N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty
Message(#) Sujet: Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] EmptySam 24 Nov 2012 - 22:52



Je hais ma vie. Oui, un petit garçon de dix ans qui dit ça. Oh putain, je viens de dire moi-même que je suis petit. C’est signe que je tombe dans une dépression. Qu’est-ce que ça va être, par la suite ? Une psychose ? J’espère ne pas tomber à ce niveau de débilité. Pour revenir au problème… Bah, vous l’aurez certainement compris. Je ressens toujours ces énièmes sources d’énergies venant de toute part. Par exemple, je sais que mes voisins du dessus sont dans une position dont je redoute la nature, le marchand de fleurs devant mon logement vient de se casser la gueule sur la chaîne de trottoir et que des bambins de mon âge approximativement courent dans la rue tout en bousculent une personne, sûrement une vieille. Oui, le niveau de chakra parle pour eux. C’est chouette, n’est-ce pas ? NON, CE NE L’EST PAS !! Comment j’suis censé dormir la nuit alors que je sais que des dizaines de Shinobis, probablement tous du Misuto vu leur expérience, se baladent dans la rue sous le clair de lune ?! Et je ne suis pas capable de m’entraîner comme je le veux, je me fatigue plus rapidement. N’étant pas capable de manipuler ce nouveau pouvoir, il puise de manière permanente dans mon chakra. Des Chûnins et Jônins m’ont assuré que ça viendrait avec le temps, lorsque je serai plus vieux… Et c’est supposé être quand ça, plus vieux ?!

Il y en a marre ! Je dois sortir d’ici. Las de rester dans mon lit à la journée longue, je dois faire quelque chose, et vite ! C’est l’Été, il fait chaud, alors pourquoi ne pas prendre une petite promenade à l’air frais ? Sortant des draps de mon lit, je pris sur ma table mon fameux couvre-chef avant de prendre la sortie pour enfin errer dans les rues du village de la brume. Et quand je dis errer, ce n’est pas une façon de parler. Le village est plus calme ces derniers temps. Avec les tensions qu’ont le village des nuages et le nôtre, nos Shinobis sont partie foutre une raclée à Kumo. Pourquoi je n’ai pas participé à la guerre, vous dites ? Selon le règlement, il est formellement interdit d’envoyer des enfants à la guerre… Je ne sais pas si je dois être offusqué ou bien simplement déçu. Mais qu’importe ! Je croyais être à l’abri des nombreuses sources de chakra, mais depuis que le conflit s’est accentué et que le combat a commencé, l’activité à redoubler la nuit. Fuckin’ nightwalkers. Alors que je divaguais bien à l’aise dans le taudis qu’est Kiri, j’entendis derrière moi des cris. Mmh ?! Une attaque ?! Une pensée que j’écartais par la suite. C’était un loup qui courait dans le village, tout simplement. Qu’est-ce qu’il fou là, cet animal ? Encore plus étrange, c’est que le canidé dégage du chakra, un niveau légèrement sous le mien quoi. Un Gekei, comme Pô-Sensei. Il entama une course effrénée, alors je me tassais de la route. Mais alors qu’il passait à côté de moi… Je tendis la jambe.

    « Hahahahahaha !! C’est ce que j’appelle mordre la poussière !! Réussis-je à dire entre deux respirations saccadées.»


Un fou rire s’empara de moi alors que l’animal avait fendu sa gueule directe dans la terre de l’allée. Oh, il n’a pas aimé, je vais probablement passer un mauvais quart d’heure. Mais qu’importe, c’est mon premier rire depuis un bon bout de temps, ça le fait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hisashi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] EmptyDim 25 Nov 2012 - 13:04

UN PETIT REPAS


L'été était bien présent depuis quelques jours, en effet dans le village caché de la brume, les fortes chaleur se faisaient ressentir, l'air était presque irrespirable à certains endroits et les ports étaient devenus les endroits les plus frais. D'ailleurs ils étaient presque chaque jours assaillis par une vague d'habitants voulant se rafraîchir non loin de là. Ainsi nous retrouvions notre protagoniste dans sa demeure, il était plutôt concentré sur diverses paperasses sur son bureau, en effet il devait regarder attentivement la fiche de quelques ninjas. En vérité il ne s'agissait que de fiches personnelles réalisées à la suite des rencontres qu'il avait faite. Ainsi ils étudiaent secrètement chacun d'entre eux, pas dans un but malveillant, au contraire, il recherchait en terme de combattivité et stratégie la meilleur personne pour être son coéquipier dans le futur. C'était d'ailleurs tout un cheminement complexe pour trouvé la personne parfaite, du moins la plus adaptée car le parfait n'existait pas. D'autant plus qu'il était spécialisé dans le Taijutsu et le combat à corps à corps, il lui fallait un partenaire capable de se battre à distance et de couvrir le Gekei. C'était toute une organisation la recherche d'un compagnon.

