N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyDim 12 Mai 2013 - 18:56

[HRP : Ce RP peut heurter la sensibilité des plus petits.]

Depuis peu, Yoru maitrisait l'art de maitriser les ondes, à savoir l'Onkyōton. Enfin presque.
Il fallait avouer que l'origine de cette affinité spéciale était pour le moins… spéciale aussi. Depuis qu'il avait appris à manier la foudre et le vent, par l'intermédiaire de son chakra, sa Folie avait accumulé des réserves de chakra, des substrats de techniques électriques et venteuses. Ses stocks de l'ombre étaient alors catalysés en chakra sonique, une réserve destinée… à une révolution psychosomatique. Celle où la partie prendra le dessus sur le tout, celle où l'absurde prendra le dessus sur la raison. Celle où la Folie de Yoru viendra corrompre totalement le Sandaime Mizukage, par le biais de jutsus soniques.

Mais pour l'heure, le Lutin Fou a envie de déconner un peu.

Assis au-dessus d'un des remparts cyclopéens du temple de Sanbi, il était là, neurasthénique. Si au premier abord, il semblait placide et froid, en réalité, il était totalement concentré sur un objectif qui n'avait rien d'une sombre machination. Dans ce genre de situations, habituellement, il aurait songé à une idée de torture, à un moyen d'éliminer une cible. Mais ici, il ne faisait que penser notes, accords, tonalités, et consommation de chakra. Malgré le vaste potentiel que représentait son nouveau pouvoir, Yoru aimait également donner des utilités hors combat à ses techniques. Il savait que du temps où il n'était que Genin, il avait eu plusieurs boulots à mi-temps dans des saunas. On lui demandait d'utiliser sa vapeur pour satisfaire de manière originale et agréable - aussi bien pour les yeux que pour la peau - les clients. Ceci lui avait permis pendant un certain temps d'arrondir ses fins de mois, et donc de subvenir plus facilement aux besoins du couple qu'il formait avec Yûna. Aujourd'hui Mizukage, il n'avait plus besoin de dépenser son chakra pour gagner plus d'argent : l'application qu'il destinait à son Onkyōton était dorénavant ludique, un petit passe-temps entre deux assassinats.

Concentré sur son chakra, il tenait alors tant bien que mal de piocher dans le stock de chakra accumulé dans son dos par sa Folie pour créer ne serait-ce qu'une petite mélodie. La tâche lui semblait tellement difficile qu'il avait décidé d'utiliser des chansons pour enfants ! Bien que la volonté était là, il arrivait parfois que la Folie s'incorpore au chakra, et vienne troubler les créations sonores du Mizukage…

✗ Au clair de la PUTE, mon ami Pierrot ! Prête moi ta GUEULE, pour écrire un mot ~ ♫
Dans ses compositions, Yoru avait l'impression d'être atteint du syndrome de la Tourette. Ou plutôt, sa Folie se foutait de lui en imitant ce syndrome tristement connu pour ses effets. Les choses auraient peut-être plus simples si le Ryûzoji avait contracté cette affinité secondaire par l'entrainement. La tâche aurait été plus longue, plus pénible à accomplir, mais au moins il n'y avait pas le risque que la Démence du blondin s’immisce dans ses créations. Pire encore, il arrivait que le chakra Onkyōton du Lutin Fou dérape, et sans même qu'il n'ait l'intention d'utiliser une technique, il se produit la chose suivante …
CONNASSE !
Et lorsque ce genre d'incidents arrivait, le Ryûzoji avait tendance à plaquer sa paume contre son front. Depuis qu'il avait découvert son don, ce dernier lui jouait des tours. Sa Folie semblait évoluer, et piocher dans son répertoire d'insultes. Elle ne vociférait plus d'une voix stridente des palabres absurdes, aux erreurs lexicales et aux teintes violentes apparentes. Elle semblait gagner en maturité, en quelque sorte bien entendu.

Évidemment, comme si cela ne suffisait pas, il semblait qu'entre deux insultes, Yoru avait gagné un auditoire. En effet, suite à l'insulte précédente de son chakra fou, une silhouette s'était pointée devant le Mizukage, certainement abasourdie par la démence apparente du Mizukage. Elle était en contrebas, quelques mètres la séparant tant en hauteur qu'en longueur du manipulateur de son et de vapeur. Gêné de devoir s'excuser et s'expliquer, il tourna la tête vers la concernée, une adolescente à la crinière opalescente, et bafouilla deux trois mots.

✗ Euh… c'est pas ce que tu crois hein.
Yoru avait dorénavant l'impression que le ciel s'abattait sur lui. Il ne méritait pas ça pourtant. Il ne faisait qu'apprivoiser de façon agréable son nouveau pouvoir. Un pouvoir qui, s'il n'était pas dompté à son tour, finirait tôt ou tard par se retourner contre lui. Et désormais, dans sa volonté d'apprentissage, il expérimentait avec confusion le revers de la médaille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyLun 13 Mai 2013 - 1:16


Le temple de Sanbi, un lieu bien connu à Kiri que pourtant moi Kirijins je n’avais jamais eu l’occasion d’approcher. Toujours dans ma quête de découverte de lieux magiques à partager avec une fée répondant au doux nom de Yuka, je m’étais perdue là. Peu malin dans un sens comment pourrait-elle ne pas connaitre ce lieu ? Mais il y avait connaitre et connaitre, souvent les endroits les plus banals réservaient les plus délicieuses des découvertes. Bon malgré la beauté du lieu ce n’était toujours pas le cas, cette aura ensorcelante tels la montagne bleue, le parc abandonné ou la cime du sapin roi, le temple ne semblait pas l’avoir, à moins qu’elle se concentre en un point précis toujours inconnu pour moi. Un grossier tour de la zone peu fluctuante, je m’étais stoppée en contrebas d’une muraille dans l’ombre de cette dernière je m’accordais une pause, jusque-là le silence se voulait religieux, à peine troublé par le vent, n’y avait-il donc jamais âme qui vive ici ?

Si si, la preuve, le son qui retentissait alors, une voix humaine et masculine offrant le début d’une comptine bien connue, qui avant même la fin de la première phrase prenait un sens quelque peu dérivé. Hum, pute au lieu de lune, pour que pierrot prête sa gueule, sûre qu’avec un faciès comme celui du pauvre clown il avait des chances qu’il soit obligé de se contenter de leur chaleur… Enfin-là n’était pas la question, ni une réflexion digne… Enfin si après tout, je n’étais pas cet espèce de faux noble faisant tant de manières. Voilà surement pourquoi j’imaginais déjà prêtant une oreille attentive à la suite… Une suite qui ravirait l’ouïe « nobleatitude » de Shinichi, une que je m’empresserais de faire chanter à ce dernier par un énième chantage réussi ou non, car il n’y avait pas meilleur passetemps pour moi que de le faire chier rappelons-le, il faut dire qu’il savait le mériter aussi…

Hum.. ? Rien, ah si. D’une puissante vocalise un « CONNASSE » retentissait en échos dans la zone, ma première réflexion à la chose : « Ah Pierrot s’est même fait remballer en payant, le pauvre… ». Blague à part, je levais le museau au ciel, car maintenant la position du chanteur était très claire, pour l’apercevoir je me décalais de contre la pierre et là qui je découvrais… Yoru notre Mizukage qui visiblement fin connaisseur des lieux ne voulait pas y trouver un auditoire. La preuve sa réaction, bon ok ça la foutait mal à son rang de faire attraper balançant ce genre d’insulte, mais il aurait probablement pu se rassurer en sachant que je supportais un confrère aux oreilles pointues tel que lui. Voilà longtemps que j’avais compris ses multifacettes apparentes ou non, le Mizu confirmait ma thèse, tous des filous sachant cacher leur jeu ces hommes aux longues oreilles…

Un long silence en le fixant, je m’interrogeais. Ce que je croyais ? Bah rien justement, à vrai dire la situation aussi étrange soit-elle ne m’avait inspiré qu’une chose : Après le faux coincé du cul tiré à quatre épingles, le dévergondé des mots d’insulte à ses heures. Au-delà du sérieux et respect que je devais à mon Mizukage face à la scène le mettant dans l’embarras, je ne pouvais aucunement canaliser le rictus qui faisait violence à mon visage pour s’incruster… Si bien, que… se fut l’éclat de rire. Indomptable il me collait une crampe au ventre et plus je voulais qu’il s’arrête, plus l’expression du visage du coupable me revenait en tête, allons, allons, un peu sérieux il aurait pu se vexer de mes enfantillages…

=| -Sumimasen Mizu-sama, je ne moque pas de toi et je ne voulais pas rire…

Enfin si un peu quand même, mais rien de bien méchant, j'étais plus amusée qu'autre chose, ne sachant tenir ma langue pour ne pas changer, je parlais trop déballant en même temps ma pensée, tout en charme, tout en délicatesse, tout comme moi quoi…

=| -Hum et cette connasse de pute qui ne veut pas la face de ton ami Pierrot à une suite ? Ou tu es encore en train de la composer. Parce que deux vers pour une chanson ça fait court tu vois.

Non je n’avais jamais entendu parler du côté chanteur-compositeur de notre Kage, ni de son sens de l’humeur qui plus est, il n’avait peut-être pas été avisé de ma part d’ouvrir mon bec et peut-être encore que j’aurais dû partir après m’être excusé de l’avoir dérangé. Non au lieu de ça, j’avais rejoint un siège improvisé sur la pierre en bas toujours le museau en l’air quémandant la suite ou sinon… Non là il n’aurait pas fallu…

=| -Ohh tu connais le lutin malin ? Essaie avec ça plutôt:

C'est le lutin, le lutin malin
Courant la forêt de bon matin
Ho ho ho ! le lutin malin
Il est ici, puis il est là-bas
Parfois en haut et parfois en bas
Ho ho ho ! le lutin malin ~

Dans le carrosse de la fée Carabosse
À cheval sur un loup, il fait hou hou hou ! ~

Dans la brouette de la fée Cacahuète
À cheval sur un chou, il fait hou hou hou ! ~


Dans la voiture de la fée Confiture
À cheval sur un poux, il fait hou hou hou ! ~

Bon j'en connaissais une qui allait pas tant se trouver maligne s'il le prenait mal...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyLun 13 Mai 2013 - 18:40

Aucun doute, désormais Yoru avait tout fait pour se retrouver dans la mouise. En venant arpenter les frontières du temple consacré au démon tortue à trois queues, il espérait s'entrainer en solitaire, loin de toutes formes de civilisation. L'hiver était là, et décourageait les éventuels adeptes de la promenade en forêt. Manque de bol, en plus de jouter contre sa Folie, il fallait qu'une jouvencelle toute droite sortie de nul part vienne épier le musicien en mousse. Au premier abord, elle avait un physique intriguant, original. On la croyait en provenance de la nature, avec son look de rebelle, sa chevelure anarchique à la teinte lunaire. Son regard même exprimait une certaine forme de fougue, propre aux animaux puisant pleinement dans leur instinct. Elle intéressait le Sandaime Mizukage, outre la situation, et lui inspirait une biographie toute à son honneur. Une combattante habile en terrain hostile, en communion avec la nature. Et rapidement, le jeune quidam constata également la présence de deux cercles d'un rouge significatif de part et d'autres de son front. Il était indéniable qu'elle appartenait à la famille Kaguya. Face à cette déduction, le Ryûzoji se sentait encore plus dans un sale bourbier. Malgré son admiration pour le talent au combat de ces femmes et ces hommes, ainsi que pour leur don héréditaire, il avait eu des liens très ambigus avec quelques membres de ce clan d'ostrogoths hostiles aux Samui. Il se souvint notamment de la dénommée Shizao, une étrange femme qui avait osé détruire le pack de café du Jônin qu'il était à cette époque. Attisant sa colère, elle avait réagi avec une étrangeté telle - notamment en l'embrassant, et en squattant son domicile - que l'opinion qu'il avait dorénavant sur les femmes du clan aux os de guerre était plus nuancée.

Et dorénavant, face aux propos que tint la jeune Kaguya, Yoru avait renforcé cette même opinion. On racontait que l'usage abusif du Shikotsumyaku entrainait la réduction significative de l'espérance de vie des Kaguya. Peut-être que la démence était un effet secondaire de cette overdose de jutsus. Peut-être que tout simplement, elle avait un caractère taquin, et qu'elle se plaisait à faire preuve d'humour auprès de son supérieur suprême. En un sens, cela plaisait au Lutin Fou : pour une fois qu'un individu qu'il ne connaissait pas ne l'abordait pas avec courtoisie et des simagrées inutiles. Né avec le sang bleu, le Borgne se rangeait malgré tout, avec sa verve et son caractère impulsif, du côté de la plèbe, et cela ne le dérangeait pas. Avec le recul, il appréciait de moins en moins les manières bourgeoises de son clan d'origine.

