N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] EmptyDim 8 Avr 2012 - 15:28

Allongé sur le ventre, le regard las, Yujiro flemmardait depuis quelques heures déjà sur sa couche bancale et inconfortable. Neurasthénique, il gisait-là, vide de toute fougue. Son apathie n’avait pas de source apparente ; aucun problème majeur à l’horizon, il se sentait juste morne. C’était cela aussi les artistes ; brillant et pétulant un jour, dépité et flemmard le lendemain.
D’un effort surhumain, il souleva son bras et chercha à tâtons son paquet de cigarettes sur sa table de chevets. Lorsqu’il l’eut agrippé, il le secoua mollement. Stupeur. Il était vide. L’Abscons se leva en une fraction de seconde et se mit frénétiquement en quête d’un emballage contenant encore un ou plusieurs de ces tubes cancérigènes. Fâcheusement, il fut bredouille ; plus une seule cigarette dans cet appartement misérable. Il lâcha un juron, jeta un coup d’œil furtif à l’horloge. Midi allait sonner dans quelques dizaines de minutes. S’il se hâtait, il pourrait être chez l’épicier avant sa pause. Il s’habilla promptement et sortit.

Fort heureusement pour l’intégrité du commerçant, l’échoppe était toujours ouverte. Cependant, Yujiro constata avec un terrible désappointement que sa marque favorite n’était plus disponible à la vente. Un unique label subsistait ; l’emballage était frappé du sigle de Kiri. Au pied du mur, il fut contraint d’en prendre un paquet. Un seul, il se rendrait jusqu’à une petite ville du pays de l’Eau afin d’obtenir une véritable marque et pas ces clopes politiquement correctes.
Une fois au dehors, il porta l’objet tant désiré à ses lippes et tapota ses poches. Il soupira longuement. Le Genin n’avait pas emporté ses allumettes. Pourquoi diable ne pouvait-il avoir l’affinité Katon. Il jeta un regard au ciel. L’astre coruscant, dévoilé par l’absence de nuages, était haut dans le ciel et inondait ces contrés d’une chaleur douce et agréable. C’était une journée tout à fait magnifique, propice aux activités extérieures. Il n’en avait que faire, il lui fallait du feu. Yujiro chercha des yeux un quidam susceptible d’en posséder. Il aperçut un individu singulier portant la clope au bec. L’Éphèbe allongea ses pas en la direction de cette apparition salvatrice et le héla, toujours sa cigarette coincée entre ses lèvres, de sa voie posée et grave :

« Yô, excuse-moi, t’aurais du feu ? »

De prime abord, l’on aurait pu décrire l’individu comme quelqu’un d’extravagant ; il arborait un cache-œil qui voilait une grande superficie de son faciès et qui tirait sa crinière nitescente et anarchique vers l’arrière. Il devait avoir à peu près le même âge que notre Palladium. Yujiro le fixait de son œillade sombre et impassible, priant tous les grand dieux que ce quidam aie du feu. Curieuse chose qu’était une addiction. Privez la substance recherchée à un organisme accoutumé à sa consommation et vous verrez un être humain se consumer en cherchant à assouvir ce damné vice, quoiqu’il lui en coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: Re: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] EmptyDim 8 Avr 2012 - 17:29

