N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Infaillible. [Yuka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Hayashi Sya
Informations
Grade : Genin
Messages : 735
Rang : B+

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] EmptyLun 21 Jan 2013 - 21:45


Les gouttes tombaient lentement, résonnaient d'un bruit fort, d'un choque ultime. Chaque vie commençait, vivait son perpétuel et banal quotidien, puis partait, loin, très loin.. Vers des horizons que l'homme ne pouvait connaître, là où tout se crée, se transforme et se détruit... Une vie après la mort ? J'aimerai être une goutte d'eau, puis me cristalliser pour rester éternellement lumineuse et étincelante et refléter toutes les couleurs, toute la vie de notre monde.. Intrépide, infaillible, continuant mon chemin sans jamais regarder derrière moi, juste savoir que ce qui m'attend ne peut-être que bénéfique, nouveau.

Un jour du renouveau s'annonçait-il alors ? Loin de moi la question, loin de moi toutes les réponses. Les jours où le courage m'abandonne, je n'ai que cela à faire, regarder l'environnement qui m'entoure, envier et vouloir tout ce que j'aperçois, vivre ma passion, vivre ma vie si banale et répétitive. Alors comment pouvais-je faire pour la changer ? Évoluer ? Je veux tellement de choses, maigre compensation de ne rien posséder pour une gamine telle que moi. Pour eux, pour ceux que j'aime je donnerai ma vie, cela veut-il dire qu'elle est incroyablement normale au point de vouloir la sacrifier ? Je n'en sais rien, je ne sais pas, je n'ai jamais rien su d'ailleurs..

Vouloir, croire, pouvoir.. Toutes ces choses qui se mélangent encore et encore dans un continuel flux interminable, une rivière au torrent fort que je ne peux suivre, des vies s'entrechoquent, des rencontres se succèdent et moi, je suis là, présente à regarder ce qui se passe sans jamais agir. Et si par chance je prends les devants, cela est toujours pour faire quelque de stupide, de petit, de grotesque.. Pourquoi alors ? Pourquoi je continue tout cela ? Est-ce devenue une normalité de me rendre stupide ? De devenir le simple jouet des spectateurs et non la personne respectable que je voudrais être ? Je deviens la propre spectatrice de ma vie.

Perdue, cherchant un regard pouvant me rassurer, une âme, un cœur pour me réchauffer, mais rien, non rien du tout... J'étais une nouvelle fois seule, en tête à tête avec mes sentiments qui se secouent, remuent pour au final se disperser me laissant comme une pauvre personne, petit et misérable que j'essaie moi-même d'éviter. Me serais-je voiler la face depuis si longtemps en me disant que j'arriverais à devenir quelqu'un de forte ? En croyant en la force de l'« amour » ou des « sentiments » ? Bien sûr, sûrement c'est bien cela, ma faute encore et encore, une brebis perdue cherchant perpétuellement sa voie, ses directions et surtout un but réel...

Je me retrouvais alors seule, alors qu'il pleuvait, dans un parc d'enfant, assise sur la balançoire. Que faisais-je ici ? Est-ce un moyen certain de me rappeler de ce que j'étais autrefois ? Une pauvre petite gamine remplie de rêves, d'espoirs et de toutes ces choses si bonnes pour l'imagination ? Je me rends compte bien trop tard malheureusement que j'ai été bernée toute mon enfance par de faux discours de « tu réussiras ». Non, je n'y arriverai pas, jamais.. Je tombe encore dans une faussé, sans jamais ne pouvoir se relever le noir m'emporte, les larmes m'attrapent, le désespoir m'enchaîne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] EmptyJeu 24 Jan 2013 - 23:50

La pluie. Les quelques gouttes d’eau cognant contre la vitre dans une mélodie désaccordée, irrégulière. Une cacophonie qui lui brûlait littéralement les oreilles. Contrairement à l’habitude, où cet événement naturel lui semblait absolument merveilleux. Le clapotis de l’eau l’apaisait, en temps normaux. Là, il ne faisait que lui inspirer une sensation des plus désagréables. Quelque chose n’allait pas, cela devenait de plus en plus clair. La brune jeta un coup d’œil par la fenêtre : Personne, ou presque. Quelques habitants qui promenaient leurs chiens et en profitaient pour faire la causette, parapluie en main. Cela amusait Yuka, qui se demanda s’ils n’étaient pas fous ou quelque chose du même genre. Pourtant, il semblait que la pluie ne les dérangeât pas véritablement. Une bruine ? Non, à les entendre, il s’agissait bien d’une averse plutôt violente. Beaucoup d’eau tombait du ciel. Mais si cela ne les gênait pas, alors cela ne la gênerait pas non plus. Elle ne pouvait plus supporter cette mélopée infernale. La Mitsuharu se saisit donc d’un parapluie et d’un manteau, quittant rapidement son cocon.

Étrangement, la mélodie semblait, ici, plus agréable. Plus douce. Moins horrible. Elle avait ce quelque chose de reposant, d’apaisant, que Yuka aimait au plus haut point. Un sourire naquit sur ses lèvres et elle partit, joyeusement, en direction du Parc. Lorsqu’il pleuvait, cet endroit devenait absolument magnifique. Qui plus était, si le Soleil parvenait à se montrer durant l’averse, ce serait le meilleur endroit pour voir un arc-en-ciel. Oui, la Mitsuharu était une rêveuse, une demoiselle adorant se laisser porter par la beauté du paysage. Elle appréciait tout particulièrement les parcs, notamment celui-ci : le calme y régnait de façon permanente, comme si personne n’y mettait jamais les pieds. Yuka ne comprenait pas vraiment pourquoi, à vrai dire, le parc semblait comme … accueillant. Mais si le monde y revenait, il perdrait toute sa beauté et son calme. Alors, d’une certaine manière, la jeune femme ne se plaignait pas et conservait son petit univers rien que pour elle.

Après un petit temps de marche, la jeune femme fut enfin à destination. Au loin, il y avait une silhouette. Le sombre éclairage ne lui permettait pas de distinguer précisément de qui il s’agissait mais, de là, elle pouvait l’affirmer avec certitude : Cette personne, sur la balançoire, n’était autre qu’une jeune fille. De petite taille. Une demoiselle seule. Il n’y avait qu’elle ici. Juste ce petit bout de femme, là, en solitaire. Yuka s’approcha davantage, avant de la reconnaître : Inori. Sa princesse, son chaton. Là. Totalement seule. Avec un air épouvantable sur le visage. La brune continua sa route, jusqu’à la protéger de son parapluie.

    « Eh bien, ma Puce. Que fais-tu ici ? Et que t’arrive-t-il ? »

Elle pleurait. Des larmes souillaient son visage chérubin. De l’eau sur sa peau. La tristesse l’accablait au plus haut point. Yuka n’aimait pas ça du tout. Voir sa protégée ici, aussi malheureuse. Non, cela avait quelque chose d’irréel. Elle rêvait. La seule personne au monde capable de sourire en permanence, pleurer ? Impossible. Impossible !
Et pourtant.
Lorsque la brune apposa un genou sur le sol pour lui faire totalement face, elle vit toutes ces larmes rouler sur ses joues. Elle vit les lignes rouges sur ses joues. La faiblesse. Instinctivement, la Mitsuharu mena sa main jusqu’au visage d’Inori et le caressa avec une tendresse maternelle. Quelque chose de faux régnait dans l’atmosphère. Tout du moins, ce fut ce que Yuka se tuait à se dire. Mais rien n’y fît. Il y avait cette réalité amère qui la prenait à la gorge, qui lui serrait les entrailles. Une seule question régnait sur ses lèvres : « Pourquoi ? ». De nombreuses hypothèses germaient au creux de son esprit et, aucune d’elles, malheureusement, ne lui donnait de bonnes idées. Pas de cascade malencontreuse, pas de perte de doudou. Non, il s’agissait d’autre chose. Mais quoi ?

    « Je suis là … Ça va aller … Que s’est-il passé ? Rien de trop grave, j’espère ? »

Comment cacher son inquiétude ? Yuka se sentait affectée par la tristesse de sa petite Princesse. Elle se redressa et câlina doucement Inori, lui caressant le dos. Oui, oui, cela se passerait bien. J’étais là maintenant. Je ne la laisserai pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Sya
Informations
Grade : Genin
Messages : 735
Rang : B+

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] EmptyDim 3 Fév 2013 - 18:33


« Et pourtant rien n'avait changé, j'étais toujours perdu, encore et encore, je tombais dans un faussé noir, sombre et effrayant. J'étais seule, terrifié à l'idée de rester ainsi... Aucune lumière, aucun signe de l'horizon, abandonnée dans mon désespoir je ne faisais que me consumée, seconde après seconde.. Mais savez-vous à quel moment j'ai commencée à aller mieux ? Au moment où j'ai su qu'il me fallait quelqu'un pour m'aider.. »

Je me répétais encore et encore ce passage du roman que je lisais. Avais-je réellement besoin d'une aide extérieur ? Une lumière me guidant le long de ma voie, de mon chemin ? Je n'en sais rien, je n'ai jamais rien su.. J'aurais aimé être un petit oiseau, partir loin, de toutes ces choses si compliquées, si complexes et pourtant si évidente aux yeux de tout le monde. Pourquoi suis-je née sur cette terre ? Accomplir une mission ? Un devoir ? Ou prouver quelque chose en moi ? Un sentiment fort que je ne peux connaître car je suis peut-être trop naïve, alors mes yeux déversèrent comme les rivières de douces larmes.

Au loin j'entendais des bruits de pas venant en ma direction, je n'avais malheureusement pas la force de lever la tête, j'étais bien trop plongée dans un désespoir certain, infini et perpétuel. Mon corps était trempée par l'eau, pourtant je m'en fichais, je répétais, murmurais, imagines un tas de choses, une autre vie, un autre amour, d'autres pouvoirs.. Pourquoi étais-je Jisetsu Inori ? Puis, peu à peu les pas s'arrêtèrent et quelque vint couvrir la pluie qui me tombait dessus... Je levais alors les yeux, éclairée alors par la lumière du lampadaire je voyais se doux visage, si ravissant, si joli, si parfait et unique à la fois, Yuka était là.

Mon cœur se serra fort, bien plus fort qu'il ne pouvait être.. La seule personne que je voulais voir était la pour moi, un hasard sûrement, elle n'étais pas au courant de toute ma tristesse de petite gamine. Non, non.. Pourtant, elle était là, me soufflant de douces paroles qui n'avait qu'un seul effet, réchauffer mon cœur. Peut-être est-ce égoïste de dire que j'aime que l'on s'occupe de moi mais c'était le cas, une personne, si joyeuse et pourtant si sérieuse venait pour moi. Voilà à quoi je voulais ressembler, une personne courageuse et si belle, une lumière qui malgré tous les ténèbres continue de briller de son plus belle éclat. Prompt à se battre et à vivre normalement, une personne, une seule, ma Yuka, mon diamant.

« J'avais besoin de prendre du recule...sûrement... Si je suis ici c'est peut-être pour me souvenir de cet instant unique où j'étais toute petite, pleins de rêves, pleins d'espoirs, bercée dans un doux foyer illusoire... »

Sa main vint se frotter contre ma joue emplie de larmes, cette chaleur unique... Elle est rassurante, unique, puissante... Alors avec ma main gauche je la posa sur la sienne et en relevant ma tête je le regarda dans les yeux, d'un air désœuvré, stupide et peut-être inquiète. Bien trop de sentiments venaient se percuter les uns aux autres, pourtant une joie, lointaine, mais forte, tellement forte qu'elle illuminait le peu de rêves qu'il me restait. Je voulais être elle, je savais malheureusement qu'il était impossible d'être elle. Je voulais juste devenir plus forte, plus courageuse..

« Je suis nulle comme fille non ? Insouciante et bernée par des choses irréelles, hein ? J'aimerai être aussi forte que toi, tu sais... »

Et les gouttes de pluie tombaient peu à peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] EmptyDim 3 Fév 2013 - 22:34

Dis-moi, jolie princesse, pourquoi pleures-tu ?
Une larme sur un visage d’ange. Les marques de la tristesse, d’un bonheur absent, caché sous les décombres de la peine. Pourquoi les séraphins pleuraient-ils ? Pourquoi les ténèbres engloutissaient la lumière blanchâtre qui émanait d’eux ? Pourquoi devaient-ils ressentir les douleurs de cœur ? Miroir fêlé, miroir brisé. Plus de perfection, juste des poupées morcelées. Au revoir petite fille pleine de rêves. Bonjour, mademoiselle désillusion. Prête pour un gros carnage ? Une seule dame assez sadique pouvait la réduire à néant. Une seule dame pouvait la plonger dans un monde bercé d’illusions enfantines, de mélodies chantonnées du bout des lèvres. Une seule dame avait assez de scrupules pour renvoyer Inori dans un monde oblitéré, devenu obsolète avec l’arrivée de l’adolescence. Une seule dame nommée Mélancolie. La pire des sadiques, celle qui chassait joyeusement le bonheur, rappelant à quel point ce dernier était éphémère. Mais la joie, l’euphorie, toutes ces merveilleuses sensations, ne s’en allaient jamais vraiment. Le vent les balayait temporairement, incapable de les effacer définitivement. Alors Yuka gardait espoir, sa Princesse ne pleurerait jamais indéfiniment.

La poupée se démantelait peu à peu, morceau par morceau, se laissant porter par les rêves oubliés, à la recherche du réconfort dans ses souvenirs. Mais cela ne lui amenait que des pleurs, le besoin de retourner en arrière, de renverser la table pour recommencer. Le passé restait passé, les actions déjà produites ne se transformaient jamais, pas même pour une Jisetsu. Il fallait attraper le temps présent et le modeler de manière à en faire un futur aussi incroyable que dans les rêves. Fuir et courber l’échine n’amenait rien de bon. Cependant, Yuka ne montra aucune émotion et continua de caresser la joue de sa protégée. Lorsque le présent n’offrait rien de bon, regarder derrière soi semblait la meilleure solution.

Le contact de sa main sur la sienne la fit sourire. Puis, leurs regards se mêlèrent. La Mitsuharu discernait quelque chose de mauvais dans les prunelles andrinoples de sa Princesse. Il n’y avait plus les étincelles de malice qui peuplaient habituellement ce brasier sempiternel. Plus aucune joie ne semblait subsister face aux démons des souvenirs. Ils écrasaient tout, réduisaient tout à néant. Rien ne survivait. Le passé balayait le présent, s’imposant comme une évidence.

Et puis, le glas résonna.
« Je suis nulle comme fille, non ? » Un coup de couteau en plein cœur. « Je suis nulle comme fille, non ? » La désillusion, l’absence de tous les rêves, de toutes les croyances en soi. Le dénigrement. « Je suis nulle comme fille, non ? » Comme un cauchemar, une phrase qu’elle aurait aimé ne jamais entendre. Une ritournelle qui revenait dans son esprit et qui le marquait au fer rouge, pour ne jamais s’en aller. « Je suis nulle comme fille, non ? » L’arracheur de souffle, celui qui comprimait les poumons et arrêtait le cœur. Pourquoi ? La seule question qui subsistait parmi tous ses songes. Ce seul mot qui signifiait tout. Celui qui portait en lui toutes les interrogations du monde. Oui, pourquoi. Pourquoi se descendait-elle autant ? « J’aimerais être aussi forte que toi, tu sais … » Les prunelles incarnates de Yuka perdirent tout leur éclat. Elle ne voulait pas d’une gamine accrochée à un modèle, incapable de se rendre compte de son propre potentiel. Elle ne voulait pas. Non, elle ne pouvait supporter de voir Inori dans cet état, de la voir se cacher derrière des « J’aimerais », à l’abri sous des rêves qui ne se réaliseraient jamais.

Alors, Yuka recula.
Elle fit un pas en arrière et lâcha son parapluie. Se prendre des gouttelettes sur la figure ? Être décoiffée ? Et alors ? Cela ne lui importait que très peu. Un certain silence s’installa sur la scène, les recouvrant toutes les deux. La brune exhala un petit soupir et rompit la chaîne. Il était temps de réveiller la Princesse endormie. Le sommeil ne pouvait durer une éternité.

    — Comment peux-tu me prendre pour modèle ? La seule chose que tu sais de moi, c’est ce que tu as pu en voir lors de nos précédentes rencontres. Tu ne sais pas ce que j’ai pu faire, mes projets, mes idéaux. Tu ne sais rien de tout cela, alors comment peux-tu m’imaginer aussi parfaite, Inori ? Je ne suis pas mieux qu’une autre et je n’ai pas forcément mieux agi que ce que tu ne sembles l’imaginer. Je n’ai rien d’un ange, rien de la perfection. Je fais juste en sorte de me battre.

Oui, se battre. Affronter ses démons, ses peurs. Faire preuve de courage. Ne pas oublier ce qui la façonnait et apprendre à vivre avec. Transformer les défauts en qualités. En faire des atouts imparables. Ou alors, les rendre moins monstrueux qu’ils ne pussent l’être. En tous les cas, il ne fallait pas se cacher derrière des miroirs illusoires, ni même derrière d’innombrables rêves. Non. Le but principal restait de grandir en attrapant les étoiles, pour en faire de véritables armes.

    — Qui te dit que je n’ai pas commis d’erreurs ? Qui sait si je ne suis pas pire que toi, mais que je ne le montre pas ? On n’atteint pas un objectif en fermant les yeux, en regardant derrière soi. Tu n’es pas faible, tu es juste lâche. Et tant que tu ne te mettras pas dans le crâne que tu dois toi-même attraper tes rêves, tu n’auras jamais rien. Tu pourras pleurer, personne ne te prendra par la main. Nous sommes tous des brebis égarées, nous cherchons seulement à nous en sortir. Une fois que notre situation se stabilise, cela semble aller mieux. Les larmes n’effacent pas les cauchemars, elles ne servent qu’à nous apaiser sur le moment. Lève-toi, Inori. Lève-toi, le monde ne t’attendra pas.

Ses vêtements commençaient à prendre l’eau, peu à peu, tant les gouttelettes tombaient. Le parapluie, contre terre, semblait lui tendre les bras pour la protéger. Mais elle n’en fit rien et reprit sur sa lancée.

    — Tu as les capacités pour contrôler ton univers, en faire quelque chose de merveilleux. Tu as tout. Tu te caches juste, par peur d’agir. Tu ne tomberas jamais. Et même si tu tombes, je serais là. Je te soutiendrais, toujours. Je te le promets.

Cesse de pleurer, princesse. Tout ira mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Sya
Informations
Grade : Genin
Messages : 735
Rang : B+

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] EmptyMer 6 Fév 2013 - 14:56


Et me revoilà encore une fois perdue, chercher un chemin rempli de rêves et d'espoirs, une lumière lointaine et pourtant si proche. Je n'avais rien demandé de tout ça, je n'avais rien voulu... Je voulais juste vivre ma vie au jour le jour, sourire aux personnes que je pouvais croiser. Leur faire croire à un pseudo bonheur que je pouvais vivre, que je croyais vivre. Au final si je voulais être la représentation de quelqu'un, de quelque chose ça serait Yuka ou une goutte d'eau. La goutte connaît déjà son chemin, elle tombe, fièrement, sans s'arrêter. Elle rend nos terres fertiles et douces, elle aide bien plus qu'une autre personne... Désillusionnée alors de ma vie d'antan je cherchais encore et encore quelque chose pour ma rassurer, une chaleur, un signe, des mots, je cherchais tout, je me cherchais.

Pourtant, une seule personne vint à moi ce jour-là. Un hasard ? Une coïncidence ? Ou tout simplement le destin lié fortement à nous deux ? C'était après tout un diamant cette personne, une perle, un joyaux inestimable et unique qui brillait de tout son éclat, un éclat lumineux, unique.. Je me demandais alors comment pouvais-je penser cela alors que je connaissais pas encore Yuka extrêmement bien, mais j'avais un sentiment qui venait par lui-même, la confiance. Oui, c'était cela, je dévouais toute ma confiance envers Yuka, elle qui pendait la conquête de Yuki no Kuni était si forte, si incroyable et si stratégique.. Moi je fus qu'une impulsive impuissante que fonçait comme elle semblait le penser, juste pour une victoire et rendre Kiri fier.. Je sais très bien aujourd'hui que ma conduite avait été stupide et je voulais changer, mais comment ? Comment faire pour s'évader ?

Puis vint les mots de la Mitsuharu, durs, froids et pourtant si vrais... Mes yeux étaient plongés dans les larmes, pourtant ils étaient grands ouverts, et commençait à décaler vers une couleur tout aussi familière que le sang, la couleur or... « Tu es juste lâche », des mots perçants dans mon âme, pourtant il n'y avait rien de faux, c'était une vérité horrible mais réelle et présente. Mes larmes ne sont que mes rêves brisés, qui continuent de partir au loin, pourtant chaque larme revient, chaque larme se recrée. Les gouttes d'eau sont infinis, l'espace l'est aussi.. Alors pourquoi pas moi aussi ? Si les rêves se brisent, il faut en refaire de nouveaux, se battre pour eux, se battre pour ce que l'on croit, non pas pour ce que je crois vouloir devenir. Je n'ai pas besoin de le devenir, non, elle a raison après tout, je suis déjà ce que je veux être... Prendre conscience d'une énergie mystérieuse, d'une force intérieur qu'on a tenter de cacher car on ne croyait pas en soi, voilà mon cas.

Alors, me levant de la balançoire je ramassais le parapluie pour couvrir mon doux diamant. Mes yeux, mes pupilles, mon âme émanait en elle cette force que je recherchais tant.. Je levais ma main au ciel, des gouttes tombaient alors dans celle-ci. En les regardant je me disais alors que tout ce que je pouvais penser autrefois était bien faux. Les gouttes n'ont pas un avenir tout tracé, des gens viennent pour le perturber, l'améliorer. Si je suis capable d'arrêter les gouttes dans leurs destins funèbres, alors je suis aussi capable de changer mon « univers ». Le monde est en plein changement, perpétuel et durable chaque chose évolue, chaque chose change. Serait-ce alors enfin mon tour à moi, de le changer ? Mon monde à moi serait-il en pleine décadence ? Il faut le vouloir pour le pouvoir, alors faut-il croire en mes capacités ? Faut-il enfin que je réalise que je suis comme une rose prêt à éclore ? Bien sûr, il le fallait.

« Au final, ce n'est plus une question personnel, hein ? Si je ne suis pas assez forte, je décevrai la Brume Sanglante, toi, tout le monde, tout ceux qui croient en moi. -tournant mon regard vers Yuka- Alors, si je suis réellement capable de changer mon univers, mon monde, je le ferai. Mais au final, qui es-tu toi, Yuka ? Que s'est-il produit dans ton passé pour être ce que tu es aujourd'hui ? »

Peut-être n'ai-je pas besoin d'un exemple à suivre ? Juste ma voie propre ? Mais je sais qu'au fond de moi, j'ai besoin de Yuka, pour qu'elle me rassure, pour qu'elle continue à me dire que si je veux, je peux.


Je n'ai pas choisis d'être moi, mais je peux encore changer mon destin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] EmptyLun 11 Fév 2013 - 20:17

Tu sais pourquoi j’ai mal, quand je repense à toi ?

Un songe, un mensonge. Une idée effacée, oubliée. Oblitérée. Rangée dans un coffre et cachée à jamais. Elle n’existait que dans les rêves de certains, entre les lèvres des autres, mais plus dans son esprit. Une lobotomie réalisée par ses soins. La chasse aux souvenirs, le besoin d’oublier. Et pourtant, parmi cette fuite interminable subsistait une partie d’elle qui persévérait, qui affrontait les mémoires avec un grand sourire. Ce qui était passé restait passé, ne faisait plus de mal. Ou alors, il fallait le vouloir. Mais une fois libéré, l’esprit ne souffrait plus. S’était-elle libérée ? Yuka ne le savait pas. Elle ne désirait pas le savoir, à vrai dire. Toutes ces mémoires la détruisaient. Comme une morsure de serpent, elles répandaient un serpent qui la dévorait, lui nuisait peu à peu, jusqu’à la paralyser entièrement, pour la mener à une mort certaine. Face aux bras de Thanatos, la gamine courut. Elle s’enfuit. La peur de mourir, de perdre l’esprit. De devenir incontrôlable. Mais un jour, elle était revenue, prête à prendre les armes et à les lui enfoncer dans le cœur.

Tu sais pourquoi je t’aime toujours autant ?

Il n’y avait plus que des histoires contées du bout des lèvres, des petits contes embellis, aux fins merveilleuses. Pourtant, dans sa mémoire ne se trouvaient pas de si belles choses. Au contraire. Le sang imbibait chaque page de sa biographie, comme les souillant de toutes parts. Sur certaines, aucune tache. Sur d’autres, impossible de lire les lettres dessinées par le temps. Il n’y avait plus que des restes, illisibles, hideusement marqués par l’hémoglobine. Yuka soupira et ferma les yeux. Qui était-elle ? Qu’avait-elle fait ? Pourquoi se trouvait-elle ici ? Tant de questions. De nombreuses réponses, mais si peu de choses décentes. Des misères, des crises. Des peurs. Des peines. Tout cela enfermé dans un corps d’enfant, qui grandit avec et apprit à les manier pour en faire des armes. Et parmi les ténèbres, une seule et unique lumière. La brune rougit à cette pensée, avant de la balayer.

    — Je suis le monstre tapi sous de très nombreuses couvertures. Je t’ai toujours souri, mais au fond de moi je pleurais, comme une enfant. J’avais peur de tout, de rien. Je suis aussi faible que tu penses l’être, mais on m’a donné une chance de me battre. Du moins, une chance …

La brune soupira et prit la place de sa jeune amie, s’exposant de nouveaux aux gouttelettes de pluie. Elles tombaient, la frappaient si fort. Cela lui glaçait le sang, la frigorifiait. Mais, étrangement, ne la gênait pas. Il ne s’agissait que d’une sensation supplémentaire, sur ce cocktail explosif. Sa mémoire se mit en marche. Vint alors l’explosion. L’arrivée de toutes ces images, de ces larmes. Toutes ces visions du passé qui se battaient pour se faire une place. Puis, une sortit du lot, suivie d’une autre, et l’histoire se reforma entièrement.

    — Je suis le témoin d’un parricide. Mes parents sont morts de la main de mon frère, Kyurei, que j’avais toujours considéré comme l’homme de ma vie. Mon frère était la plus belle chose que le monde m’avait offert. Le plus beau cadeau. Je l’aimais plus que tout.

Un sourire nerveux naquit sur ses lèvres. Ses prunelles brillaient. Elle résistait à l’assaut des larmes, ne voulant pas leur céder. La brune se mordilla la lèvre, avant de souffler un court instant. Tout affluait dans sa tête avec une telle clarté que cela lui en donnait le tournis.

    — Pour une histoire de sabre, je me suis retrouvée orpheline. Avant cela, ma vie avait tout de ce que pouvait rêver une gamine, tu sais. Mais voilà. Il a fallu que je sois choisie pour que le tonnerre gronde et déchire mon univers. J’ai perdu ma mère et mon père, cette nuit-là. Tous deux tués par la lame qu’ils désiraient me remettre.

Un goût amer arpenta sa langue, se hissant dans sa gorge avec joie. Elle déglutit, perçant sa lèvre avec maladresse. Le sang se répandit dans sa bouche, renforçant le goût âpre qui s’y trouvait déjà. Cela lui donnait envie de vomir. Mais elle ne pouvait plus s’arrêter, désormais.

    — Alors, j’ai grandi. Et j’ai décidé de rendre à mon frère la monnaie de sa pièce. Je l’ai tué. Avec la lame qui lui avait servi à détruire toute notre famille. Je la lui ai plantée dans les viscères, un sourire aux lèvres. Dès lors, j’ai compris que mon monde ne serait jamais plus le même. Je venais d’éradiquer une menace, certes, mais je venais de briser en éclats mon plus beau joyau. J’étais seule. Dépourvue. Je suis allée en prison.

Rapidement, le rouge lui monta aux joues. Yoru. Cet être absolument merveilleux, qui transformait les idées qu’elle se faisait à propos de la perfection. Cette dernière n’avait rien d’un axiome, au contraire. Il s’agissait simplement d’une perfection propre à lui-même. La sienne. Celle qui révolutionnait toutes les autres et fascinait Yuka. Un songe, oublié un instant, puis retrouvé longtemps après. Une douce sensation lui serra le cœur. Son sourire devint plus doux, plus tendre. Elle serra l’une des cordes de la balançoire, pensive.

    — Là-bas, je l’ai rencontré lui. Quelqu’un de spécial en apparence mais … Je me sens bien quand il est à côté de moi. Il calmait mes hallucinations, à ce moment-là. Jusqu’à ce que la crise revint. Oui, j’ai eu des hallucinations. Je l’entendais. Mon frère. Je le voyais partout et j’avais l’impression qu’il me pourchassait. Cela me rendait folle.

La brune se releva et prit Inori dans ses bras, un sourire aux lèvres, avant d’éclater en sanglots. Les larmes ruisselèrent sur ses joues, tandis qu’elle pleurait silencieusement, à mi-chemin entre le bonheur et la tristesse. Le deuil se faisait de plus en plus, la plaie se refermait peu à peu. Elle ne faisait que mettre du sel dessus, mais c’était pour la bonne cause, non ?

    — Maintenant, je vais mieux., reprit-elle, des sanglots dans la voix. J’ai chassé mes démons, j’ai revu l’être le plus cher à mon cœur. Et tu vois, je vais bien, non ? Je me bats, je souris. Je n’ai peur de rien. Il n’est aucune raison de fuir, de craindre l’avenir. Il est plus faible que toi, lorsque tu te bats assez bien. Il faut juste ne pas en avoir peur. Sinon, il te dévore et fait de toi un pantin. Je doute que tu veuilles devenir un pantin, hein, ma Princesse ?

Elle la serra davantage.
Tu sais, même si j’ai souffert, je t’aime toujours autant. Parce que même si tu m’as détruite, avec toi, j’ai vu le monde comme je devais le voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Sya
Informations
Grade : Genin
Messages : 735
Rang : B+

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] EmptyJeu 21 Fév 2013 - 18:19


Dis petit oiseau, où t'envoles-tu pour aller si loin et revenir à chaque saison ?

Les larmes sont la matérialisation d'un but, d'un désir ou d'espoir perdu dans un sombre passé. Pourtant, quelques fois certaines larmes, douce, forte, puissantes changent tout, d'un geste simple, d'une éraflure et d'un regard elles se transforment en autre chose.. Cristallisation du bonheur pourquoi fais-tu autant mal ? Pourfendeur des droits et devoir, nos larmes coulent pour oublier les peines, les refermer. Au final, elles servent juste à appeler quelqu'un. « Viens, viens m'aider je t'en prie, je suis si perdue, je suis si triste. », une urgence immédiate de besoin naturelle d'amour. Des sourires, un regard, des mots et sentir sa présence. Une atmosphère de diamant flottant dans les yeux, qui à chaque fois s'élèvent s'illuminent d'une tristesse inconnue mais pourtant réelle. Pourquoi persiste-elle encore ? Pourquoi, comme la mort, nous suit-elle constamment ? Avons-nous été ange déchus destinés aux pires méandres des enfers ?

Bien sûr que non, tout n'est qu'illusion, tout n'est que fantasmes et désirs à poursuivre. Faisais-je alors partir d'une quelqu'un secte cherchant l'impossible avant d'être désillusionnée impitoyablement par des faits présents encore et encore dans mon quotidien. Et ce tambour jouant la décadence du désespoir, une symphonie si dure, si persistante, pourquoi restes-tu pour me torturer dans une cage au milieu des enfers ? Je voulais encore regard le monde haut, un regard sûr et révélateur désignant quelqu'un prêt à tout pour réussir et s'imposer.. Au final, je voulais bien trop de choses, tout cela pour satisfaire une soif excentrique et de besoin perpétuel d'un gardien. Je l'aime ce gardien, unique, petit, si simple et pourtant si mystérieux. Ô Yuka, fleur du mal s'implantant parmi la lumière, ton passé si dur, si froid et pourtant si compliqué a fait de toi une personne forte. Horrible soit-il, tu as encore le courage de porter le fardeau de ta famille, la lame sanglante. Ses yeux étaient remplies de larmes et maintenant collée à moi nous étions deux à lancer en l'air les perles d'une tristesse certaine.

« Tu m'as promis d'être là pour moi, alors moi aussi je le serai. Tu n'as pas à verser de larmes, peut-être ne te connais-je pas entièrement, peut-être que je ne suis rien pour toi. Mais je sais que ce lui est là, une force semblable aux titans.. »

Passant délicatement ma main dans ses cheveux maintenant trempés, je regardais le ciel d'un regard envieux. Moi aussi j'aimerai m'envoler, sans gênes, sans complication j'aimerai partir loin de tout cela. Je ne pouvais laisser Yuka, perle si fragile qui se donne l'air forte. Devais-je encore rester ? La question ne devait même plus se poser... Partir où ? Dans un endroit sombre, froid pour être seule?Pour que mes larmes de tristesses se transforment en celles de regrets et d'envie ? Non, je ne voulais pas d'une vie aussi obsolète que celle-là. Au fond, je voulais moi aussi vivre, vivre avec Yuka, avec tout le monde. La Brume Sanglante m'a accueillit, m'a réchauffé et m'a donné du courage pour devenir ce que je suis maintenant. Je serrais alors un peu plus mon étreinte douce contre Yuka. Avions-nous été supposées fortes pour être encore en vie maintenant ? Avec tout ce qui s'est passé, j'ai grandi au final. Fallait-il juste trouver une clé pour me détacher de ces chaînes ? Je ne crois pas, il me fallait juste un joyau resplendissant, fort et unique, s'appelant Yuka.

« Au final, ce ne sont pas les larmes qui effacent le désespoir, ce sont bien les gens que l'on rencontre, oui.. »

Et le soleil revenait, légèrement, illuminant peu à peu le parc. Nous étions là, accrochées l'une à l'autre. Je ne voulais pas la lâcher, non, jamais je ne la laisserai partir, plus jamais personne ne la rendra triste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mitsuharu Yuka
Informations
Messages : 532
Rang : A+

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] EmptyDim 3 Mar 2013 - 23:49

« Pour la première fois de ma vie, je n’ai senti que cette pluie qui me glaçait le sang. Je me sentais extrêmement mal, mais aussi extrêmement bien. Un grand coup de bâton en pleine tête. Un coup de massue entre les côtes. Une impression de mourir, mais de relâcher un poids gigantesque. Comme si l’on m’arrachait les entrailles et que je me regardais, de loin, mourir lentement. J’aurais pu m’envoler, mais quelque chose d’étrange me retenait sur la terre ferme. J’avais peur. De quoi ? Je ne sais pas. Je ne sentais plus rien. Juste … La pluie. Et les larmes sur mes joues. Pourquoi souffrais-je ? N’étais-je pas heureuse du déroulement des choses ? N’étais-je pas un oiseau, un volatile capable de déployer ses grandes ailes pour s’envoler, pour vivre à nouveau ? Non. Non, je ne l’étais pas. Je ne me sentais pas capable de quitter cet endroit. Mon aile me semblait brisée, morcelée, inutilisable. J’avais un trou dans le cœur et des chaînes aux pieds. Je ne pouvais pas bouger et, dans ma torpeur, je voyais ce chien appelé Passé m’arracher mes viscères. Et il souriait, il souriait. Il me tirait la langue et me regardait tomber lentement. Il me contemplait, à deux pas de la mort mentale, pendant que je laissais mon esprit s’approcher, tendre la main pour attraper celle de Thanatos.
» Et pourtant, avant de tomber, je l’ai sentie. Elle. Cette douce étreinte qui me ramenait sur Terre, qui me rattrapait. Qui brisait mes chaînes. Cette petite fille. Cet ange aux cheveux roses. Un vrai bonbon, j’aurais pu la manger. Pourquoi, face à elle, me sentais-je aussi … étrange ? Comme si le Passé ne me tourmentait plus qu’à moitié, ou, plutôt, comme si elle m’aidait à l’envoyer sur les roses. Un peu comme si elle me donnait la force de lui envoyer un coup de pied surpuissant en pleine tête. Cette demoiselle, si frêle, si triste, si fragile, créait en mon être une boule de courage absolument énorme. Pour elle, j’aurais pu arracher les étoiles. Pour elle, j’aurais pu mettre le monde à feu et à sang. Ce petit morceau de quartz, égaré entre des milliers de sardonyx, à attendre que son heure tombât et qu’il noircît à son tour.

» Elle représentait la pureté, l’innocence. Tout ce que j’avais perdu lorsque je l’avais planté. Tout ce qui ne se trouvait plus en mon être. Une petite fille, bernée par ses rêves, candide, à la recherche d’elle-même. Je ne savais pas pourquoi, et je ne le sais toujours pas, mais j’aurais pu lui donner mon sourire pour ne plus la voir pleurer et … me voilà, moi, Yuka, à pleurer entre ses bras. Ah, je lui donnais un si beau modèle. À vouloir la protéger, je m’en étais oubliée. Ou plutôt, me voilà dévoilée. Ma couverture de mystères s’envolait, me laissant dépourvue de bouclier, de protection. Je m’étais jetée dans les maxillaires du loup, en lui priant de me dévorer rapidement. Malheureusement, le temps de mastication fut trop long, et me voilà, les yeux pleins de larmes. Mais la douleur s’atténuait, à mesure que sa petite tirade touchait à son but. Oui, je la voulais près de moi. Comme un membre de ma famille déchue. Comme ma petite sœur, comme le joyau qu’elle était. Je serrai davantage sur son petit corps, un sourire naissant sur mes lèvres. Mes chaînes se brisaient, mes ailes reprenaient une forme convenable et semblaient moins abîmées. Elles étaient là, presque intactes, réparées, protégées. Le Passé pouvait revenir, j’étais prête. De toutes les façons, je l’avais toujours été. Pourquoi faiblir ? Je n’avais aucune raison de flancher, après tout.

» Mon univers se peignait doucement de rose, récupérant une teinte plus jolie, plus douce. Une couleur nacrée, moins agressive. Je n’étais pas un quartz, juste un rubis éraflé, que le temps, en bon artisan, réparait. Il me donnait une nouvelle forme et me permettait de m’améliorer. De transformer les cauchemars en rêves et de tout balayer, à jamais. Je fermai doucement les yeux, croisant Yoru dans mes pensées. Mon sourire s’agrandit. Lui aussi. Lui aussi m’aidait à grandir.

» Inori avait raison. Ce n’était pas les pleurs qui soignaient, qui pansaient les plaies. Au contraire. Le monde lui-même, et toutes ces personnes merveilleuses qui le peuplaient, permettaient de refermer les blessures et d’avancer. Je rompis doucement l’étreinte, lui prenant la main d’un geste tendre.

    — Allez, viens, le monde t’attend.

» Nous partîmes, baignées par une douce lueur solaire, vers un futur plus beau, mais pas plus simple. Je me sentais bien. Prête à reprendre les armes pour continuer la longue guerre contre l’avenir et, je savais, au fond de moi, qu’elle serait là pour être un autre petit soldat de la lumière, combattant les ténèbres. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Infaillible. [Yuka] Empty
Message(#) Sujet: Re: Infaillible. [Yuka] Infaillible. [Yuka] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Infaillible. [Yuka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Terrain d'Entraînement-