N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Les négociations sont en cours, merci de patienter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter EmptyMer 22 Nov 2017 - 20:42

Contrairement à une croyance populaire, les espions n'étaient pas concentrés dans des zones en particulier. Ils étaient partout. Leur travail consistait à tenir au courant leur patron sur ce qu'il se passait dans la zone où ils étaient affectés, au travers de rapports généralement par courriers – cryptés, cela va de soi.

Le problème que l'on relevait souvent dans ces cas là était le délais entre l'émission et la réception. En effet, la plupart des dirigeants recevaient les informations sur des événements qui s'étaient passés, et sur lesquels ils n'avaient plus vraiment le loisir de réagir. Certains arrivaient à faire preuve d'assez de zèle pour avoir l'information
quand elle se passait. Mais aux yeux de Natsuki, ils manquaient tous d'ambition.

A ce titre, il était donc déjà au courant via son réseau que la délégation Sunajin était en route vers le Village de Konoha avant même qu'elle n'arrive aux Grands Remparts. Bon, le fait qu'il avait été avertit par courrier par le Seigneur du Pays du Vent que la délégation en question était en route pour Konoha avait beaucoup aidé, mais quand même. Cela lui avait permit de s'organiser un minimum pour recevoir sans délais ses visiteurs. Il avait bien prit conscience de l'ampleur du problème de Kaze, et même si dans n'importe quelle autre circonstance, il se serait hâté de faire de la place dans son planning, il était toujours plus appréciable de ne pas avoir à le faire dans l'urgence.

Le jour venu, lorsque le messager lui annonça qu'Oniri et son étudiant étaient aux portes du Village, il était donc prêt à les recevoir. En arrière fond, il ne pouvait nier qu'il éprouvait un plaisir tout particulier à revoir la Saibogu en chair et en os. Leur dernière rencontre remontait à beaucoup trop longtemps à son goût, et même s'il se doutait que Yami avait envoyé Oniri plutôt qu'un autre pour négocier car cela jouerait assurément en sa faveur – quand bien même cela coutait à la Ketsueki -, cela n'ôtait en rien la saveur de leurs retrouvailles.

Malheureusement, les réjouissances allaient devoir attendre, car un minimum de travail était exigé au préalable, et dès lors qu'il était question de relation à l'international, il allait sans dire que négliger quoi que ce soit était hors de propos.


« Entrez je vous prie. »
les accueille-t-il avec un grand sourire en les voyant arriver à l'entrée de son bureau.

Il avait laissé la porte ouverte pour l'occasion, ce qui permettait aux deux Sunajin d'en voir l'intérieur. Son bureau était une pièce plutôt sobre en elle-même, pour ne pas dire complètement épurée. Aucune décoration inutile, tout ce qui se trouvait dedans était impersonnel et servait exclusivement à travailler. Pas de chaise fantaisiste, de poster de groupe de musique dans un coin ou de photo familiale sur le bureau. Natsuki n'utilisait ce lieu que pour travailler, et cela se ressentait jusque dans le mobilier qui s'assurait que l'on ne prenait pas trop ses aises. Cependant, les chaises visiteurs offraient tout de même un confort relatif, le genre à faire passer le message subliminal '' restez, mais pas trop longtemps. ''


« Vous avez fait bonne route ? »
demanda-t-il en venant à leur rencontre.

Son bras droit étant complètement prit dans le plâtre, il ne pu leur offrir qu'une main gauche à serrer en guise de salutation. Oniri eu droit à un sourire chaleureux, puis il porta son attention sur l'homme qui l'accompagnait.


« Vous devez être Ayato, du clan Hakushi ? Enchanté de vous rencontrer. Je m'appelle Natsuki, du clan Nara, l'Assistant du Hokage. Notre Hokage n'est pas en possibilité de vous recevoir... »
poursuivit-il en englobant les deux Sunajin du regard. « … mais étant l'équivalent de son autorité, vous allez pouvoir discuter avec moi comme si vous vous adressiez à elle. Prenez place, je vous prie. Vous désirez quelque chose à boire ? »

Il indiqua les fauteuils devant son bureau, avant de prendre lui-même place.


« Le Seigneur du Pays du Vent m'a parlé de votre situation. Il va sans dire que Konoha va vous aider : le clan Hayashi a accepté de collaborer avec vous et s'est déjà mit en lien avec le département scientifique de l'hôpital. Il ne manque que les échantillons du poison que vous avez ramené pour commencer. Ce qui nous conduit donc directement vers la partie suivante : le coût de cette aide. »


N'ayant plus l'occasion de réaliser son tic gestuel faute d'avoir deux mains disponibles, Natsuki se contenta de poser son coude gauche sur son plâtre, et de se tenir le menton entre le pouce et l'index. Ses yeux passèrent de l'un à l'autre, mais par défaut, ils se posèrent surtout sur celle qui représentait le plus l'autorité du Seigneur du Pays du Vent.

Si cela ne tenait qu'à lui, il aimerait que cette aide serve de support pour une amitié entre Suna et Konoha. Qu'il n'y ai pas de contrepartie à cette assistance, autre que le début d'une collaboration pacifique et bénéfique entre nos deux Villages. Malheureusement, répondre cela ferait passer Konoha pour des trop bons trop... ... bref, pour un Village de Bisounours, replongeant ainsi la Feuille dans une ère que d'imminentes figures s'étaient efforcées d'effacer. Sans compter que face à une offre aussi désintéressée qui n'incluait que des concepts d'amitié et de paix, il ne doutait pas que Yami ne tarderait pas à venir en profiter pour tous les dévorer.