Les retours de mission étaient toujours exténuant. Qu'importe le grade, la fatigue, morale ou physique, se fait ressentir à chaque fois. Chez Yoru, comme chez de nombreux ninjas, la durée de cette fatigue est variable. Proportionnelle en fonction du rang de la mission, de la distance de l'objectif... dire que la fatigue est un paramètre calculable parmi tant d'autres dans le monde. Tout se calcule, se dissèque, s'observe, et cette sombre vision de la science pousse à faire se réveiller le borgne en sursaut. Dans sa tête, la vision sombre et illusoire de son corps nu sur une table d'opération le plongea dans un vilain cauchemar. Dans son rêve obscur, il se voyait impuissant, ses mains attachés au rebord de la surface froide et métallique. Éveillé, sans anesthésie, il restait immobile, se laissant contre sa volonté ouvrir par un scientifique aux allures de savant fou. Son visage, au teint cadavérique, inspirait la crainte. Son regard, cloitré derrière une barrière de verre constituant ses lunettes, ressemblait à celui du démon voulant s'approprier le savoir. Autour du savant, une multitude d'outils médicaux se tenaient prêt à sa disposition, avec des lames de tout genre, de toute forme, et des accessoires qui penchaient plus de la torture que de la simple opération. Hurlant vainement, le ninja se voyait saigner du ventre, ouvert avec des boyaux surgissant du gouffre de chair. La douleur atteignait son paroxysme, avec des côtes à l'air libre, et un cœur battant en dehors de la poitrine. Les cris s'accentuèrent crescendo lorsque le cauchemar de Yoru prit fin.
« Putain qu'une nuit de merde... j'vais aller faire un tour dehors tiens, ça va me rafraîchir les idées. »
Après un rapide café, une douche fraîche et un changement de vêtements express, le borgne quitta son appartement. C'était une des rares fois où le shinobi prenait rapidemment l'initiative de se lever d'un coup, et de partir de chez lui pour aller en ville. Habituellement, il trainait toujours, prenant le temps de se préparer. C'était souvent à cause de ses insomnies chroniques, ou bien des soirées arrosées de la veille. Étrangement, c'était son cauchemar qui l'avait fait se lever. Par ailleurs, pour l'occasion, il avait pris le chemin du centre-ville avec son paquet de cigarettes et son briquet - un zippo classique - pour fumer tout en marchant. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu ce privilège. A vrai dire, depuis sa mission de la veille, l'ayant poussé à bout, il n'avait pas pu trouver le temps de sortir une clope de son paquet et d'entamer la fumette. Le pas léger, mais les jambes lourdes, le shinobi traça son chemin à travers la foule. Le ciel était lourd, et laissait pleuvoir des flèches invisibles de chaleur, venant se planter continuellement sur le corps impuissant des citoyens de la ville.
« Yô, excuse-moi, t'aurais du feu ? »
C'était ce que lui demanda un jeune homme, alors qu'il était en train de savourer son mégot. Légèrement en hauteur, il était tranquillement assis sur le dessus d'un mur cyclopéen, entourant une parcelle de verdure, ornée de quelques arbustes qui faisait office d'espace vert. Face à lui, l'adolescent disposait du blason de la cité, indiquant son appartenance à la caste des ninjas. Faisant donc confiance à son collègue shinobi, Yoru fouilla dans la poche de sa veste, et lança son zippo à l'inconnu. Puis, une fois que le fumeur anonyme eut attrapé le briquet et enflammé le bout de son mégot, il descendit d'une traite de son muret, et croisa le regard du shinobi. Après quoi, il patienta que le jeune homme lui rendit son précieux, pour enfin déclarer:
« Tu fumes quoi comme clopes toi ? »
Le souvenir de sa nuit cauchemardesque tendit à s'effacer progressivement au fil des légers nuages de fumée qui s'échappaient de sa bouche. A la place, la curiosité d'en savoir un peu plus sur ce personnage gagna l'esprit de Yoru, qui s'impatienta d'une réponse de son collègue ninja.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: Re: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] EmptyDim 8 Avr 2012 - 22:24

Yujiro contempla le zippo virevolter quelques instants dans les airs, rutilant grâce à la lumière émise par l’étoile incandescente. Il l’attrapa d’un geste vif et précis, pouvant enfin allumer sa clope. Il tira longuement sur sa cigarette et marque une pause, conservant la fumée dans ses poumons afin de profiter. Qu’il était lénifiant de pouvoir assouvir son vice après une abstinence trop longue ! Doucement, il exhala cette substance toxique, la regardant distraitement s’étirer langoureusement avant de disparaître dans l’éther.
Le Shinobi remercia son bienfaiteur tout en lui rendant son feu. Celui-ci lui demanda de quel label était issu le paquet fraîchement acheté. Yujiro sortit l’emballage de sa poche et le montra à son interlocuteur.

