N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Le Lutin et le Gogyou [Seiichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] EmptyLun 15 Avr 2013 - 23:47

Il fut un temps où la jeunesse savait se tenir. Où elle jouait aux billes, où elle faisait la sieste après avoir pris le goûter, où elle chantait des chansons digne des plus grands dessins animés. Alors certes je ne suis pas de cette époque puisqu'à onze ans, je volais, pillais et m'entraînais au sabre néanmoins cela ne m'empêche pas de regretter ce bon vieux temps que je n'ai jamais connu. Car voyez-vous plus j'avance et plus je suis blasé. Aujourd'hui vous savez ce que je vais faire ? Non ? Et bien je vais vous le dire. Je vais interroger un ninja de dix ans non Kirijin ayant été perçu aux alentours du village.

Bah oui bien sûr. C'est bien connu, lorsqu'on a son âge, on va forcément au pays de l'eau afin de parler avec des amis - car semble-t-il que lors de son arrestation, il n'était pas seul... Non mais je vous jure. Qu'est-ce qu'un gamin vient faire en prison. Et qu'est-ce que je fiche moi à l'interroger hein ? Je me le demande. Pourtant je vous rassure, c'est bien moi qui ai insisté pour le voir et lui parler en tête à tête. Rien ni personne ne m'y a contraint. J'ai fait un choix. Je pense d'ailleurs que ce qui m'a poussé à agir en ce sens, c'est la petite motion : "est un membre du clan Gogyou" inscrite sur sa fiche de taulard. Paraît-il qu'il peut se changer en un élément. Lequel ? Je n'en ai aucune idée. Les shinobis de la brume l'ayant affrontés doivent bien le savoir toutefois on ne m'a pas informé de ce fait. Par ailleurs la fiche n'est pas complète - en même temps, elle est censée reprendre uniquement les informations essentielles, les détails n'y sont donc pas.

Bref, quoiqu'il en soit, je m'engouffre dans le tunnel sombre qui mène aux geôles du Misutô. C'est là-bas que se trouve le pauvre Seiichi. Enfin, pauvre ... Pourquoi suis-je en train de le plaindre ? C'est de sa faute après tout s'il est là maintenant. Quelle idée de venir fouler nos sols. Il aurait dû aller à Suna - dans le désert vu qu'il n'y a personne - ou dans un pays neutre. Là-bas, il aurait été tranquille. M'enfin. Nous ne referons pas l'histoire, il est en prison et c'est ainsi. Me voilà arrivé devant la cellule du Gogyou. Le prisonnier, bien que très jeune, est enchaîné aux jambes et aux mains. Par ailleurs, des sceaux spécifiques l'empêchent d'user des arts ninjas. Oui, sans ça, vous vous doutez bien qu'il se serait transformé en élément depuis longtemps et aurait quitté les lieux. De la même façon, grand nombre de nos prisonniers se seraient fait la malle en usant de leur plus puissants jutsus si un tel système n'existait pas. Mais revenons-en aux faits car là, je commence à divaguer. La porte de la prison s'ouvre et j'entre tout sourire.
    « Bonjour Seiichi. Comment vas-tu ? »

Les conditions de vie en prison n'étant pas dignes des plus grands club de vacances je doute qu'il me réponde par "ça va" mais bon, il faut bien démarrer quelque part. Attendant la réponse à ma question, je me gratte le menton puis dis :
    « Je vais me présenter mais tu me connais peut-être, je suis Kitase Shinichi. Dis moi ; Que faisait un garçon dans ton genre au pays de l'eau ? »

Comme dit précédemment, il n'était pas seul, non. Il était accompagné. Il est donc fort probable qu'ils préparaient un sale coup ensemble. Si ça se trouve, il s'agissait d'un attentat contre Kiri...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dentô Eru
Informations
Messages : 271
Rang : C+

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] EmptyMar 16 Avr 2013 - 0:56

