N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Entretien avec un spectre [Froturak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyDim 9 Sep 2012 - 23:28

Le revers de la médaille quand on représente l'autorité dans le village, c'est qu'il faut parfois faire des plongeons en enfer. La prison de Konoha... quel lieu atroce. Été comme Hiver, la chaleur du magma entourant les bâtiments y faisait suffoquer les plus frileux. La malveillance et la méfiance était imprégnée dans chaque mur. Personne ne venait faire du volontariat ici, certainement pas On'; s'il était là, c'était pour un stage de découverte de quelques jours. En tant que jônin, il était amené à tâter successivement tous les terrains liés au métier de shinobi de haut rang, à commencer par la prison. La tâche du jour: donner le déjeuner aux prisonniers.

Dans les cellules les mieux gardées résidaient des prisonniers de rang S. L'un d'entre eux, dont le nom était encore inconnu, s'était auto-proclamé "Messager du Rinyūaru". Accessoirement, il était aussi à l'origine du décès d'une centaine de civils et de la destruction du temple de Kyuubi. Onpu n'était pas superstitieux, il n'était pas le genre de personne à croire au courroux d'un démon-renard à neuf queues. Il n'était pas rancunier non plus, du moins il n'avait aucune raison de faire de cela une affaire personnelle. Pour lui, cet homme n'en restait pas moins la pire ordure qu'il n'ait jamais eu l'occasion de rencontrer.
Nikkou l'avait arrêté en personne, des rumeurs disaient qu'il avait reçu l'aide d'une puissante et obscure unité spéciale. D'autres disaient qu'une belle et jeune genin n'était pas étrangère à cette histoire, et que même si c'était cet homme qui avait fait sauter le temple, elle avait sa part de responsabilité dans le désastre... D'aucuns disaient même que cette fille était muette. Kaya? En réalité, On' n'avait pas vraiment envie d'en savoir plus.

Repas de fête pour le "messager" aujourd'hui: le traditionnel pain sec était accompagné de poulet. Certes, des bas morceaux, mais du poulet tout de même. L'employé-jônin ouvrit l'épaisse porte de la cellule. A l'intérieur de ses gros murs en granite, des barreaux le séparaient encore du mystérieux prisonnier de guerre. Enchaîné et privé de toute sorte de locomotion dans le peu d'espace qui lui était accordé, ses bandages lui avaient été retirés dés le début de sa peine, laissant ainsi son ténébreux visage à découvert. Impossible de lui faire cracher son identité jusqu'à présent... la torture l'y aiderait peut être, elle n'allait probablement pas tarder. Mais ça ne regardait pas Onpu, celui-ci se contenta de poser le bol de nourriture à terre, et de le faire glisser de l'autre côté des barreaux d'un geste sec du poignet.

Des milliers de mots lui vinrent alors. "Et ta vie dans cette cellule, ça te convient comme renouveau, Bâtard?". "J'ai affronté tes deux potes dans la forêt, ils se sont bien foutus de ta gueule en te laissant derrière". "Pas trop rongé par les âmes des civils que tu as emportées? T'inquiète, ça viendra". "Messager du Rinmachin truc, voilà MON message: tu mourras seul, et personne ne te regrettera".
Pas une syllabe ne sortit pourtant de sa bouche pendant près de dix secondes. Il se contentait de dévisager l'assassin, le regard repli de mépris. Cet homme devait pourtant avoir une âme, comment diable avait-il pu commettre un acte pareil?


"Bon app' "
, se résigna-t-il en s'apprêtant à sortir de la cellule et continuer sa tournée.


Dernière édition par Myakudou On' le Mer 12 Sep 2012 - 18:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Re: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyLun 10 Sep 2012 - 21:13

On dit que le remord vient avec l'âge. Je ne vieillis plus.

Spoiler:
 

Le sourire aux lèvres. Il ne l'avait pas quitté depuis qu'il avait réussi sa mission. La rancoeur ne poindrait jamais. Jamais aux yeux de l'ennemi. Cette stupide Konohajin avait contribué à la mort de plus d'une centaine de ses compatriotes. Elle se devait d'éprouver du remord. Pas Fro'. Il s'en foutait. Le Rinyuaru avait porté un coup à Konoha. Sa capture n'avait été qu'une suite "logique" des évènements. Les conventions voulaient que l'on ne puisse vaincre un Kage, un haut gradé et deux ninjas de rang moyen d'un même village en même temps. Pourtant... Il avait vaincu. D'une certaine manière mais la défaite des Konohajins était totale. Un prisonnier qui ne lacherait rien pour environ deux cents morts. Minable. Ce village faisait pitié. La hantise d'être démasqué ne le gênait plus depuis un bon moment. Son coeur pouvait cesser de battre que cela ne changerait rien. Le sang sur ses mains était toujours là, frais ou non. Il s'était repu des cris de terreur de ces gens totalement inconnus et du désespoir dans l'oeil des Konohajins. Le Kage avait certes surpassé le cyclone pour réussir à le défaire mais seul, il n'aurait pas réussi. Sa puissance était ridicule. Ne pas pouvoir défendre son village. Ses ressortissants. Cela devait le hanter. Il n'était pas fier de ce qu'il avait fait mais quelque chose avait changé en lui. Donner le mort ne lui apportait plus rien. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Le sang pouvait se répandre sur son visage ou un cadavre lui tomber dessus qu'il n'y verrait aucun problème. Le sens de la vie n'existait plus pour lui. Il n'était pas mortel. Il était le Spectre, Messager du Rinyuaru, porteur de Vie ou de Mort, cela allait selon sa volonté.

