N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyMar 3 Fév 2015 - 23:35

Info':
 

Je regardais le rapport d'Azumi avec un air relativement inquiet. Alors c'était fondé. Les agissements de ce mystérieux groupuscule de criminels au pays de Yu étaient un problème. Un gros problème. Le pays était relativement en paix, et voilà que cette "Epée du Dragon" vient provoquer le chaos. Ces actes étaient justes impardonnable, et il était temps que le Shôraizen use de toute sa force disponible.

    « Que l'on mobilise toutes les forces disponibles non-affectées à la défense. Préviens les Aizuyake, et dit à chacun de se préparer de façon adéquate à une situation pareil. Nous rentrons en guerre ouverte contre ce mystérieux et jeune groupuscule terroriste. Rassemblement d'ici 30 minutes, devant le palais. »


Azumi fit un signe de la tête, avant de me saluer et de partir. Quant à moi, je me dirigeais dans ma chambre. Ouvrant mon armoire, je me préparais de façon adéquate. Une tenue avec une armure légère, un gilet tactique, des armes ninjas... Et ma cape de Tsugurike. Arborant le brassard du Shôraizen. La préparation tactique pour un Shinobi est primordiale, et il était temps pour nous d'agir en notre nom...

À terme des 30 minutes, j'arrivais devant les troupes réunies pour l'occasion. Prenant une grande inspiration, je commençais.

    « Mes amis, l'heure est grave. Yu no Kuni est attaqué par un mystérieux Groupuscule qui se fait appeler "L'Epée du Dragon". Il cherche à conquérir ce pays paisible par la force la plus brutale qui soit. Militaire, civil, femme, enfant, vieillard... Ils ne font aucune différence entre eux. La violence qui déchire ce pays est simplement inadmissible ! C'est impardonnable !

    Notre devoir en tant que Shinobi est de protéger ce peuple ! Et ce peuple est danger par ce Ryuken. S'ils se pensent épées du Dragon, alors ils mourront sous les ailes de la liberté ! Vous tous qui avait fait serment de suivre nos principes, acceptons-nous cette violence gratuite pseudo-justifiée par cette conquête dont les investigateurs ne connaissent que le massacre ?

    Non ! Nous ne l'acceptons pas et nous ne l'accepterons jamais ! Le Shôraizen est l'épée de la liberté et la première liberté passe par celle de vivre ! Ce sacrifice n'est pas pour le bien d'une cause commune, il n'est qu'acte de barbarie !

    Mais plus important encore, des vies innocentes sont en jeux. L'inefficacité du Daimyô de Yu no Kuni face à cette crise prouve bien des choses ! L'absence de Shinobi des différents Villages Ninjas en prouve une autre ! Nous, Ninjas du Shôraizen, ne resteront pas stoïque face à cette situation. Nous agirons, car je place immédiatement le Pays des Sources Chaudes et ses habitants sous notre protection ! Ainsi, nous déploierons des Forces Militaires, Soutient Tactique et Humanitaire de façon immédiate ! »


Je laissais ensuite un léger silence s'installer, avant de reprendre.

    « De ce fait, moi, Sabakyô Seitô, Tsugurike du Shôraizen, condamne les auteurs de ses agissements à la peine capitale. Que le châtiment du désespoir s'abatte sur eux ! »


Sous les acclamations de nos Ninjas, Hiriko et Azumi organisèrent les troupes. Il était temps de déployer les ailes de la liberté...


Dernière édition par Sabakyô Seitô le Mer 18 Fév 2015 - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyMer 11 Fév 2015 - 18:58

Un rassemblement de la plus haute importance venait d’être annoncé. Il ne nous restait que trente minutes pour que nous nous rendions devant le palais présent dans notre base. C’était Seitô qui en avait intimé l’ordre, et ce n’était pas tous les jours qu’il nous demandait ça. Généralement, s’il souhaite que tous les membres du Shôraizen se rassemblent pour faire passer une annonce... c’est qu’il se passe quelque chose. De grave ? De complètement futile ? Je n’en avais strictement aucune idée, bien que je pense bien que ce soit assez important pour qu’il prenne cette peine. Ou alors, nous avons tous oublié son anniversaire, et il a décidé de se venger. Ouais ouais, ce n’est pas impossible. Surtout que c’était y a pas longtemps. Haha, ces gens qui ont oublié de lui souhaiter vont passer un sale quart d’heure. J’avais hâte de voir ça...

Ha, mais attendez. Je n’y ai pas pensé non plus... oh putain, je me casse.

Il est vrai que ça m’était complètement sorti de la tête. Du coup, répondre à cet appel risquait de me porter bien plus préjudice que ce que je le pensais. Sauf que si je n’y vais pas, ça risque de ne pas passer inaperçu. Et il y a quand même un risque de rater quelque chose d’important. Rhaaaaa. Que faire ? Observant les autres, je les voyais déjà se rassembler au lieu demandé, et ce bien avant que les trente minutes de préparation ne se soient écoulés. Inconscients. J’imagine que, parmi vous, beaucoup ont oublié. Tout comme moi... moi je sais que si on oublie mon anniversaire, je boude. Donc bon. Ah... un long soupir. Voilà ce que j’en dis, avant de marcher jusqu’aux devants du palais, les mains dans les poches.

Il y avait déjà foule, tous intrigués par ce qui allait suivre. À vrai dire, je l’étais aussi. Mine de rien, je ne pense pas que Seitô nous ait réellement convoqué, tous ici, pour nous parler de son anniversaire. S’il y tenait vraiment, je pense qu’il aurait employé d’autres moyens... plus radicaux. Ou plus Seitôtique quoi. Ouais, c’est un nouveau mot, vous avez vu ? C’est de ma création, et ça résume bien les choses. Y a pas plus clair comme mot. D’ailleurs en parlant du loup, il sort de son trou. Il se montra enfin, prêt à annoncer ce qui devait être dit, qui était la raison même de notre venue ici. Lorsqu’il apparut, un cri strident me perça presque les tympans. Il s’agissait de deux filles à mes côtés... un peu trop heureuses de le voir. Oui, vraiment trop.

    OUUUUUUUUUUUUUUUUUI LE VOILAAAAAAAAAA !!


Genre... comme ça. Deux mégaphones dans les oreilles, ça ne fait pas trop du bien. En tout cas, il ne pouvait pas dire qu’il n’était pas acclamé, avec l’agitation de la foule... alors qu’il n’avait pas encore dit un mot.

Les voix finirent alors par se taire, et le sérieux reprit son droit sur l’assemblée. Maintenant, le Sabakyô pouvait nous faire part de la raison de notre rassemblement ici. Et non, ce n’était pas au sujet de son anniversaire. Fiou, rassuré. Seulement, c’était un peu plus grave que ça, puisque le sujet de ce rassemblement était bien plus sérieux et important que je me l’étais imaginé. Il y aurait un groupe de shinobis qui s’en prendrait à Yu no Kuni, qui était le pays dans lequel nous nous étions installés. L’épée du Dragon, hein ? Jusqu’à lors, j’ignorais l’existence de ce groupe de criminels. Et pourtant, il semblerait bien qu’il ait fait parler de lui ces derniers jours. En écoutant les paroles de notre chef, une légère grimace se forma sur mon visage. Non pas quelque chose de drôle, mais bien quelque chose qui me dérangeait au plus haut point... bordel. C’était quoi ces gens ? Prendre le pays par la force, en massacrant les civilisations y habitant ? Des monstres...

Les Ailes de la Liberté, contre l’Épée du Dragon... intéressant comme concept. J'aime bien l'idée. En effet, il était de notre devoir de protéger les victimes de ce massacre... et d’éradiquer cette menace. Le discours de Seitô venait de se terminer, alors que la foule reprit de son activité. Sauf que cette fois-ci, ils étaient déchaînés, prêts à se battre contre ce groupe de malfrats. Seitô savait motiver ses troupes... ainsi que ses fan-girls, vu mes tympans qui commençaient à prendre très chers. Elles gueulaient, hystériques. Elles avaient même des pancartes avec son nom marqué. On se croirait à un concert de leur star préféré.

    WAAAAHOOOOOOOUUUUH VIVE NOTRE TSUUUUUUGUUUUUURIKEEEEEEE !


Le mieux pour mes tympans restaient de me retirer de la foule... d’autant plus que je pourrais respirer un meilleur air qu’à l’intérieur. Entre les... bref. Il était temps maintenant de former des groupes pour mener à bien notre mission commune, et de recevoir notre ordre. Tout allait se mettre en place...

Les Ailes de la Liberté vaincront.

Spoiler:
 


Dernière édition par Hyô Kôhei le Mer 18 Fév 2015 - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyMer 18 Fév 2015 - 20:13

ORDRE DE MISSION:
 



J'avais ordonné à Azumi et à Hiriko de s'occuper de l'équilibrage des groupes. Cette mission, qui était aussi une guerre éclair, devait être fait avec le plus d'efficacité et de sûreté possible. Pour cela, l'Hyûga était la plus compétente dans ce domaine, et c'était pourquoi elle avait eu le devoir de former ses fameux groupes. En tous les cas, j'étais tombé avec plusieurs Ninjas compétents.

Hyô Kôhei, mon élève mais aussi Coq du Shôraizen. Notre synergie n'était plus a douté, vu que nous avions suffisamment vécu d'épreuve et de combat ensemble pour mêler parfaitement nos deux styles de combats. Ce petit était d'une nature arrogante et trop sûre de lui lorsque je l'avais récupéré, mais grâce à mon entraînement et à son potentiel latent, il avait réussi à atteindre un niveau bien supérieur à la moyenne. Et bien que je fusse le premier à être sous les projecteurs, mon élève était bien plus puissant qu'il n'en avait l'air. Ceux qui le sous-estimaient avaient beaucoup de soucis à ce faire...

Ensuite, Aburame Miko. Une ex-Jônin de Konoha qui n'avait plus à faire ses preuves sur le champ de bataille. Cette trentenaire était très expérimentée, et avait encore plein de ressources. De ce que je connaissais des dossiers que j'avais eu le loisir de feuilleter lorsque j'étais intendant de Konoha, je pouvais dire que l'Aburame -en un sens- me ressemblait.

Enfin, Gogyou Sera et Kosobayui Annah. Deux filles qui avaient hurlé mon nom lors de mon discours. Et bien que j'avais lu les dossiers les concernants, les informations que je disposais était encore floue. Je n'avais pas eu l'occasion de voir leurs capacités de mes propres yeux, mais à première vue, il était temps. Me dirigeant vers le point de rendez-vous, suffisamment armé et équipé pour permettre des mouvements fluides et une polyvalence certaine, je continuais jusqu'à voir le groupe que je dirigerai. Une fois à proximité, je prenais la parole, d'une voix neutre et métallique.

    « Bien, nous sommes tous là. Mettons nous directement en route, nous ferons les présentations là-bas, mais avant... »


Je sortais 4 masques à Gaz de ma cape de voyage, avant de les tendres aux intéressés.

    « Vous allez en avoir besoin pour combattre à mes côtés. Ne les enlever sous aucun prétexte. »


Puis, je me mettais en route. Sortant de la base souterraine, toutes les équipes partaient en direction du champ de bataille. L'atmosphère était pesante, mais éveillait-elle aussi tout mes sens. Je sentais mon corps revivre les sensations des combats d'autrefois. Cela avait, dans un sens, quelque chose d'excitant. Je savais pertinemment que nous allions avoir des morts à décrétés, alors une élimination rapide et efficace pour limiter nos pertes était primordiale. Une fois en mouvement, je prenais la parole.

    « Notre équipe est chargée de couper la tête pensante de ce groupe, ce qui implique la mort de leur chef. Sachez que je ne souhaite ni pitié pour nos adversaires, ni prisonniers. Je ne leur laisse que deux solutions : Soit ils nous rejoignent, soit ils meurent. »


Je fis un léger silence, avant de reprendre.

    « Vos coups doivent être portés sans aucune hésitation. Notre mission est primordiale pour mettre rapidement fin à cet état de crise, le doute n'a donc pas sa place. La vie de nos Frères d'Armes et des êtres vivants paisiblement à Yu no Kuni dépendent de nous. »


Le ton était donné. Nous étions en guerre, il n'y avait pas de place au moindre doute. Tué ou être tué, le moment présent incarnait cette phrase. Le moindre mouvement hésitant pouvait être acte de mort certaine. C'est pourquoi je n'hésiterai pas, et que j'incarnerais l'arme que je dois être. La guerre était étroitement liée à mon existence. Elle marqué le début de ma vie, et en marquerait probablement la fin. C'était l'essence même du monde Shinobi d'aujourd'hui, et c'était cette essence même que je changerai, quitte à en mourir s'il le faut.

    « Que chacun ici prenne part aux informations importantes de l'autre. Identitaire et Militaire. Pour ma part, je suis Sabakyô Seitô, Tsugurike du Shôraizen et porteur de la bague du Serpent. Mes pouvoirs sont les Gaz, les Virus et les maladies. Je suis aussi un manipulateur de Son que j'utilise principalement au Taïjutsu. »


C'était à leurs tours.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyJeu 19 Fév 2015 - 1:13

Les ordres étaient maintenant donnés, et la composition des équipes de mission était en cours de préparation. Il n’y avait plus qu’à attendre, pour que nous puissions nous mettre en route, sans perdre un instant. Chaque mission allait se révéler importante pour nous, tout comme pour notre pays. Celui dans lequel nous nous étions installés, à savoir Yu no Kuni. Les agissements de ce groupe de terroristes étaient juste inacceptables. Il était de notre devoir de les arrêter... de les neutraliser une bonne fois pour toute. Qu’importe les moyens pour y parvenir, il fallait mettre fin à leurs actions le plus vite possible. D’où notre rassemblement. Les Ailes de la Liberté, hein... ça sonnait bien.

Les équipes étaient prêtes, et... malédiction. Oh non, pas elles. Il n’y avait quasiment aucune chance que cela m’arrive, mais il semblerait que les deux fan-girls de tout à l’heure fassent partie de mon équipe. Oui, celles qui m’ont cassé les oreilles tout le long du discours de Seitô. C’est bien d’elles que je parle. Je vous laisse imaginer ma joie de les savoir avec nous pour cette mission... pourquoi ? Azumi, je te déteste.

Malgré ça, je n’étais pour autant pas déçu de l’équipe en général, puisque je connaissais bien les deux autres membres : Seitô et Miko. Je connaissais plus que bien le Sabakyô, qui était mon maître depuis six années déjà, bien avant la fondation du Shôraizen. C’est lui qui m’a tout apprit, bien plus que ce que j’ai retenu de l’enseignement de mes parents. D’autant plus que je pouvais compter sur lui en toutes circonstances, notamment sur cette mission grâce à ses capacités. Son talent n’était plus à prouver. Pour ce qui était de Miko, c’était une bonne surprise également. Elle m’inspirait autrefois de la méfiance, lorsque je l’ai rencontrée sur cette île perdue au milieu de nulle part, et pourtant, elle a fait ses preuves parmi nous. Et elle aussi, j’étais confiant en connaissant l’étendue de ses capacités. Un trio qui pouvait s’avérer... particulièrement destructeur. L’Épée du Dragon n’avait qu’à bien se tenir. Pour les deux autres... je verrais en temps et en heures si je pouvais me fier à elles. Pour l’instant, je n’étais pas vraiment convaincu de leur place parmi nous. Surtout si Seitô est aussi de la partie... je me demande où vont aller leur concentration. Est-ce judicieux de les avoir avec nous ? J’en doute...

M’enfin, il était inutile de discuter un ordre comme celui-là. Du moment qu’elles remplissent leur rôle sans accroc, et qu’elles ne perturbent pas le bon déroulement de la mission, j’imagine qu’il n’y a pas de soucis. Je vais guetter... c’est le mieux à faire.

Il était temps de se mettre en route. Le Sabakyô nous confia à chacun des masques à gaz, que l’on devait porter pour combattre à ses côtés. Pour avoir combattu plusieurs fois à ses côtés, je dois bien avouer que le port de masque est plus que nécessaire. Sans ça... on ne peut pas vraiment combattre avec. Il n’y avait pas d’autres alternatives plus rentable. Même si c’est horriblement moche. Encore une fois... il va falloir que je mette l’esthétique de côté. Hochant de la tête, je pris le masque à gaz qui m’était destiné, vérifiant qu’il n’y avait pas l’ombre d’un bouquet de fleur à l’intérieur ce coup-ci. On n’est jamais trop prudent.

