N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyDim 26 Jan 2014 - 12:02

Le Seki s’approcha du complexe pénitencier de Dee Saigo, la plus grande prison de Kumo. Il s’agissait d’une falaise immense en bordure du village. Un lieu austère dont l’entrée était juchée au sommet de la falaise, quasiment dans les nuages. Un chemin sinueux, mais sécurisé, longeait la falaise de la base au sommet en se tortillant vers les hauteurs. Jamais Zennosuke n’y avait mis les pieds véritablement, sauf à l’époque de la grande évasion. Et même à ce moment, il n'avait pas réellement pénétré l'endroit. En effet, jamais le Seki n’avait été affecté à la garde des prisonniers, de ce fait, le Jônin ne maîtrisait pas réellement l’endroit.

D’un pas décidé, le jeune homme, commença l’ascension de cette falaise. Au delà des deux prisonniers kirijins que Kouga-San avait capturé suite à leur combat, un autre illustre criminel avait eu la malchance de croiser un kumojin que Zennosuke savait redoutable : Ryuuku Namiko, le Jônin revenu du passé. Cet illustre criminel, désormais connu des services de renseignements kumojins suite à sa rencontre avec Zennosuke puis avec Hiruzen et Hasaki, avait assassiné des shinobis de kumo lors de la première guerre de Hai no Kuni contre Makka. En ce temps là, ce criminel était alors kumojin. Suite à son acte répréhensible, l’homme à la chevelure rouge était devenu nukenin et avait alors erré dans le monde jusqu’à ce que le sort le lie aux partisans et qu’il combatte lors de la seconde guerre de Hai no Kuni contre la même Makka. Les traces de sa survie dans ce monde sauvage avaient ainsi été retracées jusqu’à son face à face avec Zennosuke et les deux autres kumojins. Cet homme, c’était Oterashi Yanosa le nukenin. Un ninja atypique, ne jurant que par un certain Jashin. Zennosuke se rappela de chaque détail, chaque caractéristique physique de l’homme en question. Une longue chevelure rouge, des cicatrices attestant de blessures profondes, et visibles un peu partout sur son corps. L’homme était plutôt grand et assez musclé. De ce que le Seki en avait appris jusqu’ici, Yanosa aimait beaucoup échanger, parler. Ça tombait bien, Zennosuke avait certaines questions à lui poser...

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Cmkkk700f2

Le Seki venait d’arriver à l’entrée de la porte de la prison. Après avoir décliné son identité, laissé sa signature de chakra à un kumojin apte à recueillir et à le mémoriser d'une manière fort étonnante, une fois confirmation de son identité laissée, il fut demandé l’objet de sa visite à Zennosuke. D’un ton las, mais solennel le Seki annonça « Oterashi Yanosa le nukenin ! ». Ses yeux laissaient échapper comme des étincelles. Au fond de lui, le kumojin bouillonait. Il détestait les déserteurs. Il considérait que c'était le pire crime qu’un soldat pouvait faire. Et lorsque ce soldat se permettait en même temps de tuer d’autres soldats avant de fuir, il était tout simplement au sommet de la pyramide des nukenins bons à liquider…

Des bruits de pas résonnaient dans les longs couloirs sombres éclairés par de faibles lumières occasionnées par des bougies. Des shinobis étaient postés ci et là. Des gardes. Au bout de quelques minutes de marche, le Seki déboucha sur un couloir un peu plus éclairé. C’était l’allée menant aux cellules des shinobis dits « dangereux » ou « importants ». Le Jônin emprunta ce couloir et poursuivit sa marche calmement, ignorant les propos obscènes de certains prisonniers. Il dépassa les cellules contenant les kirijins capturés il y a peu et continua en direction de l’homme qui l’avait mené jusqu’à ce lieu. Une fois devant la cellule, le Seki se rapprocha des barreaux. Au fond, tapis dans une relative pénombre, un homme à la chevelure abondante était bien visible...

« Oterashi Yanosa hein... Tu as donc fini par te faire avoir… » Zennosuke se rapprocha à un metre des barreaux de la cellule. Il n'avait pas peur de cet homme. Au contraire, si peur il devait y avoir c'était probablement le nukenin qui devait la ressentir. Seulement ce déserteur connaissait-il ce sentiment ? Le Seki allait le savoir bien vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyLun 27 Jan 2014 - 9:34

Dans la pénombre, l'humidité poussiéreuse et la fange, Yanosa Oterashi attendait. Plongé dans les ténèbres quasi absolues des geôles souterraines de Kumo, qu'il savait être profondément creusées dans les racines mêmes d'une majestueuse montagne à l'ouest du village proprement dit, il pansait tant bien que mal ses plaies et blessures. Enfermé depuis plusieurs jours déjà, le jashiniste s'était attelé à la régénération de son enveloppe, adoptant une posture en tailleur caractéristique en luttant pour positionner correctement ses membres fragilisés, voir meurtri avec profondeur. Ce kumojin qui l'avait capturé n'avait en effet pas fait les choses à moitié, le réduisant quasiment à l'impuissance totale à l'aide d'attaques millimétrées et savamment calculées. Le bougre rouge avait su répondre, certes, mais qu'étaient les égratignures ou les mutilations faites à son opposant face à son échec au combat ? Peu de chose il fallait le dire, et pourtant... Pourtant, même au fond de ce cachot sordide, le Nukenin avait toujours autant la foi. Si ce n'était même plus qu'auparavant. Être ainsi confronté à un adversaire qui disposait précisément des armes pour contrer ses facultés primaires ne pouvait pas être une bête coïncidence, une errance du destin ou une quelconque autre facétie. Jashin le voulait ici, et c'était ici qu'il était. Pour quelle raison ? Cela, même Yanosa l'ignorait pour le moment, une ignorance qu'il avait un peu de peine à assumer pleinement mais qui faisait parfois parti du grand Plan.

