N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Retour après guerre [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Yukimura Keiji
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 802
Rang : A

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyMar 16 Mai 2017 - 0:04

À peine rentrée de Senun avec la troupe kirijin qui y avait été mobilisée, la samouraï avait appris la capture du Shinda par des soldats qui avaient combattu à ses côtés et qui avaient réussi à sauver leur pauvre carcasse, délaissant leur "leader" aux ennemis. La Natsumi n'en voulait pas à ces shinobi d'avoir préféré la survie au sacrifice au nom de leur kage même si elle, elle n'aurait pas hésité à servir de bouclier à ce dernier.

***

Un arbre s'effondra sous les coups de poing de la Natsumi qui venait de vider sa frustration sur l'enfant de la mère nature qui n'avait rien demandé.

Cognant un arbre voisin du côté de son poing fermé et ensanglanté, le corps fléchi et la tête baissée, Mairu tentait de réprimer sa rage. Elle était en colère. En colère contre elle-même et du Rokudaime Mizukage qui l'avait envoyé en guerre auprès d'un homme dont elle n'avait cure alors que sa place était auprès de lui. Et tout ça pour finir par se faire capturer par les ennemis. La Natsumi n'aurait peut-être pas changé la finalité des choses mais au moins elle aurait pu accomplir son devoir, celui de protéger l'Ombre qu'elle servait, non plutôt l'homme qu'elle aimait, au péril de sa vie.

« Tu as intérêt à être en vie ! » Pesta la Natsumi.

Des larmes menaçaient de couler des yeux rubis de la jeune femme alors que jusqu'à présent, elle avait réussi à les contenir. La colère avait cédé sa place à la tristesse puis l'anxiété vint peu à peu l'envahir. Elle qui faisait habituellement preuve d'une sérénité que rien ne semblait pouvoir ébranler était présentement submergée par des émotions qu'elle ne parvenait plus à contrôler.

Une dizaine de minutes s'écoulèrent lorsque la samouraï, un tantinet calmée, sortit de sa pseudo cachette. Elle s'était éclipsée au bord du village, là où la nature avait encore tous ses droits pour éclater sa rage loin des regards mais vainement. En effet, les bruits qu'elle avait faits, surtout le fracas de l'arbre qui avait cédé sous ses coups, avaient attiré l'attention des nombreuses personnes, des shinobi comme des simples habitants. Pourtant, lorsqu'elle réapparut, personne n'osa lui adresser la parole alors que des pas décidés la jeune femme prit la direction du palais du Mizukage.

Installée dans le fauteuil du Mizukage, les coudes reposés sur le bureau alors que son menton se reposait sur ses doigts entrelacés, la samouraï était dans une profonde réflexion. La jeune femme réfléchissait à un moyen d'extirper le Shinda et les autres prisonniers kirijin des mains des kumojin.

Que pourrait-elle donc faire ? Elle qui n'avait que le statut d'une simple chuunin. Elle était revenue avec des prisonniers kumojin mais sa position ne lui octroyait aucun pouvoir sur eux. Elle ne pouvait donc même pas entreprendre un échange de prisonniers car c'était une décision trop importante qui devrait être prise par une personne bien plus haut placée qu'elle.

Le temps s'écoula et à force de trop réfléchir sans arriver à trouver une solution, l'irritation gagna de nouveau la jeune femme qui se releva brusquement avant de taper du poing sans retenue sur le bureau. Le meuble émit alors des craquements suspects avant de se fracasser lourdement sur le sol. Des documents, sans doute en attente de traitement ou de signature, volèrent dans les airs alors qu'un "Zut" s'échappa discrètement des lèvres de la Natsumi …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyVen 19 Mai 2017 - 11:59

Me voici enfin de retour au pays. Cette mission a été longue, fastidieuse et je crains d’avoir perdu mon temps à Taki no Kuni. Moi qui pensais me rendre utile en suivant la piste d’Homura, je me suis vraisemblablement trompé. Cette dernière n’a rien donné, la faute à une mystérieuse Hakushi, un informateur schizophrène et un Jisetsu sorti de fin fond du tréfonds de la soixante-quatorzième dimension intergalactique – comprenez par là qu’il est sorti de nul part. Mes supérieurs ne savent rien de ma petite escapade au pays de la cascade et je juge bon de ne pas les en informer pour le moment. Pour cause, je n’ai rien appris là-bas et je suis persuadé qu’ils ont bien mieux à faire que de m’écouter raconter mes déboires.

