N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Hide-and-seek [PV Meteora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Meian
Informations
Grade : Taichou
Messages : 82
Rang : B

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyMar 8 Oct 2013 - 22:02

    « …. Et pour finir, ici, les quartiers prioritaires. Ils sont interdits d'accès et dotés d'une surveillance H24 »

    Ton regard surfa le long du mur. Des trous s'y creusaient, et tu ne pouvais t'empêcher de voir des ongles s'enfoncer dedans, creuser avec de la peur, de l'effroi. Les traits s’étiraient, maculaient la pierre d'une couleur défraîchie. L'intervenant tapota sur l'un d'entre eux, comme pour prouver sa fiabilité.

    Quoi, ils ne sont pas creux, comme ta cervelle ?

    Pas besoin de cette démonstration pour comprendre que cet endroit était le plus sécurisé des lieux. Une prison souterraine, dont les parois avoisinaient les 2 mètres de large.

    « C'est ici que les détenus les plus dangereux se trouvent »

    Soupir. Frisson. Tes prunelles vacillèrent. Les autres Genin autour de toi s'étaient comme pétrifiés. On le pense tous, on le sait vivant, mais on n'ose y faire référence. Là, sur ta gauche, se trouvait une porte, un simple bloc de métal qui te séparait d'une des bêtes les plus voraces au monde. Pas rassurant.

    Et pourtant,

    C'était là, juste là. Il te suffisait de monter sur la pointe des pieds, et peut-être, qui sait, peut-être verrais-tu ce visage qui volait celui des autres.

    « Ne vous inquiétez pas, le Furyou est scellé comme une bête démoniaque l'aurait été. Le clan Hyô nous assure une parfaite protection »

    Expiration. Quelque chose comme un goût amer ?
    Les Hyôs.... N'étaient plus ce qu'ils étaient jadis à tes yeux. La doyenne vieillissait, ses rides creusaient ses joues, faisant d'elle un fantôme parmi les hommes. Le reste... juste bons à faire des sceaux, mais aucun ne paraissait assez ténu pour s'investir militairement au sein du village. Toi le rebut, l'oubliée, tu n'étais donc plus qu'une simple ombre, quelque chose d'oublié, de délaissé. On se servirait de toi quand en on aurait besoin. Tout n'était qu'une question de temps, de minute, de rouage. Et l'engrenage était lancé, sinon, pourquoi diable t'aurait-on convié à cette « visite » des lieux.

    Sans un bruit, le groupe disparu, comme apeuré.

    C'est ça fuyez...

    Un pas en arrière, puis un autre. La tête penchée. La main qui se raidit, encercle cette poignée gelée. Un, deux, trois.
    Une autre main s'empare de ton poignet. On te juge, on te regarde d'un mauvaise œil. Un regard qui voulait dire « Toi la Genin, tu ferais bien de partir avant que je ne te dise les 4 vérités de ce monde ». Un regard qui t'énerva, tout simplement... assez pour que tu hausses le ton (ce qui était loin d'être ton habitude)

    « Je suis du clan Hyô... On m'a chargé de vérifier les sceaux, de les analyser »

    Grognement, injures ravalées. Il t'ouvrit la porte à contrecœur, comme déçu de n'avoir personne à sermonner.

    Trop facile.

    Si toi, la gamine, pouvait entrer en ces lieux sous ce genre de justifications, n'importe qui l'aurait pu. Ce junin serait terminé, quand tu en aurait touché deux mot à Onpu. Il referma alors derrière toi, la tête grisonnante.

    Et puis. Un instant de doutes. C'était peut-être un peu culotté de ta part de te jeter ainsi dans un monde qui était loin, très loin du tiens. Un pas dans une obscurité aussi prenante revenait à se demander si notre pied serait encore entier au suivant. Tes talons se soulevèrent, comme pour une marche silencieuse. L'endroit ne manquait pas de tunnels, mais le principal menait à une zone étrangement disposée. Comme si un trou s'y creusait, comme si tu étais le rat qui s'y faufilait... Comme si tu n'avais rien de mieux à faire.

    Des masques flottaient, comme bercés par un vent inexistant. Par pur réflexe, tes doigts se munirent de l'un d'eux, le faisant alors glisser sur ta peau.

    La peur est telle qu'on doit même lui cacher nos visage ?
    Cela ne fit que renforcer tes doutes quant aux sceaux soit disant d'une efficacité sans pareille.