Le temps passait rapidement depuis qu'il avait transcendé sa condition. Son enveloppe charnelle avait beau être la même, musclée à souhait, légèrement balafrée ça et là, il n'était plus le même d'un point de vue psychologique. La prison ne l'avait pas changé. Sa condition avait changé. Les repas le sustentaient à peine mais son corps restait inlassablement le même. Tout s'était figé. Seul le monde gravitait encore autour de lui, dans une perpétuelle rotation infinie. Le repas d'aujourd'hui avait changé. Un morceau de poulet apparemment. Pff. Il ne pouvait plus bouger, privé de toute aptitude locomotrice par un nombre d'entraves incalculables. Son esprit était ailleurs mais il avait remarqué le Konohajin qui venait. Il lui lacha un bon appétit à peine audible tellement l'on sentait la rage et la colère bouillir en lui. L'incompréhension le caractérisait sans doute mieux. Ce vert là devait avoir une langue en train de suppurer d'hypothétiques questions. Il aimait ça. Voir les gens fulminer de colère pour ce qu'il avait fait. Personne ne pourrait jamais rien comprendre à son oeuvre. A part peut-être Aare ou Hiroyuki et encore. Beaucoup percevraient cela pour de la folie et c'en était peut-être mais désormais, cela lui permettait de donner un sens à sa condition. Il ne goûta même pas à la nourriture. Non pas par peur d'empoisonnement mais la faim l'avait quitté. Les émotions ou sentiments humains le quittaient peu à peu. La transcendance commençait. Il n'était plus homme, pas encore Dieu. Ce n'était qu'une Entité Immortelle, douée de facultés de communication plus élaborées que la moyenne. Cela ne faisait pas de lui quelqu'un de supérieur. Quelqu'un de différent. Et d'original. Le Konohajin allait partir. Taunt. Simple.

"Tu demandes pourquoi hein? Tous ces cris. Tu ne peux même pas savoir la jouissance que cela procure. La sensation d'horreur et de drame qui s'en dégage. Tous ces petits corps écrasés sous des tonnes de roches grâce à cette fille. Vous devriez même me demander le pardon et il y aurait même une probabilité que je l'accepte. Pourquoi? Parce que je suis bon."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Re: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyMer 12 Sep 2012 - 18:32

Voilà qu'il se montrait bavard, le petit messager. Mignon comme tout. On' referma la porte, se retourna lentement vers lui, impassible.

"Je te demande que d'alle. Tu entends des voix.
Et je ne te dirai pas ce que j'en pense, je n'aime pas trop parler de ce genre de choses. Pas mon délire. Mais puisque tu me provoques, laisse-moi te dire une chose. Je pourrais te tuer, ici et maintenant."


C'était là quelque chose qu'il n'aurait jamais pensé dire quelques années auparavant. Le fait d'avoir traîné avec Suguato n'était sans doute pas étranger à cette petite métamorphose psychologique, mais difficile de dire s'il avait vraiment mûri ou pas.


" "Cette fille" n'a tué personne, ne rejette pas la responsabilité sur les autres, c'est trop facile. Tu es l'unique terroriste, tu pourras d'ailleurs te vanter d'avoir marqué l'histoire, avec tes conneries. Pour ça, tu t'es pas loupé. Mais sache qu'on ne laisse pas sortir un assassin de prison sans motif. Et vu ton comportement actuel, je préfère te prévenir que tu es sur la mauvaise pente, continue comme ça et tu es bien parti pour rester ici une bonne plombe.
Ton heure de gloire est derrière toi. Bon ou mauvais, tu n'as plus aucun pouvoir ici. Aucun."


Onpu n'avait pas seulement musclé sa force physique ou sa réserve d'énergie ces derniers jours: il avait aussi gagné en sang-froid. Pourtant, sans s'en rendre compte, il accompagnait ses paroles d'une fusion phénoménale de chakra dans la plupart de ses muscles, mais contrairement à l'épisode dans la forêt flambante contre les deux assaillants au visage bandé, cela témoignait davantage d'une maîtrise totale de ses ressources que d'un manque de self-contrôle. C'était juste une émanation naturelle, il n'avait pas la moindre intention d'attaquer ce prisonnier; cela ne lui aurait valu qu'un avertissement, voire une rétrogradation de la part de Masao Nikkou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Risible innocence. Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyMer 12 Sep 2012 - 21:03

Le fait d'être dans une cage ne vous empêche pas de vous élever au dessus de votre condition.

