N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 S'intégrer ou mourir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

S'intégrer ou mourir... Empty
Message(#) Sujet: S'intégrer ou mourir... S'intégrer ou mourir... EmptyJeu 15 Mar 2012 - 20:27

La nation est une famille, le nationalisme une abstraction.

Ce jour allait changer sa vie. Il ne pouvait pas le savoir. Au contraire, il croyait que celle-ci allait bientôt toucher à son terme après 17 ou 18 années d'existence. Heureusement pour lui, l'accession au pouvoir de Kitase Shinichi, ancien sabreur de Kiri et fleuron ninja de son pays, allait lui permettre de retrouver une nouvelle vie. Pour le moment, son transfert à Kiri venait juste de se terminer. En silence. Les Kirijins parlant peu, seul Raiken avait un peu parlé. Fro' se contentant de tenter de lui faire éprouver des remords.

Maintenant qu'il était à Kiri, ce n'était plus pareil. Il avait toujours les yeux bandés. Les mêmes techniques d'emprisonnement. Presque aucun indice n'avait filtré sur ses déplacements dans Kiri. Il n'avait aucune idée de l'endroit où il était. Lui et ses geôliers avaient surement travérsé une petite rivière ou un courant car il avait longtemps entendu le bruit de l'eau et s'était assis dans ce qui, les yeux fermés, ressemblait à un bateau. Ils l'avaient surement emmené sur un de leurs coins fortifiés comme le Palais du Mizukage ou autre. Peut-être même était-il dans le QG de l'unité spéciale de ce village. Le Misuto. Ils descendaient maintenant sous terre, les geôliers de Fro' le maintenant fermement au niveau des bras. Il toussa le plus fort qu'il put, feignant une quinte de toux. En réalité, il voulait juste voir si sa toux générait un écho. Et il y en eut un, ce qui l'inquiéta encore plus. Les galeries autour de lui devaient s'enfoncer plus ou moins profondément sous la terre. Même s'il réussissait à se libérer et à éliminer ses potentiels ennemis, il ne pourrait pas franchir une seconde fois le passage aqueux sans alerter tout le village. Il serait mort avant même de trouver une embarcation. Il ne pouvait qu'attendre. Attendre que les choses se tassent pour improviser une stratégie.

Ses accompagnateurs connaissaient bien leur travail car ils firent un nombre de détours effarants avant de l'amener devant une porte que l'un d'entre eux déverrouilla. elle devait être lourde et hermétique une fois refermée car elle s'ouvrit dans un bruissement métallique et coulissa ensuite sans un bruit. La salle devait probablement être insonorisée. Fro' tenta un coup de poker. Il tenta de tirer son gardien vers l'avant et sauta, tentant un coup de coude. Il effleura ce qu'il identifia comme un masque. Le Misuto. C'étaient des membres de leur unité qui le transportaient. Ow shiiiit! La réponse fut cinglante. Son bras se tordit de manière anormale et il fut maitrisé au sol, recevant un violent coup dans le creux des reins au passage. Hébété, il ne put s'opposer à la force de ses gardiens qui le déplacèrent à travers la nouvelle salle. Sans un bruit. Ils l'attachèrent à une chaise de manière à ce qu'il ne puisse pas se défaire seul. Un des gardes semblait être resté à la porte. Fro' ne sut pas exactement ce qu'ils attendaient. Au bout d'un certain temps, bien que Fro' en eut perdu la notion depuis longtemps, des bruits de pas se firent entendre dans les coursives. Fro' se raidit. Qui attendaient-ils? Surement quelqu'un de très important.

En tout cas, le sang-froid des gardiens du Spectre par rapport à son attitude était impressionnant. Ces types n'étaient pas n'importe qui. Ils agissaient pour Kiri, dans son ombre, et effectuaient des missions qui permettaient continuellement de maintenir Kiri en bon état, sans que les citoyens ne sachent qu'ils venaient d'être sauvés d'un grand péril. Unité Spéciale. De puissants ninjas restant dans l'ombre. Comment ces hommes en venaient-ils à réussir à se soustraire de l'équation, à faire passer leur village avant eux? Etaient-ils humains? Préférer donner sa propre vie pour un idéal. Ce n'était simplement pas concevable. Non. C'étaient juste des hommes qui voulaient protéger leurs prochains. Dans ce cas-là, ils parvenaient pour le moment à effectuer leur tâche vu que Kiri était toujours à flots. Hmm. Ils devaient voir en Fro' une menace, un vulgaire déserteur avide de massacres et de carnages.

