N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Inuzuka Takeo
Inuzuka Takeo
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyDim 13 Sep 2015 - 20:55

Ordre de Mission:
 

Alors que je quittais peu à peu le monde des rêves pour revenir à la réalité, je fus réveillé par un désagréable frisson qui me parcourut le corps. Avant de congeler, je me dépêchai d’aller rajouter quelques pelures de vêtements tout en maugréant contre l’automne qui était finalement arrivé. Il n’y avait là rien de nouveau, c’était la même chose à chaque année, mais je ne pouvais m’empêcher d’être déçu lorsque l’été s’en allait et que la température baissait. Tout ce qu’il me restait à faire c’était de m’y habituer et me dire que cela n’irait qu’en empirant avec l’hiver qui suivait. L’hiver…urgh, je ne voulais même pas y penser. Je mis une bouilloire sur le feu afin de me réchauffer alors que je commençais mon déjeuner. Pour l’occasion, je me fis quelque chose qui allait me réchauffer. Une fois mon repas terminé, je ne pouvais plus dire que j’avais froid; je pouvais finalement commencer ma journée. J’allai me changer dans des vêtements de circonstances et sortit pour un petit entraînement. C’était bien là l’un des seuls avantages de cette saison : les entraînements étaient parfaits. Il ne faisait pas trop chaud et il n’y avait pas encore de neige pour tout obstruer, puis j’avais aussi un faible pour l’odeur des feuilles mortes, cette odeur forte de terre et de feuilles. Avec toutes ses pensées en tête, je me dirigeai vers le terrain d’entraînement.

Ma dernière rencontre avec Envizib, qui datait de plusieurs jours déjà, m’avait fait réaliser que la menace des Furyous, bien que plus contrôlé par Monwa, était toujours présente. Qu’étaient-ils devenus? Personne ne le savait et cela me faisait prendre conscience qu’il pourrait réapparaître à n’importe quel moment. Ça ne serait probablement pas suffisant contre des monstres comme les Furyous, mais m’entraîner me donnait l’impression que je serais plus en mesure de leur faire face si jamais cela en venait-là. C’était pourquoi j’y allais anormalement à fond ces temps-ci, me faisant souvent oublier que nous étions en automne et que la température était supposée être fraîche. Je ne savais pas si Aka se sentait pareil ou s’il avait compris mon intention, mais il y allait avait autant d’intensité que moi. Ce n’est que plusieurs heures plus tard, chacune parcelle de mon corps trempée de sueur et le souffle court, que je m’arrêtai finalement et que je rentrai à l’appartement pour une bonne douche bien méritée.

En entrant, je ne remarquai même pas le message laissé sur ma table et filai directement vers la douche, lançant au passage mes vêtements humides en boule dans ma chambre. Une bonne quinzaine de minutes sous une douche brûlante plus tard, je ressortais de ma salle de bain et allai enfiler de nouveaux vêtements tout en m’occupant de mes vêtements d’exercice. Ce n’était pas vrai que j’allais les laisser pourrir dans un coin! M’étant occupé de tout cela, je retournai vers la cuisine pour une collation d’après entraînement lorsque je vis finalement le papier qu’on avait laissé pour moi. Je savais déjà ce que cela signifiait, mais je l’ouvris tout de même et lu qu’on me convoquait pour une mission au Palais. J’eu alors un flash de mon retour dans l’appartement et du papier auquel je n’avais porté aucune attention et réalisai qu’on devait sûrement attendre après moi.


- Merde, Aka! On doit y aller!

Ce dernier, qui s’était assoupi pendant ma douche, se leva rapidement et me suivis alors que je sortais de l’appartement, ayant pris une pomme pour la route. Sans plus attendre, nous nous dépêchâmes vers le Palais où on nous donnerait notre ordre de mission. J’ignorais combien de temps cela faisait que le message était arrivé, mais je fus soulagé de voir que j’avais tout de même été le premier arrivé pour la mission. À ce que je pouvais voir, je n’étais pas le seul qui s’occupait le matin. Tout de même, j’espérais que je n’attendrais pas longtemps après eux. Heureusement pour moi, ce ne fut pas le cas et peu de temps après que je me sois assis, la porte s’ouvrit derrière moi. Je me retins de me retourner pour voir de qui il s’agissait, j’allais sûrement le savoir très bientôt. Presque juste après, la porte s’ouvrit de nouveau sans doute pour laisser entrer une autre personne. Une mission à trois? Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait ça. Les deux autres shinobis vinrent se positionner non loin de moi et je reconnus des deux Yusei-san, alors que l’autre m’était inconnu sinon de ses yeux qui l’identifiait aux Hyûgas. Le briefing pouvait enfin commencer.

On nous rapidement au fait de la mission qui nous attendait. Selon certains rapports, un temple à Ki no Kuni accueillerait un peu trop de réfugiés que ce qu’il devrait pouvoir contenir. Si en temps normal j’aurais été heureux que le temple s’occupe du plus de gens possibles, le fait qu’ils ne laissent aucun shinobis entrer rend les choses un peu plus suspectes. Nos informations disaient même que les moines avaient été catégoriques quant au refus des Yôgan qui auraient certainement besoin d’aide eux aussi. Cela faisait quelques temps que le séisme s’était produit, mais cela bien plus de temps pour que le pays et ses habitants ne s’en remettent. En gros, on nous envoyait pour enquêter sur ce temple et ce qui pourrait arriver à tous ces civils qui demandent refuge là-bas. Déjà en partant, je sentais déjà la supercherie, mais j’allais leur laisser une chance et attendre d’être sur les lieux et d’avoir pris conscience de la situation avant de me faire une opinion plus solide. Le briefing maintenant terminé, notre quatuor sortit de la salle et aussitôt je me tournai vers Yusei-san.


- Alors, comment ça va, Yusei-san? Prêt à aller voir de quoi il en retourne? Je me retournai ensuite vers l’Hyûga. Je ne crois pas que nous nous soyons déjà rencontrés. Moi c’est Takeo et avec moi est mon compagnon Akamori.

Je lui aurais bien tendu la main, mais nous étions en pleine marche et j’avais toujours trouvé inconfortable les poignées de main en mouvement; il y avait quelque chose dans les différents rythmes de pas. Enfin, je m’égare, je ne voulais simplement pas qu’il ne m’en tienne rigueur.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Bakushô Kazuya
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptySam 19 Sep 2015 - 22:04

Voilà quelques jours que j’étais enfin de retour de ma mission au pays du bois. Le retour s’était passé sans grands problèmes, puisque nous étions rentrés à dos de créatures d’encre qui nous avaient ramenés sains et saufs à Konoha. Après quoi, j’avais été convoqué afin de faire mon rapport sur la situation actuelle de Ki no Kuni à l’Hokage. Je lui expliquai ainsi que nous avions su apporter notre soutien au village des Yogan afin de leur procurer assistance, et que par la même occasion, j’avais appris qu’il semblait se tramer quelque chose d’étrange au temple se trouvant à proximité. En effet, plusieurs moines avaient semble-t-il pénétré dans l’enceinte du lieu, mais aucun n’en serait ressorti. Quelque chose d’aussi étrange ne pouvait être laissé mis de côté, une cinquantaine de personnes ne pouvait point disparaître comme ça.

De plus, je devais bien avouer que j’avais une certaine motivation personnelle à venir investiguer sur place par moi-même. Je devais en apprendre un maximum sur la culture Yogan, si jamais je voulais un jour accomplir mon objectif, à savoir : les rejoindre dans leur enseignement de la maîtrise du Yôton. Il me faudrait donc faire en sorte d’attirer leur sympathie et établir un premier contact avec eux… Chose qui ne serait possible que si l’on arrivait à résoudre ce mystère. C’est pour cela qu’à la fin de mon rapport, j’avais suggéré que l’on parte en mission là-bas, afin d’enquêter et d’essayer d’en découdre une bonne fois pour toute.

Il semblerait que ma requête fut entendue au final. Ce matin-là donc, alors que j’étais en train de rédiger différents documents par rapport à ma nouvelle équipe. J’avais prévu plusieurs programmes les concernant, afin de pouvoir les entraîner de sorte à optimiser au mieux leurs talents individuels. Quelle ne fut pas ma surprise en voyant une lettre au pied de ma porte, m’étant adressé à moi, Kurokami Yusei, et non à Suzaku. Cela voulait dire qu’il s’agissait d’une mission officielle pour le village de la feuille. Comprenant que ma présence était requise au palais de l’Hokage, je finis rapidement de rédiger mes rapports avant de m’habiller et de partir, lettres en poche. Cependant, je me rappelai qu’une nouvelle fois, je faillis oublier de porter le pendentif que m’avait donné mon père, et qui aurait des chances d’être lié aux Yogan. Je le pris ainsi de ma table de chevet et la mis dans ma poche.

Voilà donc que je me dirigeai vers le palais… Enfin, pas tout de suite. Avant celui, je parcourus un peu les quartiers claniques de Konoha afin de déposer les instructions d’entraînement à mes élèves. Elles n’étaient pas très compliquées, juste quelques exercices d’entraînement à la maîtrise du chakra, de jutsus, de combat rapproché, d’affrontement individuel… Bref, les choses lambda quoi. Je pouvais sentir lors de ma distribution de courrier que la simple brise estivale avait échangé sa place pour un vent d’automne bien plus frais. Enfin, grâce à mon manteau, ce n’était pas forcément un problème des plus graves. Je voyais ainsi les couleurs des arbres passer du jade à l’ambre, alors que les gens échangeaient leurs vêtements sans manches pour de grosses laines. Les temps changeaient, c’était une chose qui restait indéniable.

Me voilà ainsi au bureau du Hokage, où je remarquai ainsi la présence de deux autres individus devant moi. Étonné, mais pas tant que ça, je compris rapidement que cette mission allait donc s’effectuer en équipe. Parmi les têtes présentes dans le groupe, je reconnut celle de Takeo, avec qui j’eus beaucoup l’occasion de coopérer. L’autre cependant, je ne le reconnaissais guère. Cependant, au vu des iris qu’il possédait, il était facile de deviner qu’il venait du clan Hyûga. Le groupe au complet, le briefing pouvait commencer. J’appris ainsi que de nouvelles informations avaient été ajoutées par rapport à celles que j’avais rapportées de mon retour au pays du feu. En effet, aucun shinobi du clan Yogan n’était autorisé à pénétrer dans l’enceinte du clan, et il fallait croire qu’aucun d’entre nous serait la bienvenue de toutes façons, signifiant qu’il s’agissait donc d’une mission d’infiltration. Une fois les informations recueillis, nous sortîmes tous les trois, voire quatre en comptant le compagnon canin de Takeo, et entamâmes une marche pour récupérer de quoi faire nos provisions. Sur le chemin, l’Inuzuka m’interpella afin d’exprimer son contentement par rapport à ma participation à la mission. Acquiesçant d’abord la tête, je lui répondis ensuite.


« - J’espère que notre collaboration puisse s’avérer aussi fructueuse que les autres, Takeo-san. »

Puis, les regards se portèrent vers le Hyûga inconnu, qui ne semblait pas nous être inconnu à tous les deux, à en juger par la réaction de Takeo. Alors qu’il se présentait, lui et son chien, je décidai de suivre son exemple.

« - Kurokami Yusei. Je ne suis qu’un simple Chunin, mais j’espère pouvoir vous attribuer mon assistance à tous les deux. »

J’avais hésité à leur parler du fait que j’avais déjà visité le territoire de Ki durant la catastrophe. Après tout, j’y étais allé avec mon masque d’ANBU, donc avec mon autre identité. En parler n’aurait fait que donner un indice sur ma position au sein de l’unité spéciale, chose qui m’était interdit de faire en toutes situations. Nous nous préparâmes donc afin de nous retrouver quelques heures plus tard en face du rempart de Konoha, prêts à partir pour le pays du bois. Ayant eu le temps de réfléchir sur la question, je fis part de plusieurs de mes réflexions et remarques à mes co-équipiers.

