N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Senritsu Rei
Senritsu Rei
Informations
Grade : Genin
Messages : 1337
Rang : S

Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Empty
Message(#) Sujet: Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] EmptyMer 3 Déc 2014 - 14:58

Retour...

C'était la première fois que je m'étais les pieds dans cette base que nous avait construit le Buta. Une immense citée au cœur même de la montagne. Dans cette configuration, il était quasiment impossible de prendre d'assaut la cité, même pour les plus puissants Ninja. C'était une bonne chose. La défense contre les Furyou ne devait pas être négligée...

Les Furyou...

Pendant tout le retour, j'avais porté Nozomi. Contrairement à moi, elle n'avait pas un corps suffisamment entraîné pour réceptionner le Hiraishin, et ses mouvements devaient être douloureux... Nous n'étions pas loin de la base, elle devait simplement tenir bon. J'étais silencieux, et perplexe pendant toute la durée du voyage. Au final, Tsumei avait respecté la volonté du Shôraizen à sa mort, cela faisait de lui un Ninja digne de louange. Avais-je eu un mauvais jugement à son sujet ? Me serais-je trompé ? Je l'ignorai. Certaines réactions des Shinobi de Kumo me soufflaient le contraire, et pourtant, j'étais plongé dans le doute.

Il m'avait libéré. Il m'avait fait promettre de détruire les Furyou, et c'était une chose que je comptais faire. Monwa était devenu trop dangereux, pour le Shôraizen, et pour l'avenir que je comptais construire. Oui, finalement, j'avais survécu à une situation désespérée. Encore une fois...

    « Ce n'est pas ce que tu souhaitais ? »


Je m'arrêtais... Encore cette voix. Cette même silhouette. Cette femme... Elle était là, dans mon esprit. Depuis que je l'avais vu aux marécages, elle sommeillait en moi. Je pouvais distinctement sentir sa présence... Elle semblait avoir un effet complémentaire. Depuis qu'elle était arrivée, mon pouvoir de Sabakayô c'était stabilisé. Pas mon esprit... Regardant Nozomi, je lui soufflais un simple...

    « Ne t'inquiète pas, ce n'est rien. »


Avant de reprendre ma route, la serrant un peu plus dans mes bras. Cette femme avait un effet... Réconfortant. Dans cette réalité distordue, elle me semblait être un point de repère immuable. Je me souvenais, lorsque j'allais perdre conscience, que j'avais pensé à elle, et à ma sœur. Peut-être était-ce elle qui avait donné à mon inconscient la volonté de vivre encore ? Je l'ignorais.

Et me voilà, dans le village sous-terrain, en compagnie de Nozomi. La reposant sur le sol et l'aidant a marcher, je continuais en direction du palais. Hiriko avait eu la bonne idée de me transmettre les plans de la caverne de façon télépathique. Une perte de temps en moins, un temps précieux pour offrir à Nozomi les soins qu'elle méritait... Tandis que nous marchions, un garçon, jouant probablement, fonça littéralement sur moi, avant de perdre l'équilibre. Par réflexe, je lui pris le bras afin de l'empêcher de chuter.

    « Aïe... Désolé Monsieur ! »
    « Ce n'est rien. Fais attention à toi... »
    « Promis ! »


Son regard se leva vers moi, tandis qu'il vit mon masque, et fit un petit cri de surprise. Soudainement, je sentis les regards se braquer sur moi. Des murmures de joies, d'autres de fascination, ou encore d'étonnement. Oui, j'étais de retour dans notre nouvelle maison.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Natsuno Tsubaki
Natsuno Tsubaki
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Empty
Message(#) Sujet: Re: Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] EmptyMer 3 Déc 2014 - 15:43



Tsubaki n’en cru pas ses oreilles, alors qu’elle exerçait sa ronde quotidienne pour voir si tout allait bien, discutant, de bonne humeur depuis la finalisation de son projet, avec les membres sympathiques qui tendaient à une entrevue avec elle. Un des gardes avait été détaché par ses camarades et son chef d’unité pour venir mettre au courant la Buta de l’arrivée qui venait d’avoir lieu à la porte gardée du Shôraizen, et l’avait trouvée, sur le chemin, auparavant prévenue par Hiriko, de moyen télépathique. Si la nouvelle tenait de l’extraordinaire, elle savait qu’elle ne serait satisfaite qu’après avoir pris soin des deux arrivants et d’avoir écouté leurs récits à tous deux, mais ce dernier point attendrait.

Elle n’eut pas à marcher (ou plutôt courir) bien longtemps. Les rangs, cependant, place à laquelle se substituait d’ordinaire un laisser-passer qui avait au départ quoique gêné la kunoichi se tenaient-ils à présent serrés, et elle dût prendre la voie aérienne pour parvenir aux alentours de la porte, n’ayant nulle envie de bousculer qui que ce soit, quelle importance hiérarchique eût-elle pu avoir.