Ce Konohajin était pugnace. C'en était d'autant plus drôle. Son sourire s'agrandit. Il venait de le menacer de mort. Un petit glapissement guttural s'échappa de la geôle. Il prétendait avoir la capacité de lui ôter la vie? Etait-il fou? Il n'avait point connaissance des arcanes cachées de cet univers apparemment. Ce n'était qu'un petit. Un damoiseau de rang élevé pour sa puissance mais diminué par son ignorance des us et coutumes de l'univers. Le respect se perdait. Il comprenait totalement pourquoi il était mal perçu mais il ne s'imaginait pas que cela prenne de telles proportions. Konoha garderait donc une rancoeur éternelle envers lui. Il en était fier. Le Konohajin arguait que la Genin n'était pas responsable de ce qui s'était passé au Temple. Il se mit à rire. La vraie histoire avait du être modifiée et une version sans caféine en était sorti. Une version où les gentils ninjas de Konoha avaient déjoué le méchant inconnu. Quelle blague. Un fou rire démarra. Le dénommé On', du moins il ne le savait pas pour le moment, devait maintenant le prendre pour fou. C'est pourquoi il choisit de s'arrêter de rire immédiatement et il le dévisagea. Il croyait que Fro' avait fait ça pour entrer dans l'histoire. Minable. Il le prenait pour un de ces fanatiques totalement stupides qui se suicidaient pour leur chef. C'en devenait on ne peut plus décevant de la part d'un haut gradé Konohajin. Ce village lui inspirait une pitié grandissante. Un dégoût. Cette larve le prenait pour un impuissant, pour une merde en gros. Eructant un psaume perdu qu'il avait appris à l'académie de Kumo pendant son bref passage là-bas, il se mit à parler:

"Tu ne pourrais pas me tuer, que tu le veuilles ou non. Ta connaissance du monde n'est pas encore assez acérée petite larve. Laisses éclater ta rage et tu pourrais bien te retrouver un beau jour le cerveau à deux mètres de ta boite cranienne, gisant dans une mare de sang, fluide corporel qu'apparemment tu n'as encore que peu vu d'après tes remarques stupides. Accrois ton savoir, parfais ta science et peut-être un jour tu pourras me parler d'égal à égal. Quant à ma responsabilité quant à la destruction du Temple, je ne la renie pas. J'ai fait exploser le Temple après avoir prévenu tes camarades des risques que celui-ci encourrait s'ils m'attaquaient. Ils sont tout de même passé à l'attaque. Pauvres sots. Le temps n'a plus d'effet. Vous n'êtes que de simples mortels. Tu ne comprends visiblement pas que mon objectif n'est nullement de rentrer dans l'histoire. Je vivrai encore à travers cette enveloppe charnelle alors que la tienne ne sera plus là depuis des millénaires. Je suis Celui-qui-Marche, je serai Celui-qui-Sait et peut-être même Celui-qui-Montre. Votre rôle n'est que subsidiaire et la gloire n'entre purement pas en ligne de compte. Mes actions au Temple ne sont que le simple fruit de ma volonté et l'envie de m'engager dans un projet qui te dépasse. Vous autres, les Konohajins, me faites pitié. Comme la majorité des mortels d'ailleurs. La vie. Vous y attachez trop d'importance. Tout comme ceux qui étaient dans le Temple, tout comme ceux qui périront encore par ma lame."


Il se mit à tousser. Son discours avait probablement estomaqué le Myakudou mais il ne comptait pas s'arrêter là. Le sang coulerait encore et encore, par ru, par ruisseaux, à torrents. Il perlerait du ciel comme la bruine après l'orage. La scène était des plus horribles. Un champ de bataille comme il en avait tant vu. Monceaux de cadavres, pestilence. Il se sentait chez lui, dans son environnement. La paix n'était qu'un éphémère instant, désagrégé par la bêtise des hommes comme un jouet dans les mains d'un nouveau-né.

"Pour ton ignorance, je te pardonne. Mais saches que la parole vaut de l'or. Apprends à la manier et tu seras une personne redoutable, même pour moi. Pour le moment, tu n'es rien. Une once de vanadium dans une barre d'acier, un grain de sable dans une falaise de Tsuchi. Absolument rien. Saches que bientôt, àç ton grand désarroi, tu vas recevoir le message d'un gradé supérieur à toi qui te dira de me faire libérer. Libre à toi de me croire ou non mais aussi frustré que tu soies à ce moment là, tu laisseras faire. Comme un docile animal."


Ses mots fusaient comme le crépitement de la braise un soir de fête. Il n'allait pas s'arrêter ici. Le Konohajin, aussi fort qu'il puisse être, allait devoir s'armer de courage s'il voulait continuer à discourir avec lui. A la moindre faille, il lui sauterait à la gorge. Ses phrases virevoltant dans l'air ambiant. Ses muscles se raffermirent et il inspira pleinement, s'ouvrant à la tendre chaleur du monde. Ils n'auraient pas raison de lui. Tout simplement peut-être parce qu'il commençait à perdre cette dernière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Re: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyJeu 13 Sep 2012 - 9:05

Bon. Voilà qui changeait un peu la donne.
Ce prisonnier ne se prenait vraiment pas pour de la daube. Il parlait en prophète... mais il avait réussi son coup pour une chose: son auditeur était estomaqué. Car il avait touché un point sensible: la naïveté d'Onpu. Celui-ci ne pouvait effectivement pas se vanter d'avoir fait couler le sang de nombreuses fois, ce n'était pas sa tasse de thé. Aux yeux des monstres sanguinaires comme celui-ci, il n'était donc qu'un oisillon, et en être conscient ne lui suffisait pas pour l'assumer. Il avait encore beaucoup à endurer, sa mission avec Suguato lui avait bien prouvé.
Le dialogue avait pris des allures théâtrales, et On' venait d'endosser le rôle de la victime, innocente, inexpérimentée et scandaleusement vulnérable. Mais cela pouvait peut être tourner en sa faveur.


