N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Une antiquité rageuse [Rang B, Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Yukio
Informations
Messages : 459
Rang : S

Une antiquité rageuse [Rang B, Solo] Empty
Message(#) Sujet: Une antiquité rageuse [Rang B, Solo] Une antiquité rageuse [Rang B, Solo] EmptyLun 25 Juin 2012 - 1:10

Spoiler:
 

    Un soleil de plomb tapait sur le village, on se croirait en plein été, alors que nous n’étions qu’au beau milieu du printemps. Certes ça approche, mais bon il faisait tout de même chaud ! Et c’est bien sûr juste ce jour là qu’on m’avait attribué une mission de rang B qui allait pas mal me faire marcher. Direction Tetsu no Kuni ce coup-ci, rien que pour m’y rendre ça devait prendre entre trois et quatre jours de voyage… Si la température ne baissait pas, j’allais fondre comme neige au soleil. Mais il n’y avait pas que la température qui allait me gêner, j’étais en train de réaliser que j’allais vraiment m’emmerder pendant ces jours de voyage. Bon à la limite, pour le retour je serai accompagné et ma mission allait commencer à ce moment-là, ça ira sûrement mieux du coup pour gérer mon ennui. Pour en revenir sur la mission en elle-même, elle consistait à escorter un antiquaire, qui souhaitait déménager du pays du fer, jusqu’à Kumo. D’après l’ordre de la mission, sa marchandise était d’une grande valeur, l’homme risquait donc de se faire attaquer et donc de se faire dépouiller de ses biens. C’était donc pour ça qu’on m’envoyait là-bas. Honnêtement, je n’aimais pas les missions d’escorte, mais il faut bien en faire de temps en temps.

    J’étais aux portes du village, prêt à partir pour un voyage assez long. Si l’allée ne me prendrait qu’entre trois et quatre jours, le retour m’en prendrait peut-être bien plus avec le marchand et les imprévus qui pouvaient arriver à n’importe quel moment. Dans le meilleur des cas, je serai de retour à Kumo dans près de dix jours... Comme quoi j'étais très optimiste... Ca faisait beaucoup, autant dire que depuis que j’étais à Kumo, jamais je n’étais parti aussi longtemps. Ayant de quoi tenir durant ses longs jours de voyage, je pris le départ de celui-ci tout en accélérant d’entrée de jeu. Je voulais arriver au plus tôt à Tetsu no Kuni pour démarrer cette mission. Même si elle n’appartenait pas au domaine que j’appréciais, je sentais qu’elle n’en serait pas moins intéressante. Inexplicable, et pourtant c’était bien là. Ca ne sera sûrement pas de tout repos, il fallait que j’arrive au plus vite à la frontière sud de ce nouveau pays.

    Muni d’une carte, je me guidais tant bien que mal en direction du pays du fer. De là, j’ai pu découvrir des paysages que je n’avais jamais vu auparavant, et ce même dans le pays de la foudre ! Comme des monts, des lacs et plein d’autres choses aussi intéressantes les unes que les autres. Mais bon, je n’étais pas ici pour faire le touriste et je le savais très bien. Je ne prêtais donc plus - ou plutôt moins pour être plus exact - attention à ce qui m’entourait pour me concentrer davantage sur le chemin. J’ai pu sortir du territoire de la foudre en à peine moins de deux jours, tout en sachant que je n’avais dormi que très peu. Fidèle à mes habitudes, c’était le cas de le dire ! A partir de là, j’ai du traverser d’autres terres qui séparaient mon pays natal au pays du fer. Ce n’est seulement qu’au matin du troisième jour que je fis mon entrée dans Tetsu no Kuni. Cependant, je ne pouvais ce coup-ci m’empêchait d’observer les paysages que m’offraient ces nouvelles terres. Je n’avais jamais mis un seul pied dans ce pays et je regrette de n’être pas venu le voir plus tôt que ce jour-là. On pouvait remarquer qu’il y avait du relief ! Un bon nombre de montagne se voyaient de loin, certaines même enneigées. Bref, un beau pays !

    Enfin, fini de perdre du temps maintenant ! Je serai sûrement arrivé à l’endroit où m’attendait l’antiquaire dans l’après-midi. Trois jours à courir comme un acharné, c’était assez fatiguant mais aussi un bon entraînement ! Et puis, vu la supposée longueur du retour, autant vaut mieux t-il ne pas perdre une seule seconde à l’allée. Je fis les dernières heures de marche toujours sans encombre, et je finis par arriver à la boutique de l’antiquaire qui se trouvait à la frontière sud de Tetsu no Kuni, c'est-à-dire celle avec le pays du feu. Devant la boutique qui se trouvait dans une petite cité, un convoi était garé et semblait vide. Ah, parce qu’en plus j’allais devoir l’aider à vider sa boutique et tout mettre dans ce convoi ? Quand j’y repense, j’ai du faire une de ces têtes de blasé je vous dis pas ! Mais bon, il est vrai que sa marchandise est plus en sécurité dans la boutique que dans ce transport restant à l’extérieur. Je rentrai alors dans la boutique.