Mais notre protagoniste commençait à en avoir marre, la chaleur se faisant de plus en plus lourde, il se demandait même si elle n'allait pas avoir raison de lui. Il ne lui restait plus qu'une solution sortir de sa demeure qui retenait bien trop la chaleur, pour aller se promener sur les quais de Kiri, c'était le moment de profiter de la fraîcheur du port. Surtout qu'en forme de loup il résistait bien plus à la chaleur et pouvait profiter plus facilement du frais. C'est ainsi qu'il décida de quitter son habitation, claquant la porte comme à son habitude, pensif comme d'habitude il se demandait si il allait croiser une de ses connaissances, comme les membres de son équipe ou bien Yoru-senseï, ou encore même Michiki. C'était grâce à eux qu'il avait la force de continuer, il n'y avait que ces personnes qui avaient vus un potentiel en lui, c'était pour lui une source de motivation, l'envie de se surpasser. Bien qu'il ne soit encore qu'un Genin, on lui avait confié qu'il pourrait allé très loin par la suite si il se donnait les moyens nécessaires, à vrai dire c'était comme tout le monde, néanmoins les aptitudes de son clan attiraient beaucoup de convoitises.

Dehors l'air était déjà plus frais que la demeure du Gekei, cette dernière retenait bien trop la chaleur ce qui était bien en hiver, mais très difficile en période d'été et de jours de fortes chaleurs comme aujourd'hui. Sous forme de loup, les habitants y étaient désormais habitués et préféraient esquivés notre garçon plutôt de lui barrer la route. D'autant plus qu'il se baladait d'une manière assez rapide comme à son habitude en pleine course, c'était ce sentir vivre. Oui le vent lui caressait les poils, lui offrant de la fraicheur, ses yeux balayaient l'horizon avec la vue de loup cela lui offrait de meilleurs pupilles et un meilleur champ de vision, d'autant plus que son ouïe était plus fine, tout ce qu'il se passait, il l'entendait. Il ne regrettait pas d'être né dans un tel clan, au contraire cela lui offrait tant de possibilités et ses fièrement qu'il revendiquait et défendait son clan, bien que ses membres ne lui prête pas vraiment d'attention. C'est alors qu'il remarqua quelque chose d'étrange dans une ruelle, comme si quelqu'un se faisait passer à tabac, c'était le moment d'agir. Cependant au moment de s'élancer il sentit un obstacle contre sa jambe, puis le sol se dérober sous lui ainsi que l'impact du sol quelques secondes après. Oui quelqu'un venait de lui faire un croche patte, se relevant on put entendre une terrible voix rauque du fait de sa transformation:

« On ne t'a jamais prévenu de ne pas défier le grand méchant loup petit être ?!! »

Les crocs de notre homme étaient de sorti, son regard était rempli de haine, une envie de manger le petit blondinet qui se trouvait devant lui, il avait réussit à faire monter la colère chez le Gekei, chose à ne pas faire. Après tout, tout le monde sait que les loups on le sait chaud et là il était bouillant pour notre héros. Personne n'avait le droit de lui faire bouffer le sol, c'était une erreur qui engageait un risque de regret. D'ailleurs Akishi se tenait prêt à bouffer le blond si cela lui répondait mal, quitte à avoir un combat...




