N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Seki Hattan
Seki Hattan
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyVen 20 Fév 2015 - 17:27

Je suis resté longtemps à Suna les bras croisés, je comprenais à présent que ma jeunesse et ma faiblesse ne pouvait m'amener à rien. Il fallait que je retournais à la base du Shoraîzen pour parfaire mes techniques de combats si je voulais changer le monde. Je préparais mes affaires qui était dans une chambre d'un garde qui surveillait la prison. Je partais discrètement, je ne voulais pas qu'il me voyait, car il pouvait croire que j'ai su quelque chose que le village cachait, donc ils voudront me tuer. Les villages ont toujours quelque chose à cacher, à nous de savoir qu'est ce qu'ils cachent. Je sortais du village puis je me mis à marcher pour aller à Yu no Kuni.

Je traversa plusieurs pays mineurs, en regardant ces villages, je constata qu'ils étaient à peu près tous contrôlés par les grands pays. Nous sommes des humains qui ont soif de pouvoir, et de richesse, si on pouvait changer le monde pour que toute le monde connaissent ce qu'est la liberté et l'égalité. Plus je grandis et plus je me dis que ce monde doit changer. Le Shoraîzen m'avait appris des choses que j'ignorais et ma haine que j'ai contre ces grands pays grandit de jour en jour. Je voyageais sans repos, je dormais la nuit dans des coins qui me semblait non dangereux...

J'arriva enfin à Yu no Kuni, je me rappelais toujours de l'emplacement de la base de l'organisation. Je devais avouer, ce petit pays m'avait vraiment manqué. Ces belles petites montagnes, gorgées de gigantesques sources chaudes naturelles. Aujourd'hui, le vent doux avait fait son apparition. Les végétations étaient toujours aussi grandes. Moi, qui avait plus l'habitude de sourire, je montra un léger sourire. Je me dirigea vers les anciennes remis à neufs et gardées par des shinobis du Shoraîzen. Arrivée sur place, il m'arrêta d'un bond, j'ai compris qu'ils ont oublié mon visage mais sûrement pas mon prénom. Lorsque je prononça mon prénom et son nom. Il me laissa passer et me disant un petit bienvenue. Je marchais dans les couloirs profonds pour enfin trouver une sortie. La base du Shoraîzen s'était agrandis depuis mon départ ! C'était devenu un vrai village souterrain. J'espérais revoir mon maître Hyô Matawa et leader de l'organisation Sabakyô Seitô... Je ne connaissais pas grand monde encore dans l'organisation, peut-être, on allez me souhaiter un bienvenue ou on m'avait déjà oublié car, je n'avais rien fait de particulier encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptySam 21 Fév 2015 - 19:45



Tsubaki était de sortie, cette après-midi, alors qu’on lui annonçait une venue particulière à l’entrée de la ville. Un revenant, lui avait-on transmis. Non pas un mort, mais comme le membre du troupeau qui se perd sur le chemin du retour. Elle avait été tenue d’un registre des membres encore en déplacement, mais celui-ci s’était quelques peu fait attendre. Elle n’était qu’en chemin vers la Grand-Place, alors que se donnait suite quelque conversation avec le corps de garde.

« La prochaine fois, Tenku, appelle-moi AVANT de laisser rentrer quelqu’un dans ce cas-ci. »

En ce moment, tout ce dont elle avait besoin était de revenants inattendus. Quoique celui-ci tenait encore d’un simple étonnement, sinon à celui même du temps pris pour retrouver les quartiers du groupe. Mais ce n’était pas son affaire. Il y avait une raison pour laquelle les canons de la base n’avaient pas testé leur opérationnalité, et il s’agissait du fait que le visiteur, ou plutôt l’arrivant, se désignait par la personne même qu’il était censé représenter, quelqu’un qui, de par son temps, n’était pas suspecté par la fleur de quelque retour, ou du moins pas sous cet état d’entièreté.

Elle arriva alors au niveau de la fontaine, cherchant des yeux le fameux individu, qu’elle trouva, observant en détails l’avancement qui avait été fait depuis sa dernière venue. Lui avait quelque peu grandi, mais ce n’était pas sur quoi elle devait focaliser son attention, ni même quelque chose qu’elle savait pertinemment. Elle avait eu accès aux photos d’identité de beaucoup de membres, et se souvint du visage du petit homme, qui n’avait pas du tout changé.

La Buta avança dans sa direction, et s’arrêta à son niveau, pour lequel elle dut se baisser, de façon à ce qu’elle puisse s’adresser à lui en le regardant dans les yeux sans que chacun ne se dévisse le cou. Il ne l’avait jamais vue, sûrement, ni elle, jamais parlé, mais elle tenait bien à rendre d’autre sens cet état. Elle avait à tenir un discours que son instinct naturel lui dictait, quelque part, dans cette complexité pourtant si simple qui attrait à la nature humaine dans un cycle infini.

« On peut savoir ce qu’un enfant de ton âge a fait en restant aussi longtemps hors de la base ? »

Elle n’avait pas, selon son angle, prononcé d’une manière agressive, ou inquisitrice, mais elle gardait quelque fermeté dans une nécessité qui rejoignait la discipline vitale à l’éducation de tout enfant, quel qu’il soit. Elle savait, néanmoins, qu’il n’en était de son rôle que de faire des reproches, mais elle se sentait toutefois poussée à agir de la sorte.

Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seki Hattan
Seki Hattan
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptySam 21 Fév 2015 - 20:27

Je marchais avec attention, la base c'était depuis mon départ. J'avais la sensation qu'à présent, l'organisation pourra commencer ses missions à hauts-risques. Tout à un début, mais le mien se passa si vite que j'en suis très étonné. J'espère progresser le maximum possible pour pouvoir changer ce monde. Mon objectif que je me suis fixé devenait désormais, une obsession que je ne peut pas éviter. Je continuais de marcher tranquillement, cela faisait si longtemps que je ne suis pas revenu ici. J'étais content mais je le gardait à l'intérieur. Mon regard froid visualisa tout les bâtiments, je tournais ma tête de chaque côté. Ma marche avait un rythme lent, j'avais l'impression que les nouveaux membres du Shoraîzen, enfin ce que je n'avais pas encore rencontrés, me regardaient d'une façon très étrange. Je les ignorait car je ne voulais pas avoir des problèmes dès mon retour, ce n'est pas la peine...


Je rentrais dans un bâtiment pour demander à boire car mon voyage m'avait déshydraté. Je me dirigea vers le comptoir, puis je commanda de l'eau fraîche, le barman me le servit mais me regardait toujours avec une certaine attention. Je fis semblant de ne pas remarquer puis je buvais mon eau pour ensuite repartir me promener ou plutôt visiter la base. Lorsque je sortis, je marchais tranquillement, quand je vis une silhouette s'arrêtait à mon niveau puis se baissa pour me regarder dans les yeux. Mon regard froid et inexpressif se plongea dans le sien. Elle me posa une simple question. Elle me demandait qu'est ce que je faisais en restant aussi longtemps en dehors de la base. Je ne répondis pas à la seconde qui suivait. Nous restâmes quelques minutes les yeux dans les yeux. Mon instinct me disait que cette personne était de confiance donc je lui répondis avec une voix simple.

- Je ne te connais pas, mais tu as l'air d'être une personne de confiance donc je vais te le dire. Je comptais d'abord le dire à notre leader mais tu dois être haut placé pour me demander où j'étais. Je suis partis voyager, voir comment les villages de pays mineurs se comportaient et comment les grands pays profitaient de la situation. Je sais bien que vu mon grade au sein de l'organisation, je dois présenter des excuses et des explications à notre leader. Je comptais le chercher mais la base c'est agrandis et je sais pas où m'orienter. J'ai pris quelques notes mais elles sont peu fiables, j'ai besoin encore d'entraînement et d'intelligence pour réussir à changer ce monde.

Je m'arrêta là d'une intonation calme. Je continuais de plonger mon regard froid dans le sien. J'allais être sûrement punis ?
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyMar 24 Fév 2015 - 10:35



L’explication du jeune homme était donc venue, alors que la Buta ne cherchait pas réellement telle excuse qu’ainsi celle qui fut narrée. Il n’en était nullement question de son grade pour rendre quelque compte, alors qu’un enfant, soit-il né shinobi, n’avait qu’à se voir un support dans de tels voyages auxquels il s’était livré. Le danger n’était que de circonstances, ces derniers temps, et il ne se faisait état que de conflits, d’autant plus à notre égard à la naissance de l’organisation.

La fleur se laissa aller à un soupir avant de fixer le petit homme. Elle hésitait encore de la suite réactionnelle à adopter, dans sa nature et son degré. Elle se voyait mal le punir, elle n’en voyait pas l’intérêt moral : la chose était faite, point. Mais il faudrait bien faire quelque chose à ce sujet. Elle se jugea déjà apte à se reprendre dans la conversation, décidant d’aviser à l’instinct, chose qu’elle ne faisait que trop souvent ces derniers temps dans ses relations sociales.

« La question n’est pas que je sois haut-gradée ou pas. C’est que tu es un enfant et moi une adulte, donc je te demande comment ça se fait que tu aies été seul dehors tout ce temps. »

Elle réfléchissait encore à la suite des événements. Le ramener au palais ? S’il venait de rentrer, il y avait sûrement moins formel à faire, d’autant plus pour un bambin. Elle n’était pas plus avancée que par le départ, alors que son esprit se torturait pour trouver une suite.

« Tu as besoin d’une glace.
- Tu crois vraiment que c’est le… Oh mais quelle andouille ! Merci. »

Une réponse de la part de la Serei n’était pas réellement à attendre, car dans cette ambiguïté, on pouvait se demander qui donc traitait la kunoichi : elle-même ou bien son invitée. Cette discussion mentale mise à part, Tsubaki prit la main du jeune garçon avant de l’emmener dans les rues de la ville, dans un endroit qu’elle connaissait particulièrement bien. Un endroit où elle pourrait en faire un homme, un endroit où elle le ferait grandir : un bordel. Plaisanterie mise à part, l’enfantine main prise, la femme reprit la parole.