Je ne me souviens de rien, enfin presque rien. Un cri strident, un loup, puis c'est le calme plat. Je crois être tombé inconscient vu l'énorme pression que l'homme-loup exerçait sur mon esprit. Ce n'était pas la première fois qu'il utilisait une technique de ce genre pour me désarçonner, mais ça marchait toujours à merveille et je n'arrivais jamais à m'en déprendre. Bref, après ma perte de conscience, j'avais probablement été traîné à travers la forêt par les kirijins. Je me trouvai maintenant seul entre quatre murs sans fenêtres, pourtant, l'endroit était relativement bien éclairé. Le paysage qui m'entourait n'avait rien de charmant et je ne comptai pas passer plus d'une ou deux minutes dans cet endroit. Mes mains s'activèrent immédiatement pour créer une lame de vent qui me permettrait de sortir d'ici. Même si mon chakra se malaxait en moi, rien ne se produit, pas l'ombre d'une petite brise dans la pièce.
— Merde.
Voilà qui est un peu dommage, pas moyen d'utiliser mon chakra et donc logiquement, pas moyen de sortir d'ici en deux temps trois mouvements. Je me relevai doucement, le sol froid de la cellule ne plaisait pas à ma petite peau douce d'enfant. Il faisait froid, l'automne faisait vraiment sentir sa présence et visiblement, personne n'avait pensé à chauffer cette endroit pour le bien-être des prisonniers. C'était mon premier séjour en prison, tous était si nouveau pour moi. Ça c'était passez si rapidement, j'avais à peine eu le temps de réagir. La seule chose dont j'étais certain, c'est qu'une fois sorti d'ici, je devrais m'entraîner pour parer les illusions.

Soudain, j'entendis un bruit de pas répétitif en provenance du couloir qui se trouvait à la droite de ma cellule. Qu'est ce qui allait sortir de ce petit tunnel? Possiblement un homme avec de multiples instruments de tortures, voir même un autre illusionniste qui manipulerait mon esprit pour en sortir toutes les maigres informations qu'il contient sur les partisans. L'homme qui vint se dresser devant ma cage de fer s'avéra être un invité de marque, le Nidaime Mizukage, Kitase Shinichi. Il était connu partout à travers le monde pour ses prouesses à l'épée, un homme avec qui vous ne voulez pas croiser le fer. Celui que l'on surnommait le lutin bleu me demanda comment j'allais. Une question débile à laquelle il me ferait un plaisir de répondre avec une arrogance foudroyante. C'était la faute des politiques de son village si j'étais ici et pas par mes actes, Shinichi devrait payer pour tous cela.
— Je vous renvoie la question. Est-ce que ça irait si dans chaque endroit où vous mettez le pied et ce sans intentions malfaisantes, vous êtes poursuivi et même capturé par des ninjas qui ont dix fois votre niveau?
Le Mizukage se tripota le menton et enchaîna avec une autre question. Le regarder dans les yeux était un peu bizarre alors mes pupilles vagabondaient dans tous les coins, à la recherche d'un levier ou de quelque chose du genre que je pourrais atteindre pour me sortir de là. Il voulait savoir ce que je faisais là, eh bien j'allais lui répondre, c'était bien la moindre des choses.
— Ce que je faisais là? Eh bien je respirais et j'entamais une conversation avec ce qui semblait être un autre membre de mon défunt clan. Vos sbires, la femme et le méchant loup se sont attaqués à moi sans l'ombre d'un pré-avis, mais bien entendu vous ne savez rien de cela, vous vous dites que je suis Gogyou et donc que j'étais obligatoirement là pour faire exploser cette saleté de village.
Je pris une petite pause pour mettre un peu l'emphase sur ce qui allait suivre, c'était une accusation, tout simplement.
— Vous êtes raciste.
Et je me tu, qu'allait-il répondre à cela? Ce n'était pas contestable, détester une partie de la population parce qu'elle est différente relève du racisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] EmptyMer 17 Avr 2013 - 20:37