« - De ce que nous ont dit les rapports, plusieurs moines s’étaient isolés dans le temple quelques jours après le début de la catastrophe, mais aucune nouvelle ne fut rapportée à leur sujet. Maintenant, les moines du temple refusent l’accès à quiconque appartiendrait aux Yogan. Je ne fais que m’avancer, mais peut-être que les moines porteraient des accusations arbitraires envers le clan, pensant qu’ils sont responsables du cataclysme ? Je marquai une pause avant de retirer de la manche de mon manteau le bandeau qui y était accroché. Dans tous les cas, je ne suis pas sûr qu’emmener notre bandeau avec nous soit une bonne idée. Si jamais on tente une infiltration en tant que civil et qu’ils découvrent qui nous sommes, les retombées sur Konoha pourraient être plus graves que l’on ne puisse imaginer… »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Gekei Mahiro
Gekei Mahiro
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1099
Rang : S

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyMer 21 Oct 2015 - 14:02

Aujourd’hui était un grand jour. Le Professeur avait choisit de partir en mission, de lui-même. Rarement des diplomates choisissaient de partir en mission, mais pour le coup, il n’avait pas vraiment le choix, il le devait. Quelques heures auparavant, en pleine nuit, un rapport vint dans le bureau des missions, un oiseau apportait une demande d’aide de la part d’un groupe de réfugié Yogan. Ce clan manipulant la lave s’était vu refuser l’entrée du temple Kiganjo qui accueillait tous les réfugiés depuis le sinistre qu’avait connu récemment le pays du bois. Aujourd’hui encore, les plaies étaient profondes et des rapports d’observations revenaient sans cesse de la part d’équipe de Konoha comme quoi Ki avait du mal à se remettre de ce séisme. Cependant, ce qui inquiétait Konoha était le comportement plus que suspect des moines de ce temple. Ils acceptaient tous les réfugiés, bien plus que peu en accueillir le temple, mais ils refusaient l’entrée des ninjas, et plus particulièrement des Yôgan. De plus, la plupart de ceux qui entraient dans le temple n’en ressortaient pas. L’administration de Konoha après étude de cette demande avait donc décidé de placer une équipe sur le coup. Etant membre de l’administration de Konoha, Munemasa avait de lui-même décidé de se rendre sur les lieux afin de découvrir le problème ainsi que de représenter Konoha dans cette affaire.

Lentement et pendant plusieurs heures, avec deux collègues, ils travaillaient pour trouver une équipe idéale parmi les shinobis de la feuille qui n’étaient pas en déplacement ou en mission. Il y en avait peu, mais deux retinrent l’attention de Munemasa. Son nouvel ami, chef du clan Gekei lui avait parlé de ces deux-là, deux éléments prometteurs qui avaient déjà travaillés ensemble dans le passé. Le premier était le plus gradé et se nommait Takeo, du clan Inuzuka. Son flair serait un atout non négligeable si la situation venait à dégénérer au sein du pays du bois. Le deuxième était un chûnin qui n’appartenait lui à aucun grand clan de Konoha. Kurokami Yusei. Dès lors la composition de cette équipe de trois shinobis, ils classèrent la mission comme étant de rang A alors que deux shinobis de gardes vinrent dans la salle. Le Professeur leur remit chacun un pli avec l’ordre de mission, l’heure et l’endroit du rendez-vous qui se déroulerait aux aurores le lendemain matin. Juste après que les coursiers eurent été envoyés, le Professeur quitta alors la salle de réunion pour se diriger vers son domaine. Il devait se reposer pour la mission du lendemain.

Quelques heures plus tard, alors que le soleil se levait, Munemasa lui était déjà debout, il n’avait que très peu dormi car cette situation à Ki no kuni l’intriguait énormément. Si des moines commencent à dérailler, qui ne le fera pas ? Il espérait juste que cet événement serait plus basé sur uen simple engueulade de voisinage que sur un véritable problème. Mais dans tous les cas cette mission se devait d’être remplie avec succès. Les liens entre Konoha et Ki no kuni n’en seraient que plus forts. Arrivant le dernier au lieu de rendez-vous, en ouvrant la porte, il vit d’ors et déjà ses deux compagnons de missions. Une fois tous les trois à l’intérieur, l’homme avec lequel Munemasa avait travaillé toute la nuit expliqua aux deux autres les termes de cette mission ainsi que l’objectif principal qui était de trouver le fond du problème et le résoudre si cela était en leurs cordres. Peu après, les trois hommes sortirent de la mission avant que Takeo ne prenne la parole pour se présenter à l’Hyûga qu’il ne connaissait pas. Il présentait également son compagnon ninken : Akamori. Les Hyûga et les Inuzuka avaient toujours eut de bons liens dans le passé. Ou du moins, ils se respectaient les uns les autres sans aucun accros. Yusei suivit la marche en se présentant égalemment. Ce à quoi Munemasa ne put rester muet.

« Simple Chûnin qui a déjà fait ses preuves si j’en crois les dires. Enchanté messieurs, enchanté Akamori. Je me nomme Hyûga Munemasa, c’est moi qui vous ai choisit tous les deux pour cette mission. D’après ce qu’un ami proche m’a dit, vous avez de nombreuses fois travaillés ensemble tous les deux. Ce sera bénéfique pour notre groupe. »

Dit-il tout en continuant à avancer vers les portes de Konoha. Ils allaient tous les trois (quatre, pardon Akamori) partir dès maintenant. Mais lors de leur marche, Munemasa fut ravi de constater de l’efficience des shinobis de cette nation. Ils n’avaient même pas encore fini de descendre les escaliers du palais de l’Hokage que déjà ils se mirent à établir des propositions, des suggestions, des tactiques pour que cette mission se transforme en un véritable succès. Un léger sourire apparut sur les lèvres de l’Hyûga qui enfilait sa veste blanche en écoutant Yusei parler. Celui-ci, qui ne déméritait pas des propos que Pô m’avait tenu sur sa capacité de réflexion. Il relatait donc les faits en émettant l’hypothèse que peut-être les moins considéraient les Yogan et leur pouvoir comme responsable de ce séisme. C’était une éventualité certes, mais le Professeur ne répondit pas de suite, il désirait le laisser terminer avant de prendre la parole. Il désirait effectuer une infiltration civil au sein du temple pour en découvrir le vérité avant d’agir. Cependant, il oubliait certaines choses, c’est alors que le pupille blanche prit la parole.

« Que les moines soupçonnent les Yogan est une éventualité, même s’il m’est d’avis que si les Yogan étaient responsables, les dégâts auraient été bien plus désastreux que les actuels. Avec un tel pouvoir, le territoire serait certainement devenu une terre désolée avec une absence de végétation, une terre sèche et charbonneuse comme peut l’être Hai no kuni. Mais mon avis n’entre pas en ligne de compte, c’est donc une possibilité qu’il faut envisager. Cependant, cela n’explique pas l’entrée massive dans le temple, plus qu’il ne peut en supporter et les sorties rares de ces réfugiés. Et puis les moines n’ont pas pour habitude d’être rancunier. Non, je pense qu’il y a autre chose là-dessous. »

Il marquait une courte pause.

« Une infiltration serait effectivement une bonne idée, mais tu oublies certaines choses. Ki no kuni est extrêmement proche des frontières de Konoha. Il y a donc fort à parier qu’ils connaissent les uses et coutumes de Konoha ainsi que les clans qui peuplent le pays. Takeo et moi ne passerons jamais inaperçu. Le tatouage et le chien propre aux Inuzuka doivent être connus des moines, et je ne parle même pas de mes yeux blancs. Le seul apte à faire cela, ce serait toi qui n’a aucun signe propre à Konoha sur toi. J’ignore si tu es déjà venu à Ki, mais il y a aussi une chance que, si c’est le cas, quelqu’un te reconnaisse. C’est un risque que nous ne pouvons pas prendre. C’est une mission de rang A, donc le danger de mort est réel, nous ne devons nous séparer que lors d’une extrême nécessité. Je propose tout d’abord que nous nous rendions auprès du clan Yogan là-bas, ils nous en diront certainement plus que ce que nous savons. De plus avec mon Byakugan, je serais apte à regarder à l’intérieur du temple. Le Professeur tout en expliquant sa théorie se retourna alors vers Takeo. Qu’en penses tu toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Inuzuka Takeo
Inuzuka Takeo
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyLun 26 Oct 2015 - 18:51

Les présentations dûment terminés, j’eus la surprise d’apprendre qu’Hyûga-san nous avait personnellement choisi pour cette mission. J’ignorais ce qu’il faisait dans la vie, mais il devait être assez bien placé dans la hiérarchie du village s’il pouvait lui-même choisir ses partenaires de missions. Quand on y pense, c’est un sacré avantage! La chance qu’il avait… J’avais noté au passage la mention d’un ami à lui nous ayant côtoyé les deux. Ces personnes se comptant sur les doigts de la main – et doutant qu’il s’agissait d’Ikari-chan – il devait sans doute faire référence à Pô-san, que j’avais eu la chance de combattre avec Yusei-san lors d’un entraînement des plus échauffé. Bref, je m’égare; restons concentré sur ce temple de Ki no Kuni. Ne perdant pas de temps, Yusei-san brisa la glace et partagea ce qu’il pensait déjà de la situation. Je devais avouer que je m’étais moi-même fait une petite idée de la situation – que je ne gardais pas fixe afin de pouvoir la modeler au fil de notre enquête – avec les informations que nous avions reçus et dans l’ensemble elle se rapprochait de celle du Kurokami. De toute évidence, une certaine forme de discrimination était faite envers les personnes d’un clan à un degré que nous serions mieux à même d’évaluer une fois sur les lieux. La raison de ce comportement était elle aussi une variable inconnu, l’explication amenée par le chûnin montrait toutefois une certaine logique dans la mesure où il était plausible que le maniement de la lave ait causé un mouvement dans le sol. Il était néanmoins trop tôt dans la mission pour en être certain.

Quand Yusei-san continua de partager sa pensée et proposa une infiltration clandestine dans le temple, je ressentis un certain malaise, probablement partagé par Hyûga-san. L’idée était très bonne et avait le mérite d’être reconnu comme efficace, si on ne prenait pas en compte le petit détail que j’étais flanqué d’un ninken en permanence. J’aurais très bien pu lui faire prendre mon apparence, mais je ne voulais pas nécessairement exhiber à la vue de tous les divers tours que j’avais dans mon sac. L’option de le laisser à l’extérieur du temple s’offrait également à nous, mais dans un cas comme dans l’autre nous ne pouvions pas faire abstraction des yeux de notre troisième coéquipier. Sûrement n’était-il pas habitué d’avoir ce genre de réflexion, mais l’Hyûga et moi-même devions constamment avoir ce détail en tête à la moindre de nos missions. Lui-même mentionnait les dangers d’une telle mission pour le village lui-même, il m’était donc d’avis que nous devions nous pencher sur une autre entrée en jeu.

Nous restâmes silencieux quelques secondes avant que l’autre Jônin de la mission ne prenne la parole. Comme les paroles traversaient sa bouche, je réalisais qu’il était effectivement improbable que les Yôgan ne soient les réels coupables de cette histoire. Sauf que ce n’était pas parce que nous venions d’arriver à cette conclusion que les moines y étaient arrivés eux-aussi, ni même qu’ils voudraient la voir si jamais nous la leur montrions. Cela n’expliquait pas non plus pourquoi autant de gens entraient dans ce temple sans que personne n’en ressorte. Vint enfin le moment où le Kurokami apprit que son approche ne pourrait fonctionner pour la simple et bonne raison que nous ne pourrions jamais passer incognito, avec ou sans bandeau. La solution qu’Hyûga-san apporta me sembla des plus logiques. Si nous ne pouvions pas aller enquêter du côté des moines, nous pouvions bien aller dans l’autre sens et enquêter sur l’autre partie, soit les Yôgan. Pas que je les soupçonnais de quoi que ce soit, mais cela nous serait sans doute bénéfique d’avoir leur versions des faits. On me demanda mon opinion sur le tout, mais avant de me positionner sur la question je devais savoir quelque chose avant.


- Est-ce qu’on sait au moins ce qui a réellement été à l’origine de ce séisme? Je veux dire, en y repensant bien les Yôgan ne sont probablement pas responsables, mais si jamais c’est ce que les moines pensent il nous faut une autre explication à leur fournir.

Bon d’accord, il y avait également un peu de curiosité dans tout cela – je n'avais jamais su le fin mot de cette histoire – mais si nous en venions à discuter avec les moines il fallait que nous sachions ce que nous allions leur dire pour les convaincre. Mais comme ce n’était pas notre première destination, nous aurions amplement d’en rediscuter.

- Mais pour l’immédiat, je dois me ranger du côté d’Hyûga-san. En plus d’attirer les soupçons inutilement, j’ai l’impression que nous allons de toute façon recevoir des informations plus fiables si nous rendons visite aux Yôgan en premier. Si jamais nous avons à aller au Temple par la suite, nous pourrons laisser supposer que nous venons nous assurer que tout est rentré dans l’ordre après le séisme. Après tout, il doit être de connaissance générale que Konoha – comme d’autres villages ninjas – soit venu en aide à Ki; nous pourrions utiliser cela à notre avantage.