Point de fenêtre dans sa cellule, point de couchette ni de point de confort quelconque. Juste un astucieux système de coquillage qui garantissait qu'on ne trouve pas de prisonniers croulant dans leurs propres excréments... En sus de cette suite grand luxe qu'on avait réservé au guerrier rouge -qui devait plutôt se faire couramment appelé « le meurtrier rouge » ici-, une série de sceaux fort bien disposés et engravés autours des barreaux garantissait qu'il ne puisse pas utiliser la moindre once de son chakra d'ordinaire si prompt à déborder de son corps. Une mesure standard dans toutes les grandes prisons qui avaient à cœur de contenir la furie des shinobis capturés mais qui requerrait l'assistance d'un, voire de plusieurs spécialistes en Fuuinjustu pour être quotidiennement entretenue. Un maigre prix à payer lorsque l'on considérait que ce système permettait de garder un fou furieux tel que Yanosa en captivité... Mais ce n'était pas autant cette fonction première des sceaux qui dérangeait pour l'instant le jashiniste captif, non, mais plutôt l'incidence que cela avait sur sa capacité de régénération naturelle d'ordinaire bien plus efficace qu'elle ne l'était à présent. Son chakra tenu en laisse, ses tissus se reformaient bien moins vite et avec moins d'ardeur qu'à l'accoutumée, une sensation déplaisante que le Nukenin relativisait avec philosophie. Après tout, si tout ce qu'il lui fallait c'était du temps, il allait en avoir à revendre, pour peu que son Dieu et Maître exige de lui de rester là plusieurs mois, voire plusieurs années.

Se régénérant donc comme il le pouvait tout en mûrissant déjà les détails de sa future évasion, Yanosa reposait là, assis en tailleur au centre de sa « cellule », les yeux fermés. Quand tout à coup des bruits de pas résonnèrent sur le sol rocailleux du tunnel creusé à même la montagne. Des pas qui s'enchaînaient avec bien trop de pression et de résignation pour qu'il ne s'agisse que d'une simple ronde. Les pas cessèrent, une silhouette apparut dans la pénombre ambiante, et une voix familière vint confirmer à Yanosa l'identité de celui qui se trouvait à présent devant lui. Zennosuke... Pas très étonnant que ce dernier n'ait pu réprimer une petite visite de courtoisie, lui qui avait raté sa chance là où son collègue avait largement triomphé. En y repensant, Yanosa se demandait si ces lascars de Kaminari avaient le moindre soupçon, le moindre doute, sur ses réelles capacités... Il n'y avait pas de raison que ce soit le cas, même s'il était tentant d'exposer son pouvoir devant leur faces décrépites, mais pour le guerrier rouge se questionner sur le sujet était légitime. Car de l'anonymat de ces facultés dépendaient bien des choses...

Ne bougeant pas d'un pouce, ne prenant pas la peine d'ouvrir les yeux dans ces ténèbres de toute façon trop épaisses, Yanosa se coupa malgré tout d'une partie de sa méditation pour répondre au Seki.

« Pas par toi, si c'est ce que tu sous-entends. Même si tu ne l'avoueras probablement pas, je suppose que ça te rend un peu... aigri, je me trompe ? Peu importe, le fait est que je suis là, et que les choses sont bien comme elles sont... Mais dis-moi plutôt, qu'est-ce qui t'amène, hm ? Le seul plaisir de me voir ici suffisait-il à te motiver pour te frayer un chemin dans ces couloirs, ou bien... Serais-tu venu pour pratiquer avec moi l'un de mes hobby favori ? Un peu de torture, peut-être ? Ne me fais pas croire que toi ou un autre n'y ait pas déjà pensé, n'oublie pas que je connais ce village, j'y ai vécu... Jusqu'à ce jour où il m'a fait mourir. »


Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyLun 3 Fév 2014 - 21:52

Le Seki avait le visage tourné vers celui de son ennemi , cherchant des yeux son regard. Yanosa ne daigna pas même ouvrir les yeux. Un sourire s’afficha sur son visage. Ainsi le guerrier rouge n’éprouvait aucune espèce de frayeur à se trouver en pareille posture face au Seki. Pourtant il savait que Zennosuke ne l’appréciait pas. Il savait que s’il l’avait pu, le Seki l’aurait éliminé lors de leur premier face à face. Le guerrier rouge gardait sa propension à user et abuser de la parole. Un véritable séducteur, voilà ce qu’il était ! Séducteur parce qu’il savait capter l’attention, parce qu’il était capable par la parole et par des postures à manipuler les esprits de manière à pousser les gens à l’écouter, l’admirer, lui faire confiance… C’était probablement grâce à ces aptitudes que le guerrier rouge avait été capable de faire toutes les monstruosités dont il avait fait montre lorsqu’il désertait le village.

