N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyMer 31 Déc 2014 - 15:41

Lors de la réunion, Nozomi avait exposé une idée en tant qu'Uma : effectuer un examen médical afin de récolter un maximum d'informations sur tous les membres du Shôraizen. Dans l'objectif de faire des fiches médicales identitaires les plus complètes possible. Ce qui permettrait de palier aux risques d'infiltration de la base, en prenant l’identité de l'un de leurs membres. Posséder plus d'informations sur soi-même que l'ennemi, c'était cela le but final.

Dès la fin de la réunion, la femme médecin s'était rendue dans le local qui lui servait à recevoir ses patients. Là, elle avait préparé la pièce. Elle y avait amené plusieurs tubes d'essais, ainsi que des seringues. Elle avait positionné une balance ainsi que de quoi mesurer la taille d'une personne. Puis elle avait prévu plusieurs rouleaux de rechange, à mettre sur le siège où elle recevrait les personnes. La jeune femme avait aussi vérifié qu'elle possédait de quoi soigner les petites blessures, afin de ne pas gaspiller inutilement son chakra. S'il y avait des choses à soigner qu'elle pouvait faire ainsi, elle n'allait pas s'en priver. Pansements, compresses stériles et bouteille d'alcool prirent donc place dans un tiroir. Elle vérifia également qu'elle avait assez de papier de crayons afin de noter ses remarques et les choses à retenir. Un petit réfrigérateur avait été amené dans un coin de la pièce pour garder les échantillons au frais.

Ensuite, elle se rendit à l'hôpital. Elle y convoqua les médecins et leur exposa son projet. Ils allaient devoir se préparer aussi à recevoir toutes les personnes présentes dans la base. Tous ceux qui composaient le Shôraizen. Eux aussi. Et pour leur montrer ce qu'elle attendait d'eux, elle fut la première à y passer. Elle nota donc son poids, sa taille. Sa couleur de cheveux et des yeux. Ainsi que plusieurs détails. Comme le fait qu'elle portait des tatouages, ainsi que des brûlures y étaient cachées en dessous. C'était surtout ce genre de détails qui n'en étaient pas vraiment, qu'elle voulait obtenir. Tout ce qui permettrait de différencier le vrai du faux. Elle n'était pas très à l'aise de se montrer en sous vêtements, mais il fallait bien montrer l'exemple.

Elle fit ensuite passer l'examen aux médecins eux mêmes. Et leur préleva du sang, comme elle se l'était fait à elle aussi. Tout fut rangé et étiqueté afin d'être analysé par la suite. Puis elle leur demanda de préparer leurs salles, ainsi que de prévenir la « population ». Tout le monde y passerait, du nouveau né jusqu'au vieillard. Même si elle doutait fortement de la présence de l'un ou de l'autre de ces deux exemples parmi les déserteurs.

Après les médecins, les Aizuyakes seraient les premiers à y passer. Tsugurike y compris. Nozomi laissa alors ses homologues se préparer. Elle reviendrait vers eux quand elle en aurait terminé. Elle retourna donc au palais, puis demanda au Yamanaka de prévenir les autres via la bague : ils étaient conviés à venir les uns après les autres afin qu'elle puisse les recevoir. Peu importait l'ordre, l'important était qu’il passent tous.

Dans la pièce, elle vérifia une dernière fois qu'elle ne manquait de rien. Mais elle avait l'air de posséder tout ce dont elle avait besoin. Ce qui ne l'empêchait pas d'être nerveuse. Jamais elle n'avait eu à faire ça à si grande échelle. D'accord, ils n'étaient certainement pas aussi nombreux qu'un village. Mais il y avait tout de même un peu de monde. Et être responsable de leur santé à tous était tout de même n sacré poids sur les épaules. Elle se devait de rester confiante : elle avait déjà été médecin dans le hameau où elle habitait, après tout. Elle prit donc un profonde inspiration pour se donner du courage, et alla ouvrir la porte. Puis elle vint s'asseoir derrière le bureau et attendit le premier ou la première de ses patients.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
avatar
Matawa
Informations
Grade : Nukenin Rang B+
Messages : 406
Rang : B+

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyMer 31 Déc 2014 - 21:42


Se matin là, Matawa s’était réveillé pour la première fois depuis longtemps dans sa chambre d’Aizuyake après une bonne nuit de sommeil qui le revigora au plus haut point. Se que le confort d’un vrai lit avait pu lui manquer… Il n’y avait même pas pensé durant son excursion à l’extérieur…

Bien reposer, il s’était fait un petit déjeuner en vitesse avant de visiter la salle d’entrainement où l’attendait ses deux anciens partenaires Tenzin et Asami qu’il avait contacté la veille après sa petite discussion avec Seitô. Reprendre contact avec eux avait été plus facile qu’avec le Sabakyô, même si celui-ci avait démontré plus de compréhension que sa cousine et son ami, enfin bref. L’entrainement dura un bon moment avant que sa bague ne vibre sous l’appel du Yamanaka national, une chose qui ne le surprit qu’à moitié en fait, il s’était attendu à un message de sa part plus rapidement que cela pour tout avouer.

Mitiger envers son ami et frère, il avait automatiquement arrêter le coup de poing qui arrivait vers lui de sa main libre et expulser Tenzin au sol alors qu’un clone s’occupait de la fille et les écarta ensuite pour lui laisser le temps d’écouter le discourt qui ne lui était pas spécifiquement adressé. Puis le message quasi robotique de son ami lui appris la situation spéciale qui changerait la donne aujourd’hui, s’était l’heure de la visite médicale. Une des Aizuyakes était médecin et faisait un examen à tous les membres sans exception. C’était une occasion en or de non seulement montrer, qu’il était de retour, mais également qu’il s’investissait en plus de pouvoir rencontrer, enfin, les autres membres spécialement choisit par son maitre. Il serait le premier à la rencontrer.

- Bonjour Hiriko, ça fait un moment, peut-tu passer le message aux concernés, je me dirige déjà vers la sale, j’y suis dans trente secondes et je passe le test, merci !

Il reçut la réponse directement, il serait donc le premier à rencontrer cette Nozomi, alias le Uma de l’organisation. Il avait hâte, car la curiosité le titillait depuis qu’il savait que lui et Kôhei n’étaient pas les seuls à avoir reçu des bagues en tassant le Yamanaka et la démone aveugle.

S’habillant en vitesse, il tourna le coin d’un couloir et trouva finalement la bonne porte, toqua un coup ou deux, puis selon la voix féminine qui lui confirma qu’il était attendu, entra.

La pièce était chaleureuse, du moins autant que pouvait l’être une salle d’examen. Il se présenta jusqu’à la femme à la longue tignasse et au divers tatouage, la dévisagea un moment puis souris en voyant les marques et la qualité de l’encre utilisée pour ses motifs.

Tendant sa main baguée vers l’Uma, l’Inu se présenta.

- Enchanté, je suis Hyô Matawa, mais également l’Inu.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyMar 13 Jan 2015 - 20:57

Le premier membre à venir ne se fit pas attendre longtemps. La jeune femme était à peine installée sur son fauteuil qu'on frappa à la porte. Elle indiqua d'entrer à la personne. Et celui qui vint vers elle était le seul porteur de bague qu'elle n'avait encore pas rencontré. Voilà une bonne occasion. E puis après tout, c'était aussi un peu pour ça, cet entretien. C'était pour connaitre les personnes de sa "famille proche". Même s'il était certain qu'il y avait mieux, comme endroit où discuter. Et moins gênant, aussi. Vu ce qu'elle allait leur demander...

Il se présenta à elle. Lui indiquant son nom ainsi que son grade. C'était un jeune homme blond, aux cheveux mi longs. Ses yeux dorés auraient pu faire penser à un Jisetsu. Nozomi en avait rencontré deux, et elle connaissait donc ces pupilles. Il avait également plusieurs tatouages le long de son corps, tout comme elle. Il était du même clan que Kôhei, de ceux qui contrôlaient l'encre. Son rôle à lui était de suivre Seitô comme son ombre, afin de le protéger si besoin. Un rôle très important aux yeux de Nozomi, puisqu'elle tenait à cet homme. Elle se leva et serra la main tendue.


- "Je suis Myouga Nozomi, et aussi l'Uma. Je m'occupe du service médical au sein du Shôraizen. Mais ça j'imagine que tu le sais déjà."

Elle accompagna sa dernière phrase d'un petit sourire. Puis elle vérifia que la porte était fermée, avant d'inviter le Hyô à prendre place sur le fauteuil qu'elle lui présentait. Pour sa part, elle se posa de nouveau sur celui qu'elle occupait quelques instants auparavant. Elle e saisit d'un stylo, et écrivit sur la feuille vierge présente devant elle: "Hyô Matawa, Inu." Puis elle posa l'objet et regarda l'homme en face d'elle.

- "Bien. Je t'ai donc convié ici afin de te faire passer un examen médical complet. Taille, poids, âge, prise de sang que j'analyserais plus tard, détails particuliers... Je veux tout savoir de toi!"

Elle lui adressa un nouveau sourire, afin de le mettre à l'aise.

- "Plusieurs des membres du Shôraizen sont des déserteurs de Konoha. Et il se peut qu'ils veulent nous infiltrer en prenant l'apparence de l'un d'entre vous. C'est pour cela que je dois posséder plus d'informations qu'eux. Je sais que ça peut être gênant, surtout que je vais te demander de te déshabiller afin de t'examiner... Mais toute la base y passera, et seuls Seitô ainsi que quelques rares personnes auront les dossiers complets."

Elle jeta un coup d'oeil à la table d'examen pour vérifier une énième fois que rien ne manquait, puis regarda de nouveau Matawa.

- "As-tu des questions, ou des détails que tu aimerais vouloir me dire? Sinon, nous pouvons passer à la suite."

Elle attendait maintenant une réaction du jeune homme. S'il était prêt, ils allaient pouvoir commencer l'examen. Sinon, elle répondrait à ses éventuelles interrogations. Elle n'était pas à la minute prêt, et pouvait prendre le temps de le rassurer sur quelques points si besoin était.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
avatar
Matawa
Informations
Grade : Nukenin Rang B+
Messages : 406
Rang : B+

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyMar 13 Jan 2015 - 21:41



Cette Nozomi était directe et il aimait cette qualité chez elle, en plus de son professionnalisme, elle était donc digne de confiance à ses yeux. Sans vraiment porter une attention particulière, il ne répondit que d’un hochement de tête quand elle laissa sous-entendre se qu’elle était. Oui, il avait déjà entendu parler d’elle et s’était également occupé de sa propre petite enquête, se qui était tout naturel vu qu’elle côtoyait l’homme qu’il devait protéger.

- Pas d’objection, en fait, rien de tout ceci ne me gêne, tu comprendras pourquoi dans un instant.

Dit-il avant de se rendre dans un coin de la pièce ou un support recevrait rapidement tout se qu’il portait. Kimono pantalon caleçon et même ses chaussettes, tout. Il n’était pas pudique pour un sou. Nu comme un vers, il se retourna comme si de rien n’était et s’approchât de l’Uma afin de lui donner une meilleure vue.

- Comme tu peux le voir, j’ai beaucoup de tatouages, ceux au poignet sont de ma conception, j’en ai un à un doigt qui est un fuinjutsu légué par Hyô Fune et qui semblerait être l clé d’une sorte de serrure encore introuvable, ensuite la marque du Shôraizen sur mon avant-bras, celle-là pas besoin de t’expliquer sa fonction, j’imagine… L’épaule ou un cercle représente la vie et un renard a l’intérieur.

Prenant une petite pause pour laisser sa camarade tout écrire, il reprit quand il vit qu’elle pouvait recommencer.

- Je suis un disciple du culte du renard, bien que je ne pratique plus depuis des années, cette sorte de religion ou secte a une très grande importance dans ma vie. Ensuite, pour continuer sur l’encre, se gros tatouage qui recouvre quasiment tout mon corps est probablement la marque la plus… Effrayante que je puisse posséder. Je suis un Hyô et un pratiquant du Fuînjutsu donc je devrais être capable de le retirer, mais impossible… C’est un certain Aare qui m’a fait se (cadeau). Tu es la seule avec Seitô à savoir que cette foutue marque est ma malédiction.

Prenant un autre moment, il se frotta les tempes, puis décida de lui révéler le malheur qui l’accompagnait.

