N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptyLun 15 Avr 2013 - 0:11

Clac, clac, clac.
Le seul bruit de ses talons claquant contre le sol résonne dans tout le bâtiment. Il n’y a personne, juste elle, cette demoiselle aux cheveux bruns et aux prunelles incarnates. Son masque recouvre toujours son visage, tout comme sa longue cape noire. Personne ne sait qui se cache sous cet étrange déguisement. La tenue du Misuto. Encore une fois. Et encore une fois, elle œuvre pour cette organisation. Son nouveau but ? Assez simple, assez habituel. Mais rien que d’y penser, la sabreuse en frissonne d’impatience : faire cracher le morceau à un petit homme. Ce même petit homme qui se baladait joyeusement dans l’archipel de Mizu no Kuni, sans en redouter les conséquences. Mais non, voyons, ils ne faisaient que parler, comme des gentils hommes. Et la marmotte, et la marmotte. M’enfin bon.

La brune prend le premier virage, avance lentement, jouant de la terrifiante mélodie de ses talons avec un plaisir malsain. Cet endroit, elle le connaît, mieux que beaucoup de monde. Il est l’origine de tout, de cette merveilleuse aventure, de cet incroyable univers créé au creux de ses bras. Tout est parti d’ici, de cette prison insalubre et invivable. C’est ici qu’ils se sont rencontrés, et que leurs destins se sont emmêlés. Ah, si seulement tout était pareil. Mais la réalité est telle que personne ne peut espérer vivre une vie sublime, sans aucune embûche. Tout est réglé de manière à souffrir, les épreuves sont là pour aider à grandir. Mais arrêtons de philosopher.

La porte de la salle s’ouvre doucement. Il fait intégralement noir. Yuka perçoit le souffle de sa victime, certainement assise sur une chaise, ligotée, saucissonnée de manière à ne pas pouvoir se défendre. C’est un peu dommage, mais il s’agit d’une procédure contre laquelle personne ne peut rien. Il suffit de suivre ce qui est dit, et tout se passe pour le mieux. Enfin. Ça dépend encore pour qui. La Mitsuharu referme doucement la porte derrière elle et allume la grande lumière blanche. C’est éblouissant, ça brûle presque la rétine. C’est blanc. Terriblement blanc. Lumineux. Piquant. Elle sourit, en posant ses prunelles sur le jeune homme. Il a l’air … Fatigué ? Toutes les marques sur son corps sont les stigmates de ses coups de lame. C’est beau. Un travail d’artiste. Ses vêtements tombent en lambeaux, sont déchirés de partout. Yuka s’approche et s’assoit à même la table.

Elle pousse un long soupir, laisse glisser ses doigts sur les petits instruments à côté d’elle, en s’imaginant tous les sévices que ce petit homme va subir. S’il ne parle pas, bien évidemment. La brune se relève, sautant gracieusement sur le sol. Ses talons claquent. Elle adore ce bruit. Cela la rend … étrangement surpuissante. Un grand sourire marque ses lèvres. Doucement, Yuka tend le bras jusqu’à son petit prisonnier et caresse sa joue du bout de l’index.

    — Sois mignon, ne me fais pas perdre mon temps …

Elle se retourne, attrape le premier scalpel, le plus petit, avant de se couper le doigt pour en tester son tranchant. Pas mal, pour un début. Allez, il est temps de commencer.

    — À partir de maintenant, tu as deux solutions : Soit tu coopères et tu ne souffres pas, soit je m’arrange pour que ton séjour en prison, et en particulier dans cette salle, soit un véritable calvaire. Sache que je reviendrai encore et encore, jusqu’à ce que tu finisses par admettre. Tu es ici chez moi, et tu joues avec mes règles. Oh et. Au cas où tu répondrais. Ne t’avise pas de me mentir. Cela empirerait les choses.

La brune repose le scalpel et repose ses petites fesses sur la table. Pas très confortable, mais cela lui convient parfaitement. Ce n’est pas le moment de faire la gamine maniérée. Surtout pas en ce contexte.

    — Premièrement : Qui es-tu ? Je veux ton prénom, ton nom, ton âge, ton origine. Bref, ton identité.

Elle ferme les yeux et active son manège préféré : celui qui permet de repérer les modifications dans l’être de tout un chacun. Celui qui perce les secrets en passant par les changements brusques du flux interne. Pauvre petit saucisson.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Lagera Tokko
Informations
Messages : 40
Rang : C

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptyLun 15 Avr 2013 - 16:12

Il faisait froid et humide dans la cellule, la lumière était inexistante, et là, au milieu de la pièce quasiment vide il y avait une chaise sur laquelle était ligoté Tokko, il ne pouvait plus bouger c’était un comble pour celui qui aimait tant sa liberté. Le jeune nukenin ne pouvait s’empêcher de ressasser le combat qui avait précédé sa capture, il avait mémorisé tout ce qu’il pouvait malgré les masques que portaient les attaquants, une femme avec une épée qui l’avait mis à terre, et un homme qui invoquait des koalas adepte du genjustsu.