« Bon, étant donné que tu arrives tout juste, on va discuter de ça en mangeant un morceau. Et je t’invite, évidemment. »

Elle avait beau être sympathique dans son énoncé, celui-ci ne laissait aucun choix au jeune Silencieux, qui, de par son grade et son âge, devait certaine obéissance à la fleur. Elle l’emmena à un endroit qui lui conservait des souvenirs de toute sorte, mais toujours positifs : le Hâle Rouge. L’enseigne était plus remplie que la dernière fois où elle y avait fait une escapade (si l’on pouvait appeler un rendez-vous administratif une escapade), et cela la faisait sourire de contentement pour les amis qui la tenaient.

Elle demanda une table de deux à Yuki, qui semblait assez agité par cette journée de bénéfice pour le restaurant. Il les conduisit à une petite table dans un coin de la salle, au pied d’un magnifique tableau représentant, selon quelque artiste, la formation de la Terre. Une fois les deux jeunes gens attablés, la jeune femme prit les menus, en tendant un à son accompagné, et lui dit :

« Tu prends ce que tu veux, et pendant qu’on mangera, on discutera de ton cas. »

Elle hésitait à prendre un peu d’alcool, qu’elle estimait ne pas avoir sa place devant un mineur aussi jeune. Pourtant, elle n’aurait pas résisté à un petit cocktail pour se détendre dans cette journée. La détente se ferait-elle donc après un petit saut pour rendre une visite à sa chère et tendre dans la soirée ? Elle le verrait bien. L’heure était donc à savoir ce que le petit shinobi aurait à lui raconter.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seki Hattan
Seki Hattan
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyMar 24 Fév 2015 - 19:13

Je savais que j'étais encore jeune et que je devais encore beaucoup apprendre de ce monde. J'essaie de grandir plus vite que le temps mais bien sûr, je trouvais ça impossible. J'essayais de gagner en maturité, mais que je en ai acquis peu. Je trouvais que j'avais parlé plus que je le devais. J'essayerai corriger ce défaut qui montre encore je suis qu'un enfant. Je voulais devenir un adulte mais ça ne marche pas, ma taille, mon âge démontrait que j'étais qu'un pauvre enfant fragile et innocent mais j'ai envie de perdre mon innocence à jamais et devenir quelqu'un d'utile. Je pensais que c'était à cause d'un manque d'entraînements mais ce n'est pas le cas...

Je voyais la dame qui soupira... J'avais à présent la certitude que j'allais être puni sévèrement. Je me demandais comment j'allais être punis puisque je ne suis pas haut-gradé, je suis très faible. Qu'est ce qu'on pourrait donner comme punition à un enfant comme moi ? Je réfléchissais silencieusement, mais je ne trouvais rien de sévère. Lorsque la dame disait que elle était une adulte et moi un enfant, je comprenais que je ne peux pas sortir de la base tout seul. Je baissa la tête car je n'avais pas de mot et que je ne devais pas parler car je lui dois du respect comme tout autre adulte.

La dame me prit la main puis elle m'emmena dans les rues, elle semblait savoir où elle allait, nous marchâmes sans bruit. Ma main prise me faisait un peu honte car en voyant tout les shinobis autour de moi qui devait sûrement me regarder avec moquerie. J'essayais de ne pas faire attention, moi qui voulais grandir, c'est pas encore gagné... La dame reprit la parole en m'invitant dans un restaurant. Je parla d'une voix faible pour ne pas me faire entendre de tout le monde en gardant toujours la tête baissée.

- Merci.

Elle m'invitais, mais j'étais sûr que je ne pouvais pas refuser, je n'y avais pas le choix. Elle ouvrit une porte, le bâtiment était un restaurant. Je restais silencieux car je n'osais plus parler, je ressemblais à un enfant ridicule. Sa main prise me rappela de bon souvenir avec ma mère et mes soeurs que j'ai laissé à Konoha. Je n'avais pas dit la raison de mon départ. Je me retenais de ne pas pleurer car j'ai fait ça pour la bonne cause...

Elle demanda une table de deux à une personne, qui nous conduisit à une table, au coin de la salle, où il y avait un assez beau tableau. Après que nous sommes assis sur nos chaises, je remarqua que je n'avais pas grandi car mes pieds ne toucha pas le sol. Elle me tendit le menu que je pris, je regarda lentement ce qu'il y avait, puis je commanda des ramen au légumes avec de l'eau. Mon repas était simple. Elle voulait discuter de mon cas, mais je ne savais plus quoi dire, j'essayais de rester muet, mais il fallait que je parle donc je la questionna pour détourner le sujet qui était mon cas.

- Être Aizuyake, c'est difficile, comment vous l'êtes devenu ? Vous savez, j'aimerai bien être un Aizuyake, mais je suis encore faible te je me dois de m'améliorer.

Je pris une courte pause car j'avais remarqué que je parlais de mon cas à moi, je continuais car j'avais déjà commencé.

- Vous devez sûrement être très fort pour être haut-gradé. Je suis un enfant, mais dans la tête, j'espère un jour devenir adulte, pour comprendre ce monde et les hommes qui y vivent. J'ai remarqué que la majorité des hommes vivent que pour le pouvoir, et la force. Ils veulent utiliser ce pouvoir pour leurs bien-être. Si je possédais du pouvoir et de la force, j'utiliserai ce pouvoir pour le bien-être de tous, de la liberté et de l'égalité. Je ne sais pas comment le Tsugurike veut procéder, mais je le suis dans n'importe circonstance. Êtes-vous d'accord avec moi ?