Dernière édition par Gekei Akishi le Sam 22 Déc 2012 - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] EmptyMer 28 Nov 2012 - 2:29


Oh non, je craque. C’est trop, je ne suis plus capable de retenir ce fou rire. Cela fait tellement du bien de lâcher un peu la pression. Un peu ?! Que dis-je, je suis carrément perdu dans mon délire. L’animal a bouffé la poussière tel un looser après avoir fait une petite roulade sur le côté. Il n’était pas content, ça non. Après tout, qui serait heureux après avoir bouffé la terre du sol ? C’est compréhensible. Puis, le sujet du jour n’aidait pas à la situation. Non, vraiment pas. Il montrait ses crocs et me menaçait. Ah, la bonne blague ! Et c’est repartit pour un nouveau fou rire. Je kiff ce Gekei, il est trop marrant. Il essaie de faire peur à un jeune garçon alors qu’il ne sait pas si c’est un ninja ou bien un simple citoyen… À moins que ce soit un senseur, il n’y a pas de cas contraire. Mais que voulez-vous. Au final, il reste débile comme un animal au niveau de l’intelligence qu’on considère normale chez nous. C’est fou, il y a toute sorte de spécimens au village de la brume. Je croyais avoir tout vu avec mon copain Michiki. Avec ses cadavres, tu ne sais pas ce qu’il lui passe derrière la tête.

Bref, tout ça pour dire que je m’amuse et je ne le cache point. C’est avec une immense aise et une certaine naïveté que je m’étouffe presque dans mon propre rire. J’étais plié en deux, les bras tenant mon ventre qui commençait à faire mal. Mon front caressait le sol terreux de l’allé du centre-ville. Vous l’aurez compris, j’ai fumé !! Non, je rigole. Ce qui est si amusant, c’est la gueule qui fait. Ça ne fait pas peur, ce truc ! C’est trop ordinaire quoi. Allez me chercher quelque chose de bien plus effrayant… comme la gueule à un chanteur à la voie de tapette, ou bien un poney rose qui rôde dans la nature. Mais un loup qui grogne, c’est presque mignon à vrai dire. Puis, mon délire s’arrêta net. Je me relevai tout en fixant une certaine ruelle lugubre entre un restaurant et un supermarché. Je ne voyais pas ce qu’il se passait là-bas au sens propre du terme, mais leurs énergies décrivaient leurs mouvements. Et je peux jurer qu’une baston non-égale est en cours d’exécution. Trois contre un pour être plus précis. L’un semble tenir l’autre en lui bloquant l’usage de ses membres supérieurs alors que les autres s’amusent à lui foutre la raclée de sa vie. Autant pour aller pleurer à sa mère si ce sont des petits bambins… Non, pas comme moi ! ‘foirés.

Ignorant le canidé féroce qui semblait trop préoccupé à faire son petit acteur tout méchant, je me dirigeais vers cette fameuse ruelle où les plus grandes situations farfelues se produisent. N’énumérons pas le nombre de rumeurs ou d’histoire qui circule sur le compte des ruelles sombres et douteuses. L’imagination humaine a décidemment une certaine limite. Bref, pour en revenir à notre petit problème… Je pris le soin de jeter un œil sur les petits voyous qui tabassaient… un homme dans la trentaine. Ouf, la honte. Ouais bon, il faut punir ces adolescents et leur foutre la trousse de leurs vies. Cependant, je n’ai pas les outils nécessaires pour faire ce genre de farce… Et c’est à ce moment précis qu’un immense sourire se dessinait sur mes lèvres alors que mon regard de charbon se porta sur le loup. Un regard malicieux, oui. L’idée la plus débile vient de m’être passée par l’esprit. Oh, que je vais me faire haïr, mais ça vaut bien le coup. Je fis un bond et atterri directement sur le dos du canidé. Il se débat, mais rien à faire pour lui. J’étais maître de la situation et de son entité animale. Je le dirigeais vers la fameuse ruelle et pénétra à l’intérieur de celle-ci, à la vue de ces derniers. J’empoignais fermement la fourrure du loup pour ne pas tomber.


    « Haha ! Fonce, mon ami. Il y a des adolescents qui ont fait quelque chose de très mal ! Au fait, va falloir que je trouve un nom si je veux te garder comme animal de compagnie… »


À la vue du gros méchant loup, les jeunes adultes lâchèrent l’homme et s’enfuirent du côté opposé.