La haine le gagnait peu à peu au fur et à mesure que les minutes défilaient à l’intérieur de cette prison, il été la immobile ruminant dans l’ombre, ses vêtements déchirés et les plaies encore ouverte qui lui avaient été infligées plutôt. Quand soudain il entendit au loin un bruit, comme un claquement, il avait encore du mal à percevoir ce qui l’entourait, mais ce bruit se rapprocher dans un rythme quasi parfait et s’arrêta net devant la porte de la cellule.

La porte s’ouvrit lentement, et la lumière apparut quelques secondes après, elle était douloureuse la rétine de Tokko était brulante à tel point qu’il ne put identifier celui qui été entré, doucement, au bout de quelques minutes les yeux du jeune homme s’habituèrent a la luminosité il voyait une table dans un premier temps, puis dans un deuxième temps, des jambes, plutôt fine surement une femme, il leva durement les yeux et vit le masque de l’individu, c’était elle, celle qui l’avait emprisonné ici.

Elle commença à parler mais Tokko n’entendait pas très bien, il y avait comme un acouphène qui résonnait dans son oreille, il ne s’en était pas rendu compte avant d’entendre la voix de la jeune femme, il ne comprit pas les premiers mots qu’elle prononcé. Il la vit prendre en main un scalpel, nul doute qu’elle comptait le torturer, mais dans quel but, elle ne pouvait savoir qu’il était relié à Makka, il ne pouvait être dans aucun book des villages, peut-être était-elle seulement sadique.

Toujours est-il qu’elle était la prête à assouvir ses plus bas instinct de tortionnaire sur le corps de notre protagoniste, et malgré toute la cacophonie qui résonnait dans la tête de Tokko il réussit a comprendre quelques mots :

- …Prénom … Nom … Age … Origine


Ces mots résonnèrent dans sa tête et il mit du temps avant d’intégrer tous ce qu’avais dit la kunoichi, puis il répondit avec une respiration saccadé et sur un ton haineux :

- Je suis … Tokko et … Tu ne sauras … Rien de plus !!


Tokko usa des quelques forces qui lui restait pour se débattre et essayer de se libérer de cette chaise à laquelle il était ligoté, mais rien n’y faisait, les liens était trop fort et la chaise ne semblait pas vouloir céder non plus, puis les talons de la femme qui claquait sur le sol poussaient a bout les nerfs du nukenin. Il reprit la parole leva la tête et regarda la kunoichi dans les deux orifices de son masque, la colère s’était emparé de lui et même s'il redoutait les sévices que pourrait lui faire la kirijin il continua :

- Vous allez … tous mourir … j’en fais le serment !


A bout de force sa tête retomba en avant, ses cheveux blanc désormais un peu sali recouvrant ses yeux a demi-fermés, sur son corps se mélangeait sueur et sang, le moins que l'on puisse dire c'est que son état physique était déjà très endommagé tandis qu'elle s’apprêtait a remuer le couteau dans la plaie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptySam 20 Avr 2013 - 17:34

Tic, tac, tic, tac.
Mélodie infernale du temps qui passe. Rythme incessant, qui rappelle à quel point la mort s’approche. Personne n’y échappe, pas même le plus fort des shinobis. Alors lui ? Encore moins. Un grand sourire naît sur les lèvres de Yuka, qui attrape un nouvel outil. Pas de scalpel, juste une jolie petite lime à ongles pointue, en acier. Un outil presque dérisoire dans une telle situation, mais qui donne à la brune des idées terriblement surprenantes. Elle s’approche du jeune homme et lui relève la tête en tirant sur sa crinière. Il ne veut pas répondre ? Vraiment ? Oh, tant pis. Au pire ça lui fait une bonne raison de lui arracher un œil. ♥

Du bout de la lime à ongles, elle trace une belle petite marque sur la joue du criminel. Le voir, là, absolument incapable de réagir car immobilisé par les liens qui le maintiennent, l’amuse énormément. Ce n’est pas fair-play du tout, clairement, mais il l’a voulu. Ou plutôt … Il ne l’a pas volé ! Pourquoi se priver, dans ce cas ? ~ Yuka le repousse contre la chaise, envoyant sa tête valser en arrière avec violence.

    — Réveille-toi, cloporte. Ne pas répondre est un choix. Sauf que je ne te laisse pas le choix. Tu abdiques. Courber l’échine, ce n’est pas difficile pour toi, je me trompe ?

Elle se tourne vers la grande palette d’instruments divers et variés. Il y a de tout dessus. Du plus habituel au plus spécial. Des ustensiles en verre, en fer, avec des formes totalement différentes de l’un à l’autre … Encore mieux que les jeux éducatifs pour enfant. Oh oui. Tellement mieux. Yuka attrape cinq aiguilles et se retourne, toujours aussi souriante. Le masque cache tout, mais son état mental passe sûrement au-dessus de cette barrière physique. Ça émane, très certainement. Oh oui, une puissante émanation de sadisme pur. Miam.