D'un bond, le Tsar de la Brume réduisit la distance le séparant de la Kaguya, afin que la communication soit plus appréciable. Il avait pris la peine de tendre l'une de ses oreilles pointues, afin d'écouter avec un peu d'appréhension la comptine de la kunoichi. Elle avait tout d'une comptine, sauf que la longueur ne plaisait pas trop au Ryûzoji. Ce dernier se voyait mal en train de composer la musique, avec des moments remplacés par des insultes non volontaires.

✗ Ta comptine, elle est cool, mais … j'ai pas envie d'en faire du yaourt avec, en la recomposant avec mon Onkyôton, vois-tu.
Il se gratta la tête par la suite, un peu gêné encore de ce qu'il s'était passé précédemment. Après tout, il avait fallu que sa Folie tombe sur une insulte désignant une personne de sexe féminin, au moment où cette adolescente s'était présentée face au Lutin Borgne ! Puis, désireux de revenir sur la remarque précédente de la demoiselle, il poursuivit.
✗ Ah, tu étais là aussi à ce moment-là ? Je devais être trop focalisé sur mon chakra pour remarquer ta présence… sache que ce que tu as entendu n'émanait pas de ma voix, encore moins les insultes. Comme je l'ai dit à l'instant, j'essaie d'utiliser mon Onkyôton afin de créer des musiques - tu conviendras que c'est plus sympa que de s'entrainer sur des cobayes en leur lançant des ondes de choc… Malheureusement, comme tu as pu l'entendre, je maitrise mal ce nouveau pouvoir parce que - SAC À MERDE - merde, ça reprend. Bon ben, je crois que tu as compris hein !
Effectivement, tout en ayant parlé, Yoru s'était fait couper la parole par sa Folie. Et il n'y avait aucun changement de voix, aucune forme de numéro de ventriloque. Il y avait bien deux voix distinctes, avec deux sources différentes. L'une émanait des cordes vocales du Ryûzoji, l'autre s'expulsait à travers les pores de la peau du guerrier, contre sa volonté. Il fallait donc être soit obstiné, soit atteint de problèmes d'audition, soit moqueur pour affirmer que le Sandaime Mizukage avait des voix dans sa tête. Histoire de faire une transition à ce -
TRAVELOT !
fâcheux soucis… le Sandaime Mizukage décida de porter davantage la discussion sur la Kaguya. Il ne la connaissait, et malgré les circonstances, désirait en savoir plus sur elle. Tout en parlant, il se crispa discrètement, pas trop non plus, afin de ne pas avoir l'air constipé, et lui demanda :
✗ Désolé encore une fois, y a encore des soucis à la régie dirons-nous. Sinon, je ne t'ai jamais vu à Kiri, comment t'appelles-tu ? Appelle-moi Yoru, le Lutin Pourpre, ce sera plus sympa - tant pour toi que pour moi - de m'appeler par mon prénom !
Contenant alors ses étrons acoustiques, il tendit la main pour saluer amicalement son allocutaire, espérant que sa Folie cesserait de lui jouer encore d'autres tours. Après tout, en tant que Lutin Fou, c'était à lui, et pas un autre, de faire des farces !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyMer 15 Mai 2013 - 0:35


Bon non, pas de lutin malin, dommage, je n'osais même pas imaginer ce que cela aurait donné, mais sûre que cela aurait été très drôle... Finalement oui, mieux ne vallait pas. Voilà qu’il remettait ça, il semblait vraiment que le contrôle lui manquait sur cette vague de gros mots qui me faisait sourire, « travelo », « connasse », ect, j’imaginais déjà les situations cocasses pendant ce genre d’incident. Le pauvre… Mais c’était tellement drôle que j’avais du mal à le plaindre, car au fond, je n’avais pas réellement envie qu’il arrive à contenir cette chose quel qu’elle soit provocant ce bug technique… Bien sûr je concevais que l’apprentissage serait plus drôle sur quelques victimes devant se prêter au jeu, pour sûr si j’étais à sa place je me gênerais pas pour rassembler quelque shinobi pour cet usage… Ahh cette manie d’exploiter le système me venait de mon sensei, je décline toute responsabilité !

=| -C’est sûr, ça pourrait être mieux, mais moins drôle aussi…

Quel étrange personnage ce Mizuage, c’était la première fois que je croisais sa personne depuis sa discours le jour de son avènement, oui en fait je n’avais plus jamais revu son faciès depuis, ni de près, ni de loin. Il faut dire que je n’étais pas vraiment déçue de la chance que m’avait offert la providence, c’était une image loin de celle que j’avais imaginée qui prenait place maintenant, celle d’un homme simple finalement, quoi que… Non très complexe. Enfin simple dans sa façon d’être et complexe dans ses multi-facettes, notamment cette histoire de Onkyôton , bref ! Vous avez compris quoi. D’ailleurs, étant sur le point de me présenter comme il l’avait demandé, j’interrogeais ma mémoire pour me souvenir de ce que voulait dire ce mot - Onkyôton -, rien à faire, ça ne revenait pas… Quant au fait qu’il ne met jamais vu dans Kiri, au-delà du fait que je ne sois pas là depuis très longtemps, je ne pensais pas non plus fréquenté assez la ville pour qu’il en ait l’occasion, ni avoir le grade qui me fasse souvent le croisé dans mon sciage.

=| - Normal, j’ai intégré le village il n’y a pas encore si longtemps, à peu près un peu avant que tu sois Kage. Mes parents ont encore un peu mal avec Kiri tu vois. Bref. Aojikawamanashi, pour ma part ! Oui je sais mon prénom est pourri, Shinichi le dit assez, on m’appelle plutôt Ao’ ou Aoji’ voire Aomachin-chose. Quant à mon nom, tu le sais déjà je t’ai vu lorgné sur les points de mon front, je suis une Kaguya.

J’avais presque envie de rajouter le « malheureusement » après le Kaguya, pour diverse raison, bien sûr je m’en abstenais…

=| -Mais dis-moi, j’ai du mal à comprendre, on dirait que deux personnes parlent… Mais je ne vois que toi, tu dis que c’est ton Onkyôton, mais qu’est-ce que c’est au juste ça, un genjutsu, du ninjutsu, une invocation? Puis ça fait quoi de la musique c’tout ? D’ailleurs, il me semblait que tu maitrises la vapeur toi non ?

Stop, stop, stop, moi et ma manie de poser un milliard de questions, je devais être soulante… Oui bon, je n’allais pas lui faire toute la liste non plus, je passais assez comme ça pour une ignare hein ! Puis je réalisais alors le stupide de mon interrogation –voire mes-, il avait parlé d’onde de choc non ? Et de musique… Son ? Ça servait en combat ça ou c’était là un simple hobbie… Bref, j’étais à l’ouest complet quoi…

=| -Sinon, il dispose d’un sacré panel d’insultes j’ai l’impression, peut-être que tu devrais essayer de volontairement en dire en l’utilisant, ça ferait un duo.

Non ! Je ne me moquais pas ! J’étais juste de nature taquine, voyons.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyDim 19 Mai 2013 - 14:59

La demoiselle s’était présentée sous un sobriquet des plus original : Aojikawamanashi. En bon esprit follet, Yoru se moqua intérieurement de ce prénom. Quels parents pouvaient bien donner un nom aussi alambiqué à son enfant ? N’avaient-ils pas songé aux conséquences que pouvait représenter ce choix ? Il n’y avait bien que les Kaguya pour faire ça… Outre cet détail qui ne regarde que les parents de la Kaguya, il semblait qu’elle connaissait le Lutin Bleu. Une chose était sûre : cela ne faisait pas longtemps qu’elle était à Kiri, mais elle avait déjà rencontré du beau monde ! Et pas n’importe qui : le Nidaime Mizukage, Lutin prétendument noble. Pour le Sandaime, ce n’était pas étonnant que Shinichi lui ait fait la remarque par rapport à son prénom : il incarnait, malgré sa prétendue noblesse, tout l’esprit taquin qu’un lutin pouvait posséder.

Allumant alors une cigarette, le troubadour en carton fit l’impasse sur l’identité d’Aojikawamanashi, se retint de la vanner. Ce n’était ni le lieu, ni l’endroit. Au lieu de ça, après avoir tiré une latte sur sa cibiche, il se contenta de répondre à sa myriade de questions, digne d’une journaliste.

✗ Oula ! Parler de deux personnes, c’est déjà trop. Tu flattes mon colocataire mental, j’ai envie de dire ! Tout d’abord, sache que je dois mon surnom de Lutin Fou au fait que … qu’il arrive que par moments, une partie de moi s’empare de mon corps, et fasse de moi un guerrier fou et avide de sang.
Pas de doute, pour rassurer les gens, le Mizukage était un pro. Quoi de mieux pour marquer cette première rencontre que de lui envoyer à la face tout le potentiel psychopathe dont pouvait disposer le jeune homme ? Avec cette première approche, il était évident que l’image enfantine que se faisait Aojikawamanashi de son supérieur risquait fort d’évoluer. Il fallait donc rectifier le tir, au plus vite.
✗ Mais ne t’en fais pas, lorsque j’étais Régent de Kiri, j’ai appris à dominer mes démons intérieurs. Aujourd’hui, j’ai appris néanmoins que je disposais d’un pouvoir spécial autre que la vapeur. Cette même Folie qui partageait mon esprit avec ma conscience rassemblait du chakra de foudre et de vent pour constituer un chakra de type Son : l’Onkyôton. En somme, jusqu’à présent, je savais pas que j’abritai en moi une véritable bombe à retardement. Mais depuis, j’ai repris le contrôle de cette réserve de chakra clandestine, et j’ai même chipé quelques techniques à ma Folie.
Quoi de mieux qu’une démonstration pour répondre aux questions d’Aojikawamanashi ? Le jeune homme demanda alors à la Kaguya de s’écarter, par précaution, sélectionna un tronc d’arbre au diamètre suffisant, et se lança. Il condensa alors son chakra de type sonique autour de son poing. Suite à ça, le boutefeu du frimas poursuivit en faisant vibrer ce chakra, sa dextre suivant de même. Il en résulta un membre aux allures de tronçonneuse, et dont le bruit qu’il provoquait évoquait le bourdonnement de tout un essaim de frelons. L’éborgné au regard céruléen aurait très bien pu nommer cette technique le Hyakuhachi, à l’image du Chidori, toutefois il préféra rester dans une optique plus guerrière, et décida de nommer son attaque :
✗ Noizu Senshi !
Littéralement le Bruit Guerrier. La technique portait bien son nom : un fracas orageux éclata dès lors que le poing du belliqueux explosa de l’intérieur l’arbre. L’écorce fut réduite en miettes, tandis que le cœur de la structure solide en lignine fut détruire avec une grande facilité. Le tronc supérieur chuta dès lors, dans une partie de dominos à échelle titanesque. Annulant alors son jutsu sonique, le Tsar du Frimas se tourna vers la Kaguya, et lui sourit légèrement.
✗ Quand j’fais pas des comptines pour les gosses, ça donne ça. Et pour le duo, c’est une idée, mais je doute que ça plaise à tout le monde. Mais bon… j’suis sûr que ça peut avoir du succès auprès des poivrots de mon quartier ! D'autres questions sinon la journaliste en herbe ?
Effectivement, quand le Ryûzoji s’abstenait de faire du Henri Dès, ça allait tout de suite beaucoup mieux. Il restait à présent une ultime étape aux yeux du Cyclope : apprendre ses propres jutsus Onkyôton. En effet, le Noizu Senshi, comme toutes ses autres techniques de son, étaient l’œuvre de sa Démence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyDim 19 Mai 2013 - 21:29


Colocataire mental ?... Deux pour le prix d’un, il me parlait de subconscient, si on pouvait cela comme ça, le même qui avait développé dans son dos son propre fonctionnement offensif, c’était tout bonnement impressionnant, mais aussi très compliqué, trop pour un cerveau un peu simpliste comme le mien. Voilà surement pourquoi un schéma simple se faisait dans ma tête, Yoru et le lutin fou étaient pour moi la même personne, ainsi que deux différentes à la fois… Ce mal de crâne, quoi que non, c’était assez compréhensif en le voyant sous aspect. Quand l’ancien régent aujourd’hui Kage se maitrisait, il était le Yoru qui là tout suite expliquer sa situation, quand cette grosse voix grossière raisonnait, c’était l’ombre du lutin fou qui hurlait sa présence dans ce monde. Un sourcil relevé je contemplais sa démonstration tout bonnement impressionnante, si j’avais bien compris, ce puissant jutsu était le fruit d’une folie qui se plaisait à s’exprimer par le biais de technique de son redoutable.