    « Ils se barrent. Court, mon chien. Court !! »


Impossible de garder mon sérieux dans cette situation. Je crois aussi que mon heure est arrivé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hisashi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] EmptySam 1 Déc 2012 - 12:57

UNE COURSE FOLLE


Seul contre tous, telle était la position du jeune homme qui se faisait passer tabac par les autres garçons, c'était donc ça être soudé à Kiri? Cependant notre protagoniste n'en voulait pas réellement au village caché de la brume, en effet il s'agissait plus de la nature humaine, remplie de vices et de perversions, l'organisation du village n'y était pour rien. Ainsi le zoomorphe était face au petit homme qui venait de lui faire le croche patte, c'était d'une insolence incroyable et dénoué de toute présence de maturité et une fois de plus il s'agissait de la nature humaine. Mais Akishi n'avait pas de temps à perdre avec un tel petit être, à vrai dire ce dernier l'intéressait que bien trop peu, il n'avait rien de particulier, rien qui donnait envie de s'intéresser à lui. C'était fou tout de même d'oser faire un croche patte à l'homme loup, c'était risquer sa vie. Néanmoins il s'agissait d'un Kirijin, le Gekei ne pouvait lui faire de mal sous peine de remontrances et non des moindres, d'autant plus que son senseï n'était autre que le régent de Kiri. Une crise de folie aurait pus terrasser le zoomorphe sans qu'il ait le temps de dire un seul mot et perdre la vie n'était pas un de ses objectifs ces derniers temps, surtout pas avec ce qu'il se passait au village caché de la brume ces derniers temps.

Son interlocuteur était en train de rire, ne prenant pas vraiment au sérieux le grognement du Gekei. Il risquait beaucoup, il ne faut jamais trop titiller la patience du loup, après tout un blondinet devrait savoir que le loup est un animal sauvage capable de bien gros dégâts. Une morsure pouvait être fatal par exemple, d'autant plus que les crocs de l'animal étaient dès plus acérés, si il le voulait il aurait pus faire qu'une seule bouchée de l'insolent. Mais, ce serait lui accordé trop d'importance alors qu'il n'en mérite pas, à vrai dire un gamin de la sorte ne mérite peu de choses, si ce n'est de se faire éliminer lors d'une mission périlleuse, ou bien un jour tomber sur moins patient que notre héros. Surtout qu'avec un te manque de sérieux, il n'irait pas bien loin dans le monde des shinobis, un manque de concentration était une grande faiblesse et faire des farces sans cesse ne menait à rien, si ce n'est à avoir de sérieux problèmes. De ce fait le blondinet s'occupa alors du passage à tabac non loin de là, il venait seulement de le remarquer, un peu retard d'ailleurs, à vrai dire c'était normal quand on préférait faire un croche-patte plutôt que de rester attentif à ce qu'il se passe dans le village.

S'approchant alors le blondinet semblait avoir peur en plus de cela, oui il avait peur d'y aller tout seul, c'était pitoyable. Cela fit d'ailleurs sourire le zoomorphe, il pouvait lire cette hésitation dans les yeux du petit homme, comme si tout seul il savait très bien qu'il n'avait aucune chances, c'était dès plus pathétique. C'est alors que son interlocuteur eut ce sourire aux lèvres, dès plus béant et dès plus arrogant, il se permit alors d'attraper la fourrure du Gekei et de grimper sur son dos. Oui, il venait de le faire, sans demander la permission, d'un simple geste, comme si cela était normal et possible ! Hors, ne savait-il pas qu'il venait de faire la plus grosse erreur de sa journée? C'était un manque de respect total et une preuve d'immaturité, comment ce petit être si inoffensif pouvait-il être un ninja? Après tout il n'avait rien de bien sérieux et il n'avait aucune formes de courage en lui, c'était à vrai dire un raté tout simplement. Du moins c'était le point de vue de notre protagoniste qui essayait tant bien que mal de se débattre, cependant un grand rictus apparut sur son visage, il avait la solution. Courant à toute vitesse il reprit sa forme initiale d'un seul coup, attrapa le petit homme dans son dos avec son bras et le plaqua fortement au sol, on put entendre un choc qui attira tous les regards dans toute la rue:

- Tu n'as que ce tu mérites, le respect est une chose que tu devrais apprendre, tu deviendras surement un meilleur ninja. Tu ne peux faire ce que tu désires, bien que ce ne soit pas une loi, c'est avant tout une question de maturité, peu importe tes intentions, mais sache que les blagues les plus bonnes sont les plus courtes. Monter sur mon dos était une erreur, tu devrais rester à ta place de temps en temps, cela ne te ferait pas de mal ! Regarde nous avons perdus les malotrus à cause de ta stupidité, cela te jouera des tours dans le futur si tu continues !