Elle arriva devant celui qu’on lui avait annoncé, et il était bien là, entouré par les membres, qui s’extasiaient du retour de leur chef bien-aimé. Elle-même ne pouvait qu’être ravie de sa présence, et ne se sentit obligée que par une chose. Aussi mit-elle un genou à terre pour saluer son supérieur.

« Mon roi… »

Eût-elle ensuite repris contenance qu’elle s’aperçut d’une chose qui ne laissait guère à la cécité du spectateur, d’autant que de sa connaissance des faits et de la pluralité des arrivants, de par la présence dans les bras de son fou d’une jeune femme, qui, bien que possesseur (et je parle de Nozomi, car possesseur est un nom uniquement masculin) de cheveux aux couleurs pareilles à celle de la Lune elle-même, celle de l’acier le plus pur, ou encore celle du cours d’eau naissant le plus innocent, elle était d’une élégance et d’une grâce à toute épreuve. La jeune fleur devait bien reconnaître qu’elle fixa d’une seconde seule l’idée, dans son esprit, d’une relation entre les deux jeunes gens.

Cette supposition la fit sourire. Quoi de mieux pour le moral des membres de l’organisation, si ce n’est le retour de leur meneur, que la nouvelle d’une relation amoureuse avec une jeune femme magnifique ? Elle-même devait bien avouer qu’elle réveillait en elle le sentiment d’une jeune fille avide de ragots et de diverses histoires de cœur. Et si elle n’était pas si loin de cet âge, elle savait qu’elle risquait d’y retomber.

Mais l’heure n’était pas seulement aux réjouissances. A en juger par leur état, il s’était passé bien des choses dehors, et elle ne pouvait pas laisser quoi que ce soit de dangereux s’approcher de la base alors que son chef venait de revenir, sûrement exténué par ses épreuves. Elle ordonna aux gardes de retourner à leur poste et de redoubler de vigilance. Elle contacta le palais pour demander des troupes de sentinelles et de gardes supplémentaires. Elle ordonna à l’hôpital de se tenir prêt à recevoir deux personnes. Elle allait avoir beaucoup de travail par la suite, mais elle avait sa motivation.

Une fois tous ses protocoles en place, elle se retourna vers son chef et l’amie qu’il portait dans ses bras, et, dans un sourire chaleureux, leur annonça :

« Okaerinasai, futari tomo. »

Revenir en haut Aller en bas
Konoha
Hayashi Nozomi
Hayashi Nozomi
Informations
Grade : Genin
Messages : 1384
Rang : A

Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Empty
Message(#) Sujet: Re: Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] EmptyMer 3 Déc 2014 - 16:40



Les évènements s'étaient enchainés depuis la dernière fois que les deux jeunes gens s'étaient vus. Depuis que Nozomi avait été recrutée au Shôraizen par Seitô. D'abord, elle avait dû aller soigner Yusuke et Goren, qui l'avaient fait envoyer chercher par une jeune enfant aveugle. Et c'est avec surprise qu'elle les avait trouvés au bord de passer dans l'autre monde. Là, elle leur avait sauvé la vie, allant jusqu'au bout de ses forces pour cela. Ils avaient prit soin d'elle à leur tour, puis ils s'étaient séparés. Elle avait ensuite reçu un appel télépathique via la bague, l'informant qu'elle devait aller retrouver le Nezumi afin d'effectuer une mission dans le désert de Kaze no Kuni. Konoha était passé à l'action, et le Shôraizen avait donc vu officiellement le jour.

Le rat s'était en fait avéré être Kôhei, un jeune Hyô avec qui elle avait déjà effectué une mission par le passé. Puis ils avaient reçu une lettre leur indiquant l'existence d'une base, à laquelle elle avait répondu. Kôhei et elle avaient parcourut le désert en long, en large et en travers. Il lui avait apprit à contrôler le pouvoir de son propre clan hérité des Myouga. Cette sensorialité exacerbée qui lui avait été d'avantage un fardeau qu'autre chose avant cela. Mais désormais elle pouvait s'en servir, et faire taire ce pouvoir quand elle le voulait. Pourrait-elle un jour remercier convenablement le jeune homme pour cela? Il lui avait ôté un lourd fardeau. Durant cette période il avait retrouvé une cousine perdue de vue. Et la jeune femme en avait profité pour effectuer une mission avec Shinji. Un jeune homme au pouvoir assez spécial, qui pouvait étirer ses membres à volonté. Et enfin, ils avaient recruté Milly. Une jeune femme joviale qui inspirait la confiance.