Violemment, la sabreuse se saisit d’une main de l’errant et, avec son autre dextre, lève son visage. Ses prunelles incarnates viennent brûler les siennes d’un regard inquisiteur. Elle se fait menaçante, de plus en plus brutale, avec des idées toujours moins nettes les unes que les autres.

    — Je te donne cinq petites chances, autant de chances que tu as de doigts. Chaque punition sera accompagnée. Danser seul n’a jamais plu à personne, après tout.

Elle tapote sa phalange du bout de la sienne. Bien ferme. Ça va être une véritable partie de plaisir. Yuka n’est absolument pas gênée par le fait qu’il veuille garder le silence. Qu’il peste ne l’embête pas non plus, bien à l’inverse. Le jeu n’en est que plus intéressant par ce biais. S’il déballait son sac d’un seul coup, la Mitsuharu ne prendrait pas autant son pied à le torturer. Là, c’est une tête forte, alors elle sait que cela durera longtemps, que cela sera immonde pour lui, mais véritablement incroyable dans son cas. Aussi bon et apaisant qu’une drogue.

    — On recommence, du coup : Tu viens d’où ?

Une à une. Doucement. Sans se presser.
Bein ouais. Elle a le temps Yuka. Tout son temps. Pour le plus grand déplaisir de ce pauvre petit martyr. Dans sa tête se préparent déjà d’autres tortures, toutes aussi immondes … Peut-être aura-t-elle la possibilité d’appliquer ses monstrueuses idées ? Ou alors il la coupera dans son élan, en acceptant d’ouvrir son petit bec. C’est une bonne solution aussi, mais ce n’est décidément pas aussi drôle, haha. ~

Vivre ou Mourir Souffrir. Fais ton choix. Et ne te trompe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Lagera Tokko
Informations
Messages : 40
Rang : C

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptyLun 22 Avr 2013 - 22:08

Les multiples menaces coulaient à flots à l’intérieur de la cellule, il semblerait que les paroles du jeune nukenin se heurtaient à un mur, la kunoichi sortit une espèce de grosse limes a ongles, sans doute n’était-elle pas destinée à refaire une beauté au jeune homme et il en eu la confirmation assez rapidement. Effectivement la femme s’en servit afin d’égratigner la joue de son prisonnier, comme un avant-gout de ce qui pourrait arriver avec cette fameuse lime, la douleur était supportable malgré les multiples blessures déjà présentent, puis elle déblatéra quelques phrases et recommença son petit manège à tourner autour de ses instruments posés sur la table proche.

Pendant ce petit laps de temps, Tokko se demanda ce qu’il était arrivé au jeune Gogyou qui était avec lui avant d’arriver dans cette prison, il devait sans doute avoir atterri ici aussi et ça de ne devait pas être facile pour un aussi jeune garçon mais après tout il appartenait à un clan maudit, il avait dû en voir d’autre dans sa courte vie, mais arrêtons les hypothèses et revenons à l’instant présent.

Tokko ne montrait aucun signe de douleur tant qu’il le pouvait encore, pour ne pas satisfaire les envies morbide de sa tortionnaire, elle se saisit de plusieurs aiguilles et se rapprocha et posa sa main sur la sienne puis releva sa tête avec l’autre, a cette distance nul doute que le manipulateur de métal pourrait la tuer d’un coup de lame, mais malheureusement il ne pouvait pas composer de mudra avec les mains attachés à la chaise, il ne pouvait rien faire d’autre non plus d’ailleurs.

- Je viens du pays du feu, mais honnêtement, je ne vois pas très bien en quoi ça t’avance de savoir ça, je n’ai aucun rapport avec Konoha ni avec aucun de ses shinobi d’ailleurs, je crains que vous ne fassiez que des coups d’épées dans l’eau, je n’ai aucune information qui vous serez utile de quelques manières que ce soit. Et même si je savais quelque chose, je ne vois pas très bien pourquoi je le dirais vu que je risque de pourrir ici de toute façon…


Il prit quelques minutes afin de reprendre son souffle, et termina :

- J’espère que tu n’es pas assez bête pour penser que les nukenin s’envoient des lettres tous les matins, non mais sérieux ? Nous sommes des électrons libres et c’est ce qui vous fait peur, suffit de voir vos réaction quand un petit nombre de nukenin se sont allié a Makka… Nous sommes des entités complétement autonome, capable d’agir seul dans une volonté commune ou non, vous êtes impuissants. Alors je crains que la situation ne soit bloquée.