      « Bonj… »
      « ATTENTIOOOOOOON TOOON SAAAC ! »


    Petite précision : le sac qui contenait de quoi tenir pendant plusieurs jours de voyages, ne frôlait qu’à peine l’une de ses marchandises qu’était un vase qui ne semblait pas avoir une grande valeur. Cependant, il m’avait assez surpris en criant sans prévenir, et le sac avait donc bel et bien heurté le vieux vase qui s’écrasa au sol.

      « Euh… »
      « Ah bah bravo ! DEHOOORS SALE GOSSE JE VEUX PLUS TE VOIR !! »


    Non mais il avait vraiment pété un câble là ou quoi ? C’était de sa faute si son vase tout pourri était en milles morceaux maintenant ! Et dire que j’allais devoir passer plusieurs jours en sa compagnie… Pitié que ce soit un rêve, que je me réveille ! Je le vis approcher de moi, avec un regard de tueur. J’étais vraiment tombé sur le pire des psychopathes ! Il allait encore gueuler un coup, ça se voyait à des kilomètres à la ronde.

      « Et alors ? On n’a pas entendu ? DEHOO… »
      « JE SUIS DE KUMO ET JE SUIS CHARGE DE VOTRE ESCORTE ! SI VOUS N’AVEZ PAS BESOIN D’AIDE DEBROUILLEZ-VOUS SANS MOI ALORS ! »


    Non mais, s’il voulait jouer à celui qu’il gueule le plus fort il fallait le dire plus tôt ! Je vis d’après son visage qu’il se calmait un peu. Fffiou, je soupirai un bon coup. Je n’aimais pas crier comme ça, surtout après un vieux, mais il ne m’aurait jamais laissé parler sinon et m’aurait foutu à la porte. Le vieil homme me demanda ensuite d’aller mettre toute sa marchandise dans le convoi devant la boutique. Quand je vis le nombre d’objets à transporter je manquais de tomber dans les pommes, la boutique était assez vaste et assez garnie, surtout que tout était fragile. Le voyage allait donc en plus être au ralenti pour éviter de tout casser. Super tout ça, j’allais passer un agréable moment, c’est le cas de le dire !

    Bon, il fallait que je me mette au boulot dès à présent. Je transportais les antiquités du psychopathe, avec délicatesse pour éviter une nouvelle crise et je les rangeais petit à petit dans le convoi en tachant de bien les disposer pour les conserver en parfait état. Je n’osais pas imaginer comment il allait réagir si je cassais encore quelque chose. En tout cas, le trajet n’allait pas être de tout repos avec un client comme celui-ci. D’ailleurs en parlant de repos, je pensais être tranquille pour la soirée vu que tout était prêt à la nuit tombée, et pourtant il m’avait annoncé qu’on partait le soir même et qu’on avancerait toute la nuit. Pardon ? Ok je dormais peu, mais il y avait un minimum quand même ! Mais bon, selon lui c’était nécessaire de partir le plus tôt possible. Je n’ai pas cherché à comprendre plus loin, et nous sommes donc parti dès que tout était prêt. La première nuit allait être encore plus longue que d’habitude, je restais à côté du convoi où se trouvaient la marchandise, le vieil homme qui dormait déjà et un autre homme qui se chargeait de le faire avancer. Vivement la prochaine nuit où j’aurais normalement le droit de me reposer… C’était obligé, je ne pouvais pas tenir autant de temps sans dormir après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yukio
Informations
Messages : 459
Rang : S

Une antiquité rageuse [Rang B, Solo] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une antiquité rageuse [Rang B, Solo] Une antiquité rageuse [Rang B, Solo] EmptyLun 25 Juin 2012 - 1:21

    Les premiers jours passèrent tranquillement, sans que rien ne se produise. Ennuyant… Oui c’était le mot exact pour qualifier ce voyage : déjà six jours d’escorte alors qu’on n’était même pas encore rentré dans le pays de la foudre. Le convoi avançait à une vitesse dérisoire pour ne rien casser et c’était la raison de la durée de ce voyage. Ce qui était bien, c’est qu’il me laissait un peu me reposer de nuit, mais il refusait que je dorme profondément pour que je puisse surveiller ces vieilleries. Autant vous dire que la fatigue s’accroissait de plus en plus, et prenait même le dessus à certains moments ! Par exemple, il m’est arrivé d’être dans un état de somnolence tout en continuant à marcher, heureusement qu’il ne m’avait pas vu, car s’il m’aurait surpris dans cet état il se serait remis à gueuler comme une poissonnière. Bien sûr ça reste entre nous, mais quand ça m’est arrivé, j’ai été réveillé par un arbre assez mal placé si vous voyez ce que je veux dire. Enfin bref, là n’est pas la question.