Il se paie ma tronche là c'est ça ? Renverser les rôles ainsi, il faut avoir du toupet. Honnêtement, de quoi se plaint-il ? Certes il a été attaqué mais en même temps, c'est lui et lui seul qui a décidé de venir mettre les pieds dans mon beau pays. Il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Car quoiqu'en dise, c'est partout pareil. Ou bien t'es du coin et t'es en règles, ou bien tu n'es pas du coin et à ce moment-là tu t'exposes à de gros risques. En ce qui le concerne, il a joué avec le feu en venant au pays de l'eau - sachant qu'il est clairement dit que l'on accepte pas la venu d'étrangers ou de nukenins je trouve sa remarque déplacée - et il s'est brûlé. C'est tout aussi simple que ça en vérité. Mais peu importe. Il ne doit pas savoir ce qu'il dit, ce n'est qu'un gosse. De plus, il est fort probable qu'il blague avec moi. Vous savez à cet âge là on a un humour plutôt développé en général. Puis vient le point d'orgue de cette discussion. Le prisonnier Gogyou me traite de raciste. A ces mots, je tousse de rire. Seiichi était donc sérieux ? Ah ah. Énorme. Ce garçon est juste énorme. Il a dû prendre des cours de spectacle lui, c'est une évidence. J'en pleure de rire.
    « Dis moi, tu blagues là ? »

Je m'arrête quelques instants de pouffer et le regarde avec le plus grand sérieux du monde. Trois, deux, un, et c'est reparti :
    « Pouahaha. Il est vraiment sérieux en plus !»

A dire vrai je ne sais pas si ce sont ses dires qui me font rire ou bien la manière qu'il a de m'accuser. Il est si sérieux, si déterminé ... Ah la la ... Vraiment on aura tout vu. La jeunesse, ce n'est plus ce que c'était. A mon sens on avait un minimum le sens des responsabilités. Vraisemblablement, ce n'est plus le cas. Dorénavant dès qu'une chose ne se passe pas comme on l'entend, on traite l'autre de tous les noms, on le calomnie : c'est sûrement là une manière de se trouver une excuse à sa médiocrité. Je pense qu'il est temps pour le Gogyou de comprendre ça. Je reprends donc un tant soit peu de sérieux et lui dis :
    « Hum hum. Raciste ? Je dirais plutôt que nous sommes un peu xénophobe c'est vrai. Nous n'aimons pas que des gens venant d'ailleurs foulent notre territoire, surtout s'ils n'y a aucune raison à cela. Qu'on se le dise, c'est connu. Lorsque tu vas dans un territoire non neutre, tu t'exposes. C'est comme ça que ça marche, Gogyou ou non. Ça ne te convient pas ? Qu'importe. T'es le seul responsable de tes actes mon garçon. »

Ça c'est sûr. Jusqu'à preuve du contraire, personne ne lui a dit de se ramener au pays. Il a fait son choix, il s'est fait prendre en sachant ce qu'il encourrait - et s'il ne le savait pas alors c'est qu'il est stupide et dans ce cas-là aussi, je ne peux rien faire pour lui.
    « Bon. En tout cas ce qui est fait est fait, tu vas passer un petit bout de temps en geôle. Si tu veux réduire ta peine au maximum, je te conseille de coopérer. Que sais-tu, que faisais-tu, de quoi parlais-tu... Je veux tout savoir, jusqu'à la couleur de ton slip ! »

Cette blague était nulle, je le sais. Mais qu'importe, continuons.
    « Ah et bien sûr, si tu sais des choses concernant d'autres nukenins, tu peux nous en faire part. Comme tu le vois nos prisons sont un peu vides ces derniers temps. »

Cette blague était tout aussi nulle que la précédente. Quoiqu'il en soit, peut-être qu'il serait bon de lui demander des informations sur Azuko. Cela fait quelques temps que nous la cherchons celle-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dentô Eru
Informations
Messages : 271
Rang : C+

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] EmptyJeu 18 Avr 2013 - 2:52

Il se foutait de ma gueule, un peu comme je m'étais foutu de la sienne. Jusque moi, c'était justifié. J'étais enfermé sans le moindre motif et on m'obligeait à me faire interroger par un imbécile qui croit que nous les Gogyou sommes d'immondes monstres qui aiment le goût du sang. Bon, il faut dire que j'ai souvent tendance à exagérer, mais ce mec ne mérite pas mon respect. Mizukage ou pas, il reste que c'est un ennemi de mon clan et que je n'ai jamais commis le moindre petit attentat envers Kiri. Shinichi se qualifiait d'homme qui n'aime pas les étrangers, un xénophobe. Ce qu'il ne comprenait pas dans tous cela, c'est qui si j'avais le droit d'être membre d'un village ninja, je ne foulerais pas ces terres à la recherche d'aventure, je serais plutôt avec mon senseï à frapper sur un mannequin dans un de ces immenses terrains d'entraînements auquel je n'ai pas accès.