« Ca a l’air d’être la seule marque qu’ils vendent par ici. D’habitude, j’en fume des autres qui viennent du pays de l’Eau, mais bon, j’étais dans l’urgence, il a fallu que je me contente de cette daube. Et toi ? »

Tout en espérant qu’il ne s’agisse pas là de la marque favorite de son vis-à-vis, il jeta un regard distrait aux alentours , il n’y avait pas beaucoup d’agitation dans la rue ; après tout, il était près de midi, sans doute la populace se repaissait-elle dans leurs foyers. Yujiro tapota sa clope de son pouce afin d’en faire tomber la partie d’ores et déjà consumée. Le silence s’était installé entre les deux hommes. À l’accoutumée, cette interlude aurait donné fin à l’entrevue, mais pour une raison inconnue, le libre penseur désirait faire plus amples connaissances. D’ailleurs, il avait foulé aux pieds les règles de bienséance les plus foncières ; il avait omis de se présenter.

« Au fait, je suis Hyôsuke Yujiro, Genin de ce village. Et toi, tu es ? »

Ce terrible manquement rétabli, l’écrivain étira ses lippes en un léger sourire, qui se voulait courtois et avenant. Au vu du supputé âge de son vis-à-vis, il avait pris la liberté d’une nouvelle fois tutoyer son interlocuteur, espérant que ce dernier ne prenne pas cela comme un signe d’absence de respect à son égard. Le temps s’écoulant inéluctablement, Yujiro était tenaillé par un appétit croissant. Serait-il incongru d’inviter son allocutaire à se joindre à lui afin de casser la croûte ? Celui-ci portait sur son faciès – du moins sur la partie visible – les marques d’une grande fatigue ; joue creusée, cerne profonde. Sans doute cela lui ferait-il du bien se revigorer un peu.

« Dis-moi, as-tu déjà dîné ? »

Depuis l’avènement de ce village, le Hyôsuke était resté en retrait de tout, ne se mêlant ni aux citoyens, ni aux Shinobis, il avait pour seuls compagnons ses écrits. Nonobstant sa passion pour l’art, il ne pouvait se leurrer lui-même ; il avait beau eu croire que son train de vie lui seyait, il n’en était rien : il avait besoin du contact humain, de découvrir de nouvelles personnalités, de voir de nouveaux paysages. Allons bon, il ne lui coûtait rien de tenter de sociabiliser avec cet affable individu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: Re: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] EmptyLun 9 Avr 2012 - 0:13

