N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Predator [on']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Predator [on'] Empty
Message(#) Sujet: Predator [on'] Predator [on'] EmptyJeu 21 Nov 2013 - 23:23

Log 217 : A matter of time

Le blond s’étira longuement, puis commença à délier les bandages sur son torse. Il y eut une sensation éphémère de froid lorsque l’air toucha sa peau longtemps dissimulée. Sa peau… Il y avait désormais des questions à se poser là-dessus. À mesure qu’il découvrait son propre corps, on ne pouvait qu’en constater l’état : une machine si endommagée qu’on ne puisse que s’exclamer de la voir toujours fonctionner aujourd’hui. Une enveloppe usée prématurément.

Un engin de guerre encore armé.

De loin, on aurait pu croire que son corps était tatoué de partout, désormais. De longues zébrures noires parcouraient son torse et ses côtes comme des symboles tribaux, signes du passage des dents de la chauve-souris. L’une d’entre elle parcourait son épaule pour se ramifier dans son dos, là où la mâchoire supérieure de la créature avait continué son travail. Mais autant puisse être son corps marqué à jamais, son visage était lui vierge de toute cicatrice. Quelle ironie, songeait le prédateur, un signe de ce monde sans aucun doute. Un signe de l’unicité du prédateur.

Il continua à s’étirer, à se pencher en avant, en arrière. L’ancien Kazekage ferma les mains à plusieurs reprises, éprouva la solidité de ses avant-bras. Malgré les mois d’inactivité, il se sentait bien. La volonté des furyous à survivre était infinie, inconcevable. Rien n’aurait changé à passer des années dans cet endroit. Meteora savait que son séjour tirait à sa fin. Mais en attendant…

Il se recula, se retourna vers le mur de sa cellule, à côté du banc qui lui servait de lit. L’homme posa un genou au sol et posa ses paumes au sol, près du rebord du mur. Il inspira profondément, puis se laissa aller vers l’avant pour se hisser sur les mains, appuyant d’abord ses pieds contre le mur avant de s’avancer légèrement afin de tester son équilibre et sa force. L’effort physique lui fit un bien peu quantifiable alors qu’il se laissa descendre et remonter à plusieurs reprises, jusqu’à ce qu’il sente la sueur perla son front et le feu remplir ses muscles.

Des mémoires firent surface à mesure que les sensations physiques submergeaient son être. Des étincelles d’une femme de glace, d’un borgne, puis de cheveux enflammés. Un tempête verdâtre, et un visage, mais pas n’importe quel. Une promesse, des regrets, ou leur absence. La folie cachée sous la peau, les rêves qui s’entremêlent avec la vérité ou la réalité. Une confusion entre espoir et devoir, entre honneur et faveur.

Puis l’obscurité. Le blond s’immobilisa, toujours tête vers le bas, ses cheveux maintenant longs traînant sur le sol, et il ferma les yeux. Ses oreilles frissonnèrent.

Il aurait droit à d’autres mots, à d’autres questions, à l’incompréhension, au refus. Les pas venaient vers lui pour lui rappeler son destin, l’œuvre qui l’attendait hors de ses murs. Il n’oublierait jamais.

Jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Predator [on'] Empty
Message(#) Sujet: Re: Predator [on'] Predator [on'] EmptyVen 29 Nov 2013 - 22:38

Lorsqu'il fit ouvrir l'épaisse porte de la cellule, Onpu dégagea d'un mouvement de la main nerveux les masques flottants dans l'air qui se présentaient à lui, comme au plus banal des visiteurs. Non seulement son visage était l'un des rares parmi ceux dont il endentait laisser au Furyou le droit d'admirer les traits, mais le sevrage de Meteora n'avait plus aucune espèce d'importance.

Il avait reçu un courrier. De la part de Monjara Otenba.

La nouvelle avait pourtant fait son chemin, il la digérait non sans quelque angoisse depuis un jour ou deux. Il avait même eu le temps de réfléchir, et de publier cette lettre ouverte aux Konohajins que les ANBU distribuaient sous forme de tracts dans toutes les rues commerçantes. La situation n'en restait pas moins dramatique.

