N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyJeu 22 Nov 2012 - 10:05

Spoiler:
 

Michiki venait de se retrouver avec une autre mission de rang A. Tel était son fardeau quand on était Jônin. Même plus un moment pour soit pour s’entraîner ! Enfin bref il n’y pouvait pas grand-chose. Il s’était donc préparé pour y aller. Il avait en effet rendez-vous à Tetsu no kuni avec les membres du convoi qu’il devait protéger et le compagnon qui lui servirait de coéquipier. Rien de stipulé dans l’ordre de mission mais une note à part avait été glissé pour lui préciser ce détail. De toute façon pour une rang A, il était bien plus sage d’être accompagné. Même un shinobi de son rang ne s’y retrouverait pas s’il se trouvait seul dans ce genre de missions. Quand il voyait déjà celles qu’il avait accomplies, il n’avait pas été de trop de se retrouver à deux pour y arriver. Ses affaires étaient prêtes et il se trouvait maintenant au port de Mizu no kuni. Le voyage allait durer quelques temps étant donné la localisation de Tetsu par rapport à Kiri.

Au bout de quelques jours de trajet monotone, Michiki finit par arriver au pays du Fer. Il put vite s’apercevoir que les samouraïs avaient une organisation similaire à leurs confrères shinobis. En tout cas ça devait être des ennemis redoutables qu’il ne fallait pas sous-estimer. Certains s‘accordaient à dire qu’ils étaient maîtres incontestés dans le maniement du sabre. De quoi battre un maître en Kenjutsu ? Difficile à dire. Le nécromancien aurait aimé en affronter un pour voir un peu de quoi de tels hommes étaient capables avec leur armé fétiche qu’était le sabre. Même si pour l’heure, l’ordre du jour n’était pas à l’amusement. Il fallait retrouver le convoi qu’il devait trouver. On lui avait donné l’adresse d’une auberge. Il verrait bien ce que cela donnerait une fois sur place. Il chercha l’endroit et il y parvint après quelques minutes et une ou deux personnes interrogées.

La bâtisse était en plein centre-ville de l’endroit où il se trouvait. La façade était assez jolie. Une devanture toute simple teinté d’une petite couleur beige assez agréable pour l’œil. Pas le genre d’endroit malfamé dans lequel Michiki s’était déjà retrouvé en tout cas. Il ne fut pas déçu non plus une fois à l’intérieur. Une décoration assez moderne mais restant simple et de bon goût. Un jeune homme bien habillé vint à la rencontre du Jônin de la Brume. Un tel accueil n’aurait pas été envisageable dans un pays comme Tsuchi. Le nécromancien lui demanda une table pour trois en stipulant qu’il attendait du monde. Son interlocuteur acquiesça et le conduisit non loin de la porte d’entrée. Ce serait parfait pour voir son coéquipier arriver. D’ailleurs il ignorait de quel village il pouvait venir. La note supplémentaire refilée avec son ordre de mission mentionnait juste le fait qu’il ne serait pas seul et qu’il devrait se rendre ici pour la première prise de contact. Une petite surprise en somme.

Quelques minutes après s’être installé, le jeune serveur habillé d’un gilet sans manches et d’une chemise vint le voir pour lui demander ce qui lui ferait plaisir. Michiki commanda poliment un thé. L’homme repartir aussi tôt derrière le comptoir pour transmettre la commande à un autre. En attendant, le nécromancien observa les gens qui étaient déjà là. Ils avaient tous l’air d’être assez aisés. Un entourage qui allait changer du tout au tout une fois que sa mission commencerait. Peu importe qui l’accompagnait et ce que lui apprendrait leur contact, ils allaient devoir mouiller leur chemise à n’en pas douter. On ne peut espérer se sortir d’une mission de rang A sans avoir combattu au moins une petite fois. Et encore ça c’est quand on a de la chance. Il repensa inévitablement à sa mission avec Shinichi qui avait réclamé quelques efforts assez surhumains niveau combat. Une A qui relevait plus d’une S selon eux. Mais ils en étaient venus à bout c’était le principal.

Alors qu’il ruminait ses pensées, la porte d’entrée s’ouvrit, s’accompagnant d’un petit bruit de clochette. Le jeune serveur accourut pour remplir son office en accueillant le nouvel arrivant. Le gars portait une sorte de casque qui lui donnait un air assez étrange. Qui était ce gars ? Le mec chargé de les informer sur le convoi ? Son coéquipier ? Ou un simple client anodin ? Difficile à dire. Michiki se contenta donc de l’observer et de boire calmement le breuvage chaud qu’on venait de lui amener.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyJeu 22 Nov 2012 - 11:27

    J'étais en train d'ouvrir la porte en bois fais visiblement de chêne de très bonne qualité... Ah, vous vous demandez ce que je vous raconte ? Et bien mon récit avec Michiki, pourquoi cette question ? Aaah, vous voulez que je vous raconte tout depuis le début ? Pourquoi faire ? Après tout, ce n'est que perte de temps et c'est d'un ennui profond. Sérieusement, je vais vous dire qu'on me demande d'aller en mission, je vais vous expliquer brièvement en quoi elle consiste et ensuite vous conter mon histoire. Non, non, vraiment pas original, je sais, donc c'est pour cela que je veux vous éviter cette insupportable perte de temps. C'est bon, je peux reprendre ? Merci !!

    Donc comme je le disais, j'étais en train d'ouvrir le porte en bois fais visiblement de chêne de très bonne qualité jusqu'au moment où un homme vint à ma rencontre. Surpris, je fermais la porte sur le coup, me demandant ce qu'il se passait, puis la rouvris tranquillement, jetant un oeil pour voir s'il était toujours là. Effectivement, l'homme était toujours là. Que me voulait-il celui-là ? En plus il avait un accoutrement assez spécial, chemise et veste bien habillé. Sur le coup, je ne comprenais pas tout mais repensant à la belle bâtisse dans laquelle j'étais en train de pénétrer, je me suis senti tout d'un coup comme être le roi des cons. L'homme n'était qu'un serveur qui m'accueillait au mieux, il faisait son travail tout simplement. J'ouvris alors la porte, l'air assez gêné de la bêtise que le monde avait fait de moi et lui expliquait que je devais rencontrer un homme était seul, ayant des cheveux noirs et des lunettes rondes toutes moches. Ce dernier me fit signe de tête sur son côté droit, donc sur ma gauche et m'indiquait une table où se tenait assis sur une chaise un homme avec un thé chaud se trouvant devant lui. Je n'aimais pas ce genre de boisson, l'odeur me répugnais. Je ne fis pourtant rien de déplacé, déjà qu'il avait dû entendre la bref description que j'avais fait de lui, je n'allais pas en rajouter. Je me contentais alors de tirer une chaise, m’asseoir et commandant un whisky, je regardais l'homme qui se trouvait à présent devant moi. Il devait me mépriser en partie à ce moment-là, pensant que je n'étais qu'un imbécile. Et bien, qu'il pense ce qu'il veut, je n'en avais strictement rien à faire. Je n'étais pas venu ici faire copain copain avec lui. S'il n'a pas d'amis, qu'il prenne un curly.

    Le serveur arrivait rapidement avec mon verre remplit de whisky. Oui, boire, c'est le mal, surtout à dix huit ans mais bon, que voulez-vous y faire, ainsi va la vie. Le silence régnait à notre table tendis que les autres avaient l'air de bien s'amuser. Certains étaient à priori en amis, d'autre en famille. La famille... ça faisait bien longtemps que je n'avais pas vu a mienne depuis qu'ils avaient décidé de fuir. Mes pensées firent figé ainsi quelques secondes, pensant à tous les moments que j'avais vécu avec eux, puis je fus soudain coupé lorsqu'un homme entrait dans l'établissement en enfonçant la porte et en criant :

      « OU QU'EST-C'QUI SONT C'SHINOBIS D'MARDE ?! »


    Super, la mission promettait. J'avais eu envie de lui indiquer que nous étions là, juste à côté de lui, mais je n'en fis rien, préférant le laisser s'agiter comme un vieux fou. Il battait des bras en l'air comme un schizophrène doublé de parkinson tellement il tremblait. Il ressemblait à un campagnard, le genre d'homme qui n'a jamais fait d'études de sa vie, préférant rester dans sa cambrousse à traire les vaches. Oui, c'était l'idée que je me faisais de lui, tout l'inverse de l'homme qui était autour de la même table de moi qui avait l'air d'un petit bourgeois prout prout. Quoi qu'il en soit, je gardais toutes mes pensées pour moi. Je ne désirais qu'une seule chose : finir rapidement cette mission et rentrer au chaud chez moi.

    Regardant toujours l'homme qui avait fait irruption sans crier garde, je constatais que la porte était toujours ouvert, laissant rentrer le vent glacial de la nuit du pays dans la magnifique échoppe. Il faisait déjà nuit, partir aujourd'hui ne serait pas une bonne chose je pense. Quoi que, justement, ceux voulant s'en prendre à la marchandise penseraient qu'on s'y prendrais à la première heure et non en pleine nuit puisque ce serait plutôt dangereux, ne voyant pas grand chose. J'étais un petit malin faisant l'inverse qu'il faudrait faire, un garçon surprenant qui fait les bon choix puisque les personnes pensent habituellement que je ferais ce qu'ils attendent que je fasse. C'était ainsi que je m'en étais toujours sorti, comme quoi ma technique fonctionnait. Je ne prenais même pas la peine de me lever de le chaise que je lui dis que nous étions là. Il me dit de le suivre car le temps de papoter, la livraison pourrait se faire attaquer. Enfin, ceci était une traduction, si je vous auriez dit mot pour mot ses propos, vous n'auriez pas compris, sauf en ayant un BAC + 50 en langue.

