sable, il bondit sur l'homme qui venait d'arriver et l’assomma aussi sec avant de le tuer. Il retrouva ensuite l'autre grand type agonisant pour lui porter le coup de grâce.

Ses jambes fléchirent et le platine eu grand peine à ne pas se laisser choir sur le sol. Forçant un peu, il vint s'asseoir sur une caisse de bois, observant le sang couler des deux hommes et la pagaille dans le camp. Il ne devait plus rester grand monde. Les dormeurs avaient été tué silencieusement, et les gardes s'étaient battus.
Des pas approchaient toujours dans leur dos, et la fillette était restée aux côtés du platine, s'étant défaite d'elle-même de son attache pour ne pas être éloignée de lui et blessée durant l'affrontement. Elle se tourna vers la silhouette approchant, tenant le bras de son sauveur fermement.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) - Page 2 EmptyMer 28 Sep 2016 - 4:33


Le plan proposé par Amano est plutôt crédible, je le reconnais. L'obscurité est une précieuse alliée lorsque l'on opte pour une approche discrète d'un territoire - ou en l'occurrence d'un campement! - ennemi. Mais j'aurais préféré une approche plus agressive. S'il est judicieux de ne pas se faire trop remarquer il est également agréable de lire dans le regard de ses adversaires la peur ou l'incompréhension. Comment savourer la mort d'une personne quand le visage et les expressions de cette dernière sont nimbées d'un voile de noirceur? Non, décidément ce ne sera pas très amusant. Mais ça aura au moins le mérite d'être efficace...
"Et bien tu as au moins un minimum de sens tactique!" dis-je, un sourire au coin des lèvres. "Ton plan me convient même s'il pourrait être plus amusant! Mais c'est toi le chef après tout..."
Et je regrette déjà de lui avoir laissé l'opportunité de prendre les décisions tactiques. Quelque part j'avais espéré qu'il me sommerait de foncer dans le tas avec un grand tsunami de sable en appui. Une façon plutôt brutale de rappeler à nos adversaires qui sont les maîtres de ce désert. Quitte à tuer, que ce soit avec un certain panache. Mais si mon élève préfère l'efficacité au plaisir je ne vais pas le blâmer. Finalement seul le résultat importe ici. Et puisque le platine a décidé que nous devions nous séparer...
"Je reste ici! À toi de trouver un autre endroit d'où lancer l'attaque!" je lui fais un vague signe de la main pour l'inviter à dégager. "Allez, du balais!"
Il y a pas mal d'avantages à être senseï, le premier étant la possibilité d'exploiter ses élèves. Il faut bien que la hiérarchie soit respectée, non? Et pour ça il convient donc de rappeler constamment à Amano la place qui est la sienne. Fort heureusement il se trouve que je suis plutôt doué pour ce genre de choses. J'observe un instant mon cousin se déplacer de l'autre côté du campement puis me retourne sur le dos et m'allume les restes d'une vieille cigarette. L'heure est désormais à l'attente...

<=====<>=====>

Je survole le campement sur mon nuage et observe mon élève évoluer au milieu des ennemis et de leurs cadavres. Je me pose volontairement en spectateur et me contente d'être acteur lorsque la situation l'exige. Les flèches de silicium plantées dans le torse de certains primitifs peuvent attester de ma vigilance. Mais je souhaite avant tout laisser platine obtenir par lui-même la vengeance qui lui a fait jusque là défaut. C'est à lui de verser le sang de ceux qui l'ont privé des siens. Et ce n'est qu'ainsi qu'il trouvera une certaine forme de paix. Il n'oubliera pas. Mais le souvenir deviendra sans doute plus supportable qu'auparavant.

Je lève la main et une poignée de nouvelles flèches se forment à partir de mon nuage. Elles fondent ensuite sur autant de fuyards qui cherchent à rejoindre la relative sécurité du désert. J'observe un instant les corps sans vie glisser mollement aux pieds des dunes puis découvre que l'un de mes traits n'a pas tué sa cible sur le coup. La respiration saccadée de la "chanceuse" ne laisse cependant que peu de doutes sur son espérance de vie. L'agonie sera peut-être longue mais la mort est bel et bien au bout du chemin. Qu'elle prenne son temps...