Je la vouvoyais car je lui devais du respect, mes dernières paroles étaient irrespectueux de ma part, car je l'ai tutoyé.


Spoilier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyJeu 26 Fév 2015 - 19:26



Tsubaki avait commandé un plat assez sympathique : du bœuf sauté, accordé avec des pommes de terre, cuisinées de pareil, ainsi qu’un peu de riz aux petits pois. Cela pouvait peut-être sembler conséquent, mais on peut parfois sous-estimer l’appétit d’une dame. De cette attente furent accompagnées les fameuses boulettes de riz au bœuf auxquels la Buta ne savait que peu (ou plutôt pas) résister. Et arrivèrent les plats alors que leur dégustation commença dans un silence teinté de gêne. La fleur ne savait pas trop elle-même par où commencer, mais le jeune garçon trouva bien vite sa voie.

Elle écouta les paroles de celui-ci avant de répondre à sa question première. Il était question d’un idéal quelque peu infantile, que la jeune femme pouvait tout à fait comprendre. Elle l’avait fait par le passé, jusqu’à comprendre que le monde ne tournait pas de cela. Ici même, malgré les antécédents qui accompagnaient l’organisation, il trouvait encore quelque naïveté, quelque innocence. A la fin de son énoncé, prit-elle elle-même la parole.

« Déjà, je vais faire quelque chose que je n’ai pas fait avant et que je trouve assez impoli de ma part. Moi, c’est Tsubaki. Comme ça, je me suis présentée. Ensuite, s’il te plaît, ne me vouvoie pas, ça me fait me sentir vieille. »

Elle tenta de prendre son air le plus innocent possible avant de reprendre.

« Je suis encore jeune, tu sais. Je suce mon pouce, je dors avec des peluches, une lumière en veilleuse… »

Elle voyait bien à l’air du Sabakyô que cela ne marchait pas. Aussi continua-t-elle sur un ton léger mais moins… Idiot, diront-nous.

« Bon, d’accord, c’est pas vrai. Mais j’ai un chat ! Quoique… Ça fait plutôt grand-mère… Mais je suis jeune, c’est ça, le message. Donc tu peux me tutoyer. »

Elle décrocha un sourire tendre pour lui faire comprendre qu’elle n’était pas méchante dans le fond, ni sévère et ferme comme elle avait pu se montrer quelques minutes plus tôt. Mais il tenait encore lieu des propos du garçon, aussi devait-elle, de premier lieu, répondre à sa question, puis, par la suite, argumenter de son avis ce que son précédent avait déjà ancré.

« Alors, déjà, pour répondre à ta question, je suis venue à mon poste parce que j’ai permis à avoir cette base et je m’occupe de sa gestion ainsi que celle de notre argent en général. Pour tout t’avouer, je suis assez une prune, pour ce qui est de la force. Donc bon, tu n’as pas à t’en faire pour ça, tu as le temps de trouver ton domaine de prédilection. »

Elle marqua une courte pause, avant de se mettre à répondre à sa deuxième interrogation et de prendre en courant le débat de son jeune camarade.

« Tout est complexe. L’homme est complexe, le monde est complexe, l’esprit est complexe. Tu t’en rendras compte. Je pense qu’il y a une grande importance de l’estime de soi, à la base, pour acquérir du pouvoir. Mais ça donne des responsabilités, et une fois qu’on les a, on cherche, en quelque sorte, de la reconnaissance. Et quand on pense ne pas être vu pour ce qu’on fait, ça peut blesser. Et avec l’ivresse du pouvoir qui peut te prendre, tu t’enfonces jusqu’à des situations qu’on peut voir actuellement. »

Elle marqua une pause, cherchant de quoi illustrer ses prochains propos, alors qu’elle avalait un morceau de bœuf, se cédant une gorgée d’un excellent jus de pomme. Les mots étaient à peser avec un enfant, d’autant plus pour parler de la réalité des choses. Elle hésitait à prendre allusion pour son prochain propos l’image qui s’était distinguée dans son esprit.

« Et plus les gens ont du pouvoir, plus ils font des dégâts. C’est aussi pour ça qu’on cherche à en avoir toujours plus. Ou, dans certains cas, à l’inhiber, comme pour ton clan, si j’ai bien compris, à Ame No Kuni. Imagine si un jour, un homme prenait la place de Seitô. Un homme aux pouvoirs surpuissants, qui finirait par acquérir de plus en plus de responsabilités. Quelque part, ça ne te ferait pas peur ? »

Elle l’observait d’un œil analyseur, de manière à jauger si l’enfant avait un point de vue mûr ou non par rapport à la moyenne de son âge. Comment se portait la jeunesse, le futur du Shôraizen ?




