N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Hyûga Tatsuya
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyLun 30 Mai 2016 - 0:04



Le Genjutsu est une des six spécialités que peuvent utiliser les Shinobi. Cette spécialité permet de créé des illusions à l’aide de son chakra, elles peuvent être sans danger à bas niveau. Mais lorsque l’utilisateur devient bon dans le domaine, les effets peuvent même faire des dégâts physiques. Saignement du nez, incapacité à bouger cela a beau être des illusions, elle n’en reste pas moins redoutable face à quelqu’un est incapable de briser un Genjutsu. La seule méthode pour briser une illusion créée par le chakra et de l’annuler également avec la même quantité de chakra. Pour cela il faut maitrise une des trois spécialités capable d’exécuter un Kai. Genjutsu, Fuinjustu et Sensorialité. Ils sont les trois spécialités capables de briser une technique d’illusion. Si le Shinobi en question n’a aucun de ses talents, il lui reste une chance. Le Kenjutsu, l’invocation d’une créature avec laquelle on a fait un contrat. Si aucun de ses quatre spécialités ne fait partie de ses compétences, il sera très vulnérable contre ce genre d’adversaire.

Ryokai voulait justement apprendre à contrer le Genjutsu. En tant que Hyûga, il possède un don pour la sensorialité, il est donc capable d’apprendre à utiliser des Kai. Seulement pour apprendre à les maitriser, il fait être sous l’emprise d’un Genjutsu et le jeune homme n’a pas beaucoup de connaissances ayant des compétences dans le domaine. Mizuki était l’une des rares personnes que Ryokai connaît qui est capable de créer des illusions. Il lui avait alors demandé un cours sur le sujet, après tout c’était son élevé, qui de mieux pour lui enseigner les Kai que son sensei d’équipe ? Elle avait donc rendez-vous prêt de la cascade, l’endroit où l’équipe avait été formée. C’était sa première leçon avec elle du coup, il ne savait pas trop à quoi s’attendre. Surtout que c’était une des élèves de Miko, l’Hokage du village et on raconte que ses entrainements sont assez spéciaux. Genre faisait sauter un de ses élèves d’une falaise pour apprendre à voler en utilisant le futon. Était-ce seulement vrai ? Car on ne peut pas dire que ce soit la meilleure idée du siècle quand même.

Vêtu de son kimono de qualité qui lui avait couté un bras et de ses précieux katanas. Le noble du clan de l’œil blanc prit la route de bon matin afin d’être un peu en avance comme dans ses habitudes. Surtout ici, pas question de faire perdre le temps d’une personne qui avait accepté de sacrifier le sien pour lui venir en aide. Le jeune homme n’avait plus vu Mizuki depuis quelques semaines, depuis la nuit avant son départ pour Nami à vrai dire. Il était d’ailleurs préférable de ne pas remettre cette soirée-là sur le tapis car il n’avait pas écouté ses conseils concernant le fait d’évité de fréquenter Leika. Il c’était même rendu en secret à l’endroit où elle effectuait sa mission alors qu’il aurait dû directement retourner à Konoha pour faire son rapport. Enfin la personne qui avait été envoyé avec lui sur place pouvait très bien faire ce fameux rapport sans son aide et puis il n’avait pris que deux jours de retard c'était pas la fin du monde non plus. Mizuki était parfaitement au courant de son petit détour, il avait pourtant essayé d’être discret. Bien sûr il n’était pas au courant de l’échec de sa filature, avait-elle l’intention de lui en parler aujourd’hui ? Tout est possible.

Quittant le domaine du clan de bonne heure, le jeune homme fut rapidement sur place. C’était à cet endroit même que le jeune homme avait réussi l’épreuve de l'insecte pour rejoindre l'équipe formée par l’Aburame. Il y avait même une autre jeune femme avant Yell, c’était un membre du clan Senritsu. Lors de l’épreuve des coccinelles, celle-ci était partie dans la forêt pour ne plus jamais en revenir. Qu’était-elle devenue ? Cela personne ne l’avait jamais su. On ne savait pas grand-chose sur elle, mais on avait pu facilement voir que c’était une jeune femme un peu tête en l’air. Marchant vers la cascade, le jeune homme voyait qu’il était un peu trop en avance, il profita alors de l’occasion pour un peu méditer, prenant place devant la rivière en position assise, les jambes croisées et les mains l’un contre l’autre. Concentrant alors son esprit pour faire plus qu’un avec la nature, des oiseaux vinrent se déposer sur ses épaules.



L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Jiraiya___training_by_nelsonaof

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyMer 8 Juin 2016 - 12:45

Plusieurs jours que les missions à Nami s’étaient terminées, avec son lot de surprises et d’informations. Outre les disparus et autres missions en suspens, je crois que, en ce qui me concerne, la plus grande révélation concernait un membre de mon équipe : Hyûga Ryokai. Assise au bureau de Miko, tournant un stylo entre mes doigts, je réfléchissais. Quoi lui dire ? Comment réagir ? Mes oisillons m’avaient apporté des nouvelles pas très glorieuses concernant ce qu’il avait fait et dit : mais comment pourrais-je lui en vouloir ? J’étais la première à prôner la liberté de penser et d’agir, la force de nos convictions et blablabla. Ryokai avait fait son choix : celui de me désobéir et de déshonorer son clan l’espace d’une soirée. Et bon : je suis pas à cheval sur les principes donc qu’il m’ait désobéi : grand bien lui fasse. Quant au clan, vous lisez quelqu’un qui a eu peur de ses insectes pendant près de vingt ans : bonjour l’honneur.

Si je me posais ces questions, c’est que j’avais aujourd’hui rendez-vous avec lui. Et qu’il était hors de question que je passe sous silence cet évènement : et surtout hors de question que je ne l’utilise pas pour lui inculquer quelque chose. Finissant par me lever, je sortis du bureau et du palais en direction du lieu de rendez-vous que nous avions fixé : toujours le même, cet endroit parfait car regorgeant de richesse naturelle et de possibilités. Il était déjà là, assis en tailleur, en train de méditer. Haussant un sourcil, je m’éclaircis la gorge pour signifier ma présence, ce qui fit envoler les oiseaux. Lui attribuant un grand sourire, les mains derrière le dos, je penchai ma tête comme une gamine.

    - Yooooooooooooooo !

Formel, rapide, simple, efficace. Le Hyûga sortit de sa méditation et se tint devant moi. Il m’avait expressément demandé un entraînement particulier (alors que les entraînements en équipe sont monnaie courante bien que tout ne soit pas toujours écrit pour vos beaux yeux) pour contrer les genjutsu. Aucun problème, j’étais là pour ça, et il n’allait pas être déçu. En fait, il venait déjà d’être plongé dans un genjutsu, sans qu’il le sache au demeurant. Avoir dit bonjour m’a permis de capter son attention et… Voilà. Simple comme bonjour. Puis comme il ne m’avait pas vu arriver, j’ai pu effectuer mes mûdras tranquillement, les doigts de pied en éventail. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet…

    - Alors, comment s’est passé ta mission à Nami ? Rien de particulier à raconter ?

Question piège, mais assez gentille, finalement. J’aurais pu opter pour beaucoup plus sous-entendu, mais le but n’était pas de le tester sur cela, mais de voir s’il osait me mentir ou non. M’approchant du bassin, j’enlevai mes chaussures, remontai un peu mon pantalon et plongeai mes pieds dans l’eau fraîche de la rivière, lançant ma longue chevelure flamboyante en arrière (je sais, rien que d’y penser, ça fait rêver). J’attendais impatiemment sa réponse : la suite découlera de celle-ci. Mais en tout cas, une chose était sûre : il voulait combattre les illusions – il allait être servi.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hyûga Tatsuya
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyMer 8 Juin 2016 - 19:33




C’était des oiseaux de plusieurs espèces, ils s’étaient posés sur les épaules du Hyûga comme sur un perchoir. Les chants de ses volatiles auraient très bien pu perturber sa séance de relaxation, mais depuis le temps, il avait pris l’habitude. C’était la preuve que sa méditation était parfaite et qu’il ne faisait plus qu’un avec la nature et tout ce qui l’entoure. Cette méditation avait aussi pour but de le préparer à l’arrivée de Mizuki qui ne devrait plus trop tarder. Pourquoi me diriez-vous, c’est simple. Il lui avait en partie désobéi en rendant secrètement visite à Leika après la fin de sa mission et notre jeune Hyûga n’était pas le genre à mentir lorsqu’une question lui tombe sur le nez. Bien sûr Ryokai n’était pas sensé savoir que l’Aburame était déjà au courant de son petit détour et bien qu’elle ne soit pas au courant de tout. Elle avait assez d’information pour lui faire la morale.

Il avait promis à Leika de prendre toute la responsabilité de cette visite si jamais Mizuki avait eu vent de cette rencontre secrète. C’était un peu stressant pour lui, pourtant, il n’avait aucun regret sur ses paroles et il n’aurait pas agi autrement si un retour en arrière était possible. Il pourrait très bien lui mentir aussi. Genre dire que jamais il avait rendu visite à la Hayashi et que son retard était dû à autres choses. Mais ! C’était impossible pour lui de faire une chose pareille. On lui avait appris les bonnes manières depuis qu’il était petit et les mensonges n’étaient pas tout le style de la maison. Il préfère encore mieux récolté ce qu’il avait semé plutôt que de mentir à celle qui était comme un mentor pour sa carrière de Shinobi.

Soudain alors que les oiseaux étaient occupés à chanter tout en étant sur ses épaules. Un léger bruit de gorge leur fit peur et ils s’envolèrent vers d’autres cieux. Qui était-ce pour perturber ainsi sa tranquillité d’esprit ? Eh ben, c’était Mizuki en personne qui était arrivé. Ouvrant alors les yeux, le jeune homme pu alors constaté par lui-même que ses oreilles ne lui avaient pas fait défaut. Super, son entraînement contre le Genjutsu allait pouvoir commencer. En parlant de Genjutsu, elle venait tout juste d’en lancer un. Décidément, elle ne perd pas de temps à peine arrivé qu’elle entre directement dans le sujet.

- Bonjour Mizuki-Sensei.

Les formules de politesse d’abord, avec lui, il n’y avait pas de Yo wesh tu vas bien ou quoi ? Non, il avait déjà du mal à tutoyer la jeune Hayashi alors parlée avec de cette manière à son mentor, c’était impossible. Bien sûr tout était qu’une question de temps. Mais ici ce n’était pas juste une connaissance, elle était celle qui devait le guider sur la voie du Shinobi. Bien qu’il soit venu pour apprendre à exécuté des kai, le jeune homme n’était même pas conscient qu’il était déjà sous l’effet d’un sort d’illusion. C’était la deuxième fois qu’on lui faisait le coup sans qu’il remarque quoi que ce soit. Puis soudain la question qu’il redoutait tant avait été finalement posée.

- Euh… C’est que. Comment vous dire ? Oui, ça s’est plutôt bien passé, mais…

Soupirant alors, le jeune homme était forcé de constater qu’il lui était impossible de mentir. Il n’avait pourtant pas honte de ses actes, la seule raison qui le pousse à cette hésitation, c’était Leika. Il ne voulait pas qu’elle ait des ennuis à cause de lui. Pourtant, le mensonge lui était impossible. Par respect pour ses supérieurs, le jeune homme n’avait pas d’autre choix que d’avoué la vérité à Mizuki. Surtout que Ryokai n’était pas idiot, Mizuki avait certainement placé les équipes sous surveillance.

- Bon autant, vous avouez la vérité toute suite. J’ai rendu visite à Leika après avoir terminé ma mission. Je sais. Vous m’avez fortement déconseillé de la revoir…

Ryokai assumait totalement ses choix, pourtant, il ne voulait pas décevoir Mizuki même si, c’était peut-être déjà le cas en n’ayant pas pris ses conseils en compte. Était-il trop naïf ou avait-il raison de faire confiance à la Hayashi ? En tout cas, si Mizuki cherchait à en savoir plus, il lui sera difficile d’en dire d’avantage, car il avait bu un peu trop cette nuit-là et avait oublié une partie de ses souvenirs. Certains moments étaient flou, voir inexistant, d’autre était tout à faire clair comme sa promesse d’une invitation à son retour au village.

- Si vous devez être en colère, c’est après moi. Leika n’est nullement responsable, j’ai décidé de mon propre chef d’aller la voir. Elle n’était même pas au courant de mes intentions…

Ryokai était prêt à assumer les conséquences de ses actes. Seulement pour l’instant, il était venu pour un entraînement sur le Genjutsu et sans vraiment le savoir, celui-ci avait déjà commencé depuis quelque minute.

- En tout cas. Je vous remercie d’être venu m’aider à m’entraîner contre le Genjutsu. Je suis prêt, on peut commencer quand vous voulez.



Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyMar 14 Juin 2016 - 11:27

    - Nooooon ? T’as fait ça ???

L’air très faussement surprise, aussi bien joué qu’une actrice de série à très, très, très bas budget, je continuais à jouer avec l’eau d’un pied, mon regard fixé dans la pénombre de la forêt en face de moi, aucune expression ne se trahissant sur mon visage, écoutant la fin du discours du Hyûga. Ayant souhaité garder un air indifférent face à ce détour, je me tournai, arquant un sourcil avant d’exploser de rire.

    - T’es sérieux, là ? « C’est moi le méchant, pas elle, punis-moi, elle n’y est pour rien, bouhou ».

Me levant d’un bond, je fis face au Hyûga. Ok, les mots de Ryokai avaient été ridicules, mais la réaction que j’avais – même si salvatrice – servait mon dessein. Il avait su prouver une première fois qu’il savait sortir du calme, de sa torpeur et de son comportement habituels : à lui de me prouver une nouvelle fois, et en face, qu’il saurait être ce petit homme hargneux qui se fiche des règles mais qui sait réagir comme lui le veut et pense qu’il le doit. M’approchant un peu plus, je continuai mon discours provocateur.

    - « Oh snif snof, c’est moi qui suis bof bof ». Je t’en prie. Tu essayes de la protéger de quoi ? Tu étais où, Ryokai, quand elle a été envoyée en prison ? Tu étais où, Ryokai, quand elle était en train de se faire dévorer par mes insectes aux yeux de tous ? Quoique tu puisses me dire, si j’ai envie de faire souffrir ta petite Hayashi, je peux le faire. Et même devant tout le village, pas un n’a bougé.

Bon, ok, j’étais un peu en train d’abuser et de forcer la vérité : son séjour en prison avait été fait avant que Ryokai ne la connaisse, et avait duré deux pauvres semaines. Quant à son combat dans l’arène, il avait été voulu par tous les partis, et elle ne risquait pas vraiment grand-chose : la preuve avec la fin du combat. Mais le but ici était d’énerver le Hyûga, de faire en sorte qu’il ne ménage pas ses coups, de lui faire comprendre comment il doit s’y prendre lorsqu’il est face à un vrai adversaire. Peu importe qu’il finisse par me haïr et m’en vouloir : il finira par comprendre que tout ce que je fais, c’est pour son bien. Pour ajouter un peu de piment et de stress à la scène, certains de mes insectes commençaient déjà à voler autour de moi.

    - Tu comprends ce que ça signifie, n’est-ce-pas ? Peu importe ce que tu diras ou feras. Contrairement à toi, apparemment, je suis libre de faire ce que je veux. Et si j’ai envie de m’en prendre à la dame de tes pensées, Ryokai, ce n’est pas toi qui m’en empêchera.


Enerve-toi, Ryokai. Sors de ce calme, sors des règles stupides édictés par ton éducation. Si tu veux être efficace durant cet entraînement, il va falloir y aller à fond. Puisque quelques mûdras plus tard, mon deuxième Genjutsu était déjà lancé…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hyûga Tatsuya
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyMer 15 Juin 2016 - 19:56



Ce n'était pas facile pour lui d'avouer ce qu'il avait fait bien qu'il n'en ait aucune honte. C'était surtout qu'il ne voulait pas que la Hayashi ait des problèmes à cause de lui, déjà que la situation était assez compliquée comme ça. L'Aburame fut assez surpris d'entendre cela, son jeune élève qui n'avait pas suivi ses conseils, allant jusqu'à faire un détour pendant sa mission pour aller à sa rencontre. Le jeune homme voyait déjà les sermons tomber sur lui, pourtant, il s'y était préparé . C'est alors que Mizuki éclatait de rire, pourquoi ? Ses craintes n'étaient-elles pas fondées ? Elle lui demandait alors si, il était sérieux. Oui bien sûr, jamais il se serait permis de plaisanter à ce sujet surtout qu'encore une fois, il était incapable de lui mentir. Elle fit alors une très mauvaise imitation de lui, dans quel but ? Elle avait réagi de la même manière avec Leika cette nuit-là, fixant la jeune femme d'un regard légèrement plus sévère, il lui dit.


- Si je suis sérieux ? Bien sûr pourquoi irais-je mentir là-dessus ?


Ryokai était un peu déçus de voir ce genre de réaction venant de la part d'une personne qu'il respectait non seulement en tant que sensei, mais avant tout comme personne. Pourtant, dernièrement, il avait un avis légèrement différent sur elle à cause des attaques sur Leika. Son discours ne s'arrêtait pas là, elle avait apparemment d'autre chose à lui dire. Il est vrai qu'il n'avait pas réagi pendant que celle-ci se faisait dévorer par ses insectes, pourtant, elle n'imagine pas la volonté qu'il lui a fallu pour ne pas intervenir. Une partie de lui criait vengeance et celle-ci était en train de la provoquer. Chaque mot prononcé par l'Aburame était de plus en plus douloureux, serrant alors fortement le poing, celui-ci retenait sa rage malgré tout.


- Où étais-je ? Dans les gradins. J’ai vu toute la scène de mes propres yeux et pourtant, j’ai toujours du mal à y croire. Qu’est-ce qui vous a pris ? Quoi que je puisse vous dire ? Il y a un tas de choses que je voudrais vous dire en ce moment… Seulement l’éducation que j’ai reçue m’impose de les faire taire.


Le jeune homme avait serré les dents pendant son discours, l'entendre menacer Leika après une scène pareille était presque la goutte de trop. Où était-il lorsqu'elle avait besoin de lui ? Pourquoi n'avait-il pas bougé alors que toute son âme ne demandait que cela. Il avait honte de lui et craignait que celle-ci lui en veuille, il lui avait pourtant promis d'être toujours là pour elle. Des insectes entouraient la femme aux cheveux rouge, avait-elle l’intention de l’attaquer lui aussi ? Voulait-elle encore s’en prendre à Leika ? Allait-il encore une fois rien faire pour l’en empêcher ? Non, cette fois-ci pas question de reculer au diable le règlement !


- Ça suffit ! Oui, c’est vrai, je suis lié par certaines règles que m’impose mon clan contrairement à vous, mais, cela ne vous donne pas le droit pour autant de vous en prendre à elle ! Je vous préviens, je ne ferais pas deux fois la même erreur.


Ce qu’il voulait dire par là, c’est que si Mizuki venait une nouvelle fois à attaquer la jeune Hayashi, celui-ci ne répondra plus de rien et n’hésitera pas à l’attaquer malgré son statut et sa force supérieurs à la sienne. Était-ce là le vrai visage de sa sensei ? Où tout cela n’était qu’une mascarade dans le but de le provoquer, en tout cas, elle était sur le bon chemin pour y arriver. Soudain, il était assailli d’insecte par tous les côtés, bien que tout cela ne soit qu’une illusion, pour lui, c’était réel et pouvais sentir la douleur aussi clairement qu’en vrai. Il pouvait alors avoir une idée de ce qu’avait ressentir Leika lorsqu’elle fit envahis de ses bestioles, certaines étaient même rentrées sous sa peau dévorant alors sa chair. Était-ce sa punition pour avoir revu la jeune femme malgré ses conseils ? L’admiration qu’avait le Hyûga pour elle s’envola petit à petit pour se transformer en haine.


- C’est à mon tour maintenant, c’est ça ? Comment avez-vous pu lui faire subir ca… Je ne vous le pardonnerais jamais, jamais vous m’entendez ! Vous savez quoi ? Le règlement, je l’emmerde !


Ce n’était pas le fait d’être attaqué qui l’avait fait changer d’avis, il venait de comprendre ce qu’avait dû endurer la Hayashi pendant son combat. Autre fois, Ryokai avait refusé d’attaquer Mizuki malgré son ordre, car il était déterminé à régler tous les conflits par la diplomatie. Cependant avec le temps, il a vite compris que ce n’était pas toujours possible, les humains éprouvent des émotions qui parfois les empêchent d’entendre raison. Ici, cette histoire était devenue trop personnelle et il n’était pas prêt de lui pardonner ses actes. Il empoigna fortement un de ses katana, le dégainant avec vigueur tout en ne lâchant pas l’Aburame du regard. Son maître ne lui avait pas appris à utiliser ses lames pour assouvir sa vengeance, pourtant, il était sur le point de les utiliser pour l’attaquer.


- Vous ne lui ferez plus le moindre mal, j’y veillerai personnellement !


Le jeune homme avait déjà violé le règlement pour elle et il était sur le point de recommencer en attaquant celle qui était supposée être son mentor. Pourquoi la situation avait autant basculé dans le conflit, à la base, il était juste venu apprendre à se défendre contre les illusions. Était-ce la façon dont procède Mizuki pour punir ses élèves ? Il empoigna alors le manche de son katana avec ses deux mains pour ensuite passer à l’offensive, effectuant alors une puissance charge en direction de L’Aburame avait lui asséner une série de coup. Bien sûr, il ne faisait qu’attaquer une illusion, mais cela, il ne l’avait pas encore compris.



Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyLun 20 Juin 2016 - 16:42

    - Je t’en prie Ryokai, sois sincère, pour une fois. Sors de cette prison que tu t’es imposé.

Je ne pense pas qu’il comprenait que tout cela, je le faisais dans son intérêt et uniquement dans son intérêt. Les Hyûga étaient une des familles les plus nobles du village, l’une de celles dont les préceptes sont les plus durs à assimiler et à vivre. Ryokai souffrait de tout cela, même s’il refusait de se l’avouer : preuve en est, le nombre de fois où il a transgressé le règlement en essayant de ne pas se faire avoir. Peine perdue : ce que j’attendais de lui n’était pas d’avoir une façade, d’avoir des paraîtres pour être quelqu’un d’autre dès que le monde a le dos tourné. J’attendais de lui qu’il vive au grand jour ses convictions et sa façon de penser. La glace commençait à se briser : après tout ce temps, après toutes les tentatives que j’avais faites pour l’énerver… Enfin j’entrapercevais un guerrier, un homme fier, un homme fort, un homme qui n’accepte pas qu’on lui marche sur les pieds.

Subissant la douleur fictive de mon illusion, il se mit en colère de plus belle. Sortant pour la première fois son arme face à moi, je le fixais, mes bras croisés… Lorsqu’il chargea pour me transpercer de toute part avec son arme. La scène semblait être arrêtée : lui sa lame ruisselante de sang, une première copie de moi au visage surpris et pâle, et une autre copie au visage impassible, les cheveux volant au gré des bourrasques de vent s’engouffrant dans les arbres. La copie qu’il avait transpercée s’évapora en une myriade d’insectes, mon illusion toujours active. Me positionnant derrière lui, je réapparus dans son dos, susurrant à son oreille.

    - Ce que tu as enduré il y a quelques secondes n’est qu’un aperçu de ce que ta petite copine a réellement subi dans ma cage, Ryokai. Tu es toujours là, debout, et pourtant elle a été emmené en urgence à l’hôpital.

Ajoutant à cela un rire moquer, je le laissai se retourner pour me faire face de nouveau. L’énerver encore plus. Exacerber ses sentiments pour stimuler son chakra. Et ça fonctionnait. Jamais il ne m’était paru aussi bouleversé, aussi en colère, aussi loin du carcan dans lequel son clan l’avait enfermé. Il chargerait une nouvelle fois, toujours dans le vide. Une nouvelle fois, il croira qu’il m’a atteint. Une nouvelle fois, il me verra m’envoler dans une nuée d’insectes.

    - Je crois que tu as oublié la raison pour laquelle on est là, Ryokai.

L’entraînement avait un double but : oui, il servait aux dissipations. Mais en plus de cela, le Hyûga se découvrait une nouvelle facette de lui-même, une facette où ses émotions et ses sentiments prennent le pas sur sa raison et son éducation. Lorsque cela arrivait – et cela arrivera de plus en plus – il faudra garder son calme et savoir mettre sa haine, sa colère et sa tristesse au service de forces plus grandes et plus justes. Raisonner et éprouver : voilà ce que j’attendais de lui aujourd’hui. Le comprendras-tu, Ryokai ?
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hyûga Tatsuya
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyJeu 23 Juin 2016 - 17:41



Attaquer un supérieur était interdit et punissable à Konoha, dans le passé le jeune homme avait refusé de le faire malgré l’ordre donné par Mizuki. C’était un test pour savoir comment allait réagir les deux membres de l’équipe face à un ennemi qui menace le village. Ryokai lui avait choisi le chemin de la diplomatie comme toujours, il était persuadé que tous les conflits pouvaient se régler de manière réfléchis sans devoir utilisé la violence. Était-il dans l’erreur ou pas ? Le temps lui avait permis de comprendre qu’évité une guerre ou une bataille n’était pas toujours possible. Les gens étaient plus souvent guidés par leurs émotions que par la raison, il en faisait l’expérience aujourd’hui avec L’Aburame. Chacun de ses gestes était maintenant guidé par son esprit de vengeance, oubliant toute ses règles qui lui avait été dicté aussi bien par son clan que pas ceux de Konoha. Il découvrait une facette de lui-même qui ne lui était pas totalement inconnue. Lors de la conquête de Nami no Kuni, il avait également laissé parler sa colère même si après la bataille les regrets avaient pris possession de son âme et de son cœur. Peut-être allait-il regretter ses actes encore une fois ou peut-être pas.

Ses lames avaient été dégainées, une charge à pleine vitesse en sa direction avait été lancée et le coup de sabre pour la transpercer avait touché sa cible. Le sang coulissant le long de sa lame, le visage pâle et surpris de L’Aburame, tout lui faisait croire que son attaque avait été une réussite. Cependant, il n’avait toujours pas compris que tout ceci n’était pas vraiment réel. Son corps alors transpercé par sa lame disparue et se transforma en une nuée d’insectes. Il pensait alors avoir frappé un clone étant bien loin de la vérité vue qu’il avait seulement frappé une illusion et peu importe le nombre de fois qu’il frappera cela ne changera rien. Elle réapparut dans son dos, lui chuchotant à l’oreille d’autre parole qui encore une fois ne faisait qu’aggraver la situation. Oui, il n’avait subi qu’un aperçu de la douleur qu’elle avait pu ressentir à ce moment-là, surtout qu’ici tout cela n’était qu’une illusion alors que Leika avait reçu des blessures bien réelles.


- Fermer là !


Dit-il tout en se retournant rapidement en effectuant une nouvelle attaque avec son sabre de la main gauche. Une nouvelle fois, le sang ruisselait le long de sa lame, mais, ce corps n’était pas plus réel que le précédent et celui-ci se transformait une fois de plus en nué d’insecte. Avait-il oublié les raisons de sa venue en, ces lieux ? En quelque sorte oui vu, il n’avait plus vraiment l’esprit à s’entraîner après autant de provocation.


- La raison pour laquelle on est là ? Vous vous foutez de moi ?


Était-ce seulement encore un entraînement ? Oui même si à ses yeux, c’était plus devenu un règlement de comptes qu’autre chose. Il n’avait toujours pas conscience d’être sous l’effet d’un sort d’illusion lancé par Mizuki au début de leur rencontre.


- J’étais venu pour une leçon sur le Genjutsu à la base, mais, à la place, vous venez me provoquer en menaçant Leika une nouvelle fois et vous m’attaquez en prime ! Alors s’il y a bien une personne qui a oublié la raison de notre présence ici, c’est vous Mizaki-Sensei !


Son regard était toujours empli de colère envers elle, pourquoi avait-elle fait une chose pareille ? Leika n’avait pourtant rien fait de grave pour mériter un tel châtiment ou du moins pas à sa connaissance même si aucune raison ne pouvait justifier un tel comportement. Était-ce là une punition pour lui avoir désobéi ? Il fut pris alors d’un léger fou rire moqueur en se rappelant de ses paroles cette nuit-là.


- Dire que vous avez osé mettre en garde Leika de ne pas me blesser que ce soit par ses actes ou ses paroles alors qu'aujourd’hui, vous faites exactement ce que vous lui aviez déconseillé de faire ! Vos actes lors du tournoi, mon blessé, vos paroles pendant notre entraînement également ! Bien sûr, vous allez me dire que vous êtes libre contrairement à moi et donc vous pensez pouvoir faire ce que vous voulez ! C'est faux !


Petit à petit, ses nerfs optiques apparu au niveau de sa tempe signe démontrant l’activation de son Byakugan laissant apparaitre sa pupille au centre de l’œil. Il ne voulait pas une nouvelle fois frapper un clone, sa prochaine attaque devait frapper la vraie Mizuki ou du moins, c’est ce qu’il pensait pouvoir faire. Il pointa alors sa lame vers elle disant avec détermination.


- Vous ne pourrez pas vous cacher derrière vos insectes cette fois-ci !


Une nouvelle fois, le jeune Hyûga fonça sur L’Aburame aux cheveux rouge armée afin de pouvoir lui rendre la monnaie de sa pièce. Avant d'effectuer sa nouvelle charge, le jeune homme lâchait ses deux sabres et concentra une grande quantité de chakra dans sa main droite. Cette immense masse de chakra pris, la forme de la tête d'un dragon noir et il l'utilisa pour la frapper en plein visage, bien sûr même si pour lui ce n'était pas un clone, l'effet restera le même tant qu'il sera dans l'illusion.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyMar 5 Juil 2016 - 22:53

Il ne comprenait rien : pire, il s’enfonçait dans une certitude totalement erronée. Enfin, ravie de constater qu’au moins, il s’énervait ; qu’au moins, il ressentait des choses et qu’au moins, il laissait transparaître ses émotions, aussi mauvaises et haineuses soient-elles. Je le regardais, le regard sévère, l’écoutant parler, l’écoutant jurer et le laissant évacuer sa colère. Malgré mon conseil, il n’en avait eu cure : il avait continué à attaquer, persuadé que j’étais un clone. Je le regardai dépenser son chakra dans le vide, mettant tout son cœur à attaquer une illusion. Une fois de plus, « je » me fis exécutée et « je » disparus dans un essaim.

Poussant un long soupir, je me mis face à lui : ce qu’il devait voir, lui, c’était que je me trouvais en décalé par rapport à lui. Je lui assénai ensuite un coup de pied en plein dans le torse, le faisant reculer sous la surprise.

    - Règle numéro une du shinobi : ne te laisse pas submerger par l’émotion au point d’en oublier la réalité.

De nouveau, je lui assénai un coup de pied, qui le fit reculer un peu plus. Son regard était orienté sur une illusion qui donnait des coups à plusieurs mètres de lui mais qui pourtant le touchait.

    - Règle numéro deux : reste attentif à tout ce qui t’entoure, quelle que soit la situation.

Un nouveau coup de pied, qui cette fois-ci le fit tomber à la renverse.

    - Règle numéro trois : utilise ce que tu ressens comme une force et non comme un handicap.

Tournant autour de lui, je m’accroupis à sa hauteur, un léger sourire sur le visage. Là encore, il me voyait à plusieurs mètres de lui mais pouvait m’entendre comme si j’étais à côté – et je l’étais.

    - Je t’ai dit de ne pas oublier pourquoi nous sommes là. Visiblement, tu ne l’as pas oublié. Mais ne commets pas l’erreur de penser que moi je l’ai oublié, Ryokai. Je te le répète une dernière fois : utilise tout ce que tu ressens pour réussir ce pourquoi tu es là.

J’avais décidé d’être plus claire : si cette fois il ne comprenait pas, on reporterait l’entraînement. Il avait deux buts : la maîtrise des émotions et la dissipation. Pour la première, il aura lamentablement échoué. A lui de décider s’il réussira à dissiper cette illusion.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hyûga Tatsuya
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyMar 12 Juil 2016 - 2:21




En touchant Mizuki, il était persuadé que cette fois-ci, son attaque avait marché, selon ses yeux, c’était bien sa capitaine d’équipe devant lui et non un clone d’insecte, spécialité du clan Aburame. Pourtant encore une fois, son apparence disparue dans un essaim en laissant le jeune homme dans l’incertitude. Pourquoi ? Il n’arrivait pas à comprendre pourquoi son corps avait agi comme un clone alors que son Byakugan lui avait démontré le contraire ! Alors que Mizuki était décalé sur le côté, il reçut un coup au niveau de son torse sorti de nulle part ! Ses yeux étaient pourtant resté bien ouvert et il n’avait rien vu arriver devant lui. Était-ce une attaque à distance peut-être ? En tout cas, c’était assez fort pour le faire reculer de quelque pas.


- Comment…

Le jeune homme n’avait pas le temps de finir sa phrase qu’il venait de recevoir un nouveau coup qu’il l’avait encore fait reculer de quelque pas. Mizuki était à plusieurs mètres de lui pourtant, il avait aperçu son coup, mais a cette distance comment avait-elle pu le toucher ? Tout cela était très étrange. Il s’était retrouvé par terre après avoir encaissé une nouvelle fois un coup qu’il ne pouvait pas voir à cause de l’illusion qui lui donnait une fausse vision du terrain. Finalement, le dernier indice lui avait mis la puce à l’oreille, elle était à une certaine distance de lui et pourtant, il avait l’impression de l’entendre comme si elle était à côté de lui. Ryokai venait de comprendre que tout cela n’était pas réel depuis quand ça, il n’en savait rien, mais une chose est sûre, il avait compris qu’il était tombé sous une technique de Genjutsu. Il avait joint les deux mains ensemble pour faire un mudrâ tout en concentrant son chakra pour relâcher le tout-en-un coup. Heureusement pour lui, toutes ses émotions avaient stimulé son énergie ce qui lui avait permis d’en utiliser suffisamment pour réussir.


-Kai !


L’illusion sous laquelle il était, c’est briser sous l’effet de sa technique, une certaine dose de chakra avait était nécessaire pour le lancer, au moins sont chakra avait été utile cette fois-ci, car toutes les autres techniques n’avaient servi à rien. Tout ce qui s’était passé jusqu’à maintenant n’était pas la réalité, pourtant les paroles de Mizuki, elles étaient bien réelles, allait-il lui pardonner pour autant ? Bon au moins il avait reçu la leçon pour laquelle il était venu à la base même si celle-ci s’était déroulée d’une manière étrange. Le jeune homme tourna son regard vers la jeune femme aux cheveux rouges fixant sont regard avec beaucoup de doute.


- Alors tout cela n’était pas réel ! J’ai honte de ne pas l’avoir compris plutôt, je me suis laissé bêtement submerger par mes émotions… Rassurez-vous, je ne ferais pas deux fois cette erreur !


Oui depuis le début, il n’avait même pas cherché cette possibilité ! Le jeune homme s’était seulement contenté de répondre à la provocation alors que d’habitude, c’était un homme plutôt réfléchi. Pourquoi ? Était-ce à cause de Leika ? Il est vrai qu’il avait du mal à pardonner son hésitation à la sauver pendant son combat, du coup aujourd’hui, il avait agi sans réfléchir plus loin que le bout de son nez. Le jeune homme avait le cœur habité par la honte, il avait tourné le dos à tous ses propres principes en attaquant son sensei. Ce n’était pas pour autant qu’il allait lui pardonner, les paroles qu’elle avait prononcées aujourd’hui étaient une chose, par contre son attaque contre l’élu de son cœur en était une autre. Il s’était alors dirigé un peu vers la droite pour récupérer ses sabres qu’il avait lâchés pendant le combat pour les remettre à leur place dans leur fourreau. Son attention était tournée vers la jeune femme du clan Aburame avec une certaine lueur dans ses yeux.


- Et maintenant que suis-je sensé faire hein ? Tout oublié et faire comme si rien de tout cela s’était passé ?


Ses mains tremblaient encore sous l’effet de la colère qui ne s’était pas encore totalement dissipé. Oublié, ce qu’il était arrivé aujourd’hui était dans ses cordes, par contre pour le reste…


- Vous entraînez Hebi et Yell de la même manière ou suis-je le seul à bénéficier de ce… Traitement de faveur ?



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyLun 19 Sep 2016 - 19:23

Hallelujah ! Pour être franche, je n’y croyais plus vraiment. J’étais persuadée qu’il comprendrait plus tôt, mais visiblement sa relation naissante avec la jeune Hayashi rebelle lui faisait perdre le discernement qu’il avait habituellement. Au fond, je savais que j’en étais partiellement responsable puisque cela faisait plusieurs fois que je le tannais avec mes préceptes d’émancipation et de libre-arbitre. Il avait fini par faire son choix, et même si je ne le cautionnais pas, mon devoir était de le respecter… Pour l’instant. Comme avec Yell, mon objectif était désormais de ne pas lui faire oublier le sens des priorités. Contrairement à Yell, par contre, la tâche s’annonçait bien plus ardue. Convaincre une Gogyou que son amour pour un Sunajin est dangereux, c’est simple ; convaincre un Hyûga que son amour pour une Hayashi l’est, ça par contre… Cela nécessitera un travail de fond.

J’eus un petit sourire lorsqu’il se sortit de mon illusion.

    - Les émotions sont quelque chose de très puissants, Ryokai. Ne t’en sépare pas. Par contre, n’oublie pas quelles sont tes priorités. Je te rappelle que tu es shinobi de Konoha, et que c’est une carrière que tu as embrassé en connaissant les risques et les devoirs que cela impliquait.

En d’autres termes, Leika finira sans doute par être un poids, voire un frein, à sa progression et à son métier. Le moment venu, il devra choisir entre suivre ce qu’il croit être l’amour et le devoir et l’honneur. Un choix crucial, dans lequel aucune solution n’est mauvaise… mais dans lequel surtout aucune n’est bonne.

    - Et non, ne l’oublie surtout pas. Cela s’est passé, et rien ne l’enlèvera… ‘fin sauf un Yamanaka, mais là on est dans un autre domaine. Souviens-toi de ce que tu as ressenti, tiraillé entre deux sentiments contraires. Souviens-toi à quel point il est compliqué et difficile de se trouver face à un choix impossible à faire. Car au fond, ta vie de shinobi ne sera que ça, Ryokai : une succession de choix que tu devras faire, et qui seront parfois lourds de conséquences. Parfois, tu resteras comme tu l’as été dans l’arène. Statique, incapable de discerner le bien du mal, pétrifié par la peur, dans l’incapacité de faire un choix. Souviens-toi d’une chose, Ryokai : qu’importe le choix que tu feras, il sera meilleur que de n’avoir rien choisi du tout.

Je tournai les talons. La leçon était terminée. Il avait emmagasiné assez de chakra pour pouvoir en libérer d’un coup et se libérer du Genjutsu : l’entraînement et l’exercice seraient désormais choses aisées. Prête à sauter de branche en branche pour retourner à Konoha, je tournai la tête.

    - Et oui, tu es le seul à bénéficier de ce traitement de faveur, Ryokai…

La tournant de nouveau, je fis un bond rapide en l’air pour atteindre la première branche. Puis, sans le regarder, d’une voix lointaine, je lui dis :

    - … les autres subissent bien pire.

Tu peux me détester. Tu peux me haïr. Tu vas le faire, d’ailleurs. Je ne suis qu’aux prémices de ce que je veux t’inculquer, et je suis incroyablement tendre comparé à ce que Miko a été pour moi. Mais un jour tu comprendras. Et un jour, Ryokai, tu me remercieras. Mais il faudra attendre longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hyûga Tatsuya
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] EmptyMar 27 Sep 2016 - 15:14




Le jeune homme n’avait nullement l’intention d’échapper à ses responsabilités non seulement en tant que shinobi du village caché de la feuille, mais également en tant que noble du clan Hyûga, mais il reste avant tout un être humain qui éprouve des sentiments. Ses émotions étaient certes une puissance non-négligeable, cependant aujourd’hui, elle lui avait fait perdre le sens des réalités. Sans cette provocation au sujet de la personne chère à son cœur, le noble aurait sans aucun doute compris plus facilement que tout cela n’était qu’une simple illusion lancée par l’Aburame. C’était le sujet même de cette journée d’entraînement. Il n’avait nullement l’intention de renoncer aux sentiments qu’il éprouve pour la jeune femme du clan Hayashi malgré les mises en garde de celle qui était désigné comme sa sensei. Avait-elle attaqué Leika lors du dernier tournoi juste dans le bût d’atteindre son élève ?


- Vous n’avez pas besoin de me le rappeler Mizuki-sensei, je sais qu’elle son mes responsabilités en tant que Shinobi de notre village. Je ne suis pas parfait cependant, je vous l’accorde, mais ne juger pas mes sentiments comme une forme de faiblesse…


Pourquoi devrait-il faire un choix entre son devoir et ses propres sentiments ? Les deux ensembles n’étaient peut-être pas possibles dans cette vocation, mais il n’avait nullement l’intention d’abandonner l’un ou l’autre. Oui, la vie qu’il avait décidé de suivre n’était pas facile, chaque décision allait le conduire à des conséquences qu’il devra apprendre à accepter. Comme pour la conquête du pays des vagues qui aujourd’hui n’est plus qu’un mauvais souvenir. Elle avait cependant raison sur le dernier point. Le jeune homme regrette amèrement de ne pas être intervenu ce jour-là et n’avait pas l’intention de refaire la même erreur dans un avenir proche. Yell et Hebi subissaient encore bien pire selon ses dernières paroles avant qu’elle disparaisse à travers les arbres. Sur l’instant même celui-ci avait quelque difficulté à la croire contenu de ce qui était arrivé.


- Vraiment ? Pourtant, j’ai un peu du mal à vous croire…


C’était plutôt une phrase qu’il se disait à lui-même vu que l’Aburame était déjà parti pour le village de Konoha. Cette journée était à présent terminée et bien que riche en progrès malgré certains points qui ne s'était pas vraiment déroulé comme il l’avait prévu. Le Hyûga n’avait pas l’intention d’oublier ce qui était arrivé aujourd’hui. Avait-il de la haine envers Mizuki ? Non, il était surtout déçu de voir la personne qui était supposée lui montrer l’exemple ait agi de la sorte. Leurs visions des choses étaient différentes, mais qui était dans l’erreur ? Le jeune homme prit également la route vers le village pour rentrer chez lui.


FIN

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'illusion d'une coccinelle [Feat. Aburame Mizuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Cascades de Hi no Kuni-