    La voilà, l'entrée, mais également la sortie. Tu t'engouffre, lentement, dans cette ouverture, laissant voguer tes yeux en guise de radar. L'homme... ou plutôt, cet homme, n'était pas bien difficile à 'démasquer'. Il était le seul qui se trouvait harnaché, cramponné, menotté, comme écrasé par un monstre invisible. Guerre de monstres, songeais-tu, silencieuse.

    Son regard. Il te transplanta, tout simplement. Ca devait l'amuser d'ailleurs, car ta seule réaction fut de froncer les sourcils. Te sentais-tu à ce point en danger pour être ainsi en garde ? Les rumeurs n'étaient jamais bonnes, jamais. On avait tellement parlé, tellement bâti sur ce nom, que le nom lui même était devenu une image que plus personne ne pouvait dissocier. Etait-il à la hauteur de sa renommée ? Tu allais en juger par toi même, dans une opportunité complètement extravagante, où du moins, à ce qu'il en paraissait. Tu ignorais complètement qu'Onpu avait été celui qui t'avais conviée à cet événement, et celui qui avait anticipé ce besoin qui te rongeait. Il était loin devant, comme d'habitude, mais le pire, c'était qu'il s'en cachait, pour ne pas t'humilier.

    A mesure que tu te rapprochais, ton cœur se serrait. Te mettre la pression toute seule, c'était d'un ridicule. Ton côté taciturne l'emporta. Qu'avais-tu à faire, là, en cet instant précis : qu'avais-tu à dire à un immortel ? Rien. Car tu n'osais le dire.

    Est-ce que... quand on ne cesse de mourir et de revivre par la suite... On déteste la vie ?
    Si je devais revivre, mon art n'aurait plus aucun sens.


    Dans ton dos, tes doigts se serrèrent autour de ton calepin, comme pour t'accrocher à celui-ci, et à son contenu. Tu l'aurais bien dessiné, mais qu'en aurait-il pensé. Pour toi, rien ne t'étonnerait. Pas même de le voir se transformer en poussière pour venir t’étouffer si jamais quelque chose lui déplaisait.

    - Je... viens simplement analyser les sceaux.

    Cause toujours. On est loin de la réalité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyMar 8 Oct 2013 - 23:29

Log 210 : Only drawings

Raiu no Kenji s’appuya sur le fauteuil, plutôt mal construit. Il balança ses jambes de côté, espérant trouver position qui accommode mieux sa constitution un peu forte pour une telle antiquité. Le meuble se contenta de grincer, de se plaindre. Karas lança une mauvaise blague, Manzô sembla s’en esclaffer, et Kenji lui lança un regard mauvais tout en gardant le sourire malgré tout. Ils discutèrent quelques instants, question de ne pas laisser le silence envahir le vieux manoir. Le Kawaguchi pesta contre le retard de Kusanagi, mais tous savaient ce qui la ferait tarder. En parlant du loup, la voilà qui arrive, dans sa combinaison noire habituelle. Le Raiu se contente de siffler légèrement, s’attirant les rires de Karas qui aurait fait de même s’il s’était retenu. La femme le frappa à l’épaule, plutôt fort. La princesse de glace avait un sale caractère. Kenji n’aurait pas voulu qu’il en soit autrement. Sa voix douce et féminine traversa l’air comme la glace qu’elle utilisait souvent pour abattre ses ennemis.

« Demain, nous fonderons Suna. »

***

Meteora ouvrit les yeux. Un frisson habituel le secoua, comme si son cerveau vérifiait l’état de son corps. Sa respiration était étonnamment aisée par rapport aux journées d’avant. Il se mêlait entre le sommeil et le rêve éveillé ces dernières soixante-douze heures, la douleur empêchant l’un et créant l’autre. Il avait l’impression que son épaule se replaçait doucement, malgré les chaînes, et il pouvait bouger sa jambe gauche. L’autre manquait encore à l’appel, mais Meteora n’était pas pressé. Son regard vert vif se releva. On l’observait. Il s’étira lentement, comme le pouvait la faible amplitude ses mouvements. Quand bien même, il restait un géant face à cette gamine, le visage couvert. Le chasseur eut envie de sourire face à la paranoïa de On’. Même dans cette prison, la victoire du prédateur semblait entière, alors que la peur s’était installée dans chacun des misérables êtres vivants de ce village déjà cultivé. Peu importait qui se cachait derrière ce masque. Si son visage en avait la peine, Meteora l’aurait récupéré pendant l’attaque…

« Des sceaux du clan Hyô. J’en ai déjà observé autrefois. Pendant la guerre. »

Silence. Le blond se secoua un peu la tête pour déplacer les mèches qui lui tombait au visage.

