N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 Procès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Jinmenju Jûroku
Informations
Messages : 93
Rang : C

Procès Empty
Message(#) Sujet: Procès Procès EmptyJeu 24 Jan 2013 - 18:28

Enfin l’air frais. Le soleil de Mizu no Kuni m’avait-il manqué ? Qu’importe, presque tout n’avait la moindre importance. La seule chose que je voulais, c’était retourner au village, afin d’y être jugé. Trois, ce mystérieux tueur me connaissait. Et cette année à réfléchir en cellule m’avait permis de comprendre certaines choses. Dans tous les cas, il fallait que je retrouve ma liberté, aussi partielle qu’elle soit. Car de toute façon, il n’y avait que deux chemins possibles. Soit on me punissait, et ma liberté serait à nouveau réduite à néant, soit on me libérait et je me devais de continuer à servir Kiri. Dans tous les cas, je n’allais pas pouvoir être libre à cent pour cent. Et, bien entendu, il y avait aussi la possibilité d’être condamné à mort. Enfin bref, qui vivra verra.

On avait bien entendu fait venir deux Kirijins jusqu’à la prison où j’avais passé douze mois à faire semblant d’être un civil ordinaire, une sorte de jeune criminel. Maintenant qu’on savait que j’étais un shinobi, il était hors de question que l’on me donne une escorte composée de simples gardes. Il fallait m’empêcher de pouvoir faire quoi que ce soit. De toute façon, je l’avais prévu, et je n’allais opposer aucune résistance à ceux qui allaient voyager avec moi jusqu’au village.

Même si mon meurtre était impardonnable, la région allait sûrement être rassurée de savoir que Tô ne risquerait plus de sortir de prison. Mais malgré tout ça, c’était à Kiri que je devais répondre de mes actes… Ou plutôt, de mon seul acte. Car les meurtres qui m’avaient fait emprisonner dans cette prison de région, je ne les avais pas commis. C’était ce Trois, qui m’avait même laissé sa signature. J’essayai de ne pas trop y penser, vu que je n’avais fait que ça durant cette dernière année.

Que s’était-il passé à Kiri durant ces douze derniers mois ? Je n’en portais que peu d’intérêt. Ma priorité était de m’endurcir, et de retrouver ce Trois, et de le piéger. M’endurcir, c’était possible avec Kiri. Redevenir Chûnin, servir ce village, faire des missions et des entraînements et en parallèle préparer un plan. Car une fois que je tomberai sur Trois, il ne faudra pas qu’il puisse me battre.

***
Après plusieurs heures de marche, nous arrivâmes enfin à Kiri. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas traversé ce Grand Tunnel. Enfin dans le village, on m’escorta vers un endroit qui me revint petit à petit en mémoire. Les bâtiments du Misuto, voilà le lieu où j’allais être jugé.

Je dus m’asseoir en face de Shinda Michiki, membre apparemment important de l’unité. A ses côtés, deux autres personnes dont les noms ne me furent pas révélés. Leur réputation semblait bien moins importante, mais cela n’était pas tellement important. Je n’avais que faire d’eux, que faire du Misuto. La seule utilité que ces personnes pouvaient avoir, c’était de me faire libérer, de m’acquitter. Mais je ne pouvais aller contre ma nature. Après avoir observé chacun des trois « juges », dont le fameux membre du Misuto qui avait la vingtaine et qui semblait être quelqu’un d’assez complexe, je pris la parole.
    ─ Bonjour, je suis Kaguya Tsumei. Avant toute chose, si jamais vous avez déjà décidé un verdict, merci de me le donner. Les informations qui pourront constituer ma défense sont très importants à mes yeux, et je suis assez embêté de dévoiler quelque-chose qui ne concerne que moi, et dont vous aurez sans doute du mal à comprendre.
Je crus en avoir fini, mais je remarquai vite qu’une question allait sûrement m’être rapidement posée. Je repris donc immédiatement.
    ─ Ah et ne me demandez pas pourquoi, ce n'est pas la peine. Oui je pense et je suis même persuadé que vous êtes moins intelligents que moi.
Les choses étaient dites. Et même si elles n’allaient à première vue pas m’attirer la sympathie du trio, je savais ce qu’il fallait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Procès Empty
Message(#) Sujet: Re: Procès Procès EmptyJeu 24 Jan 2013 - 21:55

Depuis le départ de l’ancien dirigeant de l’unité, certaines tâches revenaient logiquement à son élève, Michiki. Et l’affaire d’aujourd’hui était des plus spéciales. Un Kirijin qui était en prison depuis un an suite à certaines accusations. Le plus étrange c’est qu’il n’avait pas été amené à Kiri plus tôt. Apparemment il aurait été confondu avec un simple civil pendant tout ce temps. C’était assez ridicule. Dès lors que les autorités ne comportaient pas de shinobis, cela donnait lieu à des qui pro quo alambiqués ! Une vraie bande d’incapables ! En tout cas, il était légitime de se demander ce qui pouvait conduire un Kirijin à être enfin ramené à son village d’origine pour avoir le droit à un jugement équitable. C’était simple. Il avait assassiné l’un de ses camarades de détention et il avait dévoilé sa vraie nature à ce moment-là. Il aurait pu se manifester un peu plus tôt ! Il devait avoir ses raisons mais cela restait compliqué.