- Je... Enfin, depuis, je ne contrôle plus l’encre… Le reste est intact, mais cette marque semble avoir absorbé toute capacité héréditaire… Bref, sinon j’ai encore quelques tatouages vestige de mon passé glorieux.

Dit-il en gloussant, comme si la nouvelle pourtant accablante ne l’affectait pas. Mais pour tout dire, après la période d’inquiétude il s’était habituer, quelques semaines s’était écoulé depuis la perte de ça capacité, mais il sentait que se n’était pas pour rien, comme si se cadeau comme lui avait dit le jeune homme était destiné à le rendre plus fort d’une certaine façon.

- Après les tatouages, aucune tache de naissance, j’ai des piercings aux oreilles et à la langue, mes cheveux son naturels et j’ai tout ça…

Dit-il en se retournant pour lui dévoiler son dos, un dos maculé de multiple cicatrise, toutes plus horrible les unes que les autres, témoignant d’un passé horrible, mais aussi d’une résistance et constitution hors norme. Comment avait-il réussi à survie à tant de marques ? S’était un mystère et même pour lui.

- J’ai été un agent double qui se faisait passer pour un esclave durant près de dix ans et avant que tu ne le dises, oui ça m’a fait mal, mais rien au monde ne m’aurait apporté une meilleure couverture… Je crois que c’est tout… Oh et mes yeux. Pupille dorée du clan Jisetsu, seulement j’ignore si elles se réveilleront un jour.

Voyant que l’examen physique était terminé et que chaque parcelle de son corps fut étudiée, il se rhabilla avant de reprendre.

- J’ai aussi un Fuînjutsu dans la bouche, au cas où je ne l’aurais pas encore précisé. Question d’être prêt à toute éventualité. Pour le reste, passe-moi une feuille je vais te griffonner les tailles mesures et, etc.

Puis, il revint s’asseoir en face d’elle et tout en joignant les mains, décida de retourner un peu les questions.

- Maintenant, pendant que je t’ai pour moi tout seul, j’aimerais que tu me répondes honnêtement. Ne le prends pas mal, mais c’est de mon devoir d’être aussi méticuleux dans se que je fais et j’ai déjà fait mes recherches sur toi, comme toi probablement. Seitô ne semble que dire du bien de ta personne et passe beaucoup plus de temps sur tes dossiers que sur ceux des autres. Il te connaît d’avant et c’est aussi pourquoi tu a reçu une bague directement, mais je me demande si moi je peux te faire confiance, j’ai cru comprendre qu’outre une maitrise simpliste du Suiton, tu n’es pas une Shinobi, mais bien qu’une simple docteure qui se soucie un peu de tout le monde. Dans le monde auquel on appartient, le combat est une chose que nous ne devons pas négliger, es-tu capable de te défendre, de combattre ? De prendre des coups et des décisions qui favoriseraient Seitô et l’organisation ? Si tu avais le choix entre sauver dix vies humaines lambda et celle d’un membre de l’organisation que choisirais-tu ?

Sérieux, il la regardait de son regard percent et bien qu’il n’en ai pas le droit, il se savait capable de lui trancher la gorge ici et maintenant si ses mots n’étaient pas ceux qu’il voulait entendre. Nozomi était en face de son test à lui et la confiance qu’il allait lui accorder en découlerait.


Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyJeu 15 Jan 2015 - 15:09

Nozomi avait à peine terminé de parler qu'il lui annonça qu'il n'avait pas d'objections. Il se leva et alla se déshabiller dans un coin de la pièce. Elle quitta également sa chaise et l'attendit à côté du siège d'examen. Et c'est assez surprise qu'elle le vit arriver, nu comme un ver. C'est vrai qu'elle avait oublie de mentionner qu'il pouvait garder ses sous-vêtements. Elle devait certes l'observer sous tous les angles, mais pas à ce point là, tout même. Elle espérait que si un espion prenant l’apparence de l'un d'entre eux, ils n'auraient tout de même pas à vérifier ces endroits précis. Mais cela ne semblait pas vraiment le gêner. Il l'invita même à l'observer puisqu'il lui parla de ses divers tatouages. Elle l'écouta donc, regardant les endroits qu'il lui montrait. Puis il en vint à parler de l'étrange marque qui recouvrait son dos. Il avait les capacités pour l'enlever et pourtant, il n'y était pas parvenu. De plus, il avait perdu ses pouvoirs héréditaires.

- "Intéressant."

Commenta-t-elle simplement. C'était tout à fait ce genre d'informations qu'il lui fallait. D'autant plus qu'ils n'étaient que deux, trois si on le comptait lui-même, à être au courant de cela. Ou quatre, si l'on considérait que ce Aare savait ce qu'il avait fait en lui posant cette "malédiction". Mais dans tous les cas, c'était quelque chose que les villages shinobis ne savaient pas et c'était donc bon à prendre. Il parla ensuite de ses piercings ainsi que la couleur naturelle de ses cheveux. Elle hocha la tête pour acquiescer. Puis il se retourna pour lui montrer son dos. De nombreuses cicatrices l'ornaient, et ça ressemblait fortement à des coups de fouets. Il ajouta que cela lui faisait mal, étrange. Ce ne devrait pas être le cas si cela faisait longtemps que c'était arrivé. Elle s’approcha de lui pour observer ça de plus près mais avant qu'elle n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit, il passa à un autre sujet.

Ses yeux. Elle avait bien pensé au clan Jisetsu quand elle les avait vus mais jamais elle n'aurait pu imaginer qu'il les possédait réellement. Comment? Pourquoi? Avait-il des appartenances à ce clan? D'après lui, ses yeux n'étaient pas éveillés. Mais pourtant, ils étaient dorés. Un détail qui avait son importance. Et qu'elle ne manqua pas de lui faire savoir.


- "Ils sont déjà éveillés. Sinon ils ne seraient pas dorés. Les membres du clan Jisetsu n'ont les yeux de cette couleur que lorsqu'ils activent leur kinnegan."

Peut-être qu'elle pourrait y regarder de plus près. Il y avait certainement des connections mal effectuées, qui l'empêchait de se servir de ce pouvoir. Mais pourtant, il voyait parfaitement bien. Du moins, c'était l'impression qu'il donnait. Alors, pourquoi restaient-il dorés en permanence, sans qu'il ne puisse se servir du pouvoir qui l'accompagnait? Elle fronça les sourcils. Car une autre hypothèse lui vint à l'esprit. Peut-être qu'il les avait volés. Et qu'un mécanisme de défense s'était activé à la mort du porteur, empêchant quiconque de se servir de ces précieuses pupilles. Ce qui était fort probable. Mais franchement, voler des yeux? Sans être sûr de pouvoir s'en servir? Il la sortit de ses pensées pour lui demander de lui passer une feuille afin qu'il "griffonne" ses mesures. Il s'était également rhabillé. Ce n'était pas qu'elle ne lui faisait pas confiance, mais elle tenait à prendre elle-même ses mesures. Afin d'être sûre et certaine de ce qu'elle notait, et avec les outils à sa disposition. qui serviraient certainement à vérifier, au cas où.

Le jeune homme semblait loin de se douter que deux choses n'avaient déjà pas plu à l'eisei nin. Car il enfonça le clou en lui posant des questions qui étaient pour le moins... Déplacées. Il avait tourné autour du pot, tentant de mieux faire passer la chose de cette façon. Et elle avait attendu patiemment qu'il en finisse. Mais elle se retint de l'envoyer aller se faire voir en dehors de son cabinet lorsqu'elle entendit ce qu'il avait à lui demander. Non seulement il venait de bâcler son examen et donc de minimiser son travail, mais de plus il doutait ouvertement d'elle ainsi que de ses capacités. Elle était loin d'avoir terminé ce qu’elle avait à faire! Il se demandait donc si il pouvait lui faire confiance. Pour sa part, la question ne s'était pas posée. Et non, elle ne s'était pas renseignée sur lui, ni même sur personne, d'ailleurs. Elle avait bien trop de choses à faire pour cela. Et puis elle faisait confiance à Seitô ainsi qu'à son jugement: c'était lui qui avait choisit ses Aizuyakes. Si il leur faisait confiance et les pensait dignes de porter la bague, alors elle en faisait de même.

Mais ce n'était visiblement pas le cas de celui qui lui faisait face. Ce qui était un comble pour celui qui avait le rôle d’obéir sans poser de questions et sans remettre en cause les ordres qu'on lui donnait. Car c'était également cela, son rôle: s'il devait accomplir les missions les plus secrètes, c'était qu'il était censé faire confiance aveuglément. Hors, il remettait en question le jugement de Seitô concernant deux de ses Aizuyake: L'Uma et indirectement donc, l'Inu. Nozomi resta perplexe. Il remettait en question son dévouement pour l’organisation, ses capacités offensives et défensives. Pire encore: il faisait tout cela dans son cabinet, où c'était elle qui était censée y avoir l'autorité. Il avait coupé court à l'examen pour cela.

Elle baissa les yeux. Était-ce donc l'impression qu'elle donnait? Même maintenant? S'était-elle lancée dans une entreprise qui la dépassait? Elle n'était même pas capable de mener à bien un simple entretien... Elle avait toujours fait exprès de cacher ses capacités aux yeux des autres. Mais là, elles étaient remises en cause par quelqu'un qui avait le même grade qu'elle au sein de l'organisation qui avait changé sa vie. Organisation qu'elle aurait surement regretté d'avoir rejointe si elle avait dû passer les nombreux mois à Kaze avec Matawa à la place de Kôhei... Avec lui, elle s'était de suite bien entendue. Mais là, elle avait du mal. Il était le premier à passer, et il doutait déjà d'elle. Qu'allaient donc penser ceux qui n'étaient pas Aizuyake, si même eux doutaient d'elle? Ils ne la connaissaient pas, elle ne venait pas de Konoha. Elle ne venait de nulle part...

Debout dans la pièce, les points serrés, elle se demandait quoi faire. Le paralyser sur place et lui planter une aiguille dans le bras sans ménagement afin de faire la prise de sang? Le dé-sécher comme un pruneau grâce à sa "maitrise simpliste du suiton"? Lui expliquer qu'elle avait survécu à un incendie, plusieurs étranglement, une tentative de viol, une rencontre avec plusieurs furyous, ainsi que diverses autres choses? Lui raconter qu'elle vivait seule depuis de nombreuses années et avait su survivre par ses propres moyens? Lui montrer ses cicatrices, comme lui l’avait fait? L'ignorer et continuer comme si de rien n'était? Mais ce fut finalement la première option qui lui était passée par la tête qu'elle retint: l'envoyer aller se faire voir. Elle leva le bras et pointa son doigt vers la porte. L'intimant du regard de la prendre.


- "Sors de mon cabinet. Tu reviendras quand tu te montreras digne de ta bague et feras pleinement confiance au jugement de notre Tsugurike."

Son ton ne laissait aucune ouverture au dialogue. Pour elle qui avait longtemps vécu seule, les débuts en communauté étaient particulièrement difficiles. Il n'avait certainement pas fait exprès, peut-être même qu'il ne se doutait de rien. Et peut-être qu'elle prenait tout cela trop à cœur. Mais toujours était-il qu'elle était vexée. Et surtout, blessée. Même si elle essayait de ne rien laisser paraitre.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
avatar
Matawa
Informations
Grade : Nukenin Rang B+
Messages : 406
Rang : B+

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyVen 16 Jan 2015 - 18:15



Matawa pouffa de rire à la réplique de la jeune femme apparemment dépasser par les évènements, puis sans partir, il s’assit sur une chaise et l’approchât jusqu’à se retrouver à deux mètres de ça compagne du jour. Il n’allait pas se laisser imposer une demande aussi ridicule, il n’était pas la pour se faire une ennemie, au contraire, et elle ne semblait pas ouverte d’esprit, elle se limitait à la coquille sans avoir le temps d’approfondir la chose en soi.

- Ma pauvre, tu ne devrais pas réagir ainsi, ni remettre se que moi je dis en question. Crois-tu réellement que je remette se que Seitô nous a dit en question ? Ou ses agissements ? Tu te trompes. Si s’était le cas, je t’aurais déjà attaqué depuis longtemps, et se sans me présenter.

Tout en avançant sa bague un peu plus près, il la présenta à la femme médecin avec l’intention de lui donner une petite leçon d’huilier.