« As-tu peur de moi, enfant ? De ce que j’ai fait, ou de ce que je pourrais faire ? »

L’homme détourna le regard un moment, et ferma les yeux. Sa voix ne fut plus qu’un murmure qui résonna comme du métal sur les murs de la chambre.

« As-tu peur de ton destin ? Une question, pour une question. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meian
Informations
Grade : Taichou
Messages : 82
Rang : B

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyMer 9 Oct 2013 - 0:13

    Une question pour une question ?

    Dilemme accepté. Si la bête voulait parler, tu répondrais. Sa voix était à l'image des murmures, assez rauque pour résonner sans même qu'il daigne hausser le ton. Ses lèvres avaient remué, plus que tu ne t'y attendais. Tiens, était-il curieux ? Curieux et envieux de savoir jusqu'où son empreinte pouvait aller ? Au delà même des mots et du corps, jusqu'où son esprit lui même était impactant.

    Au diable les sceaux, tu ne leur accorda qu'une brève attention, vendant au passage la raison de ta venue.

    La guerre, était un mot qui résonnait lourd. Surtout quand il venait de la part d'un immortel. Tu ne savais pas exactement, jusqu'à quel point celle-ci avait envenimé sa vie pour qu'il en parle comme si c'était une habitude.

    Son visage remua, ce qui te fit lever le regard. Il pouvait donc bouger. Au début les yeux, puis la tête.. Quand est-ce que sa main viendra se resserrer autour de ta gorge ? Quand est-ce que son véritable sourire prédateur apparaîtra. Ca, ni toi, ni personne, ne pouvait le prédire.

    Dans longtemps, sifflait une petite voix. Assez longtemps pour que le village soit prêt à l’accueillir comme il se devait.

    Ton visage remua de droite à gauche. Ce n'était pas du déni, mais de l'évidence.

    - Tout le monde a peur, à quoi sert une vie sans peur...

    Toi même tu ne pouvais l'imaginer ; ce néant qui t’entourerait si jamais tu venais à ne rien redouter, ni la mort, ni l'amitié, ni l'absence... Rien.

    - Ce que tu es, as fait, et ferra, tout peut être source de peur, mais pas pour toujours. La peur, elle s'amuse à slalomer, aller et venir. J'ai peur en ce moment, mais est-ce que j'aurais peur demain ?

    Ton menton se courba, plongeant ton regard au sol.

    - Pour le destin... Je n'ai pas envie d'y croire. Moi, l'enfant, je préfère penser que je suis libre de mes choix.

    Tu mentais, un peu. Ce qui expliquait ton regard jonché sur le sol. Le destin, c'est plus qu'effrayant. Invisible, invincible. Quelque chose qui te dépossède de toi même, te plie à ses règles. Devant lui tu t’agenouilles, exécute... ou te laisse exécuter.

    - Ça fait deux réponses. A mon tour.

    Ton carnet se souleva, la plume aussi. L'encre fit une première tache, une première impression.

    - C'est...

    Ta voix était fébrile, car tu savais ta question impertinente

    - … C'est douloureux de.. re-vivre ?

    Tu avais appuyé sur le Re, de manière à marquer son importance. Oui, cet homme défiait toutes les lois. Il brisait par le simple fait de son existence, pas mal de tes convictions, qu'elles soient spirituelles comme réfléchies. L'homme mourrait pour une unique raison : le re nouvellement. L'évolution. Laisser de la place à la suite. Chaque être, chaque molécule, était une partie de l'histoire, une lettre d'un alphabet complexe et inexploré. Si chacun avait sa place... Où était la sienne. Pire, où était celle de ceux qui suivent ? Cette fois-ci, tes prunelles le jaugeaient avec une attention particulière. Comme une scientifique qui dissèque son premier animal, une artiste qui peint sa première toile. Un agneau qui parle pour la première fois au loup.

    Loup-y-es-tu ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyJeu 10 Oct 2013 - 5:30

« Et après… »

Kenji soupira et baissa les yeux, mais garda un mince sourire aux lèvres. Ils étaient au balcon de la tour du palais. Le soleil qui se couchait à l’horizon était simplement magnifique, comme le léger vent qui parcourait l’étendue du désert, et la nouvelle cité du même coup. Il jeta un regard à Kusanagi qui semblait attendre une continuité de sa phrase. Le havre de la tempête lui donna ce qu’elle voulait.