En lieu et place, il posa donc une enveloppe sur la table, ce qui n'excluait pas de mener à bien tout ce qu'il citait plus haut en plus de profiter d'une opportunité intéressante.


« Dans cette enveloppe se trouve ce que je souhaiterai que le Pays du Vent fasse pour nous. Mais avant de l'ouvrir, la curiosité me pousse à demander : qu'est-ce le Seigneur du Vent avait à l'esprit de proposer pour inciter Konoha à accéder à sa requête ? Promit, je ne me montrerai pas plus gourmand si sa générosité va au-delà de ce que j'aimerai lui demander en retour. »


La tête légèrement penchée sur le côté, il écouta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Meïka A. Oniri
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Re: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter EmptyJeu 23 Nov 2017 - 0:30

Suite de ce rp

Nous ne sommes incontestablement pas tombée sur l'équipe la plus qualifiée du continent, mais nous serons à même de nous en contenter bien que j'aurai, plus personnellement, espéré être accueillie par des hôtes sommes toutes plus dignes en tant qu'envoyée Sunajin dans le cadre de ce choc des cultures, aussi maigre soit-il. Encore une fois c'est au dénommé Ryuu qu'incombe la lourde de tâche de maintenir tout ce petit monde la tête hors de l'eau. Ayato prend alors la parole sans que je ne l'y ai autorisé, mais ne voit rien à contester sur ses dires. J'encourage mes élèves à la prise d'initiative pour peu quel soit raisonnable et ce dans le but qu'un jour ils puissent prendre ma place. Je me contente alors d'incliner respectueusement la tête en direction de l'Hayashi avant de lui répondre.

« Nous vous remercions pour votre accueil Ryu-san, mais avant toute chose, il vous sera gré de nous conduire vers les autorités compétentes. Comme je le disais vos supérieurs sont déjà au courant de cette affaire et il est prévu que nous rencontrions avant tout un dénommé Nara Natsuki actuel bras-droit de l'Hokage. »

C'est ainsi, porté par la brise de ces belles paroles que nous entrons finalement dans le village caché de la feuille accompagnés de notre escorte. Je suis tout de même quelque peu surprise que nul n'ait pris la peine de nous fouiller d'autant plus a raison du long parchemin que je porte en bandoulière dans mon dos. Nous traversons ensuite l'allée marchande du village et il m'arrive encore, après tous ces voyages, de me sentir quelque peu déroutée à la vue de tant d'abondance à une telle heure de la journée. Passé cela nous arrivons finalement devant le Palais Kagale, édifice somme toute et légitimement dérisoire, s'il en est, en comparaison du Palais Seigneuriale de feu Odaichi la Luxuriante. Sans pouvoir me targuer de mes connaissances poussées en économies et en politique suite à mes nombreuses exactions passées en tant que cheftaine d'une organisation criminelle, il m'est toujours difficile de saisir toutes les nuances et subtilités de ce parti prix qu'on fait les grandes nations étrangères en séparant à ce point l'armée de la capitale.

Après de brèves formalités protocolaires et sécuritaires, nous entrons finalement dans le bâtiment. Je m’abstins cependant de faire usage de mes capacités sensorielles en ces lieux, bien que l'envie ne manquant pas de ressentir la présence de mon aimé ne serait-ce qu'une poignée de secondes avant nos retrouvailles. Ce n'est qu'une fois arrivée devant la porte close de son bureau que je me permets d'émettre un léger sifflement, consignant ainsi le léopardeau, qui depuis lors, somnolait sur mes épaules. Suite à quoi mes lèvres ne tardent pas à apporter une réponse aux regards interrogateurs de mes accompagnants.

« Il serait aussi impoli qu'impropre d'emmener un animal de compagnie dans ce bureau, vous ne pensez pas ? Permettez, il restera ici bien sagement le temps de l'entretien. » Dis-je courtoisement à l'encontre de l'Hayashi.

La vérité étant que Natsuki nourrit un certain passif avec les félidés si bien qu'il soit dans l'intérêt de tous d'éviter de les faire de se rencontrer en de telles circonstances. Je compte attendre le bon moment pour lui présenter Rikin, à supposer qu'il y en ait un jour un.

C'est alors que mon cœur se sert au moment où la porte s'ouvre et je ne puis nier éprouver quelque chose à la seconde où nos regards se croisent enfin, après tant de temps passé loin de l'autre. Toutefois, fiers que nous sommes, attachés à ces principes qui font de nous des Shinobi avant d'êtres des amants, nous nous contentons d'attentions tout aussi stériles et impersonnelles à la mesure du cadre de ces retrouvailles.

« Nous aurions assurément davantage profité de notre voyage si ce dernier n'était pas motivé par les manifestations de si funestes engeances sur nos terres. Peut-être à une autre occasion... » L'on peut difficilement qualifier de plus neutre le sourire qui accompagne mes mots. « Je vous remercie, mais nous en passerons de collation pour cette fois. » Fais-je tout en m'installa sur la chaise qui m'est présenté.

Vient alors le cœur du sujet. Celui que j'attends depuis le début à savoir les négociations. Il aurait naturellement été sot d'espérer rien de moins que des promesses d'avenir, d'entraides et d'assistances mutuelles ressortir de cette histoire en premier plan. Ce monde et cette société étant cependant fidèle à eux-mêmes, voici que tout ceci en est relégué au second pour laisser place à ce que le capitalisme aime à appeler « les intérêts ».