Le lutin voulait savoir ce que ce faisait là, de quoi nous parlions et tous ce tralalala. Eh bien justement, nous ne parlions de rien puisque ces horribles sbires ont interrompus notre conversation qui n'avait d'ailleurs rien de bien méchante. Pour résumer, il voulait savoir des trucs compromettants sur les nukenins. Est-ce que j'ai la tronche d'un mec qui a des informations compromettantes? Il faudrait d'abord que Makka ose m'adresser la parole ou même qu'Haru me recontacte. Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu celui-là, il me manquait. J'allais lui répondre avec une certaine sincérité, après tout, c'était moi le captif.
— Je ne suis pas assez con pour ne rien te dire et passer ma vie dans ce trou à rats. Alors je vais coopérer. À propos, vous n'auriez pas quelque chose à boire? Pas de craintes à voir, mon élément n'est pas l'eau.
Ma main tata ma gorge pour mettre du poids sur ma demande, puis je continuai à parler avec des cordes vocales fatiguées qui avaient besoin d'être désaltérées.
— Vous veux savoir des trucs sur les nukenins, eh bien j'ai quelques tuyaux sur ceux-là. Rien sur Makka par contre, ce qui est tout de même un peu décevant. Par contre, j'ai connaissance d'une autre organisation. Avant de vous en dire plus, j'aimerais savoir à quoi je m'en tiendrai si je vous dis des trucs. Vous savez, c'est bien connu, l'interrogateur promet des choses et se désiste ne y prenant un malin plaisir par la suite.
Je n'étais pas ici pour me faire berner, je voulais purger une peine de quelques jours, voir de quelques heures et c'est surement ce qu'il allait m'offrir en échange d'informations de valeur. Shinichi devrait respecter ses engagements, même s'il est Kage, j'ai des doutes. Tout en réfléchissant à cela, je reculai de quelques pas dans ma cellule pour m’asseoir dos contre le mur. Ce n'était pas très confortable, mais avec le petit mal de tête qui me titillait depuis les dernières heures, j'avais besoin de m'accroupir pour prendre du repos. Tout en essayant de prendre la meilleure position possible sur ce sol rocailleux et froid, je m'adressai au Mizukage, le ninja le plus fort de Kiri.
— Si vous avez bien compris, je veux marchander ma sortie. Pour le reste, je vous conseille de retravailler vos blagues. Je suis un enfant et donc ce que l'on pourrait qualifier de « bon public », mais votre truc sur le slip, c'était vraiment pire que pire. Quant à votre jolie charabia sur la responsabilité de mes actes, je dois dire que pour un enfant de onze ans sans parents avec un pouvoir héréditaire que vous qualifiez de meurtrier, je prends des bonnes décisions.
Une certaine tristesse emplie alors mon regard et ce n'était même pas volontaire. Ce que j'allais dire était vrai, mais je ne l'avais jamais accepté jusque là. C'est ce que tout le monde pensait de moi, probablement la vérité.
— Je suis un monstre Shinichi. Vous ne me tuez pas simplement parce que vous avez pitié, pitié d'un jeune garçon qui n'a personne sur qui compter. Pitié d'un jeune garçon que vous auriez pu être si vous évitez né autrement.
Rien d'autre à dire, la réalité venait d'être proclamée. La suite promettait d'être fort intéressante, allait-il me laisser partir où devrais-je rester entre ces quatre murs froids par insolence?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] EmptyVen 19 Avr 2013 - 23:47