On se mit donc en route, et une discussion commença pour mettre au clair certains points. Aucune pitié... et frapper sans aucune hésitation. Oui, c’était monnaie courante dans le coin. C’est dans cette optique que j’ai été entraîné à vrai dire... pour ce qui était de ça, il n’y aurait aucun souci. D’autant plus que des hommes de cette espèce ne méritaient que le châtiment que l’on s’apprêtait à le leur infliger. Et rien d’autre. Un signe de la main, alors que mon regard se tournait vers lui.

    Bien reçu !


Rien d’épatant dans tout ça, après tout. Cet ordre ne me dérangeait absolument pas. Je pense même que ne pas me le préciser n’aurait rien changé. J’imagine que c’est plus adressé aux deux boulets qu’on allait se trimballer. Espérons qu’elles ne soient pas du genre à se plaindre au premier ongle cassé. Parce alors là, bonne chance pour ne pas faire preuve de pitié pour l’adversaire... c’est même l’adversaire qui risque d’avoir pitié, et qui va rechigner à les achever. Dommage, ça aurait pu être intéressant. Comment ça je suis rancunier ? Pas du tout. Mais alors pas du tout du tout !

Vint alors le moment de se présenter, et ce fut le Sabakyô qui ouvrit le bal, en présentant ses fonctions et capacités. Il nous demanda de faire de même.

    Hyô Kôhei, Aizuyake et Coq du Shôraizen. Au combat, je manipule l’encre et j'en fais des créations pour m’assister au combat. Je possède également les pouvoirs du clan Suzurane, à savoir la Rage Runique, en plus d’être un expert en sensorialité.


Je laissais faire les autres, pour que chacun se présente. Il ne restait plus que Miko, ainsi que les deux boulettes du groupe. Oh oui que je les aime.

Les laissant donc opérer, je me concentrais sur quelque chose de bien particulier : nos cibles. Parce que oui... elles ne devaient pas nous échapper.

    Nos cibles ne sont plus très loin : je ressens une grosse masse de signatures de chakra qui sont rassemblées en un même lieu. C’est à environ dix minutes d’ici. Par contre, inutile de préciser qu’on ne les aura pas sur l’effet de surprise... y a des senseurs en face, dont l’une de nos cibles principales. Ils nous ont peut-être déjà repérés.


Malheureusement, mes talents n’étaient pas uniques. Y avait qu’à voir Miko, qui était également dotée de capacités sensorielles semblables au miennes. Si nous étions tous qualifiés dans ce domaine, une attaque surprise aurait été envisageable. Ce n’était malheureusement pas le cas, et il allait falloir faire avec.
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tatsuo
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyJeu 19 Fév 2015 - 11:10

Un groupuscule qui s’en prenait à Yu no Kuni ? Une organisation mafieuse nommée l’
Épée du Dragon … Hmm … Au moins avaient-ils un certain talent pour trouver un nom d’organisation plutôt convaincant. Cependant nom convaincant ou pas, le Shoraizen avait visiblement décidé de se mettre en travers de leur route. Après avoir écouté comme tant d'autres Seitô qui venait de faire un discours tout de même inspiré, elle arriva au lieu de rendez-vous pour constater avec surprise que Kohei serait l’un de ses coéquipiers mais plus surprenant : Seitô serait également de la partie.

Et bien. Elle nageait maintenant avec les gros poissons. Flattée de ne pas être mise à l'écart à nouveau, elle soupira en voyant arriver les deux dernières coéquipières. Pas les deux greluches hystériques … Les voyant haleter alors qu’elles réalisaient qu’elles allaient être avec leur idole, l’Aburame fit glisser ses lunettes sur son nez, signe chez elle qu’elle était décidée à passer aux choses sérieuses. Rien de très particulier dans sa tenue si ce n’était les quelques sacoches en plus par rapport à l’accoutumée. Elle s’était remise de ses blessures depuis la dernière fois qu’elle avait utilisé son chakra en l’occurrence contre Seitô. Les blessures d’Obli n’étaient plus que psychologiques …

Saluant les différentes personnes d’un signe de tête, elle attrapa le masque à gaz avant de s’engager dans le tunnel à la suite des autres membres de son équipe. D’autres équipes partaient également. La base souterraine était en effervescence. Écoutant le Sabakyô, l’Aburame assimila les différentes informations. Le groupe dirigé par le Tsugurike serait celui qui couperait la tête de l’organisation adversaire … Oui logique … De leur résultat dépendrait donc l’ampleur des dégâts dans les rangs du Shoraizen et les dégâts infligés à Yu … Et s’ils parvenaient à purger le pays de la vermine nul doute que le pays leur en serait reconnaissant.

    Miko Aburame, Silencieuse. Je manipule différents types d’insectes et au besoin pourrai soigner les blessures mineures, en plus d’être également une experte en sensorialité.


Suzurane hein ? Les possesseurs de ce genre de marques pouvaient-ils vraiment combattre aux côtés d’alliés en combat ? Laissant les deux gamines se présenter à leur tour d’une voix horripilante, l’Aburame surenchérit néanmoins.

    Comment leur laisser le temps de se décider à nous rejoindre si nous ne devons pas faire de prisonnier ? Enfin … Non pas que ça me dérange, je suivrai vos ordres Tsugurike.


Laissant le Coq puiser dans sa propre réserve de chakra, l’Aburame ne se donna pas la peine de vérifier, confiante dans les capacités de son allié. 10 minutes hein ? Faisant une rapide estimation de la distance, l’Aburame se tourna à moitié vers l’Hyô.

    Ils nous ont déjà repérés ?


Attendant sa réponse, elle fit sortir une bonne quantité d’insectes de son corps. C’était à son tour de jouer. Pendant qu’une partie des insectes restaient à leurs côtés leur servant d’escorte, l’autre moitié vira légèrement sur la gauche afin d’approcher le groupe ennemi d’un autre angle. Kohei avait sûrement compris la manœuvre grâce à ses talents mais ce ne devait pas être le cas du reste de son équipe.

    Mes insectes brouilleront nos signatures de chakra, nos adversaires auront ainsi plus de mal à déterminer la menace que nous représentons. Quant à l’autre groupe, il prendra nos cibles en traître en l’attaquant d’un autre angle. Mes insectes chargés de chakra serviront de leurre, leur faisant penser que nous nous sommes séparés.


Hmmm cette mission allait s’annoncer beaucoup plus rapide que ce qu’elle avait pensé … Et beaucoup plus directe s’ils les avaient déjà repéré …
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyJeu 19 Fév 2015 - 23:19

    « Gogyou Sera ! Je suis d'affinité Suiton ! Je maîtrise le Ninjutsu et le Taïjutsu ! Et je suis très, très fière de combattre à vos côtés ! »


La remarque de la fin était potentiellement inutile. Je n'avais que faire de la fierté, je souhaitais simplement de l'efficacité. En tous les cas, ce fut le tour de la Kosobayui.

    « Kosobayui Annah ! Je privilégie l'utilisation du Taïjutsu, Ninjutsu ! Et moi aussi, je suis très fière de combattre à vos côtés ! »


Effectivement, les équipes étaient équilibrées. Nous avions reçu avec nous deux des plus gros boulets de l'histoire du Shôraizen. En vérité, je sais pertinemment qu'elles vont mourir. C'est le tragique destin des personnes n'ayant pas la carrure pour effectuer ce métier. Nous sommes des Ninjas après, nous n'avons pas le temps d'idolâtrer quoi que ce soit... Nous étions des frères et Soeurs d'Armes, mais je n'avais ni l'envie, ni le temps, de m'occuper de les défendre en cas de danger.

Apparemment, nos ennemis nous ont déjà repérés. Au fond, c'était une bonne chose, au moins, je n'aurai pas à les chercher plus longtemps. Il suffisait donc de se pointer, et de les réduire définitivement au silence, ce qui accélérait considérablement la vitesse d'exécution de la mission. Et plus vite nous en finissions avec ce groupe, moins il y aurait de perte de notre côté. Au fond, c'était tout ce qui comptait.

    « Très bien. Je vais donc accélérer le rythme et partir en avant-garde. Si mes estimations sont justes, vous arriverez lors du début des hostilités. Je doute que le chef soit présent avec eux, je pense qu'il doit être à couvert quelque part... Et cela me permettra de le faire sortir de son trou. À tout de suite. »


Je chargeais ensuite mon corps de chakra, avant d'atteindre une vitesse bien supérieure à la moyenne. En à peine deux petites minutes, j'étais déjà derrière un jeune groupe de Ninja. D'après les postures et le fait qu'il ne m'avait pas remarqué, je pense que j'ai clairement à faire à des débutants. Des Genin déserteurs ? Probablement. En tous les cas, j'en profitai pour les soulever par le coup avant d'expulser du chakra Onkyôton particulièrement dense dans leurs corps. Poussant un hurlement de douleur en synchronisation avec son partenaire, les deux crachèrent un important filet de sang, tombant inerte à côté de moi, la nuque brisée.

    « Vous avez maintenant connaissance du ton de cette discussion. »


Le groupe de gosse Ninjas en face de moi avait fait silence. Tantôt apeurés, tantôt haineux et tantôt choqués, la mort avait frappé deux de leurs camarades en un instant. Au fond, malgré ce que je pensais, je n'avais pas perdu la main.

    « Ces deux-là viennent de payer leurs crimes... Pour avoir tuer des innocents et des civils désarmées, ils ont payer de leurs vies. Et vous êtes tous endettés de ce crime. »


Mon regard se faisait intense, tandis que l'aura meurtrière autour de moi était totalement libérée. La situation était claire : le moindre mouvement insensé leur coûtera la vie.

    « Mon nom est Sabakyô Seitô, Maître de l'organisation connue sous le nom de Shôraizen. Et aujourd'hui, je vous laisse le choix : soit vous vous repentez en nous rejoignant, soit vous mourrez. »


Puis, l'un d'entre eux me fonça dessus. Dommage que mes sens étaient suffisamment aiguisé pour esquiver avec facilité ce coup de kunai, avant d'intercepter son poignet armée. Libérant un gaz affaiblissant les barrières naturelles de la peau, j'user de sa propre force pour le retourner en arrière et l'exploser avec violence contre le sol. Ensuite, je frappais en donnant de violents coup de pied dans ses côtes, déchiquetant sa peau à l’oeil nue et brisant ses côtes. Le Genin laissa échappé de violent râle de douleurs… Enfin, mon pied se chargea de chakra avant de lui fracasser le crâne sur le sol... Du sang perla de ses yeux, et s'échappa de sa boite crânienne désormais brisée. Il ne répondait plus, il ne respirait plus... La vie quittait son corps.

    « Dernier avertissement. Que ceux souhaitant me rejoindre se mettent derrière moi, et que les autres acceptent leurs morts... »


Mes alliés étaient déjà là, tandis que les Genin restèrent perplexes... Qu'allaient-ils choisir ? De là dépendrai leurs vies, car je ne laisserai personne s'échapper.


Code couleur PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyVen 20 Fév 2015 - 4:26

    Ce n’est pas à exclure. D’après l’activité de leurs chakra, je dirais que l’alerte n’est pas encore donnée. Mais il est très probable que les plus doués aient déjà remarqué notre présence, non loin d’eux.


C’est vrai que mine de rien, l’activité de cette masse de présence était tout à fait normale. Comme s’il n’y avait pour l’instant aucun danger. Un piège, ou bien c’était encore trop tôt pour se méfier de quoique ce soit ? Aucune idée. De ce que je savais, d’après la la liste de nos cibles, il y avait un expert en sensorialité parmi eux. Donc si je les détecte... l’inverse est également possible. Mais pour l’instant, ce n’était que de faibles chakra que je ressentais. Il fallait voir comment la situation évolue.

Néanmoins, je dois bien avouer m’être un peu trop avancé en disant qu’on ne les aura pas par surprise, puisque l’Aburame avait quelque chose à redire là-dessus. Une masse de ses insectes grouillait autour de nous, alors qu’une autre s’éloignait, se dirigeant vers notre destination tout en empruntant une autre voie. Je sentais toutes ses signatures de chakra s’éparpiller sur toute la zone, et bien au-delà. Très ingénieux... Elle expliqua donc sa manoeuvre, qui était de brouillait les détections adverses, pour nous assurer une approche plus discrète.

    Bien joué, ça règle notre problème !


C’était le cas de le dire. Le pouvoir héréditaire de l’Aburame nous était très précieux tout compte fait. Et à ce niveau-là, bien qu’expert en la matière, je ne pouvais pas l’égaler.

Suite à ça, ce fut Seitô qui continua, en nous informant qu’il allait partir devant. Nous n’avions qu’à le rejoindre. Il avait raison, le chef n’était pas avec eux... il comptait d’ailleurs l’attirer. Et pour ça... rien de mieux que se farcir le menu fretin.

    Je confirme, leur chef n’est pas avec eux. On se retrouve sur place alors !


Il partit, tandis que l’on continuait notre avancée, plus doucement que mon maître qui était parti à toute allure. Ce n’était pas plus mal pour encore plus désorienté les quelques personnes qui essaieraient de nous détecter. On se séparait, et les insectes de l’Aburame nous couvrait. Dans le lot, on servait tous un peu à quelque chose. Sauf... les deux touristes qu’on se tapait. Une tête d’enterrement s’étaient inscrits sur leur visage, depuis que leur doux idole était parti devant. À vrai dire, je commençais à me demander quelles étaient leurs chances de survie dans cette mission. Pour moi, elles n’étaient pas à leur place. M’enfin, on leur trouvera peut-être une quelconque utilité.

Peut-être. C’est bien de rêver. Aaaah. Je ne trouverai le repos que lorsque mes tympans seront vengés. C’est bien la seule chose qu’elles ont réussi à faire, après tout. Rien de plus.

On continuait donc notre route, en direction de la masse grouillante de chakra. Et je sentis que les hostilités avaient démarrées. Je sentais que quelques énergies s’agitaient, dont quelques unes qui semblaient s’éteindre. Il n’y avait pas de doute.

    Seitô est déjà arrivé à destination, et a commencé à faire le ménage. C’est notre chance !


L’attention était rivée sur le Sabakyô maintenant, on pouvait être tranquille nous aussi de notre côté.

Nous y étions donc, nous aussi, après quelques minutes de trajet. Au final, nous étions arrivés sur place, et ce, sans encombre. Est-ce que ça allait continuer ainsi ? Tout se passait trop bien. Beaucoup trop bien. Tant mieux ? À vrai dire, je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est qu’on avait de quoi se dégourdir un peu, avec tout ce qui nous était offert comme matière à frapper. Il fallait que l’on se sépare maintenant, pour s’occuper de toute la clique le plus efficacement possible. En espérant que ce menu fretin ne soit pas trop puissant pour les deux boulettes que l’on se trimballait. Surtout quand t’es Kosobayui quoi, tu restes chez toi. Quand on sert à rien, on ramasse les merdes dans les parcs, et rien d’autre comme mission.

M’enfin. Je peux toujours malencontreusement les éliminer, dans la foulée. Ni vu, ni connu quoi. Si seulement c’était aussi simple que ça...

Un pas sur la zone, alors que je vis mon senseï aux prises avec l'un d'entre eux. Ou plutôt, il avait déjà quasiment fini le travail. Un d'entre eux rampait au sol, presque mort. Je m'approchais instinctivement, alors que le pied du Sabakyô vint écraser le crâne du garçon. Sa tête fut littéralement éclatée, sans aucune once de pitié. Ça, c'est bien de lui tiens. On croirait presque qu'il y prend du plaisir. Cela me fit légèrement rire de le voir comme ça, ce qui est assez morbide vis-à-vis du cadavre explosé qui jonchait sur le sol, tout comme ses précédentes victimes. Par contre, j'appréciais moins bien les éclaboussures de sang que j'ai reçues, lorsqu'il a éclaté le crâne de ce pauvre ninja. Le sang était venu tâcher mes vêtements. Putain, déjà que j'ai un masque moche, tâche pas ma tenue avant que je ne fasse quoique ce soit...

Inspirant après mon rire, je fis un petit commentaire sur ce qui me chagrinait tout de même.

    Joli ! Par contre toi, la délicatesse, tu connais pas... j'suis déjà bon pour un lavage de tenue... merci !


Sur ce, on se séparait. On prit chacun des chemins différents, pour mieux liquider le reste de leur groupe. Pas très loin de ma nouvelle position, alors que je me déplaçais furtivement, je sentis trois présences très proches de moi. J’activais un sceau, puis, sans un bruit, je me saisissais d’un kunai bien affûté, et la lame de celui-ci passa au travers du gosier du premier inconnu, le laissant se vider de son sang, et menaçant de l’achever, le bras fortement resserré autour de son cou.

