N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyJeu 11 Mai 2017 - 19:49

S’asseyant au comptoir, la femme aux cheveux blancs leva l’index en direction du barman, commandant un verre de scotch avant d’ajouter une autre demande à son ardoise.

    Dites-moi, il paraîtrait que cet établissement soit lié au Johoukokan. Auriez-vous l’obligeance de prévenir votre patronne que j’aimerais m’entretenir avec elle ? Je n’ai pas envie de me fatiguer inutilement à devoir la débusquer moi-même. Et un rendez-vous avec la Daimyô du Feu devrait avoir de quoi la faire sortir de sa tanière.


Portant le verre à ses lèvres, elle le reposa, sortant une cigarette de son paquet, cigarette qu’elle alluma à l’aide de sa prothèse, bien visible de tous. D’autres personnes fumaient à l’intérieur de l’établissement, pas de quoi fouetter un chat donc. Inhalant la fumée, elle demanda un cendrier, faisant tomber les cendres dedans. Ne restait qu’à attendre que le poisson morde à l’hameçon qu’elle venait de lancer.

Peu secrète quant à son identité, elle se demandait si certaines des personnes présentes tenteraient quelque chose. L’appât du gain avait tendance à rendre les gens stupides et présomptueux. Mais sa réputation n’était en toute logique pas à refaire. Elle avait quadrillé la Mégalopole à l’aide de ses nano-insectes, interrogé quelques personnes qui l’avaient conduites ici, assurant que l’établissement appartenait au Johoukokan. Le bâtiment semblait surveillé, cela lui avait suffi. Baignant la zone de ses nano-insectes pour ne pas être prise par surprise, elle avait franchi les portes. Que la Grande Grue se trouve ici ou non n’était pas le plus important. Son message était passé et cela lui suffisait amplement.

Cela faisait environ une semaine depuis le massacre qu’avait subi Kawa no Kuni. Mizuki et Natsuki prévenus de ses projets, elle avait commencé son périple seule. Avant que la chasse ne commence, il fallait qu’elle certifie les pistes données. Et les creuse davantage. Le Konohajin qui s’était entretenu avec la Grande Grue n’avait pas été très convaincant et était revenu avec des miettes. Mais c’était assez pour un début, au moins avait-elle des pistes maintenant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyDim 14 Mai 2017 - 0:32

Le Renard Rouge, établissement presque emblématique maintenant au sein de tout Kawa no kuni. Nombreux étaient ceux qui vinrent s’y réfugier la grande nuit. Résistant à tous les cataclysmes de part l’influence de sa mythique propriétaire, il y avait quelque chose de particulier dans l’aura de l’endroit. Etait-ce le mélange d’odeur de tabac frais et froid ? La qualité indéniable de l’alcool servit ? Ou alors… Tant d’autres choses qui échappaient à la raison des gens bien-pensants ? Il fallait venir pour le découvrir.

S’afférant à servir les divers clients, le barman ne prêta pas plus grande intention à la nouvelle arrivante – et c’était la première des erreurs menant à son probable futur renvoi. Exerçant sa fonction du mieux qu’il pouvait, il s’efforçait d’entendre et comprendre toutes les diverses discussions tenues par ses clients, conscient que l’ivresse déliait les langues, tout comme la rencontre en un lieu où personne n’était jugé… Du moins, à autre chose que sa renommée.

Lorsqu’il fut enfin apostrophé par la femme âgée, il eut du mal initialement à la reconnaître. Ses traits avaient énormément changé et l’âge y marquait une empreinte nouvelle – pourtant, lorsqu’elle posa sa question et lui confirma son identité, le pauvre ne put faire autre chose que comprendre sa fatale erreur. Aburame Miko. C’était bien elle. Tétanisé, il lui versa le verre d’alcool demandé, puis s’empressa de lui dire qu’il revenait. Une minute. C’est exactement le temps qu’il lui fallut pour prévenir un de ses supérieurs de la présence de cette invitée de marque, se distinguant de tous les enfants sans patrie venu trouver repos aujourd’hui au Renard.

Les regards commençaient déjà à s’orienter doucement vers celle qui représentait, aujourd’hui, l’incarnation de la puissance et de la prospérité d’un territoire – ce fût cependant avant la moindre intervention extérieure que le jeune barman revint, accompagné d’un homme blond au sourire ravageur.

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole 1435695223-fye-nuke-vava-2


"Il est rare que nous ayons des invités devotre classe en personne, Aburame-dono. Voudriez-vous bien me suivre s’il vous plaît ? Nous avons un salon spécialement réservé à nos plus estimés clients où nous serons, je n’en doute point, plus confortable pour parler."

Jetant un regard presque dédaigneux au barman sans décrocher de son énigmatique sourire, perdu entre le charme et le vice, il figea ses yeux dans le verre de Scotch de la Daimyo du Feu, esquissant un léger soupir avec ses lèvres.

"Et il va sans dire que la maison vous offre ce verre."

Haussant doucement les épaules, il pencha doucement la tête vers la gauche avant de pivoter sur son pied et lancer le plus noir des regards possibles à tous les clients présents. Un regard clair ne voulant dire qu’une chose : si l’un d’entre eux osait tenter quoi que ce soit envers la femme, c’est à l’organisation entière qu’il aurait affaire. Et tous savaient à quel point il était simple d’effacer toute trace d’un mort ou cents aux hommes de la Grue. Tournant enfin sa tête vers le barman, il articula avec sa bouche sans le moindre son émit qu’il n’en avait pas fini avec lui, mais qu’il continue sa journée. Ils étaient ici tous sur un territoire précis et ils en étaient conscients.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyDim 14 Mai 2017 - 1:12

    Quel gentleman. Mais ne vous en faites pas, j’ai de quoi payer.


Fit l’Aburame en terminant son verre et déposant sa cigarette avant de déposer le montant affiché pour son verre sur le comptoir et de suivre celui qui semblait avoir l’influence nécessaire pour mettre au pas toute cette racaille. Jackpot, en espérant qu’elle ne soit pas rentrée dans un établissement concurrent cela dit … Conduite jusqu’à un petit salon, elle pénétra dans la pièce, s’asseyant sur le canapé, elle croisa les jambes devant elle, reposant ses mains sur son genou. Heureusement qu’une petite voix lui indiquait qu’elle pouvait et devait même commencer à parler. Elle aurait patienté longtemps sinon, sans avoir de quoi combler.