Le Seki posa son regard sur le corps du guerrier rouge. Celui-ci était plein de cicatrices. Un peu plus qu’à l’accoutumée. Certaines semblaient récentes, probablement le résultat de son affrontement avec le Jônin Ryuuku Namiko. Le Jônin réprima un sourire de satisfaction. Finalement ce déserteur avait fini par se faire avoir. Le fait que le kumojin qui l’ait capturé soit un homme que le Seki admirait contribuait à l'apaiser. Non, contrairement à ce que pouvait croire Yanosa, Zennosuke n’éprouvait aucune honte, aucune jalousie de n'avoir pas eu la primeur de cette capture. Tout ce qu’il avait souhaité ardemment, c’était que Yanosa soit six pieds sous terre, ou alors qu’il se retrouve là, ici, à Kumo, derrière les barreaux, entre quatre murs. Telle était la posture du nukenin aujourd’hui ; c’était bel et bien lui qui était dans une position peu envieuse. Zennosuke s’approcha à nouveau un peu. Il ne craignait rien, il savait bien que derrière ces murs, le nukenin ne disposait plus de son chakra. Mais guidé par sa prudence habituelle, le sculpteur de chakra préféra prévenir que guérir. Yanosa était un homme physiquement bien bâti. Ses aptitudes naturelles au combat au corps, compensaient logiquement la faiblesse physique qui était la sienne. Même s'il fallait rappeler le fait que le Seki était loin d'être un gringalet, ce dernier comptait observer la situation d’abord avant éventuellement d’aller plus loin.

« Tu me connais mal Yanosa ! Je ne tirerai aucun plaisir à te torturer, surtout pas... » Le Seki regarda d’un air dédaigneux la cellule avant de poursuivre : « ...dans un contexte pareil. La seule chose qui me réjouit, c’est de te savoir derrière ces murs. Tu es chanceux, c'est tout ce que je peux te dire. » Le Seki posa son regard sur le nukenin. Il resta un long moment silencieux, visage impassible. Il étudiait le nukenin tentant de savoir dans quelles dispositions psychologique il se trouvait. Ses moindres faits et gestes étaient interprétés, de même que le ton de sa voix. A ce propos, celle du Seki se mit à résonner dans le silence ambiant au bout d’une minute où, jusqu'alors, seul le crépitement des bougies se consumant se faisait entendre.

« On va essayer de discuter aujourd’hui, sans se prendre la tête. Tu veux bien Yanosa ? » Le ton était neutre, le visage toujours impassible. Le guerrier rouge aurait bien du mal à imaginer quelles pouvaient être les pensées du Seki en cet instant précis. Et c’était très bien ainsi. D’après ses propos, l’homme à la longue chevelure rouge ne connaissait pas véritablement le tempérament du Seki. A vrai dire, ce dernier non plus n’en savait pas plus au sujet du déserteur. Si celui-ci coopérait, il pourraient échanger et en apprendre un peu plus l’un de l’autre. Pour quelqu’un qui était sur le point d’être jugé et dont la sentence était connue d’avance, discuter était tout à fait profitable.

« Dis-moi Yanosa, pourquoi ? Pourquoi avoir causé tout ce tort à ce village ? Pourquoi avoir tourné le dos à une organisation qui t’a façonné et permis de devenir ce que tu es : un bon shinobi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyMar 4 Fév 2014 - 14:04

Sans un mot de plus, Yanosa laissa le Seki s'évertuer à instaurer un semblant de véritable dialogue, ce dernier affichant sa morale comme s'il s'agissait d'une propagande de mauvais goût dans un contexte des plus équivoque. Le soldat de Kumo se rapprocha des barreaux, affirmant par là même sa totale confiance et sa supériorité dans une situation où, de facto, le Nukenin ne pouvait que se plier aux volontés physiques de ses geôliers. Quoi que même sans chakra, si un garde quelconque venait tenter de lui arracher une information ou quoi que ce soit d'autre à l'intérieur de sa cellule, il restait en capacité de lui broyer la nuque sans autre forme de procès. Mais Zennosuke n'allait certainement pas se risquer à ça. Aussi, le kumojin s'arrêta sans franchir la frontière qui séparait la confiance de l'inconscience, affichant ce qui semblaient être, à première vue, une forme de regret et un soupçon de catharsis. Manœuvre pour ouvrir le guerrier rouge au dialogue ou véritables sentiments mis à nu ? Difficile d'être catégorique sur ce point sans l'appui d'un jutsu quelconque qui l'aurait aidé à déterminer le vrai du faux, mais en l'occurrence, cela n'avait que très peu d'importance. Si le Seki était d'humeur joueuse, il aurait de quoi faire. S'il était simplement dans une démarche sincère et supra-morale, et bien... Il risquait d'être déçu.

« Chanceux, hein ? répondit le jashiniste en ne bougeant pas d'un pouce, toujours en tailleur. Ton confrère a eu le choix, Zennosuke, il n'a jamais été question de chance. Qui qu'il soit ce shinobi de Kaminari a tranché, et a décidé de laisser ma vie s'écouler entre ces parois de roche et de pierre plutôt que d'y mettre un terme. Les probabilités, la relativité, elles n'ont rien à voir avec le fait que je me tienne aujourd'hui devant toi, dans cette prison. Tu ferais bien d'y réfléchir... »

Son dos se raidissant lentement, faisant craquer quelques vertèbres et finissant de faire transiter quelques énergies corporelles, Yanosa rouvrit subitement les yeux, déployant ses bras pour les étirer et changeant de position assis avec toute la prudence du monde pour se retrouver sur les tibias, ses paumes posées sur les cuisses.

