N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Empty
Message(#) Sujet: Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] EmptyMer 20 Juin 2012 - 15:50

Le printemps reprenait doucement ses droits sur la nature. Yoru le sentait. Si tôt levé, il sentait difficilement l'air frais chassé par les ondes printanières. La température avait du mal à remonter. La nature, tout comme l'homme à l'aube, se réveillait lentement. Du côté des Lutins, le réveil n'était pas un problème. Du moins, ce n'était pas un problème du aux transitions saisonnières. Dans le cas du Lutin Pourpre, c'était juste une courte nuit de sommeil. En ce moment le borgne avait quelques difficultés à trouver le sommeil. Il s'agitait dans son lit, avait trop chaud par moment, puis trop froid. Il n'arrivait pas à s'endormir. Par manque de fatigue, de motivation. La fatigue, difficile d'en avoir quand on déborde d'énergie. Depuis ces derniers temps, Yoru avait une forme d'enfer. Sa propre condition nuisait à son voyage dans le monde de Morphée. La motivation, ça, c'était autre chose. Et pour remédier à ce soucis là, le Lutin Fou tenta quelque chose d'assez particulier.

Une dizaine de minutes à pied suffit au ninja de classe supérieure pour arriver sur place. La bise était encore fraîche, et portait dans son sillage les odeurs salés de la mer, proche et enivrante. Le shinobi se laissa envahir les narines, puis les poumons, par cet air pur. Il préférait le respirer lui plutôt que cet air de la montagne que se vantaient ceux vivaient dans des grands reliefs. Quoiqu'il en soit, devant lui se tenait le lieu qu'il recherchait. Le Temple de Sanbi. Un édifice particulier, chargé d'une atmosphère particulière. Si le vent marin de Kiri apportait énergie et apaisement, l'air environnant le bâtiment religieux était lourd. Bien que le temple date de quelques années seulement, il donnait pourtant l'impression sincère d'être là depuis des siècles. Le temps paraissait figé autour de lui, comme en son sein. C'est ainsi que le souffle court, et l'air taciturne, le Ryūzoji se dirigea vers le cimetière du temple. Même à l'extérieur, il parvenait à distinguer quelques sons de l'édifice. Sans se retourner vers les murs et les parquets cirés du temple, il vint percevoir les moines priant à l'unisson. La langue ancienne qu'ils utilisaient pour s'adresser aux dieux, ainsi que le rythme de leurs paroles donnaient l'air d'une chanson solennelle.

Tandis qu'il fixa la cloche du temple, Yoru arriva devant une tombe quelques instants plus tard occupée par quelques villageois. Il s'agissait d'une tombe commémorative. Yoru la connaissait bien. Elle regroupait l'ensemble des hommes et femmes disparus au cours de la guerre de Hai no kuni. L'Aoyama était inclue dans la liste des disparus. Ça allait bientôt faire deux ans qu'elle était ici. Yoru fuma une première cigarette, et déposa son mégot encore incandescent en son extrémité sur le bas de la tombe. Comme un hommage. A défaut de cierge, le ninja de Kiri usa de sa cigarette pour rendre hommage à sa femme défunte. Un hommage particulier. Une fumée de tabac s'éleva dans les airs, tandis qu'un étrange sourire naquit d'entre les lippes du quidam. Il savait que la kunoïchi manipulatrice de cristal n'aimait pas que son chéri fume. Joignant les paumes, le blondin adressa intérieurement une petite prière pour Yūna avant de récupérer sa clope et tourner les talons. Bizarrement, le jeune homme se remémora le jour de sa première rencontre avec le dénommé Natsukeru Nai. Il avait croisé cet homme au temple de Sanbi, dans des circonstances particulières. Et la fin de sa rencontre avec le shinobi aveugle s'était fini d'une façon tout aussi surprenante qu'au début.
« Tiens… ça faisait un bail qu'on s'était pas vu, Kaede-san. »
Cette impression n'avait rien d'aléatoire. Le souvenir de sa rencontre ici avec un ninja était en parallèle avec celle qui fait à l'instant. En effet, en face de lui se tenait une jeune donzelle, en bonne chair et au joli minois. Kogo Kaede. Depuis sa mission B à ses côtés, cela faisait quelques rares fois qu'ils s'étaient vus, Kaede et Yoru. Ce n'était pas le lieu adéquat mais tant pis, c'était l'occasion de faire des retrouvailles.
« Comment tu vas depuis la dernière fois ? »
Le fumeur de Kiri laissa Kaede lui répondre, le temps de finir sa clope qui avait perdu en taille. En effet le mégot avait rétréci depuis son départ de la tombe de l'Aoyama. L'air était moins lourd aussi… Yoru le sentait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Syracoti
Informations
Messages : 96
Rang : C

Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Empty
Message(#) Sujet: Re: Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] EmptyMer 20 Juin 2012 - 21:58

Il faisait frais en ce bon matin de printemps alors que j'essayais toujours de découvrir le village et ses environs, cela faisait maintenant quelques temps que j'avais rejoins Kiri et je ne connaissais toujours pas les lieux autant que je le voudrais. Je n'arrêtais donc pas de me balader à chaque fois que je n'avais pas de missions. Mais bon voilà, la chaleur était agréable quand nous pouvions la sentir au contact de notre peau. Enfin, je suis pas là pour parler du temps qu'il fait à Kiri parce que sinon je ne vais pas tard à devenir Miss météo je sens. Donc bon voilà, cela faisait quelques heures que je me baladais hors du village tout en restant dans les environs lorsque je vus un bâtiment anodin. Celui-ci avait la forme d'une tortue ninja, désolé petite blague j'espère que vous apprécierais, et la porte semblait se trouver au niveau de la tête de celle-ci, tête cependant extrêmement strange à mon goût. C'est vrai quoi, est-ce que l'un d'entre vous a déjà vu une tortue avec une tête ayant elle aussi une carapace sur le crane et sous le menton, ainsi qu'un oeil fermé et l'autre ouvert ayant des cernes rouges avec plusieurs ronds dessus. C'était hallucinant, je me demandais ce que ça pouvait bien être, je m'en approchai donc à grand pas en tentant de cacher ma curiosité visible sur mon visage. Une fois arrivée dans le bâtiment je pu me rendre compte aisément qu'il s'agissait en fait d'un temple, mais le truc c'est qu'un temple pour moi, c'était forcément dédié à quelqu'un, le plus souvent à des Dieux mais étrangement, c'est pas ça qui me vint à l'esprit en premier, j'avais l'impression que le temple était dédié à la même tortue que représentait le gigantesque édifice. Je sais je suis très perspicace mais bon j'ai des circonstances atténuantes, j'en connais qui auraient même pas fait la relation entre le style du temple et la personne idolâtrée.
Donc, pour continuer ma petite histoire, voici la suite. Je marchais dans le temple en direction de ce qu'on appelle communément un autel lorsque j'entendis une cloche qui semblait se trouvait juste à côté de mon oreille, c'est pas avec mon ouïe assez développée que ça va arranger les choses, je mis mes mains devant mes oreilles tout en cherchant où était cette maudite cloche, j'aurais bien voulu la couper en deux à ce moment précis mais ne la trouvant pas, je ne pu accomplir mes désirs, quand elle arrêta de sonner je remarquai que c'était sûrement la salle très très spacieuse du temple qui avait amplifiée l'écho de la cloche. Je finis quand même par sortir au cas où elle se remettrai à sonner alors que j'étais encore dedans mais heureusement pour moi, ce ne fut pas le cas. Même une fois dehors la cloche resta muette, je pris de la hauteur tout en m'éloignant du temple pour mieux le voir lorsque je me rendis compte qu'il y avait 3 queues gigantesque pendant des les airs à l'autre extrémité d'où se trouvait l'entrée de l’édifice, je pu remarqué sur ses mêmes queues, trois énormes cloches qui pendaient de leur bout. Je compris mieux pourquoi cela faisaient autant de brouhaha. Lorsque j'arrêtai de regarder les queues du bâtiment je me rendis très vite compte que je me trouvais dans un cimetière, c'était vraiment glauque là pour le coup, je respirai lentement un bon coup puis renfermant toutes mes phobies stupides au fond de moi, je partis me balader dans le cimetière pour voir combien de Shinobis étaient déjà tombés au nom du village de Kiri lorsque j'aperçu de loin un borgne s'en allant d'un genre de monument aux morts. Ce borgne n'était pas n'importe qui, Yoru, Jonin de Kiri avec lequel j'avais déjà pu accomplir une mission de rang B, pas n'importe quelle mission vu que c'était ma toute première, cela me semblait déjà si lointain et pourtant si proche à chaque fois que je le voyais, il était bizarre je le concède, mais tout de même sympa, voir très sympa. Enfin bon, je n'en ferais pas l'éloge non plus ça vous endormirais plus qu'autres choses alors vous pouvez d'ores et déjà me remercier chers lecteurs. Il s'était approché de moi lorsque j'étais dans mes pensés à vous parler et dit alors quelques mots.

Tiens… ça faisait un bail qu'on s'était pas vu, Kaede-san.