Les deux fumeurs étaient en pleine discussion, clope au bec. L'un tirait bien avant l'autre, mais tous deux profitaient du même plaisir: fumer. Raccourcir sa vie de quelques instants à chaque bouffée, pour pouvoir profiter des instants présents, voilà ce à quoi se résumait le credo du fumeur. Yoru avait suite à son prêt de zippo quel type de cigares consommait le shinobi anonyme. Ce dernier, après avoir remercié son collègue et rendu son briquet, afficha la marque de son paquet en l'exposant directement à son interlocuteur. Il s'agissait de l'une de ses marques lambda que proposaient le village aux consommateurs de tabac. Un rapport qualité/prix attractif, pour un contenu peu orthodoxe. L'adolescent au kimono affirma par la suite qu'il avait pris ce paquet en ultime recourt, n'ayant plus sa marque en provenance du pays de l'Eau. En retour, il demanda au borgne quel label achetait-il habituellement.
« Pour ma part, c'est une marque étrangère. Elle vient tout droit de Kusa no kuni, et lorsque je vais en mission, je pense à faire le plein quand le besoin se fait sentir. C'est une bonne marque de qualité, sur laquelle on peut faire confiance. Ça change des merdes que nous propose le village effectivement. »
Il tira un nouveau coup dans sa cigarette, laissant s'illuminer le bout incandescent de son cylindre de tabac. Laissant s'échapper un mince filet de fumée de par sa cavité buccale, il vint entendre son camarade shinobi se présenter. Le dénommé Yujiro, de la famille Hyôsuke, répondait aux fonctions de Genin de Kiri. Un léger sourire se dessina sur les lèvres du ninja au cache-oeil: tomber sur un supérieur l'aurait un peu déstabilisé, au vu du physique juvénile de Yujiro. Par ailleurs, Yoru avait toujours eu plus de tact avec les jeunes, bien que cela ne l'empêchait pas non plus d'être sociable avec ses aînés. En retour à la tirade de l'aspirant ninja, le Ryūzoji laissa le tabac envahir une nouvelle fois ses poumons, avant de déclarer:
« Ryūzoji Yoru, Chūnin de Kiri connu aussi sous l'appelation de Lutin Pourpre ! Enchanté ! »
En bons procédés amicaux, il tendit sa dextre au Genin. Un fumeur, un Genin de Kiri, ne pouvait être qu'une bonne personne. Le borgne espérait donc instaurer une relation sincère et plaisante avec Yujiro. Une fois la réaction du Hyôsuke effectuée, le manieur de Futton acheva sa clope. La cendre fuyait de l'extrémité de son mégot, tandis que son état se rétablissait lentement. A présent, le cauchemar de cette nuit n'était plus qu'un mauvais souvenir qui avait sombré milles pieds sous l'océan de mémoires de Yoru. C'était tant mieux, car avec la présence gênante de cet instant sombre et lugubre à tout instant dans sa tête, la journée du shinobi n'aurait pu que mal se dérouler. Désormais, il se sentait libéré, et détendu à discuter tranquillement aux côtés de ce jeune combattant. Le borgne leva la tête un instant, contemplant la voute céleste. Outre le bruit de la foule environnante, l'atmosphère était idéale. Soudain, le fumeur aux allures unisexes reprit une énième fois la parole, après avoir observé l'état presque déplorable du Lutin Pourpre.
« Dis moi, as-tu déjà dîné ? »
« Et bien à vrai dire, non. Je me suis levé il n'y a pas longtemps, mais je crois que j'ai un petit creux. Tu aurais une bonne adresse à me proposer ? On pourra discuter plus tranquillement à une bonne table ! »
Il jeta alors sa cigarette au sol, dos au mur cyclopéen qui lui avait servi précédemment de support pour son postérieur. Désormais, son ventre commençait à afficher les signes de l'appétit, émettant un son évocateur des borborygmes. Sourire gêné, mine plus joviale, le ninja attendait une réponse de son camarade à la clope, fouillant au passage ses poches pour sonder une éventuelle trace de monnaie, histoire de ne pas passer pour un pauvre fumeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: Re: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] EmptyLun 9 Avr 2012 - 13:35

Tout laissait à croire que l’interlocuteur du manieur de Kinton avait vécu d’exaltantes tribulations, étant donné qu’il avait déjà foulé du pied des confins que Yujiro ne connaissait que de noms. Ainsi donc, lui aussi était un Shinobi, sans nul doute d’une toute autre trempe que le Hyôsuke, au vu du parcours qu’il avait d’ores et déjà accompli. L’inconnu pouvait se targuer d’avoir glané le respect de notre protagoniste ; chose qui, somme toute, n’était pas des plus aisées à conquérir. Le dénommé Yoru déclina son identité. Le Lutin Pourpre ? Ce fantasque sobriquet piqua la curiosité du Palladium. Néanmoins, la décence l’empêcha de tenter de soutirer des informations à ce sujet. Il s’agissait là d’un supérieur hiérarchique direct, Yujiro devait demeurer à sa place de Shinobi lambda. Contre toute attente, le Chûnin offrit au Genin une poignée de main vigoureuse et virile. Quelle grandeur d’âme, en dépit de son statut le plaçant au dessus de son interlocuteur, il demeurait avenant et humble. Il n’était pas rare de voir des hauts-gradés devenir outrecuidants et acariâtres au fur et à mesure de leurs ascensions au sein des forces armées. Cependant, cela n’englobait pas Yoru. Cela plut à l’écrivain. Comme ce dernier avait pu le conjecturer, son camarade borgne ne s’était pas encore sustenté.

« Hé bien, il se trouve qu’il y a un petit restaurant tout à fait sympathique pas loin. La nourriture et les serveuses y sont délicieuses. »

Un sourire malicieux se dessina sur le doux minois de Yujiro. Il était tout à fait vrai que les exquises créatures qui amenaient la pitance étaient un argument de vente égalant au minimum les mets raffinés de cette humble échoppe. Ce restaurant était une valeur sure, jamais le Genin n’avait été déçu de leur prestation, c’est pour cette raison qu’il pouvait emmener impavide ses nouvelles connaissances en ce lieu. Il inspira une ultime fois sur son mégot, l’incandescence crépitant joyeusement et laissant échapper un énième nuage fumeux, avant de le laisser choir. Il se mit en marche, invitant Yoru à lui emboîter le pas.