    « Nous n'avons rien. Et même si on avait quelque chose, on te le donnerait pas. C'est pas un club de vacances ici. »

Bah oui. Il a cru qu'on faisait dans la charité ou quoi ? Nous ne sommes pas comme ça à Kiri. Hors de question d'offrir un tant soit peu de luxe à nos hôtes. Déjà qu'ils nous prennent de la place - je trouve ces cellules trop grandes d'ailleurs - et nous coûtent de l'argent en nourriture. Si en plus on se met à leur filer du rab', ça va pas le faire. Dieu merci on fait travailler certains prisonniers dans des mines pour rentabiliser tout ça. Manquerait plus qu'ils mangent gratos les vieux bougres. Quoiqu'il en soit, je ne donnerai rien à ce Gogyou. Y'a pas marqué pigeon sur mon front. Puis, comme pour se donner un peu de consistance, l'assimilateur se met à parler de ce qu'il sait. Paraît-il qu'il aurait des informations intéressantes sur une organisation inconnue. Bien sûr, il ne va pas se mettre à sac sans rien demander en échange.Et comme prévu, ce qu'il veut, c'est sa libération. Rien que ça. Quel toupet ... Je ne sais pas s'il rend compte que si je veux, je peux le tuer sur le champ. Je ne sais pas non plus s'il se rend compte qu'honnêtement ... Ces infos, je m'en moque. C'est vrai après tout je ne suis même pas sûr que celles-ci soient viables. Si ça se trouve, ce n'est que du vent.

Alors que je me mets à peser le pour et le contre, j'entends le garçon à la chevelure bleutée déblatérer des conneries. Visiblement mon humour ne l'a pas fait rire. Il se permet d'ailleurs quelques remarques à ce sujet et, comme souvent, brasse de l'air. Il parle tellement, et pour dire n'importe quoi en plus, que cela commence à me faire somnoler. Les gens de nos jours savent plus quoi raconter, surtout les gosses. Le voilà qui divague encore. Un monstre, lui ? Ne me faites pas rire.Je soupire un grand coup, plaque ma main contre ma figure et me frotte les yeux. Ce magnifique facepalm terminé, je regarde mon interlocuteur. Je dois vraiment le remettre à sa place. Car ce garçon est clairement imbu de lui-même et cela risque de lui jouer des tours.
    « Faux. Si je ne te tue pas, c'est simplement car tu vas travailler pour moi comme un esclave et ce, quoiqu'il arrive. Ou bien tu vas m'aider en me disant ce que tu sais et je te laisserai peut-être partir si tes informations valent quelque chose, ou bien je t'enverrai travailler dans les mines comme les autres prisonniers. T'es un monstre c'est ça ? Soit. Ici, tu as une centaine d'autres bêtes féroces enfermées dans une cage. Des gens qui ont fait bien pire que toi. Qui ne sont peut-être pas issu de ton clan maudit mais qui ont crée la discorde là où régnait la paix depuis des années. Alors tu veux savoir un truc ? Ici tu ne fais peur à personne, Chez toi, tu es peut-être une terreur mais en vérité tu n'es rien. Tiens le toi pour dit. »

Bon. Espérons maintenant qu'il arrête de me parler comme s'il avait la main, comme si c'était lui qui dirigeait l'entretien en somme. S'il ne vide pas son sac sous peu, je mettrais fin à cet entretien. Je n'ai pas de temps à perdre avec lui et je ne supporte pas les gens qui se prennent pour ce qu'ils ne sont pas.
    « Bon monsieur le monstre. Tu disais que t'avais des choses à dire... Je t'écoute. »

Et qu'il ne me fasse pas perdre mon temps. Je suis un homme occupé moi. Pour ce qui est de sa garantie, je ne la lui donne pas. On ne fait pas chanter un noble lutin. De plus il est position de faiblesse, ce n'est donc pas à moi de céder du terrain. A lui de mettre sur la table sa marchandise.