Mon élève, de son côté, est à nouveau confronté à l'un de ces colosses aux muscles sculptés. Je me penche davantage sur le bord de mon perchoir pour voir le déroulement du combat qui fait rage quelques instants. Mais je m'attarde davantage sur l'étrange silhouette dans le dos de mon cousin que sur sa technique de combat. Qu'est-ce qu'il fout? Quelques secondes plus tard, quand mon cousin décide de s'accorder une pause en s'asseyant sur l'une des caisses en bois, je me laisse alors choir au sol. Ça va chier!

Je franchis les quelques mètres qui me séparent d'Amano et renvoie d'un coup de coude un adversaire au fond de sa tente en flammes. J'accorde à peine un regard curieux à la nouvelle torche humaine avant de frapper d'un grand coup de pied le siège de mon élève. La caisse explose et projette le jeune homme au sol. C'est le regard sévère et les bras croisés que je me place alors en face de lui.
"Tu m'as entendu annoncer la pause?" mes yeux se posent sur l'enfant qu'il porte harnaché dans le dos. "Qu'est-ce que c'est que cette gamine?"
Je découvre avec indifférence le visage de l'intéressée. Une captive? Une enfant Gōin'na? Je suppose que la question mériterait d'être creusée si seulement elle me préoccupait. Mais si nous sommes ici c'est pour purifier le désert d'une partie de ses parasites. Et certainement pas pour faire dans le social. Les ordres étaient clairs: aucun survivant!
"Tu vas me faire le plaisir de t'en tenir au plan initial et de te débarrasser d'elle!" Et plus vite que ça! "À moins que tu préfères que je m'en charge moi-même?"
Je suppose qu'il sait que ce n'est pas dans l'intérêt de l'enfant! Une vague de sable s'élève sur l'un de mes flancs pour repousser une volée de lances indigènes. Mes tentacules se chargent de réduire en charpie ce semblant de résistance. Je vais octroyer à Amano le temps nécessaire pour qu'il fasse ce qu'il a à faire. Quant à lui, il a plutôt intérêt à suivre mes ordres. N'était-ce pas notre deal?
Revenir en haut Aller en bas
Suna
Kawaguchi Amano
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) - Page 2 EmptyMer 28 Sep 2016 - 23:48


Quelques secondes, aussi brèves que bénéfiques, avant que son assise ne s'éparpille dans le sable, entre les tentes, et que son corps, et par la même, celui de la fillette, soient propulsés un peu plus loin. Une grimace de douleur traversa le visage paisible d'Amano et la voix, premièrement, puis le regard et enfin l'attitude de son maître lui tira un sourire.
C'est vrai, il était ce genre d'homme, celui qui ne faisait pas dans la dentelle, celui qui ne se souciait pas des dommages collatéraux. Posant ses mains contre le sol pour se redresser alors qu'il observa la vague de sable se lever non loin d'eux, ses pensées ne firent qu'un tour.
Qui était celui qui avait le plus veiller sur lui durant cette opération, qui était celui qui lui apprendrait ce qu'il avait besoin de savoir pour se relever quoi qu'il arrive ? Qui était celui qui le pousserait toujours en avant et ne le freinerait pas ? A qui devait-il la vie en ce moment même ?

Ses yeux passèrent de la fillette qu'il fit descendre de son dos, à Kira, droit devant lui, furieux. Un simple sifflement, discret, d'agacement, passa entre les lèvres d'Amano. Bien sûr qu'il avait raison, il ne fallait pas laisser de témoin gênant, il ne fallait pas se couvrir de handicap en cherchant à protéger ceux qui ont eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Et pourtant, en plongeant dans les yeux déterminés de la jeune fille, le platine eut un pincement au cœur alors que celle-ci lui souriait de toutes ses petites dents.

- Toi, t'es méchant !

Lança-t-elle en pointant ostensiblement du doigt Kira avant de s'approcher de lui et finalement, de se mettre entre Amano et son maître.

- Un gardien ne tue jamais sa protégée ! T'es bête ou quoi ?