« Je veux dire, le temps que le village soit stable, quelques années… Mais après… J’aimerais me retirer. Vivre simplement et laisser Manzô mener la barque. Il le fait déjà. Je suis… Fatigué. Cela fait déjà longtemps que je me bats. Même pas vingt-cinq ans, et j’ai l’impression d’avoir vécu toute une vie sur les champs de bataille. La grande guerre, le mercenariat. Je n’ai pas de regrets. Mais je suis un homme simple, et je voudrais vivre de la même manière. Avec toi. »

***

« Alors tu as peur de ton destin. Et tu as peur de moi, ainsi… »

Meteora ferma les yeux un instant. Il avait un léger mal de tête, mais on ne pourrait pas prétendre que ses pensées soient plus embrouillées qu’elles ne l’étaient déjà. Cette immobilité devenait de plus en plus inconfortable. Son corps était habitué à de longs efforts physiques, lui que ne dormait que très peu et ne se reposait que pour régénérer son chakra en temps normal. Étrange de penser qu’il guérissait plus vite qu’il ne l’aurait voulu. Au fur et à mesure que son corps allait guérir, son envie de bouger croîtrait. Ça et l’envie de continuer la collection. Malheureusement, tout en sachant que ce monde le remettrait en chemin, il savait que ce n’était pas chose faite…

« Que vois-tu, Celle-Qui-Demande ? Un corps parsemé de trous impossibles, brisé de manière irréelle. Et pourtant, il respire, bouge, pense et parle. Je ne suis pas mort. Mon réveil est le résultat de la logique qui défie ta logique. Que sais-tu de moi, ou de ce que je suis, petite ? »

Il rouvrit les yeux et laissa son regard perçant rencontrer celui de masque de l’humaine. Le chasseur pencha la tête sur le côté.

« Les Furyous naissent et meurent plusieurs fois. Un jeu entre la vie et la mort, tenu par une cause qui transcende le concept de décès…Mais je n’en suis pas un. Tsura était un Furyou, et Raiu no Kenji, un humain. Je suis les deux à la fois, et aucun des deux, de même. L’un était un chien fou, et l’autre, un guerrier sans cause. Je suis une synthèse. Ma renaissance se trouve de ce côté du monde, dans l’évolution animale. Vois-tu la différence entre l’homme, le furyou, et moi, Celle-Qui-Demande ? »

Un court moment passa.

« L’homme meurt par son erreur. Le Furyou répète son erreur à travers diverses vies. Mais moi… J’apprends. Je revis à travers moi-même. Je m’adapte. Je change. Et c’est pourquoi tu ne seras jamais prête pour moi. Personne ne l'est. Un secret que ton Kage cachera de son mieux, car il y a été soumis lui aussi. Une réponse, pour une réponse. »


Le prédateur fronça légèrement les sourcils.

« Montre-moi ton visage et je te montrerai la vraie nature de la renaissance. Celle qu’une humaine ne pourrait espérer effleurer. Cela est ton choix, mais en est-il réellement un ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meian
Informations
Grade : Taichou
Messages : 82
Rang : B

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyJeu 10 Oct 2013 - 17:22


    Alors c'était ainsi.

    Ses lèvres remuaient, animées d'une certaine volonté. Peut-être celle de t'éffrayer, ou pire, t'appâter ? A mesure qu'il construisait ses phrases, sa teinte virait au noir, dans ton imaginaire sans pareille. Il fut bientôt recouvert de taches, de trous et crevasses, parfois même de tissu animal, des crocs ? Plus il parlait, plus le fossé se creusait. Il ébranlait le sol à coup de pioche, rompait les roches sans aucune gêne. Cet homme, était désormais séparé de toi d'un immense vide, un vide que tu ne comprendrais peut-être jamais.

    Je ne sais rien, absolument rien, et c'est justement ce qui me pousse ici, aurais-tu souhaité rétorquer. Mais sa voix s'envolait déjà dans de nouveaux récits, d'une nouvelle atmosphère. Une synthèse ? Une formule chimique ? Il parlait de lui même comme s'il était la résultante d'une équation qu'il était le seul à pouvoir résoudre. Il n'avait pas tord, mais ses arguments n'étaient pas assez convaincants, même pour une petite Genin de ton genre.

    - Je ne vois pas... Pas du tout en quoi Raiu no Kenji pourrait être encore vivant. S'il n'avait pas de but, Tsura oui. S'il n'était pas enragé, Tsura, si. Je les vois... ces différences, je peux en imaginer quelques unes, mais aujourd'hui, je ne peux pas les synthétiser comme toi tu prétend le faire..

    Peut-être était-ce d'ailleurs ta propre faute. Celle d'être incapable de cerner ce complexe personnage. Mais les préjugés t’effrayaient, plus même que sa propre moralité. Et la peur devient souvent colère, blâme, après coup. Une frustration qui démange, ronge, mordille. Et moi ? Pourquoi je suis incapable d'y voir clair ? Il est pourtant là, juste devant.

