N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: La recherche de la solution [Seitô-kun] /! Pegi 16 /! La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyMer 31 Déc 2014 - 15:05

Les entretiens se poursuivaient sans cesse. Nozomi recevait une après une toutes les personnes présentes à la base, afin de les observer et de leur faire un examen médical complet. Les premiers à y passer avaient été les porteurs de bague. Dont elle s'était occupée personnellement. Puis elle était ensuite passée aux autres, ceux qui avaient suivit les déserteurs de Konoha. Le devenant à leur tour. Elle devait parfois écouter leurs récits, et les rassurer. Ou bien les consoler car ils avaient laissé des proches à Konoha. La jeune femme n'était pas très à son aise pour cela, mais elle écoutait patiemment et adressait des sourires compatissants. La tâche était longue et ardue, mais heureusement quelques médecins étaient à ses côtés pour la soutenir et alléger son travail.

Ce soir là, elle délaissa sa salle d'examen ainsi que son laboratoire contenant tous les échantillons à analyser. Non, elle désirait plutôt se pencher sur un projet plus personnel. Un sujet sur lequel elle travaillait depuis plusieurs années. Elle se trouvait donc dans sa chambre, feuilletant les divers livres empruntés à Tsubaki. Ceux ci contenaient plusieurs informations intéressantes, qu'elle notait alors dans son carnet. Mais elle n'y trouvait pas ce qu'elle voulait. Pensait-elle que ce serait aussi simple ? Bien sûr que non . Sinon les médecins de Konoha auraient trouvé une solution depuis longtemps.

Mais elle y travaillait depuis des années, maintenant. Et puis elle s'y connaissait bien plus en médecine et en maladies que la plupart des médecins. Après tout, c'était l'un de ses seuls atouts. N'était-elle pas elle même médecin depuis son plus jeune âge ? Mais pourtant, elle ne trouvait rien. Rien qui ne puisse offrir une solution convenable à la solitude de Seitô. Elle refusait qu'il doive porter un masque pour le restant de sa vie. L'isolant ainsi du monde et des personnes qui avaient confiance en lui.

Assise sur sa chaise, les coudes posés sur son bureau, l'ex errante se massait les tempes. Elle avait beau réfléchir et tourner le problème dans tous les sens, elle ne trouvait pas de solution. La première chose à laquelle elle avait pensé était naturellement de détruire tout simplement les virus qu'il portait en lui. Ainsi, même sans masque, il aurait pu rester en présence d'autres personnes puisqu'il n'aurait plus eu aucune maladie à transmettre. Chose qui se faisait sans qu'il ne le veuille. Alors elle avait travaillé là dessus, s’entraînant jour après jour à désintégrer différents virus. Notant ses progrès dans son carnet. Carnet dans lequel elle avait listé tout ce que contenait Seitô. Chose qu'elle avait su en le scannant lors de leur mission. Mais cette solution avait un inconvénient. Cela détruisait également sa force de frappe. Car ces maladies étaient certes encombrantes, elles étaient également un moyen de combattre.

Alors elle avait laissé tomber ce choix. Puis elle avait pensé à autre chose : le masque était une sorte de catalyseur. Il aurait alors fallu un moyen pour catalyser ses compétences, mais d'une autre façon. Elle avait pensé à créer des anticorps à distribuer aux personnes le côtoyant. Mais là encore, ce n'était pas une bonne solution. Car si ça tombait entre les mains de l'ennemi, il serait immunisé contre le Sabakyô. Et ce n'était pas le but recherché. Elle s'était alors tournée vers le fuinjutsu. S'il portait des sceaux empêchant les différents virus de sortir de son corps, alors il pourrait vivre librement parmi les gens sans porter son éternel masque. Mais là encore, il y avait un hic. Cela consommerait du chakra en permanence. Et il serait constamment fatigué.

Elle tourna une nouvelle fois les pages d'un des livres, qu'elle parcourait pour la troisième fois. Peut-être que la solution était là, sous ses yeux, et qu'elle lui avait échappée. Mais elle soupira en refermant le livre. Rien, elle n'avait encore rien trouvé. Elle ne trouvait pas de solution à ce problème. En existait-il au moins une ? Les autres Sabayô présents dans la base vivaient normalement, sans masques. Car ils n'avaient simplement pas eu à subir la même chose que lui. Ses parents avaient fait de lui une machine à tuer, sans penser à l'avenir de leur enfant en tant qu'être humain. Résultat, son pouvoir n'était pas stable et il en était réduit à s'isoler. Et cela depuis bien trop longtemps. Pour combien de temps encore ? Tant qu'elle ne trouverait rien, il resterait ainsi.

Elle se leva de sa chaise et fit quelques pas. Réfléchissant toujours à comment faire. Mais aucune autre idée ne lui venait en tête. Rien. Elle ne trouvait rien. Que devait-elle faire ? Abandonner l'idée de l'aider ? Elle ne pouvait pas s'y résoudre. Mais comment ? Même les livres ne lui donnaient aucune solution. D'un mouvement rageur, elle passa le bras sur son bureau et envoya tout valser au travers de sa chambre. Les ouvrages, son carnet, ses stylos. Toutes ses notes. Tout se retrouva éparpillé sur le sol, faisant un bruit sourd en retombant.

Elle sortait très rarement de ses gonds. Mais travailler si longtemps sur ce projet pour au final ne pas avancer, ça la mettait hors d'elle. Surtout quand c'était pour quelqu'un qui lui tenait à cœur. Mais c'était étrange qu'elle le prenne tant à cœur, d'ailleurs. Et qu'elle y mette tant du sien. Certes, elle rendait toujours service. Et elle s'était promis qu'elle lui trouverait une solution. Mais jamais elle ne s'était autant investie pour quelqu'un. Même pour quelqu'un qu'elle... Aimait ?

Debout dans la pièce, elle posa la main sur le dossier de son siège pour se soutenir. Son regard parcourait le désordre mais son esprit était ailleurs. Elle venait de se rendre compte d'une chose importante. Depuis quand ? Quand il était venue lui dire sans sa chambre d'hôpital que mourir pour elle n'était pas quelque chose d'inutile ? Quand il l'avait sauvée de Monwa ? Quand il l'avait recrutée, lui disant qu'elle était tout ce pour quoi il se battait? Ou bien, quand il s'était confiée à elle, et lui avait conté son histoire, au coin du feu il y avait plusieurs années de cela ? Elle n'en savait rien. Mais c'était vrai qu'à bien y réfléchir, il lui avait plu depuis le début... Elle s'agenouilla pour commencer à ranger ses papiers, en même temps que ses pensées.


Dernière édition par Sabakyô M. Nozomi le Mar 3 Fév 2015 - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyLun 12 Jan 2015 - 10:08

    « Et que comptes-tu faire ? »


Elle était là, en face de moi. L'inaccessible être s'étant engouffré dans une faille mentale que j'avais inconsciemment laissée ouverte. Écrasant mes capacités et les remplaçants par de nouvelles, stabilisant mon pouvoir. Assez pour enlever mon masque ? Non. Ou en fait, pas totalement. J'avais réussi à avoir un contrôle supérieur, mais j'avais la très nette impression qu'il ne serait jamais complet. Étais-je triste de cette situation ? Probablement. Mais la peine s'était évanouie avec le temps... Elle était présente, mais je ne la ressentais plus. Ou alors, encore un peu...

    « Tu l'aimes, n'est-ce pas ? »


Mon regard, qui s'était plongé dans le vide de cette salle difforme et noire, se fixa de nouveau sur la protagoniste en face de moi. Sa silhouette s'était stabilisée, et je pouvais dès à présent distinguer dans l'ombre une forme féminine. Les cheveux noirs, longs. Une combinaison noire et moulante, renforcée aux endroits stratégiques pour le combat. Une Shinobi qui me semblait familière, mais je n'en avais encore aucune idée de qui elle pouvait être...

    « Bien sûr que oui, tu l'aimes. C'est évident, ça crève les yeux. »


De qui parlait-elle ? Je l'ignorai. Ce sentiment, l'amour, je ne l'avais plus revu depuis un long moment... Un très long moment...

    « Tu ne vois pas de qui je parle ? Et si je te dis... Errante pour qui tu donnerais ta vie ? Ça te revient ? »


Je fronçais les sourcils. Nozomi...? Mon regard s'adoucit à cette pensée. Si je me concentrais, je pouvais sentir une légère et douce chaleur réconfortante m'envahir en pensant à elle. Oui, c'était une femme mystérieuse qui avait le don de m'apaiser, de me faire baisser ma garde quasi-constante. Une femme pour qui je donnerai absolument tout, jusqu'à ma vie. Pourquoi ? Cette question n'avait aucune réponse cohérente, raisonnable. J'étais totalement dans l'illogisme pur, transgressant les idéaux que je me faisais du Shinobi. Le devoir où elle ? Le choix ne serait pas difficile. Ce serait elle.

    « Peut-être. »


Cette réponse trahissait la véracité des mots que la Dame en Noire tenait. Tout ce qu'elle disait... Au fond, je savais qu'elle avait raison. Et elle aussi, savait qu'elle avait raison. Elle pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert. Après tout, elle était devenue, juste après ma chute à Kumo, une partie de mon esprit. Alors pourquoi ne pouvais-je pas accéder au siens ?

    « Il y a un moyen, tu sais. De la faire devenir tienne. »
    « La faire devenir mienne ? »


Je ne comprenais pas l'essence même de ses mots. La faire devenir mienne ? Qu'est-ce que cela voulait dire ? Est-ce que cela avait un sens ? Cette pensée était réconfortante, mais impossible. J'étais, je suis, et je demeure le Brouillard Solitaire d'Ame. Mon corps est une arme vouée à la Destruction d'autrui, pas à la création, pas à la coopération. Ce qu'elle me disait était impossible...

    « Détrompe-toi, Seitô. C'est bel et bien possible, mais pour une seule personne... »


Possible ? Mais comment ?! Mon regard se faisait avide de connaissance, j'avais envie de savoir. Je devais savoir. Comment faire pour accéder à ce pouvoir...