Encore une fois, je prenais un peu d’avance, mais je préférais partager mes idées pendant qu’elles passaient et avant que je ne les oublie. De toute façon, nous avions déjà la première étape de notre plan, autant commener tout de suite à penser à la suite de la mission. Dans ma tête, il ne faisait aucun doute que suite à notre visite chez les manieurs de lave il nous faudrait, d’une façon ou d’une autre, voir ce qui se passait dans ce temple. Le Byakugan de Munemasa-san serait effectivement pratique pour cela, mon nez nous sera plus pratique lorsque viendra le temps de griller ces moines. Le temps que nous nous décidions réellement sur quoi faire en premier une fois sur les lieux et nous étions pratiquement rendus aux portes. Peut-être avions nous été trop concentré dans notre conversation, mais ce n’était pas avant d’avoir quitté l’enceinte du village que nous accélérâmes le pas. Rapidement, nous atteignîmes le Lac Sennyo et de là nous suivîmes la rivière jusqu’au pays du Bois. Une fois rendu sur les lieux, la réalité de la catastrophe qui s’était produite ici me frappa pleinement. J’avais eu conscience des événements et mes pensées étaient allés aux disparus, évidemment, mais Ki no Kuni c’était à l’autre bout du monde; n’ayant pas été dépêché là-bas pour les aider, je n’avais eu que des récits pour me faire une idée du chaos. Mais une image valait mille mots et des images j’en avais plus qu’une tandis que nous traversions le pays à la recherche des Yôgan. Finalement, après plusieurs heures de recherche, une odeur mélangeant des effluves humaines et sulfuriques me mirent la puce à l’oreille – ou au nez, si nous voulions être précis.

- Je crois avoir repéré leur odeur dans cette direction. Je ne sais pas si votre Byakugan serait capable de les trouver, Hyûga-san.

Avec une combinaison d’un Inuzuka et d’un Hyûga dans la même équipe, il n’y avait pas grande chose qui pourrait nous échapper. Si j’avais été capable de percevoir dans quelle direction il était, ça serait à Munemasa-san de faire le travail de précision et de les localiser.
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Bakushô Kazuya
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptySam 7 Nov 2015 - 19:31

Mon exposé dénoncé à mes deux partenaires, je ne fis qu'attendre que les deux autres personnes du groupe puissent exprimer leurs opinions sur cette dernière. Même si j'aurais aimé voir la chose de manière autre, surtout par rapport à mes idéaux personnels, je devais bien admettre que ce que j'avais dit risquait fortement de s'avérer exact. La discrimination était une chose bien étrange. Par la simple peur d'une idée qui n'est pas finalement prouvable, on essaye d'isoler des personnes sans leur poser directement la question. Et si ce que j'établissais comme théorie s'avérait exact, nous serions témoins d'une telle scène... Selon les mots de Munemasa, si mon hypothèse pouvait être potable, elle était hélas beaucoup trop bancale en vue des éléments qui sont manquants pour la compléter. Avec si peu d'informations, j'étais loin de pouvoir obtenir une histoire plausible. Après que Takeo eut donné son avis sur la question, rejoignant notre interrogation sur l'origine de la catastrophe, je décidai de couper court à certaines présomptions qu'avaient mes collègues envers moi.

« - Il est vrai que mon hypothèse est trop peu fournie en preuve pour être valable, mais la discrimination est chose qui peut bien s'abstenir de ce genre d'artifices. Et puis, je me refuse aussi de croire que ce clan soit responsable d'une telle destruction, pas avec ce que j'en sais... »

Bien évidemment, il y avait de nombreuses raisons qui me poussaient à renier l'hypothèse des Yôgan comme étant responsables du chaos de Ki. Que ça soit suite à mes propres observations des dégâts qu'on subit leur communauté, ou bien tout simplement mes propres idéaux personnels, je me refusais de croire que ce clan, qui était presque aussi le mien, avait pu faire ça. Enfin, je ne devais pas laisser mes propres idées obscurcir mon jugement. S'il s'avérait qu'ils étaient liés à tout cela, les mesures nécessaires seraient prises...
Embrayant ensuite, les deux reprirent leurs « réprimandes » en me faisant part de leurs opinions quant à mon idée d'infiltration. Ils dirent ainsi qu'elle n'était hélas que peu réalisable, et pour cause, c'est en raison des attributs de mes deux compagnons. Si l'un avait la caractéristique des Hyûga imprégnée dans ses yeux, l'autre quant à lui était facilement identifiable par son compagnon canin. Autrement dit : bien que nous n'entrions sur une terre extérieure au pays du feu, nous avions beaucoup trop de caractéristiques qui étaient liées à Konoha, et donc, nous empêcheraient de faire une infiltration en bonne et due forme. Déçu, mais comprenant l'ampleur de la situation, je ne fis que courber l'échine en signe d'excuse pour mon idée des plus douteuse.

Une fois cette discussion finie, nous prîmes la route afin de nous rendre à Ki. Le chemin fut court, plus que celui de mon premier voyage vers les contrées du bois. Je pouvais remarquer en traversant le pays des oiseaux que ce dernier arrivait plus ou moins à se remettre des tremblements qui avaient réussi à traverser la principale zone d'effet du séisme. Hélas, je fus bien vite redescendu de mon état rassuré, car nous arrivions enfin à Ki. Je ne savais pas comment pouvaient le prendre les autres, qui sans doute découvraient ce spectacle pour la première fois, mais pour moi, je pouvais encore me rappeler du choc de ma visite précédente. Un sol complètement difforme, des arbres abattus et à moitié en cendre, des bâtiments de fortunes établis à plusieurs endroits pour remplacer ceux en ruines. Désolation était le mot d'ordre ici. Mais nous ne pouvions nous arrêter pour tout cela, la mission passait en premier.

Takeo utilisa ainsi ses sens aiguisés de traqueur afin de nous indiquer l'endroit dans lequel nous pourrions rencontrer les Yogan. Il fallait que je reconnaisse les capacités des Inuzuka à pouvoir se diriger malgré l'air ambiant qui était bien lourd et en manque de pureté. De l'autre côté, c'est à sa vue que devait sans doute se lier le fameux Munemasa. Malgré le terrain qui ne permettait pas de distinguer correctement les environs, cela ne pourrait gêner le pouvoir du clan Hyûga de percevoir à travers ces terres. Quant à moi, je n'avais rien comparé à eux, si ce n'était que la connaissance du terrain, et surtout, celle de l'endroit où nous nous rendions. Sous l'identité de Suzaku, j'avais pu visiter le village de réfugiés Yôgan qui se trouvait assez éloigné du temple, où j'ai pu non seulement commencer une première enquête sur le sujet, et établir une base de relation entre les membres et Konoha.

Il ne nous fallut pas longtemps avant d'apercevoir les lieux tant attendus par notre groupe. De ce que je pouvais voir, et heureusement d'ailleurs, les lieux semblaient avoir pas mal changé. Même s'il restait encore pas mal de ruines des anciens bâtiments, on pouvait y voir construits d'autres faits en bois, preuve du passage de plusieurs Hayashi sur les lieux. Même si beaucoup étaient encore blessés ou alors en deuil, l'atmosphère avait réussi à s'adoucir un peu. Les gens commençaient peu à peu à se reprendre en main, et même à aider les Shinobis dans leurs tâches quotidiennes. Je sentais un petit rictus rassuré se dessiner, rictus que je fis disparaître, car je ne devais pas trop montrer mes sentiments face aux deux autres membres de l'équipe. Ils ont beau être de Konoha, ils ne doivent pas savoir que je suis membre de l'ANBU. Enfin, au moins un d'entre eux...

Faisant quelques pas à l'intérieur du village, je vis un des membres de l'unité en charge du village venir nous aborder. Même si normalement, le protocole voulait que ce soit Munemasa qui s'avance, je voulais engager en premier la conversation. Une sorte d'orgueil personnel concernant le fait que des trois, je connaissais le mieux la zone. Oui, jai un égo assez mal placé, mais je m'en porte bien.


« - Bonjour, fis-je en m'inclinant, avant d'échanger mon regard vers le shinobi, tirant sur ma manche avant pour montrer le bandeau cousu sur ce dernier. Nous venons de Konoha pour accomplir une mission. Nous aurions besoin de voir le responsable du village si possible ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Gekei Mahiro
Gekei Mahiro
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1099
Rang : S

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyLun 28 Déc 2015 - 1:14


L’Hyûga toujours tourné vers le shinobis avec son chien attendait patiemment que ce dernier ne réponde, mais il semblait tout d’abord réfléchir à la situation afin d’émettre une idée intelligente et qui ferait avancer la situation lors de cette mission. Il émit ensuite une opinion semblable à celle de Munemasa sur la marche à suivre pour cette mission ainsi qu’en expliquant à Yusei pourquoi une infiltration ne pouvait ici pas réellement fonctionner. Après, tout était envisageable bien entendu, mais pour le moment, le trio n’avait pas encore assez d’informations pour tenter directement une filature au sein du temple qui refusait l’entrée des Yogan. Par la suite, l’Inuzuka posa une simple question à laquelle le Professeur s’étonnait de ne pas pouvoir répondre. Qu’est ce qui avait réellement provoqué le séisme ? Il l’ignorait, mais comme la plupart des gens à ce qu’il pensait, sinon, cette histoire et cette mission n’auraient pas lieu d’être. Il prétextait par cette question que si les moines pensaient vraiment les Yogan responsables de ce cataclysme à Ki no kuni, il faudrait amener une réponse concrète pour leur enlever cette idée de leur tête.

Takeo expliquait par la suite qu’il désirait tout d’abord suivre le plan du Professeur d’aller en plein cœur des Yogan afin d’en apprendre plus sur les circonstances de ce refus de la part des moines et de la situation des Yogan pour en apprendre plus sur le clan. Il dévoila qu’ensuite, si le trio se devait d’aller au temple des moines, ils pourraient prétexter qu’ils étaient juste une unité de renfort de Konoha à Ki afin de s’assurer que le pays –comme le village avait envoyé des unités pour les secourir- prospérait de nouveau et que tout était rentré dans l’ordre. Dans tous les cas, les missions, qu’importe laquelle, se devaient de se dérouler de la même manière. Premièrement, recherche d’information sur le problème. Deuxième : enquête en suivant la piste des informations de la première étape. Troisième et dernière : établissement d’une stratégie pour résoudre le problème, que ce soit par l’intellect ou par la force. Ici, ce serait exactement la même chose. La première serait auprès des Yogan. La deuxième auprès des moines, et la troisième viendrait en découlement des deux premières étapes.

Suite à cette tirade de la part de l’ami des chiens, ce fut le premier homme qui avait prit la parole, à Yusei de parler. Il semblait.. vexé de la tournure que son idée avait prise et du côté réfractaire de ses deux compagnons de mission. Cependant, cette réaction étrange et abusive s’expliquait par une idée qu’il s’était fait. Effectivement, l’homme semblait avoir un passé avec le clan des manieurs de lave et se refusait tout simplement de croire qu’ils étaient les responsables de ce séisme et de tous ces morts. Le Professeur comprenait parfaitement son état d’âme, même s’il ne partageait pas ces sentiments. Mais il semblait comprendre les propos de ses homologues et n’insistait pas, au contraire, il se penchait en avant devant Munemasa afin de s’excuser, certainement d’avoir proposé cette idée. L’Hyûga intervint immédiatement en attrapant son épaule lors de sa courbette afin de l’obliger en le forçant un peu à se redresser. Il n’avait aucune raison de faire ça.

Cesse immédiatement. Tu n’as pas à courber l’échine devant moi. Nous sommes une équipe, nous sommes égaux et aucune des décisions ou discussions entre nous n’est légère ou inutile. Je t’ai choisi pour cette mission car Pô-san m’a chanté tes louanges. Si cet homme t’a reconnu, c’est que tu n’as plus aucune preuve à me fournir Yusei.

Effectivement, au fil du temps depuis l’intégration des Gekei au sein de Konoha, Munemasa avait fait en sorte de parler avec ces gens, de s’intéresser à eux alors que beaucoup leur tournait le dos étant un ancien clan de Mizu no kuni. Il avait ainsi rencontré Pô et celui-ci, malgré son jeune âge à l’époque débordait de sagesse, même si celui-ci manquait d’émotions, ou ne les montrait tout simplement pas. Un homme froid, mais ce manque de sentiments exprimait un sang froid inégalable. Pô-san avait prouvé sa force au monde entier en prenant la tête d’un clan jusque-là désuni, sa force de caractère en les obligeant à intégrer Konoha et son cœur en protégeant les siens. Depuis lors, Pô-san avait gagné le respect de Munemasa et son inconditionnelle ferveur. Donc si cet homme approuvait la force d’un shinobis, le Professeur ne remettrait pas ça en cause, pas le moins du monde.