    Normalement, on devrait arriver à Kaminari no Kuni dans la soirée de ce sixième jour, et si tout allait bien nous serions à Kumo dans l’après-midi du neuvième jour de voyage. Il y avait encore du chemin à faire pour arriver au village donc. Autant vous dire que j’étais… Déprimé ? Oui c’est le mot. Et surtout : je m’ennuyais. Rien ne se passait… Honnêtement, j’aimerais qu’il y ait une tentative d’attaque pour que je puisse m’occuper un peu. Car là… C’était plus que monotone quoi… Enfin je parlais trop vite, puisqu’en ce nouveau jour de voyage, il y allait avoir quelque chose d’intéressant. Le vieil homme était monté sur le convoi (bien que ce n’était pas fait pour, mais il avait besoin de prendre l’air disait-il). En plus il dormait, ce n’était vraiment pas le bon endroit ni le moment pour ce faire. Je remarquai que quelque chose se trouvait par terre un peu plus loin, mais impossible pour moi de distinguer nettement ce que c’était. Plus qu’intrigué, j’accélérais la marche pour voir l’objet en question d’un peu plus près. C’était… Un masque en pierre. Qu’est-ce que ça faisait là ? Aucune idée, en tout cas ça devrait intéresser le vieux en tout cas. Je tournai le dos au transport, et je pris le masque entre mes mains avant de l’essayer. Simple plaisir enfantin… Qui ne plait pas un certain fou.

      « BAAAAAAS LES PAAAAAAATTES !!! LAAACHE CE TRESOR TOUT DE SUITE !!! »


    Vous l’aurez compris, le vieux antiquaire s’était réveillé, et ne perdit pas une seconde pour me gueuler dessus. De nouveau, il me fit sursauter et le masque s’apprêtait à s’écraser sur le sol, mais je parvins à le rattraper en plein vol. Si vous savez à quel point j’étais soulagé d’avoir évité une autre crise monumentale. Mais le vieillard se trouvait déjà à côté de moi et m’arracha des mains ma trouvaille avant de la serrer dans ses bras et de me lancer son regard de tueur qui voulait dire quelque chose du style : « Toi, si tu casses encore une de mes précieuses antiquités, je te découpe en rondelles et je me sers de tes restes pour assaisonner mes nouilles… COMPRIS ?? ». Je n’en revenais pas… Moi Jônin de Kumo j’avais peur d’un vieux ! Mais où va le monde ?! Dommage que je n’avais pas le droit de tuer mon client, j’ai beau être réticent à tuer, là je crois que j’y aurais pris un malin plaisir.

      « Humpf… Viens me prévenir lorsqu’on aura passé la frontière du pays de la foudre pour que je reprenne mon poste d’observation. »


    Une observation très active en effet. Surtout que la frontière, on allait la passer dans quoi ? Cinq minutes ? Même pas ? A quoi ça lui servait, il pouvait très bien déposer sa trouvaille et se rendre au sommet du convoi directement. Enfin… Un chieur reste un chieur. D’ailleurs, ce dernier se rendit à l’intérieur, et observa avec délicatesse et attention le masque en pierre que j’avais MOI trouvé. Et s’il valait une fortune ? J’aurais dû le garder et le cacher peut-être…

    Pendant ce temps, dans le convoi, le vieil homme avait laissé derrière lui le masque et était assis à l’arrière du convoi, à regarder de derrière le chemin qu’ils empruntaient. Seulement, qui aurait pu penser que tourner le dos à sa dernière trouvaille allait le mettre en réel danger ? Ce dernier commença à prendre une forme des plus humaines : celle d’une femme, qui mit sa main gauche sur la bouche du vieillard.