« Mais puisque tu es là pour discuter, alors nous allons discuter. Tu es seul maître à bord ici, après tout. Et je dois dire que tu commences très fort avec ta question, oui... Je me doute que... c'est cette unique question, au fond, qui ne te fait pas regretter que je sois encore en vie, et pas cette morale que tu tentes de brandir devant moi comme un étendard. »

Ses yeux se tournèrent alors distinctement vers la droite, vers la cellule adjacente, dans laquelle Yuki tentait désespérément de recouvrer des forces, avant de revenir se braquer sur le Seki.

« Cette morale, qui donne le droit à ton village de torturer des enfants. Oh, attention, je ne le condamne pas... Mais cesse donc de te cacher derrière cette hypocrisie idéaliste, pour commencer, si tu espères un jour comprendre... Comprendre pourquoi je fais ce que je fais. »

Yanosa marqua une pause, hésitant presque à continuer. Mais l'attrait du verbe était présentement bien trop grand, et les risques tellement insignifiants...

« Zennosuke... Même si on mettait de côté le devoir divin qui m'échoue et la tâche qu'il m'incombe de remplir... Ne penses-tu pas... que la colère d'un homme qu'on a envoyé mourir sur une plage puisse être légitime ? C'est ce qui s'est passé ce jour-là, sur Hai, et c'est tout sauf l'un de ces enseignements shinobi sans substance qui m'a ramené à la vie... »


Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyVen 7 Fév 2014 - 18:27

Le Seki écouta les propos du nukenin. La réaction de ce dernier, par rapport à la première affirmation du kumojin sur le fait qu’il était chanceux d’être encore en vie, n’eut pas toute l’adhésion du Seki. Yanosa tentait tant bien que mal d’expliquer qu’à aucun moment la chance n’était intervenue quant au pourquoi du comment il se retrouvait face au Jônin de Kumo. Ce dernier le regarda, légèrement déçu par le fait que le guerrier rouge ne comprenait pas où il voulait en venir. Sans le montrer, sans rien dire, sans polémiquer, le Seki laissa couler. Il n’allait pas s’engager dans un débat philosophique qui au fond n’apporterait absolument rien de plus à ce face à face. Au fond de lui, il pensait toujours ce qu’il avait dit. Yanosa pouvait s’estimer chanceux d’être en vie, chanceux d’être tombé sur une personne qui à un moment donné a choisi de lui a laisser le loisir de vivre, chanceux de ne pas être tombé sur un shinobi qui n’aurait pas souffert qu’il puisse encore exister après tout le mal qu'il avait causé… Là résidait la chance du nukenin. Peut-être le comprendrait-il un jour. Mais compte tenu du peu de temps qu’il lui restait à vivre, les chances étaient maigres pour que ce soit le cas.

La suite des propos de Yanosa laissait comprendre combien il était intelligent, rusé, combien son esprit était analytique, mais en même temps une part d’ombre voilait les mots qu’il utilisait. Le voilà qui déjà jugeait Zennosuke, sans même véritablement le connaître. Il n'avait pas tort sur certains points. Probablement que le Seki était rattrapé par une part enfouie de sa morale, une partie de lui qui, au fond, se réjouissait de pouvoir tenter de raisonner un ancien kumojin et le ramener sur la véritable voie, mais jamais le Seki n’avait laissé paraître ses intentions ou émotions. Jusqu’à présent il était resté zen, malgré les nombreuses piques que lui lançait le nukenin. À aucun moment il ne s’était posé comme quelqu’un ayant le monopole de la vertu, à aucun moment il n’avait brandi, comme le laissait entendre le nukenin, une prétendue moralité tel un étendard. Seulement, si parler de la sorte apaisait le nukenin dans ses craintes et souffrances, le Jônin pouvait, à son tour, souffrir de se faire accuser de choses qu’il n’avait commises. Ils seraient deux ainsi, au banc des accusés.

Le Seki ferma les yeux lorsque les propos du nukenin commencèrent à le déranger au plus haut point. Des mots se mirent à heurter la conscience de soldat loyal qui était la sienne. Des mots qu’il ne pouvait concevoir, des mots qui ne faisaient partie de son monde et qui en cet instant précis cognaient au pas de la porte de son univers, prêts à s’y engouffrer sans qu’on ne les y ait invités.

* Hypocrisie… Idéaliste… Devoir divin… Colère légitime… enseignements sans substance…*

D’un revers de main, ou plutôt d’une pensée forte de ses propres convictions, le shinobi balaya les mots intrus qui souhaitaient l’entraîner dans un univers qui n’était pas le sien. Ce qui l’avait mené devant le nukenin c’était un besoin de comprendre. Comprendre quelles étaient les raisons qui pouvaient pousser un homme à tourner le dos à son village ninja. Pousser un homme à braver la mort ouvertement, car c’était bien de cela qu’il s’agissait : la désertion. Dans l’esprit du kumojin, il s’agissait là de l’acte le plus ignoble qui soit. C’était ce qu’on lui avait inculqué à l’académie militaire et c’était une chose qu’il avait intégré en lui. En bon soldat, il se devait d’être loyal envers la hiérarchie, obéir aux ordres et avoir en lui l’amour de son village. En bon soldat, il se devait être prêt à mourir pour le village à tout moment. C’était ça la vie de soldat. Comment Yanosa pouvait-il ignorer ces principes de base ?