Pendant un instant, il était même allé jusqu'à remettre intérieurement en cause la pertinence de l'alliance avec Kumo, se demandant s'il n'aurait pas simplement du laisser les choses avancer d'elles-mêmes, et la folie du pouvoir faire son œuvre en projetant ses couleurs sur la carte du continent. La défaite du Genei Ryôdan, qui lui apparaissait quelques jours plus tôt comme le début d'une ère prometteuse pour l'alliance du Feu et de la Foudre et un symbole fort de l'engagement de chaque pays envers l'autre, sonnait maintenant pour lui comme une condamnation. Les destins politiques de Konoha et Kumo s'étaient unis pour le meilleur comme pour le pire.
Or le pire venait à l'instant de frapper à leur porte, en la personne de Kyoshi Rei.


Derrière ses barreaux, l'ombre déchue du sable s'était refaite une santé, au sens propre du terme. La régénération de cette aberration de Furyou avait bouché les trous, ne laissant du passage de Rone qu'un lointain souvenir. On' en vint même à se demander si le temps n'avait pas altéré sa mémoire, si les crocs du démon-chiroptère s'étaient vraiment plantés dans sa cage thoracique, ou si ce combat avait tout simplement eu lieu. L'acidité du phosphore contre sa peau, la peur de la mort, la pointe froide de son arme à travers son front, raclant son crâne... tout cela paraissait si lointain, si surréaliste ! Comme un simple cauchemar.

C'est alors qu'il réalisa à quel point il s'était lui-même habitué à ses propres cicatrices.

- Bonjour, Kenji.

La voix du détenu résonna dans sa tête avant même qu'il ne lui laisse l'occasion de répondre, comme si Tsura hantait les deux âmes de la pièce à la fois : « As-tu moins peur de moi en m’appelant ainsi, comme si j’étais humain ? Étrange créature que tu es… ». A la syllabe, à l'accent près. Les inconvénients de la mémoire auditive.

- On m'a dit que tu avais froid. J'ai prévenu les geôliers, j'ose espérer qu'ils ont fait le nécessaire.


Il eut un demi-soupir en se remémorant la conversation qui avait eu lieu ici même avec Raito, captée par les sceaux-microphones.

- Je pense que tu ne réalises pas la chance que tu as d'être ici, isolé du monde. Remarque, à l'époque où tu vagabondais dans la nature comme un chien sauvage, je suppose que tu ne t'intéressais pas vraiment à toutes ces conneries. Tu avais d'autres priorités...

Il s'assit en tailleur, et s'accouda sur son genou.

- Dis-moi, ça te manque ? La chasse, la collection, tout ça... et n'y vois aucune moquerie ou provocation de ma part, je suis sérieux. Ça m'intéresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Predator [on'] Empty
Message(#) Sujet: Re: Predator [on'] Predator [on'] EmptySam 30 Nov 2013 - 3:48

Log 219 : Comfortable


La bête avait suspendu à moitié son mouvement, et releva les yeux vers le luthier. Le prédateur sembla le fouilla du regard pendant un instant. Il l’écoutait parler. Et à mesure que les mots versaient, affluaient, inondait sa tête et son esprit, il lui semblait que ce moment était irréel. Ou trop réel pour qu’il ne puisse y croire. Mais il n’y avait ni joie ni haine dans son esprit. Pas de peine ou de pitié. Animal.

Il se laissa tomber vers l’arrière et se releva sur ses pieds. Le sang afflua à nouveau dans le reste de son corps. Dos au luthier, la créature regarda le mur de sa prison. On voyait encore les minces lignes de son dessin, réduit à néant par les rayons constants du soleil sur la surface de la pierre. Le temps avait fait son chemin, de bien des manières. Sa main effleura la poussière de craie subsistante, qui se contenta de disparaître. Des images firent leur trajet dans sa tête, mais il serra les dents et les repoussa d’une main invisible.

L’ancien Kage se tourna enfin vers le luthier mais resta debout. Après avoir été forcé de rester couché ou assis pendant plusieurs mois, il lui semblait plus naturel d’être debout qu’autre chose, même si cette posture était résolument humaine. Comme la manie de Kenji de croiser les bras, comme présentement. Silence. Puis le prédateur souffla par le nez.