Le pire dans tout ça, c’est qu’il ne mentait pas, que voulez-vous qu’il sache à propos des autres shinobi, lui qui n’avait pas arrêté de parcourir le monde a la recherche de sa famille, il n’était lui-même devenu un ninja que par pur hasard de rencontre a un moment lors de son parcours. Et mise à part Konoha il y a un certain temps, il n’avait jamais pénétré dans aucuns autres villages, alors, de toute évidence, il ne détenait aucunes informations compromettante a leurs sujets.

- Vous jouez a un jeu auquel vous ne pouvez pas gagner, en me capturant vous vous attaqués à un idéal qui est peut-être la seule chose que les nukenin partage, la liberté. Un jour viendra ou pour ce même idéal, ils se rassembleront pour un temps limité et annihilerons vos villages. Tout a commencé et terminera dans la guerre.

Certes ce n’étaient que des hypothèses, mais Tokko en était persuadé, le jour où les nukenin agiront de concert les villages tomberont, dans le monde libre des forces immenses n’avaient pas encore donné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptyMer 24 Avr 2013 - 17:50

Cette proie la déçoit. Pourquoi a-t-elle récupéré le plus barbant des deux ? Au moins Seiichi semble avoir un peu de répartie, là, il ne s’agit que d’un jeu de questions réponses sans but. Il piaille, envoie des menaces à tout va, croyant que les Nukenins finiront par tout détruire. S’ils se rassemblent, ça créera en effet une guerre, mais comment savoir qui gagnera ? Qui sait ce qui se cache dans chaque village ? Qui a dit que nos chers petits ne savaient pas manier une épée ? Prendre les armes. Voilà une chose à laquelle ils sont habitués et qu’ils ne craignent plus. Si certains ont peur de mourir, d’autres s’en contrefoutent. Un honneur à préserver, celui d’un village, d’une patrie. Mais aussi quelque chose qui leur importe beaucoup. Pourquoi voir en ces villages des chaînes, qui contraignent à agir d’une certaine manière ? Les Nukenins ne sont pas si libres, finalement. Mais tant pis.

Yuka sourit, toujours aussi bien cachée derrière son masque. Il n’a pas répondu à la question. Ou alors, pas suffisamment. Et surtout, la pique à la fin est très désagréable. Avec force, la brune serre la main du déserteur et plante une première aiguille, dans l’index, prenant le soin d’y aller doucement, histoire d’éveiller la douleur. Par caprice, elle en met une deuxième, dans le majeur. Ceci fait, elle met un coup de poing dans les deux outils, pour les rentrer au plus profond des chairs. De petites gouttes de sang s’échappent. Le doigt devient rapidement rouge, plein d’hémoglobine. Ça commence à devenir drôle.

    — Que tu sois de Konoha ne m’intéresse qu’à moitié. Par contre … Tu as parlé de beaucoup de choses qui sont très très utiles. Comme quoi tu esquisses les sujets et parles bien plus que tu ne le dis … ~

La menace ? Pfft. Comme si elle n’en entendait pas tous les jours. Des petits hommes aux pulsions meurtrières, aux rêves plus grands que le monde, qui se prennent toujours plus pour ce qu’ils ne seront jamais. Quelqu’un de fort, hein ? Quelle bonne blague. Oh, oui, quelle excellente blague. Ils n’ont donc toujours pas compris qu’une tête serait toujours au-dessus, toujours plus forte que la leur et qu’ils n’y peuvent rien ? Haha. Ils sont amusants. Yuka plante une nouvelle aiguille. L’annulaire. C’est gentil pour l’instant.

    — Tu apprendras que vous ne représentez qu’une infime partie de la société, et que vous êtes beaucoup moins libre que tu ne le dis. Oui, vous pouvez vaquer de pays en pays, mais en attendant, vous êtes confrontés à une réalité indéniable : Vous, Nukenins, êtes obligés de faire profil bas dans les grands pays comme Mizu no Kuni. N’est-ce pas frustrant de tomber dans une geôle alors que vous ne « faisiez que parler » ? N’est-ce pas difficile d’arborer une image plus ou moins belle pour ne pas être la tête recherchée par tous ? Il suffit que vous posiez un pied en terre contrôlée par des Shinobis pour vous retrouver sous le joug de leurs questions. Et tu appelles ça la liberté ? Moi j’appelle ça la captivité sans barreaux. Parce qu’à la différence, si je veux faire un voyage, je suis dans mon droit. Et personne ne me foutra en taule, surtout si je me comporte bien.