Jalousie, c’était mon premier sentiment avant l’admiration, car oui chiper quelques techniques redoutables dans sa folie, ça avait un don de tueur sorti comme ça. Au fond, même si je me doutais du fardeau que cela pouvait être, il y avait en son dos le plus fidèle des alliés, un double pas du tout identique sachant lui faire de beaux cadeaux. Bon bien sûr, moi je n’y voyais que l’aspect du combattant, le culte de la machine à tuer chez moi était plus qu’établie, difficile ainsi de voir d’un mauvais œil ce fameux colocataire… Quant à mon statut de journaliste en herbe fraichement donné, ça avait le don e me faire sourire, c’était définitif, un type bien ce Mizu, comme Shinichi avant lui sa tête me revenait bien et cela assez rapidement.

=| -Journaliste ?!!! Arf quelle horreur, écrire et mettre en page, tout ce que je déteste ! En même temps fouiner partout ça pourrait me plaire… Faut que je me presse de trouver des larbins pour faire le sale travail, car tu vois dans ma tête, il n’y a pas un cerveau assez intelligent, bien qu’il soit tordu, pour m’offrir un colocataire qui prendrait note ! Tu es chanceux en un sens, comme quoi il y a toujours du bon dans le mauvais.

Blague à part, l’idée saugrenue de faire une gazette aojienne blindée de connerie m’avait effleuré l’esprit, en première page et dans les titres : Les lutins fous fous, les longues oreilles sont à l’honneur. En vedette l’interview du Mizukage qui chante en duo dans sa folie des comptines saccagées, son partenaire les rendant moins « cul cul » en les agrémentant notamment de « CONASSE », qui semble penser que son public se verrait concentrer en poivrots. Pour l’avoir entendu, je pense qu’il aurait vite un succès auprès de la jeunesse de Kiri… En second plan et oui il allait particulièrement me sacquer en voyant ça, Shinichi, le faux noble, radin, tricheur, mais tellement attachant, le gendre parfait, dommage qu’il soit gay… Oui oui ! Faites vos deuils mamies ! En tant que disciple je vous l'affirme pas une fois je l'ai vu reluquer une fille ou autre... Alors qu'il passe sa vie avec Katsuo, pseudo homme de main... Main... homme de mains... stop... C’était là où ma parenthèse se stoppait, pour cause, un délire de plus et je fendais en deux de rire comme une idiote… D’ailleurs en parlant d’idioties, il me semblait que j’avais pensé les trois quarts à haute voix ! Vite, vite ! Rattrapons le coup…

=| -Évites de me donner de mauvaises idées… Sinon, dis-moi, tu dis que tu chipes ses techniques, donc elles sont quasiment innées pour toi ? Pourquoi tu perds ton temps à tenter de le maîtriser, alors que tu pourrais simplement le laisser faire non ? Si son panel est aussi compétent que ta démonstration, je ne vois pas pourquoi tu daignes te prendre la tête, au fond, ce panel est aussi le tient, puisqu’il est une partie de toi, du moins en tant que colocataire il doit payer un loyer non ?!

Je me doutais bien que les choses ne pouvaient pas être aussi simples que cela…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyMar 21 Mai 2013 - 19:17

Dorénavant, le jeune Mizukage s’était présenté de long en large à la Kaguya. Il avait dépeint de façon très schématique les mécanismes scindant sa psyché en deux entités : d’une part sa conscience, qui conversait aux côtés d’Aojikawamanashi, et d’autre part sa Démence, qui sommeillait dans les abysses les plus corrompues de ses méandres. En plus d’avoir très certainement embrouillé l’esprit de la demoiselle à la crinière diaphane de part cette distinction difficile à admettre la première fois, Yoru avait involontairement et très probablement inséré une forme d’anxiété en elle. Lui qui auparavant avait tout fait pour dissiper la peur en elle revenait davantage à la charge. Tant pis. Au vu de son sourire et de son air intéressé, elle restait plutôt insensible à la dimension atroce qui habitait l’âme du Sandaime Mizukage.

Et encore et toujours, elle évoqua la facette obscure du Borgne avait humour et légèreté. C’était agréable en un sens, cela changeait des médecins qui entouraient de temps à autre le lutin fou et lui faisaient comprendre à l’excès qu’il n’allait pas bien dans sa tête, même s’il en avait l’impression. Mais de l’autre, il y avait comme une part trop excessive de naïveté dans les propos de cette Aojikawamanashi aux yeux de l’oblat éborgné : elle riait mais ne voyait pas auparavant l’ampleur des propos de son allocutaire. Il fallait faire état d’une démonstration. Mais avant cela, il tint au préalable à répondre à ses palabres.

✗ Puisque cette Folie est issue de moi, elle est par conséquent innée. Nous partageons tout deux le même corps. Ma Folie, en ayant créé ses propres techniques, a donc sculpté mon corps pour qu’il soit en mesure de supporter et générer ses jutsus. De fait, il me suffit de prendre connaissance des jutsus que possède ma Démence pour m’en servir à mon tour.
Puis, voyant que la manipulatrice d’os était avide de réponses, et que la démonstration pratique qu’avait réalisé le Mizukage ne semblait pas lui suffire, le Cyclope en question réitéra l’expérience. Cette fois-ci, pas d’arbre innocent en guise de cobaye, afin de déployer le potentiel des techniques offensives du répertoire Onkyôton de sa Folie. Il fallait quelque chose de plus frappant, de plus vicieux, sans pour autant mettre l’accent sur la douleur. Aojikawamanashi serait la cobaye. Chargeant du chakra dans sa dextre droite, le Ryûzoji se rapprocha de l’albescente, et apposa sa paume sur son front. D’un ton calme, il annonça :
✗ Ressens ma douleur. Hakkyô no Shûwai.
Tout comme la dernière fois aux côtés de Jisetsu Xaldin, le Lutin Ambré, Yoru délivra son illusion fétiche et emblématique sur la Kaguya. Il avait ainsi atténué l’effet douloureux de la technique, visant à aliéner et tétaniser l’ennemi sur place, pour accentuer l’effet sensitif. Chaque neurone sensoriel de la demoiselle devait s’imprégner de cet océan de souffrance psychique, de cet arc-en-ciel psychédélique de névrose qui subsistait dans l’âme corrompue du guerrier. Ainsi, sons et voix se voyaient modifiées, altérées, amplifiées, atténuées. Chaque couleur, image, se déformaient, se déchiraient, grandissaient. Chaque autre sensation était remplacée, relativisée, le tout à un rythme aléatoire, aussi lent et insoutenable que rapide et insupportable. C’était ça, la vraie Folie de Yoru. Un monde atroce, sans repères, sans images pour guider l’esprit, sans aide pour vivre dans la sérénité. Une trentaine de secondes plus tard, l’Illusionniste annula son Genjutsu, retirant sa main du front de l’innocente. La démonstration était terminée.
✗ Voilà ma Folie sous son vrai jour. Voilà ce que je ressens lorsqu’elle m’envahit. Et voilà pourquoi je me dois de lutter contre elle, afin qu’elle ne prenne pas le dessus sur moi. Cette Folie ne me doit rien, et je ne lui dois rien en retour. Pourtant, elle m’a permis malgré tout de me surpasser, d’apprendre à devenir plus fort. Néanmoins, pour autant, elle est capable de venir, et de repartir aussitôt : il fut un temps où ma volonté n’avait aucune emprise sur elle. Autrement… je vois que ma Folie semble t’intéresser à un plus haut point, je me trompe ? Qu’est-ce qui te fascine tant sur cette facette de mon esprit ?
Le guerrier ostrogoth était lui aussi curieux. Après tout, nombreux étaient ceux qui s’approchaient de Yoru par rapport à sa Folie. Mais de cela, beaucoup voyaient le blondin comme une bête de foire, le considéraient stupidement comme un schizophrène, un bipolaire. D’autres encore le voyaient comme un animal, incapable de se dresser lui-même. En voyant l’intérêt que lui accordait la Kaguya, il se sentait valorisé : sans pour autant être vu à sa juste valeur, il était content que quelqu’un change sa façon d’estimer sa Démence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptySam 25 Mai 2013 - 17:53


Un petit bonus en plus ? Visiblement oui, mais là pas de casse, pas de grand geste, jusque sa peau rejoignant la mienne de paume à front pour un accès direct à son monde. Une fraction de seconde et la folie enlaçait mon âme, du moins, une pâle copie de cette dernière illusoire, mais paraissant si réelle, le monde avait changé de dimension, c’était lugubre et joyeux, un grand n’importe quoi dans un néant très construit, étrange comme description n’est-ce pas ? Les sens, les sons et le reste, plus rien n’avait d’importance tant c’était désordonné. Je savais ne pas avoir bougé d’un poil, mais pourtant j’avais une impression de perte d’équilibre, comme si tout refuser de s’arrêter de bouger, fallait-il donc lutter dans sa volonté et ses sens pour ne pas bouger par réflexe. Vulgairement dit, le pied intégral, un véritable parc d’attractions de l’esprit qui était défié à l’extrême sans grandes chances de gagner, voire aucunes. C’était avec un certain masochisme que j’accueillais le jutsu dont j’étais victime, imaginer faire face à ce monde sans queue ni tête, quelle réalité après ça pouvait-elle vous déstabiliser, vous effrayez ?

Ma foi, j’étais chanceuse aussi au fond, car sans pareil esprit tordu la panique aurait eu raison sur moi au-delà de l’adoration du moment trop court malheureusement, je me doutais bien qu’il avait dû le doser avec justesse et douceur. Quand je me risquais à bouger ma main face à mon minois tout redevenait normal et le son de sa voix confirmait la fin du jeu face à des interrogations justifiées. Ce qui m’intéressait ? Il venait le dire lui-même, elle avait fait se surpasser, obliger à se dominer lui-même pour la dominer elle et à chaque fois elle repoussait la limite pour que jamais il ne se repose sur ses lauriers. Aussi surprenant que cela pouvait paraître, j’étais jalouse, terriblement même. Peut-être que me risquait dans la franchise me donnerait un autre aspect de folie que la sienne, mais qu’importe, les fous ne se jugent pas entre eux surement…

=| -Tu viens de le dire toi-même, ton fardeau, cette folie te pousse dans ta réussite personnelle en te narguant de ta faiblesse face à elle. On ne peut rêver meilleur rival, meilleure motivation, c’est mieux encore qu’un combat à mort, c’est un combat à vie où le perdant est la marionnette de l’autre, idée totalement insupportable. Le mental se doit d’être d’acier et c’est là une perfection dont un shinobi rêve non? Au fond elle ne te laissera jamais le choix du repos, tu seras vainqueur toute ta vie ou le perdant lui appartenant, qui après elle saura t’atteindre ? Elle t’offre un entrainement inégalable, impossible à recopier, comment ne pas s'y intéresser.

Le rictus sur mes lèvres trahissait surement l’admiration pour sa situation, se trouvait-il à envier ? Surement pas, mais il avait tort car pourtant là tout de suite il était et non pas parce qu’il était le plus puissant shinobi de Kiri, en toute franchise, je n’en avais rien à cirer, sans la découverte de cette facette ombreuse, probablement mon image de lui serait restée pompeuse. Mais, les choses avaient voulu être différentes, je ne croyais pas que les choses arrivaient par hasard tout avait un but et tout était plus ou moins provoqué, était-ce là alors une leçon? Les papillons attiraient par la lumières finissent souvent brûler avant la fin de leur existence, triste quand on a qu'un jour à vivre... Mais en même temps, à quoi bon vivre un jour entier qui n'apporte rien au final ? Pour moi, mieux valait vivre tourmenter et activement, que sereinement et inutilement, j'étais de ceux qui aimaient finir dans la léchouille des flammes, sacrément idiote surement.

=| -Dis-moi, j’ai quelques autres questions aussi, elle est innée cette folie tu dis, mais alors elle a toujours été là à te hanter ou un beau jour elle est venue te tourmentée ?