      « Ecoute le vieux, tu vas m’accompagner gentiment sinon je te tue sur place. Ne t’inquiète pas pour tes vieilleries, elles ne m’intéressent pas. »


    Revenons en à moi, ignorant tout ce qui se passait, je donnais des coups de pieds dans des cailloux qui traînaient pour me calmer un peu, lorsque je remarquai qu’on était passé dans le pays de la foudre, et ce depuis deux minutes. Je me figeai sur place… Il allait vraiment finir par me tuer ! Je me retournai vivement et allai avertir l’antiquaire, lorsque je vis la scène qui s’était passée dans mon dos. Une femme était dans le convoi, et retenait immobilisé le vieux. Sur le coup, je ne savais pas pour qui je devais être inquiet, pour lui qui risquait gros, ou pour elle qui risquait de subir sa colère en pleine gueule ? Enfin, trêve de plaisanteries, la situation était plus que délicate.

      « Toi, si tu tentes quoi que ce soit je le tue, c’est compris ? »


    Qu’est-ce que j’avais envie de lui répondre : « Mais fais toi plaisir ! »… Non sérieusement, dans cette position, elle était plus qu’avantagée. Le moindre faux pas et elle pourrait très bien le tuer…

      « Pourquoi tu t’en prends à lui ? Si tu n’aurais pas besoin de lui tu aurais très bien pu le tuer dès le début. Je pense que ce ne sont que des menaces en l’air, je me trompe ? »


    La femme sortit du convoi doucement, sans ne rien répondre à ma question. J’avais visé juste ? En tout cas, même si elle ne voulait pas le tuer, tenter quelque chose restait tout de même risqué… Ou presque. Je vis le vieux lui écraser l’un de ses pieds et lui mordre un des doigts de sa main, la femme eut un recul et immédiatement j’accourus vers le duo et d’un violent coup de poing je l’envoyai valser un peu plus loin. Elle se releva et créa une épée faite de terre et fonça en ma direction. Dôton, hein ? Totalement inutile, si elle voulait jouer au trois mousquetaires, elle allait être rapidement déçue de sa prestation. Je fis de même qu’elle, sauf qu’à la différence c’est une épée de foudre que je créai : Raijin no Ken. C’est maintenant facile d’imaginer la suite : la foudre ayant le dessus sur la terre, je mis ma lame sur la trajectoire de la sienne, et cette dernière se brisa facilement en deux. Dans la foulée, j’attrapais le bout supérieur de la lame de terre qui a été éjecté et je le lui plantai dans le ventre avant de lui asséner un coup de pied dans sa tête. De nouveau, elle fut projetée plus loin. C’était vraiment facile comme combat, je m’attendais à bien plus pour compenser ses six jours d’ennui intense.

      « Ca va ? Pas trop de bobo ? »


    La femme se releva, elle pissait le sang mais ne semblait pas vouloir abandonner.

      « Tu ne m’empêcheras pas de réaliser mon plan ! Je me fous de ces vieilleries sans valeur, mais je peux réclamer une bonne rançon avec cet homme ! Et pourquoi pas toi aussi ? Je vais être riiiiche !! Haha ! »


    Encore une folle… Ca devait être la spécialité du coin me disais-je en pensant au vieillard. D’ailleurs, ayant entendu ces révélations, il n’était pas vraiment décidé à rester sans rien faire.

      « JE NE SUIS PAS UN OBJET QU’ON REVEND POUR DE L’ARGENT ! TIIIEEENS ! »


    Elle lui faisait dos, et quand elle se retourna elle se prit un autre vase tout pourri que collectionnait le psychopathe en pleine face et ce à toute vitesse. Eh ben, il avait vraiment peur de rien celui là… Le vase lui explosa à la figure et elle tomba par terre. Elle était définitivement hors-combat… Au final, ce vieux aura terrorisé un Jônin et battu avec un vase une Ninja inconnue. Il pourrait faire carrière dans les rangs du village peut-être… Ca fait peur !

    Je m’étais chargé de la ligoter comme je le pouvais et je l’avais laissé au sommet du convoi… En compagnie de l’antiquaire bien sûr. Ce dernier était muni d’un solide bout de bois, et il lui tapait dessus dès qu’elle rouvrit ne serait-ce qu’une seconde un œil. Au moins, il s’était trouvé une autre occupation que de me gueuler dessus durant les trois prochains jours, et ce n’était pas pour me déplaire ! Lors du neuvième jour, c’est avec grande joie que je vis le village ! Je crois que jamais je n’ai été aussi heureux de le voir. Je me suis tout de suite chargé de faire mettre en cage la femme, puis j’ai été obligé, si vous voyez ce que je veux dire, à aider l’antiquaire à décharger ses vieilleries et de l’installer dans son nouveau local. Maintenant, j’allais vivre avec un fou à quelques maisons de la mienne, quoi de plus beau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une antiquité rageuse [Rang B, Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Tetsu no Kuni-