    Je le suivais donc dehors, ne prêtant pas attention à si mon coéquipier me suivait ou non. Arrivé à destination, je vis une charrette avec deux chevaux y étant attachés pour la tirer. Légèrement en retrait se trouvait finalement le shinobi de la brume qui nous avait suivis. Histoire d'être courtois, je lui dis :

      « Je me présente même si tu dois t'en fiche, je suis Sarutobi Kenzaku. Ce serait une bonne chose de prendre la route maintenant, les brigands ne doivent pas s'attendre qu'on prenne la route de nuit puisque c'est une chose assez risqué. Mais puisque c'est risqué, ils pensent qu'on ne le ferait pas et si on le faisait, on les devancerait »


    Mes explications étaient assez embrouillées dans mon esprit mais mon plan était quand même assez bien expliqué pour qu'il puisse comprendre. Après, s'il ne voulait pas accepter, on aurait déjà un premier problème à régler.


Dernière édition par Sarutobi Kenzaku le Ven 23 Nov 2012 - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyJeu 22 Nov 2012 - 14:13

L’homme qui venait de rentrer était effectivement le coéquipier de Michiki. Il avait parlé rapidement avec le serveur avant de venir s’installer à la table suite à l’indication de l’employé. Les deux hommes n’échangèrent aucun mot. Michiki devait être à peine plus âgé que lui. Il l’observa quelques instants par-dessus son verre. Le gars avait commandé un whisky. Il avait également commencé à s’évader dans ses pensées. Le nécromancien le sentait de par son regard vide. Il cessa néanmoins de fixer ainsi celui qui l’aiderait dans cette mission. Il était malvenu de regarder quelqu’un comme ça. Du moins il trouvait ça malpoli. Alors qu’il allait parler, un drôle d’énergumène fit irruption dans l’endroit pour s’exclamer tout haut. Ce gars demandait où se trouvait les shinobis. A son accent, il s’agissait d’un paysan. Michiki se leva pour suivre son coéquipier. L’homme qui avait gueulé dans le restaurant les guida jusqu’à une charrette.

Le nécromancien aurait volontiers ajouté cet homme à son armée de cadavres pour avoir osé crier une telle information dans un lieu public non sécurisé. Quelle idée d’aller hurler la présence de shinobis lors d’une mission importante au niveau élevée comme celle-ci ! Ce gars risquait de leur attirer bien des ennuis s’il ne se taisait pas. En tout cas, l’homme voulait partir maintenant d’après ce qu’avait compris le nécromancien.

Comme pour répondre à ses interrogations, son coéquipier lui parla pour se présenter et expliquer sa vision du plan à adopter. Ce Kenzaku était malin. En effet, partir de nuit provoquerait la surprise des ennemis et leur éviterait d’être attaqués. Les hommes qui étaient à leurs trousses s’attendraient à les voir se mettre en marche aux premières lueurs de l’aube. Michiki s’adressa donc à son camarade afin de répondre à sa politesse et de donner son avis sur le plan :

-Shinda Michiki, de Kiri. C’est une bonne idée de partir de nuit en effet. Mais il va falloir faire attention. La visibilité sera mauvaise et on est pas l’abri de quelques éclaireurs qui s’assureraient qu’on n’est pas cette idée. Dommage qu’aucun de nous ne soit Dentô ça nous serait utile ! Et puis sans vouloir être méchant…le gars qui nous accompagne n’a pas l’air d’une lumière.

Une petite blague entre shinobis pour détendre l’atmosphère ça ne ferait pas de mal. Ce Kenzaku ne semblait pas être le genre de mec à se prendre la tête. Inutile donc d’être trop formel pour privilégier de meilleures relations entre les deux hommes. Rien ne servait d’être froids. Le paysan retira des lanternes de sa charrette. Michiki les alluma avec son Katon en claquant des doigts puis la petite troupe se mit en route, s’enfonçant dans les tréfonds du pays du Fer endormi. Du moins pas tout à fait. Dans le fin fond de la forêt, quelques hommes étaient éveillés, sur le qui-vive, en train d’attendre le passage d’un convoi qu’ils pilleraient. Un groupe de personnes que Kenzaku et Michiki finiraient par rencontrer. Mais pas pour l’instant. Ils étaient encore loin. Ils avaient le droit à un moment de répit avant que tout ceci ne vire au combat.

Pouvant encore profiter d’un peu de calme, même si les deux shinobis gardaient leur sens en alertes, Michiki décida de briser un peu la glace qui s’était installé d’elle-même entre eux dès le début. S’étant présenté, il ne savait pas trop sur quoi enchaîner. Que demander à ce Kenzaku. Ah bah oui tiens ! Un truc tout bête qu’il ignorait pourtant :

-Euh tu es de quel village ? Je t’ai précisé être de Kiri mais je ne connais pas le tien.

C’est sur ces mots qu’il lança la conversation. Ils avançaient mais il n’y avait pas grand-chose qui se passait. Le contexte idéal pour parlementer donc. Jusqu’à ce qu’un détail vienne perturber toute cette prospérité qui régnait sur les lieux. Ils étaient entrés dans une forêt depuis peu et ils avaient marchés quelques temps avant de se retrouver sur un chemin entouré d’arbres. Sauf que là, l’un d’eux était couché devant eux, bloquant le passage. Ils venaient de plonger dans la gueule du loup. Ils se préparèrent à combattre mais déjà le bruit de plusieurs hommes qui arrivaient se fit entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyJeu 22 Nov 2012 - 15:38

    On était tous à côtés de la charrette, les uns à côtés des autres en arc de cercle. Je venais de proposer une sorte de stratégie assez illogique comme certains pourraient l'appeler mais plutôt futé selon moi. Il se présenta sous le nom de Shinda Michiki, un shinobi de la brume. Il affirmait que mon idée n'était pas négligeable, bien au contraire, ça créerait une sorte d'effet de surprise. Cependant, pour atteindre Mizu no Kuni, ça allait au moins nous prendre quatre jours donc ils auraient sûrement le temps de nous retrouver et assez facilement vu que nous ne passons pas inaperçu à cause de l'important volume qui nous accompagne. Par contre, ce qui lui posait problème, c'est que nous allions voyager de nuit et donc nous n'allions pas avoir une très bonne vision d'où nous marchons. Il continuait en disant que c'était dommage qu'il n'y avait pas de Dentô avec nous car ça aurait pu être pratique affirma mes pensées : le paysan n'était pas très intelligent, il n'était vraiment pas une lumière comme pouvait le dire le Kirijin. Je ne pu m'empêcher de rire à sa blague, certes, nulle, mais cela restait une blague. Et puis, c'est souvent les blagues les plus bulles qui font le plus rire, du moins, chez moi. Il voulait détendre l'atmosphère qui pesait dans notre groupe, du moins, entre nous deux et il avait bien négocié la chose. Chapeau bas, il m'a bien fait rire, et ça fait longtemps que je n'avais pas pu le faire.

    Nous nous mettons alors en route une fois sur le paysan donna des lanternes à Michiki qui les alluma en un claquement grâce à une technique Katon des plus basiques. Pas de quoi m'impressionné, c'était facile, j'aurais pu le faire également sans problèmes. Il me confia un de ces objets qui crées une faible source lumineuse ainsi qu'au paysan pour que chacun de nous puisse en avoir une et s'éclairer. Nous nous mirent alors tous ensemble en marche en évitant de faire trop de bruits. La mission était assez périlleuse quand même, je n'étais qu'un Chûnin après tout. Mon compagnon l'ignorait et j'ignorais son grade, peut-être fallait-il qu'on le sache tout deux. Oui, ce serait la meilleur chose à faire, on pourrait ainsi évaluer nos compétences et agir au mieux par la suite. Alors que le silence régnait pendant notre marche, j'étais sur le point de lui parler mais il ne m'en laissa pas le temps, prenant à nouveau la parole. Nous avions eut la même idée sur le coup, la même idée de briser ce long silence glacial. Il me demandait que quel village j'étais. J'avais envie de lui demander s'il était con ou non, car c'était écrit sur l'ordre de mission. Indirectement, mais c'était écrit et il aurait pu le comprendre. Je me retenu de lui dire lorsque je pensais à toutes les fois où l'administration e la feuille avait pu faire des erreurs dans les ordres. Je ne dis pas un mot sur ce que je pensais, mais répondu quand même à son interrogation.

      « Si tu veux tout savoir, je suis Chûnin de Konoha, le village de la feuille »


    J'avais pu répondre à sa question et en même temps lui dire ce que je comptais faire. D'une pierre deux coups, pas mal non ? Enfin, trêve de parlotte, les chevaux s'arrêtèrent brusquement. Éclairant le chemin pour savoir quel était le problème, je vis au sol un tronc d'arbre affaler sur le sentier et qui nous barrait la route. Une embuscade ! Je n'eux même pas le temps de dire ouf que sept personnes encapuchonnés nous firent fassent, du moins, nous encerclèrent tout autour du convoi. Ces gens étaient nos ennemis probablement. Alors que je sortis un kunai, la personne se dressant devant nous enleva sa capuche en s'écriant :

      « PAPA !! »


    D'un coup, elle couru en notre direction. Je la laissais passer lorsque le vieil homme tendu ses bras et courait vers elle en même temps. Vous ne vous y attendiez pas hein ? A vrai dire, moi non plus. Enfin si, puisque c'est moi qui écrit le post, mais mon personne ne s'y attendait pas. Enfin bref, revenons à moi, enfin Kenzaku.

    Les deux étaient en train de s'enlacer dans leurs bras. Je me tournais dans leur direction et trouvais que tout cela était assez ridicule. Comme par hasard, le groupe d'ennemi qui nous attaquait était en fait le groupe dont la fille de notre client faisait partie. Si c'est comme ça, cela voulait dire que nos ennemis véritables n'étaient pas ces gens là mais un autre groupe encore ? Il fallait être vraiment sur nos gardes, si eux, un simple groupe de voleurs paysans ont pu nous tendre ce piège, nos adversaires qui étaient bien plus puissant et malin pourraient nous attaquer sans qu'on s'en rende compte.