« J’ai dû mourir quatre ou cinq fois d’hypothermie… Mais quelle différence, au final… »

Son regard divergea vers le sol, puis le hublot qui servait de puits de lumière.

« … Mes buts sont hors du chemin des simples hommes… Mais les tiens l’étaient aussi, avant que tu ne décides de mener les humains qui se terrent ici… Celui-Qui-Fut l’a également fait. Et cela a consumé le meilleur de lui. Mais…»

Il fronça les sourcils en relevant les yeux.

« Étrange est la créature qui voit dans cette cage un lieu plus chanceux que la liberté du monde. Il n’y a que l’homme pour rendre la vie si lourde qu’elle n’en soit malchanceuse dans sa diversité… Tu continues de renier ce que tu es, Onpu. Un prédateur qui joue le jeu des proies. »

La dernière question du Luthier lui fut d’abord distante à son cœur et son esprit, comme si les voix s’entremêlant à l’intérieur de lui ne pouvait faire consensus. Il sentait l’ironie, le sarcasme de Raiu no Kenji faire son chemin. La pitié voulait le déformer. Sans doute l’aurait-il laissé ce sentiment faire surface en présence d’humains. Mais Myakudou On’ était un frère de chasse.

« Les rivières seront rouges quand je sortirai d’ici, frère. Mais tu sais cela… Qui fait davantage d’ombre sur les humains que moi, pour que tu puisses venir me parler ainsi ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Predator [on'] Empty
Message(#) Sujet: Re: Predator [on'] Predator [on'] EmptyMer 18 Déc 2013 - 6:06

« Quand je sortirai d'ici », disait-il avec la conviction qu'il s'agissait là d'une question de temps. Onpu songea que même après s'être approprié le destin du Furyou, il était toujours impressionné par la provocation qui émanait de lui comme une force invisible et nauséabonde, faisant de lui un être fondamentalement hors de contrôle, puissant y compris dans la captivité, l'adversité, et probablement même dans la mort si seulement il avait eu le bon goût d'être mortel.

Il psalmodiait ses paroles, posait sa question avec toute l'arrogance qui le caractérisait, et qui n'avait cessé d'inspirer les angoisses du luthier au lendemain de la capture. Ses paroles, furent-elles destinées à Onpu, Raito, Rena ou toute autre personne, ne trouvaient jamais vraiment écho en lui ; c'était tout ce qu'il y avait autour, la déco, qui créaient toute la monstruosité de l'entité. Et à l'image des couchers de soleils qui, fugaces, brillaient d'une beauté aussi ardente qu'éphémère, il n'y avait là rien d'artificiel. Ça marchait.

- Qui ? Bonne question. C'est peut-être bien ma propre ombre qui me gêne dans cette histoire. Quelque part tu as raison, si j'étais resté dans celle de mes aînés, je n'aurais pas tous ces problèmes. C'est la vie.

Toujours en tailleur, il s'amusait sans y songer avec un diapason qu'il faisait tourner, passer de doigts en doigts.

- Les rivières n'auront pas besoin de tes griffes pour rougir. C'est la guerre.
Ton successeur à Suna a jugé bon de mettre le couteau sous la gorge de Kumo. Avec le Mizukage, il prétend croire à un idéal d'indépendance pour les pays neutres, et dénonce la futilité de nos « soudaines envies d'expansion », comme tu l'as si bien dit un jour au Sen'Sen. T'en souviens-tu ?
Fit-il avec un air à moitié ironique dans le regard.

Fatigué, il se refusa de lui expliquer davantage la situation, persuadé que le spécimen supérieur qu'il était avait d'autres préoccupations plus primitives et moins intellectuelles que le dessous des cartes. La lumière, comme pour lui couper la parole, s'était d'ailleurs frayé un chemin à travers le hublot après avoir percé un nuage.

Onpu sourit, pas à moitié cette fois-ci, en se rendant compte que même si Meteora n'avait pas vraiment répondu à sa question, il y avait quand même un subtil élément de réponse gravé sur le mur.