Dernière édition par Kitase Shinichi le Sam 20 Avr 2013 - 9:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dentô Eru
Informations
Messages : 271
Rang : C+

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] EmptySam 20 Avr 2013 - 3:30

Quoi que je lui dise, ça n'avancerait en rien ma cause. Il fallait absolument que je lui révèle des informations. Décidément, ce Shinichi, si louangé un peu partout dans le monde ninja ne valait rien. Le lutin était peut-être bon pour manier un sabre, mais au niveau du coeur, ça laissait vraiment à désirer. D'ailleurs, je n'étais même pas sur qu'il écoutait mes paroles, son facepalm en était la preuve. Plutôt que de compatir à ma cause, le Mizukage me traita comme si j'étais un sac de vidanges. Il qualifia même mon clan de maudit, ce qui fit monter la rage en moi. Malgré tout, je tâchai de contrôler mes émotions et de ne pas me laisser emporter par la fureur. L'émission de chakra n'était pas possible dans ces geôles et j'étais donc à la merci de ce méchant kirijin. La seule chose qui me rendait heureux dans tous cela, c'est que le ninja le plus fort du village s'occupe de moi. Kiri devait vraiment être désespéré pour envoyer cet homme me questionner. Un simple genin aurait pu faire l'affaire. Ce que Shinichi ne savait pas, c'est qu'en me prenant comme esclave, il risquait beaucoup pour les territoires neutres qu'il a conquit par la force ou la diplomatie. Il se passe des choses dans les pays neutres et personne ne s'y attend.
— Tu ne me croiras peut-être pas, mais me relâcher causera peut-être la mort de centaine d'individus. Enfin, qui suis-je pour dire ça à part un misérable esclave des mines...
Je pris alors une grande inspiration tout en me relevant debout. Ma gorge me faisait souffrir, j'avais encore soif. Le climat de cette cellule n'était pas du tout agréable et l'on ne consentait pas à me servir quelque chose à boire. En tant qu'enfant, je possédais un franc parler que les adultes perdent avec l'âge. Un franc parler qui me pousse à insulter les autorités en présence et ce même si je suis sur le bord du gouffre. Tant qu'à être là, autant en profiter. Je ne considère pas plus le Mizukage qu'il me considère. Celui qui a déjà été pour moi une figure de prouesse du monde ninja n'est plus. C'est un imbécile avec un bon bras, voilà. Tout en effectuant des pas dans divers directions de mon habitacle, je m'adressai encore une fois au lutin.
— Vous avez dis « chez moi »... ça veut dire quoi? J'ai toujours cru qu'un Kage connaissait le monde qui l'entoure.
Effectivement, je n'avais pas de maison. L'île de cendre était un refuge, pas une maison. Pour ne pas qu'il m'envoie direct aux mines, je décidai de poursuivre avec des informations de qualité.
— Au niveau des informations, des choses se trament. Je ne sais pas qui orchestre le tout, mais les actes criminels se multiplient dans les pays neutres. Il est presque plus sécuritaire de se balader dans un pays ennemi que là-bas. Je crois que nous vous avez à faire à une organisation ou à quelque chose du genre. En concentrant toutes vos énergies sur Makka, vous avez mit de côté les pays neutres.
J'étais devenu un conseiller, un stratège. C'était moi qui donnait les conseils maintenant, pas lui. Dans ma tête, je planifia déjà rejoindre les pays neutres, à Yuki no Kuni pour me rebeller contre Kiri.

— On m'a parlé qu'un regroupement voulait se rebeller. Je ne sais pas si c'était la vérité ou seulement une partie de cette vérité, mais quelque chose se trame et ça n'augure pas bien pour vous. Ce que je remarque, c'est que les ninjas errants des pays neutres grandissent en puissance et se mettent des idées en tête. Est-ce qu'ils veulent vous renverser? Je ne sais pas. Sont-ils unis? Probablement. Mais ça ne ressemble en rien à ce que l'on peut trouver ailleurs. Il n'y a pas d'armée ni de réunions, tous cela est très vague.
C'était à peu près ça, je le mettais en garde sur le peu que je savais. Serait-ce assez suffisant pour qu'il me libère? Les mines, ça avait l'air nul. Bien plus nul que le lait chocolaté que m'avait offert une kumojin il y a des mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] EmptyLun 22 Avr 2013 - 18:37