    Le Shôraizen est venu vengé les morts que vous avez tués, sur notre territoire. Coopérez, ou votre ami verra ses chances de survie réduites à néant. Tout comme vous d’ailleurs.


Les deux autres n’étaient pas rassurés, et semblaient même... terrorisés. Oh oui, c’était bien ça. Ils prenaient sans doute conscience de cet horrible sentiment qu’ils ont infligé à leurs propres victimes. On leur offrait une chance de se racheter... mais apparemment, ils ne comptaient pas la saisir. Le premier tenta, dans une tentative désespérée sans doute, de m’attaquer. Ces jeunes... ils se croient capable de changer le monde à leur manière, ils se croient invincibles. C’en est navrant. Désolé de briser vos doux rêves. Ainsi que ton cou. Mon autre main vint pousser le crâne dans une direction qu’il n’aurait jamais aimé emprunté, alors que je saisissais fortement son cou. Le craquement fut horrible à entendre pour les deux autres, alors que je jetai le corps inerte de ma première victime sur celui qui avait tenté de se rebeller. Il fut écrasé par le poids de son coéquipier. Marchant à côté, je lâchais brusquement le kunai, passant au dessus du défunt et de l’écrasé. La lame vint trouver refuge dans la gorge de celui qui avait survécu. Ce n’était plus le cas, maintenant...

Le dernier était effrayé. Mais sa réponse n’était pas encore satisfaisante, puisqu’il décida de prendre la fuite, complètement apeuré. Un sourire en coin, alors qu’il fit face à quelque chose qu’il n’avait sans doute pas prévu : le sceau que j’ai activé juste avant de m’en prendre à eux. Mon invocation assassine, capable de se camoufler visuellement de ses adversaires, son corps s’adaptant avec perfection à l’environnement qui l’entoure. C’était beau à voir dans un sens... son corps fut d’abord perforé par deux entités invisibles, à deux points vitaux, alors que le sang coulait à flots déjà. Ce n’est seulement après que le camouflage prit fin, et que l’invocation aux deux tantôs prit forme. Le corps du défunt s’écroula.

    Vous avez eu votre chance... et il semblerait qu’un autre ne veuille pas la saisir ?


Oui, je n’étais pas dupe. J’avais bien senti le petit effronté qui m’observait depuis quelques temps déjà, caché derrière un buisson. À cette parole, il comprit, et me balança une volée de projectiles. Je les esquivais sans aucun ennui, sauf un. Une erreur de débutant ? Non. C’était bien volontaire, puisque j’avais saisi à main nue le dernier, en plein jet. Une goutte de sang coulait, de mon index.

    C’est tout ? Ce n’est pas comme ça que l’on blesse quelqu’un... je vais te montrer.


Il aurait pu penser que j’allais lui rendre immédiatement la pareille, mais ce n’était pas le cas. Loin de là. Ma cible n’était autre que moi-même... alors que la lame de son arme vint taillader mon avant-bras gauche, laissant couler le sang qui y était contenu. La douleur... cette sensation qui me faisait maintenant vibrer. Et qui libérait... mon véritable potentiel. Le sceau présent sur mon épaule droite s’activa alors, libérant un nouvel afflux de puissance. À toute allure, je me ruai vers le ninja qui m’épiait, avant de le rouer de coups, tout en faisant attention à ne pas trop l’abîmer. C’était... mon nouveau jouet. Et je comptais bien le voir s’accrocher à la vie encore quelques instants.

Le visage défiguré, presque inconscient, je me saisis de son cou, le soulevant du sol. Un nouveau sourire naquit...

    Dommage pour toi... tu ne m’amuses plus !


L’abaissant légèrement, le bras qui le maintenant prit un bref élan pour l’envoyer valser au dessus de moi. C’est alors qu’intervint mon invocation d’encre, qui, en un saut, vint le réceptionner, plantant son arme dans le coeur du jeune homme.

Nous étions encore loin d’avoir fini le ménage... mais j’étais plutôt satisfait du début de l’opération. Pour l’instant, tout allait bien... nous n’attendions tous qu’une chose : que nos véritables cibles montrent le bout de leur nez. Si cela reste ainsi, je vais m’ennuyer... beaucoup m’ennuyer.

CHICHE MA QUICHE LE RETOUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tatsuo
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyDim 22 Fév 2015 - 13:58

L’égocentrisme de Seitô le fit partir seul devant, confiant dans ses estimations comme quoi le chef du groupuscule n’était pas devant eux. Un beau travail d’équipe s’il partait constamment en amont pour s’occuper seul de la vermine sans prendre en considération aucun risque. Soufflant alors qu’il accélérait le pas subitement sûrement sous l’effet de sa maîtrise du Son, l’Aburame restée derrière avec l’Hyô et les deux gamines roula des yeux. Bon pour l’approche furtive c’était visiblement raté. Il allait falloir adopter une nouvelle stratégie, ou comme le proposait indirectement Seitô n’adopter aucune stratégie.

Écoutant Kohei qui approuvait les dires du Tsugurike, l’Aburame se garda bien d’exprimer tout jugement dépréciatif. Elle ne comprenait pas ce plaisir qu’ils éprouvaient à faire la guerre et à combattre. Mais ils étaient trop jeunes pour avoir véritablement connu les malheurs de la Grande Guerre. D’après ce qu’elle avait compris Seitô avait eu son lot de malheurs en vivant enfermé une grande partie de sa vie, mais cet isolement tout comme ses responsabilités l’avaient visiblement frustré si bien qu’il avait été trop impatient d’en découdre.

    Restez derrière, ce n’est pas la peine que vous participiez à ce massacre …


Elle ne souhaitait pas que les deux enfants participent à la folie des deux hommes qui venaient de se ruer vers le combat. Débarquant à son tour, les deux gamines derrière elle, elle les entendit s’exprimer sur leur envie de combattre également, jubilant à l’idée de s’illustrer aux yeux de leur idole. Jetant un regard sur l’idole en question, l’Aburame garda son air le plus neutre possible sous son masque à gaz. Les deux responsables du Shoraizen semblaient jubiler … beaucoup trop. Ils ne laissaient qu’à peine le temps aux mômes en face d’eux d’abandonner les armes, préférant éclaircir les rangs de ces ennemis si faibles en comparaison d’eux. Des fous… Ils massacraient des enfants et pour quoi ? Satisfaire leurs envies ? Kohei tout comme Seitô ressemblaient à des fous. Des fous mais également des meurtriers. Et ce qu’elle voyait là n’avait rien pour lui plaire. Une scène similaire se déroula devant ses yeux : leur massacre des civils Konohajins ... Ils prônaient la paix ? La paix par la violence ? Quelle paix était-ce là que de massacrer des soldats qui devaient obéir aveuglément à leurs maîtres.

S’avançant calmement alors qu’elle réfléchissait, un gamin renonçant à s’attaquer aux deux monstres l’aperçut et la chargea dans un cri de rage et de désespoir, sabre levé. Se décalant au dernier moment pour éviter l’assaut, elle se servit de l’accélération de l’enfant pour l’envoyer bouler derrière elle tout en désarmant le gamin. Le sabre entre ses mains elle le projeta sur sa gauche, laissant l’arme se planter dans un tronc après avoir frôlé l’oreille d’un de leurs "adversaires".

    Tu l’as eu Annah ! Tu l’as euuuuu ! …


Se retournant pour constater que le garçon qu’elle avait désarmé baignait à présent dans une flaque de sang, une plume plantée dans sa boite crânienne, l’Aburame remonta son regard jusqu’au duo. Sera jubilait, probablement ravie que sa camarade se soit montrée si efficace en empruntant le chemin que Seitô avait dicté pour elle. La dénommée Annah en revanche ne pouvait s’empêcher de fixer le garçon à quelques mètres d’elle, réalisant sûrement ce qu’elle venait de faire. Ce devait être la première fois qu’elle mettait fin aux jours de quelqu’un. Ou de quelqu’un sans défense. D’un enfant. Miko se souvenait de ces périodes sombres où elle avait dû mettre fin aux jours de civils à l’époque de la Grande Guerre. Un sentiment qu’elle n’enviait pas à la Kosobayui. Un sentiment qu’elle aurait préféré ressentir elle-même afin d’épargner son innocence. Avait-elle bien agi en souhaitant éviter un bain de sang ?

Se retournant, elle laissa la Kosobayui tétanisée avant de sortir une masse gigantesque d’insectes de son corps. L’essaim bourdonnant et meurtrier s’élança dans le ciel, vrombissant dans un bruit du tonnerre, cachant le soleil à presque tous les combattants, Miko retira son masque dans un geste rageur. Elle perdait toute contenance, elle d’habitude si maître d’elle-même. Il ne s’agissait plus de jouer un jeu ici. Elle redevenait la personne qu’elle était derrière toutes ces façades, la personne vers laquelle elle avait tendu depuis si longtemps.

    ASSEEEEZ


Ses insectes tournoyant dans le ciel au-dessus d’eux dans une vision sûrement terrifiante pour leurs adversaires, l’Aburame s’exprima à nouveau, faisant porter sa voix, non seulement pour que les gamins arrêtent mais également pour stopper ses deux alliés.

    Qu’espérez-vous en vous battant ainsi ? Pensez-vous pouvoir survivre ? Votre vie vaut-elle d’être sacrifiée pour soutenir un dément dans sa cause ? De qui avez-vous peur ? Votre chef ?! VOTRE CHEF MOURRA AUJOURD’HUI DE NOTRE MAIN.


Prenant une petite aspiration pour retrouver son calme, elle leva ses bras dans dans un geste qui se voulait pacifique mais également destiné à appuyer ses propos.

    Jetez vos armes. Aucun mal ne vous sera fait.


Ce n’était que des gamins. Des gamins endoctrinés. Ils avaient tué des civils ? Seitô s’était-il mis à leur place un seul instant ? Ne s’était-il pas dit qu’ils avaient été poussés à commettre des actes si horribles ? Les Genins des villages devaient-ils donc tous mourir puisqu’ils avaient dû commettre des meurtres alors qu’ils devaient obéir à leurs supérieurs ? Comment un enfant jeté dans la guerre depuis sa naissance pouvait-il s’en sortir si on ne l’aidait pas. L’un des gamins près de Seitô ne l’écouta cependant pas. Il devait être trop terrorisé pour réfléchir correctement, ayant frôlé de trop près la folie et la mort.

Abaissant ses insectes pour dresser un rideau bourdonnant entre le gamin qui commençait à s’enfoncer en courant dans le sous-bois et Seitô, l’Aburame s’avança vers lui afin de ne plus avoir à crier pour se faire entendre, pour faire entendre la voix de la raison.

    Laisse-le s’enfuir, il préviendra ses supérieurs qui viendront à notre rencontre. Et cette fois tu pourras laisser libre court à ton envie de meurtre Seitô. Ce sont eux qui sont responsables des malheurs commis à Yu no Kuni. Pas ces gamins, endoctrinés, soumis à ces chefs avides de pouvoirs, sanguins. Ces enfants ont commis des actes tout sauf moraux, mais pense tu réellement pouvoir les condamner de la sorte ? N’as-tu pas déjà toi-même tué des civils pour une cause qui te semblait juste ? Pour Konoha ? Ce n’est pas en massacrant des enfants jetés dans la guerre depuis leur enfance que tu allégeras ta conscience. Ligotons-les et laissons Sera et Annah s’occuper de les ramener à la base, il n’est pas trop tard pour une seconde chance. Ni pour eux ni pour toi.


Rappelant ses insectes dans son corps, la masse monstrueuse au-dessus de leur tête sembla se siphonner dans son corps hôte, laissant les protagonistes de la scène muets. Les gamins avaient tous lâché leur arme au sol, conscients enfin de leur situation.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyDim 22 Fév 2015 - 20:53

Je regardais Kôhei du coin de l'œil, observant la petite tache de sang qui avait éclaboussé le bas de son pantalon de combat. J'arquais le sourcil à la remarque de mon élève. Oui, c'était du Kôhei tout craché, à prendre soin de son apparence et à faire sa Diva, jusqu'à l'arrivée du combat. Ce petit bout d'homme que j'avais recruté à ses douze ans n'avait pas perdu son sens de l'humour noir dans ce genre de situation, ni même son amusement lors des combats. D'une voix totalement neutre, je lui demandais...

    « Et bien, n'ai-je pas délicatement explosé sa tête sur le sol ? Ce n'est pas comme si tu avais peur de te salir, Kôhei... »


Et c'était un fait, il n'avait pas peur de salir les mains... Puis, mon regard retomba sur le groupe de menu fretin.

    « Personne ? C'est décevant. »


Je levais mon bras, signant la dispersion de mes ninjas. Nous devions en finir rapidement, et vu le niveau de ces Genin, ce n'était même pas la peine d'être plusieurs. Où peut-être pour les deux boulets de notre équipe, car ce n'était pas avec un plumeau et une gourde d'eau que l'on pouvait faire un combat rapide et efficace.

Enfin, je m'avançais vers le groupe de Genin face à moi... Ils s'armaient, mais ils respiraient la peur. Leurs jambes tremblaient, pourtant, d'après leurs âges, ils avaient tous connu la grande Guerre Ninja. N'avait-il donc rien appris ? Peut-être était-il trop jeune... Au fond, cela n'avait pas une grande importance, car leurs vies s'arrêtent ici.

    « Où se trouve votre chef ? »


Un premier des ninjas courra vers moi, armée d'un Kunai en hurlant de courage et de peur. Il lancerait donc l'ouverture des hostilités. Esquivant son coup sans même me fatiguer, j'attrapais son col avant de le faire trébucher et chuter sur le sol. Mon pied écrasa ensuite sa main armée, broyant ses os et la rendant inutilisable, avant que je ne donne un grand coup de pied chargé de chakra, le renvoyant dans le ventre de ses alliés et lui explosant la cage Thoracique.

    « Décidément, en plus d'être inutiles, vous êtes ennuyeux. »


Puis, ils vinrent tous en même temps. Esquivant un parchemin explosif, je le collais sur un des genin avant de renvoyer le Kunai dans la gorge de son envoyeur, et d'expulser du pied le Cadeau piégé à ses alliées. Puis, une explosion... Et quelques gouttes de sang sur ma figure pour quelques entrailles roussis sur leurs têtes. Je réceptionnais ensuite un coup-de-poing avant de tordre le bras en question, de façon à le briser, et lu plantais ses deux doigts dans les orbites. Et un de moins...

Je ne faisais que me défendre et contre-attaquer, après tout. Enfin, un hurlement. Assez ? Depuis quand on arrêtait une guerre en hurlant assez ? Ma main toujours sur la gorge d'un Genin désormais désarmé, qui m'avait précédemment attaquer, je regardais le ciel s'assombrir d'insecte bourdonnant. Une démonstration de force ? Mon regard se fixa sur l'Aburame. Des prisonniers hein ? N'avais-je pas stipulé que je ne voulais pas de prisonnier ?

Elle s'avança ensuite vers moi, plaçant au préalable un mur d'insecte entre moi et un gamin qui fuyait. Pensait-elle que c'était suffisant pour m'arrêter ? Non, bien sûr que non. Par contre, c'était suffisant pour me faire comprendre qu'elle avait à me parler. Mon corps, aussi froid que le marbre d'une tombe, ne lâchait pourtant pas son emprise sur la proie qui m'avait attaqué.

L'Aburame joua la carte de la compassion. Un coup qui était raté d'avance avec moi. La conscience ? La compassion ? L'empathie ? Tout ceci n'avait pas de place dans la vie d'un Ninja. Ou, en tout les cas, ils n'avaient pas eu de place dans ma vie. Si je devais verser une larme pour chaque victime que j'avais faite, je serais mort de déshydratation... Depuis bien longtemps.

Mais cette petite démonstration de puissance de la part de l'Aburame, ainsi que la mort fulgurante de certains de leurs camarades avaient eu l'effet escompté. Ils s'étaient finalement rendus, et je n'avais donc plus aucune raison de mettre fin à leurs vies. Car sans ces armes, ils n'étaient plus des ennemis à abattre, mais seulement des enfants à sauver. Elle avait réussi, habillement, à défaire mes ordres, me forçant presque à revenir sur le fait de ne faire aucun prisonnier.

    « Qu'elle preuve de gentillesse, Aburame Miko. Je ne te pensais pas aussi tendre... »


Je gardais fermement ma main sur la gorge sur ma capture, me tournant vers l'Aburame.

    « Alléger ma conscience ? Ne dis pas de bêtises, Miko. Une Arme ne possède aucune conscience. C'est dans ce but, et uniquement sous cette optique que je fus conçu, garder en vie, et entraîné. La seule chose que je regrette dans cette affaire de civils c'est qu'il soit mort en vain. Je suis peut-être une arme, mais une arme intelligente. Je n'aime pas les morts inutiles. Mais... »


Mon regard se reposa sur les "Ninjas" en face de nous.

    « Quand quelqu'un possède une arme, il en accepte de payer le prix. Lorsque l'on est en possession d'un moyen de tuer, on accepte de ce faire tuer. »


Mon regard se posa sur les armes des enfants, au sol, avant que je ne relâche leur camarade, le poussant en direction d'eux.

    « J'espère que vous retiendrez cette leçon pour le reste de votre vie, et pour la vie de vos camarades morts au combat. »


Mon regard se reposa sur Annah et Sera.

    « Faites de ces enfants nos prisonniers, et plaçaient les en isolement. De là, donnez leurs des habits propres par rapport à ceux tâcher de sang. Si jamais ils choisissent de les porter, cela signifiera qu'ils nous rejoignent et que tous leurs crimes jusqu'ici sont effacés, sinon, ils seront jugés par le Coq. Je me porte garant et responsable de tous leurs crimes s'ils choisissent de rejoindre notre famille. Néanmoins, si un d'eux tente de s'échapper, tuer-le. »


Les deux jeunes fans se mirent à exécuter l'ordre en question, tandis que mon regard se reporta sur Miko.

    « Mais tu te trompes sur un point, Miko. »


Je regardais l'Aburame de mes yeux, l'un lavande, l'autre bleu glacial.

    « Il est bien trop tard pour moi d'avoir une seconde chance. »
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyJeu 26 Fév 2015 - 19:59

Le combat avait commencé. Ou plutôt, le massacre ne faisait que débuter... un massacre, pour s’échauffer avant de s’attaquer aux gros lots qui nous attendait. Je m’amusais, malgré la situation. Un sentiment que je n’avais plus ressenti depuis un bon moment... il y avait eu un déclic. Comme si cette mission réveillait en moi d’anciennes pulsions refoulées... mais c’est un fait. Je me sentais bien. Leur refus ne signifiait que le début d’un jeu... j’en viendrais presque à espérer qu’ils refusent tous de nous rejoindre, pour continuer la partie.

Observant les alentours, je vis qu’il n’y en avait plus dans le coin. Il me fallait bouger, alors que le sceau précédemment activé se résorba, amenuisant ainsi ma puissance. Ce pouvoir était vraiment... pratique. Et fort plaisant. Je me déplaçais donc vers d’autres présences, alors que je vis que ma tenue était encore plus tâchée que tout à l’heure. Du sang, sur la tenue, et même le masque. Seitô n’avait pas tort, me salir les mains dans un combat ne me faisait pas peur. Absolument pas. Prendre soin de moi est un fait... mais en combat, c’est encore autre chose.

Toujours accompagnée de mon invocation assassine, un bruit sourd se fit entendre alors que je me dirigeais tranquillement vers d’autres faibles sources de chakra. La lumière du soleil en fut même masquée. Des insectes, dans le ciel. Une masse impressionnante, qui était accompagnée d’une forte voix imposante : celle de l’Aburame. Elle voulait que ce massacre s’arrête... la fin du jeu. Peuh. Et le pire, c’est que ça avait l’air de fonctionner.

    Pff...


Une scène se déroula donc un peu plus loin. Mon maître aux prises avec un gamin, et Miko avec lui. Elle ne souhaitait pas qu’arrêter les enfants. Nous aussi, c’est ce qu’elle voulait. Même si ce n’est pas comme je l’avais espérer, elle avait eu l’effet escompté. Elle essayait de prendre la défense de ces enfants, pour les épargner, en échange de leurs services. C’était un fait : ils avaient tous laissé tomber leurs armes. Cette première bataille était finie.

Alors que l’on ne devait avoir aucun prisonnier, c’est une foule d’enfants apeurés qui allaient endossé ce rôle. Ça ne se passait pas comme prévu, même si la situation a été adaptée à ces nouvelles données. De nouvelles recrues, ou des condamnations. Il fallait faire avec maintenant. Le Sabakyô et l’Aburame continuaient donc leur discussion, tandis que mon attention était portée sur les deux boulettes de la team, observant s’ils exécutaient correctement leur tâche. Cela avait l’air d’aller, pour l’instant... il faut dire que l’on ne leur demandait pas grand-chose pour l’instant. Chose étonnante : elles étaient encore vivantes ! Je ne l’aurais pas parié. J’avais plutôt espéré le contraire...

Cependant, nos cibles n’étaient toujours pas présentes. Le petit fuyard était parti, sans doute pour s’en aller les avertir. Du moins, c’est ce à quoi on s’attendait. Et puis, c’était le plus logique après tout. La chose qui était plus étrange néanmoins, c’est que les chakra de nos trois cibles n’étaient pas détectables, pour une raison que j’ignorais. D’après nos fiches, seul un avait la possibilité de masquer son chakra, à mes sens aguerris. Et pourtant, les trois n’étaient pas repérables. Je ressentais toujours le chakra du jeune garçon, parti avertir ses supérieurs, tandis que chacun vaquait à ses occupations. Entre ligoter les prisonniers, ou discussions à débat, il n’y avait que moi pour assurer ce rôle.

Concentré, j’étais catégorique. Cette faible source de chakra s’éloignait progressivement. Curieux de ce que je pourrais y découvrir, je laissais parler tous mes sens, dans sa globalité. Pour mieux savoir ce qu’il se passe... pour mieux cerner la situation de ce jeune enfant. De plus, j’activais la marque sur mon oreille gauche, qui laissait échapper un petit lutin ailé, qui fila droit le rejoindre. Nos visions reliées, je pouvais ainsi mieux voir ce qu’il se tramait. J’entendais une foulée de pas... une respiration saccadée. Des gémissements les accompagnaient... puis un arrêt, un soupir de soulagement. Le chakra semblait se stabiliser, alors que je ne ressentais rien d’autre.

Du soupir, on passa à une tension lourde, présente dans la voix du garçon... puis un cri. Et un surplus de chakra.

Une explosion venait d’avoir lieu, à une distance relativement grande. Oui, c’était loin de nous, et pourtant on l’avait vue, et même très bien entendue. Le souffle était puissant, et avait dégagé une faible rafale qui était parvenue jusqu’à nous. Rien de bien important, mais au vu de la distance... ce n’était pas quelque chose d’anodin.

Je m’approchais de mes coéquipiers, coupé dans leur discussion par l’explosion. Parce que... il manquait quelqu’un. Et ma vision reliée à mon invocation venait de me le confirmer, celle-ci étant arrivé après la déflagration.

    Eh... le gamin qu’on a laissé filer... vient de se faire tuer. Par cette explosion. Je traçais son chakra, et le sien vient de disparaître instantanément lors du choc. Par contre... je n’ai pas su en déceler la source. C’est vraiment... sorti de nulle part. D’autant plus qu’il n’y a plus personne autour de la zone de l’explosion... hormis le cadavre de l’enfant, bien sûr.


J’ignorais ce que cela cachait, mais nos adversaires semblaient être dotés de capacités assez intéressantes...

    Que fait-on ? On reste là à attendre, ou on les laisse toujours venir ? En tout cas, ils savaient d’avance ce qu’il s’est passé ici, et je pense que ce n’est pas prudent de tenter de les rejoindre. Une embuscade n’est pas à exclure.


Bouger pourrait signifier tomber dans un piège quelconque, une embuscade. Mais je ne voyais pas non plus de réels avantages à rester ici, à se tourner les pouces. En tout cas, si on ne pouvait pas exclure la probabilité de tomber dans une embuscade, eux pouvaient réellement l’exclure : manque de temps probablement, et surtout qu’ils connaissent notre position exacte, et la situation ainsi. Comme si depuis le début, ils nous observaient, sans être réellement là. Ou alors, ça cache autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tatsuo
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyMar 3 Mar 2015 - 13:54


    Il n’y a aucune tendresse ni gentillesse dans le fait d’épargner des enfants enrôlés et endoctrinés par nos véritables ennemis.


Préférant ne pas argumenter avec lui alors qu’il partait dans de belles envolées sur la mort et le fait d’être une arme, l’Aburame l’écouta jusqu’au bout, ne l’interrompant pas. Il pensait donc véritablement que ces Genins méritaient la mort … Et pourtant … Il avait accepté de leur laisser la vie sauve. Regrets ? Non rationalisme. Il avait peut-être compris la futilité de la chose. Cependant il avait beau faire de grands discours pour l’heure, son côté sanguin avait bel et bien était mis en lumière …

    Il est bien trop tard pour moi d'avoir une seconde chance.


De marbre, l’Aburame l’écouta sans laisser paraître une quelconque réaction. C’était donc ainsi qu’il se voyait … Lui qui se présentait comme un visionnaire souhaitant apporter la paix à travers le monde. Mais une paix conquise à la force des armes n’était pas une réalité envisageable. Jusqu’à maintenant après avoir rencontré les suivants du Sabakyô elle avait eu l’impression que leur but était d’apporter la paix … Mais … étaient-ils au courant de l’immuabilité de l’appel du sang de leur chef ?

Nozomi … Difficile de croire que derrière cette jeune femme résidait également une part d’ombre et d’appel au meurtre afin de pacifier le monde. Était-il honnête avec ses hommes ? Son accès de folie et sa possession par sa sœur lui revint alors en mémoire. Il ne s’était visiblement pas débarrassé de la part d’ombre en lui. Et ne comptait pas le faire.

Se retournant alors que le souffle d’une explosion au loin les interrompait tandis que les deux jeunes groupies regroupaient les vaincus et les ligotaient, Miko écouta Kohei qui venait de se rapprocher avant de se tourner vers le reste des Genins présents. Non … Envoyant des insectes dans le sol alors que leur peau commençait à devenir violacée et leurs yeux à noircir, l’Aburame réalisait ce qu’il se passait. Impassible derrière son masque elle se retint de faire part de toute émotion … de toute humanité. Elle savait qu’il était trop tard pour Annah et Sera. Condamnées à mourir, si loin d’eux et si proches des Genins. Tout se passa en un instant et alors que le sol se dérobait sous eux -ses insectes venant de creuser un trou profond afin de les abriter-, des explosions d’une force phénoménale venaient de retentir partout sur le précédent champ de bataille. Un nécromant ? Un Mamoru ? Suguato et Aku possédaient des techniques similaires d'après les registres ... Mais eux ne pouvaient faire exploser que leurs propres cadavres ...

Atterrissant avec souplesse au fond du trou, elle érigea un abri peu résistant à partir de la terre des parois afin qu’ils soient protégés des blocs de terre qui leur tombaient dessus soufflés par les explosions proches.

    Kohei ton chakra.


Camouflant le sien, elle incita Kohei à faire de même d’une voix neutre. Elle ne devait pas succomber à ses émotions. Non. La mort des deux gamines n’entacherait pas la réussite de la mission. Et alors qu’ils camouflaient leur présence se faisant passer pour mort, trois signatures se manifestèrent subitement à l’autre bout du terrain. Ils étaient là.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyMar 10 Mar 2015 - 14:48

Aucune tendresse ni gentillesse à laisser des gamins endoctrinés en vie ? C'était une question de point de vue. Je ne prenais pas de plaisir à me battre, ou a tuer. Je le faisais car c'était une nécessité. On m'avait appris l'art de la mort et de la guerre alors que j'étais bien plus jeune que ces gamins insensés devant moi. Lorsque j'étais encore à Ame, et que la Feuille n'avait pas d'emprise sur le pays, seul les plus forts survivaient. Ou plutôt, seuls ceux arrivant à se hisser au sommet avaient le droit de vivre.

Un grand fracas, semblable à une explosion se fit ensuite entendre. Le souffle était tel que, même à cette distance, nous pouvions le sentir sur notre peau. J'écoutais ensuite Kôhei, qui avait eu la bonne idée de suivre par sensorialité ce petit. Aucune source de chakra ? Comment était-ce possible ? Il n'y avait pas beaucoup de solutions. Soit ils avaient usé d'un parchemin explosif, soit ils avaient eu le moyen de le faire exploser par un Fuînjutsu, à distance. Et ces explosions me rappelaient la Kumojin que j'avais sauvée à Kumo. Elle appartenait au clan...

    « Bakushô... »


Mon regard se tourna ensuite vers les Genin, qui prirent chacun une teinte violacet, et virent leurs yeux devenir noir. À partir de là, je commençais à comprendre qu'il était bien trop tard pour agir... Entamant une série de Mundra, l'Aburame me dépassa en vitesse d'exécution et nous fit rentrer dans le sol, dans un dôme de terre nous protégeant des souffles d'explosions à l'extérieur. Les deux Ninjas du Shôraizen, ainsi que tous les Genin étaient morts...

Que devais-je penser de cet acte ? Je l'ignorai. C'était un sentiment paradoxal qui m'envahissait. Était-il mort en faisant leur devoir ? Ou de façon injuste ? Étant incapable de faire preuve d'exercice moral, je m'en remettais à une seule phrase : la Fin Justifie les Moyens. Est-ce que ce moyen était nécessaire pour parvenir à cette fin ? Non, il y avait une alternative. Ils auraient pu venir jusqu'ici et, au vu de leurs protections sensorielles, nous prendre par surprise. J'avais donc à faire, devant moi, non pas à un acte nécessaire, mais à un simple meurtre de masse facilité par un abus de confiance.

L'Aburame annonça la couleur à Kôhei, afin qu'ils camouflent leurs chakras. Hors, je n'étais pas un adepte de la sensorialité... Si je restais ici, j'allais les mettre en une mauvaise posture. Prenant une voix neutre, j'annonçais la suite des évènements.

    « Miko, Kôhei, je ne dispose pas de votre don en sensorialité. Si je restais ici, j'allais les mettre en une mauvaise posture. Je vais donc remonter à la surface... Si j'en crois les informations que Kôhei nous a données sur le meurtre du premier Genin, et sur ce que nous avons vu, nous avons à faire à un Bakushô et un Dentô. Les deux seuls clans capables de faire un Fuînjutsu d'explosion, et de camoufler visuellement cette même explosion. S'ils disposent d'un camouflage pareil, je vais faire le nécessaire pour le réduire à néant. À vous d'intervenir au bon moment. »


Concentrant du Chakra Onkyôton, je me propulsais dans les airs, créant un passage vers la surface, avant de continuer mon chemin. Comme je le pensais, il n'y avait aucune trace vivante... La forêt verdoyante était devenue un simple champ de bataille. Et comme je le pensais, il n'y avait aucune trace des assaillants... Continuant en l'air, je concentrais un flux important de chakra Onkyôton dans mon poing, avant de frapper le sol dans une descente tout aussi rapide.

Un flux d'onde sonore incroyablement dense explosèrent, libérant une onde de choc suffisante pour raser et détruire une grande partie de l'environnement autour de nous. Les arbres se déracinèrent, laissant place à un terrain vague, tandis qu'un râle de douleur se fit entendre dans cette masse de poussière s'élevant dans le ciel.

Lorsque la vision se fit plus propice, je pouvais distinguer deux... Non, trois personne. Trois ninjas de l'épée du Dragon contre trois Ninjas des Ailes de la Liberté...

    « Votre route s'arrête ici. »


Je concentrais mon chakra, laissant mes bactéries créer une substance au sein même de mon cerveau. Le combat allait pouvoir commencer...

Rappel:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyVen 13 Mar 2015 - 16:30

En attente. Ils n’étaient plus très loin. Bientôt, ils nous feront face... ou au contraire, nous attaquerons sans que l’on ne puisse les distinguer. Je pense qu’avec deux experts en sensorialité dans notre équipe qu’on ne tombera pas dans un tel piège. Même si en face, il n’y avait pas l’air d’avoir des débutants... cela allait s’annoncer palpitant. À chaque instant, tout pouvait se retourner contre nous. Ne pas réussir à les distinguer en disait gros sur leur niveau. Peut-être qu’en poussant au maximum dans nos réserves, l’on pourrait y parvenir... mais ce serait gaspiller beaucoup de chakra déjà. À voir.