    « Comment ? »
    « Tout simplement en [...] »


****

Un fracas sourd me sortit de ma torpeur. Je me réveillais, souvenir intact de ce rêve étrange... J'avais désormais le pouvoir de faire de Nozomi quelqu'un capable de résister à mon pouvoir. Pourquoi n'y avais-je pas pensé avant ? Aucune donnée Sabakyô n'avait ce genre d'information, tout simplement. Alors comment cette fille pouvait-elle l'avoir ? Ou alors était-ce quelque chose qui était exclusivement réservé au Chef du Clan Sabakyô... Dans ce cas, la faute se trouvait en la personne de Sabakyô Lamara. Si c'était le cas, un jour, cette femme le paiera.

Mais le bruit me rappela à l'ordre. Sa provenance était proche... La chambre de Nozomi. Je bondissais de mon lit, un simple pantalon large de style jogging, avant de me diriger vers l'extérieur. Les ennemis nous aurait-il trouvé ? Un espion au sein du Shôraizen ? J'allais en avoir le coeur net. Dévalant dans le couloir, j'allais directement dans la chambre de Nozomi avant d'ouvrir la porte dans un assez grand... Fracas.

    « Nozomi, tu vas bien ?! »


Mon cœur ralentit quand je vis qu'elle n'avait rien. Au contraire, la salle elle, était dévastée. Bouquin, notes, crayons, stylos, papiers... Tout était par terre. Je m'avançais, doucement vers elle, avant de m'accroupir afin de l'aider a ramassé ses papiers.

    « Que ce passe-t-il Nozomi ? Sur quoi travailles-tu pour être si en colère ? »


Avant même qu'elle ne me réponde, mon regard se figea sur une des feuilles traînant au sol. Une liste d'anti-virus, et de maladies qui m'étaient familières. J'aurai pu croire à une simple création d'anti-virus pour l'hôpital, mais un détail fut frappant. Sur cette fiche était inscrit... Mon prénom.

    « Tu... Tu cherches une solution à mon problème ? »


Mon regard se fixa sur elle, hésitant. Car la solution, je l'avais acquise. Pas plus tard que cette nuit... Hors, cette solution était égoïste... Trop égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyMar 13 Jan 2015 - 21:57

Alors qu'elle commençait à ranger les livres éparpillés un peu partout, la porte s'ouvrit violemment. Faisant lever la tête de la jeune femme sur celui qui occupait ses pensées: Seitô. Il s’inquiéta alors de savoir si elle allait bien. Un peu surprise de le voir débarquer dans sa propre chambre, elle ne répondit pas. Son regard ne le quittait pourtant pas pour autant. Plus précisément, il parcourait le torse nu du jeune homme. Elle ne savait pas très bien ce qui la gênait le plus à l'instant présent: le fait que l'homme qui occupait ses pensées arrive dans l'instant, qu'il soit à moitié nu dans sa chambre ou encore qu'il voie tout le foutoir qu'elle avait mit dans la pièce. Pire encore: il se rendit compte qu'elle travaillait sur le projet qu'elle tentait de faire aboutir depuis plusieurs années. Projet qui le concernait personnellement, puisqu'il en était le bénéficiaire.

Elle détacha péniblement ses yeux du corps qui l'attirait étrangement pour les poser dans les siens. Puis, gênée, elle entreprit d'entasser à la hâte toutes ses notes afin de les cacher à la vue de Seitô. Hors de question qu'il croie qu'il était un rat de laboratoire, un simple sujet d'expériences. Ou encore qu'elle faisait tout cela dans un but purement médical. Non, elle désirait sincèrement l'aider. Seulement... Elle n'avait plus d'idées, elle ne savait plus vers quoi se tourner pour trouver des pistes. Elle poussa un soupir, et reposa le tas doucement au sol.


- "Je... Je suis désolée. Je ne voulais pas te déranger..."

Leurs chambres étaient côte à côte et il avait accouru dès qu'il avait entendu le bruit. Sa tenue le prouvait. C'était réconfortant, de savoir qu'il pouvait venir l'aider à chaque instant. Mais pour le moment, c'était à elle de lui venir en aide. Elle prit une profonde inspiration, avant de poser son regard dans le sien.

- "Oui, je... Travaille sur... Toi."

Son problème. C'est ce qu'il avait dit. Il était donc du même avis qu'elle, et désirait trouver une solution à cela. Même s'il n'en avait jamais parlé. Du moins, pas en sa présence. Jamais elle ne l'avait entendu se plaindre. Ce qui ne l'empêchait visiblement pas d'en souffrir.

- "Mais je ne trouve rien, Seitô-kun... J'ai essayé plusieurs choses, depuis la première fois où l'on s'est rencontrés. Mais rien ne va. Je ne trouve rien. Je ne comprends pas."

Elle regardait ses notes avec ses différentes solutions possibles, tout en disant cela.

- "Tous les autres Sabakyô qui ont déserté avec vous n'ont pas de masque, tu es le seul à en posséder un... Pourquoi? Mais ne t'inquiète pas, je vais continuer, il est hors de question que je laisse tomber. Je n'ai pas encore analysé leurs sang, car je devais d'abord tout mettre en place. Comme je ne peux pas être en contact avec celui ci sans risquer de tomber malade... Et il faut aussi éviter que les virus puissent se répondre. Alors il y a certaines précautions à prendre."

Un médecin qui ne pouvait même pas être au contact de ses patients, c'était un comble... Et même lui, elle ne pouvait pas l'approcher sans risquer d’attraper quoi que ce soit. Elle poursuivit.

- "Quand ce sera fait, je comparerais les résultats avec les tiens. Peut-être que... Peut-être que je trouverais quelque chose."

Son regard tomba sur le carnet où elle y avait inscrit sa première rencontre avec le Sabakyô. Elle parcourut les lignes. Puis s'adressa de nouveau à lui.

- "Seitô-kun... Ce jour là, tu m'as dit qu'il y avait deux sortes de Sabakyô. Ceux qui naissaient de parents Sabakyô, et ceux qui... Le devenaient. Est-ce que... Tu t'en souviens? Et si jamais... Il manquait quelque chose? Si ça avait mal tourné?"

Elle baissa de nouveau la tête, avant de ramasser mollement les livres de Tsuabki. Pourvu qu'elle ne les ait pas abîmés...

- "Non... Ça ne peut pas être aussi simple... J'imagine que les médecins de Konoha ont également dû y penser. Tu étais intendant là bas, après tout. Et le village doit avoir beaucoup plus de moyens que moi."

Elle ajouta, dans un murmure, pour elle-même:

- "Et plus compétents, aussi..."

Ils avaient dû y travailler longtemps, certainement. Alors pourquoi s'imaginait-elle qu'elle trouverait quelque chose qu'un village shinobi n'avait pas trouvé? C'était complètement stupide! Elle était complètement stupide! Non seulement elle ne trouvait rien, mais en plus elle le dérangeait à une heure tardive. Et lui faisait part de son peu de progrès. Alors qu'il s'imaginait peut-être qu'elle trouverait rapidement... Elle lui avait donné de faux espoirs. Elle aurait mieux fait de se taire...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyMer 14 Jan 2015 - 3:58

Elle commença par se précipiter à récupérer le maximum de feuilles me concernant. Étais-je gêné d'être étudié avec autant de minutie ? Non. Après tout, pourquoi le serai-je ? Ce n'était pas une surprise. Dès notre première rencontre, elle m'en avait fait la promesse. Elle me le rappelait souvent, alors non, ce n'était pas une surprise. Je la regardais, écoutant ce qu'elle avait à me dire. Ce qu'elle voulait me dire, là, tout de suite, tremblante de gêne et de honte...

Désolée ? Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi elle me disait cela. Pour m'avoir déranger, ou pour ne pas avoir trouver une solution ? C'était deux choses distinctes, et pourtant aujourd'hui confondue. Elle bafoua, m'avouant qu'elle travaillait sur moi, qu'elle ne trouvait rien, Qu'elle ne comprenait pas. Je me rapprochais d'elle, doucement...

Je détournais les yeux d'elle lorsqu'elle évoqua les deux types de Sabakyô. Elle pensait pouvoir trouver une solution dans ce qu'il s'était passé lorsque mes parents m'avaient offert la marque du Destructeur. S'il y avait eu une erreur... Non, il n'y en avait pas eu. Tout fut fait avec une application très rigoureuse. Ma marque du Destructeur était aussi complète que celle d'un autre Sabakyô.

Mais mon regard se posa de nouveau sur elle. Elle doutait de ses capacités... Sur les moyens qu'elle disposait pour y arriver. Je m'avançais vers elle et me risquais à la prendre dans mes bras. L'enserrant dans cette étreinte réconfortante, je lui dis tout simplement :

    « Tu es probablement la médecin la plus compétente que je connaisse. Dans ce monde, seul une poignée de Médecin usant du chakra aurait eu le pouvoir de décomposer les virus présents dans mon corps, ce que tu as fait. Tu es Uma parce que tu comptes pour moi, mais aussi parce que tes compétences te permettent de l'être. »


Je caressais son dos, je profitais entièrement de la douce chaleur de son corps sur ma peau nue. Pour rien au monde je ne lâcherai cette étreinte...

    « La différence qu'il y a entre moi et les autres Sabakyô est qu'ils appartiennent à une seule des deux catégories. Je suis des deux. Mon corps dispose naturellement du Pouvoir des Sabakyô, tandis que ma propre marque du Destructeur renforce et concentre mon pouvoir. Et c'est parce que je suis les deux que je libère, sans contrôle, des maladies autour de moi. À une époque, j'y ai beaucoup réfléchis. Et j'en suis arrivé à la conclusion que ce problème n'avait aucune solution... »


Je resserrai l'étreinte par nervosité, avant d'annoncer...

    « Mais il existe une alternative à cette solitude qui me ronge. »


Je profitais des derniers instants de la chaleur que Nozomi apportait à mon corps, avant de rompre le contacte entre nos deux corps afin de pouvoir plonger mon regard dans ses yeux.

    « Si tu souhaites un jour me voir sans ce masque, il va falloir que tu acceptes de le porter... »


Je restais silencieux... Devais-je être plus clair ? Je l'ignorai, mais en tous les cas, je ne pouvais laisser de place aux doutes.

    « Soit l'on né Sabakyô, soit on le devient. Les autres Sabakyô ont une résistance plus élevée à mes maladies car ils possèdent la marque du destructeur ou sont de naissance Sabakyô, mais tout deux ne sont pas immunisé tout simplement car la source de leurs pouvoirs diffère de la mienne. Néanmoins, si j'appose la marque du Destructeur personnellement, si ce sceau possède la même source que mon sceau alors... »


Je fis une pause, baissant les yeux et la tête...

    « Alors je ne serai plus seul... »


Une utopie ? Un rêve ? Une réalité ? Je n'en avais aucune idée. Mais je n'aurai aucune autre chance...

    « Mes pouvoirs changent, tu le sais. Bientôt, je ne serai plus capable de maîtriser le Fuînjutsu, ni même de faire ce que je te propose actuellement. Mais il me reste encore suffisamment de pouvoir afin de t'apposer cette fameuse marque du Destructeur. Il me reste encore suffisamment de pouvoir afin de faire de toi la seule et unique Sabakyô ayant la même source que la mienne... Mais si je fais cela... »


Je serrai les dents, avant de relever ma tête, la regardant dans les yeux...

    « Tu deviendras une Sabakyô incapable de vivre avec les autres sans un masque à gaz... Avec toute personne sur cette terre... Hormis moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyMer 14 Jan 2015 - 19:05

Elle avait chuchoté, de telle façon que sa propre phrase avait été presque inaudible même pour elle-même. Et pourtant... Il semblait l'avoir entendue prononcer les derniers mots. Car il la prit dans ses bras. D'abord surprise, ce fut naturellement la peur qui prit le dessus. D'être aussi proche physiquement d'un homme. Puis ses muscles se décrispèrent petit à petit. Elle l'écoutait, sans bouger. Il lui expliqua de nouveau pourquoi elle était Uma: grâce à ses capacités que peu de médecins possédaient. Et aussi, car elle comptait pour lui?

Elle posa alors la tête sur lui, et se laissa complètement aller. Profitant de la chaleur de son corps contre le sien. Une chaleur réconfortante, apaisante. Il caressa alors son dos et elle sentit son propre cœur battre à tout rompre. Elle n'aurait voulu se trouver nulle part ailleurs en cet instant. Sa place était ici, dans ses bras protecteurs. N'importe qui aurait pu les voir par la porte restée ouverte et en tirer des conclusions hâtives. Mais elle n'y pensait pas. Non, elle profitait simplement, sans penser à rien d'autre qu'à l'instant présent.

Tout contre l'homme qu'elle aimait, elle l'écouta poursuivre. Il lui parla de nouveau de la marque du destructeur qu'il possédait. D'après lui, il n'y avait aucune solution. Alors, pourquoi l'avait-il laissée chercher? Peut-être avait-il espéré qu'elle trouve quelque chose? Elle avait certainement réveillé un espoir enfoui depuis longtemps. En vain, puisqu'elle était bredouille... Et elle s'en voulait. Peut-être n'aurait-elle pas dû lui en parler avant d'avoir trouvé quoi que ce soit. Puis il ajouta qu'il existait une alternative. Il existait donc une solution? Elle plongea ses yeux dans les siens, d'un air interrogateur, lorsqu'il défit l'étreinte.

Porter elle-même le masque.

Voilà ce qu'elle devait faire. Mais elle se posa alors plusieurs questions. Auxquelles il répondit sans même qu'elle les ai posées. Tous les Sabakyô n'étaient pas immunisés les uns contre les autres: ils devaient posséder la même souche pour cela. Ainsi, les Sabakyô présents au Shôraizen ne pouvaient pas survivre en présence de Seitô s'il enlevait son masque. Mais si lui même posait la marque du destructeur sur quelqu'un, alors cette personne serait immunisée contre lui, et inversement. Mais... Cette personne devrait porter elle-même un masque toute sa vie, comme lui. Mais il ne serait plus jamais seul. Et il ne lui restait plus beaucoup de temps pour apposer le sceau, car ses pouvoirs changeaient. Une seule personne pourrait donc y prétendre. Et il voulait que cette personne, ce soit elle. Il ajouta qu'elle serait incapable de vivre sans masque avec une autre personne que lui.

Tournée vers lui, elle posa les mains sur l'objet froid. Et le caressa doucement. Dessinant le contour du bout des doigts. Elle serait la seule à pouvoir le voir sans. Voir ce qu'il y avait dessous, son visage. En avait-elle envie? Oui. Avait-elle peur d'être coupée du monde? Oui. Mais est-ce que cela comptait tant que ça? Non. Elle avait la possibilité de partager son fardeau. De vivre de la même façon que lui, de le comprendre. D'être naturellement résistante à toute maladie. Et c'était un atout non négligeable pour quelqu'un qui côtoyait à longueur de temps des gens porteurs de virus. Elle devrait faire attention à ne pas en donner elle-même. Mais c'était le prix à payer. Les doigts s'arrêtèrent. Puis allèrent ensuite se poser sur ses épaules.


- "Si l'on fait cela, alors... Est-ce que j'aurais tenu ma promesse?"

Il ne serait plus seul, c'était ce qu'il lui avait dit. Mais une seule personne, serait-ce suffisant? Ce n'était pas vraiment ce à quoi elle avait pensé. Elle y avait réfléchit durant des longs mois, et finalement c'était lui qui avait trouvé une solution à son propre problème. Une autre question lui brulait les lèvres. Mais elle ne la posa pas. Car elle avait peur de la réponse qu'il pourrait lui donner. Pourquoi elle? Parce qu'elle était la seule à s'être penchée sur son problème? Ou bien parce qu'elle était la seule avec qui il voulait rompre la solitude?
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyJeu 22 Jan 2015 - 19:28

Je finissais de parler... Ses mains douces et chaudes touchèrent mon masque d'un froid glacial. Elle touchait ses formes, ses particularités, écoutant le souffle métallique qui serait probablement similaire au sien. Bientôt ? Je l'ignorai. Étais-je prêt à la couper du monde pour l'avoir avec moi ? Ma réponse n'avait aucune importance. C'était à elle, et à elle seule de prendre sa décision. Au moins, elle avait le choix de le faire.

Puis ses mains s'arrêtèrent et se posèrent sur mes épaules. Elle me posa une question étrange : est-ce qu'elle aurait tenu sa promesse ? Oui. Elle l'aurait tenue. Ou du moins partiellement, mais je m'en fichais. Je n'avais pas besoin d'une autre personne qu'elle ayant le pouvoir de voir à travers ce masque. Car elle seule avait eu le pouvoir de briser les frontières glaciales que je posais, volontairement ou involontairement, entre moi et les autres. Elle avait réussi à percevoir, à travers ce cruel morceau de métal, une partie de moi que je laissais enfouie. Étais-ce le vrai moi ? Je l'ignorai. Mais si pour elle c'était le cas, alors je voulais bien le croire...

Mes mains glissèrent de ses épaules, longeant son bras, tandis que mon front se colla au siens. Je la regardais, droit dans les yeux. Ou plutôt, je la dévorai des yeux. Le souffle métallique de mon masque laissa entendre mes paroles...

    « Oui... »


Ce mot s'échappa de mon masque et plongea ma bien-aimée dans une puissante illusion. Mes mains rattrapèrent délicatement son corps qui s'endormait doucement dans mes bras. Je n'avais pas fait ça pour rien, non, seulement la douleur serait moins présente si elle n'était pas consciente. Doucement, je la soulevais, la gardant dans mes bras et partais en direction de la sortie de la base.

Vers une destination qui la mènerait sur le chemin des Sabakyô...

Pensif, je continuais en traversant la base dans un silence sans nom. Dans la nuit, il n'y avait que peu de personnes éveillées, et les gardes ne posèrent pas de questions en me voyant franchir les portes avec l'Uma inconsciente dans mes bras. Je marchais, plusieurs heures durant, jusqu'à atteindre une cabane en bois avec une source chaude. C'était là que je venais me reposer, un endroit secret que même les Aizuyake n'en avaient pas conscience. Un endroit couper du monde et des histoires de politiques, de Furyou ou de tout ce qui touchait au monde ninja...

La déposant sur le lit, je faisais attention de l'installer de façon confortable. Sans perdre un instant de plus, je délogeais une petite lame d'un de mes étuis avant de l'apposer sur mon doigt, faisant couler une perle de sang, très concentrée en chakra. Dans cette dernière se trouvait mon virus mère, la base de mon pouvoir qui serait très bientôt la base du sien. De notre pouvoir... Ouvrant avec délicatesse ses lèvres, je laissais perler la goutte de vitae dans ce petit espace. Elle coula et tomba sur sa langue, bougeant et traçant un sceau. Le sceau des Sabakyô... Indélébile.

Je laissais ensuite le temps filer, pensant à ce que j'avais fait. Était-ce une condamnation ? En avais-je le droit ? Je l'ignorai. Mais le mal était fait, le sceau était tracé. Fiévreuse, je cherchais un morceau de tissu, l'imbibant d'eau froide avant de le mettre sur son front. C'était une réaction normale... L'essence même de son corps changeait. Ses défenses immunitaires allaient bientôt disparaître pour laisser place à des bactériophages beaucoup plus résistants aux maladies. Sont corps allait communier avec les maladies, tout comme le mien étaient en fusion avec elles.

Le soleil se couchant, elle se réveilla. Je lui posais une main sur elle, avant de dire simplement...

    « Ne force pas... Le processus n'est pas encore complet... Sabakyô Nozomi... »


Oui, elle portait désormais ce nom. Elle s'était endormis en tant que Myouga, elle se réveillait en tant que Sabakyô.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyVen 23 Jan 2015 - 15:00


Légèrement inquiète, la jeune femme attendait la réponse à sa question. Et si ça ne suffisait pas? Et s'il s'attendait à autre chose? Elle aurait voulu l'aider d'avantage. Trouver une solution bien plus efficace. Pour qu'il n'ait plus jamais à porter ce masque. Pour sortir de ce labyrinthe de relations humaines incomplètes. Où il devait manger seul sans participer aux repas communs. Où il ne pouvait même pas embrasser quelqu'un sur le front sans risquer de le tuer. Elle aurait voulu entrer de ce labyrinthe et l'emmener vers la sortie. Mais tout ce qu'elle pouvait faire était d'y entrer et de rester avec lui. Pour lui tenir compagnie, afin qu'il se sente moins seul. Juste eux deux. Un voyage qu'elle ferait volontiers.

Elle sentit les doigts caresser doucement sa peau, tandis qu'il se rapprochait d'elle. Posant leurs deux fronts l'un sur l'autre. Ils étaient si proches... Elle plongea ses yeux dans les siens. Ces yeux si particuliers qui avaient la capacité de changer de couleur. Oui, elle désirait le suivre n'importe où. Pour pouvoir profiter d'autres instants comme celui-ci. Et oui, fut également sa réponse. Alors un sourire apparut sur le visage de la jeune femme. Un sourire qui n'eut pas le temps de se dessiner complètement. Car elle sombra rapidement dans le monde des songes. Le monde où il l'avait emmenée.

Quand elle en sortit, la première chose qu'elle sentit fut la présence de Seitô à ses côtés. Une puissante présence mais pourtant apaisante. Puis son propre état. Elle avait anormalement chaud. Mais pourtant, elle tremblait et était parcourue de frissons. La fièvre. Était-elle tombée malade? S'était-elle évanouie? La voix de l'homme présent dans la pièce répondit à ses questions. Il lui disait de ne pas forcer. Et parlait d'un processus. Il avait fait d'elle une Sabakyô. Il l'avait sûrement endormie d'une quelconque façon avant de lui faire cela. Son corps lui disait effectivement qu'il se passait quelque chose. Même sans la fièvre elle se sentait différente. Sans bouger, elle répéta après lui. En ajoutant un détail:


- "Sabakyô... Nozomi... Et Seitô..."

Elle portait désormais le même nom que lui. Ils étaient liés. Elle posa une main sur la sienne. Celle qu'il avait posée sur elle. Puis se tourna vers lui et lui adressa un sourire. Ainsi qu'un regard empli de fierté. Le même nom que l'homme qui allait libérer le monde des shinobis. Celui qui ferait de ce monde, un monde libre. Et elle était à ses côtés. Alors oui, elle ne pouvait en être que fière. Puis elle se redressa légèrement, et découvrit la pièce dans laquelle ils se trouvaient. Elle ne connaissait pas cet endroit. Ça ressemblait à une cabane en bois. Elle ne se souvenait pas qu'il y ait eu ce genre d'endroit dans la base du Shôraizen.

- "Où sommes nous? Je ne ressens personne dans les environs. Tu m'as enlevée?"

L'idée était plaisante. Ils n'étaient pas à la base. Elle avait beau essayer de ressentir les chakra des environs, elle ne sentait personne d'autre que Seitô. Un nouveau frisson la parcourut. La base... Elle repensa alors à quelque chose.

- "Oh non, Seitô-kun!"

Puis elle se tourna de nouveau vers lui, ajoutant vivement:

- "Je n'ai pas fini de ranger les livres de Tsubaki! Ils sont restés par terre! Si elle voit ça, elle ne va jamais me les prêter de nouveau..."

Elle ajouta plus doucement.

- "Tu pourras lui en parler? C'est ta reine, non? Tu dois bien la connaitre..."

Elle le fixa quelques instants de ses yeux vitreux. Elle parut réfléchir. Puis elle se coucha de nouveau, en rougissant de sa propre bêtise. Avait-elle vraiment dit ça? Elle avait envie de se cacher sous le drap... La fièvre n'avait vraiment pas de bons effets et lui faisait dire n'importe quoi. Sans oser le regarder de nouveau, elle reprit la parole.

- "Tu restes avec moi le temps du... Processus?"

Elle l’espérait en tous cas. Rester seule dans un endroit inconnu et fiévreuse qui plus est n'était pas une chose des plus réjouissantes. Le tout était de réussir à se taire le temps de retrouver son état normal. Elle n'avait pas envie d’aggraver son cas. Elle prit sa main dans la sienne. Il n'aurait pas le choix. Si elle le tenait, il serait bien obligé de rester, non? Même s'il avait déjà une reine...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyMar 27 Jan 2015 - 10:48

Je lui souriais, bien qu'elle ne puisse pas le voir. Sabakyô Nozomi et Sabakyô Seitô... Cette idée était réconfortante, plaisante et apaisante. Je la regardais, elle et son air un peu perdu et vulnérable, qui insinuait que je l'avais enlevé. D'un ton léger et calme, je lui répondis :

    « Et si c'était le cas ? N'ai-je pas le droit de t'enlever ? »


Je la regardais droit dans les yeux, l'observant dans le moindre de ses mouvements. Puis, elle paniqua, balbutiant que les livres de Tsubaki étaient par terre. Je la trouvais magnifiquement belle et innocente, une fleur blanche si douce... Le temps semblait s'arrêter. Mais mon regard se figea. Tsubaki ? Ma Reine ? Je ne comprenais pas. Qu'est-ce qu'elle voulait dire par là ? Pourquoi me disait-elle ça ici ? Et surtout, pourquoi me disait-elle ça ?

J'arquais un sourcil, tandis qu'elle se cachait sous le drap blanc. Rougissante, je pouvais sentir mon cœur battre dans ma poitrine. Du stress ? De la tension ? Une vague de sentiments ? Ce cœur qui semblait éteint depuis si longtemps, l'avait-elle fait sortir de sa torpeur ? Je n'en savais rien, et je libérai un soupir amusé. Peut-être ne sonnait-il pas comme ça à travers mon masque de fer ?

    « Tsubaki est effectivement très utile. Mais bien qu'elle m'appelle ''Mon Roi'', ce n'est pas ma Reine. Il ne peut pas y avoir deux Reines pour un seul Roi... »


Je regardais le drap, déplaçant ma main jusqu'à ce dernier avant de le soulever pour dévoiler son visage marqué par le rouge de la honte. Cela me faisait sourire, tandis que je la regardais tendrement. Je lui prenais sa main et la déplaçais derrière ma tête, sur le simple cliquetis retenant mon masque. Sa peau était chaude et douce, passant à travers mes cheveux pour atteindre la barrière me séparant du monde. Je lui murmurais...

    « Je resterai avec toi pour l'éternité... Seulement... »


Je faisais pression sur sa main grâce à la mienne. L'attache cliqueta, tandis que j'entendais mon cœur bondir dans ma poitrine. Ce son était étrange, à la fois déchirant et plaisant. Une tension nouvelle, je pouvais le sentir... Mon front se posa sur le sien...

    « Veux-tu êtres ma Reine ? »


Ma voix réelle ne se confondait plus avec celle du masque. On pouvait y entendre celle métallique, mais aussi la réelle. Une voix... Humaine ?

Désolé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyMar 27 Jan 2015 - 19:13

Spoiler:
 

Elle avait écouté toutes ses réponses, sans pour autant les comprendre de suite. Le cerveau un peu en coton, elle laissait ses paroles aller au gré des idées qui lui passaient par la tête. Et il lui répondait au fur et à mesure, visiblement amusé de la situation. S'attendait-il à une telle réaction? Les nombreux virus et gaz plus puissants les uns que les autres faisaient un curieux mélange. Et il allait falloir attendre encore un peu avant que le corps de la jeune femme n'assimile tout ça. Lorsque Seitô avait obtenu la marque du destructeur, il était déjà Sabakyô de par ses parents et était donc déjà résistant aux maladies. Mais pas elle.

Allongée dans le lit, les joues rosies par la honte et la fièvre, elle tentait de remettre de l'ordre dans ses pensées. Mais c'était sans compter sur le jeune homme présent à ses côtés, qui avait décidé de la troubler encore d'avantage. Deux reines pour un seul roi? De quoi voulait-il parler? Il baissa doucement le drap pour découvrir entièrement son visage, et elle se tourna vers lui. Son souffle s'accéléra lorsqu'il prit sa main pour la placer derrière sa tête. Sur le lien du masque. Elle se redressa de nouveau, attentive aux gestes et paroles du Sabakyô. Ses doigts glissaient dans ses cheveux, tandis qu'elle effleurait la barrière qui les séparait encore. Puis, un murmure...

Et elle l'observa, la bouche entrouverte sous la surprise, le souffle court. Pour... L'éternité? Une pression se fit ensuite sentir sur sa propre main, et un bruit distinct fit manquer un battement à son cœur. Qui s'accéléra ensuite à sa dernière phrase, lorsqu'il posa son front sur le sien. Elle posa ses mains des deux côtés du visage du Sabakyô. Puis fit glisser doucement le masque, qu'elle déposa sur le lit. Avant de caresser du bout des doigts son visage. Elle s'écarta de lui afin de mieux pouvoir l'admirer. Lui, son visage en entier. Il était si beau. Et elle seule pouvait le voir. Tout comme elle seule pouvait entendre sa véritable voix. Un privilège qu'elle avait presque honte d'apprécier. Elle qui avait voulu le faire sortir de sa solitude, voilà qu'elle s'en réjouisserait presque... Un privilège qu'elle allait jalousement garder.

Ses yeux observaient chaque centimètre de peau qu'elle ne connaissait pas encore. Ses doigts se posèrent sur sa bouche, dessinant les contours de ses lèvres. Lèvres qui l’appelaient... La Sabakyô s’approcha timidement. Posant de nouveau son front contre le sien. Ils étaient si proches... Leurs souffles s'entremêlaient. Les mains de la jeune femme glissèrent de nouveau, pour aller se poser derrière la tête de Seitô. Ses doigts jouèrent avec ses cheveux. Puis elle l'approcha doucement d'elle, tout en faisant de même. Elle eut un instant d'hésitation, se demandant quelle pourrait bien être sa réaction. Puis leurs lèvres se joignirent durant quelques secondes. Des secondes délicieuses, aux yeux de Nozomi. Elle le délaissa presque à regret, avant de murmurer à son tour.


- "Oui..."

Un simple mot, mais qui avait tout un sens. Plantant ses yeux dans les siens, elle lui adressa un doux sourire. S'il n'avait pas compris sa réponse avec ses gestes, il l'aurait au moins comprise avec la voix. Le cœur battant la chamade, elle attendait sa réaction. Était-ce cela la question qu'il avait posée? Pourvu qu'elle ne ce soit pas fourvoyée... Peu importe, elle ne regrettait pas son geste. Qu'elle avait rêvé durant si longtemps. Elle espérait qu'il l'avait apprécié autant qu'elle-même. Car si c'était le cas, elle ne se ferait pas prier pour recommencer...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyJeu 29 Jan 2015 - 21:55

Ses deux mains se posèrent respectivement sur les deux côtés de mon masque. Je pouvais sentir mon cœur battre, et une douce chaleur, stressante mais agréable, m'envahir qui portait un nom : les doutes. Et si je ne lui plaisais pas ? Et si, en fin de compte, elle ne ressentait pas la même chose pour moi ? Et si le fait de me voir estomperait son désir ? Tant de questions qui ne faisait qu'augmenter la tension présente au sein de mon corps. Il n'y avait aucun retour possible...

Et le masque tomba. Elle le déposa sur le côté. Sans lui, je me sentais mis à nu devant elle. Ce masque était une barrière me protégeant des préjugés que l'on pourrait avoir sur mon âge. Il me vieillissait... Il était devenu une part de mon être. Une image, un symbole. La particularité qui me définissait en tant que Sabakyô. Je détournais mon regard, laissant transparaître un simple sourire d'une blancheur éclatante, suivis d'un souffle à l'odeur de Menthe. Mes yeux changèrent de couleur, se teintant dans un bleu sombre...

Je la sentais parcourir avec ses doigts fins mon visage, m'observer de ses yeux jusqu'au plus profond de mon être. Puis, je reposais mon regard dans le sien, tandis que ses doigts dessinaient le contour de mes lèvres... Mon cœur bondit dans ma poitrine, et mon souffle se coupa... Je sentais ce flux d'énergie bienfaisant nouveau parcourir la moindre passerelle de mon corps. Son front se posa sur le mien, mais cette fois, c'était différent. La barrière de fer n'existait plus... Je pouvais sentir mon corps frétillé, l'excitation montante, et atteignant un seuil que je n'aurai pu prévoir...

Mon souffle repris, s'accélérant peu à peu. L'odeur fraîche mêlée à cette passion ardente donnait lieu à une chose inédite, indescriptible. Ses mains passèrent derrière mes cheveux, et l'espace entre nos lèvres se réduisit... Puis, mes lèvres frôlèrent les siennes, nos souffles ne devenant qu'un. Nos cœurs se synchronisant dans un battement rapide, mais unique. La froideur du vide entre ses dernières fut brève, mais cela me semblait une éternité. Elles se rapprochèrent, puis se collèrent. Chaque seconde était d'une douceur infinie, qui me transperçait et complétait mon être.

Ce sentiment de n'être qu'un s'estompa lorsque le contact fut rompu. Elle murmura un oui... Ce oui délivrant un torrent d'excitation et de plaisir que j'avais, depuis longtemps, oublié. Où ne l'avais-je jamais vraiment connu ? C'était une palette de sensation nouvelle, semblant chasser de par sa simple présence tous mes doutes, toutes mes peurs, tout ce qui assombrissait mon âme.

Elle était une des clés de mon existence. C'était peut-être pourquoi j'avais survécu depuis tout ce temps. Elle m'offrait tout ce que je n'avais jamais eu... J'avais perdu toute la lumière au sein de mon âme, et voilà qu'elle l'avait restauré, qu'elle l'avait remplacée. Elle était devenue ma lumière...

Je souriais à sa réponse, tandis que je passais ma main dans ses cheveux soyeux. D'un doux blanc éclatant, j'approchais doucement son visage du mien, reposant mes lèvres sur les siennes. L'instant exceptionnel de la dernière fois revint, décuplée par sa réponse et le plaisir que nous pouvions en retirer. Mon souffle s'accéléra, tandis que mon autre main remonta sa hanche, puis sa taille, s'arrêtant sur son épaule dans une douce caresse. Dans un mouvement doux et lent, je faisais tomber une de ses bretelles...

Rompant avec délicatesse le lien de nos lèvres enflammées, nos fronts se collèrent l'un à l'autre, mutuellement attiré et en manque d'un contact physique. Je souriais, un sourire plein de douceur et de plaisir. J'étais heureux. Peu importe le sort du monde, peu importe ce qui pouvait bien ce passé, j'étais tout simplement heureux. Le temps lui-même c'était arrêté pour rendre factice tout ce qui n'était pas elle...

    « Quelle douce présence vous incarnez, ma Reine... »


Je souriais, tout en ayant peine à croire que ceci était ma voix. Je n'avais jamais eu l'occasion de parler avec quelqu'un d'autre sans mon masque, et dans mes souvenirs, elle ne ressemblait pas à cela. Elle était douce, calme... D'un ton enjôleur, un murmure dans le vent. Une voix protectrice, mais traduisant un désir brûlant...

    « Je veux que vous soyez mienne... »


Mon autre main caressa son épaule nue, et l'autre se posa sur son bassin, faisant dans une caresse, de doux aller-retours sur sa taille... Tout mon corps était brûlant de passion... D'une passion qui était loin d'être éphémère...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyVen 30 Jan 2015 - 14:38

Légèrement inquiète, elle se demandait si c'était ce qu'il attendait. Et si elle s'était trompée? S'il n'avait pas ce genre de sentiments pour elle? Pourrait-elle jamais le regarder de nouveau dans les yeux? Et lui, la regarderait-il toujours de la même façon? Peut-être qu'elle s'était fourvoyée, oui... Mais il répondit à son geste par un chaleureux sourire. Il caressa ensuite doucement ses cheveux. Avant de poser à son tour les lèvres sur les siennes. Mettant ainsi fin à toutes ses inquiétudes. Il partageait les mêmes sentiments. Les mêmes désirs qu'elle avait pour lui, il les avait aussi pour elle...

Sa main qui remontait le long de son corps la fit frémir. Et cette fois-ci, ce n'était pas la fièvre. Bien que si, l'on pouvait dire cela. Une toute nouvelle forme de fièvre s'emparait d'elle. Un sentiment qu'elle n'avait encore jamais expérimenté. Faisait naitre une douce chaleur au creux de son ventre. Une chaleur qu'elle n'avait jamais connue jusqu’alors. Tout sa vie elle avait fuit les hommes et leur contact. Parce qu'elle en avait eu peur. La faute à ce qu'elle avait vu et vécu durant son enfance. Mais lui, elle n'en avait pas peur. Non avec lui c'était différent. Elle se sentait bien avec lui. Dans ses bras protecteurs et réconfortants. Elle appréciait ses caresses et ses baisers. Et en redemandait même.

Car c'est avec regret qu’elle le sentit se détacher d'elle. Ils s'observèrent de nouveau. Se souriant mutuellement. Un sourire complice, tandis que leurs souffles se mêlaient. Une douce présence... Il s'amusait à la vouvoyer. Et le sourire de la jeune femme ne s'effaçait pas, au contraire. Il ne fit que s'agrandir encore d'avantage. Elle se sentait si bien ici, avec lui. Pour rien au monde elle n'aurait voulu être ailleurs à cet instant. Et de sa voix envoutante, il prononça quelques paroles. Si peu de mots, mais avec tellement de sens. Il la désirait. Tout comme elle le désirait. Ces paroles ne firent qu'augmenter la passion brulante qui montait en elle. Il joignit les gestes à la parole. Caressant le bas de son dos, là où il avait apposé la marque du Shôraizen.


- "Mon roi..."

Elle l'embrassa de nouveau. Entrouvrant cette fois-ci les lèvres, pour l'inviter à y entrer. Leurs langues entamèrent une danse des plus passionnée. Le souffle de la nouvelle Sabakyô s’accélérait. Ses doigts se perdaient dans ses cheveux, le tenant ainsi contre elle. Elle lui faisait partager son envie, à elle aussi. Oui, elle avait envie de lui. Comme lui venait de lui avouer l'envie qu'il avait d'elle. Alors qu'elle venait de se réveiller, fiévreuse et... Pleine de sueur. Un détail qui la refroidit légèrement. Comment pouvait-il la désirer dans cet état? Elle se détacha à nouveau de lui. Puis fit glisser ses mains sur ses épaules. Un sourire se dessina de nouveau sur son visage. Et dans ses yeux, de l'amusement.

- "Si vous me voulez, il va falloir..."

Elle le lâcha, et fit quelques signes. Disparaissant ainsi à sa vue.

- "M’attraper!"

Puis il la sentit lui filer entre les doigts. La porte de la cabane s'ouvrit, laissant sortir la jeune femme. Elle courut dehors, puis s'arrêta. Juste quelques secondes, le temps d'apprécier le vent sur sa peau. La brise du soir rafraichissait ses joues rosies par la passion. Mais peu importe, elle n'avait aucun doute sur le fait qu'il réussirait à la réchauffer de nouveau. Et puis, ils n'étaient pas pressés, ils avaient tout leur temps. Alors qu'elle le sentit s'approcher, elle courut de nouveau, vers la source chaude qu'elle entendait. Une fois devant, elle s'arrêta. Et puis elle se dévêtit petit à petit. Et la seule chose visible fut sa robe qui tomba à terre. Elle hésita un peu, mais n'enleva rien d'autre. Son pied entra dans l'eau chaude, appréciant le contact de l'eau. Son élément. Elle défit sa technique de camouflage, et se retourna vers lui pour lui adresser un sourire aguicheur. Puis elle pénétra dans la source, marchant pour aller jusqu’à l'autre bord. Allait-il la suivre?
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyLun 2 Fév 2015 - 1:04

Mon Roi... Que ces mots sonnaient doux à mes oreilles. Je pouvais sentir mon corps frémir de plaisir à cette idée. Une passion emplie de démence, une fièvre passionnelle aussi dangereuse qu'agréable. Et elle m'embrassa, décuplant cette sensation de délice frivole, variant de l'odeur de menthe à celle de la rose sauvage. Deux parfums, deux personnes, une même entité. Cette sensation de libération, comme si les chaînes de la solitude se brisaient à jamais...

Et notre étreinte se brisa... Étions-nous désormais, tous les deux, enchaînées à cette solitude ? Je l'ignorai. Et à vrai dire, je m'en foutais. À cet instant précis, seule celle que j'avais devant mes yeux comptais pour moi. Étais-ce égoïste ? Étais-ce irresponsable pour un Chef ? Des questions dont les réponses ne m'importaient plus. J'était-ce que j'étais, et cette femme avait réussi a balayais en moi les maigres soupçons qu'il me restait sur ma légitimité. J'étais complet.

Elle mit fin ensuite à notre contact corporel avant d'effectuer des mundras, posant une condition mystère pour la faire devenir mienne. Elle me regardait d'un regard amusé, que je lui rendais dans un sourire éclatant. Sincère, tout simplement heureux. C'était peut-être ça, le secret de la beauté... Être heureux. Les gens qui sont heureux nous attirent, irrémédiablement, afin d'atteindre nous-même le bonheur. C'est pourquoi la plupart des gens portaient une image, un masque de bonheur. Mais ici, il n'y avait pas de masque. C'était un bonheur à l'état brut. C'était le bonheur à l'état pur. Mon bonheur.

Puis, elle disparut ?! Mon bras se déplaça à une vitesse extrême afin de la récupérer, tandis que j'étais perturbé par ce fait. Elle m'annonça qu'il fallait que je la rattrape. Je souriais, amusé... C'était ce qu'on appelait les jeux de couples ? Probablement. En tous les cas, c'était plaisant et teinté d'une légère frustration agréable. Ces sensations nouvelles me submergeaient, mais encore une fois, je n'en avais cure...

Enfin, la porte s'ouvrit. Était-elle sortie ? C'était plus que probable. Je n'entendais plus un bruit dans le petit chalet montagnard... Me levant, je regardais mon masque par réflexe, avant de sourire. Ici, je n'en aurais pas besoin. Avec elle, je n'en aurais plus besoin. Je sortais ensuite, avec une certaine précipitation. Je brûlais d'envie de la rejoindre...

Sortant à l'extérieur, je vis une robe -sa robe- tomber près des sources chaudes. Mon cœur fit un puissant bond dans ma poitrine, tandis que je sentais mon corps frémir d'excitation. Puis, elle réapparut devant mes yeux, me faisant un sourire attrayant. Je la voyais, elle et son corps parfait, les cheveux dans le vent sous un soleil couchant, tel une Nymphe proche de sa source d'eau. Je la regardais... Non, je l'admirais. Elle, ses yeux, ses cheveux, son corps. À cet instant, elle respirait une douce sensualité touchant au domaine du divin.

Enfin, elle pénétra dans la source, en sous-vêtement. Vêtu d'un simple manteau, je brisais les liens le retenant et le laissant glisser sur le sol. Un à un, je retirai mes vêtements, ne me laissant qu'en tenue très légère, semblable à la sienne en version masculine. M'avançant avec souplesse jusqu'à la source, je sentais le vent me caresser le visage. Puis, j'entrais à mon tour dans la source, me plaçant en face d'elle. D'un sourire amusé, je posais mes mains sur sa taille, avant d'avancer mon visage très proche du sien. La dévorant du regard, je murmurais.

    « Attrapé ! »


Un murmure emporté par le vent qu'elle seule avait entendu. De nouveau, nos souffles s'entremêlèrent, tandis que mes lèvres frôlèrent les siennes. Puis, elles firent de nouveau un contact, avant de se séparer, et de refaire de nouveaux contacts. Mon souffle et le siens devinrent plus rapides, saccadés par l'excitation de cette fièvre montante de plus belle. La place dans mon caleçon devint rapidement insuffisante... Le tissu se raidit, tout comme autre chose, tandis que mes mains se déplacèrent jusque dans le milieu de son dos.

Usant de mes doigts habiles, je détachais délicatement et avec minutie le soutien-gorge de ma Reine, tandis que nos lèvres et nos souffles étaient épris dans une danse de passion effrénée. Le tissue retenant sa poitrine s'affaissa, et ma main caressa délicatement son corps, ne délaissant aucun centimètre carré. Elle se reposa sur ses côtes, puis sa taille, et enfin sa cuisse... Dévalant ses courbes parfaites, seul le monde crépusculaire nous entourant était témoin de notre tentation... À croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyLun 2 Fév 2015 - 19:29

C'est avec soulagement qu'elle vit qu'il l'avait suivie. Heureusement pour elle... Elle n'en avait que peu douté, mais le doute avait tout de même été présent. Elle le regarda se déshabiller. Et alors qu'il dévoilait peu à peu son corps, elle sentait tout le sien l’appeler à elle. Elle l'avait déjà vu dans cette tenue, lors de l'examen médical. Mais là, c'était complètement différent. Ils n'avaient pas une relation patient médecin. Ou une relation chef subordonné. Non ils avaient juste... Une relation. Tout simplement. C'était si simple, au fond.

Ses yeux parcouraient avec avidité le jeune homme qui s'avançait vers elle. La pénombre naissante obscurcissait certaines zones. Mais le soleil couchant en sublimait d'autres. Et avec son corps si parfait, aux muscles si bien dessinés, il avait l'air de sortir tout droit d'un conte de fée. Ou du paradis. Oui, il était un ange, qui veillait sur elle ainsi que sur ceux qui croyaient en lui. Il était son ange déchu. Qu'elle aiderait à atteindre la lumière de nouveau. Afin que tous voient son éclat.

Debout dans l'eau, elle ne bougeait pas. Attendant qu'il vienne à elle. L'attente lui sembla interminable. Mais elle n'avança pas vers lui. Ce n'était pas cela, le jeu. C'était à lui de l’attraper. Elle frémit quand ses mains se posèrent enfin sur sa taille. Et qu'il prononça le mot qui mettait fin à son attente. Un murmure savouré. Tout comme le baiser qu'il lui donnait. Et tous les autres qui suivirent. Plus ils en échangeaient, et moins le temps entre ceux ci était long.

Leur souffles s’accéléraient, tout comme le rythme que prenaient les choses. En quelques gestes habiles, il dégrafa son corsage. Lui offrant une vue sur une partie de son corps que jamais personne n'avait pu voir mis à part elle-même. Elle avança légèrement vers lui, lui permettant ainsi de ressentir contre elle tous les membres tendus de son roi. Il la désirait autant qu'elle le désirait elle-même. La jeune femme l'entoura également de ses bras. Ses mains parcouraient ses épaules et son dos en des gestes à peine appuyés.

Leurs bouches s'embrassaient toujours avec passion. Mais elle délaissa la sienne pour aller s'attarder dans son cou. La Sabakyô avait soif de cet homme qui occupait en permanence ses pensées. Elle s'abreuvait de lui tout entier. Elle se délectait de son odeur, de ses baisers, de ses caresses. De sa peau nue contre la sienne. Ses lèvres descendirent ensuite sur son corps, pour aller se déposer sur son torse. Sur son cœur et ce sceau qui le retenait prisonnier. Un léger baiser, pour ne pas risquer d'activer quoi que ce soit. Puis elle remonta, cherchant ses lèvres pour s'y accrocher de nouveau. Ils échangèrent un baiser passionné, puis les mains de la jeune femme vinrent caresser son torse ferme. Elle se détacha légèrement de lui, avant de l’appeler timidement.


- « Seitô-kun ? »

Elle attendit qu'il la regarde avant de continuer, avec une légère hésitation et un peu inquiète.

- « Je... Je n'ai jamais... Tu vois... »

Inutile de préciser d'avantage, il devait certainement avoir compris. Ses mains glissèrent sur son cou puis derrière sa tête, et elle s'approcha de nouveau de lui. Leurs soufflent se mélangèrent de nouveau, et leurs lèvres ne firent qu'une. Elle avait eu besoin de lui faire partager son appréhension. Mais ce n'était pas pour cela qu'elle ne désirait pas continuer ce qu'ils faisaient. Après tout, il avait réussi à la rattraper et avait par conséquent le droit à sa récompense... Et pour le lui faire comprendre, elle fit descendre ses doigts le long de son buste, puis sur son ventre. Elle descendit encore un peu, jusqu'à atteindre le tissu. Son souffle s'accélérait tandis qu'elle s'attardait sur cette zone. Mais elle ne glissa pas plus bas. Non, elle s'amusait à le faire languir, jouant avec l'élastique qui retenait prisonnier l'objet de sa convoitise...
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyMar 10 Fév 2015 - 15:50

Avertissement !:
 
Sa peau était nue contre la mienne, il était même possible de dire que le temps lui-même c'était arrêté. L'avatar de la création qu'elle incarnait caressait, dans de doux mouvement à peine perceptible, le dose de l'avatar de la destruction que j'incarnais. Ses lèvres glissèrent jusque dans mon cou, comme si cette dernière s'effondrait dans mes bras. Mes mains, elles, glissèrent sur sa taille puis sur ses cuisses, ne faisant que les frôler dans cette eau aux vertus si proclamées.

Puis, elle embrassa le sceau présent sur mon cœur. Mon ultime défense face à ce monde, car une fois qu'il s'activerait, cela sonnerait le glas de la fin pour moi. Je mourrai, enterrant avec moi tous mes secrets... Ses chaudes lèvres sur ce sceau glacial me faisaient frissonner de plaisir. Cette sensation enivrante, passionnante et destructrice... De nous deux, qui réussiraient à dévorer l'autre en premier ?

Elle remonta lentement jusqu'à mes lèvres, tandis que mon corps restait engourdi par toutes ces sensations nouvelles. Puis, je l'entendis me dire qu'elle n'était encore qu'une fleur blanche, vierge de toute trace d'impureté que ce monde d'Homme était fait. Un feu passionnel s'éveilla de nouveau en moi, balayant toute trace de raison. L'amour à ses raisons que la raison ignore, et cet état de fièvre sentimentale pris le reste de mon corps. Je n'agissais plus qu'avec un instinct sauvage, celui d'une arme goûtant pour la première fois un vrai plaisir tendre.

Cette faille libéra toute la folie prisonnière de mon cœur. Je ne répondis à son annonce que par un simple sourire et un regard emplis de passion. Je sentis sa main jouant avec la fine barrière la séparant du Feu brûlant en mon sein. Qui serait dévoré en premier ? Je ne lui offrirai pas cette chance ! Mes mains caressant ses cuisses touchèrent la fine et dernière couche de dentelle la couvrant, qui se brisa sous mes fins doigts destructeur, dégageant un simple souffle. Mes mains voyagèrent ensuite jusqu'à son dos, avant que je ne l'installe délicatement sur le sol.

Seul le haut de nos deux corps n'était pas submergé par l'eau nous entourant. La douce folie frénétique m'envahissant, je me délaissais, à mon tour, des dernières couches séparant mon corps du sien, laissant voir, à nos deux yeux aimants, les jardins secrets de l'un et de l'autre. Mon regard plongé dans le sien, je laissais mes fins doigts destructeurs dessiner les courbes créatrices de son corps. Au final, ce serait l'avatar de la destruction qui prendrait le dessus.

Une main dans ses cheveux, l'autre touchant avec une farouche délicatesse sa douce peau, descendant peu à peu vers l'endroit convoité. Cette dernière caressa délicatement l'interdit, avant de pousser légèrement la cuisse protectrice du lieu-dit. Le bout, d'un rose violacé profitait de cet instant de délicate et enivrante faiblesse pour se frayer un chemin, permettant la connexion des deux corps céleste. Deux opposés d'une même entité. Une Créatrice, et un Destructeur. L'Aube, et le Crépuscule. Le Soleil, et la Lune...

Puis, un baiser. Le baiser de l'éclipse. Là Lune entrant au sein du soleil, ne formant plus qu'une seule entité. J'avançais mon bassin de façon lente, envieuse, et régulière. L'être pénétrant au sein de l'autre, ne faisant plus qu'un. Un gémissement de douleur plaisante, une délicate attention. Un sourire, un regard, un symbole de désir de consumer cet amour, qui était depuis longtemps frustrée par les barrières l'empêchant de fleurir. Je la ressentais, la douce chaleur plaisante de son corps. Cette sensation appréciée par ceux qui avait eu la chance d'y goûter, et mon corps en redemandait.

La folie amoureuse et dévorante consumant peu à peu le minimum de raison qui me restait, l'instinct prit rapidement le dessus. Là Lune entrant au sein du soleil, ne formant plus qu'une seule entité. Un plaisir passionnel partagé par deux êtres ne faisant désormais plus qu'un, sous un ciel crépusculaire...

Oui, c'était le moment où la Lune Farouche dévorait le Soleil éblouissant.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyJeu 12 Fév 2015 - 16:27



Pour toute réponse, elle reçut un tendre sourire. Accompagné d'un regard brûlant de passion. Qui ne fit qu'attiser la sienne. Ses mains caressaient doucement ses cuisses, la faisant languir. Comme elle en faisait de même avec lui. Puis de ses doigts recouverts de chakra futon, il coupa le seul morceau de tissu la recouvrant encore. La laissant entièrement nue dans ses bras, contre lui. Il ne s'arrêta pas là et la déposa délicatement au sol. Il fit subir le même sort à son propre vêtement. Leur offrant à chacun une vue des plus plaisantes.

Et pourtant, leurs regards étaient plongés l'un dans l'autre. Partageant silencieusement bien plus de choses que tout ce que les mots n'auraient jamais pu dire. Ils partageaient ce moment attendu depuis bien longtemps, bien trop longtemps. Sans même qu'ils ne s'en rendent compte. Attirés l'un par l'autre depuis des années. Et voilà qu'enfin ils laissaient parler leurs sentiments. Laissant tomber tout le reste, plus rien d'autre ne comptait à ce moment précis. Il n'y avait plus qu'eux deux, et la lune complice.

Tout son être répondait à son appel, à l'appel de l'homme au garde à vous. Ses doigts parcourant son corps faisaient frémir chaque parcelle de sa peau. Elle tendit la main vers lui pour lui faire partager son désir. Caressant timidement à son tour l'être aimé. Puis elle poussa un soupir mêlé de surprise et de satisfaction quand il en vint à effleurer sa fleur. Une fleur qui avait été préservée de la folie et de la perversion des hommes, au prix parfois de sacrifices. Une fleur blanche et délicate, parée de rosée et ouvrant entièrement sa corolle. Invitant un homme, et un seul, à venir la cueillir. Comme si elle n'avait poussé que pour lui.

Ce qu'il fit. Il la prit doucement. Cueillant le présent qui lui était offert, avec la plus grande des attentions. Un léger gémissement de douleur confirma le fait. Les mains dans le dos de l'être aimé, elle l'approcha d'elle-même. Les lèvres, les langues et les souffles des deux Sabakyô se mêlèrent de nouveau avec passion. Malgré la fraîcheur de l'hiver, une douce et agréable chaleur naissait au creux du ventre de la jeune femme. Puis elle le délaissa pour reprendre sa respiration, qui se faisait de plus en plus haletante. Adoptant le rythme qu'avaient pris leurs corps enlacés. Ses lèvres se déposèrent dans son cou, le dévorant presque. Tout comme le feu qui la consumait de l'intérieur. Sa respiration se changea bientôt en gémissements, témoignant du plaisir qu'il lui donnait. A être là, avec elle, sur elle, en elle. A être tous les deux réunis, à ne faire plus qu'un. Elle susurra son prénom de l'être aimé dans le creux de son oreille.

Deux de ses phobies étaient réunies au même moment. La première était la chaleur brûlante et dévorante du feu. Qui la faisait frémir de peur dès qu'elle en était à proximité. Et elle se faisait entièrement envahir par un feu ardent et salvateur. La seconde était la proximité physique d'un homme. Et pourtant... Elle n'en avait plus du tout peur à cet instant précis. Elle resserra même son étreinte. Lui, l'homme pour qui elle avait arrêté de parcourir le monde. L'homme pour qui elle vivait désormais sous terre. Et il l'envoyait voyager bien plus loin qu'elle ne l'avait jamais fait, et qu'elle n'aurait jamais pu le faire.

Depuis toujours, elle étudiait le corps humain. Et évitait à tout prix de perdre le contrôle sur le sien. Et il venait de lui faire perdre toute maîtrise sur son propre corps, qui ne lui répondait plus. Elle voyageait au milieu des nuages, loin de son corps qui ne lui obéissait plus. Elle n'avait jamais été aussi heureuse de toute sa vie. Ni aussi sereine.

Il lui avait offert la plénitude, là où elle n'aurait jamais été la chercher. Il était celui qui la complétait, celui qui occupait ses pensées jours et nuits. Son ami, son amant, son amour. Son âme sœur.

Il aurait pu mourir pour elle, elle avait une petite mort pour lui.


Dernière édition par Sabakyô M. Nozomi le Dim 1 Mar 2015 - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyVen 20 Fév 2015 - 4:31

Doux soit les jeux d'enfant, mais ici, ce n'avait rien à voir avec le jeu que l'on nous chantait dans notre douce innocence. J'étais entré dans son être, dévorant tout sur mon passage, cueillant la fleur innocente et pure qu'elle était. Mon souffle se fit plus rapide, par l'effet de la fièvre intense que la chaleur de son corps m'apportait. Je pouvais sentir cette virulente passion au bord dangereux de la passion dominante d'un pouvoir bien trop grand et inconnu pour moi.

Était-ce ça, de perdre le contrôle ? Elle murmure mon nom à mes oreilles, sonnant comme le glas d'un amour frustré s'épanouissant enfin après avoir brisé les chaînes de son impitoyable destin. C'était l'histoire d'une arme, d'un tueur froid, qui avait rencontré une humaine, un médecin sauvant des vies. Deux opposés de deux mondes différents qui étaient, irrémédiablement, attiré l'un vers l'autre. La question était, comment cet amour improbable allait-il pouvoir germer dans ce monde illusoire, pervertis ? Cette inquiétude était endormie, dans ses bras, à ce moment précis.

Les gémissements amoureux s'entremêlant, j'accélérais le mouvement de mon bassin, m'infiltrant toujours plus profondément au creux de son corps. Les mouvements d'une douce fougue amoureusement sauvage prenant place, inhibé de toute conscience humaine. Des pulsions amoureuses, n'écoutant que la passion battante dans nos cœurs respectifs. Mais mains caressant aléatoirement son corps de déesse à la pureté sauvage.

L'alliance de l'ange et du Démon s'aventurant dans l'acte interdit d'un amour tout aussi étrange que captivant. Le temps défilant à une vitesse folle, dans un acte tout aussi fou. Combien de minutes, c'était-il écoulé depuis le début de l'acte ? Dix ? Vingt ? Trente ? Je l'ignorai. Et en vérité, cela n'avait aucune importance... Nos souffles se firent de plus en plus saccadé, signant probablement la fin de ce moment de bonheur à l'état pur. Puis, une contraction musculaire sous une tension électriquement passionnelle, déchargeant le miel de notre amour.

Puis, la tension baissa d'intensité. Je plaçais ensuite un baiser sur le front de ma bien-aimée, de l'être qui comptais bien plus que n'importe qui dans ce monde. La dernière personne capable de me comprendre, et capable de m'apprivoiser. Puis, toujours dans l'eau, je la regardais, droit dans les yeux... Caressant doucement son corps, mes doigts dessinant les courbes de sa poitrine, et de sa taille, jouant avec ses cheveux. Un long moment ou le silence parlait de lui-même...

Enfin, je la pris dans mes bras, et me déplaçai avec vitesse dans la cabane pour qu'elle ne prenne pas froid... Les braises de la cheminée étaient encore chaudes, même après avoir brûlé de mille feux. C'était une belle métaphore pour cet instant magique... Nos deux êtres encore humides, je la déposais sur une chaise avant de récupérer deux serviettes traînant dans un coin de la pièce. Nos deux corps étaient encore à nus, l'un face à l'autre...

    « Laissez-moi m'occuper de vous, Ma Reine... »


J'essuyais ensuite, avec délicatesse, chaque centimètre de sa peau. Je plaçais ensuite un doux baiser sur son sa cuisse droite, puis sur sa cuisse gauche une fois la chose faite. Enfin, mes lèvres se posèrent une nouvelle fois sur les siennes... Puis, je la déposais une nouvelle fois sur le lit, dans les draps de soie, caressant son corps de nymphe... Mes lèvres susurrèrent à son tour les mots que je m'étais interdit de prononcer...

    « Je t'aime... »
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyDim 1 Mar 2015 - 16:22

L'astre lunaire éclairait faiblement leurs corps toujours enlacés. Elle était la seule complice de l'union de deux être que tout opposait. L'un était une arme entraînée pour semer la mort et la destruction, sans jamais avoir d'états d'âmes. La seconde n'était quasiment qu'une simple civile qui réparait les dégâts que les combats causaient, ressentant les maux des blessés et du monde. Et pourtant là, sous ses yeux, ils s'étaient liés l'un à l'autre. Un tendre baiser déposé sur le front de la femme clôtura ces instants d'union. Les échanges amoureux ne s’arrêtèrent pas pour autant.

L'homme prolongeait le contact, et parcourait doucement le corps de son aimée de ses doigts. Leurs regards plongeaient l'un dans l'autre, partageant tout l'amour dont ils étaient capables. Elle leva les bras et remit en place une mèche de cheveux de son amant. Avant que ses doigts ne glissent à son tour. Une main s'arrêta sur une cicatrice invisible, à l'endroit même où il avait été blessé pour elle par le passé. L'autre glissait dans son dos. Ressentant chaque parcelle de peau nue du corps de l'être aimé. Aucun mot ne fut prononcé. Ils étaient superflus.

Puis il la porta dans la cabane et la fit asseoir sur une chaise. Il alla chercher deux serviettes et elle voulu en prendre une. Mais il proposa de le faire lui même. Elle était un peu gênée de voir son corps ainsi exposé à son regard, dans un endroit si éclairé. Mais elle le laissa faire. Même si elle aurait pu faire partir l'eau présente sur son corps en quelques mudras. Et même si elle aurait pu réchauffer sa propre température en une seule techniques. Mais en cet instant ils n'étaient plus un combattant de l'ombre ni une protectrice de la Vie. Ils n'étaient que deux simples êtres humains qui partageaient un moment d'intimité et de bonheur pur.

Elle frissonna légèrement sous ses baisers. Puis attrapa ses lèvres avec gourmandise lorsqu'il les lui tendit, afin de les goûter une nouvelle fois. Il la déplaça de nouveau, la reposant cette fois ci dans le lit afin qu'elle s'y repose. Puis il prononça quelques mots et elle en resta bouche bée en les entendant. Ils s'insinuèrent en elle, réchauffant chaque parcelle de son être. Depuis quand avait-elle entendu ces mots ? Depuis quand le lui avait-on adressé ? Il lui avait dit à elle, en la tutoyant et en ne jouant pas le jeu de la reine et du roi. Non il les avait adressés à elle, Nozomi l'errante. Ces mots vibrèrent en elle, et trouvèrent un écho.


- « Je t'aime... »

Ses mains parcouraient de nouveau le visage de l'être aimé. Le sien s'animait de sourires, qu'elle tentait de retenir mais qui se dessinaient d'eux mêmes. Puis elle lâcha finalement prise. Et laissa le bonheur prendre le dessus, en lui adressant un grand sourire. Qui se changea en un léger rire nerveux. Assise dans le lit, elle lui adressait également un regard des plus chaleureux. Les mains descendirent le long de son corps pour se poser sur sa taille. Elle tenta de reprendre son sérieux. Avant de continuer :

- « Je t'aime, Seitô. Tu m'as plu dès le premier jour. »

Les mains remontèrent pour aller caresser de nouveau son torse ferme.

- « Toi, et toute cette tendresse dont tu sais faire preuve. Pourquoi cacher cette partie de toi ? Pourquoi ne la montres-tu pas aux autres ? »

Certes elle aimait l'idée d'être la seule à connaître cette partie de lui-même. Mais s'il était seul, c'était aussi en partie à cause de cela : il se renfermait sur lui-même, se cachait derrière ce masque qui était une excuse toute trouvée pour garder secrète cette partie de lui. Mais il était humain, et avait le droit d'éprouver des sentiments. Le droit de ne pas être infaillible. Après tout, c'était lorsqu’il s'était confiée à elle et avait laissé tomber cette façade qu'elle avait commencé à s'attacher à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptyVen 13 Mar 2015 - 17:30

J'entendais ces mots résonnait en moi d'une façon bien particulière. Virulente, passionnelle et... Douloureuse. Comment pouvais-je y croire ? Elle, on pouvait l'aimer. Elle créait et maintenait la vie. Moi, on ne pouvait que me haïr, car je détruisais et je m'étais fin à la vie. Il n'y avait pas d'autres alternatives à ces engrenages qui faisaient tourner le monde. Car les êtres conscients, dans cette folie que l'on appelait « réalité », avaient besoin de repères, et la dualité bien/mal en était un.

On aimait le bien, on détestait le mal. C'était une réaction purement humaine. Mais les mots qu'elle avait dits d'elle-même provoquaient en moi une certaine euphorie sentimentale. Je ne pouvais pas y croire, mais je voulais y croire. C'était une des multiples nuances, un des multiples paradoxes que ce monde puisse offrir.

Je l'observais, un simple sourire sur mon visage, tandis qu'elle me posa une question qui me fit replonger dans ma torpeur. Pourquoi je cachais la tendresse que je pouvais avoir ? Pourquoi je ne dévoilais cette partie de moi-même qu'à un nombre extrêmement réduit d'individu ? Mon cœur me lança une violente pique de douleur psychologique, tandis que mon regard se teinta d'une neutralité sans faille.

    « Parce que c'est une nécessité, rien de plus. »


Je disais cela en gardant un regard si neutre qu'il semblait vide.

    « Le monde dans lequel nous vivons est cruel, destructeur, ne connaissant que ce simple cycle de pêchers immortels. C'est pourquoi tu dois comprendre, assimiler, et devenir l'arme parfaite de cette ronde de l'infini. Tu dois sacrifier ce qui fait de toi un être humain, et d'accomplir ce que personne ne peut accomplir : Détruire la Boîte de Pandore. »


Je fis voir un faible sourire.

    « On m'a confié cette mission... Mais je l'accomplirai selon ma méthode et ma volonté. »


Mon regard se teinta de nouveau d'une certaine volonté autoritaire et flamboyante, tandis que je la regardais d'un air plus que sérieux.

    « Je vais devenir cette lame qui brisera les chaînes de cette destinée. »


Il posa sa main sur sa joue, caressant son visage.

    « C'est pourquoi personne ne doit savoir ce à quoi je tiens... Cette partie doit rester cachée, afin qu'il n'ait pas accès à ce qui m'est cher. C'est une condition qui est nécessaire pour réussir ce que je souhaite faire. Comprends-tu, Nozomi ? »


Désolé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ EmptySam 21 Mar 2015 - 15:54

Sa réponse ne fut pas vraiment ce qu'elle attendait. Une nécessité ? Était-ce vraiment ce qu'il croyait ? Ses paroles suivantes complétaient ses pensées. A l'entendre, il n'avait pas d'autre choix... Ce qui était faux. Mais elle n'allait pas le lui dire. Ce n'était pas le moment. Et c'est avec plaisir qu'elle sentit sa main caresser sa joue, en écoutant sa voix. Elle ferma les yeux pour en profiter encore d'avantage. Puis les rouvrit, suite à sa demande. Elle lui adressa à son tour un sourire.

- « Le monde dans lequel nous vivons est cruel et destructeur parce qu'il est à l'image de ceux qui le dirigent, Seitô-kun. Il est façonné ainsi par ceux qui en ont le pouvoir. Mais toi, tu as la force de le changer. Et de le faire à ton image. Un homme doux et aimant. Imagine un monde comme cela, mon amour... »

Le monde leur rendait ce qu'ils donnaient. Aurait-elle survécu jusqu'ici si elle avait laissé parler sa haine des shinobis ? Non, c'était certain. Son voyage se serait arrêté dans le désert. Et elle serait morte des mains du défenseur de la liberté : Yusuke. Lui qui avait eu le pouvoir de la tuer en un seul geste. Il ne l'avait pas fait. Car elle lui avait dit qu'elle désirait un monde pacifiste. Et il l'avait alors laissée aller son chemin. Lui disant qu'il ne prenait pas la vie des gens agissant pour la paix. Elle avait survécu car elle avait montré cette partie d'elle-même.

Comprendrait-il un jour ce qu'elle avait voulu lui dire ? Comprendrait-il que l'on ne gagne que la violence avec de la violence ? Elle était tombée dans ses bras parce qu'il lui avait montré ce côté là de lui-même. Il avait du charisme, des hommes près à tout pour le suivre, des idéaux louables, et cette volonté sans faille. Il avait tout pour réussir dans son projet. Qui était désormais le leur. Oui, il avait tout pour réussir. Sauf s'il se laissait sombrer dans cette spirale qui lui tendait les bras, dans cette soif de sang. Sans kage pour lui tenir tête, il pouvait laisser libre court à ses instincts sans en être inquiété. Mais elle ferait tout pour qu'il n'y coule pas. Elle serait là, à ses côtés. Et elle le soutiendrait avec des mots, des gestes, des petites attentions. Rien de bien flagrant, non. Pour ne pas le brusquer. Juste de quoi lui faire ouvrir les yeux petit à petit. Quitte à devoir sombrer elle-même. Comprendrait-il avant qu'il ne soit trop tard ?


- « Je comprends, Seitô-kun. Si l'ennemi venait à l'apprendre, je pourrais devenir une cible relativement facile. D'autant plus que je ne suis pas shinobi. Et puis... »

Un petit sourire taquin.

- « Je ne voudrais pas que les autres pensent que j'ai obtenu mon poste de cette façon ! »

Elle se pencha de nouveau vers lui pour lier ses lèvres aux siennes. C'était si agréable. Elle était si heureuse à ses côtés, avec lui. Il n'était pas qu'une arme, contrairement à ce qu'il se plaisait à répéter. Il était un homme capable d'aimer. Un homme que l'on pouvait aimer. Elle se détacha de lui, avant de lui chuchoter :

- « Profitons de ces instants, mon cher Tsugurike... »

Car quand ils rentreraient, ils seraient de nouveau pris par leurs obligations. Et qui sait quand est-ce qu'ils pourraient se voir de nouveau ? Quand est-ce qu'ils pourraient laisser aller leur amour ? D'autant plus qu'ils allaient devoir le garder cacher. Que ce soit aux yeux du monde, ou de leurs proches. Ils allaient donc devoir être très prudents. Ou s'éviter au maximum. Alors, pendant qu'ils étaient seuls tous les deux, loin de tous et des tracas du monde shinobi, ils pouvaient se laisser aller sans crainte. La Sabakyô s'allongea dans le lit, et mit les bras autour du cou de son amant. Elle l'attira vers elle pour l'embrasser de nouveau. Ses mains parcouraient son torse et son dos dans de douces caresses. Encore et encore... Ils pouvaient profiter l'un de l'autre, laisser parler leurs corps. Se lier en un seul et même être. Avant que l'aube ne les surprenne. Avant que la mort ne les prenne...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty
Message(#) Sujet: Re: La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La recherche de la solution [Seitô-kun] /!\ Pegi 16 /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yu no Kuni :: Base du Shôraizen-