- Tu sais, je suis apparemment digne de cette bague, car Seitô lui-même l’a glissé à mon doigt, mais… peut-être remets-tu ses choix en question ?

Finit-il par dire avec un ton moqueur.

- Écoute, je ne te connais pas, tu ne me connais pas, rien ne nous oblige à nous aimer, mais je peux t’assurer que si notre première rencontre se serait déroulée sur un champ de bataille, je t’aurais mis ma vie entre les mains sans hésiter, tu fais partie de la famille et même si mes méthodes son brusque, sache que j’aurais passé tout le monde à la moulinette comme je viens de le faire avec toi. Apporter une personne dans un état inconfortable comme je viens de le faire, en soulignant des signes quelque peut stéréotyper peut m’apporter un jugement plus fidèle de la personne face à sa réaction et je vois bien que tu es affecter par se que je viens de dire. Tu aurais pu me répondre de bien des façons, mais éviter de répondre à mes questions ne fait qu’amplifier l’aura de mystère que tu projettes. Pourquoi pas simplement répondre ? Je n’ai pas une lame sous ta gorge ? De plus se sont des questions simples que tu aurais pu éviter d’éluder et qui m’aurait permis de penser que tu es une femme forte, confiante et sur de toi. Pour le moment, j’ai l’impression du contraire, mais mon but n’est pas de te trainer sur le bucher, il est simplement de voir comment tu réagis face à cette petite mise en scène. Je dois protéger Seitô et souvient toi, que pour une protection maximale, même l’interne peut être suspecté.

Matawa se leva de sa chaise afin de reprendre tous ses biens. Elle venait de le décevoir cette petite, il aurait préférer qu’elle ne joue pas les martyrs, ils avaient tous eu une vie difficile, mais elle… Elle voulait préserver quelque chose alors qu’elle demandait à tous de se mettre à nue devant elle. Quelle hypocrite, voilà se qu’il pensait d’elle. Elle aurait dû lui faire confiance, car lui l’avait fait, il s’était simplement amusé à la troubler un peu, afin de voir comment elle réagirait et s’était réellement décevant.

- À moins que tu ne répondes à mes questions, j’en ai terminé avec toi pour aujourd’hui, ça ne veut pas dire que je ne t’aime pas, mais bon, tu n’a pas passé mon petit test bella.

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptySam 17 Jan 2015 - 14:01

Le doigt toujours tendu vers la porte, elle attendait qu'il sorte. Mais il n'en avait visiblement pas l'attention. Il continuait à la défier. A remettre en cause son autorité dans son propre cabinet. Il voulut même lui donner une leçon en disant qu'elle ne devrait pas réagir ainsi. Qui était-il pour se permettre de lui dire cela? Pire encore, il lui annonçait qu'il se serait permit de l'attaquer si ce n'était pas Seitô qui l'avait invitée. Ainsi donc, ce type était du genre à attaquer n'importe qui sans aucune raison valable, juste pour son bon vouloir. Alors qu'elle ne faisait que son travail. Car, elle, elle le faisait! Et lui, qu'avait-il fait? Mis à part douter des autres membres de l'organisation dont il faisait partie? Il n'avait même pas participé à la réunion! Se croyait-il au dessus de cela, pour se permettre de ne pas venir? En plus de se permettre de juger les choix de Seitô?

Et c'est lui qui insinua qu'elle doutait de ses choix... Lui montrant sa bague. Qu'est ce que ça pouvait bien lui faire? Elle aussi elle en possédait une, et alors? Et à elle aussi c'était leur chef qui lui avait passée. Il y avait-il une autre personne habilitée à le faire d'ailleurs? Pas à sa connaissance. Alors pourquoi s'en ventait-il? Ce type était imbu de lui-même! Incroyablement présomptueux. Surtout avec le ton qu'il empruntait. Il se moquait ouvertement d'elle... Comment avait-il réussi à entrer au Shôraizen? Il était complètement différent des deux qu'elle connaissait déjà. Il devait certainement posséder des qualités. Mais lesquelles? Pour l'instant, il ne lui avait rien montré de bon, en tous les cas.

Puis il changea de ton. Et elle baissa le bras, lassée de le garder levé pour rien. Elle restait cependant toujours sur ses gardes et debout. Il avoua que ses méthodes étaient "brusques". Ce n'était pas peu de le dire. N'apprenait-on pas à avoir du tact, dans les académies shinobis? Pourtant, il avait certainement dû côtoyer bon nombre de personnes, à Konoha. Et donc apprendre à vivre avec, ainsi qu'à se tenir en présences d'autres personnes. Et surtout, à ne pas agresser de cette manière quelqu'un qu'il ne connaissait pas. Surtout qu'il n'avait aucune idée dont la manière dont elle aurait pu réagir. S'il se comportait comme ça dans son village, ce n'était pas étonnant qu'il avait déserté. Car il ne devait pas y avoir beaucoup d'amis, au contraire. Peut-être qu'il devait les marques dans son dos à son comportement.

Elle chassa cette idée de son esprit. Il continuait de parler. Il se demandait pourquoi elle n'avait tout simplement pas répondu au lieu de se braquer comme elle l'avait fait. Il parlait d'une aura de mystère. Et du fait qu'il voyait qu'elle était affectée par ce qu'il avait dit. Une femme forte confiante et sûre d'elle? Ce n'était pas du tout son cas. Contrairement à lui, visiblement. Même l'interne pouvait être suspecté... Ainsi, il la suspectait? tout ça parce qu'il ne la connaissait pas? Ce n'était pas de cette façon qu'il arriverait à la faire parler, au contraire! Plus il l'agresserait de cette façon et plus elle se braquerait et se renfermerait. A la fin de son discours, elle se dirigea vers la porte et l'ouvrit afin qu'il puisse sortir.


- "Tu n'as pas passé le mien non plus, Matawa."

Puis une fois parti, elle referma la porte qu'elle fut tentée de claquer. Puis elle poussa un soupir de soulagement avant d'aller s'asseoir à son bureau. Elle y nota le peu d'informations qu'elle avait obtenues. Puis posa son stylo et repensa à ce qu'il avait dit. Pourquoi voudrait-il qu'elle se confie? Et pourquoi cette notion d'aimer quelqu'un ou non? Elle s'en fichait qu'on l'aime ou non. Elle faisait simplement ce qu'elle avait à faire. N'était-ce pas ce qu'elle avait fait toute sa vie? S'occuper des gens, puis les laisser et passer aux suivants. Sans s'attacher. Et esquiver les questions trop personnelles. Jusqu'à présent ça avait bien marché. Elle avait su se protéger des autres en même temps que sa vie privée. Et les deux seules personnes qu'elle avait laissés s'approcher étaient Kôhei et Seitô. Le premier inspirait immédiatement la confiance. Et puis ils avaient passés de longs mois ensemble dans le désert de Kaze no kuni. Le second, était un cas plutôt à part. Elle s'était tout de suite sentie bien, avec lui...

Oui, elle avait toujours vécu de cette façon. Ne pas laisser s'approcher des gens. Et elle se braquait lorsque l'on s'approchait de trop près, ou prenait la fuite. Ou bien encore changeait de sujet lorsque cela devenait trop personnel. Qu'on s'approche de façon physique ou non. Dans ce cas, le pauvre Shinji en avait d'ailleurs fait les frais. Et pour le côté non physique, c'était Matawa qui venait d'en pâtir. Devait-elle se forcer à changer, maintenant qu'elle faisait partie d'une organisation et d'une communauté? Elle ne s'en sentait pas vraiment capable. Il faudrait certainement du temps. Après tout, elle était une princesse sauvage...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptySam 17 Jan 2015 - 23:31

Peu de temps après la dernière réunion qui nous avait tous réunis, un rendez-vous médical nous était imposé. Moi qui avait prévu de continuer mon entraînement... bien que dernièrement, ces derniers ne se finissaient généralement pas aussi bien que je ne l'espérais. Heureusement pour moi, le Shôraizen comptait de compétents médecins dans ses rangs, et j’ai pu compter sur eux pour me remettre d’aplomb, à chaque... ennui. Pour l'instant, tout allait bien. Si seulement... Tss. Je n’avais qu’une envie : partir m’entraîner. Me perfectionner, encore et toujours. Cela faisait un moment que je n’avais plus ressenti ça... et pourtant, il le fallait bien. Je l'ai compris, vu la tournure des derniers événements. Pour lutter contre ce qui nous attend... il fallait être fort.

D’ailleurs, en parlant de médecins... c’est l’heure de l’examen, comme dirait la madame de la vidéo en spoiler. Sauf que notre madame à nous ne s’occupe pas de petits avions, mais bien de bonhommes bien beaux et forts. Du genre... comme moi, quoi. Quoi, mes chevilles ? Elles vont très bien, merci.

Bref. C’est Nozomi qui nous a invité à prendre place à un test médical. Elle en avait déjà parlé, lors de la réunion des signes du désespoir. Elle comptait tenir à jour une base de données sur chaque membre de l’organisation, pour évincer tout risque d’infiltration, si mes souvenirs étaient bons. Une excellente idée en somme. Lorsque mon tour vint, je me pointais donc dans le cabinet de l’Uma, qui gérait cette affaire.

Plus personne à l’intérieur, mis à part elle. Je le sentais, mes sens ne me trompaient jamais. Parfait, mon tour pouvait donc venir. Et puis, de toute... honneur aux Aizuyake. Tant pis pour les autres ? Quoi ? Moi qui profite de mon rôle ? Mais pas du tout, qu’allait vous imaginez. Taisez-vous, où j’ordonne votre exécution (même si théoriquement, je n’en ai pas le droit... ). Chut.

Tranquillement, je frappais à la porte du cabinet.

    Salut Nozomi ! Y a personne ?


Simple moyen pour confirmer mes pensées. Avec mes paroles, je jetais un oeil discret dans la salle. En effet, il n’y avait plus l’air d’avoir personne.

    Je viens pour ton examen médical, et...


Je fus coupé net par une étrange sensation. J’ai passé plusieurs journées avec pour seule compagnie, la médecin, dans le désert de Kaze no Kuni. Et cette mine-là ne me disait rien qui vaille. Il y avait une ambiance... étrange dans cette salle. Mes facultés ne contredisaient pas ce fait.

    Ca va ? T’as l’air nerveuse...


Eh. On ne cache rien à Kôhei, nan mais.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyDim 18 Jan 2015 - 17:12

Spoiler:
 

Accoudée à son bureau, elle notait divers mots peu flatteurs concernant la personnalité de Matawa, sur sa fiche:

- Imbu de lui-même
- Indiscret
- Présomptueux
- Énervant
- Impudique
- Tendance à rabaisser les autres

Puis elle se relut et se rendit compte que plusieurs mots signifiaient la même chose. Elle raya grossièrement le tout. Puis poussa un soupir avant de s'installer plus confortablement contre le dossier de son fauteuil. Rares étaient les personnes à lui avoir fait si mauvaise impression. En fait, la seule autre personne avec qui ça avait si peu collé était cette femme qui s'était permit de l'embrasser. Puis qui avait également voulu lui donner une leçon... Il fallait croire qu'elle ne s'entendait pas avec ceux qui la prenaient de haut. Pourtant, elle n'avait pas une très haute estime d'elle-même. Peut-être s'estimait-elle quand même un peu, finalement. On frappa à la porte. Et elle failli répondre, un peu agacé, qu'il y avait évidemment quelqu'un puisqu'elle était présente. Et que la formule "Il n'y a personne" n'était pas adaptée.

Mais elle préféra se taire et ce fut Kôhei qui pointa le bout de son nez. Le second Hyô bagué. C'était visiblement un clan important, à Konoha. Ce qui avait dû monter à la tête de Matawa. Elle tourna la sienne pour chasser ses pensées. Kôhei s'arrêta soudainement dans sa phrase pour lui demander si elle allait bien. Et quand il ajouta qu'elle avait l'air nerveuse, elle arrêta de tapoter ses doigts sur le bureau. Chose qu'elle avait faite inconsciemment. Elle l'invita à venir s'asseoir et chiffonna la feuille, avant d'en faire une boule. Qu'elle lança vers la poubelle.


- "Moui, ça va."

Le bout de papier tomba sur le rebord, y resta en suspension quelques secondes. Il eut l'air d'hésiter sur l'attitude à adopter, puis tomba finalement par terre. Nozomi soupira. Elle n'était visiblement pas bonne à grand chose, pas même à balancer un vulgaire morceau de papier. Puis elle se leva pour ramasser la feuille, et la prit dans son poing.

