N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Peine [Yanosa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyMar 18 Fév 2014 - 17:30

Le garde ne crut pas en revenir. Ce n’était pas un autre de ces Genins qui avait passé le seuil de la porte, mais une toute autre personne, un tout autre niveau. Le Raïkage, en personne. Était-il revenu de sa mission secrète ? Beaucoup étaient les gradés qui en parlaient, certains avaient même des idées bien farfelues. Mais une question surmontait toutes les autres : qu’est-ce que Karasu Tsumei venait-il faire dans cette prison ?
    Bonjour, Maître Raïkage.
    Bonjour, comment allez-vous ?
    Bien merci Yondaime, mais les prisonniers Kirijins viennent d’être transférés vers Konoha…
    Je le sais bien, c’est un accord auquel j’ai participé avec nos alliés.
    Pour quelle cellule êtes-vous venu alors ?
L’Ombre de la Foudre resta muet pendant quelques instants. Il sembla, du moins pour le garde, réfléchir une dernière fois à ce qu’il allait faire.
    Celle d’Oterashi Yanosa.
Et sans un mot de plus, les deux Kumojins se mirent en marche…

***
Un dossier était arrivé auprès du Daimyô. Ce fut bien entendu le principal intéressé, à savoir Karasu Tsumei qui le lut en premier. Puis ce fut le tour au vieux trio.
    Daimyô, j’aimerais avoir une autorisation de sortie exceptionnelle, le temps d’appliquer ce qui est prévu pour le prisonnier Oterashi Yanosa. Le résultat de mon idée à propos du Conseil et de la taupe du village n’arrivera que dans plusieurs jours au minimum.
S’en suivit une discussion bien plus complexe et longue que ces phrases prononcées par l’Ombre de la Foudre. Mais au vu des efforts qu’il fournissait pour prouver son innocence et découvrir la véritable taupe qui avait donné des informations confidentielles de Kumo à l’Homme Masqué, le Daimyô finit par lui autoriser cette sortie exceptionnelle à la seule condition que le Karasu explique ce qu'il avait prévu. Chose qu'il fit...

***
Dans sa main, une feuille de parchemin relatait les commentaires écrits de Bakushô Kal. Oterashi Yanosa, une chaise, et un court dialogue. Voilà un résumé de ce qu’il s’était passé entre les deux hommes. Il la rangea dans sa poche qui contenait déjà une autre feuille et un crayon de bois.

Le garde resta en retrait après avoir ouvert la porte de la cellule du Nukenin. Il la referma après l’entrée de son supérieur, et un signe de tête de ce dernier lui fit comprendre qu’il devait s’éloigner et même quitter les lieux.

La chaise en bois était toujours là mais en morceaux, et Yanosa évidemment aussi. Puisqu’il ne portait pas sa coiffe de Raïkage, le manieur du Bec se présenta.
    Oterashi Yanosa, je suis le Yondaime Raïkage. Cette entrevue sera la dernière.
La toute dernière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyMar 18 Fév 2014 - 23:24

Le hasard faisait parfois bien les choses. Alors qu'il venait à peine de se raviser, mettant un terme à presque deux jours de méditation profonde qui l'avait privé de tout stimulus extérieur, Yanosa entendit quelques minutes plus tard des bruits de pas distinctifs émaner du couloir rocailleux qui menait à sa cellule -et aux autres. Toutefois, suite au départ des deux kirijins plusieurs jours plus tôt, le jashiniste pensait bien être le seul détenu à encore résider dans cette partie du complexe pénitencier, étant donné le silence qui y avait régné depuis. Selon toute probabilité, à moins qu'un entretient quelconque ne soit prévu dans cette partie de la prison, c'était donc une nouvelle fois à lui que l'on rendait visite. Un bal qui ne semblait jamais vouloir finir...

C'était cette fois-ci un homme brun, svelte et élancé qui se présentait à lui, le garde habituel à ses côtés. Ce dernier rouvrit la porte de la cellule pour laisser ce nouvel interlocuteur entrer et présenter son faciès au Nukenin : non, ce visage ne lui disait rien, rien du tout. Un regard insistant de ce beau brun, c'est tout ce qu'il fallut ensuite pour que le garde comprenne qu'il devait refermer la porte derrière lui. Intéressant, se dit alors Yanosa, toujours assis, un bras ballant sur l'un de ses genoux plié devant lui. Un homme qui inspirait une telle obéissance et capable de transmettre ses instructions par la seule force de son regard. Était-ce... de la télépathie ? Peut-être bien... Mais quelque chose disait au guerrier rouge que c'était la qualité de son nouveau visiteur, son grade ou encore sa filiation qui lui apportait ce degrés de servitude. Une hypothèse qui se trouva validée dès l'instant suivant, lorsque le garde se fut exécuté.