Les paroles étaient crues et le ton était ferme, il fallait que son interlocuteur comprenne qu'il avait dépasser certaines limites à ne pas franchir, d'autant plus que le Gekei pouvait reprendre sa forme animal à tout moment, cependant pour le moment il décidait de rester sous sa forme humaine. Il avait essayé d'éviter un combat, se donner en spectacle n'était pas son objectif, d'autant plus qu'ils avaient perdus la trace des malfrats. Désormais Akishi n'avait plus envie de jouer, il n'en n'avait jamais eut envie, le sérieux prônait dans le caractère de notre protagoniste. Attendant une réaction du blondinet il se demandait vraiment si cela n'allait pas partir trop loin...



Dernière édition par Gekei Akishi le Sam 22 Déc 2012 - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] EmptyVen 7 Déc 2012 - 22:39


Hahaha !! Que du bonheur, oui. Je m’amuse comme un fou. Présentement sur ma monture, nous avions fait peur aux trois petits enfoirés qui faisaient du mal à l’adulte sans défense. Pouah, honte à lui. C’est un homme de trente ans et il se fait intimider par de simples adolescents. Il a sûrement oublié de payer sa dose de marijuana de la semaine. Pauvre humain, j’ai presque pitié de toi. Alors que le canidé commença à pourchasser, la fourrure à laquelle je me tenais bien fermement disparaissait. La tête d’ahurie que je faisais en constatant ce changement. Maintenant, c’était tout simplement un Gekei en forme humaine. Va falloir qu’on m’explique un jour comment un homme peut changer d’apparence aussi rapidement. Alors que je tombais comme un con de ma monture suite à métamorphose, prêt à atterrir sur mon fessier direct sur le sol poussiéreux de la ruelle, un bras vint chercher mon col. Sans que j’aie le temps de réagir, je me retrouvais déjà plaqué au sol par un jeune adulte à la crinière blanche telle la neige. Le mec avait l’air menaçant et il faisait trois fois ma taille. Y’a pas à dire, j’suis légèrement mal barré. Ce n’est pas ma faute s’il n’a pas le sens de l’humour ! Non mais oh, ne faut pas prendre tous les coups de la vie au premier niveau.

Alors que je me débattais légèrement, le type commence à me parler. À me faire la morale, carrément ! Moi, un Lutin, il ose me toucher ET me faire la leçon. Ah non, le connard. Je vais lui foutre le feu dans sa tronche, attend un peu. Mais noble comme je suis, je choisis plutôt de l’écouter. C’est un mi-homme mi-animal comme Pô-Sensei, peut-être une parole de sagesse viendra se loger dans mes tympans. Ouais bon, je rêve un peu trop en couleur. Quel long pavé, et c’est à l’oral ! Il m’accuse d’avoir causé la perte des trois bâtards et dis que je suis immature et blablabla. Ah ouais, une baffe sur la gueule avec ça ? Je le regardais d’un air désintéressé, soit trop blasé. J’étais à deux cheveux de lui faire un bâillement dans sa tronche. Mmh ? C’est déjà fait ? Ah, mince. Autant pour moi.

    « Ouais, ouais. Dis le mec qui pouvait les rattraper mais il a préféré faire du mal à un gamin de dix ans. T'es comme le grand méchant loup. Honte à toi ! »


Qu'il crève en Enfer. Je jetai un œil au-dessus de ma tête. Difficile d’avoir une vue correcte vu que ma tête est carrément sur le sol. Les trois cons avaient pris la voie de gauche. Très bien. Mon attention se focalisa vers le Gekei de nouveau. Un sourire se dessina sur mes lèvres. On va pouvoir rire.

    « Hey, hey. Une course, ça te tente ? Avec ton odorat, tu pourras les pister assez facilement… Go ! »


De ma bouche, je balançai un jet de flamme directement sur le visage du grand homme. Ouf, plus de sourcil pour ce dernier ! En fait, non. C’est un tour de passe-passe, ce truc. Ce sont des flammes inoffensives. Le genre de chose utile pour surprendre l’adversaire ou bien pour forcer un enfoiré à te lâcher. Ce qui fonctionna à merveille. Aussitôt, je déguerpis vers la direction où les trois bâtards. Ce qui sera plus facile pour moi, c’est que je peux traquer leur niveau d’énergie. Oh, une minute papillon. Je m’arrêtai un instant pour regarder autour de moi avant de prendre un air redondant. Les civils du village de la brume ont tous à peu près le même niveau de chakra ! Putain. Allez, concentre-toi, mon grand Natsu, tu n’as pas hérité de ce sixième sens qui fonctionne à moitié pour rien… Trois signaux qui courent au Nord. Oui, ça doit être cela ! Je repris la course effrénée de plus belle. J’ai perdu assez de temps. Je ne doute pas que le loup soit plus rapide que moi. Cinquante mètres au Nord-Est. C’est parti, je vais gagner cette partie ! Et si l’autre ne se mêle pas au jeu, alors je considère cela comme un abandon. Point final.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hisashi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] EmptyVen 7 Déc 2012 - 23:46