- "Ça, c'est le dossier de Matawa."

Puis elle la jeta dans la poubelle, avant de revenir d'asseoir. Là, elle prit une nouvelle page. Elle y inscrivit en haut "Hyô Kôhei". Puis posa les yeux sur celui-ci. Elle le détailla un peu. Ce jeune homme qu'elle avait connu par hasard lors d'une mission. Qu'ils avaient menée à bien. S'ils s'étaient rencontrés dans d'autres circonstances, se seraient-ils entendus de la même manière? Ils s'étaient ensuite retrouvés dans le désert de Kaze, à étudier le désert et recruter pour le compte du Shôraizen. Ils avaient passé de longs mois ensemble et il lui avait apprit à maitriser l'héritage de son clan. Il était quelqu'un qu'elle appréciait beaucoup. Pouvait-elle dire qu'ils étaient amis? Il était le seul qui se rapprochait le plus de ce terme, en tous cas.

- "Dis, Kôhei... Qu'est-ce que tu as pensé de moi, la première fois qu'on s'est vus? T'ai-je fait mauvaise impression?"

Pourquoi lui demandait-elle? Elle s'en fichait de ce qu'on pensait d'elle, non? Elle avait toujours vécu seule. Ne devant rien à personne.Mais maintenant, elle vivait dans une base pleine de monde. Et elle allait devoir penser à s'intégrer. Quoique, elle pourrait très bien décider de ne rien changer et de rester comme ça. Chose qui lui allait très bien aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyMer 21 Jan 2015 - 5:49

Moui ? Non. Ca ne va pas. Elle s’était défoulée sur cette pauvre feuille, dont j’en ignorais le contenu. Elle le jete vers la poubelle de son cabinet, comme pour s’en débarrasser. J’observais avec attention le mouvement de la boulette de papier, qui hésitait à rentrer dans la corbeille. Pas de chance, celle-ci tomba du mauvais côté, et roula sur le sol. Je pouvais sentir l’agacement dans ses mouvements, dans ses paroles. Mais aussi autre chose que je n’arrivais pas bien à définir pour l’instant. Que s’était-il passé pour qu’elle soit dans cet état ? Bonne question... peut-être que cette feuille était la réponse à mon interrogation.

Je n’ai pas eu le temps de le lui demander, qu’elle m’apporta la réponse que j’attendais. Matawa, son dossier. Ah, je vois... elle a donc rencontré mon cousin. Et tel que je le connais, ça ne m’étonnerait même pas s’il a fait des siennes. Et visiblement, ça n’a pas manqué. L’Uma n’avait pas l’air d’avoir apprécié son précédent patient. Le dossier du Hyô finit donc à la poubelle, pour de bon cette fois-ci.

J’étais néanmoins curieux de savoir ce qu’il s’était réellement passé, mais je ne sais pas si la faire parler à ce sujet était une bonne idée. Inutile de raviver le feu. Nous concentrer sur l’examen pourrait lui permettre de se changer les idées, qui sait.

Sauf que ce n’avait pas l’air d’être dans ses intentions. Elle me posa une question, à son sujet. Wait. C’est qui le patient déjà ? M’enfin. Elle voulait savoir l’impression qu’elle m’avait faite la première fois que je l’ai vue... ? Qu’est-ce que Matawa a bien pu lui dire pour qu’elle me pose une telle question ? J’imagine qu’elle connaît d’avance la réponse, en plus. Elle savait très bien qu’elle était une personne avec qui je m’entendais très bien, et que notre première mission n’a pas été un succès pour rien... notre collaboration avait porté ses fruits, et nos talents respectifs avaient permis sa réussite.

    Hm... quand j’ai su que j’allais faire équipe avec un Nukenin, je n’étais pas très emballé. À vrai dire, c’est assez ironique de dire ça maintenant que j’en suis un également, mais autrefois je les craignais vraiment. C’est à cause d’eux que j’ai perdu ma soeur. Alors autant dire que j’étais sur mes gardes. Et pourtant...


Je lui souriais, tout en la regardant dans les yeux.

    Et pourtant, j’ai été rapidement confiant à tes côtés. Tu inspires la confiance, j’ai tout de suite su que je pouvais compter sur toi et tes capacités. Tu m’as d’ailleurs été d’une aide précieuse lors de cette mission : je te rappelle que sans toi, ce satané poison que l’on m’a inoculé m’aurait achevé.


Il faut bien avouer que sans elle, je ne serais sans doute plus là pour en parler. Le poison, bien qu’assez long à se propager, n’était tout de même pas sans reste. Il aurait pu mettre fin à mes jours, si elle n’avait pas été là.

    Tu n’es peut-être pas l’élément le plus puissant du Shôraizen, et moi non plus d’ailleurs, mais la pureté de ton esprit nous dépasse tous, et de loin. On peut compter sur toi, quoiqu’il arrive, et tes capacités nous maintiennent en vie chaque jour qui passe. T’es l’un des piliers les plus solides et importants de notre famille, sache-le. Tu n’as pas été choisie pour être l’Uma pour rien, non plus.


Un nouveau sourire à son encontre. Et je le pensais réellement. Mon but n’était pas de lui dire de belles paroles pour la réconforter, mais bien de lui dire le fond de ma pensée.

    Tu l’as compris, tu m’as fait une bonne impression lors de notre première rencontre. Et les suivantes n’ont fait que confirmer l’idée que je me suis faite de toi. Rassurée ?


Je l’espérais vivement.

    Ha, et je ne sais pas ce que t’as raconté Matawa, mais ne lui en veut pas. Il est un peu dur dans ses paroles, mais ce n’est pas un mauvais bougre, tu peux me croire !


C’est sûr qu’il y a plus délicat que lui... mais c’est comme ça qu’il est notre Inu. Nous avions tous notre caractère, et quelque chose qui nous représentait. Un Matawa tout doux tout gentil, ce n’est plus un Matawa quoi. On l’aime comme ça nous.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyJeu 22 Jan 2015 - 13:53

Kôhei ne demanda même pas d'explications au pourquoi de la question. Peut-être avait-il fait le rapprochement avec le dossier qui avait terminé à la poubelle. Nozomi l'écouta parler de a sœur. Elle ne savait pas qu'il en avait eu une, et encore moins qu'il l'avait perdue à cause de nukenins. Et pourtant, il lui souriant en disant cela. Il poursuivit, la gratifiant de plusieurs compliments. Elle le regardait, un peu surprise. Étais-ce vraiment ce qu'il pensait d'elle? Une pureté d'esprit qui les dépassait tous? L'un des piliers les plus solides et importants du Shôraizen? Elle baissa les yeux, rougissant un peu. Elle était visiblement gênée. Elle ne s'était pas attendue à une telle réponse.

Le jeune homme conclut en lui posant une question. Était-elle rassurée? Oui. Puis il ajouta une petite phrase qui la fit sourire. Ainsi, c'était bien dans le caractère de Matawa. Et ce n'était donc pas elle seule qui clochait à ses yeux. Elle releva la tête et lui sourit. Toute trace d'un quelconque agacement avait disparu. Elle était redevenue la Nozomi calme et douce que tous connaissaient. Elle commença par répondre à sa question, avant d'enchainer sur la suite.


- "Oui, beaucoup. Merci, Kôhei. Et... Désolée pour ta sœur."

Le sourire s'effaça un peu. Mais elle n'en parla pas d'avantage. S'il avait souhaité ajouter des détails, il l'aurait fait. Puis un nouveau sourire se dessina sur son visage quand elle prononça la suite. Espiègle, celui-ci.

- "Oh, trois fois rien. Il a juste douté ouvertement de ma place ici."

Elle le regarda dans les yeux. Juste le temps d'observer sa réaction. Puis elle se leva, en s'appuyant sur le bureau.

- "Mais j'imagine qu'en tant que pilier, je ne peux pas flancher pour si peu, n'est-ce pas?"

Oui, un pilier, l'idée lui plaisait. Un pilier d'un monde nouveau. D'un monde de libertés. Où les gens pourraient voyager où ils le souhaitaient sans avoir à craindre d'être poursuivis sans cesse. Elle marcha ensuite d'un pas assuré vers le siège d'examen, et le lui montra.

- "Bien. Maintenant, j'aimerais que tu te déshabilles, s'il te plait. Et ne fais pas comme lui, tu peux garder tes sous-vêtements. Je vais t'ausculter, et prendre tes mesures ainsi qu'un échantillon sanguin."

Le temps qu'il s’exécute, elle resta pensive. Puis ajouta doucement.

- "Et toi, comment tu te sens? Tu as trouvé tes marques, ici?"

Elle hésita un peu, avant d'ajouter.

- "Konoha ne te manque pas trop?"

Passer d'un village verdoyant à une grotte souterraine devait quand même marquer un minimum. Et puis il était poursuivit par son ancienne patrie, celle pour qui il aurait pu mourir avant d'en venir à la déserter. Ça avait de quoi être troublant. Peut-être avait-il besoin d'en parler. Si c'était le cas, elle avait ouvert le dialogue. Dans le cas contraire, il était libre de ne pas répondre à sa question. Ou de l'envoyer balader, aussi. Mais ils n'avaient pas eu l'occasion de parler ensemble depuis quelques temps. Les choses s'étaient enchainées. L'île, la réunion, puis enfin l'examen.Elle avait été beaucoup prise ces derniers temps. Pour quelqu'un qui avait passé sa vie à faire ce dont elle avait envie, avoir des contraintes était quelque chose de nouveau. Tout comme les relations avec les autres. Décidément, elle avait tout à apprendre. Mais allait s'en faire une joie. Car cette nouvelle vie, c'était elle qui l'avait librement choisie.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyVen 23 Jan 2015 - 4:41

Elle était rassurée, oui. Le tout était qu’elle ne se fasse pas une mauvaise image d’elle, alors qu’il n’y avait réellement pas de quoi. Ce que j’ai dit, je le pensais réellement. D’autant plus que je la connaissais depuis un bon moment déjà. Notre première rencontre remonte à même plus d’un an... comme quoi. Et ce n’est pas les occasions qui m’ont manqué pour rester avec elle, surtout lorsque nous étions assignés à une mission commune, dans Kaze no Kuni. Comment oublier... brrr. Je préfère ne plus penser à ce foutu désert. Les rencontres étaient intéressantes, tout comme les retrouvailles... mais pour ce qui est des conditions, je passe mon tour.

Passons, là n’était pas l’important. La médecin s’excusa pour ma soeur, alors qu’il n’y avait pas de quoi.

    T’en fais pas, je suis persuadé qu’elle va bien. Je la retrouverai, tu n’as pas à t’en faire.


C’est vrai que concernant Jun, je n’étais pas très bavard. Je n’en parlais que très rarement... si ce n’était jamais. Mais malgré tout, je n’ai jamais perdu l’espoir de la retrouver, de savoir ce qu’elle est devenue. De comprendre sa soudaine disparition... l’attaque sur Konoha en était réellement la cause, ou n’était-ce qu’un prétexte ? Qui sait. Pour l’instant, je ne pouvais pas m’avancer sur ce sujet...

Elle me répondit ensuite, sur ce que mon cousin lui avait dit. Ha, je vois. Cela ne m’étonnait pas vraiment, vu son caractère. Il faut dire que malgré le fait que ce soit mon cousin, nos caractères étaient... à l’opposé. On a eu le même enseignement, la même famille, le même sang... et pourtant, c’était le jour et la nuit. Pour de bon, il n’y avait pas d’image plus claire que celle-ci. C’est vraiment ce que nous étions. Et pourtant, l’entente était au beau fixe. Ce qui n’avait pas l’air d’être leur cas.

    C’est ça, t’as tout compris !


Je souriais à sa remarque, elle avait bien saisit le message que je voulais lui faire passer. Et puis, elle pouvait le lui prouver. Il finirait par s’en rendre compte de lui-même de toute manière. Patience.

L’examen vint, sinon. Après tout, c’était principalement pour ça que j’étais venu. Elle me montrait un siège, et me demanda en plus de me dévêtir, pour qu’elle puisse m’examiner comme on lui semble. Je riais à sa remarque sur Matawa... il avait réellement fait ça ? Eh ben. J’ose même pas imaginé l’image qu’elle a de lui maintenant.

    Haha, l’est pas possible...