    Comme pour répondre à une provocation, un duel, tes sourcils se froncèrent à leur tour.

    - Ce n'est pas une erreur de mourir. C'est un cycle naturel, et tu n'en fais plus partie. Si tu n'as plus de cycle, tu n'as plus de repères, et tu finira par te perdre un jour ou l'autre

    Si ce n'est pas déjà fait

    Sa dernière demande replongea ton corps dans un certain mutisme. Quoi, allait-il jauger ta valeur par un simple regard ? Pour toi, la peintre, qui passait son temps à représenter ce qu'il te semblait juste, c'était une requête grossière et impertinente : celle résultant de sa seule obsession. Il en perdait sa raison.

    Tes doigts caressèrent le masque, cette couverture blanchâtre, puis ils se ravisèrent en replongeant vers le calepin, comme pour narguer involontairement le Furyou. Ton poignet se plia, narrant frénétiquement ton savoir sur une feuille nacrée. Page complète. L'encre à peine sèche reluisait sous tes yeux, satisfaits de leur travail. La page s'arracha sous la pression de ton index. L'image pivota à mesure que ton bras se tendait vers la cage dorée.

    Dessus, le Furyou, uniquement son visage, dessiné dans les moindres traits avec son expression actuelle.

    - Celui là tu peux le garder, c'est le tien. Les autres ne t'appartiennent pas.

    Voleur, jurais-tu en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyVen 11 Oct 2013 - 4:33

Log 213 : Natural

Des mains se posèrent sur ses yeux, et Kenji fit une moue amusée. Il referma le livre sur lequel il consignait des détails administratifs depuis déjà quelques heures. Le soleil de midi avait déjà fait son chemin, mais on sentait encore la fraîcheur du matin dans l’air. Rare, considérant que l’on est dans le désert. Trop rare pour que ce soit possible. Le Raiu avait fini par comprendre que Kusanagi amenait le froid partout où elle allait. Sauf… Dans son cœur, sans doute. Qui aurait cru qu’il finisse par être un romantique ? Kenji posa les mains sur celles de la maîtresse de Suna et frissonna.

Qui aurait cru qu’il puisse vivre ainsi ?
Pas ceux qui étaient morts sous sa lame.
***


« Tu crois ? »

La bête scruta le portrait de son propre visage mais n’y vit pas ce qu’il voyait chez les autres. Comme il l’avait été dans le premier corps de Tsura, ou celui du Raiu , il y voyait une façade , un mur qui cachait l’obscurité. Un piège. Un outil. Une humanité. Un masque. Un vrai masque. Un frisson lui parcourut le long du dos, flatta les nervures endommagées de ses jambes, ce qui fut douloureux. Mais il ne détourna pas le regard, car la frustration était un concept humain qu’il ne pouvait réellement comprendre. Il fit finalement la moue.

« Tu es une curieuse petite fille, Celle-Qui-Demande. La rage appartient à l’homme, et elle appartenait à Kenji, du plus fond de son être. Tsura avait le but, mais pas celui de l’humain. L’animal survit, vit, continue à vivre. C’est l’être qui propulse sa volonté. Qui l’interprète. »

Meteora leva les yeux et regarda le plafond un instant. Il cherchait des failles dans les sceaux pour s’occuper l’esprit.

« Celui-Qui-Fut a toujours fait son devoir, a toujours suivi sa cause jusqu’au bout. Et il m’a transmis ce trait. Je ne te demande pas de l’accepter : l’humain aimera toujours donner à la bête des traits qui lui sont pourtant uniques : le désir de mentir, de vengeance, de jalousie et de haine. Mon cœur serait étreint par une colère, et pourtant je sens le tien bien plus bondissant. Aucun masque ne saurait cacher ta nervosité, petite. Alors écoute-moi. »

Un simple souffle.

« Je ne vis ni mensonge, ni haine, vengeance, colère. Je vis, simplement. Quand je sortirai d’ici – et je sortirai -, je reprendrai mon œuvre. C’est mon instinct, ma voie, mon air que je respire. Le monde possède tout ce qu’il contient, et j’en suis un simple agent. Je file avec les rivières dans lesquelles les vivants nagent, je suis le vent qui te fait frémir lors des longues nuits d’automne. Je serai toujours là. Éternel. »

Son regard se reposa sur le masque de l’inconnue. Son visage était bien plus sérieux.

« Et bien plus naturel que toi, poussière qui reviendra poussière un jour. »

Il soupira.