Seulement, quelque chose ne nous échappa pas. Le teint des enfants, tout autour de nous. Il était devenu d’un violet tout sauf naturel. Ils étaient subitement gorgés de chakra, les yeux devenus aussi sombres que la nuit. La canalisation d’énergie en eux montrait clairement qu’il y avait danger. Sur le pied de guerre, prêt à agir, c’est pourtant Miko qui nous tira de ce mauvais pas, en nous entraînant sous terre, comme dans un dôme, nous protégeant ainsi des violentes explosions qui s’en suivirent.

Ils ont donc sacrifier leurs alliés, nos prisonniers. Sans aucun état d’âme. Néanmoins, ils avaient éliminé les deux gêneuses qui nous accompagnaient. Enfin... on devrait peut-être leur discerner un prix pour avoir sauvé notre monde, au lieu de les traquer. Il faut dire que mon rêve venait de se réaliser... grâce à eux. Bien qu’elles restaient nos alliées... moi je les voyais plutôt comme deux fardeaux, bien lourds à traîner. En les tuant, nos chances de réussite avaient sans doute augmentées... en espérant qu’elles n’aient pas survécu d’une quelconque façon.

Acquiesçant d’un mouvement de la tête, j’obéissais à l’ordre de Miko, à savoir camoufler mon chakra. Seitô n’était pas prédisposé pour des techniques de ce genre, et choisit donc de remonter à la surface pour affronter le groupe. Pour les débusquer, il allait pouvoir s’avérer plus que utile, il n’y avait pas de doute pour ça. Le but allait d’intervenir lorsque cela sera fait, pour que nous puissions nous joindre, nous aussi, à la bataille.

Un bruit sourd se fit entendre, et ce même depuis notre position. Une nouvelle explosion... mais pas du même genre. Non, là c’était signé Seitô. Son chakra Onkyôton avait jailli de son corps, pour sûrement dévaster le terrain. Et donc faire voler en éclat le camouflage de nos trois adversaires. C’est ce que nous attendions... et oui, il semblerait bien que ce soit ce qu’il s’est passé. Un sourire, mon poing frappa dans ma paume gauche, prêt à en découdre. Je regardais Miko, d’un air amusé...

    À nous !


L’adrénaline, le risque, la puissance de nos adversaires... tant de facteurs qui m’excitaient de plus en plus. Je ne tenais plus en place. Resté caché pendant que le Sabakyô faisait tout le boulot ? Hors de question. Il avait rempli sa part du contrat... à nous maintenant d’entrer en scène. À moi de m’amuser, comme bon me semble avec eux.

Bien entendu, il n’était pas à confondre vitesse et précipitation. J’avais pris le soin de m’assurer de sortir discrètement, tout en gardant mon camouflage de chakra intact, pour ne pas se faire repérer trop facilement. Les trois étaient retournés vers le Sabakyô. Seulement, il n’était pas aussi seul qu’ils ne le pensaient. L’un s’apprêtait à attaquer, au vu des mudras qu’il employait. Ce fut sans compter le kunai qui se dirigeait droit vers lui, que je venais d’envoyer. Celui-ci était accompagné d’une note explosive.

Bien sûr, il vit venir l’attaque, et dévia le projectile sans aucun problème. Au moins, son projet d’attaque n’avait pas aboutit. Mon maître avait beau être fort, affronter les trois en même temps n’aurait vraiment pas été simple. Devrions-nous prendre chacun son adversaire ? Sans doute, c’est une stratégie qui se valait. D’autant plus qu’ils avaient l’air de compter sur leur esprit d’équipe, comme ils l’ont fait pour arriver jusqu’ici, et nous avoir éliminé tous nos prisonniers, ainsi que deux des nôtres. Les séparer n’est pas plus mal...

Je l’observais. Une carte à la main. C’est avec celle-ci qu’il avait dévié le projectile, alors qu’elle était revenue dans ses mains. C’était son arme ? Une carte en papier ? Hm... Un Hakushi ? On aurait un trio de déserteurs de Kumo ? Quel dommage qu’ils soient dans le camp adverse. On les aurait accueillis les bras ouverts sinon...

Papier contre Encre ? Un combat relativement intéressant...

    Je m’occupe de celui-ci.


Craquements de doigts, alors que je me tenais prêt au combat. Un sourire, toujours aussi amusé. C’était le début de la partie. De ce jeu contre l’Épée du Dragon. Un combat qui m’excitait de plus en plus...

Il chargea. Je fis de même, et les premiers coups furent échangés...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tatsuo
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptySam 14 Mar 2015 - 3:25

Même si elle n’était pas spécialement convaincue de l’appartenance de deux de ses adversaires aux clans Dentô et Bakushô, l’Aburame ne fit qu’approuver du chef. Seitô ne pouvait pas rester avec eux sinon il les piégerait ici c’était un fait. Assistant tout comme Kohei à sa sortie et au début des hostilités, elle regarda impuissante l’Hyô sortir à son tour du trou. Hmmm à quoi cela avait-il servi qu’il cache son chakra si c’était pour sortir quelques secondes après ? Il ne lui semblait pas pourtant que le jeune chef de clan soit si sanguin pourtant … Elle s’était trompée visiblement. Ou du moins avait-il évolué depuis sa désertion. L’île et maintenant cette mission … Le goût du sang était quelque chose qui se transmettait par apprentissage apparemment.

Posant sa main sur la paroi de terre, elle laissa ses insectes s’infiltrer dans celle-ci, les incitant dans la foulée à creuser un tunnel dans lequel elle pourrait s’engouffrer. Si en effet ils se retrouvaient face à un Bakushô, se terrer dans un trou n’était peut-être pas la meilleure des idées, même si elle voulait se faire passer pour morte. Refermant le tunnel derrière elle, elle continua à se laisser guider par ses capacités sensorielles. Il était temps pour elle de rentrer en action … Mais … Était-ce vraiment judicieux ? Et si elle ne faisait tout simplement rien ? Seitô et Kohei pourraient-ils s’en sortir face aux trois adversaires à eux seuls ? Elle n’en était pas véritablement certaine.

L’opportunité était belle. Trop même. La mort du Sabakyô était-ce une chose qu’elle souhaitait vraiment ? Elle avait infiltré son organisation à la base pour se renseigner sur la dangerosité de celle-ci seulement. Pas pour mener une frappe punitive d’une quelconque sorte. Mais le Shoraizen s’était révélé différent de ce à quoi elle s’était attendue … Elle rejoignait les idéologies de cette organisation sur plusieurs points … Avait-elle sans le savoir arrêté d’être la Konohajin qu’elle avait toujours été au moment où elle avait commencé à douter de l’institution vers laquelle sa loyauté devait se tourner ?

Deux contre trois … Quatre si elle prenait la décision d’affronter les vainqueurs alors épuisés. Cela pouvait-il marcher vraiment ? Au moindre signe de trahison de sa part ils pouvaient se replier et ainsi mettre en échec tous ses efforts en comprenant le double jeu qu’elle jouait jusqu’à maintenant. Double jeu ? Triple ? Elle avait attendu de se retrouver devant le fait accompli pour choisir. Et même si cette situation n’amenait pas vraiment à un choix décisif, l’Aburame doutait comme ces derniers temps à propos de toute cette histoire. Cependant un fait perturbant venait inopinément de s’ajouter au tableau. Plusieurs en fait. Et tous concernaient la même personne, et dans une moindre mesure son élève : Seitô. Sa brutalité, sa folie et son aveu. Tant de nouvelles zones d’ombre venaient d’entacher l’organisation à laquelle elle se ralliait petit à petit sans le savoir.

Elle ne pouvait décemment faire un choix immédiat. Pas alors que tout le Shoraizen suivait encore son leader, l’idolâtrait comme ces deux gamines mortes inutilement. Elle considérait le fait de sortir de cette passivité dans laquelle elle s’était enfermée ces derniers mois si toute cette histoire continuait ainsi … Si Seitô continuait à sombrer. Elle prendrait alors les mesures nécessaires et ce même si elle ne possédait aucun poids réel dans l’organisation. D’une manière ou d’une autre, si l’ancien intendant continuait à glisser sur cette pente qu’il semblait décidé à dévaler, elle réglerait ce problème.

Passant à l’action et cessant sa réflexion elle laissa certains de ses insectes remonter à la surface, ceux-ci plus rapides que leurs congénères. Kohei voulait affronter son adversaire à un contre un ? L’honneur sur cette mission était beaucoup trop demander pour l’Aburame pour le moment. Pas après les ignominies que leurs adversaires avaient commises. Et tant pis si ça ne plairait pas au Coq. Guidant ses frelons grâce à ses facultés sensorielles, elle les fit déboucher juste sous l’adversaire que le jeune Hyô affrontait. Leur vitesse et l’effet de surprise devrait avoir raison du monstre. Et même si elle ne pouvait le plonger dans une paralysie totale dépendamment du nombre de piqûres dont il serait victime, et donc de poison injecté, cela laisserait suffisamment d’ouvertures à Kohei. Pendant ce temps-là Seitô n’aurait qu’à tenir face à ses deux opposants. C’était le moment pour lui de laisser libre court à sa folie furieuse.

Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptySam 14 Mar 2015 - 18:13

Regardant mes adversaires prendre confiance face à l'avantage caduc du nombre dont ils pensaient pouvoir disposer, je laissais mon chakra activer les nombreux virus de mon corps, définitivement prêt à servir au combat. J'ignorai quand l'Hyô et l'Aburame allait finir par intervenir, et mon seul rôle actuel était d'ouvrir des ouvertures afin de leur permettre de frapper au moment venu. Mais avais-je le pouvoir de briser une ouverture de trois combattants probablement entraînés à faire face, ensemble, à un ennemi commun ? C'était là, un avantage qu'ils avaient par rapport à nous.

Car si j'étais habitué a combattre avec Kôhei, ce n'était pas la même chose avec Miko. À vrai dire, je n'avais pas encore eu le loisir de me battre a ses côtés, c'était donc une première. Et alors que je restais sur mes gardes, ils lancèrent le premier assaut. Un d'entre eux créa des Shuriken de métal, avant de me les envoyer dessus. Récupérant un Kunai, je parais l'assaut avant de comprendre l'entourloupe... Tandis que les Shuriken voltigeaient dans les airs proche de ma position, un Fuînjutsu s'activa, laissant une puissante déflagration me prendre.

Esquivant seulement partiellement cette dernière, j'avais réussi cet exploit grâce à la substance présente dans mon cerveau qui accélérait exponentiellement mes réflexes. Seuls mes avant-bras avaient étés légèrement touchés. Mais alors que je reprenais conscience des emplacements sur le combat, voilà que j'esquivais une attaque du Dentô uniquement grâce aux réflexes de combats que j'avais enfouis. Pendant l'assaut et grâce à la distraction des projectiles explosif du Bakushô, il s'était rendu invisible. Mais c'était sans compter sur l'intervention du dernier des trois ennemis, qui avaient synchronisé sa technique sur celle de son camarade. Hors, l'assaut préventif de Kôhei avait eu pour effet d'empêcher l'émergence de la technique en préparation...

S'il voulait le prendre en un contre un, cela ne me gênait point. Au vu des capacités à agir en équipe qu'ils avaient, mieux fallait-il adopter du un contre un. Pourtant, l'Aburame n'avait pas encore surgi de son trou... Je commençais à cerner un peu plus son style de combat. Elle était plus du genre calme et réfléchis, à attaquer par surprise afin de décharger sa toute-puissance puis après, retourner dans les ombres jusqu'au prochain assaut ? C'était ce qu'il me restait à déterminer. Si elle la jouait assassine, je n'avais d'autre choix que de tenir encore contre les deux ennemis en face de moi.

Me redressant, je vis encore deux projectiles du Bakushô venir vers moi... Le Dentô m'attendait-il par la droite où par la gauche ? Dans quel sens attendait-il que j'esquive ? Où soupçonnait-il une armure ? Pas cette fois. Concentrant mon chakra, j'expulsais une dense quantité de son qui écarta toutes choses physiques de moi. Ce qui avait eu pour effet logique de repousser le Dentô, brisant pendant un cours instant son camouflage. Après tout, il était difficile de maintenir une technique de camouflage parfaitement active lorsque l'on encaissait une attaque. Mais cette faiblesse, c'était le moment ! Effectuant une mundra, j'envoyais un Gaz à l'odeur distinctive de rouille sur sa position.

C'est à ce moment-là que l'Aburame fit son entrée, attaquant l'homme aux prises avec Kôhei, et me laissant avec les deux autres. Mauvais timing, car même si ma distorsion lumineuse que le gaz offrait me permettait de distinguer l'invisibilité de celui avec le camouflage, le présumé Bakushô avait eu l'occasion d'envoyer une série de projectiles explosif sur moi, en même temps que le Dentô fit sortir un rayon laser d'une puissance fulgurante vers ma position.

Cette fois-ci, j'allais encore devoir essuyer quelques dégâts. Me préparant à encaisser le choc, je créais une redoutable armure de terre renforcée avec une dose impressionnante de chakra. Mais est-ce que cela suffirait à tenir les deux attaques combinées ? Rien était sûr. Et tandis que la trentaine d'explosion arrivait sur moi et que l'armure encaissa sans grande difficulté, ce n'était pas le cas du rayon laser, qui explosa littéralement l'armure, et qui, malgré une esquive relativement éphémère, me carbonisa une bonne partie de mon torse.

Il fallait le dire, deux adversaires de ce niveau étaient un exercice relativement difficile. Néanmoins, le plan avait fonctionné... Soudainement, on vit apparaître le Dentô, qui se pliait en des positions étranges, par de violentes contractions involontaire des muscles... Concentrant une énième fois du chakra dans mes pieds, je fonçais jusqu'en direction de ce dernier, avant de frapper avec violence dans sa cage Thoracique...

A peine quelques secondes plus tard, de puissantes ondes sonores s'expulsèrent de son corps, explosant son torse et la plupart de ses muscles, le laissant tomber sur le sol, paralysé et agonisant. Prenant une partie de cette mare de sang, je regardais le dernier des adversaires. Créant une peau de terre à la place de mon torse pour ne pas aggraver la blessure, je me remettais debout, droit devant lui. Et malgré mes quelques brûlures aux bras, et la large blessure sur mon torse, j'étais encore loin d'être hors-jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyDim 15 Mar 2015 - 0:32

Oh. Il semblerait que mon adversaire, soit, lui aussi, un adepte du combat rapproché. Du moins, c’est ce que laisser penser son style, et la manière avec laquelle il rivalisait. Et il semblerait bien que l’on ait la même vitesse, en plus de cela... pas pratique. Moi qui voulais prendre l’avantage sur ce domaine, eh bien, c’était raté. Il tenta de m’asséner un violent coup de poing, que j’interceptai sans aucun soucis. Seulement, un phénomène étrange se produisit... comme si la peau de son poing se soulevait. Non... ce n’était pas sa peau. Une couche de papier. Un sourire de sa part.

Reculant immédiatement, en comprenant ce qu’il comptait faire, je vis une ruée de fins papiers s’élever, et se diriger vers moi. À cet instant précis, la marque présente sur mon poignet droit libéra une masse d’encre qui forma, instantanément, un imposant bouclier, derrière lequel je m’abritais. L’invocation tenait bon un moment, jusqu’à céder sur la première volée. Des coupures, sur un peu tout le corps, mais rien de bien grave. Au contraire même... cela ne pouvait m’être que bénéfique. puisque ce fut un second sceau qui s’activa. Bien différent du premier... la Marque de la Douleur, présente sur mon épaule droite.

Oui, ces quelques blessures avaient eu pour effet d’éveiller un tout nouvel afflux de puissance, et de rage. Mon sourire devint carnassier, alors que je me mis en posture de combat, prêt à repartir à l’assaut... et sans perdre un instant. Me ruant sur le Hakushi, je ne comptais pas le rater ce coup-ci. Mais c’était sans compter sur l’intervention de l’Aburame... qui attaqua mon adversaire. Des insectes... et au vu de la rigidité du corps adverse qui semblait naître, je pense qu’un bon poison a du passer dans son sang... il était trop tard pour faire des manières. Ma fureur allait s’abattre.

Un coup. Puis deux. Dix. Vingt... Trente. Les trente coups étaient passés, pour ravager complètement le corps paralysé du Hakushi. Aucune retenue dans mon enchaînement. Un véritable massacre...

Miko... je te retiens toi. Elle avait gâché mon plaisir. Mon plaisir de me battre contre une personne ayant un pouvoir relativement intéressant, face à l’encre que je maîtrisais. Néanmoins, ce combat avait été... beaucoup trop facilité par son intervention. En plus de cela, elle avait laissé Seitô seul, face à deux adversaires en même temps ? Il semblerait qu’il se soit débarrassé de l’un d’entre eux également... mais pas totalement en forme.