    Rassurez-vous, il ne faut pas que vous vous sentiez obligé de rester me tenir compagnie, je saurai attendre votre maîtresse patiemment tant que l’affaire ne se compte pas en jours. Tout aussi important que vous devez être dans cette intrigante hiérarchie, vous devez bien vous douter que je ne suis pas spécialement encline à m’entretenir de nouveau avec un simple représentant.


Immobile, elle regarda l’homme blond, s’apercevant qu’elle avait oublié quelque chose.

    Ah rectification. Si vous pouviez m’apporter un cendrier, ce serait parfait.


Fit-elle tout en sortant son paquet avant d’allumer une autre cigarette en haussant un œil interrogateur en direction du subordonné. Elle n’était pas là pour menacer qui que ce soit et se plierait aux demandes de ses hôtes … Tant que ceux-ci parviendraient à rester courtois. Cette entrée en matière était un peu … décevante tout de même. Le soir de l’attaque de Rokubi, le duo de ninjas avait été accueilli directement par la maîtresse de lieux. Était-ce le contexte qui différait ? Une manœuvre habituelle de la commerçante ? Ou bien son subordonné qui espérait briller en s’occupant personnellement de son cas. Aucune idée. Mais ces traques s’annonçaient être un enchaînement de situations pénibles et délicates. Elle pouvait bien puiser dans sa patience quelques instants encore.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyDim 14 Mai 2017 - 2:37

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole 1435695223-fye-nuke-vava-2


Il esquissa un sourire de plus à entendre la femme mûre arguer de son argent, mais s’abstient de lui répondre qu’il n’en doutait point alors qu’elle déposa l’argent sur le comptoir. Le client était roi, n’est-il pas ? Et après tout, elle ne pouvait guère s’offusquer des manières du lieu – payer a été son choix. Fendant rapidement la distance qui les séparaient du salon où ils n’étaient plus que tous les deux, le blond observa l’Aburame s’asseoir avant même d’y avoir été invitée. Elle était confiante en ces lieux. Suffisamment pour y être à l’aise et faire la rustre, bien que l’on puisse en attendre plus d’une personne de son rang, n’est-ce pas ? Ignorant ce détail, le Voyageur s’installa dans le canapé faisant face à son invité et écouta avec une attention particulière la requête qu’elle formulait, avant de lui adresser son demi-sourire teinté d’une malice plus grande encore que la précédente. Au moins, elle ne semblait pas perdre le nord, et avec détermination il ancra sa prunelle dans les yeux de la Reine Cafard.

"Il est blessant pour moi que vous ne me considériez que comme un simple intermédiaire, mais je peux comprendre votre requête. N’ayez crainte, Dame la Grue est déjà informée de votre présence et de votre souhait de la rencontrer. Elle interrompt même actuellement un voyage important pour vous – c’est dire l’estime qu’elle vous porte."

Passant doucement sa main dans ses cheveux pour corriger une mèche rebelle, il baissa doucement l’ardeur de son regard sur la grisâtre avant de se lever et lui amener le cendrier qu’elle semblait tant affectionner.

"Dire que grâce à vous, c’est moi qui devrait y aller à sa place… Mais qu’importe. Nous savons ce qui vous intéresse. Vous mordez à un hameçon bien grassouillet, et c’est quelque part le sourire aux lèvres que je le découvre aujourd’hui. Comme quoi nos efforts n’ont pas été vain, malgré les talents… Plus que douteux de votre émissaire."

Se rasseyant enfin à sa place, il croisa également les jambes avec un tact et une élégance pouvant aisément rivaliser avec celui de nombreuses femmes ou gentleman des plus hautes sphères. Malgré la figure en face de lui, il ne palissait guère et préservait la douceur de son teint – après tout, l’entreprise entière avait grand à gagner de pertracter avec les plus grands de ce monde, et Aburame Miko en faisait partie. Dans un silence absolu, il la laissa terminer sa cigarette, s’assurant seulement à qu’elle ne désirait rien – obligeant à ses demandes éventuelles. C’est après plus d’une heure, enfin, qu’il se releva et inspecta d’un bref regard si ses vêtements n’avaient aucune impureté, avant de se tourner vers la fameuse femme. Une légère once d’agitation se fit savoir dans le bâtiment, provenant plus ou moins directement du bar d’où ils venaient à peine.

"Ah… Il semblerait que l’agitation gagne nos clients. Pardonnez-nous ces déplaisances…"

Rapidement, un homme entra dans le salon et échangea quelques regards avec Fua Cho Wan, sans même parler.

"Si vous voulez bien me suivre… Dame la Grue est arrivée. Je vous demanderai seulement de laisser vos armes ici – il s’agit plus d’une tradition que d’une mesure de sécurité vous concernant, mais certaines habitudes ont la vie dure et… Voyez-y une sorte de garantie de vos bonnes intentions pour nous qui la protégeons, même si nous ne doutons point de vous."

Et sur ces quelques mots, il se dirigea vers un escalier soigneusement caché derrière l’un des nombreux rideaux ornant le petit salon, laissant son invitée de marque passer première.

***
Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole 1435695224-yoko-nuke-vava-2

Dans un salon de taille bien plus imposante et orné de nombreux paravents se devinait, au troisième étage, l’élancée figure de la Brune, visiblement assise. D’un geste soyeux de la main, elle demanda au Blond de guider leur invitée parmi les divers paravents et canapés de ce qui pouvait allègrement être une salle de réunion avec quelques réarrangements seulement. D’un geste serein et silencieux, il indiqua à la grise le canapé faisant face au paravent et, à peine fut-elle installée, il se tourna vers sa maîtresse et s’inclina, avant de ressortir aussi silencieusement qu’il n’était arrivé. D’un mécanisme obscur, le paravent s’ouvrit, laissant la figure aux longs cheveux apparaître, pour la première fois, aux yeux d’Aburame Miko.