Nombreux sont les soldats qui rentrent au bercail et la plupart sont dans un sale état. Bras manquant, côtes cassées, hémorragie persistances, infections en tout genre … La rumeur dit donc vraie, l’empire a été défait à Kiminari no Kuni. Je commence à comprendre pourquoi l’ambiance était telle au pays de la cascade. Plusieurs personnes rentrées après moi disent même qu’une contre-offensive des nuages a lieu en ce moment à Taki et que le pays est menacé. En l’absence de son seigneur de guerre, ce territoire risque fort de passer sous juridiction Kumojin. Il n’y a pas à dire, cette guerre a été un véritable fiasco. Entre la mort de Kakeshuou, la prise de Taki, la capture du Mizukage par Kumo et la disparition de nombreux Kirijins, les bonnes nouvelles se font rares.
« Toi là ? Tu n’as pas l’air trop amoché. Occupe-toi du recensement. »

Sans même attendre de réponse de ma part, le gradé de la brume me tend son porte-bloc. L’objet de bois contient six à sept fiches sur lesquelles est inscrit une foultitude de nom. Certains sont connus, d’autres moins. Je passe entre les rangs des blessés et des shinobis récemment rentrés afin d’effectuer le recensement. Ainsi je demande aux ninjas présents ici de bien vouloir décliner leur identité et inscris un « p » pour présent devant leur nom. Comme on pouvait s’y attendre, les absents sont nombreux. Toutefois rares sont les shinobis dont on ne sait vraiment rien. Certains comme Michiki ont été fait prisonnier et le « k » de Kumo se trouve devant leur nom. D’autres sont morts ou ont été décrits comme tel par leurs camarades – ceux-là reçoivent la lettre « m ». Enfin, il y a les « d » pour disparus. Des recherches seront menées afin de retrouver ces membres de la brume affublés du fameux « d ».

Je poursuis mon recensement et vois que d’autres membres – la plupart du temps des bas gradés – possèdent eux aussi un porte-bloc semblable au mien. Comme quoi, je ne dois pas être le seul à avoir été affecté à cette tâche. Je pense avoir fait le tour, avoir interrogé tout le monde ici et quitte donc le centre-ville afin de me rendre au palais. De nombreux shinobis, tous gradés pour la plupart, travaillent là-bas et je suis sûr qu’ils n’ont pas encore été recensés.

J’interroge plusieurs kunoichis et ninjas à l’accueil et note leurs noms quand ces derniers se trouvent sur ma liste. Un bruit ne tarde pas à se faire entendre plus haut. Quelqu’un se trouve dans le bureau de mon sensei. Je m’y rends et constate qu’une femme est assise au bureau du Kage. Je crois savoir que la brune qui me fait face est la maîtresse de mon mentor et m’abstiens donc de lui faire remarquer que sa place est ailleurs. Elle n’a pas l’air d’aller bien et je crois que ce n’est pas le moment de lui chercher des poux. Toutefois, conscience professionnelle oblige, je lui demande :
« Je réalise un recensement pour le village. Vous êtes ? »
Je laisse à la dame au sabre un instant pour répondre et poursuis :
« Nous allons le retrouver. Nous allons tous les retrouver. »
Les « k », les « d » et même les « m » restés au pays de la Foudre. Tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hageshii Nami
Informations
Grade : Genin
Messages : 67
Rang : C

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyVen 19 Mai 2017 - 22:58

Les côtes de Kaminari s’effaçaient à peine de l’horizon que le devoir appelait déjà Nami. Le départ, comment dire, précipité du pays de la Foudre a fait que de nombreux blessés non-soignés sont à bord du navire et beaucoup sont dans un piteux état. Après s’être reposée quelques minutes auprès de ses deux camarades, l’eisenin due se lever, non sans difficulté, pour aller remplir son rôle. Rinkyu et Akio étaient hors de danger, l’esprit libre, elle pouvait soigner efficacement les autres kirijins.
Debout, alors que tous les blessés étaient assis, elle eut une vision plongeante sur l’ensemble du pont transformé pour l’occasion en salle d’attente. Tous ne pourraient être sauvés, et par son œil expert, elle repéra rapidement les blessés les plus graves pour les soigner en premier. Elle était apparemment la seule médecin à bord et recruta une jeune ninja au sang froid pour l’aider dans sa tâche.

« Toi là, ne t’attardes pas à lui faire des bandages, il survivra pour le moment. »
« Oui, mais il souffre, je dois l’aider. »
« Certes, mais il n’est pas en train d’agoniser, son bras est juste cassé. Il y a d’autres cas qui méritent notre attention ! »
« Notre … ? »
« Il est clair que tu n’es pas médecin mais ta motivation et ton sang-froid feront de toi une bonne assistante. Au fait, qui es-tu ? Si l’on doit travailler ensemble, il est préférable de se connaitre un minimum. Je suis Hageshii Nami, eisenin de Kiri. »
« Je suis Iin Ashisu, ancienne secrétaire du général Yakara, qui commandait une partie des troupes débarquées sur cette plage, il est mort en pleine bataille. »
« Tu es donc libre de ton temps pour m’aider. » lança froidement la genin.
« Oui…oui… je suppose » répondit timidement Ashisu. Elles avaient des caractères diamétralement opposés mais semblaient complémentaires.

Les deux jeunes femmes enjambèrent les hommes au sol pour arriver au chevet d’un shinobi gravement blessé à la main. Une technique Raiton l’avait littéralement transpercée, les chairs étaient carbonisées. L’énorme plaie était trop importante pour être résorbée ou même soignée. S’il voulait éviter l’infection, il n’y avait qu’une solution : l’amputation. Contre au début, mais rapidement résigné face au funeste destin qui l’attendait, le ninja s’allongea au sol et mis son bras à angle droit de son corps, sous les ordres de Nami.