Dans la vie il y a un temps pour tout. Un temps pour rire, un temps pour travailler et un temps pour se mettre à table. Là, le Gogyou doit se mettre à table. Or, il se fait attendre en continuant de déblatérer des absurdités. Paraît-il que si je le libère, il y aura des centaines de morts … Attendez, stop ; on rembobine. Que vient-il de dire ? Si je le libère, il y aura des morts ? Mais alors ma foi, je n'ai pas intérêt à le libérer si c'est le cas. Et dire que le bougre désirait obtenir sa remise en liberté. Il y a des choses que le Gogyou doit apprendre. Parmi elle, un principe simple et tout bête : ne jamais rien dire pouvant compromettre son intégrité. Ce n'est pas ce genre de menace qui va me donner envie de plaider en sa faveur. Quoiqu'il en soit, je continue de l'écouter, avec un peu d'agacement je dois l'avouer … La nain provoque, se rend intéressant … Il n'y a pas à dire, il ne sait vraiment pas s'y prendre avec les bourreaux. En général, il faut leur graisser la patte et non essayer de les mettre hors d'eux. Espérons qu'il ait quelque chose à dire sans quoi, je crois qu'il est bon pour la perpétuité.

Puis après s'être longuement fait désirer notre ami assimilateur vend la mèche : Merci mon dieu. Ô toi grande divinité, faite que ce n'est pas un faux espoir et faite que ce gosse abrège mes souffrances en lâchant le morceau. Il se trouve que c'est le cas. Enfin il me parle de ce qu'il sait. Selon lui, des « choses se trament » dans les pays neutres. Une sorte d'alliance ou d'organisation s'est formée, profitant du fait que Makka ait monopolisée tout notre attention. D'après le garçon à la chevelure bleutée, de plus en plus de nukenins s’uniraient afin de peser lourd. Il nous promet même le pire : des rebellions, des coups d'état et j'en passe. À l'écoute de tout ceci, une moue déconcertée se peint sur mon visage. Ce qu'il me dit là est bien gentil mais c'est un peu léger à mon sens. Il n'y a ni nom, ni preuve, ni affirmation claire et précise ; que dalle. En gros, il brasse du vent. En supposant que tout ce qu'il m'ait dit est vrai, il est trop peu informé pour m'être utile. Je dis « en supposant » car il est fort probable qu'il ait tout inventé. Vous savez à cet âge là, on ment comme on respire. De plus, ce genre d'annonce prophétique-apocalyptique ne sied guère à un esprit logique comme le mien. Oui, au premier abord ce qu'il me dit me semble être un bobard. J'ai fait un tour du monde il y a peu et je n'ai rien vu de tel. Certes il y a une recrudescence d’errants et de nukenins néanmoins à aucun moment, je n'ai cru voir d'union de la part de ces derniers. Ils sont là, tous un peu dans leur coin à faire leur petit marché et ça s'arrête là.

Peut-être devrions-nous envoyer quelques émissaires dans des pays dits « neutres » afin de vérifier si les informations du Gogyou sont vraies... En attendant, il restera ici. Car qu'on se le dise, il n'y a ni nom, ni faits dans sa déposition. J'hausse les sourcils et réfléchis un peu. Devrais-je lui poser des questions sur ce qu'il m'a dit ? … Hum... Non. J'ai la flemme. D'autres s'occuperont de ça pour moi. En ce qui me concerne, je vais m'en aller. S'il en sait plus, il en parlera aux gardes qui lui amèneront de quoi manger.
    « Soit. Nous allons enquêter. En attendant tu vas rester ici. J'espère pour toi que tu n'as rien inventé sans quoi nous nous en rendrons vite compte. Sur ce, bonne journée à toi mon cher. »

Sur ces mots je tourne les talons et prends la direction de la sortie. La porte se ferme, la lumière se dissipe. Je laisse derrière moi Gogyou Seiichi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Le Lutin et le Gogyou [Seiichi] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Lutin et le Gogyou [Seiichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: QG du Misuto-