Dernière édition par Natsuno Tsubaki le Lun 2 Mar 2015 - 10:26, édité 1 fois (Raison : Correction d'une faute qui devrait me valoir une lapidation)
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seki Hattan
Seki Hattan
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyVen 27 Fév 2015 - 18:01

Après avoir assez parlé pour un début, je me taisais puis j'attendis la réaction de l'Aizuyake, en attendant sa réponse, mon plat venait de venir, je le regardais un instant, cédant à la tentation, je pris un morceau de carotte avec un peu de salade, je mâcha très lentement pour savourer tranquillement le goût. En voyant le plat de ma camarade, mes yeux devenait intense, son plat paraissait si bon. Je leva ma main pour qu'un serveur venait à notre. Dès qu'il arriva, je lui demanda de s'approcher, puis je lui chuchota à l'oreille de me servir le même plat que mon accompagnée. Il souria légèrement puis partit en direction de la cuisine.


Son plat me donnait réellement envie, j'attendais impatiemment que le serveur me servit. J'essayais de ne pas faire attention à son plat, mais je n'arrivais pas à résister à l'odeur qui m'obligeait à contempler ce merveilleux plat.


Après quelques minutes de silence, elle prit la parole, j'avais complètement oublié de me présenter, elle se présenta en premier car elle s'en rappela la première. Elle se nommait Tsubaki, je n'avais jamais entendu ce prénom auparavant, mais je le trouvait original. puis elle me demanda que j'arrête de la vouvoyer.


Elle essayait de prendre un air innocent, ça la changeait de son visage ferme et sévère qu'elle avait pris pour me gronder. Elle reprit en disant qu'elle était encore jeune ou plutôt qu'elle était encore un nourrisson. Je la regardais d'un air neutre car je ne savais pas comment réagir à ça. Elle continua en disant que c'était faux puis elle disait qu'elle avait un chat... Cette bonne humeur, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu ça, c'était mon père qui me faisait régulièrement des blagues mais depuis ça mort, je n'arrivais plus à rigoler à n'importe quelle blague.


Je n'arrivais cependant pas à résister, je tourna ma tête légèrement pour décrocher un léger sourire discret, mais elle nepouvait pas le voir car mon masque cachait entièrement ma bouche. Elle répondit à ma question, et m'expliqua comment est elle devenu Aizuyake, j'espérais un jour le devenir mais j'étais encore trop jeune...


Je l'observais d'un regard intense et attentionné, tout ce qu'elle disait s'enregistrait dans ma mémoire pour que je puisse la répondre après. Elle prit une courte puis répondit à ma deuxième question. Je comprenais à présent comment utiliser du pouvoir sans pour avoir l'objectif d'avoir du pouvoir.


Dès qu'elle termina, elle me posa une question : Si une personne prenait la place de Seitô, ça ne te ferait pas peur ?


Je laissai quelques minutes de silence, car le serveur était venu me rapporter le plat que j'avais commandé, le même que ma camarade. J'avala un pomme de terre puis je répondit.


« Je m'appelle Sabakyô Keitarô, mais je pense que tu le savais déjà »

Je gardais un ton neutre, puis je répondit à sa question.

« Seitô est une personne que je respecte énormément, mais pour te répondre franchement, ça dépend de l'objectif de la personne, et comment il prendra la place de Seitô en tant que Tsugurike. Si cette personne est surpuissant et qu'il possède le même objectif que Seitô, et qu'il le succédera légalement. Je n'aurai pas peur mais si cet personne a toujours soif de pouvoir et qu'il vit que pour ça, alors oui j'aurai très peur. »

Je pris une longue pause pour manger un morceau de boeuf puis je repris.

« Comme tu l'as dit, plus les gens ont du pouvoir, plus ils feront des dégâts. Je constate que ça dépend de la personne et son objectif réel... »
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyLun 2 Mar 2015 - 12:45



La jeune femme l’avait écouté, dans ses déclarations, alors qu’il énonçait un point de vue certes encore quelque peu infantile, mais déjà général. Il n’était pas encore dans son âge le plus critique, mais cela n’en était pas pour autant dérangeant. Il montrait respect et loyauté envers Seitô, et la fleur savait qu’à son âge, il ne le valait que mieux, car le Tsugurike pouvait se montrer d’une extrême sentence par certaines circonstances.

Non, le jeune Sabakyô n’avait qu’un air d’enfant, derrière des mots volés à un monde mature, dans une certaine rêverie, dans une certaine fuite, une échappatoire. Etait-ce de ce qui était arrivé au clan, et qui subsistait dans les geôles d’Ame No Kuni ? Elle-même ne pouvait pas plus le dire qu’elle ne savait prédire le temps qu’il ferait au lendemain. Mais ce jeune garçon lui était de plus intéressant par sa position et ses points de vue.

Il n’avait rien de ces enfants que l’on rencontre dans les familles de penseurs, cette lignée s’était étendue dans la crainte et la répression, la persécution. De ce fait, il y avait logiquement des éléments qui se distinguaient par leur objectivité. Néanmoins, le jeune homme venait de Konoha, il y avait passé une partie de sa vie, au moins, avant d’arriver ici. Il n’y avait, quelque part, sauf exception, pas de traumatisme possible qui aurait pu entraîner une ouverture d’esprit supérieur à son âge. De plus, son ton n’était que neutre, ce qui avait pour logique de faire réagir la jeune femme. Car l’enfant, même à cet âge prépubère, a pour habitude de prendre des tons subjectifs, ne préférant l’objectivité que plus tard dans l’adolescence.