Après cela, les trois compagnons partirent en direction de Ki no kuni. Et les yeux blancs purs de l’Hyûga s’écarquillèrent lorsqu’il découvrit avec une profonde tristesse les ravages de ce cataclysme. La terre, les habitations, les gens. Tout était chamboulé, tout était détruit, même le paysage avait été profondément modifié. La Terre avait jugé que ce pays serait le premier à subir sa colère visiblement, et elle ne faisait pas dans la demi-mesure. Les trois compagnons marchèrent en silence pendant tout le trajet avant que Takeo ne prenne alors la parole. Il semblait que lui et son ninken avaient réussi à trouver la trace des Yogan. Il demandait alors implicitement si le Byakugan su Professeur pouvait terminer le travail. Ce qu’il fit. En soignant ses mains, il leva seulement l’index et le majeur droit avant de fermer les yeux pour le rouvrir, laissant alors apparaître un œil plus vif, avec des nombreuses veines qui ressortaient sur les tempes. Le Byakugan activé, Munemsa pistait les personnages que le groupe recherchait.

Effectivement, ils sont droit devant nous. Mais… Il marquait une courte pause, laissant planer l’indécision de cette hésitation. Rien, continuons. Allons directement à la rencontre des Yogan.

Dit-il avant que le trio ne se mette en route. Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent tous les trois sur les lieux d’un petit village où se trouvaient des hommes ayant presque tous la même résonnance de chakra. C’étaient les Yogan justement. Et avant que Munemasa ne puisse s’avancer pour prendre la parole, Yusei, visiblement affecté par cette mission fit abstraction de la coutume et s’avança pour parler. En temps normal, le Professeur étant très à cheval sur le protocole aurait préféré prendre la parole en tant que chef d’équipe. Mais l’implication de Yusei dans cette affaire était certaine, l’homme se laissait aller à ses émotions. Bien que cela ne correspondait pas à la voie des shinobis, le Professeur désirait ardemment comprendre pourquoi le shinobis de la feuille agissait de cette sorte. Il ne connaissait rien de lui mis à part ce qui était marqué dans son dossier. L’homme cachait quelque chose, un lien avec les Yogan, ou un lien avec Ki, mais ses paroles penchaient plus vers la première option. Munemasa voulait en découvrir un peu plus, laissant Yusei agir. Il se mit à parler alors avec un homme en annonçant que le trio était un groupe envoyé par Konoha pour une mission et qu’ils souhaitaient rencontrer le responsable de ce village.

Konoha ? Allez-y si vous voulez. Mais je vous préviens, le chef est sur le pied de guerre, je ne suis pas certain qu’il pourra vous aider dans votre « mission ». Ces moines sont aller trop loin..

Dit-il avant de partir dans une autre direction. Munemasa fronçait les sourcils, il semblait inquiet. Les paroles de l’homme l’avaient perturbé au plus haut point. Comment ça sur le pied de guerre ? Une bataille ? Quel rapport avec les moines ? Il y avait encore des facteurs qui étaient inconnus au trio. Ils devait faire vite cependant si une bataille allait véritablement exploser, ils se devait d’agir rapidement. Sans attendre, il effectuait le même mudras que précédemment avant d’essayer de trouver le chef. Et ce ne fut pas difficile. Il se trouvait dans la plus grande batisse de ce petit village, accompagné d’une dizaine de personnes, autour d’une table sur laquelle se trouvait une tonne de paperasse. Ils faisaient tous les cent pas et semblaient tous hurler les uns contre les autres. C’était généralement comme ça que débutait une guerre. Par un déssacord et une dispute.

C’est bien ce que je craignais. Les paroles de cet homme et ce que je vois coïncident. Le pied de guerre… Le chef est dans le plus gros bâtiment dans le centre du village, le ton monte, il est avec une dizaine d’hommes. Ils semblent énervés. Yusei, Takeo, si j’en crois ce qui vient d’être dit, la situation se dégrade et un affrontement est inévitable. Nous devons donc maintenant jouer contre le temps. Faisons vite, nous n’avons pas le droit à l’erreur ou Ki sombrera dans le chaos.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Inuzuka Takeo
Inuzuka Takeo
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyMar 9 Fév 2016 - 3:38

Malheureusement pour moi, jamais je ne reçus de réponse quant à la vraie cause du séisme. Peut-être qu’il y avait en fait question de s’inquiéter de cette absence de réponse, mais ce serait pour un autre jour, j’en avais bien assez d’un problème à régler à la fois pour m’embarquer dans une enquête de théorie du complot. Au lieu, je me contentai de discuter avec mes collègues de la marche à suivre pour le restant de la mission. Après avoir écarté la première idée de rendre visite aux moines, qui nous ferait sans doute passer pour des fouineurs n’ayant rien pour soutenir nos propos, nous nous penchâmes sur l’idée d’aller plutôt rendre visite aux Yôgan avant. Sans nul doute qu’ils seraient un peu plus coopératif à nous aider puisque c’était justement pour eux que nous étions là. Enfin, principalement, il nous fallait également regarder cette histoire de disparition; cette querelle était le prétexte parfait pour y jeter un coup d’œil.

Voyant deux personnes s’opposer à son idée, Yusei-san se mit aussitôt sur la défensive et amena toutefois un point important, soit que la plupart des gens faisant dans la discrimination ou autre genre de pensées obtuses se pliaient rarement devant la raison et la logique. Cela pourrait effectivement expliquer le comportement des moines, mais cela devrait attendre pour plus tard. Lorsque Yusei s’apprêtait à incliner la tête, afin de signifier qu’il se plierait à la volonté de la majorité, l’Hyûga l’interrompit soudainement. Sur le coup, je ne pus m’empêcher d’être surpris et écoutait Munemasa-san lui rappeler que nous étions tous égaux dans cette mission et que ce n’était pas parce que nous ne commencions pas par cette piste que cela en faisait une mauvaise piste. Là-dessus, je ne pouvais qu’hocher la tête en signe d’assentiment; il n’y avait jamais de mauvaise idée. Sur ce, nous nous mîmes finalement en route vers le pays du Bois en direction du village des Yôgan ou les habitations dans lesquelles ils vivaient depuis le cataclysme. J’avais déjà vu la dévastation que le séisme avait causé, mais à m’enfoncer un peu plus dans le pays j’avais vu l’ampleur; qui sait dans quelles conditions vivraient les Yôgans suite à cela.

Lorsque mon nez capta les odeurs que je ne pouvais qu’identifier à des gens maniant le Yôton, j’avertis aussitôt mes coéquipiers et demanda au Hyûga d’y aller avec la précision de son Byakugan pour les localiser. Ce dernier les trouva assez aisément, mais hésita avant de finalement nous cacher quelque chose sûrement pour nous laisser le découvrir par nous-même. Pourquoi autant de mystère? Nous étions tous ensemble dans cette mission, pourquoi nous garder quelque chose? Je ne pus lui en demander plus puisque nous arrivâmes alors au village des Yôgan, qui laissait encore paraître des séquelles des affreux événements mais qui montrait également des signes de reconstruction. Entrant dans le village, nous fûmes rapidement accostés par un garde et ce fut Yusei-san qui s’avança rapidement afin de discuter avec l’homme. Décidemment, le Kurokami avait quelque chose pour ce clan; serait-il venu les aider lors du séisme? Cela serait plausible puisque le garde ne semblait en aucun cas surpris de voir des gens de Konoha débarquer dans leur village. La mise en garde qu’il nous offrit me laissa toutefois redouter le pire, doutes rapidement confirmés par Munemasa-san. Ce dernier nous appris que le chef était actuellement accompagné de ce qui semblait être son Conseil de guerre et qu’un affrontement entre les deux parties était pratiquement sur le point d’exploser. Nous devions agir maintenant ou il serait trop tard.


- Dépêchons-nous, chaque seconde compte.

Pour une fois – vous pouvez faire votre croix sur le calendrier pour celle-là – je ne m’embarrassai pas de mots et partis aussi à la course vers l’immense bâtiment qui plombait au-dessus de tous les autres. Un avantage d’avoir un ninken, c’est que la foule s’écarte d’elle-même à sa seule vue; je n’eus aucune difficulté à me faire un chemin jusqu’à notre destination. Voyant un groupe d’hommes et de chien se diriger à la course vers eux, je n’en voulus pas que les gardes de l’immeuble ne se sentent menacés, mais la mésentente fut rapidement écartée lorsque nous leur montrâmes nos bandeaux et que nous venions parler de toute urgence au chef. À ces mots, on nous laissa aussitôt passer et je ne pus m’empêcher d’avoir un petit sourire en coin alors que j’entrais puisqu’il devait certainement se fourvoyer sur la raison de notre visite. Jamais ne croiraient-ils que nous étions là pour essayer d’arrêter ce conflit. Mon odorat me permit de rapidement trouver les hommes, tant la tension et la testostérone suintaient de leur corps. Je cognai lourdement sur la porte et n’attendis pas qu’on me laisse entrer pour le faire. Aussitôt, presqu’une douzaine de regards se rivèrent sur moi avec diverses expressions, de la surprise à la colère. Avant de créer un incident diplomatique, je pris aussitôt la parole.

- Messieurs, veuillez m’excuser l’intrusion. Mes homologues et moi-même venons directement de Konoha afin de vous aider dans cette affaire. Inuzuka Takeo – et Akamori – à votre disposition.

Sur ces premières paroles je m’inclinai alors devant les hautes instances du village des Yôgan. Malgré mon entrée brusque, je n’étais pas sans bonnes manières et voulait tout de même faire les choses un tant soit peu dans les règles de l’art. Je laissai le temps à mes confrères de se présenter avant de poursuivre.

- Nous vous voyons en plein Conseil et nous ne pouvons pas nous empêcher de nous inquiéter pour vous, craignant que vous preniez une décision hâtive. Avant de prendre la moindre décision envers ces moines, laissez-nous mettre cette histoire au clair. De ce que nous savons, les vôtres sont refusés tout accès au temple; vous n’avez donc aucune idée de ce qui se passe réellement entre les murs de ce temple. Laissez-nous entrer et voir ce qui se passe réellement avant de prendre la moindre action envers eux… Je m’arrêtai l’espace d’une longue inspiration. … et cela commence par nous mettre au courant de tout ce que vous savez sur ces moines et sur la situation actuelle. J’entends par-là vraiment tout.

Voilà qu’était mise en branle la pêche à l’information qu’il nous fallait avant d’intervenir d’une quelconque façon au temple. S’il voulait notre coopération dans cette histoire, il fallait qu’ils soient honnêtes avec nous à cent pourcent. Pas de petits secrets, pas de détournement de vérité, pas d’entourloupe, rien. Je ne voulais pas les accuser de quoi que ce soit – puisque jusqu’à date ils n’avaient rien à se reprocher à part vouloir partir une guerre trop tôt – mais je savais très bien que dans ce genre de situation nous n’étions jamais porté à rapporter les torts que nous avions soi-même causés. C’était ainsi que la grande majorité des conflits commençaient, malheureusement, les deux parties avaient une part de responsabilités pour ce qui leur arrivait. C’était justement en connaissance de ce fait que je soulignais l’importance de l’honnêteté envers nous. De toute façon, je le sentirais à la moindre occasion si jamais l’un d’entre eux essayait de nous en filer une.
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Bakushô Kazuya
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyMar 9 Fév 2016 - 22:46

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Yuseit12

Je ne savais pas vraiment quoi penser du dénommé Munemasa. En effet, d’un côté, il me donnait l’impression qu’il voulait avoir le contrôle de la situation, et donc, de notre unité, en essayant d’appliquer la solution qui lui semblait la plus adéquate. Mais de l’autre, il était en train de dire que je n’avais pas besoin de me laisser aller à mon sens du protocole habituel, que nous étions tous égaux. Cela n’avait aucun sens. Je n’étais qu’un Chûnin, certes membre de l’ANBU, mais eux étaient des Jônin. Je me devais de les laisser avoir les derniers mots concernant les décisions importantes que devraient prendre notre groupe. Enfin bon, l’heure n’était pas au protocole. En ce moment, je venais d’apprendre que la situation au sein des Yôgan était plus qu’explosive, car ils voulaient lancer une guérilla à l’attention des moines.