Décidément. Elle avait touché le gros lot pour son premier rendez-vous, et j’en apprenais de plus en plus au fil des minutes. On peut dire qu’elle s’est tapé le pire pour le début. Ou bien le meilleur, dans un certain sens ? À voir, les deux se valent. Même si je pense que pour Nozomi, elle a plus penché vers le "pire"...

Je m'exécutai donc, levant mes vêtements, comme elle me l’avait demandé, et les posant sur le dossier d’une chaise à côté. J’y pense, si elle s’amuse à répertorier l’ensemble des sceaux que j’ai sur le corps, elle va y passer un moment. M’enfin, elle sait ce qu’elle fait pour ça. Les habits enlevés, je m’installais alors sur le siège qu’elle m’avait désigné. Tandis qu’elle me posa une question un peu... particulière. Si j’ai trouvé mes marques, si Konoha me manque...

Je l’observai un bref instant, avant de lâcher un soupir non-retenu.

    Ce n’était pas simple à s’y faire, mais je me suis fait une raison. Konoha était tout pour moi, et je me retrouve être l’un de leurs ennemis maintenant. C’est assez... bizarre comme sensation. Pourtant, je ne regrette pas les choix que j’ai fait, et encore moins d’être ici.


Est-ce que j’en suis triste ? Énervé ? Même pas, au final. C’est ainsi que cela a finit... et tant pis. Le tout était maintenant d’avancer.

    Konoha ne me manque pas. Ce qu’il s’est passé m’a permit d’ouvrir les yeux... de faire naître en moi de nouvelles ambitions. De nouveaux liens. Et une liberté que je n’aurais jamais cru connaître... en soi, ma désertion m’a été bénéfique.


Je lui souris alors. Elle avait sa réponse... pour rien au monde, je voudrais retourner en arrière. Tout ce qu’il y a eu est assumé, et n’est pas regretté... et ça ne changera pas. Mon seul regret est de ne pas avoir ouvert les yeux plus tôt, ce qui aurait pu éviter quelques problèmes. Mais il était inutile de s’encombrer de tels sentiments. Rien ne peut effacer le passé, il suffit juste d’avancer, encore et toujours.

    Ici, c’est comme une famille. Une grande famille, unie sous la même bannière, et animée d’idéaux semblables. Comment regretter son ancienne vie, après ça ? Tu n'es pas d'accord ?


Je ne voyais pas vraiment comment, en effet. Néanmoins, parler de famille comme ça me gênait en un point, celui de ma soeur évoquée plus tôt. C'est un sujet qui restait sensible, après tout. Un murmure s'échappa de ma bouche, alors que je pensais à ça.

    Et quand je la retrouverai, j'espère qu'elle en fera partie.


Je restais pensif à cette idée, ayant presque parlé seul sur cette dernière phrase. Un simple murmure, ayant tout un sens derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyVen 23 Jan 2015 - 18:46

Les dires de son coéquipier lui donnèrent un nouvel indice: sa sœur n'était pas morte, mais simplement portée disparue. Voilà qui changeait la donne. Ce serait bien pour lui de pouvoir la retrouver. Chose dont il était persuadé. C'était un atout de ne pas en douter et de ne pas flancher, surtout dans des cas comme celui-ci. Pour pouvoir garder le moral. Nozomi se rajouta rien de plus quand il rit à sa remarque. Avait-elle dit quelque chose de drôle? Visiblement oui, concernant son cousin. Encore lui! Décidément. Mais c'était visiblement dans sa personnalité. elle aurait aimé être mise au courant avant. Mais étant donné qu'il venait de rentrer et qu'ils ne savaient pas ce qu'il était devenu durant son absence, ça aurait été quelque chose de difficile.

La première chose qu'elle remarqua chez Kôhei une fois qu'il se soit déshabillé fut le nombre impressionnant de sceaux qu'il possédait sur le corps. Il était presque plus tatoué qu'elle-même! Si l'on pouvait nommer cela des tatouages. Mais l'idée y était. Et à bien y regarder, oui, son corps était encore plus recouvert que le sien. A première vue, il ne possédait pas d'autres signes distinctifs. Elle l'observa encore un peu, avant de le scanner à l'aide de son chakra. Tout en l'écoutant répondre à sa question.

Il ne regrettait pas ses choix. C'était le principal. Il ne devait pas être ici à regret. Il ne voyait que le bon côté. Laissant les choses négatives où elles étaient, à Konoha. Il conclut en ajoutant qu'il ne pouvait pas mieux se trouver qu'ici. Dans sa nouvelle famille, avec des personnes qui avaient les mêmes idéaux. Et il lui demanda même son avis sur la question. Étais-ce une réelle question? Désirait-il vraiment une réponse? Elle n'en savait trop rien. Puis elle le vit de nouveau bouger les lèvres. Et dû se concentrer sur ses paroles pour les entendre. La jeune femme ne répondit pas, et alla chercher une seringue. Elle nettoya la peau de Kôhei.


- "Tout ce que je regrette de mon ancienne vie, c'est de ne plus sentir le vent ou le soleil sur ma peau. Je ne suis pas quelqu'un aimant vivre enfermée. Mais je vis avec des gens partageant les mêmes idées que moi. Et comme tu l'as dit, ça créé des liens. Certains bien plus forts que ceux du sang. Et jamais ne ne regrette ma décision d'être venue ici."

Alors qu'elle plantait l'aiguille dans son bras, elle poursuivit:

- "Notre famille, c'est celle que l'on choisit. Ou plutôt, elle se forme d'elle-même. Je... J'ai retrouvé mon père, après plus de quinze ans de séparation. J'ai voulu le suivre dans ses idées, dans ses objectifs. Et j'ai suivit une voie qui n'était pas la mienne. Je ne me retrouvais pas là dedans, mais je désirais plus que tout vivre avec quelqu'un de mon sang. Le seul qu'il me reste... Mais il a beau être mon père, nous ne sommes que deux inconnus l'un pour l'autre désormais. Et nous n'avons pas réussi à beaucoup nous rapprocher. Alors je l'ai laissé. Tout seul."

Elle déglutit, ôtant l'aiguille de la chair. Avant de poursuivre une nouvelle fois:

- "C'était une décision difficile, mais je sais que j'ai fait le bon choix. Car maintenant je me sens... Épanouie. Je ne sais pas de quand date votre séparation, mais les gens changent. Et il est possible que ta sœur et toi suiviez deux chemins bien différents. Ce que je veux dire, Kôhei, c'est que si elle a les mêmes objectifs que toi, vous vous retrouverez naturellement. Et dans le cas contraire... Ne te fais pas trop d'illusions. Car tu risques de tomber de haut. Et ça fait mal."

Elle était consciente que ses mots n'étaient certainement pas ceux qu'il aurait voulu entendre. Et que ce n'était pas des plus rassurants. C'était une chose d'avoir l'espoir de la retrouver en vie. Mais qu'il la retrouve et qu'en plus elle ait les mêmes objectifs que lui? Les chances étaient minces. Cependant...

- "Je te souhaite de tout cœur de la retrouver, Kôhei. Sincèrement. Et surtout, que tu puisses avoir ta famille avec... Ta nouvelle famille."

Le coton maintenu avec une bande adhésive allait absorber l'excédent de sang. Son matériel rangé, elle invita ensuite Kôhei à aller se peser ainsi que se mesurer.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyLun 9 Fév 2015 - 4:01

Elle ne regrettait rien, elle non plus. Cette nouvelle vie lui convenait, tout comme les nouveaux liens qu’elle avait établi avec chacun d’entre nous. Telle était notre nouvelle vie, après tout. C’est dans ce projet, et dans cette nouvelle famille, que nous nous donnons à fond, corps et âme.

    Je suis d’accord avec toi. Nous avons choisi la nôtre, et ce choix nous honore...


Elle aussi, après tout. Elle me parlait de son père, avec qui elle était devenue si différente. Les parents... la famille... les liens de sang... que représentent-ils vraiment, au final ? Nous n’avions pas tous eu de chance à ce niveau. Non, vraiment pas. Lorsqu’elle en parla, un léger rictus se forma sur mon faciès. L’aiguille était plantée dans mon bras, pour qu’elle puisse prélever de mon sang. En effet, nous étions toujours en plein examen médical, malgré les apparences. Il faut dire que nous nous entendions plutôt bien, après tout ce temps...

Néanmoins, elle se servit de son père, pour donner son avis sur la relation que j’entretenais avec ma soeur. Ou plutôt, celle que je tentais d’entretenir. Deux chemins différents... oui, sans doute. Même si je n’étais pas tranquille, de ne plus rien savoir d’elle... c’était une sensation désagréable. Mais ce que disait la médecin était tout à fait louable. Et même vrai, après tout. Pendant un court instant, je me l’imaginais, comme je l’avais vue pour la dernière fois. Elle s’éloignait. À tout jamais, sans ne rien laisser derrière elle.

    Je comprends, tu as sans doute raison. Mais je compte bien savoir toute la vérité sur cette histoire.


Le ton était neutre. À vrai dire, pour l’instant, cela ne me faisait ni chaud ni froid. Je m’y étais fait, et ce n’était pas une priorité pour l’instant. Chaque chose en son temps... son tour viendra. Non pas que je ne suis pas prêt, mais que je ne peux rien en décider. Malgré mes capacités, j’étais dans l’impossibilité de remettre la main dessus. Elle avait tout bonnement disparue, après tout. Si un moyen existait pour mettre la main sur elle, je l’aurais déjà tenté. Or, ce n’est pas le cas.

Relevant mes yeux rubis vers elle, je repris.

    Merci. Quant à toi, d’après ce que tu m’en dis, tu as fait le bon choix en te séparant de ton père, maintenant que tu as choisi ta propre voie. Je vais garder tout ça en mémoire...


Cela faisait toujours du bien d’avoir des conseils venant d’une amie proche. Parce que, malgré tout, ma principale faiblesse réside dans ma soeur. C’était un danger, quoique j’en dise.

La prise de sang terminée, vint le tour de se mesurer, ainsi que de se peser. Cela prit seulement quelques courtes minutes. Rien de bien long, en soi.

    Voilà, c’est tout bon. Ensuite ?


La regardant, j’attendais la suite de l’examen. Après tout, c’est elle la cheffe, ici.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyLun 9 Fév 2015 - 16:44

L'Uma craignait d'entacher le moral de Kôhei. Peut-être en avait-elle trop dit. Après tout, ce n'étaient pas des paroles très rassurantes. Mais elle ne voulait pas avoir à lui mentir non plus. Il lui répondit d'une façon neutre, qui ne laissait transpirer aucun sentiment. Rien dans ses paroles ou son timbre ne pouvait lui permettre de savoir comment il avait prit ses paroles. Soit il cachait ses sentiments, soit il s'était déjà fait à l'idée de ce qu'elle avait énoncé tout haut.

Quoiqu'il en était, le sujet était visiblement clos. Pour le moment, du moins. Car il comptait bien ne pas laisser tomber. Ce qui était compréhensible. Tout comme elle aimerait elle aussi savoir ce qu'il advenait de son propre père, même s'ils avaient prit deux chemins différents. Car malgré tout, les liens du sang étaient quelque chose d’irremplaçable. Surtout lorsqu'il n’existait qu'une seule personne de part le monde qui possédait ces liens. Toutes les autres ayant disparu.

Il la sorti de ses pensées en la remerciant et en la confortant dans ses choix. Lui ôtant ainsi les derniers doutes qu'il pouvait encore rester. Elle ne doutait pas du fait d'être ici, ça non. Ça, elle savait que c'était l'une des meilleures décisions qu'elle n'avait jamais prise. Mais elle doutait du fait de couper les ponts avec son père. Et si elle se trompait ? Et si.. Il pouvait comprendre ? Elle n'avait même pas essayé de lui expliquer. Persuadée qu'il ne comprendrait pas. Non, il était bien trop obnubilé par la vengeance. Il n'avait vécu que pour cela durant les dernières quinze années de sa vie. Pouvait-elle vraiment prétendre à changer un homme dont les ambitions étaient ancrées au plus profond de lui ?

Kôhei se plaça ensuite sur la balance, puis contre le mur. L'examen était terminé, elle possédait toutes les informations qu'elle désirait sur lui. Il ne lui resterait plus qu'à analyser son sang, en même temps que celui des autres. C'était rapide lorsque la personne était obéissante et ne faisait pas la forte tête. Il la regarda en lui demandant la suite. Elle lui adressa un sourire.