Les pas se rapprochaient jusqu'à ce qu'ils franchissent l'embrasure de la porte. Les gardes durent s'éclipser car des bruits repartirent en sens inverse, le plus naturellement du monde.

"Détachez-le"


Une telle confiance. Il y avait une chance sur deux pour que Fro' soit face à une pointure de Kiri. En fait, il ETAIT face à une des pointures de Kiri. Et Dieu seul savait laquelle pour le moment. Une des personnes en présence le détacha peu à peu. Une voix dans sa tête lui intimait de rester neutre, de ne pas tenter une quelconque manoeuvre. Ce qu'il fit. On le délia lentement. Pour finir par lui ôter ce qui l'empechait de voir. Le retour à la lumière fut brutal. Au départ, il ne distingua qu'une silhouette, ses yeux étant maltraités par la lumière qu'il n'avait que peu vu ces derniers temps. La silhouette se dessina peu à peu. Un Lutin? Non. ce n'était simplement pas possible, il devait rêver. Il avait en face de lui un homme. Ses capacités de Senseur revenant peu à peu, il fut consterné par le chakra qui était concentré dans ce type. Kitase Shinichi. Ce ne pouvait être que lui. Personne d'autre dans un village ninja ne pouvait posséder une telle quantité de chakra s'il n'était pas Kage. Ce n'était purement pas concevable. Les deux paires d'yeux se toisèrent un moment et le Spectre dévisagea son hôte, attendant la moindre parole avec impatience. Etait-ce la fin? Peut-être. Peut-être pas. Il n'était pas en mesure de le dire. Il arrivait à peine à remarquer que le Nidaime Mizukage était un homme de petite taille, au teint pâle et aux yeux bleus, tout comme ses cheveux mais dans des tons différents. Qu'allait-il advenir? La suite dans le prochain épisode.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

S'intégrer ou mourir... Empty
Message(#) Sujet: Re: S'intégrer ou mourir... S'intégrer ou mourir... EmptyJeu 15 Mar 2012 - 22:20

Tout se passe pour le mieux. Les affaires entre Kiri et Konoha étaient plus ou moins réglés et la lettre que j'avais envoyé à Kadoria Uriô avait plus ou moins eu l'effet escompté. En effet, il ne s'était pas fait prier pour m'envoyer le dénommé Froturak. J'en avais un peu entendu parlé puisqu'il n'était plus ni moins que l'un des ravisseurs de la fille adoptive du Shodaime Raikage. A ce titre, il pouvait être intéressant de l'interroger afin d'obtenir quelques...renseignements. C'était d'ailleurs dans ce but bien précis que je prétextais, dans ma lettre, un odieux mensonge. En effet, le concerné n'avait à aucun moment tué de shinobis du village de la brume, du moins pas à ma connaissance. Oui, si je souhaitais le « recevoir » ici ce n'était pas pour régler des comptes mais bel et bien pour obtenir des informations le concernant, lui ainsi que ses actes passés. De plus, j'avais projet bien précis pour lui. Il pouvait m'être utile. Du moins, s'il acceptait. Mais allait-il vraiment avoir le choix ? Ça, ce n'était pas sûr.

Dans tout les cas, mon ancienne élève, Shizao m'informa dans l'après midi de l'arrivée du Jonin de Kumo. Celui-ci n'était autre que Seki Raiken, un homme que j'avais déjà rencontré dans le passé. Il avait, semble-t-il, prit du grade depuis la dernière fois. Si bien qu'il était désormais un homme de confiance du Raikage. A ce titre, ce fut lui qui m'amena en personne l'Otoka. Il fut bien évidemment accueillis comme il se devait par la Kaguya. Enfin bref, tout cela important peu. Ce qu'il fallait retenir était que le senseur était dorénavant sous ma juridiction. A l'heure qu'il était il devait d'ailleurs être en train de croupir dans une des geôle du Misuto. Lieu austère où peu de personnes avaient l'infortune d'entrer. Il pouvait s'estimer fier de lui. Ces cellules étaient certainement les plus sûrs qui soient. En outre, il venait d'entrer là où grand nombre de ses confrères criminels de hauts rangs étaient venu passer un séjour avant lui. La seule différence avec eux était que lui allait peut-être, je dis bien peut-être, pouvoir sortir d'ici.