"J'espère que l'attente n'a point été trop longue, Daimyo-dono. Et pardonnez-moi de n'avoir été celle qui vous accueille en ma demeure initialement, mais je ne m'attendais pas à vous voir avant encore une semaine ou deux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyDim 14 Mai 2017 - 19:41

Utilisant le cendrier avec parcimonie, l’Aburame tirait lentement sur sa cigarette, soupirant intérieurement plusieurs fois alors que son interlocuteur s’adressait à elle, fier de ce gros poisson qu’il avait ferré. Dame la Grue en déplacement ? Et elle qui lui paraissait être une femme qui aimait siéger chez elle et laisser ses hommes agir à sa place comme une dirigeante lambda. Le problème cependant paraissait être plus important qu’un simple accord commercial, vu comment le blondinet essayait de se faire mousser en disant qu’il devrait se substituer à sa maîtresse.

    Bien sûr.


Fit-elle en approuvant du chef à ses déclarations. Patientant en silence, elle le regarda se lever et s’inspecter, un semblant de sourire sur le point de poindre sur ses lèvres. Craignit-il la fumée ou un autre genre de particules ? Tendant l’oreille sur les bruits à côté, elle se demanda ce qu’il se passait. Ces déplaisances ? À croire que tout le monde se faisait gentiment reconduire à l’extérieur de l’établissement. Un homme arriva et regarda le blondinet qui l’avertit de la présence de sa maîtresse.

    Il n’y a pas à dire, l’art de la télépathie est d’une impolitesse sans nom, passez devant je vous suis. Et ne vous en faites pas, je ne détiens aucune arme.


Oui en effet. Elle ne détenait aucune arme sur elle. Elle était l’arme. Et bien qu’elle aurait pu laisser ses insectes derrière, elle aurait toujours été à même de faire se reproduire en accéléré ses nano-insectes via ses femelles pondeuses, insectes qu’elle résorba toutefois en guise de bonne volonté. Arrivant dans le nouveau salon, elle s’assit à nouveau sur le canapé qu’on lui indiquait, une élégante jeune femme apparaissant à ses yeux alors qu’elle s’excusait du retard d’une drôle de façon.

    Ce n’est rien ne vous en faites pas, j’aurais dû vous prévenir en avance. Il faudra cependant que vous me donniez le nom de votre voyante. Réussir à prévoir que la Daimyô du Pays du Feu se déplacerait elle-même jusqu’à votre établissement… quel talent fou, n’est-ce pas ? Quoiqu’il en soit excusez-moi pour votre annulation de dernière minute. Je n’avais pas réalisé que l’agitation ambiante imposerait à une personne de votre stature de se déplacer elle-même. Un point commun parmi tant d’autres il faut croire.


Jambes croisées, elle joignit à nouveau ses mains sur son genou, patiente, presque agréable, comme si elle discutait chiffons avec une simple connaissance. Alors qu’en face d’elle se trouvait une étrangère réputée pour être impitoyable en affaires et pour son pouvoir sur le monde souterrain.

    Je suis en tout cas agréablement surprise d’enfin vous rencontrer en personne Seng, et de ne plus m’entretenir avec un enfant comme c’était le cas il y a des années quand le Johoukokan espérait faire ses preuves auprès de mon village.


Cette entrevue avait été une énorme déception. Tant de promesses. Elle attendait encore ses dix bandeaux kumojins qu’elle avait commandé pour tester les possibilités de l’organisation qui avait voulu lui vendre ses services. L’entretien s’était même terminé sur une demande saugrenue de la part de l’enfant envoyé pour négocier: celle de construire un parc d’attractions au village Inuzuka. Proposition à laquelle elle avait préféré ne pas répondre, se contentant de laisser l’adolescent s’éclipser.

    Mais inutile de tourner d’avantage autour du pot. Nul besoin de prophétesse pour comprendre que vos informations sur les frères et sœurs de Rokubi ont éveillé l’intérêt général, et plus particulièrement le mien, d’où ma présence. Et soyons honnêtes, les informations que vous avez procuré à mon homme et cette femme n’étaient que des miettes poétiques en récompense de leurs ridicules marchés. J’apprécierais de ce fait que nous parvenions à trouver un juste équilibre. Un prêté pour un rendu, où nous en ressortirions toutes deux gagnantes. En gardant en tête toutefois que dans mon immense mansuétude, je n’ai toujours pas chassé le Johoukokan de mes terres après ces promesses non tenues de votre garçon, vos activités peu légales étant donné vos demandes, et vos interactions prouvées avec l’ancien Daimyô de Nami que vous avez souhaité armer en échange de ressources que vous saviez ne pouvoir jamais obtenir.


Décroisant ses mains, elle leva sa main droite légèrement, la retournant dans un geste ample du poignet, avant de terminer son monologue et de passer la parole à la femme d’affaires.

    J’aimerais pour ma part creuser les informations déjà énoncées par vos soins, à commencer par l’origine de vos sources… et leur viabilité.


Car tout un chacun était à même de composer des proses sur ces créatures cauchemardesques et de se proclamer source d’informations. Les informations que Xia Chao Seng avait recueillies en échange étaient ridicules, mais si ses données étaient bel et bien fausses, elle restait tout de même gagnante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyLun 15 Mai 2017 - 1:09

Xia Chao Seng adressa un léger sourire à la Daimyo du Feu avant de prendre son éventail à sa main et le déplier d’un geste serein, puis de commencer à l’agiter doucement en direction de son visage. Il y avait les gens plein d’audace injustifiée, et les gens comme Aburame Miko et elle : plein de pouvoir qui justifiait tous les péchés et toutes les provocations. Arrêtant son geste l’espace d’un bref instant, la Dame des souterrains se priva néanmoins d’interjecter aux propos du précieux Cafard, laissant la femme aux cheveux gris et blanc finir ses jérémiades.

Elle comprenait ce que voulait dire son invitée – même jusque dans la provocation de l’appeler par son prénom comme si elles étaient d’infimes amies. Et si c’était ainsi que voulait jouer celle qui renonçait à tout pour protéger les siens, ainsi soit-il. La Grande Grue n’était que le reflet des désirs et échanges des gens. Une Reine dans un domaine onirique fait de chimères, d’enfants sans la moindre patrie, de rejetés. De rien, elle était Empire. Un point commun de plus entre les deux interlocutrices.