"Peut être. Mais ce moment là arrivera peut être moins tôt que tu ne le penses, cela dépendra des mots que tu utiliseras face à mes supérieurs...
D'aucuns disent que c'est le silence qui est d'or, pas la parole. Je serais plutôt de cet avis, je n'ai jamais vraiment su apprécier les paroles à leur juste valeur; pour moi, elles gâchent la musique qu'il y a autour. Ma théorie est tout autre: puisque dans un dialogue il en faut un pour parler et un pour écouter, alors si la parole est précieuse l'écoute l'est tout autant. J'ignore peut-être tout du monde tel que toi tu le connais, mais je sais au moins une chose: ça irait mieux si les gens savaient s'écouter.
Ta vision des choses est peut être très subjective, mais elle me semble digne d'intérêt. Aussi, comme tu l'as voulu, je vais te faire un cadeau, en t'offrant à mon tour ma propre vision du pardon: l'écoute.
Ta langue est bien pendue, mes oreilles sont grandes ouvertes. Nous sommes faits pour nous entendre, pas vrai?"


En revêtant le masque de l'élève et en confiant au prisonnier celui de l'érudit, On' espérait établir un contact plus approfondi avec l'individu. Il ne gagnerait certainement pas sa confiance, pour ça il aurait fallu qu'il se trouve de l'autre côté des barreaux. Mais il était en droit d'envisager une échange un peu plus constructif qu'une partie de ping-pong où chacun dit à l'autre qu'il sera le premier à mourir.

Spoiler:
 


Dernière édition par Myakudou On' le Lun 17 Sep 2012 - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Re: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptySam 15 Sep 2012 - 12:46

C'est du partage que provient le pardon

Son interlocuteur ne s'était pas énervé. Du moins il ne le laissait pas trop transparaitre bien que la rage qu'il éprouvait envers Fro' suppurait par tous les pores de sa peau. Ce qui faisait plaisir à Fro' c'est qu'il semblait fasciner le Konohajin qui ne comprenait toujours pas ses motivations. Ce type là n'avait aucune profondeur psychologique. Naïf, jeune, ce n'était qu'un vulgaire débris qui voulait défendre son village à tout prix. Un de ces utopistes qui croyaient garder la paix en défendant leur village. Qui était assez stupide pour encore y croire? Les villages ne faisaient que se battre, que ce soit entre eux ou contre ceux qu'ils avaient rejeté. Contrats d'armement, espionnage industriel, rivalités, tout motif était bon pour déclencher un assaut sur le voisin... Ce petit là ne le comprenait pas apparemment et ce n'était pas un prisonnier de "guerre" qui risquait de lui faire comprendre. Là n'était pas le but donc. Il voulait juste délier sa langue pâteuse et ce petit brin de discussion allait lui permettre de le faire. Il sentait les fluides de sa bouche en masse et cracha au sol, d'un trait cinglant, un peu plus loin, sans pour autant offenser le Konohajin.

"Les mots que j'utiliserai face à tes supérieurs risquent d'être les mêmes s'ils possèdent la même faiblesse psychologique à avoir un réel point de vue sur le monde actuel. Sortir d'ici ne m'importe peu. J'attendrai le temps qu'il faudra. Tu te crois peut-être fin joueur en me laissant parler ainsi alors que tu ne t'es même pas présenté? La souillure de ce village qui déteint sur toi aurait donc tellement atteint des neurones que tu en aurais oublié la politesse? Je veux bien discuter avec toi, histoire de donner à ton village un respect qu'il ne mérite qu'à peine. Et, peut-être, si tu te montres plus doué à ce jeu que ce qu'il n'y parait, je te ferais un présent. Que tu t'empresseras, si tu le désires, d'aller raconter à tes supérieurs. La seule règle ne tient qu'en un seul mot: l'échange. Echange inégal vu que je suis derrière les barreaux et que tu me contemples comme un fauve en cage. A toi de restaurer l'équilibre. Tu en as la possibilité."


Voilà. Alea jacta est. Si ce petit merdeux comprenait bien le but de ses paroles, cela risquait d'être amusant. Si chacun des deux personnages jouait son rôle, tout se passerait pour le mieux dans le meilleur des mondes, ou pas... Toujours était-il que ce Jônin, voire membre de l'ANBU, avait la possibilité de faire accélérer ou ralentir sa sortie de prison. L'interet étant de partir au plus vite pour essayer de restaurer un renouveau dans ce monde sans cesse rempli de tourments et de douleurs insurmontables. Il était un messager du Renouveau et il ne faillirait point. Il ne restait qu'à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Entretien avec un spectre [Froturak-Teichirô] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyLun 17 Sep 2012 - 22:14

Et il n'attendit pas longtemps. On' n'eut pas à réfléchir des siècles pour connaître la réponse la plus logique à fournir à cet homme. En effet, il avait employé un mot magique, "échange"; cela dit, le mélomane dut garder son sang-froid et lutter pour se souvenir que l'art mis en jeu ici n'était pas la musique, mais bel et bien le théâtre.

"Tu sais aussi bien que moi que je ne peux pas restaurer cet équilibre en un claquement doigt. D'abord parce que je ne suis pas un geôlier et que je n'ai pas les clés de tes chaînes sur moi, et ensuite parce que si je te libérais maintenant mon kage m’exécuterait.
Cela dit, tu as parlé d'échange, et tu seras d'accord avec moi pour dire qu'il s'agit d'une question de confiance. En bon musicien, tu me vois disposé à m'adapter à tes modes et à jouer dans ta tonalité. Je suis prêt à m'engager à plaider en ta faveur lorsque l'occasion de présentera, en affirmant que ton comportement en tant que prisonnier aura été exemplaire. En échange, tu peux m'offrir tout ce que tu avais l'intention de m'offrir. Mais pour des raisons évidentes, ça ne peut se limiter qu'à de la parole.
Même si je n'aime pas les paroles, je t'offre la mienne. Si ce n'est pas suffisant pour mériter ton respect, messager, je comprendrai. Mais c'est tout ce que je puis te sacrifier pour le moment."


D'un certain point de vue, le prisonnier avait peut-être raison en disant que les paroles étaient d'or. En seulement quelques tirades, rien qu'avec l'art du verbe et la musique de ses phrases, il avait réussi à s'approprier l'admiration d'Onpu, ainsi qu'un pan de sa confiance... à défaut d'en obtenir la totalité. Voilà le prix à payer quand on assume le statut d'assassin, mais sans doute n'en avait-il cure. Car au delà d'un maître de la parole, cet homme était un véritable agglomérat de fierté, et selon On' la fierté n'était bonne qu'à conduire les hommes droit dans les ravins.

Il s'interrompit sèchement dans sa propre tirade. Son ouïe hypersensible lui annonçait une présence progressant à travers les nombreux couloirs de cette sombre prison, dans leur direction.


"Quelqu'un approche. Notre accord tient toujours, si tu penses toujours avoir des choses à me transmettre tu peux me considérer comme ton allié. Et puisque tu es si sensible à la politesse, sache que je me nomme..."


Il faillit s'incliner en déclinant son identité pour rentrer vraiment dans son personnage, mais son corps tout entier se bloqua lorsqu'il put sentir la signature de chakra de l'homme qui approchait la cellule. C'était un monstre. Un monstre d'énergie vitale, jamais il n'avait rencontré pareil mastodonte. Même Nikkou faisait petit à côté. Pour avoir pénétré dans un endroit pareil, il devait posséder soit l'autorisation du Kage, soit une force de persuasion suffisante pour convaincre toutes les forces de sécurité de le laisser accéder au centre du batiment, un potentiel de genjutsu semblable à celui des déchus Uchiha. Dans un cas comme dans l'autre ce n'était que peu rassurant.
L'homme passa la porte. Le coeur d'Onpu fit un bond. Pendant un instant, il crut avoir reconnu l'un des Sennins du continent, un de ceux qui avaient sa statue dans le centre du village. Pourtant sa silhouette présentait quelques différences notamment en terme de tour de taille, et étant peu physionomiste On' ne voulut pas s'avancer en collant le nom de "Samidare Teichirô" sur ce visage. Néanmoins, son sang se refroidit subitement lorsqu'il envisagea cette éventualité. Si cet homme avait effectivement sa photo dans le bingo book, alors la pièce de théâtre risquait de tourner à la tragédie... ou au contraire d'accueillir le Deus Ex Machina.

Prenant une profonde respiration, Onpu déclara en dévisageant le visiteur avec, dans le doute, un profond respect.


"Vous tombez à pic, nous allions justement entamer les présentations. Je suis On', du misérable clan Myakydou de Ta non kuni. A qui avons-nous l'honneur?"


Spoiler:
 


Dernière édition par Myakudou On' le Mar 18 Sep 2012 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nukenin
Asshu Kaderik
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Re: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyMar 18 Sep 2012 - 16:49

  • "Vous tombez à pic, nous allions justement entamer les présentations. Je suis On', du misérable clan Myakydou de Ta non kuni. A qui avons-nous l'honneur?"


L'esquisse d'un sourire aussi incertain qu'énigmatique fut la première réponse. Impossible de dire s'il fut sincère ou non. Ce ne fut pas non plus ma tête incliné sur le côté qui pouvait faire entendre le font de ma pensée au Konohajin qui venait de m'adresser la parole. Mes yeux rouge se fixèrent aux siens durant dix bonnes secondes. Très court pour moi, mais avec l'espoir que cela paraisse une éternité pour lui. Je rompu alors le silence d'une voix totalement dépourvu de toute gêne. Comme si je venais de pénétrer dans ma propre demeure. Bien que ce lieu m'était en réalité totalement inconnu. En effet, à l'époque il n'y avait pas de prison à Konoha. C'était au QG des Seika que tout se passait... Comme quoi.

  • -A quoi pourrait bien te servir mon nom Konohajin ? Surtout si tu le connais déjà... Cette manie qu'ont les gens de poser des questions en connaissant déjà les réponses. Je viens rendre une petite visite à ce curieux personnage. Il a attisé mon intérêt.


Je m'avançais dès lors d'à peine quelques pas tout en regardant attentivement le Sunajin. Attentivement mais aussi furtivement. Mon regard descendit de sa tête au pieds et cela s'arrêta là. Je tenais dans la main un rapport. Et tandis que j'allais m'asseoir un siège de cendre, tout à fait banale hormis la matières m’accueillit. Je pouvais à ce moment donc ouvrir le rapport, et dans le silence commencer à le feuilleter. Ce fut cependant extrêmement bref. Mon regard prouva que ce que je pouvais y lire ne m'insuffla finalement que très peu d'intérêt. La suite fut simple. Je brûlais entièrement en quelque seconde, laissant les cendres retombé au sol.

  • -Rien d’intéressant là-dedans... vingt cinq pages pour écrire des choses qui coulent de source. La Mode Konohajin sur ce point n'a pas bien changée...


Mon regard se redirigea directement sur le Sunajin. Laissant celui qui m'adressé la parole de côté, du moins pour le moment. Encore une fois mes yeux de sang se fixèrent dans les siens. Aucun genjutsu ou subterfuge quelconque. Je me contentais de le regarder simplement. Puis les refermant je lâchais un petit rire, aussi bref que sourd. Je m'installais ensuite un peu plus confortablement, reposant mon menton sur le poing. L'air un peu fatigué et arrogant. Quoi qu'un tantinet enclin à l'amusement.

  • -Il faut être sacrément bon et culotté pour avoir accomplit ce genre d'exploit. Pour cela, tu as mon admiration. Je connais la sécurité de Konoha mieux que personne. C'est moi qui l'ai conçu... Elle a été amélioré depuis le temps certes. Mais tout de même. Toujours est-il que c'est un acte qui doit cacher autre chose. Aare n'était pas stupide au point d'envoyer un Ninja dans une mission suicide. Il n'avait rien à y gagner d'ailleurs... Donc ce n'était pas une mission venant de Suna, ou même de Kiri tiens.
    Quoi que... mmmh non non. C'est bien cela qui me fait poser des questions. Pourquoi ? Il n'y avait rien à gagner à cela. Honnêtement. Tout le monde se foutait pas mal de ce temple. Le fanatisme de Miyu est loin derrière nous. Aucune raison stratégique apparente.. A moins que tu sois juste un imbécile qui voulait faire parler de lui. Mais j'en doute fortement. Cette guerre, elle ne t’intéresse pas je pense. C'est autre chose. Te concernant je sais déjà que tu es un senseur. Et un très bon. C'est une qualité obligatoire pour avoir pu atteindre le temple, en temps de conflit qui plus est. De ce que j'ai pu entendre, tu as aussi un ego sur-dimensionné. Et un esprit fin... Deux traits de caractère que je connais bien. Entre nous, je pourrais simplement fouiller ton esprit et obtenir ce que je veux savoir sans avoir à prononcer un seul mot. Mais étant de la vielle école. Je préfère une bonne conversation. Alors discutons ensemble tu veux bien ?


Je coupais net à ce moment. Cherchant en réalité à jauger le moindre mouvement de son visage, le moindre geste, tout ce qui pouvait me donner le moindre indice sur sa personnalité.

  • -Je viens du pays de l'eau. Mais le fait est que ce pays ne me porte pas vraiment dans son coeur. Et toi ? Tu viendrais d'où ? Un expatrié ? Un errant ? Un déserteur ? Un ..... Anonyme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Re: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyMar 18 Sep 2012 - 18:37

On se fatigue de la pitié, quand la pitié est inutile.
Albert Camus

L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien.
Il me fait reposer dans de verts pâturages,
Il me dirige près des eaux paisibles.
Il restaure mon âme,
Il me conduit dans les sentiers de la justice,
A cause de son nom.
Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort,
Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi:
Ta houlette et ton bâton me rassurent.
Tu dresses devant moi une table,
En face de mes adversaires;
Tu oins d'huile ma tête,
Et ma coupe déborde.
Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront
Tous les jours de ma vie,
Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel
Jusqu'à la fin de mes jours.

L'attente ne fut pas si longue que prévu. Le Myakudou faisait preuve de clairvoyance et de recul, chose que l'Otoka ne lui aurait jamais imaginé. Toujours était-il que cela servait ses désirs et qu'il risquait d'en ressortir quelque chose de bon. Du moins le pensait-il. Le dialogue prenait des allures de pièce de théâtre totalement surjouée mais cela lui plaisait bien. Il aimait jouer de cette manière là avec son interlocuteur et celui-ci avait un certain sens des réalités malgré le fait qu'il soit jeune. Il venait de lui donner sa parole. Le sang de Fro' ne fit qu'un tour. Ce type là était un homme d'honneur, le genre de ceux qu'il respectait grandement. Ils étaient rares à cette époque là et nombre d'entre eux mourraient en tenant leur parole, sacrifice ultime selon Fro' même s'il ne pouvait plus en faire autant. La parole. Une arme à double tranchant que peu savaient manier de manière concise et précise. Expression orale verbale, elle permettait d'exprimer sa pensée à travers le langage, lui-même matérialisé par une langue, dispositif spécifique à l'Homme, instrument de communication mortel. Ces paroles établissaient le rapport à l'autre, le rapport entre ces deux ninjas et nul doute qu'il était respectueux. D'abord simplement animé d'une envie de parler pour raffermir sa langue, le Spectre n'avait vu en celui qui se présentait comme Myakudou On' une possible solution à son problème, un outil. Au fil de leur discours, celui-ci s'était affirmé comme un être à part entière, capable de raisonner et de converser convenablement, bien qu'un peu fragile parfois au niveau de la rhétorique. Contrairement à l'Otoka, celui-ci avait été conditionné par Konoha, cadré. Le Spectre était autodidacte. Il avait grandi à travers les livres et cela l'avait fait évoluer considérablement. Aussi dut-il s'attendre au pire quand le Myakudou lui annonça la venue d'un étranger. Cela ne plût nullement à Froturak. Il jeta un regard à On'. Ce jeune là avait l'art de discourir en puissance, tout comme l'Otoka l'art de la rhétorique en acte. Il aurait pu faire un bon disciple. Qui sait s'il ne pouvait le devenir? Toujours était-il qu'un troisième personnage vint interrompre ce dialogue des plus intéressants.

Le regard du Spectre s'assombrit. Samidare Teichiro. Déserteur de Konoha aux dernières nouvelles. S'il était ici, c'était qu'il en avait le droit. Nikkou l'avait donc autorisé à venir. Soit. Le petit jeu allait pouvoir reprendre. On' avait fait ses preuves. Le supposé Démon Cendré allait donc devoir en faire de même. Grand mal lui en fût car il commença à parler en premier. Il s'imposa comme un tiers, dépourvu de tout respect envers ses semblables. C'était bien peu enviable. On' lui avait laissé la possibilité de se présenter et ce crétin venait de l'envoyer péter de manière implicite. Dommage. Au vu de son rang, il aurait pu faire une meilleure entrée en matière. Il brula le rapport fait sur le Spectre en annonçant que celui-ci était décevant. Pitoyable. C'était simplement risible. Le rire du Samidare fit rire l'Otoka. A manque de respect, retour de flamme. S'ensuivit un discours laudatif sur le supposé "exploit" de Froturak. Encore plus navrant. Son sens de la tactique était aussi évolué que ce qu'un criquet valait dans la chaine alimentaire. A la fin de son petit monologue, il le menaça de manière succinte et floue. Il voulait des informations? Allô la Terre. Etait-il doué de raison? Ce gars là ne valait rien. Il ne devait son rang qu'à la puissance de ses jutsus. Ce n'était qu'un esprit faible au sein d'un corps rôdé. Il était inachevé. Bien que Fro' ne s'intéresse que peu aux exploits de ce gars-là, il savait quelques petites infos à son sujet. Son esprit s'emballa.

Objectif de la communication: Faire passer un message à caractère multiple.
Emetteur->Message->Récepteur.
Qui émet? Otoka Froturak.
Message clair non relayé. Récepteur: Multiple.

"On', tu me sembles désormais quelqu'un de noble. Je t'ai sous-estimé mais désormais, tout mon respect t'est porté, contrairement à toi, fit-il sans regarder Teichiro. La parole est une arme, tout autant que les actes. Dans vos deux cas, l'une des deux lames est bien plus aiguisée que celle de l'autre. Les fines lames ne devraient point frayer avec les vieilles rouilles inutiles."


Il marqua une pause. Fonctions de Jakobson.
Fonction dénotative: La parole est maîtresse quand elle est employée à bon escient.
Fonction expressive: Dédain.
Fonction conative: Incite l'avertissement.
Fonction phatique: Inexistante.
Fonction esthétique: Inutile.

Toute communication suppose un feedback.


Supposition. Le Spectre ne marchait pas ainsi. Aucune rétro-action ne serait engagée si personne ne trouvait la clef. On' en avait un trousseau. Le temps lui semblait long. Allait-il devoir user de la parole "zéro" ou d'une novlangue imagée? Il priait le contraire. Cette situation tournerait en dialogue de sourds. Si ses interlocuteurs ou du moins l'un d'entre eux était atteint d'aphasie, grand mal lui en soit. Ce type là devait marcher à l'effet performatif. Chose inefficace dans ce cas-là. Aurait-il recours à la force? L'Otoka n'en avait que faire. Il ne parlerait qu'à On' pour le moment. Il se passa la langue sur les lèvres et déglutit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Myakudou On'
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1462
Rang : SSS

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Re: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] EmptyJeu 20 Sep 2012 - 21:15

Le rythme est dans le temps ce que la symétrie est dans l'espace.
Eugène d'Eichital




La pièce touchait à sa fin. On' regardait successivement les deux hommes présents dans la cellule.


"Allons, ne nous regardons pas de si haut les uns les autres."

Un homme de parole, oui... du reste, c'était un masque qu'il était tenu de porter jusqu'à la fin de la scène. C'était le moment ou jamais. Il se tourna finalement vers le Sennin.

"Nous n'avons pas vraiment intérêt à garder cet homme derrière les barreaux trop longtemps. C'est un assassin, un terroriste. Mais c'est avant tout un homme comme vous et moi, et tous les hommes sont soumis à la même justice: nous devrions le laisser partir après l'avoir fait parler et avouer ses pêchés. Encore faudrait-il qu'il y consente."


Son visage pivota vers le prisonnier. Peut-être que celui-ci lui en voudrait, qu'il mépriserait son manque d'implication dans sa délivrance, mais c'était tout ce qu'il pouvait faire. Être plus agressif face à ce dieu du genjutsu lui aurait assuré une fin minable.


"Tu as également mon respect, mais ton attitude est objectivement méprisable. Tout comme moi, cet homme t'a offert son attention et son écoute, la refuser constitue à mon goût un cruel manque de savoir-vivre. Puisque tu refuses de brandir ta "lame", je vais devoir le faire pour toi.
Tu as détruit un temple. Les superstitieux te maudiront à jamais, mais passons. Tu as tué plus de cent personnes, et pour cela tu mérites l'attention du monde shinobi. La raison? Je l'ignore encore, mais comme l'a présumé notre ami tu n'es pas un imbécile.
Samidare Teichirô. Le démon cendré. Un défenseur de la paix, cela va de soi, sinon il ne serait pas interposé entre la brume et les nuages pour empêcher deux Kage de s'entre-tuer. Cela ne l'a pas empêché de déclarer la guerre à toutes les nations, et d'offrir au Raikage la tête de l'un de ses hommes. La forme pourrait trahir le fond, mais en y regardant bien on comprend le démon n'est peut être pas si démoniaque que ça. Il en va de même pour toi, messager. La finalité de ton acte est cachée derrière le mur de haine que tu as créé.
"C'est l'aspiration même à vouloir la paix qui conduit à provoquer des guerres", disait le patriarche des Uchiwas. Derrière vos actes guerriers se trouve un objectif bien précis... Mes amis, réfléchissez. Il se pourrait bien qu'à cause d'un triste malentendu et d'un manque d'écoute, vous soyez à la poursuite du même horizon sans le savoir."

Un coup d'oeil vers Teichirô.

"Oui, je suis une petite larve insignifiante qui n'a jamais connu le champ de bataille. La guerre qui arrive saura m'aiguiser, n'ayez crainte. Cependant, à mon sens la valeur d'un homme ne se mesure pas aux litres de sang qu'il a fait jaillir, mais bel et bien aux enseignements qu'il a pu transmettre. N'est-ce pas ce que vous pensez également?"


Voilà. Qu'ils se débrouillent à présent. Intervenir davantage aurait été superflu et aurait pu nuire à sa crédibilité, déjà un peu ternie par son profil de petit jeune entre tous ces monstres. Il avait donné un coup de pouce au prisonnier, le sort de celui-ci était désormais entre ses propres mains. Il lui faudrait délier sa langue et accepter le contact avec la "vieille rouille inutile", sans quoi il resterait éternellement derrière ces barreaux à croupir dans son rêve de monde meilleur, frustré et aigri.
On' ne sut pas ce qui se passa après, il n'eut pas vent de la libération de ce prisonnier ni de son exécution. Il n'entendit plus jamais parler de lui. Froturak, Wataru, Messager du Rinyūaru... peu importait son véritable nom, il ne fut qu'une petite note noyée dans le vaste vacarme de l'univers. Voilà qui était bien triste.
Onpu l'oublia, et n'obtint jamais les enseignements qu'il lui avait fait promettre. Peut être parce qu'il n'avait pas suffisamment rempli sa part du deal aux yeux de l'assassin, qui sait.

Quant à Teichirô, On' n'en avait pas terminé avec lui. Son profil était au moins aussi intéressant que celui de ce prisonnier, la différence était qu'il était du côté de la feuille. L'heure était venue pour le mélomane de se rendre vraiment utile à Konoha, et cet homme allait l'y aider. Il l'espérait.

Il se dirigea finalement vers la porte et sortit de la cellule, se rendant dans le couloir en récupérant son chariot. D'autres misérables attendaient leur pitance, leur poulet devait déjà être froid.
Rideau.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Contenu sponsorisé
Informations

Entretien avec un spectre [Froturak] Empty
Message(#) Sujet: Re: Entretien avec un spectre [Froturak] Entretien avec un spectre [Froturak] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien avec un spectre [Froturak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Prison-