Son nouveau visiteur ne tarda en effet pas le moins du monde à se présenter, en profitant par la même occasion pour lever une dimension tragique à l'entretien qui s'annonçait. Le Yondaime Raikage... Rien que ça ? Yanosa, sur le coup, ne put s'empêcher de se demander ce qu'un Kage, l'ombre par qui tout transitait et de laquelle tout émanait à la fois, véritable Hub de conspiration, de mensonges et d'hypocrisie, espérait retirer d'une conversation avec lui. La note sinistre sur laquelle il avait fini sa phrase, toutefois, laissait présager de la raison en question. Le double sens était-il voulu ? Certainement que oui. Allait-il lui-même exécuter une quelconque sentence ici-même, entre ces murs, au cœur de la montagne ? Peut-être bien... Tout du moins, ça n'aurait pas surpris le jashiniste outre mesure. Pendant une poignée de seconde presque désarçonné par la présence de ce symbole, de cette cible à abattre parmi tant d'autres, Yanosa eut tôt fait de se reprendre, prenant mollement appui derrière lui pour se relever de tout son mètre quatre-vingt-dix en feignant une légère gêne à la jambe droite.

« L'Ombre de la Foudre.. Vraiment... Pas surprenant que vous soyez le dernier, je suppose. Surprenant, en revanche, que vos tentatives de coercition se soient concentrées sur la kirijin qui résidait à côté plutôt que sur moi. M'est avis que, bien malgré moi, vous auriez pu m'arracher quelques petites choses. Peut-être... »

De façon discrète mais sans doute perceptible, les bras laissés ballants le long de son buste et de ses hanches, Yanosa contracta ses muscles profonds, prêt à réagir à un geste qui ne lui plairait pas ou à saisir une éventuelle occasion. Tout deux privés de chakra, dans cet endroit clos et fermé à clé, c'était quitte ou double : il pouvait tout aussi bien parvenir à égorger le Raikage à l'aide du pic en bois qu'il gardait précieusement sur lui ou ruiner toute chance d'évasion avec un geste trop hâtif. Quand bien même s'il parvenait à occire cette Ombre, la grille resterait fermée, et un autre prendrait immuablement sa place, comme la tête d'une bête mythologique.

« Je vois que vous m'avez apporté de la lecture, dit-il alors en désignant du menton le feuillet que tenait le Yondaime. M'en conterez-vous le contenu... ma très chère Ombre... ? »


Peine [Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyMer 19 Fév 2014 - 18:53

Oterashi Yanosa devait en avoir vu de plus belles. Il n’était pas de ceux qui avaient vu leur vie de déserteur transformée en enfer, hormis depuis sa capture. Non, il avait une certaine expérience de la vie, et également de Kumo. Le village avait-il changé selon lui ? Peut-être, mais aux yeux de tous, il avait bel et bien changé. Car ce n’était plus un pacifiste aveugle et illogique qui dirigeait le village caché des Nuages. Kumo allait regagner sa gloire d’antan.

Karasu Tsumei était donc bien plus proche de Kadoria Uriô que de ses deux prédécesseurs, et le village tout entier commençait à le comprendre. Non, il n’avait pas lors de sa nomination mis un terme à cette guerre. Il y avait réfléchi en profondeur. La paix était illusoire, mais il ne l’écartait pas pour autant. Il représentait un juste équilibre entre toutes les facettes des Kumojins et d’un village shinobi. Trahison, intelligence, choix, force, respect, paix et guerre.

Sa solitude ou presque auprès du Daimyô lui avait permis de réfléchir plus en détails à de nombreuses choses. Outre le plan qu’il s’était créé afin de trouver la taupe du Conseil, il avait pris la décision qui s’imposait.

Et cette dernière allait être quelque-chose qui romprait définitivement avec le récent passé du village. Ce passé gouverné par les Nidaime et Sandaime Raïkage, qui avait terni l’image du village caché du Pays de la Foudre. Cette page devait être tournée. Le livre qu’était Kumo valait bien mieux que ça.
    Tu n’as pas compris, il me semble. Ce parchemin que j’ai là, c’est pour y écrire tes dernières paroles si tu en as.
Son regard était soudain pris d’une sérénité et d’un sérieux sans failles. Et ses yeux semblèrent aller dans le sens de sa parole, sans la moindre chaleur. Aussi froide que la sentence l’était.
    Car ce soir, tu seras transféré dans une cellule secrète pour y être exécuté.
Sur quoi il leva la feuille de parchemin après avoir mis en évidence l’épée qu’il avait à la taille. Il ne restait plus qu’à attendre de voir si Yanosa voulait que l’on écrive ses dernières paroles comme le voulait la procédure. De toute façon, quoi qu’il arrive, ce soir allait sonner la fin.

Mais aussi le début d’une histoire. Celle d’un Kumo qui allait regagner de la splendeur, de la force et du respect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyMer 19 Fév 2014 - 20:11

« Quelle très délicate attention que voilà.»

Yanosa s'esclaffa presque, feignant la surprise devant ce qui ne restait que l'enfoncement d'une porte ouverte. Il ne s'était toutefois pas attendu à ce que les autorités du villages, à plus forte raison le Raikage lui-même, viennent recueillir un quelconque témoignage qui n'aurait vocation qu'à remplir un dossier assez peu épais, qui serait ensuite rangé entre tant d'autres volumes de paperasses inutiles. En voyant ce parchemin dans la main du Yondaime, le Nukenin avait en effet plutôt pensé à un acte d'accusation, à une liste non exhaustive de ses crimes et autres méfaits, du moins tout ceux dont ils auraient pu avoir connaissance. La formalité que cette Ombre venait remplir revêtait donc un peu plus d'utilité qu'une simple énumération de « pêchés » et autres accusations notoirement vexantes pour le jashiniste, qui pour le coup ne s'attendait pas à une telle manœuvre.