La surprise de cette annonce m’atteint directement. De ce que j’avais vu en allant au village sous mon identité de Suzaku, j’avais en effet pu voir que certains des Yôgan étaient pour le moins… Impulsifs, mais j’étais loin de me douter qu’ils soient tant en clin à partir comme ça en guerre par simple discrimination et refus d’assistance en danger. Takeo avait raison, le temps nous pressait. C’est pourquoi nous nous étions mis en route et nous étions dépêchés afin de pouvoir discuter avec le conseil de guerre, afin d’éviter que le moindre conflit n’éclate. Cependant, je me demandai si j’avais mon utilité dans ce genre d’intervention. Je me demandai si je ne pouvais pas être utile ailleurs. Et c’est là que je me dis que peut-être, je pouvais directement interroger les concerner, pas seulement les représentants.

Alors que nous arrivions à l’entrée du bâtiment principal du village, et que Takeo était le premier parti, j’interrompis Munemasa dans sa marche pour lui énoncer le fait que je restai dans le village, afin d’obtenir les informations dont nous pourrions avoir l’utilité plus tard. Le laissant ainsi partir devant, je fis demi-tour afin de pouvoir enquêter de mon propre côté. Ainsi, passant de personnes en personnes, je me retrouvai devant plusieurs impasses. Entre ceux qui refusaient de me parler, ceux qui n’étaient pas au courant et ceux qui m’envoyer d’aller me faire voir, j’étais plutôt mal servi. Au bout de quelques minutes, je choisis de poser me poser sur un banc en soupirant face à mon échec. Réfléchissant à comment trouver une solution, je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’il nous faudrait également enquêter sur ces fameuses personnes qui seraient restées enfermées à l’intérieur du temple. C’est alors que je ne pensais plus avoir de piste que j’entendis une voix m’appelant et me demandant la même question que je me posai :


« - Vous êtes là pour trouver ce qui est arrivé au temple ? »

Levant la tête, je vis ainsi une bande de gamins, pas plus âgés que Yukine à vue d’œil. Ils semblaient hésitants quant au fait de me parler, sans doute à cause du fait que je sois un étranger et vu ma tête. Mais bon, je devais bien me contenter de faire avec, ils avaient voulu m’approcher après tout. Essayant de calmer la situation, je lâchai un soupir tout en forçant une sorte de sourire afin de parler avec eux.

« - C’est ça. J’aimerais savoir ce qui est arrivé aux personnes qui sont rentrées au temple, et pourquoi les membres de votre village n’ont pas pu rentrer.
- Et bien, commençait un des gamins… Pour ce qui est de notre clan, je suppose qu’ils avaient peur de nous, après tout ce qui s’était passé. Mais…
- Mais ?
- Vous voyez, enchaîna un second, on avait plusieurs amis qui sont rentrés dans le temple, mais quand on les a vu trainer autour, alors qu’on voulait espionner les moines, on a voulu leur parler, mais ils ne voulaient pas nous écouter !
- Comment ça ? Ils avaient aussi peur de vous ?
- Non, du tout ! On aurait dit plutôt qu’ils ne souhaitaient tout simplement pas partir ni nous laisser leur parler. Ils disaient justes qu’ils se sentaient bien au sein du temple que c’était leur nouvelle maison…
- … Ne vous inquiétez pas, fis-je avec un sourire se voulant rassurant, je suis sûr qu’ils vont revenir. »

Je pouvais voir sur le visage des enfants que c’était difficile de parler de ça, et décidait d’arrêter « l’interrogatoire » ici. Plongeant ma main dans mon manteau, je sortis mon porte-feuille et en sorti quelques Ryôs afin de les leur donner, les remerciant de leur histoire et qu’ils pouvaient aller s’acheter de quoi manger. Les yeux brillants, il ne leur fallut pas longtemps pour prendre l’argent des mains et partir en direction d’un magasin. Je ne pouvais m’empêcher de remarquer leurs vêtements déchirés, ils n’avaient sans doute pas eu l’occasion d’acheter de quoi s’habiller plus convenablement, la priorité restant la nourriture et la survie. Le poing serré, je commençai à réfléchir sur ce qu’ils m’avaient dit. De toute évidence, quelque chose ne tournait pas rond. Les gens seraient rentrés dans le bâtiment pour ne plus vouloir en sortir ? Mais certains y avaient accès et d’autres noms ? De toute évidence… Je ne pouvais deviner qu’il y avait une histoire de secte derrière tout ça. C’était un phénomène que je n’avais jamais eu l’occasion de rencontrer, mais j’ai eu l’occasion de lire des livres dessus.

Il me fallait rapporter ça rapidement à Takeo et Munemasa. Me dirigeant ainsi vers le bâtiment principal à nouveau, je pus ainsi voir que le duo, ainsi que les chiens de l’Inuzuka, sortaient du bâtiment, signe qu’ils avaient fini avec le conseil de guerre. Je décidai de faire en premier mon rapport en leur racontant ce que les gamins m’avaient dit, puis mes conclusions sur cette situation. À la suite de ça, je leur laissais l’occasion de me donner les informations qu’ils eurent de leur côté.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Inuzuka Takeo
Inuzuka Takeo
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyLun 9 Mai 2016 - 21:24

Dans mon empressement, je n’avais pas vraiment regardé si mes deux coéquipiers me suivaient réellement. Enfin, j’avais supposés qu’ils l’avaient fait, il n’y avait pas grand-chose de plus pressant que de les empêcher de faire une terrible erreur. Filant à toute allure vers le Conseil de Guerre, j’eu la chance d’arriver avant que tout ne soit terminé. Ce ne fut que lorsque j’entendis les présentations de mes coéquipiers que je me rendis compte que Yusei-san ne nous avait pas suivi à l’intérieur. S’était-il passé quelque chose à l’extérieur une fois que j’avais pris les devants? Je jetai un regard intrigué vers Munemasa-san, qui se contenta de m’assurer du regard que tout allait bien. Sachant cela, je pus continuer. Avec le plus de prestance que je le pouvais, je leur expliquai la raison de notre venue et tentai de les convaincre de se plier à nos exigences. La réputation de Konoha n’était plus à faire – à Ki no Kuni plus que partout ailleurs – et les talents diplomatiques de l’Hyûga furent mis à profit afin de les dissuader d’agir imprudemment et de leur soutirer les informations qu’il nous manquait.

- Si vous commenciez par nous raconter depuis le début? demandai-je, avenant, voyant qu’ils luttaient à chercher leurs mots.

- Très bien. Tout à commencer peu de temps après le séisme. Comme tout le monde, nous cherchions quelque part où trouver refuge et, en compagnie de plusieurs autres rescapés, nous nous sommes tous rendus jusqu’au temple Kiganjo. Quelle fut notre malheur lorsqu’arrivés sur les lieux on nous refusa l’entrée. Les civils avec qui nous avions fait tout ce chemin entraient à l’abri du temple alors que nous étions forcés de nous installer non loin et de reconstruire à zéro. Après tout le chemin que nous avions fait, nous n’allions pas faire demi-tour!

- Cela fut difficile au début, mais comme vous pouvez le constater nous avons su bien nous en tirer avec les circonstances. Pendant quelques semaines tout alla pour leur mieux – certaines rescapés préféraient même s’installer ici plutôt que d’aller s’enfermer entre les quatre murs du temple – mais ce fut environ à ce moment que les disparitions commencèrent. Certaines familles, dont certains membres avaient préférés continué jusqu’au temple, disparaissaient sans laisser de traces.


Au même moment, mes narines captèrent une odeur qui ne me plus pas du tout. Franchissant la distance qui me séparait de la table en quelques enjambées, je plaquai alors les mains sur celle-ci dans un grand claquement retentissant coupant court à la discussion, toute trace d’amabilité disparue.

- Écoutez, qu’on mette les choses au clair immédiatement. Nous sommes venus ici pour vous aider et parce que, honnêtement, cette histoire ne me dit rien qui vaille. De que je peux en voir, cependant, les choses ne se déroulent pas vraiment comme vous le souhaitez alors, de grâce, ne rebuter pas l’aide qu’on vous propose en nous cachant des informations. Non seulement cela n’aide personne, mais cela ne me montre pas que vous prenez les choses au sérieux.

Je vis certains visages s’empourprer par la colère et ajoutai rapidement.

- Parce que oui, je peux dire lorsque vous êtes honnêtes ou lorsque vous ne l’êtes pas, comme à cet instant même. N’ai-je pas raison?

Au diable les bonnes manières, si ces derniers étaient pour nous mentir en pleine face. Nous avions fait tout ce voyage pour leur venir en aide et lever le voile sur cette histoire, et les voilà qui voulaient faire les choses à moitié en voulant omettre certaines parties. De toute façon, les choses cachées finissaient toujours par ressortir alors autant que nous le sachions de leur propre bouche. Heureusement, ce petit coup de colère semblait les avoir réveillés et ils étaient maintenant près à tout nous raconter, même les choses qu’ils ne voulaient pas nécessairement que nous sachions. Comme par exemple que la plupart des disparitions étaient en fait des réunions, des familles qui se retrouvaient et repartaient toutes ensembles vers le temple. Ils ne pouvaient s’empêcher de voir avec quelle rapidité les villageois se faisaient convaincre de les rejoindre au temple, mais sans pouvoir agir pour autant. Les rescapés du temple se montraient étrangement agressifs avec les habitants du petit refuge lorsque ces derniers voulaient s’enquérir de la situation à l’intérieur de temple. Il se passait définitivement quelque chose dans ce temple, il n’y avait pas de doutes possible.

Remerciant les chefs de guerre, nous leur assurâmes que nous nous occuperions de ce problème sans qu’il ne dégénère et nous les quittâmes pour retourner à l’extérieur. En chemin, Munemasa-san m’expliqua que le Kurokami était resté à l’extérieur pour chercher d’autres types d’informations. Je devinai là qu’il allait essayait de voir ce que le peuple pouvait nous dire sur cette histoire. C’était bien d’aller chercher ses informations à une source sûre, mais tout le monde savait que c’était encore mieux si on avait plusieurs sources. Traversant rapidement les couloirs pour aller le rejoindre à l’extérieur, nous le trouvâmes justement devant le bâtiment comme s’il venait à peine d’arriver. Il s’approcha de nous et nous rapporta son histoire de gamins qui avaient presque l’air de s’être fait lavé le cerveau. Encore plus qu’avant, je sentais que quelque chose se tramais dans ce temple, quelque chose qu’ils ne voulaient pas qu’on découvre.

Lorsqu’il eut terminé, nous lui apprîmes en retour ce que nous avions été capable de tirer de la part du Conseil de Guerre. Premièrement, nous avions empêchés un assaut sur le temple Kiganjo. Deuxièmement, nous avions appris que des rescapés du temple – que je réalisais maintenant devaient être aussi lobotomissé que les enfants que les enfants de Yusei-san avaient rencontrés – venaient chercher leur famille pour les rejoindre au temple. Troisièmement, celui-là était venu alors que les pièces s’assemblaient dans ma tête, ça commençait à faire beaucoup de monde dans un seul temple, toutes ces familles, et personne ne savait ce qui advenait d’eux. Cela faisait beaucoup de points d’interrogation à propos de ce temps, je commençais à croire qu’il était temps que nous allions faire un tour là-bas par nous-même.


- Bon, je pense que nous avons récolté le plus d’informations que nous le pouvions dans ce petit village. Que pensez-vous d’aller faire un petit tour au temple? Je dois avouer que le mystère qui s’épaissit de plus en plus autour de cet endroit me donne sacrément envie d’aller y jeter un coup d’œil de mes propres yeux!

Comme ça avait été la première idée du Kurokami, je n’avais pas de doute qu’il serait prêt à aller sur le terrain lui aussi ce qui laissait que Munemasa à convaincre. Même s’il refusait, j’avais déjà une contre-offre de prête : il n’aurait qu’à rester à observer les alentours du temple avec Aka, que je n’aurais pas le choix de laisser derrière. Si nous voulions nous infiltrer en tant que simples civils, nous devions nous arranger pour que rien ne compromette notre couverture.
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Bakushô Kazuya
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyJeu 19 Mai 2016 - 19:44

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Yuseit12

La réunion avec Takeo et Munemasa se déroula sous la forme d’un simple debriefing de nos enquêtes respectives. Si de mon côté je n’avais réussi qu’à obtenir des témoignages d’enfants, qui avaient réussi à entrer en contact avec des personnes à l’intérieur du temple certes, eux avaient réussi à parler directement à l’un des partis concernés. Apparemment, ils avaient fait en sorte d’annuler, ou du moins retarder, une opération de frappe en direction du temple en question. Étonnant, je pensais que les moines étaient par nature pacifique, et que les Yôgan étaient donc par extension… Il fallait croire que c’était surtout centré sur l’étude de l’art martial. Enfin, ce n’était pas si grave que ça, j’en apprendrais plus sur eux plus tard. De plus, grâce aux informations supplémentaires quant à l’attitude des rescapés du temple, cela me menait à l’hypothèse que l’on a du utiliser un Genjutsu assez développé sur eux, il n’y avait pas réellement d’autres explications quant à un tel changement d’attitude.