Les yeux du Seki restèrent fermés un long moment après que le rouge eut fait silence. Malgré qu’il soit plongé dans le noir, le Seki ressentait la présence physique du discours du guerrier rouge tout autour de lui, comme si ses mots existaient réellement et qu’ils emplissaient l’espace. Au bout d'un moment, la voix du Seki se mit à résonner dans la cellule brisant l'éphémère quiétude qui s'y était installée :

« Yanosa, qu’étais-tu lorsque tu fus envoyé à Hai no kuni ? Qui étais-tu pour t’en prendre à ceux qui furent tes frères d’armes ? Tes frères tout court ! Comment peux-tu oser prétendre à une quelconque colère légitime ? TON VILLAGE T’AS RÉQUISITIONNÉ POUR UNE CAUSE QUI, ELLE, ÉTAIT LÉGITIME !!! COMMENT AS-TU PU OUBLIER TES DEVOIRS DE SOLDAT AU POINT DE DÉSERTER ET DE TUER D’AUTRES KUMOJINS ? COMMENT ??? » Le ton calme, au début, s’était progressivement mué en un sourd rugissement. Les yeux bleus du Seki commençaient à être comme injectés de sang. La partie blanche, commençaient à virer au rouge sous l’effet de la colère. Par nervosité, le Seki serrait son poing droit comme s’il s’apprêtait à frapper quelqu’un : en l’occurrence le guerrier rouge derrière les barreaux.

*Calme toi Zenno, ce b… ne cherche que cela : t’énerver !* Se dit le Seki tandis qu’il tentait de reprendre ses esprits. Ce nukenin était bien culotté. Kumo l’avait doté de capacités physiques hors du commun. Kumo l’avait initié au maniement du chakra, avait tenté de lui inculquer une éducation militaire pour qu’il serve de bouclier aux populations de Kaminari no Kuni et la désertion avait été l'unique moyen qu’il avait trouvé pour remercier le village des nuages. Cet homme était décidément un égoïste !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyVen 7 Fév 2014 - 19:24

« Gh-... Ghaha... Kha hahaaaa, hahaha !! »

Le rire tonitruant du Nukenin transperça le silence qui avait suivi la réponse de Zennosuke comme un couteau lacérant la chair. Profondément, véritablement touché par les propos que Yanosa venait de lui tenir, le guerrier de Kaminari ne put réprimer bien longtemps la colère que l'on lui avait inculquer à ressentir envers les traîtres et les criminels. Cette colère se transformait dans le cœur des shinobis à la fois en véritable moteur et en carburant, alimentant une machine bien huilée d'obédience prédéterminée qui faisait avancer tous ces gentils fantassins dans la même direction. Et pourtant les mots durs et enragés de Zennosuke eurent malgré tout un effet sur le guerrier rouge incarcéré, celui de le ramener des années en arrière, sur cette plage, à l'instant où le doute s'était emparé de lui comme plus jamais il n'avait pu le faire ensuite. Il revécut l'espace d'un instant, après avoir éclaté de rire, tous les événements qui l'avaient amené à servir la cause qui était sienne aujourd'hui, décortiquant en une nanoseconde des mois entiers d'existence et s'en réappropriant les moindres effets de causalité comme autant de moments inéluctables.

Le temps du doute était bien loin, à présent, et c'était avec une assurance somme toute inébranlable, presque intouchable qu'il ramena son regard rieur vers le haut, vers Zennosuke, dont il ne pouvait observer les traits et expressions mais dont la colère suffisait presque à le réjouir.

« Haaaaa... Me parler de frères, à moi... De devoirs... Cette conversation devient décidément de plus en plus pittoresque, c'est un régal ! Dit-il en se rapprochant un peu des barreaux, se penchant légèrement en avant pour amenuiser la distance entre lui et le Seki.

Fais-tu semblant de ne pas comprendre ? As-tu au moins des informations viables sur lesquelles te baser avant d'avancer autant de fadaises ? Je vais faire preuve d'une honnêteté sans faille avec toi, Zennosuke... Vois ça comme un cadeau. En arrivant à Kumo je n'étais rien de plus qu'un enfant unique délaissé, devenu guerrier par nécessité, une brute à peine aiguisée recrutée de force pour gonfler les rangs de soldats au service de Kaminari. Et devine ce qui a changé entre ce moment et ma mort sur Hai ? Rien, bien entendu...

Je n'ai jamais été plus qu'un morceau de chair qui en côtoyait d'autres. Kumo, Konoha, Suna, c'eut été la même histoire. Lorsque j'ai été ressuscité, mon courroux s'est abattu sur les premiers venus c'est aussi simple que ça. Tu sembles convaincu que je tiens un grief particulier contre ton village mais c'est faux... Le monde entier est ma cible et, mon pauvre Zennosuke, tu es malheureusement voué à te heurter à moi sans comprendre pourquoi je me dresse devant toi. A moins que tu ne te résignes à endosser le rôle de l'élève... Mais c'est faire preuve de beaucoup de sagesse que d'admettre que l'on a des choses à apprendre. Une vertu qui, je crois, te fais cruellement défaut...
 »

Ramenant son corps en arrière pour reposer ses mains sur ses cuisses , les jambes pliées sur elles-mêmes, Yanosa sembla tout à coup plus apaisé qu'il ne l'avait été auparavant, même alors qu'il méditait avant la venue du Seki. Il doutait fortement de pouvoir inculquer quoi que ce soit à ce brave soldat de la Foudre, mais qui ne tentait rien n'avait rien, et il n'avait que faire d'un éventuel refus, surtout dans sa position.


Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyVen 7 Fév 2014 - 21:38

Le Seki, dépité, assista à une scène qu’il jugeait des plus décevantes. Le guerrier rouge se mettait à rire à gorge déployée du subit accès de fureur du Seki. Ainsi donc, Zennosuke lui accordait un moment de bonheur dans la grisaille des geôles dans lesquelles il était enfermé. Sans rien dire, serrant un poing menaçant, le Jônin tentait tant bien que mal de garder son calme. Il avait déjà donné matière à rire au nukenin. Cela n’arrivera pas deux fois. Cependant, malgré le fait qu’il se devait de rester maître de lui-même, Zennosuke ne pouvait pas laisser ce déserteur raconter des inepties et autres contrevérités sur le compte de son village. D’un ton assuré qui ne laissait pas de place à la contestation, le Seki répliqua :

« Mensonges ! Kumo n’a jamais forcé qui que ce soit à devenir shinobi. Si tu as un jour intégré nos forces armées c’est uniquement parce que tu l’as voulu. Au moment de t’engager tu as eu la possibilité de dire non. Dès lors, tu n’as aucune excuse pour justifier ce que tu considères comme une colère légitime. » Le Seki était certain de ses propos. Les pratiques de recrutement du village n’incluaient pas l’enrôlement de force. A moins que ces méthodes aient eu cours à l’époque du Shodaime. Les souvenirs de jeunesse revinrent en tête du Seki à ce moment-là. Il revécu mentalement sa rencontre avec une escouade kumojin. Il était alors jeune, bien plus jeune qu’à présent. Sa rencontre avec ces combattants du village des nuages avait fini par son recrutement et son placement au sein de l’académie. Mais à l’époque, il s’en souvenait, l’avis de sa mère avait été requis et même le sien malgré son jeune âge. Ce perfide déserteur mentait ! C’était certain !

« Ne me fais pas rire Yanosa ! J’ai eu des maîtres comme la majeure partie des shinobis, mais ils ont été très différents de toi. Que pourrais-tu m’apporter ? Un maître est censé être meilleur que ses supposés élèves. Et en l’occurrence, toi et moi savons lequel de nous deux peut légitimement aspirer à être le maître de l’autre… Qu’est-ce qui te laisse croire que tu peux m’enseigner quelque chose d’autre que l’art de la fuite ? » Le ton de la voix du Seki se rapprochait de l’amusement, vers la fin. Le Jônin ressentait toujours de l’énervement au fond de lui, mais progressivement, il arrivait à reprendre le total contrôle de sa personne. Ce nukenin avait un talent, Zennosuke l’avait trouvé : l’art de manier les mots à sa guise. Il aurait fait un bon illusionniste.

« Je vais t’apprendre quelque chose que tu ignores Yanosa : tu n’es toujours qu’un morceau de chair comme tu dis. Rien n’a changé à part le fait que tu as délibérément choisi de te mettre à dos toute une machine de guerre. Tu comprends ? Hier tu combattais pour une organisation et te considérais comme de la chair à canon. Aujourd’hui, tu es seul, sans famille, sans alliés, voué à terminer comme ceux que tu as lâchement assassiné le jour de ta désertion. Tu es de la chair à canon et ta propre vie n’a de valeur que parce que tu portes cette étiquette de nukenin. Mais tout ça est terminé… Considères-toi comme mort. » Les mots du Seki avaient pour but de réveiller le guerrier rouge. Il espérait que son vis-à-vis comprenne dans quelle situation il se trouvait. L’homme semblait croire qu’il avait le contrôle de la situation et pourtant il n’en était rien. Il se trouvait emprisonné dans un village où il avait causé d’énormes dégâts. Etait-il donc aveugle à ce point ?

« Je n’ai toujours pas trouvé la réponse que je suis venu chercher… Dois-je conclure que tu n’es qu’un égoïste doublé d’un sanguinaire ? Tu aurais pu tout simplement déserter sans faire de vagues. Beaucoup d’autres l’ont fait avant et après toi… Et c’est déjà assez suffisant comme crime comme ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyDim 9 Fév 2014 - 20:28

Il s'y était attendu, mais se trouver devant le fait établi amenait inévitablement sa dose de déception. Zennosuke, en bon soldat obéissant et rejetant toute forme de digression dans sa ligne de conduite pré-établie, niait en bloque les faits que lui exposait le Nukenin comme s'ils n'étaient que pure fiction. Peu à peu, le kumojin s'enfermait dans le déni, le négationnisme, affirmant son point de vue avec assez d'ardeur pour qu'il s'imprime à l'encre de sang dans son esprit sans envisager une seconde que son interlocuteur, aussi pourri qu'il soit à ses yeux, puisse lui dire la vérité. Ce qu'il était en train de faire. Ce que Yanosa n'avait pas dit à Zennosuke, toutefois, c'est qu'il n'avait pas mis à l'épreuve le besoin des soldats de Kaminari de faire du chiffre au moment de l'enrôler. Désireux plus que tout de trouver sa place dans le vaste monde à cette époque, comprenant que ses choix étaient limités, le guerrier rouge s'était plié sans rechigner à l'invective des premiers shinobis de la Foudre, impuissant qu'il était à ce moment là face à des soldats entraînés. La réalité historique n'en restait pas moins la même : certaines familles peu désireuses de se disperser avaient été violentées lors de ce courant de recrutement, une démarche qui ne pouvait, in fine, mener qu'à de futures mutineries et autres luttes intestines. Yanosa n'avait jamais pu vérifier les registres et n'avait jamais voulu le faire, mais il aurait parié pas mal sur le fait que, comme par hasard, ses « compagnons d'arme » ce soir là, sur Hai, avaient été enrôlés avec la même « ferveur » que lui. Épurer ses rangs des éléments potentiellement gênants était une pratique qui collait bien avec la politique générale de Kumo, après tout...