Allez hop. La suite, maintenant.
Yuka se tourne et regarde encore ses instruments. Il y en a une quantité absolument incroyable. Tous ont l’air tellement utiles … Mais … Il y en a peut-être trop. Elle ne les utilisera jamais tous. Sauf s’il la pousse à bout, ce qui ne risque pas d’arriver. Hein ? La Mitsuharu attrape le premier qui passe sous sa patte. Il lui reste deux aiguilles, et une araignée. Une araignée ? ~ Oui. Elle est en fer. Ou plutôt en fer rouillé. Ses pattes sont absolument immondes, formées de griffes extrêmement pointues, affûtées comme de véritables couteaux. Mais aussi – et surtout ! –, ses pattes semblent des doigts crochus de vieille femme, repliés sans grâce aucune. Elles n’ont rien d’attirant, sont extrêmement moches et font presque peur. Presque. À en regarder la bestiole de plus près, on peut remarquer qu’un petit bouton se trouve sur le dessus. Yuka appuie. Clac ! Les pattes se referment brutalement et s’agitent. Le mécanisme accélère, et les griffes creusent, creusent, creusent. Amusant, non ? Yuka désactive l’araignée et la repose, à portée de ses mains. Un nouveau jouet pour la panoplie, c’est plutôt pas mal.

    — Quant à la guerre, il ne s’agit que d’un grand jeu d’échecs. Soit on sait s’y prendre et on devient la Reine, pièce la plus puissante du jeu, soit on ne sait absolument pas jouer, et on garde la place de pion pour toujours. Supposons que je sois le fou. Toi, tu es le fameux pion. Qui mangera l’autre en premier ? C’est moi, parce que je me débrouille mieux et que je gravis les échelons. J’ai compris le fonctionnement du manège. Quant à toi … Tu n’es que le jouet du temps, le jouet du destin. Ils te narguent parce que tu penses les manier, mais finalement tu n’as aucun contrôle sur eux. Tu es faible. Terriblement faible. Et tu penses être le meilleur.

La Mitsuharu hausse les épaules. Ce n’est pourtant pas un mal d’espérer, de croire en de merveilleuses chimères. Dommage pour lui, les rêves ne se réalisent qu’une fois sur un très grand nombre. Et quand on est incapable de mener le jeu, on se laisse emporter. Après avoir plongé, peut-être se fera-t-il dévorer ? En tous les cas, la kunoichi, elle, n’est pas prête de se laisser abattre. Elle prend l’avant-dernière aiguille et lui insère doucement dans l’auriculaire. Presque tous les doigts sont pris, et le jeu n’a même pas été respecté. Les règles ont changé. Les règles changent tout le temps de toute façon.

    — Maintenant que j’ai l’emprise sur presque toute ta main, tu vas me dire qui est Makka. Sauf si tu veux que j’utilise Nigale, la gentille araignée que tu as peut-être pu voir tout à l’heure … ? Elle est adorable, je t’assure, et se fera une joie de rencontrer … Ta cuisse ? Ton autre bras ? Allez. Tu sais quoi sur cette gentille petite allumée ? ♥

La prochaine fois, il ne jouera pas avec le feu. Hahaha. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Lagera Tokko
Informations
Messages : 40
Rang : C

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptyVen 26 Avr 2013 - 17:42

Le jeu avait réellement commencé cette fois il ne fallut pas attendre longtemps avant que la femme masqué enfonce une par une les aiguilles dans les doigts de Tokko, ça faisait mal mais c’était encore supportable pour le jeune homme, son souffle s’accéléra mais il ne lâcha pas un mot, pas un cri, son corps seul se contractait à chaque piqure.

Elle voulait maintenant qu’il lui parle de Makka, surement que sa curiosité avait était piqué lorsque le nukenin prononça ce nom maudit, pourtant elle était maintenant morte, emportant avec elle encore quelque peu les chances de Tokko de retrouver sa famille, en revanche la kunoichi présente dans la cellule ne pouvait pas savoir qu’il était un partisan, il ne portait aucun signes distinctifs et n’avait pas les même idéaux que la plupart d’entre eux.

Et surtout Makka n’était pas la plus sociable de tous les partisans, c’était la chef mais elle était un peu trop folle au gout de Tokko, il avait dû la voire une ou deux fois grand maximum sans jamais lui avoir parlé, alors que pouvait-il bien savoir sur ses réseaux d’informateurs ou même des autres shinobi et encore moins de ses petits secrets.

De plus Tokko commençait à avoir froid et l’atmosphère lugubre de la pièce n'arrangeait pas, ses vêtements a moitié déchiré ne le réchauffaient guère et la fatigue le gagnait peu à peu malgré la douleur il commençait à plonger dans un sommeil profond et avait du mal à rester conscient, la réflexion se faisait difficilement alors que les questions elles, pleuvaient, il avait du mal a répondre.

- Makka … Vous vous intéressez encore à elle ? Vous perdez votre temps c’est fini maintenant … Vous regardez le soleil mais vous oubliez l’ombre dans votre dos … Je ne sais pas grand-chose mis à part que lors de mes multiples voyage dans les pays mineur… J’ai pu entendre ici et là que l’oppression que vous leur faisiez subir les agaçaient au plus haut point … Si vous voulez mon avis, les vents de la révolte approchent à grands pas.


Il s’arrêta de parler regardant l’araignée mécanique que lui montrait la kunoichi masquée, ça ne lui faisait plus spécialement peur, le jeune homme était résigné puisque de toute façon il était plus que probable qu’elle ne le croit pas et qu’elle le torture tout de même, il s’était fait à l’idée après tout il n’avait plus grands choses à espérer dorénavant.