« Arrache-lui un bout de t-shirt, fait en une boule et met lui dans la bouche. »
« Vous voulez l’étouffer ? »
« Idiote, je n’ai pas d’anesthésiant sous la main et je ne veux pas qu’il avale sa langue. La douleur qu’il va subir sera d’une extrême intensité ». La nouvelle assistante s’exécuta aussitôt. Le patient avait tout entendu et avait compris ce qui l’attendait. Il agrippa de son autre main l’un des barreaux de la rambarde.
« Maintenant, prends ces compresses et ce rouleau. Une fois l’amputation réalisée, tu devras rapidement appliquer les compresses, serrer et refermer le tout avec le bandage. »

Nami arracha un bout de sa cape et l’utilisa comma garrot. Elle sortit son scalpel de sa sacoche et le présenta au niveau du poignet de son patient. La découpe devait être réalisée d’un trait, nette et sans bavure ; l’homme allait terriblement souffrir, mais ça, elle n’en avait cure, seule sa survie comptait.
On vit une aura bleutée émaner de l’outil chirurgical, l’arme était chargée, prête à être utilisée. Sans crier gare, Nami trancha dans le vif. L’homme lança un hurlement étouffé et broya presque le barreau de bois, l’autre main quant à elle, tomba par terre. L’assistante quelque peu surprise, non pas l’acte médical mais par la soudaineté de l’action, fit son travail à merveille, limitant ainsi les effusions de sang.

« Je me doutais bien que je pouvais compter sur toi. Maintenant, relève-toi, nous en avons d’autres à soigner. »

Les jours s’enchainèrent et le couple médical sauva un grand nombre de vie. Les cas les plus graves furent stabilisés en attendant d’être hospitalisés à l’hôpital de Kiri. Pour les moins chanceux, ils furent déposés dans le fond des cales, au plus près de l’eau, là où il faisait le plus froid afin de conserver au mieux leurs dépouilles. Ashisu eut une autre mission à remplir. Celle de recenser tous les kirijins présents sur le navire, les vivants comme les morts.
Le vaisseau naval atteignit finalement le port de Kiri. Les quais étaient bondés et s’agitaient comme une fourmilière. Nami et sa secrétaire aidèrent à évacuer les blessés, puis elles remirent à un gradé la liste relevée un peu plus tôt. Grâce à celle-ci, il put remplir les cases vides par des « p » ou des « m ».
Ce périple imposa une lourde fatigue aux jeunes femmes. Elles allaient maintenant rentrer chez elles se reposer pour se retrouver demain, à l’hôpital.

« Tu as fait exactement ce que j’attendais de toi. Tes mains me seront précieuses. Rejoins-moi demain à l’hôpital. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Amaya
Informations
Grade : Genin
Messages : 126
Rang : B

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyJeu 25 Mai 2017 - 23:31

Je venais de sortir de mon entretien avec l'homme qui s'assurait du bon fonctionnement du village en l'absence du Kage, soit le Législateur, lorsque j'entendis un craquement à l'étage du haut. Les quelques présentes au palais se regardèrent tous, et quelques-uns foncèrent dans les escaliers, que je pris aussi. Est-ce que quelqu'un nous attaquait? Possiblement, après la déconfiture que nous venions de subir, Kiri devait être sérieusement affaiblie. Les absents et les morts étaient nombreux, sans compter les blessés. Quel meilleur moment pouvait-il y avoir pour venir porter le coup final alors que le village n'était plus apte à se défendre? Même blessée et affaiblie, je n'avais toujours pas oublié la mission que je m'était donnée, celle de protéger cet endroit. Qu'importe qui avait causé ce bardas, je n'avais pas peur de mourir pour ma patrie.

C'est avec stupeur, et sans doute pour les autres shinobis amassés à la porte aussi, que je découvris que la personne responsable de ce raffut était ma sempai. Elle était assise sur la chaise du Mizukage, et une carcasse de bureau fracassé se trouvait devant elle. En temps normal, j'aurais été contente de la voir, et je lui aurais demandé de ses nouvelles. Je l'aurais écouté en silence me faire la leçon, comme je le faisais toujours. Mais cette fois, il n'y avait pas le coeur à la réjouissance. Je n'avais aucune idée de ce qu'elle faisait ici, mais elle devait être très en colère pour avoir brisé ce bureau. Je connaissais sa force magistrale, et je fus contente pendant un moment qu'elle ce soit fâchée sur le mobilier et non pas moi. Et pendant que tout le monde quittait le pas de la porte pour retourner vaquer à leurs occupations, comme si la présence de la Natsumi ne dérangeait personne, un shinobi s'était avancé vers elle pour lui demander de décliner son identité pour le compte du village. Quel triple idiot, que je pensai! Il faisait bien honneur à la réputation des fonctionnaires celui-là.