Son naturel la fit inconsciemment provoquer le maître du sable. Amano n'eu qu'une réaction, poussant une nouvelle fois ses muscles à aller contre leur fatigue, passant outre la douleur et brisant sa tétanie. Il n'avait pas fait un geste inutile et était arrivé en une fraction de seconde au niveau de la fillette qui se trouva maintenant, et pour la seconde fois, dans son dos, alors que lui ne se trouvait plus qu'à quelques centimètres de son sensei.
Serrant les dents, voulant se justifier, Amano ne parvint pas à faire quoi que se soit. Etait-ce ses yeux, son attitude ou simplement sa prestance naturelle ? De se tenir ainsi, dressé contre lui, le paralysait complètement. Lui qui avait tant de fierté, lui qui parlait si haut et fort et qui voulait le surpassait, n'arrivait même pas à aller au bout de ses actions et de ses promesses.

Une aiguille passa outre le sable et frôla le coin de l'oeil du platine. C'était ce dont il avait besoin, et comme une gifle mentale, après ces quelques secondes où ses yeux et son corps ne savaient plus rien faire, il se retourna en s'agenouillant au niveau de la fillette puis lui murmura :

- Tu ne souffriras plus jamais, belle demoiselle.

Sa voix trembla, alors que la petite fille se lovait contre lui, se sentant en sécurité.

De son côté, Amano posa une mains sur le dessus de la tête de la fillette, une brève seconde puis, comme à la femme qui avait attendu son prochain client, il fit craquer sa nuque d'un coup sec et précis et retenu contre lui le corps qui s'affaissa mollement dans ses bras.
Sans pouvoir retenir une larme de s'échapper, il tenta de se convaincre des paroles qu'il avait prononcé pour la jeune fille. Son cœur avait mal, aussi mal que si on lui avait enfoncé une multitude d'aiguilles et qu'on les faisait bouger.

Déposant avec douceur le corps de la fillette sur le sable, l'élève se redressa lentement et poussa un cri où se mêlait rage et désespoir. Plus jamais il ne voulait avoir à faire ça, plus jamais il ne voulait entendre parler de vengeance, plus jamais il ne voulait voir le sang des enfants versés pour une idée aussi stupide que la guerre. Plus jamais il ne voulait devoir suivre aveuglément un ordre de Kira, alors que pour toujours il voulait apprendre de lui.
Ses yeux s'illuminèrent d'une nouvelle détermination.

Ses jambes se mirent en mouvement, passant à côtés de son maître sans même lui porter une quelconque attention, puis poussa un nouveau cri, mais avec du sens cette fois :

- Viens ! Viens donc te mesurer à moi, toi qui a voulu nous tuer !

Une silhouette se dégagea des tentes en flammes ou noyées sous le sable. Il s'agissait d'une femme dont la tenue laissait comprendre qu'elle savait se battre. Dans ses mains deux éventails jumeaux de taille moyenne, taillés pour le combat.

Tournant vaguement son visage pour que sa voix porte vers son maître, Amano prononça quelques mots faiblement :

- Maître... C'est mon combat.


Au même moment, la femme effectua une rotation sur elle même et une dizaine de petites aiguilles s'échappa des pointes de ses éventails.
Amano tendit son bras fêlé et le bouclier de terre s'y forma, en réponse à son envie de mettre un terme à tout ceci. Les aiguilles s'y figèrent les unes après les autres sans qu'aucune ne dépasse le platine et n'aille inquiéter d'une quelconque manière son maître légèrement en retrait de sa position, puisqu'il était passé à côté de lui.

Chacun sa manière de faire. Lui avait celle de sa mère principalement.

La femme cependant ne sembla pas choqué ni apeurée, bien au contraire, un sourire malsain déforma les traits de son visage.
Ce fut Amano qui, contre toute attente, fit un pas en arrière. Mais sa posture, pliée vers l'avant, son bras droit, dressé devant lui, sa main gauche, prête à frapper, laissait comprendre qu'il ne flancherait pas comme ça. Son corps commençait à céder, il le sentait bien. Après tout, il était fait de chair et d'os, il n'était qu'un homme parmi tant d'autre, mais il était un Kawaguchi, un enfant du désert, et rien que pour cela, il n'abandonnerait pas.

La femme resserra ses éventails, si aucun des deux Kawaguchi ne le savait, elle était pourtant bien la femme du chef de ce clan, la tigresse aux milles aiguilles. Son sourire se déforma davantage, si c'était possible, et un coup de vent dévoila sa longue natte rouge et noire dont l'extrémité se terminait par une lame qui semblait bien affûtée.
De la même manière qu'Amano, elle se plaça en attaque. Ce fut elle la première à bondir vers le platine. Elle n'en ferait qu'une bouchée, c'était sa pensée. Celui qui l'intéressait c'était le blond, il semblait plus fort, plus à même de lui donner du fil à retordre.