- C’est tout ce que je peux vous dire … Je ne me suis que très peu mêlé aux autres et je ne détiens aucunes informations… Alors fais ce que t’as à faire mais je ne peux pas inventer ce que je ne connais pas.


Le silence c’était installé dans la pièce, alors que la kunoichi avait encore dans la main cette araignée de métal, Tokko ne savait pas ce qu’elle allait répondre à ça et s’en fichait pas mal vu que se serais certainement les dernières choses qu’il avait à dire.

Hrp :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptyDim 28 Avr 2013 - 13:45

Un ermite. Solitaire, il vit à l’écart de tous, ne suivant pas une tendance, préférant se blottir dans sa propre bulle, en avançant à sa vitesse, sans écouter ce que les autres disent. Ou plutôt, il les avait entendus, mais ne chercha pas à savoir. Pourquoi pas. De toutes les façons, ces réalités n’avanceraient pas plus Yuka. Savoir que des petits schtroumpfs se liguent pour mettre le monde à feu et à sang ne lui fait absolument pas peur. La brunette est née après la guerre, a vécu dans la guerre et mourra dans la guerre. Ce cycle infini, aux allures de torture éternelle, n’épargne personne. Pas même elle, petite protégée des Mitsuharu, qui avance aujourd’hui sans suivre leurs traces. Des génies de la guerre, hein ? Haha. Elle quitte rapidement ses pensées et pose ses prunelles sur le shinobi errant et réfléchit un instant.

Pousser le vice, à ce stade du jeu, serait du sadisme pur. S’amuser à le torturer n’amènerait rien de plus, alors autant s’arrêter là. Elle pose l’araignée métallique sur la table derrière et croise ses bras, devant le jeune homme. Ses prunelles le décrivent, à nouveau, parcourant l’intégralité de son être de haut en bas, s’intéressant à ce qu’il peut être, plutôt que ce qu’il dit être. Fait-il partie des révolutionnaires ? Se mêlera-t-il à la masse de pauvres gens qui viendront contre la falaise, en s’y heurtant pour y mourir ? Mmh. Cette question est particulièrement intéressante, à ce stade. Mais ce sera pour plus tard.

    — J’espère que tu ne seras pas de ceux que nous exterminerons. Ce serait dommage d’abîmer un si joli visage. ~

La sabreuse s’amuse, joue sur les réponses de son interlocuteur. Elle dit vrai, sauf pour la fin. Même si, quelque part, Yuka pense ses mots. Ce serait dommage de faire tomber une tête comme la sienne, il pourrait obtenir bien plus de choses que la mort. Cependant, certains ninjas ont pour habitude de se destiner à une mort lente, immonde, douloureuse. Alors que d’autres comprennent où se trouve la lumière qui les guidera vers un avenir plus beau. Peut-être croit-il, au fond, que la lumière se trouve dans l’errance ? Même si elle a ses dangers et qu’elle vous mène dans les bras de Thanatos, peut-être pense-t-il y trouver la renaissance ? La possibilité de tout renverser ? Donner au monde une nouvelle vie, à l’image d’autre chose, qui fonctionnerait différemment, en se détachant de tout ce qu’elle a pu être jusqu’à lors. Après, Yuka peut se tromper à son sujet, mais si elle a raison, cet idéal est le plus incroyable de tous. Il est absolument merveilleux, mais insensé. Les papillons tentant de s’y accrocher s’y brûleraient les ailes, en venant frapper les phénix, espérant les vaincre avec leur petite force. Quelle bonne blague. Mais qui est-elle pour lui faire une leçon de morale, après tout. Elle reprend.

    — Et sinon, tu étais là pour préparer ta petite révolution, ou alors c’est une toute autre raison qui t’a mené sur nos terres ?

La brunette croise les bras sur sa poitrine et s’appuie contre la table. L’atmosphère devient donc moins lourde, puisque ce n’est plus une histoire de torture. Ou, du moins, pas à aussi haut degré. Elle n’ira pas lui trancher les veines, étant donné qu’il n’a plus aucune réponse d’une importance capitale : il ne connaît pas grand monde, OK. Il n’a jamais parlé à Makka, OK. Ouaip, en gros il ne peut parler que de lui. C’est déjà bien, certes, mais cela ne mérite pas de se faire trouer de partout, avec des instruments tous aussi bizarres les uns que les autres. En espérant seulement qu’il donne une vraie réponse. Qui sait, peut-être cela marquera-t-il la fin de son interrogatoire insupportable ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Lagera Tokko
Informations
Messages : 40
Rang : C