« Plutôt que de perdre votre temps à gratter sur du papier, vous devriez vous magner le cul à retrouver les déserteurs. »

Je savais que ma sempai allait relever la tête en entendant ma voix, mais me reconnaitrait-elle ? J'avais toujours pour habitude de prendre un très grand soin de mon apparence, mais en ce moment, je n'étais que l'ombre de moi-même. Mon longs cheveux blonds étaient devenus ternes de par la saleté et la poussière qui s'étaient accumulées. Mes vêtements toujours propres étaient déchirés, et du sang séché en recouvrait le tissu. Mon corps était couvert de contusions, sans compter l'horrible cicatrice qui déformait ma cuisse droite, gracieuseté d'un monstre beaucoup trop affamé. On avait du déchirer mon pantalon pour me donner des soins d'urgence sur le bateau lors du retour, ma blessure était donc immanquable pour les deux personnes présentes dans a pièce, Je devais avoir l'air d'une loque humaine en ce moment, et pourtant, mon apparence était secondaire en cet instant précis.

« Yamamoto Kaito est parti. Il a suivi Jisetsu Yuno. Ils doivent avoir traversé la frontière sud de Kumo à l'heure qu'il est. Si j'étais vous, je me dépêcherais de mettre en place un plan d'action avant qu'on ne perde leur trace pour de bon. » dis-je entre mes dents.

Vous était à la fois pour le pousseux de crayon, mais aussi pour ma sempai. Je savais que Kaito était son deshi, et il était fort probable qu'elle n'aie pas eu la nouvelle de se désertion avant... maintenant. Pour des raisons de sécurité, j'avais dû garder le silence pendant tout ce temps. Maintenant que mon debrief était fait, certaines informations pouvaient commencer à circuler, comme l'absence de mes deux collègues qui m'avaient accompagnés tout au fond de la crypte. Absence qui n'avait rien à voir avec leur mort.

Sans même prendre le temps de vérifier l'effet de la petite bombe que je venais de lancer, je me retournai promptement pour quitter cet endroit. Je ne servais plus à rien. Il était temps de retourner chez moi pour profiter d'une douche et d'une bonne nuit de sommeil. En espérant que l'autre taré ne vienne pas me quémander mon nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Yukimura Keiji
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 802
Rang : A

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyVen 26 Mai 2017 - 1:37

Le fracas du bureau qui s’était effondré attira quelques personnes dans le bureau du Mizukage. Celles-ci surprirent la samouraï en train de ramasser les divers documents qui s’étaient éparpillés un peu partout dans la pièce.

Se redressant expressément, après avoir ramassé une énième feuille mais qui était loin d’être la dernière, la jeune femme aux yeux rubis fit face aux spectateurs de circonstance. Malgré son inconfortable situation - car après tout elle venait de détruire le bien de l'Ombre du village - la jeune femme sut garder son calme. Ce fut de sa voix habituellement sereine qu'elle brisa le silence qui s'était installé.

« Je le remplacerai ! »

Sans accorder plus d'attention à ceux qui la regardaient, la Natsumi se remit à ramasser les documents éparpillés.

Une grande partie des spectateurs s'en allèrent. Deux pourtant demeurèrent. Un lui demanda de décliner son identité mais ce fut une voix que Mairu reconnut de suite qui prit la parole à sa place. Celle-ci était teintée d'exacerbation dont la raison fut vite révélée. Une nouvelle qui laissa la jeune femme aux yeux rubis sans voix. La paperasse que Mairu - totalement stupéfaite - avait réussi à réunir s'échappa de ses mains.

Kaito avait déserté ? La Natsuni n'y croyait pas. C'était un de ses élèves et le plus calme alors apprendre un tel acte de la part du jeune Yamamoto qu'elle prenait pour un véritable ange la laissait sans voix. Elle n'entendit même pas ce qu'Amaya avait dit par la suite car durant quelques secondes ses neurones avaient été complètement déconnectés. Ce fut sa kohai qui tourna le dos qui ramena la Natsumi à la réalité. La jeune femme tendit alors une main comme pour tenter d'arrêter la jeune Samui mais, toujours sous le choc, aucun son ne parvint à sortir de son visage.

Au lieu de poursuivre la genin aux cheveux dorés pour lui demander plus d'explications sur la désertion de Kaito, la samouraï se laissa choir dans le fauteuil du Mizukage pour reprendre ses esprits et retrouver son calme.

« Je suis Natsumi Mairu, une sensei indigne d'en être une ! » Finit par déclarer la samouraï à peine trois secondes plus tard à l'attention du shinobi qui lui avait réclamé de décliner son identité et qui à présent était le seul à lui faire face.

La voix de la jeune femme était emplie de culpabilité. Bien qu'elle ne connût pas la raison de la désertion de Kaito, elle se sentait responsable de celle-ci.

La samouraï se redressa ensuite pour s'avancer vers l'homme qui devait être dans la même tranche d'âge qu'elle.

« Oui, nous allons les retrouver ! »

Les paroles étaient pleins de détermination et résonnèrent dans les airs comme une promesse alors que la jeune femme aux rubis marqua un bref silence.