« Quelle est la colère qui t’amène donc, Petite Hyo ? Es-ce la mort de Misory ? Des shinobis qui ont tenté de me ralentir ? De tous les autres ? Quel est donc la peine, la question qui te ronge et qui fait battre ton cœur ? Parle, car en l’animal tu trouveras peut-être une réponse plus simple et naturelle que les mots d’un homme… »


Il se mit à tousser quelque peu, et il sentit le sang couler sur sa lèvre. Tant de paroles mettaient à mal ses poumons encore faibles…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meian
Informations
Grade : Taichou
Messages : 82
Rang : B

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyVen 11 Oct 2013 - 13:11


    Un silence, lourd, écrasant, s'était installé. Une fois de plus, le Furyou avait montré des talents d'orateurs assez respectables. C'était presque plausible.. Comme si... il te demandait de l'écouter et d'abdiquer face à une évidence indiscutable. Sur le coup, ton corps tout entier avait envie de céder, de hocher la tête en guise de drapeau blanc. Mais il n'en fit rien, car la fin de ses phrases te ramena à la réalité. Il t'accusait de n'être que poussière, mais rien n'était plus naturelle qu'elle. Poussière de vie, poussière de feu. . Tes bras se croisèrent sous ta poitrine à mesure qu'il peinait à te décrire, selon sa propre vision.

    - Certes, je suis curieuse, une Genin assez curieuse pour venir se jeter dans un endroit qui ne le convient pas forcément. Certes, mon cœur palpite, mais pas pour les raisons que tu t'amuses à dévoiler. La colère ? J'ai abandonné la colère, quand j'ai eu l'occasion de la regarder directement.

    Tes lèvres se pincèrent, ton dos, lui, hurlait.

    ~~~

    C'était quelque chose comme le lendemain, le sur-lendemain, ou quelques semaines après. Le dos avait guérit, mais la douleur restait. Les cicatrices, vestiges de cette journée, lui rappelaient sans cesse à quel point elle avait été bernée, impuissante.
    La gamine se levait, fronçait les sourcils face au miroir, serrait les dents, et se recouchait.

    C'était laid, hideux. La vérité, la fille l'ignorait. A qui appartenaient ces mains armées ? Pourquoi n'était-elle pas fichue de s'en souvenir ? Quel était le but de tout ça ? A quoi bon s'en prendre à une enfant, déjà brisée par son propre passé ?

    ~~~

    Tu releva le regard, tâchant d'ignorer les brûlures qui se réveillaient. Pourquoi maintenant ? Pourquoi devant lui ?
    Il parlait de ton présent, qui te ramenait au passé, et s'amusait à jongler avec ton avenir : comme s'il savait tout, comme s'il voulait te torturer avec la seule chose qu'il avait à disposition : tes propres peurs.

    - Ce n'est pas...

    Ton souffle tremblait. Te voilà émue, encore plus à même de déraper, mais pourtant si proche de toi-même.

    - Je ne peux pas considérer ça comme une œuvre.
    Une œuvre... Où plutôt, l'art.. Est la seule et unique trace du passage de l'homme sur terre. Quand mes dessins, eux, vivront aux travers du regard des autres quand je ne serais … plus que poussière... Toi, que restera-t-il de toi ? Ces visages se décomposerons tous un jour ou l'autre, à l'image de leur voleu... nouveau propriétaire. Tout disparaîtra, et ce ne sera pas de la poussière mais de la pourriture. Et quand bien même, par je ne sais quel stratagème, tu réussirai à les maintenir en état... Qui voudra être spectateur de tout ça ? Personne. Car ce qui a de la valeur à tes yeux, n'en a aucune aux notre. Même si tu me forçais, là, maintenant, à scruter cette collection, je ne pourrais que fermer les yeux, lasse d'avoir le deuil en vis à vis.



    Emballé, ton pouls s'accéléra. Il était loin d'avoir entendu tout ce que tu pensais, tout ce qui te passais à la seconde dans la tête. Loin d'être en colère, ton cœur criait juste avec conviction, ce qui le paraissait juste ou pas.

    - Je ne suis pas concernée par la mort de Misory, car je n'étais à l'époque, qu'une pièce rapportée du puzzle -du clan-, mais je ne peux que lui envoyer mes respects. Je me contre-fiche de cette guerre incessante que tu mènes, physiquement contre les shinobis de toutes nations. Je ne suis pas non plus triste ou en colère. Non. Là, je te montre juste mon désaccord. L'art, ce n'est pas ça. Ta collection, je la vois comme une égoïste manière de combler son envie.