« Nulles doutes que vous seriez à même d'apprécier à sa juste valeur la gratitude de la Nation du Vent, mais nous savons tous que cela ne serait pas à la convenance de vos actionnaires, raison pour laquelle Sa Seigneurie est prête à verser une donation avec intérêt à hauteur des investissements et frais que placera Konoha dans l'aide qui nous sera apporté. Montant qui, vous l'aurez compris, demeure actuellement indéfinis, car sujet à l'état d'avancement des recherches et soutiens qui nous serons accordés le tout étant également fonction des résultats obtenus. Il est à noter que, parallèlement à cela, la Nation du Vent demeurera redevable envers celle du Feu et ne saura oublier l'aide qui lui est apporté.» Continue-je humblement d'un ton empreint de courtoisie. « En espérant que tout ceci puisse finalement être le début d'une longue et vertueuse collaboration entre nos deux entités. »

Tel est ce que la Nation du Vent a à offrir. Bien entendu, elle ne serait pas non plus contre le fait qu'ils se contentent d'un contrat commercial visant à mettre en place un réseau d'exportation massif de céréales Captain Ukulélé pour la Nation du feu. De quoi ravir petits et grands.

Spoiler:
 


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Ryuu
Informations
Grade : Genin
Messages : 90
Rang : B

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Re: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter EmptyVen 24 Nov 2017 - 17:40

« Inutile de me remercier, je suis certains que nous souhaitons tous les deux que cette collaboration entre nos deux villages se déroulent de la meilleure manière. Même si cela aura nécessité que Bankichi-san vous fasse passer un petit contrôle. Après tout, notre village n’a pas non plus été épargné par les événements.

Natsuki-sama ? Très bien, suivez moi. Dîtes moi Oniri-san... »


Ryuu se mit alors à traverser le village de Konoha en compagnie des deux shinobis venu de la lointaine capitale du Pays du Vent, les escortant avec le sourire qui accompagnait habituellement son visage. Il tint à se montrer moins froid et rusé que le Hyûga venu les accueillir, mais aussi plus enjoué et discipliné que la jeune Izumi qui n’hésitera certainement pas à faire honneur à sa réputation d’hyperactive et toujours débordante d’envie de commettre des bêtises dès que l’occasion se montrera. Le Hayashi, lui, préférait tout faire pour rendre cette courte escorte agréable en prenant le temps d’entamer la conversation de façon tout à fait amicale avec les envoyés de la Seigneure de Kaze. Cela n’avait probablement pas l’air de grand chose, et peut-être que le Genin ne s’en rendait même pas compte, mais son attitude était sûrement la meilleure chose à faire pour tisser les premiers liens d’une collaboration entre deux Nations. Deux Nations qui partageraient à jamais l’histoire commune que leur offrait la malheureuse période connu sous le nom de Grande Guerre.

Ainsi, il se prêta au jeu de la conversation et tenta de faire plus amplement la connaissance du binôme venu de Kaze. Bien loin de lui l’idée d’en profiter pour recueillir des informations dans le simple but d’espionner, mais hormis un dénommé Kioshi, il ne connaissait aucun Sunajin et n’avait entendu que vaguement parler des clans qui se trouvaient dans les paysage arides du sud du Yuukan. Yamada, Saibogu, Ketsueki ou encore Kawaguchi étaient aussi célèbres que certains clans que l’on pouvait trouver dans l’enceinte du village caché de la feuille ! Chacun possédait leur histoire et de redoutables capacités héréditaire. Dès lors, la discussion continua son cours naturellement, sans qu’elle ne rentre non plus dans un rythme infernale. Ce n’était pas trop dans le caractère de Ryuu qui était d’un naturel calme. Surtout lorsque ce dernier se transformait à quelques occasions en sorte de guide touristique alors que la petite troupe pénétraient maintenant dans le centre ville...

Très vite, après seulement quelques minutes et alors que le Hayashi n’eut même pas l’occasion d’interroger les Sunajins sur le poison qui avait malheureusement frapper leurs terres et leurs habitants, voilà qu’ils arrivèrent devant leur lieu d’arrivée. Tant pis pour les questions, Ryuu avait la chance d’appartenir au clan dont l’aide avait été sollicité par une des plus célèbres Ketsueki ! Dès lors, il pourra suivre cette affaire au plus près et apporter sa pierre à l’édifice si jamais il en avait l’occasion. Pour l’heure, avant que tout soutien ne puisse se faire, la politique faisait son retour ! Et rien de mieux ne pouvait symboliser cette étape que le plus important des bâtiments du village.

Le Palais du Hokage ! La bâtisse était modeste, certes, mais symboliquement elle représentait beaucoup pour les shinobis aussi loyaux que l’était le Genin. Il la regardait tout le temps avec l’esprit d’y avoir un rôle un jour. Peu importe lequel, il saura alors que les efforts effectués quotidiennement auront payés. Qu’il aura réussi à ne pas décevoir son actuel chef de clan, Hayashi Kihran. Ainsi que son demi-frère qui, il l’imaginait, l’observait depuis l’au-delà... Bref ! Tous les trois pénétraient dans l’enceinte du Palais, gravissaient les quelques escaliers qui se présentaient à eux avant de finalement se rendre au bureau du Bras-droit du Hokage, Nara Natsuki.

Enfin, pas tous, le petit léopardeau jusqu'alors endormi sur les épaules de la Sunajin allait rester en retrait cette fois-ci. Pourquoi ? Un mystère que Ryuu ne chercherait pas à desceller, préférant simplement acquiescer aux dires de la Saibogu avec un hochement de tête.

Les yeux bleus du Genin parcouraient le bureau du Nara. Sobre. Fait pour exécuter sérieusement le travail. Respectant probablement la réputation que portait ce clan rempli de personnages passé maître en stratégie grâce à leur intelligence bien souvent supérieur aux autres. Et à présent, place à la politique et aux négociations dans lesquels le Genin n’avait pas son mot à dire ! Par conséquent, se tenant sur le côté, situé parfaitement au milieu des deux partis se prêtant à la discussion, il observa. A priori, aux vus des premières paroles échangées, il pouvait bien conserver l’espoir que Konoha et Suna nouent une heureuse collaboration. Voir, une alliance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Re: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter EmptyLun 27 Nov 2017 - 21:52

« Au moins je suis conforté dans l'idée que le Seigneur du Vent et Konoha n'ont pas des idées et des attentes de l'autre trop disparates. » assura Natsuki en posant sa main valide sur l'enveloppe.

D'un mouvement fluide, elle glissa jusqu'à Oniri devant qui elle s'arrêta d'elle-même à l'endroit.


« Voici l'offre de Konoha. Pour commencer, j'aimerai que soit oublié ce principe '' d'être redevable '' : je ne désire pas particulièrement que nous nous sentions obligés l'un envers l'autre. Nous n'arriverons jamais à ce que ce soit complètement désintéressé, j'en conviens, mais je trouverai préférable que nous collaborions sur des bases d'équité et de bonne volonté plutôt que sous la contrainte d'une dette contractée / à contracter. J'ai en souhait qu'en plus d'une collaboration prolifique et bénéfique aux deux parties, Konoha et Suna puissent entretenir une relation au plus proche de la cordialité et de l'amitié que ce que notre nature nous permettra de le faire. »


Les Hommes restaient ce qu'ils étaient, la nature humaine étant ainsi faite.


« A ce titre, voyez déjà les frais de recherches et développement comme étant à la charge de la Feuille. »


Ce qui n'était pas une grosse mise dans le fond, vu que le Pays du Feu pouvait subir une attaque similaire. Avec Suna qui leur livrait des échantillons, ils pouvaient être prêts ou plus réactifs si un attentat similaire les frappait.


« Ce que nous souhaiterions de votre part, et qui prendrait un peu plus de temps, serait de voir quarante de nos ingénieurs partir pour une excursion au Pays du Vent afin d'y être formés, par les soins d'une équipe compétente, à la technologie des Saibogu. Et de les récupérer au retour dans le même état qu'à l'allée. »
se sentit-il obligé de préciser, comme si le visage carnassier de Yami venait d'apparaître au-dessus de sa représentante.

Haussant un sourcil alors que son demi-sourire s'étirait vers l'autre côté alors qu'il observait ses deux principaux interlocuteurs, il poursuivit.


« Que nous nous entendions bien, il ne s'agit pas de vous acheter le Pouvoir Spécial des Saibogu et de se l'approprier afin qu'il soit disponible à Konoha, loin de là : la technologie à application de conflit militaire restera votre exclusivité. Dans notre cas, ce serait davantage dans l'ordre des Aptitudes Village, afin de pouvoir ajouter plus facilement une pointe de technologie ici et là pour combler nos lacunes. Car les connaissances sont une choses, mais la technique en est une autre. »


Et les récents événements survenu dans le Pays du Feu montraient bien qu'il y en avait. A eux d'en prendre acte et de réagir en conséquence.


« Dans le genre d'idées, améliorer nos installations hospitalières ou mettre en place des antennes pour étendre notre réseau de communication. »


Une meilleure surveillance du territoire aussi, pourquoi pas ?


« Cette proposition vous semble-t-elle correcte et acceptable ? »


Son regard se promena de l'un à l'autre de ses invités, avant de se poser sur celui de l'Hayashi qui les avait conduit à son bureau.


« Par ailleurs Ryuu. Si déjà vous restez, vous pouvez vous assoir, vous savez ? »


Il n'allait pas le dire à haute-voix, mais même si Ryuu restait debout pour assurer sa sécurité, si Oniri voulait s'en prendre à Natsuki, elle en serait déjà au cinquième coups de poignard avant qu'il n'ai seulement réalisé qu'elle s'était levée. Peut-être seulement trois maintenant, si elle était affaibli par le poison...

Quant au membre du clan Hakushi qui l'accompagnait, le Nara tatoué n'en savait que trop peu en dehors de ce qu'il en avait observé. Et à sa manière de se déplacer, de repérer des lieux et de se tenir, Natsuki ne le plaçait pas en menace prioritaire, bien qu'il y avait un potentiel indéniable à développer. Le simple fait d'être l'étudiant d'Oniri en disait beaucoup sur lui.

Mais dans l'immédiat, Natsuki ne craignait aucune menace, et il y avait une raison bien précise à cela. Une raison qui n'avait rien de politique, et aucune lien avec un excès de confiance en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Meïka A. Oniri
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Re: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter EmptyMar 28 Nov 2017 - 23:19

Je me suis toujours sentie ignorante face à cette étrange constance qui, quelle ce soit le contexte, la situation, la dimension, l'univers ou encre le reboot, de l'étonnante propension qu'a Konoha à chercher à s'attribuer avec autant de conviction les faveurs de la technologie Saibogu. Comme si le village de la feuille était incapable d'apprécier ce qu'il a déjà et préfère plutôt jeter un regard par-dessus le muret dans l'espoir de trouver une herbe plus verte chez le voisin. Kaze n'étant malheureusement pas réputé pour sa flore faste et luxuriante il n'y a, comme qui dirait, aucun sens logique à cette réflexion.

« J’admets être plutôt surprise de tant d'intégrité de la part de Konoha. » Mens-je « Tout du moins jusqu'au moment où vous finissez quand même par nous réclamer quelque chose en retour. Je suis cependant dans le regret de vous apprendre que la technologie Saibogu n'a rien à apporter à votre éminente nation à moins que vos intentions soient mues par l'unique désir de légaliser le port d'arme à feu au sein de votre population civile. »

Le grand fantasme de l'exclusivité ferroviaire vient également d'en prendre un coup, mais ce n'est pas tout.

« En effet, si vous ouvrez le bon livre d'histoire à la bonne page, vous apprendrez que Meïka S. Satoshi, principale précurseur de la technologie Saibogu en Kaze a jadis écumé le continent dans le but de vendre ses connaissances à la plupart des nations et ce afin de financer la résistance Kazejin dans sa lutte contre l'empire expansionniste, le tout pour un pays alors déchiré par une guerre intestine longue d'un demi siècle. Ainsi, s'il m'est échoir de comprendre vos intentions, vous nous réclamez un savoir faire et une maîtrise que vous possédez déjà ou qui, dans le pire des cas, mérite simplement d'être approfondi. Aussi, permettez-moi de douter de la pertinence de votre requête. »

Ce qui à l'arrivée change un peu le rapport de force étant donné que nous vivons désormais dans un monde où les Saibogu ont a peine plus de valeur que les Tôhatsu.

« En plus de cela, permettez-moi d'émettre cet avis : J'avoue ne pas être totalement au fait de la politique interne de Hi no Kuni, mais nos niveaux d'attributions ne nous permettent, en principe, pas de négocier de tels accords. Qu'il soit question de partenariat technologique, de relation commerciale ou encore de grandes alliances assermentées et signées ; en soit toute décision majeure influant sur sa nation, Sa Seigneurie du Vent n'acceptera, pour sa part, que de négocier avec son homologue du Feu et certainement pas avec les humbles fonctionnaires que nous sommes qu'ils soient question de bras-droit, délégués, assistants ou encore Kage. »

Bien qu'il semble très judicieux de remettre les pendules à l'heure, je n'en demeure pas moins courtoise et respectueuse. Qu'il soit ou non question de Natsuki en face de moi, je compte rester professionnelles jusqu'au bout.

« N'y voyez là aucun manquement de respect. Comprenez que ce genre de négociation n'ont simplement pas lieu d'être dans cette pièce. Dès lors, je ne puis excéder l'offre que je viens de vous faire. Sachez toutefois que c'est également avec une reconnaissance et un plaisir non dissimulé... » Mes lèvres de fendent d'un sourire plein de charme. « Que nous acceptons d'établir cette relation cordiale et amicale dénuée d'attrait lucratif qui nous est suggérée. En espérant que tout ceci marque le début d'une relation stable et profitable à nos deux partis. »

J'aurai voulu enregistrer cette conversation pour l'anniversaire de Yami, mais l'on m'a confisqué mon dictaphone à l'entrée du village.

« Néanmoins, si vous êtes toujours attaché à l'idée d'en apprendre un peu plus sur l'ingénierie culturelle de Kaze sachez que l'Académie Gaku de Suna est également ouverte aux civils étrangers dans la section Recherche et Développement. Les inscriptions se font en août et les cours débutent fin septembre. Et c'est ainsi, après un cursus de deux longues années que vos jeunes pousses pourront sortir de l'Académie en étant fraîchement diplômé. »

Ceci étant naturellement à l'attention de tous ceux à même de comprendre qu'il ne faut pas toujours tout prendre au premier degré.


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Re: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter EmptyMer 29 Nov 2017 - 22:52

« Demander. » corrigea poliment Natsuki. « Pas réclamer. Demander. L'on réclame lorsque l'on est dans son bon droit pour recevoir ce que l'on mérite, ou que l'on fait clairement un caprice devant ce qui est exigé comme un dû. Or pour autant que j'en sache, nous ne sommes dans aucun de ces cas. Présentement, vous nous demandez un service, et je vous en demande un autre. Les deux parties que nous représentons ont libre volonté d'accepter, de refuser, ou de répondre que ce n'est pas possible. C'est ainsi que cela se passe entre amis. Le timing fait que effectivement, cela ressemble à un échange de bons procédés, mais je préfère voir cela comme une bonne opportunité pour vous demander maintenant que vous êtes devant moi ce que nous aurions fait tôt ou tard. »

Souriant, Natsuki poursuivit avec la même sérénité.


« Et puisque vous êtes cultivée et semblez avoir un noble intérêt pour les connaissances, permettez moi de vous remercier pour votre cours d'histoire avec quelques détails de celle du Pays du Feu pour vous éclaircir. Notre Seigneur, que vous devez connaître sous le nom de Kenage Chikamasa, a financé partiellement la création du Village de Konoha lorsque la Rébellion contre l'Empire s'est terminée. Contrairement à d'autres, il avait déjà prit conscience du tournant qu'avait prit le monde politique lorsque l'Empereur fut vaincu, et de la place qu'allait occuper les shinobi au sein de celui-ci. A ce titre, et d'un commun d'accord, il avait établit avec notre précédent Hokage qu'en tant que Seigneur du Feu, il resterait maître en ses terres pour tout ce qui concernerait les affaires civils, tandis que seront déléguées au Chef de Konoha les relations internationales, militaires, et shinobi. »


Il marqua une courte pause, le temps de reprendre sa pose initiale du menton entre ses doigts.


« J'entends donc bien que le Seigneur du Vent ait des réticences à négocier avec quelqu'un d'autre que son homologue sur ce genre de projet, mais Konoha est ici dans son droit, la surveillance du territoire et la communication longue distance au sein de l'armée entrant pleinement dans le domaine militaire. N'hésitez donc pas à faire savoir à Sa Seigneurie du Vent, lorsque vous retournerez la voir dans quelques semaines/mois avec la solution au problème dont votre Nation est actuellement confronté, qu'elle n'a pas de crainte à avoir quant au fait de s'adresser aux mauvais interlocuteurs politiques pour ce genre d'affaires. »


Mais lorsqu'il faudra la rencontrer, Natsuki préfèrera plutôt envoyer Kihran à sa place, car lui n'avait pas vraiment envie de la voir. Quant à Bankichi, il était bien sympa, mais à part revenir avec une guerre sur les bras après que Yami et lui aient tentés de se croquer mutuellement la jugulaire, il doutait que la rencontre entre ces deux êtres à la fierté débordante mène à quelque chose.


« J'ai bien notion que grâce aux pérégrinations de Meïka S. Satoshi, nous avons maintenant tous à accès au four-micro ondes, à la radio courte porté et au bladder-scann, mais je pensais que Suna excellait dans la technologie de cette branche, et qu'une remise à jour chez vous faciliterait notre propre essore technologique dans les domaines sus-mentionnés. Maintenant, si vous m'annoncez qu'effectivement, Konoha n'a rien à envier au berceau de la technologie, et que compte tenu de l'époque actuelle, seuls les moyens et la distance à laquelle tuer quelqu'un se sont développés chez vous, alors il est vrai que ma demande n'est pas pertinente. Je n'ai en effet pas l'intention de développer des armes de ce genre sur le territoire, encore moins d'en offrir l'accès à des civils, comme vous le sous-entendiez. »


Natsuki avait les armes à feu et leurs assimilés en horreur, et pouvait se permettre de ne pas en vouloir chez lui pour la simple raison que le ninjutsu se montrait aussi destructeur, à un détail près. Car s'il suffisait d'appuyer sur un bouton pour tuer en masse, l'apprentissage du ninjutsu demandait des efforts pour arriver au même résultat. Et c'était au travers de ces efforts que l'on prenait conscience des responsabilités inhérentes à la force que l'on acquérait et développait. Les armes à feu dans leur simplicité relative octroyaient bien trop de pouvoir beaucoup trop facilement : il suffisait de les avoir dans la main. Mais tout cela, cela n'avait rien à voir avec ce qu'il se disait dans cette pièce, alors il s'en tint au sujet.


« Là où vous attirez ma curiosité et mon attention par contre, c'est dans cette information que vous me donnez à propos de l'Académie Gaku. Si vous me dites que nous n'aurons pas trop mal à loger sur place des étudiants le temps de leur cursus, alors il est tout à fait envisageable que quelques sièges soient occupés par des Konohajin l'année prochaine. Le concept qu'offre cette Académie en permettant à chacun d'affiner par lui-même son essor technologique après avoir apprit auprès des plus grands plutôt que d'avoir tout servit sur un plateau sans vraiment le comprendre à tout pour me plaire. »


Il se fendit d'un sourire clairement satisfait par la tournure que prenait ces négociations. Certains le lui reprocheraient probablement, mais selon lui, il valait mieux négocier dans le sens de celui qui est en position de '' faiblesse '', car il ne fallait jamais oublier qu'un jour, les choses pouvait changer, et que l'on pouvait se retrouver face à lui pour la même discussion alors qu'il est passé en position de '' force ''.


« Bien, dans ce cas, considérons la proposition suivante comme notre accord. Le début d'une relation cordiale et amicale entre Suna et Konoha, qui profitera à tous. Vous aurez notre aide pour trouver un remède au poison qui vous a contaminé, comme je l'ai annoncé plus tôt. De la même manière, les frais de recherche resteront à la charge de la Feuille : le Seigneur du Vent y participera à hauteur de ce qu'Elle désire, si Elle le désire. Nous investirons les ressources nécessaires, mais le budget investit a toujours joué sur la rapidité des résultats – jusqu'à un certain point, tout du moins. Cela convient-il ? »


Il suffisait d'une poignée de main pour conclure l'affaire, à priori. Et dans l'ensemble, cela se passait plutôt bien. Natsuki en connaissait qui avait du mal avec les degrés dans les conversations, et qui se seraient arrêtés aux premiers sarcasmes. Peut-être aussi qu'ils auraient négociés un peu plus serré que lui, mais dans le fond, c'était sans importance : c'était lui qui était dans cette pièce, et pas un autre. Et il avait réussit à ne pas vendre Konoha - dédicace à Masao Nikkou.


« Et tant que j'y pense. Si vous avez des prospectus sur les logements étudiants de Gaku, je suis aussi preneur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Meïka A. Oniri
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Re: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter EmptyJeu 30 Nov 2017 - 0:43

Il réalité il s'agissait d'un mensonge, ou disons plutôt qu'il était question d'une façon un peu plus sournoise de présenter les choses. En effet, je suis parfaitement au fait de la constance géopolitique qui définit la nation du feu, pour avoir justement prit la peine de m'informer avant le début de cet entretien. Le sous entendu a été visiblement beaucoup trop implicite. Or, cela n'y change rien.

Dans les faits si l'on peut comprendre le choix totalement contre intuitive de conférer le rôle de la politique et des relations internationales à des militaires pour des raisons de praticités inhérente aux contexte qu'impose ce monde, l'on peut toujours de se demander si les différents partis extérieurs à cette décision se doivent de faire preuve d'abnégation en passant outre leur désir de pertinence au profit du certaines valeurs progressistes qui unissent tout à chacun sur le sentier vertueux de l'enrichissement personnel et collectif ; où s'il faut simplement se contenter de botter bêtement en touche comme je me suis contentée de le faire dans en premier temps au détriment de toutes ces valeurs morales dûment citées.

L'avantage dans cette histoire étant que, en parfaite rêne des larbins il ne m'est point dévolu, que ce soit par le sort, le destin ou des instances hiérarchiques supérieures de faire ce choix.

« Sa Seigneurie du Vent est déjà au fait de la façon dont Hi mène ses affaires internes et externes, vous ne lui apprendrez rien, mais je m'appliquerai tout de même à lui adresser certaine parole dans ce sens, et ce dans l'optique de favoriser les échanges entre nos deux nations. »

Ainsi, ces négociations qui n'ont, fondamentalement, que peu lieu d'être au regard de qui que se soit doté d'un tant soit peu de bon sens et de deux séries de circuits neurales correctement alignés, touchent à leurs fins.

« Et je suis navrée de vous décevoir, si Kaze a pu avoir un jour eu un intérêt technologique au regard d'autrui, ce n'est certainement pas dans ce monde-là. Bien entendu nous n'en demeurons pas moins ouvert à d'éventuelles propositions et autres partenariats relatifs à nos attentes communes. Le désert du Vent recel bien des richesses qui pourront sans doute un jour intéresser Hi et ce inversement. Et naturellement Kaze ne verra aucune objection à accueillir d'avantages d’étrangers dans son académie. Pour ce qui est des brochures je vous les ferais parvenir au plus vite via S.M.S »

Il est évidemment inutile de rappeler qu'il s'agit de l’abréviation pour Service Messager Sécurisé que tout organisme Shinobi se doit d'exploiter afin de garantir l'export d'informations, en règle générale confidentielle, en toute quiétude.

« En ce qui concerne l'aide qui vous fera possible de nous apporter. Suna étant déjà activement à la recherche d'un remède, ayant de surcroît déployé ses hommes à travers le continent dans cet unique but ; nous requerrons essentiellement l'apport du clan Hayashi et de ses connaissances botaniques fin d'identifier la composition de ce fameux poisons, ainsi que d'aider, éventuellement, à trouver quelques potentiels pistes viables.»

Pour dire telle est la seule chose qui nous manques.

« Dans tous les cas sachez que je tiens à me répéter en disant que Suna ne saura oublier cette aide totalement désintéressé de votre part et s'évertuera à partir de ce jour à faire le nécessaire pour maintenir cette relation à présent établie. Et pour se faire voici quelques premiers gages de notre bonne foi. »

A ces mots je défais le parchemin jusqu'alors attaché à ma bandoulière pour le poser sur le bureau du bras droit. 

« Ce présent vous est dédié en personne. De la part de Sa Seigneurie de Kaze et de son assistante. » J'insiste bien sur ce dernier mot. «  Il vous est fortement recommandé de l'ouvrir en extérieur. »

Troisième mensonge de la conversation. En vérité il s'agit d'une initiative personnelle de la part de son assistante. La mention Seigneuriale n'étant présente que pour faire bonne figure.

« Ainsi que ceci... »

Je dépose alors deux petits parchemins supplémentaire sur lesquels sont gravés diverses runes. Un œil expert verra tout de suite ce dont il s'agit.

« Il s'agit de mon sceau personnel Hiraishin. Dans l'optique de resserrer les liens entre nos nations ils vous sont offerts afin que nous puissions convier le plus efficacement possible. Naturellement vous n'êtes en rien obligés et pouvez tout aussi bien décidé de les brûler. Dans le cas contraire n'hésitez pas à nous faire rapidement part du protocole que vous déciderez de mettre en place dans le cadre de l'utilisation de ces sceaux. »

Sans doute la seule note personnelle de cet entretien. Car, en effet, il est bien question de deux sceaux offerts à Konoha.

Spoiler:
 


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Re: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter EmptyMar 5 Déc 2017 - 11:35

L'attitude professionnelle de Natsuki prit un coup lorsque, les lèvres pincées, il s'immobilisa et posa un regard interdit sur Oniri. Évoquer '' personnel '' et '' le Seigneur du Vent '' dans la même phrase revenait à citer Yami dans le cadre du privé, et la relation qui l'unissait le Nara tatoué était des plus houleuses. Pour qu'elle lui adresse quelque chose à lui en particulier, il pouvait avoir toutes les raisons de se méfier. Sans doute cela se ressentit-il lorsque sans bouger, il baissa les yeux sur le parchemin qu'il regarda comme si l'on venait de renverser une poubelle sur son bureau, avant de dévisager la Saibogu à nouveau.

« Ouiiiii... Je n'y manquerai pas. »
répondit-il finalement en ré-enroulant le parchemin sans quitter des yeux son interlocutrice.

Le pire étant qu'il savait que rien de dangereux ne se trouvait là-dedans, juste une petite attention comme seule Yami savait les faire pour appuyer efficacement sur ses nerfs.


« Oh »


Le deuxième et surtout troisième présents le ramenèrent à plus de sérénité, bien qu'il s'abstint de sourire ouvertement. Depuis le temps qu'ils se voyaient au compte-goutte, ce cadeau-là sonnait comme une offre d'Oniri, une occasion de se rencontrer un peu plus souvent. La fin d'une vie de couple à se voir une fois dans l'an, et passer plus de temps à voyager qu'à se voir ? Il n'osait y croire. En l'état, il serait peut-être déplacé de se réjouir compte tenu de la situation de Suna – et par extension directe, celle d'Oniri -, mais de par son vécu, Natsuki avait apprit à profiter de chaque petit plaisir de la vie dès qu'ils se présentaient. Et la présence de sa bien-aimée en faisait partie.

Ce qu'il ignorait, c'était à quel point le poison était lourd à porter. A première vue, Oniri était bien portante, mais il savait qu'elle était comme lui, capable d'encaisser énormément sans rien laisser transparaître. Même ses yeux ne divulguaient rien. Ce qui tendait à atténuer les inquiétudes de Natsuki était Ayato. Il ne le connaissait pas, mais le Hakushi avait plutôt bonne allure lui aussi, ce qui laissait penser que le poison touchait '' seulement '' les canaux de chakra.


« C'est fort aimable à vous. »
remercia-t-il en rapprochant les deux sceaux de lui. « Je vous communiquerai les protocoles établit pour vous faire venir sitôt qu'ils auront été définit. En attendant, et à l'avenir vous aurez de votre côté besoin de ceci. »

Il ouvrit son tiroire de gauche, et en tira deux carnets de voyage vierges qu'il posa empilés sur le bureau devant lui. Puis après quelques signes de la main gauche, il posa sa paume sur celui du dessus. Un sceau se détendit alors sur toute la surface des carnets, première comme quatrième de couverture, en une presque infinité de petites branches et courbes tarabiscotées. Avec un crayon assez fin, un enfant pourrait s'amuser au labyrinthe avec, mais il perdrait probablement la vue à force d'user ses yeux dessus bien avant d'en trouver la sortie.

Il vérifia ensuite tour à tour les deux ouvrages pour s'assurer que tout était en ordre, et acheva en tapotant à deux reprises du majeur le coin inférieur droit des couvertures. Les branches se recroquevillèrent alors, pour ne laisser qu'un petit symbole en place.


« Cela vous permettra de vous faire savoir s'il y a quelque chose sur lequel nous souhaiterons nous entretenir avec vous ou votre hiérarchie, ou communiquer tout simplement entre nous au besoin. »


Normalement, Natsuki supposait qu'il avait une pierre de sang lié à Oniri – avec toujours l’appréhension que la créatrice de ces dernières avait ajouté à son compte un canal privé en plus – mais cela, c'était réservé à un usage strictement personnel.


« Je n'ai jamais testé la viabilité de la transmission de ces carnets sur une distance aussi vaste que Kaze – Konoha, aussi il faudra s’assurer qu'un relais entre les deux ne soit pas nécessaire le temps que j'améliore ma compétence au besoin. Par défaut, j'ai réglé le carnet pour qu'il change de couleur lorsqu'il reçoit un message, mais si vous préférez, je peux le modifier pour qu'il vibre, chauffe ou paraisse plus lourd à la place. »


Glissant l'un des deux carnets vers Oniri et Ayato, ils convinrent d'un moyen de s'assurer de la fonctionnalité longue distance de leur ligne.


« Bien, avec ceci, je pense que nous arrivons au bout de notre affaire. Et si tel est le cas, alors il ne me reste plus qu'une seule chose dont je dois m'entretenir avec vous, Oniri. Ayato, si cela ne vous dérange pas que je vous emprunte votre mentor, Ryuu va vous conduire dans votre établissement d'hébergement pour que vous puissiez vous installer. Vous êtes libre de circuler où bon vous semble dans Konoha, en dehors des zones militaires et la prison. L'équipe médical et les spécialistes Hayashi vous recevront dès demain. Si vous avez déjà des données de vos études préliminaires à me remettre, je les transférerai à l'hôpital dans la foulée. D'ici là, si vous souhaitez vous détendre un peu, je vous recommande les Bains des Dieux, des sources thermales au cadre très plaisant en automne. Le Septième Ciel pourrait aussi vous plaire pour les différentes prestations qu'il propose. »


C'était l'instant auto-promotion.


« Bonne journée à vous, et à bientôt. »


Ce qui ne laissait plus qu'Oniri et lui dans son bureau. Et presque immédiatement, l'atmosphère se détendit beaucoup plus, tandis qu'il affichait un visage radieux à l'attention de la Saibogu, même si un petit quelque chose assombrissait le tableau.


« Je vais quand même te demander comment tu te sens avec vis-à-vis de ton état... »
commença-t-il avec un léger voile d'inquiétude pour la demoiselle qu'il chérissait. « … avant de te serrer dans mes bras. Tu sais que tu m'as manqué ? »

Parce que enfin, ils allaient pouvoir être eux-même, sans les étiquettes et les cols de leur profession.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty
Message(#) Sujet: Re: Les négociations sont en cours, merci de patienter Les négociations sont en cours, merci de patienter Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les négociations sont en cours, merci de patienter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Palais de l'Hokage-