« Puis-je jeter un œil à votre liste ? »

La Natsumi désirait savoir si ses deux autres élèves étaient bien rentrés.

Elle aurait dû vérifier dès son arrivée si ses protégés étaient en vie mais trop préoccupée par la capture de l'homme qu'elle aimait, elle avait complément oublier ses disciples. Chose qui démontrait qu'elle était réellement une sensei indigne. Elle se révélait même être un soldat ignominieux qui passait ses sentiments avant son devoir. Au lieu de se lamenter égoïstement sur son propre sort, elle devrait plutôt aider le village qui était en situation critique.

Ce fut avec la ferme intention de se rendre utile en tant soldat de la Brume que, une fois avoir remercié et rendu sa liste au shinobi chargé de recensement et qui exécutait son devoir avec application et sérénité contrairement à elle, la samouraï sortit du bureau du Mizukage qu'elle laissa en désordre. Elle reviendra le ranger plus tard.

Oyama et Sora ne figuraient pas sur la liste de Shinichi mais gardant son calme retrouvé, la jeune femme se dirigea vers l'hôpital où les deux genin étaient susceptibles de se trouver, tout en consultant la liste des shinobi affectés au recensement qu'elle croisait en chemin ....


Dernière édition par Natsumi Mairu le Ven 26 Mai 2017 - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hageshii Nami
Informations
Grade : Genin
Messages : 67
Rang : C

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyVen 26 Mai 2017 - 18:52

Les shinobis affublés d’un « P » sur les feuilles de présences ne seront pas tous des survivants de cette guerre inutile. Nombre d’entre eux sont gravement blessés et passeront l’arme à gauche, comme on dit. Tout comme les quais, l’hôpital se remplissait au fur et à mesure des navires qui rentraient. Les victimes kirijins fraîchement débarquées se rendaient immédiatement à l’établissement de santé. Des convois spéciaux étaient spécialement affrétés pour l’occasion, faisant des allers et retours entre le port et l’hôpital, convoyant les cas les plus difficiles.
Le plan blanc avait été déclenché, tout le personnel soignant avait été réquisitionné. De grandes tentes avaient été déployé à l’extérieur pour soigner les cas les plus légers, tandis que les cas les plus graves étaient traités à l’intérieur. Le bâtiment bouillonnait, le stress était palpable. Combien de familles étaient heureuses de savoir leurs membres de retour ? Combien d’entre elles seront ravagées qu’ils succombent à leurs blessures ?

Nami avait dormi, peu, le traumatisme de la guerre était présent, même si elle ne s’en rendait pas compte. Les yeux cernés, les gestes encore hésitant, elle se rendit à l’hôpital. Il ne faisait pas encore nuit, elle avait vraiment peu dormi. Ayant donné rendez-vous à Ashisu le lendemain matin, elle la trouva pourtant aux portes de la bâtisse. Elle non plus n’avait pas réussi à dormi. Face à cette cocotte-minute sous pression, elles trouvèrent ensemble, après une grande inspiration, le courage de pousser les portes. L’animation extérieure ne ressemblait en rien à l’agitation intérieure. Les brancardiers poussaient leur chariot en courant, les infirmières avaient des seringues dans chaque main même dans la bouche, les patients étaient littéralement stockés dans les moindres recoins, certains couloirs faisaient office de bloc opératoire, c’était l’apocalypse. Chaque vie compte, mais c’est encore plus vrai à Kiri qui a besoin de tous ses enfants pour se reconstruire.

« Va dans mon bureau, utilise ce plan, et prends tous les baumes que tu peux, pour les brûlures, pour les plaies, tous ! Et rejoins-moi au bloc trois !» ordonna Nami à sa nouvelle acolyte, après avoir été orienté par le chef des urgences.

Ashisu fonça à toute vitesse en direction de la croix indiquée sur le plan. Le bureau de Nami était situé dans une autre aile et il fallait que la nouvelle assistante puisse se repérer. Elle slaloma entre les brancards, les blessés et ses collègues pour atteindre le plus vite possible le lieu précédemment désigné. Pendant ce temps, Nami enfila la traditionnelle blouse bleutée et rejoignit le bloc opératoire numéro 3 qui lui avait été assigné. Elle due elle-même préparer ses outils chirurgicaux, toutes les infirmières de bloc étaient déjà occupées.

« Je suis là ! » s’exclama Ashisu enfin de retour, les bras chargés de pots en tout genre.
« Pose les ici, les patients vont s’enchaîner et nous saurons de quoi ils souffrent, que lorsqu’ils seront devant nous. J’aurais bien aimé te former avant un tel évènement, mais tu vas avoir droit à un baptême du feu ! »

A peine eut-elle finie sa phrase qu’un brancardier essoufflé amena le premier cas, une infection purulente au niveau du mollet. Comme il était prévisible, les blessures non soignées pendant le trajet du retour s’étaient infectées. Bon nombre de soldats souffraient d’infection partielle ou généralisée. Dans le cas présent, le combattant avait reçu un kunai lors de la retraite et il l’avait enlevé, une fois en sécurité à bord du navire. Avec pour seul bandage, un bout de guenille, il n’en fallut pas plus à la plaie pour s’infecter.
La fin de journée approchait, la nuit allait être longue. Des amputations, des greffes, des grands brûlés, voilà ceux qui attendaient le binôme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Inuzuka Kuroba
Informations
Grade : Genin
Messages : 258
Rang : B