"Ah… Le direct de vos propos n’échappe en rien aux informations que j’ai à votre égard. Vous dîtes vrai : il ne faut guère un devin pour savoir que les grands de ce monde sont intéressés par les informations en ma possession. Ne vous inquiétez pas, de plus, quant à mes voyages et mes projets : je sais accueillir les invités de marque comme il se doit. En personne."

D’un geste sec, elle ferma son éventail et le reposa sur le canapé sur lequel elle était assise, tournant doucement sa tête vers l’une des deux seules fenêtres de la pièce. Une douce odeur de jasmin commençait à infiltrer la pièce.

"J’admire cependant votre audace à venir ici seule. Les semblants de bruits concernant la libération de votre trône se confirmeraient-ils ?"

Elle porta sa main à sa bouche, laissant échapper trois éclats de son rire d’une pureté cristalline, à même de laisser oublier qu’elle était la maîtresse du monde souterrain.

"Vous devriez vous méfier, les têtes impériales ont tendance à tomber dernièrement et… Je ne cache pas que votre propre émissaire m’a fortement suggéré de mettre la vôtre à prix. J’imagine cependant que vous comme moi sommes conscientes que nous avons plus à gagner d’une discussion que d’un échange de tentatives de meurtre, n’est-ce pas ?"

D’un geste à l’aise, elle déplia à nouveau son éventail puis leva sa seconde main, tournant son visage vers son invitée.

"Souhaitez-vous boire quelque chose ? Nous n’empoisonnons pas notre thé, contrairement à d’autres. Et certes, quelques-uns de mes investissements ne me montrent pas du bon côté vis-à-vis du Feu, mais que voulez-vous ? Parfois, il faut être à même de prendre des marchés perdus d’avance pour tirer le maximum de caisses sur le point de se clore une fois pour toute. Quant au garçon… Oubliez-le. C’était ses premiers pas maladroits, et aujourd’hui il prospère ailleurs. Je serai l’interlocutrice du Feu – je peux me le permettre pour la première puissance mondiale."

Rapidement, un homme entra déposant le thé à l’odeur presque enivrante de fort jasmin devant Dame la Grue, ainsi que répondant à n’importe quelle – même des plus folles – requête de boisson de l’Aburame.

"Vous n’êtes pas sotte Miko. C’est d’autant plus que nous avons en commun, femmes de pouvoir au sommet du monde. La maison fait difficilement crédit, et les dettes passées ne sont que les vestiges d’un monde qui n’est plus. D’un monde où l’Empire était Empire et Konoha un simple village caché. Le cours de l’argent évolue, celui des biens également."

De sa main libre, elle souleva sa tasse et bu une brûlante gorgée du liquide partagé entre l’ambre et la rose. Son éventail, presque naturellement, commença à nouveau s’agiter durant sa brève tirade, agitant une ou deux mèches de cheveux soigneusement organisées.

"Disons qu’en souvenir des… « Bons vieux temps » ? J’accepte votre requête. Qu’avez-vous donc à offrir en échange de mes précieux renseignements ? Et ne craignez rien, je sais me porter garante des réponses que vous recherchez."

Et pour la première fois de la conversation, les yeux pleins de malice de la Grue se posèrent sur l’Aburame avec intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyLun 15 Mai 2017 - 12:53

Souriant quelque peu aux propos de la femme en face, elle prit également la tasse de thé qu’on lui avait apporté à sa demande, le métal de sa prothèse tintant sur la porcelaine. La portant à ses lèvres alors que la négociatrice finissait sa tirade, l’Aburame garda la tasse dans sa main alors qu’elle commençait à lui répondre.

    Les semblants de bruit que vous avez entendu sont en effet véridiques, d’ici quelques jours je compte en effet délaisser ma place de Seigneur. Le temps pour moi de constituer mon groupe de traque et d’assurer une passation décente.


Petite gorgée, elle laissa couler la boutade sur les têtes impériales.

    Oui votre dernier interlocuteur n’était visiblement pas très finaud, mais voyons le bon côté des choses, il m’aura fait me déplacer ici.


Elle glisserait un ou deux mots supplémentaires sur ce Yamanaka à Mizuki. Son interlocutrice n’était pas suffisamment stupide pour énoncer un mensonge si flagrant, et son élève ne lui avais pas rapporté qu’en plus de la vente du système de surveillance, il avait été question de l’assassiner. Konohajins ingrats …

    Ah cela serait tellement plus simple si vous affichiez vos centres d’intérêt plus pleinement. Mais j’ai pensé à quelques petites choses qui pourraient attiser votre curiosité. Vous sembliez intéressée par ce Black dont ce Konohajin incompétent vous a parlé. Sachez qu’il m’est possible de le retrouver… Et de vous laisser ce moyen pour que vous l’utilisiez quand l’envie vous prendra.


Portant la tasse à ses lèvres une nouvelle fois, elle la reposa, levant son index à la suite de son discours sur Black, avant de lever le majeur.

    Sûrement en avez-vous entendu parler mais mes talents de traqueuse dépassent ceux de bon nombre de shinobis en ce monde. Vos petits problèmes avec cette organisation qui frappe Kawa … le Kyomu ? … il me suffirait d’un peu de chakra de l’un d’entre eux pour vous permettre de la retrouver où qu’il soit. De quoi vous permettre de faire le ménage dans votre ravissante cité.


L’annulaire se leva à son tour, rejoignant ses deux frères.

    Une information sur ma personne qui vous intéressera sans doute. Je me suis permise de me greffer le Kinnegan des Jisetsu, ce qui à terme me permettra de remonter le passé d’un lieu ou d’un objet sur une longue période, mes capacités ne me permettant que quelques heures à peine pour le moment. Vous ne faites pas crédit j’en ai conscience, mais à l’avenir si vous souhaitiez remonter une piste, je vous propose le marché suivant : envoyez votre colis à l’Hokage, elle me le gardera au chaud et me contactera pour que je l’examine. Au cas où passé cet entretien vous aviez d’autres informations qui pourraient m’intéresser...


Se gardant de parler du passé des personnes, l’Aburame continua, levant cette fois son auriculaire.

