N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] EmptyDim 28 Avr 2013 - 22:16

En tant que chef du Misuto, Yoru avait un certain devoir à accomplir. Il devait maintenir de l'ordre au sein de son unité, c'est vrai. L'harmonie est primordiale au sein d'un groupe, quel qu'il soit. Personne ne souhaite revenir à l'état de nature. Un état d'anarchie primitive, où la grande guerre est ridicule face à cette lutte acharnée de chacun contre chacun. Il n'y a pas de repères, pas de société, pas de famille : seulement l'individu, livré à lui-même. Pas de loi, si ce n'est celle du plus fort et de la nature, pas de justice, pas d'égalité, simplement une hiérarchie archaïque basé sur la capacité de soumettre l'autre à sa volonté. L'Homme en est réduit à un stade plus que primitif, où sa conscience est opprimée par ses pulsions, ses désirs, ses caprices. Sa justice se nomme vengeance; son savoir se nomme opinion, croyance.

Cela tombait bien, l'Ogre de Kiri allait se confronter à un de ceux qui aspiraient illusoirement à poursuivre cet état de nature.

Il avait été arrêté sur les côtes de l'Archipel par deux Kirijins : Gekei Akishi, et Mitsuharu Yuka. Mieux, il n'était pas seul : on l'avait repéré aux côtés de deux autres individus. Lui était un Partisan, appartenant au clan déchu des Gogyou, lié à la borée par sa capacité héréditaire. Les deux autres étaient respectivement Partisan et Gogyou de l'eau. Celui qui se faisait appeler Tokko avait subi un interrogatoire par la Sabreuse, tandis que ce Gogyou rallié à Makka avait eu droit à se faire poser quelques questions par Kitase Shinichi. Les résultats étaient peu concluants. Qui plus est, des enquêtes approfondies du Misuto avaient poussé l'Illusionniste de Kiri à revenir à un second interrogatoire. Il avait parlé de troubles dans les pays neutres, ces petits états pris en étau entre diverses grandes nations shinobi, comme Tsuchi ou Kaminari no kuni. Avec de telles données aussi floues, Yoru désirait en savoir plus, approfondir ces informations. Qui plus est, il voulait mettre les choses au clair, et sentir les tensions directes entre les Déserteurs et les Kirijins. Kiri était mal vu à ce niveau-là; tant par les Nukenins que par les autres ninjas. C'était une nation de barbares, qui nuisait à l'individu, à la société, aux autres. Mais depuis un certain temps, le Régent avait choisi de faire murir la Brume, pour un stade plus poussé. Elle était sanglante, certes, mais œuvrait pour une cause juste : la protection des citoyens. Yoru parlait en connaissance de cause.

Il avait donc demandé à quelques membres de l'unité de préparer un nouvel interrogatoire. Une fois la date choisie, le Lutin Fou convint d'une salle d'interrogatoire, adapté à la situation. Pas de fenêtres, pas de sceau inhibant le chakra, des néons pour ambiancer l'atmosphère. Il y aurait seulement une table, deux chaises, pour deux ninjas différents. Ainsi, le jour J, Yoru se présenta avec un visage taciturne dans les couloirs le menant dans ce huis clos. À défaut de porter un masque du Misuto, il devait reprendre son sérieux naturel, et montrer qu'il ne serait pas comme son homologue Mizukage, un plaisantin venu récolter avec la méthode douce des informations auprès du prisonnier.

✗ On a à parler, nous deux.
Ce fut l'approche assez directe du Ryûzoji, lorsque ce dernier vint s'asseoir en face du Gogyou, lui-même installé sur une chaise. Il le dévora vaguement du regard, observant un bambin âgé d'une dizaine d'années. Il semblait exprimer une double facette dans son faciès : à la fois une certaine ingénuité dans ses traits enfantins, mais aussi un aspect farouche à l'égard des Kirijins. Plongeant alors son œil de borgne dans cette œillade faussement innocente, il annonça la couleur de cette discussion qui s'annonçait animée.
✗ Je te met en garde d'avance : je ne serai pas aussi tendre que mon homologue Shinichi. Je n'ai pas de temps à perdre avec les gosses de ton genre.
Effectivement, il n'avait pas de temps à perdre. Kiri n'avait pas besoin de servir de salon de thé aux prisonniers qu'il collectait çà et là sur ces terres. L'heure était à l'action, et pas à l'inertie : en bon Régent, le Shinku Obake détestait se noyer dans l'oisiveté. La Brume Sanglante devait se réveiller, se manifester à l'égard du Grand Continent. Elle devait montrer qu'elle n'était pas ce stéréotype archaïque de la nation tyrannique. Kiri avait maintenant mieux à faire que de jouer les rebelles. Elle visait toujours plus haut de grands projets qu'un petit bambin comme Seiichi ne pourrait jamais comprendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dentô Eru
Informations
Messages : 271
Rang : C+

Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] EmptyMer 29 Mai 2013 - 14:04

Quel belle journée. Non, je plaisante, ce n'est pas une belle journée. À vrai dire, je ne sais même pas le temps qu'il fait dehors et si je me fis au caractère du Nidaime Mizukage de ce village, je ne sortirai pas de ci tôt de cette prison. La question que je me posais, c'est qu'est ce que je foutais là. Les informations que je détenais ne valaient rien. Bien que membre du Kokuen, je ne connaissais pas trop la hiérarchie de ce vaste groupe. Tout ce que je savais, c'est qu'un homme était à la tête de l'organisation et qu'il n'avait pas une réputation très tendre. Mais ça, je n'étais pas obligé de leur dire, je pouvais raconter à peu près n'importe quoi pour tenter de me sortir de là, tant que c'était plausible et que ça concordait avec ma personnalité, j'arriverais à mentir. Cependant, l'homme qui m'avait capturé était un utilisateur du genjutsu et il y en avait surement d'autres dans ce trou à rat. Ces gens étaient capables de fouiller dans mon esprit et il n'était pas question que je me fasse avoir si facilement. Ma vie valait pour beaucoup à mes yeux, beaucoup plus que celle de ces malfrats qui ne cessaient de me réprimer.

Étrangement, ce matin là, plutôt que de vaquer à sa routine quotidienne, le garde qui venait généralement me porter de la nourriture et un verre d'eau vint accompagné d'un de ses charmants collègues.
— De la visite supplémentaire aujourd'hui? Mais ce n'est pas noël à ce que je sache... Ils ont augmenté le budget de la prison? J'imagine que votre salaire n'est pas bien bien élevé alors ça n'a pas dû leur coûter grand chose. Haha.
Mais qu'est ce que j'étais drôle. En tous cas, ce que je venais de dire n'avait pas du tout enchanté les gardes qui venaient de serrer les dents? Allaient-ils me tabasser? Probablement pas, puisque maltraité un prisonnier c'est mal, d'autant plus que je ne suis qu'un mignon petit gamin. Je sortis donc tranquillement de la petite pièce qui me retenait depuis quelques jours maintenant. On m'attacha un bandeau sur les yeux pour ne pas que je puisse voir ce qui m'entourait et on m'ordonna de marcher. Le trajet ne fut pas bien long, à peine trois minutes plus tard, j'étais assis dans une petite pièce encore une fois sans fenêtre avec un type pas du tout sympathique devant moi. Juste avec la façon dont il s'adressait à moi, je savais que cet interrogatoire ne serait pas comme l'autre et que je devrais donner l'heure juste. Pas question de me défendre, ou plutôt de dire ce qu'est la réalité aussi cruelle et injuste soit-elle.
— Vous n'avez peut-être pas de temps à perdre avec moi, mais ça reste que je ne me fais interroger que par des grosses pointures. Mes hommages Sandaime Mizukage.
Je n'étais pas certain que c'était lui, mais après avoir été interrogé par le Nidaime, je ne m'attendais pas à ce que l'on m'envoi un idiot de dernière ligne. Je pris donc place sur la petite chaise en bois qui restait de l'autre côté de la table, attendant patiemment la suite de l'interrogatoire. Mon poing droit serra et mes doigts se crispèrent les uns contre les autres, cet homme, même s'il n'avait pas encore beaucoup parlé, payerait un jour pour son dégoût envers mon clan. Les Gogyou sont humains et je le prouverais un jour.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] EmptyDim 2 Juin 2013 - 14:56

Le décor était donné. Une salle d'interrogatoire, mal éclairée, mais suffisamment pour laisser apparaître les deux acteurs. Les néons qui éclairaient le lieu subissaient des dysfonctionnements réguliers, laissant un bruit peu agréable pour les oreilles. Rien n'était laissé au hasard : Yoru désirait une ambiance dérangeante, peu rassurante. Il ne voulait pas que Seiichi se sente à son aise. Il voulait le culpabiliser, lui insuffler la crainte à travers ses murs. Il voulait le fragiliser, briser les barrières de son esprit entre ces quatre murs solides. Il n'y avait pas, ou peu de couleurs ici, comme une absence de vie, une absence de liberté. Il désirait épurer le Gogyou de tout sentiments positifs, de ne laisser que la vérité fondre en sanglots. Cette même salle était chargée d'histoire. Elle avait connu de nombreux interrogatoires, qui s'étaient soldés par de nombreuses réussites. Souvent, plusieurs interrogés finissaient allégés, soit de leurs peines, de leurs informations, ou de leur chair. Des doigts s'envolaient, du sang coulait, des cris s'échappaient. Mais rien ne sortait de cette salle, sauf bien entendu les précieuses informations. Les murs de cette salle étaient épais, suffisamment pour ne laisser s'échapper aucun son, aucun cri de douleur. La souffrance même se voyait confiné dans cette camisole de pierre froide.