Peu enclin à se laisser dominer d'une quelconque façon par un Nukenin écroué, le soldat de la Foudre se redonna ensuite une consistance en induisant sa supériorité au combat en comparaison du jashiniste, chose peu surprenante au demeurant. Mais Zennosuke alla même plus loin que cela, au grand bonheur de Yanosa qui, du fond de son trou, voyait son interlocuteur se sentir obligé de le rabaisser encore davantage, luttant avec des mots teintés de sentiments et de ressentiments contre les siens, ces mots froids et factuels qui avaient ce pouvoir parfois insensé sur les gens. Le soldat laissait pour un peu place à l'homme, à l'être humain, avide de se démarquer et de se convaincre qu'il était sur la bonne voie, le bon chemin, et que c'étaient ses ennemis qui empruntaient nécessairement le mauvais. Le Seki enchaîna ses insultes, vides de sens pour le Nukenin mais ô combien jubilatoires dans sa bouche, si bien que Yanosa n'osa pas l'interrompre et le laissa poursuivre sa métaphore jusqu'au bout, jusqu'à ces paroles mortifères et ce semblant de désillusion qui semblait s'emparer du kumojin irrémédiablement, confronté qu'il était à un être encore incompris, peut-être incompréhensible, mais dont l’œuvre devait ramener l'ordre dans le chaos et le chaos dans l'ordre établi.

« Et toi... N'es-tu qu'un brave soldat bouffi d'orgueil ? »

La voix du jashiniste semblait se propager entre ces murs de pierre avec une intensité redoublée, marquant à nouveau l'endroit de sa présence.

« N'es-tu que cet amas de chair et d'énergie en mouvement, à peine animé d'un soubresaut de conscience ?

Allons... L'Humanité peut s'élever bien plus haut que ça... Tous ces faux semblant, ces entraves immuables dont tu ne soupçonnes apparemment pas l'existence, tout cela doit être balayé si nous voulons avoir un espoir de devenir ce que nous sommes destinés à être. Il n'y a pas d'autre moyen...

Tu me crois égoïste ? Peux-tu vraiment dire cela d'un homme qui a abandonné toute quête d'un confort quelconque, d'un foyer ou d'un semblant de tranquillité, tout cela dans le seul but de se consacrer à un projet qui te dépasse ? Oublis un instant que je suis ton « ennemi » et plonge tes yeux dans les miens, Zennosuke. Qu'y vois-tu... Un homme mort ? Un homme qui s'accroche à la vie comme un parasite à son hôte ? Ou un être humain qui veut amener son espèce vers sa quintessence...

Ne te mens pas à toi-même et réfléchis à ce que je te dis, si tu veux trouver ta réponse. Quand je serai parti d'ici, il sera sans doute trop tard... 
»


Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyLun 10 Fév 2014 - 22:33

Zennosuke avait beau écouter parler le guerrier rouge, il ne comprenait pas… Il n’arrivait pas à saisir la quintessence des propos du nukenin. Tout ce qu’il ressentait, c’était qu’eux deux étaient différents. Ils vivaient dans deux univers totalement distincts. Leurs principes, leurs modes de pensée et par conséquent, leurs perceptions du monde étaient opposées. Lesquels des deux disait vrai ? Lequel des deux était sur le droit chemin ? A ce stade, trouver une réponse satisfaisante à cette question était comme qui dirait impossible. Zennosuke le sentait au fond de lui, il aurait énormément de mal à comprendre véritablement un jour le guerrier rouge. Au fond de lui, le Jônin savait pourquoi. D’après ce qu’avait dit jusqu’ici le nukenin, leurs parcours étaient différents, leur expérience de vie, à bas âge, également. Yanosa, tout comme Zennosuke sont des orphelins. Zennosuke a toujours souffert intérieurement de l’absence de son père, mais il avait pu bénéficier d’une présence aimante d’une mère. Il avait toujours eu ce point d’appui, ce repère dans la vie tumultueuse qui a été la sienne. Yanosa, vraisemblablement, n’avait pas même connu ce bonheur. Il avait été orphelin de père et de mère très jeune ce qui aura été le début d’un déséquilibre psychologique ayant entraîné les problèmes de comportementaux que tous lui connaissaient. C’était à partant de là que l’on pouvait réellement comprendre pourquoi Yanosa était Yanosa.

Quoique calme en apparence, le guerrier rouge avait une faille. Une faille que le Jônin n’avait pas trouvé. Pour tout dire il ne l’avait pas véritablement cherché jusque-là. C’était le moment de changer de stratégie car poursuivre l’échange sous cet angle de discussion "véridique" menait les deux hommes à la cacophonie. Un sage avait dit « Sans principes communs, inutile de discuter. » Ce sage n’avait pas tort, Zennosuke venait d’en faire l’expérimentation. Seulement, il allait tenter encore une dernière fois de d'échanger avec ce nukenin. Et pourquoi pas, de le comprendre. L’objectif n’était pas de lui pardonner ses crimes, mais de répondre à la question : pourquoi ?