    Miko, je...


Seulement, un gémissement. Un gémissement pas très rassurant... me retournant vivement, je vis le Hakushi relevé, pourtant grièvement blessé. Une carte à la main, gorgée de chakra. Sortant un kunai, je voulais intercepter son attaque, sauf que celui-ci fut immédiatement fendu en deux, le métal retombant sur le sol. Un rapide pas en arrière pour éviter le coup, et la carte vint couper une partie de mon vêtement.

Il tenait à peine sur ses jambes, au bord de l’inconscience. C’était là, sa dernière attaque ? ... il me ferait presque pitié. Autant abréger ses souffrances, dès maintenant. Un nouveau kunai, qui vint lui trancher la gorge, alors que celui-ci était tombé à genoux. Maintenant bien mort. Un constat qui me fit doucement sourire... puisqu’il n’en restait qu’un seul. Le pire de tous, assurément, pour ce qu’il a fait de ses apprentis ninjas.

    Tssch...


Il réalisait sans doute qu’il n’était plus du tout en avantage numérique. Il était sans doute perdu sans ses deux compatriotes, qui étaient tombés plutôt vite.

Alors que je l’observai... je sentis une forte concentration de chakra aux alentours. Tout autour de nous. Des marques au sol semblaient s’illuminer, sur toute la zone de combat. Non… De puissantes déflagrations en sortirent, en une gigantesque explosion annihilant tout sur le terrain.

Et pourtant... nous nous en étions sortis... ou presque. Comment ? J’avais rapidement invoqué trois créatures pouvant assurer notre survie, à savoir trois aigles d’encre qui nous servait de monture pour s’envoler dans les airs, afin d’éviter la puissance de l’explosion. Rien de parfait, cependant... j’en avais d’abord invoqué deux pour mes deux partenaires, puis un pour moi lorsque je savais que c’était bon. Sauf que l’explosion ne nous avait pas attendu. Les deux autres s’étaient envolés assez vite pour l’éviter, seulement ma monture tardive n’avait pas eu cette chance, et je m’étais pris une partie de l’explosion.

    Hngh...


Une douleur fulgurante sur mon bras gauche, brûlé. La créature d’encre se désagrégea peu à peu, alors que je me réceptionnais au sol. La douleur était forte, mais je parvenais quand même à bouger mon membre endolori. Il allait me le payer...

Mon troisième sceau Suzurane s’activait alors, libérant une puissance dévastatrice.

    Ça fait un mal de chien... mais tu vas connaître pire !! Crève !!


Bestialement, dans un excès de rage, je me ruai à toute allure vers le Bakushô, le prenant littéralement de vitesse. Un puissant coup de point vint alors ravager sa belle gueule d’amour, alors qu’il fut projeté à l’autre bout du terrain. Et ce n’était pas fini. Je le suivais dans sa course, prêt à continuer le massacre. Je ne comptais pas m’arrêter. Pas tant que ses os ne soient pas brisés en morceaux, pas tant qu’un souffle de vie ne sera présent... je voulais le tuer. Et détruire son corps de mes propres mains. Il était déjà bien amoché... presque incapable de se déplacer. J'allais l'achever. J'allais le tuer. Le détruire.

Seulement... il se créa, lui aussi, un oiseau. Sauf que celui-ci était fait d’argile. J’ignorais ce qu’il comptait faire, mais... on dirait bien qu’il tentait de battre en retraite, par la voie des airs.

    Le laissez pas partir ! Mais laissez-moi le coup de grâce !


Mes deux invocations qui portaient l’Aburame et le Sabakyô s’activait alors, sous mon contrôle... à eux de gérer maintenant. Du moment qu'ils me laissent l'occasion de l'achever... pour me venger de ce qu'il m'a fait subir. Seul moi avait le droit de lui donner la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tatsuo
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyLun 16 Mar 2015 - 12:32

Émergeant de sous terre, l’Aburame s’épousseta à peine, préparant une nouvelle volée d’insectes pour les deux prochains. Non. Le seul qui restait. Le Bakushô. Sentant le chakra s’accumuler sous ses pieds, elle se fit soulever par une masse noire et blanche avant de pouvoir faire quoique ce soit. Une création du Hyô … Et alors que la créature s’envolait elle regardait en dessous. Seitô la suivait sur son oiseau lui aussi, visiblement amoché. Et Kohei … Inquiète un moment pour lui alors qu’il retombait, elle se rassura en le voyant se relever. Visiblement sous l’effet d’une rage soudaine, comme si le fait d’être blessé renforçait ses convictions et ses envies de meurtres.

    S- ….


À deux doigts de s’adresser au Sabakyô, la voix de Kohei porta jusqu’à elle mais c’était surtout la soudaine prise de vitesse des oiseaux qui l’alertèrent. Leur ennemi s’enfuyait … Chargeant ses insectes en chakra, elle brandit son bras dans la direction de leur adversaire qui s’enfuyait à une vitesse folle. Aurait-il été en meilleur état il aurait sûrement continument bombardé ses poursuivants mais … Ses chakras subitement accélérés se retrouvèrent bientôt à hauteur du volatile d’argile. Une dizaine de punaises Kikai à tout casser. Les laissant grignoter la matière constituant la créature, Miko attendit qu’ils aient suffisamment pénétré dans la créature pour enclencher leur détonation.

Une réaction en chaîne s’enclenchant, l’oiseau disparut dans une magnifique explosion, leur adversaire maintenant KO et noirci chutant apparemment inconscient au sol. Si Kohei pouvait le récupérer ils pourraient obtenir quelques informations … Pour peu que s’il le réceptionne vraiment il ne le tue pas.

    Ça va faire un peu mal.


Ayant basculé sur l’autre oiseau d’un saut des plus basiques mais tout de même adroit, elle fit gonfler son chakra dans ses paumes afin de créer un halo vert pour soigner l’ancien intendant. Ordonnant par la pensée à quelques frelons dont le dard était enduit de poison paralysant de sortir de ses manches, elle regarda la blessure du bonhomme. Dans les faits, il allait falloir l’anesthésier localement sinon il risquerait de ne pas supporter la douleur lorsqu’elle traiterait et enlèverait les cellules mortes. Il avait été salement touché. Restait à lui de faire son choix. Lui faisait-il enfin suffisamment confiance pour placer sa vie entre ses mains ?
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyVen 20 Mar 2015 - 10:54

Il fallait le dire, mes adversaires étaient plus coriaces que prévu. Sur l'oiseau d'encre, j'étais encore en train de réfléchir à la puissance et aux placements des sceaux. Comment et quand le Bakushô avait mis en place ce stratagème ? Un stratagème qui avait eu le pouvoir de me mettre en cendres, si Kôhei n'avait pas eu le réflexe de produire des oiseaux d'encres juste en dessous de notre position, avant le début de la déflagration.

Et tandis qu'il se laissait aller à sa rage, je regardais Miko d'un air compris. Nous n'avions ni le temps, ni la possibilité de satisfaire pleinement le caprice de mon élève. S'il voulait donner le coup final, il n'avait qu'à venir le mettre lui-même. La capture n'était pas la même chose qu'un simple meurtre. C'était un exercice délicat, et méthodique... Mais plus que tout, je n'avais plus le temps de mettre du chakra dans une capture. Car malgré tout, si le combat avait duré qu'un très court instant, son intensité était bien supérieure à la moyenne.

Après avoir vu le corps de notre dernier adversaire tomber du ciel par une attaque d'insecte, Miko sauta sur mon oiseau d'encre. Ses mains s'allumèrent d'une aura verte, remontant quelques souvenirs -bon et mauvais- avec les soins. Et quand je sentis un de ses insectes piquer mon bras pour injecter une substance anesthésiante, je pouvais sentir une réaction avec mes bactériophages qui s'étaient mis en tête de réduire à 0 la présence de la toxine dans mon corps. Regardant l'Aburame, j'annonçais simplement.

    « Ne gaspille pas ton chakra en m'injectant de l'anesthésiante, mes bactéries ne le laisseront pas agir. On devrait redesc... »


Du coin de l'œil, je vis un éclair blanc foncé sur notre position. Instinctivement, je poussais l'Aburame, la décalant de la trajectoire avant de me prendre cette attaque au laser, qui transperça cette fois ma poitrine. La fine couche de terre explosa en mille morceaux, tandis que je me sentais tomber de l'oiseau, dans cette chute libre sans fin. Il n'était pas encore mort ni paralysé ? Mais comment ?

En tous les cas, ce n'était pas fini. Me redressant comme je pouvais dans ma chute, je concentrais du chakra de type Dôton avant d'ôter légèrement mon masque afin de cracher un jet de bout, qui entoura mon corps avant de se solidifier. À mon atterrissage, la chute fut telle qu'une partie de l'armure se fissura, néanmoins, mon corps était relativement indemne... Enfin, c'était sans compter sur cette douleur lacérante dût aux attaques précédentes.

Je fus pris d'une toux, qui me fit cracher un flot de sang relativement important. Ce mec... Il avait touché un point vital ? Je pouvais le dire, ce 2 contre 1 m'avait salement amoché, et je n'avais donc plus le temps à l'analyse. Il fallait que j'agisse, d'une manière rapide et efficace. Malaxant une dose impressionnante de chakra, je disparus en un instant, avant de réapparaître devant lui et de lui frapper le torse.

Un bruit sourd se fit ensuite entendre, tandis que le sol derrière moi fut instantanément détruit. De mon poing, sorti une telle déflagration que le paysage derrière mon adversaire fut dévasté, ne laissant que poussière. Les ondes sonores d'une densité jamais atteinte déchirèrent ses tissus musculaires, et brisèrent ses muscles, libérant ainsi un flot de sang mortel. Il tomba ensuite au sol, tandis que mon armure se désagrégeait... Mon regard s'arrêta sur lui, avant que je ne frappe avec toute ma force son coup. Le craquement étrange lui fit perdre sa dernière étincelle de vie s'il lui en restait... C'était fini.

Je vis Miko revenir vers moi à dos de son oiseau. J'enlevais le reste de mon haut, et récupérais un Kunaï avant de tousser, crachant une quantité importante de sang qui s'écoula hors de mon masque. Ma vision commençait à se troublait, mais j'avais encore quelque chose d'important à dire...

    « Garde ça secret pour toi et surtout, garde ton masque. »


Je posais un genou à terre, avant de jeter mon masque plus loin sur le sol, dévoilant mon visage ensanglanté. Ôtant la dernière protection qui séparait ma toxicité de ce monde, j'annonçais d'une voix claire et neutre.

    « Ne touche pas mon sang, tu pourrais en mourir. »


Sans mon masque, elle était la seconde personne à avoir entendu mon vrai ton de voix. Récupérant un Kunaï, je découpais un morceau irrégulier de mon pantalon, avant d'enlever doucement le reste de mon haut. Malgré la douleur, je serrais les dents, afin de ne laisser aucun gémissement plaintif sortir de mes lèvres, avant de foutre en boule le tissu dans ma bouche et de le serrer de mes dents, plaçant la lame du Kunai dans ma main.

M'allongeant sur le sol, je lui fis un signe d'approbation de la tête. L'opération à vif allait pouvoir commencer...

Aïe:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyVen 20 Mar 2015 - 16:47

Les secondes passaient, les minutes également. Mon souffle était de plus en plus important... ce combat avait laissé des séquelles, et n’était pas encore terminé. Il n’en restait plus qu’un seul. Celui qui m’avait blessé, qui était à l’origine de cette horrible brûlure lancinante sur mon bras gauche. J’arrivais encore à le bouger, un peu. Seulement, forcer dessus était complètement hors de question, au vu de son état... problématique. Je profitais de ces quelques instants pour me reposer... bien que ma rage, elle, bouillonnait de plus en plus. Mes muscles se renforçaient, mon chakra circulait à une vitesse ahurissante dans l’intégralité de mon corps.

Dur de rester immobile, et d’observer dans un tel état. Seulement, leur combat aérien ne fut que de courte durée, puisque la monture du Bakushô venait d’exploser, suite à une attaque de l’Aburame. La détonation était violente, et le corps tombait alors, en pic. Le sourire sur mon visage s’anima alors de nouveau, alors que je m’approchais du corps au sol. Un pas lent. Puis deux... pour finir sur un rapide sprint, en direction de ce dernier adversaire, tandis que je laissais mes deux partenaires à leurs affaires...

    I... imp... non...


Ho. Il était encore vivant. Vivant, mais... dans l’incapacité de se mouvoir. Celui-ci c’était écrasé au sol, et n’arrivait plus à bouger le moindre de ses membres. Son chakra avait atteint des profondeurs abyssales, et son corps était en piteux état. Il était fini. C’en était terminé de lui.

Un bon crochet en pleine poire, alors que je m’étais installé sur lui, agenouillé. Il ne pouvait plus m’échapper. Je redressais sa tête, afin qu’il me regarde droit dans les deux yeux. Son niveau avait beau être très élevé, je pouvais sentir la peur qui émanait de son regard. La peur, et l’impuissance... lui et son groupe de microbes ne pouvait rien face à la puissance du Shôraizen.

Un léger rire, alors que je prenais plaisir à le voir dans une telle posture. Ma main droite se resserra, alors qu’un nouveau coup vint heurter son visage, à toute puissance. Mais pas assez pour le faire perdre connaissance... je n’en avais pas terminé.

    Ça, c’est pour mon bras.


Mon bras gauche, qui n’allait plus être fonctionnel pour quelques temps encore. Ah... repasser par la case hôpital ne m’enchantait guère. Tout était de sa faute, et il allait le payer. Et pas qu’un peu.

Néanmoins, mon sourire finit par disparaître, et mon regard devenait plus sombre. Mon poing se resserra encore plus, à tel point que mes ongles transperçaient ma chair. Une canalisation folle de chakra se concentra autour de ma dextre.

    Et ça... c’est pour toutes les personnes que tu as tué, y compris tes alliés !


Avec mon seul bras valide, je le ruai alors de violents coups, le massacrant complètement. Os brisés, membres déboîtés, cassés... des gerbes de sang sortaient de sa bouche, tandis que je le ruai de coups, sans plus aucune retenue. Je frappais pour tuer... pour mettre fin à ses jours, et venger toutes ses victimes. Ceux qui sont mortes, dans notre pays... tout comme les enfants qu’il avait tué, pour tenter de nous éliminer. C’était ses alliés, et pourtant...

Il passa un sale moment, alors que son corps ne répondait plus. Ma main droite était ensanglantée, ainsi que ma tenue. Ce coup-ci, c’en était fini pour de bon avec lui. Prenant appui sur mon bras droit, je me relevai, alors que je sentais mes forces s’amoindrir, et la douleur me tenaillait encore plus. Le sceau n’avait visiblement pas duré, et je n’étais plus très en forme.

Je commençais à m’éloigner, alors que je sentis quelque chose m’attraper le pied. Une main... il était encore en vie... mais c’était quoi ses mutants... ? Mon autre pied vint écraser sa main, et il lâcha prise. Il ne semblait pas vouloir quitter notre monde... eh bien dans ce cas, je pouvais l’y aider. Ma main se posa sur son visage, alors que mon chakra y circulait librement... tout comme mon encre. Un sceau vint se dessiner sur son visage, alors que je lui souris de nouveau, avant de faire un pas en arrière.

    Et pour ça... disons que c’est pour le plaisir. Bye !


Je fis volte-face, le laissant encore en vie, derrière moi. Je marchais tranquillement. Et une fois à une distance raisonnable, je murmurais un léger... Boum.

La réaction fut immédiate, alors que la marque lui sauta un visage dans une violente explosion. Quoi de mieux pour un Bakushô de mourir, la tête littéralement explosée ? Je ne pouvais pas lui offrir une meilleure mort.

Maintenant, je retournais vers mes deux coéquipiers, qui étaient descendus de mes deux oiseaux d’encre. Difficilement... à vrai dire, mon corps était complètement lessivé, et mes blessures me faisaient souffrir de plus en plus. Seulement... je vis que quelque chose se tramait, avec eux. Ils semblaient en pleine... opération. Seitô ne portait plus son masque, et il semblerait que Miko était en train de lui administrer des soins, pour lui venir en aide. Lui non plus n’en était pas sorti indemne... comme quoi, nos adversaires étaient réellement des combattants d’exception.