En tout cas pour le jugement, c’était Michiki qui était chargé de ça. Le Mizukage étant absent et le régent légèrement occupé, il avait été décidé que ce travail reviendrait à celui qui devrait succéder au siège de chef du Misuto. On lui avait refilé le dossier du Kirijin en question afin qu’il prenne connaissance des faits et de ce que le bonhomme représentait pour le village. Un Chûnin du clan Kaguya prénommé Tsumei. Une certaine force de frappe au sein du village. Il serait plutôt bénéfique de le récupérer. Même s’il fallait tirer cette histoire de meurtre au clair le plus rapidement possible. Michiki allait devoir s’improviser juge le temps de cette entrevue. Un rôle jamais rempli auparavant. Ça allait donc se jouer à sa façon. Et si les hautes instances n’étaient pas contentes, fallait mettre un expert sur le coup.

La salle prévue pour l’audience était simple. Quatre murs gris en béton, une table et quatre chaises. C’était ici que certains interrogatoires se déroulaient. Les plus pacifiques en tout cas. Michiki prit place du côté de la table où trois chaises étaient placées. Il prit celle au centre. Les deux sur les côtés furent occupés plus tard par deux hommes masqués de l’unité chargés d’épauler le nécromancien. Il n’avait pas pris de masque. L’unité allait bientôt connaître son identité de toute façon alors cela ne servait à rien de faire dans les traditions. Il salua donc ses coéquipiers et on fit enfin rentrer l’accusé.

Un jeune garçon aux cheveux verts d’un peu moins de vingt ans si ce n’est plus fit son entrée. Il était menotté et escorté. On le fit s’asseoir sur la chaise face à ses juges puis les quatre protagonistes eurent l’occasion de se scruter. La seule chose que put déceler Michiki était le vert de ses yeux en accord avec celui des cheveux jusqu’à ce que le Kaguya se mette à parler. Il se présenta, même si son identité était connue des hommes face à lui. Ce fut là le plus normal. La suite l’était un peu moins. Il commença par réclamer à ce que le verdict soit prononcé maintenant s’il était déjà décidé. Peu commun mais ce fut le reste qui l’était encore plus. Il proclama être plus intelligent que les personnes face à lui.

Face à de telles paroles, Michiki ne put avoir qu’une seule réaction. Ses collègues ne la partagèrent pas. Mais lui en tout cas, il s’esclaffa. A cause de son apparence de savant fou, il semblait possédé par une sorte d’entité démoniaque quand il faisait ça. Mais il ne pouvait s’arrêter. Sa respiration était saccadée par les éclats de rire. Il mit un moment avant de calmer son hilarité. Il dut même s’essuyer le bord des yeux où quelques larmes avaient commencé à couler doucement. Puis quand tout cela fut fait, il remonta ses lunettes qui avaient légèrement chuté de sur son nez. Il posa les coudes sur la table devant lui et croisa les doigts entre eux au niveau de son visage, scrutant le Kaguya droit dans les yeux. Un léger sourire le reprit et il s’exprima enfin :

-Et dire que ton avenir est laissé aux mains d’abrutis comme nous ! Tu m’as l’air de ne pas avoir de chances décidemment.

Le dossier du jeune homme était présent sur la table. Michiki fit mine de le consulter même si l’essentiel était déjà retenu dans son crâne. Il tenait à jouer le jeu pour le moment. Voir un suspect qu’il devait juger lui dire qu’il était plus malin que lui le fascinait. C’est avec un esprit comme le sien que le nécromancien se régalait. Un certain décalage et le genre de personne qui ne se laissait pas influencer par son entourage. Le genre de mentalité que Michiki appréciait. Mais il ne pouvait fonder sa décision là-dessus. Restait à voir comment le reste de cet entretien se déroulerait. Il leva enfin les yeux des feuilles de papier éparpillées devant lui. Avec sa réaction, Tsumei devait maintenant le prendre pour un fou furieux. Ça promettait d’être intéressant et amusant. Et après de telles paroles, le Jônin voulait voir de quoi ce jeune garçon était capable. Il l’incita donc à parler par ces mots :

-Si nous avions déjà un verdict en tête, une telle assemblée ne serait pas nécessaire. On t’aurait envoyé devant une seule personne, ou même une simple lettre dans ta cellule, pour t’informer de la décision prise à ton sujet. Les documents administratifs en apprennent beaucoup mais je trouve cela très désuet quand des êtres sont capables de s’exprimer. J’aimerais donc entendre ta version des faits s’il te plaît.

La demande était peu précise et recouvrait un large éventail de réponses. Mais le nécromancien tenait à voir ce qu’il aurait le droit d’entendre pour le moment. Ces compagnons ne disaient mot pour l’instant et c’était parfait. Il avait donc carte blanche pour l’instant. Il pourrait voir avec plus de discernement de quoi son fameux accusé était capable. En comprenant un peu mieux sa personnalité et sa façon d’être, il serait en mesure de savoir s’il lui mentait lorsque viendrait le moment de résoudre la question fatidique : Coupable ou non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Jinmenju Jûroku
Informations
Messages : 93
Rang : C