    Autrement dit. Toi la jeune Genin, te lançais dans une nouvelle forme de bataille. Un guerre psychologique, peut-être nouvelle pour l'animal en cage, mais à laquelle tu te soumettrais. Il était peut-être assez fort pour faire passer sa morale par le biais de son action. Tout homme dont la vie est en danger est prêt à avaler des théories farfelues pour espérer croire à un changement. Meteora ne pouvait plus menacer, montrer la porte des enfers en riant, car maintenant, elle était derrière lui.

    Il saignait. Il pouvait encore saigner. Peut-être tes mots pourraient-ils l'atteindre ?

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyMar 15 Oct 2013 - 16:17

Log 214 : Perspective

Le chef des forces spéciales de Suna ne put s’empêcher de se couvrir les yeux de la main par découragement. Il avait fait la guerre, avait vu la mort de près et traversé les pires moments, mais ce n’était pas comparable à maintenant.

Kusanagi essayait de choisir une robe pour le bal d’automne.

On aurait cru que la Cheftaine de Suna soit capable de prendre ce genre de décision par elle-même, mais c’était faux. Peut-être qu’en réalité, Kusanagi tenait à ce genre de chose pour donner l’impression que sa vie était normale. Que Kenji était un homme comme les autres. De donner un peu d’espoir dans le désespoir. Ou bien peut-être que c’était une fille, et que les filles ne savent pas ce qu’elles veulent.

Kenji penchait pour cette option.

***

La bête toussa quelque peu et finit par cracher une gerbe de sang. Il se sentit un peu mieux ; son poumon semblait avoir recommencé à fonctionner, du moins pour l’instant. Cela ne l’empêcha pas au bout de quelques instants d’offrir un sourire plutôt… sympathique, ce qui ne lui appartenait pas d’ordinaire. Presque… Réconfortant.

« Je croyais que nous avions un accord, petite. Une question pour une réponse, une réponse pour une question. Tu n’as pas besoin de moi pour répondre à tes interrogations : tu l’as fait toi-même… »

Il souffla par le nez longuement.

« L’art doit-il être éternel pour en porter le nom ? Regarde autour de toi et constate ce qui est vraiment éternel… Regarde et tu verras que rien ne dure jamais, sinon ce monde lui-même. Ce monde, et moi. Je doute que tu me vois comme une œuvre, et je ne le prétends pas non plus. »

Il hocha la tête pour lui-même.

« J’ai vu des milliers de couchers de soleil. Tous merveilleux, et pourtant voués à disparaître. Cela ne diminue en rien leur valeur. Le vrai art est celui de ce monde ; ce qui nait entre tes mains n’est qu’artificiel. Entre les mains d’un humain qui se dit artiste… Nous en voilà à ta deuxième préoccupation. La collection est faite de l’humanité, elle n’a pas été faite POUR l’humanité. »

Il soupira.

« Il me semble pourtant que cela est évident. La collection n’est pas pour moi non plus, du coup. Le fait qu’elle ne soit pas éternelle importe peu à ce monde. C’est une continuation sans fin, plutôt. Regrouper le meilleur de l’homme. Voyons, petite Hyô, songe à tes propres paroles. Es-ce qu’une œuvre est belle parce que beaucoup souhaitent la voir ? La popularité est-elle symbole de la valeur d’un objet ? »

Il ferma les yeux en gardant son sourire contraint.

« Peut-être as-tu compris que la folie dont vous voulez m’affliger n’est autre qu’une logique que vous refusez de vouloir comprendre… Et je l’accepte. Un lion ne peut vivre avec des moutons. Mais tu m’intrigues, Celle-Qui-Demande. Ton cœur est grand. Tu voudrais sauver tout le monde. Tu n’es pas si différente du destin qui te fait peur, au final… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meian
Informations
Grade : Taichou
Messages : 82
Rang : B

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyDim 20 Oct 2013 - 4:31


    La voilà donc, la discorde. Ce fil invisible qui tranchait le monde en deux. Une partie, la tienne, l'autre, la sienne. Chacun se tenant droit, scrutant l'autre sans vraiment le voir.. Un mur vous séparait. Loin d'être solide, il était juste infranchissable, car ni l'un ni l'autre n'auriez fait un pas en avant. Il n'était pas non plus opaque, mais brouillait juste toute concrétisation d'un visuel. Il n'y avait plus que deux silhouettes, bercées par leurs propres idées, leurs propres dessins, ou desseins.

    Tu ne pouvais voir clair que de ton côté. T'approcher de trop près, tu le savais, t'emprisonnerait avec lui dans une sphère où tu ne serais rien de plus qu'une proie.

    Tes pieds reculèrent donc, désavoués.