Sans un mot, je m’approchais. Je préférais ne rien dire pour l’instant, pour laisser Miko se concentrer. Pendant ce temps, j’observais les alentours. Des cadavres un peu partout, de tous ces enfants. Le terrain ravagé par le combat qu’il venait d’y avoir. Ici, nous n’étions que les trois seuls survivants. Même nos deux alliées n’avaient pas survécu. Il fallait faire avec... en tout les cas, l’Épée du Dragon n’existait plus, et n’était plus qu’un lointain souvenir...
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tatsuo
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptyVen 20 Mar 2015 - 22:43

Il … lui avait sauvé la vie ? … Elle ? Pire. Il s’était interposé ? Mais pourquoi… Redescendant rapidement alors qu’au sol le corps réduit en bouillisedu bandit qui devait être le Dentô avait éclaboussé toute la zone, elle descendit de l’oiseau d’un bond et le rejoignit, accroupie à côté de lui. Le voyant retirer son masque et son haut –strip tease bonjour, essayait-il de s’assurer de sa fidélité en lui montrant son corps ?-, l’Aburame tourna la tête pour voir l’Hyô commencer à revenir.

Il était là à sa merci. Sans protection excepté ses bactéries qui bien que non tangibles s’avéraient être une défense des plus efficace contre quiconque voulait l’approcher. Mais visiblement le masque suffisait à se protéger de ses poisons. Affolant comment un simple objet pouvait la prévenir de succomber aux poisons mortels de l’un des plus dangereux Nukenins du monde shinobi. Mais pour se protéger de lui il ne suffisait pas d’un stupide masque. Elle avait pu le ressentir puis le voir… Il avait d’autres talents à sa disposition. Des ondes de choc dévastatrices. Pas sûr qu’elle gagnerait contre lui si combat il y avait. Et ce malgré les différentes faiblesses qu’elle avait commencé à remarquer.

Elle l’avait bien vu, cet homme était un meurtrier. Et pas seulement en termes de puissance. En termes d’idéologie également. Il était condamné. Alors pourquoi l’avait-on suivi ? Pourquoi avait-il engendré une telle vague de désertions ? Elle se souvenait de leur rencontre. Enfin après leur désertion à tous les deux. À cette époque elle aurait pu le croire. Le suivre. Si seulement il était resté à Konoha. Mais les mois qui s’en étaient suivi … Peut-être était-ce dû à ce qu’il s’était passé ce soir-là où il avait tenté de tuer ses subordonnés mais également sa bienaimée. Sa sœur … Elle se souvenait de la scène où elle avait été envoyée au tapis en un rien de temps. En temps normal elle aurait tenu bien plus longtemps mais son état de faiblesse avait voulu que … Au moins avait-elle sauvé Nozomi et elle ne le regrettait pas.

    Hmmm … Sans anesthésiant ça risque faire mal … voire très mal quand je vais devoir stopper les hémorragies et te raccommoder grossièrement le temps de te ramener à la base pour que tu sois pris en charge par de vrais médecins.


Attendant un moment, elle se redressa avant de se tourner vers Kohei. Il semblait presque aussi amoché que Seitô mais lui était toujours debout. Était-elle vraiment la seule indemne ? Elle n’avait d’ailleurs presque pas utilisé son chakra, comme si on l’avait assisté du début jusqu’à la fin. Peut-être pensaient-ils qu’elle ne pouvait pas s’en sortir. Ou bien peut-être étaient-ils tout simplement galants.

Sortant un parchemin elle en invoqua tout le matériel dont elle allait avoir besoin. Les blessures, surtout celle du rayon étaient … graves. Mais il survivrait après rafistolage. Si Nozomi l’avait soigné elle dans l’état où elle était sachant qu’elle aurait pu en faire bien plus mais en mettant la vie de ses insectes en danger, la vie de Seitô n’était pas menacée. Elle avait juste à le faire tenir jusqu’à la base et là il serait hors de danger.

    Kohei, si tu en as encore la force, essaie de retrouver les deux fillettes … ou du moins ce qu’il en reste. Elles méritent une sépulture décente… S’il te plait...


Reportant son attention sur le Sabakyô, elle se déplaça de manière à se positionner sur son flanc. Retenant une grimace à cause d’une piqûre intérieure de l’un de ses insectes elle remercia en pensée la jeune Yuki Samui pour l’avoir aidé également dans sa restauration.

    Reste allongé, ça ne durera qu’un instant.


Quelques mudras et ses mains furent enveloppées d’un halo verdâtre. Était-ce vraiment ce qu’elle voulait ? Jusqu’à maintenant elle s’était montrée indécise elle devait l’avouer, puis avait retardé encore et encore le moment du choix. Sous son masque elle eut néanmoins un infime sourire. Elle s’était trouvée.

    Juste un instant.


Dix insectes fusèrent à une vitesse folle de ses manches alors qu’elle se tenait juste au-dessus de lui, enveloppés d’un importante couche futon. La même attaque que celle qu’elle avait utilisé contre Obli. À nouveau à bout portant. Mais cette fois elle savait qu’en face elle n’avait qu’un simple humain. Un simple humain déjà agonisant. Poumons, foie, reins, cœur, ils fusèrent subitement vers les endroits les plus vitaux. Elle lui avait promis une mort rapide. Et même si elle n’avait jamais été d’une nature clémente, elle avait le mérite de tenir les promesses qu’elle se faisait à elle-même.

Les dix premiers frelons ayant immédiatement été rejoints par une nuée d’insectes, elle leur insuffla à eux aussi son chakra futon afin qu’ils finissent de déchiqueter ce qui ne l’avait pas été. Mesure de précaution au cas où il aurait survécu miraculeusement comme Matawa l’avait fait à cette attaque. Reculant en arrière, elle fit revenir une partie de ses insectes. Un problème demeurait : Kohei. Et bien que diminué … Il représentait un risque. Cependant elle ne souhaitait pas nécessairement le tuer. Peut-être entendrait-il la voix de la raison…

    Kohei … Ne m’oblige pas à faire cela… Je ne souhaite pas te blesser également... Contrairement à Seitô tu n’es pas nécessairement condamné. Abandonne cette folie qu’il t’a insufflé depuis qu’il est devenu ton maître…


De la pitié de sa part ? Ça y ressemblait en effet. Elle avait bien évoluée depuis ses débuts à Konoha où elle s’était affirmée en femme froide et impartiale. Elle s’était néanmoins retrouvée. Seitô n’avait pas eu la mort qu’il méritait elle en était consciente mais … Elle n’avait jamais cherché la gloire. D’une quelconque façon. Elle avait toujours consenti à s’exécuter dans l’ombre. C’était ce qui lui avait valu son intégration à la Racine. Mais elle était maintenant persuadée que le chemin qu’elle commençait tout juste à emprunter était le meilleur.

Pas pour elle non … Mais pour Konoha et tous les membres du Shoraizen pour qui elle s’était liée d’affection malgré elle. Avec Seitô ils n’avaient aucun avenir. Ses idéaux étaient nobles et ses partisans étaient visiblement restés sur cette idée. Mais doucement, tout doucement Seitô avait commencé à sombrer. Le Temple, le Pays de la Foudre, sa sœur et maintenant son aveu après le massacre enjoué d’enfants endoctrinés.

Elle aurait presque aimé que tout se passe correctement, autrement, qu’elle revienne faire son rapport à Konoha afin de dire que le Shoraizen était bien l’organisation pacifique qu’il se disait être. Mais ses penchants pour la guerre, son ego, sa noirceur –ceux de Seitô bien sûr-, tout ça commençait à influencer les orientations de ce regroupement. Le Shoraizen voulait un avenir ? Sans leur leader et fondateur il en aurait un. Pas nécessairement radieux ni imposant, mais au moins les membres de l’organisation en auraient un. Que le Sabakyô soit aux commandes ne faisait que retarder l’échéance où l’une des grandes nations -voire plusieurs- encerclerait la base et donnerait l’assaut. Assaut au cours duquel shinobis et civils auraient sans aucun doute possible tous succombé.

Elle savait que son action engendrerait la haine. Le désir de vengeance. Elle en était consciente. Et c’est pour cette raison qu’elle s’était résignée : toute la haine, toute la colère se concentrerait sur elle. Elle serait le réceptacle de toutes les désillusions des personnes que Seitô laissait derrière lui, de toute leur rage, de tout leur dégout. Elle. Et non Konoha. En tuant Seitô, elle avait tué cette partie d’elle toujours rattachée à son village. Un dernier sacrifice. Elle était libre de toutes chaînes maintenant. Et la vie qu’elle voyait se prolonger devant elle ne s’annonçait pas radieuse si elle survivait à la vengeance de l’élève dont elle avait tué le maître.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptySam 21 Mar 2015 - 1:10

Musique:
 
Je me préparais à ressentir cette douleur intense, mais à la place, je ne sentis que la glace envahir mon corps. Son regard n'était pas celle d'un médecin, mais celle de l'ange de la mort. Alors c'était mon tour ? C'était indéniablement mon tour. Chaque seconde qui passait me rapprochait inévitablement de mon destin. Mais n'était-ce pas ma décision de mourir en traître ? Alors si la torture physique, toute la haine de ce monde et de ceux que j'aime ne me faisait rien, pourquoi sentais-je cette goutte d'eau couler du coin de mon œil.

Ma main se déplaça sur la sienne, signe que je ne voulais pas de cette mort rapide. Non, je voulais ressentir ce que j'avais pu faire ressentir à toutes mes victimes lorsque j'ai, moi-même, offert la mort. Je ne cherchais pas rédemption, mais je devais le sentir. Je voulais savoir ce que j'avais fait endurer à autrui pendant tout ce temps, tous ces meurtres et ces crimes que j'avais faits. Tout les rêves et toutes les vies que j'avais brisés. Toutes ces sensations, c'était à mon tour de les vivres.

Ma tête se pencha, laissant sortir le morceau de tissu. J'avais mal, trop mal... Mais cette douleur partait. La douce étreinte de nocturne me prenait, m'emmenant rejoindre ceux que j'avais perdus. Qu'est-ce que j'avais perdu ? Mes parents, ma sœur, mon humanité, mon village, et aujourd'hui ma vie. En y repensant, peut-être que tout ceci n'était qu'une succession d'échecs. Qu'il y aurait pu avoir un chemin différent, sans la douleur, la souffrance, le sang, la guerre et la mort.

Mais moi qui avais toujours vécu dans cet élément, étais-je au fond capable d'autre chose ? J'en revenais souvent au même point de base : la mort. Elle me suivait, elle était dans mon dos, elle était dans mon regard, dans ma chaire, dans ma peau, dans ma vie, dans mon être, dans mon âme.... J'étais un enfant de la mort, que sa mère aujourd'hui réclamée hardiment de revenir à la maison...

Ma maison... Ame ? Non... Le Shôraizen ? Non... Konoha ? Non plus... Ma famille était morte. Mon chez-moi était nul part et partout à la fois, mais dans l'espoir de pouvoir en avoir un autre, j'avais migré de lieu en lieu, de ville en ville, de camps en camps... Peut-être que chez moi, c'était là, devant moi. Que je rentrais aujourd'hui, après un long voyage, à la maison. Que j'avais accompli ce que j'avais à faire dans ce monde...

Cette pensée me fit faire un léger sourire. C'était décidément n'importe quoi. Je n'avais pas vraiment réussi à faire ce que je voulais faire, non... J'ai accompli ce pourquoi on m'a destiné à faire : tuer. Mon assassin, et ma libératrice, pouvaient le voir, ce sourire face au désespoir. Je la regardais, d'un regard apaisé. Au fond, je lui donnais ma mission : celle d'être haïs, détesté, maudit... Mais aussi celle d'être une héroïne, une libératrice. Celle qui mit fin à la vie de Sabakyô Seitô, le Terroriste, l'ex-intendant indigne, l'Ombre qui allait s'abattre sur tous les villages...

Ah... Décidément, ces noms me collent à la peau, et seront associés à moi dans l'histoire que l'on contera aux enfants. Comme toujours, je serai détesté, Haïs, maudit. Mais il fallait bien que quelqu'un porte ce fardeau. On dit souvent que l'on récolte ce que l'on sème, et c'était la voie que j'avais choisie. Je n'étais pas taillé pour avoir ce rôle de héros vaillant ne blessant personne, non, c'était une vérité que tout le monde admettrait. Non, je ne pouvais décidément pas avoir cette cape...

Le froid revenait. Il me demandait de me hâter de partir. Je n'en avais pas envie. Je voulais voir le soleil s'éteindre une dernière fois. Je voulais le voir pour me souvenir de celle que j'ai aimée : Nozomi. De celle qui m'a aimée d'un amour pur, plus pur que tout. J'aurai dû lui offrir tellement plus, beaucoup plus. Non, décidément, je ne la méritais pas. Elle était tout ce à quoi j'aspirai : être un sauveur. Mais je n'étais qu'un assassin, qui ne connaissait rien d'autre. Irrémédiablement, je tuais, même si c'était pour sauver quelqu'un... Non, je n'avais pas ce pouvoir.

Et mon élève, Kôhei... J'avais encore tellement de choses à t'apprendre sur moi, à te dire, à te faire voir. Tu fut ma plus grande fierté en ce monde, te l'avais-je dit ? Non ? Il faut croire que je ne pourrais jamais le faire. Pourquoi ai-je attendu ? Je le savais que le monde Ninja était impitoyable, alors pourquoi ai-je attendu pour le faire ? J'aimerais tellement avoir une minute, une seule seconde pour te le dire. Toi qui portes mon héritage de volonté, j'aimerais que tu ne suives pas mes traces. Non, je veux que tu suives ton propre chemin, tu le sais n'est-ce pas ? Je t'ai appris à avoir ta volonté propre, et même si je fus un point de repère, je souhaite de tout mon cœur qu'aujourd'hui, tu voles de tes propres ailes. Tu en as le pouvoir, je crois en toi...

Tsubaki... C'est à toi maintenant que je pense. Il faut croire que ton Roi est tombé, la couronne n'est plus. Il va falloir que tu trouves un autre Roi, mais pour cela, je te fais confiance. Tu es probablement une des personnes les plus talentueuses de ce monde que j'ai eu le plaisir de rencontrer. J'aimerais te le dire maintenant, ne développe pas ton arme. Que jamais le monde n'acquiert cette puissance, car personne ne serait capable de l'utiliser a bon escient... J'espère que tu réussiras...

Shiwoon... Brave petit bonhomme. J'aurai aimé t'aider un peu plus à trouver ta voie dans ces chemins ténébreux. Mais je suis sûr que tu y arriveras sans moi, tu en as le pouvoir... Tu as une force bien supérieure à ce que tu penses. Tu as cette force qu'est ta lumière qui illumine les mauvais jours. C'est pourquoi, je te voulais à mes côtés. Peut-être qu'au fond, cette lumière me confortait dans l'idée d'avoir était un minimum utile. C'est égoïste de ma part, tu me le pardonneras peut-être sur mon lit de mort. Si tu peux m'entendre, ne perd pas cette lumière. Reste comme tu es, quoi qu'il arrive... Je te fais confiance...

Ahh... Je me souviens. Je me souviens Nozomi. Quand tu m'as dit de montrer ma tendresse, mon amour. Peut-être que j'aurai dut, car cela semble être la seule force qui me permet d'être encore présent dans ce monde. J'aimerais le dire aujourd'hui, le crier, le hurler, mais je ne peux pas. Je ne peux plus. Plus rien est possible lorsque l'on ressent ce froid. Je dois accepter maintenant, de me murer à jamais dans le silence. Seul toi, maintenant, tu sais...

Mon regard se perd dans le noir. Je ne vois plus, mais je te ressens. J'imagine t'a peau, Miko, ton visage. Toi qui m'as ôté mon fardeau en m'ôtant ma vie. J'ai cru en toi, je crois en toi, et, lorsque je serai chez moi, je continuerai de croire en toi. J'ignore tes raisons, j'aurai aimé mieux te connaître, avoir une réponse, mais même si tu me le disais aujourd'hui, je n'entends plus qu'un simple bourdonnement. Mais même si je ne vois plus tes lèvres et que je n'entends plus ta voix, je peux t'entendre me dire que ma main devient froide. Tout ce que je peux te murmurer avec mes forces, c'est un simple...

    « Merci... »


Ma main... Je ne ressens plus que ta peau. Je te tiens encore le poignet n'est-ce pas ? C'est chaud. Permets-moi de te tenir la main, toi à qui je donne mon fardeau. Écoute mes dernières paroles, ou écoute mes dernières pensées. Sache que je ne souhaite pas mourir inutilement, alors revendique ma mort. Retourne à Konoha, sauve Konoha. Mon village... Non, notre village se meurt. Sauve-le.