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyDim 28 Mai 2017 - 18:01


Oyama fut ramené comme les autres dans son pays au village de Kiri après la fin des affrontements. Il en avait loupé une partie après qu'il ait perdu un œil par le biais d'un senbon ennemi et qu'il ait dû subir une opération d'urgence. Résultat, c'est avec un œil en moins et un cache œil en tissu renforcé que lui avait mis la médecin pour cacher son globe oculaire crevé qu'il passa le plus clair du voyage dans son coin. Occupé entre l'infirmerie, regarder sa nouvelle tronche dans une glace de fortune, et se faisant à l'idée qu'il n'avait plus qu'un œil sur ses deux yeux. On le lui avait dit : il n'aurait pas été possible de le sauver, il avait donc fallu l'enlever, puis refermer la plaie et recoudre. Le femme qui le suivait l'avait confié à d'autres personnes pour le retour, et chaque jour il devait passer une trentaine de minutes avec un infirmier chargé de lui nettoyer et désinfecter sa cicatrice au niveau de l'oeil droit. Ce manège deviendrait quotidien jusqu'à ce tout soit résorbé et que toute trace d'infection soit écartée. En attendant...

Dès l'arrivée à Kiri, il fut emmené à l'Hôpital et placé dans une petite chambre sans importance. Après tout il était considéré comme un « blessé de guerre ». De fait, le protocole entrait en jeu. Pour lui, ce n'était qu'une question de temps avant que l'on ne se rende compte qu'il n'était pas obligé de rester croupir ici. Son esprit se sentirait mieux dehors, mieux chez lui, plutôt que dans cette chambre habituée à recevoir des malades et des mourants. Il était silencieux, il regardait par la fenêtre le plus clair de son temps. Au moins il en avait une, la chambre était lumineuse. Son lynx avait été accepté à contre cœur dans les locaux de l'hôpital, le personnel étant peu habitué à voir ce genre de visiteurs. Après tout il était le seul Dôbutsu présent à Kiri à sa connaissance. À Konoha ils avaient des Inuzuka... ça changeait peut-être un peu les règles de leur hôpital.

« Kumi, j'ai perdu un œil mais au moins on est revenu en vie... »
dit-il à son lynx au pelage beige et roux.

L'animal trônait sur un fauteuil et le regardait affectueusement. Oyama aurait su dire qu'il était triste pour son maître. Mais finalement, cela n'était qu'une blessure qui saurait être surmontée. Il restait un œil au jeune Dôbutsu, et ce serait suffisant pour rester shinobi, se battre et mener à bien les missions à venir. Au contraire, il ne se laissait pas abattre par cette nouveauté malvenue et voyait déjà au delà. Kumi-neko lâcha un miaulement mi-aigu mi-rauque pour communiquer avec le rouquin et lui dire que tout ira bien et qu'il serait son deuxième œil, comme il l'avait toujours été. Un simple miaulement pouvait en dire beaucoup, et Kumi avait assez d'humour pour faire sourire Oyama.
Plus tard, quelqu'un entra enfin dans la pièce : un infirmier venu pour lui prodiguer les soins nécessaires à son œil tout juste réparé.

« Bonjour Oyama ! Comment va ton œil ? »
« Euh... bien je suppose ? »

Ironie de la chose puisqu'il était crevé.
L'infirmier enleva un moment le cache-oeil et commença les soins.

« Tu vas devoir avoir ces soins au moins deux semaines tous les jours. Ensuite ce sera des visites une fois par semaine. Puis un contrôle final sera effectué et tu seras entièrement libre. »

Oyama ne dit rien, il n'avait rien à dire, écouta simplement et laissa l'homme faire ce qu'il avait la faire sur la blessure recousue et en voie de cicatrisation. À certains moment, la douleur se faisait sentir et il ne pouvait faire autrement que de tirer la grimace.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Yukimura Keiji
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 802
Rang : A

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyMer 31 Mai 2017 - 22:26

Aucun recensement qu'elle avait consulté en chemin jusqu'à l'hôpital ne lui permit de savoir l'état de Sora ou d'Oyama, ceux-ci n'étant répertoriés nul part. Chose qui commença à inquiéter sérieusement la sensei mais ne laissant pas l'inquiétude la ronger de nouveau, la jeune femme poursuivit son investigation avec sérénité malgré les cris d'agonie et les désordres dans lesquels elle évoluait à présent.

Dehors, des chapiteaux avaient été dressés pour accueillir les blessés les moins graves alors qu'on transportait directement à l'intérieur ceux qui avaient besoin des soins plus poussés. Mairu jeta un œil à l'intérieur de chacun de ces abris temporaires à la recherche de ses élèves sans manquer de prendre connaissance de l'état des blessés qu'elle connaissait.