Procès Empty
Message(#) Sujet: Re: Procès Procès EmptyVen 25 Jan 2013 - 14:53

Le fameux Shinda Michiki s’envola pour de longs instants de rires. Il s’était littéralement esclaffé et alla même jusqu’à faire couler quelques larmes. Intéressant, très intéressant. J’esquissai un sourire en le laissant se moquer de moi. Quoi que je ne le lisais pas que de la moquerie, non, lui aussi semblait s’intéresser à cette affaire. De la provocation ? Non, car s’il avait vraiment voulu me provoquer, il aurait mieux choisi ses mots. Oh que oui.
    ─ Vous voyez ? Vous n’êtes pas assez intelligents pour saisir le bon sens de ce que j’ai dit. Je me suis proclamé plus intelligent que vous, est-ce que vous êtes pour autant des abrutis ? Je ne l’ai jamais dit, et c’est vous-mêmes qui me le suggérez.
Même si j’avais parfaitement entendu et retenu le reste de ce court discours, je repensais à la notion de chance que le membre du Misuto avait utilisée.
    ─ La chance n’existe pas, ce n’est qu’une façon d’appeler l’ensemble de diverses probabilités qui s’accumulent entre elles. Regardez par exemple mon récent emprisonnement : si je suis resté 370 jours, soit 532800 minutes dans une prison civile, ce n’est pas de la malchance, c’est moi qui l’ai voulu.
Marquant une pause, je réfléchissais aux mots que j’allais utiliser pour répondre à ce qui concernait le verdict. Après quelques courts instants de réflexion, je repris la parole.
    ─ Même si vous aviez déjà décidé d’un verdict, cette assemblée comme vous l’appelez aurait pu largement être justifiée. Je ne vais sans doute pas vous apprendre, à vous, que l’apparence, la politique et la vérité ne vont pas toujours de pair. Sauver les apparences de mon jugement pourrait apaiser les membres de mon clan, qui, si jamais ils voyaient que l’on ne m’avait pas laissé me défendre, n’auraient pas apprécié.
Bien, les choses étaient dites. Il ne restait donc plus qu’à expliquer les choses. Mais en plus de vouloir conserver ce qui me regardait pour moi seul, j’avais envie de m’amuser. Dire la vérité, non, pas cette fois. Pourtant, je commençai l’explication qui semblait tout sauf irréelle.
    ─ Je n’ai tué qu’une seule personne, Kamaro Tô, un criminel qui était en prison depuis plusieurs années. Pourquoi l’ai-je tué ?
Je marquai un temps d’arrêt volontairement. Mes yeux tombèrent sur mes menottes, puis revirent se plonger dans ceux du trio de « juges ».
    ─ Je l’ai tué car c’est lui qui a tué les enquêteurs et qui m’a fait porté le chapeau. Voilà, vous savez tout.
Et tout était faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Procès Empty
Message(#) Sujet: Re: Procès Procès EmptyVen 25 Jan 2013 - 22:52

Par ses réponses, le jeune Kaguya venait de prouver qu’il était en effet très malin. Plus intelligent que les trois personnes face à lui ? Possible. Il avait réussi à la démontrer facilement suite à la remarque de Michiki. Il n’avait pas vraiment fait attention à ses mots et cela se retournait en quelque sorte contre lui. Il avait accentué le trait alors que les mots du jeune garçon assis en face de lui avaient un seul et unique sens bien précis. Cet esprit de logique et d’analyse était des plus intéressants. Le nécromancien risquait de beaucoup s’amuser lors de cet entretien. La capacité de réflexion de ce garçon l’intriguait. Le Kaguya s’arrêta également sur le mot « chance » en soulevant un élément tout aussi intéressant. Celui comme quoi il se serait laissé capturer et enfermer dans cette prison civile pendant un an. Que de mystères planaient autour de cette affaire.

Un petit moment de pause une fois que le nécromancien avait demandé au jeune Tsumei de lui raconter sa version des faits. Mais il avait déjà un certain avis qui se forgeait petit à petit. Cela restait purement dans le domaine de la personnalité du garçon certes mais il était tout de même intrigué par cet enfant. Il ne pensait pas pouvoir être bluffé avant d’avoir eu le droit à une réponse à sa demande et pourtant c’était le cas. Rien qu’avec ses dernières paroles, le Kaguya avait formé une argumentation digne des plus grands stratèges. Ce type était une grenade de l’esprit que le Jônin voulait examiner encore un peu avant de décider de la nature de son futur.

Il exprima, ou plutôt précisa, ce qu’il entendait par sa question à propos du verdict déjà tout désigné. Son raisonnement était parfaitement logique et ce qu’il avançait était juste. Michiki présentait juste une divergence d’opinion sur la question qu’il ne manqua pas d’exprimer de suite à voix haute :

-Bien idiot serait celui qui oserait contredire ta vision de la politique. Néanmoins, Kiri ne se lance pas dans des simagrées pareilles. Pas dans les affaires internes en tout cas. Et pas tant que j’aurais un minimum d’influence ici. C’est une chose à laquelle je répugnerais. Et tes arguments se valent tout à fait. Je vais donc être franc avec toi et répondre à ta question : non, nous n’avons pas de verdict prédéfini.

Le nécromancien s’arrêta là. Il allait continuer en expliquant qu’il attendait beaucoup de cet entretien pour vraiment juger le garçon. Mais il fallait garder à l’esprit que cette personne était suspectée des meurtres de personnes innocentes. Il fallait par conséquent garder à l’esprit la présomption d’innocence mais également se dire qu’elle pouvait être coupable. Et il n’était pas d’usage de dévoiler à un coupable ce que ses juges attendaient de lui. Il avait donc éludé cet aspect de l’audience pour le garder pour lui. Ne restait plus qu’à entendre ce que Tsumei avait à dire pour sa défense et il finit par y venir.

Il reconnut avoir tué un homme. Le criminel en prison qui avait déclenché tout le processus qui les menait à cette entrevue. Et il évoqua comme raison le fait que c’était la faute de ce type si le Kaguya s’était retrouvé en cellule pendant un an. Il avait fallu deux phrases pour expliquer ça. Deux phrases toutes simples. Ce qui n’empêcha pas Michiki de réfléchir longuement. Une réflexion qui le conduisit à se reculer dans son siège pour observer Tsumei dans le blanc des yeux. Ses bras étaient croisés sur sa poitrine. Son cerveau ne cessait de fonctionner. Il vrombissait légèrement pour bien assimiler et interpréter ce qui venait d’être dit. Après quelques instants, le nécromancien se leva. Il prit la direction de la porte. Sa main droite saisit la poignée afin d’ouvrir l’accès vers le couloir. Puis il demanda à ses collègues de les laisser seul à seul. Les deux intéressés commencèrent à s’étonner de cette décision. Mais avant qu’ils ne puissent dire un mot, Michiki répéta lentement et distinctement, d’un ton autoritaire :

-Veuillez me laisser avec lui.

Un regard appuyé suffit pour terminer de les convaincre. Et puis après tout il n’y avait pas mieux placé que lui pour ce boulot. Il était le plus disposé à reprendre les rênes de la section Interrogatoires et tortures du Misuto. Depuis la mort de son ancien chef, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il n’en prenne la tête, étant donné ses capacités si « particulières ». Maintenant qu’il était seul, il pourrait mener la chose à sa manière. Non pas que ses compères se soient montrés très bavards et dérangeants mais le Jônin tenait à faire ça tout seul pour que ce soit efficace. D’une part pour ne pas être déranger et d’autre part pour ne pas se retrouver avec un prévenu qui ne serait pas en confiance. Cela pouvait jouer de l’amadouer pour en savoir plus. Il doutait que ça marche mais la conversation se déroulerait pour le mieux s’il n’était que tous les deux. Et le nécromancien allait reprendre la main dans cette discussion :

-Très bien. Maintenant que nous sommes plus tranquilles, on va pouvoir avoir une véritable conversation d’adultes. Je t’avoue que certaines choses me chiffonnent dans ce que tu viens de me dire. Déjà, j’ai vaguement parcouru le dossier de ta victime à la prison et je ne crois pas avoir retenu qu’elle était coupable du meurtre d’enquêteurs. Mais encore je veux bien que cette information soit erronée ou ne soit pas transmise. Admettons que ce détail soit insignifiant. Ce n’est pas ce qui m’intéresse en premier lieu.

Une brève pause dans son discours afin de bien choisir ses mots. Il avait face à lui un orateur des plus doués alors pas question de se planter avec une mauvaise formulation ou quoique ce soit d’autre. Lorsqu’il eut enfin trouvé, il continua :

-Tu aurais donc tué cet homme car ce serait par sa faute que tu es allé en prison puisqu’il a tué les enquêteurs chargés de l’enquête sur le meurtre d’innocents t’impliquant. Mais tu as également annoncé avoir choisi de rester là-bas. Non seulement d’attiser une certaine curiosité sur la ou les raison(s) qui t’ont poussées à faire ça, je ne peux m’empêcher d’avoir ce sentiment que tu te joues de moi. Depuis le début, tu m’as démontré être un brillant jeune homme. Et là pourtant tu te contentes de quelques phrases. Avec ton esprit logique, je m’attendais au moins à des preuves ou des explications. Car quand bien même tu me disais que tu as choisi de rester pour réunir des preuves ou être sûr de ce que tu avances, je pense que tu n’aurais pas hésité à m’en faire part dès maintenant, je me trompe ?

Michiki avait résumé l’essentiel de sa pensée. Certes son discours était long et semblait ne pas finir mais c’était là un rapide résumé. Il ne tenait pas à trop s’avancer non plus. Il tâchait de faire preuve de clairvoyance, comme sa fonction actuelle l’impliquait. Et d’un côté, il ne pouvait terminer là-dessus. Son interlocuteur était quelqu’un de très porté sur l’art de parler et donc, il s’attendrait à un minimum de questions. Sorties telles quelles, les paroles du nécromancien pouvaient être royalement évitées. Et il tenait à avoir un minimum de réponses. Il conclut donc son discours :

-Qu’en dis-tu ? Je m’avance peut-être trop loin mais je tiens à savoir ce qui s’est passé. Contrairement à ce que tu pourrais croire, nous sommes ici en tant que membres du même village. Et on me demande, ironiquement, de dire si on se sépare d’un membre de notre force armée ou si on le préserve. Reconnaît que l’ironie est flagrante et qu’une solution s’envisage plutôt que l’autre. Mais je me sentirais plus disposé à le faire si tu éclaires mes lanternes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Jinmenju Jûroku
Informations
Messages : 93
Rang : C

Procès Empty
Message(#) Sujet: Re: Procès Procès EmptySam 26 Jan 2013 - 15:48

Le membre du Misuto sembla être d’accord avec la version de la politique dont j’avais fait l’esquisse, mais il m’assura que rien n’avait été décidé. Je m’en convaincs, et attendit la réaction du trio. Shinda Michiki sembla réfléchir pendant quelques instants, puis se leva. J’eus alors un doute, chose qui m’arrivait que peu souvent, mais ce dernier se dissipa lorsqu’en me tournant, je le vis regarder ses deux compères. C’était eux qui devaient sortir, pas moi. Il n’en avait pas fini avec moi, il n’avait rien décidé, et c’était tant mieux. Avait-il compris ce que, avec mes dernières paroles, je voulais lui faire comprendre ou dire ? J’allais en avoir la réponse sous peu. Les deux autres « juges » sortirent, et le membre du Misuto retourna à sa place.

Nous étions désormais plus « tranquilles », et il m’expliqua rapidement des détails qu’il n’y avait pas sur son dossier, et sa vision des choses. Selon lui, quelqu’un comme moi aurait apporté plus de poids à sa défense, et le fait que le meurtre d’enquêteurs ne soit pas mentionné était aussi un problème. Au final, Shinda Michiki laissa supposer la vérité selon laquelle je ne lui avais pas dit la vérité. J’esquissai un sourire, heureux de voir que finalement, cet homme était loin d’être l’abruti dont il avait fait l’allusion quelques minutes auparavant.
    ─ Bien. Je vais vous expliquer et vous donner la vérité.
Je retirai ma casquette de mes deux mains enchaînées, et la posai sur la chaise dont je m’étais levé. Parler debout, voilà ce qui me semblait le plus approprié, mais ce n’était pas la seule raison. Dans ma casquette, j’avais pris un bout de papier, que je tenais donc des deux mains.
    ─ Ce que je vous ai dit est bien entendu faux. Normalement, vous n’auriez pas dû raisonner ainsi, car comme vous le savez et comme je vous l’ai dit, Kamaro Tô est emprisonné depuis plusieurs années. Il n’a pas pu tuer qui que ce soit à l’extérieur d’une prison dont il ne pouvait s’échapper. C’est ça qui aurait dû vous mettre sur la voie.
Je m’arrêtai quelques instants, tenant toujours le papier dans mes mains. Mon léger sourire s’était dissipé.
    ─ Mais vous avez compris autre chose. Vous avez fait une déduction plus difficile, et c’est tant mieux. Comprenez-moi, je ne peux révéler ce qui me concerne à n’importe qui. Aussi, je vous demande de garder cela pour vous, rien que pour vous.
J’avais insisté sur le fait qu’il ne devrait rien dire, même à ses supérieurs. Je soupçonnais le fait qu’il n’avait qu’à signer un papier, sans faire de rapport. Michiki ne devait donc pas être dans l’obligation de raconter ce que je lui avais dit et ce que j’allais lui dire.
    ─ Pourquoi vous avoir menti ? Pour jauger votre intelligence, un peu. Pour vérifier les informations dont vous disposiez. En bref, pour savoir si je peux vous parler sincèrement, et vu que c’est le cas, prenez chacun de mes mots comme la pure des vérités. J’ai été emprisonné pour avoir tué plusieurs civils, mais je ne les ai pas tués. Et ces personnes étaient des inspecteurs, des enquêteurs secrets. On a donc bien tué des enquêteurs, mais pas en plus d’avoir tué d’autres personnes. Et ce n’est bien entendu pas Tô qui les a tués.
Je marquai une nouvelle pause, afin de laisser réfléchir mon interlocuteur. Mon discours allait être long, et il fallait qu’il prenne son temps pour analyser les informations que je lui donnais.
    ─ Ces enquêteurs privés, j’ai travaillé très rapidement avec eux sur un criminel très intelligent du pseudonyme de Trois. Alors que, sur le long terme, j’avais mis sur pied un plan pour le coincer, voilà que ce dernier m’a fait tomber dans un piège. Il y a donc plus d’un an, j’ai retrouvé morts tous les enquêteurs, avec une simple signature de ce Trois. Mais les autorités avaient été prévenues, et je fus arrêté. Ce criminel me connaît très bien, et veut se jouer de moi. Avoir fait en sorte d’attirer ma curiosité et m’avoir forcé à élaborer toute une stratégie pour qu’au final tout change si facilement et si rapidement, c’est quelque-chose qui m’a été insupportable.
Sur ces mots, je donnai le papier au membre du Misuto. Il pourrait y lire la signature de Trois, écrit avec du sang. Sans trop attendre, je repris.
    ─ J’avais besoin de réfléchir, c’est pourquoi j’ai décidé de me faire passer pour un civil. J’avais aussi pressenti quelque-chose dans cette prison. Trois n’allait pas me laisser seul, non. Je me laissai donc enfermer, espérant trouver quelque-chose. Et c’est ce qu’il se passa. Kamaro Tô connaissait Trois.
Je m’interrompit, une nouvelle fois. Est-ce que mon interlocuteur me suivait ? Probablement, mais j’attendis encore quelques secondes avant de reprendre la parole.
    ─ Je n’ai pas révélé mon véritable nom aux autorités locales qui m’ont emprisonné. Pourtant, Kamaro Tô m’a rapidement appelé par mon vrai prénom. Est-ce qu’il était assez idiot pour ne pas y avoir fait attention ? Etait-ce une erreur de la part de Trois ? Non, Trois voulait me montrer que j’allais en baver, car oui, Tô était un criminel de la pire espèce chez les civils, il m’a tabassé presque tous les jours. Quoi qu’il en soit, Trois voulait me montrer qu’il me connaissait, qu’il me surveillait par l’intermédiaire de Tô. Bien entendu, plus j’allais passer de temps avec ce dernier, plus j’allais avoir de chances d’en apprendre sur Trois. Mais les choses ont dégénérées et j’ai été obligé de le tuer. Et cela doit le satisfaire, car de fait, je risque de me faire condamner par Kiri.
Mon discours allait s’arrêter là. C’était bien assez. Je terminai cependant par quelques derniers mots.
    ─ A vous de voir si vous allez l’exaucer, Shinda Michiki.
Non, il n’allait pas le faire. Allait-il me libérer, ou allait-il me poser d’autres questions ? Je ne pouvais de toute façon pas lui en dire vraiment plus, il fallait que je conserve les informations sensibles pour moi seul, mais ça il n’était pas censé le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Procès Empty
Message(#) Sujet: Re: Procès Procès EmptySam 26 Jan 2013 - 18:06