Comprendre pour mieux apprendre, la base non ? Cette obsession pour l’amélioration était surement mauvaise elle aussi, mais c’était ainsi que j’étais faite et comme je dis souvent, on ne se refait pas. Tout n‘est au fond qu’une question de point de vue, le mien était farfelu donc de circonstance non ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyLun 3 Juin 2013 - 19:14

Le pseudo-musicien s'était arrêté de composer. Il était lassé de ses échecs, et voyait à quel point l'application hors combat de sa nouvelle affinité était futile, oisive. Ainsi, dès lors qu'il cessa faire usage de son Onkyôton, sa Folie cessa de faire irruption dans la conversation. Face à ce constat, le Lutin Cyclope était ravi. Il n'aurait pas supporté davantage la présence parasitaire de son "locataire" comme l'aurait dit Aojikawamanashi. Dorénavant, la rencontre avec la jeune Kaguya prenait une tournure plus intéressante que cette séance d'insultes aléatoires. Une sorte d'interview, avec la manieuse d'os comme journaliste, et le Mizukage comme interviewé. Le thème de cette entrevue paraissait pour le moins original : la Démence du Lutin Psychasthénique. C'était la première fois que le blondin rencontrait une demoiselle autant intéressé à ce sujet. D'habitude, les gens craignaient la Folie du Tsar de la Brume. C'était un tabou, une erreur de la nature, un facteur de cauchemars chez les plus jeunes. Mais là, la Kaguya ne craignait pas le moins du monde cette sombre facette du Mizukage. Au contraire, elle paraissait fascinée, et ne cessait d'interroger le possesseur de cette tare à ce sujet.

Sans pour autant être flatté de cet engouement pour cette psychose occulte, Yoru sourit de gêne. L'intérêt d'Aojikawamanashi devenait presque déstabilisant. Néanmoins le Mizukage désirait répondre aux interrogations de la demoiselle à la toison d'albe. Il y avait comme une sorte de confidence, à travers cette discussion, qui permettait de libérer le boutefeu de certains doutes. Il se prêta ainsi volontiers au jeu, au bout du compte. Ainsi, lorsque la demoiselle lui évoqua l'intérêt de sa folie, il lui sourit en retour. Elle semblait parfaitement avoir compris son autre point de vue, l'aspect positif de cette folie incurable. Si la Démence était une faiblesse, une limite de l'esprit, alors il suffisait de la pallier, de la dompter. Yoru avait appris et retenu que l'homme était incapable de dépasser ses limites. Il n'avait rien, tant sur le plan physique que mental, d'un dieu. En revanche, il avait une volonté, un esprit combattif propre au genre humain. Un dieu se sent immortel, tout-puissant : il n'éprouve pas le désir de se surpasser. Il ne fait que contempler. L'homme lui aspire toujours depuis la nuit des temps à se dépasser. C'est pour ça qu'il dispose de la capacité de produire le miracle de repousser le plus loin possible ses limites. Il en allait de même pour le Ryûzoji. Durant ces années passées à Kiri, il avait appris à puiser à la racine de sa volonté, pour repousser sa folie, au point d'être capable de l'apprivoiser, et de faire de cette tare une arme de guerre.

Les racines, les origines… Aoji avait le don de remonter en arrière par ses questions. Elle avait demandé gentiment au Mizukage d'évoquer le pire moment de sa vie. La descente aux enfers. La chute de Yûna, et la montée en flèche de sa névrose. En temps normal, Yoru aurait eu du mal à répondre à cette question. Non pas qu'il ne sache pas quoi répondre, bien au contraire. Seulement… il était difficile pour lui de conter la mort de l'Aoyama, de décrire ce brutal changement d'état, d'évoquer la naissance de ces puissantes pulsions qui bourdonnaient dans la psyché de l'innocent Kirijin qu'il incarnait autrefois. Or, dans le cas d'Aojikawamanashi, cette dernière paraissait compréhensive. Elle ne craignait rien, et au contraire, admirait l'aspect psychotique de son supérieur militaire. Elle méritait de ce fait d'en savoir plus. Après un silence qui parut plus long qu'en vrai, Yoru tâcha alors de répondre à son allocutrice.

✗ Ma Folie est, comme tu l'as dit innée. Cependant, elle est innée car elle fait partie intégrante de moi. Cependant, elle ne me suit pas depuis ma naissance. Son apparition date de la première bataille sur Hai no kuni, lorsque Makka était parvenue à tuer le Shodaime Mizukage. Je n'étais qu'un Genin, et à cette époque, je vivais en couple avec une autre Genin, Aoyama Yûna. Malheureusement, alors que nous avions pour but de repousser des Nukenins, un groupe de Konohajins nous a croisé, et l'un d'entre eux a pris pour cible Yûna. Elle a alors été emportée au fond d'une crevasse. Je pense qu'elle a été tuée sur le coup. Quoiqu'il en soit, le fait d'avoir été impuissant et spectateur devant sa mort a été l'élément déclencheur de ma folie. J'ai subi de plein fouet ma première crise de démence, et ce fut un Aburame qui en a fait les frais. C'est pendant ce même combat que j'ai perdu mon œil.
Machinalement, il se gratta le bandeau où abritait son absence de globe oculaire. Il laissa par la suite un nouveau silence, plus prolongé que le précédent, avant de reprendre, laissant un sourire sur ses lèvres.
✗ D'autres questions à propos de ma Folie ? Car si tu veux, on peut poursuivre l'interview autour d'une table, et de quoi grignoter. J'ai un p'tit creux, et une grande soif, pas toi ?
Car oui, après tout, cela faisait maintenant un petit moment que les deux Kirijins discutaient. Et la parlotte, ça donnait soif…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyMer 5 Juin 2013 - 6:59


Un blanc, idiote, trop tard je me rendais compte de l’erreur, j’avais posé la question de trop, ce n‘était pas ses dires suivant qui me dissuadaient de cette idée, néanmoins il répondait aussi douloureux parler du moment pouvait-il être. Je ne savais pas trop quoi penser alors j’écoutais juste, encore et encore buvant ses paroles comme si c’était l’histoire que je ne devais pas rater de ma vie. Curieuse sensation, plus tard vers la fin de ses mots, je comprenais que sans le savoir, il venait de me donner plusieurs leçons de vies, corriger plusieurs de mes erreurs que je m’apprêtais à faire. Sale histoire, curieux qui la partage si facilement, la dimension drôle et fascinante de notre rencontre se taisait pour laisser place au sentiment de compassion, c’était triste, tellement triste ce qu’il disait, mais en un autre sens, ça ne me donnait pas l’envie de le plaindre, non, mais plutôt l’admirer. Déjà genin il avait subi la trahison de cette chienne de Dame Bonheur, mais il y avait survécu, il s’était battu, il était revenu dans la course de la vie et il avait même très bien réussi cette dernière qu’elle voulait lui pourrir. Un battant, oui le mot probablement qui lui allait le mieux, mais le drame de l’histoire tout de même était que c’était là la source du mal que je lui jalousais. Et si cela ne c’était pas passé ainsi, sa vie serait-elle la même qu’aujourd’hui ?

L’amour est à double tranchant ce n’était pas nouveau, il lui avait fait pousser des ailes et pousser vers le fond, c’était classique, mais ce n’était pas sa moitié qui l’avait trahi, en un sens oui, mais en un autre non. C’était les circonstances, le pas de cul ou le destin. Par affection on fait beaucoup de choses et parfois très con, je restais perplexe, celui que j’aurais voulu être avait succombé à la bêtise et faiblesse la plus absolue pour moi, celle qu’était l’amour pour moi et c’était cette plaie qui l’avait formée avant de le faire renoncer à vouloir l’effleurer ?... Peut-être pas, je le regardais poser sa main sur son œil perdu en même temps que sa vie passée, aujourd’hui il avait cicatrisé, certes il le hantait, mais pouvait-il encore l’atteindre ? J’étais curieuse, comme le cache sur son œil, une autre femme était-elle venu couvrir l’horreur de ce moment pour qu’il l’oubli ? Quelle importance… ? Aucune… Non. Ça en avait beaucoup bien au contraire, était-il resté trop lâche pour défier à nouveau cette connasse de Vénus ? Ou bien à l’inverse, il était monté à l’Olympe lui volait une de ses filles et contente ou pas, elle la fermait et se plier à offrir enfin le repos réconfortant au guerrier… J’espérais vraiment que cela soit l’inverse, c’est-à-dire, ma dernière hypothèse, sinon, c’était trop triste, trop facile pour la fatalité, je voulais qu’il reste idéal, voilà pourquoi je ne demandais pas, c’était si incertain comme réponse, s’il répondait « non » à la question s’il y avait quelqu’un dans sa vie à nouveau, je crois bien que cela m’aurait fendu le cœur… Et je n’avais pas envie maintenant qu’il l’avait réchauffé, ce serait du gâchis.

Finalement, il n’y avait pas que sa folie de si attirante chez lui, il formait un tout avec un vécu et une façon d’être si propre à lui, qu’elle était inimitable à reproduire, juste bonne à prendre en exemple et en leçon de vie, il forçait admiration et respect, c’était un vrai Kage, ingagnable. Je souriais bêtement, je ne savais même pas pourquoi, tout comme lui, je ne disais rien un long moment me contentant simplement de la lecture de son œil restant, depuis les miens admiratifs, il y avait-il besoin de mots ? Je ne pense pas, les fous savent se comprendre entre eux et les yeux sont la porte de l’âme, ainsi avait-il su de ces dernières grandes ouvertes ce que la mienne venait de penser de lui, mais sa folie semblait s’être éteinte, comprendrait-il quand même ? Soudain j’étais heureuse, comme s’il avait donné les réponses à toutes mes questions, je me sentais moins idiote qu’il y a dix minutes, moins puéril, ce n’était peut-être qu’une illusion, mais qu’importe, ça me plaisait de le croire. Le Mizu était cool très cool, il venait peut-être même de détrôner mon dieu senseï dans l’échelon de mon estime. Pour suivre dans sa voie il proposait qu’on mange, mais quelle idée merveilleuse, à condition qu’il ne soit pas aussi radin qu’un autre lutin de ma connaissance… Moi qui avait toujours un petit creux, un estomac sur pattes, il ne pouvait pas mieux piocher comme loisir ! Quant à sa première question, plus question de remuer le couteau dans la plaie, ça non c’était terminé, je voulais garder cette chaleur, je voulais des moments joyeux en mémoire, pas soldait notre rencontre par de sombres pensées. Il fallait changer le sujet, mais que cela soit subtile.

=| - Super bonne idée ! Pour l’interview, je propose un nouveau sujet, le dernier acte de mon article, il me semble que toi et Shinichi vous vous connaissez bien. Je veux du dossier sur monsieur le noble et accessoirement des anecdotes drôles de ta vie, raconte-moi plein de moments marrants si tu veux bien.

Pire qu’une gosse… En même temps j’en suis une donc… ça passe ! Attention, c’était que je me prenais au jeu, il ne valait mieux pas m’encourager, tous ne le prenaient pas aussi bien que lui cette avalanche de questions insistantes et parfois indiscrètes, qu’importe aujourd’hui j’avais des oreilles attentives à mes attentes ! Yoru, un topo de ta vie entre deux bouchées et gorgée s’il te plait ! Soudain en route, un détail me revenait…

=| -C’est toi qui invites hein ?... Sinon je ne viens pas.

Non pas que je sois radine… enfin si… bordel, Shinichi déteignait vraiment trop sur moi… Puis je crois que je parle trop ou du moins pense trop fort… C’est embêtant. Mon tour d’être gênée, je souriais bêtement en me grattant le crâne, merde, pourquoi j’ai dit ça…








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyJeu 13 Juin 2013 - 13:54

L’interrogatoire étant mis en suspens par Yoru, ce dernier prit l’initiative de reporter dans un endroit plus convivial la discussion. Aojikawamanashi semblait entièrement d’accord, et suivit ainsi son Mizukage sur le chemin du retour. La demoiselle désirait désormais discuter du lien entre les deux Lutins Kage : Shinichi et Yoru. Il fallait avouer que les deux hommes se connaissaient depuis un bon bout de temps maintenant. Ils avaient plus ou moins empruntés des chemins semblables, bien qu’à l’origine différent. En effet, le Ryûzoji avait fait la connaissance de son homologue à oreilles pointues étant Genin. Kitase Shinichi était alors à cette époque déjà au rang de Jōnin. Mais à force de combattre, de faire des missions et de s’entrainer, parfois aux côtés du Lutin Bleu, le Ryûzoji parvint à rattraper son camarade, allant même jusqu’à le remplacer dans sa fonction de Kage. À ce moment-là, le Sabreur à la flamberge d’onde était mal en point, empoisonné suite à son retour du Grand Continent, dans une lutte particulière contre le village caché des Nuages. Incapable alors d’assurer son métier de Nidaime Mizukage, il fut ainsi remplacé par le discret membre du Misuto qu’était Yoru. Auparavant remplaçant en tant que Régent, aujourd’hui, Yoru n’est autre que le successeur de Shinichi en tant que Mizukage.