    Sûrement une organisation … particulière … comme la vôtre serait intéressée dans le commerce d’artefacts chakratiques. De ce que j’ai entendu dire, il existait cinq Anciens Trésors, un pour chaque élément, permettant à son utilisateur de manipuler l’élément en question. Je possède les noms des détenteurs de l’artefact Suiton, et de celui Futon. Sachant qu’il m’est également possible de vous laisser un moyen pour retrouver le dernier.


Levant finalement son pouce, elle reprit sa tasse entre ses mains, concluant son teasing.

    Enfin, j’étais aux premières loges de ce qu’il s’est passé à Taiyô no Kuni cette fameuse nuit. Pourquoi ne pas commencer par cela ? Sans doute avez-vous entendu parler de Jiseyama, possesseur d’un gène Senju, capable de former des portails de téléportation et de corrompre la psyché des gens à l’image d’un Yamanaka. Il est notamment responsable de la mort de la Godaime Kazekage, du cirque à l’examen Chûnin international à Suna il y a plus de deux ans, de la corruption du Nanadaime Kazekage l’ayant fait déclencher une guerre entre Kaze et Hi, et aux dernières nouvelles il essayait de libérer Kyûbi de Taiyô no Kuni où il était prisonnier à l’aide de deux autres possesseurs de gènes. Et à en croire les edo tensei envoyés par ses soins que j’ai dû affronter, il semblerait que son but serait de libérer les autres Bijuus et de les lâcher sur ce monde. Pour le moment … le bilan est bien mitigé. Suna maintes fois attaquée par Jiseyama est la seule nation à posséder un Bijuu, Nibi a été libérée par Rokubi à Nami no Kuni, Rokubi demeure introuvable pour le moment et Kyûbi est sorti de sa prison initiale, et seul le sacrifice de tous les habitants de Taiyô no Kuni a permis un an de sursis en enfermant à nouveau le démon derrière les immenses remparts qui délimitaient leur pays.


Portant la tasse à ses lèvres, elle en but une nouvelle gorgée avant de reformuler ses requêtes alors qu’elle avait révélé son information la moins pertinente à ses yeux… La Grande Grue en aurait sûrement entendu parler à un moment ou un autre, ou du moins partiellement, ces informations ne pouvant pour l’heure pas être directement utilisées à part pour se mettre en chasse de Jiseyama pour les gènes et prévenir de la dangerosité du bonhomme.

    Ne vous en faites pas, j’aurai mon lot de questions, de quoi vous donner le reste plus tard. Sur les origines, la possibilité de les tuer, d’autres détails que vous pourriez avoir … Mais tout d’abord … ces sources ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyMar 16 Mai 2017 - 11:52

D’un léger sourire, Xia Chao Seng s’amusa à ouvrir de ses deux mains un segment de son éventail par argument ou proposition avancé par la future ancienne Daimyo de Hi. Tel un jeu. Tel un enfant que l’on viendrait distraire. Tel… Une préparation pour montrer opposition à l’intégralité de ce qu’elle avançait, ne s’arrêtant que sur la fin de ses propos.

"Vous êtes décidément une femme pleine de surprise, Miko. Mais dites-moi donc, si vous possédez un moyen si simple et évident de le traquer, pourquoi ne pas l’avoir déjà fait ? Certainement qu’il doit intéresser Konoha tout autant qu’il m’intéresse, sinon plus en regard de l’impact trop déterminant qu’il a eu sur une guerre qui ne vous seyait point. Je n’ai que faire d’acheter un chat en poche mais… Je saurais me satisfaire de sa tête seule. Nous serions deux à notre compte ainsi."

Elle agita doucement son éventail, rabattant le premier des segments ouverts avant de refocaliser son attention sur l’Aburame.

"Quant au Kyomu, j’avoue voir là une offre des plus alléchantes, néanmoins je suis dans l’attente d’informations internes à cette organisation, portées de surcroît par l’une de vos anciennes amies du Shoraizen. Il est bon de multiplier les sources et divers moyens, mais le nom de Kaguya Milly met en jeu une écharde de plus à mon pied, donc je m’en contenterai pour les jours à venir – je ne vous oublie pas pour autant, ni vos traques, ni vos yeux."

La Brune laissa échapper un doux rire bien différent du cristal précédent, plus guttural et profond, teinté d’une soif de sang que l’on ne pouvait attribuer à autre chose que la force de la Reine Souterraine. D’un geste de l’index, deux segments de plus se clôturèrent alors qu’elle prenait une gorgée de son thé également, comme pour marquer la pause nécessaire à son discours… Ou calmer des envies de meurtre justifiées.

"Vous semblez connaître mon amour pour les collections, hélas je n’ai que faire d’un ensemble que je ne peux assembler entièrement – et je doute sincèrement que vous n’acceptiez de vendre votre précieux petit rouquin et sa torche enflammée. Sans patrie ou avec, vous conservez une part humaine en vous que même vos insectes n’ont eu le plaisir de grignoter. Une part suffisante pour que vous cherchiez à protéger les vôtres. Dîtes-moi plutôt, est-ce au service de Konoha que vous prenez la chasse aux Démons ? Je peux comprendre que votre trône commençait à vous ennuyer."

Un segment de plus vint rejoindre les précédents, ne laissant guère plus le loisir de jouer avec l’accessoire actuellement.

"Et quant à Taiyo… J’allais vous demander justement si vous saviez ce qui se passait à vos frontières, mes informateurs ayant subitement cessé de donner le moindre signe de vie. Pour des raisons légitimes maintenant que je les connais. Jiseyama une fois de plus, à croire que cet homme cherche à tout prix à m’entraver. Lui et ses acolytes, je donnerai cher pour les rencontrer – mais entendez cela comme vous le voulez. Et Nibi… Laissez-moi deviner, la statue du temple du Benzaiten ? On m’a informée que le chaton aurait pris la fuite depuis le Nord du pays. Voilà que c’en fait un de moins à chercher."

Sur cette dernière réplique, elle referme entièrement son éventail avant de l’ouvrir à nouveau et le positionner partiellement devant son visage, de sorte à ce qu’il cache ce dernier jusqu’à son fin nez. Quelque part, elle cachait son ressenti concernant le manipulateur du temps et d’esprit. Il était un problème de plus venant s’ajouter à une liste qui semblait n’en pas finir – si bien qu’il serait peut-être nécessaire de recruter, plus ou moins de gré, quelques nouvelles mains prêtes à la tâche.