De son étonnement, il ne laissa évidemment rien paraître, grand orateur qu'il était et conscient que le moindre de ses sourcillement pouvait être capté et interprété par son interlocuteur. N'en restait pas moins qu'à cette proposition de laisser ses « derniers » mots sur le papier, Yanosa ne savait trop quoi répondre. N'était-ce qu'une banale et ultime tentative de lui soutirer une information utile, qu'il aurait pu croire salvatrice, en guise de soumission à son geôlier ? Quoi qu'il en fut, le guerrier rouge se voyait assez bien faire un dernier pied de nez aux autorités de Kumo avant son inévitable évasion. Son transfert, pensa-t-il, lui donnerait certainement l'occasion qu'il attendait pour se parer de ses plus beaux atours et fausser compagnie au soldats de la Foudre, mais des éléments inconnus restaient toutefois en suspend. Sans pour autant s'inquiéter, toujours poussé par sa foi inébranlable en Jashin et son grand projet, Yanosa n'en restait pas moins lucide et savait que s'il venait à déjouer, ce trajet qu'il allait devoir effectuer vers la salle d'exécution serait bel et bien le dernier de tous. Si l'on exceptait ceux qui se déroulaient sur un autre plan, bien entendu.

Toujours avec le même aplomb, le Nukenin répondit donc plus amplement au Yondaime après une poignée de secondes de latence.

« A voir ça, on pourrait presque penser que les mœurs de Kumo ont évolué du tout au tout depuis la grande bataille sur Hai. Dommage que ce ne soit qu'un artifice, une vague formalité que, vraisemblablement, tu prends un certain plaisir à remplir.

Mais qu'importe ! Je crains que, de toute manière, une si petite surface ne puisse décemment contenir le fin fond de la pensée que j'aurais aimé vous laisser à tous en souvenir... Grand Dieu, que je regrette ce que j'ai fait ! Hahaha...
 »

En prononçant ces derniers mots, Yanosa avait replié de façon volontairement grotesque ses avant-bras contre son torse, levant momentanément les yeux au ciel dans une mimique de repenti faussement sincère. Il reprit cependant presque immédiatement une attitude normale, fixant l'Ombre dans les yeux avec toute la dureté possible avant d'ajouter.

« Sont-ce des derniers mots convenables pour toi ? Dans ce cas nous en avons fini. »

Nul besoin de tergiverser. Il était prêt. Non pas à mourir, comme le désirait tellement les autorités de Kumo, mais à leur plonger la tête dans le bourbier que représentait l'univers qu'ils s'étaient bâti, à eux comme à tous les autres.


Peine [Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyVen 21 Fév 2014 - 10:40

Alors qu’il écoutait le Nukenin, Tsumei se rendit rapidement compte que ce dernier faisait très attention à ce qu’il faisait. Cela se voyait clairement : il n’était pas qu’une brute comme il avait pu le voir dans certains rapports. Oterashi Yanosa savait y faire avec les interrogatoires, et avait un certain contrôle de lui-même. Et cela créa même un doute chez le Raïkage…

Se pouvait-il que ce qu’il avait prévu pour le déserteur puisse échouer ? Non. Cela prendrait le temps nécessaire, mais le succès serait forcément au rendez-vous. Non, la seule faille possible, ce serait que « Lui », soit au courant et ait déjà un lien avec. Les recherches que le Karasu avait menées avant d’être Raïkage et même après n’avaient rien montré de tel, mais rien ne pouvait être sûr.

Mais dans un cas comme dans l’autre, le plan allait forcément se passer comme prévu. Et pour cela, il n’y avait qu’une solution : exécuter Oterashi Yanosa. Celui qui avait dicté ses dernières paroles, que son interlocuteur recopia scrupuleusement sur la feuille de parchemin qu’il avait reposée sur son avant-bras gauche.