Le Jônin observa silencieusement le nukenin. Son énervement subit d’il y a peu était en train de totalement disparaître tout au fond de lui. Il reprenait progressivement le total contrôle de son être. S’il fallait recommencer ce débat, mieux valait que les esprits soient apaisés. Le kumojin laissa les mots du guerrier rouge pénétrer en lui. Des termes peu habituels dans le monde ninja revenaient souvent dans la bouche du nukenin à bien y repenser. Il apparaissait clairement que l’homme à la chevelure rouge et abondante avait trouvé le calme, dans le tumulte intérieur de sa vie, en se réfugiant dans le religieux. Son volcan intérieur s’était assagi, endormi par des pratiques mystiques. C’était ça son point d'appui, c'était ce qui lui conférait cette assurance de façade.

Le Seki tourna le dos au guerrier rouge. Il souhaitait entièrement se calmer et garder le visuel avec le nukenin ne l’aidait pas.

« Quel peut bien être le projet d’un homme qui n’hésite pas un instant à donner la mort sans que cela ne soit nécessaire ? Comment espérais-tu amener l’humanité vers la quintessence avec de telles pratiques ? Tu me parais bien idéaliste Yanosa… Un peu trop rêveur... » Le Seki montrait toujours le dos au nukenin. Leur conversation dès à présent pouvait prendre fin d’un moment à un autre car Zennosuke souhaitait tout sauf la polémique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] EmptyMar 11 Fév 2014 - 14:05

Face à lui, Zennosuke paraissait habité par une foultitude d'idées qui s'entrechoquaient et entraient en conflit, se nuisant les unes aux autres et ne formant qu'un maelström d'indécision. Yanosa ne s'était jamais fait d'illusion sur son interlocuteur du jour et savait pertinemment que jamais ce brave soldat ne voudrait faire machine arrière sur ses soit disant principes et idéaux. Ces perches qu'il lui avait tendu n'étaient que de fades artifices, des tentatives vouées à l'échec de rallier un hérétique en lui manifestant son ouverture d'esprit. Car qu'y avait-il de plus étriqué que l'esprit d'un soldat... C'est donc sans grande surprise que le jashiniste observa en silence Zennosuke, le voyant soudainement lui tourner le dos comme pour ne pas laisser exploser les abcès de son incompréhension. Son ancien compatriote avait de la retenue, il fallait l'avouer... Même s'il avait cédé aux sirènes de la colère un peu plus tôt, le Seki restait en son fond un bon philosophe de quartier, capable de discerner une situation sans issue d'une autre et assez lucide pour se savoir impuissant. Quoi que si on lui avait demandé son avis, Yanosa aurait bien plus volontiers parlé d'ignorance plutôt que d'impuissance, même si se placer dans la position d'un apprenant était un pouvoir à part entière. Un pouvoir qui se perdait avec le temps chez la grande majorité des Hommes.

Vint alors la grande question, peut-être la dernière de cette conversation houleuse entre le garde enchaîné et l'oiseau en cage sur lequel il veillait. De quel grand projet parlait Yanosa ? Voilà une question de fond qui aurait mérité que l'on s'y attarde, pour une fois. Jusque -là toujours assis, le Nukenin prit la peine de se mettre debout pour préparer sa réponse, prenant garde à ne pas violenter ses tissus encore fragiles suite à son combat contre le médecin kumojin qui l'avait capturé et laissant ses bras le longs de son corps balafrés.

« La mort... est une composante essentielle de la vie. J'ai eu la chance d'en faire l'expérience bien avant que mon heure véritable ne survienne. Durant mes nombreux voyages, Zennosuke, j'ai vu et fait des choses sur des plans d'existence dont tu n'oserais même pas soupçonner l'existence. La mort en vérité je te le dis n'est qu'une suite logique, une transformation de notre âme pour l'adapter à un autre type d'environnement. »

Droit comme un « i », le guerrier rouge fixait le dos du Seki avec insistance, lui faisant part d'expériences inédites qu'il avait vécu sans retenue et sans aucune censure. Il n'y avait de toute façon rien que des shinobis puissent faire avec ces « informations » qu'il donnait, à part éventuellement remettre en cause leurs propres perceptions du monde qui les entourait.

« Mon projet, celui que Jashin m'a confié et que je porte sur mes épaules, ce projet-là apportera un équilibre sans précédent sur notre Monde. L'Homme y occupera une place sans commune mesure et touchera du doigt la sphère divine. La mort de quelques-uns permettra aux autres de se hisser au firmament de leur nature véritable et, crois-moi, nous en sortirons grandis... Tous autant que nous sommes. »

Yanosa marqua une pause, conscient que sa tirade devait nécessairement toucher à sa fin alors que l'attention de Zennosuke devait s'être étiolé encore davantage. Une triste vérité qu'il lui fallait accepter, mais verbaliser son grand projet l'aidait à contrebalancer la futilité latente de son petit discours.

« Souffrances, inégalités, passion, âpreté,... Autant d'aspects de la vie terrestre, et tant d'autres, qu'il nous faudra pleinement accepter.... Si nous voulons un jour nous élever en tant que race. »


Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Prison-