J’acquiesçai alors d'un simple mouvement de tête de peur de l'avoir déranger lors de son recueillement. Il portait en effet un air grave sur le visage me laissant penser que c'était le cas. Cependant il continua de parler après avoir marquer un temps de repos où il pu me voir répondre silencieusement d'un simple signe de la tête. Il me demanda alors si j'allais bien, ce qui était logique vu que ça faisait un petit moment que nous nous étions pas vu à cause de mon voyage à Tetsu no Kuni pour ma deuxième mission. Marchant à côté de lui jusque la sortie du cimetière je pris le temps de lui répondre.

Oui très bien, un peu fatigué mais je fais avec, je suis rentrée de la mission de rang B inter-village, que le messager m'a fait part lors de notre entrainement, hier seulement. C'était assez épuisant mais plus que tout ennuyeux, je me suis fait chier comme tu peux pas savoir, sinon voilà quoi, rien de bien croustillant et toi de ton côté ?

Depuis mon entrée au village j'ai pu me rendre compte à plusieurs reprises que j'étais devenue un peu plus bavarde et un peu moins, que dis-je, beaucoup moins associable. Une fois arrivée à la sortie du cimetière, nous passâmes les grilles, puis je m'assis dans l'herbe non loin d'ici tout en tendant l'oreille pour entendre la réponse de Yoru, certes je n'ai pas besoin de tendre l'oreille que je pourrais l'entendre d'assez loin mais bon voilà, j'avais juste envie de donner cette précision. Attendant donc la réponse du Shinobi assise dans l'herbe de la colline, j'enlevai mes deux Katanas de leurs accroches puis les mis au dessus de mon regard encore dans leur fourreau restant comme ça un petit moment jusqu'à que je posai Fennikusu à coté de moi par terre tout en continuant de regarder Kikansetsu encore tenue devant mon regard par mon autre main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/yuhi.yuki
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Empty
Message(#) Sujet: Re: Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] EmptyJeu 21 Juin 2012 - 14:43

Kaede semblait compréhensive. Elle avait lu sur les expressions de Yoru comme sur un livre. Elle savait qu'il était venu ici pour se recueillir, sur une quelconque tombe. Peu de gens ont cette faculté de percevoir les pensées, et encore moins d'avoir une certaine compassion à l'égard de ceux qui subissent leur pouvoir. Les deux Kirijins marchèrent ainsi le long de la sortie du Temple de Sanbi. La Kogo répondit alors au Lutin Fou avec un ton agréable, d'une voix claire et douce. Inutile de se hâter, et de hausser le ton dans un lieu religieux chargé de reconnaissance. Ainsi la damoiselle revenait d'une mission de rang B. Un mince sourire s'échappa du visage de Yoru. C'était comme ça qu'il avait commencé à prendre du poids au sein du village caché de la brume. Par des missions de rang important pour un ninja de son grade. Qui plus est, cette même mission vint mettre en relation l’épéiste avec un ou plusieurs - Yoru ne le savait pas - ninjas d'autres villages. Encore une fois, de nouveaux sourires lui montèrent à la tête. Plus particulièrement celui de cette mission à Tetsu no kuni. C'était tout comme la mission de Kaede au Pays du Fer que Yoru avait effectué une mission de rang B avec un autre ninja, répondant au nom de Seki Raïken. Derrière une simple mission d'escorte se cachait une embuscade menée par deux Nukenins. Les ninjas errants avaient tout fait pour prendre possession du convoi de minerais ferreux. Cependant, le Kumojin et le Kirijin opposèrent une vaste résistance, jusqu'à ce qu'ils dussent concéder la cargaison aux deux hommes. Yoru s'était battu comme un diable sur ce coup. Il avait même semblait-il gagné le respect de l'un des deux antagonistes. Plus tard, le Lutin Fou avait appris par la presse l'identité de ses deux adversaires. Il ne s'agissait ni plus ni moins que deux des trois chefs et fondateurs du village caché de Suna, au cœur du désert aride de Kaze no kuni: Kawaguchi Manzo, auguste manipulateur de sable, et Karas, vaillant combattant manieur de lave.

Malheureusement pour Kaede, la mission ne fut pas aussi palpitante que dans le cas de son confrère de Kiri. Elle revenait avec un brin de déception, et surtout avec de l'ennui. Fatiguée, elle n'en restait pas moins lassée de la tâche qui lui fut confiée. Outre cette mission, elle semblait n'avoir rien d'autre à raconter, et se contenta de renvoyer l'ascenseur à Yoru. Tout en confectionnant sa réponse, le tandem de Kiri continua sa marche, pour s'éloigner du cimetière du temple. Tandis que la kunoïchi s'étala dans l'herbe et joua avec ses sabres, Yoru lui se contenta de s'étirer. Une fois ses muscles dégourdis, il vint s'asseoir aux côtés de la Kogo.
« Boarf… pas grand chose de mon côté non plus. J'arrive pas à dormir en ce moment. J'ai besoin de sortir prendre l'air. J'ai fait quelques missions d'importance plus ou moins grande la semaine dernière, et malgré tout je ne suis pas fatigué. Enfin si, pas physiquement, mais moralement. »
Il posa une première main au sol. Sa peau effleura l'herbe. Il discerna de ses doigts la matière végétale fraîche et humide. La rosée du matin à Kiri pouvait se prolonger longtemps pendant la journée, pourvu que la Brume alimente en humidité le lieu concerné. Avant de poser sa seconde dextre sur l'espace de verdure, le Jōnin sortit de la poche intérieure de son manteau un paquet de cigarettes et extrayait une cigarette d'un coup de poignet rapide.
« J'espère que ça te dérange pas que je fume. T'inquiètes pas, j'ferai gaffe avec la fumée. »
Il rangea son paquet, et l'échangea avec un briquet, un zipo bien entretenu dont la surface métallique luisant sous la lueur légère du soleil. Il alluma sa cigarette, et tira un premier coup, avant de souffler un léger nuage opaque de fumée grisâtre. Il se sentait à présent plus apaisé, plus détendu, et apte de parler sans être pris par la nostalgie et la mélancolie.
« Dis, Kaede-san, tu as un Nindō toi ? Je me demande bien ce à quoi tu peux bien aspirer dans la vie. »
Le souvenir languissant de sa chérie fut effacé, sembla disparaître dans cette brume nocive de tabac. A la place, Yoru reprenait lentement son naturel. Toujours était-il qu'il affichait encore une mine neurasthénique, calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Syracoti
Informations
Messages : 96
Rang : C

Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Empty
Message(#) Sujet: Re: Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] EmptyJeu 21 Juin 2012 - 16:45

Alors que j'étais assise sur l'herbe toute humide, je pouvais voir les nuages dans le ciel en même temps que je regardais Kikansetsu en le tenant au dessus de ma tête. C'était assez nostalgique pour moi. J'avais beau me combattre avec ces deux sabres, ils avaient pour moi énormément d'importance. Cela me rappelait le temps où j'étais seule en compagnie de mon père, nous regardions souvent les nuages et prenions le temps d'apprécier la vie à sa juste valeur, c'était vraiment quelque chose d'exceptionnel, mais maintenant tout cela était terminer. Il n'était plus là et c'était de ma faute, un bien lourd fardeau à porter seule me forçant à devenir une Kunoichi exceptionnel pour lui et surtout pour que ça ne recommence jamais, il est mort à cause de ma faiblesse et de mon incapacité à bien manier mon sabre. Des larmes commencèrent à couler le long de mes deux joues alors que je prenais le temps de répondre à Yoru tout en me forçant de masquer les faiblesses momentanées de ma voix.

Si j'ai un nindô ? Je ne sais pas, je pense que j'ai pas le droit d'en posséder un. Mais je dirais que j'aspire à faire en sorte que les gens aient le moins possible à souffrir par les blessures du cœur. Ces blessures là sont très rares à soigner, alors je pense que le seul moyen de ne pas en souffrir c'est de ne pas en avoir, car une fois que nous en avons une, on a beau la mettre dans un coin de notre tête, elle réapparaîtra toujours à un moment ou à un autre.

Je préférais ne pas parler de mon passé pour le moment, c'était mieux ainsi, personne n'avait besoin de savoir que j'avais le sang de ma famille sur mes mains. Même moi je tentais d'aspirer à oublier toute cette malheureuse histoire. Je m'enquis de cesser de penser à tout ça pour faire sécher mes larmes et reprendre ma teinte naturelle. Ce que je réussis à faire au bout d'une petite dizaine de minutes, puis une fois redevenue normale je remis Fennikusu à son accroche et posa Kikansetsu sur moi. Je savais déjà quoi dire s'il m'avait vu pleurer pendant le court instant. Je ne fumais pas personnellement mais la fumée ne me dérangeait pas non plus.

Sinon autrement j'espère qu'un jour je pourrais rejoindre le clan des épéistes de Kiri, pour une manieuse du Kenjutsu telle que moi ça serait l'idéal. Ou alors une Eisenin de renommée, je ne sais pas vraiment nous verrons bien, j'ai le temps d'y penser j'aime pas presser les choses.

Je respirai assez profondément et me relevai d'où j'étais encore posée quelques secondes auparavant. Puis me tourna vers Ryuzoji-Kun et lui retourna aimablement la question tout en en ajoutant une nouvelle.

Je suppose que toi tu n'as pas de Nindô vu la façon dont tu me l'as demandé, est-ce exact ou me trompais-je ? Mais par dessous tout, je me demande pourquoi tu n'as pas de Nindô particulier toi non plus, en général c'est le cas pour les gens qui ont été déçus par la vie...

Je me tus pendant quelques minutes attendant quelques réponse de sa part car il est vrai que pour le coup il avait réveillé ma curiosité naturelle.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/yuhi.yuki
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Empty
Message(#) Sujet: Re: Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] EmptySam 23 Juin 2012 - 21:33

Finalement, l'ambiance ne s'était pas si redescendue que ça. Au contraire, l'air lourd pesait sournoisement et discrètement sur les deux Kirijins. Yoru arrivait à supporter cette bise nocive. Il avait réussi à transcender ses remords. Sa mélancolie, bien que présente, était à l'image de sa nostalgie des temps passés avec sa défunte dulcinée: effacée par la présence de la kunoïchi à la chevelure fauve. Kaede semblait aider à l'apaisement de Yoru. Il oubliait, et fumait. De fait, il se sentait mieux, et comme libéré de l'emprise malsaine du lieu. On aurait dit qu'il avait été conçu de la sorte: imprimant le remord et la nostalgie dans le cœur des visiteurs, afin de les forcer à se confesser, à se recueillir, et à éprouver le besoin de revenir. Ce cercle vicieux qui ne cessait de faire croitre la douleur chez le cœur des gens apparaissait ainsi comme le fond de commerce des moines du temple de Sanbi. Ainsi Kaede fut elle aussi affectée par cette douleur. Elle avait de la difficulté à placer ses mots, et les sanglots ne tardèrent pas à couler de ses yeux fragiles. Histoire de tenter de garder son humilité, la Kogo essaya de cacher les stigmates de son asthénie orale. Quant au sujet du Nindō, elle répondit étrangement sur la négative, ce qui intrigua le Lutin borgne.
« Si j'ai un nindō ? Je ne sais pas, je pense que j'ai pas le droit d'en posséder un. Mais je dirais que j'aspire à faire en sorte que les gens aient le moins possible à souffrir par les blessures du cœur. Ces blessures là sont très rares à soigner, alors je pense que le seul moyen de ne pas en souffrir c'est de ne pas en avoir, car une fois que nous en avons une, on a beau la mettre dans un coin de notre tête, elle réapparaîtra toujours à un moment ou à un autre. »
Pourquoi n'avait-elle pas le droit d'avoir ce que tout bon ninja possède, à savoir un Nindō ? Par ailleurs, elle semblait parler des blessures du cœur comme si elle-même en avait. Étrangement, Yoru n'en avait plus, de blessures de cœur. La perte de sa dulcinée avait mutée en une tare psychique, à l'origine de sa Folie. On ne pouvait donc pas dire que sa situation s'était améliorée. Malgré tout, le blondin au bandeau noir était compréhensif à l'égard des propos de la kunoïchi. Un long moment de silence perturba la discussion. Le vent balaya par moments la zone, agitant frénétiquement les brindilles d'herbe autour des deux jeunes gens. Au cours de ce pénible moment de mutisme collectif, la kunoïchi rangea un de ses sabres, tandis qu'elle posa son second katana contre elle. La rouquine essaya de sécher ses larmes, et de reprendre courage pour parler. Afin de manifester physiquement son soutien moral envers la demoiselle, Yoru ébaucha un sourire sur ses lèvres.

Kaede reprit ainsi le fil de son discours. Malgré son absence d'objectif en tant que kunoïchi, elle avait plusieurs rêves. En effet, elle aspirait à diverses voies: Eiseinin, membre du clan des Sabreurs… En outre, elle ne souhaitait pas se presser. Comme si elle désirait profiter de la vie… Un peu à l'opposé de Yoru. Ce dernier vivait à fond - bien que par moments il lui arrivait de flâner, mais ça, c'était dans la nature lunatique du jeune homme… - et faisait preuve d'une vaste volonté pour ses projets. Cependant il fallait avouer que désormais, le jeune homme n'avait plus trop d'objectifs réels à accomplir. En outre, il était dans les plus hauts rangs ninjas, avait un revenu important et régulier. Son charisme pouvait lui assurer de se trouver tôt ou tard une femme et envisager pourquoi pas d'avoir plus tard une famille. Au final, son seul but véritable et concret dans la vie, propre à lui-même et non pas à un genre ou une société, c'était d'appliquer encore et toujours la philosophie du Shishi Hakutō. Étrangement, le jeune homme prononça en muet cet adage, alors que Kaede s'apprêtait à interroger le lutin en question. Il y avait dans cette phrase quelque chose de profond, aux yeux du jeune homme. Non pas par rapport à la signification littérale de ces deux mots, mais bien par rapport à ce qui en découlait. Là encore, le Lutin Pourpre laissa le doute planer en annonçant son Nindō.
« Shishi Hakutō. Voilà mon Nindō. Il est mon seul réconfort, mon moteur dans la vie, la chose à partir de laquelle je puise l'énergie à me battre. Plus tard si j'en ai l'occasion, je te montrerai le sens de ma Voie du Ninja. »
Il tira un coup sur sa cigarette. Jouant la carte du mystère, Yoru rebondit sur une remarque de Kaede. Cette dernière, pensant que le borgne n'avait aucun objectif en tant que shinobi, généralisa la cause de cette absence sous le prétexte d'une déception de la vie.
« Pourtant… pour autant que j'ai un Nindō, il n'empêche que moi aussi, j'ai été déçu de la vie, tu as raison Kaede-san. J'ai rêvé d'espoirs de paix, d'amour. Je suis resté isolé dans un ilot d'innocence dans une mer d'incertitude pendant longtemps, avant de me noyer. Désormais, je sais de quoi il en retourne. J'ai perdu mes rêves de prospérité, mon Amour, et cet œil qui contribuait à ma vision heureuse de la vie. »
Le fumeur leva la tête, perdant son regard mutilé dans les cieux cotonneux. Le vent s'introduisait à travers ses mèches blondes, les herbes vertes et la fumée du Lutin Pourpre qui perdait en opacité.
« Mais dis-moi, Kaede-san, pourquoi n'as-tu pas de Nindō ? Tu es une kunoïchi, donc tu mérites d'avoir un Nindō. J'imagine que par le passé, tu as du vivre quelque chose de difficile, qui a contribué à cette absence d'objectif. On est tous à peu près passé par là. Avec la Grande Guerre, on a tous eu notre lot de tourments. Chacun a appris à enrayer dans l'ombre ses remords, ses douleurs, de peur de paraître égoïste à côté des douleurs de l'autre. Mais désormais, je m'en fous un peu. Il faut savoir briser les codes. *Il posa alors sa main sur l'épaule de Kaede, affichant un air posé et plaisant* Je me suis assez assez lamenté. Et maintenant, j'aspire à te voir libérée tout tes tourments. Je t'aiderai à trouver un Nindō, car qu'importe ce que tu as vécu, tu es dorénavant une Kirinin et tu dois valoir une Voie du ninja. »
Il retira soigneusement avec lenteur sa dextre de l'épaule de la donzelle. Avec cette même main, il se saisit de son mégot usagé avant de le balancer à ses pieds. Il soupira, laissant s'échapper entre ses lippes un vague nuage de fumerolle. Puis il écrasa sa cigarette avec la semelle de sa sandale droite, l'air prostré après ces quelques paroles qui firent ressurgir des souvenirs que Yoru aurait préféré oublier comme précédemment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Syracoti
Informations
Messages : 96
Rang : C

Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Empty
Message(#) Sujet: Re: Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] EmptyDim 24 Juin 2012 - 9:58

Mais dis-moi, Kaede-san, pourquoi n'as-tu pas de Nindō ? Tu es une kunoïchi, donc tu mérites d'avoir un Nindō. J'imagine que par le passé, tu as du vivre quelque chose de difficile, qui a contribué à cette absence d'objectif. On est tous à peu près passé par là. Avec la Grande Guerre, on a tous eu notre lot de tourments. Chacun a appris à enrayer dans l'ombre ses remords, ses douleurs, de peur de paraître égoïste à côté des douleurs de l'autre. Mais désormais, je m'en fous un peu. Il faut savoir briser les codes. Je sentis sa main se poser sur mon épaule et le laissai continuer sa longue tirade. Je me suis assez assez lamenté. Et maintenant, j'aspire à te voir libérée tout tes tourments. Je t'aiderai à trouver un Nindō, car qu'importe ce que tu as vécu, tu es dorénavant une Kirinin et tu dois valoir une Voie du ninja.

J'eu un petit sourire pour toutes réponse immédiate à la fin de sa longue tirade. Puis le sentis retirer sa main assez lentement, j'avais deux possibilités de réaction, soit je me braquai pour refuser son aide, soit je lui disais tout en l'acceptant, cependant, ça ne faisait que quelques semaines que j'étais arrivé à Kiri, et donc encore moins de temps que je connaissais Yoru et je n'étais pas le genre à avoir la langue bien pendue et il le savait ça, j'avais déjà eu la possibilité de lui montrer lors du trajet en bateau pour ma première mission. Je préférais encore de ne rien dévoilé de mon passé pour le moment, nous verrons bien plus tard, après tout, la vie et longue pour les ninjas talentueux.

Merci Yoru, mais je n'ai pas demandé d'aide pour le moment, tant que ça n'affecte pas mes capacités physiques il n'y aucunes raisons de m'aider, et même s'il y en avait je pense que je refuserai, personne n'a besoin de connaître mon passé. De plus, Kirijin ou non, ça ne sert à rien d'avoir un Nindô, je ne vis pas dans mon passé, mais pas non plus dans mon futur, je me contente du présent et pour le moment, je n'ai besoin de Nindô.

J'espère qu'il pourra comprendre ce que je veux dire, et surtout les raisons de mon refus mais bon ça, seul lui le saura car je doute qu'il m'en fera part mais ce n'était pas un problème à mes yeux. Je respirai calmement et adoptait également une plénitude, il n'y avait pas de doutes, c'était grâce à Yoru que j'étais maintenant plus calme et détendue, je repris la parole doucement.

Tu sais Yoru je t'envie, avoir perdu un oeil, c'est vraiment quelque chose qui doit permettre de voir la vie sous un autre angle, cela prouve que tu es passé près de la mort et rien que le fait de rester en vie devrait vraiment pouvoir faire apprécier la vie. Prendre le temps de vivre car le temps passe trop vite, nous les shinobis frôlons la mort à chaque mission, être Shinobi signifie marcher dans le même sens de la mort, soit tu tues, soit tu meurs... C'est pour ça que je profite de la vie, je suis peut-être Kirijin mais je suis avant tout Kogo Kaede et il en sera de même jusqu'au jour où je ferais mon dernier souffle sur cette terre.

Peut-être qu'un jour cet homme gagnera ma réelle confiance au niveau psychologique, mais pour le moment il se donne a des valeurs bien trop futiles pour moi, et veut me les faire partager, je ne doute pas du fait que je trouverais un nindô un jour, mais cela arrivera en temps et en heure, ça ne sert à rien de se presser. Une bourrasque se fit sentir soulevant nos cheveux et caressant nos visages que la lourdeur de l'air commençait à pesait sérieusement, cela me fis un bien fou et eut un effet plutôt révélateur. Alors, dans un grand soupire où je pris le courage d'ajouter une dernière phrase.

...J'ai... tué mon père la veille de mon arrivée au village pour protéger un Kirijin, alors Kiri ou villageois, ça m'importe peu, je ne serais jamais une Kirijin et je l'assume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/yuhi.yuki
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Empty
Message(#) Sujet: Re: Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] EmptyLun 25 Juin 2012 - 2:36

The Evil Moon by Namco on Grooveshark
Ça viendra. C'était ce que se disait Yoru, lorsque Kaede refusa son "offre" quant à la recherche d'une Voie du Ninja. Le borgne ne voyait pas dans la première réplique de la demoiselle une forme de répression. Elle ne désirait pas remballer le jeune homme. Quoiqu'il en soit, le ninja, malgré son argument énonçant la nécessité d'un Nindō pour chaque ninja, était compréhensif. D'un côté, pensait-il, ce n'était pas plus mal comme ça. Parfois, il vaut mieux faire preuve d'abstinence que de chercher à combler le trou inutilement. Parfois même, cela évitait de se rendre ridicule. Certains shinobis se dotaient d'objectifs dans la vie des plus idiots, à cause de leur banalité, de leur ridicule ou bien de leur arrogance: certains aspiraient ainsi à devenir Kage, sans jamais avoir une seule des qualités nécessaires au poste tant convoité. Cet objectif pouvait paraître puéril: nombre de garçons dans la cour de récré rêvaient d'être Kage, comme autant de filles rêvent d'être vétérinaires, infirmières, ou bien d'autres professions stéréotypées. D'autres se prenaient pour des justiciers, des révolutionnaires, en tendant à des idéaux plus profonds, mais sans avoir la force d'esprit ou la puissance nécessaire à l'accomplissement de cette tâche philosophique: garantir la paix, la liberté ou tout simplement diffuser son nom dans l'honneur et la renommée à travers les vastes contrées du monde.

Si auparavant le Lutin Fou était compréhensif à l'égard de la donzelle, cette fois-ci, il en fut tout autrement. Ainsi la Kogo évoqua l'avantage qu'offrait la monophtalmie du blondin. Elle parla d'une vision autre de la vie, et de la mort, offerte grâce à la perte de cet œil. Un sacrifice presque bénéfique selon ses propos. Le faciès du fumeur de Kiri se ternit, laissant alors place à une mine plus austère. De quel droit se permettait-elle de penser cela ? Révolté par ses propos, Yoru resta maître de lui-même jusqu'au bout. Il laissa la demoiselle finir sa remarque, et même faire un aveu. Ce fut avec sang-froid qu'il laissa planer quelques instants un doux vent de silence entre les deux jeunes gens. Pour lui, qui était resté un peu abasourdi des propos entretenus par la rouquine, ce courant d'air avait des allures de siroco. Une bourrasque balayant certains aprioris sur Kaede, et brossant le portrait d'une fille avec quelques défauts. Une fille fragile, une assassine. Cependant elle éprouvait du remord, quant à son acte parricide. Toujours est-il qu'avant d'évoquer ce qui lui tenait à cœur - les pseudo-avantages de la perte de son œil en l’occurrence - Yoru tenait à rassurer Kaede. L'attaquer d'emblée aurait eu un effet néfaste sur son comportement.
« Je vois… je comprend mieux dans ce cas. Sache que tu n'es pas une Kirijin, au même titre que n'importe quel autre villageois de cette cité. Kiri est jeune, on ne peut pas parler encore de village à mon goût. Par ailleurs, c'est limite si ton meurtre serait trop "faible" comme raison d'intégrer les rangs de Kiri. Les rumeurs confirment bien la nature de nos effectifs: des fous, des sanguinaires, des psychopathes. Moi-même je suis atteint de violentes crises de démence, qui me valent ma réputation de Lutin Fou. J'exagère un peu, pourtant, c'est bien là la réputation qu'affiche notre village au reste du monde. Quoiqu'il en soit, sache que je comprend que tu as du mal encore à digérer ton geste, mais sache aussi que je serai là pour te soutenir si jamais tu en as besoin. Lorsque j'ai perdu mon œil ainsi que ma pureté psychique, je n'avais personne sur qui compter. Alors maintenant, autant faire en sorte à ce que des gens tourmentés ne tombent pas dans l'isolement et souffrent comme moi. »
Il la regarda alors avec compassion. Il n'avait à ce moment-là aucune attirance pour elle. Certes, elle était mignonne, mais Yoru désirait surtout l'aider. Mais avant d'en venir jusque là, il mit les choses au clair. Il relança ainsi la conversation sur un ton plus froid.
« Cependant, ne va surtout pas croire que le fait que je suis borgne soit une bénédiction. Ne m'envie surtout pas. La perte de mon œil n'a rien d'un cadeau. Au contraire, elle m'a dénaturé. Je ne me considère plus comme humain. Je suis un monstre. Tu dis que je suis passé à côté de la mort ? Et bien à vrai dire… non. J'ai vu passer un mort devant moi. Il est tombé bas. C'était le corps de celle que j'aimais, celle qui faisait l'objet de ma Voie. Aujourd'hui encore, je m'en veux de n'avoir rien pu faire pour elle. Au lieu de vivre avec elle, je subis les conséquences de sa mort. Autrefois, je n'ai jamais eu l'occasion d'être confronté au dilemme presque animal du "tuer ou être tué". Ma volonté et mon innocence naturelle m'ont empêché de commettre le meurtre, et ma famille ainsi que leurs alliés m'ont préservés des bras de Thanatos. Aujourd'hui, ma Folie a fait muter mon chemin. Ma tare psychique m'a dévié de mon chemin. Si autrefois j'évitais les sentiers noirs de la mort, à présent je sillonne les routes du trouble. En apparence, je tâche de conserver mon humilité, mais parfois, quand je suis en proie à cette faille béante de mon esprit, la Folie me gagne, et je me fais embarquer dans un univers de douloureuses sensations interdites par les lois de la logique. C'est maintenant à ça que sert mon Nindō. Il me sert à maîtriser, à canaliser, à dompter cette haine démentielle et à trouver la force d'avancer, qu'importe mes choix. Ma Voie me permet de faire ce que certains trouvent irréalisables: dépasser ses limites. En les repoussant par la force de la volonté, on peut ensuite dépasser ses propres limites. »
Il avait beaucoup parlé. Il en était conscient. Il était surtout conscient qu'il s'était emporté dans une vague de confusion. C'était du moins à son sens ce qu'il pensait. Yoru éprouvait une drôle de mépris par rapport à ce qu'il venait de prononcer. Pourtant en parfait accord avec ses propos, il détestait en venir à de telles explications. Il parlait comme un poète romantique pour parler de violence. Lentement, il se laissa emporte par un mouvement naissant dans le vent. Un appui, puis deux appuis par les mains, et voilà que le shinobi se relevait doucement. Debout, il fixa vaguement Kaede en soupirant légèrement. Il s'en voulait presque d'avoir défendu son bout de pain. Hésitant à reprendre une nouvelle clope, il formula une espèce d'excuse:
« Désolé, j'me suis emporté inutilement dans mon trip de ninja poète dépressif. J'ferai mieux d'y aller, histoire de pas t'ennuyer plus que je ne l'ai fait. »
Il tourna le dos à la Kogo, et emboita le pas en silence. Le Kirijin borgne s'embrumait l'esprit quant à la formulation d'une quelconque formule d'adieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Syracoti
Informations
Messages : 96
Rang : C

Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Empty
Message(#) Sujet: Re: Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] Errance dans le Royaume des fidèles [PV Kaede] EmptyDim 12 Aoû 2012 - 10:12