L'Ogre toisa alors d'un air neurasthénique le chérubin à la crinière cérulescente. Ce dernier semblait se montrer arrogant face à lui, en jouant de la politesse dans une situation délicate. Le Sandaime n'était pas de ce bord, et ne prit pas le temps de se présenter humblement. Il n'était pas venu ici pour faire état de sa fonction, mais bien pour avoir des résultats. Il n'y avait pour l'heure que ça qui comptait aux yeux du Mizukage. Outre la puissance, l'information était un atout majeur. Elle permettait la connaissance, et donc la prédiction. Elle libérait de l'ignorance, et donnait un pouvoir, une puissance supplémentaire à quiconque savait en disposer comme il faut. Pour commencer, le Cyclope évoqua les suites du premier interrogatoire, qui s'était déroulé entre Shinichi et Seiichi.

✗ La dernière fois, tu nous as parlé de mouvements de rebellions dans les pays neutres. C'était tes seules informations. Cependant… tu ne nous apprends rien. Lorsque nous avons lancé la conquête de Yuki no kuni, mes hommes ont clairement vu qu'à part les Suzurane, des errants voulaient se liguer contre les villages cachés. Il en va de même ailleurs. J'ai pour habitude de disposer quelques hommes à travers les pays neutres, afin de surveiller ce qui s'y trame.
Il prit une petite pause. La conclusion se voulait retardée, afin qu'elle soit bien enregistrée dans l'esprit du Gogyou.
✗ En somme, tu n'as fait que parler dans le vent. Ce que je veux, c'est des informations précises, pas du flou. Et je pense que tu sais très bien que ces informations me seront aussi bien utiles qu'elles t'éviteront un triste sort.
La technique du chantage avait fait ses preuves depuis des décennies. Entre maître et esclave, bourreau et prisonnier, enfant et parent… mais Yoru l'avait remise au goût du jour. Il n'aimait pas tenir des promesses. Ainsi, par télépathie, il avait invité les geôliers à réduire la ration du détenu Gogyou Seiichi, afin qu'il comprenne qu'on ne négocie rien dans les locaux du Misuto. À part la vie, Seiichi ne pouvait rien réclamer à l'esprit tyrannique du Tsar du Frimas. Qui plus est, le Sandaime Mizukage détestait l'idée de nourrir ses prisonniers. Il avait parfois l'impression de faire office de cantine pour déserteurs. Ainsi installé sur sa chaise, Yoru rajouta, d'un ton neutre :
✗ Maintenant que tu sais ce qui t'attend si tu ne dis rien, parle. Et surtout, n'essaie pas de me faire culpabiliser avec ton clan. Mon camarade Shinichi a peut-être ri de tes propos, mais je ne suis pas de ce bord. Pour être franc avec toi, ton clan m'indiffère. Il me débecte même. Vous vous plaignez d'être considérés comme des monstres, des parias, alors qu'au final, vous n'êtes que des hommes affectés par le regard des autres. La haine de votre clan n'est qu'une illusion, du moins à Kiri : votre seul monstre, c'est Makka.
Dorénavant, à Seiichi de faire son choix. Yoru lui avait clairement fait comprendre ce qu'il attendait de lui, et ce qu'il pensait de lui, et de son clan. Il n'avait aucune haine envers les Gogyou, juste un simple dégoût envers leur mentalité. Après tout, les Kirijins n'étaient-ils pas à leur manière des monstres ? Et pour autant, étaient-ils dégoûtés de leur nature ? Bien au contraire, leur force monstrueuse faisait leur fierté. Il en allait de même pour Yoru, dont l'esprit fou bicéphale n'avait de cesse que d'exploiter sa Démence au profit de la cause de Kiri. La voilà, la différence entre les Gogyou et les Kirijins : certains mettaient à profit leur condition pour une cause juste, d'autres s'isolaient aux yeux des autres à cause de leur statut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dentô Eru
Informations
Messages : 271
Rang : C+

Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] EmptyMar 4 Juin 2013 - 14:33

Mon précédent interrogateur était définitivement beaucoup plus charmant que celui que j'avais en face de moi. Il ne me considérait pas le moins du monde comme un être humain digne de ce nom. À ses yeux, je n'étais rien de moins qu'un déchet, ou en tout cas, c'est la perception que j'avais de ses pensées. Ce que j'avais dis précédemment était flou et c'était bien ça le but, pourquoi est-ce que j'en aurais délibérément beaucoup trop dis? Avec un peu de chance, j'aurais pu être relâché suite à mon précédent interrogatoire, mais j'avais sous-estimé mes hôtes, Kiri était un village de combattant. La situation aurait probablement été différente dans un village comme Konoha qui est souvent en position d'infériorité devant ses paires.

Le truc, c'est que si je révélais des informations sur le Kokuen, c'était un peu la même chose que de me foutre un couteau dans le pied. J'étais membre de cette étrange organisation dont le chef n'était connu de personne. Cependant, j'en savais très peu et les quelques personnes que j'avais croisé de l'organisation n'avaient rien de bien dangereux. À vrai dire, Yoru les aurait écrasé en à peine une minute. Avant de commencer à parler, je pris une grande respiration pour calmer ma colère envers cet homme, histoire de parler avec un ton serein et juste. Un ton qui me permettrait de mentir si j'avais besoin de le faire.
— Puisque c'est votre désir et que je n'ai pas trop envi que l'on me coupe ma ration de nourriture, je vais tenter d'élaborer sur ce que j'ai dis à votre compatriote. Sachez que mes pensées sont nettement moins vastes que celle de d'autre nukenin dans ce monde.
J'éclaircis alors ma voix d'un trait avant de continuer en regardant le Mizukage juste au dessus des yeux. De nombreuses techniques d'illusions se manifestaient par le biais du regard, je n'avais pas envi qu'il en utilise une sur moi, surtout que c'était souvent assez douloureux.
— Il existe une organisation qui se regroupe dans les pays neutres. Son nom est le Kokuen. J'ai eu oui dire qu'on y retrouve plusieurs anciens shinobis des villages ninjas. Il y a trois mois de cela, j'étais dans une taverne d'un pays neutre et une troupe d'hommes et de femmes se regroupaient à un table, j'ai réussi à retirer quelques bribes d'informations, mais ce qui a attiré le plus mon regard, c'était ce bandeau rouge parsemé de fumée que l'un d'entre eux portait au bras. J'ai vérifié et ce n'est l'emblème d'aucun clan. Je ne sais pas quel est le but de cette organisation, mais elle semble s'étendre seulement dans les pays neutres, ce qui en soit n'est pas une trop grosse menace pour Kiri.
Je ne sais pas quoi vous dire de plus, à près tout je n'ai que onze ans... [/b][/color] Est-ce que ça serait suffisant pour me faire relâcher? Je l'espérais du plus profond de mon âme car cette sale à l'ambiance lugubre ne m'amusait pas le moins du monde. J'avais hésité à proposer un marché au Mizukage, mon aide pour traquer cette organisation en échange d'une place à Kiri dans quelques années. Ça aurait trop été risqué de lancer les négociations, j'avais peur qu'il ne me prenne pas au sérieux et qu'il m'envoi à la fausse. En attendant sa réponse, j'accotai mon dos sur le dossier de ma chaise en basculant sur deux pattes. Mes yeux se rivèrent vers le plafond qui était aussi monotone que tous les autres murs de la pièce. Vivement le changement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] EmptySam 8 Juin 2013 - 19:34

Tout était en place. Précédemment, c'était le décor qui était posé. Dorénavant, les conditions avaient été imposées par le Tsar de la Brume. Le Lutin Borgne ferait preuve d'une parfaite intolérance vis à vis de la condition du dénommé Gogyou Seiichi. Qu'importe qu'il soit un enfant d'une dizaine d'années. Le Sandaime Mizukage avait eu vent du combat entre deux shinobis de l'éphémère coalition shinobi avec deux Assimilateurs. Ainsi, aux côtés de la dénommée Kurohime, l'Assimilateur de la borée avait combattu un Sunajin, mais aussi une Kirijin, Inori. Il s'était battu, onze ans ou pas. En outre, Yoru se souvenait parfaitement de ce jeune Lutin qui s'était vaillamment battu au cours de la conquête de Yuki no kuni. Natsu, le Lutin Vert, avait affronté sans craintes le Nukenin nommé Mihawk, un manipulateur de papier. Du haut de ses dix ans, il fut considéré comme étant le Genin le plus puissant du village. Qu'importe également qu'il soit un regretté membre du clan Gogyou. Le Ryûzoji avait auparavant donné clairement son point de vue sur ce clan dénigré de tous. Il n'y avait nulle haine spécifique envers ces hommes et ces femmes-là : Kiri comportait certainement bien plus de monstres que ceux supposés par les rumeurs portées vers le clan de Makka.