Et tout s'était dégradé. Ils avaient reçu un nouvel appel télépathique. Seitô avait été fait prisonnier par Kumo. Ils avaient dû alors rentrer à la base, et la découvrir, la mort dans l'âme. Ce moment de joie avait été entaché malgré la beauté des lieux. Une réunion d'urgence avait été prévue. Mais elle avait été annulée car certaines personnes manquaient à l'appel. L'un de leurs membres avait même trouvé la mort, disait-on. La jeune femme avait alors tourné en rond dans la base, se trouvant désespérément inutile. Pour éviter de se ronger les sangs, elle était partie voir son père. Car même si le Shôraizen était sa nouvelle famille de cœur, elle se sentait coupable d'abandonner sa famille de sang. Il lui avait annoncé qu'il avait des indices pour retrouver l'homme qui avait détruit leur famille. Mais pour cela il leur faudrait jouer les mercenaires. Sur cette étrange île nouvellement apparue. Ainsi ils pourraient revendre les informations trouvées là bas, contre les informations concernant cet homme.

Une fois sur place, ils avaient pu voir de leurs yeux l'enfer lui-même. Ils s'étaient fait attaquer par des centaines de squelettes, que son père avait balayés de plusieurs coups d'épée. Et l'île avait joué avec eux, avec leurs souvenirs. Et était apparue devant leurs yeux: Casca. La défunte femme de Konjo, la mère de Nozomi dont elle n'avait aucun souvenirs. Ceux ci étaient revenus petits à petits devant l'horreur de la situation. La jeune femme se rappelait maintenant de tout: comment sa mère avait trouvé la mort, dans quelles circonstances, et pourquoi elle-même avait peur du feu. Elle avait aussi de nouveau éprouvé cette douleur de l'élément destructeur qui léchait sa chair. Elle avait de nouveau vu ces flammes s'élevant dans le ciel alors qu'elle brulait avec sa maison.

Une masse noire lui avait alors parlé. Lui disant d'étranges phrases. Nozomi en avait conclu qu'il s'agissait d'une énigme. Et elle avait répondu. Elle n'avait pas su si sa réponse était la bonne ou non. Mais elle avait perdu de vue son père, ainsi que le second samouraï avec qui ils étaient arrivés. La jeune femme s'était ensuite retrouvée dans un tout autre endroit, avec deux Shukaijin. Là, ils avaient du faire face à un Furyou. Une sorte de machine. Ils l'avaient combattu, et même touché, contre toute attente. La chose lui avait alors demandé d'avancer si elle voulait que les deux autres aient la vie sauve. Ce qu'elle avait fait. Elle avait alors marché et était entrée dans une tour. Là haut, elle avait fait la rencontre de la maitresse des lieux. Shoka, celle qui avait créé l'île. Nozomi avait même pu lui poser des questions et elle lui avait répondu.

Et puis... Il était venu. Sa majesté Furyou. Il lui avait annoncé qu'elle était peut-être l'un d’entre eux. Un vrai choc pour la jeune femme. Elle avait apprit plusieurs choses sur ces êtres, mais tout n'était pas encore clair dans son esprit. Toujours est-il que Monwa avait tué Shoka avant de l’aspirer. Tout comme il l'avait fait avec un sceau, dont s'était échappé un fluide sombre. Contenait-il un autre de ces furyou? Elle ne l'avait pas su. Il s'était avéré qu'elle n'était finalement pas ce Daken. Alors il lui avait annoncé qu'elle ne lui était plus d'aucune utilité. Et elle avait regardé le diable dans les yeux, tandis qu'il s'apprêtait à la tuer. Un homme avait arrêté son geste, lui sauvant la vie par la même occasion. Il s'était sacrifié pour qu'elle puisse vivre. Encore une fois sa vie avait valu un sacrifice. Il avait fait comme tous les membres de son clan qui l'avaient protégée. Les seules personnes à l'avoir protégée et être encore en vie étaient Konjo, Kôhei et Seitô.

Seitô, qu'elle croyait enfermé à Kumo. Il était arrivé en même temps que l'inconnu. Ils s'étaient enfuis ensemble dans un Hiraishin. Cette technique tellement pratique mais destructrice. Nozomi en avait fait les frais. Durant tout le voyage du retour, elle avait alterné les phases de semi-conscience et de soin sur elle-même. Sa technique pour supprimer la douleur n'avait fait effet que quelques heures. Et durant tout ce temps Seitô l'avait portée sans se plaindre, et sans un mot aussi. Alors qu'il sortait de prison. N'était-il pas fatigué? Comment allait-il? Qu'avait-il vécu? Ils n'avaient abordé aucun sujet. Se contentant de rentrer chez eux. Profitant aussi peut-être du fait de la présence réconfortante de l'autre, après les évènements respectifs qu'ils avaient affrontés. Il semblait pourtant étrange, différent. Elle sentait que quelque chose n'allait pas, même s'il tentait de la rassurer.