Tsumei eut un léger sourire. Pourquoi ? Parce qu’il sentait que son « juge » pédalait complètement dans la semoule ? Ce n’était pas une éventualité à écarter tout de suite. Avec son esprit retors et son intelligence supérieure qui semblait être avérée, il n’y avait que très peu de chances pour que le nécromancien parvienne à le prendre à son propre piège. Une activité qui lui plaisait pourtant. Il en faisait de même avec ses élèves. Surtout avec ses élèves. Mais il avait là un adversaire de taille. Un adversaire qui finit par expliquer la raison de son sourire. Il reconnut ne pas avoir été honnête et expliqua qu’il allait enfin avouer la vérité. Michiki se serait bien réjoui de sa victoire par une petite phrase bien placée mais il ne tenait pas à voir cet éclair de sincérité s’atténuer pour finalement disparaître. Il se renfonça dans son siège en attendant le récit du jeune homme. Quelque chose lui disait que cela durerait longtemps.

Et il avait bien raison de penser ainsi. Avant que l’histoire ne commence, le garçon s’était levé et avait retiré sa casquette. Rien qui n’alarma le nécromancien. Un élément qui aurait attiré toute la méfiance des hommes qui venaient de quitter la pièce. Mais le Jônin était lucide. Ce garçon était intelligent et il devait se douter et deviner de la force de son interlocuteur. Et si tel n’était pas le cas, Michiki ne s’empêcherait pas de lui faire une démonstration. Il reconnaissait que le Kaguya le surpassait en capacité de réflexion et en vitesse d’analyse mais le binoclard avait une foi inébranlable en ses capacités et il se savait en mesure de tenir tête à un Chûnin. Il pourrait avoir quelques surprises lors d’un affrontement mais il doutait néanmoins que cela mène à sa défaite.

Le regard acéré du nécromancien ne manqua pas de remarquer quelque chose lors des déplacements de son prévenu. Il venait d’ôter quelque chose de la casquette. Mais il avait été un peu trop rapide pour laisser le temps à Michiki de discerner de quoi il s’agissait. Il restait persuadé que le Kaguya resterait tranquille mais cela éveilla un peu sa méfiance. Il ne fallait jamais être trop sûr de soi. C’est pourquoi il croisa les bras et plaça ses doigts à proximité des sceaux placés sur ses poignets pour s’armer dès que possible. Juste par prévention. Le sourire qu’affichait Tsumei avait disparu pour laisser place au sérieux de son histoire. Il commença son discours. Un long discours.

Il entrecoupait certaines de ses tirades par des pauses. C’était vraiment un orateur habile. Cela mettait immédiatement à l’aise et permettait de ne pas perdre directement le fil de l’histoire. D’autant que tout cela était loin d’être simple. En fait, le Kaguya s’était retrouvé embarqué dans un impressionnant imbroglio. Une affaire qui dépassait totalement les compétences d’une juridiction civile. Même pour les shinobis cela s’avérait difficile. En même temps qu’il écoutait le récit, Michiki réfléchissait. Il fut interrompu lorsque Tsumei lui tendit un papier. C’était donc ça qu’il était allé chercher dans sa casquette ! Rien de dangereux alors ! Il s’était inquiété inutilement. Il prit connaissance de ce bout de papier qui confirmait juste le fait que le Kaguya s’était retrouvé piégé et avait été envoyé dans la prison civile. Ce qui laissa l’occasion au nécromancien de retourner à ses pensées.

Pendant tout ce moment, il n’avait pas lâché le Kaguya des yeux. Excepté pour regarder le papier qu’il lui avait tendu et dont il avait parlé. Pendant tout ce temps, il avait observé ses yeux. Le regard en dit long sur quelqu’un. Michiki ignorait comment certaines personnes arrivaient à déceler le mensonge uniquement en regardant quelqu’un dans les yeux. Chacun avait sa version. Le nécromancien ne faisait pas partie de ces personnes. Il avait cependant remarqué quelque chose dans le regard de son interlocuteur. Une étincelle qu’il connaissait pour l’avoir déjà croisé auparavant. Cet éclat était celui de la détermination. Où il l’avait déjà croisé ? Dans un miroir chaque fois qu’il le regardait. Malgré ses obligations, il n’oubliait pas le Corbeau. Cet être servile qui avait assassiné son ancienne senseï de sang-froid. Il préservait en lui la promesse de le retrouver pour en faire un vulgaire pantin à son service.