Ainsi celui-ci se révélait-il précoce, mais dans quel domaine et par quelle intensité exactement ? La jeune femme ne le pouvait pas savoir. Il en demeurait un mystère certain, mais il n’avait pas besoin de le trouver dans ce moment, qui n’aurait peut-être jamais dû prendre ancrage.

« Mais dans ce cas, c’est bien de prendre conscience de ce qu’il se passe, mais concrètement, comment tu réagirais ? »

Cela tenait de moitié dans la taquinerie que dans l’analyse réelle. Elle n’avait pas réel intérêt à continuer sur cette voie interrogative de par ses récentes suppositions. Elle laissa le jeune Silencieux répondre alors qu’elle-même dégustait le superbe repas que son accompagné avait demandé à son écho. Ce restaurant était définitivement gravé dans son cœur, ou plutôt son estomac. Des plats divins, une famille de gérants adorables, que demander de plus ? Elle aurait sûrement pu y passer la moitié de sa vie.

Mais elle n’était pas là pour manger seulement, elle avait aussi un invité, un membre de l’organisation dont elle ne connaissait pas grand-chose. Après quelques temps de repas, elle repartit sur un sujet différent de leur introduction, espérant ne pas faire trop brusque transition.

« Bon, je pense qu’on n’a pas besoin de s’étendre sur le sujet, donc on va parler d’autre chose. »

Elle prit un petit air amusé, alors qu’elle se préparait à poser des questions qu’elle savait prochainement retournées. Elle éviterait, de toute façon, les interrogations qui ne se posaient qu’à un adulte, dans le caractère croustillant de la chose.

« Bon, on va faire comme les enfants qui se rencontrent à l’école, je vais te poser une question, tu y réponds, et tu m’en pauses une, la même si tu en as envie. »

Elle marqua une pause pour décider de l’entrée de cet interrogatoire, préférant une certaine simplicité et généralité pour commencer ce repas d’informations.

« Bon, déjà, combien tu as de frères et sœurs, si tu en as ? »

Bon, ce n’était pas exceptionnel, comme question, mais il fallait bien commencer quelque part. Pour aborder un aspect personnel, il fallait installer une certaine confiance relative au sujet.


Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seki Hattan
Seki Hattan
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyMar 3 Mar 2015 - 16:12

La conversation commençais à prendre de plus en plus d'importance, je continuais de parler de mes objectifs, parler était sûrement une bonne chose mais ne pas réagir à la suite de nos mots ne servirai complètement rien, justement, moi qui avait de grands objectifs, si je ne pouvais pas les réaliser, je vais en devenir fou même après ma mort, si je pouvais encore ressentir des sentiments. L'Aizuyake me posa justement cette question, je baissa légèrement la tête puis je pris un morceau de boeuf et de pomme de terre entre mes deux bâtonnets, je mâcha lentement en réfléchissant à une réponse juste, j'avala, puis je bus une gorgée d'eau fraîche. Je la fixai d'un regard inexpressif en remarquant qu'elle avait de très beaux yeux, ils avaient la couleur d'un vert de jade...

Après avoir l'avoir regardé quelques minutes sans la répondre, je répondis d'une voix calme.

« Tsugurike... Je suivrais la méthode du Tsugurike »

Je repris un morceau de boeuf puis je le mangea. Elle ne voulait pas continuer sur ce sujet, moi aussi d'ailleurs, cela ne servirait à rien car ça prenait de plus en plus d'importance dans le " vide ". Elle voulait faire comme les vrais petit enfant à l'école, ça me rappela des souvenirs quand j'étais encore à l'académie. Elle devait me poser une question puis j'y réponds et ainsi de suite. Je hocha de la tête pour dire oui, puis elle marqua une légère pause avant de me poser sa première question.

Comme de frère et/ou de soeurs j'avaient ? Elle voulait en savoir un peu plus sur moi, je ne savais pas quoi dire... Le mensonge ou la vérité, je n'avais jamais raconté ma vie à personne mais maintenant que je fais partie du Shoraîzen, l'Aizuyake devait être une personne de confiance. Je me contenta de dire la vérité d'un ton toujours neutres.

« J'ai deux soeurs jumelles et toi ? »

Je fis une légère pause pour entendre sa réponse puis je repris.

« Je suis le vrai enfant donc j'ai le droit de poser deux questions et toi une parce que tu n'est pas un vrai enfant. »

C'était une petite blague car j'avais repensé à mon père qui me faisait toujours des blagues. Mes yeux montrèrent un certain signe de sourire. Je lui posa ma deuxième question.

« Ton enfance t'as plu ? Tu peux me la raconter s'il te plaît ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyJeu 5 Mar 2015 - 17:15



La fleur sourit à la réponse du jeune garçon. Chacun avait ses choix à faire, dans la vie, dans le travail, dans la survie… Partout, et il fallait trouver la voie qui convenait à l’objectif que l’on se fixait. Beaucoup voulaient juste vivre, c’est pour cela que parfois, des yeux se fermaient sur ce qui se passait, que des voix s’élevaient contre leurs oppresseurs. Rien n’était à blâmer entre la rébellion ou le silence. Tous deux avaient leurs motifs, leurs racines, leur avenir.