- « Ensuite ? Tu peux te rhabiller. Quand ce sera fait, j'aimerais te demander... Une faveur. »

Elle le laissa faire, notant les dernières données le concernant sur le dossier. Elle mettrait tout cela au propre plus tard. Puis quand il fut prêt, ce fut elle qui vint s'asseoir sur le siège médical. Elle poussa un soupir, puis s'adressa à lui.

- « Kôhei... En tant que Hyô, tu maîtrises l'encre, non ? J'aimerais... Que tu m'enlèves mes tatouages, s'il te plaît. Ils protègent mes cicatrices depuis bien trop longtemps. Ils sont... Une relique de mon passé. Et j'aimerais tourner la page. Tu es le seul à qui je peux demander ça.»

Elle parcourut du regard ses tatouages, observant une dernière fois leurs motifs. Ils étaient devenus comme une seconde peau, au fil du temps. Puis elle ferma les yeux quelques instants. Et les rouvrit de nouveau et d'une voix déterminée elle continua :

- « Enlève tout d'un coup. Et même si je hurle, continue jusqu'à ce qu'il n'y ait plus une seule goutte d'encre sous ma peau. Tu pourras en faire ce que tu veux ensuite.»

Serrant ses mains sur la table, elle s'apprêta alors à souffrir.

- « Je suis prête, Kohei. »

Et elle prit une profonde inspiration, attendant que son ami accède à sa demande.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyMar 10 Fév 2015 - 18:28

L’examen était donc terminé pour moi, et le moment était venu pour céder ma place aux prochains arrivants. Oui, parce que malgré tout, la médecin devait traiter le cas de tous les membres de l’organisation. Et comment dire qu’en m’éternisant ici, je retardais tout le processus ? Il faut bien dire que lorsque je suis avec elle, j’ai tendance à parler de tout et de rien. Il faut dire que nous nous sommes souvent retrouvés ensemble, lors de missions ou autre. Notamment lorsque nous étions dans ce foutu désert. Une amie ? Oui, elle en était bien une.

Je récupérais alors mes vêtements, toujours posés sur le dossier de l’une des chaises. Lorsqu’elle me demanda de me rhabiller, elle parla d’une faveur.

    Une faveur ? Je t’écoute ?


Je me revêtis, tout en écoutant sa demande, dissimulant à nouveau mes nombreux tatouages, dans leur majeure partie.Tandis qu’elle notait quelque chose, sans doute les dernières informations me concernant, je m’asseyais sur la chaise où étaient posés mes vêtements, il y a quelques minutes encore.

Une fois qu’elle eut terminé, elle vint me rejoindre, pour m’expliquer ce qu’était sa faveur. Moi qui parlais de tatouages juste avant, voilà que ça en été le fruit même de sa demande. Sauf que cela ne concernait pas les miens... mais bien les siens. Elle voulait que j’utilise mon pouvoir pour lui lever ses tatouages. Elle souhaitait tourner la page comme elle disait, pour se délivrer de son passé...

    Tu es sûre de toi ?


Oui, elle l’était, si c’est ce qu’elle me demandait. Je le compris bien assez vite. C’était son choix après tout. Et puis, si vraiment elle venait à changer d’avis, je pourrais arranger ça à l’aide de mon pouvoir. Sans doute…

En effet, ça risque de faire mal... mais je ne peux pas te l’extraire d’un seul coup, au risque de réellement te blesser. D’autant plus que cette opération demande un contrôle assez pointu de mon pouvoir… Je vais faire en sorte que tu ne souffres pas trop de cette extraction… laisse-moi faire.

Oui, n’oublions pas que ses tatouages sont là depuis des années, et qu’ils ne sont même pas composés de mon encre. Prendre le contrôle d’une encre étrangère nécessite beaucoup de concentrations, et quelques préparatifs. Doucement, je posai ma main sur son épaule; pendant quelques secondes, sans que rien ne se passe. Mon chakra commençait à se répandre dans l’encre de ses tatouages, s’y gorgeant pleinement. Plus j’aurais un contrôle précis et pointu sur l’encre sur son corps, et moins elle en souffrira.

Tout était bon.

    Je commence...


Suite à ses mots, ses tatouages s’animèrent lentement sur son corps en de fins filets d’encre. La matière se mouvait donc en direction de ma main, posée sur son épaule. L’encre bleue passa habilement entre mes doigts, avant de s’attarder sur une marque présente sur ma main droite. L’encre s’immisça dans la marque, qui venait d’être activée. Comme pour récolter l’encre de la Myouga.

J’essayais de ne pas trop tarder, car cela ne devait pas être sans-douleur pour la jeune femme. Néanmoins, c’est le mieux que je pouvais faire, pour ne pas trop lui faire souffrir. En tout cas... c’était terminé.

    Voilà, c’est fait. Ta peau risque de rester un peu rougie pendant quelques temps, mais j’ai fait en sorte que cela passe vite, tout comme la douleur... satisfaite ?


Un sourire amusé sur le faciès. Elle méritait bien un petit coup de pouce de ma part, et j’en étais satisfait pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyJeu 12 Fév 2015 - 14:38

Sans réelle surprise, il accéda à sa demande. Commençant tout de même par lui demander si elle en était sure. Oui, elle y pensait depuis quelques temps déjà, et avait saisit l'occasion. Il comprit bien vite qu'elle était certaine de son choix car il vint poser la main sur son épaule. Elle ne bougea pas, le laissant faire. Posait-il un sceau comme lorsqu'il lui avait apprit à canaliser son pouvoir ? Non, c'était autre chose. Elle pouvait ressentir une sensation plutôt étrange. Du chakra étranger ? Celui de Kôhei, au travers de sa propre peau. Pourtant, elle n'avait pas mal. Et l'encre n'avait pas l'air de bouger.

Aux paroles suivantes, elle comprit pourquoi : ce n'était qu'un préparatif. Bientôt, l'encre s'activa. Et la voir parcourir sa peau était quelque peu étrange. La douleur se fit ressentir. Elle crispa ses mains sur la table. Puis bientôt elle serra les dents. L'encre continuait d'être absorbée peu à peu, mais il y en avait beaucoup. Ses bras, ses jambes et même son visage en étaient recouverts. Kôhei avait beau faire tout son possible, ça en restait douloureux. Moins qu’elle ne l'aurait cru, tout de même. Il aurait été simple de se bloquer ses propres nerfs, comme elle le faisait parfois. Mais cette technique avait un inconvénient : elle était de moins en moins efficace, jusqu'à ne plus l'être du tout. Ce qui était le cas sur elle-même.

La voix de son ami mit fin au supplice qu'elle s'était imposée toute seule. Elle poussa alors un soupir de soulagement. Et desserra les mains, dont les jointures avaient blanchies. Nozomi leva le bras pour l'observer sous toutes les coutures. Plus une seule trace d'encre. C'était comme si elle n'avait jamais été là. Elle se sentait nue. Ces tatouages avaient longtemps fait partie d'elle-même, la protégeant contre les regards. Comme une seconde peau. Attirer l'attention sur ses tatouages était une ruse pour éviter que l'on ne s'intéresse trop à elle. Tout comme ses vêtements échancrés. De plus, l'encre avait également pour fonction de cacher ces vilaines cicatrices.

Qui étaient maintenant mises à nues. Elle descendit de la table et alla passer son bras sous l'eau fraîche durant quelques instants. Elle s'essuya et observa de nouveau. La peau était moins rougie, mais on pouvait voir qu'il n'y avait pas que cela. Le temps avait passé et les cicatrices s'étaient estompées. Mais on pouvait toujours les distinguer à certains endroits. La femme médecin s'avança vers son ami, découvrant son propre corps en même temps que lui. Bien qu'elle savait ce qu'il y avait sous ces tatouages, ce devait certainement être une surprise pour lui. Elle poussa un autre soupir, de déception cette fois-ci.


- « J'avais espéré qu'elles aient disparu. Mais il faut croire que je m'étais trompée. »

Baissant de nouveau le bras, elle lui adressa un petit sourire.

- « Merci, Kôhei. »

Elle se pencha légèrement pour regarder ses cuisses, mais le résultat était le même. Plus aucune trace d'encre, mais ses cicatrices étaient désormais dévoilées. Elle allait devoir trouver une astuce à ça. Une nouvelle. Mais en attendant, elle allait se contenter de tatouages factices. Elle fit quelques signes, et se concentra en fermant les yeux. De nombreux fuinjutsu apparurent sur sa peau. Même sans voir, elle savait exactement ce qu'elle faisait. Les sceaux neutres parcoururent encore quelques instants tout son corps, dessinant peu à peu des motifs. Prenant exactement la même place et la même forme que les tatouages qu'elle possédait encore quelques minutes avant. Puis elle rouvrit les yeux, et posa les deux mains sur elle-même. Elle insuffla du chakra dans le fuinjutsu, de la même manière que l'avait fait le Hyô. Puis de couleur noire ils passèrent petit à petit à bleu, adoptant la couleur qu'elle arborait précédemment. Une fois cela fait, on aurait pu croire que rien ne s'était passé. L'illusion était trompeuse, et il fallait être très attentif et savoir maîtriser le fuinjutsu pour voir la différence. Ou bien le savoir, tout comme elle et Kôhei. Elle lui adressa un sourire.

- « J'imagine qu'il est inutile de te demander de faire silence sur tout ça. En tous cas, merci à toi. »

Pour le moment, cela resterait comme ça. Elle verrait par la suite. Quand elle aurait d'avantage de temps pour elle-même, elle se pencherait sur le cas de ces marques et verrait si elle pouvait les atténuer. En attendant, c'était très bien ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Aburame Ryosei
Aburame Ryosei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyJeu 19 Fév 2015 - 23:08

L’opération avait donc eu lieu. Grâce à mes talents, j’ai pu la libérer de ses tatouages, qui étaient apparemment là pour dissimuler ses cicatrices. Elle souhaitait s’en défaire, pour une raison qui ne concernait qu’elle seule après tout. Si tel était sa volonté, je n’avais pas à m’y immiscer, ou à agir contre sa volonté. Si je pouvais l’aider, qu’il en soit ainsi. C’est sans doute mieux comme ça pour elle.

Lorsque j’avais terminé de retirer l’encre qui composait ses tatouages, il restait des marques rouge sur son corps. Elles partiront avec le temps, dans pas si longtemps que ça même. De plus, je pus voir les cicatrices dont elle me parlait. Des cicatrices dont j’ignorais l’origine d’ailleurs. Elle avait espéré leur disparition... mais ce n’était pas le cas. J’en suis désolé pour elle. Puis elle me remercia, avant de produire ses propres sceaux sur son corps, remplaçant les anciens tatouages. Comme si presque rien n’avait changé. Presque, parce que la symbolique l’était...

    Y a pas de quoi.


J’inspirais un coup, la voyant faire. Garder le silence donc, c’est ce qu’elle voulait ? C’est sans doute mieux pour elle, en effet. Et puis, ce n’était pas de mon genre de crier des informations personnelles sur les gens. Surtout qu’elle ne devait pas cacher ses cicatrices sans aucune bonne raison... je me rendais compte que, même si j’étais assez proche d’elle, je ne savais pas tout sur sa personne pour autant. L’inverse est sans doute vrai aussi.

Quoiqu’il en soit, si c’est mon silence qu’elle voulait, elle n’avait pas à s’en faire. Du moment que cela n’entache pas l’avancée du Shôraizen, mon silence est assuré. Pas comme tout autre élément potentiellement gênant, comme ce que j’ai appris sur cette île. En tout cas, si un jour elle souhaitait m’en informer, il n’y aura aucun souci pour ça.

    Je ne dirai rien aux autres, et ni à quiconque, ne t’en fais pas.


Lui adressant un sourire, j’observais la porte de son cabinet. Il était sans doute temps que je cède ma place au prochain patient. À vrai dire, je me suis plus éternisé que ce que je pensais. L’examen en lui-même n’avait même pas pris la moitié du temps que j’ai passé ici. Il n’était pas question qu’elle prenne davantage de retard, par ma faute. Même si un brin de causette ne m’aurait pas dérangé. Cela sera pour une autre fois.

    Bon allez j’y vais, t’as encore du travail. Je vais finir par te retarder... à une prochaine !