Les deux hommes pénétrèrent dans l’échoppe. L’atmosphère y était sereine et de doucereuses effluves parfumaient l’air ambiant. Ils choisirent une table en bois robuste, de celles qui donnaient un cachet rustique au lieu, assez en retrait, afin de pouvoir discutailler à leurs aises. À peine furent-ils assis qu’une jeune et pétillante serveuse vinrent leur passer commandes. Yujiro opta pour le sempiternel tandem Ramen-Sake. Lorsque la demoiselle s’en fut, il se permit de laisser son œillade couler sur le délicat galbe de la nymphe. Oui, il méritait tout à fait son surnom ; ‘’ Lust ‘’. Une fois son vice assouvi, il pivota la tête vers son camarade et meubla quelque peu la conversation.

« J’espère que tu aimes l’endroit. Tu as dit tantôt être Chûnin ; est-ce que tu as ta propre team et tes propres étudiants ? Et, si je puis me permettre, pourquoi t’appelle-t-on de le ‘’ Lutin Pourpre ‘’ ? »

Yujiro marque une pause, afin de ne pas accabler cette charmante personne d’une multitude de questions indiscrètes et lui laissa le loisir de répondre. Peut-être était-ce quelque peu candide par ces temps sombres, mais le Genin espérait qu’il puisse naître de cette rencontre une amitié franche et légère.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: Re: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] EmptyLun 9 Avr 2012 - 22:30

Yujiro annonça la présence d'un établissement de restauration dans les alentours. Un restaurant de qualité, proche, et surtout qui semblait plaire au Genin. Yoru accepta alors sans conditions, son estomac commençant à crier famine. Après tout, plus le temps passait, et plus ses intestins se vidaient petit à petit, laissant un creux engendré un étrange écho de gargouillis. Qui plus est, l'endroit semblait plaire et intéresser au plus haut point le fumeur qui venait précédemment de lui proposer d'aller manger. Laissant le shinobi au visage androgyne se délecter d'avance des plaisirs que lui procuraient tant visuellement que de façon gustative le restaurant, il attendit au passage que ce dernier eusse fini sa cigarette. La luciole de tabac s'éteignit alors progressivement, avant que l'être igné fait de papier et d'herbes singulières ne s'efface derrière un voile opaque de fumée. Les deux shinobis mirent ensuite le cap vers la destination connue de Yujiro. Le borgne suivait tranquillement son homologue de rang inférieur, l'air serein. L'appétit lui donnait des ailes, et surtout stimulait sa rêverie. Il se représentait d'ores et déjà le repas qui l'attendrait, qu'importe s'il était raffiné ou simple. Sur ce, il se retint d'aller jusqu'à se lécher les babines, la bave prête à l'emploi, et déclara d'un ton simple et amusé à la fois:
« J'ai hâte d'être sur place Yujiro-san ! Espérons que la foule de tout à l'heure ne s'est pas réfugiée dans ton restaurant ! »
Il allait de soi que le ninja de classe moyenne manifestait de façon subjective son envie de manger. Après tout, il n'avait pas tant déjeuner que ça ce matin, et maintenant, pour s'assurer de passer une bonne journée dans les meilleures conditions, il se sentit obligé de casser la croûte. Une fois sur place, Yoru s'étira avant d'entrer dans le lieu, dont la façade d'entrée donnait déjà le ton quant à la nature de l'établissement culinaire. Un doux fumet s'échappait à l'intérieur, et l'accueil fut des plus agréables. L'immeuble semblait devenir une contrée paradisiaque, où le péché de gourmandise et d'envie pouvaient se faire sans contraintes. A peine installés sur une table de bonne facture, Yoru constata avec un léger sourire malicieux que son confrère ninja se rinçait l’œil devant la silhouette harmonieuse des serveuses. L'éphèbe n'avait pas eu tord lorsqu'il avait parlé auparavant de la beauté des demoiselles qui se présentèrent autour des deux Kirijins pour prendre commande.
« J’espère que tu aimes l’endroit. Tu as dit tantôt être Chûnin ; est-ce que tu as ta propre team et tes propres étudiants ? Et, si je puis me permettre, pourquoi t’appelle-t-on de le "Lutin Pourpre" »
Le bal des questions basiques pouvait être lancé. Yoru s'attendait plus ou moins à cet instant où le fumeur allait l'interroger sur sa place au sein du village. Il tourna alors la tête sur le côté, feignant de se soustraire à la discussion l'espace d'un instant. Une serveuse n'allait pas tarder à s'approcher de leur table, jarres de sakés sur son plateau. On annonça que les ramens étaient bientôt finis, et qu'ils allaient arriver dans peu de temps, la serveuse restant floue dans la durée. Le borgne remercia la belle dame, au visage séraphin et à la longue chevelure à la teinte solaire, avant d'avancer le récipient d'alcool destiné à Yujiro en sa direction. Attendant que le fumeur fasse le premier pas dans la dégustation de la boisson alcoolisée, le Ryūzoji trouva son moment pour répondre aux diverses questions de son interlocuteur:
« Et bien oui, je possède ma propre équipe. Un petit groupe composé de deux Genins que je dirige en tant que leader de la team Kyōryoku. Sinon, pour mon surnom de Lutin Pourpre, c'est une longue histoire... c'est assez compliqué, je te raconterai ça une autre fois si tu désires assouvir ta curiosité au cours d'une prochaine rencontre ! En tout cas, retiens juste que je ne suis pas le seul "Lutin" du village, et que notre couleur nous différencie, tout comme notre second qualificatif caractériel. Pour ma part, c'est Lutin Fou. Et toi, dis-moi, depuis quand es-tu ici à Kiri ? Est-ce que la vie te plait dans le village caché de la brume ? »
Il porta alors sa dextre au récipient contenant son saké, attendant une réponse de son camarade, et surtout le signal inconscient lui permettant d'entamer les hostilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masayuki Seigen
Informations
Messages : 44