    - Tu marques un point. Je ne peux pas te laisser me convaincre, comme tu ne peux pas me laisser le faire.

    La cage s'amusait à transmettre les messages, les faisait grésiller.

    Tes sourcils se froncèrent de plus belle. Il venait de te lancer la pire des insultes imaginables. Celle de croire que tu étais au stade de ne voir que la beauté esthétique des choses. Croyait-il vraiment que la vision d'une chair dépecée te rebutait car elle était... « laide » ?
    Loin de là. Ce qui était laid, c'était l'acte derrière. L'âme séparée de son corps, de son identité, qui errerait à jamais, loin d'une paix intérieure.

    - C'est assez bas de penser ça de moi. Mais au moins tu as l’honnêteté de le dire. Ce qui me désole plus, c'est que tu ne puisses voir comment moi je vois. Nos palettes sont trop différentes. La mort, le corps, les chairs, tout peut-être poétique, mais dans un rituel carnassier, cela perd son goût, ses traits, sa vérité.

    Fade. C'était le mot. Fade en appréciation, surtout.
    Il avait le mérite de susciter de l'émotion dans ton cœur, mais cela ne relevait que du dégoût et de l'amertume, quelque chose dont tu te passerais bien.

    - Mon cœur est loin d'être bon, comme le tien est loin d'être mauvais. Sil n'y avait que du blanc et du noir, la vie serait d'un ennui. Mais peut-être as-tu fais le choix d'enlever ces couleurs de la tienne.

    Négatif, positif. Ses prunelles s'adaptaient peut-être ainsi à son univers. Ainsi le sang ne se différenciait en rien de l'encre, et il peignait à sa façon.

    Un frisson, encore un, te longea la nuque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Meteora
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] EmptyVen 25 Oct 2013 - 21:51

Log 216 : I won’t hold back

Il le traîna par la jambe dans le sable chaud de Suna. Le pauvre essayait de se retenir mais Kenji était plus fort physiquement que la plupart des hommes. Il prit un petit élan en tournant sur lui-même, soulevant le corps du type. Le poing du jônin devint démesurément plus lourd alors qu’il frappa au torse, traversant avec aisance sa cage thoracique. Le sang l’éclaboussa. Le cadavre s’échoua dans le gravier doré, et le Raiu soupira.

Un autre contrat terminé.

Il se passa la main sur le visage pour essuyer la sueur et le sang. Le blond regarda sa paume, le sang qui séchait déjà à la chaleur du soleil. Il attendit. Le vent souffla légèrement et balaya ses cheveux. Le silence. Rien. Ça ne lui faisait rien. Pas de doutes, pas de remords. Rien.

Mais Tsura, lui, riait.

***

« Il ne faut pas déplorer la différence, petite Hyô »

La bête soupira et laissa son regard errer vers le sol. Il se sentait fatigué et sentait que le coma ne tarderait pas à le reprendre. Son corps n’était pas encore capable de fonctionner normalement. Mais il voulait en finir avec cet entretien. Et bouger, il avait envie de bouger. Le luthier n’avait pas encore honoré ses paroles. Il avait peur.

Ils avaient tous peur.

« Nous avons tous notre place en ce monde. L’homme ne l’a jamais accepté. Mais la vérité n’erre pas lorsque l’on en doute. Encore une chose. »

Il n’avait pu compléter sa phrase parce qu’une nouvelle crise de toux le secoua. Le prédateur s’efforça de ne pas cracher de sang : il avait sa propre forme de dignité, celle de l’animal. Un chasseur ne montrait pas sa faiblesse devant une proie.

« L’une des vérités de la vie qui revient sans cesse, est que ce qu’on est importera peu au final. La différence est nos actes. L’humain ne l’a jamais compris, et c’est pour ça que vous voudriez me voir comme un humain étrange et difforme. L’apparence. Tu ne fais pas exception, petite artiste. Mais au moins, tu sais avoir peur. »

Ses paupières étaient lourdes mais Meteora serra les dents et gronda faiblement.

« C’est la couleur qui vous a fait errer hors de la nature. De ma nature. Elle te retrappera, Celle-Qui-Demande. Sous mes griffes ou celles d’un autre. »

Le Furyou frémit légèrement et sa tête pencha en avant. Il avait sombré dans un sommeil de milles voix, de rêves dans des rêves dans des rêves dans des rêves.

Dans une toile fort éloignée de l’humanité…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Hide-and-seek [PV Meteora] Empty
Message(#) Sujet: Re: Hide-and-seek [PV Meteora] Hide-and-seek [PV Meteora] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Hide-and-seek [PV Meteora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Prison-