Tsumei fut extirpé de ses pensées et de son écoute à présent achevée par des bruits de pas venant du couloir. Le garde était revenu. Qu’il ait entendu ce qui s’était dit n’était pas grave, mais il fit un geste de la tête qui incita son supérieur à se lever et à quitter la cellule. La porte fut refermée par le garde, qui se tourna vers l’Ombre, murmurant pour ne pas se faire entendre par le prisonnier.
    Excusez-moi Maître, mais cela fait deux jours que les autorités de Kumo ont annoncé qu’Oterashi Yanosa allait être exécuté.
    Oui, mais j’avais besoin de lui parler avant. Allez donc me chercher une bouteille de saké, s’il vous plaît.
    B-bien !
Le garde partit, et Tsumei resta devant la porte de la cellule. Il déplia le parchemin qu’il avait dans sa main, et relit ce qu’il y avait écrit, comme pour vérifier qu’il n’avait fait aucune erreur. Puis il attendit plus de cinq minutes sa bouteille de saké, avant de retourner dans la pièce.
    Tu n’as peut-être pas peur de la mort, ou il est possible que tu crois que tu pourras t’échapper lorsque l’on te transférera. Sache que c’est impossible, tout comme les Kirijins que nous venons de transférer, tu auras un sceau puissant qui te rendra pleinement inconscient.
La pure vérité. Il était certain qu’Oterashi Yanosa, dans quelques heures, ne pourrait pas s’évader du village. Tsumei retira le bouchon de la bouteille de saké.
    Mais si tu n’as pas peur de la mort…
Contre toute attente, il envoya la bouteille en pleine figure du Nukenin. Le verre se brisa au contact, violent et surprenant. Sans attendre, il dégaina son sabre, et jeta un regard toujours aussi neutre vers l’Oterashi.
    Peut-être auras-tu peur de la douleur…
Tsumei n’avait pas bu une goutte d’alcool depuis sa nomination au poste de Yondaime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyVen 21 Fév 2014 - 11:28

Yanosa observa en silence la fin de ce petit manège inutile que lui avait réservé le Raikage. Ce dernier, vraisemblablement doué d'une conscience administrative poussée, s'était empressé de noter les dernières paroles du Nukenin, comme si elles pouvaient porter en elles une réelle utilité. Une façon comme une autre de respecter un protocole et de marquer la force de l'autorité sur le guerrier rouge, qui pour le coup aurait presque risqué sa vie pour empêcher l'Ombre d'écrire ces mots, aussi stupide que cela puisse paraître. L'épée que le Yondaime avait au côté, cependant, termina de l'en dissuader. Car malgré tout ce qu'il pouvait penser du système, des shinobis et de ce monde en général, il était malgré tout une règle incontournable qu'on ne pouvait renier : la loi du plus fort. Si cet homme, aussi chétif qu'il pouvait paraître, était Raikage, alors nul doute qu'il savait se servir de son arme : même si elle résidait pour l'instant dans son fourreau, se ruer sur son propriétaire était aussi osé que dangereux. Sans piper mot, Yanosa observa donc, ne lâchant pas l'Ombre du regard lorsqu'elle fut amenée à sortir de sa cage sur une notification du garde qui était revenu.

Le jashiniste tendit l'oreille pour tenter d'entendre le bref dialogue qui s'ensuivit, sans toutefois bouger de sa position adossé au mur, en vain. Peu importaient les messes basses, au fond, mais Yanosa était d'un naturel que l'on aurait aisément pu qualifier de curieux. Les minutes passèrent ensuite, l'Ombre attendant devant les barreaux de sa cellule en relisant son papelard après le départ du garde, puis celui-ci revint, une bouteille bouchonnée à la main. Étrangement, alors qu'il pensait voir son interlocuteur partir pour de bon, son parchemin rempli comme il le souhaitait, le Nukenin vit le Raikage entrer à nouveau dans sa très modeste demeure du moment. Quelque peu intrigué, lassé aussi de ce bal sans queue ni tête, le guerrier rouge se raidit, fronçant légèrement les sourcils à l'écoute des propos que tint alors l'Ombre de la Foudre. Un sceau, hein ? Il n'en attendait pas moins du système de sécurité pénitentiaire de Kumo, et c'était à vrai dire un détail sur lequel il comptait pour mettre fin à son séjour ici. Mais alors qu'il voyait son interlocuteur déboucher la bouteille, frappée de la marque du saké, Yanosa sentit que l'atmosphère changeait dans l'espace très restreint de sa petite cellule.

Comme pour le confirmer, la bouteille d'alcool vola alors dans sa direction. A peine eut-il le temps de raidir les muscles de sa machoire et de tourner son visage de côté, pour « réceptionner » le contenant et son contenu, des entailles sanguinolentes apparaissant alors sur son menton, sa joue et son arcade sourcilière. L'alcool, lui, prit effet dans la foulée, enflammant les nerfs du jashiniste et ravivant la flamme de la douleur dans cette partie de son cerveau déjà trop longtemps restée en sommeil. Yanosa retourna sa tête en direction de l'Ombre et de son arme dégainée, le reste de son corps n'ayant pas sourcillé. De façon très naturelle, un sourire timide mais honnête apparut alors sur son visage.

« Bien, on en a fini avec les politesses à ce que je vois. Ça me va tout à fait ! Une dernière séance de découpe, de ponction et de sévices en tout genre avant le grand saut, que rêver de mieux. »

Yanosa fit un pas en avant, puis un second, allant au devant de la lame mise au clair et de son porteur, dont le regard n'avait pas changé mais dont le tempérament s'affichait désormais bien plus clairement. Les bras le long du corps, légèrement détachés des hanches et paumes tournées vers l'avant, le Nukenin reprit ensuite.

« Tu apprendras, Ombre, que mort et douleur, l'un comme l'autre coulent dans mon sang. Fais-le couler, oui je t'en prie, laisse libre cours à tes pulsions et à ton imagination. Rien ne te retient, et il serait bête de ne pas céder à un tel délice... »

Le guerrier rouge fit un pas de plus. Pour peu que le Raikage ne marque aucun recul, sa lame aurait déjà presque put se plaquer contre le torse du Nukenin s'il le souhaitait.