Il y avait donc tout un tas de choses à dire concernant le parcours des deux lutins, et si la discussion sur la folie avait plu à la Kaguya, le Lutin Fou était quasi-certain qu’il en allait de même pour cette conversation-ci. Néanmoins, voyant l’aspect juvénile de la manieuse d’os, Yoru dut mettre un frein à ses bonnes habitudes. Quand il partait boire un coup en ville avec quelqu’un, c’était généralement à la taverne de son quartier, ou dans un quelconque endroit avec de l’alcool et des poivrots. Avec une mineure à sa charge, le Sandaime Mizukage ne pouvait se permettre une telle erreur. Il en allait de l'intégrité d'Aojikamanashi, tout comme sa réputation. Un Kage qui invite une jeune kunoichi dans un bar, ça aurait été très mal vu de la part des citoyens de Kiri. Tant pis pour aujourd’hui : il fallait se contenter d’une terrasse de café !

Dans la foulée, la kunoichi questionna son supérieur, en pleine route. Les deux jeunes gens étaient revenus à Kiri, et la demoiselle désirait que Yoru s'occupe de payer. Face à cette demande, le Kobold Fou se mit à lui sourire, et rit un peu. Pas de doute, elle connaissait bien Shinichi, voire même un peu trop. Afin de lui répondre, il posa une main sur son épaule, et lui répondit d'un ton franc :

✗ Bien sûr que c'est moi qui paye ! C'est moi qui propose, donc je paie ! Et puis, je suis Sandaime Mizukage, j'vais pas faire payer une jeune kunoichi à ma place ! Je suis pas radin comme Shinichi, t'en fais pas.
Ça, c'était fait. Il fallait avouer par ailleurs que mis à part la chiantise de la fonction administrative de ce métier, le salaire n'était pas à remettre en question. Depuis son accès au pouvoir, Ryûzoji vivait aisément. Initialement dépendant de l'argent grâce à la fortune de son clan d'aristocrates, il était devenu un parvenu. Aiglon échappé du nid, il avait pris son envol, venant se poser à Kiri pour construire son propre nid, sa propre famille. À présent devenu aigle, il jouissait de sa propre fortune, acquise par un dur labeur constitué d'efforts, de sang et de sueur. Cet argent, il le méritait, et en était fier. Pourtant, malgré sa facilité de vie, il restait dans la modestie. Ainsi, il avait conservé depuis son arrivée à Kiri le même appartement, et se levait avec les mêmes habitudes qu'il y a cinq ans. Comme quoi, l'argent ne peut pas acheter les habitudes…

Une dizaine de minutes plus tard, le tandem de Kirijins arriva finalement à destination. Ils prirent place sur la terrasse d'un café, ayant une vue sur la plage du village caché de la Brume. Il n'y avait par chance pas grand monde autour d'eux. C'était tant mieux : parfois quelques civils venaient se joindre à la table du Mizukage pour le mitrailler de questions, le fusiller du regard, et le bombarder d'agacements. À l'abri des batailles, Aoji et Yoru prirent une boisson de leur choix, avec quelques gâteaux. Il ne restait plus qu'à ce que la journaliste en herbe reprenne l'interview là où elle s'était arrêtée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyVen 14 Juin 2013 - 8:58


Bon, il ne l’avait pas mal pris ! Heureusement ! Non même, je croyais bien que cela l’avait amusé, le principal restait que cela soit lui qui invitait, mais en y réfléchissant un peu, c’était évident qu’il n’allait pas faire payer sa sous-fifre ! Mais  bon, passons, bien que j’approuvais le côté radin de mon senseï, ah bah y avait pas que moi qui le pensais ! Le choix de notre Kage s’était porté sur un café avec vu sur l’océan, un petit coin tranquille à cette heure, tant mieux, parce que le premier qui serait venu nous dérangeait aurait été reçu. Non, non, ma nature d’âme n’était pas amicale, il ne fallait pas croire, en plus, j’étais terriblement lunatique donc ! Enfin, là encore, aucune importance, ma tasse de chocolat chaud commandée, je pouvais reprendre ma batterie de questions avant qu’il ne change d’avis, la question était alors par où commencer ? J’avais décortiqué sa folie, trouvée son origine dans le passé de ce dernier, vu de près son Onkyōton, ainsi que son talent pour le genjutsu, voire même quelques facettes de  sa personnalité. Bon sang, on dirait vraiment que je faisais une vraie enquête sur sa personne, avec ça, si j’avais eu des talents pour l’écriture, j’aurais presque pu sortir sa biographie. Mais non, de toutes s’il y avait bien une qualité que je en possédais pas, c’était un côté studieux, bien au contraire, j’étais même une sacrée cancre… Ce qui m’amenait à ce point de conversation, un très intéressé il va de soi, peut-être, n’étais-je pas un cas perdu !


=| -Dis-moi Yoru ! Quand tu étais genin, tu as été talentueux tout de suite ? Ou il t’a fallu du temps pour devenir un bon shinobi hein ? Puis comment tu as fait pour découvrir dans quelle branche tu allais te spécialiser, c’est venu comme ça de façon innée comme pour le Onkyōton ou par hasard ou alors tu as vraiment ciblé des objectifs ?


Stop, stop, stop ! Aoji’ arête toi ! Oui, il fallait bien que je lute à ce moment-là pour stopper toutes mes interrogations et le laisser respirer. Bon sang, c’était à la limite de l’harcèlement, il fallait vraiment que j’arrête, mais c’était plus fort que moi, un vrai moulin à parole, je n’arrivais pas à m’arrêter, limite je ne le faisais même plus exprès…


=| -Comment tu fais pour rester calme et concentré ? Franchement, on doit vraiment s’ennuyer dans un bureau, la patience ça s’apprend tu crois ? Ah oui ! Puis comment tu faisais pour t’entrainer ? Je suppose que tu n’optes pas depuis toujours pour des comptines d’enfants !


Arf ! Le petit rappel était en trop je pense, pourtant mon sourire de carnassier refaisait surface, j’étais vraiment incorrible, ce jour-là, il aurait mérité une médaille pour m’avoir supporté. C’était assez étrange comme sensation, d’ordinaire je n’en avais rien à faire du comment les choses se passaient ou tout simplement je ne m’intéressais pas à la vie des autres, cela me semblait être autant d’informations inutiles à mon cerveau. Mais là, peut-être était-ce alors une perche de Dame Destin, car j’étais prête à noter chaque information qu’il me donnerait et cela dans un but évident : L’imiter ! Enfin à deux-trois détails près, parce que être kage ou gradée, ça c’est vraiment la corvée et je le plaignais pour cela vraiment …


L’espoir fait vivre et il n’est pas interdit de rêver non ? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyDim 23 Juin 2013 - 19:06


Installé sur la terrasse d'un café bien placé, la Kaguya et le Ryûzoji purent reprendre leur conversation précédente. Il fallait avouer que pour le Lutin Fou, cette discussion était assez particulière : jamais auparavant il ne s'était fait interviewé, et le fait de s'imaginer en situation réelle, avec des journalistes le mitraillant de questions l'intimidait, malgré son expérience de guerre. Toutefois, cette intimidation ne dépassait pas le cadre de l'imagination; Aoji' était une jeune fille dont la verve et le sourire avaient tout de rassurant. Il se sentait bien en discutant avec elle. C'est ainsi qu'autour d'une tasse de chocolat chaud et de café que les deux Kirijins poursuivirent leur conversation. La première série de questions que posa Aojikawamanashi eut pour réflexe de faire rire le blondin. Il fallait avouer que dans sa jeunesse, le Borgne ne brillait pas trop. Il était dans la norme, sans plus, et encore. À l'époque le Ryûzoji était bourré de lacunes, que pas même la guerre ne pouvait pallier par empirisme. Il dut attendre des années de missions et d'entrainements, espacés par des batailles, pour repousser ses limites et devenir ce qu'il était aujourd'hui : le Sandaime Mizukage de Kirigakure no Satô.
✗ Franchement ? Quand j'étais Genin, j'étais plutôt merdique, haha ! Disons que je me débrouillais, mais sans plus, je suis sûr que si tu m'affrontais à mon ancien niveau, tu aurais largement l'avantage. J'ai du du coup attendre des années avant de gagner en puissance, en m'entrainant, en apprenant de nouvelles techniques et en appliquant mes efforts et mes jutsus sur le champ de bataille. En ce qui concerne mes orientations, disons que le Ninjutsu était la façon la plus simple de prendre en main mon pouvoir héréditaire, le Futton. L'Art des Illusions a suivi lorsque j'ai du apprendre à vivre avec ma Folie. C'est un peu un moyen d'extérioriser ma folie, de m'en servir au combat comme d'une arme. J'ai également appris à accéder à une haute maitriser du Taijutsu pour pallier à mes défauts de Genin. En gros, chaque fois que j'ai eu une contrainte, je me suis automatiquement adapté en conséquence.
Suite à son long laïus, il but une petite gorgée de café bien frappé. La caféine lui faisait le plus grand bien, tout comme la nicotine. Cependant la première substance ne constituait pas autant une addiction pour le Ryûzoji que la seconde. Depuis qu'il était Chûnin, et Borgne, il s'était mis à la cigarette, alors qu'auparavant aux côtés de l'Aoyama il avait juré de ne jamais toucher à une clope de sa vie. Après une autre gorgée de café, il regarda à nouveau dans les yeux la Kaguya, et écouta sa nouvelle série de questions avant d'y répondre.
✗ Tu ne manques pas de questions, dis-moi ! Pour rester calme et concentré, j'ai plusieurs solutions. L'entrainement m'a permis de me forger un certain caractère, qui me permet dans la plus part des cas de rester concentré. Pour m'aider à rester concentré et détendu, il m'arrive de fumer, ou de boire du café comme maintenant, si ce n'est pas pour passer le temps. Je dois t'avouer que pour la seconde alternative, ça m'aide pas mal pour la paperasse au bureau. Estime toi heureuse d'être encore qu'une jeune kunoichi, parce qu'être Mizukage, c'est une vraie arnaque, regarde ce que ça a donné avec Shinichi ! Et en ce qui concerne mon entrainement… disons que je reste dans le basique. Je m'entraine normalement, à la seule différence que j'y mets autant d'acharnement et d'efforts que possible. Je suis un homme qui se donne à fond quand il désire quelque chose, et lorsque je m'entraine, je donne tout ce que je peux. De cette manière, je ne peux pas regretter de ne m'être donner à fond. Cela constitue un peu ma voie du ninja… le Shishi Hakutô. Au combat, c'est exactement pareil : j'essaie d'être sans pitié et de me battre au maximum.
Bien qu'il était devenu à présent un ninja à l'emploi temps partagé entre administration et suppression, le Lutin Pourpre conservait ses convictions personnelles, et notamment son Nindô qui lui tenait à cœur.
✗ À mon tour de te poser un peu quelques questions ! Après tout, si nous ne sommes pas dans une vraie interview, pourquoi ne pas inverser un peu les rôles ? Je voulais donc savoir, puisque tu m'as dit appartenir au clan Kaguya, si tu connaissais bien ton clan, et si, à tout hasard, tu ne connaissais pas une certaine Kaguya Shizao.
Ce prénom, Yoru ne l'avait pas entendu depuis longtemps. Il représentait la névrose, la nausée, et la perte du café pour lui. Cette fille qu'il avait rencontré était vraiment très étrange, et selon la réponse d'Aoji, il pourrait déterminer son statut au sein du clan, ainsi que la mentalité de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyLun 24 Juin 2013 - 18:20


Ah comme il était rassurant, lui aussi avait un passé de loque,  dans son niveau je veux dire, en clair, le temps et l’acharnement et les efforts avaient pallié à toutes ses lacunes. Tout ce que j’avais  à disposition, par contre, je le rejoignais sur un point, Kage, c’était une vraie arnaque… Et forcément ça me faisait rire.

=| -Ah ça tu n’avais pas besoin de me le dire, j’ai compris toute seule que les grades c’est de l’arnaque et ça plus ça monte, mais il faut bien qu’il y en ai un qui se fasse avoir, là ça été toi. Pas de chance !

Oui, ça c’était bien vrai, mais si ça pouvait le consoler…

=|- Dis-toi que le jour où tu en auras mare, tu fileras la place en la vendant avec charme comme un arracheur de dents, tel Shinichi. Kage c’est faire dans l’arnaque aussi non ?... En tout cas tu me rassures, j’ai une chance de prendre du niveau un jour, je prends note de ton enseignement d’aujourd’hui… Règle un : Ne jamais rien accepté de ce que tente de vous refiler Shinichi…

Blague à part, cette dernière remarque je la pensais ! En clair, je savais à quoi occuper mon temps, enfin, ça n’allait pas changer ma routine, j’étais donc sur la bonne voie, quant au café et la cigarette, ouais pourquoi pas, enfin, on allait commencer par le breuvage hein, je ne voulais pas m’étouffer avec de la fumée perso… Et pour ça, j’avais le test parfait, une tasse encore fumante devant moi, une qui très vite était réquisitionnée par mes soins… Oui ce n’était pas la mienne et alors, celle de mon Kage c’est pareil non ? Et très vite en avalant une gorgée, mon constat était évident…

=| -Arf ! Bordel ! C’est dégueulasse !