C’est sur ces mots que je quittais le cabinet... maintenant, au suivant !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyVen 20 Fév 2015 - 14:27



C’est l’heure du du-du-du-du-du-duel. Ah, non, en fait. Mince. Attendez, attendez, je vais me pendre. Ca y est, le narrateur est mort, vous pouvez reprendre ! Bref, il fut en effet le cas que le Buta fut assez rapide pour parvenir à sa due place. Le temps ne lui faisait pas défaut, cette fois, alors que se couvrait son heure tant redoutée pour laquelle je n’ai moi-même pas encore pris de rendez-vous à l’université : la visite médicale. Bon allez, j’arrête mon petit troll, et je commence.


***


Tsubaki était sortie de son travail, presque omniprésent dans cette ambiance rigoureuse qui régnait sur sa chambre. Elle avait cependant à interrompre ses travaux afin d’accéder à la requête et l’ordre même de leur médecin en chef. Elle n’en était pas particulièrement nerveuse, mais elle n’avait pas encore une parfaite connaissance de leur Uma. Cela n’en saurait tarder, mais n’ayant pour habitude que les faits de sa mère ou les siennes, l’idée d’une main étrangère dans ce contrôle routinier avait tendance à lui habiter l’esprit.

Elle en était à revisiter les couloirs de la place, se rappelant les travaux qu’elle avait établis plus tôt, masquant naturellement, dans son esprit, les actes criminels qui en avaient suivi. Son mental n’avait pas la force d’accepter ce que son « invitée » avait accompli. Néanmoins, la chose était là, mais seule elle pouvait témoigner des actes qui en avait découlés.

Elle arriva à l’aménagement établi par l’Aizuyake pour ses rendez-vous, et aperçut, sortant, le Hyô, alors que se terminait sa propre entrevue. Il hocha la tête en signe de salut, geste qui lui fut rendu par la fleur, avant que celle-ci ne s’engage dans la pièce où se trouvait le Cheval. Elle la trouvait, dos à elle, devant sans doute vérifier quelques préparatifs, ne se doutant pas de l’entrée de la Buta, qui avait saisi la porte ouverte de Kôhei.

La jeune femme eut un sourire aux lèvres, décidant de se livrer à une petite farce, chose qu’elle n’avait pas pu faire depuis un bon moment déjà, et qui lui manquait. Elle se plaça, le plus silencieusement possible au niveau de l’oreille du médecin, et, sans crier, prit sa voix la plus grave, faisant résonner un saisissant :

« Bouh. »

Cela n’avait été prononcé que pour être un son grave et surprenant, sans pour autant en être intense. Sa collègue retournée, la jeune femme fit un grand sourire, quelque peu fière de sa farce infantile, alors que serait détendue l’atmosphère pour l’entrevue qui en arriverait. Suspendant les plaisanteries, elle se présenta, quoique sachant que son estimée en avait science, dans une tentative de simplicité, contrastant avec une certaine formalité qu’elle espérait faire ici tomber.

« Bonjour, Nozomi-san. Bon, tu le sais, je pense, moi c’est Tsubaki, et mis à part pour essayer de te faire peur, je viens pour l’examen que tu as prévu pour tout le monde. »

Il était d’attente que l’entente se fasse entre les jeunes femmes, sans quoi Tsubaki eut fait de changer son attitude pour une plus conventionnelle à leur rang. Cela n’allait dépendre que de la réaction du Signe. Les cartes étaient dans sa main, alors que la fleur posait une carte face cachée et un Kuribo en mode attaque sur le terrain.


Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyDim 1 Mar 2015 - 15:13

Kôhei l'observait faire, discrètement et silencieusement. Puis au bout d'un moment, il prit enfin la parole. Il allait rester silencieux sur tout ce qui venait de se passer. La jeune femme lui sourit en signe de reconnaissance. Il était vraiment un ami. Quelqu'un qui offrait une oreille attentive et son aide en cas de besoin, sans rien demander en retour. Quelqu'un qui savait garder un secret lorsqu'on lui en disait un. Et en ce monde il était important de savoir garder les apparences, et garder un atout dans sa manche. Apparence qu'elle pouvait commencer à modifier à sa guise. Puis il se dirigea vers la porte, l'examen était terminé pour lui. Et elle n'avait plus rien à lui demander.

- « Merci encore, Kôhei. Et à bientôt. »

Elle le regarda sortir de la pièce, censé être le bureau qui lui était destiné. Elle servait aussi à cela effectivement, mais elle l'avait transformée afin qu'elle réponde d'avantage à ses besoins. Et puis comme cela, elle possédait un endroit où recevoir des patients dans le palais, en plus de la clinique présente dans le petit village présent sous terre. Nozomi se dirigea vers son bureau. Et debout, elle rangea le dossier de Kôhei pour en sortir un autre. Elle se demanda alors qui serait la prochaine personne à venir la voir pour cet examen. Il manquait encore Seitô, Tsubaki, Hiriko, Azumi et bien sûr Matawa. Il n'avait pas terminé son dossier. Mais la jeune femme n'avait pas vraiment hâte de le revoir, encore vexée de ce qu'il avait osé lui dire.

Une présence dans la pièce la sortit de ses pensées. Visiblement la prochaine personne était déjà arrivée. Ce qui n'était pas plus mal, au contraire. Plus vite tout cela serait terminé et plus vite ils pourraient augmenter la défense de leur base. Des mains se posèrent sur ses yeux pour lui boucher la vue. Puis une voix grave qu'elle ne connaissait pas tenta de lui faire peur. Qui était-ce ? Elle se retourna pour répondre à cette question. Tsubaki, la Buta. Une femme très intelligente. C'était à elle que le Shoraizen devait cette base ainsi que toute l'économie créée pour la faire tourner. Nozomi avait beaucoup de respect pour elle. Ainsi qu'une légère jalousie qu'elle tentait de faire taire, depuis qu'elle l'avait vue nommer Seitô comme étant « son » roi. Mais cela ne la regardait pas, il faisait ce qu'il voulait après tout. Ils n'étaient liés d'aucune façon. En tous cas en ce qui concernait ce genre de relations.

La femme debout en face lui sourit, et l'Uma en fit de même. Elle se présenta et exposa les raisons de sa présence. Deux choses que Nozomi savait déjà, mais elle apprécia la politesse dont le Buta fit preuve. Ce n'était pas parce qu'elle était déjà en possession de ces informations qu'elle n'aurait pas dû les rappeler. Et puis il fallait bien commencer quelque part. Elle en fit alors de même :


- « Bonjour, Tsubaki. Comme tu le sais déjà je suis Nozomi. Nous n'avons guère eu l'occasion de nous parler, toutes les deux. »

Au moins, les présentations étaient officiellement faites, désormais. Elle referma la porte derrière sa consœur médecin, puis l'invita à s'asseoir. Pour sa part elle prit place sur son propre siège et inscrivit le nom et le prénom de Tsubaki en haut du dossier, avant de s'adresser à elle avec un sourire.

- « Avant de commencer l'examen, j'aimerais d'abord faire plus ample connaissance avec toi, si tu le permets. Jusqu'à présent nous nous sommes simplement croisées. Et je dois avouer que je trouve ça un peu dommage. »

Elles s'étaient vus au retour de Nozomi à la base ainsi qu'à la réunion des Aizuyake, mais rien de plus. Ne sachant pas vraiment quelles questions lui poser sans paraître intrusive, elle choisit un terrain connu d'elles deux :

- « J'ai cru comprendre que tu étais médecin également, n'est-ce pas ? »

Peut-être que ce serait suffisant pour entamer la conversation. Après tout l'examen lui servait aussi à établir le contact avec les personnes présentes dans son nouveau chez-elle. En espérant que la Buta ne prenne pas mal le fait que l'Uma veuille enrichir leurs relations.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyJeu 5 Mar 2015 - 16:50



L’Uma lui semblait très gentille, aimable, et tout ce qui s’en suivait. Bien entendu, le dire tel quel aurait été une faute de décence, de tact, aussi la Buta garda pour elle ces caractéristiques pour une autre occasion potentiellement propice pour la complimenter. Toujours était-il qu’il y avait à faire, à cet examen, et Nozomi commença par le fait qu’elle regrettait une certaine non-science entre les deux Signes. Chose que la jeune femme ne pouvait qu’approuver :

« Je trouve aussi que c’est dommage, mais on a tout le temps de faire connaissance et de se côtoyer. »

Elle avait dit ça en souriant, comme à son humeur du jour, alors que sa consœur enchérissait par une question portant justement sur leur métier commun, que la fleur n’avait plus tant eu l’occasion d’exercer en situation depuis un moment déjà. Elle refoula cette petite nostalgie en répondant à sa collègue.

« Tout juste. C’est ma mère qui m’a appris ce qu’elle savait, même si je dois avouer que je n’en ai pas beaucoup fait ces derniers temps. Enfin, pas du niveau auquel je suis capable quand je fais de mon mieux. Il y a des personnes plus expérimentées que moi, ici, donc je leur laisse ce travail pendant que je me consacre au mien. »

Elle n’avait, en effet, plus énormément de responsabilités autres que celle de sa fonction, qui englobait déjà bien des choses à faire dans la base. Elle réfléchit quelques secondes à ce qu’aurait été sa vie si elle s’était consacrée à la médecine familial dans son village natal. Elle se dit que si cet avenir n’était pas mal, il lui aurait sans doute paru trop calme, et celui-ci, quoi que mouvementé, lui était moins statique, et lui plaisait tout autant, sinon plus.

« Bon, si tu veux savoir, je suis née dans un petit village, à Kaminari No Kuni. On a relativement été épargnés par les différents conflits, et puis un jour, j’ai voulu voir l’extérieur, j’ai commencé par le pays de Foudre, évidemment, et puis j’ai continué sur Yu. Après, pour faire simple, j’ai rencontré Seitô, et après quelques petites formalités, j’ai fini à mon poste actuel. »

C’était globalement résumé, mais, si elle lui inspirait confiance, elle savait aussi qu’il lui fallait une certaine réserve. Elle n’allait pas lui parler de sa possession mentale ou des meurtres qui en avaient suivi. D’autant qu’elle n’avait pas envie, et ne savait pas même encore pourquoi la Serei l’avait poussée à rencontrer le Sabakyô. Il y avait des secrets que l’on gardait, par peur, par sécurité, et il en était de ceux-là. Elle n’avait pas envie de se retrouver sous méfiance des membres de l’organisation. Seul Seitô était au courant, et son exclusivité informative lui allait parfaitement.

« Globalement, je n’ai pas encore vu grand-chose, mais je pense qu’une fois quelques trucs réglés, je pourrai explorer un peu plus le monde. »

Elle marqua une pause, s’imaginant déjà rentrer chez elle pour un séjour, à raconter à ses parents son périple, empli de péripéties, alors qu’elle n’en était que très loin de la moitié, à l’heure actuelle. Il lui restait bien encore à découvrir, à explorer, à rencontrer, à construire. Tout cela était devant elle, elle avait du chemin à parcourir avant cette heure. Elle reprit ses esprits, et sourit à la Myouga avant de lui demander :

« Alors, qu’est-ce que tu veux savoir, maintenant ? »


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyLun 16 Mar 2015 - 14:40

Tsubaki semblait être du même avis qu'elle, et décidée également à faire plus ample connaissance. Elle lui souriait même. Puis elle répondit à sa question, ainsi elle avait donc apprit ce métier de sa propre mère. Nozomi ne répondit rien mais pensa à la sienne. Aux siennes. Celle qui l'avait mise au monde, tout d'abord. Elle ne l'avait que très peu connue car celle ci était morte, ou plutôt avait été tuée, alors qu'elle-même n'était que très jeune. Si elle avait vécu plus longtemps, peut-être que c'était elle qui lui aurait alors apprit la médecine. Et puis la seconde, ensuite. Qu'elle n'avait pas vu depuis trois ans et demi. Comment allait-elle ? Ainsi que son mari, son père adoptif ? Celui qui l'avait recueillie, quasiment mourante de froid et de faim à proximité de la frontière du pays ? Ils devaient certainement se demander ce qu'elle était devenue...