« Les Hommes ne réalisent pas à quel point ils ont besoin de la souffrance, vraiment pas... »


Peine [Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyVen 21 Fév 2014 - 11:57

Le sang coulait sur le visage du Nukenin. Certains morceaux de verres semblaient s’être pris d’affection pour les pores de la peau de ce dernier. Quelque part, il n’avait eu que ce qu’il méritait. Mais bien entendu, tout était bien plus profond et plus réfléchi. Car Karasu Tsumei ne faisait rien sans logique. Il lui était d’ailleurs intéressant de savoir si Yanosa s’en doutait. S’était-il douté à un moment ou à un autre que l’homme qu’il avait en face de lui était plus qu’un simple Raïkage se pliant à des protocoles et en profitant pour se « lâcher » un peu.

Le Yondaime s’était-il laissé aller vers la rage, la colère, la vengeance ? Tout portait à croire que lui. Mais, et c’était peut-être la différence entre les deux hommes, il connaissait le déserteur. Il savait bien que la douleur et la mort ne l’effrayaient pas. Plus on le frappait, plus il semblait fort. C’était un rempart contre l’abandon. La torture, à moins d’être poussée à un degré extrême, ne pourrait rien apporter.

L’intelligence et l’oral pouvaient contourner ce problème, car comme susdit, l’Oterashi n’était pas un idiot. Mais là encore, Tsumei ne semblait pas s’y être intéressé. Il avait suivi le protocole, comme un bon Kage. Puis il s’était « défoulé » comme un shinobi de base qui rêvait de venger les victimes de ce dernier.

Et il continua, plantant sa lame dans le ventre de son captif. La douleur était forcément présente, mais Yanosa survivrait. Il pouvait survire à quasiment tout. Mais alors pourquoi…
    Tu te trompes. Ce n’est pas pour me venger, ou pour t’apporter de la souffrance que je fais ça.
Il retira aussitôt la lame du corps de l’Oterashi. Sans attendre, il balaya d’un large mouvement de bras son Bec, tranchant le Nukenin de son épaule droite à son épaule gauche. Le sang coulait à flots.
    Je sais comment tu es. Je sais que la douleur ne t’effraie pas, que tu sais vivre avec.
Il allongea sa lame sur l’épaule gauche blessée de l’Oterashi, et retira le sang de cette dernière d’un rapide mouvement qu’il répéta pour faire de même avec l’autre face de l’arme. Puis il recula.
    C’est pourquoi lorsque le sceau qui t’auras rendu inconscient sera levé et que tu sentiras la mort approcher, repense à tout ceci. Repense à tes derniers mots écrits sur ce parchemin qui sera placé dans ton vêtement. Repense à ta vie.
Sur quoi il sortit le parchemin sur lequel il avait noté les dernières paroles de Yanosa, comme pour le lui montrer une dernière fois. Puis il le rangea, et sortit de la pièce.

Oterashi Yanosa était grièvement blessé. Dans moins d’une heure, le sceau paralysant lui serait apposé sur sa tête, et il serait transféré un peu plus tard vers le lieu d’exécution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyVen 21 Fév 2014 - 14:20

Sans grande surprise, les yeux du jashiniste suivant le mouvement de poignet expert et l'épée de l'Ombre devant lui, Yanosa ne tarda pas à en sentir la morsure dans sa chair. Le Yondaime ne s'était pas fait prier et, sans même essayer de contrer ou d'éviter l'attaque, le Nukenin la laissa venir à lui. Tout autant poussé par la foi que par une conviction pragmatique, ce dernier savait en effet que l'Ombre ne lui porterait aucun coup fatal. Pas ici, pas maintenant. Il avait déjà démontré quelques instants plus tôt à quel point il était soumis à son propre protocole, ce n'était donc pas pour écourter la procédure qu'il avait lui-même détaillé. C'était également ce trait de caractère, peut-être le seul que Yanosa avait eu le loisir d'étudier chez sa future proie, qui l'intéressait à présent au plus haut point. Gardant ses yeux rivés dans ceux de l'Ombre, le jashiniste ne perçut en effet que ce même pragmatisme, à l'identique depuis qu'il avait fait la rencontre de cet homme. Un vague rictus déformant légèrement son visage, et tandis que la douleur dans son abdomen s'étendait et lui faisait légèrement incliner le buste en avant, Yanosa comprit qu'il n'avait pas un revanchard face à lui. Car à moins que le Raikage en place ne souffre d'une forme aiguë de psychopathie ou de schizophrénie, ce n'était pas le faciès d'un homme qui cédait à ses pulsions qu'il avait en face de lui.

A travers la douleur qui l'envahissait comme une nouvelle preuve de son existence, Yanosa comprit alors... Il voulait lui donner une leçon, à lui ? Les mots qui suivirent allaient en tout cas dans ce sens. Cette Ombre, imbu d'elle-même qu'elle était, souhaitait réellement le voir se repentir, se remettre en question... Et alors qu'un nouveau coup d'épée balayait le haut de son torse à l'horizontal, le faisant reculer d'un pas sous l’impact sec et violent, Yanosa prit conscience que tout ceci, ces événements et ceux à venir, tout cela n’était plus sous son contrôle. Écoutant d'une oreille distraite les mots suivants de l'Ombre de la Foudre, il réalisa en effet que les voies divines lui avaient jusqu'ici intimé la plus grande passivité, comme si Jashin avait voulu placer son poulain en stase et le mettre à l'écart. Mais à l'écart de quoi ? Une fois encore, sur la longue route qui était destinée à mener Yanosa au succès, une part lourde et imposante d'inconnu se dressait devant lui, présentement dépossédé de tout pouvoir alors même qu'il avait en sa possession les clés de l'Enfer et du Paradis. Un profond paradoxe qui ne lui échappa aucunement et qu'il dut se résoudre à accepter.

Car en vérité, il n'y avait rien qu'il ait pu faire, à cet instant, pour se délier des chaînes qu'il avait accepté de se mettre. Il en était conscient, et la conclusion de son raisonnement, il l'acceptait volontiers. Peut-être, d'une certaine façon, devait-il mourir après tout. Ce ne serait pas la première fois que Jashin interviendrait pour raviver sa chair morte. Mais quelque chose d'autre se tramait, entre les mondes terrestre et invisible. Sortant momentanément de sa transe, que lui avait permises ces blessures infligées par le Raikage, Yanosa posa un genou à terre pour absorber l'impact de sa blessure au ventre. Le regard toujours porté vers l'Ombre, qui était déjà sorti de la cellule, il lui adressa alors ces derniers mots.

« Merci pour cette leçon, Ombre... Je sens déjà... toute la force de ta philosophie me... pénétrer. J'espère que... tu seras là pour profiter... de la suite. Ha..Haha... ! »

Rire lui arrachait à présent de franches vagues de douleurs incontrôlables, mais il avait déjà connu bien pire. De la part de Yuki, notamment. Mais l'heure n'était pas à la nostalgie. Adoptant tant bien que mal une position assise propice à la méditation, se tenant sur ses tibias et ses genoux pliés, Yanosa ferma les yeux et se laissa tomber dans son propre inconscient. Il ne cherchait pas à fuir la douleur, seulement à apaiser l'affolement cellulaire résultant de la blessure. L'heure annoncée par le Raikage passa ainsi, sans que le guerrier rouge ne bouge d'un cil, puis de nouveaux bruits de pas traversèrent son inconscience pour lui annoncer la venue de la brigade de transfert. Le Nukenin se replia alors encore davantage dans ses propres tréfonds, tandis qu'un expert en Fuuin lui appliquait le sceau décrit plus tôt par le Yondaime. C'était fait... Logé dans un recoin de son esprit, Yanosa ne pouvait guère plus qu'attendre, désormais. Si le sceau dont il était affublé avait eu vocation à lui couper toute forme d'activité cérébrale, alors il avait échoué dans sa tâche. Toutefois, impossible pour le jashiniste de remonter ne serait-ce que d'une strate dans les sphères de conscience qu'il avait mis des années à explorer : il était bel et bien prisonnier de son inconscient et incapable de dire ce qui arrivait à son enveloppe.

Ne restait plus, pour le guerrier rouge, qu'à attendre l'ultime moment. Mort ou pas, ce dernier promettait d'être très intéressant...


Peine [Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] EmptyVen 21 Fév 2014 - 16:41

La nuit commençait à tomber lorsque l’on sortit Oterashi Yanosa de sa cellule. Un sceau sur la tête avait rendu ce dernier totalement inconscient. Selon la procédure, ses derniers mots qui avaient été notés par le Raïkage sur une feuille de parchemin avaient été placés dans la poche ventrale de son vêtement. Comme lors d’incinérations ou d’enterrements, les exécutions à Kumo donnaient à la mort un sens certain. Et quand on pouvait recueillir les dernières paroles d’un Homme, on accompagnait son « voyage » avec celles-ci.

Un capuchon fut mis sur la tête du déserteur hors d’état de nuire, afin de le cacher au cas où certains passants du village seraient au mauvais endroit au mauvais moment. Trois shinobis plus un garde de la prison l’escortèrent. Deux d’entre eux le portaient, tandis que les autres restaient autour.

Malgré les quelques soins superficiels qu’Oterashi Yanosa avait reçus, les blessures laissées par le Raïkage faisaient encore couler son sang. Et si son visage était caché, il n’en restait pas moins abîmé.

***
Karasu Tsumei était dans son bureau, profitant peut-être de ses dernières heures avant de retourner au près du Daimyô et de ses conseillers. Son plan avait-il porté ses fruits ? Toute la préparation de l’exécution d’Oterashi Yanosa avait-elle été suffisante ? Il fallait patienter…

Mais quelques minutes plus tard, il entendit des bruits de pas. Quelqu’un se rapprochait, il courait. La porte de son bureau s’ouvrit. Et là, sans même se retourner, il sut.

***
La marche nocturne avait été calme et tranquille. Quasiment aucun passant ne s’était approché de manière dangereuse ou curieuse de l’homme porté par deux Kumojins. C’était peut-être parce que tout avait été trop calme que la surprise fut de grande taille.