Limite, on pouvait s’estimer heureux que je n’aille pas recracher tout ça, non j’avalais tant que mal en reposant la tasse à sa place, l’entrainement pour boire cette chose allait être remis à plus tard !Un autre détail me frappait alors en pensant à l’option deux, les cigarettes…

=|-Bah, les cigarettes c’est trop cher, de l’argent disparu en fumée pour un peu de patience…  Ouais nan…

Bien sûr, je pensais à haute voix et ma phrase n’était pas destinée à mon interlocuteur, lui qui d’ailleurs me ramenait mon attention sur lui, ah on inversait les rôles ? Comment ça... ? Et là très vite un nom ressortait, encore elle ? Elle avait quoi de si spéciale celle-là au juste… ? Shinichi aussi m’avait posé la même question et non, je ne la connaissais pas, si n’était de nom, mais de ce que j’avais entendu, c’était pas plus mal…

=|-De mon clan, je ne connais si on peut dire hors ma proche famille que trois personnes…  Une miss parfaite, junin du nom de Rin, la larbine de Shinichi, elle me gave… Tetsuo que j’ai rapidement croisé et dont au final je ne sais rien… Et pour finir, Tenzö, que lui en revanche j’ai un malin plaisir à venir emmerder. Il  n’est pas difficile pour partir s’entrainer…  A savoir, que mes liens proches sont plus chez les Samui où accessoirement j’ai plus mes habitudes chez Rei, Anabi ou Yuki , logique… Donc oui le nom que tu me donnes  me dit quelque chose, comme Hojo ou Kairi, mais je ne les connais  que de nom ou de rumeurs, mais jamais je ne juge des personnes sans les avoir côtoyer, donc pour moi, ces informations ne comptent pas. Pourquoi, toi aussi tu veux m’en parler ? Shinichi m’a posé la même question et ma réponse l’avait quelque peu soulagé…

En y réfléchissant, ça me rappelait une histoire où elle avait sauté sur un lutin et plus ma réflexion se poussait et plus j’avais l’impression que sa victime n’était autre que Yoru…

=| -Bah ce n’est pas elle qui t’avait sauté dessus en vraie harpie… ? Quel succès Kage… Tu devrais te méfier de nos os mal placés !

Bon là mon faciès voulait tout dire, non je me moquais pas, je m’amusais, peut-être trop, je venais de rire là pour le coup.  Ah pour ça il avait un don je devais le reconnaître, je l’imaginais bien le pauvre supportant une énergumène de notre clan,  il fallait dire, que os cerveaux n’étaient pas très saint à nous non plus. Ah les fous appellent les fous vers eux il faut croire ! Pour le coup ma concentration volait en fumée elle aussi, j’étais pliée et pas prête de m’arrêter…

=| -Après ça, je pourrais comprendre si tu disais Samui à ma prochaine question. Alors après pareille expérience, lequel de nos deux clans préfères tu. Kaguya  ou Samui… ? Et toi, tu en connais beaucoup des Kaguya ?

Curieusement, ma préférence était qu’à moi porté sur mes rivaux, question de mentalités… Mais bon, ça, ça allait rester mon secret en bonne Kaguya bien fière ! Mine de rien, je reprenais ma place des interrogations et ça l’air de rien ! Journaliste une vocation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyMer 26 Juin 2013 - 20:47

Maintenant que les rôles étaient inversés, le Sandaime Mizukage espérait en apprendre davantage sur ce qu'il était advenu de Kaguya Shizao. Yoru n'était qu'un Chûnin avide de combat lorsqu'il avait fait la rencontre de cette étrange guerrière. Aujourd'hui, de l'eau avait coulé sous les ponts, et la curiosité du Lutin Pourpre avait poussé ce dernier à s'informer sur le devenir de la demoiselle. Mais avant ça, le Ryûzoji n'eut d'autres choix que d'être interpellé par la personnalité influençable de la manieuse d'os. L'esprit avare du Kitase exerçait une forte influence sur celui d'Aojikawamanashi, au point de formuler quelque maxime digne d'un harpagon. Elle allait même jusqu'à blâmer les cigarettes, sans y avoir touchées ! Il fallait avouer certes que ces cylindres de tabac et autres substances méconnues n'apportaient que peu de bienfaits pour le corps comparés à ses méfaits secondaires. Elle parlait argent avant intérêt, argent avant importance, bref, elle se shinichifiait.
✗ Pour les cigarettes, tu sais, je ne regarde pas trop le prix. Enfin si, ces cons au service du Seigneur de Mizu ont encore fait augmenter le prix du tabac, mais pour ça j'ai une astuce qui marche depuis au moins cinq ans. J'achète mes clopes à l'étranger ! À Kusa no kuni, ils te vendent un paquet cinq fois moins cher qu'ici. Autant te dire qu'être un ninja qui voyage, ça a bien plus d'avantages qu'on ne l'imagine.
Effectivement, le Sandaime Mizukage avait beaucoup voyagé, bien qu'il avait malgré tout une haine viscérale envers ses ennemis du Grand Continent. Ainsi, à Kusa, il avait au cours d'une mission de catégorie C fait la rencontre d'une kunoïchi indépendante du nom d'Ake. Cette nouvelle connaissance n'avait été que de courte durée; le Ryûzoji avait davantage le souvenir des jungles luxuriantes du pays de l'Herbe plutôt que de la Nukenin.

L'Alérion put alors apprendre suite à cette page économie que le carnet d'adresses de la kunoichi était restreint à sa famille proche. Elle ne connaissait de son clan que trois personnes : Kaguya Rin, une connaissance de Shinichi qui avait semé volontairement et professionnellement le zèle lors d'une fausse attaque sur Kiri, Kaguya Tetsuo, un ninja discret et enfin Tenzö, un homme qui n'avait pas fait bonne impression auprès de sa cousine. Pas de Shizao dans la liste; au contraire, Aojikawamanashi affirma qu'elle était plus proche des membres du clan Samui que des siens. Cette annonce choqua quelque peu le Mizukage. Depuis la fondation de Kiri, les deux clans entretenaient une haine comparable à celle entre Uchiha et Senju, sans pour autant tourner à la guerre civile. Ils s'opposaient, tant par leur manière d'être, leur politique, et leurs pouvoirs. Pourtant, ils faisaient partie du même village, et depuis six ans, le chérissaient tout aussi bien l'un que l'autre. La jeune kunoichi semblait plus regarder cet aspect ci que les hostilités claniques. Yoru en étouffa un sourire.
✗ Effectivement, j'ai connu cette Shizao, et Shinichi aussi, bien que je n'ai pas eu vent de leur relation. En ce qui me concerne, j'ai pas gardé un bon souvenir de cette fille. Elle a voulu m'embrasser, alors qu'elle tenait à peine debout, elle a squatté chez moi, bref… autant dire qu'elle a pas donné une image très appréciable de ta famille. Mais vu comment tu me sembles bien différente d'elle, je sais maintenant que mes doutes sur les Kaguya s'avéraient n'être qu'une mauvaise impression. Ma moitié n'aura plus à craindre autant tes cousines si elles s'approchent de moi ! Autrement, je crois que comme pour Shizao, elle les aurait désossées comme on enlève ses arêtes à un poisson.
Le Cyclope s'imaginait la scène, sans frémir, en bon commandant de la section d'interrogatoire et de torture du Misuto. Sa petite Yuka, éviscérant la chétive Shizao avec son sabre d'adamantine. Un crêpage de chignon à la sauce Kirijin, en somme. La Mitsuharu n'aurait fait qu'une bouchée de la Kaguya, d'une part via sa puissance naturelle, mais aussi grâce à sa rage catalysant sa force. S'abreuvant d'une énième gorgée de café léthéen, le Ryûzoji dissipa alors cette vision guerrière, revenant de plus près à la discussion entre lui et Aojikawamanashi. La consommatrice de chocolat chaud avait posé une question plutôt intéressante : entre Samui et Kaguya, quel clan Yoru préférait-il ? Lui qui était Mizukage, et devait rester impartial à ce sujet, que pensait-il réellement entre les guerriers aux os de combat et les détenteurs du Hyôton ?
✗ En tant que Mizukage, je ne dirais aucun des deux. Chaque clan a une valeur importante pour le village. Le clan Samui a toujours œuvré pour donner une bonne image du village aux citoyens de Mizu no kuni. C'est une famille de diplomates, d'orateurs qui a toujours su se faire apprécier par l'opinion publique. Quant aux Kaguya, malgré leurs idéaux radicaux, j'ai toujours félicité leur implication dans les conflits armés. Les Kaguya sont d'excellents soldats, qui n'hésitent pas à se mêler en première ligne. Maintenant, d'un point de vue personnel, bien que spontanément la réponse serait le Clan Samui, je préfère le Clan Kaguya. Depuis toujours le Clan Samui s'est enorgueilli de son prestige. Leurs réussites contre Sanbi, l'élection de Samui Mahan… pour un clan maniant la glace, ils n'ont pas su garder la tête froide. Quant aux Kaguya, ils sont toujours restés eux-même, et bien que dans l'ombre du Clan Samui, ils sont toujours restés fidèles au village. Et puis… j'ai toujours eu de l'admiration pour les tiens au combat !
Mieux encore, si Yoru aurait pu choisir le clan dans lequel il serait né, il aurait sans nul doute choisi le clan au Shikotsumyaku. Outre la perspective de pouvoir faire mu-muse, le Lutin Fou aurait été comblé face au fait de faire de son corps tout entier, des muscles à la charpente une véritable arme de guerre au service de sa volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyMer 26 Juin 2013 - 22:25


Sans le vouloir, sans le savoir même le lutin fou répondait à une question que je ne lui avais même pas posé, curieusement un sentiment soulagé parcourait mon être lorsqu’il évoquait une moitié, qui a en croire ces mots était possessive en plus d’être non pas sans ressources pour faire mal… Soudainement je pensais à ma Yuka et un sourire niais et tendre  se faisait, c’était vrai, cette description lui ressemblait bien et je ne doutais pas du fait qu’elle sache raser avec barbarie un clan tout entier de mes congénères dans un accès de colère… C’était là tout son charme, tout elle, tout ce que j’aimais cette nuance  tranchante d’un bout à l’autre, mêlant douceur et fureur effrayante…
Oh le fourbe ! Il distrayait mon âme de cette fonction première, l’analyse en ce moment même, celle en me faisant planer sur un petit nuage qui se trouvait réservé à la belle et seulement à mes moments avec elle.  Non je ne comptais pas le faire profiter davantage de mon humeur enchantée à l’extrême. Un de mes  sourcils se relevait, je reprenais un sérieux, difficile après avoir ris et écouter ce dernier avouer sans vergogne qu’il partait se servir chez les copains pour fuir les taxes de son pays… Mais quel exemple ! Curieusement au lieu de le blâmer j’admirais l’action, mon Mizu était malin et il connaissait bien Shinichi, donc ce n’était pas sa faute, tout s’expliquer rien qu’en sachant ça. Il lui avait appris à être aussi filou que lui voilà tout…

=| -Si tu connais Shinichi, tout s’explique ! Et oui, tu as raison, cet aspect de mon clan est le plus prenant,  je n’aime pas le côté pompeux des Samui, mais là encore, il ne faut pas généraliser. Puis la mentalité va souvent avec  l’éducation, heureusement que la vie la fait varier, voire changer avec le temps…

Euh… Mais pourquoi je parlais de ça moi… ?  Difficile à dire, peut-être que je n’aimais pas cet aspect de moule et étiquettes qui colle à la peau et comme on dit souvent, personne ne peut mieux juger que celui qui le vit de l’intérieur et question tête froide, chez moi aussi ça laissait à désirer. Curieusement ça m’amusait de comparer ces deux clans, car au final, ils étaient pareils… C’était marrant d’accueillir un avis extérieur, curieusement maintenant qu’il l’avait dit, je me rappelais de ce bon côté, moi qui avait tendance à blâmer mon clan. Étrangement, je le jugeais durement et sans fondement, juste parce que… Je ne sais pas en fait pourquoi… il avait fallu cette conversation pour que soudain le blason se redore dans mon cœur, tu étais magique Kage.