À présent attentif à la réaction du jeune garçon, Yoru cacha sa satisfaction, lorsqu'il vit ce dernier se mettre à table. Il manqua justement de rire, lorsque ce dernier imagina que sa coopération allait lui assurer de meilleures conditions. Coopératif ou non, il avait fraudé, en tant que Partisan, et devait recevoir un châtiment exemplaire. De ce fait, il ne serait pas privé de nourritures, certes, mais il en serait limité. Le message télépathique était bien passé du côté des geôliers, qui s’empressèrent d'en prendre bonne note pour plus tard.

Le Kokuen… La Fumée Noire. Une nouvelle menace pour la quiétude des grandes puissances ninjas. Valait-elle les autres organisations, qui l'avaient précédées ? Serait-elle aussi dangereuse que l'An'tei, ou bien le Reidan ? D'après Seiichi, non. Yoru partageait de façon subjective son point de vue. Habituellement, les organisations font parler d'elle d'emblée par des actes, des actions qui trahissent leur philosophie. Ici, la fumée noire était invisible, se fondait dans le ciel des pays neutres. En outre, la Fumée Noire ne pouvait rien contre la Brume Sanglante. Tout comme l'An'tei, qui avait démantelé par un commando de choc, et le Reidan, noyé dans l'oubli, le Kokuen avait besoin de la flamme de ses membres pour exister. Il suffisait de piétiner ce feu, de le noyer pour que la fumée ne soit plus qu'un mauvais souvenir. La Brume Sanglante, aussi sanguinolente par les hémorragies de ses ennemis que par celles des Kirijins sacrifiés au combat, se renouvelait sans cesse. Tout en respectant la dévotion de chacun, la Brume se reformait, et continuait inlassablement son extension.

Suite aux informations données par le garçonnet, Yoru ne tarda pas à communiquer par télépathie les données récoltées. La portée de sa technique lui autorisait de s'adresser directement auprès de quelques émissaires du Misuto, qui s'empressèrent de se mettre au travail. Bientôt l'affaire Kokuen serait une des priorités mineures de l'unité spéciale du village. Maintenant que le voile était levé sur la Fumée Noire, Yoru poursuivit sa moisson d'informations.

✗ En ce qui concerne le Kokuen, ce sera tout. Maintenant… j'aimerai que tu me parles des Partisans. Ayant été au cours de l'événement, je sais que suite à la disparition de Makka, de nombreux Partisans ont réussi à fuir et ainsi à échapper aux shinobis des quatre villages. Que sont-ils devenus ? Vers où se sont-ils réfugiés ? J'ai besoin d'informations, de lieux, de noms si possible, bref, autant de données que possibles à propos des anciens Partisans qui ont réussi à s'échapper de Hai no kuni.
Bien que Makka avait été scellée par Yoru, assisté d'Onpu et de Kenji, le Sandaime Mizukage gardait en tête l'idée que certains Partisans ne s'arrêteraient pas à la mort de leur Déesse. Bien que certains étaient des opportunistes, se rangeant aux côtés de l'Impératrice de Flamme pour garantir leur protection, d'autres avaient sombré dans le fanatisme, embrassant avec aliénation les idéaux radicaux et absurdes de la possédée. Et il était évident que cette seconde catégorie risquait fort de se venger, et qu'il était impératif que Kiri coupe l'herbe sous le pied à ces terroristes. La Brume Sanglante devait s'investir de la tâche d'empêcher la Flamme infernale de Makka de s'éteindre dans une gerbe d'étincelles tueuses.
✗ Pour en revenir à l'attaque sur Hai no kuni, j'ai eu vent de tes actions. Il m'a été rapporté que tu as combattu auprès d'une certaine Nukenin se faisant appeler "Amaterasu." Que peux-tu me dire à son propos ?
Dans cette question, il n'attendait pas forcément un listing de ses techniques, de ses capacités au combat. Sans réelle curiosité, le Mizukage aspirait à en apprendre davantage sur cette guerrière qui tentait de dispenser les idéaux issues des ruines de l'An'tei. Le blondin au regard mutilé désirait connaître sa mentalité, sa personnalité, sa vision des choses. Il voulait savoir si Kiri devait la considérer comme une ennemie potentielle, ou bien une précieuse alliée dans leur quête de prospérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Démon de la Nuit et l'Enfant du Zéphyr [PV Seiichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: QG du Misuto-