Un homme était tombé au milieu de l’escorte. D’où avait-il sauté ? Personne ne s’en soucia. Il toucha le corps, alors que les shinobis le lâchèrent, se préparant au combat. Avec son saut, l’air dégagea la capuche de l’intrus, et laissa apparaître un masque blanc sans motif.

Oterashi Yanosa et lui disparurent l’instant d’après.

***
    Maître, Oterashi Yanosa a été enlevé !
    Par qui ?
    Un homme au masque, sûrement l’Homme Masqué !
    Dépêchez une unité de traque d’urgence.
Le Jônin fit entendre son accord, et claqua la porte sans trop le vouloir en partant. Tsumei quant à lui alla tranquillement s’asseoir, et retourna son fauteuil vers l’immense baie vitrée de son bureau. Quelque part dans le village, il y a encore si peu de temps, Oterashi Yanosa allait vers son lieu d’exécution. Mais ce dernier venait d’être enlevé…

Dans son bureau plongé dans l’obscurité, le Yondaime sourit. Son plan avait fonctionné.

Retenu car étant suspect dans l’affaire de la taupe de Kumo, Tsumei avait eu tout le temps et le loisir de réfléchir à de nombreuses choses. Le cas des Kirijins, de cette taupe et d’Oterashi Yanosa en faisaient bien entendu partie. Et sur le Nukenin, il avait mis sur pied un plan des plus originaux.

Oterashi Yanosa était un Nukenin, un déserteur du village qui avait déjà fait des victimes. Sa capture sonnait comme une victoire, et il était clair qu’il ne pouvait être libéré. Il méritait la mort, c’était indéniable. Mais Tsumei n’avait jamais été de ceux qui aimaient les choses trop simples. Faire mourir ce genre d’hommes sonnait pour lui comme une défaite. Lorsqu’un criminel est capturé après ses méfaits, le tuer lui rend les choses bien plus faciles.

Il ne restait donc que la souffrance, la torture. Mais via de nombreuses visites dont il eut les résumés écrits, le fait que l’Oterashi n’était en aucun cas gêné par la douleur devint indéniable. Et dans ce cas-là, récolter des informations devenait une chose compliquée, voire impossible. C’est une chose que Bakushô Kal avait d’ailleurs confirmé. Son instinct et l’originalité de son approche avaient montré le Nukenin sous un visage peut-être plus… coopératif, mais rien de sûr.

Lorsqu’un homme mérite la mort, mais que ni la prison à vie, ni la torture, ni la mort ne fonctionnent et ne semblent être une bonne option, tout semble perdu. Pourtant, Karasu Tsumei retourna le problème autrement. Pour lui, il était inconcevable de laisser mourir ce traître sans en tirer profit. Le village importait plus qu’autre chose.

Que faire de cet homme alors ? L’utiliser, mais comment et pourquoi ? Oterashi Yanosa, dans l’éventualité où il deviendrait une sorte d’espion, ne pouvait être envoyé dans des villages shinobis. Tout simplement parce que la guerre actuelle était trouble, et que les changements de Kages remettaient en question cette dernière. En envoyant un espion dans un village, les risques étaient trop grands. De plus, il ne fallait pas oublier que le Nukenin détenait probablement des informations non négligeables sur Kumo.

Le Raïkage songea alors à Kyoshi Rei. L’Homme Masqué qui avait révélé son identité aux yeux de tous. Pourquoi avait-il fait ça ? Dans tous les cas, ce n’était pas sans raison. Pouvait-on le redouter ? On le devait, mais il était seul, ou du moins bien moins important qu’un village. Oterashi Yanosa pouvait donc lui apprendre ce qu’il voulait, c’était bien moins grave que donner des informations à Kiri par exemple. Surtout que la taupe de Kumo avait déjà dévoilé des informations à l’homme au masque.

Le chemin commençait donc à être tracé. Oterashi Yanosa était un Nukenin qui avait des informations sur Kumo et qui avait prouvé son… opposition aux villages shinobis. Sa renommée commençait à s’établir, ce qui en faisait une cible parfaite pour Kyoshi Rei, qu’importe ce qu’il allait en faire. Mais comment créer cette situation ? Comment faire du Nukenin un espion et surtout comment le mettre auprès de l’Homme Masqué ? C’est un plan qui s’étala sur trois jours qui fut réfléchi puis dévoilé au Daimyô. Ce plan, au vu de sa complexité et des promesses qu’il donnait, permit à Tsumei d’obtenir un droit de sortie.

Karasu Tsumei savait que la taupe de Kumo pouvait toujours entrer en lien avec Kyoshi Rei. Il savait également que c’était un membre du Conseil. De fait, le Conseil et cette taupe étaient donc au courant de l’emprisonnement d’Oterashi Yanosa. Une fois son plan décidé, l’Ombre de la Foudre fit savoir que le Nukenin allait être emmené pour être exécuté. Cela allait mettre la puce à l’oreille de la taupe et donc de l’Homme Masqué, qui allait se poser la question suivante : dois-je m’intéresser à ce Yanosa ?