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptyMer 1 Mai 2013 - 4:15

La situation avait changé et cette fois ci c’était dans le bon sens, l’ambiance s’était relâché d’un coup d’un seul même si les aiguilles restaient planté dans la main du nukenin, la kirijin était devenue plus apaisée et presque plus « gentille » même si c’était un grand mot, allant même jusqu’à complimenter le visage du jeune homme, Tokko se méfiait, il pensait que c’était une nouvelle méthode et qu’elle voulait l’amadouer passant du méchant au gentil flic, il avait les nerfs à vif et été sur sa garde. Elle souhaita aussi, dans le cas où ça arriverai, qu’il ne fasse pas parti des victimes lors d’hypothétique guerres futures, c’était une blague ? Eux-mêmes qui avaient chassés les nukenin alors qu’il n’était même pas dans leur précieux village, comment pouvait-elle dire ça, comment pouvait elle penser que Tokko oublierai cette petite escapade, c’était impossible mais le nukenin garda ces pensées pour lui pour ne pas attiser un feu qui était en train de s’éteindre.

Elle s’assit sur la table proche, et croisa les bras, dans le même temps Tokko releva la tête et posa son regard plus précisément sur elle, il vit son masque dans un premier temps, c’était un signe d’appartenance à telle ou telle unité au sein d’un village mais ça n’impressionnait guère le nukenin, cela lui rappela sa première rencontre avec une certaine vagabonde qu’il n’avait pas revu depuis un certain temps maintenant. En second lieu, ses cheveux, ils étaient bruns et courts rien de bien spécial, puis il remarqua la taille de la kunoichi, elle était petite, et quand a sa morphologie, même si il ne faisait aucun doute que c’était une femme, ses attributs n’étaient pas très développés, de fines hanches et une poitrine d’adolescente surement l’effet d’entrainements physiques répétés avant même qu’elle ne soit formées pensa-t-il même si au final, il n’en savait rien.

Ils les recrutent au berceau ou quoi ? On dirait qu’elle n’a pas grandi c’est triste …

Elle continua l’interrogatoire plus calmement et demanda la raison qui avait poussé le jeune nukenin à venir fourrer son nez au pays de l’eau, enfin une question raisonnable qui avait du sens se dit Tokko, bien sûr il ne prévoyait pas d’attaquer Kiri ce jour-là, il était en quête d’indice sur ses parents, les villages ne lui avaient encore jamais rien fait et n’avait rien contre eux jusqu’à cet incident.

- Ma révolution ? Je me souviens pas avoir dit que j’étais moi-même en guerre contre les villages je n’ai… n’avais rien contre vous, je ne faisais qu’énoncer ce qui arrivera surement si vous continuez à vous en prendre aux personnes libres. Mais si tu veux vraiment savoir, je recherche ma famille depuis un certain temps, c’est d’ailleurs ce qui m’a conduit à une vie d’errance plutôt que de rejoindre Konoha et mon père étant né au pays de l’eau mes recherches m’ont donc logiquement conduit ici. C’est donc une tout autre raison.

Le nukenin lâcha un soupir et se redressa encore un peu plus et balança ses cheveux en arrière afin de lui dégager le visage dans cette position il pouvait apercevoir un regard écarlate s’échapper des deux orifices du masque et cela lui rappela son défunt maitre, il avait eu la chance de côtoyer un des derniers Uchiwa dans les derniers moments de sa vie et d’admirer le fameux regard sanguin de ce clan maudit : Le sharingan.

Mais il était évident que ça n’en étaient pas, ce qui l’amena à repenser au début de son périple et donc à sa mère, elle apparaissait en flash dans son esprit, il revoyait son sourire plein de tendresse, elle lui tendait une fleur dans les près verdoyant du pays du feu, il se dit alors que ce temps était bien loin désormais, et posa son regard sur le pendentif qu’elle lui avait légué avant son départ, une rose en argent pendant autour de son cou.

- Et toi je suppose qu'avec une épée pareil, tu dois être un des fameux épéiste de Kiri ?

Il savait pertinemment qu'elle n'apprécierait pas cette réflexion, mais il voulait lui montrer que lui aussi avait pu récupérer des informations lors de cette rencontre, et qu'il n'était pas un pantin qui ne comprenait rien a ce qu'il se passait et qu'il avait analysé tout ce qu'il avait pu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. EmptyLun 6 Mai 2013 - 23:33

Sous ses airs de vilain matou pas content se cache en fait un enfant à la recherche de sa famille. Voilà qui est intéressant. Plusieurs choses intriguent Yuka dans le discours du jeune homme. Tout d’abord : il parle d’avoir une petite animosité envers les kirijins. Eh bien, oui, puisqu’il a rapidement rectifié « a » par « avais » ce qui, clairement, n’est pas innocent. Cependant, cette petite étincelle, mauvais présage, est vite rattrapée par une raison plausible, et surtout réelle, puisque la victime ne ment pas. Mais tout cela reste très compliqué. M’enfin. L’autre détail important est celui de la rébellion des autres. Mettre en cage un oiseau n’est pas un mal. Enfin. Si, pour l’oiseau placé dans une geôle, qui aime sa liberté, c’est un crime. Mais pour ceux qui le méritent, où est le problème ? On ne récolte que ce que l’on sème, il ne faut, dans ce cas, pas pleurer lorsque l’on se retrouve avec des roses fanées plutôt que de merveilleuses fleurs à l’odeur apaisante, après avoir planté des mauvaises graines.