Ses attaques se heurtèrent cependant bien trop souvent aux bras ou aux jambes du platine dont le sang qui le couvrait était aussi bien le sien que celui de ses ennemis. Il ne pensait plus, il n'entendait quasiment plus, son corps bougeait par réflexe, son esprit était déjà ailleurs.

La femme le remarqua bien vite et ne fit qu'une petite balayette pour mettre à terre celui qui le gênait pour se battre contre le Kawaguchi dont le sable avait engloutit son mari et son clan. De vivant, à cet instant, il ne restait qu'elle.
En s'approchant du blond, sa cheville fut enserrée par une main sanglante et chaude qui la tira vers le bas, l'obligeant à s'agenouiller.

- Tu as donc envie de mourir chien du sable ?!

Sa voix siffla, comme ses aiguilles, et son talon voulu venir écraser la main qui le retenait dans un craquement sourd.
Pas de cri, juste du sang au coin des lèvres de la chef Gōin'na et son mouvement de chute. Amano venait de lui briser la cheville par un coup de poing, poing qu'il avait recouvert de son sable et pas seulement. Entre ses doigts, il avait récupéré les aiguilles que son bouclier avait retenu. Elle l'avait de cassée, mais aussi, transpercée.
Le platine ne se relevait pas, il ne pouvait pas. Il était à bout, de chakra, de force et le sang qu'il perdait ne l'aidait pas à rester conscient. Etait-ce son heure ? Il en doutait, au fond, il croyait avoir un avenir long et douloureux et suivre les traces de son maître pour au final lui passer devant et lui ouvrir la voie.

La deuxième cheville de la chef des Gōin'na craqua dans le même bruit et cette fois elle hurla, de rage.

- Je suis... ton... adversaire...


Parvint-il à prononcer avant de lancer de quelques doigts une aiguille qu'il avait gardé dans la gorge de la femme qui hoqueta de surprise. Elle était trop bien placé, si elle la retirait, elle se viderait de son sang sans pouvoir rien en faire. Si elle la laissait, elle ne pourrait bientôt plus respirer.
Comment un homme dont la conscience était pour ainsi dire partie pouvait-il encore faire ça ? Elle le regarda d'un autre œil, et finalement afficha un sourire amusé mais résigné.

- Tu l'étais... fils du sable.

De sa main, elle saisit la longue aiguille qui traversait sa gorge et son sang s'échappa abondamment, la laissant mourir lentement.

Quant à Amano, ses blessures externes n'étaient que superficielles alors que sa fatigue était presque mortelle. Il ne lui restait pratiquement plus de chakra, et moralement, ça avait été douloureux pour lui. Il lui faudra du temps, beaucoup de temps.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) - Page 2 EmptyLun 3 Oct 2016 - 14:58


Je le reconnais: à un moment j'ai bien pensé qu'Amano refuserait d'exécuter mon ordre et tenterait vainement de sauver la fillette. Cette dernière semble la considérer comme sa gardienne et ça ne fait qu'ajouter à mon exaspération: il ne saurait y avoir une relation du genre entre un Kawaguchi et une inférieure! Mais cette gamine est encore trop jeune pour comprendre que loin d'être au sauveur, Amano sera son fossoyeur. Je suis conscient que ce que je demande à mon élève est rude. Je sais qu'il doit être en proie au doute et à une certaine forme de souffrance psychologique. Mais mon devoir est de le rendre plus fort. Et pour y parvenir je ne reculerai devant aucun moyen. Ce n'est que par le sacrifice et la souffrance que l'on grandit. Ceux qui pensent le contraire ne sont rien de plus que de doux idéalistes...