=| -Alors puisque tu l’aimes tant que ça, il faudra que je le montre de près un de ses quatre ! Mais avant laisse-moi prendre du niveau, sans quoi tu vas vite t’ennuyer ! Moi c’est ton passe-passe de tout à l’heure que j’admire, d’ailleurs… Comment tu fais tes genjutsu… ? Y a une astuce ?

Bah oui idiote, tu ouvres une pochette surprise et paf ! Genjutsu ajouté dans ton registre de compétences et voilà, je rigolais toute seule…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyJeu 27 Juin 2013 - 2:08

Aojikawamanashi avait le don de passer du coq à l'âne avec une facilité déconcertante. Tout à l'heure, elle rencontrait le Ryûzoji en le questionnant sur son passé, sa folie. À présent autour d'une table de café, ils discutaient de deux clans importants de Kiri : d'une part les ostrogoths du clan Kaguya, et d'autre part les orgueilleux junkers du clan Samui. Bien qu'initialement la demoiselle semblait avoir une préférence marquée pour le clan du feu Shodaime Mizukage, elle approuvait les arguments de son interlocuteur, visant à bonifier le Clan Kaguya par rapport au Clan Samui. La demoiselle ajouta également que l'éducation avait un rôle important dans la mentalité de l'individu, et que cette même éducation pouvait dévier un Kaguya ou Samui lambda de l'esprit du clan. À ce sujet, Yoru se sentait concerné : s'il avait suivi bêtement la philosophie de son clan, il serait resté au nord de Mizu no kuni, en tant qu'oisif aristocrate cloitré dans sa tour d'ivoire. Il n'aurait jamais éprouvé le besoin de vouloir faire son devoir à Kiri, ni de gagner en puissance pour aujourd'hui finir en tant que Sandaime Mizukage. Non, sa personnalité avait résisté à l'éducation de son clan, refusant de haïr l'ennemi pour se faire sa propre opinion. Ce refus, cette résistance, l'avait conduit à faire sa propre éducation, pour qu'il devienne un homme affranchi des contraintes de sa famille.
✗ J'approuve parfaitement. Si j'avais suivi comme un idiot l'enseignement des miens, au lieu d'écouter ma conscience, je serai pas ici à boire un café en bonne compagnie, mais plutôt à moisir sur une île de bourgeois sans intérêts.
Fidèle à elle-même, la jeune Kaguya repartit sur un autre sujet sans aucun rapport avec le précédent. Du Clan Kaguya, elle aborda le Genjutsu, et plus particulièrement le Hakkyô no Shûwai du Lutin Fou. Souriant de gêne, le shinobi finit sa tasse de café avant de répondre aux interrogations de la demoiselle.
✗ Tiens donc, tu t'intéresses au Genjutsu maintenant ? Haha, c'est original, une Kaguya qui s'intéresse à l'art des illusions ! Mais bref. Pour les illusions, le secret, c'est l'ingéniosité. Une technique lambda se base surtout sur sa puissance, sa capacité de destruction et d'infliger des dégâts à l'adversaire. Le Genjutsu, c'est la fourberie à l'état pur. Il faut savoir penser à la place de l'autre, savoir ce qui peut faire mal dans l'esprit de l'ennemi. Je dirai même que le Genjutsu est l'art de contourner les barrières physiques pour frapper au cœur de l'adversaire.
Histoire d'argumenter son idée, il choisit d'utiliser un de ses jutsus les plus basiques de Genjutsu : l'art de la télépathie. Malgré sa banalité, ce jutsu offrait une place de choix dans le panel de techniques du Sandaime Mizukage. Avec ce jutsu, Yoru facilitait la communication au sein de son équipe, et pouvait s'en servir pour relier ses clones et invocations à lui sans pour autant être à côté. Il pouvait donc avoir un accès direct aux informations observées par ses comparses sans devoir les rejoindre. Il n'avait qu'à penser, et sa seule force de pensée lui permettait de sonder le terrain. Sans trop forcer, il se concentra alors, et communiqua par la pensée avec la Kaguya.
✗ Avec un peu d'application, voilà ce que ça peut donner. La télépathie est une des utilisations pratiques du Genjutsu. Pour ça, pas de secrets : il suffit de concentrer son chakra dans son cerveau, et se concentrer sur la personne avec laquelle on désire communiquer. Ensuite, il n'y a plus qu'à penser, et le tour est joué. À ton tour, essaie pour voir, tu verras !
Afin qu'elle puisse s'exercer à la pratique de la technique de la télépathie, il annula alors sa propre technique, et observa attentivement la demoiselle. Si la Kaguya était douée, alors d'ici peu la conversation mentale pourrait se poursuivre. Dans le cas contraire, inutile pour le Lutin Psychasthénique d'aller plus loin dans l'apprentissage du Genjutsu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyJeu 27 Juin 2013 - 14:21


Ouh lala… Ca s’annonçait mal ce qu’il m’expliquait là… Concentration et cerveau dans la même phrase, je soufflais blasé, c’était mort pour moi. Pourtant la suite de ses dires avaient des arguments très tentant… Atteindre le cœur des gens pour les blesser était aussi attractif que planter mes os, imaginez les deux combinés ? J’étais aux anges, mais il fallait déchanter, car une évidence était… Comment y arrivait. Et tandis que je l’entendais dans ma tête comme-ci il y avait élu domicile, je me perdais à espérer avoir ce moment révélateur que sa folie avait su lui donner. Je voulais ce don, le même que lui, je voulais moi aussi m’immiscer dans un esprit sans forcément y être invitée, une façon mesquine et fourbe d’entrevoir le combat.  Face à son regard bleuté, je me perdais à fixer cette pupille, comme si le noir néant de cette dernière allait m’inspirer une solution miracle et ma tête soutenu par mes mains gardant mon menton, je faisais un vide pour ne rester concentré que là-dessus. Inévitablement le temps s’écoulait à quel rythme ? Je n’en avais aucune idée. Je savais seulement qu’avec patience mon mentor des illusions soudainement nommé attendait.

Curieusement si bien concentrée –pour une fois-, j’en oubliais le monde qui tournait autour et très vite une impression d’être seule dans le même endroit que lui me venait, un peu comme si après couru parmi une marée humaine je venais à peine de le trouver, mais comment savoir si ça marchait… ? Seulement en essayant bien sûr ! Et avec l’impression de n’avoir qu’une chance je me lançais avec non pas une anxiété palpable.

¤ - Et si ça marche tu m’en apprends d’autres… ?

Je grimaçais un sourcil relevait, pas même capable de dire par quel procédé je venais de passer… J’en étais presque sûre mes lèvres n’avaient pas bougé, je n’avais donc pas parlé, mais avais-je été entendu pour autant ? Dans un long soupir, je laissais ma tête s’écroulait sur la table sur mes bras croisés avant de fixer le serveur qui passait par là une glace sur son plateau ! Ah si Shinichi avait été là il m’en devrait une pour ce coup dur probablement et avec cette douce pensée un sourire perdu revenait tandis qu’en fixant l’homme au tablier je pensais plus fort qu’il ne le faudrait…

¤ -Ramène ta glace par ici toi !

Dans un sursaut il faisait tout tomber… Qu’est-ce qui lui prenait à ce bougre ? Le voilà qui tournoyait sur lui-même encerclé par des tables vides avant de détaler, un sourcil encore plus relevé je fixais alors mon mentor avec une interrogation coulant de sens pour moi…

¤ -Ça marche avec tout le monde ce truc ?!!

Mais oui, étais-je bête, avec des mots pour accompagner ma pensée cela aurait peut-être pu passer mieux, c’était que je prenais goût à ce petit jeu !

=| -Ahhh je ne sais pas comment tu fais !

Dixit la fille qui venait de le faire… C'était juste que j'en étais pas tout à fait sûre en fait... C’est beau d’être jeune et con au fond vous savez ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptySam 29 Juin 2013 - 0:08

Yoru était ravi à l'idée de pouvoir éventuellement enseigner sa technique de télépathie. Habituellement, il n'aimait pas ses secrets, surtout concernant son jutsu presque fétiche. Mais depuis qu'il avait rencontré la Kaguya, il n'avait cessé de se laisser disséquer sans anesthésie par la kunoichi; aussi, ce fut avec plaisir qu'il accepta d'aborder l'art des illusions à son interlocutrice. Le Lutin Fou savait pertinemment qu'il pouvait faire confiance à la Kaguya, qui n'attendait que les conseils de l'Illusionniste pour se perfectionner dans cet art. De fait, lorsqu'il lâcha toute emprise télépathique sur la manipulatrice de calcium, il sourit, certain qu'il entendrait tôt ou tard une voix dans son esprit. Ainsi, quelques minutes plus tard, le verdict tomba : le Sandaime Mizukage aurait pu miser gros, car il avait raison. Il avait eu raison de placer ses espoirs en Aojikawamanashi, qui s'en était sortie avec brio. Elle avait, de par son habilité à communiquer par la pensée, toutes les potentialités pour tendre vers une maîtrise incroyable du Genjutsu.
✗ Autant que tu veux, et surtout que tu le peux ! Certaines de mes techniques sont un peu voraces en chakra, et nécessitent un peu plus d'entrainement que le tour de passe-passe que je viens de t'apprendre, de par leur complexité, notamment.
Et il n'eut pas le temps de persévérer plus loin dans son explication que la demoiselle s'amusa avec son nouveau jutsu. Elle se plaisait à taquiner les passants en les dérangeant spirituellement, créant ainsi un effet de surprise plus qu'inattendu. Face aux réactions comiques du serveur, le Sandaime Mizukage ne put s'empêcher de rire, masquant malgré tout son ris derrière sa main. Habitué aux barbants entrainements avec le Lutin Aigri, il fallait avouer que cette initiation au Genjutsu sur une terrasse de café le dépaysait totalement. Raison de plus pour continuer plus loin dans la démonstration. Histoire de rester dans l'ambiance, ce fut tout en étant décontracté que le Ryûzoji poursuivit.
✗ Garçon, nous voudrions prendre commande à nouveau s'il vous plait !
En apparence, Yoru passait pour un civil lambda. La réalité était toute autre : le Mizukage avait activé l'une de ses illusions ! Et pas n'importe laquelle : la technique de l'Espace Inversé. Toutes les perceptions sensorielles de la cible, ici le malheureux serveur qui n'avait rien demandé, se voyait ainsi inversée. Conséquence de cette pernicieuse illusion, au lieu d'aller vers la droite prendre la commande du tandem de Kirijins, l'employé du restaurant fut contraint par le Genjutsu à aller droit contre un mur, renversant dans la foulée son plateau. La balle était au centre dans la joute cérébrale opposant l'élève Kaguya au maître Ryûzoji.
✗ Cette gaffe aux allures d'accident que tu viens de voir, c'est tout sauf un accident. Il s'agit de l'oeuvre de l'une de mes techniques : le Gyaku Kûkan. Pour faire simple, elle inverse toutes les perceptions de l'esprit : la gauche devient la droite, le haut le bas etc. Cette fois-ci, tu t'en doutes, c'est un peu beaucoup plus complexe que la télépathie. Pour commencer, essayer de te représenter tout les paramètres à prendre en compte pour ce jutsu. Ne vois pas ça comme un problème mathématique, mais plutôt comme un jeu, avec ses propres règles, si ça peut t'aider.
Pendant qu'Aojikawamanashi s’exerçait au premier exercice imposé par Yoru, le Lutin en question observa à nouveau le serveur, qui avait le visage tout rouge. Encore confus, il avait dorénavant du mal à se déplacer du fait de l'illusion encore active du Mizukage. Ce fut donc seulement au bout de quelques gamelles incontrôlées que le Borgne de Kiri vint rompre la technique, s'étant bien amusé à s'acharner sur cet innocent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyLun 1 Juil 2013 - 23:34



Si tous l’entrainement pouvaient être comme ça, difficile de ne pas rire face à la démonstration de mon mentor, pauvre serveur martyrisé, mais bon c’était pour la bonne cause, enfin c’était surtout pour la mienne en fait. Si Yoru lui cachait son rire, c’était en revanche loin d’être mon cas, non, non, très clairement je n’en pouvais plus de rire sur ma table, le genjutsu avait des aspects de plus en plus plaisants. Autant dire qu’il était en passe de devenir mon préféré dans mes spécialités et pour cause, j’étais une vraie peste, donc oui forcément, sa démonstration ne m’inspirait qu’une chose : L’envie de faire de même !