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: Re: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] EmptyMer 11 Avr 2012 - 16:36

Afin de ménager son effet, Yoru attendit que l’exquise nymphe eut fini de disposer devant les deux hommes les contenants de l’enivrante liqueur avant de porter réponse aux interrogations du Genin. Le Chûnin demeura assez laconique, ne délivrant les informations qu’avec parcimonie. Ainsi donc, les équipes semblaient avoir une dénomination particulière. Sans doute était-ce fait de telle manière afin de faire naître un sentiment d’appartenance exacerbé, cultivant ainsi le fanatisme des membres du groupuscule. Yujiro aimait tenter de mettre en lumière les réelles raisons qui motivaient les machinations qu’exerçait le pouvoir décisionnel, si fantasques que pouvaient être ses explications.
Vraisemblablement, une histoire vaste et complexe se dissimulait sous l’appellation que portait Yoru, car ce dernier ne semblait pas enclin à s’épandre sur le sujet. Loin de l’assouvir, les dires du borgne ne firent qu’attiser la curiosité du libre-penseur. En effet, son supérieur venait de dévoiler son sobriquet complet ; ‘’ Lutin Fou ‘’. L’écrivain brûlait de savoir à quel acabit d’aliénation ce surnom faisait référence. Était-ce son aspect extravagant qui lui avait valu cette appellation ? Ou bien était-ce quelque chose de plus abscons, des plus profond ? Le Hyôsuke se garda s’approfondir ses investigations, ayant bien saisi que son interlocuteur ne souhaitait faire plus de lumière à ce sujet. Yoru entretint ce rituel quelque peu hypocrite, où chacun feint de s’intéresser à l’existence et aux mœurs de son vis-à-vis, en lui posant quelques questions génériques.

« Je suis arrivé dans ce village, avec mes parents, quelques mois après sa création. Pour être tout à fait honnête, je m’ennuie beaucoup. »

Afin d’accentuer le dramatique de sa déclaration, il leva sa coupole de Sake afin de trinquer avec son camarade. Une fois ce témoignage de bienséance accompli, il huma ce nectar sacré, afin de s’en imprégner, avant de faire cul-blanc. Il aurait pu disserter longuement sur son annonce antécédente, tant sa vie était monotone. La platitude son existence n’ayant d’égal que son désintérêt pour cette dernière. Depuis quelques temps, il nourrissait le désir de vivre des événements plus trépidants, de braver d’épiques tribulations, d’effectuer quelque chose d’utile et de durable pour la société. Cependant, ses utopies ne semblèrent guère enclin à devenir tangibles et véridiques, ses occupations se bornant à écrire des vers et des pamphlets sur ce système qu’il abhorrait tant. Toutefois, il souhaitait garder tout cela pour lui, premièrement pour ne pas accabler son compatriote de ses problèmes personnels et deuxièmement car il craignait le jugement de ce dernier quant à ses positions. Cette entrevue étant des plus agréables, il ne voulait pas tout gâcher en y mêlant la politique. Cependant, il désirait voir quel regard posait son camarade sur une problématique épineuse et de lourde ampleur : les relations internationales. Certes, la disparité régnant entre la conversation précédente et celle qu’il s’apprêtait à aborder était immense, mais il brûlait de savoir les opinions d’un Shinobi plus haut gradé que lui à ce sujet.

« J’ai entendu dire que d’autres villages cachés s’étaient formés par delà nos frontières. Crois-tu en une paix durable entre toutes ces puissances militaires ? »

‘’ L’art de passer du coq à l’âne ‘’, comme on dit. Sa question semblait flotter dans les airs tel un spectre lugubre. Bientôt, deux serveuses apportèrent la pitance tant attendue. Intérieurement, le Genin espérait que sa question saugrenue n’entacherait en rien l’allégresse dont allaient jouir les deux hommes en dégustant ces succulents mets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: Re: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] EmptyVen 13 Avr 2012 - 21:33

« Je suis arrivé dans ce village, avec mes parents, quelques mois après sa création. Pour être tout à fait honnête, je m’ennuie beaucoup. »
Voilà donc un drôle de personnage, pensa Yoru. Comment s'ennuyer à Kiri ? C'était une question à laquelle le borgne avait beaucoup de mal à répondre. Au village caché de la brume, il était facile de trouver une occupation. Yoru l'avait appris rapidemment au cours de son intégration au sein de la cité plongé sous le brouillard. Bien qu'en apparence la ville peut paraître vide d'intérêt, elle disposait de nombreuses infrastructures permettant de combler le temps. Pour le goût, rien de tel que des restaurants où la gastronomie de renommée attirait les clients grâce à une cuisine riche en produits de la mer. Pour l'odorat, il suffisait simplement de respirer à plein poumon au sein du village pour sentir l'odeur revigorante de la mer. Pour l'ouïe, une balade au bord de la plage, avec les vagues s'échouant paisiblement sur le sable suffisait à apaiser les oreilles d'un agréable bruit harmonieux. Pour le toucher, il n'y avait plus qu'à tendre le bras pour sentir l'air humide frôler la peau, et lui déposer un exquise et infime caresse. Enfin, pour la vue, le panorama solennel des quelques monts embrumés d'un voile bleuâtre, couplé à la vue de l'onde sous tout ses aspects faisait apprécier à l’œil la couleur céruléenne. Inutile donc de penser que Kiri n'était qu'un village caché ninja perdu au beau milieu de l'océan. Il s'agissait là d'une cité maritime puissante, qui se fondait à merveille dans la nature. En penchant la tête vers la fenêtre, le borgne à la crinière blonde confirma cette suprématie: la vision de la brume embellissant l'architecture des quartiers fit naître sur son visage un discret sourire d'admiration.

Suite à cette vague rêverie, Yoru replaça son visage en direction du récipient contenant la fameuse boisson. Les deux hommes trinquèrent alors, et burent d'une traite de leur coupelle. Comme un vrai homme plein de virilité, le Lutin Pourpre s'abstint de grimacer lorsque le saké traversa son larynx. Il se devait de montrer l'exemple à son confrère Genin. Et aussi, il ne voulait pas se ridiculiser devant lui. L'ambiance devint alors plus paisible, une fois les deux hommes purent consommer leur boisson alcoolisée. Yoru, comme à son habitude, ne se souciait plus de son environnement. Le bruit autour, les clients qui mangeaient à leur faim, les ravissantes serveuses... rien n'intéressait visuellement Yoru. Il y avait bien ce paysage splendide dehors, au loin, mais ce n'était là qu'une image fixe, condamné à s'éroder sous les flots du temps. Afin de noyer ce vide sentimental, cette absence d'intérêt, il se servit alors dans l'alcool qui se présentait devant lui. Une simple gorgée, proche de la recherche d'hydratation, qui manifestait en réalité un profond sentiment de comblement de vide.

Tout à coup, alors que le borgne allait entamer une deuxième gorgée, il vit que Yujiro s'apprêtait à lui adresser la parole. Coupé dans son élan, il retira sa main du récipient et la porta à ses genoux, aux côtés de sa seconde main. Après quoi, il fit passer ses bras derrière la chaise qui le maintenait assis, prenant ses aises pour écouter avec plus de tranquillité les propos de son camarade Genin.
« J’ai entendu dire que d’autres villages cachés s’étaient formés par delà nos frontières. Crois-tu en une paix durable entre toutes ces puissances militaires ? »
Le blondin sourit alors, manquant de rire doucement. Depuis sa tendre enfance, le mot paix avait pris une définition tout autre de celle enseigné ou retrouvable dans un dictionnaire. Son expérience de combattant lui avait permis de se faire sa propre définition de la guerre, et celle de la paix. Cela dit, avant que les incidents de Hai no kuni n'influent sur sa personnalité, Yoru était encore un jeune innocent, presque naïf, fervent croyant d'une future utopie à venir. Mais depuis cette courte époque belliqueuse sur l'île des cendres, il avait changé, et n'avait plus cet espoir de voir la lueur de ce nouveau monde prospère éclairer le cœur des hommes.
« Moi aussi, j'ai entendu les rumeurs. Comme si l'apparition des Partisans de Makka sur Hai no kuni ne suffisait pas, il a fallu qu'un nouveau village caché ninja voie le jour. Avec Sunagakure no satō de créé, Kaze no kuni peut désormais participer à la course à l'armement, à la puissance, à la domination, parmi les trois autres grandes puissances ninjas que sont Kumo, Konoha, et bien sûr Kiri. Et je pense que de ce fait, une paix durable ne risque pas de voir le jour. Après tout, la paix, c'est ce qu'il y a entre deux guerres. Les autorités nous ont fait comprendre au moment de leur fragile création que la Grande Guerre n'était plus qu'un souvenir douloureux loin derrière nous, mais là encore, les tensions diplomatiques avec ces chiens de Konoha et notre village, ainsi que les conflits au sein du Pays de la Cendre nous ont montré que l'espoir de voir une vaste période de paix dans le monde des ninjas est vain. Moi-même j'ai déjà renoncé à croire à cette utopie bien trop onirique... »
Il avait parlé avec des mots justes, réfléchis, et surtout, en connaissance de cause. Tout ces événements violents, Yoru y avait participé, poussé par une autorité supérieure. Son expérience personnelle avait un poids, et sa Folie lui ayant valu son second surnom de Lutin Fou était un exemple des conséquences de la guerre. Le jeune homme remplit sa coupelle de saké, veillant à ne pas perdre le précieux contenu liquide de la jarre sur la table, ou pire, sur le Hyôsuke. Le Chūnin but ensuite une légère gorgée d'alcool de riz, avant de retourner la question à l'envoyeur, d'un ton plus posé et neutre, perdant en fougue et en ardeur:
« Et toi alors, Yujiro-san ? Penses-tu que les grandes puissances armées de ce monde pourront être capable de s'entendre, et de former en synergie un monde de paix et de prospérité, en dépit de tous les événements passés, ou qui viendront à venir ?»
Habituellement, la boisson faisait délirer Yoru. Elle le détendait, le rendait plus joyeux, plus animé. Étrangement, aujourd'hui, le saké avait un effet inverse: dans ses paroles, le garçon au cache-oeil paraissait plus sage, plus philosophe, plus sombre aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty
Message(#) Sujet: Re: - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] - À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

- À chacun ses vices. [PV: Yoru-chan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-