Trois fois avant la fin de sa fouille à l'intérieur des tentes, Mairu avait dû s’arrêter pour aider à immobiliser certains patients bien trop turbulents, le temps de leur administrer un tranquillisant. Bien qu’elle était une femme, la force de la samouraï égalait, voire même surpassait celle de la plupart des hommes. Les disciplines qu’elle exerçait – taïjutsu et kenjutsu – avaient certainement contribué au développement de cette force surprenante dont elle était dotée.

Son investigation extérieure n’ayant rien apporté, la Natsumi décida lors de poursuivre celle-ci au sein même de l'hôpital. Chose qui signifiait que si ses élèves s'y trouvaient, cela signifiait que leur blessure ne devait pas être anodine. Pourtant, gardant son calme, la sensei se présenta à l’accueil après avoir effectué une assez longue queue.

Malgré les nombreux blessés à accueillir, il était hors de question d’oublier les protocoles. Tous les internés étaient enregistrés à leur admission et toute personne désirant rendre visite à un patient devait se présenter à l’accueil. Ce qui permettait, malgré le débordement du personnel médical, de maintenir un certain ordre au sein de l’établissement. L'endroit n'était pas transformé en moulin où qui veut pourrait entrer. Tout visiteur étant orienté par l'agent de l'accueil, cela évitait donc de voir des personnes errer dans les couloirs à la recherche de leur connaissance internée. Ce qui pourrait gêner les brancardiers qui se hâtaient dans tous les sens en toute urgence.

« Dôbutsu Oyama a été accueilli dans la chambre onze … et Samui Sora est dans la dix neuf. »

Mairu remercia la femme qui venait de lui fournir des informations qui la rassuraient un tantinet - ses deux élèves n'étant pas décédés ou portés disparus - avant de se diriger en direction de la première chambre, celle occupée par le Dôbutsu. Chemin qui la mena à passer non loin du bloc opératoire numéro trois depuis lequel elle entendit un cri effroyable. Hurlement qui poussa la jeune femme à se stopper mais elle reprit aussitôt sa marcha pour finir par s'arrêter après seulement quelques pas avant de faire volte-face. Des pas décidés après une brève hésitation, Mairu se dirigea vers le laboratoire dont elle entrouvrit légèrement la porte. Sachant qu'elle ne devrait pas y entrer sans l'accoutrement adéquat, la samouraï se contenta de passer sa tête à travers l'entrebâillement.

« Je ne suis ni kunoïchi médecin, ni infirmière mais puis-je vous être utile ? » …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Zenkō
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 122
Rang : S

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyJeu 15 Juin 2017 - 14:01


Je me réveillais en sursaut dans cette chambre blanche. Je regardais autour de moi, le souffle lourd. Un bip sonore, régulier, retentissait à mes côtés. Il ne me fallut que... ou plutôt plusieurs minutes pour comprendre que j'étais à l'hôpital de Kiri. On m'avait récupéré sur le champ de bataille ou étais-je rentré en mode pilote automatique au village de la brume ? J'optais pour la deuxième solution, j'étais bien trop balèze et cela ne m'étonnerait même pas que j'aie une telle capacité en moi. Cependant, la façon j'ai été conduit ici m'importe peu, car... j'ai GAGNÉ ! Je suis en vie, j'ai donc vaincu ces foutus Kumojins qui se prenaient pour des ninjas trop forts. J'avais même pris le temps de défense Aki, l'autre rousse qui ne servait à rien. Enfin, elle m'avait aidé un petit peu, MAIS on retiendra MA performance.

Je m'affale sur mon lit, le sourire aux lèvres. Je me sentais bien, j'adorais cette sensation de victoire, mais soudainement, des visions du champ de bataille me vinrent à l'esprit. Mon sourire s'estampa gentiment, laissant place à une mine triste. Je ne me battais pas pour ça moi, je ne voulais pas tuer, mais simplement prouver que j'étais le meilleur. J'avais omis que le métier de Shinobi offrait de telles scènes et que la mort était inévitable dans notre profession. Si je devenais le plus fort de tous, je pourrais arrêter ce fléau, les gens n'oseront pas prendre les armes, car ils sauront que je leur tomberai dessus. J'essayais de me remotiver et de regagner le sourire. Je ne pouvais plus rien faire pour les morts, j'acceptais ou plutôt j'essayais d'oublier de ce que j'avais vu.

Je me mettais debout. Mon corps était bien abimé, l'autre connard ne m'avait pas loupé avec ces flammes, mais j'avais l'habitude du feu. Depuis quand reposais-je ici ? Mes blessures me semblaient moins importantes que sur le champ de bataille. Enfin bref, je sortais de ma chambre allant à l'encontre des consignes reçues par les infirmières que j'avais croisé.

      La ferme, je vais très bien !

Criais-je au milieu du couloir, alors qu'au fond de celui-ci j'apercevais...

      La Sorcière !