Une fois les échanges terminés, il était temps de voir comment allait se passer la suite des opérations. Il fallait croire que le cœur du problème résidait à l’intérieur même du temple, ce qui faisait que nous allions devoir reprendre mon plan initial, c’est-à-dire, trouver un moyen d’infiltrer le temple. D’un côté, j’étais content de savoir que mon plan de base allait être mis en place, mais de l’autre, il restait une partie de moi qui voulait pousser une gueulante en disant que l’on aurait gagné du temps si on avait fait ça depuis le départ. Enfin bon, ce n’était pas la peine de rester dessus, on pouvait très bien continuer d’avancer. Il disait que le chien devait rester en retrait, certes, mais il fallait également qu’il enlève ses symboles de clan. De plus, il restait également la question de Munemasa.


« - Très bien. Je propose dans ce cas, Munemasa-san, que vous restiez ici. Vous êtes un bien meilleur diplomate que nous, et nous ne savons pas s’ils choisiront de reprendre leurs préparatifs. Il serait plus sage de les retarder le temps de notre enquête. »

Je ne connaissais pas le tempérament des Yôgan, mais je préférais rester prudent sur ce sujet, après tout, qui sait ce que pourrait faire un groupe de maîtres de la lave en colère. De plus, il fallait limiter l’arrivée d’un grand groupe. Deux hommes pourraient plus facilement entrer dans le groupe que trois et un chien. Une fois les accords passés, il ne nous restait plus qu’à nous en aller. La marche fut assez courte, une demi-heure à peine (c’était à prévoir pour que des enfants puissent s’être rencontrés en milieu de forêt), ce qui nous laissa à peine le temps de nous préparer pour une couverture. De toute évidence, apparaître sous notre accoutrement de Shinobi ne serait pas le plus avantageux. Que ce soit par les tatouages de Takeo ou mes propres cicatrices, nous n’avions en rien les accoutrements de quelqu’un d’inoffensif. Aussi, j’avais choisi d’utiliser un Henge pour changer mon apparence, revêtant la figure d’un quarantenaire aux allures de forgeron.

L’Inuzuka s’étant changé, nous arrivâmes enfin à l’entrée du bâtiment. Il était inutile de s’attarder sur les structures, nous nous avançâmes afin de pouvoir arriver à la rencontre des moines qui gardaient l’entrée. Comme je m’y attendais, ils nous arrêtèrent aussitôt.


« - Bien le bonjour à vous. Quel est donc la raison de votre venue en notre lieu saint ?
- Enchanté. Je viens pour retrouver ma femme et mon fils qui, on m’a dit, se sont habités ici. J’étais inconscient suite à la catastrophe, et après avoir été soigné, j’ai remarqué leur disparition.
- Je comprends votre inquiétude… Mais ceux ayant rejoint ce temple ne souhaite pas partir. Ils ont trouvé notre voie de vie comme étant un idéal, et ne souhaitent pas partir.
- Comment ça ?! J’exige de voir notre famille ! Immédiatement ! »

Il me fallait jouer une situation réaliste. Cela allait peut être ne pas marcher, mais quel homme ne s’énerverait pas quand deux personnes habillées en robe de chambre essaye de leur faire comprendre qu’il ne peut pas retrouver sa famille ? Leur montrer que je connaissais quelqu’un à l’intérieur serait plus réaliste que de dire que je voulais m’abriter, plusieurs semaines après la catastrophe. Cependant, il me fallait voir si Takeo pouvait confirmer ma version des faits. Il devait normalement jouer le frère de ma femme. Nous pourrons voir si cela se montre concluant. Si tout se passait comme prévu, ils voudraient nous attirer à l'intérieur avec l'excuse que nous pourrions les retrouver, et ce serait à ce moment que nous pourrions agir.

HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Inuzuka Takeo
Inuzuka Takeo
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyJeu 9 Juin 2016 - 23:47

Décidément, les grands esprits se rencontrent! À moins que Yusei-san ne soit secrètement un Yamanaka, c’était la seule autre possibilité. Nous allons rester avec la première qui, selon moi, a beaucoup plus de sens. Enfin, comme je proposais finalement de faire un tour au temple et pensais à une alternative si jamais l’Hyûga n’était toujours pas d’accord avec la suite des événements, le Kurokami eut la même idée que moi. Pour de meilleures raisons, bien sûr, mais le fond restait le même. Non seulement cela, mais nous ignorions tout de ce qui se trouvait dans ce temple; qu’arriverait-il si jamais d’une façon ou d’une autres nous nous retrouvions incapables de ressortir du temple? Il nous fallait un contact avec l’extérieur. Pour des raisons tout à fait différentes mais encore plus évidentes, Aka resterait derrière avec lui. Ainsi, nous nous étions divisés en deux petites équipes, toutes deux avec un objectif précis. J’intimai à Aka de bien vouloir aider Munemasa-san si celui-ci requiert son aide et nous partîmes en direction du temple.

Jouant la carte de la sureté, nous fîmes tout le trajet à la marche, comme tout bon paysan puisque c’était ce que nous serions amenés à jouer. Il allait de soi que nous ne pouvions pas entrer là en tant que shinobi de Konoha ainsi nous avions trouvé une couverture sous laquelle nous infiltrerions le temple. Les trente minutes qui furent à notre disposition furent loin d’être suffisantes pour avoir une couverture du béton, mais nous allions devoir faire avec. Chacun à notre tour nous nous enveloppâmes d’un nuage de fumée afin d’en ressortir sous une apparence plus convenable et passerait plus inaperçu. Au revoir les cheveux écarlates et les Crocs sous les yeux et bienvenu à des traits exceptionnellement fade et une chevelure d’un brun délavé! Bref, le déguisement parfait et c’est sous cette apparence que je m’approchai des portes du temple en compagnie de mon beau-frère. Deux gardes, déjà cela ne partait pas bien. J’avais pendant quelques secondes espéré que nous aurions pu avoir un avantage numérique, mais c’était être utopiste – dans la moindre mesure où notre situation était utopique. Dès les premières paroles, je sus immédiatement comment il voulait la jouer. Alors qu’il commençait à crier et à gesticuler, c’était le moment de faire mon entrée en scène.


- Allons, allons, mon frère; calmes-toi. Cela ne sert à rien de crier de la sorte, cela ne nous rapprochera pas d’elle.

Je déposai une main réconfortante sur son épaule en jetant un regard désolé au deux gardes.

- Je suis désolé pour le comportement de mon beau-frère, le voyage l’a rendu un peu à fleur de peau. Nous nous sommes tous les deux fait un sang d’encre pour Setsuna, nous avons tous les deux fait le serment de ne plus jamais nous séparer d’elle.

Disant cela, je repliai mes doigts pour en faire un poing et allai le cogner contre mon cœur. Comment, j’en faisais un peu trop? Cessez, je suis le frère le plus dévoué de tout Yuukan! Mon discours ainsi que l’intensité de mes paroles semblaient néanmoins avoir touchés les deux gardes, qui se regardaient sans être certain de quoi faire avec nous. Devant leur incertitude, devant la faille que j’attendais depuis le début, j’enfonçai le dernier clou.

- Lorsque nous avons su qu’elle avait trouvé refuge ici, nous avons laissé tout derrière nous et nous sommes empressés de venir la rejoindre. Tout comme elle, nous souhaitons reconstruire notre vie entre ces murs; encore mieux si nous pouvons le faire tous ensemble.

Je mis le plus de ferveur que je pouvais dans mes paroles afin de convaincre les gardes de nous laisser entrer. J’ignorais pourquoi ils étaient si réticents en partant, n’étaient-ils pas censés accueillir n’importe quel réfugié? Étaient-ils déjà suspicieux de nous? Avant même d’être entrés dans l’enceinte du temple et déjà nous éveillions les soupçons. Non, Takeo, arrête ça, c’est impossible qu’ils se doutent de quelque chose. Sûrement ne voulaient-ils pas que nous influencions Setsuna à quitter le temple. Mais si nous leur assurions que nous n’avions pas d’autres souhaits que de rester avec elle au temple, je ne voyais aucune raison pourquoi nous ne pouvions pas entrer. Cette logique sembla finalement avoir raison des deux gardes qui, après un énième regard consultatif, finirent par hocher de la tête.

- Je vois. Si votre intention est de rejoindre le temple, nous ne pouvons certainement pas vous tourner le dos. Tous ont droit de regarder vers la Lumière.
- Tous ont droit de regarder vers la Lumière
, répéta aussitôt le deuxième un peu à la manière d’un mantra.
- Veuillez nous suivre.

Ouais, non, pas du tout bizarre ce truc. Si nous n’étions pas déjà certains qu’il se passait quelque chose entre ces murs, nous venions d’en avoir la confirmation. Je sentais déjà le lavage de cerveau se pointer le bout du nez, lui qui se mélangeait si bien avec la religion. Je ne devais toutefois pas vendre la peau de l’ours avant de lui avoir demandé le prix l’avoir chassé et devais donc garder un esprit ouvert. Je ne trouverais rien si j’arrivais ici déjà avec une idée en tête, c’était le genre de plan pour louper complètement un détail hyper important. Je gardai ainsi l’œil à l’affut du moindre détail significatif alors que nous suivions les gardes vers l’intérieur du temple. Une fois passée cette porte, il n’y avait pas de retour en arrière. Oh tiens, elle est déjà passée.
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Bakushô Kazuya
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyMer 6 Juil 2016 - 19:30

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Yuseit12

Il semblait que mon jeu d'acteur n'ait pas réussi à nous faire passer à l'étape suivante de notre mission. En effet, là où je pensais qu'il m'aurait bien suffit de montrer un certain harassement pour faire un forcing du passage, je me rendis vite bien compte que cela augmenta encore plus la vigilance des gardes. Aurait-il fallu que je fasse en sorte d'apporter des preuves de ce que j’avance pour qu'ils puissent me croire ? Cela m'aurait été des moins possibles, puisque hélas, je n'aurais pas le talent ni le temps de falsifier une image qui aurait pu me représenter moi et ma "compagne". Aurais-je du la jouer plus docile et faire comme si je voulais juste rejoindre le culte ? Non, car si comme je le soupçonnais, ils surveillaient le clan Yôgan, cela ne nous aurait rien apporté de bon de faire croire que nous venions en paix après la catastrophe. La meilleure solution était donc bien l'opération "J'ai une bouteille à l'intérieur", comme je l'avais nommé, d'après un plan d'une nouvelle de mon crû.

Heureusement pour moi, ou plutôt pour nous, ce fut Takeo qui vint à ma rescousse. Lui-même étant déguisé dans une tenue de paysan, il vint apporter un peu plus de délicatesse dans mon plan. Le fait donc qu'il puisse appuyer mes dires, tout en essayant de calmer le jeu en disant que nous voulions les rejoindre. Cela paraissait plus crédible ainsi de dire que nous voulions rejoindre quelqu'un qui nous avait devancés plutôt que de faire croire que nous y allions de notre propre chef. Cependant, il y alla un peu fort avec son coup "simulé", je pouvais sentir mon bras avoir certains picotements suite aux chocs, portant ma main sur l'épaule. C'était donc sans difficulté que je pouvais me permettre de lancer un regard noir en sa direction, sans avoir grand besoin de me forcer. Il était vrai que j'étais pour les efforts afin d'accentuer le réalisme dans une mission d'infiltration, mais tout de même. Cependant, il fallait avouer que cela avait fini par être payant pour nous deux, puisqu'à la vue de nos réactions respectives, les deux gardes avaient enfin choisi de nous laisser "voir la lumière", un autre mot pour dire que nous pouvions enfin pénétrer dans l'enceinte du lieu.