Puis il fit tinter son diapason au sol. Pas pour se donner le « la » qu'il connaissait déjà par cœur et par tête, mais pour sonner l'heure de donner un sens à cette conversation.

- Cependant ce n'est pas leur ombre qui m'inquiète, mais ceux qui risquent d'en profiter. J'ai prévu de mettre un terme au conflit aussi tôt que possible, mais cette guerre... pour reprendre les termes de mon sensei ce jour-là, c'est "du sable aux yeux", dans tous les sens du terme. Son prétexte même est cousu de fil blanc: elle est juste bonne à brouiller notre vue, et à donner une pluie d'opportunités aux petits malins ; ils n'attendent sûrement que ça pour tirer leur épingle du jeu.

Debout.

- Et par « petits malins », j'entends les proies qui jouent le jeu des prédateurs.


Il s'avança.

- J'entends Celui-Qui-Sait.

Tsura le connaissait, c'était un fait : Raito lui avait plus ou moins fait cracher le morceau. L'activité récente de l'homme masqué ne pouvait pas laisser Onpu indifférent, et il devait avouer avoir plus peur de lui que de Kaguya Tenzö ou Kyoshi Rei. Car après tout, aucun de ces deux derniers n'avait déjà eu sa vie entre les main.

- Et ce sont tes mots que je reprends cette fois-ci: ce n'est pas un chasseur. D'ailleurs, tu ne le connais pas, tu ne l'as pas chassé. Pas encore.

Quelle valeur accorderait-il au visage d'un homme coiffé d'un masque?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Predator [on'] Empty
Message(#) Sujet: Re: Predator [on'] Predator [on'] EmptyMer 18 Déc 2013 - 19:02

Il traina le corps derrière lui. Sauvegarder l’intégrité du corps de l’Hokage n’était pas une grande priorité. Derrière lui, les lumières vertes et rouges, comme celles d’un festival, qui illuminaient encore le ciel par endroit. Parfois, il s’arrêtait pour tuer un fuyard de la bande engagée pour attaquer le village. Celui-Qui-Sait ne voulait aucune trace. Le Furyou pour sa part, ne voyait que la récompense de son travail, précieusement rangé sous sa toge. Le sang suintait par endroit.

La moisson. La Collection.

Celui-Qui-Sait. Le masque. Le vrai masque qui cachait l’obscurité, alors que Meteora ne cachait rien d’autre que l’humanité sous le sien. Curiosité. Un sentiment animal. Cet humain lui avait promis le meilleur de ce monde en échange de cette faible proie. Crédule créature qui avait crû sauver qui que ce soit en venant de son plein gré. Bien assez tôt, elle serait remplacée par un autre. Les humains ne comprenaient jamais l’inévitable.

Personne ne le comprenait. Personne, sauf peut-être Celui-Qui-Sait.

Celui qui en sait trop…

***

« Celui-Qui-Sait… »

Il souffla du nez et détourna les yeux quelques instants, comme s’il réfléchissait. On ne pouvait appeler réflexion les voix qui s’entrechoquaient dans son esprit.

« Un animal ne devrait pas chercher la fin de son espèce. Cela va contre ce monde. Les humains ne sont que des mutations dégénérées de la nature, mais restent des vivants. J’ai eu tort. Celui-Qui-Sait n’est pas même une proie, dont la fierté est d’être chassé et tué. »

Son regard se releva vers l’Hokage, vert de feu dans des pupilles d’une intensité n’appartenant pas à la raison ou à l’humanité.

« Il est un virus, nuisible et parasite. Et s’il détruit l’humanité, il m’empêchera d’en prendre le meilleur. En ce sens, je devrais le chasser et l’écraser, comme toi, mon frère. »

Il serra les dents en un demi-sourire vague.

« Mais… Il m’a donné Konoha. Kiri, Kumo, Suna suivront. Il m’a donné Habashi Zanshi. Un prédateur n’a pas besoin de cacher ses intentions, de manipuler, de se cacher. Je vois ce que tu veux aussi clairement que l’eau d’un fleuve. Il n’y a qu’une chose que Celui-Qui-Sait ne m’a pas donnée et qui vaut davantage que ces insectes. »

Son regard circula dans la pièce. La liberté.