Puis vint la réponse à sa deuxième question, qui ne pouvait que faire envier l’Aizuyake, qui répondit alors au retour de sa propre demande :

« Techniquement, j’aurais dû avoir une grande sœur, mais ma mère a fait une fausse couche, du coup, biologiquement, je suis fille unique. Mais les habitants du village où je suis né… Je les considère tous comme des frères, des sœurs, des cousins. Un peu comme l’esprit qu’on a au Shôraizen. »

Elle n’avait pas tort, car si son ancienne patrie lui manquait, elle en était toujours plus éprise de cette nouvelle maison. Elle y avait des amis, une petite amie, tout ce qu’il fallait pour être heureux. L’esprit du Shôraizen était aussi d’être une nation, un groupe, une communauté, une extension familiale. Et c’est ce qu’elle y avait trouvé. Une idée lui vint en tête alors que le petit homme lui imposait une deuxième question, prétextant son jeune âge.

« D’accord pour la deuxième question, mais tu m’appelleras « nee-chan ». »

Elle avait dit ça sur le même ton de plaisanterie, et ne lui porterait nulle rigueur s’il ne s’employait pas à la nommer ainsi, mais elle avait eu envie de continuer sur le même trait d’esprit que son interlocuteur. Et venait son temps de donner des détails sur son enfance. Une enfance qui lui semblait loin, à présent, alors qu’elle avait déjà l’âge adulte et qu’allaient se profiler ses vingt et un ans.

« Alors, je suis née dans un petit village, dans les montagnes de Kaminari, pas super loin de Kumo. Franchement, si tu veux te détendre un coup et ne penser à rien d’autre, c’est là qu’il faut aller. Tu te lèves aux aurores et tu regardes le soleil se lever, et tu attends de le voir se coucher pour aller dormir. »

Elle leva les yeux pour repenser à toutes ces journées qu’elle avait passées à ne rien faire à part regarder le ciel, en poussant un léger soupir de contentement.

« Enfin bref. Ma mère est le médecin du village, et mon père, comme beaucoup d’autres, travaille dans les champs qui sont à côté. C’est un petit endroit autonome. On en sort rarement loin, seulement pour acheter deux ou trois choses dont on a besoin ponctuellement. Je suis née pendant une période pas très joyeuse, mais on a été relativement bien épargnés sur ce plan-là. J’ai appris le Ninjutsu médical par ma mère quand j’étais petite, et je m’y connais en travaux manuels. Et puis un jour, je me suis dit que j’aimerais bien voir le monde, voyager. Et puis, de fil en aiguille, je me suis retrouvée ici. »

Elle marqua une pause, se restaurant de sa petite explication, alors qu’elle laissait Keitarô assimiler ce qu’elle venait de lui raconter. Sans lâcher ses baguettes, elle continua le jeu des cent questions, jouant le même jeu que son interlocuteur :

« Et toi, ta petite enfance, tu en as fait quoi ? »

Le passé d’un Sabakyô devait se valoir plus exotique que le sien, aussi prit-elle pleine attention pour écouter ce qu’il aurait à lui énoncer.


Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Seki Hattan
Seki Hattan
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptySam 7 Mar 2015 - 22:31

Cette femme, j'avais le sentiment que je pouvais la faire confiance, mais faire confiance à une personne assez rapidement est un défaut. Je pensais la faire confiance, mais je laissais tout de même une petite place au doute, car pour faire confiance à quelqu'un, il ne faut pas qu'il n'y ait pas des secrets entre nous... Je lui avais retourné sa question. Elle me répondit qu'elle devait avoir une grande sœur, mais sa mère avais fait une fausse. Je descendis rapidement la tête pour m'excuser. Elle disait ensuite que les habitants de son village où elle né, elle les considère tous comme des frères et soeurs comme au Shoraîzen.

Notre organisation prenait forme, mais avait-il des liens forts entre frères d'armes ? Franchement, je ne pouvais répondre à cette question, je connais très peu de personnes de cette organisation. C'est la première fois que je rencontre un Aizuyake. Pour moi, je n'ai pas encore tissé de lien fort avec l'organisation. Avant de répondre à ma deuxième question, elle me disait que je devais l'appeler nee-chan, mes yeux s'agrandirent, je la regardais avec attention. J'essayais de rester le plus neutre possible, mais je ne pus m'empêcher de lui lancer un regard heureux. Une organisation qui était une famille, je ne pensais pas à cela, mais je pouvais comprendre qu'en ayant tout le même objectif commun, nous nous soutenons mutuellement. Je lui dis d'une voix un petit peu tremblante à cause de l'émotion.

« D'accord nee-chan. »

Elle m'expliqua son histoire, en un court résumé. Elle était née dans une famille de médecin dans les montagnes de Kaminari. Elle avait appris le ninjutsu médicale par sa mère. Puis elle me retourna ma question. Ce moment-là, C'était une époque assez difficile pour, mais c'est grâce à cette épreuve que j'ai pu mûrir. Je lui répondis d'un ton neutre.