Une fois à l'intérieur, nous pûmes ainsi nous rendre compte de la difficulté de notre tâche à l'heure actuelle. Ce n'était pas tant le fait que ceux qui étaient la faction opposante semblaient forts, mais plutôt que nous étions très clairement en infériorité numérique. Là où je pensais que nous aurions affaire avec une petite dizaine, voire, une vingtaine de moines en plus de quelques civils, quelle ne fut pas ma surprise en me rendant compte qu'ils étaient une bonne trentaine à vadrouiller un peu partout au milieu d'eux. Comment le savais-je ? Tout simple, chaque individu avait des tenues particulières de style moine bouddhiste, mais seule certaines personnes (comme les gardes) arboraient une longue écharpe le long de leur tenue. Cela allait très certainement rendre les choses plus délicates. Je ne m'étais pas rendu compte que j'observais beaucoup trop les alentours, dans le but sans doute


« - Comme je vous le disais, comment avez-vous su pour votre femme présente en ces lieux.
- Oh. Hmmm... Nous avions posé la question à plusieurs personnes, et certaines nous ont affirmé avoir vu quelqu'un avec son apparence traîner ici.
- Je vois... Pour le moment, nous ne pouvons vous laisser la voir. Il vous fait passer un rite d'initiation afin de pouvoir vous balader à votre aise dans ces lieux. »

Joie, joie, bonheur. Non seulement, de mon propre avis, je venais de donner une excuse minable, qui faisait qu'ils semblaient douter à présent de ma crédibilité, mais en plus, ils voulaient attaquer dès à présent le lavage de cerveau. Cela était soin un obstacle supplémentaire pour notre investigation, ou bien au contraire, une opportunité chanceuse. En effet, s'il y avait bel et bien ce genre de rite de passage obligatoire pour pouvoir circuler sans surveillance dans ces lieux, c'était forcément à ce moment qu'ils faisaient qu'importe ce qu'ils avaient sous la manche pour contrôler leur "disciple". Regardant Takeo, je lui demandai d'un accord silencieux s'il continuait à me suivre, ou du moins, s'il avait compris où je voulais en venir. N'ayant pas de réponse négative de sa part (qui ne répond, consent), je me contentai d'acquiescer de la tête et de laisser l'homme nous guider en direction du lieu où nous serions "initiés". Je pouvais également observer de nombreuses personnes en train de se faire guider, ici et là, par les "moines", les emmenant dans des endroits à l'abri des regards. Il devient simple à deviner quel genre de choses pouvaient se tramait dans ces murs...

Je ne savais pas réellement à quoi m'attendre il fallait dire. Serait-ce tout simplement quelqu'un manipulant un puissant Genjutsu qui se prétendrait Gourou de toute la clique ? Serait-ce plutôt une sorte d'hypnose plus primaire, sans chakra, faisant plus appel à des dons de manipulation plutôt que de compétences de combat ? Ou bien alors cela passerait par une sorte d'éducation forcée, où l'esprit serait torturé au fur et à mesure pour ensuite être modelé à l'image de ce que souhaite la personne ? Mon esprit se posait beaucoup de questions, je vous l'accorde, mais la source de mon inquiétude ne venait pas vraiment de la source de cet endoctrinement, mais plutôt de l'absence de mes capacités à y résister. J'ai beau eu, pendant mon enfance, était sous l'influence de nombreux Genjutsu (merci la Mama), je n'ai hélas point réussi à développer des aptitudes qui me permettraient de résister à leurs effets. C'était pour cette raison que j'étais d'autant plus rassuré de savoir Takeo avec moi pour cette mission, car si son flair lui permettait de repérer ses victimes, je savais également qu'il serait capable de repérer les traces de chakra.

Trêve de tergiversions, intéressons-nous maintenant au sujet principal de notre "visite guidée". Après quelques minutes de marches, où nous pûmes constater l'absence d'hostilité de la part de quiconque présents ici, nous pûmes ainsi arriver dans une salle qui ne semblait être remplie que de très peu d'individus, en majorité des moines de par leur accoutrement. L'un d'eux semblait cependant plus imposant que les autres, puisqu'il était assis au centre de la pièce, dans un habit bien plus riche que les autres, alors que des personnes étaient en train de l'éventer ou le nourrir. Ma seconde remarque se porta sur l'odeur, il y avait comme de l'encens qui était réparti dans toute la pièce, rendant l'ambiance plus... Apaisante ? Pas vraiment sûr, mais en tout cas, je ne ressentais point de danger en respirant ce doux parfum. Mes observations ne pouvant point réellement aller plus loin, la voix de l'homme qui était mis en avant s'éleva, pour nous interpeller.


« - Bienvenue à vous, mes enfants, dans mon humble demeure. En quoi notre bonne lumière puisse vous aider ?
- Nous... Nous sommes ici pour retrouver ma femme, monsieur. Nous ne vous importunerons plus après tout ceci.
- Oh, vraiment ? Quel dommage, vous pourriez pourtant passer un bon moment ici. Êtes-vous vraiment sûr que c'est la seule raison de notre visite ?
- Et bien... Non. "Hein ?" En réalité, nous sommes ici pour savoir quel est le mystère de ce temple. "Pourquoi je parles de ça ?"
- Je vois, je comprends, beaucoup de personnes du monde extérieur ont du mal à accepter notre lumière. Mais pourtant, nous ne faisons que calmer les maux des âmes égarées. Observez plutôt. »

Puis, sans la moindre autre cérémonie, une lumière apparue, émanant du corps de ce prétendu gourou. N'ayant pas été prévenu, je me couvrais les yeux un peu trop tard, mais put les rouvrir un court instant après, la lumière partie. Mais je fus cependant plus que surpris de voir ce qui était devant moi : mes amis, morts il y a plusieurs mois. Ils étaient devant moi, heureux, comme si rien ne s'était passé. Je me rendis compte que moi-même, j'avais entièrement changé, ou du moins, le "moi" de ce moment. Mes cicatrices avaient disparu, mon accoutrement de retour à quelque chose de moins sobre, et sur ma tête, ma fameuse casquette était revenue. Tout était revenu comme à avant l'accident, mais comment ? J'avais beau essayer de me souvenir comment j'étais arrivé là, mais rien, c'était on dirait un jour ordinaire, comme les autres. Mes amis se rapprochèrent, me parlant comme s’il s’agissait d'un jour ordinaire, et j'entamai ainsi la conversation à mon tour, sans soucis, ni problème. Juste le calme de l'habitude...

HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Inuzuka Takeo
Inuzuka Takeo
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyMar 19 Juil 2016 - 19:36

Par toutes les chances, nous étions à présent à l’intérieur du temple. Comme je l’avais pensé, il allait plus en douceur avait été le moyen de faufiler dans le troupeau de mouton, cachant notre apparence de loup bien décidé à lever au grand jour ce qui se passait ici. Dès que nous entrâmes, toutefois, je crois que nous nous rendîmes tous les deux comptes de ce qui se dressait devant nous. Il y avait beaucoup plus autant de gens que de moines que nous avions estimés, rendant notre maigre deux contre cette immensité un peu ridicule. Il ne fallait toutefois pas nous sous-estimer, Yusei et moi pouvions faire face à beaucoup de choses ensemble – notre examen Jônin ensemble en était la preuve. Toujours en nous escortant Dieu-savait-où, ils nous posèrent encore quelques questions que le Kurokami répondit avec une imprécision qui ne ressemblait pas au Yusei que je connaissais. Je grimaçai intérieurement devant sa réponse, mais elle sembla satisfaire le garde.

Je commençai à réellement m’inquiéter – sans pour autant le laisser paraître – lorsque notre guide fit mention d’un certain rite d’initiation. J’aurais pourtant dû le voir venir, ils ne nous laisseraient pas simplement nous balader aussi facilement dans leur lieu sacré alors que nous venions tout juste d’entrer. Il fallait faire preuve de notre dévotion ou un autre truc bidon du genre, mais à voir la façon dont autant de personnes pouvaient restés sous le joug de quiconque se cachait derrière tout ça, nous n’avions pas affaire à n’importe qui. Je sentais l’implication d’un utilisateur de chakra à plein nez, même si je ne pouvais pas encore dire quel truc il utilisait. Était-ce un genjutsu? C’était ce qui me semblait le plus logique pour garder autant de gens sous son contrôle. Dans tous les cas, nous étions sur le point de le savoir puisque c’était vers lui qu’on nous guidait. Alors c’était le gourou lui-même qui présidait la cérémonie? Cela devenait de plus en plus louche pour ce gourou, qui devait utiliser ses pouvoirs durant ce rite. D’un regard, je décidai de m’en remettre à lui pour nous guider à travers le restant de ces eaux troubles.

En chemin, néanmoins, j’eus amplement le temps de réfléchir tandis que j’observais aussi subtilement que possible les allées et venues dans le temple et j’eus la réflexion que le Kurokami à mes côtés n’était pas aussi sensible que moi à notre environnement et qu’il avait toutes les chances de tomber prisonnier du genjutsu du gourou, si jamais il s’agissait de cela. Sinon, nous avions peut-être une chance. J’allais rapidement le savoir puisque nous arrivions devant une large entrée qui ne pouvait être que le sanctuaire principal. Comme de fait, je pus enfin apercevoir celui qui présidait cette drôle de secte, un homme imposant dans de riches habits qui contredisait le vœux de simplicité de la plupart des moines. Aussitôt que j’entrai je fus plaquai par l’odeur douce et étouffante de l’encens et j’y sentis aussi un petit quelque chose je n’arrivai pas à identifier. Était-ce une herbe étrangère qui m’était inconnue? Si c’était le cas je devais d’autant plus rester sur mes gardes puisque j’ignorais ce qu’elle avait comme effets. Je ne devais toutefois rien démontrer de mon alarme et je suivis le groupe jusque devant le dais sur lequel était posé le moine. Nous demandant la raison de notre venu, Yusei y alla tout de suite avec la raison qu’il avait donné au garde à l’entrée et je me dépêchai de rediriger la conversation.


- Ma sœur, qui est sa femme, est venu cherchée refuge ici alors que nous étions partis dans un village voisin. Nous voulons simplement être réunis avec elle.

Je ne savais pas ce qu’il n’avait pas compris avec la première fois, mais repartir aussitôt notre besogne accomplie était plus que suspect, puisque la plupart des gens voulaient au contraire rester ici. Mais le dommage était déjà fait puisque le moine haussa aussitôt les sourcils et nous demanda de reconsidérer notre offre. Devant une telle réaction, même Yusei devait comprendre qu’il devait réajuster son tir si nous voulions avoir une chance dans cette mission, mais j’eus de la difficulté à cacher mon ébahissement lorsqu’il refusa son offre et qu’il allait même jusqu’à révéler la vraie raison de notre venue. Mais que se passait-il? Qu’étais-tu en train de faire, Yusei!? Pensant que nous allions avoir droit à une correction en règle avant le lavage de cerveau, je fus surpris de voir l’indifférence dans la réaction du chef. C’était à croire qu’il savait qu’il avait gagné d’avance. C’est alors que mon esprit fit le lien avec l’odeur et je sus que nous avions été faits dès que nous avions posé le pied dans cette pièce. Enfin, plutôt Yusei avait été fait puisqu’il n’était pas trop tard pour moi de me sortir de ce pétrin. Grâce à mon entraînement contre les genjutsu, j’étais beaucoup plus résistant à leur effet et, avec du temps, je pouvais même me défaire de leur emprise. Il fallait simplement que je trouve un moyen de le garder occupé assez longtemps pour pouvoir me sortir de là.

Comme vous vous en doutez sûrement, je n’eus jamais le temps de mettre ce plan si savamment ficelé à exécution puisque dans le temps de le dire une lumière commença à émaner du moine en chef. Si au début il ne semblait qu’irradier faiblement, il prit rapidement en intensité pour complètement nous aveugler dans le temps de le dire. Nous fûmes tous les deux pris de court et fûmes plonger dans ce que je devinai aussitôt être une illusion – sans l’ombre d’un doute créée par ces moines – car je me retrouvais à présent sur la place du marché du village Inuzuka. À la vue de mon village je sus néanmoins que notre couverture était tombée à l'eau et que nos identités étaient certainement mises à jour. J'ignorais si j'étais toujours sous mon henge, mais ce dernier ne servait désormais plus à rien. Malgré tout, c'était d’un réalisme à couper le souffle, de l’échoppe de viande de Kibamaru jusqu’à la taverne du coin, mais je flairais toujours cette odeur omniprésente d’encens qui me rappelait que tout ceci n’était probablement qu’un jeu de lumière que la fumée autour de nous ne faisait que renforcer. Instinctivement et aussi grâce à mon expérience, je compris que les deux jouaient avec l’autre pour faire cette puissante illusion; si j’arrivais à perturber l’un sûrement que l’autre sera assez affaibli pour rompre le genjutsu. Cela serait le moment idéal pour essayer de sortir Yusei de son illusion, peu importe où elle l’avait amené. Un nouveau plan s’était formé dans mon esprit, il était temps que je le mette en action.