    Je regardais donc la scène de retrouvailles entre le père et la fille. Une fois qu'ils eurent finit, la demoiselle ne fusillait du regard. Pas de quoi faire peur, mais elle m'intimidait quand même. Pourquoi ça ? Car elle était vraiment mignonne. Le genre de fille dont on croirait qu'elle n'est pas la véritable fille de ce vieux paysan tout moche. Non, obligé, elle avait été abandonné et ce vieux fou l'avait adopté. C'est obligatoirement cela, ou alors, la nature faisait vraiment n'importe quoi. Une jeune demoiselle, environ mon âge, peut-être légèrement plus vieille, brune aux yeux magnifiquement vert et bien faits, avec un très beau nez et un sourire comme pas possible. Du moins, le sourire, je l'avais vu très brièvement lorsqu'elle était en train de courir vers son père car là, elle avait l'air de vouloir nous tuer. Elle nous regardait, puis son père, puis à nouveau nous. Elle dit alors, en se retournant finalement vers son père :

      « Je sais pourquoi tu es accompagné de ces shinobis mais ils m'ont l'air louche et très nul, la preuve, tu as vu ce qu'il vient de se passer ? Bon, on t'accompagne, avec mes amis, tu auras une solide défense, pas comme là avec ces pauvres tâches ! »


    Elle était peut-être mignonne mais elle n'avait pas à agir de la sorte. Je voulais la remettre en place mais... elle était tellement mignonne... Il fallait quand même que... elle est magnifique !! Non, je ne pouvais pas lui dire des choses méchantes, la vexé ou quoi que ce soit, son doux visage me rendait fou. Et puis, le paysan avait l'air content et d'accord qu'elle vienne avec ses amis, de plus, le client est roi. Je me contentais de me retourner en direction de mon compagnon pour savoir ce qu'il en pensait. Le groupe allait-il rester à trois où allait-il s'agrandir pour qu'on soit à présent dix ? Ne le voyant pas répondre, je lui dis :

      « On sauve nos Miches, Mich ? »


    Oui, c'était une blague de merde, mais il en avait fait une, alors c'était à mon tour o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyJeu 22 Nov 2012 - 19:02

Alors comme ça le jeune Kenzaku venait de Konoha. Michiki se sentit quand même le roi des cons en se remémorant l’ordre de mission. C’était stipulé au début ! Quelle quiche quand il s’y mettait. Mais bon au moins le Konohajin avait répondu sans remarquer la gaffe du Jônin. Ou bien il ne la faisait pas remarquer à voix haute, autre possibilité. Peu importe, les deux hommes avaient convenus en silence de ne pas s’attarder sur le détail. Kenzaku était donc un Chûnin. Un certain niveau déjà par conséquent. Il serait intéressant de voir quels genres de guerriers pouvaient former la Feuille. Michiki en avait connu peu. Un Nara il y a très longtemps mais c’était tout. Et puis pour la brièveté de l’entretien qu’il y avait eu de toute façon, Michiki n’avait pas pu juger de sa valeur en tant que combattant.

Ils étaient maintenant à l’arrêt à attendre l’arrivée de ceux qui avaient prévus de les attaquer. Les deux shinobis étaient prêts. En tout cas Michiki l’était lui. Leurs attaquants ne tardèrent pas à arriver. Une série de gars encapuchonnés. Celui en tête, qui s’avérait être une « celle », abaissa la capuche et s’avéra être en fait la fille du paysan qui se trouvait avec Kenzaku et Michiki. Ce dernier ne comprit pas bien le délire. Il y avait néanmoins une chose qu’il saisit immédiatement. Les shinobis n’étaient pas les bienvenus ici. Au simple regard de la jolie jeune fille, elle semblait les détester. Un tel comportement forçait le nécromancien à se comporter en parfait gougea. Mais il en décida autrement. Il remonta les verres sur son nez avec un léger sourire.

La jeune fille proposa à son père de l’accompagner. Kenzaku ne disant rien, Michiki se voyait mal refusé puisque le père semblait d’accord également. Il ne refuserait pas même si cela le dérangeait. Michiki posa la lanterne qu’il avait à la main afin de venir près du client et de sa chère progéniture. Il avança avec un sourire immense adressé à toute cette clique. Puis il s’exprima enfin, après avoir eu un peu de mal à se diriger vers le groupe éloigné de la lumière des lanternes :

-Ah mais c’est toi ! Ravi de te revoir enfin ! Quoi de neuf depuis le temps ?

Et il adressa une tape sur l’épaule de la jeune fille qui le fusilla de ses yeux d’émeraude. Il se recula, revenant peu à peu dans la lumière pour afficher un air de démence. Il regardait avec gourmandise la fille si remontée après lui. Il adopta une attitude provocatrice. Il lui tira une langue pointue qu’il fit passer sur ses lèvres minces avant de reprendre la parole :

-Nous sommes les plus louches dans l’histoire ? Alors que tu viens à visage caché pour accueillir ton propre père ? Excuse-moi d’être si paranoïaque mais un tel comportement me paraît suspect. Et moi les suspects j’aime bien les marquer d’un sceau qui enflamme la personne sur lequel il est posé.

Comme si elle comprenait enfin son comportement étrange qui l’avait mené près d’elle, la fille tourna la tête vers son épaule. En s’approchant des lumières, elle put voir, là où Michiki avait posé sa main tout à l’heure, qu’il y avait un sceau posé dessus. Elle regarda le nécromancien avec une haine redoutable. L’insolence était quelque chose qui l’énervait, d’une part. Et d’autre part, cette fille était vraiment suspecte. Surprendre son propre père comme ça ? Non c’était trop louche. Et pourquoi s’entourer d’ « amis » cagoulés eux aussi ? Non il ne pouvait décidemment pas sentir cette vipère. Elle sentait le faux à des kilomètres. Il revint près de Kenzaku d’un pas calme avant de se remettre à parler encore une fois :

-J’accepte ta présence ici. Mais regarde-moi de travers, fais un seul geste suspect et ton cher papa pourra te promener dans une urne après ça. S’il y a d’autres amateurs sachez que j’ai plus d’une corde à mon arc.

Le paysan semblait prêt à s’emporter mais Michiki lui adressa un regard glacial. Pire qu’une technique des Samui ! L’homme ne moufeta pas. Le Kirijin s’était montré très clair. Le convoi continua d’avancer, renforcé par une troupe de nouveaux membres et avec une tension à la limite du supportable. Puis, alors qu’il marchait, Michiki retrouva son ton aimable et parla avec Kenzaku :

-Tiens au fait j’ai oublié de te préciser que j’étais Jônin. Tu es Chûnin depuis longtemps ou c’est tout récent et donc la promotion devra attendre ?

Il reprit sa discussion de la façon la plus normale qui soit ! Une provocation supplémentaire pour la pimbêche qui se trouvait devant eux. Qu’elle aille au Diable de toute façon cette bougresse. Le petit coup de théâtre avait permis à Michiki de poser un principe important : c’était les deux shinobis ici présents chargés de mener cette mission. Les autres étaient de simples pantins qui se pliaient à leurs ordres. Et puis c’est tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyVen 23 Nov 2012 - 11:25

    J'étais tourné vers Michiki et je le voyais à présent en train de marcher en direction de la jeune fille. Il passa alors d'un air obscur à un regard amical en tapant sur l'épaule de la demoiselle et en lui disant des absurdités. Son regard changeait encore une fois, prenant cette fois-ci un sourire en quoi et des yeux écarquillés, montrait un air de fou furieux échappé de l'asile et lui expliquant qu'il venait de lui poser un sceau capable de l'enflammer facilement. J'avais sentis le chakra de Michiki lorsqu'il l'avait lâché pour pauser sa marque, mais je ne savais pas ce qu'il allait faire. En tout cas, je lui faisais confiance, je savais qu'il n'allait pas lui faire de mal, du moins, pour le moment puisqu'elle n'avait pas fait grand chose. Il acceptait donc qu'elle puisse poursuivre le chemin avec nous, une bonne chose pour moi qui la trouvais charmante mais également mauvaise car notre groupe s'agrandissait et de ce fait, nous étions encore plus repérable que nous ne l'étions déjà avant. Avec tout ce qu'il venait de se passer, le paysan était en furieux, quoi de plus logique mais Michiki lui lança un regard dans la face qu'il ne pu moucheter, paralysé par la peur qu'il venait de lui faire au plus profond de ses yeux. Quel charisme ce Kirijin ! Les personnes qui étaient encore encapuchonnés dégagèrent rapidement la route pour que le convoie puisque continuer son bonhomme du chemin.

    De nouveau repartis, Michiki prononçait des paroles d'une voix aimable en ma faveur. Il me précisait qu'il était Jûnin et il me demandait si j'étais tout jeune Chûnin et donc si la promotion allait arriver dans longtemps ou si je l'étais déjà depuis un moment. C'est vrai, cela faisait un moment que j'étais Chûnin à présent. Mais après, tout dépend de ce qu'on appelle longtemps. Je ne savais pas vraiment quoi lui répondre, alors je me contentais de lui donner mon simple avis.

      « Tout dépend de ce qu'on entend par récent mais je dirais que ça fait un moment que je suis à ce grade et ma promotion ne tardera sûrement pas si j'ai le niveau requis. La feuille est très sélective dans ses promotions pour accorder les responsabilités. Pour passer au grade supérieur, il faudrait presque déjà atteindre le grade d'au dessus. Donc par exemple, pour qu'un Genin passe Chûnin, il faudrait qu'il ait le niveau d'un Chûnin plus ou moins expérimenté, vois-tu ce que je veux dire ? »


    Mes explications n'étaient pas très claire, du moins, de mon simple avis mais peut-être avait-il comprit. Si ce n'était pas le cas, je lui expliquerais plus en détails ce que je voulais lui faire comprendre tout en continuant notre chemin. On devait marcher à présent depuis plusieurs heures, nous n'avions rencontré personne, le coin était vraiment calme. Je ne m'en plaignais pas, mais je trouvais ça plutôt suspect. Bientôt, nous allions franchir la frontière du pays du feu pour entrer dans le pays du feu, mon pays. Il ne nous faudrait que plusieurs minutes pour y arriver, au maximum une heure. Alors que le cortège était silencieux, je marchais du côté gauche de la charrette et Michiki sur le côté droit. Le silence était en place, mais j'allais quand même le chambouler.