Enfin, ils arrivaient à la base. Chez eux. Ils furent accueillis par une belle jeune femme qui posa le genou à terre devant l'homme qui la portait. Le nommant "Mon roi". Un petit garçon le heurta même en s'excusant. Et soudain les gens semblèrent le reconnaitre. Le jeune homme la déposa à terre. Fatiguée psychologiquement et physiquement, Nozomi ne réagissait pas vraiment. Elle laissait volontiers Seitô l'aider à marcher, l'aidant ainsi par la même occasion. Et lorsque la jolie brune revint, la sauvageonne ne lui adressa qu'un sourire. Pour la remercier de leur souhaiter la bienvenue à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Suna
Kaguya Milly
Kaguya Milly
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Empty
Message(#) Sujet: Re: Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] EmptyJeu 4 Déc 2014 - 14:41

Nous y voilà enfin ! Punaise comme ça fait plaisir. Vous m’auriez vu le jour de notre arrivée devant l’immense bâtiment qu’on appelait QG. Nan c’est vrai, je sais pas c’est qui l’architecte mais faut le féliciter ! Ahah, en fait pour vous décrire ça, on dirait un genre d’hotel en deux bâtiments. Sauf que le rez-de-chaussée est commun, le reste des étages est relié par des passerelles. Le niveau le plus élevé était pour les grands chefs. Les trois en-dessous sont respectivement pour hommes, mixte et pour femmes. Oui j’ai bien dis mixte, et bien entendu, vous aussi vous avez penser comme moi la première fois. En plus ce sont des lits doubles à baldaquins, donc c’est très facile pour deux personnes de faire des cochonneries sans que personne ne les regarde … Mais nan ! Vous avez juste l’esprit super mal tourné ! Bande de gros sales !

Bref, nous voilà arrivés à la maison. C’est qu’on est nombreux dites donc. Comme ce qu’avait expliqué Kohei dans le désert, on a les soldats et les pièces maitresses. Treize postes de grands chefs, les Aizuyake comme ça semble s’appeler, dont sept étaient déjà prit. Il parait que c’est Seito, notre big boss qui choisit, même s’il parait qu’il préfère qu’on n’y ait pas de leader dans la troupe. Seulement là y a un problème. Il n’est pas là. J’ai pas tout à fait compris ce qui s’était passé, mais c’était moche. Très moche. Nozomi n’en était pas insensible, je la soupçonnai d’ailleurs d’avoir des sentiments plus poussés que du respect envers cet homme, mais sans être sur de rien, il valait mieux ne rien dire.
Le temps d’avoir plus d’info nous repartions rapidement tous de notre côté, comme si dans notre fondateur nous n’étions plus une famille. Pour ma part j’étais partie réfléchir sur une montagne de Yu no Kuni. Bah ouais, y en a qui réfléchissent sur le trône, bah moi c’est sur une montagne, chacun son truc. C’est là-bas d’ailleurs que je reçu une invitation de réunion du clan Kaguya, rassemblé par un homme tout en muscle et rouflaquette nommé Goren. En fait il voulait qu’on l’aider à la libération de Mizu no Kuni face au tyran appelé Shukai. Pour ceux qui débarquent, je crois que c’est juste une organisation d’idéaliste faites de tout pleins de personnes … ouais elle est bien ma description hein ? Clair et concise, juste bien.

Après tout ça, je suis revenue voir ma nouvelle famille. Seito était de retour, et il ressortait bien de prison. Punaise, sacrée aventure qu’il avait dû vivre. Surtout que dans le monde de ninja, on a plus de chance de mourir que de se faire emprisonner. Enfin il était là, c’était le principal. Là d’ailleurs je pus remarquer une autre personne de l’équipe. Une sublime demoiselle, cheveux bruns, des petits yeux, un physique très … enfin elle est très chouette quoi. Je la regardai poser un genou à terre face au chef et même l’appeler « mon roi ». Tant que ça ? Je veux bien croire qu’il a certainement accomplit un exploit en revenant ici après tout ça, et en un seul morceau, mais est-ce que ce n’était pas un peu trop ?

Je regardai, immobile et silencieuse, tout le petit monde s’activer à sécuriser la base pour protéger le chef. Y a pas à dire, c’est surprenant et ça change tellement de tout ce que j’ai pu vivre jusqu’à maintenant. J’avais envie d’aller parler à ce Seito, me présenter au moins, et puis aller voir cette fille qui l’avait appeler comme un roi, et puis revoir Nozomi aussi, et Kohei. Mais par où commencer ? Peut-être qu’il faut faire un discours avant. Ou alors … heu … je sais pas … Et avec toutes ses interrogations je me contentai d’observer dans tous les sens comme une pauvre petite complètement perdue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Empty
Message(#) Sujet: Re: Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Okaerinasai [Nozomi / Libre (Shôraizen)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yu no Kuni :: Base du Shôraizen-