Marchant tranquillement dans la place du marché, sans rien démontrer de mes réelles intentions, je regardai autour de moi sans pouvoir m’empêcher d’admirer le réalisme de cette illusion; c’était vraiment à s’y méprendre. Mon nez savait toutefois mieux que mes yeux et ce ne fut que lorsque j’arrivai en plein centre de mon monde illusoire que je passai à l’offensive. Je rassemblai rapidement mon chakra en un point entre mes deux mains, comme si je m’apprêtais à balancer un rasengan dans la salle, mais je relâchai le tout juste avant que cela ne devienne trop dangereux. Le résultat donna exactement ce que j’avais espéré, soit une immense bourrasque de chakra futon qui balaya l’encens autour de nous tout en jetant la plupart des moines présents dans la salle au sol. Même Yusei avait dû être cloué par terre sous la force, mais j’en étais ressortir indemne car dans l’œil du cyclone. Une fois le vent dissipé, je me jetai vers le Kurokami affalé au sol.


- Yusei! Réveilles-toi! Nous n’avons pas beaucoup de temps avant qu’ils ne reprennent aussi leurs esprits!

J’y allai même avec des petites tapes sur les joues pour le sortir de l’illusion et j’eus aussitôt droit à des ronchonnements de la part d’un Yusei qui se revenait tranquillement à lui. Nous devions toutefois agir vite alors nous n’avions pas le temps pour les ronchonnements, je le hissai aussitôt sur pied et lui résumai très sommairement ce que nous devions faire, à savoir profiter de l’effet de surprise pour s’en prendre directement à la tête du serpent. C’est ainsi que nous fonçâmes tous les deux vers le gourou alors que les plupart d’entre eux essayaient encore de se remettre sur pied. Le reste devient prévisible : nous appréhendons le chef, le restant du culte se rend et nous libérons tous ces pauvres villageois du joug de ces moines. Et quand je dis tous ces pauvres villageois, je veux dire vraiment tous, c’étaient terrifiant de voir combien ils étaient. Ce fut Munemasa qui découvrit tout le réseau de cavernes qui s’étendaient sous le temple grâce à son Byakugan, après que nous soyons allés le chercher une fois la menace écartée. Nous les découvrîmes là, tous entassés les uns contre les autres comme des miséreux dans des pièces semblables à celle dans laquelle nous avions été piégés. Celles-ci étaient plongées dans une lumière qui n’avait rien de naturelle et un nuage de fumée englobait la foule si dense que même moi je dus mettre quelque chose devant ma bouche pour ne pas trop être affecté.

Une fois que nous eûmes découverts ce qui expliquait le nombre déraisonnable de réfugiés et que nous eûmes terminés de les évacuer pour les retourner au monde réel, il me fut difficile de ne pas m’en prendre au gourou lors du trajet du retour vers les geôles de Konoha, ne serait-ce seulement que pour la misère dans laquelle il avait laissé ces gens. Et dire qu’il pensait que les gens étaient bien ainsi, c’était le plus frustrant dans cette histoire : même après tout cela, il restait convaincu qu’il faisait le bien et qu’il éloignait les gens de leurs troubles. C’était horripilant de voir jusqu’où les gens pouvaient aller afin de faire ce qu’ils pensaient bons. Certains se demandaient souvent si nous autres shinobis n’étions pas un peu pareil, à raser n’importe quelle menace se dressant devant nous, mais lorsque je voyais le bien que nous faisions comparé à tout le mal qui se faisait en ce monde je me disais qu’il fallait bien des personnes comme nous pour faire régner l’ordre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Bakushô Kazuya
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] EmptyMar 9 Aoû 2016 - 12:50

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Yuseit12

« - Ouch ! Nan mais ça va pas ?! C’est qu’un entrainement !
- C’est justement dans ce genre de moment qu’il faut se battre à mort !
- Ca ne fait aucun sens !
- Tu l’as cherché Yusei, tu savais à quoi t’attendre avec Megumi.
- Faites attention ! »

Un jour habituel à Konoha. Comme à chaque fois où aucun de notre groupe n’avait aucune mission, nous nous réunissions ensemble afin de parler de tout et de rien. On riait sur les dernières conneries de Megumi, les histoires embellis de Genji et moi-même, ainsi que sur les derniers récits de Satsuki. Enfin, ça, c’était avant que je ne décide de l’ouvrir et de traiter la Hyûga de macaque. Elle avait ainsi choisi de prendre revanche en « m’offrant » un combat d’entraînement. Évidement, ne reculant jamais devant un défi, j’avais complètement oublié que Megumi était largement plus forte que moi en Taijutsu, et était en train de me faire DE-MON-TER. Son art martial avait beau s’appeler le poing souple, elle cognait bien dur pourtant. Me relevant du dernier coup que j’avais reçu, je décidai alors de reprendre l’offensive en faisant plusieurs enchaînements, chacun esquivés par la brune. Cependant, très vite, j’arrivais à lui faire perdre de la vitesse, et lui fit perdre ainsi sa garde.

Une importante chaleur vint alors emplir ma main, alors que je l’ouvrais de manière mécanique, pour venir frapper de ma paume mon adversaire. Ce coup eut semble-t-il son effet, puisque je la voyais en train de se tenir au niveau des côtes, là où je l’avais touché. Mais je fus surpris surtout de voir le morceau de tissu de la Hyûga déchiré, non… Brûlé. Sentant encore la chaleur dans ma main, je me tournai vers elle, pour me rendre compte d’une chose absurde : elle était recouverte d’une couche de lave. Par surprise, je la secouai pour essayer de me débarrasser du liquide brûlant pour ne pas me retrouver blessé à mon tour. À ma surprise, ma main allait bien. Je ne savais pas par quoi j’étais le plus surpris, le fait que je venais d’utiliser une technique tout droit sorti des arcades de mon père, ou le fait que ce soit fait si naturellement, comme si je savais déjà pleinement l’utiliser.

Puis, la douleur arriva. Un mal de crâne me submergeait alors que les informations s’enchaînaient dans ma tête. La mission au temple Kyubi, l’affrontement des Furyou, le démentellement du Shoraizen, ma rencontre du clan Yôgan… et la mort de mes amis. Je me tournais vers eux pour leur demander ce qui se passe, mais ne vis rien. J’étais à un autre endroit, allongé au sol, comme si je m’étais fait repousser. Et je me rappelai alors de la mission, la raison de ma présence en ce lieu. Mais avant que je ne puisse me remettre de mon mal de crâne, je me repris une baffe de la part de celui qui se trouvait sur moi, à savoir, Takeo. Il semblait avoir réussi à s’échapper de lui-même de l’illusion qu’il avait subi, et m’en fit sortir avec violence de la mienne. Avant qu’il ne puisse me donner un retour de la main, j’attrapai son poignet en le fixant silencieusement pour lui montrer qu’il n’avait pas d’intérêt à recommencer.

Me levant aussitôt ensuite, j’écoutais ainsi les explications claires de Takeo. Le « Gourou » de la secte était le responsable de ce Genjutsu, et nous avait fait victime. Regardant dans sa direction, je compris qu’il était responsable de ce « rêve ». Cet enfoiré avait fait en sorte de me rappeler les moments passés avec mes amis, pour que je puisse me rendre compte que cela n’arriverait plus jamais. Attendant que le signal de Takeo, je fonçais en direction de l’homme, dans le but de le reverser, me tenant ainsi dans la même position que le rouquin avait sur moi précédemment, à la différence près que cette fois, mes genoux étaient plaqués contre les bras de l’homme, l’empêchant de faire le moindre müdra, et l’une de mes mains sur la gorge.


« - Libère les, fis-je d’une voix grave mais calme, où je t’enverrais rejoindre ton propre « paradis ».
- Espèce d’imbécile : ils oublient les souffrances du monde extérieur ici, si je les relâches, ils vont regagner leur tris-GRAHG, fit-il alors que je pressais sur sa gorge.
- Je m’en fous de tes absurdités… Tu m’as fait rappeler l’un des pires moments de ma vie, et si jamais tu ne veux pas que la tiennes se finisse, je te conseille de m’obéir tant que je me contrôle encore… »

Le ton était donné. Il y avait de grandes chances que l’exécuter soit plus que suffisant pour que ses Jutsus ne fassent plus effet. Cependant, rien n’était d’une sûreté absolue, et puis, je me doutais bien que Ki souhaitât lui-même faire en sorte de juger l’individu, plutôt que de laisser une autre nation régler ses propres problèmes. Semblant comprendre en ne faisant qu’un simple hochement de la tête, je desserrais ma main et le laissais se relever, un Kunai pointé vers son cou. Voyant que ceux autour de nous ne semblaient plus vouloir se battre non plus, je me composai un Müdra afin d’invoquer quelques clones pour qu’ils fassent en sorte de quadriller le secteur, et ainsi, nous laisser le soin à moi et Takeo de tirer un trait sur cette histoire.

Très rapidement, nous arrivâmes enfin au lieu dans lequel étaient logés les « prisonniers », grâce aux dons de sensorialités de Munemasa, qui avait fait sa propre enquête de son côté. Ce qui se trouvait devant nous semblait tout droit sorti d’un roman de fiction. Les victimes étaient toutes assises sur le sol, le regard vide, à fixer une lumière qui était tout sauf naturelle. Dans le tas, nous pouvions reconnaître ce qui s’apparentait aux vrais moines de la demeure même, ce qui montrait bien que l’ensemble des individus avait été remplacé par cette organisation. Sur un ton autoritaire, j’ordonnais à l’imposteur de libérer les victimes de ses Genjutsu, chose qu’il fit sans discuter. Les gens les moins fatigués (il fallait dire que rester assis à ne rien faire faisait bien mal aux muscles) se levèrent doucement alors que les autres s’évanouissaient sur le coup.

Nous en avions enfin terminés avec cette mission. Nous avions réussi à éclaircir le mystère concernant ces nombreuses disparitions, les vrais moines du monastère étaient à nouveau à leur poste, et le conflit imminent entre les Yôgan et les membres du temple avait pu être avorté. Soupirant d’aise en voyant que mes clones avaient commencé à ramener les prisonniers dans un coin, je me tournai une nouvelle fois en direction du chef de l’organisation. L’envie de me débarrasser de lui était tentante, si bien que je n’avais toujours pas lâché le Kunaï avec lequel je l’avais menacé. Mais si j’intervenais, ça risquait d’être plus de l’ordre du conflit personnel que de la sentence publique. Rangeant donc mon arme, j’informais Takeo que je le laissais gérer la situation, alors que moi-même, je me dirigeai vers le village Yôgan pour leur faire notre rapport. Je croisais encore une fois du monde, qui me dévisageaient encore, comme un inconnu, mais les ignorait pour enfin arriver devant la salle du conseil. Ouvrant la porte, je m’adressai ainsi aux personnes présentes, sans savoir qui était le chef.


« - Le problème a été résolu. Il n’y a plus de raisons de partir en guerre.
- Et comment pouvons-nous en être sûrs ? Nous voulons la tête de ceux qui nous ont provoqué !
- C’est au pays du feu et à celui du bois d’en décider, après tout, le problème est bien plus important que lié à votre village.
- Comment oses-
- Il suffit, fit l’un d’entre eux d’une voix ferme, caché dans l’ombre. Nous comprenons que cela est plus d’un problème politique, et laisserons la Daimyô du Bois décider de son sort. Cependant, si vous vous mêlez encore une fois des affaires du clan Yôgan, nous ne serons pas aussi passif, suis-je clair ?
- … Comme vous voudrez. »

Sur ces derniers mots, je m’en allai en silence, décidant de laisser mon énervement de côté. Pour qui se prenait-il ?! Nous avions fait en sorte de défendre son village, de les sauver face à un affrontement inutile, et voilà comment on était remercié ? Il me tardait de revenir ici, pour leur montrer que je n’étais pas prêt à me laisser parler sur ce ton. Konoha n’était peut-être pas un de leurs alliés, mais je serais maudit que de penser que cela soit sans remise en question… En attendant, nous avions accompli notre devoir. Il était temps de rentrer au pays, et d’oublier cette envie qui me démange de faire passer mon exaspération sur ce gourou en carton.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un temple sans fond [Mission Rang A - Hyûga Munemasa/Kurokami Yusei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Ki no Kuni-