Karasu Tsumei ne pouvait se reposer sur des spéculations, aussi il rendit visite au prisonnier. Il le frappa avec une bouteille de saké, lui transperça le ventre et le trancha les épaules. Connaissant l’endurance presque anormale de l’Oterashi, il savait qu’il n’allait pas en mourir. Aux yeux de tout le monde, cela passait pour un Raïkage qui vengeait les siens, ou qui faisait une scène de torture. Mais tout ceci n’était fait que pour rendre le tout bien plus crédible. Oterashi Yanosa, plus qu’un shinobi pouvant avoir des informations et de bonne réputation contre les villages, avait été ainsi torturé à mort et devait donc éprouver une rancœur encore plus grande. Seul Tsumei savait que cette scène de torture avait un but caché.

Le garde qui resta près de la cellule ce jour-là avait peut-être été contacté par la taupe de Kumo, ce qui dissuada Tsumei de parler directement à Yanosa de son plan. C’est pourquoi il se servit de la formalité des « dernières paroles ». Il demanda au prisonnier s’il avait quelque-chose à dire, des paroles pour l’accompagner lors de sa future exécution. Il les nota scrupuleusement.

Mais sur l’autre face du parchemin, il avait déjà écrit à l’intention de l’Oterashi :
    Oterashi Yanosa,

    En lisant cette lettre, tu te rendras sûrement compte de tout ce qu’il s’est passé, en réalité.
    Je savais que l’Homme Masqué pouvait être intéressé par ton cas. Et tu te doutes forcément qu’il est une cible prioritaire pour nous.
    En t’infligeant ces blessures, tu as gagné en crédibilité à ces yeux. Tu es plus que jamais un prisonnier torturé, dont la rancœur envers les villages shinobis et surtout Kumo doit être plus grande que jamais.
    Mais comme je te l’ai dis, je te connais, et si je t’ai frappé ce jour-là alors que tu es presque insensible à la douleur, ce n’est pas pour rien.

    La mort ne te fait pas peur, la douleur non plus… Mais ce que tu ne veux pas perdre, c’est ta liberté. Avec ce plan, je te l’ai rendue. En accompagnant l’Homme Masqué, et même si tu te sépares de lui un jour ou l’autre, nous ferons en sorte que tu ne retournes plus dans les geôles de Kumo.

    Je n’ai que faire de ton passé. Tu as détruit des vies, mais tu peux en sauver tellement d’autres.
    Je t’ai noté plusieurs adresses au bas de cette feuille. J’attends de toi que tu m’informes des agissements de l’Homme Masqué, ou du moins de ce qui concerne Kumo et Kaminari no Kuni. Chaque lettre que tu m’adresseras devra se finir par le dernier mot que je t’ai prononcé ce jour-là.

    Si jamais tu refuses de coopérer, alors prie ton Dieu pour que je ne te retrouve jamais. Prie-le aussi pour que l’Homme Masqué ne découvre pas ce risque que j’ai pris.

    Tu es entre deux forces qui sauront se montrer sans pitié. Paye ta dette à celle qui au lieu de te priver de ta liberté te l’a rendue.
Oterashi Yanosa à son réveil se souviendra de cette feuille de parchemin qui devait contenir ses dernières paroles. Qu’importe la raison, il y retouchera. Et il lira son véritable message. Si jamais il accepte, alors Kumo sera doté d’un espion des plus importants. S’il refuse, alors d’autres phases du plan pourront être lancées.

Karasu Tsumei n’a jamais été persuadé qu’Oterashi Yanosa allait être évacué par l’Homme Masqué en personne. Il n’a jamais su quel jour cela allait se produire. S’il ne s’était pas manifesté aujourd’hui, l’opération se serait répétée le jour d’après. Ce processus aurait duré quelques jours, et il y aurait eu à chaque fois une excuse qui aurait justifié ce retardement. Et si jamais les choses ne s’étaient pas passées comme prévu, alors Oterashi Yanosa aurait réellement été exécuté.

Si jamais Kyoshi Rei fouille Yanosa avait de le réveiller, il tombera probablement sur la lettre. Il découvrira alors le pot-aux-roses. Pourra-t-il être persuadé que l’Oterashi est une source sûre ? Dans le cas contraire, il tuera lui-même le déserteur, et Kumo n’aura alors rien perdu.

S’il décide de tromper Kumo, il faudra qu’il découvre le dernier mot que Tsumei a prononcé à Yanosa. Cela impliquerait forcément que ce dernier l’aide. Et si jamais les deux hommes venaient à s’allier pour de vrai, alors les informations envoyées par lettres seraient des fausses. Et cela pourra être vérifiable facilement.

Quel que soit l’angle de vision pris, Kumo avait gagné. Que ce soit des informations vraies ou fausses, la mort d’Oterashi Yanosa, un espion près de l’ennemi public considéré comme numéro un…

Et cela avait aussi prouvé que la taupe était toujours en contact avec l’Homme Masqué. Et qu’elle était toujours à Kumo…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Peine [Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Peine [Yanosa] Peine [Yanosa] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Peine [Yanosa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Prison-