« Mon histoire, elle n'étaitt pas si terrible tout compte fait. Je suis né trois ans après la fondation de Konoha, mes parents décidaient de vivre dans la forêt d'Hi no Kuni, c'était des ninjas, mais ils avaient décidé de mettre fin à leur carrière après ma naissance. Je vivais tranquillement pendant un an. Je n'ai pas eu une vie couverte de sang ni une vie trop facile, plutôt entre les deux. Le village de Suna avait décidé de faire la guerre à Konoha. Les dirigeants du village de la feuille avaient oublié de prévenir les habitants qui vivaient à l'extérieur du village. »

Je fis une courte pause pour me remémorer cette journée difficile.

« Mon père est parti à la guerre, sans arme, il s'est fait sûrement tuer en un clin d'œil... Après cela, nous avons vécu dans Konoha avec ma mère et mes sœurs. C'est l'examen Jônin qui m'a donné la volonté de devenir ninja et de permettre à avoir un objectif. Ce n'est pas une vie si difficile, mais c'est la perte de mon père... »

Je lui laissais le temps de comprendre mon histoire puis je continuai le jeu en lui posant une autre question.

« En parlant de mon objectif, tu ne m'as pas parlé du tien, nee-chan ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) EmptyMer 11 Mar 2015 - 14:52



Le récit qu’avait fait le jeune Sabakyô sur sa propre vie avait ému Tsubaki. Bien qu’elle eut été habituée à toute sorte de chose, que son corps eut commis certaines atrocités à ses yeux, qu’elle eut connu le temps de la guerre par les images qu’elle projetait dans son village, elle ne pouvait s’empêcher de s’attendrir devant l’histoire d’un jeune enfant. L’orphelinat, même d’un seul parent, lui semblait une épreuve insurmontable pour ce petit brin d’homme, elle-même n’ayant pas la force pour se soustraire à une de ces entités.

Elle avait beau être médecin, elle restait de cette empathie qui la rapprochait chaque fois des patients, la prenant sans gare, alors qu’elle s’efforçait de demeurer objective. Non, elle ne pouvait pas échapper à la tristesse d’une mort. C’est pour cette raison qu’elle s’était sentie souillée par les événements meurtriers qui avaient été nécessaires par le passé.

Avant de répondre à la suivante question de Keitarô, elle avait, par réflexe et instinct maternel, passé une main dans les cheveux du jeune shinobi, une larme perlant à l’un de ses yeux, alors qu’elle se projetait dans le cours de la vie de celui-ci. Elle avait beau ne le connaître que de ce jour, il n’en demeurait pas moins l’un des enfants du Shôraizen, et elle le traiterait comme tel, en tant qu’Aizuyake, que médecin, que femme et en tant qu’amie future.

Après ce court épisode de manifestation de tendresse, elle revint au cours de leur affaire, alors que le ninja ne semblait pas entendre tout à fait la raison de son action.

« Désolée, c’est l’émotion. J’ai beau être une adulte, je suis encore assez sensible. »

Un petit rire, presque nerveux, fit office d’intermède à la suite, réponse à l’interrogation de l’interlocuteur.

« Au début, j’avais juste en tête de voir le monde, d’explorer ce que je ne voyais pas depuis mon petit village. J’en ai encore envie, mais j’ai aussi des choses à faire. J’ai le Shôraizen, ses objectifs sont aussi les miens, donc je dois faire avec ça. Et puis… »

Elle marqua une pause dans sa narration. Etait-il réellement utile, nécessaire, possible d’expliquer un de ses objectifs secrets au ninja ? En aucun cas ne rentrerait-elle dans les détails, mais elle pouvait bien montrer le nez d’un de ceux-ci, alors que la cause en paraissait noble, et l’était, par ailleurs. Elle ne sentit pas de refus de la part de la Tsuchi No Serei, aussi put-elle continuer son énoncé :

« J’ai des recherches à faire, un peu partout. Ca entre dans mon objectif de voyage, mais en plus poussé. J’ai des choses à comprendre, à voir, à déchiffrer. Ma petite aventure personnelle, en gros. »

Elle n’avait pourtant pas pris part à cette quête depuis quelques temps, et sentait-elle à l’approche de l’Eté que son temps lui viendrait de même que par sa nécessité. L’esprit la rappellerait sûrement à l’ordre si elle relâchait trop son attention, théorie qu’une petite voix s’empressa de confirmer.

« On pensera à ça plus tard, dans la salle de projection. Pour le moment, je te signale que tu laisses un blanc dans votre conversation. C’est à toi de poser une question. »

Et celle-ci vint alors naturellement à la kunoichi, alors qu’elle se penchait légèrement en avant, à l’écoute du petit homme, avant de lui demander :

« Si tu n’avais pas été ninja, tu aurais voulu faire quoi, une fois adulte ? »

Elle avait un sourire malicieux collé au visage, alors qu’elle-même n’aurait pas pu s’imaginer autrement que par son état de shinobi.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

 Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty
Message(#) Sujet: Re: Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )  Un retour oublié ( Libre Shoraîzen ) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un retour oublié ( Libre Shoraîzen )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yu no Kuni :: Base du Shôraizen-