Après avoir terminé toute la paperasse administrative, je me déshabillai afin de reprendre mes habits « normaux » puis partis en direction du QG du Misuto. Je pris bien évidemment soin d'emporter avec moi un petit papier d'importance capitale. Que pouvait-il bien y avoir d'écrit dessus ? Vous le saurez bien assez tôt. Pour l'heure, je devais me rendre le plus vite possible dans la geôle numéro onze. Celle où l'on avait enfermé l'ex Kumojin. Après quelques minutes d'une marche longue et ennuyeuse, je me retrouve enfin quelques mètres sous terre, là où se trouve la prison réputé pour être inviolable. J'esquisse un sourire presque enfantin en voyant que tout fonctionne comme je l'avais prévu, je rangeai délicatement mon petit bout de papier dans ma poche puis fais signe aux gardes de s'éloigner et de me laisser entrer. J'ajoute un petit mot, ou plutôt deux ; Il s'agit d'un ordre, celui de détacher le prisonnier. Après tout qu'allait-il me faire ? Dans un élan de stupidité il allait peut-être essayer de me tuer néanmoins même en supposant qu'il réussisse, au vue du nombre de gardes postés autour, il n'allait pas faire long feu. Il était cerné en somme et cela je comptais bien le lui faire comprendre d'entrée de jeu.

    « Bonjour à toi nouveau visiteur. J'espère que ta nouvelle chambre te plait. En tout cas, je ne m'attendais à ça. Tu ne ressembles absolument pas à l'idée que je pouvais bien me faire de toi. »


Entrée en matière classique...Le ton prédominant était clairement celui de l'ironie et de la moquerie. Cette entrée en matière n'avait qu'un seul et unique but, lui montrer qui était le « maître » ici. Maintenant que cela était fait, je me devais de prendre un peu de sérieux vis à vis de la situation. Mon visage se durcit alors et je repris d'un ton bien plus neutre :

    « Enfin, peu importe. Je me présente, Kitase Shinichi. Tu dois sûrement t'en douter mais c'est moi qui ai demandé à ce qu'on t'extrade jusqu'ici. Dans un premier temps, dis moi tout ce que tu sais ou peut savoir concernant les différents villages ainsi que l'attaque qui a eu lieu à Hai no Kuni. Une fois ceci fait, j'aurai quelques chose à te proposer : Un petit marché. Du moins si ça t'intéresse...  »


Je m'arrêtai quelques instants et esquissai un grand sourire. J'avais hâte d'entendre ce qu'il avait à me raconter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

S'intégrer ou mourir... Empty
Message(#) Sujet: Re: S'intégrer ou mourir... S'intégrer ou mourir... EmptySam 17 Mar 2012 - 13:56

Le silence est un aveu.
Euripide.

Il n'avait pas envie de raconter des bobards. De toute manière cela se verrait. Sa bouche était pâteuse et ses mains étaient engourdies. Les propos servis par le nouveau dirigeant de Kiri sentaient le discours classique. Le grand classique même. Entre l'interrogatoire et la torture psychologique. De toute manière, plus rien n'avait de prise sur Fro' depuis un bon moment. Si la route se terminait là, il sauterait à pieds joints dans le ville.

Il s'étira, longuement et jeta un regard au Mizukage qui attendait une réponse. Le silence. Il savourait ce moment. L'Homme en face de lui était certainement un des dix personnages les plus puissants du monde et il n'en avait rien à foutre. Ce n'était qu'un être comme un autre. La seule différence était qu'il possédait le moyen de rendre sa Liberté à Fro'. Le Spectre ne pouvait pas se permettre de tenter de le tuer. Pourquoi? Il n'en avait nullement la motivation ni l'envie. Il ne tenait pas forcément à sa vie mais une mort stupide résumait une vie stupide. Il avait tout de même une certaine estime de lui. Arquant les coudes vers l'avant, il s'étira les trapèzes. Plus de la moitié de son corps était engourdie, symbole des bons traitements qu'il avait reçu à Kumo. Sa cicatrisation commençait à peine sur certaines parties de son corps comme son dos et ses membres osseux inférieurs. La plupart des petits os n'avaient pas été touchés. Rien de bien grave donc. Ces gros malins avaient juste fait durer le plaisir. C'était simplement honteux. En arriver à de telles facilités pour obtenir si peu d'informations de lui. Kumo n'était plus aussi performante qu'à ses débuts. Il leva les yeux vers Shinichi et se leva, étirant ses jambes.

Ce type là avait tout compris. Il demandait les infos de manière "sympathique" et avait de vrais arguments pour le faire parler. Il ne tenait pas encore le Spectre par les couilles mais pouvait amplement modérer son jugement. Là était toute la différence. Là où Kumo avait fait preuve de barbarie, Kiri faisait preuve de finesse. C'était surement ce qui risquait de creuser l'écart entre les deux villages si le premier de ces deux-là ne s'améliorait pas. Il marcha doucement dans la pièce. Si la plupart des gardiens de Kiri devaient s'impatienter, le Mizukage ne montrait aucun signe d'anxiété ou de nervosité. Il comprenait surement ce que l'Otoka avait enduré.

Lentement, il se retourna vers le Nidai' après avoir atteint un coin de la pièce et s'y être adossé.

"De la belle ouvrage. Totalement hermétique"


Une phrase d'accroche? Même pas. Il ne pouvait pas se permettre de tourner autour du pot très longtemps sinon la torture allait surement faire son entrée en scène. Il voulait juste essayer de faire saliver le Mizukage histoire de voir s'il perdait patience ou non. Apparemment il ne présenta aucune perte de son sang-froid. Ce type venait de monter en flèche dans son estime. Jusqu'à ce jour, il faisait partie des rares personnes pour qui l'Otoka aimerait servir. Il était peut-être même le seul. M'enfin. Cela importait peu. Tournant la tête de manière forcée sur la droite et la gauche, il tenta de faire craquer son cou qui lui répondit dans un bruit creux. Par où commencer? Il ne savait pas. Il allait tout donner en vrac.

"Fro', appelles-moi Fro'."


Il préférait le tutoiement. Cela présentait leurs rapports sous un jour plus calme. Plus neutre. Il n'aimait pas qu'on le prenne pour un simple Nukenin ou un ignorant de bas étage. Même s'il ne rivalisait pas avec les génies du monde de la cryptographie shinobi, il n'était pas totalement débile.

"Quant à ce que je sais sur les villages ninjas. Pas grand-chose à vrai dire. Je n'ai quasiment jamais vu Konoha si ce n'est en photo et encore. Le seul village que j'ai côtoyé le plus longtemps est Kumo. Un Kage puissant mais père indigne. Je lui ai ramené sa fille qui s'était perdue dans le Bois Nuageux avec deux de mes consoeurs Nukenins ou Errantes comme vous nous appelez. Usagi si je me rappelle bien. Elle est décédée il y a peu mais de cela nous reparlerons plus tard. Dernier village, Kiri, le votre, le plus resplendissant selon moi car la réputation de ses ninjas résonne à travers les territoires neutres aussi clairement que le chant du coq au matin. C'est la première fois que j'y viens. Contrairement au mensonge que vous avez du envoyer à l'autre Kadoria, je n'ai jamais tué un de vos ressortissants, civil ou ninja. Je ne travaille ou plutôt ne travaillais que dans les territoires neutres, zones dans lesquelles je commençais d'ailleurs à avoir une petite renommée."

Il reprit son souffle. Il n'avait pas beaucoup parlé ces derniers temps et il savourait ce moment. La parole était un don. Certains aimaient danser, d'autres tuer, certains mêmes aimaient la bonne chaire. Lui aimait simplement parler, s'instruire. Le contact avec l'autre était primordial, enrichissant en culture pour les différents orateurs. Chaque mot, chaque opinion, chaque décision était un fragment interprétable de différentes manières, lisible de différentes façons. C'est ce pourquoi il aimait parler, se confronter à l'autre.
Il essuya une plaie sur ses lèvres qui venait de se réouvrir et se la tamponna avec la partie intérieure de son poignet, suçant le sang qui perlait jusqu'à ce qu'il ne goûte plus.

"Reprenons, dit-il d'une voix qui reprenait peu à peu en force et en clarté. Les derniers évènements à relater sont le conflit entre les villages ninjas coalisés et les forces de Makka. Ayant rencontré Makka auparavant, je me suis retrouvé embarqué dans un conflit qui ne me regardait pas le moins du monde. Pourquoi? C'est simple. Makka m'avait déjà contacté auparavant, ainsi que beaucoup d'autres Nukenins je pense, nous proposant de nous rallier à elle. Refusant, elle nous remit un bandeau rouge à porter pour nous signaler à elle en tant que Nukenins neutres. Je ne mis point ce bandeau et, Dieu sait comment, je me suis retrouvé avec celui-ci autour du bras, pendant le conflit, à affronter celui qui est pour le moment un de mes rares amis et celui qui m'a amené ici, j'ai nommé Seki Raiken. Le bandeau annihilant toute tentative de mouvement ou autre de ma part, il me força à me battre, pas de la manière de laquelle je l'espérais. Heureusement ou malheureusement pour moi, je ne le sais pas encore, Raiken, ayant probablement pris pas mal de grade depuis le temps, réussit à me vaincre avec son coéquipier du moment et à me ramener à Kumo, où je subis tous les traitements qui m'ont laissé les marques que vous voyez sur mon corps. De leurs prisons, j'appris juste quelques informations comme la mort de votre prédecesseur, votre accession au pouvoir et le décès de la fille adoptive du Raikage ainsi que les décès de certains grands ninjas. Quant au reste, c'est à vous de me le dire. N'omettez pas le marché que vous voulez me proposer et sans lequel je ne serai surement pas ici, ajoutai-je en souriant."

C'est tout ce qu'il avait à dire pour le moment. Il ne restait qu'à attendre la réaction du Nidaime. Et à espérer que sa réaction soit favorable à sa survie. Sinon? Pourquoi ne pas tenter de fuir même si c'était supposé impossible?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

S'intégrer ou mourir... Empty
Message(#) Sujet: Re: S'intégrer ou mourir... S'intégrer ou mourir... EmptyDim 18 Mar 2012 - 13:31


    « Longue histoire à ce que je vois... »


Longue ? Non. Elle était très longue, voire même trop longue. Fort heureusement j'avais, grâce à lui, appris grand nombre d'informations essentielles. Il ajouta bien évidemment plusieurs petits commentaire plus ou moins utile afin d'étayer son propos mais dans les grandes lignes, ce qu'il m'avait n'était absolument pas dénuée d'intérêt. Le bandeau rouge, le sort lancée par cette sorcière que l'on appelle Makka. Les nukenins n'avaient donc pas, contrairement à ce qu'on pouvait pensé, rallié sa cause. Elle s'était juste servie d'eux à l'aide d'un stratagème pour le pervers. C'était une bonne chose. Avoir tout les shinobis errants et déserteurs réunis dans le même camp, celui de Makka aurait été dramatique. Cependant, ce n'était visiblement pas le cas. Ou du moins ce n'était pas SON cas. Comme il me l'avait bien fait comprendre, il n'entretenait aucune haine envers Kiri. Bien en contraire, le village de la brume semblait être celui pour lequel il avait plus d'affinité. Ça aussi c'était un point positif. D'autant qu'il précisa bien que, ô grand jamais, il n'était venu à Kiri et n'avait jamais attaqué quiconque venant de cette contré contrairement à ce que j'avais pu affirmer dans la lettre envoyée au Shodaime Raikage, Kadoria Uriô. Il était donc au courant de mon petit mensonge ? Ah ah. Cela me fit légèrement sourire. Je m'avançai quelques peu vers lui tout en marmonnant quelques mots :

    « Tu m'as appris pas mal de choses aujourd'hui. Entre autre cette histoire de bandeau rouge ensorcelée et la mort de la petite fille du Raikage. Dans un premier temps, je tiens à te remercier pour ces précieuses informations. Maintenant, ne perdons pas de temps. Comme tu l'as si bien dis, oui j'ai menti. Je sais pertinemment que tu n'as jamais tué de membre de mon village. Je suis d'ailleurs probablement l'un des premiers Kirijins que tu rencontres mais peu importe. Ou bien c'était ça, ou bien c'était l'exécution à Kumo. Si tu veux y retourner, il n'y a aucun problème mais saches qu'ils n'ont plus rien à faire avec toi. Ils t'ont interroger du mieux qu'ils ont pu, tu ne leur est donc plus d'aucune utilité. Vivant tu es cependant un danger pour eux. S'ils ne se sont pas encore débarrassé de toi c'est uniquement parce que j'ai souhaiter te rencontrer et t'interroger. Évidemment pour ce faire et pour donner un peu de crédibilité à mon histoire, j'ai menti en affirmant que tu avais tué grand nombre de mes shinobis. Te voilà donc à Kiri. Si tu veux retourner à Kumo soit, mais à peine auras-tu foulé le sol Kumojin qu'on t'exécutera.
    D'un autre coté, resté emprisonné ici n'est pas vraiment une meilleure solution, je pense. Tu seras certes vivant mais tu n'auras aucune possibilité d'avenir. En bref, tu ne seras pas mort mais peut-on réellement dire que tu vivras ? Je ne pense pas. C'est pourquoi je t'offre une petite alternative qui, je l'espère, te ravira. Kiri tue Otoka Froturak et annonce la nouvelle à Kumo et toi tu survis en tant que Kirijin. »


A mon tour, je m'arrêtai quelques instants. Il ne comprenait certainement pas encore ce que je venais de lui dire mais peu importe. En effet, j'avais volontairement été assez flou avec lui. Ma petite pause avait d'ailleurs pour unique but de ménager le suspense. La chute était imminente. Comment allait-il le prendre ? Je n'en avais aucune idée. Dans tout les cas je n'avais rien à perdre. Lui en revanche, c'était moins sûr.

    « Évidemment si tu restes ici, il faudra qu'en plus de changer d'identité, tu changes de visage. Non pas que tu sois spécialement moche mais quand même ! T'es un peu trop connu à mon goût et je doute fort que tu puisses passer inaperçu auprès d'éventuels Kumojins qui viendraient nous rendre visite. Heureusement pour nous deux, j'ai déjà tout prévu. Regarde ça : Si tu l'acceptes, voilà ta nouvelle vie. »


Je lui tendis alors le bout de papier que je gardai soigneusement dans ma poche depuis tout à l'heure. A l'intérieur de celui-ci j'avais regroupé toutes les informations qu'il avait besoin de savoir : Son âge, son nouveau nom, son nouveau visage était aussi visible via une reconstitution graphique de la future opération. Je n'avais bien évidemment pas omis de mettre son parcours en tant que ninja de la brume. S'il acceptait sa nouvelle vie, il était désormais Genin de Kiri, avait vécu toute sa vie dans le Pays de l'Eau. Ses parents étaient morts lors de l'attaque de Sanbi et lui n'a jamais réellement brillé au sein du village. C'est d'ailleurs pour cela qu'il est très peu connu dans ce dernier. Cependant, bien qu'il n'ait guère une renommé transcendante, il est cependant bien présent au sein de Kiri. En effet, il a un extrait de naissance, des papiers d'identité tout ce qu'il y a de plus normal et il a été présent lors de tout les recensements effectués depuis la création du village. Ah et comble du comble, il est à partir de son jour membre de la Team Yôma dont le chef n'était autre que moi, Kitase Shinichi.

    « Toute la paperasse est prête. Tu n'as plus qu'à te faire opérer et le tour est joué. Évidement tu te doutes bien que je ne fais pas ça gratuitement. En contre-partie j'attends de toi que tu m'aides et que tu agisses dans l'ombre à mon compte. Enfin, tu verras bien par toi-même si tu acceptes. Ah, autre point important, personne à Kiri ne sera au courant quant-à ta véritable identité si ce n'est toi et moi et le chirurgien aussi. Si le marché te semble juste, il te suffit de faire état de ton accord....»


Dans le cas contraire, son espérance de vie risquait de fortement chuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

S'intégrer ou mourir... Empty
Message(#) Sujet: Re: S'intégrer ou mourir... S'intégrer ou mourir... EmptyMar 20 Mar 2012 - 22:48

Le Mizukage avait eu l'air pensif un instant. Il avait marqué un temps d'arrêt et ensuite lancé tout un flot de paroles bien dense à son interlocuteur. Sur le moment, Fro' avait eu du mal à tout assimiler. Apparemment, il n'avait pas appris la mort d'Usagi et venait à peine de réaliser le rôle des bandeaux dans le conflit. Kiri n'avait-il donc pas enquêté sur la présence de tant de Nukenins sur ce conflit initialement banal? L'estime que venait de gagner le Nidaime aux yeux de l'Otoka avait alors immédiatement chuté, pour remonter à nouveau.

Ce dernier lui exposa un plan. Machiavélique. Monstrueusement bien ourdi. Parfait. Idéal pour le Kirijin. Après une blague à l'humour douteux, il donna ensuite un papier au Nukenin qui l'empoigna d'une main innocente. Avant même qu'il n'analyse la situation, son Destin était scellé. Changer de vie. Se faire passer pour mort à Kumo. Avoir un nouveau nom, qui n'allait pas sans lui déplaire. Tadaoki Wataru. Plutôt pas mal. Genin de Kiri. Plutôt rabaissant mais cela lui permettrait de gravir un à un les échelons et de découvrir Kiri d'un oeil nouveau. De plus, si cela ne lui plaisait pas, il pourrait toujours partir, même si messire Kitase ne le laisserait pas partir impunément.

L'engrenage du Mizukage se faisait enfin entrevoir. La mécanique était parfaitement huilée. Fro' se demanda s'il était le premier à subir ce choix. Que pouvait-il en savoir? Peut-être que des dizaines de personnes étaient passées là avant lui.
Laissant le Mizukage lâcher quelques mots supplémentaires, le Spectre savoura ses derniers moment de liberté. C'était si bon. Son esprit avait toujours la possibilité de s'évader, tentant d'emporter son corps au passage.

La feuille tomba au sol, froissée. Il était tiraillé. Sa volonté de vivre libre lui ordonnait de tenter de fuir, dusse-t-il en perdre sa vie alors que son respect pour la vie et pour cette nouvelle personne lui intimait d'accepter ce marché. Finalement, il fut vite résolu.

"Cet échange ne repose en somme que sur du vent. Vous vous croyez en position de force de par le simple fait que je sois dans ces geôles. Vos paroles ne sont rien à côté de l'idée que je me fais de la vie. Je pourrais aussi bien tenter de m'enfuir ou de vous tuer, chose censée ou folle qui sait?"


Il reprit sa respiration et, d'un coup de pied soudain, envoya valser la chaise où il était précedemment assis dans un coin de la pièce, sous l'oeil alerté du Mizukage qui dévisagea encore Froturak plus intensément. Hmm. De toute manière, si le Mizukage ne le voulait pas, le Spectre sortirait d'ici sous 4 planches de bois.
Du remord? De la colère? Rien ne se pressait dans les sentiments qu'éprouvait Fro'.

"On m'opère quand? lança-t-il à celui qui paraissait Lutin"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

S'intégrer ou mourir... Empty
Message(#) Sujet: Re: S'intégrer ou mourir... S'intégrer ou mourir... EmptyMer 21 Mar 2012 - 19:10

Le nukenin n'avait pas vraiment apprécié. Si bien que, dans un excès de colère, il donna un puissant coup de pied sur l'une des chaises de la geôle. Peut-être aurai-je dû lui proposer un autre nom ou même un autre visage ? Ah ah. Non plus sérieusement, je savais pertinemment ce qui le gênait. En effet, d'après la rumeur, s'il avait quitté Kumo s'était uniquement pour vivre libre, loin de tout. Par conséquent, il devait certainement estimer mon marché comme une simple remise en cage. Lui qui s'était libéré du joug de Kumo allait dorénavant être pied et poings liés au profit du village de la brume. Cette idée devait l'agacer au plus haut point toutefois il accepta et me questionna quant-à son opération. Un large sourire se peint sur mon visage. C'était gagné. Du moins en apparences. Je me doutai bien qu'il allait être difficile de le maintenir à Kiri. Il allait certainement essayer de s'enfuir ou je ne sais trop quoi. C'est d'ailleurs pour cette raison précise que je l'avais mis genin. Avec un tel grade, il ne pouvait quitté le village seul. Ajouté à cela le fait que je sois son « sensei » et vous obtenez une bonne surveillance, pas parfaite certes, mais tout de même.

    « Je n'ai pas l'habitude de perdre du temps. Ton opération va donc avoir lieu maintenant. Un médecin a été réquisitionné. Sur ce, je vais te laisser, des gardes viendront te bander les yeux et t'emmener dans la salle d'opération. Là-bas on te droguera, tu ne verras rien. Ni l'opération, ni le médecin qui la pratique. Tu te réveilleras le lendemain dans une maison du quartier résidentiel est. Celle-ci sera, à partir de ce jour, ta demeure. Normalement, tu auras énormément de bandage. Je ne suis pas expert en médecine mais je pense que tu pourras les enlever d'ici quatre à cinq jours. Je t'enverrai une lettre avec inscrit dessus un lieu de rendez-vous pour notre première entraînement voire même notre première mission. Après tout, Tadaoki Wataru est membre de la Team Yôma. »


A ces mots, je me retournai puis ouvris la porte de la prison. Par la suite, je fis signe aux gardes d'entrer et d'emmener l'Otoka vers la salle d'opération où se trouvait l'Eisei-nin spécialisé dans le domaine de la chirurgie faciale. Tout s'était plus ou moins passé comme je l'avais prévu. Ce fut compliqué et à de nombreuses reprises je doutai d'y arriver mais finalement il avait accepté le marché. Il était désormais Kirijin. A ce titre, Froturak était aujourd'hui mort. Il me fallait maintenait informer le Raikage de cette nouvelle tragique.

    « Bienvenu à Kiri, Tadaoki Wataru,  m'exclamai-je à la sortie de la geôle. »


J'avais toujours ce sourire béat sur mon visage. Vivement dans quatre à cinq jours, pensai-je. D'ailleurs, comment allais-je annoncer ça aux deux autres ? Et comment allais-je annoncer à Uriô que Froturak avait été tué ? Ah lala...J'avais tellement de chose à régler avant de pouvoir dormir sur mes deux oreilles. Fort heureusement, le cas Froturak ainsi que son intégration venait de trouver une fin idéale. Cela faisait donc une épine de moins dans mes semelles.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Tadaoki Wataru
Informations
Messages : 444
Rang : Atelier de fabrication de chaussures

S'intégrer ou mourir... Empty
Message(#) Sujet: Re: S'intégrer ou mourir... S'intégrer ou mourir... EmptyMer 21 Mar 2012 - 22:05

Les choses sérieuses allaient commencer. Le Mizukage avait été précis, concis. Il savait totalement ce qu'il voulait atteindre et dans quelle direction il menait ses propos. L'opération aurait donc lieu immédiatement. Soit. Il allait donc mourir pour mieux renaître. Le Kage partit, laissant le soin aux gardes de mener Fro' à la salle d'opération.
Ceux-ci mirent un moment à prendre la route de la salle d'opération. Ils lui firent une nouvelle fois faire de nombreux détours. Pour le mener à la salle d'opération. Une autre cellule réaménagée. Ce n'était guère engageant mais le matériel médical semblait bien entretenu et la salle aseptisée le plus possible. Ils attendirent le médecin pendant moins de 5 minutes. Celui-ci arriva, vêtu d'une blouse, seul. Il ne prit même pas la peine de saluer le Spectre. En réalité, il était juste là pour faire cette opération rentable. Il pria à l'Otoka de se déshabiller et de se mettre en sous-vêtements, chose qu'il fit. S'allongeant sur la table d'opération, l'Otoka se demanda comment le chirurgien allait faire sans assisants. Il verrait dans 5 jours de toute manière.

Un garde lui tint les bras pendant que le médecin annonçait que la piqûre anesthésiante allait peut-être lui causer une douleur momentanée au vu du puissant sédatif qu'il allait lui administrer pour cette intervention périlleuse.

L'aiguille s'enfonça au niveau de sa ceinture scapulaire, dans un morceau de peau laissant transparaître quelques veines assez grosses. L'effet se fit sentir instantanément. Un engourdissement conséquent se fit sentir et Fro' mit moins d'une soixantaine de secondes à tomber dans un sommeil des plus profonds. La voix du chirurgien se fit de plus en plus lointaine. Il fredonnait une chanson. Le refrain était mêlé de sonorités Pop et Rock. C'était plutôt fun mais le Spectre sombra dans l'inconscience avant même d'atteindre le refrain.

Le réveil fût comateux. Il n'avait pas eu conscience d'avoir été ballotté dans une bonne partie de Kiri, inconscient, dans une malle de voyage pour passer inaperçu. Il entrouvrit les yeux et observa un plafond couleur bleu ciel. Par réflexe, il faillit lever les bandages qui ceignaient son visage mais il s'en abstint. Il avait la bouche pâteuse et les yeux embués. Il essuya les quelques perles de liquide oculaire qui perlaient le long de ses paupières. Les draps du lit étaient en soie blanche brodée. Du pur luxe. Ils ne lésinaient pas sur les moyens à Kiri. Se postant au bord de son lit, il se retrouva face à face avec un miroir de deux mètres par deux. Ah. Ils lui avaient changé ses fringues. D'un tour de tête, l'Otoka examina sa chambre. Une pièce de trois mètres par cinq probablement avec une porte d'entrée en face de son lit. Un miroir sur sa droite avec un dressing bien garni et diverses commodes sur la gauche ainsi qu'un bureau. Les décorateurs Kirijins avaient bon goût. Son équipement ninja anté-Kumo était disposé sur la commode ainsi qu'un bandeau de shinobi de Kiri et ses nouveaux papiers d'identité étaient sur la table. Pour garder la surprise, Fro' préféra ne pas regarder la photo.

Il sortit de la pièce et s'adapta à sa nouvelle maison. Il avait une salle d'eau d'une vingtaine de mètres carrés avec douche italienne et baignoire au choix. Des WC. Une cuisine toute équipée d'une dizaine de mètres carrés. Un salon d'une vingtaine de mètres carrés et une salle à manger d'une surface deux fois plus grande que son salon. Il avait été gâté.

105 mètres carrés pour lui. Plutôt sympa. Il faudrait remercier le Mizukage en tant voulu. Pour le moment, Fro' voulait voir son nouveau visage. Mais l'anesthésie l'avait épuisé contrairement à ce qu'il aurait cru. Et il avait faim. Il dénicha dans ses placards quelques mets peu périssables et les amena dans sa chambre. Il n'avait plus qu'à dormir. Quatre jours. Ce serait long mais qui sait, peut-être se plairait-il à sa nouvelle vie au bout d'un certain temps? Si ce n'était pas le cas, les Kirijins n'avaient qu'à faire attention, Kitase Shinichi le premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

S'intégrer ou mourir... Empty
Message(#) Sujet: Re: S'intégrer ou mourir... S'intégrer ou mourir... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

S'intégrer ou mourir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: QG du Misuto-