      « Dis moi Michiki, ça fera un petit détour mais nous pouvons nous arrêter à Konoha pour nous reposer à la prochaine nuit. On va perdre du temps mais au moins, à l'intérieur du village, nous serons en sécurité vis à vis de nos ennemis. C'est encore à une journée de marche mais quand viendra la nuit, nous pourrions y faire halte »


    Ce n'était qu'une simple proposition mais je ne doutais pas qu'il refuserait. Tout comme moi, il savait que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire et cela allait nous permettre de nous reposer tranquillement sans avoir un oeil ouvert au cas où nous serions attaqués. Konoha était un village sur avec une bonne défense, nulle crainte que nos adversaires ne pénètrent ce sol.


Dernière édition par Sarutobi Kenzaku le Ven 23 Nov 2012 - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyVen 23 Nov 2012 - 12:18

Maintenant que la pimbêche allait rester tranquille, Michiki pouvait reprendre sa conversation. Il avait adopté un ton normal et avenant pour s’adresser à son coéquipier qui répondit à la question qu’il venait de poser. Le jeune Kenzaku semblait avoir être promu depuis quelques temps déjà. Il expliqua d’ailleurs au Kirijin que chez eux, les promotions étaient données une fois que les shinobis avaient atteint le niveau un peu au-dessus du grade supérieur. L’explication avait été trouble mais le nécromancien avait saisi l’idée. Les promotions n’étaient pas distribuées de la même manière selon les lieux. Même à Kiri parfois ça devenait bizarre. Des gens surpromus, comme Michiki qui avait sauté deux grades d’un coup, ou d’autres qui ne méritaient pas leur rang selon le Jônin de la Brume. Le nécromancien répondit à son interlocuteur :

-Oui j’ai compris ne t’en fais pas. Mais de toute façon les promotions c’est toujours assez particulier. Je pense c’est une spécialité compréhensible uniquement par les hautes instances. Dans min cas, je ne suis jamais passé par le grade de Chûnin. Ils m’ont fait passer directement de Genin à Jônin ! dit-il en riant.

Kenzaku était le genre de personne avec qui il était sympa de bavarder. Un gars qui sait trouver un moment pour rire et un moment pour être sérieux. C’était bien le Konohajin qui avait sorti un jeu de mots pourri avant que Michiki ne pose son sceau sur la fille revancharde. Même si le niveau était d’une médiocrité déconcertante, le Jônin avait dû faire preuve d’un très gros effort pour ne pas s’esclaffer. Mais cela aurait nuit à son petit jeu d’acteur juste après. Il avait réussi son coup au final. Il gardait la laisse bien courte pour qu’elle ne lui pose pas de problème. La nuit avait progressée pour laisser place à une obscurité totale maintenant. La progression, même avec les lanternes, était difficile. Il devenait dangereux de continuer. C’est pourquoi Michiki fit s’arrêter tout le monde. Il expliqua ensuite la raison de cet arrêt :

-La nuit commence à nous engloutir et ça ne sert pas à grand-chose de continuer comme ça. On arrivera juste à se perdre. On prend quelques heures de pause pour dormir un peu. On établira des tours de garde. Je prends le premier. Prochaine relève dans une ou deux heures. Y a des questions ?

On ne dirait pas. Les nouveaux arrivants n’osaient plus l’ouvrir de peur de finir en tas de cendres. Leur silence amusait Michiki. Mais ce dernier réfléchissait à quelque chose. Kenzaku avait fait une proposition. Il avait émis l’idée, alors qu’ils passaient la frontière de Konoha, que la troupe se dirige vers le village pour s’y reposer. Ils seraient sûrs d’être en sécurité de toute façon au sein d’un village d’une des quatre grandes puissances. Mais est-ce qu’il serait autorisé à faire ça ? Ne risquait-il pas un incident diplomatique facilement évitable en se rendant au village de la Feuille ? La troupe encore ça irait mais lui par contre cela ne s’avérait pas gagné d’avance. Pendant qu’il surveillait les alentours et veillait sur le sommeil de ses camarades, il réfléchit. Pendant toute la nuit, cette pensée lui trotta dans la tête. Une aubaine pour la mission mais lui, il ne serait pas accepté si facilement dans l’enceinte de Konoha. La nuit porte conseil comme on dit.

Au matin, toute la clique se réveilla de bonne heure pour reprendre la route. Le trajet jusqu’à Konoha n’était plus très loin et Michiki avait rendu sa décision à Kenzaku peu de temps après qu’ils se soient levés :

-D’accord pour qu’on passe la prochaine nuit à Konoha, mais ce sera sans moi. Je n’ai aucune autorisation de rentrer à Konoha et cela poserait quelques problèmes. Inutile de créer des tensions entre nos villages. Je resterais donc hors de l’enceinte et je vous attendrais aux portes le lendemain matin.

C’était ce qu’il y avait de mieux à faire. Il le savait. Ils marchèrent donc pendant quelques temps avant d’arriver à proximité de Konoha. Là, Michiki laissa le convoi en leur adressant un vague salut qui fit sourire la fille du paysan. Avant qu’ils se séparent pour la nuit, le nécromancien prit Kenzaku à part pour lui demander un service :

-Garde un œil sur cette fille. Elle ne m’inspire pas confiance. Si elle se comporte de façon suspecte, tu la neutralises et tu viens me chercher ici.

Après ces quelques mots, la troupe entra dans Konoha alors que Michiki commençait à installer son camp de fortune pour la nuit. Il ne pensait pas dormir beaucoup mais après tout ce n’était pas grave. Il pourrait en profiter pour faire des rondes et surveiller les environs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyVen 23 Nov 2012 - 14:10

    Nous nous étions donc installé pendant la nuit à la belle étoile avant de reprendre le chemin le lendemain en direction du village caché de la feuille. Un peine arrivé non loin des imposantes portes de mon village, Michiki me fit comprendre qu'il ne pouvait pas pénétrer ainsi, sous les yeux du garde, même avec mon approbation. Il n'avait pas tord, je n'étais que Chûnin après tout et je n'avais donc pas particulièrement une grande influence sur ces derniers. Je ne pouvais pas me permettre de le laisser entrer, même si j'avais plutôt confiance en lui. Quand bien même il voulait semer la zizanie au sein du village, il aurait à faire à l'intégralité de l'armée de Konoha Gakure No Satô, ou presque sur son dos. De nombreux Genins, Chûnins, Jûnins mais surtout Anbus et le Hokage en personne pourrait s'en prendre à lui. Il n'aurait jamais tenté de faire quoi que ce soit en notre défaveur, sous peine de mourir. Le Jûnin n'aurait eut aucune chance s'il faisait cela, mais j'avais confiance en lui. Il voulait éviter un incident diplomatique entre nos villages respectifs qui avaient toujours gardés une entente plus ou moins passives et de ce fait, il décidait de rester à l'intérieur. Avant que le convoie ne pénètre dans le village en ma compagnie, il me spécifiait de garder un oeil sur la fille du paysan car il n'avait pas confiance en elle. Elle avait l'air inoffensive, ses compagnons également. Il n'était que des brigands de pacotilles et s'en débarrasser serait choses facile pour moi. Mais je n'étais pas seul malgré tout, j'aurais l'appui de tout le village derrière. Pour finir, nous étions là pour aider son père et elle n'aurait aucuns bénéfices de faire quelque chose contre cela. C'est ainsi que nous entrèrent sans la compagnie de Michiki dans le village, sous les yeux attentifs des gardes auquel je leur expliquais la raison. J'avais leur approbation pour entrer, et c'est ce que nous firent alors immédiatement.

    Nous prirent donc sous ma responsabilité le choix de dormir chez moi. J'avais une assez grande maison pour moi tout seul. Le clan Sarutobi était réputé, même si j'étais le seul représentant dans le village. Ainsi, lors de la création, une immense demeure m'avait été construite pour remercier tout ce que mon clan avait pu faire contre les Uchiha. Je gardais un oeil attentif à la demoiselle sous la demande du Kirijin. Notre relation c'était amélioré avec ce dernier mais également avec la brunette. Nous avions grandement sympathisé elle et moi et m'avait parlé des craintes qu'elle avait vis à vis du sceau qu'elle avait sur elle que Michiki lui avait apposé auparavant. C'était une chose compréhensible après tout, j'aurais fait de même à sa place. Alors que nous étions dans ma demeure et qu'il faisait nuit, tout le monde dormait hormis la jeune femme et moi-même qui étions toujours en train de parler dans le salon. Aller savoir pourquoi, la soirée avait finit dans ma chambre, ensemble, sous la couette.