UNE COURSE FOLLE


Le gamin se retrouvait vraiment dans une sale situation, en fait il se retrouvait tout bête. Il s'était fait avoir, croyant avoir à faire à un simple loup, il s'était en fait vus confronté à un Gekei, un peu plus complexe, surtout quand l'homme fait le triple de sa taille et n'est pas du genre à rigoler. Cependant Akishi n'allait pas faire du mal au blondinet, il était bien trop jeune, ce ne serait équitable pour lui, d'autant plus qu'il avait une bouille d'ange, mais un caractère de vrai démon, ce qui n'était pas dès plus agréable. C'était dans ces moments là qu'on comprenait vraiment que les apparences sont bien trompeuses, bien trop trompeuses. On pouvait lire comme un sentiment de déception, comme un gamin n'ayant pas eut ce qu'il voulait, ce qui fit apparaître un léger sourire sur le visage du Gekei, qui était tout de même énervé que le garçon ait joué avec lui. Néanmoins, il n'en restait qu'il ne s'agissait que d'un enfant, le loup ne connaissait rien de son passé et il ne pouvait pas vraiment le juger, sachant qu'il y avait une possibilité que le morveux face toutes ces âneries pour se faire remarquer, le loup devait être compréhensif.

- Hey, hey. Une course, ça te tente ? Avec ton odorat, tu pourras les pister assez facilement… Go ! !

Une course pour arrêter des malfrats? Pourquoi pas, Akishi trouvait même ce jeu passionnant, c'était pour lui une des meilleurs façons de se défouler et de rendre justice le tout de manière ludique. Mais on ne change pas un vilain garçon, le blondinet cracha alors une sorte de flamme au visage du Gekei qui tentait tant bien que mal de l'éteindre au plus vite. Quand soudain il se rendit compte que celles-ci ne le brûlaient absolument pas. Et oui il c'était fait avoir comme un bleu, d'autant plus que le foutu gamin avait prit la fuite, profitant du fait que l'homme loup ait lâché prise. Il courut alors en direction de là où les trois malfrats étaient partis, cependant il n'allait pas vraiment pouvoir les trouver, du moins c'est ce que Akishi croyait, la réalité était tout autre. Il devait alors vite réagir avant de prendre du retard sur le garçon, qui lui avait de l'avance, se transformer en loup allait donc être dès plus utiles. Le sang commençait à monter la tête et au bout de quelques secondes, le zoomorphe était sous sa forme animal.

D'un bond il partait à la recherche des trois hommes, son flair redoutable allait très vite lui mener aux malfrats, courant à toute allure dans le village caché de la brume, il ne faisait pas du tout attention aux habitants, à vrai dire il s'en contrefichait, son objectif principal étant de retrouver les agresseurs. Tout d'un coup il aperçut une petite tête blonde au loin, il s'agissait du foutu gamin, cela mit une motivation supplémentaire à notre protagoniste qui augmenta la cadence, ses foulées étaient impressionnantes, il ne fallait pas oublier que le Gekei possédait une certaine masse imposante en forme animal, deux foulée correspondait à quatre d'un simple loup banal. Il était temps pour lui de rattraper le petit gamin, n'étant plus qu'à quelques mètres de lui, il lui hurlait dessus, cependant il avait le sourire, le blondinet avait su lui redonner ce qu'il avait perdu depuis le temps, le plaisir de jouer:

- Attends que je t'attrape foutu gamin, tu vas passer un sale quart d'heure !!