Tandis que notre victime se remettait de ses émotions, il s’était fait rejoindre de sa consœur venu en renfort, tant mieux, car le premier s’était alors assis refusant de bouger un long moment, voilà qui ne facilitait pas mon entrainement. Tant pis je changeais de cible, mais il ne fallait pas croire pour autant que la première serait sauvée ! Moi aussi je voulais le rendre chèvre ! En gros, de la même façon qu’avec la télépathie si j’avais bien compris, je devais m’immiscer dans la tête de ma victime, mais cette fois pas pour lui transmettre ma pensée, mais plutôt pour erroné ses signaux sur les sens.  En gros la convaincre que la droite est  la gauche, ainsi de suite, une sorte d’emprise sur le subconscient comme il l’avait fait avec son illusion au temple. Seulement, la théorie c’est beau, mais la pratique c’était largement plus compliqué… J’avais beau la fixer et y appliquer toute la volonté du monde elle ne semblait pas du tout troublé bien qu’à plusieurs reprises elle s’arrêtait pour secouer la tête avant de reprendre.

Peut-être que je m’y prenais mal, ou alors la bougre était tenace, c’était donc ainsi que je changeais de cible pour revenir au serveur, car après tout, avec lui ça avait bien marché pour Yoru, de plus visiblement il se sentait remis de ses émotions.  Et d’un sourire mesquin je savourais déjà notre petit jeu et c’était probablement parce que je m’amusais que ça venait tout seul, j’inclinais ma tête sur un côté dans un réflexe, bizarrement je me sentais mieux concentré et tandis qu’il marchait vers le bar, je me prêtais à imaginer qu’en fait il fonçait sur la table à sa droite. L’effet fut immédiat, il se stoppait net en sursautant, bon ça m’avait fait rire et j’avais lâché ma concentration, probablement pour ça qu’il repartait en se tenant au bar pour le longer. Évidence, je n’étais pas aussi douée que Yoru, mais je n’allais pas manquer de m’exercer à ce jeu c’était certain, d’ailleurs ! En parlant d’évidence, la serveuse s’approchait gênée pour prendre notre commande espérant ainsi gommer les frasques de son confrère, à elle, je lui devais la revanche ! Elle avait résisté au premier round, en serait-il de même au second ?

Faut croire que non, car tandis que je lui offrais toute mon attention, elle était tournée vers le vide parlant au porte manteau pour prendre notre commande, bon la scène était si drôle que là encore, je perdais sérieux et concentration en me mettant à rire, ce qui avait pour effet de la faire sursauter devant son interlocuteur en bois… Rouge pivoine, elle se retournait vers nous pour s’excuser avant de proposer que la maison nous offre la consommation, elle disait même qu’aujourd’hui il se passait des choses étranges, ce à quoi je répondais....

=| -C’est peut-être une fuite de gaz…

Sourire de carnassier, je m’amusais comme une gosse, bah non, j’en étais une en fait. Et le genjutsu était plus un jeu qu’autre chose et j’étais très joueuse !

¤ - C’est cool le genjutsu ! Je n’ai pas fini de martyriser tout Kiri dans mes entrainements ! Tu t’entraines toujours comme ça d’ailleurs toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyLun 5 Aoû 2013 - 23:57

Après l'interview, les deux jeunes gens s’adonnaient à une satanique plaisanterie. Complotant en dialoguant par télépathie, le Lutin Fou et la petite Kaguya expérimentaient tout deux les joies du Genjutsu sur quelques pauvres cobayes, qui se pliaient littéralement en quatre pour leur faire plaisir. Tout avait commencé sur une discussion à propos de l'art des illusions, et de la théorie, le tandem à la table d'un café était passé à la pratique. Après avoir avec succès appris la technique de télépathie, propre au Sandaime Mizukage, la petite Aojikawamanashi fut initiée à la technique de l'Espace Inversé. Pour apprendre une telle technique, Yoru était passé sous une forme inédite, plus ludique qu'habituellement. En temps normal, l'apprentissage avec le Tsar du Frimas était presque draconien, tant il fallait suer, recommencer, obéir, et ainsi de suite, afin de pouvoir prétendre à la réussite de son apprentissage. Efforts, patience et détermination étaient les mots-clés du succès.

… ces trois mots ne figuraient en aucun cas dans le descriptif de la situation de Yoru et d'Aoji. Au lieu de s'exercer de façon conventionnelle, le tandem jouait, plaisantait, bref, s’exerçait au Genjutsu d'une toute autre manière. Bien que le Sandaime Mizukage aimait que ses entrainements soient carrés, il ne pouvait nier qu'il appréciait le moment. Après tout, qui aurait pu penser qu'une Kaguya aimerait le Genjutsu ? Aux yeux de nombreux civils, et de certains ninjas, cet art était qualifié de "sorcellerie parmi les sorcelleries", tant il inspirait la crainte, et l'incompréhension parmi les novices. Là… Aojikawamanashi prenait le Genjutsu pour un jeu, quelque chose d'amusant à la portée de tous. Son comportement à l'égard de ce microcosme de crainte arracha un maigre sourire de la part du Cyclope Fou. Ce dernier comptait bien nourrir de cadeaux illusoires la joyeuse Kaguya, aussi longtemps qu'elle continuait d'apprécier le spectacle qu'elle était capable de générer.
✗ Content que le Genjutsu te plaise ! Y en a beaucoup qui craignent cet art ninja, et ça me fait plaisir que tu fais pas partie des leurs ! Pour ma part, je m'entraine pas du tout comme ça habituellement, mais là tu en conviendras que chaque habitude à son exception. Mes entrainements sont moins joyeux que ça, voire plus qu'avec Shinichi. Quoique… avec lui, on fait toujours les cons, mais c'est pas grave !
Dans la foulée, Yoru continua d'observer les misères que faisait la Kaguya aux serveurs et serveuses. L'une d'elle frôla de peu l'accident, alors que tous ne manquèrent pas de faire rire le duo d'illusionnistes.
✗ Pour en revenir sur le Gyaku Kūkan… pense à maintenir ta technique, pour que ton illusion soit au point. Il ne suffit d'imposer en permanence les règles du jeu à ta cible, si tu vois ce que je veux dire, sinon tu perdras trop de chakra au cours du temps. Le mieux, c'est d'utiliser ton chakra pour marquer les règles du jeu, comme un tampon sur un document administratif - oh putain la comparaison de merde - afin que l'illusion que tu génères paraisse "naturelle" pour l'ennemi. Essaie, et tu verras où je veux en venir !
Et comme un cadeau de la Providence, un client commença à s'installer juste devant le tandem de Kirijins. Un nouveau cobaye qui ne risquerait pas de revenir de si tôt dans les parages, du fait de la présence des deux squales aux crocs immatériels…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] EmptyMar 13 Aoû 2013 - 18:10


Non, évidemment qu'il ne devait pas toujours s’entraîner comme ça, car si l’entraînement était un jeu, pour sûr nous serions beaucoup de très très grands shinobis. Encore que, tout rester une question de point de vue et face à sa remarque avec Shinichi, je ne pouvais pas me retenir de pouffer de rire, déjà qu'il ne m'en fallait pas beaucoup en ce moment même. Je voulais bien le croire, mon Senseï sérieux ? Hum, rien à faire je n'arrivais pas à l'imaginer, pour cause, à chaque fois que j'étais avec lui pour une mission, un entraînement ou autre, nous virions rapidement au comique et cela que ça soit par ses ratages ou les miens. Il invoquait une salamandre, enfin un trio, à la place de se battre contre moi on inventait une chorégraphie... Il m'apprenait à contrôler le katon, mes cheveux se faisaient flamber, on faisait la course avec son « je pète des flammes », je finissais aux bras de Morphée en bouffant un arbre... Perplexe, je commençais à me demander lequel de nous deux tournait vraiment tout au ridicule à chaque fois, probablement les deux peut-être même, preuve encore que nous nous étions bien trouvés... Mais là n'était pas la question et pour le coup j'avais perdu le fil de mon objectif, à savoir, rendre fou les passants en tentant de maîtriser la technique de mon Mentor...

Mentor, Senseï, j'allais vite me paumer à forcer, la différence entre les deux ? Bonne question... Disons un qui faisait office de papa permanent et l'autre... bah non le Mizu aussi avait ce rôle en y pensant. Puis deux lutins en prime, deux kages ! Beaucoup de similarités qui encore une fois me déconcentraient ! Heureusement, mon mentor de l'art de l'illusion avait le don pour capturer avec succès mon attention même quand elle se perdait, il reprenait son explication sur son jutsu en faisant à nouveau un point. Ce qui me surprenait alors quand je repensais à ce qu'il avait dit, le genjutsu était effrayant certes, pour ceux qui le subissaient surtout, mais le manier, quel plaisir ! Enfin, peut-être là encore le signe de ma nature sadique qui parlait et ça comparaison avec son boulot très chiant, n'était pas tombé dans l'esprit d'une sourde... bon vous avez compris !

¤ -Toi tu passes trop de temps dans ta tour, engages un secrétaire pour le sale boulot... Voire dix même ! Bon, allez, je tente avec une nouvelle cible, regarde, on a un volontaire, sans quoi on va faire virer ces pauvres serveurs...

Encore que je m'en foutais un peu, juste que pour le coup, c'était plus drôle de s'en prendre à quelqu'un qui ne s'y attendrait pas. Un tampon sur un document... Mais quelle référence bidon et à peine j'avais voulu me concentrer sur son jutsu, qu'à la place c'était un rire qui s'échappait de ma cible... Un qui le faisait rougir, ma faute ou bien ? Perplexe, je lançais un regard à mon mentor, j'avais envie de rire et en même temps je voulais imposer mes règles... Bref, il fallait que j'arrête de me compliquer la tâche avec autant de pensées inutiles. Un souffle, concentration, concentration, un tampon hein ? Rien à faire, l'image du tampon me restait en tête et c'était alors ce geste que l'homme répétait sur la table voisine sans même s'en rendre compte peut-être... Pas brillant tout ça, pourtant il m'avait semblé être sur la bonne voie au début, un coup de chance du débutant sûrement... Ou bien simplement moi qui ne savais pas me doser.

Comme l'avait dis Yoru, si je devais maintenir mon emprise sur ma cible, mon intérêt pour ce jutsu deviendrait moindre, à quoi bon troubler ses sens si je n'étais pas capable de bouger à côté trop occupé à me concentrer sur lui ? Tout l'art ne résidait donc pas dans l'action que je poussais mes victimes à faire, comme avec la serveuse, mais plutôt que cela se fasse rapidement et continuellement sans pour cela dévorer tout mon chakra. D'ailleurs, sûrement mon côté novice qui rendait sa consommation aussi grande, qui aurait cru qu'un art ne nécessitant pas de bouger serait aussi gourmand...

¤ -En fait l'art du genjutsu c'est un grand travail sur la concentration, bien plus poussé encore que le ninjutsu. C'est complexe... Une astuce pour rester concentré ? Comme tu vois, ce n'est pas tellement mon fort ce point-là...

Chose vraie, j'avais une tendance à me dissiper avec une facilité déconcertante à mon plus grand damne, néanmoins, je tentais une sorte de déclencheur, phrase magique comme m'avait appris mon aînée pour le ninjustu. Répété le nom des signes des mundras de ma technique pour mieux me concentrer sur elle, ça marchait plutôt bien et là pour imiter la technique, j'usais des syllabes de nom de son jutsu dans ma tête et à la dernière, je restais figer sur ma cible qui n'arrivait plus à attraper son journal à sa gauche. Forcément, sa main se dirigeait à droite, en soit on pouvait dire que le jutsu marchait non ?... Bien non, car à peine je voulais lâcher un tantinet ma concentration pour regarder Yoru, que le bougre se saisissait de son journal. En somme, c'était son histoire de coup de tampon qui bloquait et loin de moi l'envie de rire alors, boudeuse, je m'affalais sur la table bras croisés mon menton reposant sur mes mains.

=|-Encore qu'il faudrait que je bosse dans l'administration pour savoir imiter le geste d'ennui mortel d'un coup de tampon... Ce qui entre nous, serait pour moi une déclaration de mort rester enfermée toute la journée au milieu de papier...

Soudain une illumination, mais en fait c'était peut-être comme pour mes os ? Avais-je vraiment besoin d'y penser pour qu'ils restent sortis non ? Ils rentraient et ils sortaient sous ma volonté, mais est-ce que ça s’était fait d'un coup ? Non ! J'avais perdu un temps fou à ce que cela devienne « inné » et je comprenais mieux ce que voulait dire Yoru, en somme, pas de quoi me dépitait, il me fallait juste plus d'aisance dans la pratique. Étape une, réussir à directement à imposer la « règle » du jeu, une fois ça fait, il y avait des chances que je puisse passer à la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Lutin Névrosé et le Squelette sur pattes [PV Aojikawamanashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni :: Temple de Sanbi-