Il retrouvait la détermination et la volonté de vengeance dans le regard de cet homme qui lui faisait face. Et c’est ce qui permettait à Michiki de croire que le Kaguya restait honnête avec lui. Peut-être ne disait-il pas tout. Mais cela importait peu puisqu’au moins il n’essayait pas de l’entourlouper. Si le nécromancien posait les bonnes questions, il y avait fort à parier qu’il obtienne des réponses sans faux fuyant. Il se leva de sa chaise alors que Tsumei en avait fini et qu’il remettait son destin entre les mains du Jônin d’élite. Ce dernier se plaça contre le mur derrière lui. Adossé négligemment, il avait le regard perdu dans le vide, aspiré dans ses réflexions. Il resta ainsi un moment. Un moment pendant lequel il ne dit mot et tâcha de trouver une solution au problème qui se posait à lui. Jusqu’à ce qu’il trouve enfin quelque chose qui pourrait l’aider. Il resta à sa place et se contenta de reporter son regard sur le Kaguya. Il remonta ses lunettes d’un geste mécanique et habituel avant de finalement s’exprimer :

-Même si je te crois, là dehors, ils voudront un os à ronger pour se faire les dents. Je te crois mais de leur côté, ce simple argument ne passera pas. J’ignore si tu me dis tout et ça ne me regarde peut-être pas après tout. Néanmoins je tiens à remplir mon devoir et à t’aider. Comment concilier les deux par conséquent ?

La question était purement rhétorique. Il ne se fatigua pas à la préciser. Son interlocuteur était assez malin pour le deviner. C’était juste l’occasion de laisser une pause. Un moment de répit qu’il mit à profit pour se déplacer du mur à sa chaise. Il s’approcha de la table et se pencha un peu en avant.

-Voilà ce que j’ai en tête pour cette situation. Je possède une influence non négligeable ici. Tu t’en doutes sinon je ne serais pas improvisé juge pour l’occasion. Mais sans preuve ou élément tangible, ma décision serait réfutée. Je serais déclaré incapable et il faudrait tout recommencer à zéro. Ce qui ferait perdre du temps à tout le monde, mais à commencer par toi. J’ai néanmoins une solution intermédiaire à te proposer. Je peux t’obtenir une liberté. Elle sera peut-être légèrement restreinte mais si j’engage ma responsabilité, tu te verras bénéficier de plus de marge. Cela impliquerait que tu me suives moi et mon équipe et que tu sois à 100% franc avec moi. Pas de coups fourrés ou de cachoteries si tu veux que je prenne ce risque.

Il laissa un instant avant d’en arriver à la suite.

-Je risque énormément à faire ça mais j’ai envie de te croire et de te faire confiance. Essaye cependant d’abuser de cette confiance… Essaye. Et je t’assure que Trois et ses manigances seront le cadet de tes soucis.

Il avait revêtu son air le plus sérieux. Derrière de la simplicité et un visage impassible, la férocité se ressentait plus aisément. Le nécromancien pensait que Tsumei disait vrai. Mais il tenait à mettre les choses au clair. A la moindre duperie, il deviendrait le bourreau au lieu du juge. Cet aspect de l’affaire étant bien mis au clair, il reprit un sourire bienveillant. Il pourrait paraître hypocrite après de telles paroles mais le nécromancien s’en fichait pas mal. Il n’y avait plus qu’une chose à savoir maintenant :

-Alors ? Qu’en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Jinmenju Jûroku
Informations
Messages : 93
Rang : C

Procès Empty
Message(#) Sujet: Re: Procès Procès EmptyMer 30 Jan 2013 - 12:48

Shinda Michiki avait attentivement écouté ce que je lui avais dit. En le regardant, je sentis qu’il me croyait. Mais mieux encore, il réfléchissait, ça se voyait. Et quelqu’un qui réfléchit avec sérieux dans toutes les situations est quelqu’un qui a de grandes chances de réussir dans ce qu’il entreprend. Aussi intelligent non, mais le membre du Misuto ne se reposait pas que sur sa force, il avait de l’esprit. Lorsqu’il replaça ses lunettes, je compris immédiatement qu’il s’était forgé une opinion, et donc un verdict. Il voulait m’aider, mais il avait tort sur l’ « os à ronger ». Je préférai le laisser poursuivre, et l’écoutai jusqu’au bout. Il me voulait dans son équipe. L’avait-il vraiment dit directement ? Peut-être pas pour certains, mais pour moi si, ça se voyait. Le risque qu’il prenait d’ailleurs n’était probablement pas aussi grand qu’il le prétendait, mais il existait, preuve presque « matérielle » de sa franchise. Et puis, j’avais aimé ce semblant de menace à la fin. Un shinobi intéressant, du moins plus que je ne l’imaginais.
    ─ Je me contrefiche de ce qu’il peut se tramer à l’extérieur. Les amis de Tô, ou la police locale, tout ça ne m’effraie pas. Je n’ai d’intérêt que pour une seule personne au-delà de Kiri : Trois. Le reste m’est égal. Après mes obligations de Kirijin, il est ma priorité.
Je m’approchai de mon interlocuteur, avant de reprendre.
    ─ J’accepte de rejoindre votre équipe. Quant à ma sincérité envers vous, vous l’aurez presque tout le temps. Mais si les choses sont trop importantes, je choisirai sûrement de vous cacher certains faits ou de vous mentir. Car au final, quoique vous fassiez, vous serez toujours le cadet de mes soucis comparé à Trois. Mais je ne tenterai rien contre vous, soyez-en assurés.
Je m’arrêtai, et tendis mes mains enchaînées. De la hâte ? Pas forcément, mais vu que la discussion semblait arriver à son terme, il fallait bien appréhender les choses. J’esquissai un sourire.
    ─ Si vous voulez-bien, senseï.
Mais ce sourire était faux. Car j’aurais mille fois préféré passer mes jours en prison plutôt que de savoir quelqu’un comme Trois dans la nature. Les choses ne me plaisaient pas, et mon absence devait avoir changé le clan Kaguya. Il fallait donc que je m’occupe de ça rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

Procès Empty
Message(#) Sujet: Re: Procès Procès EmptyVen 1 Fév 2013 - 19:07

La discussion touchait à sa fin. Il en avait presque terminé avec tout ça. Le nécromancien s’était attendu à rencontrer plus de difficultés. En même temps, il n’avait jamais été formé pour faire juge. C’était en soi quelque chose de tout à fait nouveau. Il avait un peu appréhendé mais il s’en sortait plutôt bien. Par contre il ne risquait pas de faire ça tous les jours. S’il fallait recruter chaque fois un prévenu en tant qu’élève, il ne s’en sortirait plus. Et puis avec tous les Kirijins accusés de meurtre, il aurait de quoi fonder un village rapidement. Les fanatiques patriotes avaient vite fait de se détourner du droit chemin. En tout cas, le Jônin pensait faire le bon choix en prenant le jeune garçon sous son aile. Il aurait le droit à une bonne recrue de ce qu’il avait pu voir. Les capacités d’analyse et de réflexion du Kaguya apporterait un petit plus à la puissance de frappe de Desu reikoku.

Néanmoins, il semblerait qu’il y avait une petite méprise entre les deux hommes. Quand Michiki avait parlé de l’os à ronger pour ceux de de dehors, il pensait aux hautes strates de Kiri qui réclameraient une raison valable pour fonder la décision de celui qu’ils avaient nommé jugé par intérim. Tsumei semblait avoir compris que le membre du Misuto parlait en fait des types présents dans la prison qu’il venait de quitter. Mais Michiki choisit de ne pas s’attarder sur ce point. Ce n’était pas d’une importance capitale. La réponse à la proposition du nécromancien était ce qu’il y avait de plus important pour le moment. Le Jônin à lunettes l’attendait avec impatience. Et sa soif de savoir fut finalement satisfaite.

La réponse n’était pas tout à fait ce à quoi il s’attendait. Tsumei acceptait mais il reconnaissait qu’il n’allait pas être entièrement sincère avec lui sur certains sujets. C’était en soi une forme de sincérité après tout ! Michiki sourit à cette idée. C’était assez ironique en effet. Tsumei assurait qu’il ne ferait néanmoins rien contre Michiki. En même temps ce ne serait peut-être pas le plus prudent. Ce garçon était intelligent alors il devait se douter que ça risquait d’être assez compliqué de directement se confronter au nécromancien le plus réputé de Kiri. Pas difficile en même temps puisqu’il était le seul !

Puis le Kaguya tendit ses mains menottées en réclamant gentiment à Michiki qu’il se presse. La phrase ne voulait pas dire ça mais la façon dont s’était dit et le contexte indiquaient que c’était le sens premier. Du moins c’est ainsi que le nécromancien le ressentait. Il fut même appelé senseï par le jeune Kaguya. Il allait le détacher de ses entraves mais entretemps, son cerveau se mit à tourner. Il était parti vers la porte pour rappeler les autres « juges » ainsi que le garde qui avait amené le prévenu tout à l’heure. Michiki demanda à ce dernier de rester dans le coin pour libérer Tsumei quand on lui demanderait. Il y avait encore à officialiser tout ça. Et Michiki avait même une petite surprise pour le Kaguya. Sa réflexion l’avait amené à cette conclusion. Il serait certainement vu comme le dernier des enfoirés mais ce n’était que partie remise. Quand tout le monde fut installé, Michiki prit la feuille de rapport où il devait rédiger la décision finale. Il parlait à voix haute en même temps qu’il écrivait.

-En ce jour, ayant été proclamé juge provisoire pour l’occasion, j’ai pris connaissance de l’affaire qui a été soumise à notre commission et je rends la décision suivante en mon âme et conscience. Le prévenu, Kaguya Tsumei sera réintégré aux forces du village. Afin de s’assurer de sa bonne foi, je, soussigné Shinda Michiki, m’engage personnellement à prendre la responsabilité de ce Kirijin. Un suivi sera effectué au sein de l’équipe que je forme. Un test d’aptitudes sera réclamé pour s’assurer de la validité des aptitudes physiques et mentales. Le compte rendu sera remis à l’autorité compétente. De plus, le prévenu se verra attribuer l’unique restriction de déplacement suivante : il ne devra quitter l’enceinte du village que sous la garde de son nouveau senseï. Il s’expose à une incarcération s’il déroge à cette condition. Les senseurs seront mis en contact avec son chakra afin de mieux repérer tout éventuel écart.

Quand l’acte fut rédigé, Michiki signa en bas du texte qu’il venait d’écrire et de lire en même temps. Il s’était permis de rajouter certaines closes. Un léger sourire parcourut son visage. Tsumei le détestait peut-être maintenant qu’il avait fait ça. Mais le Jônin ne pouvait pas contenter un simple prévenu. Sa réputation serait fortement remise en cause s’il accordait sa confiance aussi rapidement. Un minimum de suivi était requis dans la situation suivante. En plus de la signature du juge responsable de l’affaire, le papier stipulait qu’il fallait celle du prévenu. D’un geste, Michiki demanda au gardien de défaire les menottes. Après quoi, le nécromancien poussa la feuille et le stylo vers Tsumei. Il regarda ce dernier droit dans les yeux et lui attribua un clin d’œil discret. Cette action avait un sens caché. Ce clin d’œil était là pour dire :

« Allez ! Sans rancune ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Procès Empty
Message(#) Sujet: Re: Procès Procès Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Procès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: QG du Misuto-