Quant à son père génétique, là c'était une autre histoire. Ils venaient de se retrouver, puis de se perdre de vue sur cette île. Mais elle ne perdait pas espoir de le retrouver de nouveau. Après tout, elle avait demandé au Yamanaka de s'informer et de le chercher. Il ne faisait aucun doute qu'il l'informerait dès qu'il trouverait quelque chose le concernant. Car oui, pour la jeune femme, il était inconcevable qu'il soit mort. L'homme était bien trop résistant. Il avait bien trop vécu pour une seule et unique chose pour se laisser prendre par la mort si près du but. Car après tout, s'ils étaient partis sur cette île, c'était pour obtenir des informations à revendre contre d'autres informations. Et il allait certainement retrouver ce commanditaire, ainsi que le meurtrier de Casca. Devait-elle aller voir cet homme qui les avait engagés afin de le retrouver ? Non... La vengeance n'était plus son but. L'avait-elle seulement été ?

La Buta poursuivit son – court – récit. A l'entendre, elle avait quasiment toujours vécu dans son petit village. Avant de prendre la route et d'arriver à Yu et y rencontrer Seitô. Peut-être lui cachait-elle des choses. Ce qui étai tout à fait son droit. Ou bien peut-être que c'était réellement son parcours. Et alors, l'ex intendant avait mit la main sur une perle. Car une jeune femme tout juste sortie de son village, capable de restaurer une base comme celle ci, de la faire fonctionner, et même d'instaurer un système économique, ça ne courait certainement pas les rues. Si elle contrôlait aussi bien son chakra qu'elle était intelligente, cette femme était certainement un très bon médecin. Ou bien elle le deviendrait. Dans tous les cas, c'était une chance pour eux de l'avoir au Shôraizen. Seitô s'en rendait-il compte ?

Nozomi continuait d'écouter patiemment, souriant parfois à sa collègue durant ses explications. Malheureusement, ses devoirs envers l'organisation la tenaient maintenant ici, et l'empêchaient d'explorer le monde. Il allait falloir attendre un peu que tout se mette d'avantage en place avant de pouvoir continuer son périple. Même si elle ne pourrait plus aller bien loin ni trop longtemps. Un dernier sourire, et la Buta lui posa à son tour une question, qui la déstabilisa quelque peu.


- « Oh ? Mais... Ce n'est pas un interrogatoire ! »

Elle lui adressa un sourire gêné.

- « Je suis désolée si c'est l'impression que ça a donné ! »

Oui elle avait d'avantage vu ça comme un échange. Et pour que ça en soit vraiment un, c'était d'ailleurs à son tour de parler d'elle-même.

- « Pour ma part je suis née dans la forêt de Hi no kuni. A la mort de ma mère, j'ai commencé à voyager avec mon clan. C'est eux qui m'ont apprit la médecine. Nous suivions les différentes batailles pour soigner les shinobis blessés. Puis à la fin de la guerre, j'étais la seule Myouga restante. J'ai été recueillie par un couple de Yu no Kuni. J'ai vécu six ans dans ce pays. J'ai reprit la route à l'adolescence. J'ai croisé Seitô lors d'une mission. Puis j'ai continué de voyager. Et nous nous sommes retrouvés par hasard trois ans plus tard, alors qu'il était prêt à déserter. C'est ainsi que j'ai rejoint le Shoraizen. Et me voilà de nouveau à vivre à Yu no Kuni. »

Elle lui adressa de nouveau un sourire. La vie était étrange. Elle faisait revenir sur ses propres pas. Ou plutôt la faisait revenir aux sources. Au sens propre comme au sens figuré. Peut-être qu'un jour vivre sous terre lui pèserait trop, et que l'envie de voyager la prendrait de nouveau. Mais la question ne se posait pas pour le moment. Et l'idée ne lui traversait même pas l'esprit. On avait besoin d'elle, alors elle aidait. N'était-ce pas ce qu'elle avait toujours fait ? D'un geste ample du bras, elle invita alors la Buta à poursuivre leur conversation ainsi que l'examen sur le siège prévu à cet effet.

- « Je dois avouer Tsubaki que je suis assez impressionnée de ton travail. Comment as tu apprit à faire ça ? Je veux dire... J'aurais été incapable de faire la moitié de ce que tu as fait. C'est vrai que c'est pour cela que c'est toi qui a cette bague, mais tout de même. Cet endroit est si... Majestueux. J'ai habité dans ce pays pendant des années et je n'aurais jamais pensé qu'un tel lieu puisse exister. »

A elle aussi, il lui restait encore beaucoup de choses à visiter. A commencer par son propre pays.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyLun 23 Mar 2015 - 10:32



Nozomi avait pris la question de la fleur comme considération de la part de cette dernière de leur conversation en tant qu’interrogatoire formel, alors qu’elle n’en avait, à l’égard de celle-ci, aucune rigidité de ce genre, aussi s’était-elle permise de prendre la liberté de lui retourner une certaine curiosité renvoyée par sa nature, qui, chez la Buta, envers sa collègue, se trouvait quelque part, légitime, par son souhait de connaître les attentes de son interlocutrice, de même que moi-même n’avais-je pas considéré cela comme une juste suite, sachant pertinemment que cette phrase serait difficile à suivre, voire d’une certaine irritabilité, au moins chez une lectrice que je sais encore actrice, de pareille manière, à cette péripétie. Toujours est-il que Tsubaki se sentit d’intervenir :

« Ah non, non. Pas du tout. Désolée que tu l’aies vu comme ça. »

La gêne était de mise égale pour les deux partis, alors que la Myouga entamait sa propre histoire. Ainsi avait-elle vécu dans les terres de Yu, fut un temps, avant d’y revenir par la suite après avoir voyagé. Quelque part, le camélia l’enviait, dans sa découverte du monde. Eut-elle aimé seulement en vivre la moitié, encore se promit-elle de s’y atteler dès lors qu’elle en aurait l’occasion, sans savoir ce qui l’en attendait par le tard.

C’est alors que Nozomi posa une question que la jeune femme, pour sa conscience et pour ne pas avoir à cacher une partie de la vérité, se serait bien passée. Mais il n’en était autrement que de répondre, sachant, à la base, qu’elle en serait venue à ce point. Elle laissa son invitée lui souffler le fil de sa réponse.

« La brume a de beaux éloges de la rouge pénombre derrière…
- La brune a de beaux loloches, et la rousse un énorme derrière…
- Une opaque couche avait franchi la plaine…
- Ne m’dis pas qu’tu couches avec Francis Lalanne…
- Une saison, pourtant, n’est plus…
- T’as raison, je n’bandais plus. »

Plaisanterie mise à part, si quelqu’un n’a pas saisi la référence, il va de soi que je lobotomiserai cette personne après lui avoir arraché les parties et les lui avoir fait manger. Mais à présent, place au vrai texte, durant lequel la Serei ne verra pas ses paroles explicitées.

« Je dois avouer que je suis tombée sur cette caverne par un coup de chance. J’ai entendu parler d’un travail pour sauver des archéologues, et je me suis retrouvée ici. Quand j’ai rencontré Seitô, qui avait besoin d’une base, j’ai pensé à ici, et je suis allée… »

Elle n’arriva pas à se soustraire à cette nanoseconde de pause, durant laquelle elle s’énonçait encore, dans son esprit, conscient des actes, ce qu’elle avait commis, ce qu’elle avait fait, ceux qu’elle avait tués.

« … demander de l’aide à un village, un peu plus loin. C’a pris un petit peu de temps, mais on a fait les travaux nécessaires pour que ce soit un vrai palais, comme à son époque. Je n’ai pas beaucoup de mérite, la seule chose à laquelle j’ai vraiment beaucoup touchée, c’est le système de cristaux. J’ai appris beaucoup de choses par les archéologues, et je l’ai mis en pratique après, c’est tout. »

Elle marqua une légère pause, désirée, cette fois-ci, alors que se représentait à son esprit le mystère qu’aurait été cette magnificence sans l’intervention du fameux groupe de scientifiques, auparavant. Cela aurait été certes plus propice au mystère, mais elle ne regrettait pas cette beauté majestueuse qu’elle avait découverte. Mais il était temps de se remettre de phase avec l’instant propice au bon déroulement de leur affaire, alors qu’elle en prenait, à présent, l’investigation quant à une autre inclinaison de celle-ci.

« Mais dis-moi, sans vouloir me montrer impatiente, c’est juste par curiosité : l’examen aura bien une partie corporelle, non ? Et si c’est oui, en quoi ça va consister ? »

Elle avait beau avoir eu quelques entrevues du même genre, par sa mère, à l’époque, mais tout était plus rapide et plus spécialisé. Il y avait une séance pour un sujet, comme les dents, le dos, etc. Ici, elle estimait bien une synthèse complète, mais n’en connaissait pas tous les rouages.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] EmptyLun 13 Avr 2015 - 14:48

Les deux jeunes femmes étaient aussi gênées l'une que l'autre. Elles s'étaient mal comprises, mais la gêne passa rapidement. Puis Nozomi écoutait Tsubaki parler. A l’entendre, ça avait été simple de remettre cette base à niveau. Cette femme devait être sacrément intelligente. Et devait également savoir faire preuve de persuasion pour que les archéologues l'aident ainsi à la rénovation du palais et de tout le reste. Ainsi la jeune femme avait en plus des connaissances concernant les cristaux. L'errante ne cacha pas l'admiration qu'elle avait pour elle. Tout son travail était vraiment impressionnant, et ils pouvaient tous voir ce qu'elle avait fait, et même y vivre. De plus, la Buta minimisait le travail énorme qu'elle avait accompli. Ce n'était pas étonnant que Seitô l'ait recrutée. Cette femme était une perle rare.

Elles se dirigèrent vers la table d'examen que l'Uma avait montrée un peu plus tôt. Et Tsubaki lui demanda alors la suite des événements. Qu'allait-il se passer ensuite ? Nozomi ouvrit un tiroir et prit du coton, du produit ainsi qu'une aiguille et retourna vers sa patiente. Elle lui adressa un sourire afin de la mettre à l'aise.


- « Oui, effectivement. Je vais te prélever un peu de sang afin de l'analyser par la suite. Je vais également prendre différentes mesures comme le poids et la taille. Tout ça sera fait de manière classique. Puis je vais aussi te scanner grâce à mon chakra pour obtenir différentes informations sur ton propre corps. »

Elle nettoya le bras de la jeune femme avant d'y insérer l'aiguille. Et tandis qu'elle lui prélevait le liquide vital, elle continuait :

- « C'est une technique que j'ai apprise par mon clan et peaufinée au fil des années. Je peux l'utiliser de différentes manières. La plus courante me sert à savoir où le patient est le plus blessé. Mais je peux affiner ce que je « demande » à mon chakra qui parcourt le corps du patient. Soit connaître les blessures, soit les constantes, ou d'autres choses. »

Les maladies aussi, comme elle l'avait fait avec Seitô. C'était ainsi qu'elle avait réussi à connaître toutes celles qu'il avait à l'intérieur de lui. Elle les avait décrites sur son carnet, puis s'était entraînée à les guérir, une par une. Quand elle avait pensé que la solution résidait dans le fait de rendre inoffensif son pouvoir. Mais elle avait ensuite réalisé qu'il s'en servait activement, qu'il faisait partie de lui et surtout faisait partie de sa survie. Il ne s'agissait pas simplement d'une capacité lui interdisant tout contact humain avec les autres, mais aussi d'une arme dont il se servait activement.

Elle retira l'aiguille et nettoya de nouveau la peau, cette fois ci pour enlever l'excédent de sang. Un morceau de coton propre fut apposé à la place et maintenu par un morceau adhésif. Si la jeune femme voulait se soigner, elle le pourrait. Mais Nozomi avait de nombreux patients à passer et devait économiser son chakra. Chakra qu'elle fit parcourir à l'intérieur du corps de sa patiente pour prendre ses constantes et obtenir d'autres informations. Puis elle lui sourit de nouveau quand ce fut fait, et l'invita à descendre pour aller sur la balance.


- « Tu peux te déshabiller et te peser. Je vais aussi te mesurer à l'aide des graduations présentes sur le mur. »

Elle se tourna le temps que la jeune femme puisse s’exécuter, et pour qu'elle-même range l’échantillon prélevé et jette l'aiguille usagée. Une fois que ce fut fait, elle se dirigea vers la balance et attendit que sa collègue ait terminé d'enlever ses vêtements pour pouvoir prendre et noter ses mesures.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty
Message(#) Sujet: Re: C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est l'heure de l'examen! [Shôraizen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yu no Kuni :: Base du Shôraizen-