    Le lendemain matin, je m'étais réveillé à ses côtés. Elle était dans mes bras, dormant telle une princesse. Je la réveillais alors tranquillement sans la brusquer et cela fait, nous réveillâmes tout le monde pour prendre la route. Il devait être ni plus ni moins sept heure du matin, le soleil n'était pas encore tout à fait levé. Nous reprîmes donc la route qui était déserte pour sortir du village et retrouver mon compagnon qui était déjà réveillé, prêt à partir. Nous avions prit le temps de déjeuner quelque peu avant de partir, mais Michiki n'avait sûrement pas pu. D'ailleurs, depuis que nous étions partis de Tetsu no Kuni, il n'avait pas mangé tout comme moi avant ce matin. Etant de passage chez moi, j'avais pris trois grands sacs remplis de nourriture que j'avais déposé dans la charrette. Nous nourrir était une chose essentiel chez l'être humain, mais en particulier pour le Jûnin et moi-même. Il fallait manger pour avoir de l'énergie et ainsi, en cas de problème, être en forme pour affronter nos adversaires. La jeune femme qui m'avait dit qu'elle s'appelait Noa marchait à mes côtés. Elle avait l'air d'aller beaucoup mieux, sachant que je lui avais expliqué que mon compagnon ne ferait rien contre elle sauf si elle tentait quelque chose d'idiot. Nous étions là pour son père, pour répondre à notre objectif et pour cela, nous allions tout mettre en oeuvre. Il n'avait pas vraiment confiance, comme elle n'avait pas confiance en nous au début, et à présent juste en lui. Elle comprenait tout à fait son sentiment et ainsi, elle ne ferait rien à part nous suivre. Je m'approchais donc de mon coéquipier de mission et d'une voix à moitié réveillé dû à la nuit fatigante que j'avais passé, je lui dis quelques mots :

      « Tu n'as pas mangé depuis que nous sommes partis. Vas te restaurer un peu, il y a de quoi manger dans les trois sacs que j'ai ramené »


    Des propos simple mais efficace. Mais une fois prononcé ces mots, je me dis que j'avais peut-être fait une erreur. Mes mots pouvaient peut-être lui faire paraître que je lui donnais un ordre alors que ce n'était pas le cas, je ne voulais faire qu'un geste amical en sa faveur. Espérons qu'il ne prenne pas mal mes propos... Cela faisait déjà un moment que nous marchions et que je ne lui avais pas proposé de manger alors qu'il y avait de quoi faire, penserait-il que j'étais radin alors que je n'avais seulement pas pensé sur le coup de lui dire, étant pas encore très réveillé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyVen 23 Nov 2012 - 23:18

Enfin seul. C’est comme ça que Michiki était le mieux. Sans personne à charge à part lui-même. Même s’il devait l’avouer, Kenzaku était un compagnon de voyage agréable qui savait discuter et qui restait simple sans prendre la tête inutilement. Mais la solitude restait quand même la compagnie la moins restrictive que connaissait le Kirijin. Il dormirait de nouveau à la belle étoile. Cela ne le dérangeait pas. Il avait été habitué à dormir dehors quand il était petit et qu’il partait en quête de spécimens pour ses dissections. C’était donc plus un moment de nostalgie qu’autre chose. Il avait préparé un feu pour ne pas attraper froid et il avait sorti ce qu’il avait comme provisions, à savoir deux biscuits. Il avait beau avoir le grade de Jônin, il avait toujours du mal à gérer ses vivres en mission. Il se contenterait de ça pour le moment. Après ce repas frugal, il grimpa sur la branche d’un arbre pour digérer. Comme la digestion fut rapide vu la quantité de nourriture absorbée, il resta encore un moment pour rêvasser. Un tel moment aurait mérité une cigarette mais il tentait d’arrêter. Il n’avait donc pas de paquet sur lui.

Les étoiles étaient ses seules compagnes pour cette nuit un peu fraîche. Une compagnie qui lui convenait à merveille. Il adorait observer les astres brillants haut dans le ciel alors que seul le bruit de mère Nature venait perturber ses réflexions. Il se mit à penser à pleins de choses. Il pensa à Kiri, à Pô, à sa senseï scellée dans un rouleau à sa ceinture, à l’homme qui l’avait tuée et aux supplices que Michiki ferait subir à ce dernier pour avoir commis un meurtre de trop. Et ce fut sur ces saines pensées que le nécromancien s’endormit.

Il fut réveillé par la lueur de l’astre solaire qui vint d’abord lui piquer les yeux alors qu’il était plongé dans un beau rêve de torture. Bizarrement c’était la fille du client qu’il torturait ! Un rêve prémonitoire peut-être ? Il l’espérait en tout cas. Il descendit de son perchoir. Les restes noircis de bûches avaient terminés de fumer quand ils s’étaient éteints au milieu de la nuit. Cela avait d’ailleurs arraché une brève réaction du Kirijin qui avait eu la flemme de descendre pour rallumer tout ça. Il usa d’une technique Dôton basique pour recouvrir le tout. Il était respectueux de la nature. Même s’il était loin du petit garçon passionné par les organes internes des animaux, il avait toujours cette « passion » au fond de lui. Il avait juste moins de temps pour s’y adonner ou y consacrer son énergie. Il était bien trop demandé par des tâches importantes qu’il s’était un peu refait une personnalité. Mais il aimait bien ce nouveau lui. Très changeant. Capable de rire aux larmes en décapitant un homme. D’aider quelqu’un à remonter d’un précipice avant de l’y envoyer avec une lame dans le cœur. Au moins il n’avait pas de quoi s’ennuyer !

Il partit en quête de nourriture dans les environs en attendant ses compagnons de route. Ce fut une recherche vaine et inutile. Il revint à l’endroit où il avait laissé la troupe la veille, le ventre grognant autant qu’une bonne femme. Puis Kenzaku arriva enfin avec tout le monde. Ils avaient la charrette avec eux et la jeune fille semblait moins froide. Du moins avec le Konohajin. Michiki put percevoir son regard froid très discret qu’elle lui adressa. Il y répondit d’un sourire aimable et hypocrite. Puis sans mots, le convoi reprit sa route. Après quelques mètres parcourus, le Kirijin s’était rendu compte que Kenzaku et la fille avait vraiment sympathisé. Il évita donc de trop les gêner. Non seulement il n’aimait pas Mrs.Pimbêche mais il détestait être la cinquième roue du carrosse. Puis finalement, le jeune Konohajin vint le voir pour lui parler. S’il lui demandait de faire un effort avec l’autre cruche, il aurait le droit à un éclat de rire dans sa gueule. Ça fait pas très mal mais ce serait là la réaction du Jônin de la Brume.

Mais Michiki se trompait. Son coéquipier venait juste l’informer qu’ils avaient chargés des sacs de vivre pour la route. Une idée qui fut salué d’un grognement de plaisir par l’estomac du Kirjin. Il fallait qu’il pense aux autres néanmoins. Il se dirigea donc vers la charrette pour se servir un morceau de pain et une pomme. Les aliments furent avalés assez vite et il n’eut pas besoin de plus. On pourrait croire qu’il avait un appétit d’oiseau mais c’était faux. Il savait juste se rationner quand il le fallait. Tout seul il dosait mal mais avec d’autres il mangeait peu pour permettre quand même aux autres d’avoir un truc à se mettre sous la dent.

Le chemin se passa sans encombre. Une petite pause au bord d’un fleuve à midi. Même si le paysage était paradisiaque, Michiki avait avalé son morceau de viande sans demander son reste. Il était resté focaliser sur le repérage d’éventuels ennemis. Lorsqu’ils reprirent la route, les tensions, qui étaient devenus habituelles depuis que la fille les avait rejoints, étaient moins lourdes à porter. Le voyage se passa donc agréablement dans l’ensemble. Puis ils arrivèrent enfin au port qui les conduirait à Kiri. Ce qui signifierait la fin de la mission pour Michiki et les retrouvailles avec son chez-soi. Il avait hâte ! Il ne mit pas longtemps à trouver un bateau. Le simple fait de présenter son bandeau qu’il gardait toujours dans une sacoche l’aida grandement. La clique embarqua sur le navire et ils quittèrent la terre ferme pour prendre le large. Plus longtemps à supporter tout ça. Plus que quelques temps avant d’être enfin libre. Michiki trépignait d’impatience alors que le vent aux relents salés venaient lui ébouriffer sa crinière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyLun 26 Nov 2012 - 15:07

    Tout se passait au mieux, même si la mission avait prit une tournure plutôt grotesque. Nous continuions notre chemin comme nous l'avions commencé depuis le début. Il était de bonne heure, mais peu à peu, mon esprit s'éveillait et j'étais à présent doté de mes pleins capacités. La nuit avait été difficile, fatigante, très éprouvante mais Ô combien délicieuse. J'avais parlé rapidement à mon compagnon pour qu'il puisse s'approvisionné, ce qu'il fut. Après cela, j'avais repris ma place sur le côté gauche de la charrette, au côté de celle qui m'avait occupé la nuit en train de surveiller les alentours, tout en discutant de chose et autre de la vie. Le premier sujet arrivant été sujet à un long débat avec le paysan. Il avait l'air peut-être complètement débile en venant de sa cambrousse mais au final, il s'avérait qu'il était quelqu'un aillant un esprit ouvert, tout comme sa fille avec son... Enfin, la route était calme, nous avions fait escale pour nous reposer et manger lorsque le soleil était à son zénith puis nous avions reprit la route. Ce fut lorsque le soleil commençait à tomber que nous arrivâmes enfin au port de la forêt du pays du feu. Il ne nous manquait plus qu'à prendre un bateau et nous étions enfin arrivé. La mission s'était vraiment passé comme il le fallait, je n'avais même pas l'impression que c'était une mission de rang A mais plutôt une mission de rang D, tout au plus C car nous aurions pu être attaqué par des petits brigands de bas étages. L'ordre de mission avait stipulé qu'une personne voulait s'emparer de la cargaison, mais elle n'en avait rien fait. Peut-être savait-il qu'il y avait des shinobis qui escortaient le convoi. Je n'en savais rien mais je ne m'en plaignais pas, et puis, j'allais être payé une belle somme d'argent pour avoir marché et avoir couché avec une parfaite inconnue très mignonne. Merci l'administration !

    A l'arrivé au port, Michiki s'occupait de l’appareillage du bateau dont nous allions utiliser. Ce fut rapidement que nous étions tous sur un grand cargo avec un marin-pêcheur qui tenait la barre. Je prenais l'air sur le pont avec Michiki. Les autres étaient en train de dormir, ce qui semblait logique vu l'heure qu'il était. La cargaison était tant qu'à elle cachée dans la cale du navire. Maintenant que j'y pensais, ça allait être la première fois que j'allais aussi loin. Jamais auparavant je n'étais allé sur la mer et jamais je n'étais allé à Mizu no Kuni. Il fallait une première fois à tout mais ce fut lorsque j'eux pensé cela que je m'étais dit que ma vie de shinobi était pauvre en action. Je rêvais de voyager et de faire le bien où j'allais. Je voulais rendre service au monde et voilà où je me trouvais à présent : simple Chûnin de la feuille. Je n'allais pas très bien sur le coup, je me tenais alors à la rambarde du navire, m'appuyant dessus et regardant les étoiles. Le Jûnin de la brume dû voir que j'étais pensif et que je devais songer à quelque chose qui me tracassais, comme il pouvait sans doute ne rien en faire et même ne pas le remarquer. Quoi qu'il en soit, je voulu couper cette scène mélo-dramatique en lui parlant. Cela faisait à présent un moment que je ne l'avais pas fait.

      « En tant que shinobi, c'est rare d'avoir du temps pour nous, de nous délasser, de nous reposer. Du moins, c'est le cas pour nous, shinobis de la feuille. Nous avons peu de temps à nous consacrer, est-ce le cas pour vous ? »


    C'était une question parfaitement inutile. Comme tous les shinobis, particulièrement les hauts gradés comme lui, il devait être très occupé à remplir ses fonctions. Il devait avoir tout comme moi une équipe dont il fallait qu'il s'occupe, les ordres de missions à répondre et ainsi de suite. Quel piètre shinobi je faisais mais en ce moment, j'étais de réel mauvaise compagnie. La nuit était calme, une brise légère soufflait dans ma longue tignasse rougeâtre. Peu à peu, le vent commençait à souffler, l'air se faisait également plus froid. Nous étions sûrement bientôt en plein milieu de la mer. Cette dernière commençait à s'agiter mais n'étant expert seulement en nature de la forêt et non des eaux, je ne savais pas ce qu'il se passait. Je pensais que tout cela était normal, mais mes dernières pensées furent bientôt erronées.

    Les vagues entrechoquaient de plus en plus fort le coque de notre navire, le vent s'abattait sur nous. Le bateau tanguait dans tout les sens et des bruits de crépitement se faisaient entendre de toute part. Cela ne me semblait pas être un bon signe. Une tempête ? Non, bien pire que ça. Je pouvais entendre au loin un bruit que je ne pu reconnaître sur le coup. Regardant dans la direction, je sentais en même temps le bateau accélérer vers le lieu où le bruit se faisait entendre. Que se passait-il, je n'en savais strictement rien mais vu l'expression que prenais mon coéquipier, il ne valait rien qui vaille. Alors que notre moyen de transport continuait à accélérer, le bruit s’intensifiait et bientôt, je pouvais voir à l'aide de mes yeux écarquiller de peur une énorme vague nous fonçant dessus. Je ne savais pas ce qu'il se passait, mais il fallait réagir au plus vite avant que l'immense vague ne se referme sur nous. Elle était presque à notre porté, dans une ou deux minutes, nous allions rentrer en contact avec cette dernière. Reculant pour aller voir celui qui tenait la barre, j'entendis un cri strident. Me précipitant toujours dans la même direction, je vis un homme, kunai en main emplis de sang au côté de notre marin-pêcheur, au sol, ensanglanté.

      « Jamais vous ne poserais pieds sur la terre ferme, jamais ! Suiton - Daibakufu no Jutsu ! »


    Nous étions attaqué, il n'y avait aucun doute qui pesait dessus et qui plus est, c'était d'une évidence à savoir que c'était les hommes qui voulaient s'emparer du convoi qui faisaient une telle chose. Je connais cette technique, je la connais très bien même, je l'avais déjà vu auparavant. Cette technique était capable de créer une énorme vague qui s'abattait là où on le désirait. Une technique très puissante, encore plus lorsque l'on se trouve sur une aussi grande étendu d'eau. Ce n'était plus qu'une question de secondes avant que la vague ne nous percute, il fallait au plus vite agir mais voulant retourner à l'avant, notre ennemi commençait à faire quelques mudras rapidement puis un requin sortait de l'eau à bâbord tentant d'un bon d'un côté à l'autre de m'atteindre avec ses dents tranchantes. Au premier coup, je me mis au sol, à plat ventre pour l'esquiver mais cela fait, mon ennemi se précipitait sur moi. J'étais en mauvaise posture, très mauvaise posture. Prenant mon courage à deux mains, je n'avais pas le temps de me relever pour éviter le coup de pied que j'allais subir alors je me contentais d'essayer de gagner du temps pour me retrouver sur mes jambes et fis une rapide série de signes à mon tour. Ce fut en une fraction de seconde qu'un phoenix apparu à mes côtés et se lançait à l’assaut sur mon adversaire d'une vitesse fulgurante. Arrivé à sa hauteur, la créature légendaire explosait dans un grand fracas, laissant derrière lui un nuage de feu et de cendres. M'appuyant sur mes bras, je me retrouvais rapidement sur mes jambes, prêt à combattre lorsque j'entendis plus loin derrière moi une voix crier de bonheur. Je me retournais et vie que la vague n'était vraiment plus très loin. Suivant le son de la voix, ma tête se dirigeait vers le haut et je pu voir un homme en train de surfer sur l'impressionnante masse d'eau se dressant devant nous. C'est la fin...

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyLun 26 Nov 2012 - 15:59

Le voyage battait son plein paisiblement. Le clapotis des vagues venait lécher le flanc du bateau. Kenzaku et Michiki était sur le pont tandis que leurs compagnons de voyage dormaient paisiblement à l’abri avec la marchandise. Le temps filait doucement. Michiki ne connaissait que trop bien ce vaste paysage. Pour avoir pris le bateau à de multiples reprises, il connaissait bien cette sensation d’être perdu au milieu de pas grand-chose. Notre seule compagnie étant les abysses profonds et mystérieux de la mer. Il avait mis du temps à s’y faire mais à présent il savait reconnaître la pérennité des lieux et en apprécier la beauté. Même si son camarade Konohajin ne semblait pas penser la même chose. Il se cramponna à la rambarde. Michiki s’attendit presque à voir son petit-déjeuner en détail mais rien ne vint. Kenzaku rompit le silence qui régnait depuis un moment. Il voulait savoir si les shinobis de Kiri avaient du temps pour eux. Il entendait par là du temps pour eux, pour qu’ils se reposent etc. Le nécromancien lui répondit donc :

-Tout dépend des personnes. Personnellement, je m’occupe au plus vite des tâches qu’on m’attribue comme ça il me reste du temps pour aller me détendre à l’entraînement. C’est une question de gestion de son temps je pense.

Suite à ce début de conversation assez morne et ordinaire, le bruit des vagues sur la coque s’amplifia. Aucun nuage dans le ciel. Encore l’augmentation de la fréquence des vagues ce serait justifié s’il y avait un peu de vent. Mais là c’était étrange. L’air perplexe, Michiki tâcha d’identifier l’origine de ce mystère. Il finit par y arriver sans trop de problème lorsqu’il vit la vague immense qui leur fonçait dessus. Quel monstre ! Le bruit n’avait plus d’importance étant donné l’ampleur de ce qui leur arrivait dessus. Il ne faisait pas de doute que cela était le fruit d’un Ninjutsu. On ne trouvait pas ce genre de phénomène dans la Nature. Du moins sans aucune raison particulière du style avis de tempête ou autre. Et comme pour confirmer ses doutes, il perçut une voix dans son dos. Son collègue Konohajin faisait face à un gars ensanglanté. Le nécromancien comprit que ce liquide était celui du marin qui les avait menés jusqu’ici. Inutile d’espérer faire changer le bateau de cap. Et puis cela n’aurait pas servi à grand-chose de toute façon. La vague était trop imposante. Et comme si ça ne suffisait pas, un requin surgit des flots pour venir happer Kenzaku. Ce dernier évita la technique de justesse. Michiki devait agir pour aider son camarade. Il mit la main sur un de ses rouleaux d’invocation.

Il fit sortir le cadavre d’un requin comparable à celui constitué d’eau qui avait essayé d’attaquer le Chûnin. Le cadavre invoqué avait pour ordre de poursuivre son homologue aqueux et de le mettre hors d’état de nuire. Une fois à l’eau, le macchabée se mit en chasse. Quelques remous signalèrent que le combat entre espèces venait de commencer. Michiki allait prêter main forte à Kenzaku qui venait d’attaquer son adversaire avec un oiseau de feu. Mais un cri de bonheur lui rappela le danger imminent ainsi qu’un énergumène qui…surfait sur la vague géante. Ça s’annonçait pénible à gérer. Il se mit à l’avant du bateau, à genoux pour éviter une attaque surprise du requin de l’ennemi. Sa technique allait mettre un moment à se mettre en place. Il fit appel à son contrôle de la terre pour faire venir à lui la terre qui se trouvait sous leurs pieds. Cela mit un moment avant que les blocs de terre ne remontent à la surface et forme un dôme. Cette structure terrestre permit à la vague d’être littéralement fendue en deux dans sa moitié, aspergeant les combattants d’une pluie fine. Michiki avait réussi cette première étape. Le surfeur fou avait sauté de son perchoir pour atterrir en subtilité sur le dôme. C’était un shinobi lui aussi. Cela promettait un combat plutôt intéressant.

En levant une main d’un geste théâtral, Michiki détacha certains fragments du dôme précédemment formé pour s’armer d’une faux de terre qu’il tint de sa main levée. Il le tendit ensuite vers son opposant en lui adressant ces quelques mots :

-Je vous conseille de partir dès maintenant tant que vous en avez l’occasion. Ton copain nous promettait qu’on ne remette plus jamais les pieds sur la terre ferme. La seule promesse que je peux vous faire c’est que les vôtres iront nourrir la poiscaille.

Le surfeur fou, qui avait l’allure et la dégaine du surnom que lui avait trouvé Michiki, se mit à rires à gorge déployée, ce qui fit frémir sa coupe de cheveux un peu étrange. Quand il eut terminé, il observa le Kirijin depuis le dôme légèrement détruit maintenant. Et il s’adressa à lui de la manière la plus puérile et provocatrice possible :

-Allez fais pas le mec, binoclard. Fais péter tes formules de maths que je rigole.

Michiki soupira face à l’immaturité de ces propos. Il ne pouvait pas dire qu’il n’avait pas prévenu. Il renforça sa prise sur la faux et, sans donner de préavis, il fléchit ses jambes pour s’élancer vers l’ennemi, préparant déjà un peu de chakra dans la plante des pieds au cas où il atterrirait sur l’eau. Son arme était prête à trancher et à frapper. Le surfeur allait vite déchanté. Lorsque Michiki se lançait dans la bataille, il devenait impitoyable et il faisait rarement des cadeaux. Dans le cas présent, en ferait-il ? Euh…Non !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyMar 27 Nov 2012 - 13:16

    La situation était à son paroxysme. Déjà que l'homme qui tenait la barre avait été tué, en plus, nous avions une énorme vague qui allait nous emmener au fond de la mer et pour finir, il y avaient deux étrangers qui en voulaient à nos vies pour s'emparer de la cargaison. Tout avait bien changé depuis le début de la mission, nous qui étions en promenade de santé. J'avais commencé l'affrontement avec le tueur. Ce dernier maîtrisait visiblement le Suiton, étant celui ayant crée l'énorme vague et le requin qui avait tenté de me manger tout cru. Par chance, j'avais un minimum de bon sens et de rapidité de mouvement ainsi que de réaction et grâce à mes talents de fuyard, j'avais pu éviter le requin aqueux. Voyant que je n'étais pas en très bonne posture, Michiki avait crée lui aussi un requin, sauf que ce dernier n'était pas fait d'eau mais de chair... du moins, ce qui n'était pas encore en décomposition car c'était le cadavre d'un énorme requin. Ce dernier suivait son espèce similaire et combattait dans l'eau, ce qui me laissait pouvoir être concentré sur mon adversaire.

    L'homme au Suiton était toujours dans le nuage de feu et de cendre et j'allais profiter de cela pour préparer mon action prochaine. Levant le bras en l'air, mon membre s'entourait de chakra qui devenu bientôt du feu. Rien de bien impressionnant en soit qui d'entourer son bras de feu grâce à une technique Katon mais si un coup est porté, la puissance était plus importante et des brûlures pouvaient être occasionnées. Au fond, c'était plutôt efficace lorsque le coup était porté. Redescendant mon bras, je composais une série de signe et lorsque le nuage se dissipa, je vis la peur gravé dans les yeux de mon adversaire. Pourquoi avait-il peur ? C'était plutôt simple et normal lorsque l'on est entouré d'une horde d'ennemi. Oui, vous l'auriez compris, mon adversaire était entouré de représentations de moi-même de tout les côtés. Me contentant de le pointer du doigt, il eut un petit sourire en coin.

      « Tu crois vraiment m'avoir comme ça ? Tu n'es pas assez puissant pour créer autant de clones, ce n'est qu'une illusion ! »


    Et merde, il avait découvert mon stratagème le bougre, mais je n'avais pas dit mon dernier mot. Il y avait une puissante source de lumière sur le bateau grâce aux bras qui étaient enflammés et jetant un oeil en arrière, je vis que la vague n'était plus là et que mon coéquipier avait engagé le combat contre son adversaire. Voyant que j'étais distrait un court moment, mon ennemi aux cheveux blonds couraient entre mes illusions pour se rapprocher de moi au corps à corps mais ce fut lorsqu'il arriva à trois mètres de moi environ qu'il fut pris au piège. Une importante source de cendre fit son apparition tout autour de lui, se transformant alors en fumé incandescente. En un claquement de doigts, la fumé se mit à chauffer de telle sorte que ça en devînt un brasier extrêmement brûlant. Oui, vous l'auriez compris, parmi les illusions, il y avait cinq clones que j'avais préparé le temps qu'il ne voyait rien et à présent, il en était encerclé. Il s'était jeté dans la gueule du loup à corps perdu. Mes clones savaient ce qu'ils avaient à faire et à quel moment. Je me tenais en retrait en train d'exécuter l'une de mes techniques fétiches. A la base, lorqu'une personne se retrouve prit par ce Jutsu, il se retrouve expulsé hors du nuage incandescent mais s'il résiste, alors il aurait d'important brûlure. Dans le cas actuel, il était encerclé de toute part par ma technique grâce à l'aide de mes cinq clones et il était plutôt bloqué. Le regardant brûler à petit feu et gémir, crier de douleur, je me sentais assez mal. Je n'aimais pas m'en prendre au gens et les faire souffrir, mais je n'en avais vraiment pas le choix, c'était sa vie ou la mienne. Faisant signe à l'un de mes clones, je lui fis comprendre qu'il pouvait faire ce qu'il avait à faire. Les cinq clones relâchèrent leur emprise sur la technique et le brasier se refroidit peu à peu. Mon adversaire était au sol, presque inconscient. Sa peau avait été brûlé à chaque endroit, il était carbonisé mais encore en vie. Je ne pouvais pas me permettre de le laisser ainsi en liberté quand même, alors un clone composa une série de signes et contrôla la cendre de sorte à faire une autre technique Haiton : Le sarcophage de l'enfer.

    L'un des ennemis étaient hors d'état de nuire. Il n'était pas bien puissant, je dirais le niveau d'un Genin expérimenté mais son contrôle sur le Suiton faisait de lui un shinobi tout à fait remarquable. Il avait un énorme potentiel, c'était un énorme gâchis que sa vie est tournée ainsi... Je me retournais à présent en direction de Michiki pour savoir où il en était. Leur combat n'était pas encore terminé, on aurait même dit qu'il venait tout juste de commencer. Je courais rapidement à l'avant du navire pour lui prêter main forte accompagné de mes quatre clones. Je ne savais pas si je me devais de l'aider ou non. Peut-être le prendrait-il mal, ou peut-être je le gênerais... Je n'en savais rien mais si l'occasion se présentais, j'allais entrer en action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyMar 27 Nov 2012 - 15:32

Le combat était lancé. Michiki venait de foncer avec sa faux de terre sur son surfeur fou. Il avait le bras arqué prêt à frapper. Mais le gars n’était pas un vulgaire débutant. Il esquiva la lame en un saut agile. Lorsque le nécromancien arrêta son mouvement pour se retourner, il eut le droit à un violent coup de pied dans la tronche. Il fut éjecté quelques pas en arrière. La puissance du coup n’était pas phénoménal non plus. Le gars s’était placé en haut du dôme pour sauter en contrebas sur le Kirijin. Ce dernier cracha un peu de sang et il émit un sourire de dément. Comme si le sang nourrissait sa folie. Il n’allait pas se laisse battre par une énergumène en short de bain et chemise à fleurs ! Oui car c’était ce que portait son adversaire. Difficile d’être considéré comme un adversaire sérieux avec cette dégaine. Mais l’habit ne fait pas le moine. La preuve en est que ce coup de pied que Michiki avait reçu était assez puissant. Il ne fallait pas sous-estimer cet adversaire par conséquent. Il allait donc passer aux choses sérieuses.

Il effectua les mudras nécessaires pour se cloner. Il y avait maintenant six Michiki sur l’eau. Ils se dispersèrent tous en cercle autour de l’ennemi et chaque réplique effectua la technique du fouet aqueux. L’ennemi se retrouva donc entravé par cinq liens tenus solidement par les clones. Il était donc à la merci de l’original qui composa les mudras pour lui balancer un dragon d’eau. La bête aqueuse fila vers l’ennemi et le percuta de plein fouet. Le choc emporta la cible et les clones qui la tenaient. Les clones disparurent en laissant échapper une flaque derrière eux qui rejoint l’immense étendue d’eau sur laquelle ils se battaient déjà. Michiki avait employé pas mal de moyens là. Le type allait avoir du mal à s’en relever. Mais il fut vite contredit.

Une lumière vive entoura la silhouette qu’il voyait plus loin. En quelques secondes, l’homme était face à lui. Comment avait-il réussi ça ? L’aura jaune qui l’entourait lui apporta une réponse. Un boost de vitesse grâce au chakra Raïton. La face souriante de son ennemi fut la dernière chose qu’il vit avant d’être propulsé en arrière par un violent coup à l’abdomen. Il fit des roulées boulées sur quelques mètres avant de tomber sur le dos et de flotter à la surface de l’eau. Il ne s’était pas montré assez prudent.

Il entrouvrit les yeux avec difficulté. Il vit les nuages au-dessus de lui alors que l’eau lui bouchait les oreilles. Il entendait juste ce qui se passait comme s’il était un peu loin. C’était l’effet acoustique de l’eau. Il n’aimait pas ça. Il fit donc un effort surhumain pour se relever et revenir à des appuis sûrs sur la surface. Le chakra parcourut la plante de ses pieds et il fut enfin au sec. Il s’était remis droit pour bien faire face à son adversaire. Et maintenant qu’il était loin, il put voir que Kenzaku s’était joint au combat. Celui qui avait tué le marin était donc hors d’état de nuire. Heureusement que Michiki gardait quand même une vivacité d’esprit en situation délicate. Avant de se prendre le coup, il avait laissé un petit souvenir à son ennemi. Un cadeau qu’il allait déballer pour lui. Mais pas de suite. Il attendrait le dernier moment. En espérant que son ennemi ne voit rien pour le moment.