« Je veux trois choses. D’abord, ce qui m’appartient. Mes griffes, ma peau, mon visage. »

Son demi-sourire revint.

« Je veux partager un repas avec les proies qui partage ton existence. Ta famille. Ainsi peut-être comprendrais-je pourquoi tu persistes à vivre la vie d’un inférieur. Et enfin… »

Son visage se durcit sensiblement.

« Je veux le visage de Celui-Qui-Sait. Après, je te tuerai, toi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Predator [on'] Empty
Message(#) Sujet: Re: Predator [on'] Predator [on'] EmptySam 21 Déc 2013 - 0:13

Même après tous ces interrogatoires et ce temps passé à l'écouter, Onpu se posait encore la question: ce Furyou était-il assez humain pour mentir ?
La parole de Meteora valant ce qu'elle valait, il se montrait sceptique. Les sceaux-microphones se chargeaient d'en graver chaque mot dans une mémoire de chakra, mais en les écoutant directement On' se dit qu'ilsresteraient aussi flous s'il les réécoutait des centaines de fois. Pourtant, de ce flou on pouvait extraire de nouvelles pièces à placer dans le puzzle, qui se faisait plus vaste de saison en saison.

Pourquoi l'homme masqué était-il présenté comme une menace pour l'humanité ? En quoi lui avait-il « donné » Konoha ? Que diable venait faire Zanshi dans cette histoire ?

Meteora ne s'était décidément pas contenté de satisfaire son obsession pendant sa sanglante période de liberté au pays du Feu. Aussi inhumain et insociable qu'il était, il possédait bel et bien un réseau, probablement constitué des humains les plus avides et manipulateurs que le continent pouvait abriter, mais aussi peut-être bien les plus manipulables. La disparition de Zanshi du paysage politique s'expliquait-elle donc ainsi ? Avait-elle finalement suivi Kenji jusque dans la folie ?

Onpu brûlait d'envie de le harceler de questions, et se faisait violence pour se retenir. Tous ces aveux involontaires valaient de l'or, mais il était inutile voire coûteux d'essayer de lui en acheter davantage. Il avait déjà essayé, l'équipe de torture également. Peine perdue.
La seule chose qu'il restait à faire, c'était encore de continuer à jouer selon ses règles, puisqu'il s'obstinait à vouloir les imposer. Le vainqueur de la partie serait sûrement celui qui saurait le mieux adapter son jeu au relief de celui des autres, comme l'eau.


Le luthier acquiesça calmement.

- Après, nous verrons. Mais tu auras son visage, aussitôt que je lui aurai ôté son masque. Nous serons ensemble sur le coup.

Il se remit à marcher dans la cellule avec désinvolture, presque ailleurs.

- Pour le reste, je ferai ce que je peux. Tes besoins matériels sont à ma portée, il n'y a que ton « visage » qui sera peut-être difficile à refaire, mais ça devrait aller.


Restait le « repas de famille ». Il n'était pas certain d'avoir bien compris cette partie-là non plus, et il préférait se donner du temps pour y réfléchir avant d'engager la sécurité de quelqu'un d'autre que lui dans cette folie. Car il en était conscient, il jouait un jeu dangereux, et compter sur le Fûinjutsu des Hyô pour rendre Tsura inoffensif une fois hors de sa cage était à la fois irresponsable et suicidaire.

- Nous reparlerons de tout ça bientôt, quand mes homologues de Kiri et Suna me laisseront un peu de marge de manœuvre. Alors, je te laisserai sortir.


Celui-qui-sait, l'homme au masque blanc, semblait finalement plongé dans dessins plus violents que ceux de Meteora, mais aussi bien plus subtils, et surtout à une échelle beaucoup plus large.

Le Rokudaime s'éclipsa, sans accorder un autre regard à celui qui s'était autoproclamé comme son frère de chasse.
Il commençait presque à s'y faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Contenu sponsorisé
Informations

Predator [on'] Empty
Message(#) Sujet: Re: Predator [on'] Predator [on'] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Predator [on']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Prison-