Les paroles étaient prononcées sous une pointe d'humour bien sûr, il n'était pas sérieux, tout d'un coup une odeur lui fit changer de direction, celle des individus, ils avaient tourné à droite. Le zoomorphe allait prendre un raccourci qu'il connaissait bien, s'enfonçant alors dans une petite ruelle, il n'allait pas tardé à arriver à leur hauteur, il n'était plus qu'à quelques mètres d'eux, il allait très vite les rattraper, cependant le blondinet n'était pas loin non plus. Sautant d'un bond, il allait atterrir sur l'un d'eux, si le gamin ne faisait rien, il avait le choix soit rattraper tout comme le Gekei un individu, soit empêcher le loup d'atterrir et donc de perdre du temps lui aussi:


Dernière édition par Gekei Akishi le Sam 22 Déc 2012 - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] EmptySam 22 Déc 2012 - 5:18


Petit connard. Petit connard. Il est tout vert, tout petit petit connard ~ Hein ? De quoi, ce ne sont pas les bonnes paroles ? Ah mais qu’importe. D’autant plus que je viens de dire que je suis petit deux putain de fois en moins de cinq secondes. Il n’y a pas meilleur que moi à Kiri à ce jeu, c’est certain. L’art de s’auto affliger la honte, je suis passé maître dans ce domaine et j’ai la rage. Bref, où en étais-je ? Ah, mais bien sûr. Je cours en évitant les passants dans la rue pour rattraper les trois voyous. Ces humains ralentissaient ma course effrénée et donnait une chance supplémentaire à mon adversaire de remporter la partie. Non, je n’ai jamais perdu à un jeu, le jour de ma défaite n’est encore point arrivé ! Soudainement, j’entendis la voix du polymorphe à mes arrières. Ouah, la vache. Il est rapide, celui-là. J’eus juste le temps de retourner ma caboche et souffler sur une mèche qui me gênait la vue pour voir le canidé changer de direction, prenant une ruelle comme raccourci. Bien, il avait prononcé ses paroles sur un ton humoristique, il participe donc au fameux jeu improvisé de dernière minute. Je fis un saut prodigieux et plongea mon pied dans la tronche d’un passant qui tenait dans ses mains un bac remplis de pommes et resauta sur le toit d’un bâtiment.

Vingt mètres. Ce pouvoir de repérer les moindres traces d’énergie, malgré que je ne le manipule à la perfection et les fluctuations que je ressens beaucoup de fois, il est vachement dans des situations comme celle-ci. C’est la première fois que je regarde cette nouvelle capacité, toutefois immature, d’un nouvel œil. Je m’arrêtai sur le rebord du toit un bref moment avant de reprendre la course pour être presque à portée de main de mes cibles. À portée de main ? Que dis-je, plutôt à portée pour sauter sur l’un d’eux. Suite à cette découverte, je constatai que mon vieil ami l’animal à quatre pattes s’apprêta à sauter sur l’un des malfaiteurs. Une idée diabolique me vint en tête, l’empêcher de toucher à sa proie et prendre les trois adolescents en guise de trophée, la victoire ultime. Hélas, je ne fis pas ce choix. Je fis un saut de la foi et j’atterris sur la tête d’un des voyous, il mangea de la boue en plein dans la tronche. Le Gekei réussit à attraper son trophée humain. Pour ce qui est de l’autre, je pris un caillou sur le sol et l’envoya directement avec vigueur sur le dernier imbécile. Ce dernier vaurien tomba sur le gravier comme une masse, inconscient. Je lâchai un sifflement, un petit signe de compassion dû à la douleur qu’a du ressentir ce mec. L’autre sous mes pieds tenta de se relever.

    « Sale mioche, je vais te tuer ! »


    « Ta gueule, sous-race ! »


Sautant une nouvelle fois sur la caboche de l’adolescent, je l’étouffai dans la boue une bonne dizaine de secondes avant de m’éloigner de celui-ci. Les bras croisés derrière ma tête et appuyé sur ma crinière blonde, je me dirigeais vers le loup sur un sourire triomphant.

    « Deux points pour moi, un point pour toi ! Maintenant, qu’est-ce qu’on fait d’eux ? Ils sont un peu trop jeunes pour la prison. Enfin, la question devrait plutôt être : quelle sera la peine qu'ils recevront ? »


Eh oui, je ne comptais pas les laisser là, comme si rien ne s’était passé. J’espérais qu’une quelconque autorité s’occupe de leurs cas. De mon côté, je ne connais rien, du moins presque, des peines civiles. Surtout que cette situation touche certainement l’intimidation ou le taxage, des sujets encore inconnue pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty
Message(#) Sujet: Re: Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Mordre la poussière, tu connais ? [Gekei Akishi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-