-Oh oui faites qu’il ne se rende compte de rien ! jubilait-il à l’avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Hugh
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyMar 27 Nov 2012 - 16:17

    Le Jûnin de Kiri Gakure No Satô était en train de se faire manger par son adversaire. J'étais en train de regarder l'action se dérouler sous mes yeux. Alors qu'ils étaient sur le dôme, Michiki essaya de porter un coup à l'aide de sa faux qu'il tenait fermement dans sa main directement à son adversaire. Ce qu'il ne pensait pas, c'était le fait que notre dernier ennemi était agile et rapide et d'un petit saut, il avait pu esquiver aisément l'offensive et même contre-attaquer par un coup violent en pleine figure. Un magnifique Heatshot bien placé de la part du surfeur et l'homme aux lunettes violettes se retrouva plus loin. C'est à ce moment que je me rendu compte qu'il y avait quelque chose qui clochait chez mon coéquipier. Alors qu'il venait de se prendre un coup violent et qu'il crachait du sang, il eut un énorme sourire tel un démon en redemandant. Obligé, il aimait le sadomasochisme, il aimait se faire taper... Mais bon, peu importe, il est comme il est et rien ne pouvait changer mes pensées envers lui, c'était un shinobi avec qui je m'entendais assez. Alors que j'allais vouloir l'aider dans sa manoeuvre, je n'eux pas assez le temps de réagir qu'il composa des mudras et que cinq clones apparurent à ses côtés en train de l'accompagner dans sa course. Rapidement, ils se dispersèrent et voilà qu'ils avaient tous crées un fouet fait d'eau qui avait de bonnes prises sur leur adversaire. Il était fait comme un rat, du moins, c'est ce que je pensais avant que Michiki ne fasse une nouvelle technique qui créa un dragon d'eau. Alors que cette bête légendaire eut finit sa course droit sur le surfeur, les clones qui étaient sur l'eau furent entraînés eux aussi par la puissance de la technique. Sur ces dernières secondes, Michiki avait utilisé pas mal de chakra mais la victoire était notre. Enfin, c'est ce que je pensais. Les clones éclatèrent et j'allais féliciter le Jûnin de ce qu'il venait de faire mais encore une fois, je n'avais pas été assez rapide.

    Je pouvais distinguer au loin une lumière intense qui d'un coup, prit une vitesse fulgurante pour arrivé au côté de l'utilisateur Suiton. Un coup de poing au niveau du ventre et voilà qu'il était à nouveau éjecté par la puissance de notre adversaire. Sa vitesse était telle que le coup avait été d'une force vertigineuse. Je ne savais pas quoi faire, je n'étais pas vraiment doué en matière de Taijutsu et s'il venait à m'attaquer, j'étais perdu. La meilleur chose pour moi était d'être sur de pouvoir l'atteindre et d'en finir avec lui ou alors je n'allais pas faire le feu. Ou alors je pouvais me cacher dans un coin pour ne pas me faire avoir moi non plus. Oui, c'était la meilleure des solutions. Alors que je mis un pied en arrière, j'entendais quelqu'un arriver derrière moi. L'ennemi ? J'étais tellement apeuré que je ne bougeais plus, attendant le moment où j'allais mourir. Alors qu'une main se posait sur mon épaule, je la regardais. Une main de femme ? Sans me retourner, je pus comprendre que c'était la fille de notre client. Mais que faisait-elle là ? C'était bien trop dangereux pour elle d'être ici. Sans un mot, je comprenais que je ne pouvais ps rester à me cacher, qu'il fallait que j'agisse pour son bien, le bien de Michiki, le bien de la mission. Sans le vouloir, cette femme avait pu me redonner le moyen de passer à l'action, et c'est ce que je fis l'instant d'après.

    Sautant du navire et concentrant mon chakra dans mes pieds pour atterrir sur l'eau et non dans l'eau, je me plaçais derrière le shinobi voleur surfeur ou je ne sais quoi pour que Michiki qui venait de se relever et moi-même l'encerclions. Je ne savais réellement pas ce que je faisais, ni ce qu'il me prenait mais j'eux une réaction quand même.

      « Mon Dieu ce que tu vas morfler... »


    Je commençais à courir à corps perdu sur notre ennemi. Me voyant faire, il fit de même, mais à une allure beaucoup plus importante. Sa vitesse était plus de deux fois supérieur à la mienne, j'avais pu m'en rendre compte. Je voyais également où allait être notre point d'impact et il fallait que je réagisse à ce moment là. Mon bras était depuis un moment entouré du halo de feu que j'avais crée auparavant. Nous étions presque à porté l'un de l'autre mais j'allais me faire comme un débutant si je ne me bougeais pas. Concentrant mon chakra de façon plus importante dans mes pieds, j'allongeais mes pas et prit plus appuis dans l'eau. Būsuto, une des techniques dont j'utilise peu souvent mais très utile dans ce genre de cas. Alors que notre impact allait être imminent, j'avais augmenté quelque peu ma vitesse pour le prendre à son jeu et ainsi, avec mon poing droit de feu, je pu lui asséner un violent coup de point in your face. Je continue alors ma course en freinant peu à peu, mon regard figé sur son corps volant plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] EmptyMar 27 Nov 2012 - 17:13

Kenzaku n’avait pas tardé à réagir de son côté. Il semblait avoir entouré son bras d’une aura pour foncer sur l’ennemi. Le surfeur l’avait vu et il s’était mis à lui foncer dessus aussi. De là où il se tenait, Michiki voyait bien que l’adversaire était plus rapide. Cela risquait de faire défaut à Kenzaku. Mais ce dernier finit par accélérer lui aussi. Bien joué ! Au moins il aurait une chance maintenant. Et mes amis, quelle chance ! Qu’il vérifie s’il n’est pas cocu parce que là ! Il venait d’asséner un coup phénoménal qui fit décrire un vol plané au surfeur. D’ailleurs il n’allait pas tarder à atterrir sur la tronche de Michiki. A moins que ce dernier ne le plante sur place. Oh oui ! Quelle idée délicieuse. Il sortit un scalpel de sa poche. Une arme un peu ridicule pour empaler ? Peut-être mais ce n’est pas ce que comptait faire Michiki pour en finir. Il attendit que son adversaire s’approche de lui. Quand il fut à deux mètres au-dessus de la tête du nécromancien, ce dernier activa le sceau qu’il avait posé lorsqu’il avait reçu un coup l’abdomen. Le voilà son petit cadeau.

Le surfeur s’enflamma telle une comète et fut projeté dans une direction différente à cause du souffle de feu qui se dégagea du sceau. Il commençait à cramer lentement. Heureusement pour lui qu’il atterrit dans l’eau. Mais il était déjà rongé par quelques cloques douloureuses. Il gémissait alors qu’il maintenait du chakra à ses pieds avec difficulté. Sans un regard vers son coéquipier, Michiki avança vers le surfeur. Il s’accroupit à côté de lui. Son sourire de fou furieux était à son paroxysme. Il faisait vraiment peur avec cette tronche. L’homme qui se retrouvait à quatre pattes près de lui tourna la tête dans sa direction et il eut un bref sursaut pour s’éloigner du Kirijin. Ce dernier pouvait jouer maintenant. Il avait toujours son scalpel en main. Il le balada sur la jambe du surfeur qui commença à paniquer en poussant des cris de panique. Il reculait inlassablement pour ne plus être à la portée de ce malade. Il recula tellement qu’il finit par se retrouver adossé contre les restes du dôme de terre. Bloqué.

Michiki franchit les quelques mètres qui les séparaient. Sa démarche était bizarre lorsqu’il était accroupi. En même temps essayez d’avancer en étant dans cette position. C’est pas super pratique. Et lorsqu’il arriva enfin au niveau de son ennemi, il fit une bref entaille à son mollet dont se déversa un peu de sang. Le liquide rouge se dispersa par gouttes dans l’eau de mer. Le type le regardait, incrédule, ignorant ce qui allait lui arriver. Le nécromancien se releva et retourna au bateau. Le surfeur le regarda avec de grands yeux. C’était tout ?! Il poussa un soupir de soulagement que le Jônin vint interrompre en lui adressant quelques mots :

-Toi qui es surfeur, tu dois connaître les dangers de la mer.

Qu’est-ce qu’il voulait dire ce taré ?! Le surfeur s’apprêtait à demander des explications mais il n’en eut pas le temps. Une large gueule venait de se refermer autour de lui, le gobant pour l’emmener dans les profondeurs. Le type venait de se faire avaler par le requin zombie du nécromancien. Ce dernier avait remporté son combat avec son homologue aqueux. L’animal revint près de son maître, un bras inerte pendant de ses crocs. Michiki rangea le gros poisson dans son rouleau. Il récupèrerait le cadavre de l’homme plus tard. Il remonta sur le bateau tranquillement où des gémissements avaient réveillés leur client. Il l’acheva d’un coup de scalpel dans la carotide. Puis quand le bruit cessa, il scella le corps dans un parchemin. Ayant quelques notions de navigation, il se dirigea vers la cabine pour prendre la barre. Il gueula à Kenzaku de se magner de remonter sur le navire, si ce n’était pas déjà fait. Puis ils repartirent. Ils arrivèrent finalement au port en fin de journée. Là-bas, ils se séparèrent du convoi qu’ils devaient protéger. Ils avaient accomplis leur tâche. Michiki fit très bref pour dire adieu. Il s’approcha juste de la jeune fille et lui posa la main sur l’épaule avec un :

-Allez sans rancune !

Et alors qu’il commençait à partir, elle protesta d’une voix fluette :

-Eh oh attendez un peu là ! Et le sceau que vous avez posé ?

-Ah oui ! C’était un faux. Je voulais juste que tu arrêtes de la ramener. Efficace, non ?

Et il partit sur ses mots, un vaste sourire sur le visage. Kenzaku lui emboita le pas. Etant loin de son pays natal, Michiki avait proposé au Konohajin de l’héberger pour la nuit. Ainsi son camarade pourrait repartir tranquillement le lendemain. Le nécromancien était heureux de retrouver son chez soi. Enfin il allait pouvoir se détendre ! Et rien de prévu demain. Grasse matinée et glandouillage en prévision. Que du bonheur ! S’il savait ce qui l’attendait cependant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty
Message(#) Sujet: Re: La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La caravane môman seigneuur ! [A - PV Sarutobi Kenzaku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Tetsu no Kuni-