"N’est-ce point là pour vous le début de votre réponse ? Il existe divers cultes religieux vénérant les BIjuus comme déités. Entre eux et les diverses légendes peuplant les comptes pour enfant, il est possible de recouper les informations fondamentales… Si l’on se donne les moyens de voir plus loin que la simple croyance ou comptine. Là est toute l’astuce : il n’existe pas une source, ni des sources. Seulement une multitude d’informations plus ou moins vraies parmi lesquelles il faut faire le tri, et votre humble hôte s’en est déjà chargée pour le monde. Tout n’est qu’une question de perspective et de prisme de lecture."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyMar 16 Mai 2017 - 16:17

    Black ne m’intéresse que peu. À vrai dire il m’a même plutôt arrangé comme vous l’avez appris. Certes sa prime était assez élevée mais le chef ANBU actuel a sacrifié tout son argent dans son élan altruiste et l’autre moitié sera repayée d’une façon ou d’une autre par le Nanadaime Kazekage...


Oui, Kibo n’y échapperait pas, la dette serait remboursée.

    Il est sûr que cet homme est puissant, mais quel intérêt ai-je à le traquer ? Il n’a pas fait d’ombre aux miens… Pour le moment. Entendons-nous par contre. Vous devez vous en douter, mais je ne compte pas faire la chasseuse de prime pour votre organisation. Nul doute que parmi tous vos hommes qui nous entourent, certains voudront s’attirer vos faveurs eux-mêmes en vous amenant la tête de ce Black. Qui sait, cet homme pourrait même devenir l’un de vos meilleurs atouts au final. Il est rare d’apprendre que vous souhaitiez tuer autrui sans penser à l’intérêt possible que vous pourriez en retirer.


Nouvelle gorgée, elle reposa la tasse vide sa la table alors que le thé brûlant descendait.

    Mon trône commençait en effet à m’ennuyer, et c’est en partie au service de Konoha que j’ai décidé de quitter mes fonctions. Mais pas que. Voyez-vous je n’ai confiance qu’en peu de personnes. Et je ne pense pas que l’extinction pure et simple des Bijuus et leur non-utilisation soit vraiment un objectif qui intéresserait grand monde… à commencer par les autres instances qu’elles soient indépendantes comme la vôtre ou ce Kyomu, ou sous l’autorité d’un pays tels que les autres villages ninjas. J’ai décidé de partir en errance certes, mais bien évidemment je ne compte pas trahir les miens, et notamment le fameux rouquin dont vous parliez. Ne me faites tout de même pas croire que l’ensemble des informations que vous vous amusez à réunir sert vos seuls desseins. Nul doute que la localisation de deux Anciens Trésors -trois visiblement- ne laisserait pas de marbre certains clients que vous pourriez avoir.


Faisant craquer son auriculaire, l’Aburame commençait doucement à perdre en patience et politesse.

    Ichibi à Kaze, Nibi à Nami, Sanbi à Mizu, Gobi à Tsuchi, Rokubi a démontré posséder de nombreux adeptes sûrement retrouvables pour certains, Hachibi à Kaminari et Kyûbi à Hi… Dites-moi donc où avez réussi à dénicher les cultes de Nanabi et de Yonbi ? Cela complétera la pertinence de votre réponse précédente étant donné que je comptais déjà me rendre dans les lieux de culte connus à ce jour.


Hmmm … Oui … Elle perdait définitivement en patience…

    En guise de complément je n’essaierai pas de vous doubler en vous affirmant que je peux retrouver cette chère Milly. Fut un temps c’était le cas. Mais ça ne l’est plus. Milly est morte il y a de cela plusieurs mois maintenant. J’en ignore malheureusement la raison. Mais s’il s’agit de votre source, vous pouvez l’oublier.


L’Aburame gardait cependant le plus important pour la fin, réitérant son offre.

    Et accepter mon offre extérieure. Une traque pour une réponse si cette dernière s’avère intéressante… Voici ma question : en quoi Nibi ne serait-elle plus à chercher ? Le contraire me paraissait plus vraisemblable maintenant qu’elle est de nouveau dans la nature et que vos seules informations traitent de sa fuite…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyLun 22 Mai 2017 - 0:48

Ecoutant avec patience, la Grande Grue laissait la femme mûre exposer calmement ses propos et son point de vue. Intervenir ne servait à rien, mais le léger grognement de mécontentement était aisément perceptible par n’importe qui lorsque la mort de Kaguya Milly fut avancée. Fichue garce, elle s’était bien jouée d’elle ! Pinçant sa lèvre inférieure de ses dents avec force, la dame souterraine récupéra rapidement la composition neutre et sereine mais il était inutile de se voiler la face et elle en était consciente. Elle a été prise à son propre jeu. Par une amatrice.

"Ne vous méprenez pas sur mes paroles, très chère. Que Black soit vivant ou mort m’importe peu actuellement car il n’est guère ma priorité. Tant qu’il ne se met en travers de mes affaires, son existence se résume à celles de tant d’autres. C’est plus ses amis qui pourraient m’intéresser, car je ne doute guère qu’un homme capable de vaincre le couple Matsuno de lui-même, qu’importe ses astuces, doit posséder suffisamment d’amis pour être serein quant au déroulement de la suite des événements, n’est-ce pas ?"

Elle soupira, visiblement agacée, tout en haussant un sourcil. Elle devrait être stupide pour accepter quelque façon que ce soit de l’Aburame de retrouver Black – cette dernière usait de ses insectes, inutile d’être la Grande Grue pour le savoir, et probablement qu’elle pouvait remonter à la trace d’un cadeau empoisonné… Ce n’était pas vraiment le plus sage des scénarios.

"Peut-être que cela en intéresserait certains, mais l’offre est bien maigre sur le marché et malgré la puissance qu’apportent ces reliques, il ne s’agit que de babioles aux yeux d’une grande partie du monde. En dehors du Hayashi et de Yamada Kioshi, il est même rare d’entendre parler d’un quelconque usage de ces derniers… Et comme ils gagnent en pouvoir à l’usage, personne ne voudrait d’un jouet qui prend la poussière. Inutile de repréciser, je pense, que les deux intéressants sont hors d’usage."

Enfin, le visage de la Grue se resserra une fois de plus avec fermeté, et d’un geste de la main elle appela un homme à ses côtés. La colère déformait presque ses traits, laissant apparaître la cruelle bestialité d’une femme au sommet d’un monde. Un sommet qu’elle comptait bien préserver.

"Kaguya Milly morte dites-vous ? Hmmm… Vous n’avez aucune raison de me mentir à ce sujet, étant donné les relations plus que houleuses que vous entretenez avec elle. Très bien, j’accepte votre offre. Traquez pour moi la présidente du Sikari. Toi, va me chercher le lance-flamme qu’elle m’a donné à notre dernière rencontre. Certainement que les sceaux présents sur ce dernier seront suffisant à vos insectes ?"

Au fur et à mesure de la tirade, elle se calmait et détendait une fois de plus ses traits. D’un geste bref, elle termina le thé et elle s’empara de son éventail fétiche, l’agitant sans le moindre tremblement pour terminer l’accès de colère. Elle devait se montrer plus cohérente. Plus calme. Elle le savait mais… Elle adressa un demi-sourire à l’Aburame et commanda une nouvelle série de thé.

"Je dois même avouer être curieuse de vous voir à l’œuvre dans votre traque. Après tout, savoir de quoi vous êtes réellement capable et le voir de mes propres yeux plutôt que l’entendre dans de vulgaires rumeurs pourrait… M’amener à réévaluer votre valeur à mes yeux. Et je ne parle pas là de celle de votre tête seule qui atteint déjà des records sur les marchés souterrains."

D’un geste serein et ayant retrouvé le calme de celle qu’était la Grue naturelle, elle s’accapara de la tasse et porta soigneusement ses lèvres à cette dernière, buvant par petites gorgées le liquide rosâtre tandis qu’elle laissait planer le silence et l’odeur enivrante de jasmin dans toute la pièce…

"Le fait que vous recherchiez un culte à Yonbi est une insulte à vos propres sujets. Ne vous l’ai-je point dit ? Mythes et légendes cachent une part de vérité, et croyez-moi que le Pèlerinage de lave des Yogan n’est pas la confabulation d’un ivrogne, s’il faut aller jusqu’à ouvrir les portes obstruant votre regard. Peut-être qu’après tout, descendre de votre piédestal pour côtoyer le commun des mortels ne vous fera pas de mal, même si c’est une chienne vie que vous choisissez là. Enfin, n’est-ce point la spécialité de Konoha de dresser ces derniers ? Je suis certaine que vous serez riche d’aventures."

Reposant soigneusement la tasse à peine entamée, elle referme son éventail d’un claquement sec et pointa ce dernier vers Miko.

Nanabi est pourtant une comptine que l’on raconte à énormément d’enfants, en tant que fécondeuse Aburame l’ignoreriez-vous ? Le récit de la méchante mante religieuse dévorant les enfants n’écoutant pas leurs parents et s’aventurant seuls dans les forêts ? Recouper les différentes versions existantes à travers les pays permet de comprendre qui est réellement l’insecte en question et comprendre qu’il n’y a de mythe que le fait qu’elle ne chasse que les enfants. Hélas, ils n’apportent rien de plus – sans quoi j’aurai révélé cette information à votre émissaire."

Le rouvrant à nouveau, elle l’agita à trois reprises devant son visage, agitant doucement sa chevelure lisse.

"Quant à Nibi enfin… Pourquoi voudriez-vous la chercher ? Elle est inoffensive et craintive. La capturer ne risque que de créer un nouveau monstre à l’instar de Rokubi – le passé porte également son poids en termes de conseils et de richesses diverses, mais… J’imagine que la perspective change selon que le Démon en question se trouve sur notre territoire ou non, n’est-ce pas ? Enfin, je vous accorde un point si vous y rajouter l’impact essentiel des informations en ma possession. Les Bijuu finiront inexorablement entre les mains de quelqu’un. « L’extinction des bêtes » dont vous parlez n’est pas possible. Tués, ils retombent en stase et se réveille au moment opportun pour faire valeur leurs atouts. Je vous avoue même être sciemment étonnée que vous ignoriez ce fait, il est pourtant connue de la majorité des grandes bibliothèques de ce monde."

Si elle tendait une discrète perche, ce n’était pas de la bienveillance ou la moindre folie de la part de Seng. Elle estimait le prix des informations et détestait que l’équilibre soit inversé en sa défaveur : y avait-il quoi que ce soit de pire qu’être redevable à quelqu’un ? Elle n’aimait pas les crédits, et cela marchait dans les deux sens. Les rares exceptions faites – elle repensa ici à Masami Emi – s’étaient généralement avérées des échecs sans précédent. Il n’y avait pas de quoi en faire d’autres.

"Maintenant, y a-t-il d’autres lanternes que vous souhaitez me voir éclairer, ou passons-nous directement au clou du spectacle ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyLun 22 Mai 2017 - 3:26

    Allons donc au clou du spectacle, pour l’heure je n’aurai pas grand-chose de plus à vous raconter qui ne mettrait pas les miens en danger. Qui sait, une prochaine fois peut-être aurai-je des nouvelles de ce dont nous avons déjà parlé… Ou vous des requêtes…


Mais d’ici là, rien d’autre. Ni les possesseurs de gène et d’anciens trésors Konohajins, ni le descriptif des capacités de Mizuki, ni la possibilité de traquer Ema (quelle bonté), ni le système défensif et les projets de l’Autorité… Sûrement y aurait-elle gagné quelques informations supplémentaires, mais les maigres approfondissements suffiraient pour le moment. Une première piste pour Yonbi qui confirmait le simple lien de la lave -ne connaissant pas le folklore de chaque clan-, idem pour Nanabi, ainsi que l’information concernant la mort des Bijuus.

Cette dernière information était-elle réellement valable, ou la négociatrice tentait-elle de la berner pour qu’elle ne fasse que récolter les Bijuus pour espérer un jour les lui prendre ? Il semblait en effet risqué d’essayer si comme l’annonçait la Grande Grue ceux-ci se reconstituaient plus tard… Les légendes indiquaient après tout que les Bijuus n’étaient que des créatures de chakra. Présumer de leur immortalité n’avait rien de trop compliqué… et pourtant… elle espérait.

Quant à Nibi… Craintive, du genre à fuir les humains… Cependant il ne s’agissait pas que d’anéantir la menace que ces démons représentaient seuls. Il s’agissait d’anéantir la menace qu’ils pouvaient représenter aux côtés de Jiseyama ou d’un individu mal intentionné. En supposant que les informations de la représentante du Johoukokan étaient réellement valides, seuls quatre démons semblaient les plus dangereux pour l’heure pour les siens. Le cinquième serait moins de son ressort étant donné sa situation.

    Ne voyez pas là un manque de respect mais je vais devoir utiliser mon chakra.


Fit-elle en avance pour éviter qu’une armada de gorille ne lui tombe dessus. Et en parlant de tomber dessus … Pauvre fille. La femme en face d’elle pourtant si figée et moqueuse avait tiqué plus d’une fois en apprenant la mort de Milly. À croire que rien de bon n’augurait pour cette Masami Emi. Bah, ce n’était pas de son ressort après tout. Si la jeune femme n’avait pas de quoi éviter sa colère, elle n’aurait pas dû mener la négociatrice en bateau.

Ses yeux se teintèrent de doré alors qu’une faille s’ouvrit devant elle dans laquelle elle plongea sa main pour ressortir un vulgaire récipient en verre avec un couvercle en plastique bleu. Ouvrant le couvercle, elle libéra plusieurs nano-insectes qui fondirent sur l’arme qu’on venait d’apporter, soutirant chaque parcelle de chakra qu’ils détectèrent, avant de se diriger vers le pot que l’Aburame referma.

    Et voilà, amusez-vous bien. Je vais pour ma part vous laisser, j’ose espérer que nous resterons de toute façon en contact.


Se levant elle, se tourna à nouveau en direction de la Grande Grue, ajoutant une dernière question.

    Je vous remercie pour cet entretien. Mais dites-moi une dernière chose avant que je ne parte. Votre gamin m’avait confié que le Johoukokan avait financé une partie de la reconstruction du Temple de Kyûbi à l’époque où il avait été entièrement détruit … Dites-moi. Maintenant que Kyûbi constitue une menace mondiale qui pourrait également vous porter lourdement préjudice dans un an… Y aurait-il quoique ce soit qui vaille la peine d’être mentionné ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole EmptyMer 14 Juin 2017 - 5:26

Souriant calmement, elle ouvrit son éventail et d’un geste de la tête déterminé laissa faire son invitée tout ce dont elle avait besoin pour réussir à retrouver la garce qui s’était permise de jouer du Renard. D’un geste las, elle agita doucement son éventail autour de son visage afin de laisser passer le temps nécessaire. S’il y avait certes un risque que l’astuce entière ne se révèle seulement un jeu pour infiltrer les insectes de l’Aburame, la Grande Grue avait décidé cette fois-ci également de faire confiance en partie ne serait-ce que à son invitée. Après tout, c’était cette dernière même qui avançait que les deux femmes de pouvoir seraient encore amenées à se revoir pour échanger et partager d’autres informations et rien qu’à cette idée, quelque chose en elle jubilait. Avoir à son service ponctuel la meilleure surveillance mise au point par une personne unique était un précieux bien difficile à refuser. Peu importe la perspective que l’on cherchait à prendre.

"C’est de beaux yeux que vous avez ici..."

Elle esquissa un léger sourire devant le Kinnegan de son interlocutrice, tout en ne cherchant pas à la déconcentrer. Konoha serait-elle en chasse de tout le précieux que ce monde à offrir ? Parler d’Anciens Trésors, voir un Kinnegan dans les yeux d’une Aburame… Pliant son éventail d’un geste sec avant de le rouvrir, la Dame des Souterrains ne pouvait se priver de penser à quel point ce monde changeait et évoluait. Les shinobis s’en rendaient-ils seulement compte ? Les frontières s’amenuisaient, les Empires tombaient, tout devenait l’un et l’un devenait tout dans une exquise dissonance qui portait ce monde diable sait où. Mais qu’importe : il était une évidence presque internationale que la notoriété du Johoukokan avait son assise dans les négociations et la forge de la face nouvelle du monde.

Une fois que les insectes aient fini de traverser l’arme et l’une des munitions de celle-ci à la recherche du Chakra de la Sikarijin, visiblement de façon concluante à en croire le regard de l’Aburame, cette dernière enferma ces derniers dans une boîte que la brune s’empressa d’accepter. Ainsi, il lui suffisait d’ouvrir cette dernière pour que ces derniers retrouvent exactement celle qu’elle cherchait - un arrangement encore plus confortable que ce qu’il pouvait être initialement visiblement, car donnant toute l’étendue du choix du moment et de la période adéquate pour frapper au moment le plus sensible. Visiblement, Aburame Miko était une femme bien riche en surprises – peut-être même la plus proche de Xia Chao Seng concernant le nombre de ces dernières. Alors qu’elle se leva pour partir, cependant, l’invitée de marque s’arrêta pour permettre une dernière question.

"C’était un investissement bien moins rentable que ce que je n’aurais pu imaginer. Nous l’avons reconstruit à l’identique et rien de plus ne se trouvait dans ses ruines que vous ne le savez déjà. Si je ne doute point qu’il est relié d’une façon ou d’une autre à ce démon, je crains qu’il ne manque quelques pièces à la compréhension de la chose. Sur ce, convient-il de vous remercier et de vous souhaiter bonne chance. Je ne doute point que nous serons amenées à nous revoir."

Et sur ces dernières paroles, Aburame Miko fut raccompagnée à la sortie, tandis que la Grue demanda un thé de plus et fixa le vide, sirotant ce dernier. Oui, le monde changeait... Et tous ignoraient qu'il se façonnait à son image.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty
Message(#) Sujet: Re: Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Qu'est-ce qu'on dit, qu'est-ce qu'on chuchote à la Mégalopole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Kawa no Kuni :: Mégalopole :: Le Renard Rouge-