N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 La légende de Strike et des sept boules de cristal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Yumiyo Orion
Yumiyo Orion
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

La légende de Strike et des sept boules de cristal Empty
Message(#) Sujet: La légende de Strike et des sept boules de cristal La légende de Strike et des sept boules de cristal EmptyLun 8 Fév 2016 - 14:26

C’était une journée comme une autre à Konoha, le soleil brillait chaleureusement, le ciel était bleu, les oiseaux chantonnaient etc… etc… Autant dire que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Sauf dans ma tête. En effet, Il s’agissait d’un lendemain de cuite où la veille avait assuré en faisant fondre ce qui me restait de neurones. En cas de gueule de bois il n’y avait aucun remède miracle. Non cela ne servait à rien de mâcher du café ou de faire du sport. Cette saleté de migraine était due au dessèchement du corps et plus précisément des vaisseaux sanguins du cerveau. C’était bien connu, boire donnait envie d’aller au toilette et quand on allait au toilette on se vidait de son eau. De ce fait les neurones n’étaient plus assez irrigués et comprimé. La seul solution était donc de boire, de beaucoup boire, de préférence du jus de fruit, afin d’apporter un peu sucre au corps par l’occasion.

La question me concernant se posait déjà depuis un moment : Comment se fait-il qu’un Gogyou de feu donc le corps ne contenant quasiment pas d’eau et n’ayant pas besoin d’aller au toilette se retrouve-t-il ainsi décalqué ? La réponse était simple : Parce que ce manga n’a aucune putain de logique. Et il fallait bien faire avec. Ainsi, cherchant à me remettre de mon mal tout en étant dans l’incapacité d’ingurgiter la moindre goutte d’eau, je n’eux d’autre choix que de rabattre par défaut sur une bouteille de rhum. Au moins le sucre y était. Seulement je ne tenais pas à passer ce beau début de matinée enfermé chez-moi. Aussi décidais-je de rejoindre le monde extérieur avec des lunettes de soleil vissée sur les tempes. Bouteille en main, je me dirigeais vers les jardins avec la ferme intention de ma la coulée douce dans l’ombre d’un arbre. En chemin, circulant au milieu de la foule, je passais passablement inaperçu et ce malgré ma tronche de déterré.

A ce moment j’étais loin d’imaginer que ma vie allait prendre un nouveau tournant. Ce petit coup de pouce du destin se caractérisa par un billet de tombola trouvé à même le sol que j’examinai sous toutes les coutures, dubitatifs. Visiblement il était question d’une foire itinérante placée aux abords du village pour l’occasion. Il y avait de nombreux lots à gagner dont un premier prix s’élevant à un million deux-cent milles yens, soit à peu près dix milles euros dans le monde réel. Cela faisait un sacré paquet de fric. Je me dis alors que je n’avais rien à perdre à tenter ma chance. Et si par miracle je gagnai, j’aurais suffisamment de blé pour m’acheter une moto Saibogu. Je m’imaginai déjà frimer au nez et la vue de tous ce beau monde qui serait obligé de continuer d’utiliser leur jambe pour avancer. Quelle bande d’amateurs.

Aussi ce fut de meilleure humeur qu’à mon réveil que je me dirigeais vers l’extérieur. Là se trouvait de nombreuses cabanes et tentes de forains installés aux abords de la forêt. L’air de rien il faisait sacrément bon vivre à Konoha malgré qu’il s’agisse d’un village militaire. Je ne perdis pas de temps pour me rendre à la loterie, faisant la queue durant cinq bonne minutes avant que mon tour n’arrive. Je donnais mon ticket, tournais mollement la molette jusqu’à faire tomber une bille dorée.

-BINGOOOOOOOO ! Monsieur vient de remporter le premier prix. Un million deux-cent mille Yen !!
-Attendez une minute les gars. Je viens de réfléchir… D’où des forains peuvent proposer une telle somme à la loterie ? .
-Tu l’as dit toi-même. Ce qui ce passe dans ce manga n’a aucune logique, tout comme le fait que tu ais une chance de focus tandis que plein de petits enfant meurent de faim dans le monde.
-Wouuhouuuuuuuuuu ! .

Je tendais les bras vers le ciel poings serrés m’imaginant déjà sillonner tout le pays du feu à dos de bécane.

-Et tu te permets même de faire le fier comme un coq…

Comme un coq… comme un coq….. comme un coq


Le gérant en question avait déjà fini de parler, mais ses paroles avaient continués de résonner dans l’air et ce de façon bien mystérieuse.

-Je sens dans cet écho comme un signe futur… Dit-il tout en se grattant le manteau.
-Laisse béton pépé on est pas dans RDA. Envoi la monnaie.

Et ce fut ainsi que je reparti justement, fiers comme un… coq avec ma belle liasse de billet quand je fus soudainement intercepté par un vieux galeux encapuchonné. Je lui adressai un regard circonspect qui lui laissait clairement comprendre que sa présence était une gêne pour moi. Malgré tout je fis preuve d’acte de civilité, après tout n’étais-je pas dans mon bon jour ?

-Salut. T’es qui au juste ? Tu vois pas que tu me gênes ? .

Le vieux ne semblait pas avoir toute sa tête. Il prit une courte inspiration putride avant de relâcher ses quelques mots depuis sa bouche édentée.

-Je suis un… cliffhanger !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

La légende de Strike et des sept boules de cristal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô-