N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Confidences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Samui Yuki
Samui Yuki
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3965
Rang : S

Confidences  Empty
Message(#) Sujet: Confidences Confidences  EmptyLun 22 Déc 2014 - 2:34

Avachit dans le canapé de mon appartement, j'observais d'un air absent les lumières dansantes de la capitale de nuit. C'était un bien beau spectacle à n'en pas douter, mais j'avais l'esprit ailleurs. La conscience plongée dans des préoccupations beaucoup plus importantes, je me caressais d'un air absent les sourcils dans un espèce de tic convulsif.
Voilà maintenant plus d'une semaine que j'étais rentrée de la fameuse expédition à Mizu no Kuni. Une nouvelle équipe avait pris la relève et mon rôle s'arrêtait là pour l'instant. Enfin un peu de repos. J'allais sans doute profiter de ce dernier pour rejoindre mon amoureux dans les contrées ensablées du pays du vent si seulement ... Je n'avais pas eu des pensées aussi négatives en tête.

Je finissais donc par me redresser et après avoir enfiler une fine chemise de soie pour me protéger de la fraîcheur du soir, je m'engageais dans le palais de marbre du Triumvirat ou je logeais.

J'allais descendre d'un étage pour rejoindre les appartements de mon oncle, car je ressentais le besoin de me confier au vieux Samui et de bénéficier de ses précieux conseils.
L'air de rien, il faisait plutôt froid dans le palais et marché pied nus n'était pas forcément l'idée du siècle. J'allais attraper la crève avant même d'arriver devant sa porte où je frappais trois coup précis avant d'entrer dès qu'il m'en eut donné l'autorisation.


"Bonsoir ..."


Malgré l'heure avancée, ce dernier était toujours là, à son bureau pour changer et je m'avançais donc jusqu'à me percher dans l'un des grands fauteuils en face de lui avant de replier mes jambes contre mon ventre. J'étais frigorifiée. Qu'elle mauvaise idée de ne pas prendre quelque chose de plus chaud pour venir le voir, mais j'avais bien d'autres angoisses :


"Je voulais, vous parlez d'un sujet qui me trouble un peu ! J'aurais besoin de vos conseils avisés pour me sortir de cette situation ..."


Je soupirais alors faiblement en remettant un peu mieux mon chemisier sur mes épaules avant de murmurer :


"Ça ne se passe pas si bien que ça avec le capitaine Homura ..."


Comment exprimer mieux cela encore :


"Je me sens seule dans mon rôle de bras droit ... Normalement, je devrais être sous l'autorité du capitaine, mais j'ai l'impression qu'il ne me fait pas vraiment confiance ... Nous ne parlons jamais, il ne me confie jamais de mission ou ne m'indique pas ce qu'il veut faire pour notre section ... Le plus souvent, je me sens démunie, car je suis informée des ordres qu'il donne par des soldats ... Et lorsque j'essaye de lui en parler ... Je me retrouve face à un mur ..."


Je baissais la tête faiblement en exprimant à cœur ouvert mon ressentiment :


"Baransu Nora était une bonne capitaine, mais je n'arrive pas à trouver des atomes crochus entre moi et le nouveau capitaine ... Peut-être devrait-il changer de bras droit si je ne lui conviens pas ..."
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Samui Kakeshuou
Samui Kakeshuou
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Confidences  Empty
Message(#) Sujet: Re: Confidences Confidences  EmptySam 3 Jan 2015 - 20:59

Alors qu’il travaillait encore une fois très tard, le Capitaine de l’Ôda – Section Ordre et Justice – recevait une visite impromptue et inattendue. Si la visiteuse avait à peine frappé à la porte, elle n’avait fait cure des activités de l’Ancien et avait pénétré le bureau franchement, sans vraiment se demander si le moment était le mieux choisi ou pas. Et, lorsque l’on est pris au dépourvu dans ce genre de circonstances, tant de choses peuvent être révélées en une fois !

Quoi !? Kakeshuou Samui regardant des magazines porno pendant ses heures de travail ??? Vous rêvez ! Tout d’abord, parce que notre homme n’a pas besoin de ce genre de mode de transfert. Ce qu’il veut, il l’a – wesh man ! Ensuite, parce que notre Combattant, tout aussi belliqueux qu’il pouvait être, n’en restait pas moins un bûcheur acharné, qui était prêt à tout pour remplir correctement sa fonction et juger avec rapidité et efficacité les méfaits et ripailles qui venaient s’amonceler sur son bureau. Ensuite, et tout simplement … parce que c’est Kakeshuou Samui.

Cependant, dissimuler le bol rempli de pinces de crabes auraient été bien plus difficile à cacher dans un laps de temps aussi court. Notre Dignitaire pris sur un excès de gourmandises ?? Bah, sa nièce/petite-fille était déjà bien assez au courant ! Peut-être trouverait-elle elle-même goût à la chose, le jour venant … . Et ces lunettes, qu’elle n’avait jamais vu perchées sur son nez ? Les avait-elle vues auparavant ? Notre Jônin prend de l’âge ! Mais en vérité, à force de s’éreinter à la tâche jusqu’à des heures on ne peut plus matinales, pas étonnant que ses yeux finissent par s’effriter. Le vieux Samui ne devenait pas aveugle, mais il était prêt à admettre que pour un travail nocturne, et pour de la lecture intensive et administrative, un support de verre n’était pas de trop !

Bref, tous ces petits détails dévoilés, la jeune Yuki faisait malgré tout face à un homme pour le moins inchangé. Était-il pourtant toujours le même ? Ayant levé brièvement les yeux, le Capitaine était resté concentré sur sa tâche, et n’avait guère prêté attention aux attentes de la gamine … . Il devait à tout prix finir ce courrier et attendre une réponse des Seigneurs Féodaux qui lui avaient demandé une enquête plus approfondie sur une histoire de rats revenant souvent dans l’actualité des missions données à l’Alliance des Pays Neutres. Pourtant, il n’en perdait pas moins l’écoute de sa jeune congénère. La bipolarité développée alors avait de quoi rendre fou ; mais sans lever les yeux, ni ralentir son rythme de travail, votre serviteur écoutait les plaintes et jérémiades de la kunoichi. Des problèmes d’entente ? Ce genre de choses était courante, il ne fallait pas y prêter trop d’attention ! Il n’y avait bien qu’une jeune écervelée pour venir se plaindre de la sorte, et à une heure pareille … . Sans doute espérait-elle ainsi ne pas tomber sur son patron ? Peu importe … .

Ayant fini son speech des lamentations, et sa lettre par la même occasion, notre ami achevait à grands gestes sa tâche bureaucratique en frappant de son sceau de Capitaine le courrier qu’il ferait envoyer dès le lendemain, et rangeait le papier dans le casier prévu à cet effet. Soupirant d’ennui devait les pleurnicheries, le quinquagénaire fut assez avisé pour rapidement rebondir et ne pas montrer son caractère de cochon à sa nièce … . En reprenant rapidement et en donnant quelque explication oiseuse, il parviendrait peut-être à ne pas faire croire que l’affaire était pour lui d’une inutilité fragrante … .

~ C’est le principal défaut de cette organisation qu’est le Triumvirat ! Nous nous devons de composer avec nos paires. Même si cela n’est pas toujours pour le mieux … . S’il ne te confie aucune responsabilité, prend les de ta propre initiative ! A l’origine, les Bras-Droits sont là pour seconder leur Capitaine, ou le remplacer s’il est absent – comme c’est le cas actuellement pour le Buki. Mais si le Capitaine se dit actif et efficace, les Bras-Droit tombent rapidement en manque de travaux d’œuvre et en désuétude … .

Sur ce constat peu satisfaisant pour Yuki, notre homme utilisait sa main valide pour attraper une pince de crabe et mordre goulûment dedans … . Il réfléchissait à son comportement, à ses premières réactions. Depuis quand était-il devenu si froid, si distant avec ses pairs … ? Était-ce normal qu’il rejette une demande alors qu’elle venait d’un membre de sa Race ? Jusqu’à présent, il avait toujours été attentionné envers les besoins de celle qui se révélait être sa petit-fille ; issue de son propre sang. Alors pourquoi une attitude aussi désinvolte de sa part, cette fois-ci … ?

Pensant certainement rattraper le coup, le vieux briscard se dressait hors de son siège, et faisait le tour de la table. Il venait enfin (!!) de remarquer la position frigorifiée de la jeune guerrière. Arrivé derrière elle, il retirait son manteau de Capitaine et laissait ce dernier retomber sur la tête et les épaules de la gamine. Révélant son dos puissant et son haut bâti comme un colosse grec, il n’en faisait cure et laissait la fillette à ses pensées et ses réflexions. Lui, de son côté, irait prendre un verre dans le petite buffet qu’il avait toujours jalousement conservé dans ses quartiers.

~ Mais je ne vois hélas pas ce que je pourrais faire pour toi ! Les choses sont ainsi faites … et on ne peut pas réformer le Triumvirat … à moins d’un coup de force magistral. Le soutien apporté par les Seigneurs Féodaux sont le ciment indestructible de cette Alliance ; ce sont les concepteurs de notre Constitution. On ne saurait la changer sans leur accord … . Dis moi plutôt comment s’est passée l’expédition à Mizu no Kuni ! Tu as eu l’occasion d’avoir des responsabilités là-bas ! Et, même si le sujet sera abordé à la Réunion du Triumvirat, je reste curieux des découvertes sur place …

Le vieux Loup revenait avec un verre et une bouteille. Un rhum lui irait parfaitement pour accompagner le crabe. Mais dans sa hâte, Kakeshuou Samui avait négligé de camoufler son épaule meurtri et son bras absent. Et saisir le verre et la bouteille à une main l’avait ramené – trop tard – à une réalité que sa petite-fille ignorait jusqu’alors … .
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Samui Yuki
Samui Yuki
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3965
Rang : S

Confidences  Empty
Message(#) Sujet: Re: Confidences Confidences  EmptyDim 4 Jan 2015 - 4:07

La lourde cape retombe sur mes épaules sans que je n'aie besoin de prononcer la moindre parole. Une attention de la part du vieil homme et surtout une première. Au début, je ne réagis pas, je suis encore trop bouleversée par les pensées contradictoires et le trop-plein d'informations que mon esprit subit actuellement pour me soucier d'autres choses. Mais, le bout de tissu et malgré tout les bienvenus et je me saisis avec délicatesse des deux pans de cette dernière pour les resserrer autour de ma silhouette gracile. J'ai froid. Beaucoup trop froids et surtout, je me sens malade de toutes ses pensées négatives.
Les paroles du vieillard devraient me rassurer et pourtant, il n'en n'ai rien. Pire, elles ne font que me plonger dans un chaos plus grand encore. Un chaos sans fin ou la lumière n'est qu'une vaste illusion. Je ferme les yeux et je médite durant quelques secondes, voir minutes durant lesquelles, seul les bruits de pas autour de moi viennent troubler la quiétude ambiante.
Le capitaine de l'ôda est visiblement en train de fouiller dans sa réserve d'alcool personnel et je ne dis rien. Je suis trop habituée à ce petit manège que je fais mine de ne pas remarquer. Pourtant, mon regard se tourne vers lui au moment où il revient vers son bureau. Mon visage se faufile discrètement derrière la capuche et une pupille discrète observe la silhouette du vieillard revenir à sa place alors que je murmure :


"C'est si dur mon oncle ..."


C'est là que j'aperçois ... Ce qu'il reste de la silhouette d'un homme qui m'avait toujours parut indestructible. Toutes allusions à la conquête de Mizu no Kuni passent désormais en second plan alors que j'observe le colosse revenir dans son fauteuil arborant un corps mutilé ... Un membre absent.
Les bras m'en tombent et ma bouche s'ouvre de stupeur avant même que je ne puisse prononcer la moindre parole.
Je reste frigorifié par ce que je viens de voir alors que je viens tout juste de retrouver un peu de chaleur. Mon corps réagit lui plus vite que mon esprit et mes pieds nus ne tardent pas à retrouver le carrelage glacial de ce bureau. Je me redressais abandonnant rapidement la pèlerine que le capitaine m'avait confiée pour contourner son bureau. J'observais alors la plaie, sans parler ... Toujours aussi surprise. Je voulais l'examiner, du moins c'est ce que mon esprit me dicter de faire, mais je n'y parvenais pas.
Non, quelque chose me bloquait dans mon action et cette chose n'était autre que Kakeshuou Samui lui-même, alors ... Je lui parlais d'une voix décomposée :


"Que vous est-il arrivé ... ?"


Je me faisais alors hésitante en avançant d'un pas vers lui pour mieux voir la plaie béante qui se dressait devant mes prunelles éberluées. Je ne voyais pas de signe d'infection à première vue, mais pourtant, je ne pouvais m'empêcher d'observer ce bandage et de demander :


"Où est votre bras ? ... Je ... Je peux peut-être faire quelque chose ?"


J'étais soufflée, estomaqué par ce que je venais de voir. Devant mes yeux, la montagne venait de voir un pan entier de son flanc s'effondrer, mais j'avais toujours de l'espoir, même si je savais qu'il était vain. Reconstituer des membres ... Je savais faire ... Avec une base. Les ressouder aussi. Je refusais au fond de moi d'admettre, qu'il était trop tard bien que tous les signes que confirme que c'était bel et bien le cas.
Je vouais malgré tout l'examiner et pour cela, il me fallait son autorisation alors je demandais d'une petite voix :


"Je peux ... "


Un "je peux" qui en soit voulait tout dire. Je ne saurais discuter d'autre chose tant que je ne me serais pas assuré que le bras de mon grand paternel était perdu, et cela, définitivement. Le vieux lion me connaissait bien et s'il voulait connaitre des informations sur mon enquête à Mizu no Kuni, il devrait me laisser procéder en paix. J'étais aussi bornée que lui dans mes objectifs. Comme quoi les chiens ne font pas des chats. Aucun raton laveur, ou même sa semence n'était passé dans le lit de Chifumi Samui ce fameux jour !
Je m'avançais vers l'homme et lui retirais avec le plus de délicatesse possible son bandage pour observer la plaie nette et saine alors que je lui donnais les informations qu'il souhaitait.


"Nous avons pu observer l'île avant notre retour précipité à Shozaïchi ... Cela nous à permis de compter approximativement la population de pirates que nous aurons en opposition directe, mais également de recenser la population neutre."


Je soupirais avant de me retirer pour aller chercher une bouteille d'alcool directement dans la réserve du vieillard. De l'alcool à 90°. Ce n'était pas le sien, mais je l'avais fait placer là par la femme de ménage pour toujours avoir du désinfectant dans cette pièce ou les blessures cachées du vieux capitaine étaient monnaies courantes. Je revenais donc avec le liquide translucide et je libérais le sceau contenant ma trousse de médecin que je posais sur le bureau avant de me saisir de plusieurs instruments, notamment d'un stéthoscope que je glissais autour de mes épaules avant de m'atteler à désinfecter la plaie et examiner les points. Je poursuivais :


"J'ai réussi à établir une barrière de protection mineure au sein même de notre ancienne capitale... Ce n'est pas une barrière très puissante et elle empêchera uniquement les animaux d'entrer ... Mais c'était ma première expérience avec ce genre d'art ... Je ..."


J'hésitais à poursuivre et alors que j'enroulais un nouveau bandage propre autour du moignon du capitaine, je lui annonçais mon idée :


"Je pense avoir trouvé un moyen de perfectionner cette dernière et de l'adapter à Shozaichi avec l'aide de quelque un de nos shinobis ... C'est une protection basique, mais j'ai besoin d'encore un peu de temps pour la perfectionner d'avantage ... Mais elle nous sera malgré tout utile si une nouvelle attaque nous survint ... Elle pourra au moins repousser les attaques basiques de projectiles, ce qui est non négligeable pour nos concitoyens ..."


J'espérais avoir apporté un argument qui ferait mouche et ainsi obtenir une validation de mon projet même si j'étais consciente que je devrais en parler aux autres capitaines avant de passer à l'action.

Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Samui Kakeshuou
Samui Kakeshuou
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Confidences  Empty
Message(#) Sujet: Re: Confidences Confidences  EmptyVen 9 Jan 2015 - 18:29

Ne prenant pas vraiment en compte les actions de sa nièce, notre vieux bourru maintenait son cap, et se dirigeait fermement vers son fauteuil. Une fois assis, il posait les verres et la bouteille de sa main valide, et se concentrait sur la nouvelle tâche du soir : se servir un verre, sans rien renverser, sans demander ni avoir besoin d'aide. Retrouver son équilibre est quelque chose de très complexe, lorsque l'on a perdu un membre. La nécessité de retrouver sa juste balance, de retrouver sa confiance en soi et en ses capacités atteint un niveau de concentration extrême qui ne doit être perturbé sans aucun prétexte.

S'attelant à cette tâche, notre ami cherchait donc à progresser, et à composer avec son nouvel handicap. Mais, bien qu'il ne le souhaita pas, sa petit-fille/nièce ne put s'empêcher de s'attarder sur cette blessure ; qui n'en était pas vraiment une ! La coupure était fraîche, mais nette. Et la glacation du corps au niveau cellulaire avait permis d'empêcher tout saignement d'aucune sorte. C'était ond cune peau gelée, blème, et un moignon propre qui attendait les yeux de la jeune kunoichi. Elle avait beau être médecin, elle ne pourrait rien faire à ce stade. Même à supposer que l'on tente de replacer l'ancien propriétaire à cet endroit, le bras coupé serait certainement rejeté – tel un corps étranger – par une entité de chair intégralement maîtrisée par un mystère ancestral de Glace … . Toute tentative de Yuki ne pourrait donc être vouée qu'à l'échec; mais notre Ancien était certainement trop concentré. Essayant de garder le fil avec ce que lui racontait la jeune Samui, il se renseignait ainsi dans le même temps sur la récente expédition menée à l'île de l'Eau. Un filon qu'il ne fallait lâcher sous aucun prétexte … .

Allez savoir pourquoi ; ce verre débordant ou autre, qui ne put qu'indiquer l'échec de son entreprise ; l'heure tardive ou la présence d'une enfant qui jouait avec lui sans lui demander son avis. Bref, le tout l'insupporta au point que le Capitaine de l'Ôda se retrouva soudainement à vesticuler et à élever la voix. Ayant échoué dans le remplissage du deuxième verre, un mouvement agressif le fit pivoter et jeter la bouteille contre un mur ; le projectile alla s'exploser en milliers de morceaux sur la façade, donnant lieu et place au discours vociféré de notre Inquisiteur en puissance.

~ Ce bras est parti ! Un Ninja doit être prêt à ce genre de sacrifice ! Ne perds pas de temps à essayer de le soigner ! En attendant, quand je me concentre et que je tente de retrouver mes aptitudes et capacités, j'aimerais avoir un peu d'espace vital et de libertés dans mes mouvements !!!

La violence du geste et les propos soudains avaient jetés un froid de stupéfaction et de d’ébahissement dans une pièce pourtant pourvue de deux seuls acteurs. Laissant une minute de blanc après ce « pétage de plomb », l’homme blessé portait une main compatissante à son épaule douloureuse, comme si l’apposition apporterait une quelconque forme de guérison. Crissant des dents, il sentait les élans d’une blessure qui ne guérirait pleinement probablement jamais. Ses fesses épousèrent derechef le cuir du fauteuil, pendant que sa main encore valide glissait de l’épaule jusqu’au visage. Comme pour cacher sa colère et sa honte pour s’être emporté de la sorte … .

~ Désolé … la douleur me fait réagir à l’instinct avant de me servir de ma tête … . Ne t’inquiète pas pour ma plaie, elle a déjà été prise en charge par le personnel médical … .

Inspirant un grand coup, notre homme rapprochait un à un les deux verres, et tendait celui qui était destiné à sa nièce. Un peu fort, certes ; mais il ne connaissait pas les humeurs de l’enfant qui venait clairement d’être agressée. Et il n’avait pas toute sa tête pour s’encombrer de ce genre de détails. LUI en avait profondément besoin, et il ne se faisait d’ailleurs pas prier. Le combattant à coiffure hirsute s’emparait donc de son verre et se l’enfilait d’une traite, sans poser de questions ou faire preuve de la moindre dégustation. Le verre reposé, il revenait aux affaires courantes, en espérant ainsi faire oublier ce fâcheux incident … .

~ En ce qui concerne Mizu, j’eus espéré un peu plus de soutien … . Un contact avec les Seigneurs Féodaux locaux, ou encore le ralliement de quelque Clan resté sur place, comme les Kaguya … . Même si je n’y croyais pas trop en ce qui les concerne … . Mais je suppose qu’on ne peut pas tout faire. Il faudra pourtant nous les rallier le temps venu pour qu’ils soient prêts à financer la reconstruction d’une base locale et rémunérer les missions entreprises sur l’ensemble de l’archipel de l’Eau … . Ton idée de bouclier me plaît. Elle devrait être partagée, débattue et validée par le Triumvirat. Si elle peut assurer une première protection pour le Shozaïchi, voire – soyons ambitieux ! – pour les terres du Shukaï en entier, ca n’en sera que plus profitable. En essayant toujours de repousser nos recherches dans des défenses plus puissantes … .

Une brève pause dans les compliments ; il ne faut pas trop en demander non plus ! Maintenant que les choses étaient posées, il fallait malgré tout voir les choses en face !

~ Mais es-tu toujours prête à œuvrer pour le Shukaï en sachant que tu n’entends pas avec ton Capitaine … ? S’il y a discussion au Triumvirat, il devra donner son avis, et pourrait soit s’opposer à l’idée, soit la revendiquer ! Que comptes-tu faire, si ce genre de cas se configure ? …
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Samui Yuki
Samui Yuki
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3965
Rang : S

Confidences  Empty
Message(#) Sujet: Re: Confidences Confidences  EmptyDim 11 Jan 2015 - 22:45

La frustration, le sentiment d'impuissance, puis finalement, le découragement et la peur. Voici toutes sortes d'émotions pas lesquelles je passe avant d'être rejeté par cet homme qui fait pourtant partie de ma famille. Immédiatement, je me renfrogne et m'éloigne d'un pas en arrière de lui sans rien dire. Je baisse les yeux pensive, mais au plus profond de moi je suis blessée. Je prononce juste un petit :


"Désolée ..."


Avant de m'éloigner. La suite me laisse de marbre, bien que j'y vois comme un sentiment plein de reproches dans mon échec pour ma mission à Mizu. Je n'ai effectivement pas eu le temps de me rapprocher des seigneurs féodaux. Nous avons reçu un ordre immédiat d'évacuations, car des hordes d'étrangers se diriger vers la capitale. Nous devions être présent pour parer à toute éventualité, mais ça nous a aussi coupés dans nos actions.

Je reste figée pourtant quand il évoque la bonne idée que j'ai eue avec mon dôme, mais pour moi, j'en ai assez désormais, j'ai besoin de prendre du recul, surtout après tout ce que j'ai appris depuis l'attaque de Shozaïchi. Une traitre dans nos rangs. Une enquête qui n'avance pas. Non véritablement les compliments m'atteignent à peine. Je remercie pourtant le geste :


"Merci ... J'ai laissé des instructions concernant la barrière et j'ai déjà mis en place certaine choses pour que les actions continuent ..."


Pourtant, la question suivante me laisse de marbre ... Suis-je toujours prête à agir pour le Shukaï ? Le fait que je me pose la question est déjà une évidence sur ma réponse et sans hésitation, je réponds :


"Non ... Je ne suis plus prête à agir pour le Shukaï !"


Je ne me rassis pas dans mon siège et je boude clairement le verre d'alcool qu'il m'a servi :


"Je pense déposer ma démission dans les jours qui viennent de même que je viens vous annoncer en direct mon départ de la ville ..."


Je le regarde droit dans les yeux avant de déclarer d'un ton neutre :


"Je vais me marier et j'aurais besoin de temps pour préparer cela. Du temps que mon poste actuel ne me permet pas d'avoir, de même qu'il n'est pas compatible avec une potentielle future vie de famille ..."


Regard perçant et entêté. Un regard qui ressemble étrangement au sien, pourtant, je dépose un sceau sur son bureau :


"Pour la douleur ..."


Puis, je me retourne prête à partir.

Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Samui Kakeshuou
Samui Kakeshuou
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Confidences  Empty
Message(#) Sujet: Re: Confidences Confidences  EmptyLun 12 Jan 2015 - 21:02

A la fois déboussolée, distante, bougonne, la jeune Samui semblait peu à peu baisser les bras. Sa mésentente avec son Capitaine était-elle à l’origine de ce rejet ? C’était probable ; on pouvait également escompter que de nombreux – et récents – évènements l’avaient pleinement déstabilisés. Entre l’attaque des Furyou, l’échec passif de l’exploration de Mizu no Kuni ; on pouvait dire que la petite jeune en avait bavé. Et quelque part, ce découragement était des plus compréhensibles. Lorsque l’on est Ninja, d’autant plus quand on est jeune, on veut se dire que l’on agit pour une cause, pour une Vérité plus grande. Échouer signifie naturellement n’avoir contribué à rien, ce qui explique cette baisse de moral.

Cependant, ce genre de caractère, d’abandon, n’était pas des choses que notre homme appréciait. Lui qui avait connu maint amis morts qu’il n’avait pu sauver, qui avait sacrifié sa jeunesse, sa vie de Ninja, et même récemment son bras pour poursuivre ses idéaux, il était impensable de baisser les bras et d’abandonner. Il serait toujours prêt à se dresser, à regarder plus loin et à lutter à tout prix pour atteindre son idéal. Baisser les bras ne faisait pas partie de sa mentalité. Il venait même d’en avoir un d’arraché par sa vie de Combattant de l’Ombre ; encore moins de raison de baisser celui qui lui restait !

La gamine refusait le verre d’alcool ; lui avait mal comme un chien. Il l’enfila donc d’une traite, sans se poser de questions ni faire dans les politesses. La jeune femme avait déjà commencé sa confession de déni et de rejet, et il ne tenait pas à garder cela en tête. S’il voulait reprendre son travail, il se devait d’avoir les idées claires. Quitter le Triumvirat ? Ce serait donc la première fois qu’un Samui ferait un tel aveu de faiblesse. Lui, avec son air roublard et son comportement bourru, lui aurait dit de se battre jusqu’au bout, de lutter contre ce Capitaine, et de voir quel serait l’avis partagé par l’ensemble des Triumviri.
Mais elle préférait prendre du recul, de la distance. L’annonce d’un départ de la ville ? C’était assez soudain. Et on ne peut plus radical comme décision. Mais qu’importe. A vrai dire, le vieux Samui ne se sentait ni la force ni la motivation de persuader sa nièce à rester. Cela lui en demandait trop. Il se laissa tomber dans son fauteuil, et apporta une main salvatrice en support à sa tête devenue bien lourde … .

~ Si tu décides d’abandonner le Triumvirat, et de quitter les lieux, je n’ai ni la résolution ni l’envie de te retenir. Tu es maintenant assez grande pour savoir quoi faire par toi-même, et où sont les intérêts de ton Clan. Si malgré cela, tu persistes sur cette voie, je ne te retiendrais pas … . Quant à ce mariage, j’ignore si j’y consens … . Mais qu’importe.

Le Capitaine éternel retournait déjà à sa plume, et grattait sur quelques documents. Il se devait de retrouver son sérieux et sa concentration. Bien sûr, il e devait de sentir une pointe lui piquant le cœur. Ce départ était pour lui un profond désaveu de l’efficacité du Shukaï et du Triumvirat … . Mais lui tiendrait bon au poste. Il ne flancherait pas ; ne donnerait ce plaisir à personne !

Une dernière remarque, peut-être … .

~ Si tu dois quitter les lieux, je t’encourage à aller faire le vide auprès de ta grand-mère. Aussi insupportable et chieuse soit-elle, j’ai bonne espoir qu’elle parvienne à te raisonner … . Pense à faire une démission en bonne et due forme, et fais savoir aux autorités administratives de ton retrait des activités pour un temps. Je le validerai quand le papier viendra sur mon bureau … .

Sur ce ! Alors … le conflit opposant le vendeur de produits marins et le forgeron concernant une affaire de poisson pas frais … .

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

Confidences  Empty
Message(#) Sujet: Re: Confidences Confidences  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Confidences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Passé & Lettres :: Flashbacks-