Putain, elle était encore en vie celle-là ? Je m'avançais vers, heureux intérieurement de la voir, mais à l'extérieur, j'affichais toujours mon expression arrogante, comme si j'allais très bien et que je gérais la situation. Elle foutait quoi au juste ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hageshii Nami
Informations
Grade : Genin
Messages : 67
Rang : C

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] EmptyDim 25 Juin 2017 - 12:53

« Ashisu, enlève ce bandage de fortune, retire-lui aussi son pantalon. Je ne souhaite pas que ses vêtements souillés n’engendrent une surinfection.
Jeune homme, j’ai besoin de connaître les circonstances de cette blessure pour pouvoir la traiter au mieux. Quelle arme ou quelle sort t’a touché ? Qui t’a soigné ? Et depuis quand est-ce dans cet état ? »

« Oui Madame. Euh… les ciseaux sont … Ils sont … Ah ! Là ! »
« Sauvez ma jambe s’il vous plait ! Ma famille tient une ferme et mes parents sont vieillissants, ils ont besoin de moi ! Je me suis pris un kunai lorsque nous avons fui l’assaut final kumojin. J’ai réussi à me trainer à bord du bateau et c’est une fois dessus que je l’ai enlevé, seul. Il n’y avait pas de médecin à bord, j’ai essayé de nettoyer la plaie avec de l’eau de mer puis de la bander avec un bout de maillot. C’est pendant le trajet que le pus a commencé à couler de ma jambe. Je suis incapable de m’appuyer dessus, la douleur est insupportable. » expliqua le patient, la voix pleine de nervosité.

*Contrairement aux soldats qui étaient sur mon navire et que j’ai pu soigner, tous n’ont pas eu cette chance sur les autres vaisseaux de la flotte. Nous devons éviter l’amputation et le remettre le plus vite possible sur pieds. Le pays a besoin de ses fermiers pour nous nourrir. Le temps de la reconstruction a déjà commencé, et il débute ici aussi.*

« Je n’ai pas le temps de vous faire une anesthésie générale, je vais devoir traiter en local. Je vous préviens qu’au vue de l’état de votre jambe, cela ne suffira pas à supprimer la douleur, vous risquez de souffrir. Mais vous êtes un ninja, vous saurez vous contenir n’est-ce pas ? » espéra Nami tant elle imaginait ce qu’il allait devoir endurer.

Suite aux ordres de la médecin, Ashisu prépara une seringue dont Nami se saisit pour administrer le liquide dans les chairs du ninja. Elle était contrainte de commencer par cet acte tant l’infection était profonde, elle ne pouvait pas ausculter la blessure, le patient se tortillait de douleurs. Après quelques minutes de patience, il se calma et le duo pouvait enfin manipuler la jambe. La plaie originelle mesurait environ cinq centimètres mais les tissus malades l’avaient agrandies sur une bonne vingtaine. Elle s’était également élargie sur trois à quatre centimètres laissant apparaître les muscles les plus profonds, eux aussi atteints par l’infection. Les tissus superficiels commençaient même à se nécroser. L’amputation ne tenait qu’à un fil. A peine Nami avait-elle commencée son service qu’elle allait devoir user de son chakra. Les chances de guérison avec la médecine traditionnelle étaient trop faibles. Il fallait employer les grands moyens.

Nami jeta un regard à Ashisu qui comprit immédiatement la gravité du diagnostic, elle s’employa aussitôt à utiliser des bandages pour attacher les mains et les pieds du patients au brancard ; les deux femmes se connaissaient depuis peu, mais elles se comprenaient comme des amis d’enfance. Le blessé interpréta l’action de la secrétaire médicale et regarda, inquiet, la médecin, il savait ce qui l’attendait.

« Ashisu, je vais utiliser mon scalpel de chakra pour découper les chaires nécrosées. Je sectionnerai ensuite les chaires infectées puis celles adjacentes pour éviter tout risque. Grâce au chakra, je serai plus précise et j’en enlèverai le moins possible, ainsi la guérison sera plus rapide. Ton rôle sera d’extraire les déchets découpés et de nettoyer et préserver les chaires propres. Nous procéderons de l’extérieur vers l’intérieur de la plaie pour éviter que des déchets tombent sur les zones propres. »

Nami joignit son index et son majeur, une lueur verte apparue au bout des deux appendices. Elle commença l’opération. Avait-elle à peine commencé l’acte que la victime hurla sans prévenir. Malgré l’anesthésie, la douleur semblait insurmontable, mais elle continua sans sourciller, pour son bien.

Il bougeait trop, à force de mouvements, les liens se relâchaient petit à petit et il fallait stopper l’intervention sous peine de lui sectionner définitivement un muscle. N’ayant pas le matériel adéquat dans ce bloc, les deux femmes avaient besoin d’un homme fort pour les aider, quelqu’un capable de maitriser un être pris de telles douleurs. C’est alors qu’une troisième femme pointa le bout de son nez à travers la porte et proposa son aide.

« Merci de vous porter volontaire Mademoiselle, mais je doute que vous soyez la personne qu’il nous faut. Allez plutôt nous chercher un homme costaud, vous voulez bien ? » demanda simplement Nami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Retour après guerre [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Retour après guerre [Libre] Retour après guerre [Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour après guerre [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô-