N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 [C] Uriô le rat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Rakurai
Informations
Messages : 49

[C] Uriô le rat Empty
Message(#) Sujet: [C] Uriô le rat [C] Uriô le rat EmptySam 12 Mai 2012 - 17:39

Spoiler:
 



 « Une connaissance qui requiert de l'aide, ça t'intéresse ?
Quel genre ?
Aucune idée. Mais la récompense n'est pas négligeable.
...
Alors, t'en dis quoi ?
J'en dis que la prochaine fois, tu préciseras que je marche plus à la thune. J'ai pas que ça à foutre de me montrer si c'est pour dératiser une piaule. Peu importe le prix. C'est où ?
A moins d'une journée de marche, à l'est. C'est en plein cœur du pays. Tiens. »


Le vieil homme pose le doigt sur l'une des nombreuses cartes qui tapissent ses murs. Rakurai a fini par s'habituer à cette cartographie complète de Tetsu en plusieurs volumes, suffisamment détaillés pour trouver un endroit sans problème, même sans jamais y être allé. Qu'est-ce qu'un forgeron fout avec un truc comme ça en guise de papier peint ? Question insoluble. Cela dit, autant tirer parti au mieux d'un truc aussi pratique. Il a déjà commencé à apprendre ces plans, peu à peu, région par région. Il n'a pas encore tout mémorisé, mais il ne doute pas que ça ne tardera plus. C'est le sud qui le fait chier. Il a l'impression qu'à chaque fois qu'il se bouge, c'est vers la mer. Du coup, du côté du pays du feu, il connaît pas trop. En même temps, il aime autant. Il préfère garder un maximum de distance avec les villages de shinobi. L'ordre, c'est pas trop son truc. C'est dans le chaos qu'il se sent à son aise. C'est quand personne ne se soucie de rien qu'il agit. C'est dans ces conditions qu'il est le plus facile de passer inaperçu.

Sur ces considérations sans grande importance, il quitte la forge. Le soleil est à son zénith, mais les nuages venant de la mer se font de plus en plus menaçants. Nul doute que le beau temps va rapidement s'effacer au profit des intempéries. Comme s'il y avait ne serait-ce qu'une personne dans ce pays qui a envie de voir la température baisser... Depuis plusieurs jours, lui-même ne se balade plus une seule seconde sans son manteau, ne souhaitant pas risquer de sentir ses muscles s'engourdir – on sait jamais. Ce n'est pas ce froid mordant, typique des rudes temps hivernaux, mais plutôt une fraîcheur ambiante, qui ne se dissipera probablement pas avant la fin de la saison. En attendant, c'est toujours une température qui ralentit les réflexes. Avec la neige qui va probablement arriver, ça ne risque pas de s'améliorer. Il n'aime pas vraiment l'hiver.

Le voilà qui arrive à l'endroit indiqué. Il ne s'est rien passé pendant le voyage. Normalement, l'ennui aurait déjà du le démotiver. Mais, cette fois-ci, il est plutôt content que personne ne soit venu l'emmerder. Le froid, ça retient ses pulsions. Il ne sait pas trop pourquoi, ni même si c'est plus une bonne chose qu'une mauvaise. Enfin, au moins, il n'a pas perdu de temps. Cela dit, il se pose la même question à ce propos. Ne connaissant toujours pas la nature de sa mission, et bien que la curiosité ne soit pas de mise, il se demande s'il a vraiment bien fait de se bouger par ce froid. Il va le savoir dans un instant ; le voilà arrivé devant la ferme de l'homme qui a un boulot à lui confier. C'est une unique bâtisse en bois, paumée en plein milieu d'étendues d'herbe givrée s'étalant à perte de vue. Elle semble minuscule et totalement inappropriée, comme si quelqu'un l'avait déposée au milieu de ce paysage auquel elle ne correspond pas vraiment. En même temps, les constructions humaines n'ont jamais exalté le shinobi. Il ne s'intéresse pas à ce que créent les hommes ; seuls leurs agissements - ou plutôt leurs personnalités - comptent pour lui.

Il frappe à la porte. De plus près, il se rend compte que le bois est en piteux état. Voilà une maison qui n'est plus toute jeune, et qui donne l'impression de commencer à crouler sous son propre poids. C'en est même presque étonnant que des mites n'aient pas élu résidence dans ses fondations. Alors qu'il se demande si le propriétaire est dans le même état que sa maison, il entend des pas approcher de la porte, qui s'ouvre dans les secondes qui suivent. Quelle n'est pas sa surprise de voir un jeune homme, trente ans maximum, au teint pâle et à la chevelure rousse, lui ouvrir la porte. Une barbe bien garnie dessine le contour de son menton, et il donne l'impression de ne pas être sorti de chez lui depuis des semaines. Son regard est presque vide, malgré une lueur qui est apparue au moment où il a compris qui se tient devant lui. Il s'efface pour laisser entrer l'arrivant, tout en murmurant quelques mots de bienvenue. A l'intérieur, c'est bordélique. Rakurai jette un coup d'oeil circulaire totalement dénué d'intérêt. La pièce semble spacieuse, mais elle est envahie par tout un tas de trucs – des ustensiles pour fermier, des bancs à moitié détruits, du foin... - qui réduisent considérablement la place disponible. Une unique fenêtre éclaire le tout, en-dessous de laquelle se trouve une table tout aussi désespérante que le reste de la baraque. Il est même étonné de voir deux chaises. Enfin bon, il ne va pas s'en plaindre non plus. Les deux hommes s'assoient puis, sans attendre, le shinobi prend les devants de manière brusque – la politesse, il n'en voit pas vraiment l'intérêt.


« La seule chose que je sais, c'est que tu offres une grosse récompense. Mais vu l'endroit, je commence déjà à en douter. J'espère pour toi que le boulot vaut le déplacement.
Ne t'inquiète pas
, répond le pécore, presque amusé – il a l'air sûr de lui. J'ai largement assez pour te p...
Arrête-toi là. Si t'essayes de me baiser, tu vas mal finir. Même si t'as l'air de pas y croire. Apparemment t'as pas compris, donc je vais te dire ça de manière à ce que tu piges. Tu me dis ce qu'il y a à faire, je le fais, et si tu peux pas me payer tu meurs.
C'est bon, calme-toi, je ne...
Je suis calme. Mais ça risque de ne pas durer si tu continues à me faire perdre mon temps comme ça.
D'accord
, reprend l'autre qui, bien que s'écrasant, ne semble toujours pas impressionné – étonnant. J'aurais pu le faire moi-même, mais je suis actuellement indisposé, c'est pourquoi je préfère payer quelqu'un. Mon champ a été envahi par des taupes géantes, et j'ai besoin que...
Tu te fous de moi ?
Sa voix jusque-là neutre est devenue glaciale, menaçante. Il essaye de continuer, mais cette fois-ci c'est lui qui se fait couper la parole. Le fermier semble décidé à se justifier, sans manifester la moindre crainte vis-à-vis de cet homme qui a pourtant déjà menacé de le tuer en même pas trois minutes.
Attends, j'ai pas fini ! Uriô va t'aider, il est plutôt doué pour ça. Il est terriblement efficace avec moi, donc ça ne te prendra même pas deux heures si tu arrives à coopérer avec lui.
Uriô ? C'est qui ce clampin ?
C'est moi ! »


Dernière édition par Rakurai le Mer 16 Mai 2012 - 14:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Rakurai
Informations
Messages : 49

[C] Uriô le rat Empty
Message(#) Sujet: Re: [C] Uriô le rat [C] Uriô le rat EmptySam 12 Mai 2012 - 17:40

Une voix juvénile, qui correspondrait à peu près à celle d'un gamin pré-pubère, se fait entendre dans un coin de la pièce. Surpris, Rakurai tourne la tête, trahi par ses réflexes. Pourtant, il ne voit personne d'autre. Il commence déjà à se demander si ce n'est pas un coup fourré, une fausse mission inventée dans le seul but de l'attirer ici pour il ne sait trop quelle raison. Ça expliquerait le comportement de cette homme, dont l'assurance le dérange. Le vieux forgeron en aurait-il eu marre de le voir squatter ? Ou bien de le voir, tout simplement ? C'est possible, mais il aurait vraiment bien caché son jeu s'il était réellement capable d'une telle fourberie. Et puis, un type qui serait invisible ? Fort improbable. De toutes façons, ce n'est qu'une voix de gamin. Le shinobi se tourne à nouveau vers son employeur, et là... Mind fuck. Un rat est apparu sur son épaule. Il est clair qu'il est apprivoisé. Mais c'est tout simplement impossible que ce petit rongeur – quoique relativement gros par rapport à son espèce – soit celui qui ait parlé. Et pourtant...

« Salut, moi c'est Uriô ! reprend l'animal de sa voix fluette. Il semble enthousiaste à l'idée d'aller chasser des taupes... Attends, quoi ?! Non, c'est n'importe quoi.
Un rat qui PARLE ? D'où est-ce que tu sors, saloperie ?
Aha ! Bonne question ! Ça manque d'originalité, certes, mais bon... La réponse est évidente : je sors du ventre de ma mère !
Rakurai reste impassible, loin d'être amusé par cette faible boutade. Il ne partage pas la jovialité de l'étrange créature. En revanche, il tient à obtenir une réponse, et attend donc la suite. Uriô finit enfin par comprendre que son silence est intentionnel - quelle lenteur d'esprit... Bon, d'accord... Je viens du pays de l'eau. C'est là-bas que vivent les membres de mon clan, la famille Gekei. On a tous le pouvoir de se transformer en animal, c'est génétique. Seulement, c'est aussi aléatoire. Du coup, bah on peut dire que moi je suis un poisseux. Malgré cela, le rat semble ne pas pouvoir se débarrasser de sa bonne humeur.
Donc à la base, t'es un humain, c'est ça ? Et tu ressembles à quoi en vrai?
Baaaaah je m'en souviens plus ! Tu comprends, le rat c'est pas vraiment un animal favorisé dans la chaîne alimentaire. Du coup, les plus puissants m'ont méprisé dès qu'ils ont vu ce que j'étais. Et, par malheur, l'un d'entre eux était un vrai fâché, et il a scellé ma forme humaine quand j'étais gosse, donc je peux plus me transformer ! Mais bon, je me plains pas, c'est fun d'être un rat qui parle, ne serait-ce que pour la réaction des gens quand ils voient ce que je suis pour la première fois. Mon seul problème, c'est que j'ai une voix de tapette... Mais je suis un rat, donc c'est pas très grave puisque personne ne fait attention à moi.
Bref, t'es qu'un rat de laboratoire... Et tu penses être capable de chasser des taupes?
Son ton est devenu méprisant. Après tout, il a affaire à un humain. Intérieurement, sans le montrer, il s'amuse de la situation, en pensant déjà à tout ce qu'il va lui faire subir.
Uriô est une vraie fouine.
Non, je suis un rat!
Comme quoi, la nature t'a vraiment raté. Bref, il se faufile dans les trous et renifle le cul des taupes pour les faire sortir. Tu auras juste à les tuer.
C'est ça ! »
Et en plus, il l'admet...

La tactique du pécore s'est révélée efficace. Rakurai était sur le point de l'égorger, mais il n'en a maintenant plus aucune envie. La seule existence de ce rat hybride fait tout l'intérêt de cette mission. Certes, il pourrait se contenter de s'en aller. Mais maintenant qu'il l'a vu, il a le pressentiment que la suite va l'amuser. D'ailleurs, ça fait bien trop longtemps qu'ils sont assis à rien faire. Il est même étonné d'avoir tant parlé ; ça n'est pourtant pas son genre. Sans prononcer un mot, sans même confirmer qu'il s'occupe de cette corvée, il se lève. Il se dirige vers la porte, mais s'arrête au moment de l'ouvrir. Il fait volte-face, comme s'il avait oublié quelque chose, et se dirige vers le mur opposé, auquel sont suspendus les outils du fermier. Il réfléchit un instant, puis se saisit d'une faux. Il n'utilisera pas ses sabres pour tuer des animaux. Ce serait honteux.

Par chance, le champ est délimité. D'ailleurs, il semble plutôt petit, ainsi perdu au milieu d'infinies étendues d'herbe. En même temps, sans ça, Rakurai se serait simplement cassé. Faire un truc aussi naze pour de la thune passe encore, mais sûrement pas si ça lui prend plus d'une journée. Là, c'était censé durer deux heures, d'après machin. Il ne risque donc pas de se faire chier plus longtemps. Quant à Uriô le rat, il est clairement plus motivé que lui. Sans qu'il le remarque, l'animal se faufile entre ses jambes et s'engouffre déjà dans les terriers. En voilà un que le froid ne freine pas. Le shinobi, lui, observe les trous. Il ne sait absolument pas si leur nombre est révélateur de celui des taupes, mais espère tout de même que c'est un majorant. Cette fois, pas de tactique. Il a juste à attendre que son étrange partenaire déniche ses cibles pour lui. Après, il aura juste à faire parler ses réflexes – comme quoi, merci le manteau.

La première jaillit hors de son terrier. Immédiatement, elle est tuée. Rakurai a fendu l'air de sa faux dans un mouvement rapide et précis, ne coupant même pas son élan, juste sa tête. Du coup, il voit le reste du corps sortir de terre. Pendant une fraction de seconde, la surprise apparaît sur son visage qui redevient impassible sans plus attendre. Quand le péquenot parlait de taupes géantes, c'était vraiment géantes. Du genre encombrantes, poilues et toutes moches. D'ailleurs, c'est encore pire avec la tête coupée. Mais bon, il a "juste à les tuer", comme l'a si bien dit son employeur. Pour ça, la taille n'est pas vraiment gênante, puisque ça reste plus petit qu'un humain malgré tout. Et comme il n'aura pas à en ramasser les morceaux pour nettoyer le champ, il se contrefiche qu'elles soient mutantes. Au contraire, ça réduit ses chances de les rater. En voilà une autre qui se montre. Même réflexe, même mouvement, même résultat. En fait, la seule difficulté sera de suivre les déplacements d'Uriô le rat. Mais il est suffisamment rapide pour ne pas s'inquiéter de ça.

[…]


« Beau boulot mon pote !
Mon pote ?
Bah ouais, on est potes maintenant !
Ha...
Bah quoi, on est pas potes ?
Non seulement je parle avec un rat, mais en plus il veut être mon pote... »


Uriô l'a intercepté juste avant qu'il ne parte, après avoir récupéré sa paye – il ne sait pas d'où ce péquenot a bien pu sortir tant de thunes, mais bon. Il n'arrive toujours pas à croire qu'il a fait équipe avec un animal aussi naïf et idiot. Enfin, il ne peut pas lui reprocher d'avoir été inefficace...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[C] Uriô le rat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Tetsu no Kuni-