Finalement le craquement sec qui s'échappe de la nuque de notre captive mets un point final à notre petite expédition. J'observe le corps sans vie quelques secondes puis lève le regard sur Platine. Est-ce une larme qui lui au coin de son oeil? Je ne peux retenir un reniflement de dédain mais le gratifie néanmoins d'un vague signe de tête approbateur. La forme laisse à désirer mais le fond est en adéquation avec mon ordre. Ainsi donc Amano vient d'apprendre ce que signifie donner la mort à un être sans défense. Une épreuve difficile mais malgré tout nécessaire. Même s'il ne s'en rend pas compte, il vient de faire son premier pas sur la route de la grandeur. Une route sur laquelle il vaut mieux ne pas s'embarrasser de la morale ou de l'altruisme.
"J'ai failli attendre..."
Je ne vais certainement pas compatir avec le chagrin qu'il doit ressentir. Et encore moins le féliciter pour avoir exécuté un ordre plutôt simple. J'effectue quelques rapides mudras et le sable autours de nous s'anime et commence à engloutir les différents cadavres et le matériel du campement. Le désert engloutira la moindre trace de ce qu'il s'est passé ici ce soir. Nous avons fait ce qui était juste en débarrassant le pays de ces pillards trop longtemps laissés libres de leurs actes. Mais certaines personnes ont un sens de la justice qui ne leur permettrait pas de comprendre la noblesse des actes que nous avons commis ce soir. Pour éviter les emmerdes, mieux vaut cacher certaines choses...

Toutefois il semble rapidement évident qu'il reste une survivante. Une survivante capable de se battre ou du moins ayant le désir de le faire. J'observe les deux éventails en haussant un sourcil, la tête tournée de trois quart dans la direction de notre nouvelle adversaire. Son combat est inutile mais je reconnais la valeur de son courage. Mais il est aisé de faire preuve de fierté alors que le corps de vos compagnons jonchent le sol. Qu'a-t'elle à perdre de plus? Sa vie doit lui sembler de bien peu de valeurs maintenant qu'elle n'a plus personne avec qui la partager...
"Hoho..."
Mon intérêt est évidemment éveillé. Et davantage encore lorsque Amano décide de faire face seul à la femme. Lui aussi sait trouver la force et le courage de se battre quand bien même il est dans un sale état. C'est l'une des raisons qui m'ont poussé à l'accepter comme élève. Et je n'ai évidemment aucune raison de m'opposer à son enthousiasme.
"Règle ça vite et bien!" une manière de lui faire comprendre que nous avons déjà perdu trop de temps! "Cette femme est le dernier obstacle qui te sépare encore des retrouvailles avec le clan!"
Ou, plutôt, la dernière condition à remplir avant que je l'autorise à rencontrer les siens. J'érige mon habituel trône de sable sur lequel je m'installe confortablement, éclipsant au passage du bout du pied la main de la gamine qui surgit encore du sable. Dégoûtant! J'observe ensuite le combat qui fait rage quelques instants avant de lever les yeux au ciel. Comment Amano fait-il pour perdre face à son adversaire? Bon d'accord cette dernière à un bon niveau et de bons réflexes. Mais tout de même...

Au final la femme aux éventails se dirige vers moi avec la ferme intention de faire couler mon sang. Je n'esquisse pas le moindre geste et me contente de la laisser venir. D'autant plus qu'Amano n'a semble-t'il pas dit son dernier mot et retient l'intéressée par les chevilles. Hé oui, il est comme ça Amano. Il en prend plein la gueule mais il trouve toujours le moyen de se relever. Pour un peu j'en serais presque fier...

La scène qui se déroule alors est des plus amusantes: Platine défonce les chevilles de l'inconnue grâce une judicieuse utilisation du sunaton. Cette scène d'anthologie se termine par un suicide assisté - appelons ça comme ça! - digne des meilleures histoires. C'est donc avec un enthousiasme évident que je me redresse et avance vers mon élève, un large sourire sur les lèvres. Je m'autorise au passage un coup de pied dans le visage de la femme agonisante. Comme si Amano devait être le seul à s'amuser...
"Je crois qu'il est temps que tu rencontres les tiens désormais... Tu as prouvé aujourd'hui que c'est bien le sang Kawaguchi qui coule dans tes veines. Je te traiterai donc ainsi à partir d'aujourd'hui!" dis-je en élevant un nuage de sable sous ses pieds. "Prends du repos pendant le trajet vers la capitale. On va partir du principe que tu l'as mérité..."
Le sable achève d'engloutir les traces de notre passage et seul le désert subsiste, témoin d'une nuit de violence et d'une vengeance finalement obtenue. Il nous faudra quelques heures pour rejoindre le palais. Mais une nouvelle vie va enfin pouvoir commencer pour Amano. Et je suis certain qu'il saura s'en montrer digne...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

Une histoire de famille (kira) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une histoire de famille (kira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Oasis d'Eden-