Deviens Hokage. Reprends les rennes qu'Onpu a délaissés. Seul toi peux prétendre à ce poste, je le sais, c'est au fond de mon corps. Je fus Intendant, c'est ce qui me mena à ma perte. Mais toi, tu as les épaules plus solides que moi, oh oui, bien plus solide et taillée pour ce rôle. Tu es maintenant une héroïne, personne ne te le refusera. Et si ma mort te permet de faire renaître la volonté du feu, alors fais-le. Autorise-moi à partir avec cette douce idée de voir ma mort sauver mon village... Toi qui m'as ôté la vie, me le permets-tu ?

Quant à vous, membre du Shôraizen, vous devez vivre. Ne cherchez pas vengeance, prenez mon histoire en exemple. Ma mort doit vous servir, comme celles que j'ai commises mon servis. N'ayez pas de pitié, ne ressentez pas la tristesse. Votre volonté, cette volonté que je vous ai transmise, cette famille que j'ai réunie pour vous, ne la détruit pas. Ma mort vous délaissera de mes crimes. L'avenir vous appartient. Vous êtes ma fierté, tout ce que je n'ai jamais réussi à faire. Vous avez réussi, là où j'ai échoué. Je n'ai aucun mérite, il vous revient de plein droit.

Mais, je ne connaîtrais jamais le résultat de ce rêve. Mon dernier rêve. Ah... Je l'entends. Oui, je l'entends. Elle est là, elle me regarde, elle me sourit. Elle m'accueille comme un vieil ami qu'elle a souvent côtoyé, qu'elle a toujours suivi depuis sa naissance. Le froid, ce froid, se transforme en une douce étreinte... Je sens le sceau de ma poitrine se défaire, laissant apparaître le métal froid que j'ai fièrement servi pendants plusieurs années. Karasu Tsumei, vieil ami qui signa le début de ma fin, c'est donc ça, ce que tu as ressenti pour me permettre de vivre les précieux mois qui ont suivi ?

Petite Soeur, j'ai échoué. Je n'ai pas construit le monde qu'on rêvait nous deux, sous le vieux arbre dont je ne me rappel plus le nom. On ce l'était promis, mais je n'ai pas réussi. Ahh... Mais n'est-il pas trop tard pour le regret ? Ah... Si, il est bien trop tard. Il est trop tard pour tout désormais.

Sauf pour mourir.

Précision:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptySam 21 Mar 2015 - 4:13

L’opération était sur le point de débuter. Mon souffle était saccadé, la fatigue commençait à se ressentir. Peu à peu, mes forces diminuaient, signe que mon l’apport fulgurant d’énergie que m’octroyait mes sceaux touchait à sa fin. Il me restait encore un peu d’énergie... plus grand-chose. Mais tout était fini, il n’y avait plus à s’en faire. Les Ailes de la Liberté étaient sortis victorieuses... si seulement.

J’observais l’Aburame faire, alors qu’elle me demanda d’aller retrouver le corps de nos deux partenaires, ayant perdu la vie durant cet affrontement. Je ne les appréciais pas, certes. Seulement... malgré tout, je compris. Elles étaient mortes, tout comme tout les autres. Elles faisaient parti, mine de rien, des nôtres. Je comprenais l’intention de Miko, qui était entièrement louable. Et malgré mes différents avec ces deux pestes, je ne pouvais pas les laisser ainsi... elles aussi, ont contribué à notre réussite.

    Compris, j’y vais.


Je détournais de ma position, afin de me rendre vers le dernier endroit où je les avais aperçues... à savoir, avec les enfants. Je marchais au milieu des décombres et des cadavres. Les corps étaient calcinés, complètement noircis par l’explosion. Je détournais le regard, pour ne pas contempler ce massacre une minute de plus, avant de trouver le corps de la première. Annah. Membre du clan Kosobayui... le sort avait été cruel avec elle. Au fond, je regrettais presque d’avoir souhaité sa mort. Avec le recul... je me rendis compte que mes pensées avaient été disproportionnées. Pardonne-moi.

La seconde ne fut pas plus loin. Son corps semblait moins atteint que sa compère, mais sa flamme s’était éteinte. Ironique, lorsque l’on parle d’une Gogyou, rattachée à l’élément aquatique. C’était d’ailleurs, sans doute, cet élément qui avait préservé son corps de la puissance de la déflagration. Malheureusement, ça n’avait pas été suffisant. Toi aussi, Sera, pardonne-moi.

Difficilement, je portais sur mes épaules le poids des deux jeunes filles. Au vu de mon état, et de mes blessures... c’était bien plus compliqué que prévu. À chaque pas, je sentais que je puisais dans mes dernières ressources. Rares sont les fois où j’avais été aussi amoché... enfin. Il était temps de retourner auprès de Seitô, et de Miko, pour mettre fin à cette mission. Partir, et annoncer au reste de l’organisation que nous étions sortis victorieux.

Seulement... cela n’allait pas se passer comme ça. Un tout autre spectacle m’attendait.

Alors que je revenais... je vis d’abord Miko, qui se tenait éloignée de Seitô, qui était toujours à terre... quelque chose n’allait pas. De nouvelles blessures étaient apparues, et il semblait... il semblait...

    S... Seitô... ?


Mon regard se tourna immédiatement vers l’Aburame, cherchant à comprendre. Je voulais savoir ce qu’il s’était passé. Comprendre la situation... pourquoi... était-il...

    Kohei … Ne m’oblige pas à faire cela… Je ne souhaite pas te blesser également... Contrairement à Seitô tu n’es pas nécessairement condamné. Abandonne cette folie qu’il t’a insufflé depuis qu’il est devenu ton maître…


Me blesser... également ? Condamné ? Ce serait... son oeuvre ? Pendant de longues secondes, mon regard ne la quitta pas. Du moins, c’est ce qu’on pourrait penser... j’observais le vide, mon regard s’était perdu dans le néant. Des murmures s’échappaient de ma bouche, d’une voix tremblante, tout comme le reste de mon corps. Les corps des jeunes filles vint, à leur tour, joncher le sol. Un bref instant, je regardais mon maître, à terre... il n’y avait pas de doute à ça, il était... mort. Ou plutôt, il a été tué. Miko avait mis fin à ses jours... pour quelle raison ? Comment ? Pourquoi ? Que de questions, auxquelles je ne trouvais pas de réponse...

Que faire ? Je ne savais pas... mon corps tremblait... comme une feuille. Je ne m’étais plus retrouvé dans un tel état depuis bien des années... non, il n’était pas mort. C’est impossible... pas lui...

    Pourquoi... ?


Quelques mèches tombaient devant mes yeux, obscurcissant mon visage... je regardais l’Aburame, avec fureur. Je sentais le peu d’énergie vitale qui me restait se déchaîner dans les moindres parcelles de mon corps. Cette femme... était mon alliée. Et pourtant... elle avait retiré la vie d’un être cher. Sans doute même de l’être le plus cher que j’avais, sur cette Terre. Des larmes coulaient, alors que ma respiration s’accéléraient. Je ne cessais de me répéter cette simple question...

    POURQUOI ?!


La tristesse, la colère. Tout se mélangeait... alors que je sentais le goût métallique du sang exalter mes papilles. La pression était-elle que mes dents se refermaient avec force sur mes lèvres... non, rien de tout ceci n’était un rêve.

Un cri de fureur, alors que ma douleur réveilla, une nouvelle fois, la Marque de la Souffrance. Une déferlante de chakra anima mon corps, encore une fois... sauf que je me sentais déjà sombrer... mes limites semblaient atteintes... non. Pas après ça. Je puisais dans mes dernières réserves pour la charger avec fureur, et me diriger droit vers elle. Sur le chemin, je la vis manipuler ses insectes, pour en finir avec moi également. Bien que difficilement, j’esquivais l’attaque dans ma course, bien que quelques bestioles ne me ratèrent pas.

Arrivé à son niveau... je voulais en finir, me venger. Tout ce qui me restait de mon énergie se canalisa dans mon poing, qui s’abattit avec furie sur son visage.

Le coup était d’une puissance inouïe, et pourtant...

    Non... comment...


Elle n’avait pas bronché. J’en ignore la raison, et j’étais bien trop diminué pour analyser correctement la situation, mais elle avait encaissé l’attaque sans même avoir été inquiétée un minimum. Cependant, l’inverse n’était pas vrai : elle m’envoya valser avec puissance, en un coup de pied. Mon corps roulait sur le sol... proche de mon maître.

Il n’y avait... rien à faire. Mon corps ne répondait plus... j’étais proche de l’inconscience. Tant bien que mal, rampant à même le sol, j’essayais de m’approcher de Seitô... mes paupières étaient lourdes, mon corps était vidé de chakra... l’Aburame pouvait m’achever quand bon lui souhaitait. Hngh...

    Seitô... désolé...


Malgré tout ce qu’il m’avait appris, malgré tout ses entraînements... j’étais incapable de le venger. Il m’avait beaucoup appris. Avec lui à mes côtés, j’avais grandi... j’avais évolué. Tout ce que j’avais vécu, je lui devais. Toutes les bonnes choses, comme les mauvaises... encore une fois, je lui devais. Il m’a formé depuis mon plus jeune âge, il a été celui qui m’avait mis sur le droit chemin... celui que j’ai pris pour modèle, durant toutes ses années. Celui que j'ai toujours rêvé, un jour de surpasser, afin qu’il soit fier de moi... seulement, le destin en avait décidé autrement. Non... je ne pouvais pas l'accuser. C'était ma faute... mon impuissance avait causé notre perte, à tous les deux...

Ton enseignement était dur, mais je l’ai suivi... à chaque échec, la punition était de taille. C'était dur, mais je te dois beaucoup aujourd'hui. Je regrette seulement de ne pas avoir pu te sauver à temps... j’avais échoué dans ma mission. Et l’échec méritait sanction, selon ce que tu m’as appris. Alors si tout se termine ici... qu’il en soit ainsi.

Je vis, du coin de l’oeil, l’Aburame s’approcher, alors que je vis autre chose, qui brillait sur la poitrine de mon maître. Difficilement, je pus apercevoir un symbole, gravé sur un bandeau. Ma vision devenait floue, mais je pouvais encore le voir... Konoha. La Feuille... ? Elle était là... depuis le début... ? Mais alors...

Mon regard quitta progressivement ce bandeau, ainsi que le visage de mon maître… je n’avais plus la force nécessaire, pour rester éveiller. Ma tête vint heurter doucement le sol, et mes paupières se refermaient, tout aussi lentement... ma vision trouble devint alors néant.

J’ignore ce qu’il va advenir de moi. Mais une dernière fois... excuse-moi… et merci... pour tout.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tatsuo
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] EmptySam 21 Mar 2015 - 16:01

Il avait esquivé avec une facilité déconcertante ses insectes. Les forces du désespoir hein. Mais elle admettait avoir joué la sécurité pour cette fois aussi elle attendit tout simplement qu’il soit sur elle, se préparant à l’assaut, campant sur ses positions en utilisant quelque peu sa maitrise du Doton au moment de l’impact. Son visage … Il avait véritablement frappé pour en finir. Mais ce n’avait pas été assez. S’avançant calmement vers le duo, l’Aburame les regarda. L’un était maintenant mort, l’autre sombrait dans l’inconscience. Un détail attira néanmoins son attention.

Le bandeau. Konoha. Tout ce temps scellé près de son cœur. Quelle ironie. Mais le masque qu’elle avait revêtit alors que Kohei chargeait dans sa direction ne laissa rien transparaître. S’apercevant que Kohei l’avait remarqué et en avait été troublé avant de s’effondrer, l’Aburame relâcha la pression. C’était fini. Elle était la dernière debout. Regardant alentours elle s’interrogea. La dernière survivante ? Elle lança alors un regard en direction de Kohei dont elle devait encore déterminer le sort.

S’agenouillant à côté de Seitô, elle fit attention à ne pas toucher directement son sang. Il l’avait prévenu. Retirant délicatement le bandeau de sa poitrine, elle le regarda un moment. Il était comme neuf. Le soleil se reflétait sur la plaque métallique. C’était cette lueur qui avait attiré son regard. Konoha … Non. Elle avait tourné la page, enfin devait le faire. Posant le bandeau à côté, elle s’appliqua à reformuler les mudras qu’elle avait appris à l’époque de la Guerre contre Makka.

La technique de scellement d’âme. Elle ne pouvait prendre le risque de voir Seitô revenir. Irina la nécromancienne, Daken et les innombrables nécromanciens parcourant le monde. L’Edo Tensei … une technique redoutable. Mais plus que tout, Seitô méritait de trouver la paix. De ne plus être rappelé pour combattre une nouvelle fois. Il avait été une arme toute sa vie, c’était à elle de veiller qu’il n’en soit pas une à sa mort. Les mudras terminés elle scella son âme dans un parchemin. Elle le cacherait bientôt en lieu sûr. Mais maintenant n’était pas le moment. Nouveaux mudras et un murmure.

    Désolée.


Et le corps de Seitô disparut, ne laissant à sa place qu’une mare de sang qu’elle scella également. Son sang était un poison des plus mortels … Elle lui ferait hommage à sa façon en tant que scientifique et empoisonneuse. Concentrée dans sa tâche et la finalisation de celle-ci elle se redressa enfin, son masque qui avait si bien caché ses émotions jusqu’à maintenant se fissurant légèrement alors qu’elle regardait Kohei. Un élève trahi. Seul. Qu’allait-elle faire de lui ? Elle l’avait vu à l’œuvre. Sa soif de sang était à l’image de celle de son maître. Et pourtant … sans lui … cette lueur dans son regard …

* * * * *

Kohei,

Je ne te demande pas pardon pour mes actions et pour mes choix. J’aurais aimé pouvoir discuter avec toi, afin de t’expliquer mon point de vue, de te le faire partager. Mais je sais que ce n’est plus possible. Pas après ce que je vous ai fait à toi et aux membres du Shoraizen qui à ton image suivaient aveuglément -je l’espère-, Seitô. Tu l’auras compris, j’ai trahi ton maître … tout comme lui a trahi à mes yeux les idéaux qu’il défendait jusqu’à maintenant.

Le Temple, le pays de la Foudre, l’incident à la base … ce massacre. Peut-être ne l’auras-tu pas remarqué mais Seitô a changé. En bien ? Je ne pense pas. Et même si lors de notre rencontre ici même à Yu no Kuni ses mots m’avaient conquis, la déchéance dans laquelle il a commencé à tomber progressivement n’a fait que les entacher. Je ne connaissais certes pas tous les détails. Mon jugement et son application te sembleront peut-être injustes mais je reste convaincue que Seitô malgré ses bonnes intentions vous entrainait vous tous dans sa décadence.

Il m’aura avoué avant la fin qu’il était trop tard pour lui d’avoir une seconde chance. Quelles attentes peut-on avoir d’un homme confessant être déjà condamné et s’enfonçant doucement mais sûrement dans la folie ? Bien assez tôt, si ce n’était pas déjà trop tard, vous vous seriez sans doute aperçu de la véracité de mes propos. Mais je suppose qu’il n’existe plus de moyen de vérifier mes dires… Sache en tout cas que je me porte seule responsable de mon verdict : la condamnation d’un homme qui s’était condamné lui-même.

Nous nous reverrons probablement. Viens me trouver quand tu auras fait ton choix.

Miko

PS : Je ne sais ce qu’il adviendra du Shoraizen. Mais je reste persuadée d’une chose : s’il survit à la mort de Seitô, il en ressortira plus fort qu’il ne l’aurait jamais été sous son égide. Plus fort, mais surtout plus vrai.


Pliant la lettre, elle la rangea sous la plaque métallique du bandeau qu’elle laissa dans la main de l’Hyô. Profitant du frôlement pour faire tomber l'un de ses petits scarabées sur la peau du garçon. Elle regarda un instant celui-ci s'enfoncer sous l'épiderme de l'adolescent via l'une de ses plaies avant de se redresser. Levant sa main à hauteur des yeux elle en regarda le dos. Plus de tatouage. Le symbole du Shoraizen avait disparu tout comme son fondateur. Une fin ou un renouveau pour eux ? Seul l’avenir le lui dirait. Mais et pour elle ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'épée du Dragon contre les Ailes de la Liberté [Kôhei & Miko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yu no Kuni :: Base du Shôraizen-