Yuka hausse les épaules et écoute attentivement la suite des paroles. Une supposition. C’est drôle, les suppositions. Et le plus amusant, c’est qu’il suppose presque bien, le petit. Malheureusement, entre épéiste et sabreur, il y a toujours eu un fossé. Eh non, c’est raté. La pierre ne ricochera pas, elle ne fera que plonger davantage. Yuka ne la remontera pas, d’ailleurs. Certains sujets sont secrets, et le resteront toujours.

    — La règle veut que ce soit moi qui pose les questions, pas l’inverse. Seulement, pour te répondre, non, je ne suis pas une épéiste.

La kunoichi effectue une pirouette gracieuse sur son fil, poursuivant son numéro de funambule avec une grande habileté. Il est temps de reprendre le jeu là où il s’est arrêté. Yuka repose ses prunelles incarnates sur son prisonnier. Un petit sourire naît sur ses lèvres. Les histoires deviennent de plus en plus intéressantes, et elle a de nombreuses questions sur le bout des lippes, qui n’attendent que la bonne formulation pour s’échapper. La brune ferme doucement les yeux, soupire, et reprend.

    — Des personnes libres. Tu sais, des personnes libres sont facilement tolérables. Malheureusement, ce que font ces oiseaux n’a rien d’honorable. Encore, si tout le monde se contentait de vivre tranquillement, sans attenter à la vie des autres, pourquoi pas. Mais le fait est que certains pigeons se sont pris pour des aigles. Ils se sont cassé le bec. C’est fort dommage, quand on sait que l’harmonie pourrait régner sur notre monde. Néanmoins, et tu l’as dit toi-même, tout a commencé par la guerre et se finira par la guerre. Chaque être humain cherche la petite bête, toujours. Il en va de même pour vous, errants, qui venez souvent aux portes de nos villages. Ce qui est dommage, c’est que tu ne sembles pas ici pour assouvir des desseins haineux, ou autres. Ton tort ? T’être trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment et ne pas avoir collaboré. Je comprends que tu ne veuilles pas reculer si près du but, mais en revenant après les tensions, qui sait, tu aurais peut-être pu éviter tout ça ? Et puis. Finalement, vous vous êtes heurtés à la nation connue pour sa grande, mmh, xénophobie ? C’est dommage, fort dommage.

Hop. Et hop. Deuxième pirouette, suivie d’une autre cabriole sur le long fil des discours ennuyeux. Et, c’est un peu bête, mais cela ne se finit pas maintenant. Il y a toujours une suite. Toujours.

    — Je tiens aussi à dire que nous ne nous en prenons pas à vous, c’est seulement vous qui venez sur nos terres. Ce que vous ne semblez pas comprendre, c’est que nous ne sommes pas un open-bar, encore moins un lieu touristique. Un rassemblement de personnes inconnues au bataillon ? Ce n’est pas normal, tu ne crois pas ? Personne n’aime savoir qu’un étranger marche sur ses terres. Lorsque sa présence est légitime, d’accord. Lorsque l’un d’eux est un sous-fifre de Makka et qu’il est accompagné ? Pas d’accord. Nous ne lançons aucune offensive. Nous nous défendons. Peu importe si cela vous paraît hostile. De toute façon nous sommes tous les mêmes. De plus ! Vous avez choisi l’errance, vous vous y cantonnez. Il faut savoir vivre avec des règles. Même si elles vous déplaisent. De toute façon, encore une fois, ici, personne ne se soucie de votre avis. Vous plongez dans une aventure qui vous dépasse, vous savez les risques que vous encourez, mais vous continuez ? Libre à vous. C’est de votre libre-arbitre que de plonger dans les limbes du danger. Mais si les conséquences vous dépassent, ne pleurez pas. Vous êtes seuls maîtres de vos destins.

Pirouette. Cacahuète. Haha. Yuka hausse les épaules, exhale un nouveau soupir et finit par reprendre, en guise de conclusion.

    — Bien. Maintenant que je n’ai plus aucune question, cet interrogatoire est terminé. Je te laisse aux bons soins des geôliers. Bonne continuation. Et j’espère ne plus te revoir dans de telles circonstances, auquel cas je ne m’arrêterai pas aux aiguilles.

Dernier haussement d’épaules et dernière pirouette sur la corde. La jeune Yuka quitte la pièce, et se prépare à dresser un rapport minutieux à propos de ce personnage, néanmoins intéressant. Ah, pour une première torture, ce fut instructif. ~

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty
Message(#) Sujet: Re: Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Sourire de Thanatos. — PV Tokko.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: QG du Misuto-